Sous le ciel de Paris… le cloud ? ☁️

Le cloud computing est une figure de langage trompeuse (Seurat 2021). Il n’existe pas de données informatiques dans l’air, puisqu’elles sont toutes stockées dans des hébergeurs. Ces data centers sont créés pour optimiser l’accès aux informations des banques, des entreprises, des universités… de tout Internet.

Ils occupent une place dans la dynamique des villes. Ils s’inscrivent dans le territoire, occupent la cité et ont des effets sur l’organisation du tissu urbain (Marquet 2018, 2019). En revanche, ils semblent rester imperceptibles dans le paysage (discrétion architecturale, besoin de sécurité). En fin de compte, ce ne sont que des nuages.

Ces data centers ne deviennent visibles que par les questions qu’ils soulèvent. Différents groupes d’acteurs (élus, gestionnaires, entrepreneurs, citoyens) émergent, s’articulent et dialoguent sur les enjeux économiques, écologiques et politiques de telles installations.

Photo by ThisisEngineering RAEng on Unsplash

Pour cet atelier, nous nous intéressons aux pratiques quotidiennes des citoyens. Notre travail sera concentré sur la perception des habitants par rapport à ces équipements, qu’elles soient politiques, symboliques ou matérielles. Comment perçoivent-ils ces data centers ? De quelles façons dialoguent-ils avec ces espaces ? Quelles interactions sont possibles ?

Chaque étudiant-e produira un compte rendu d’enquête qui prendra la forme d’un article de blog. Le document présentera les données recueillies lors des deux séances d’observation en ville et des séances de travail organisées tout au long du semestre. Il est particulièrement attendu un retour détaillé sur le travail de terrain, la méthodologie et les hypothèses formulées. L’utilisation de ressources multimédias est fortement encouragée.

➡️ Retrouvez tous les documents du semestre

La ville en crise et l’observation confinée

Au moment où nous avons commencé cet atelier d’écriture et d’observation de la ville, les rassemblements dans l’espace public étaient encore permis. Comme nous sommes un petit groupe d’étudiant-e-s, nous avons cru que les séances d’observation collective, prévues initialement dans le quartier La Défense, seraient possibles. Avec les annonces du 28 octobre 2020 – et le début du deuxième confinement – échapper à la pandémie devient impossible : au-delà de l’obligation de respecter les gestes barrières (distanciation et porte du masque), nous avons été contraints par les règles sur les déplacements (restreints à 1 km) et les regroupements (interdits dans l’espace public). L’accès à la ville devient difficile pour les citadins, mais également pour les élève-e-s qui commençaient leurs enquêtes.

Dans un premier temps, certains collègues m’ont conseillé d’utiliser des images des caméras de vidéosurveillance qui transmettent en direct des images des espaces de la ville 24h/24h. Les étudiants ont aussi évoqué cette possibilité en cours. Cependant, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions pas analyser ces images sans nous interroger sur le contexte de rupture, de risque, et d’instabilité dans lequel elles sont produites. Suite à l’urgence de trouver une autre thématique, nous avons décidé d’assumer les contraintes actuelles et de nous intéresser finalement à la notion de « ville en crise », tout en vivant nous-même la crise sanitaire. Nous ne cherchons pas ici l’exhaustivité-représentativité de la période que nous vivons. Loin de là, ces comptes rendus sont ce qu’ils sont : des textes produits dans le cadre d’un atelier par des étudiant-e-s de première année de master en information-communication.

Notre travail s’inscrit dans une double approche. Tout d’abord, le (de)confinement et les mesures mises en place par le gouvernement sont l’objet d’analyse de certains textes : l’autorisation de se déplacer dans le rayon d’un kilomètre, l’usage des espaces verts, places, stations balnéaires, transports publics ou encore des problèmes d’ordre socio-économique… Deuxièmement, les règles du confinement vont modifier-impacter fortement la façon d’enquêter. Comment construire sa méthodologie tout respectant la légalité ? Certaines adaptations dans la façon de travailler sont mises en place pour essayer de contourner les limites. Contraints aux informations disponibles « au bas de leur porte », certains étudiant-e-s décident d’utiliser leur heure de déplacement quotidienne pour enquêter. D’autres, font appel aux cercles familial et amical pour continuer leur enquête, dans l’espoir justement d’aller plus loin dans la démarche d’observation.

Baser son enquête sur des règles et des conditions si volatiles a eu pour effet de créer une instabilité. L’annonce du président Emmanuel Macron du 24 novembre a été particulièrement attendue par certains d’entre nous, car c’était la suite de l’enquête même qui pouvait être en jeu. Les étudiant-e-s ont fait preuve de leur capacité d’adaptation. Nous pouvons lire cela dans les comptes rendus qui suivent : les effets de l’élargissement du périmètre d’un à 20 kilomètres et l’augmentation du nombre d’heures de sortie autorisée. Il faut s’ajouter les observations commencées dans une ville pour finir dans une autre, quand les étudiant-e-s sont revenu-e-s à Paris.

Pendant la période du deuxième confinement (du 29 octobre au 15 décembre), les séances de l’atelier d’une durée de deux heures ont été assurées via Zoom, une fois par semaine. Nous avons réservé 4 heures de notre atelier pour discuter les sujets choisis, la construction de la méthodologie d’observation et les limites, surprises et difficultés rencontrées sur le terrain. Comment créer une méthodologie, un protocole, un schéma à suivre ? Les observations et les entretiens-rencontres avec des acteurs du terrain ont été finalement les méthodologies les plus utilisées par les étudiant-e-s. Ceci est justifié par le fait que d’un point de vue théorique, nous nous appuyons dès le début de l’année sur une double cadrage. Tout d’abord, nous nous intéressons au fonctionnement de la ville, à partir des éléments de l’espace urbain, en se focalisant sur les typologies et les catégories de Kevin Lynch (1971). Ensuite, nous nous basons sur la perception que les citadins ont de la ville (Antoine Bailly, 1977) à partir d’une approche plus symbolique des interactions humaines, des vécus et des valeurs socioculturelles des usagers de la ville (William Foote White, 1943).

Nous avons ouvert ce carnet Hypothèses au début du semestre dans la logique de donner aux étuditant-e-s la possibilité de travailler collectivement un objet numérique-éditorial qui sert à valoriser leur travail d’enquête. En partant de leurs compétences en communication, trois formats ont été proposés pour les publications qui suivent : la photographie, le texte et la mise en page. C’est la raison pour laquelle certains comptes rendus ont plus de photos et moins de texte et vice-versa. Aussi, cela explique la possibilité de télécharger certains textes au format PDF. Les étudiant-e-s avaient aussi le choix de l’idiome et les textes en langue étrangère ont été fortement encouragés.

Photo : Koshu Kunii/Unsplash

Promotion 2020/2021 : la ville dans la hess

Nous remarquons une porosité entre ce qui relève des notes de journal de terrain et ce qui pourrait s’inscrire dans la catégorie du journal intime. Les étudiant-e-s ont fait part de la difficulté de trouver un sujet sans partir de soi, de ses expériences personnelles et de son lieu de résidence. Ainsi, c’est en partant de sa porte que Rémi Le Guillon s’intéresse en quoi la règle du « un kilomètre » pourrait influencer la dynamique de son quartier au 11e arrondissement de Paris et comment les différents citadins cherchent la « normalité » dans leurs déplacements dans cet espace. Adèle Jonas part aussi de sa proximité du bois de Vincennes pour interroger la même règle à partir des usages des espaces vertes. Elle observe un rond-point au centre du bois et interroge les passants sur le respect des mesures sanitaires.

De l’autre côté, pour certains, il n’y a rien qui se passe depuis leur fenêtre. Une étudiante nous dit : « Il n’y a rien que se passe à côté de chez-moi, si je dois respecter 1 km ». Confiné-e-s, certains n’arrivent pas à identifier les interactions, qui restent très limitées sur les zones résidentielles, dans les petites villes, et à la campagne. Le compte rendu de Romane Margerit est particulièrement intéressant puisqu’elle interroge l’utilisation du « un kilomètre » dans différents types d’urbanités pour montrer que nous n’avons pas le même kilomètre à la ronde.

Puisqu’on parle d’inégalités, deux étudiantes se sont penchées sur les impacts socio-économiques du confinement et leur conséquence pour les villes. Ainsi, Oréanne Fagnon situe son analyse sur la commune de Saint-Denis, tout en s’intéressant à la précarité et à la crise de la faim que pouvaient subir des citoyens du fait du confinement. Ensuite, Elnura Kenenbaeva enquête sur la construction des garderies à Levallois-Perret, des espaces créés pour assurer la sécurité des parents-employés qui travaillent sur place pendant la crise du coronavirus.

Certains étudiant-e-s ont quitté Paris pendant le confinement et sont retourné-e-s chez leurs parents. Contraints par ce déplacement, ils sont amené-e-s à enquêter sur la ville où ils ont grandi ou le lieu de résidence (secondaire ou primaire) de leur famille. Marc Côme, par exemple, a produit un compte rendu sur l’impact des mesures en place dans l’usage de la station balnéaire par des habitants de Royan. Il parle de réaménagement et des ruptures habitude et du quotidien, en comparant la période estivale aux deux confinements. Ou encore Louise Bothé qui explore la liaison entre ville et périphérie en crise, en enquêtant sur les transports publics à partir de la station de métro La Poterie à Rennes. Elle compare la fréquentation en temps de crise et en temps « normal ».

Les étudiant-e-s ont été souvent intéressé-e-s par ce que le confinement produit de nouveau, ils voulaient identifier ce qui serait perçu par les habitants comme inédit. Or, parler de nouveauté dans l’appropriation de la ville et les usages des espaces par les citoyens, implique de questionner ce qui est entendu par « normal ». Le deuxième critère plus difficile à identifier, car les données d’observations sur ces espaces pendant la période avant-confinement sont rares. Pour parler du service click&collect, Jean-Camille Bouteillon écrit sur la dynamique urbaine de l’île Saint-Louis à partir de la perception de ses commerçants. Irchaf Bouhmama a enquêté sur les nouveaux usages de la place Lucien Bouchard à Charleville-Mézières et sur comment le confinement réduit la convivialité de ses espaces conçus principalement pour le passage, le loisir et la rencontre.

Toujours dans cette logique, trois étudiant-e-s ont produit des comptes rendus sur les (nouveaux) usages des parcs et espaces verts. En partant d’une découverte personnelle, Laure Boursier a fait des observations de l’étang du Moulin à vent à Guyancourt pour dégager les différents usages de cet espace pendant le confinement et les frontières (invisibles) qui séparent ses utilisateurs. Pareillement, Séréna Jupille se penche sur les usages (et les usagers) du parc des Buttes Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris. Auriane Jaillet utilise la technique des dessins-entretiens pour comprendre le sens donné à la place Montgomery à Neuilly-Plaisance. Elle part de cet espace devenu uniquement lieu de passage, avec des bancs qui restent vides.

Abordant les déplacements en Île-de-France, Babacar Ndiaye a observé la fréquentation de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour étudier les effets du confinement en termes d’agencement des espaces dans une station du RER D. Alice Farrando explore l’usage des transports commun pendant la pandémie : elle observe l’utilisation des vélos et des trottinettes à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près. Linçia Landrezeau s’intéresse à la pérennisation d’espaces créés suite au premier confinement, en observant ce que l’aménagement des pistes cyclables de la rue du Rivoli engendre dans le quartier et même dans sa globalité sur la ville de Paris.

