Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Les « ouvriers du clic » : une nouvelle forme d’exploitation des travailleurs

Dans leur article « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Guillaume Carnino et Clément Marquet* parlent d’une mythologie de l’automatisation qui conduit à une « transformation bien réelle du travail qui, loin de faire disparaître totalement l’être humain, le réduit en bout de chaîne à des tâches de plus en plus répétitives et dénuées de sens » (page 54, lignes 14 à 17).

Cette problématique mérite plus d’attention car ces « ouvriers du clic » révèlent en réalité une nouvelle forme d’exploitation du capitalisme contemporain. Ainsi, ils sont un moyen pour les entreprises d’améliorer leurs outils technologiques sans se soucier de répondre aux droits des travailleurs : ceux-ci sont des auto-entrepreneurs précaires, payés à la tâche, avec des primes impossibles à avoir.  

Photo by Glenn Carstens-Peters on Unsplash

Le danger est encore plus grand quand on remarque que ces formes d’exploitation proviennent des géants du numérique, les GAFAM (pour Google Apple Facebook Amazon et Microsoft). Ces derniers sont tellement puissants qu’il devient de plus en plus difficile de leur imposer des réglementations et ce, d’autant plus qu’ils parviennent à cacher cette exploitation : le travail des ouvriers du clic doit se faire dans le secret le plus total, de sorte que le quotidien et la réalité de ces travailleurs sont bien souvent ignorés de la majorité des utilisateurs des plateformes qui les emploient…

Enfin, ces nouvelles formes de travail inquiètent car elles renversent la situation entre technologies et êtres humains. Autrement dit, de vraies personnes sont employées à jouer les robots, en accomplissant la même tâche répétitive et absurde pendant des heures, tandis que les moteurs de recherche nous comprennent mieux que quiconque et nous donnent satisfaction en un seul clic. Pourtant, aucune machine n’est encore capable d’apprendre seule et de raisonner comme un être humain. Qu’adviendrait-il si cela devenait le cas ?

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Vers une ville mieux verte, grâce au numérique?

La présence du végétal est devenue un enjeu fondamental pour les habitants des villes en ces temps de (re)confinement. En témoigne le choix du gouvernement de laisser les espaces verts accessibles au public, à l’inverse de ce qui avait été décidé en mars dernier. Force est de constater que la végétalisation   ̶ ou revégétalisation   ̶ de l’espace urbain s’inscrit dans une volonté globale de rendre la ville plus verte. Dans ce contexte, de nouveaux outils technologiques et numériques émergent, avec pour but de faire bouger les lignes. ecoTeka, développé par Natural Solutions, est un exemple des initiatives qui fleurissent sur le marché.

Aujourd’hui, plus de trois quarts des Français habitent en ville[1]. Alors que le climat se réchauffe, les bienfaits des végétaux, et notamment des arbres, sont maintenant reconnus. Les arbres ne sont plus simplement considérés comme des éléments décoratifs ou des outils de structuration du paysage urbain, mais comme de réels alliés, qui peuvent, entre autres, limiter l’apparition d’îlots de chaleur au sein de la ville.

La crise climatique entraîne donc une nécessaire remise en cause du modèle de gestion des espaces verts. De mauvaises habitudes ont été prises durant les Trente Glorieuses : les ingénieurs de voirie étaient généralement responsables de la plantation et de la gestion des arbres, sans avoir nécessairement les connaissances nécessaires en la matière.

La question de la biodiversité devient également plus pressante, alors que le changement de climat, les maladies ou les parasites menacent certaines espèces. Par exemple, le chancre coloré du platane menace les 40 000 platanes parisiens, qui représentent plus de 38% des plantations d’alignement qu’on trouve dans les avenues de la capitale. Il s’agit donc d’accorder plus de place à la nature en ville, mais pas n’importe comment.

ecoTeka, un outil numérique au service des élus locaux

L’agence numérique Natural Solutions, basée à Marseille et spécialisée dans la collecte et l’exploitation des données environnementales, a développé en juin 2020 un nouvel outil qui permet l’inventaire et la gestion informatisée du patrimoine arboré. Eric Woloch, à l’initiative du projet, estime que la gestion d’espaces verts à l’échelle municipale tend à se professionnaliser : on trouve de plus en plus de responsables des espaces verts au sein des structures communales ou intercommunales. Subsistent encore pourtant des inventaires incomplets, voire une absence totale de plans de gestion dans certaines communes.

ecoTeka se propose donc d’accompagner les municipalités dans l’élaboration de stratégies vertes, voire de trames vertes, en partenariat avec des paysagistes. L’agglomération d’Alès fait partie de ses premiers clients. Avec pour résultat, la création d’un service « Patrimoine arboré », chargé de la supervision et de l’entretien des arbres alésiens.

Ouverture et accessibilité, conditions nécessaires à un futur plus vert

La Ville de Paris a pris de l’avance en matière de gestion numérique des espaces verts. Depuis les années 1990, le service de l’arbre et des bois utilise une application cartographique pour assurer un suivi individualisé de ses quelques 200 000 arbres. Paris Data ne naîtra qu’en 2016, mais Paris demeure une des seules municipalités françaises à rendre ses données publiques, y compris ses données environnementales.

Capture d’écran du site https://opendata.paris.fr/

Le gros des utilisateurs potentiels d’ecoTeka sont des communes de taille modeste (moins de 40 000 habitants), car c’est auprès de ces communes que le gros du travail reste à effectuer, d’où la nécessité de proposer un service financièrement accessible.

« Il faut développer la compétence arbre, et pour ce faire, nous croyons en l’Open Data, l’Open Source et la participation citoyenne », assure Eric Woloch. Si l’application ne propose pas d’outil participatif pour le moment, cela devrait être le cas dans un futur proche. L’objectif de Natural Solutions n’est pas seulement de proposer des services à des communes, mais aussi d’encourager la mobilisation citoyenne en mettant les technologies numériques à la disposition de tous.

Des initiatives citoyennes qui se multiplient

Parallèlement au travail mené par les municipalités et les entreprises innovantes, les citoyens se mobilisent pour défendre leur « droit à la nature »  ̶  un concept juridique scandinave qui n’existe pas en droit français, mais qui fait des émules. En témoigne les actions menées par des associations telles que Plantation Rébellion, qui fait la promotion de la biodiversité en plantant des arbres illégalement dans une démarche de désobéissance civile. Si de telles initiatives ne correspondent pas vraiment à une gestion raisonnée du végétal, elles illustrent néanmoins avec force le besoin de nature éprouvé par certains habitants des villes.


[1] 80,709 % de la population française en 2019, d’après la Banque Mondiale.


Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement-du-dimanche-10-mai-2020

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/bienvenue-dans-lanthropocene-34-la-possibilite-dune-ville-verte

https://www.paris.fr/pages/chancre-colore-du-platane-paris-sous-surveillance-7476

https://www.natural-solutions.eu/

https://ecoteka.org/

https://www.ales.fr/actualites/au-chevet-des-arbres-dales

https://www.jardinsdefrance.org/service-de-larbre-bois-de-ville-de-paris-connecte-jusquau-tronc-2/

https://opendata.paris.fr/

https://www.francetvinfo.fr/politique/conference-environnementale/le-droit-a-la-nature-cest-quoi_2568107.html

https://www.sparse.fr/2020/05/18/plantation-rebellion-la-branche-armee-du-g-i-e-c/

Auriane Jaillet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search