Une journée riche en rencontres à Port Louis !

Il existe 3 gros mĂ©dias Ă  Maurice : La Sentinelle Media, Le Mauricien, Le DĂ©fi Media Group. C’est ce dernier dont nous allons parler et expliciter notre visite au DĂ©fi Media Group.

Le siÚge social est basé à Port Louis et possÚde deux immeubles. Nous sommes arrivés dans une salle de réunion avec une douzaine de salariés dont une seule femme. 

Parmi eux il y avait entre autres :

– un responsable actualitĂ©s gĂ©nĂ©ralistes et politiques

un journaliste et chef d’édition radio et tĂ©lĂ©vision

un journaliste qui revient pour des formations ponctuelles

un consultant suivi qualité presse, il intervient également au niveau de la formation 

un chef d’édition de l’information en temps rĂ©el, il s’occupe aussi des rĂ©seaux sociaux

un coordinateur dans la formation

Le mĂ©dia est prĂ©sent Ă  la radio, tĂ©lĂ©vision, et sur le web ; chacun essaie de complĂ©menter l’autre. Le directeur gĂ©nĂ©ral est avant-gardiste au niveau de l’information, il s’occupe de « l’aprĂšs » tandis que l’équipe s’occupe du « prĂ©sent ». C’est pour cette raison que le mĂ©dia est intĂ©ressĂ© par la formation, ils sont friands de renouvellement. 

Le mĂ©dia a un centre de formation en collaboration avec l’UniversitĂ© de Maurice « Le dĂ©fi training school ». Le groupe met l’accent sur la formation et valorise sa double casquette « information – formation » en s’ouvrant sur le monde Ă©ducatif. Leur formation consiste en 4 sessions de 2 heures sur 1 mois oĂč ils apprennent ce qu’est une information, comment la sourcer, la distinction entre une information publique et privĂ©e, ce qu’est le journalisme citoyen. Ils Ă©tudient Ă©galement quel est le risque de diffuser une fausse information. 

Le public visĂ© par ces formations sont les Ă©tudiants ou les professionnels Ă  partir de 18 ans. Le but Ă©tant aussi de trouver des talents, notamment dans des zones reculĂ©s pour qu’ils puissent donner de l’information au mĂ©dia. 

Les journalistes déclarent que comme tout grand média, ils sont accusés de dissimuler des informations. Ils utilisent ces formations pour pallier ce problÚme et montrer comment on produit, traite et diffuse une information. Ce projet est lancé depuis quelques semaines, ils en parlent sur leur média de presse écrite et à la radio. Les autorités ont approuvé le contenu des formations. 

En plus de l’information et de la formation, le mĂ©dia fait Ă©galement de l’évĂ©nementiel. Ils organisent des salons qu’ils couvrent Ă  la tĂ©lĂ©vision et Ă  la radio. 

Le groupe est en expansion et se digitalise. Ils Ă©voquent le fait que la presse Ă©crite est devenue un vĂ©ritable challenge avec la concurrence du web. Ce bouleversement du paysage mĂ©diatique change le traitement de l’information. MalgrĂ© l’expansion du web, un journaliste explique qu’acheter le journal fait partie d’une routine : « C’est un rituel, ils font la queue et achĂštent Le DĂ©fi avec un cafĂ© le matin. »

Il y a un avant-aprĂšs covid qui nĂ©cessite une rĂ©adaptation de la part du mĂ©dia. Avec la pandĂ©mie, l’information est devenue davantage gratuite sur le web, il a fallu que le DĂ©fi Media Group s’adapte Ă  cela. Il est beaucoup plus simple d’informer sur les rĂ©seaux sociaux, notamment sur Facebook qui est un rĂ©seau social trĂšs prĂ©sent Ă  Maurice, puisqu’il y a moins de contraintes de publication. Les rĂ©seaux sociaux Twitch et Twitter ne sont pas beaucoup utilisĂ©s sur l’üle tandis que Facebook et Instagram prennent une grosse place.

Ils se demandent comment intĂ©resser la jeunesse Ă  ces sujets, maintenant que l’information se trouve directement sur Facebook. Ils ont dĂ©cidĂ© de s’agrandir et d’ĂȘtre prĂ©sents sur les rĂ©seaux sociaux Instagram et TikTok. Ils possĂšdent un nouveau pĂŽle pour le e-sport, notamment pour cibler le public plus jeune. 

Un des journaliste ajoute qu’avec l’arrivĂ©e du VHS, certaines personnes disaient que ce serait la fin de la tĂ©lĂ©vision alors que finalement ce n’est pas le cas. Il a fait un parallĂšle avec le fait que des personnes pensent que  le web va mettre fin Ă  la presse Ă©crite alors qu’elle continuera sĂ»rement d’exister.

Il y a eu une remise en question de la radio. Certains journalistes ne voulaient pas mettre de masque, ils ne pouvaient donc pas ĂȘtre prĂ©sents au studio radio en prĂ©sence d’autres intervenants. Ils ont dû  intervenir de chez eux et utiliser Zoom pour passer Ă  la radio. MalgrĂ© l’ùre du digital, 300.000 Mauriciens Ă©coutent toujours la radio. Ils n’utilisent pas le crĂ©ole Ă  l’écrit car les journalistes considĂšrent que l’écrit ne s’y prĂȘte pas, la langue est plutĂŽt utilisĂ©e Ă  la radio.

La population mauricienne compte 1,4 millions d’habitants. Un des journaliste promeut le fait qu’il faut faire plaisir Ă  tout le monde Ă  travers leurs publications, Ă  « l’intello », au « petit peuple », « celui qui aime le sport ». Cette stratĂ©gie permet de rendre pĂ©renne et agile le mĂ©dia : « Everything to everybody ». 

En les questionnant sur la place qu’ils accordent Ă  la publicitĂ©, ils nous informent qu’ils n’en ont pas rĂ©ellement besoin. Leur force de frappe est leur audience. Ils considĂšrent que les annonceurs s’intĂ©resseront davantage au numĂ©rique plutĂŽt qu’à la presse Ă©crite dans les prochaines annĂ©es. 

Certains auditeurs viennent faire la queue Ă  la rĂ©daction pour des questions diverses, par exemple s’ ils ne touchent pas certaines aides de l’état, ils peuvent venir en parler Ă  la radio. Nous avons d’ailleurs rencontrĂ© la journaliste qui s’occupe de rĂ©pondre Ă  ces questions sociales. 

La presse mauricienne est la presse la plus ancienne de l’hĂ©misphĂšre sud. Cela reprĂ©sente un atout majeur en termes d’expĂ©rience. Par ailleurs, un journaliste du DĂ©fi Media Group compare la presse française et la presse mauricienne. Il dit qu’en France BollorĂ© contrĂŽle la presse alors qu’à Maurice il y a une diversification de la presse. 

Les principaux journaux du groupe sont  : 

    • Le DĂ©fi Plus : apparition en 1996, journal n°1 du samedi, 80 pages, avec des enquĂȘtes exclusives, rubrique KI News (gossip), rubrique caricatures (actualitĂ©s longues), rubrique dossier (reportage), 25 roupies
    • Le DĂ©fi Quotidien : apparition en 2010, crĂ©ation dans le cadre d’une Ă©lection Ă©lectorale, du lundi au vendredi, actualitĂ©s plus approfondies que la radio mais moins approfondies que l’hebdomadaire. Rubrique « Ă©conomie », rubrique « Explik Ou Ka » (les auditeurs/spectateurs expliquent leur problĂšme, disponible aussi Ă  la radio), 40 pages. Chaque jour nouveau thĂšme : jeudi « bolywood », vendredi « sport », 15 roupies
    • Le dimanche-L’Hebdo : grandes actualitĂ©s de la semaine, davantage tournĂ© people avec des rubriques plus lĂ©gĂšres, moins polĂ©mique que Le DĂ©fi Plus. ThĂšmes familiaux, rubrique « voyage », rubrique « Ă©vasion », rubrique « cinĂ©ma », rubrique « people », rubrique « portraits », rubrique « actualitĂ©s gĂ©nĂ©rales », 20 roupies, 70 pages
    • Le DĂ©fi Moteurs : sur les automobiles, vĂ©hicules, articles pas trop nĂ©gatifs pour garder de bonnes relations avec les annonceurs qui sont des concessionnaires, rubrique « grille d’achat » (ensemble des prix des vĂ©hicules et des marques Ă  Maurice). 

Banque MCB

AprĂšs le DĂ©fi Media Group, nous avons visitĂ© la grande banque Mauritius Commercial Bank (MCB). Un rendez-vous enrichissant Ă  la recherche de potentiel financement pour les crĂ©dits des futures Ă©tudiants mauriciens de l’IFP.  

Tout d’abord, parlons de l’architecture du bĂątiment, surnommĂ©e le “caprice des dieux” par les habitants en rĂ©fĂ©rence Ă  sa forme. C’est un bĂątiment Ă©cologique qui capte la lumiĂšre du jour pour baisser la consommation d’électricitĂ©.

Poursuivons par la directrice de la communication et du développement durable.  Elle a réalisé ces études en info-com à la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Puis elle a travaillé dans un cabinet de conseil français appelé Utopie.

Elle veille au bon déroulé des engagements en développement durable de la banque.

De son cĂŽtĂ©, l’homme Ă  rĂ©aliser des Ă©tudes d’Info-com en Ă©cole de commerce marketing.

La MCB est l’une des banques principales de l’üle Maurice. Ces lieux d’implantation de la banque sont l’ile Maurice, Madagascar, les Maldives, les Seychelles. Il existe d’autres points d’ancrages tels que l’Afrique du sud, DubaĂŻ et le NigĂ©ria.

Ils ont commencé par nous présenter la philosophie de la banque: comprendre, informer, agir. Les canaux que la structure privilégie pour informer sont les réseaux sociaux.

Ensuite ils nous ont prĂ©sentĂ© l’évolution des ambitions de la banque dans le domaine des RSE, Ă  commencer par les efforts de l’entreprise Ă  fournir sur la thĂ©matique de l’égalitĂ© des genres (gender equality). 

La sociĂ©tĂ© mauricienne est encore confrontĂ©e Ă  un plafond de verre Ă  franchir Ă  franchir sur ces sujets (comme la France). Cependant deux avancĂ©es ont Ă©tĂ© mises en avant. Le doublement du congĂ© paternitĂ© dans l’entreprise par rapport Ă  la loi : 10 jours. Enfin le plus important, c’est l’évolution du pourcentage de femmes Ă  des postes de cadre, prĂšs de 30%, L’entreprise s’est fixĂ©e un objectif de 40% Ă  atteindre pour 2030. Notons cependant, selon les dires de l’intervenante, qu’il reste au niveau des femmes beaucoup de choses Ă  faire .

Lors de nos Ă©changes nous avons pu voir une certaine franchise de la part de la femme sur le domaine du genre; sujet qui la concerne directement. Elle n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  se montrer  critique envers les directeurs de sa sociĂ©tĂ© pour nous dire qu’aucune femme n’avait intĂ©grĂ© le comex. Elle nous a Ă©galement rappelĂ© que jusque dans les annĂ©es 1980, c’était mariage ou travail pour les femmes, il fallait faire un choix entre sa carriĂšre et sa vie conjugale. 

AprĂšs l’égalitĂ© des genres, le second domaine RSE dans lequel la banque s’engage,  l’enjeu de transition Ă©cologique.

Cela se reflĂšte dans la raison d’ĂȘtre de la MCB divisĂ©e en trois points :

    • Lokal is beautiful
    • Klima 
    • Green is quality

La directrice de communication et de dĂ©veloppement durable nous a prĂ©sentĂ© les 3 Ă©tapes de l’évolution du dĂ©veloppement durable dans les mentalitĂ©s :

      1980-1995 : Aspect philanthropique du dĂ©veloppement durable, qui n’était reliĂ© qu’au possibilitĂ© du business.