Pour nous aider à l’élargir ce que nous entendons par « ville en crise », quatre étudiant-e-s ont choisi des sujets qui n’ont pas un rapport direct avec la période de confinement. Caroline Dossous s’est rendue à Conflans-Sainte Honorine un mois après l’attentat du professeur Samuel Paty pour identifier les lieux de mémoires et le désir de retour à la « normalité » des habitants du Val d’Oise. Mathieu Mogès écrit sur le passé culturel et mémoriel de Compiègne : en enquêtant sur l’aménagement du camp de Royallieu, qui a servi de campement pendant la Deuxième Guerre mondiale, il cherche à comprendre comment un lieu marqué par l’horreur de la guerre est rendu « attractif » d’un point de vue urbanistique. La ville en guère fait aussi l’objet du compte rendu d’Angélique Minassian qui parle de la reconstruction de Stepanakert. Elle aborde cette thématique à partir de la crise humanitaire provoquée par le conflit géopolitique entre l’Arménie et l’Azerbaïjan, qui a fait plonger la région du Haut-Karabakh. Enfin, nous avons le travail d’Agali Almoctar Moussa sur comment les fréquentes inondations dans la ville de Niamey (capitale du Niger) freinent le développement (ou le déploiement) de l’accès au numérique et à ce qu’on entend par Smart City.

Compte rendu d’étude de terrain sur Paris dans la crise sanitaire : les environs de ma porte rue du Faubourg Saint Antoine

Première phase d’étude : le confinement, facteur de dynamisation de la vie de quartier ?

Le contexte de l’épidémie du Covid 19 imposait à certaines villes de France d’instaurer un confinement, c’est-à-dire, des règlementations vigoureuses visant à réduire au maximum les sorties et les contacts entre les individus afin de limiter la circulation du virus.

J’ai donc été étonné de constater une affluence dans les rues qui excédait ce à quoi je me serais attendu, et ce à des heures différentes du jour. Je loge rue du Faubourg Saint Antoine dans le 11ème arrondissement de Paris, quartier dans lequel règne une certaine intensité urbaine. Ne constatant pas de différence majeure entre la rue en période de crise et hors période de crise, je me suis donc permis d’émettre une question : « se pourrait-il que le confinement, en réduisant (théoriquement) la zone de libre circulation des citoyens, concentre leurs activités dans leur quartier et le dynamise ? ». On peut définir le quartier comme une portion urbaine ayant des caractéristiques propres. Dans mon cas, il s’agit de la parcelle de la rue du Faubourg saint Antoine allant de cinq cents mètres de part et d’autre de la porte d’entrée de mon immeuble. On dénombre cinquante-quatre commerces ouverts pour 39 fermés. La possibilité des activités est donc réduite de moitié.

Restaurants et commerces alimentaires ouverts Espaces spécialisés commerçants ou non (ouverts) Total des structures ouvertes Restaurants et commerces alimentaires fermés Espaces spécialisés commerçants ou non (fermés)  Total des structures fermées Nombre de structures total Pourcentage de structures ouvertes
50 4 54 5 34 39 94 58,51%

Afin de quantifier l’intensité des commerces, j’ai comparé l’affluence observé physiquement à plusieurs horaires de la journée avec celle indiqué par Google Maps, en tenant compte de leur méthode de calcul qui ne permet pas de connaître le nombre moyen de personnes mais « la fréquentation à chaque heure par rapport à l’heure où il y a le plus de monde pendant la semaine ». Les statistiques sont établies par rapport aux derniers mois, ce qui nous permet d’estimer que les informations indiquées seront principalement fondées sur une période de non-confinement, puisque que celui-ci commençait le Vendredi 30 Octobre. Mais ce système a pour but d’informer les usagers et pas d’alimenter des statistiques, de plus l’analyse de terrain a plutôt révélé une fréquentation inférieure à ce que semblait indiquer Google Maps. J’ai donc entrepris d’interroger les patrons ou gérants. Je n’ai pas pu rencontrer celui du supermarché et n’ai pas obtenu d’information sur la fréquentation de son établissement. Je me suis également entretenu avec les patrons de dix restaurants, dans neuf cas sur dix, ils ont observé une baisse de fréquentation de leur établissement et une hausse des ventes à emporter, le dernier cas était un traiteur/restaurant et n’a donc pas observé de véritable baisse de régime puisque la pérennité de son commerce dépendant essentiellement des ventes à emporter. 

Avec l’activité commerciale divisée par deux et une certaine baisse de régime des établissements culinaires on n’observait pas d’intensification par concentration des activités. L’impression initiale d’intensité urbaine étant certainement due à une attente d’inactivité trompée par le mouvement des personnes dans la rue. Je réorientai donc ma réflexion vers une autre thématique.

Seconde phase d’étude : en quête d’un vécu « normal »

À la suite de cette première partie de mon étude de terrain, j’ai constaté que mon hypothèse sur la redynamisation du quartier en période de crise n’était pas vérifiée. Au contraire, outre la baisse d’activité des commerces, mon vécu du quartier ne révélait donc pas une hausse de l’intensité urbaine mais au moins une certaine normalité qui ne me semblait pas exister dans tous les quartiers de Paris en cette période. J’ai donc décidé de formuler une nouvelle hypothèse : « Se pourrait-il que, pendant le confinement, les habitants de mon quartier soient dans une recherche de normalité ? ». Autrement dit, se pourraient-il qu’ils recherchent par leurs activités, leurs actes et leur organisation, un vécu le plus identique possible à celui qu’ils connaissaient hors des conditions de la crise sanitaire ?

Pour vérifier cette hypothèse, je décidai de mettre en place une méthode qui me permettrait d’échanger avec des passants, tout en sachant bien que le respect de la distanciation sociale pourrait être un frein à ma démarche. J’optai donc pour la méthode de l’« observation flottante ». Exposer par Colette Pétonnet dans son article intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. Ce système d’analyse consiste, dans un espace donné, en une déambulation du chercheur dont tous les sens doivent être en éveil. Chaque élément perçu devient donc une potentielle information et c’est au gré de ses observations et des échanges occasionnels que le chercheur évolue dans son espace, d’où l’idée de « flottant ». Cette méthode est strictement empirique, elle permet de laisser émerger les « règles sous-jacentes » qui régissent un lieu. Normalement, on ne formule pas d’hypothèse ou de supposition préalable à sa pratique, mais, dans mon cas, je décidai de détourner cette démarche pour l’adapter à ma recherche et palier son manque de précision.

Outre le ressenti du lieu qu’allait me permettre cette déambulation, il me fallait un maximum d’échanges avec des passants pour pouvoir chiffrer mon étude et obtenir les résultats les plus rigoureux possible. Je devais donc les provoquer plutôt qu’attendre qu’ils se produisent, d’autant que, dans le contexte de la crise, une conversation dans la rue avec une personne inconnue avait peu de chance d’arriver sans un coup pouce. D’un autre côté je voulais à tout prix éviter des entrevues du type « micro-trottoir », d’abord car leur caractère « officiel » aurait été aux antipodes de l’observation flottante, et ensuite car mes questions allaient toucher au respect des restrictions du confinement et auraient potentiellement incité mes interlocuteurs à ne pas être parfaitement transparents.

Le premier jour suivant le début de cette seconde phase d’étude, je tentai donc tout simplement d’engager la conversation avec des personnes que je croisais dans la rue. Il ne me fallut pas plus de cette journée d’échecs pour me rendre compte que j’avais été un peu trop optimiste. Je devais trouver une alternative m’assurant au moins un minimum d’échanges. Après réflexion, il m’a semblé qu’aborder les fumeurs statiques étaient une option réalisable : elle me permettait de ne pas interrompre la marche d’un passant et surtout de pouvoir pratiquer une bien célèbre astuce de prise de contact, j’ai nommé le « Excusez-moi, puis-je vous emprunter du feu ? ».

Entre le 26 novembre et le 11 décembre j’ai effectué cinquante-sept tentatives de prise de contact dont vingt-cinq ont donné lieu à des échanges, sur ces vingt-cinq, dix comportent des réponses à mes deux questions. Je ne peux d’ailleurs en aucun cas affirmer la véracité des dires de mes interlocuteurs quoi que dans l’ensemble, l’aspect spontané des conversations leur donnaient un air de franchise. A Partir du 28 Novembre, j’ai dû interroger à propos du confinement précédant l’allègement qui conférait une liberté beaucoup plus grande aux citoyens dans la crise.

 Pour introduire mes questions dans les conversations sans qu’elles ne semblent préparées, il m’a fallu les adapter aux différentes situations. La première avait pour but de connaître le ressenti des personnes quant à leur vécu des restrictions et de savoir ce qu’elles avaient pu faire pour palier leur manque de liberté. La seconde, un peu plus insidieuse, avait pour objectif de savoir si elles avaient pu enfreindre les règles. En effet, enfreindre une règle de confinement suppose la recherche d’une activité qui était possible hors confinement, ce qui peut donc être considéré comme une recherche de normalité.

« Avez-vous souffert des conditions du confinement ? »

7 personnes ont déclaré avoir été gênées, ou avoir souffert des conditions du confinement.

2 personnes ont déclaré avoir continué de travailler et donc ne pas avoir véritablement souffert d’un manque de liberté de mouvement.

1 personne a déclaré ne pas avoir vu ses habitudes changées.

« Si oui, comment avez-vous tenter d’y remédier »  

4 personnes ont déclaré avoir multiplié les balades pour pouvoir prendre l’air.

1 personne a révélé avoir changé ses habitudes en arrêtant de faire des courses pour la semaine afin de pouvoir en faire chaque jour et augmenter le nombre de ses sorties.

1 personne a déclaré avoir commencé de nouvelles activités à faire chez soi.

1 personne a déclaré avoir continué à sortir et à côtoyer des amis et de la famille presque normalement sans jamais avoir été contrôlée.

« Avez-vous pu voir du monde ? »

4 Personnes ont déclaré s’être rendues chez des proches ou avoir reçu des proches de manière occasionnelle.

2 Personnes ont déclaré avoir vu des proches à l’extérieur.

2 Personnes ont déclaré n’avoir fréquenté personne d’autre que ceux avec qui elles vivaient travaillaient.

1 personne a déclaré avoir occasionnellement reçu des proches

1 Personne a déclaré s’être rendue, ou avoir reçu des proches de manière régulière.

L’observation de ces résultats tente à montrer qu’une majorité de personnes a souffert des conditions du confinement et qu’elle a chercher à s’adapter en exploitant les possibilités à sa disposition pour pouvoir sortir ou s’occuper le mieux possible. Il faut dire d’une part, que l’interprétation de ces chiffres repose sur une confiance de la transparence des interlocuteurs et d’autre part, que dix échanges ne suffisent certainement pas à établir un caractère général à cette recherche de normalité. Ce qui nous montre la limite de ma démarche dans cette situation. Mais selon cet échantillon, on peut conclure qu’une majorité a été dans un processus de normalisation de son vécu du confinement. Cependant, outre ces dix échanges « complets », les « incomplets » m’ont permis de me rendre compte de certaines choses, bien que je ne puisse pas étayer mes dire par des chiffres. C’est d’ailleurs grâce à la liberté que permet « l’observation flottante » que ces éléments me sont apparus. J’ai par exemple eu l’occasion d’échanger avec une personne qui se déplaçait beaucoup dans tout Paris pour voir des proches ou se rendre à des soirées en exploitants les limites du système des attestations dérogatoires en ligne. A l’inverse d’une version papier, il est possible de régler l’horaire de sortie sur la version numérique, ce qui lui permettait d’allonger à volonté la durée de ses déplacements. Ou encore, d’utiliser une attestation pour « déplacement familial impérieux » pour excéder la limite du kilomètre et d’en changer pour une balade d’une heure une fois arrivée dans le quartier souhaité. Il lui était donc possible de manipuler à volonté ses motifs et durées de sortie et ainsi de jouir d’une liberté quasi-totale. Il faut tout de même ajouter que, selon ses dire, il n’avait jamais été contrôlé et ne semblait pas ressentir de pression particulière vis-à-vis de l’amende possible ou simplement d’une potentielle contamination.

