Les médias paulistes et leur positionnement pendant la pandémie du COVID

Le Brésil fut avec les Etats-Unis l’un des pays les plus touchés au monde par la crise du Covid-19 avec quelque 650 000 morts déclarées pour 215 millions d’habitants. Une situation désastreuse qui ne s’explique pas seulement par le manque d’infrastructures hospitalières ou la difficulté d’accès aux médicaments, mais par les messages diffusés par le pouvoir en place et par les réseaux sociaux. Sans mauvais jeu de mots, ce sont les médias qui ont eu le plus mauvaise presse dès les premières heures de la crise, accusés de relayer dans un premier temps une vision complaisante avec les industries pharmaceutiques, jugées assoiffées d’argent et portant peu d’importance à la santé des individus. 

PRÉSENTATION DU PRÉSIDENT ET SA GESTION DE LA CRISE

Jair Messias Bolsonaro est arrivé au pouvoir en 2019 après Luiz da Silva. Ses multiples prises de positions controversées, à l’égard des femmes, des Noirs, des peuples indigènes, et en supplément sa nostalgie pour la dictature militaire de 1964 à 1985, lui valent d’être un fervent partisan de l’extrême droite de l’échiquier politique brésilien.

Le chef de l’État doit essentiellement sa notoriété à ses nombreux discours polémiques et plus particulièrement face à sa gestion à la fois controversée et catastrophique de la pandémie de Covid-19. Il tient des propos complotistes, douteux, adopte une attitude négationniste, conteste les résultats scientifiques, use de fake news et vante les mérites de médicaments jugés inefficaces par les spécialistes, comme l’hydroxychloroquine.

Dès le début de la crise, il qualifie le virus de petite grippe, il enfreint les mesures de distanciation sociale en participant à des manifestations et en multipliant les bains de foules sans port du masque. Il est sceptique sur la vaccination, interdit les restrictions sanitaires et fustige les pleurnicheries de la population. Il défendait la thèse de l’immunité collective et affirmait que le coronavirus était une maladie politisée. Il s’est défendu d’être l’unique chef de l’État au monde à avoir eu le courage de donner son opinion sur ce virus. Le président brésilien maquille les chiffres, les statistiques officiels et s’abstient de toute prise de mesure sanitaire nationale en dépit des milliers de morts et des millions de malades qui sévissent dans tout le pays. 

Le chef de l’État Brésilien a affirmé publiquement qu’il ne se ferait pas vacciner et a plaisanté sur les effets secondaires du vaccin Pfizer, dont il avait d’ailleurs refusé plus de 70 millions de doses pour son pays. Force est de constater que le président était dans le déni total de la pandémie et il déclarait sur ses réseaux sociaux : “On va tous mourir un jour, mon rôle est de prendre des risques, pour le meilleur et pour le pire1. Lorsque, Jair Bolsonaro a été contaminé par le virus, de nombreux médias brésiliens espéraient sans grande surprise que cela pousserait le président à changer de position à l’égard de la pandémie. La Folha de Sao Paulo par exemple, espérait que cela lui serve de leçon sans aller jusqu’à souhaiter sa mort. Dans un de ses éditos, le journal déclarait espérer que le Président se remette rapidement et que ça lui mettre du plomb dans la cervelle pour la suite de la gestion de la pandémie parce qu’il n’a fait que minimiser la dangerosité de la crise sanitaire, il a freiné l’instauration de mesures fortes (comme le port du masque dans les lieux accueillant du public ou le confinement alors que le Brésil comptait plus de 60 000 morts et mille de plus au moins chaque jour qui passe2).  

Jair Bolsonaro n’a entrepris aucune stratégie contre l’épidémie de Covid-19, il n’a montré aucune empathie envers les milliers de victimes, et a fait preuve de négligence en ignorant les directives médicales. Les nombreuses provocations du président brésilien ont dès lors provoqué un bras de fer politique entre les autorités régionales/municipales et le gouvernement compte tenu du fait qu’aucune politique nationale contre le virus n’avait été prise. Chaque région et chaque grande ville devait prendre ses propres décisions afin de lutter contre le virus. 

Dans un texte relayé par les médias brésiliens comme la Folha de Sao Paulo, la commission d’enquête sénatoriale sur la gestion de la pandémie de Covid-19 au Brésil, Renan Calheiros, a recommandé que le président d’extrême droite devait être inculpé de crime contre l’humanité, de charlatanisme, de falsification de documents et de détournements des fonds publics3

Il existe bien une loi qui interdit à tout candidat d’élection d’être propriétaire d’une entreprise ayant une mission de service public comme un média4, contrairement à l’Italie, mais rien n’empêche d’être ami avec un ayant-droit d’un journal ou d’une chaîne de télévision. 