      1995-2010 : DĂ©veloppement de la RSE 1.0. On s’aperçoit que le dĂ©veloppement Ă©conomique va dans la mauvaise direction sur les questions environnementales et qu’il faut ralentir.

      Depuis 2010, nous sommes entrés dans la RSE 2.0. Le nouvel objectif : avoir désormais un impact positif à travers notre développement.

Pour la directrice, le succÚs de ces stratégies se mesure au-delà du profit financier.

En 2019, la banque a signé pour avoir un label banque responsable.

L’un des enjeux majeurs pour la MCB, en tant que grande banque, est d’agir comme une banque responsable et d’ĂȘtre connectĂ©e aux objectifs du pays.
Pour coller Ă  ces objectifs, elle favorise le dĂ©veloppement d’une Ă©conomie locale et dynamique en privilĂ©giant les circuits courts Ă  travers des productions locales. Par ailleurs, 98% des mauriciens reconnaissent l’importance d’acheter local. L’objectif Ă  terme est d’augmenter le PIB par le local. Par exemple, elle finance le dĂ©veloppement de l’application de VĂ©lo Vert, une association que nous avons visitĂ© prĂ©cĂ©demment. 

En 2020, une étude économique a été réalisée pour expliquer comment atteindre la neutralité carbone avant 2030 :

      Prendre des engagements et les tenir ;

      Être crĂ©atif au niveau des partenariats ;

      Valoriser le patrimoine culturel et environnemental.

L’enjeu d’adaptation Ă  ces problĂ©matiques pour l’üle Maurice est de taille. En effet, le pays insulaire fait partie des nations les plus concernĂ©es par les consĂ©quences du dĂ©rĂšglement climatique. Il est le 7Ăšme pays le plus exposĂ© ainsi que le 13Ăšme pays le plus vulnĂ©rable. Certaines de ces consĂ©quences sont dĂ©jĂ  observables Ă  l’Ɠil nue, au niveau des cĂŽtes Ă  travers la montĂ©e des eaux. Enfin ce sont des Ă©lĂ©ments qui sont intĂ©grĂ©s dans les calculs de financement de la banque, qui ne financera pas un projet soumis au risque de montĂ©e des eaux ou qui invitera ces clients dĂ©jĂ  concernĂ©s Ă  rĂ©agir.

La MCB ayant une grande influence sur l’üle, elle s’est fixĂ©e pour mission de tirer la sociĂ©tĂ© mauricienne vers le haut. Le pouvoir de fait que dĂ©tient la banque lui donne des responsabilitĂ©s vis-Ă  -vis de la population. 

En termes de communication, la banque fait trĂšs attention Ă  ne pas ĂȘtre accusĂ©e de green washing. Il y a beaucoup d’attentes sur ces engagements par les associations et les ONG tels que Greenpeace etc.

La MCB selon les dires des intervenants à influencer ses concurrents qui les copient dans les intentions mais pas forcément dans les faits.

Des actes, les intervenants en ont citĂ© quelques-uns en matiĂšre de responsabilitĂ© climatique. Au sujet d’un partenariat avec la ligue du trail, la banque a obtenu de faire participer les coureurs de Rodrigues autre Ăźle de Maurice parfois dĂ©laissĂ©e par l’Ăźle principale. Pour cette mĂȘme course, la banque finance 5 roupies par km parcourus par tous les coureurs tout au long de l’annĂ©e. Ce financement est directement reversĂ© Ă  un fond dans le cadre d’un partenariat montĂ© avec le parc pour nettoyer les gorges d’un canyon. Outre le nettoyage, le balisage d’un parcours est rĂ©alisĂ© pour orienter et sensibiliser les touristes sur les questions Ă©cologiques du lieu qu’ils visitent. La remise en visite du site des gorges de la riviĂšre noir permet de dĂ©charger d’autres sites touristiques sur-visitĂ©s.

Autre acte responsable : la banque oriente sa clientĂšle vers des cartes en amidon. Cela n’est pas facturĂ© aux clients et reprĂ©sente un coĂ»t pour la banque de 3 millions de roupies par an.  

Nous avons achevé notre rendez-vous en évoquant les sujets de la communication, des embauches et de notre potentielle ouverture de centre de formation à Maurice.

Les intervenants nous ont fait remonter un certain nombre de postes qui ont un problĂšme pour recruter en communication.

Ils ont Ă©galement Ă©voquĂ© la place des mĂ©dias Ă©crits dans la sociĂ©tĂ© et notamment dans la publicitĂ©. Celle-ci est amoindrie depuis la crise du Covid-19. Les mĂ©dias traditionnels n’ont pas su se transformer. Investir des publicitĂ©s chez eux est de moins en moins intĂ©ressant pour ne pas dire inutile. Le point d’ancrage le plus fiable pour la publicitĂ© reste la radio, les Mauriciens passant beaucoup de temps dans leur voiture.

Au niveau de leur communication les intervenants reconnaissent une certaine auto-censure générale à Maurice dans ce qui est dit et communiqué.

Pour finir, sur la question du financement des crĂ©dits Ă©tudiants, la banque s’est dite ouverte, mais souhaiterait obtenir des assurances pour un retour sur investissement. Par exemple, instaurer une clause dans la formation qui demande aux Mauriciens faisant leurs Ă©tudes Ă  l’IFP de revenir 2-3 ans aprĂšs l’obtention de leurs diplĂŽmes pour participer au dĂ©veloppement de l’üle. L’un des problĂšmes rĂ©currents que nous avons rencontrĂ© lors de notre voyage est en effet la fuite des talents et des cerveaux qui est au final l’un des enjeux majeurs pour l’üle.  

MaĂ«va Kajjiou et Richard Bouttement, Ă©tudiants en M2 MCVN Ă  l’IFP.

Compte rendu de la journĂ©e du mercredi 29 mars 2023 lors du voyage d’études Ă  l’Île Maurice

Le mercredi 29 mars, nous entamons notre sixiĂšme journĂ©e Ă  l’Île Maurice avec un dĂ©part de l’hĂŽtel Ă  8h30. Royco, notre chauffeur, nous emmĂšne en van Ă  Moka, un peu plus au Sud. 

Nous arrivons aprĂšs une petite heure de route dans un endroit particulier : des anciens poulaillers, transformĂ©s en bureaux. C’est un espace de travail, qui existe depuis 2 ans, qui accueille des entreprises variĂ©es : manufactures, technologie, rĂ©habilitation des prisonniers, Foodwise, aide pour les familles en difficultĂ©s et vulnĂ©rables, Ă©cole de codage, espace de rĂ©sidence d’artistes, etc.

Ce lieu atypique se nomme “Les Kocottes”, c’est un lieu industriel à l’origine qui accueille aujourd’hui des acteurs de l’industrie locale. Nous venons pour rencontrer des acteurs de Made in Moris, un label qui promeut la consommation locale, les produits mauriciens.

Nous posons nos affaires et commençons une visite des lieux avec Thanaa, en charge de la communication de la marque. Elle a le titre de “Cluster Leader Brand Activations & Communications”.

Bureaux de Made in Moris Ă  Moka

2 blocs de bĂątiments composent le siĂšge de l’association. Nous sommes tous surpris par les locaux : colorĂ©s, collaboratifs, lumineux, agrĂ©ables. Les bureaux sont remplis de post-it et de diffĂ©rentes Ă©critures. Des SWOT, tableaux, frises, calendriers et retroplanning parsĂšment les murs : le label semble organisĂ© et nous ressentons un vrai travail d’équipe derriĂšre ces outils.

Frise chronologique et SWOT dans les bureaux de Made in Moris Ă  Moka

Les locaux sont trÚs équipés : une grande salle de réunion se dresse à cÎté des bureaux, une cuisine commune, des jeux de société en tout genre sont installés dans un petit meuble.

Made in Moris c’est 3 personnes Ă  temps plein, “une petite Ă©quipe mais beaucoup de projets”, selon Thanaa. Elle nous explique qu’en 2021 Made in Moris est passĂ© de 3 Ă  7 collaborateurs-salariĂ©s. C’était un grand pas pour l’organisme mauricien qui n’a “que” 10 ans. Un camarade lui demande ce qui a favorisĂ© cet essor, ce boum des entreprises locales. Thanaa pense que c’est dĂ» Ă  une forte culture de l’entrepreneuriat sur l’üle et Ă©galement au fait qu’il y a 10 ans, il y a eu un abaissement des barriĂšres tarifaires pour l’importation.

Salle de conférence/présentation dans les bureaux de Made in Moris à Moka

Nous retournons dans le premier local par lequel nous sommes arrivĂ©s. 2 autres collaborateurs nous rejoignent pour commencer la prĂ©sentation. Samuel est le “programm manager”, il accompagne la transformation et la fluidification du travail en interne. Il nous dit qu’il doit “accompagner la transformation des entreprises mauriciennes Ă  travers des projets innovants”. Yann, lui, est en charge de l’”opĂ©ration et du business development”.

Ensuite, Thanaa nous parle de l’AMM, la genĂšse du projet Made in Moris. L’AMM (Association of Mauritian Manufacturers) est une organisation du secteur privĂ© crĂ©Ă©e en 1995, qui compte 70 membres. Elle reprĂ©sente les intĂ©rĂȘts du secteur manufacturier local, c’est-Ă -dire l“industrie locale”. L’une des missions de l’AMM est de promouvoir l’industrie mauricienne et d’accompagner sa transformation. L’AMM a crĂ©Ă© le label Made in Moris en 2012, l’association est “le bras armĂ© de l’AMM”. Ainsi, l’initiative du label est nĂ©e de l’industrie, des manufactureurs mauriciens. Pour l’AMM, l’industrie du futur est une industrie qui respecte l’environnement.

AprĂšs avoir prĂ©sentĂ© l’AMM et s’ĂȘtre prĂ©sentĂ©s tour Ă  tour, Thanaa rĂ©pond Ă  la question “Pourquoi s’impliquer dans le Made in Moris ?”. Plusieurs arguments sont apportĂ©s par les 3 salariĂ©s-ambassadeurs du label. Leur volontĂ© de travailler pour Made in Moris vient du besoin de faire Ă©voluer le pays dans le bon sens, en contribuant Ă  amĂ©liorer certains aspects. S’impliquer dans ce projet naĂźt d’un rĂ©el engagement patriotique, d’une fiertĂ© d’appartenance au pays. Yann prend la parole pour expliquer qu’il Ă©tait motivĂ© Ă  rejoindre l’aventure de Made in Moris aussi car il ressentait ce besoin de se rapprocher de ses racines, il voulait se rattacher Ă  son pays d’origine, surtout aprĂšs avoir Ă©tudiĂ© en France Ă  SciencesPo. Yann ajoute qu’en travaillant pour Made in Moris, il trouve du sens Ă  ses missions et apprĂ©cie particuliĂšrement le cĂŽtĂ© trĂšs concret de ses tĂąches : il veut accompagner les entreprises car, selon lui, “chaque entreprise mauricienne labellisĂ©e “Made in Moris” est un pas de plus vers une Ă©conomie mauricienne circulaire viable.”

Thanaa prĂ©cise que le Covid a accĂ©lĂ©rĂ© ce besoin de valorisation de la production locale en crĂ©ant une vraie concentration sur l’économie circulaire : de forts enjeux ont Ă©tĂ© mis en lumiĂšre grĂące Ă  cette crise mondiale. Les entreprises qui avaient le label ont mieux survĂ©cu Ă  la pandĂ©mie car elles ont de meilleurs process. 

