Second Life : La fiction d’une vie

Selon Jean-François Lucas, dans sa thèse De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life : « recourir au truchement d’un avatar pour expérimenter un monde numérique, c’est la faculté pour l’utilisateur de se glisser dans le corps ou dans la “peau” d’un autre individu »[1].

Mais peut-on se créer un avatar en dehors des mondes virtuels ? S’inventer une seconde vie déviante dans un monde virtuel n’attire pas particulièrement l’attention. Cependant, dans la vie réelle, la ligne entre l’invention de soi, la folie et le crime devient rapidement trouble, et dépend du type de mensonge et du degré d’implication des autres. Effectivement, lorsque cette deuxième vie se manifeste réellement, le mensonge est actualisé, à l’inverse des cadres virtuels qui permettent de conserver l’aspect fictif.

Cette définition fait écho à l’affaire Romand, à laquelle l’auteur Emmanuel Carrère se consacre dans son « non-fiction novel » publié en 2000 aux éditions P.O.L intitulé L’adversaire. L’écrivain, fasciné par la question de l’identité, entre en contact avec Jean-Claude Romand et transpose ce fait divers en une œuvre mêlant enquête et récit.

Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand tue sa femme, ses enfants et son chien, avant d’assassiner ses parents. Il tente également de tuer sa maîtresse, mais l’épargne à la suite de ses supplications. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il est libéré sous conditions le 27 juin 2019 à l’abbaye de Fontgombault jusqu’à l’année 2022, où il quitte l’abbaye pour un village de la même région[2].

Jean-Claude Romand, marié et père de deux enfants, a prétendu être médecin et chercheur à l’Organisation mondiale de la santé à Genève pendant 18 ans alors qu’il était sans activité. Il affirmait avoir obtenu un diplôme de médecine, cependant, il n’a jamais été au-delà de la deuxième année, et suivait les cours sans même être inscrit à l’université. Jean-Claude Romand vivait en escroquant ses proches : soit en leur empruntant de l’argent, soit en prétendant placer leurs économies en Suisse. Endetté et craignant d’être démasqué, il décide de tuer sa famille.

Le titre, L’adversaire, est de source biblique, c’est une référence au diable en tant qu’imposteur. L’imposture est une manipulation qu’une personne fait subir à une autre et repose sur un ou plusieurs mensonges. Selon Emmanuel Carrère, « l’adversaire » n’est pas Jean-Claude Romand, mais c’est une entité qui, pour reprendre les mots de la thèse, se serait « glissé dans […] la “peau” » de l’individu. Cette entité serait l’adversaire auquel il aurait été confronté toute sa vie, ce qui, en lui, le pousse à mentir.

Dans le sous-chapitre « Être psychiquement à l’intérieur de l’avatar », le sociologue Jean-François Lucas explique : « le corps de l’individu est “habité” d’une sorte de transe […] comme si la marionnette était le corps de l’individu, et son pilote, l’avatar du monde digital ». Dans le cas de Jean-Claude Romand, l’avatar serait alors l’adversaire qui a pris le contrôle de sa vie en le poussant au mensonge.

Il est également possible d’effectuer un parallèle entre la création d’un avatar qui, selon les choix des utilisateurs, sert d’échappatoire en permettant « à l’individu d’expérimenter un “autre corps”, une autre identité »[3] et Jean-Claude Romand se créant une identité pour fuir la réalité en feignant ses rêves.

On assiste alors à un double glissement : l’entité qui pousse Romand à mentir et dire plus que ce qui est, et, en conséquence, Romand qui se glisse dans la peau d’un médecin.

Jean-Claude Romand peut également être définit comme un homme aux « identités multiples ». Dans sa thèse, Jean-François Lucas explique que : « La sociologie d’Erving Goffman (Goffman, 1973) nous rappelle à juste titre que la construction identitaire et sociale d’un individu se joue au travers d’identités multiples. ». En effet, la seule stabilité de cet individu résigne dans le mouvement constant de son identité. Ses « identités multiples »[4] sont mises en avant par Emmanuel Carrère dans L’adversaire qui propose différents portraits de l’homme : enfant, médecin, chercheur, criminel, prisonnier, repentant… Évidemment, cette « identité multiple » est démesurée car l’homme vivant une double vie composée d’oppositions joue plusieurs rôles à la fois. D’une part, la vie vide d’un individu passant ses journées à errer dans la forêt ou sur des aires d’autoroutes, et d’autre part, l’identité qu’il s’est construite en se « glissant dans la peau » d’un médecin chercheur.

Jusqu’à présent, le doute règne sur l’imposture de Jean-Claude Romand. En effet, il est nécessaire de se demander s’il vit réellement une expérience spirituelle ou s’il vit toujours une double vie en prétendant s’être repenti.

 

                                                                                   Sakina Mostefa-Hanchour

 

 

[1] Jean-François Lucas. De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life. Sociologie. Université Rennes 2, 2013. Français. NNT : 2013REN20010 . tel-00949125v3 (page 198)

[2] « Jean-Claude Romand, condamné pour le meurtre de sa famille, sort de prison après 26 ans », Le Monde avec AFP, 28 juin 2019, https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/28/jean-claude-romand-est-sorti-de-prison_5482504_3224.html

[3] op.cit. (page 191)

[4] op.cit. (page 192)


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sakinamhb (31 octobre 2023). Second Life : La fiction d’une vie. Comment voit-on la ville ? Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7s0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search