“La population se rendra compte assez rapidement qu’elle a été trompée par les médias”

Jair Bolsonaro, 22 mars 2020

LES MÉDIAS COMME FORCE D’OPPOSITION

Les populations les plus touchées tant par la maladie que par la désinformation furent sans surprise les plus précaires. Davantage exposés au danger, car étant travailleurs essentiels et/ou vivant dans des habitations insalubres, et moins confiants envers les grands médias, qu’ils peuvent juger trop éloignés de leur réalité, voire menteurs car servant des intérêts économiques au détriment de l’information.

La Folha de São Paulo s’est dès le début de la pandémie engagée à fournir une information claire et la plus sûre possible, quitte à publier prudemment au cours des premières semaines, en mars 2020. D’autres médias, à l’instar d’Agência Mural5 vont aller chercher un public plus réticent et vulnérable. Si la plupart des 39 communes font l’objet d’une couverture mensuelle dans les médias paulistes et nationaux, d’autres cumulent moins d’un article chaque mois, ou ne font parler d’elles que pour des affaires de criminalité. Né en 2010 à Sao Paulo et reprenant le concept du média français le Bondy Blog, Mural veut couvrir médiatiquement l’ensemble de la région métropolitaine de la capitale économique brésilienne à l’aide de correspondants et d’une approche beaucoup plus bienveillante, visant à mettre en valeur les solutions trouvées aux problèmes structurels, les projets locaux et les injustices vécues par les habitants plutôt que de parler des crimes et délits commis par les locaux, déjà traités dans le reste de la presse. 

A noter que le taux d’analphabétisme est plus élevé au Brésil : environ 6% pour la moyenne nationale6, et frôle parfois les 20% en fonction de l’ethnie, l’âge et la situation sociale. Par conséquent, communiquer auprès de cette population est un réel défi que Mural est parvenu à résoudre en partie. En effet, si les analphabètes ne maîtrisent pas le portugais à l’écrit, l’immense majorité des analphabètes brésiliens le comprennent à l’oral. L’idée de créer des podcasts quotidiens en lien avec l’actualité du Covid-19, mais aussi les bons gestes à adopter, les initiatives locales, du démantèlement de fake-news etc. fleurit, se voient diffusés par des radios communautaires et nationales, et leur série de podcasts “Em Quarentena” parvient à faire son bout de chemin jusqu’aux podcasts recommandés dans la catégorie “Actualité COVID” par Spotify au Brésil. Les épisodes sont aussi massivement relayés sur WhatsApp, nerf de la guerre souterraine de l’information au Brésil. Des listes de diffusion envers les différents types de publics de Mural sont créées pour toucher au mieux les cibles, et un community manager est chargé de diffuser les “ZapCasts” et de répondre aux messages des internautes7

Le désir d’informer le plus d’individus possible n’est cependant pas sans conséquences. 100 agressions de journalistes ont eu lieu pour la seule année 20208. L’organisation Reporters Sans Frontières (RSF) alerte d’ailleurs sur ce phénomène dans ses rapports trimestriels depuis quelques années9

Co-rédigé par Linçia Ladrezeau et Romane Margerit

Pour en découvrir davantage :

Notes

  1. France Inter (2020), Bolsonaro le choix d’une politique mortifère face à l’épidémie de coronavirus au Brésil.
  2. France Culture, (2020), Même contaminé, Jair Bolsonaro ne change rien face à la Covid-19.
  3. Courrier international, (2021), Jair Bolsonaro accusé de “crime contre l’humanité” pour sa gestion de l’épidémie de Covid-19.
  4. Article 54 de la Constitution du Brésil. Voir sa traduction sur ce site https://wipolex.wipo.int/fr/text/490964
  5. S’inspirant des Muralistes mexicains, un mouvement artistique datant des années 1930 qui visait à représenter les classes ouvrières dans les œuvres d’art (la plupart du temps sur des peintures murales, d’où le nom). Voir les œuvres de Diego Rivera.
  6. A titre de comparaison, le taux d’analphabétisme en France est d’un peu moins de 1%.
  7. Contraction de “WhatsApp” et de “podcast”. Le ZapCast est davantage développé au Brésil qu’en France.
  8. Reporters Sans Frontières. Pour comparaison, entre 2018 et 2020, il y eut 12 agressions de journalistes en France (hors violences policières)
  9. RSF – Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.