Pour conclure, je dirais que dans l’ensemble, mes échanges m’ont confirmé qu’une majorité de personnes avait souffert de l’enfermement et de la rupture des contacts sociaux. En considérant les modifications volontaires du mode de vie dans des perspectives de sortie ou de rencontre, en adéquation ou non avec les restrictions imposées, il est clair que cette majorité a travaillé à se sentir échapper au maximum à l’enfermement que représente le confinement. Bien sûr, quelque soient les activités ou les stratagèmes mis en œuvre pour y arriver, il semble impossible d’avoir retrouvé un vécu « normal », mais rares sont les personnes interrogées qui n’ont pas chercher à prendre l’air le plus possible. Un exemple flagrant d’adaptation aux règles dans une recherche de « normalité » qui est ressorti dans mes échanges « incomplets » est « l’apéro zoom » qui semble parfaitement illustrer ce désir d’activité et de recherche de contacts sociaux s’incarnant dans une forme nouvelle d’une célébration de l’« être ensemble ».

Vers une ville mieux verte, grâce au numérique?

La présence du végétal est devenue un enjeu fondamental pour les habitants des villes en ces temps de (re)confinement. En témoigne le choix du gouvernement de laisser les espaces verts accessibles au public, à l’inverse de ce qui avait été décidé en mars dernier. Force est de constater que la végétalisation   ̶ ou revégétalisation   ̶ de l’espace urbain s’inscrit dans une volonté globale de rendre la ville plus verte. Dans ce contexte, de nouveaux outils technologiques et numériques émergent, avec pour but de faire bouger les lignes. ecoTeka, développé par Natural Solutions, est un exemple des initiatives qui fleurissent sur le marché.

Aujourd’hui, plus de trois quarts des Français habitent en ville[1]. Alors que le climat se réchauffe, les bienfaits des végétaux, et notamment des arbres, sont maintenant reconnus. Les arbres ne sont plus simplement considérés comme des éléments décoratifs ou des outils de structuration du paysage urbain, mais comme de réels alliés, qui peuvent, entre autres, limiter l’apparition d’îlots de chaleur au sein de la ville.

La crise climatique entraîne donc une nécessaire remise en cause du modèle de gestion des espaces verts. De mauvaises habitudes ont été prises durant les Trente Glorieuses : les ingénieurs de voirie étaient généralement responsables de la plantation et de la gestion des arbres, sans avoir nécessairement les connaissances nécessaires en la matière.

La question de la biodiversité devient également plus pressante, alors que le changement de climat, les maladies ou les parasites menacent certaines espèces. Par exemple, le chancre coloré du platane menace les 40 000 platanes parisiens, qui représentent plus de 38% des plantations d’alignement qu’on trouve dans les avenues de la capitale. Il s’agit donc d’accorder plus de place à la nature en ville, mais pas n’importe comment.

ecoTeka, un outil numérique au service des élus locaux

L’agence numérique Natural Solutions, basée à Marseille et spécialisée dans la collecte et l’exploitation des données environnementales, a développé en juin 2020 un nouvel outil qui permet l’inventaire et la gestion informatisée du patrimoine arboré. Eric Woloch, à l’initiative du projet, estime que la gestion d’espaces verts à l’échelle municipale tend à se professionnaliser : on trouve de plus en plus de responsables des espaces verts au sein des structures communales ou intercommunales. Subsistent encore pourtant des inventaires incomplets, voire une absence totale de plans de gestion dans certaines communes.

ecoTeka se propose donc d’accompagner les municipalités dans l’élaboration de stratégies vertes, voire de trames vertes, en partenariat avec des paysagistes. L’agglomération d’Alès fait partie de ses premiers clients. Avec pour résultat, la création d’un service « Patrimoine arboré », chargé de la supervision et de l’entretien des arbres alésiens.

Ouverture et accessibilité, conditions nécessaires à un futur plus vert

La Ville de Paris a pris de l’avance en matière de gestion numérique des espaces verts. Depuis les années 1990, le service de l’arbre et des bois utilise une application cartographique pour assurer un suivi individualisé de ses quelques 200 000 arbres. Paris Data ne naîtra qu’en 2016, mais Paris demeure une des seules municipalités françaises à rendre ses données publiques, y compris ses données environnementales.

Capture d’écran du site https://opendata.paris.fr/

Le gros des utilisateurs potentiels d’ecoTeka sont des communes de taille modeste (moins de 40 000 habitants), car c’est auprès de ces communes que le gros du travail reste à effectuer, d’où la nécessité de proposer un service financièrement accessible.

« Il faut développer la compétence arbre, et pour ce faire, nous croyons en l’Open Data, l’Open Source et la participation citoyenne », assure Eric Woloch. Si l’application ne propose pas d’outil participatif pour le moment, cela devrait être le cas dans un futur proche. L’objectif de Natural Solutions n’est pas seulement de proposer des services à des communes, mais aussi d’encourager la mobilisation citoyenne en mettant les technologies numériques à la disposition de tous.

Des initiatives citoyennes qui se multiplient

Parallèlement au travail mené par les municipalités et les entreprises innovantes, les citoyens se mobilisent pour défendre leur « droit à la nature »  ̶  un concept juridique scandinave qui n’existe pas en droit français, mais qui fait des émules. En témoigne les actions menées par des associations telles que Plantation Rébellion, qui fait la promotion de la biodiversité en plantant des arbres illégalement dans une démarche de désobéissance civile. Si de telles initiatives ne correspondent pas vraiment à une gestion raisonnée du végétal, elles illustrent néanmoins avec force le besoin de nature éprouvé par certains habitants des villes.


[1] 80,709 % de la population française en 2019, d’après la Banque Mondiale.


Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement-du-dimanche-10-mai-2020

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/bienvenue-dans-lanthropocene-34-la-possibilite-dune-ville-verte

https://www.paris.fr/pages/chancre-colore-du-platane-paris-sous-surveillance-7476

https://www.natural-solutions.eu/

https://ecoteka.org/

https://www.ales.fr/actualites/au-chevet-des-arbres-dales

https://www.jardinsdefrance.org/service-de-larbre-bois-de-ville-de-paris-connecte-jusquau-tronc-2/

https://opendata.paris.fr/

https://www.francetvinfo.fr/politique/conference-environnementale/le-droit-a-la-nature-cest-quoi_2568107.html

https://www.sparse.fr/2020/05/18/plantation-rebellion-la-branche-armee-du-g-i-e-c/

Auriane Jaillet

Soliguide, une cartographie des lieux solidaires

Avec un site internet, une application, des bornes numériques et des cartes imprimées, Soliguide est sur tous les fronts pour faire parvenir l’information aux personnes en situation de rue. D’autant plus en période de pandémie et de confinement, leur recensement des structures ouvertes est essentiel. 

Le mythe des personnes précaires et à la rue complètement déconnectées, sans téléphone ni accès à internet, persiste. Bien loin de la réalité, puisqu’une étude de 2018 montre que 91 % des personnes sans-abri possèdent un téléphone mobile, 71 % un smartphone. L’association Solinum en a fait son cheval de bataille, faisant de « l’innovation un levier d’impact dans l’action sociale. »

L’association, implantée dans neuf territoires en Île-de-France, Gironde et dans l’est de la France, est à l’origine du projet Soliguide lancé en 2017. Le site internet cartographie des services, associations et lieux pour les personnes en difficulté, couvrant des thèmes allant de l’alimentation, l’hygiène et la santé, à l’hébergement et la formation. Soucieux de rendre leur guide accessible, le site est disponible en quatre langues (français, anglais, espagnol et arabe) et depuis mars 2020, une application gratuite est également disponible.

Afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes dans le besoin, y compris celles et ceux éloigné-e-s du numérique, l’association a créé des bornes numériques implantées dans la ville. À l’image de celles que nous trouvons dans les centres commerciaux ou les gares, ces bornes permettent l’accès au Soliguide aux personnes sans smartphone. 

Expérimentée depuis 2018 à Bordeaux, d’abord sur le parvis de la Gare Saint-Jean, la première borne est maintenant située au « CAIO (le centre d’accueil, d’information et d’orientation) à Bordeaux, un lieu de repère pour toutes les personnes en situation de rue ou en situation d’immigration ». La seconde, inaugurée récemment, se trouve au « Pain de l’amitié, une épicerie sociale » de la ville. Leur installation à l’intérieur des structures rend l’accès à ces bornes tributaire des horaires d’ouverture des établissements. 

Les retours sur l’utilisation de ces bornes, de la part des institutions ou des personnes bénéficiaires, sont positifs et le dispositif a vocation à s’étendre. En 2021, des bornes devraient apparaître en Île-de-France. « On va se servir de bornes qui existent déjà, par exemple à la CAF ou dans d’autres organisations qui proposent déjà des bornes dans leur structure, pour greffer une page du Soliguide. » explique Juliette Lautrain, chargée de développement des projets en Gironde. 

La borne Soliguide est équipée de casiers à code pour permettre de recharger son téléphone en déjeunant ou en faisant ses courses à l’épicerie. Déjà très appréciée par nos bénéficiaires. @ Le Pain de l’Amitié / Facebook

Le premier confinement puis le second ont grandement aggravé la situation des personnes précaires et à la rue, forçant de nombreuses structures à fermer leurs portes. Soliguide a donc joué un rôle  essentiel d’accompagnement et d’information, mettant à jour 95 % de sa base de données et répertoriant les services de première nécessité ouverts dans chaque département où Solinum est présent. Lors du premier confinement, le nombre d’utilisateurs du site a triplé. 

Juliette Lautrain explique que depuis le printemps, en partenariat avec d’autres acteurs, l’association a également créé « des cartes qui sont distribuées directement dans la rue par les maraudeurs. Ces cartes recensent des services de première nécessité qui sont en accueil inconditionnel uniquement, on y met la santé, l’alimentation et l’hygiène. Ce sont des cartes qui sont distribuées aux personnes qui sont vraiment éloignées du numérique et qui ne peuvent pas se rendre eux-mêmes sur Soliguide et faire des recherches sur les structures. »

Le dispositif a vocation à s’étendre à de nouveaux territoires, en espérant que la crise sanitaire n’entrave pas le développement des projets, l’association aura peut-être bientôt une antenne à Lille ou à Nice. 

La ville de Conflans-Sainte-Honorine un mois après le drame

Quand la tragédie frappa Conflans-Sainte-Honorine

Le vendredi 16 octobre 2020 est survenu un drame ; un professeur d’histoire Samuel Paty, âgé de 47 ans, a été sauvagement décapité à Conflans-Sainte-Honorine, à la sortie du collège du Bois-d’Aulne. Cet homme présenté dans différents journaux comme étant « le martyr de la République », un « héros » et « le visage de la République » a été tué à la suite d’un cours sur la liberté d’expression et d’un  débat à propos de  la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. L’assaillant présumé est abattu par la police quelque temps après dans la ville voisine d’Eragny. Cet horrible évènement a bouleversé les Français, encore traumatisés par la suite d’attentats s’étant produit ces  dernières années, notamment depuis 2015. À l’initial, mon projet d’étude se portait sur l’impact psychologique de ce drame dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine. Comment les habitants ont-ils fait face à un évènement d’une telle ampleur et à l’invasion des médias dans leur ville ? Une commune paisible et tranquille bouleversée à jamais par ce qu’il s’est passé. Il s’agissait notamment de s’intéresser à la question de la mémoire de Samuel Paty. Comment celle-ci perdurait dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine et les alentours. Cependant, cette problématique avait une limite que je n’avais pas anticipée ; le temps qui s’écoule. En effet, en étudiant les espaces de mémoires je me suis aperçue que ceux-ci pouvaient être éphémères. Comment pouvons nous expliquer cette éphémérité ? L’objet de mon étude est donc la ville de Conflans-Sainte-Honorine un mois après le drame. 