Leur mission peut se rĂ©sumer en quelques mots : dĂ©marquer les produits dits “lĂ©gitimes” (c’est-Ă -dire produits localement avec une valeur ajoutĂ©e) des produits manufacturĂ©s ne rĂ©pondant pas aux critĂšres de traçabilitĂ© et de l’identitĂ© mauricienne. Ainsi, le label cĂ©lĂšbre fiĂšrement l’identitĂ© mauricienne trĂšs forte. Made in Moris est la seule marque pour les produits locaux de qualitĂ© Ă  Maurice. Les valeurs du label sont : citoyenne, responsable, dĂ©terminĂ©e, fĂ©dĂ©ratrice, novatrice, pĂ©renne.

Un des membres nous explique que l’utilisation du crĂ©ole a Ă©tĂ© un choix pensĂ© pour les Mauriciens, car le label a Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour eux. GrĂące Ă  l’utilisation de cette langue, les Mauriciens se sentent plus liĂ©s au label, donc aux marques bĂ©nĂ©ficiant du label “Made in Moris”. La communication est donc trĂšs axĂ©e sur le crĂ©ole mauricien, avec une stratĂ©gie ainsi qu’une ligne Ă©ditoriale trĂšs pointilleuse dans le but de “se faire une place auprĂšs des institutions, se faire entendre et faire entendre notre approche de qualitĂ©â€, d’aprĂšs Thanaa.

Thanaa nous diffuse une vidĂ©o de prĂ©sentation de l’organisme, en crĂ©ole mauricien. Nous sommes tous surpris car, finalement, presque rien ne nous Ă©chappe : la vidĂ©o est trĂšs claire et bien construite. Elle nous indique qu’il a fallu 2 mois de travail acharnĂ© pour la crĂ©er avec un vrai travail du discours, de l’animation, du motion design.

250 marques font partie du label Made in Moris, réparties dans 6 secteurs différents : agroalimentaires, industriels, culturels et créatifs, textiles, agricoles, industrie des services. Il a fallu un an et demi de travail pour ouvrir le label au secteur des services, en collaboration avec les entreprises. La certification est valable pour une marque mais pas pour une entreprise. Certaines entreprises ont donc plusieurs marques labellisées. Sur le site Made in Moris, il y a une page par marque, pour leur donner plus de visibilité. 

Mais Made in Moris est une entreprise ambitieuse : ils ne veulent pas s’arrĂȘter lĂ . Mobiliser le plus de secteurs possible Ă  Maurice autour d’un projet qui les rĂ©unit et valorise leur savoir-faire, voilĂ  l’aspiration du label. Booster l’industrie locale, Ɠuvrer en faveur d’une production mauricienne et dĂ©velopper ce nouveau modĂšle Ă©conomique sont l’essence mĂȘme du projet, du pledge Made in Moris. Made in Moris travaille sur 4 axes : former, innover, internationaliser et la RSE (responsabilitĂ© sociĂ©tale des entreprises). Made in Moris se plaint du fait qu’il y ait uniquement un “country branding” juste tournĂ© sur le tourisme. Ainsi, le label essaie d’avoir des entrĂ©es ailleurs.

Les membres de Made in Moris nous explique ce que signifie “#Nouastelokal” inscrit sur les kakĂ©monos. La catchphrase signifie “achetons local”.

Thanaa nous expose les diffĂ©rents moyens et canaux de communication de Made in Moris : apparition dans des journaux, tĂ©moignages vidĂ©o, spots radio, communiquĂ©s de presse, rĂ©seaux sociaux
 Yann, lui, nous explique Ă  son tour que les revenus de Made in Moris sont les sponsors, les frais d’adhĂ©sion et des formations payantes.

Un des principaux partenaires est la SGS, un organisme de certification international basĂ© en Suisse. Cette sociĂ©tĂ© a pour but d’optimiser l’impact positif local et global grĂące Ă  leur travail de certification lorsqu’une marque veut rejoindre le label. Le label a Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ© avec un cahier des charges en partenariat avec la SGS.

Puis, les membres nous expliquent le processus d’adhĂ©sion Ă  Made in Moris. L’équipe commence par filtrer les demandes, puis SGS est chargĂ©e des derniers contrĂŽles pour validation. Les cahiers des charges sont diffĂ©rents en fonction des industries. Les notations par critĂšre vont de 0 Ă  2 et il y a entre 72 et 95 critĂšres d’évaluation classĂ© en plusieurs grands items comme la gestion d’entreprise, l’engagement de la direction, la gestion des ressources humaines
 À l’intĂ©rieur de ces items, plusieurs “petits” critĂšres sont prĂ©sents tels que : les informations sur la gestion de l’entreprise (type numĂ©ro de SIRET), trademark, informations sur l’engagement de la direction sur l’éthique, les valeurs des fournisseurs en matiĂšres premiĂšres, la prĂ©sence de plans de successions dans l’entreprise
 La check-list des critĂšres pour l’obtention du label est revue tous les ans. Il faut obtenir 60 % en guise de note finale Ă  propos des critĂšres de sĂ©lection pour avoir le label. Yann nous indique que sur environ 90 critĂšres, cela correspond Ă  une cinquantaine de critĂšres remplis. 15 Ă  20 % des postulants sont pris du premier coup chaque annĂ©e. Yann nous dit que depuis janvier, une cinquantaine d’entreprises ont postulĂ©.

Made in Moris ne pĂ©nalise pas les entreprises qui ne rĂ©pondent pas aux critĂšres mais l’organisme les encourage, notamment grĂące Ă  la mise en place de sessions de conseils. Made in Moris veille Ă  promouvoir les entreprises qui ont les compĂ©tences et le mĂ©rite nĂ©cessaires pour faire rayonner la production locale mauricienne. Le label met en lumiĂšre des entreprises qui peuvent apporter de la qualitĂ© au label mais surtout Ă  la consommation sur l’üle. Le label est pensĂ© pour la rĂ©alitĂ© mauricienne.

Made in Moris fait quelques appels vers les entreprises mais la communication vers le monde de l’entreprise est de moins en moins nĂ©cessaire. Ils reçoivent entre 180 et 200 demandes par an.

Thanaa cite quelques entreprises qui font partie de la famille Made in Moris : Oxenham, Corson, Moroil, Précigraph, Sofap, Cernol, Margarine Industries


Le processus de recrutement est trĂšs prĂ©cis. L’équipe se rend dans l’usine, pendant au moins 4 h, pour veiller Ă  son bon fonctionnement et Ă©tablir le diagnostic Made in Moris. Un dossier peut prendre entre 3 semaines et 6 mois pour ĂȘtre traitĂ©. DiffĂ©rentes Ă©tapes sont nĂ©cessaires pour obtenir la labellisation : critĂšres d’éligibilitĂ©, dossier d’adhĂ©sion, prĂ©-visite par zoom, visite de conformitĂ©, labellisation (paiement des frais d’adhĂ©sion, charte graphique, communiquĂ© de presse
). L’adhĂ©sion coĂ»te entre 6 000 et 55 000 roupies, en fonction du chiffre d’affaires. Le label est valable 2 ans. Au bout de 2 ans, il faut refaire tout le processus pour ĂȘtre Ă  nouveau labellisĂ©.

Yann nous parle de l’”effet multiplicateur” : l’achat d’un produit fait vivre un pays. C’est un peu le cercle vertueux de l’économie circulaire. À Made in Moris, il valorise les entreprises qui produisent 25 % de valeur ajoutĂ©e au minimum. Thanaa prĂ©cise que les matiĂšres premiĂšres sont quasiment systĂ©matiquement importĂ©es : elles viennent de l’extĂ©rieur.

Made in Moris, aujourd’hui, c’est 150 entreprises et plus de 350 marques labellisĂ©es : 2 agricoles, 8 textiles, 1 hĂŽtelier, 5 services, plus de 10 culturelles et crĂ©atives, plus de 25 industriels et enfin, plus de 130 agro-alimentaires. 64 % des entreprises labellisĂ©es sont des PME. 

MĂȘme si le projet est privĂ© Ă  100 %, Made in Moris possĂšde d’étroits liens avec les institutions publiques. Made in Moris est soutenue et reconnue par l’Etat. L’objectif de base, en lien avec l’AMM, est d’accompagner la transformation de l’industrie locale en portant le plaidoyer de l’industrie locale auprĂšs du gouvernement. Made in Moris a donc Ă©galement un rĂŽle institutionnel et politique.

L’organisme veut “casser le mythe de l’entrepreneur bullshit Ă  Maurice parce que l’Île Maurice ce n’est pas que la plage et du sable”. Made in Moris veut aller au-delĂ  de l’idĂ©e qu’à Maurice, il n’y a que de la dĂ©brouille, et montrer qu’il y a aussi de la qualitĂ©. Made in Moris veut montrer une force de l’industrie, prouver que c’est un pays Ă©mergent. 

Nous demandons leur façon de communiquer sur les marques rĂ©cemment entrĂ©es dans le label. Il y a un photographe attitrĂ© qui va produire une sĂ©rie de clichĂ©s, puis une gamme de publications, Ă  partir d’un template, Ă  destination des rĂ©seaux sociaux du label est mis en Ɠuvre “Bienvenue dans la famille Made in Moris”. Ensuite, une page trĂšs complĂšte, dĂ©diĂ©e Ă  la marque sur le site du label, est tout de suite crĂ©Ă©e. Puis, une formation d’1 h 30 s’organise rapidement avec des salariĂ©s de la marque nouvellement labellisĂ©e pour apprendre comment utiliser le label dans le marketing. Cet atelier a apparemment un impact trĂšs positif.

Yann nous explique que l’Île Maurice souffre Ă©normĂ©ment de la fuite des cerveaux. Maurice est l’un des premiers pays d’Afrique Ă  souffrir de ce phĂ©nomĂšne. Il y a seulement une petite poignĂ©e de Mauriciens, partie Ă  l’étranger pour leurs Ă©tudes, qui reviennent. 

Il y a 3 millions de consommateurs Ă  Maurice, avec un salaire minimum Ă©quivalent Ă  250 euros, donc les gens ne consomment pas beaucoup. L’internationalisation devient alors une solution pour perpĂ©tuer le dĂ©veloppement de Made in Moris. L’idĂ©e d’internationaliser vient du fait que Maurice soit un marchĂ© de 3 millions d’habitants, donc exporter pour augmenter le marchĂ© devient une nĂ©cessitĂ©. Yann continue en disant que les produits Made in Moris intĂ©ressent les marchĂ©s de niches, comme les nouveaux riches en Afrique, par exemple au Kenya. Made in Moris ne peut pas produire en masse. Le label ne peut donc pas toucher l’Inde ou la Chine car ce sont des marchĂ©s trop grands. Marie-NoĂ«lle prend la parole en nous expliquant qu’il y a des choix rationnels Ă  faire, “on ne peut pas aller partout”. Elle Ă©voque la “maturitĂ© industrielle”. Yann explique ensuite qu’il aimerait avoir nos conseils pour internationaliser le label mauricien, faire reconnaĂźtre le label au niveau international : c’est leur prochain objectif.