Une enquête semée d’embûches

J’ai longtemps hésité à changer de sujet d’étude, notamment en raison de mes faibles ressources :  trois enregistrements audios, deux durant à peine deux minutes , une observation partielle de la ville et quelques photos. Je ne connaissais personne habitant dans  la ville de Conflans-Sainte-Honorine, ni dans la ville d’Eragny. Il s’avère qu’une amie  avait des contacts dans ces alentours et voilà comment ceci a commencé. C’est en procédant à mon premier entretien (téléphonique),  que j’ai commencé à avoir des doutes quant à l’angle que j’allais choisir pour cette étude. Je me suis entretenue ave une lycéenne de 16 ans résidant à Conflans-Sainte-Honorine ancienne élève du collège du Bois-d’Aulne. L’appel a duré au total 29 minutes. Elle commence par me retracer cette journée, au départ ce n’était que des rumeurs, des bruits de couloirs mais  très vite elles laissent place à des certitudes, l’horreur s’était produit, un homme décapita de sang-froid un professeur dans une ville du Val-d’Oise. Elle m’explique qu’à cet instant, le choc l’emportait sur la tristesse. Certains adolescents, par exemple, étaient beaucoup moins touchés que les adultes, notamment les professeurs. Sur snapchat et Twitter, des réseaux sociaux très sollicités par les jeunes, des images d’une rare violence circulent, il s’agit du corps du professeur. Les médias prennent d’assaut la ville. Beaucoup d’évènements inhabituels pour des habitants habitués au calme et à la tranquillité. Elle me raconte le temps de commémoration (très médiatisé) qui a eu lieu devant le collège au lendemain de l’attentat. Une foule de personnes étaient présentes ce jour-là, le choc, l’incompréhension et la tristesse se mélangeaient. Je lui demande si cet espace de mémoire est toujours présent mais elle est ne peut me répondre, elle ne sait pas. L’entretien terminé, je décide de partir enquêter dès le lendemain dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine, soucieuse de ne plus trouver ces espaces de mémoire. 

Arrivée à Conflans-Sainte-Honorine je suis surprise de ne voir aucun éléments mentionnant le tragique évènement, pas de panneau ni d’installation urbaine… Il n’y avait aucun espace de mémoire à la gare, ni devant la mairie et ni devant le collège… Les panneaux  rendant hommage à Samuel Paty n’étaient plus également. Tout était parti. Un constat assez perturbant voire dérangeant. J’avais le sentiment que la mémoire de Samuel Paty s’était complètement évaporée de l’espace urbain. Il faut l’avouer, la ville était très loin de l’image que je m’étais faite. J’avais imaginé un endroit froid encore marqué par l’horreur et l’émotion. Il n’en était rien. À la place j’ai trouvé une commune vivante, ensoleillé (il faisait particulièrement beau ce jour-là), les habitants se promenaient, les commerces étaient ouverts et il y’avait pas mal de circulation. En fait, j’avais, devant moi, l’archétype d’une ville des plus normales. 

Le collège du Bois d’Aulne un mois après l’attentat

En sortant de la gare, je vis, devant un café, des hommes discutant et fumant ensemble, je ne sais pas ce qui m’a poussée à aller les voir mais je l’ai fait. J’essayais de les interpeller mais la plupart n’étaient pas très réceptifs, sauf un, curieux je suppose, qui a bien voulu répondre à mes questions. Je lui ai demandé comment il avait ressenti le drame qui s’était produit et quelle était l’ambiance générale de la ville après l’attentat.

« J’étais choqué, vous savez l’islam ne demande pas ça aux gens, le prophète n’accepterait pas cet acte » , cet homme jugeait intéressant de mentionner son appartenance religieuse. Dans une visée didactique, il me décrivait la religion de paix et d’amour qu’est l’islam. Et à propos de la mémoire de Samuel Paty ? Dans son discours, il était clair que la mémoire de Samuel Paty s’était dissipée. Oui, l’acte était horrible, inqualifiable, mais cet acte s’était passé le mois dernier, pour lui il fallait passer à autre chose. 

Même chose pour cette vieille  dame rencontrée à l’arrêt de bus, selon elle, il ne sert à rien de ressasser ce malheureux évènement, il faut passer à autre chose et vivre. Finalement, continuer de vivre ne serait-ce pas la meilleure façon de lui rendre hommage ?  Je lui demande son ressenti vis à vis de l’atmosphère de la ville après ce drame et si la mémoire de Samuel Paty perdurait encore à Conflans-Sainte-Honorine. Elle me répond qu’elle n’était pas confrontée à la mémoire du professeur. Elle articule que ses enfants ne sont plus au collège et qu’ainsi elle n’a pu prendre conscience des conséquences de ce drame, du moins de l’émotion suscité par celui-ci. Suffirait-il d’être un élève ayant côtoyé le professeur pour être touché par cet évènement tragique ? Ce n’est pas certain et mon premier entretien prouve que non. Certes, beaucoup d’élèves ont été bouleversé par ce qu’il s’est passé le mois plus tôt, certains ont éprouvé de la tristesse mais beaucoup ont surtout été choqués, les images du corps de Samuel Paty circulant  sur les réseaux sociaux en sont la preuve. Donc non, il ne suffit pas d’être un élève pour ressentir de la tristesse. N’importe quelle personne aurait pu se sentir concernée par ce drame ce qui explique notamment l’ouverture d’un dispositif national d’écoute et de soutien psychologique pour tous les français à la suite de cet attentat. Que nous disent ces trois témoignages à propos de la mémoire de Samuel Paty ? Pour moi ces entretiens reflètent parfaitement ce que j’ai pu apercevoir à Conflans-Sainte-Honorine, la volonté de passer à autre chose. Une ville où règne l’absence d’espaces de mémoire. Ces installations ont existé, mais ont été de courte durée. C’est le même cas de figure pour ces trois personnes interrogées , ils n’oublieront jamais ce drame et ils nieront jamais la brutalité de cet acte et le souvenir de Samuel Paty perdurera dans leur mémoire. Cependant, il est important pour eux d’avancer et de s’affranchir de ce climat de peur et d’incertitude. Il s’agissait, ici, d’étudier la mémoire individuelle et sociale.

L’absence des espaces de mémoire

Concernant les espaces de mémoire , que pouvons-nous en dire ? Comment expliquer l’absence totale de ces lieux de commémoration le jour de mon enquête sociologique ? 

Le première raison serait la date de mon observation. En effet, je me suis rendue à Conflans-Sainte-Honorine le 28 novembre 2020, soit un mois et douze jours après le drame. Effectivement, beaucoup de temps s’est écoulé entre ces deux dates. Nous pouvons penser que la ville, par souci d’aménagement ait décidé de retirer ces espaces de mémoire. Mais serait-ce la seule raison ? Dans cette commune, rien ne  mentionne  la mémoire de Samuel Paty, pas un seul graffiti, pas une affiche, pas un panneau, bien sûr, toujours d’après ce que je vois. Ces espaces ont existé mais il a fallu un mois et douze jours pour qu’ils disparaissent.

Un panneau d’affichage dans une rue de la ville

L’opposition des mémoires

Je ne peux m’empêcher de comparer ces espaces de mémoire avec ceux du Bataclan. Un mois et douze jours après les attentats du 13 novembre 2015, nul doute que les objets de commémoration, fleurs, dessins, bougies ou autres étaient encore présents sur les lieux. Alors comment expliquer ceci ? Bien sûr le but n’est pas de mettre en concurrence les mémoires, loin de là, mais plutôt d’essayer de comprendre pour quelles rasions, la durée de des espaces en l’honneur  de Samuel Paty est plus courte que ceux du Bataclan. 

Nous pouvons pointer le différent impact de ces deux attentats. Le 13 Novembre 2015 a bouleversé à jamais la vie des  Français. Toute le pays était en deuil pendant un long moment et ces espaces étaient, indispensables se souvenir de toutes les victimes et garantir une guérison émotionnelle. Encore aujourd’hui, le spectre des attentats du 13 novembre 2015 est toujours présent dans les mémoires des français.

La ville de Conflans-Sainte-Honorine, elle, n’oublie pas mais elle est habitée par le désir de passer à autre chose. Une normalité tant espérée, même si, au fond, tous les habitants savent que plus rien ne sera jamais comme avant. En outre, ce retour à la normale s’avère compliqué compte tenu du contexte actuel et du confinement exigé.

“La crise de la faim” face au confinement dionysien

 Saint-Denis est une commune située au nord de la capitale, dans le département de la Seine-Saint-Denis (93). D’ordinaire, lorsqu’on parle de cette ville, on fait régulièrement allusion aux monuments historiques et sportifs qui ornent cette agglomération telle que la Basilique de Saint-Denis, célèbre cathédrale qui a accueilli de nombreuses dépouilles de rois français ou encore le Stade de France, lieu récréatif qui reçoit chaque année plusieurs évènements sportifs et culturels. Néanmoins, Saint-Denis est également connue pour son fort taux de pauvreté et d’inégalité. Toutefois, il convient de le préciser, ce compte-rendu n’a pas pour but de stigmatiser les dionysiens et les dionysiennes. Notre étude porte sur la “crise de la faim” durant le confinement. Par “crise de la faim”, il faut entendre une rupture sociale et économique engendrant des problèmes d’ordre alimentaire. D’autant plus que pendant le premier confinement les prix avaient augmenté dans les supermarchés et que certains Français dévalisaient les rayons alimentaires. De ce fait, certains craignaient une “pénurie alimentaire”. C’est pourquoi, pour faire évoluer la situation, il est nécessaire d’avoir l’implication d’acteurs ainsi que l’introduction de moyens financiers. C’est donc ici que l’intervention de la ville et de ses habitants est cruciale. Nous tenterons de comprendre de quoi il en ressort dans cette brève analyse des effets de la crise alimentaire sur la population dionysienne. Comment  les élus, les associations et les habitants de la Ville de Saint-Denis tentent de répondre aux problèmes d’accès aux produits alimentaires auprès des plus démunis et comment la crise de la COVID-19 aura-t-elle modifié le regard des dionysiens sur ce problème déjà existant ?                                                          

    Nous étudierons dans un premier temps, l’impact de la COVID-19 sur les questions d’accès à l’alimentation à Saint-Denis. Puis, il sera question d’analyser les origines de cette “crise de la faim”. Enfin, il s’agira de s’intéresser à la mobilisation des acteurs sociaux et municipaux ainsi qu’à celle des habitants de la ville de Saint-Denis, sans qui la situation des plus démunis se serait plus aggravée.

I. Saint-Denis, une ville qui subit de plein fouet la crise sanitaire

1. Une crise sanitaire qui a entraîné des problèmes de faim 

    
Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, la Seine-Saint-Denis fait partie des départements les plus fortement touchés par le Covid-19 avec au mois de mars un nombre de décès très supérieur par rapport à mars 2019 (+ 62 %). S’ajoute à cela le fort taux de chômage de la ville. Celui- ci avoisine les 40%*.
Il faut également préciser que Saint-Denis connaît une population migrante importante qui s’est retrouvée lésée face à la Covid19. Cette population est issue d’Afrique noire, d’Afrique du nord ou bien encore du Moyen-Orient. Saint-Denis compte aussi une très forte concentration de populations roms (peuple issu de Roumanie). Quelles aides sont proposées à ces populations ? 

On a le campement de l’Ecluse situé à Porte-de-Paris qui compte 2000 Roms. La mairie ne peut pas gérer autant de personnes en même temps. En revanche, des associations leur viennent en aide. On a par exemple, la Paroisse de Saint-Denis. Certains bénévoles proposent de leur distribuer des repas. Les associations caritatives ont la capacité d’intervenir dans ces situations-là, elles en ont l’habitude. ” me confie Oriane Filhol, maire adjointe, lors d’un entretien.

*https://www.lefigaro.fr/flash-actu/forte-hausse-des-deces-en-mars-dans-les-departements-les-plus-touches-par-le-covid-19-20200411

2. Au cœur de “la crise  de la faim”

Pour pouvoir étudier au mieux “la crise de la faim” que connaissaient des personnes à Saint-Denis, je devais d’aller sur le terrain. A cet effet, Oriane Filhol a accepté de répondre à mes questions.

Nous faisons partie du Centre Communale d’Action Sociale. Le service se compose d’un pôle action sociale qui se charge notamment de venir en aide aux personnes dans le besoin, en leur proposant une aide financière. Ces personnes sont suivies par des accompagnants. La situation n’a pas changé pour les minima sociaux puisqu’ils ont continué à percevoir des aides sociales. En revanche, cela a été plus compliqué pour les étudiants qui venaient de débuter et qui n’étaient donc pas encore inscrits au Pôle emploi pour bénéficier d’une aide” explique t-elle.

Cette crise a poussé certaines personnes à aller demander de l’aide y compris chez ceux et celles qui étaient considéré(e)s comme les invisibles tant ils vivaient de l’économie parallèle (travail au noir, drogue etc…).

Cependant, on note une différence entre les deux confinements. Car, pour le second confinement, le maire, Mathieu Hanotin, a permis que les marchés soient ouverts. De plus, celui-ci a instauré un quatrième jour de marché, le samedi matin, ce qui a permis aux foyers les plus fragilisés de se procurer des produits locaux et frais, à bas coûts. Ce qui n’était pas le cas lors du premier confinement.

Toutefois, comme l’a souligné la maire adjointe :

Le problème lié à la crise de la faim existe depuis longtemps. Nous souhaiterions d’ailleurs obtenir une meilleure visibilité sur ces questions-là. Il est vrai que la crise actuelle a mis en lumière ce problème. Nous pensons ouvrir des épiceries sociales dans lesquelles seront vendus des produits de qualités à bas coûts” déclare madame Filhol.

II. Un problème déjà enraciné depuis longtemps mais dont la crise a soulevé les soubassements

1. La faim : une honte ? 

On le sait, la faim est souvent causée par des problèmes d’ordre économique qui engendrent l’exclusion sociale. Elle demeure un problème majeur tant elle représente un droit et un besoin fondamental. Il demeure primordial de pouvoir se fournir en vivres. C’est pourquoi,  de nombreuses personnes ont dû faire appel à des aides.

Le Centre Communal d’Action Sociale de Saint-Denis, qui est un organisme prestataire, propose des aides financières en fonction des revenus et du nombre de parts de la famille. Les bénéficiaires les reçoivent soit par virement soit en espèces. soit en espèces. Si certaines personnes n’hésitent
pas à demander des aides d’urgence, d’autres par peur d’être jugées les refusent. Prenons le cas des personnes âgée

“Nous avons alors voulu créer un jour spécial pour elle, mais nous nous sommes rendu compte que cela les stigmatisait encore plus” dit Pierre Rolland, responsable chargé de la distribution des Restos du Cœur à Saint-Denis.

C’est là, tout le cœur du problème : la question du stigmate. J’ai pu également le constater lorsque je me suis rendue au Restos du Cœur. J’ai interrogé, une femme d’une quarantaine d’années, une française d’origine marocaine. Elle m’a confié vouloir garder l’anonymat car ses enfants n’étaient pas au courant qu’elle s’y rendait chaque semaine le but de les nourrir. Cette mère deux enfants a été également victime des répercussions de la Covid19 car son mari qui travaillait dans une petite entreprise s’est vu licencié suite à la crise alors que leurs revenus étaient déjà très minces. Elle m’avoue : “c’est le seul endroit où je venais chercher des aliments. Le premier confinement a été très dur car j’ai été victime d’un licenciement abusif quelques temps avant et nous percevions aucune aide”. Le problème de la faim est d’autant plus gênant qu’il engendre d’autres conséquences, telles que les maladies, notamment chez les enfants.

2. Un problème qui entraîne des conséquences

Au mois d’avril dernier, le préfet de la Seine-Saint-Denis, Georges Leclerc, alertait les autorités en disant :

«Nous comptons entre 15.000 et 20.000 personnes qui, entre les bidonvilles, les hébergements d’urgence et les foyers de travailleurs migrants, vont avoir du mal à se nourrir». 

Plus que jamais avec la crise, le taux de pauvreté s’est accru. Or, la pauvreté amène à  des privations de nourriture qui à long terme ne sont pas sans conséquence pour le corps humain.

Celles-ci peuvent causer des problèmes de malnutrition ou encore de sous-nutrition. L’Organisation Mondiale de la Santé définit la malnutrition comme :

“Les carences, les excès ou les déséquilibres dans l’apport énergétique et/ou nutritionnel d’une personne”.

D’après Wikipédia, la sous-nutrition renvoie quant à elle à :

Un état de manque important de nourriture caractérisé par un apport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergétiques journalières d’un individu et entraînant des carences nutritionnelles.

Les enfants sont également au cœur de cette “crise de la faim”. Cela s’explique en partie par la fermeture des cantines scolaires. Il s’agissait du seul repas de la journée pour certains d’entre-eux. Nous le savons, avoir une mauvaise alimentation peut entraîner des troubles d’ordre psychologique chez les plus jeunes (refus de parler, grève de la faim par peur de gaspiller, frustration et autres).

C’est pourquoi des associations sont mobilisées afin d’aider les femmes à nourrir leurs enfants ou encore leur(s) bébé(s) et/ou nourrisson(s).

Je viens chercher des couches et des laits pour mon enfant de 8 huit mois. En général, on me donne des provisions qui durent deux à trois jours. Mais, c’est déjà ça.. Je vis avec ma fille et mon cousin. Je ne travaille pas”  Ami Bambam, de nationalité ivoirienne qui faisait la queue aux Restos du Cœur de Saint-Denis.

      Photo prise lors la deuxième semaine de lancement de la campagne d’hiver  (O.F)    

En clair, la ville s’est mobilisée durant le confinement pour pallier au manque d’accès au besoin de première nécessité par le biais du CCAS et notamment des associations caritatives. Toutefois, on remarque également que durant cette crise, les jeunes ont pris une grande part dans ce combat.

 

III La mobilisation des acteurs municipaux et des associations au sein de la ville de Saint-Denis 

1. Les aides de la municipalité de Saint-Denis : la maison de la Solidarité

En recherchant sur internet les différentes associations présentes sur le territoire dionysien,  je suis tombée un peu par hasard sur la Maison de Solidarité située 7 rue Jacques Duclos. Il s’agit d’un bâtiment communal mis à disposition gratuitement à des associations tel que le Secours Populaire. On y retrouve également les Restos du Cœur et ainsi qu’un local destiné aux personnes dites « en errance » tel que les sans domicile fixe.

Pour m’y rendre, je me suis munie de mon application Google Maps. Ce qui m’a permis de découvrir ma ville autrement. En marchant à pied, j’ai pris mon temps pour mieux regarder les bâtiments et quartiers. 

La première fois que j’y suis allée, il était environ 16 heures. C’était un lundi. J’ai observé attentivement les lieux : j’ai vu 3 hommes dont une femme qui préparaient des barquettes alimentaires.

Je m’attendais à croiser plus de monde. Mais, je n’ai rencontré qu’un homme, sans papier qui n’était pas venu pour manger. Le lendemain, j’y suis retournée. Cette fois-ci, il était 10 heures. Il y avait beaucoup plus de personnes. Ils étaient au nombre d’une quinzaine : majoritairement des femmes d’origine maghrébine et d’Afrique noire avec leurs enfants (certainement âgés de 7 à 9 tout au plus). Nous étions pendant la période des vacances d’hiver. D’où leur présence.

En revanche, seuls deux hommes, d’un certain âge, étaient présents. Après cette observation, je suis rentrée à l’intérieur de la Maison de la Solidarité. C’était la première fois que je rencontrais Pierre Rolland,  l’un des responsables de la distribution alimentaire des Restos du Cœur de Saint-Denis. Il a accepté de répondre à ma question, le lundi suivant. 

Il y avait plus de monde pour le premier confinement. Il était plus difficile de respecter les distances de sécurité. Nous n’avons pas manqué de produits comparé à d’autres Restos du Cœur. En revanche, il pouvait arriver qu’en fin de semaine nous soyons à court, ce qui est normal. Durant cette période, on a constaté de plus en plus d’étudiants dans le besoin”.

Photo des Restos du Cœur en pleine distribution pour la campagne d’hiver (O.F)

 

“Contrairement à ce que l’on peut penser, les foyers d’une personne constituaient 39% des personnes dans le besoin tandis que les familles nombreuses représentaient seulement 4%  pendant le premier confinement” dit le responsable.  

La célèbre association fondée par Coluche a enregistré une hausse de 66% du nombre de personnes inscrites pour la campagne d’été qui dure 9 semaines (soit du mois d’avril à la fin juin). Lors de ces campagnes, les Restos du cœur proposent une distribution alimentaire (viande, huile, surgelés, fruits et légumes) une fois par semaine. Les personnes sont servies selon le nombre de parts par ménage.

Il y a deux sources essentielles pour la distribution alimentaire. D’une part, l’Union Européenne (avec le Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis) et d’autre part, le négoce qui se fait au niveau national dans les grands marchés. Il existe aussi ce qu’on appelle “la ramasse”. Il s’agit des produits alimentaires invendus par les grandes distributions, comme par exemple Carrefour qui depuis, la loi Garrot de 2016, sont sanctionnées lorsqu’elles jettent ces produits. 

Nous sommes alimentés par notre siège  départemental, situé à Villepinte, qui nous livre les produits” explique monsieur Perrot.

                                                                     Photo de colis de dépannage (O.F)
 

Pour en bénéficier, les personnes ont un entretien avec l’un des responsables. Elles apportent les documents justifiant de leur situation et à la justificatifs et à la fin de l’entretien, celles-ci repartent avec un colis de dépannage .. Afin d’obtenir la carte des Restos du Cœur, il faut que les revenus de l’individu soit inférieur au barème national établi par l’association.

     
                                          Photo du recto de la carte des Restos du Cœur (O.F)

Photo du verso de la carte des Restos du Cœur (O.F)

Une question se pose. A partir du moment où l’on établit des critères d’éligibilité : des personnes ne pourront pas prétendre à ces aides. Mais, paradoxalement, ces critères sont nécessaires pour pouvoir établir des priorités entre les plus nécessiteux et les autres. 

Malgré les aides alimentaires et les différents dispositifs mis en place, on constate qu’il subsiste toujours des manques :

« Certains vont aussi dans d’autres associations en complément du Restos du Cœur telles que la Croix Rouge ou bien encore le Secours Islamique. Nous recevons également des gens extérieurs à Saint-Denis qui viennent s’approvisionner ici.” témoigne monsieur Perrot.

D’où une augmentation du nombre d’associations de quartiers qui tentent de venir en aide aux plus démunis.

2. Les jeunes au cœur de l’action : réorganisation autour des associations de quartiers

 

En cette période de crise, nous avons assisté à un élan de solidarité partout en France y compris à Saint-Denis. Au sein des quartiers, des jeunes se sont associés avec la Mairie de Saint-Denis pour fournir de quoi se nourrir aux résidents et/ou locataires.

2500 foyers sollicitent les aides des associations de quartiers. La ville coordonne un réseau pour l’aide. Elle soutient financièrement ces associations, en prenant en charge une partie des achats alimentaires et en mettant à leur disposition un camion frigorifique, affirme Oriane Filhol.

Les jeunes procèdent à la distribution des produits alimentaires au pied des bâtiments. Des hommes et des femmes descendent avec leur caddie ou bien des sacs pour réceptionner ces colis.

Ces initiatives ont aidé de nombreuses familles dans le besoin. Nous pourrions citer quelques noms d’associations de quartiers comme 7 Dreams à Allende ou encore Dessine-moi à Pleyel qui assurent la collecte pour les habitants du quartier. 