Nous visionnons une vidĂ©o d’une animation marketing nommĂ©e “Trianon Activation” axĂ©e sur l’achat responsable. Elle est rĂ©alisĂ©e dans un supermarchĂ©. Il s’agit d’un des gros projets de communication sur toute l’annĂ©e. Cela consiste en une journĂ©e d’animation par mois dans un supermarchĂ©. Le but est d’encourager le consommateur Ă  acheter local : en achetant 10 produits locaux, 1 cadeau est offert au consommateur pour le rĂ©compenser de sa bonne action. Le consommateur a alors le droit de tourner la roue des cadeaux (“Spin and win”) : c’est une animation qui vise Ă  “dĂ©stresser le consommateur”. Ils sont en partenariat avec une radio locale. Les marques en profitent pour prendre la parole et parler de leur savoir-faire ce qui donne de la visibilitĂ© Ă  la marque mais aussi Ă  Made in Moris. Les rĂ©actions et feedback des individus sont globalement positifs, mais il est souvent reprochĂ© de promouvoir des produits plus chers. Thanaa nous explique que c’est logique car les produits Made in Moris sont produits en petit nombre, c’est une rĂ©alitĂ© tout en Ă©tant un rĂ©el frein. La difficultĂ© rĂ©side alors dans le fait de rĂ©ussir Ă  faire comprendre en quoi ces produits sont plus chers, mais que leur prix est lĂ©gitime. Marie-NoĂ«lle prĂ©cise mĂȘme qu’il y a eu un shift depuis le Covid : “avant le prix Ă©tait un vrai frein, un reproche, puis les mĂ©dias ont compris avec le Covid, il y a eu un changement dans les questions des journalistes, ils ne demandent plus ‘pourquoi c’est plus cher’, maintenant les questions portent sur ‘Comment consolider la consommation locale ? Comment rĂ©duire la dĂ©pendance Ă  l’importation ?’”.

La prochaine opĂ©ration similaire est prĂ©vue pour le 29 avril. Les membres nous expliquent qu’il y a dĂ©jĂ  eu d’autres Ă©vĂ©nements originaux comme un corners Made in Moris dans un pop-up store en 2020.

La rencontre touche à sa fin. Les membres de Made In Moris nous invitent à prendre une collation, avec, bien évidemment, des produits labellisés Made in Moris. Alors, nous nous amusons à chercher le logo du label sur les packaging. Marie-Noëlle nous met plusieurs paquets de biscuits dans nos sacs, pour que nous profitions un peu plus longtemps du label 100 % mauricien ! 

La crĂ©atrice du label “Managing Director”, Shirin Gunny, vient Ă  notre rencontre, elle semble ravie de nous voir. Elle nous affirme qu’elle est contente de nous donner une autre lecture du “Maurice carte postale”.

Puis, nous discutons encore un peu du voyage et de nos Ă©tudes parisiennes avec les collaborateurs avant de se souhaiter mutuellement une belle continuation.

Comme nous avons un peu de temps avant l’heure du dĂ©jeuner, Marie-NoĂ«lle nous fait conduire dans un centre commercial, le Bagatelle Mall by Ascencia. Nous en profitons pour changer notre argent français en roupies et espĂ©rons pouvoir acheter quelques souvenirs, mais le lieu ne correspond pas du tout Ă  nos attentes. En effet, l’ambiance du centre commercial nous gĂȘne aprĂšs avoir parlĂ© de consommation locale pendant deux heures. Les marques prĂ©sentes dans le centre commercial ne semblent pas majoritairement “Made in Moris”, au contraire, nous y retrouvons Ă©normĂ©ment de marques occidentales, prĂ©sentes dans tous les centres commerciaux français. Ce contraste nous perturbe et nous nous faisons rĂ©ciproquement la remarque. Nous ne faisons donc pas vraiment d’achats, espĂ©rant trouver le lendemain Ă  Port-Louis des produits plus authentiques et typiquement mauriciens. 

Nous remontons donc dans le van qui nous conduit au restaurant l’Escale crĂ©ole pour le dĂ©jeuner. Petite bulle bucolique et tropicale, l’Escale crĂ©ole est un des meilleurs restaurants oĂč nous nous sommes rendus lors de notre sĂ©jour. Les nappes Ă  carreaux, des panneaux “pas de wifi ici, faites la causette” et des bibelots colorĂ©s nous entourent. De nombreux plats aux saveurs crĂ©oles nous ont Ă©tĂ© proposĂ©s aprĂšs une entrĂ©e typique. Poisson, poulpe, poulet, bƓuf, lentilles, riz, aubergines, concombres
 Tout est fait pour que nous nous rĂ©galions ! Nous dĂ©couvrons une cuisine crĂ©ole familiale et authentique, avec Ă©pices et piments au rendez-vous des papilles. Nous terminons ce dĂ©licieux repas avec un dessert composĂ© d’un gĂąteau Ă  la banane, d’une mangue Ă  la vanille, et d’un biscuit coco-choco avec un shot de rhum.

DĂ©jeuner Ă  l’Escale crĂ©ole

AprĂšs ce dĂ©jeuner Ă  l’Escale crĂ©ole, nous remontons dans notre mini-bus, direction les bureaux de la MBC. La MBC, c’est la Mauritius Broadcasting Corporation, la sociĂ©tĂ© nationale de radio-tĂ©lĂ©vision de l’Île Maurice. Elle existe depuis 1964 et opĂšre sous une loi, le MBC Act, qui stipule qu’elle doit fournir des services de diffusion indĂ©pendants et impartiaux, d’informations, d’Ă©ducation, de culture et de divertissement dans les diffĂ©rentes langues enseignĂ©es ou parlĂ©es du pays. 

À l’arrivĂ©e, nous passons un contrĂŽle de police et sommes dĂ©posĂ©s directement Ă  l’entrĂ©e, ce qui ne nous laisse pas vraiment de possibilitĂ© de voir l’extĂ©rieur du bĂątiment. Nous sommes conduits dans les Ă©tages de l’immeuble, jusque dans une grande salle de confĂ©rence au milieu de laquelle trĂŽne une immense table en bois et de gros fauteuils en cuir. Nous sommes reçus par plusieurs membres importants de la MBC : le directeur de l’information, le directeur de la production, l’assistant du directeur gĂ©nĂ©ral et le responsable de l’intĂ©gration technologique. 

Contrairement Ă  nos autres rendez-vous, nos interlocuteurs n’ont pas prĂ©parĂ© de prĂ©sentation et attendent de nous que nous posions des questions, sur lesquelles ils pourront rebondir. Ne connaissant pas bien l’écosystĂšme mĂ©diatique mauricien, nous sommes un peu perdus, mais la discussion s’engage nĂ©anmoins assez rapidement. 

Nos interlocuteurs nous expliquent qu’en tant que tĂ©lĂ©vision de service public, la MBC a des obligations de service public, comme couvrir certains Ă©vĂ©nements religieux ou aller dans certains endroits.

Elle doit aussi vĂ©rifier ses informations, contrairement aux chaĂźnes privĂ©es, dont on nous dit qu’elles sont “extrĂȘmement rapides car elles ne vĂ©rifient pas leurs infos”. Nous voyons rapidement que les cadres de la MBC considĂšrent les informations des chaĂźnes privĂ©es comme moins qualitatives, accusant leurs concurrents de faire du “sensationnalisme”. Selon eux, la MBC met au contraire un point d’honneur Ă  vĂ©rifier ses informations, ce qui est selon eux ressenti par le public pour qui la MBC est synonyme d’information fiable, crĂ©dible (“reliable”). 

La MBC est aussi multiculturelle et multilingue, Ă  l’image de la sociĂ©tĂ© mauricienne aux besoins de laquelle elle doit rĂ©pondre. Sa devise, “L’unitĂ© dans la diversitĂ©â€, se retrouve dans ses programmes, produits dans 10 langues diffĂ©rentes. Elle diffuse des bulletins d’informations en quatre langues : le crĂ©ole mauricien, le français, l’anglais et la langue indienne. Le journal français, diffusĂ© Ă  19h30, est le journal d’information principal de la MBC, le plus long et le plus important. C’est une nouvelle preuve que le français reste trĂšs important Ă  Maurice, mĂȘme si l’anglais est la langue officielle du pays. 

De la mĂȘme façon, le service gĂ©nĂ©ral de la MBC est le service français. La MBC compte en effet quatre rĂ©dactions et 80 journalistes, rĂ©partis en diffĂ©rents desks (radio, sport, anglais, multimĂ©dia
). Pour la couverture d’un Ă©vĂ©nement, un journaliste du service gĂ©nĂ©ral se rend sur place, puis il y a un formatage de l’information selon la langue du journal (par exemple, le format sera plus court pour le journal anglais que français, car le journal dans sa totalitĂ© est plus court). Globalement, c’est le service gĂ©nĂ©ral, en français, qui fournit les informations aux autres services. Il en va de mĂȘme pour la radio, qui reçoit ses informations des services de tĂ©lĂ©vision (mais il lui arrive Ă©galement de faire son propre sourçage). 

Nous posons la question du profil des journalistes de la MBC. Selon nos interlocuteurs, ils sont diplĂŽmĂ©s en journalisme, en communication et en langues. Cela contraste avec la situation en France, oĂč seul le diplĂŽme de journaliste obtenu dans une Ă©cole reconnue par la profession peut permettre de travailler pour un grand mĂ©dia. À l’image de la sociĂ©tĂ© mauricienne, les journalistes sont au moins bilingues, beaucoup parlent mĂȘme trois langues ou plus. Leurs langues de travail sont le français et le crĂ©ole. 

AprĂšs cette prĂ©sentation de la MBC et de son fonctionnement, nous Ă©voquons les transformations du paysage mĂ©diatique et les moyens de financement dont dispose la sociĂ©tĂ©. À ce stade, la MBC vit de la redevance tĂ©lĂ© (d’un montant de 3 € par mois pour avoir accĂšs aux 18 chaĂźnes et Ă  la radio) et de la publicitĂ©, Ă  hauteur de 60 % du budget venant de la redevance et 40 % de la pub. Comme beaucoup d’autres mĂ©dias audiovisuels, la MBC est confrontĂ©e Ă  une baisse de ses revenus publicitaires, car comme ils nous le disent, “le media landscape Ă©volue beaucoup vers Internet” et les annonceurs font de plus en plus de publicitĂ© sur les rĂ©seaux sociaux.

La tĂ©lĂ©vision mauricienne est aussi concurrencĂ©e par les plateformes de streaming, notamment Netflix, qui reprĂ©sente un concurrent important. La plateforme explique selon nos interlocuteurs la baisse importante d’audience qu’ils observent aprĂšs le journal tĂ©lĂ©visĂ© de 19h30. MalgrĂ© tout, l’audiovisuel mauricien, comme en France, rĂ©siste mieux aux Ă©volutions du paysage mĂ©diatique que la presse, apparemment en dĂ©clin mĂȘme si elle reste beaucoup consommĂ©e Ă  Maurice.

Dans ce contexte, nous posons la question de l’évolution des formats pour mieux rĂ©pondre aux attentes du public et rester concurrentiel. Nos interlocuteurs nous expliquent que Maurice est un marchĂ© trĂšs restreint du fait de son petit nombre d’habitants, et que produire des programmes “de niche” demande donc trop d’investissements pour trop peu de rentabilitĂ©. L’enjeu est donc de dĂ©velopper des programmes qui vont intĂ©resser les mauriciens en grand nombre, comme des divertissements, des documentaires ou des programmes sportifs. La MBC produit ainsi 70 Ă©missions par mois.

Pour ce qui est de l’évolution des programmes, on nous explique qu’il y en a peu, apparemment en raison des obligations de service public auxquelles la MBC est soumise. Il y a cependant une rĂ©flexion sur ce sujet, notamment autour de la crĂ©ation de formats rapides, courts, car selon nos interlocuteurs, le public veut ce type de nouvelles courtes et directes. 

Enfin, nous notons plusieurs fois durant cet Ă©change que la MBC est critiquĂ©e pour sa couverture politique (une critique vite balayĂ©e par nos interlocuteurs, selon qui cette couverture politique ne compte que pour 5 Ă  10 minutes de la programmation journaliĂšre). Nous comprenons entre les lignes que la MBC est sans doute accusĂ©e d’ĂȘtre trop proche du pouvoir politique, mais nous n’en apprenons pas plus. 