Pendant le premier confinement, des Maisons de Jeunesse ont également été rouvertes. A l’exemple de celle du Franc Moisin. L’ouverture des ces lieux d’ordinaire réservés aux jeunes, a servi à la distribution gratuite d’aliments au profit de tous sans exception ou distinction de couleur, de milieu, d’origine ou encore de profession.

 

     Pour conclure,  certains habitants de la ville de Saint-Denis ont connu une “crise de la faim”. Surtout, lors du premier confinement. Nous l’avions souligné, la pauvreté demeure tabou. Pourtant, il existe différentes aides possibles même si, en fonction de la situation des foyers, les aides auxquelles ceux-ci sont éligibles varient. Il est donc impossible de bénéficier de toutes les aides mises en place car cela ne permettrait pas une juste équité.

Souvent, en plus de ces aides, les ménages tentent de se débrouiller pour les compléter. Car, cette situation inouïe a entraîné plus d’un foyer dans la misère la plus totale. Rappelons-le, nous sommes sur l’un des territoires les plus pauvres de France.

Parallèlement, cette crise a permis de révéler la bonté des hommes. S’il existait déjà des structures (comme les associations caritatives) auparavant puisque le problème de la faim ne date pas d’aujourd’hui, on a vu se créer spécialement des associations de quartiers en collaboration avec la mairie de Saint-Denis, pour répondre aux besoins des populations .

Le combat continue !  Le 23 novembre dernier, les Restos du Cœur ont ouvert leur campagne habituelle d’hiver. Celle-ci s’étendra jusqu’au mois de mars prochain. N’oublions donc pas les plus démunis ! A l’approche des fêtes de fin d’année, nous espérons que la situation s’améliore et que des familles, des foyers y compris des sans domicile fixe pourront réveillonner et festoyer ensemble autour d’un bon repas !

Photo prise de la file d’attente lors du lancement de la campagne d’hiver par les Restos du Cœur,                                                                (23 novembre 2020)

 

 

Photo prise de la file d’attente lors du lancement de la campagne d’hiver par les Restos du Cœur                                                                                   (23 novembre 2020)

Stepanakert, une ville entre crises urbaines et humanitaires

Disputée par l’Arménie et l’Azerbaïdjan depuis plus de trente ans, les terres du Haut-Karabakh se retrouvent aujourd’hui dans un conflit sans précédant faisant de ses villes des villes fantômes, vidées, démunies, et détruites. Mais alors quant est-il de Stepanakert ? Aujourd’hui cette ville, considéré comme la capitale de cette république auto-proclamée indépendante, sombre dans plusieurs crises. Economique, politique, sanitaire, urbaine et humanitaire, la liste de ces crises ne cessent de s’accroitre. Une situation qui alarme de plus en plus les institutions gouvernementales et les organismes humanitaires. 

Carte situant le Haut-Karabakh (Nagorny-Karabakh) et Stepanakert dans le Caucase (source : AFP)

La ville en crise, dans la crise de la ville

En septembre 2020, la guerre a de nouveau éclaté dans la ville de Stepanakert et sa région. Les frappes qui visaient régulièrement la ville ont poussé sa population à fuir par milliers vers Erevan, capitale de l’Arménie, après plusieurs semaines de bombardements. Entre septembre et novembre,  nous constatons que la ville a vidée de la moitié de ses habitants. Les parcs et jardins sont désertés et ses commerces abandonnés. Certains journalistes sur places décrivent la ville comme une ville fantôme, « une ville morte » nous affirme Aren Malakyan, journaliste indépendant actuellement à Stepanakert. Nos témoins, sur place également, m’affirment quant à eux que dans cette ville, seul un sentiment d’abandon général est perceptible. Un abandon physique et humain, par la désertification des bâtiments, maisons, commerces, écoles, de tout types de structures urbaines locales mais aussi, des trottoirs, routes et rues. Puis on y ressent un abandon moral. Celui des grands pays alliés et celui de la part du gouvernement arménien. Malheureusement ces sentiment d’abandons traduisent une mise à mort de la ville après la capitulation de l’Arménie dans cette guerre. 

Une témoin présente me raconte qu’il aura fallu à peine deux jours pour la ville soit défigurée par les bombardements. Elle nous décrit alors comment les roquettes et bombes tombés à flot, « comme de la pluie, c’était difficile de comprendre ». Sur l’avenue des combattants de la liberté, un immeuble cubique à l’architecture datant de l’ère soviétique a été touché. Situé en pleine face au ministère de la Défense, la symbolique de cet immeuble est fort et sa destruction est spectaculaire. Cette symbolique ouvre une chapitre flagrant pour la crise de la ville. 

Sur le quartier de Sasountsi David, route et maisons sont brisées. On y observe plus de dix mètres de cratères et des fragments de goudron, aussi gros que des pastèques. Plus bas dans la rue, c’est un commerce de literie qui a été touché probablement par la même explosion. Lorsque l’on observe les bâtiments du quartier, toutes les vitres des alentours se sont écroulés. Sous les pieds, les bis de verre sur le sol résonnent. Plus loins, le palais présidentiel est aussi vidé, l’hôpital de maternité de la ville a été bombardé.

Cette situation nous rappelle que les villes sont les lieux du pouvoir politique et économique, et qu’elles deviennent facilement les cibles d’enjeux stratégiques pour la conquête du pouvoir.  Concernant la région du Haut-Karabakh, plusieurs types de guerres prennent alors place.

La guerre pour la ville, où l’utopie folle de prendre le pouvoir passe par la conquête de la ville, de sa force géographique et culturelle. L’Azerbaïdjan ne s’en est pas caché, elle souhaitait récupérer cette ville. Toute la force culturelle est dans ces quelques kilomètres urbains, et si aujourd’hui la ville n’a pas été conquise, sa destruction massive traduira dans le futur, un handicap flagrant dans la reconstruction de la ville. Après quelques conversations avec certains habitants refusant de quitter les terres (la majorité était des hommes, âgés, anciennement combattants dans la première guerre) , je me suis rendu compte que cette résistance s’inscrivait simplement par principe de se « battre pour sa ville ».  Puis nous avons la guerre dans la ville, avec l’utilisation massive d’armes devient un outil de guerre urbaine, où la ville devient simplement un champ de bataille et où tout ce qui fait d’elle une « ville » n’est plus que ruines. Ce fut le cas de Stepanakert. A contrario de l’image préconçu et bien précise que nous avons des guerres et des champs de batailles, image inculqué majoritairement par le cinéma, ces champs de batailles dans la ville n’étaient pas physique mais aérien. Dans cette réalité, on me décrit les arrivées des drones comme des attaques sans fins, détruisant des quartiers entiers en seulement quelques minutes. L’aéroport de la ville a alors été fermé pour éviter toutes attaques aériennes, rendant la capitale accessible que par voie terrestre, isolant de ce fait une grande partie de la ville. Pour tous, c’était la première fois qu’il fallait faire face à des robots pour combattre. La guerre dans la ville n’est plus la même. La ville ne peut être défendu, elle ne fait que subir. Attendre et subir, voilà le témoignage d’Aren.  Enfin, nous avons une forme de guerre par la ville, plus loins, là où les belligérants vont mener un combat à la ville pour gagner la guerre. Par là on y entend une ville stratégique du conflit. Dans le cas de cette guerre dans le Haut-Karabakh, la ville assiégée est celle de Shushi, petite ville, peu riche, mais géographiquement placé de telle sorte où elle contrôle tout ce tournant de la guerre. Symbole politique et religion, mais aussi point le plus stratégique pour atteindre la capitale, Stepanakert, le siège de Shushi a fait signer la capitulation du pays. A moins de 10km l’une de l’autre, Annie, une amie infirmière présente dans la capitale, me raconte comment l’espoir s’est tut en entendant et voyant au loin les batailles dans cette ville. A la récupération de la ville voisine, la capitulation n’est ressortit comme la seule solution pour que la capitale ne tombe pas aussi. Le 9 novembre 2020, le traité est signé. 

Et au delà de cette guerre de territoire, d’existence, de culture et de patrimoine, on y observe inévitablement une guerre sanitaire. Malgré des mises en garde par le gouvernement et des membres de personnels soignant, on y observe aucunes mesures sanitaires respectées. Ni de gestes barrières, ni de port de masques réguliers et pourtant, ce n’est pas comme si l’épidémie n’était pas présente. « C’est comme ça », me disent alors des soldats interrogés, « c’est comme ça et pour l’instant ce n’est pas notre priorité ». 

De la destruction vers la reconstruction

Comment, après la destruction, vient la reconstruction d’une ville ? Quel est l’impact de la guerre sur les contextes urbains et humanitaires ? Comment une ville peut se réaménager après l’utilisation de bombes à sous-munitions ? Quels sont les priorités dans un travail de « départ à zéro » ? Et ainsi comment la ville est modifiée, réadaptée ? A quelques jours de la fin de la guerre, tout ces questionnements résonnent en écho dans les têtes des populations arméniennes. 

Chaque habitants sur place essaient de témoigner par la photographie, d’autres pensent aux villes  tombés, à leurs maisons perdus et à leurs histoire bafoué. 

Cette guerre aura fait perdre à la région près de 80% de son territoire. Comme dans chaque conflits armés, le pays a droit a une crise humanitaire. Les réfugiés à Erevan vont devoir revenir, rentrer chez eux, mais où ? Sur 150 000 habitants, 20 000 sont retournés à Stepanakert. Plusieurs hôtels de la ville et appartements non-détruits ont été mis à la disposition des déplacés et même si le gouvernement arménien promet un soutien total et financier pour les réfugiés de guerre, les réserves économiques du pays sont passé dans cette guerre. C’est là qu’est mis en lumière un point fort pour la reconstruction de Stepanakert et de ses villes voisines : la diaspora. En effet, dans l’ombre du pays, la communauté arménienne du monde s’est mobilisée au premier jour de la guerre, ouvrant compte sur le fond arménien, www.himnadram.org , afin d’anticiper les besoins financiers. Près de 370 millions de dollars ont alors été récoltés en quelques semaines. C’est alors que plusieurs centaines de projets sont à venir, mettant en avant les reconstructions internes d’urgence pour les réseaux d’eau et d’électricité mais aussi pour les restaurations des infrastructures urbaines. Xoren G., travaillant dans les services de cadastre urbain de Erevan, nous indique que des équipes de spécialistes, architectes et militaires sont envoyés par dizaine, pour analyser les villes, quantifier les destructions et déterminer approximativement les reconstructions à prévoir. L’un des militaire sur place, dont le nom sera masqué pour des raisons d’anonymat, nous décrit les débris dans les rues puis nous transmet son inquiétude dans la difficulté de la reconstruction de Stepanakert. En effet, l’utilisation de bombes à fragmentation et à sous munition vient biaiser toute reconstruction rapide et efficace possible. Composées d’un conteneur, tel un obus, ces bombes interdites par la convention internationale regroupent des projectiles explosifs de taille bien plus petites, appelé « sous-munitions ». Selon Amnesty International, ces bombes touchent majoritairement des civils puisque entre 5 à 40% n’explosent pas à l’impact et se transforment alors en mines qui, au moindre contact, mutilent, brule ou tuent. 

Le militaire X me confirme qu’il est impossible pour l’instant de retranscrire de façon précise où et au combien ces bombes se situent dans la ville. Des architectes venant de France se sont déplacés pour venir en aide dans la re conceptualisation de la ville. L’enjeu dans cette reconstruction est principalement de limiter les « dégâts d’après guerre » que posent ces bombes. 

Ainsi, la ville de Stepanakert va donc être repensé à zéro et son réaménagement va être progressif, de façon à ce que les populations civils puissent circuler librement. 

Il y a quelques jours, la première école a ouverte ses portes à Stepanakert. Depuis le 2è septembre dernier, la ville compte 7 écoles et 14 maternelles endommagées par les bombes. Depuis le 16 novembre, les travaux de nettoyage et de stabilisation des bâtiments sont alors en cours partout dans la ville. « C’est la première école ouverte et il y en aura d’autres. Nous allons tout mettre en oeuvre pour que l’on puisse réouvrir toutes les écoles de la ville et réassurer un sentiment de stabilité auprès de la jeunesse locale », confie le représentant de l’administration de la ville. 

Comme celles-ci, des actions encourageantes sont également promus dans d’autres villes voisines se mêlant, elles-aussi, à crise humanitaire et crise sanitaire. 

Stepanakert, 11 octobre 2020
Bombe à sous munition retrouvé intacte dans le sol, Stepanakert, octobre 2020
Débris de bombs à sous-munitions retrouvés dans un jardin, des poules se baladent autour
Stepanakert, 13 octobre 2020
Stepanakert, 13 octobre 2020
Stepanakert, 25 octobre 2020
Des habitants se réfugient dans les sous-sols de la ville, conçus pour les bombardements, octobre 2020
Des déplacés attendant les navettes de Erevan pour rejoindre Stepanakert, novembre 2020

Rentrée des classes pour la réouverture de la première école de Stepanakert. Les inscriptions « Merci la Russie » et une photo de Poutine également visible dans les mains des enfants. La Russie étant médiatrice dans ce conflit, les « soldats de la paix » russe garderont aussi cette école.

 

Angélique Minassian

Le click&collect est-il réellement efficace et comment participe-t-il au dynamisme de l’Île-Saint-Louis?

« Connaissez-vous l’île

Au cœur de la ville

Où tout est tranquille

Éternellement »

Louis Aragon, Quai de Béthune, 1958

Comme l’a très bien résumé l’illustre Louis Aragon, le temps s’arrête sur l’Île-Saint-Louis, une place lui est dédiée à la pointe Ouest de l’île, sans doute l’un des endroits les plus romantiques de Paris, où tous les amoureux se retrouvent pour manger une glace Berthillon. Au crépuscule des soirées d’été comme celles d’hiver, Paris revête sa couverture de ville des lumières, ainsi, un spectacle saisissant s’offre à vous, où que vous tourniez la tête, admirez le Panthéon, Notre-Dame ou l’Hôtel de ville, éclairés de milles feux. 

L’expression « Paris, la plus belle ville du monde » y prend tout son sens

Un peu d’histoire…

L’île-Saint-Louis est un trésor d’histoire, sœur de l’Île-de-la-Cité, sa première fonction était d’offrir un lieu de pâture pour les bêtes des chanoines de Notre dame, elle se faisait appeler « l’île aux vaches », ce lieu ne sera urbanisé qu’au XVIème siècle lorsque des travaux de jonctions entre les deux îles débuteront, il faudra attendre un siècle avant que ces derniers ne soient achevés. 

Mais pourquoi porte-elle le nom de Saint-Louis ? 

Louis IX, surnommé Saint-Louis, avait l’habitude de venir prier et se ressourcer sur « l’île aux vaches » avant de partir pour sa huitième croisade, depuis, l’île porte son nom pour lui rendre hommage. 

L’île-Saint-Louis, un lieu d’art… 

De grands noms artistiques ont élu domicile dans cet endroit de Paris, préservé et intimiste, de Baudelaire à Camille Claudel en passant par Paul Cézanne, certains noms actuels ont eux aussi été sensibles au charme de l’Île, ainsi, Agnès Jaoui, Édouard Baer, Daniel Auteuil ou bien Jamel Debbouze ont foulé les pavés de cet endroit. 

Je pense qu’il était nécessaire, avant de débuter l’explication de mon analyse de terrain, de vous raconter la facette historique de cet endroit, que peu de personnes ne connaissent réellement. 

L’Île-Saint-Louis est devenue un quartier prisé de la capitale où la tranquillité est indéniable : peu de trafic, population assez âgée et aisée, séparée par deux ponts il n’y a pas énormément d’affluence comme dans le Marais ou bien Saint-Germain-des-Prés, de ce fait, les commerces sont petits, il n’y a pas de grandes enseignes telles que Zara, Sephora ou autres, il s’agit essentiellement de commerces de proximité. 

L’énergie de l’Île-Saint-Louis à quelque chose de villageoise.  

Analyse de terrain

Aujourd’hui, la rue principale appelée « Rue Saint-Louis-en-l’île » traverse la totalité de l’Île horizontalement et elle permet à l’endroit de conserver son caractère marchand. Nous pouvons compter 20commerces, 12 restaurants, 6 galeries d’art, 4 boulangeries, 2 pharmacies, 1 bureau de presse/tabac, 2 magasins alimentaires, 3 hôtels et 2 agences immobilières.

Comme expliqué ci-dessus, les commerces qui s’y trouvent sont souvent petits et il n’y a pas de grandes franchises. 

Lorsque nous nous baladons dans ce quartier, nous découvrons des petites marques de créateurs français, plusieurs primeurs, un fleuriste, trois boulangeries, beaucoup de galeries d’art, parfois très renommées mais il n’y a pas ce sentiment de surconsommation que nous pouvons retrouver ailleurs… 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que c’est une réelle vie de quartier qui se créée ici, les habitants, appelés Ludovisiens ont leurs propres habitudes et une espèce de parcours se dessine : première étape le bureau de presse, deuxième étape acheter ses légumes chez le primeur, troisième étape prendre sa baguette à la boulangerie. 

Nous traversons une crise sanitaire inédite qui malheureusement a durement touché les petits commerçants contraints de fermer à deux reprises leurs boutiques. Alors comment ont-ils fait pour tenter de survivre dans un monde où Big Brother écrase tout sur son passage ? 

Pour la plupart, ils ont été obligés de se numériser et de proposer à leur clientèle le moyen de « click&collect » ou « call&collect » mais cette formule est-elle réellement efficace dans un petit quartier où tout est chamboulé ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre. De plus, nous devions aborder la notion de ville en crise, alors, nous analyserons à quel moment de la journée, les rues sont-elles fréquentées, et quels sont les types de consommation ?  

Pour ce faire, j’ai décidé de me rendre en plein cœur du sujet, j’ai d’abord questionné les commerçants, puis, j’ai réalisé une réelle enquête de terrain en restant dans la même rue, à la même heure mais à des jours différents. Cette enquête de terrain permettra de faire surgir plusieurs remarques intéressantes. 

Il y a sur cette île des visages familiers, pour certains, depuis plus de 40 ans. C’est le cas de Patrick et Carole, qui sont les uniques fleuristes de ce quartier (Patrick Allain fleuriste, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

J’ai pu m’entretenir avec eux, alors qu’ils confectionnaient un beau bouquet de roses blanches destiné à une célébrité, pour une raison spéciale, mais secret professionnel oblige, je n’ai malheureusement pas pu en savoir plus. 

A la question « Comment avez-vous vécu la première fermeture ? » les deux ont répondu instinctivement « Après 40 ans sans vacances, ça nous a fait du bien ! mais après une semaine sans travailler, nous devons avouer que ça nous a fait bizarre et l’ennui commençait à nous guetter ». Alors, lorsque les commerces ont dû fermer une secondes fois, il fallait trouver une solution. Patrick, le gérant, a décidé de se lancer dans le Click&Collect « Pour des personnes de notre âge, c’est un peu plus compliqué, heureusement, je me suis fait aider » nous confie-t-il. 

Alors, est-ce possible de vendre des fleurs sur internet ? La réponse semble être oui, mais est-ce efficace ? 

« Vendre des fleurs ce n’est pas vendre des tee-shirts, il nous faut un contact humain, quand on vend un bouquet, c’est pour apporter de la joie chez nos clients, sont-ils contents lorsqu’ils commandent sur internet ? Personnellement, je ne crois pas » Témoigne Patrick. C’est l’une des rares vitrines à avoir affiché « Bouquet Click&Collect » avec un QR code qui mène directement au site internet, mais le résultat de cette nouvelle alternative de vente n’est pas là « Nous avons eu la chance de pouvoir étaler nos fleurs sur le devant de notre boutique, alors les habitués venaient nous rendre visite pendant leur heure de sortie autorisée, ils choisissaient leurs fleurs sans rentrer dans le magasin, le Click&Collect était plus un prétexte pour rester ouverts, il ne nous a pas permis de renouveler notre clientèle » 

Afiz est lui aussi un des piliers de ce quartier, il tient une boutique de vêtements depuis 40 ans également. (Bayman, 71,rue Saint-Louis-en-l’Île)

À l’instar de Carole et Patrick, il a plutôt bien réagi à la première fermeture « Cette fermeture nous a permis de nous reconcentrer et de réfléchir à la suite, ce fut une réelle déconnexion » 

La marque « Bayman » créée par Afiz, marchait plutôt bien, cependant, la seconde fermeture était pour eux catastrophique « Nous étions plongés dans l’incertitude ». 

Alors, il a décidé lui aussi de se mettre au e-commerce, « C’était notre dernière issue pour continuer notre activité, mais ça n’a pas réellement marché. L’Île-Saint-Louis est un quartier très touristique, nous avons été durement touchés par les grèves, les gilets jaunes, la politique de Paris ville piétonne et surtout l’incendie de Notre-Dame, donc, la clientèle étrangère n’était pas au rendez-vous cette année, la population locale, est assez âgée et n’utilise pas trop internet »

Nous l’avons compris, ce quartier de Paris vit du tourisme, comme le dit si bien la chanteuse Brigitte Fontaine dans sa chanson « Rue Saint-Louis-en-l’Île » : « Quand l’été revient, il faut fuir ! ». 

Christine et Stéphanie, deux commerçantes dans le textile ont essayé elles aussi de se numériser, sans succès. Elles témoignent « Avant, des clientes Américaines venaient et dépensaient sans compter. Pendant le confinement, si nous faisons quelques ventes sur notre site internet par jour, nous étions contentes. » (78ISl, 78 rue Saint-Louis-en-l’Île )

Le Click&Collect ne semble pas être efficace dans ce quartier sauf pour quelques exceptions ! 

Le Chef cuisinier étoilé Alain Pégouret, propriétaire du restaurant « Le sergent recruteur » se dit très satisfait « Les restaurateurs, comme les commerçants, ont beaucoup soufferts et continuent de souffrir, il fallait trouver une alternative : le click&collect ! » 

Cette adresse Parisienne a acquis une belle notoriété et un beau carnet d’adresse avec le temps. « Aujourd’hui, j’ai toujours ma brigade avec moi, nous avons même embauché un livreur particulier au vu de nos nombreuses commandes » 

Quid de sa clientèle ? « Notre clientèle qui commande est aussi locale « qu’étrangère » si je peux me permettre » dit-il avec le sourire aux lèvres. Comment explique-t-il cette efficacité ? « Je pense que le fait de bien manger est tellement ancré chez les Français, que dès lors qu’ils ne peuvent plus aller au restaurant, les restaurants viennent à eux ! » 

Également pour Lize, gérante d’une boutique de vêtement sur l’Île, le commerce en ligne a bien marché pendant le confinement, peut-être car la marque « Nina Kendosa » est assez connue dans la capitale, et que ses clientes avaient besoin de se changer les idées « Heureusement que nous avions développé notre e-commerce, les clientes commandaient sur notre site et avaient le choix, soit d’être livrées soit de venir récupérer leurs commandes directement en boutique ». Lize semble cependant perplexe « C’est étrange, maintenant que les commerces ont rouverts, l’affluence n’est pas très forte »

Concernant l’efficacité du e-commerce, le résultat est assez flagrant. 

Sur un échantillon de commerçants interrogés, il s’avère être assez négatif malgré deux exceptions. 

Mais alors ce phénomène de digitalisation a-t-il permis de participer au dynamisme de ce quartier historique de Paris ? La réponse semble être elle aussi négative. 

Nous l’avons bien compris, l’Île-Saint-Louis est un gros village où il fait normalement, bon vivre. 

Cependant, ce quartier vit au rythme du tourisme. En période normale, la rue principale est bondée, surtout de personnes internationales. 