Nous apprendrons plus tard pendant la visite qu’il y a d’autres enjeux politiques pour la MBC : selon notre guide, l’audience est assez “sensible”, que ce soit par rapport Ă  des questions religieuses ou en raison des liens de l’Île Maurice avec d’autres pays comme la France, le Royaume-Uni ou encore la Chine, et la MBC doit donc faire attention Ă  ce qu’elle diffuse. Cela pose la question de la partialitĂ© du traitement de l’information, mais Ă  nouveau, nous n’en apprenons pas plus.

AprĂšs cette entrevue, nous avons la chance de pouvoir visiter les locaux de la MBC, oĂč se trouvent les rĂ©dactions, les studios radio et tĂ©lĂ©, et tous les autres services qui permettent aux chaĂźnes de la sociĂ©tĂ© d’exister. L’étage oĂč a eu lieu notre Ă©change avec les cadres du groupe dispose de larges couloirs, mais dĂšs que l’on descend aux Ă©tages infĂ©rieurs, les couloirs sont plus Ă©troits, beaucoup n’ont pas de fenĂȘtres. Il y fait trĂšs chaud, certainement Ă  cause de la tempĂ©rature extĂ©rieure et de l’absence de climatisation efficace dans le bĂątiment. Nous relevons plusieurs traces de moisissures sur le plafond. Globalement, nous remarquons tous l’anciennetĂ© du bĂątiment, qui semble nous transporter immĂ©diatement dans les annĂ©es 80. Quelques semaines plus tĂŽt, nous avons visitĂ© les bureaux du groupe français BFMTV, et la comparaison est bien dure pour MBC. Les infrastructures semblent avoir trente ans de retard par rapport aux grands mĂ©dias français. 

Cela se vĂ©rifie quand nous visitons les rĂ©dactions, installĂ©es dans une grande salle dans plusieurs bureaux disposĂ©s en cercles, permettant d’identifier les diffĂ©rents services. Plusieurs journalistes sont prĂ©sents, mais nous ne retrouvons pas l’effervescence des open spaces des mĂ©dias français. De mĂȘme, la salle n’a pas de fenĂȘtres, Ă  l’opposĂ© des open spaces de BFMTV tous en baies vitrĂ©es. 

Nous visitons ensuite une sorte de salle de contrĂŽle, dans laquelle plusieurs Ă©crans diffusent en simultanĂ© toutes les chaĂźnes de la MBC. À un bureau, un employĂ© vĂ©rifie mĂ©ticuleusement que les programmes se dĂ©roulent bien, en s’appuyant sur un document qui retrace seconde par seconde le dĂ©roulĂ© des programmes de la journĂ©e, pubs comprises. On nous explique que la programmation est faite une semaine avant mais est revue tous les jours.

Salle de contrĂŽle dans les locaux de MBC

Notre guide nous emmĂšne ensuite visiter les studios radio, dont la plupart sont “digitaux” : selon notre guide, cela signifie qu’une seule personne, l’animateur, gĂšre toute son Ă©mission seul, en totale autonomie, en gĂ©rant Ă  la fois l’animation, le lancement des pubs, les jingles, les Ă©changes avec le public. Nous visitons le studio de Kool FM, une radio gĂ©nĂ©raliste, et rencontrons son animateur, Jonathan. Il Ă©change avec nous pendant qu’une chanson est diffusĂ©e, puis quand l’émission reprend, Jonathan nous prĂ©sente en direct en annonçant qu’il a avec lui en studio un groupe de français, en provenance de Paris. Surpris et amusĂ©s, nous passons en direct Ă  la radio mauricienne en parlant briĂšvement des arrondissements oĂč nous vivons. Puis Jonathan lance une musique de l’artiste française Wejdene et nous Ă©changeons briĂšvement sur la situation politique française, en pleine mobilisation sociale contre la rĂ©forme des retraites. Enfin, il nous demande de le suivre sur sa page Facebook tout en nous expliquant qu’il a fait des Ă©tudes en “com et broadcast”. 

Nous visitons aussi le bureau oĂč sont crĂ©Ă©es les habillages d’antenne, les infographies pour les informations, les graphismes pour les promotions de films
 Nous apprenons grĂące Ă  une carte affichĂ©e dans le bureau que les journalistes de la MBC travaillent avec Reuters, l’AFP, etc. Ils sont en fait affiliĂ©s Ă  plusieurs agences. De part leur histoire et leur situation gĂ©ographique, l’Île Maurice est liĂ©e aux pays du Commonwealth, mais aussi aux pays asiatiques, africains et de l’ocĂ©an Indien, ainsi que la France, bien sĂ»r. Cela explique les liens des journalistes avec de nombreuses agences internationales. 

Enfin, nous visitions les studios de tĂ©lĂ©vision, dont le plus grand a Ă©tĂ© remis Ă  neuf aux standards internationaux, Ă  l’époque de la version mauricienne de “Qui veut gagner des millions ?”, en 2018. Ce studio peut accueillir 100 spectateurs. La MBC dispose Ă©galement de studios avec des fonds verts, pour d’autres types d’émissions. Nous apprenons par hasard au cours de cette visite des studios que la MBC diffuse deux journaux d’informations par semaine en langue des signes. Il s’agit du premier journal prĂ©sentĂ© par des personnes sourdes. 

Plus grand studio télé de MBC
Nos camarades Cassilde, Lorraine et Alix dans l’un des studios tĂ©lĂ© de MBC

À la fin de notre visite, le personnel de la MBC nous distribue Ă  chacun un sac dans lequel nous trouvons un polo et une casquette portant le logo du groupe. Nous sommes touchĂ©s par cette attention et remarquons, comme lors de nos autres rendez-vous, Ă  quel point nous sommes bien reçus. 

Nous repartons de cette journĂ©e avec une meilleure comprĂ©hension des enjeux rencontrĂ©s par les entreprises et les mĂ©dias de l’Île Maurice et une meilleure vision de la spĂ©cificitĂ© de cette petite Ăźle et de son marchĂ© restreint et insulaire auquel les acteurs Ă©conomiques doivent s’adapter. 

Nous rentrons finalement Ă  l’hĂŽtel et terminons la journĂ©e les pieds dans l’eau, face au coucher du soleil. MalgrĂ© nos discussions de la journĂ©e et la volontĂ© des entreprises locales de donner Ă  voir une autre facette de l’Ăźle, nous apprĂ©cions aussi de profiter de ses dĂ©cors de carte postale !

Coucher de soleil sur la plage de Trou aux biches

Jeanne Morvan et Lucile Vaillant, le 6 avril 2023 Ă  17h30

Une journée au Domaine de Labourdonnais

PremiĂšre journĂ©e de dĂ©couverte de l’üle avec les Ă©lĂšves du master 2 mĂ©dias, communication et villes numĂ©riques Ă  l’üle Maurice. Nous nous rendons au Domaine de Labourdonnais, oĂč nous sommes attendus pour faire une visite du domaine mais aussi pour rencontrer les communicants de l’agence mauricienne Beyond Communications. Nous sommes accueillis par Jean-François Wiehe, le propriĂ©taire du Domaine de Labourdonnais ainsi que Bernard Maurice, le responsable du chĂąteau. Tout au long de la journĂ©e, nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs acteurs du domaine afin d’en savoir plus sur son fonctionnement et ses diffĂ©rents secteurs d’activitĂ©s.

L’Île Maurice et son hĂ©ritage colonial :

Nous commençons notre visite du Domaine de Labourdonnais par leur musĂ©e de l’Industrie sucriĂšre. AprĂšs quelques travaux rĂ©alisĂ©s sur le domaine, les propriĂ©taires ont dĂ©couvert des souterrains. Il s’agit d’un long couloir qui servait, au temps de l’exploitation de cannes Ă  sucre, Ă  alimenter les chaudiĂšres. Ce couloir Ă©tait surnommĂ© « le couloir de l’enfer » par les travailleurs qui devaient, tous les samedis matin, le nettoyer afin d’éviter un blocage des chaudiĂšres par un trop plein de bagasse. La chaleur y Ă©tait Ă©touffante, d’oĂč le surnom de « couloir de l’enfer ».

Aujourd’hui, le souterrain est accessible pour la visite et se compose de quatre panneaux explicatifs qui permettent aux visiteurs de comprendre comment une industrie sucriùre fonctionnait.

Le “couloir de l’enfer”

Ce « petit musĂ©e » comme aime l’appeler Bernard Maurice, est un vĂ©ritable tĂ©moignage du passĂ© colonial de l’Île Maurice. Cette histoire dĂ©bute avec l’arrivĂ©e des Hollandais en 1638. Ces derniers avaient saisi l’emplacement stratĂ©gique de l’Île Maurice sur la Route des Indes. Les Hollandais ont Ă©tĂ© les premiers Ă  coloniser l’üle. A cette Ă©poque, le commerce triangulaire est Ă  son apogĂ©e. Au total, entre le XVIIĂšme et le XIXĂšme siĂšcles, plus de 12 millions d’africains ont Ă©tĂ© rĂ©duits en esclavage. Parmi eux, 4 millions ont Ă©tĂ© amenĂ©s sur les Ăźles comoriennes, Ă  Madagascar et notamment sur l’Île Maurice. Lorsque le royaume de France prend possession de Maurice en 1715, celui-ci maintient l’esclavage de ces hommes et femmes. Ils sont forcĂ©s de travailler dans les exploitations sucriĂšres. Les esclaves ont pour mission d’extraire les cannes Ă  sucre.

© : le site internet de l’Aventure du Sucre

Dans l’histoire de l’Île Maurice, on estime que des esclaves ont Ă©tĂ© rapportĂ©s des quatre coins du globe. Certains provenaient de l’Afrique, d’autres de l’Inde ou encore de l’actuelle IndonĂ©sie. Au fil des siĂšcles, ces populations sont restĂ©es et ont crĂ©Ă© ensemble le paysage multiculturel de l’Île Maurice.

Bien conscients de ce passĂ© marquĂ© par l’arrivĂ©e des colons et l’exploitation de leur territoire, les jeunes gĂ©nĂ©rations mauriciennes cherchent dĂ©sormais Ă  contrebalancer leur Histoire en faisant une richesse. Il nous a semblĂ© que la force de l’Île Maurice rĂ©side en effet dans son multiculturalisme. L’agence de communication Beyond Communications en est un parfait exemple. Parmi ses nombreuses valeurs, on retrouve celle de l’inclusivitĂ©. L’équipe est composĂ©e de 35 personnes, venant tous d’horizons diffĂ©rents. Les outils de communication sont rĂ©digĂ©s en français, en anglais, mais Ă©galement en crĂ©ole mauricien.

© : le site internet de Beyond Communications

Une forte influence européenne :

Bernard nous emmĂšne ensuite visiter le chĂąteau de Labourdonnais, ressemblant davantage Ă  une maison d’architecture coloniale de style nĂ©oclassique italienne qu’un chĂąteau fort de la pĂ©riode mĂ©diĂ©vale europĂ©enne. Le nom du chĂąteau de Labourdonnais fut donnĂ© par les descendants de Jacques de Chasteigner Du MĂ©e vers 1839. La maison en bois teck est bĂątie sur deux Ă©tages avec le salon, la salle Ă  manger ainsi que le bureau au rez-de-chaussĂ©e et les chambres Ă  coucher au premier Ă©tage, ce qui la distingue des maisons coloniales de plain pied. La cuisine se situe en extĂ©rieur de la bĂątisse afin d’éviter les risques d’incendie de par sa construction en bois.

Le chĂąteau de Labourdonnais

Construit entre 1856 et 1859 par Christian William Wiehe qui acquiert le domaine en se mariant avec une hĂ©ritiĂšre, le chĂąteau est dĂ©corĂ© et meublĂ© Ă  l’europĂ©enne, avec notamment dans la salle Ă  manger, une tapisserie de la manufacture alsacienne Jean Zuber reprĂ©sentant une scĂšne de la nature europĂ©enne. Dans le chĂąteau, tous les meubles et la vaisselle sont importĂ©s d’Europe et plus particuliĂšrement d’Angleterre et de France, symboles d’élĂ©gance Ă  cette Ă©poque. Nous remarquons le mobilier de style victorien venu d’Angleterre ainsi que des meubles de style NapolĂ©on III.

La tapisserie alsacienne Jean Zuber

Mais les influences europĂ©ennes et notamment françaises ne s’arrĂȘtent pas au mobilier et Ă  la dĂ©coration d’époque de ce chĂąteau puisque mĂȘme aujourd’hui, Bernard nous apprend qu’entre 2006 et 2010, de nombreuses restaurations ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es et l’une d’entre elles a  fait l’objet de l’intervention de restaurateurs français : il s’agissait de la tapisserie de la salle Ă  manger. Aussi, le projet de musĂ©e souterrain a Ă©tĂ© pensĂ© et conçut par des experts français. Cependant, le reste de la restauration du chĂąteau a Ă©tĂ© confiĂ©e Ă  des artisans mauriciens, afin de mettre en avant le savoir-faire de l’üle Maurice.

Aussi, nous constatons un rĂ©el plurilinguisme au sein de l’üle. La langue officielle de l’üle Maurice est l’anglais (administratif, juridique, entreprises) mais le crĂ©ole mauricien et le français sont les plus parlĂ©s par la population insulaire. En tant que touristes français, nous avions parfois l’impression que la langue la plus parlĂ©e Ă©tait la nĂŽtre. Pendant notre journĂ©e au chĂąteau mais aussi Ă  l’agence de communication Beyond, nous apprenons que les communiquĂ©s de presse du Domaine de Labourdonnais, et plus gĂ©nĂ©ralement la presse locale de l’üle, sont rĂ©digĂ©s dans la langue française.

Des acteurs locaux qui ne demandent qu’à s’étendre sur le territoire mauricien :

Tout au long de notre visite, nous constatons une volontĂ© profonde du Domaine de Labourdonnais et de l’agence Beyond Communications d’agir localement sur l’Île Maurice.

Au Domaine de Labourdonnais, une grande importance est accordĂ©e au local. A l’entrĂ©e du Quartier des Serres, on retrouve l’épicerie « La Corbeille », une Ă©picerie qui met en avant les produits locaux, comme la vanille, le rhum, ou encore les paniers tressĂ©s. D’ailleurs, la sortie de ce magasin s’effectue en direction de la halle des Serres, lĂ  oĂč tous les samedis, les artisans et maraĂźchers locaux viennent vendre leurs produits.

À ce propos, le Domaine de Labourdonnais possĂšde une grande exploitation de fruits et lĂ©gumes, que nous avons eu la chance de visiter en camionnette de service.

Exploitation de fruits et légumes de Labourdonnais

Les fruits et lĂ©gumes qui y sont cultivĂ©s sont des produits de grandes consommations, comme les pommes de terre, mais aussi des fruits typiques comme l’atte. Depuis quatre ans, les employĂ©s travaillent Ă  rĂ©duire progressivement l’utilisation de pesticides, jusqu’à leur disparition totale dans quelques annĂ©es. L’objectif de cette action est double : proposer des fruits et lĂ©gumes sains pour la population mauricienne et protĂ©ger la biodiversitĂ© de l’Ăźle.

Pendant notre visite, Jean-François, le propriĂ©taire et hĂ©ritier du Domaine de Labourdonnais, nous explique qu’ils revendent beaucoup de leurs produits aux hĂŽtels de l’Île. Aujourd’hui, labellisĂ©s « Made in Moris » ils souhaitent axer leurs ventes Ă  destination de la population locale.

D’ailleurs, lors de notre visite au domaine, nous avons pu observer les cuves qui servent Ă  produire le rhum. Cinq cuves sont nĂ©cessaires pour la production. Dans la premiĂšre, 2 000 litres de jus de canne sont mĂ©langĂ©s avec 2 000 litres d’eau. Les quatre autres cuves servent Ă  la fermentation. Pendant cette pĂ©riode, il ne faut pas que le mĂ©lange dĂ©passe les 35 degrĂ©s. Pour cela, des ouvriers se relaient nuit et jour. Si la tempĂ©rature est dĂ©passĂ©e, le rhum ne pourra ĂȘtre consommĂ©. Le Domaine de Labourdonnais produit environ 400 000 bouteilles par an, toutes labellisĂ©es « Made In Moris ».

Cuves de production de rhum

AprĂšs cette visite, nous avons participĂ© Ă  une dĂ©gustation de leurs diffĂ©rents rhum. Nous avons commencĂ© par le rhum agricole. Au premier abord, le breuvage se rĂ©vĂšle costaud. La responsable marketing du domaine nous annonce qu’il est Ă  50 degrĂ©s. Puis une douce saveur de fruits vient tapisser le fond du palais. Nous avons ensuite goĂ»tĂ© un autre rhum agricole, mais cette fois-ci plus doux, Ă  40 degrĂ©s. Ensuite, la responsable marketing nous a proposĂ© de tester les trois rhums ambrĂ©s. Le premier rĂ©vĂ©lait des notes boisĂ©es, avec un lĂ©ger goĂ»t de banane. Celui-ci se nommait « Lady Blue ». Le deuxiĂšme, « 1774 » nous laissait en bouche un doux parfum d’agrumes : kumquat, mangue et pamplemousse apportent une note fruitĂ©e au goĂ»t de cognac que nous pouvons ressentir. Enfin, nous avons terminĂ© avec « Amelia », un rhum qui laissait en bouche un pĂ©tillant goĂ»t de vanille. Par cette dĂ©gustation, nous avons saisi l’importance de la production artisanale et locale.

Dégustation des différents rhums produits au domaine de Labourdonnais

Le Domaine de Labourdonnais cherche Ă  s’imposer comme un acteur local majeur. En ce sens, celui-ci a dĂ©veloppĂ© sur son terrain un immense projet hybride. Ancienne exploitation sucriĂšre, le domaine est dorĂ©navant un producteur de rhum, de fruits et de lĂ©gumes, de produits dĂ©rivĂ©s comme la confiture et les pĂątes de fruits, mais c’est aussi le lieu de travail de nombreuses entreprises locales. Les anciens bĂątiments de l’activitĂ© de cannes Ă  sucre ont Ă©tĂ© transformĂ©s en bureaux. Un centre paramĂ©dical a Ă©tĂ© Ă©difiĂ©, Ă  cĂŽtĂ© du Quartier des Serres, un centre commercial axĂ© sur la vente de produits locaux. Également, le chĂąteau de Labourdonnais a Ă©tĂ© transformĂ© en musĂ©e et se visite toute l’annĂ©e. Le Domaine a Ă©tĂ© pensĂ© dans une logique de centralisation des besoins.

De la mĂȘme façon, l’agence Beyond Communications a Ă©tĂ© pensĂ©e « localement ». L’agence fait d’ailleurs partie des cinq premiĂšres agences de communication mauriciennes et elle est considĂ©rĂ©e comme la plus importante en termes d’actions sur les rĂ©seaux sociaux.

L’entreprise ne travaille qu’avec des entreprises locales, ou des filiales qui cherchent Ă  s’installer sur le territoire. Leurs actions de communication sont Ă©mises pour les Mauriciens.

Enfin, au cours de nombreux Ă©changes que nous avons pu avoir avec les diffĂ©rents membres de l’équipe, nous avons Ă©tĂ© marquĂ©s par leur volontĂ© d’aider leur pays Ă  se dĂ©velopper. Tous sont partis faire leurs Ă©tudes Ă  l’étranger, que ce soit en France ou en Australie, avec l’objectif de revenir dans leur pays pour y apporter de nouvelles compĂ©tences et ainsi, permettre Ă  l’Île Maurice de grandir au sein d’une sociĂ©tĂ© mondialisĂ©e. Nous avons d’ailleurs fait ce constat tout au long de la semaine Ă  travers les diffĂ©rents Ă©changes que nous avons pu avoir avec les acteurs mĂ©diatiques et financiers.

L’Ă©quipe de Beyond Communications et les Ă©lĂšves de Master 2 MCVN

Le Quartier des Serres, une ambiance plus communautaire :

En fin de matinĂ©e, nous partons pour le Quartier des Serres, le centre commercial du Domaine de Labourdonnais. Nous retrouvons Olivia, la manager du quartier des Serres, qui nous prĂ©sente rapidement le lieu car nous sommes attendus pour manger dans un des restaurants du centre. Nous dĂ©couvrons un endroit trĂšs moderne et parfaitement entretenu oĂč nous retrouvons des espaces de coworking, des bureaux de petites et moyennes entreprises ainsi qu’une salle de sport, des magasins de petits crĂ©ateurs et des restaurants. Nous soulignons une rĂ©elle volontĂ© de donner tous les moyens possibles aux nouveaux acteurs de l’üle afin qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions qu’il soit.

Le Quartier des Serres

Cependant, nous Ă©prouvons un Ă©trange sentiment lors de cette visite qui nous paraĂźt ĂȘtre en dĂ©calage avec la rĂ©alitĂ© que nous avons pu observer prĂšs de notre lieu d’hĂ©bergement avec notamment des vendeurs de rue, et plus encore les jours d’aprĂšs lorsque nous nous sommes rendus Ă  Port-Louis. En effet, l’architecture quasi parfaite du quartier contraste Ă©normĂ©ment avec le reste de l’üle. Nos premiĂšres impressions sont confirmĂ©es un peu plus tard lors de notre dĂ©jeuner dans un des restaurants du centre, qui ressemble beaucoup aux lieux que nous avons l’habitude de frĂ©quenter en Europe avec un esprit “bobo”. Lors de notre visite au Quartier des Serres, nous avons le sentiment de nous Ă©loigner des racines de l’üle Maurice et de nous retrouver dans une ambiance plus europĂ©enne.

Plus gĂ©nĂ©ralement, notre journĂ©e au Domaine de Labourdonnais nous a semblĂ© manquer d’un Ă©lĂ©ment primordial de son histoire : l’esclavagisme. La visite ayant Ă©tĂ© principalement axĂ©e sur la vie de chĂąteau, sur les diffĂ©rents propriĂ©taires du domaine et sur les nouvelles infrastructures innovantes mises en place pour dĂ©velopper l’üle Maurice, nous aurions aimĂ© entendre l’histoire de cette pĂ©riode fondatrice de l’insularitĂ©, qui fait ce qu’elle est aujourd’hui. Nous pensons qu’il est important de tĂ©moigner davantage sur le travail des esclaves ainsi que sur les pertes et dommages humains que cette pĂ©riode coloniale a pu engendrer afin d’en faire un exemple.

Conclusion : 

Le Domaine de Labourdonnais et l’agence Beyond Communications sont des structures qui ont Ă©tĂ© marquĂ©es par l’histoire de leur pays. L’une trĂšs ancienne, cherche Ă  se renouveler constamment pour rĂ©pondre aux demandes des locaux, et s’imposer comme un acteur mauricien majeur Ă  l’étranger, notamment par sa prĂ©sence Ă  des salons internationaux. L’autre est dirigĂ©e par les nouvelles gĂ©nĂ©rations mauriciennes, convaincues que leurs compĂ©tences acquises Ă  l’étranger vont leur permettre de participer Ă  la croissance de l’Île Maurice sur la scĂšne internationale.