Aujourd’hui, malgré la réouverture des commerces, peu de monde se rend dans cette partie de la ville pourtant très prisée. Pour tenter de savoir pourquoi, j’ai posé la question à des personnes au hasard, et plusieurs éléments ressortent : « Nous n’avons pas de point de chute ici, nous y arrivons par hasard. » Néanmoins, l’Île est beaucoup plus animée le week-end, surtout en ces périodes de fêtes, c’est à ce moment-là que les ventes sont importantes. 

« Notre chiffre d’affaires se fait principalement sur le week-end, quand les parisiens font leur ballade « after brunch », sinon, la semaine, c’est très calme », Témoigne Anne, gérante d’une boutique de cosmétiques. (Imiza, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

Habitant dans ce quartier, j’ai effectué mon étude de terrain en rentrant chez moi, en allant faire mes courses, en me baladant…. Le constat est simple :  pendant toute la durée de la semaine, l’Île-Saint-Louis est très calme, nous y observons en majorité, une fréquentation de population locale. Cependant, je suis resté dans la rue principale 2 week-end d’affilés (4/5/6 décembre et 11/12/13 décembre) à des heures bien précises, de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, le paysage change complètement. 

L’Île se remplit timidement le matin, le plus souvent, ce sont des personnes habitants dans les arrondissements voisins (3ème, 5ème, 6ème) qui y viennent pour se balader, sans but précis. 

L’après-midi, c’est une population plus jeune, comprenant des familles, qui s’y retrouve. Malheureusement, ces personnes ne viennent pas, pour la majorité, chercher leurs commandes click&collect. L’Île-Saint-Louis est un lieu de balade. 

En conclusion, nous pouvons dire que le phénomène de e-commerce peut être efficace en fonction de la clientèle visée, des marques distribuées et du quartier. Ici, les locaux ont l’habitude de se déplacer directement en magasin pour récupérer leurs articles et ne sont, pour la majorité, pas à l’aise avec la notion de e-commerce. 

Concernant le dynamisme de la ville en crise, l’essence même du quartier concerné peut y jouer, avec son statut d’Île et suite à l’étude de terrain, nous pouvons émettre l’idée que ce quartier est un réel lieu de détende, les visiteurs ne viennent pas forcement pour consommer mais plutôt pour marcher, visiter ou bien manger une glace Berthillon, pilier de l’Île-Saint-Louis. 

Le contexte actuel ne joue pas en faveur de ce quartier, qui vit du tourisme et de la clientèle locale.

Néanmoins, les commerçants ne perdent pas espoir, même si elle n’est plus aussi dynamique qu’avant, elle restera une adresse phare de la capitale. 

Les promenades au bois de Vincennes, ou l’art de transgresser la limite du 1 km

Avec la crise sanitaire, le besoin d’espaces verts des personnes habitants en milieu urbain s’est accru. La limite des 1 km a séparé la population en deux catégories, ceux ayant un point de nature proche, et ceux ne pouvant se permettre qu’une balade entre les voitures et les immeubles. Parmi ces derniers, on retrouve souvent une certaine frustration car l’espace vert est proche, mais à plus d’1 km. A Vincennes, Saint-Mandé, ou encore Charenton, certains habitants ont accès au grand bois de Vincennes. Une sorte dediscrimination territoriale s’effectue dans le sens où seuls les habitants des quartiers en lisière du bois (qui représentent les logements les plus chers) peuvent s’y aventurer et profiter de la nature. Pour d’autres, la limite de déplacement imposée ne permet que d’errer à l’orée du bois, ce qui peut provoquer un sentiment d’injustice. 

De par son étendue, et compte tenu des mesures sanitaires, des zones du bois de Vincennes devraient logiquement être vides. Pourtant en se baladant dans le bois, on remarque que ce n’est pas le cas, et que beaucoup de personnes s’y promènent.

Après quelques simulations du 1 km sur Mappy, une zone du bois m’est apparue intéressante car centrale, attractive et facile d’accès. Comme on le remarque sur le plan, c’est un grand cercle (de terre et de gazon) central où se rejoignent 6 allées, dont la grande menant au château de Vincennes. Du côté de Saint-Maurice, le bois donne sur l’avenue de Gravelle et simultanément sur un hôpital et un petit ensemble de rues d’habitation. D’après le tracé des 1km, seuls certains habitants de Saint-Maurice ont accès au cercle : ceux sur l’avenue de Gravelle et ceux habitant dans quelques rues en dessous.


Sur la carte
ci-dessus, les cercles de 1 km correspondent aux adresses suivantes :

Cercle bleu : 39 rue des vignerons, 94300, Vincennes 
Cercle Magenta : 56 rue Jeanne D’arc, 94160, Saint-Mandé
Cercle Vert : 13 rue Edmond Nocard, 94410, Saint-Maurice
Cercle Jaune : 45 avenue de la Belle Gabrielle, 94130, Nogent-sur Marne


Sur la carte ci-contre, on peut observer le cercle de l’étude ainsi que les différentes allées qui s’y rejoignent.

Pour analyser le cercle, 5 observations d’environ 30 minutes chacunes ont été effectuées pendant le confinement, durant lesquelles j’ai souhaité compter les passants en me plaçant au centre du cercle (ont été comptées toutes les personnes dans le cercle et dans les allées à proximité du cercle, arrivant ou repartant) :

Jour Samedi Dimanche Mardi Mercredi Jeudi
Heure et nombre de personnes 15h23 : 68 
15h40 : 88
14h47 : 78 16h20 : 17 16h05 : 32 12h50 : 26
Tableau indiquant les jours d’observation, l’heure de comptage suivi du nombre de personnes présents aux abords du cercle.

La première chose que l’on peut remarquer est que c’est une zone du bois très passante, de par sa position centrale, sa facilité d’accès quelque soit l’endroit d’où l’on vient. Le samedi, il était intéressant d’effectuer deux comptages car il y avait beaucoup de passage ! Dans les activités ou usages ayant lieu dans de ce cercle, voici les celles que j’ai pu noter : se balader, promener son/ses chiens, sortir en famille et/ou avec enfants, faire du sport, et s’installer sur un des rondins de bois ou dans l’herbe de la grande allée menant au château. Le samedi de l’observation, il y avait beaucoup de monde (comme le montrent les chiffres) et toutes les activités citées au-dessus étaient observables. C’était une belle journée d’automne et ce grand cercle sans arbre permet aux personnes venues marcher dans le bois de prendre un bain de soleil, au lieu de rester à l’ombre des feuillages.

Photo prise par Adèle Jonas le samedi, en direction de la grande allée menant au château. Bien qu’il fasse frais, des personnes se sont installées dans l’herbe pendant que d’autres font du vélo.
Photo prise par Adèle Jonas le dimanche depuis le centre du cercle. Le temps était nuageux mais il y avait toujours autant de monde, bien que moins de stagnation dans le cercle : il faisait froid, il n’y avait pas de soleil, et il valait mieux bouger pour se réchauffer. La vraie question est, y a-t-il plus de corbeaux ou de personnes sur cette photo ?

J’ai eu envie de revenir en semaine afin de poursuivre mon étude à l’heure de la sortie des écoles pour voir s’il y avait plus d’enfants (qui n’étaient pas très présents durant le weekend). Ce n’était pas le cas : il y avait toujours du passage autour du cercle, des adultes, des chiens, mais finalement très peu d’enfants. La raison qui me paraît la plus logique est que le cercle est finalement assez éloigné des villes alentours et que faire marcher plus d’un kilomètre de jeunes enfants peut être compliqué. Le samedi, j’avais pourtant discuté avec un groupe de parents accompagnés de leurs enfants, ils étaient tous à vélo : la solution pour emmener ses enfants à plus d’1 km !

Lors des quelques entretiens effectués, deux questions ont été posées : 

Savez-vous si vous êtes à plus d’1 km de chez vous ou non ? 

Est-ce que vous faites attention à ne pas dépasser cette limite ou est-ce que vous vous en moquez ?

En fait si on est là, on est forcément un peu plus loin que 1km”, a répondu l’un des pères du groupe de parents. Certaines personnes ont hésité sur la première question, ne sachant pas exactement à quelle distance ils se trouvaient de chez eux, mais de façon unanime, aucun d’eux ne voulait se cantonner à cette limite. Avec ces deux questions assez simples (qui suivaient une rapide présentation du projet pour contextualiser), certaines personnes interrogées se sont senties rapidement à l’aise pour discuter de cette limite des 1 km. “1 km c’est discriminant pour ceux qui n’ont pas d’espaces verts chez eux : ils {le gouvernement} réfléchissent à modifier cette limite, notamment pour ceux qui habitent à la campagne”, me dit l’une des deux femmes du groupe avec qui je discute. Nous en arrivons à l’idée que plus que discriminante, la limite est aussi déshumanisante car elle nous cantonne à un espace imposé et circonscrit. Dans le bois de Vincennes, cette limite nous paraît d’autant plus absurde : elle nous force à rester groupés en bordure de bois au lieu de nous répartir dans ce grand espace vert. 

Photo prise par Adèle Jonas le mercredi au début de la grande allée. Photo intitulée“Pensez vous réellement être à moins d’1 km de votre domicile ?”

La comparaison avec le premier confinement a été très souvent utilisée. En mars dernier le printemps arrivait, le besoin de verdure et de nature grandissait chez de nombreux citadins et la fermeture des parcs et jardins lors du déconfinement a engendré un transfert massif des parisiens vers le bois de Vincennes, que j’avais pu observer à l’époque. “Là, on voit encore quelques voitures se garer en lisière de bois, sûrement des parisiens en manque de nature”. Actuellement le froid et la rapide tombée de la nuit donne lieu à des activités différentes de celles du printemps. Le premier samedi d’observation me paraît assez représentatif de cet espace lorsqu’il fait beau, des gens assis sur l’herbe, des familles à vélo, des jeunes gens jouant au badminton (photo ci-dessous)…

Photo prise par Adèle Jonas le samedi. On remarquera les trois jeunes gens ayant installé un filet de badminton pour s’amuser, mais aussi les nombreuses personnes à vélo en arrière-plan.

A l’inverse, le mauvais temps et le froid amènent une augmentation des balades : Les gens traversent, se retrouvent, mais très peu s’arrêtent autour de ce cercle. “D’habitude c’est du sport, des picnic, des filets…. Dans les grandes allées. On ne voit pas un flux aussi fréquent, avec des gens qui se baladent et font du vélo… c’est beaucoup moins habituel !” me dit un passant. Dans ce contexte sanitaire difficile, la marche devient un besoin primaire, et la limite des 1 km devient une règle presque caduque pour certaines personnes. Les chiffres actuels des amendes pour non respect du confinement et des limites de déplacement sont difficiles à trouver, ou moins médiatisés qu’en mars dernier ou un million d’amendes a été donné entre mars et avril. Selon les personnes interrogées, la police ne contrôle pas en général, et veille surtout au respect de l’ordre dans le bois : regroupement, fête clandestine, port du masque… Ce dernier est difficilement respecté en pleine nature ou plus de la moitié des personnes croisées laisse dépasser son nez ou sa bouche pour sentir l’air frais de l’automne.

Avec les nouvelles mesures, augmentant les déplacements à 20 km pendant 3h, cette étude a pris fin, mais cela a prouvé que cette limite posait des problèmes et nécessitait une réexamination. Le gouvernement a-t-il compris que le besoin de verdure était un besoin devenu primaire et primordial ? Qu’il aidait au bien être psychique et physique de la population ? Que cela créait une discrimination entre les personnes proches des espaces verts et celles plus éloignées ? Étant donné l’indifférence des personnes interrogées sur le fait d’être à plus d’1 km de leur domicile, le nombre de personnes se rendant sur le cercle n’a pas évolué (à première vue). Néanmoins, le début du printemps devrait apporter un pic d’occupation du bois de Vincennes !

Adèle Jonas