 

Cassilde Le Huédé et Lorraine Boutet

Compte-rendu du mardi 28 mars 2023

En ce mardi 28 mars 2023 au matin, nous partons tĂŽt pour rejoindre la partie sud de l’üle Maurice. Une bonne ambiance rĂšgne dans le van, puisque c’est l’anniversaire de notre trĂšs chĂšre Cassilde. Il n’y a pas trop d’embouteillages, nous roulons en direction de Chamouny, pour y rencontrer Le VĂ©lo Vert, une association de soutien au dĂ©veloppement agroĂ©cologique.

À notre arrivĂ©e, nous faisons connaissance avec son PrĂ©sident & Team Leader, Bruno Dubarry, qui nous prĂ©sente l’histoire, l’équipe et la raison d’ĂȘtre du VĂ©lo Vert. FondĂ©e en 2014 par GĂ©raldine d’Unienville, l’association naĂźt d’une volontĂ© personnelle : se fournir en produits de qualitĂ© et de proximitĂ©, Ă  Maurice. À l’origine, la structure se concentre sur la production et la distribution de proximitĂ© avec pour objectif la valorisation des petits producteurs. C’est au fil des annĂ©es qu’elle se spĂ©cialise Ă©galement dans la formation et la sensibilisation Ă  l’agroĂ©cologie. TrĂšs rapidement, elle est soutenue par des associations Ă  l’international, mais aussi par des aides institutionnelles et des sponsors privĂ©s. Son nom, “VĂ©lo Vert”, traduit l’idĂ©e de circuits courts (on peut trouver toute la nourriture dont on a besoin Ă  quelques coups de pĂ©dale), de proximitĂ© avec la nature, la biodiversitĂ©.

En 2023, l’équipe du VĂ©lo Vert se compose de deux agronomes, deux fermiers, deux laboureurs, un Ă©leveur, un gardien, un chargĂ© de communication, un secrĂ©taire et un comptable. L’objectif de cette annĂ©e est de crĂ©er une application mobile pour mettre plus facilement en relation les produits issus de l’agroĂ©cologie et les consommateurs, qu’ils soient privĂ©s ou professionnels (restaurants, chaĂźne d’hĂŽtels, etc.).

Photo de l'Ă©quipe du VĂ©lo Vert
Une partie de l’Ă©quipe du VĂ©lo Vert

Une transition agroécologique devenue nécessaire

Les rĂ©centes crises internationales (Covid-19 et guerre russo-ukrainienne) ont rĂ©vĂ©lĂ© l’enjeu d’autosuffisance alimentaire auquel doit faire face l’üle Maurice. En effet, l’üle connaĂźt une forte dĂ©pendance Ă©conomique au monde extĂ©rieur. Une rĂ©elle prĂ©occupation est donc nĂ©e parmi la population mauricienne lors de ces crises mondiales : comment allons-nous faire si nous ne sommes pas autonomes ? ParallĂšlement, les consĂ©quences du rĂ©chauffement climatique (montĂ©e des eaux, cyclones, sĂ©cheresses
) et les questions de santĂ© publique (Maurice a le taux de pesticides le plus important au mĂštre carrĂ©) font Ă©galement pression pour crĂ©er une agriculture plus saine et plus durable.

Face Ă  ces problĂ©matiques, l’agroĂ©cologie est “la technique du futur”, comme on le lit sur les prospectus dĂ©livrĂ©s par Le VĂ©lo Vert. “Elle prend soin des Ă©cosystĂšmes qui, Ă  leur tour, rĂ©compensent les agripreneurs avec un meilleur rendement et davantage de ressources”. Mais comment l’agroĂ©cologie fait-elle cela ? En quoi consiste un projet agroĂ©cologique ? RĂ©ponse en images de la part du prĂ©sident du VĂ©lo Vert, Bruno Dubarry :

Ainsi, l’agroĂ©cologie se diffĂ©rencie des autres modĂšles agricoles car elle se base sur les opportunitĂ©s qu’offrent les Ă©cosystĂšmes. Autrement dit, elle s’appuie sur l’environnement existant, du sol notamment, qu’il faut aider dans sa mission de fournir de la nourriture et des moyens naturels de maintenir la productivitĂ© et de lutter contre les ravageurs”. Mais alors, quelles diffĂ©rences entre le biologique et l’agroĂ©cologie ? Le biologique est une certification qui approuve que la production a Ă©tĂ© effectuĂ©e sans pesticide. Le produit est donc finalement garanti sain mais les techniques utilisĂ©es pour y parvenir ne sont pas forcĂ©ment durables. Au contraire, elles sont parfois industrielles. En agroĂ©cologie, les produits peuvent ĂȘtre certifiĂ©s biologiques et sont cultivĂ©s sur une terre durable.

Comment faire en sorte que l’écosystĂšme soit vertueux ? 

Une phase d’expĂ©rimentation est nĂ©cessaire pour voir comment le vivant interagit. Le terrain du VĂ©lo Vert est ainsi sĂ©parĂ© en plusieurs zones d’expĂ©rimentation (compostage, pĂ©piniĂšre, maraĂźchage, etc.). Par exemple, plusieurs techniques de compostage, plus ou moins grandes, sont testĂ©es pour voir quelles combinaisons de dĂ©chets organiques apportent le plus de rendement ou nĂ©cessitent plus ou moins d’eau.

Photo de la zone de compost sur le terrain du VĂ©lo Vert
Zone de compost sur le terrain du VĂ©lo Vert
Photo de la zone d'agroforesterie sur le terrain du VĂ©lo Vert
Zone d’agroforesterie sur le terrain du VĂ©lo Vert

L’élevage “par opportunisme” est Ă©galement une solution : les poules fermiĂšres aideront Ă  entretenir le terrain, tout comme les moutons et chĂšvres aideront Ă  dĂ©sherber. À l’inverse, il faut mettre des barriĂšres aux animaux invasifs, qui crĂ©eront des dĂ©gĂąts en pillant les fruits (cochons, mangoustes, singes, etc. ).

Photos des moutons et chĂšvres de la ferme du VĂ©lo Vert
Moutons et chĂšvres de la ferme du VĂ©lo Vert

L’agroĂ©cologie repose donc sur la prĂ©paration d’un Ă©cosystĂšme dans lequel les plantes se suffisent Ă  elles-mĂȘmes pour prospĂ©rer et ce, malgrĂ© le dĂ©rĂšglement climatique, puisque le sol, prĂ©parĂ© en amont, est censĂ© leur apporter tout ce dont elles ont besoin.

Un dĂ©fi : convertir Ă  l’agroĂ©cologie

Il ne faut pas se leurrer, l’agroĂ©cologie est un projet ambitieux. Si nous avons vu que la transition agroĂ©cologique devait se faire (par nĂ©cessitĂ©s Ă©conomique et Ă©cologique), encore faut-il qu’elle soit perçue comme telle. En effet, il faut dĂ©jĂ  susciter une prise de conscience sur sa nĂ©cessitĂ© au sein de la population mauricienne. Or, l’agroĂ©cologie n’est pas enseignĂ©e sur l’üle Maurice, trĂšs peu de personnes s’y intĂ©ressent voire connaissent cette mĂ©thode agrologique. C’est pourquoi la phase III du programme EMBEROI (programme d’Expansion en MaraĂźchage Biologique avec Expertise RĂ©gionale OcĂ©an Indien,  lancĂ© par Le VĂ©lo Vert en 2016), soutenue par l’Union EuropĂ©enne, la MCB et le Groupe Eclosia, inclut la crĂ©ation d’une acadĂ©mie en agroĂ©cologie, en partenariat avec FAREI, Forma’Terra de La RĂ©union et le Regional Training Center. L’objectif est de former 125 agripreneurs entre 2021 et 2024.

Description du Projet EMBEROI
Le Projet EMBEROI

Par ailleurs, faire Ă©voluer les pratiques est onĂ©reux : comment convaincre les agriculteurs de changer radicalement leur systĂšme de production, et donc de non seulement faire une croix sur leurs revenus le temps de la transition mais aussi d’engager de l’argent dans ce projet ? “Il faut qu’ils voient que ça marche” nous rĂ©pond Bruno Dubarry. Il y a donc un enjeu de communication crucial. C’est pourquoi Le VĂ©lo Vert, en accord avec la phase 3 du programme EMBEROI, communique les rĂ©sultats d’expĂ©rimentation et sensibilise les publics non-professionnels Ă  l’agroĂ©cologie dans tous les mĂ©dias locaux : articles de presse, reportages tĂ©lĂ©, rubrique mensuelle dans un hebdomadaire, interviews dans un annuaire de l’agro-industrie
 Leur but est de se positionner comme un acteur Ă©conomique majeur pour montrer aux producteurs qu’il y a une demande. Mais ce n’est que le dĂ©but : l’objectif du VĂ©lo Vert est d’avoir une centaine d’agriculteurs Ă  leur cĂŽtĂ©, ils n’en ont pour l’instant qu’une dizaine.

 

Visite de l’hĂŽtel Heritage – Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality :

AprĂšs cette visite trĂšs enrichissante du VĂ©lo Vert, nous sommes allĂ©s Ă  la rencontre du Sustainability Officer et de son Ă©quipe de coordinateurs au sein de l’hĂŽtel Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality.

“ At Rogers Hospitality, we nurture innovation and anticipate guest’s expectations (…). We put people at the heart of everything we do. Our vision is to create moments to remember, deliver outstanding experiences and everlasting memories for our guests at all our resorts and outlets”. 

” Chez Rogers Hospitality, nous encourageons l’innovation et anticipons les attentes de nos clients (…). Nous plaçons les personnes au cƓur de tout ce que nous faisons. Notre vision est de crĂ©er des moments inoubliables, d’offrir des expĂ©riences exceptionnelles et des souvenirs impĂ©rissables Ă  nos clients dans tous nos centres de villĂ©giature et nos points de vente”.

FondĂ© en 1982, le Groupe Rogers Hospitality est l’une des trois principales firmes prĂ©sentes sur le sol mauricien. Parmi ses secteurs d’activitĂ©, on retrouve notamment ceux de la finance, de la fine tech, du tourisme et de l’hĂŽtellerie, qui sont particuliĂšrement porteurs Ă  Maurice.

Photographie extraite d’un post promotionnel publiĂ© sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all
Photographie extraite d’un post promotionnel publiĂ© sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all

En quĂȘte d’innovation et afin de s’insĂ©rer au mieux dans les enjeux durables et environnementaux actuels, le groupe a lancĂ© depuis peu son “Rogers Hospitality Sustainability Program”. Ce programme a pour but de proposer Ă  sa clientĂšle touristique une expĂ©rience inĂ©dite qui se diffĂ©rencie de celles qu’offrent ses concurrents. De fait, si les activitĂ©s motorisĂ©es ont le vent en poupe sur l’üle, rendre ce qu’ils appellent les “activitĂ©s de conservation” attractives constitue un vĂ©ritable dĂ©fi. Les activitĂ©s dites “de conservation” collectivement associĂ©es Ă  une charge et Ă  une responsabilitĂ© citoyenne plutĂŽt qu’à une activitĂ© touristique et de loisir, les Ă©quipes de Bel Ombre ont dĂ©cidĂ© d’aborder le coĂ»t Ă©cologique engendrĂ© par le tourisme de masse en valorisant les impacts que les touristes peuvent avoir individuellement et passivement en rĂ©sidant dans les complexes hĂŽteliers du Groupe Rogers Hospitality. Faisant ainsi d’un pierre deux coups, ils rappellent subtilement Ă  leur clientĂšle ce Ă  quoi ils ont pu contribuer lors de leur sĂ©jour au moment de rendre les clĂ©s de leur chambre. Une bonne maniĂšre de planter une graine Ă©co-citoyenne et durable dans l’esprit des consommateurs tout en remerciant les touristes de les avoir choisis pour leurs vacances !

Vue sur le jardin se trouvant sur devant l'accueil de l'hÎtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle) 
Vue sur le jardin se trouvant devant l’accueil de l’hĂŽtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle)

Des piliers qui prennent racine dans le monde d’hier pour mieux bñtir celui de demain 

Cette initiative, dont le slogan  “NOW FOR TOMORROW” Ă©voque une vision tournĂ©e vers l’avenir et une volontĂ© d’agir pour penser les enjeux de demain, se fonde sur 5 piliers : 

  • Le premier est celui de la transition Ă©nergĂ©tique. Il se concentre essentiellement sur un objectif bas carbone visant Ă  compenser celui Ă©mis par le groupe plutĂŽt qu’à simplement  le rĂ©duire. En effet, si l’on sait dĂ©sormais qu’atteindre la neutralitĂ© carbone est un mythe, l’objectif est, pour eux, de rĂ©ussir Ă  calculer leur production rĂ©elle de carbone afin de la compenser honnĂȘtement – notamment en plantant le nombre d’arbres correspondant. Il ne suffit plus de s’auto-proclamer “Carbon Offsetting” aujourd’hui, et ça, le groupe l’a bien compris. 

 

  • Le deuxiĂšme est celui de la prĂ©servation de la biodiversitĂ© et des Ă©cosystĂšmes particuliĂšrement riches de Maurice. Pour ce faire, Rogers Hospitality finance et accompagne les rĂ©serves naturelles qui tentent de se dĂ©velopper. De mĂȘme, le groupe finance dĂ©sormais une certification assurant Ă  leurs clients que les produits qu’ils consomment ne contiennent pas d’agents nocifs pour leur santĂ©. Cette certification, lancĂ©e sous l’égide de la Fondation pour l’Éducation Environnementale, porte le nom de “Greenky” et rĂ©pond Ă  environ 70 critĂšres sĂ©lectionnĂ©s chaque annĂ©e en fonction des enjeux majeurs identifiĂ©s. En outre, quelques-uns sont choisis pour ĂȘtre les objectifs annuels majeurs et propulsĂ©s en haut de la liste afin d’ĂȘtre identifiĂ©s comme les “indispensables” Ă  l’échelle du Groupe dans sa totalitĂ©. 

 

  • Le troisiĂšme pilier rĂ©pond Ă  une volontĂ© forte de promouvoir les Ă©conomies circulaires Ă  Maurice. Pour rĂ©pondre Ă  cette demande, le Groupe fait appel et soutient des ONG (Organisations Non-Gouvernementales) telles que “Food Wise”. À l’horizon 2023, le Groupe prĂ©voit de miser sur des partenariats avec des ONG pour l’organisation de redistributions – notamment alimentaires. À titre d’exemple, un de leur objectif serait de rĂ©ussir Ă  rĂ©cupĂ©rer environ 26 millions de piles dans leurs hĂŽtels, ce qui leur permettrait de replanter 27 arbres sur l’üle. De mĂȘme, un de leurs partenaires majeurs est la coopĂ©rative Plankton, spĂ©cialisĂ©e dans le recyclage du verre, que nous Ă©voquerons en dĂ©tails plus tard. La question du recyclage est ainsi primordiale au sein du Groupe, puisqu’il s’engage Ă  recycler 75% de ses dĂ©chets, avec un objectif de 90% pour 2023 dans le cas du plus gros hĂŽtel de l’üle – soit celui de Bel Ombre que nous avons eu la chance de visiter. Dans cette mĂȘme idĂ©e, nous avons remarquĂ© le dĂ©sir de diminuer autant que faire se peut le nombre de dĂ©chets non recyclables qu’ils gĂ©nĂšrent et utilisent. 

 

  • La quatriĂšme fait rĂ©fĂ©rence Ă  ce que Rogers a dĂ©cidĂ© d’appeler les “CommunautĂ©s Vibrantes”. L’objectif est de soutenir les diffĂ©rentes communautĂ©s prĂ©sentes sur l’üle dont la multiculturalitĂ© pourrait ĂȘtre Ă©rigĂ©e en exemple Ă  travers le monde ; tout en s’intĂ©ressant aux richesses inexploitĂ©es de celles avoisinantes. Depuis peu, Rogers Hospitality tente notamment d’inverser le questionnement habituel des habitants de l’üle Maurice. Il s’agit dĂ©sormais de se demander quel type de plats cuisiner avec ce qui pousse dans la rĂ©gion, et non pas l’inverse. Au sein de l’hĂŽtel Bel Ombre, l’équipe a donc lancĂ© de nombreuses “Sustainability Initiatives” destinĂ©es aux clients, notamment son cĂ©lĂšbre potager qui permet aux touristes de dĂ©guster les fruits et lĂ©gumes cultivĂ©s sur place.

 

  • Enfin, Rogers Hospitality parle de “dĂ©veloppement inclusif”. Quel que soit le secteur dans lequel il s’implique, cette question semble ĂȘtre une sorte de “motto” omniprĂ©sent dans l’esprit des Ă©quipes de Rogers Hospitality qui cherchent Ă  faire en sorte que chacune des parties prenantes se sente inclue au jour le jour dans les projets en cours. 

Comme le souligne Sara, Communication and Media Relations Executive au sein du Groupe, le programme reprĂ©sente un trĂšs gros enjeu en termes de communication. Elle Ă©voque notamment le risque – commun Ă  de nombreuses entreprises aujourd’hui – d’ĂȘtre taxĂ© de “greenwashing” et l’attention particuliĂšrement soutenue qu’elle porte aux tournures de phrase ou, plus globalement, Ă  tout le travail nĂ©cessaire pour acquĂ©rir crĂ©dibilitĂ© et visibilitĂ© dans chacune des campagnes de communication qu’elle promeut.

Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice 
Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice

Un mot que l’on aura retrouvĂ© dans les discours de chacun de nos interlocuteurs durant cette journĂ©e est celui de la “rĂ©silience”. En effet, si la rĂ©silience est la “force morale ou la qualitĂ© qui permet Ă  quelqu’un de ne se laisser ni dĂ©courager ni abattre” (CNRTL), il semble Ă©vident qu’à la lumiĂšre des considĂ©rations actuelles, rĂ©aliser l’impact que nous pouvons avoir et chercher à  le minimiser ne suffit plus. Il s’agit aujourd’hui de rĂ©parer les erreurs commises par le passĂ© afin d’anticiper les difficultĂ©s auxquelles nous serons confrontĂ©s demain. 

 

Plankton Recycling Co-operative Society Ltd : “L’homme n’est que poussiĂšre, c’est dire l’importance (…)” du verre ! (citation d’Alexandre Vialatte) : 

Nous avons ensuite eu la chance d’échanger avec CĂ©dric Descombes, directeur de l’entreprise Plankton Recycling, spĂ©cialisĂ©e dans le recyclage et la transformation du verre en agrĂ©gats. Aujourd’hui, ce qu’on appelle la RSE ou la ResponsabilitĂ© Sociale des Entreprises reprĂ©sente 2% des entreprises Ă  but non lucratif affectĂ©es au social et Ă  l’environnement. 

À Maurice, peut-ĂȘtre plus qu’ailleurs, rĂ©pondre Ă  la question de la gestion des dĂ©chets s’impose peu Ă  peu dans les mentalitĂ©s de ses habitants comme une urgence Ă  traiter. L’économie mauricienne reposant en grande majoritĂ© sur l’activitĂ© touristique de l’üle, les complexes hĂŽteliers se confrontent en effet sans cesse Ă  cette problĂ©matique grandissante. Ainsi, alors que l’üle Maurice jette environ 20.000 tonnes de bouteilles par an (ce qui reprĂ©sente environ 20% de ses dĂ©chets au total), Plankton en recycle aujourd’hui 500.000 en moyenne et ce, bien qu’elle soit encore relativement jeune. 

Photographie personnelle d'un tas de détritus plastiques traités par l'hÎtel Heritage - Bel Ombre 
Photographie personnelle d’un tas de dĂ©tritus plastiques traitĂ©s par l’hĂŽtel Heritage – Bel Ombre

Plankton fut initialement fondĂ©e comme une ONG mais fut transformĂ©e en 2014 en CoopĂ©rative, ce qui a permis un recrutement progressif de salariĂ©s s’impliquant Ă  temps plein dans le projet. Par ailleurs, ce changement visait Ă  solutionner un enjeu de lĂ©gitimitĂ© qui a pu poser problĂšme Ă  cette pĂ©riode. Une coopĂ©rative Ă©tant considĂ©rĂ©e comme telle Ă  partir de cinq employĂ©s Ă  Maurice, accroĂźtre la lĂ©gitimitĂ© de chacun face Ă  cette initiative signifiait Ă©galement accroĂźtre l’implication et l’engagement de chacun. 

Pour en revenir aux fondements mĂȘme de Plankton, il apparaĂźt que le sable – aussi absurde que cela puisse paraĂźtre, est la troisiĂšme ressource la plus utilisĂ©e Ă  l’échelle mondiale. N’a-t-on pas assistĂ© il y a peu Ă  des vols organisĂ©s sur les plages bordant la mĂ©diterranĂ©e dans le sud de la France ? L’idĂ©e de transformer le verre en sable a donc semblĂ© s’imposer d’elle-mĂȘme. 

Photographie personnelle du processus de traitement des déchets réalisé par l'entreprise Plankton 
Photographie personnelle du processus de traitement des dĂ©chets rĂ©alisĂ© par l’entreprise Plankton

Économiquement parlant, le marchĂ© principal de l’entreprise est, Ă  l’heure actuelle, celui des filtrations pour piscine. Il s’intĂšgre donc parfaitement dans cette vision plus durable d’une Ă©conomie circulaire oĂč comme le disait Lavoisier : “Rien ne se perd, rien ne se crĂ©e, tout se transforme”. Le verre redevient sable et les dĂ©chets produits par les villas et hĂŽtels qui permettent Ă  l’üle de vivre et de prospĂ©rer servent dĂ©sormais au traitement des eaux usĂ©es pour l’entretien des piscines si prisĂ©es des touristes. En outre, le verre dure deux fois plus longtemps que les matĂ©riaux habituellement utilisĂ©s et est moins propice Ă  la prolifĂ©ration des bactĂ©ries. Ainsi, le coĂ»t et la nĂ©cessitĂ© d’entretien sont bien moindres et le marchĂ© plus simple Ă  conquĂ©rir. 

Enfin, si d’autres opportunitĂ©s ne sauraient tarder, le marchĂ© mondial ouvre d’ores et dĂ©jĂ  ses portes Ă  Plankton puisque le verre traitĂ© par la coopĂ©rative est Ă©galement utilisĂ© pour rĂ©aliser le dĂ©capage des containers. Cette technique de “sablage”- aussi appelĂ©e “glass-blasting” – des containers prĂ©sente Ă©galement une plue-value certaine puisque le verre traitĂ© est neutre alors mĂȘme que les roches qui Ă©taient utilisĂ©es jusqu’à prĂ©sent pouvaient ĂȘtre particuliĂšrement abrasives. 

Photographie personnelle des déchets une fois qu'ils ont été traités par la coopérative Plankton 
Photographie personnelle des dĂ©chets une fois qu’ils ont Ă©tĂ© traitĂ©s par la coopĂ©rative Plankton

Alix Caudart & Alysée Delaruelle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search