São Paulo, l’incontournable ville festive et musicale du Brésil

Les voyages forment la jeunesse” car ils sont riches d’expériences et permettent de découvrir des cultures étrangères ou d’approfondir ses connaissances sur celles-ci.

Dans son histoire, le Brésil a vécu de nombreuses périodes d’immigration, influant ainsi très fortement l’identité brésilienne qui a donc été fondée sur différentes cultures : portugaises, indiennes, africaines (surtout dans le Nord Est). Ce sont ces deux dernières qui ont joué un rôle important dans la cuisine, la religion mais aussi la musique brésilienne. Un voyage d’études à São Paulo permet de découvrir que l’aspect musical et festif est indissociable de la culture de cette région qui possède d’ailleurs des jours fériés consacrés à faire la fête.

Lorsque l’on est français et que l’on voyage à São Paulo, l’une des premières choses remarquables en sortant le soir est la présence de musiciens. Plus encore, la musique semble être un élément majeur de la culture brésilienne car il n’est pas rare de tomber sur une bateria n’importe où et n’importe quand dans la ville. Bien que les Paulistas (habitants de l’État de São Paulo) aient au Brésil une réputation de personnes “accrochées au travail et sans appétit pour la vie”, São Paulo est un lieu où l’on sait faire la fête.

Notons qu’en 2014 le Brésil comptait environ 13 millions d’analphabètes1 . Le pays est aussi l’un des plus inégalitaires au monde, une étude d’OXFAM met au jour le fait que 5% de la population brésilienne détient autant que les 95% restants. De ce fait, il semble ressortir que la population brésilienne soit très disparate et loin de l’unité. Cependant, et malgré ces différences entre les brésiliens eux-mêmes, il semble que la musique lie le peuple. Effectivement, la musique ne suppose pas de savoir lire ni écrire, c’est quelque chose qui se vit et se ressent. C’est d’ailleurs l’un des plus grands musiciens brésilien qui explique que c’est ce qui donne cette importance considérable à la musique au Brésil2 .

Uma bateria ?

La bateria est le mot brésilien qui désigne ce que l’on nomme en français Batucada. Cet orchestre de percussions traditionnel nous apparaît aisément lorsque l’on pense au Brésil. Effectivement, ce groupe a une place notoire au Carnaval de Rio car il accompagne la samba, genre musical et danse emblématique du Brésil.

File:Monobloco - 2do ENSAIO BATERIA MONOBLOCO EM SÃO PAULO  (23725788421).jpg - Wikimedia Commonshttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monobloco_-_2do_ENSAIO_BATERIA_MONOBLOCO_EM_S%C3%83O_PAULO_(23725788421).jpg

Notable et attendu tout au long de l’année, le carnaval de São Paulo est, en termes d’ampleur, équivalent à celui de Rio. Les meilleurs danseurs et musiciens de bateria préparent cette fête tout au long de l’année pour s’y retrouver et présenter un incroyable show. Les bateria donnent alors le tempo de cet évènement. C’est dans cette culture d’une bateria indispensable dans la fête de São Paulo que les baterias peuvent aller jusqu’à représenter les filières des universités qui s’entraînent festivement devant les promeneurs d’un parc de la ville par exemple.

A São Paulo, le marché est toujours ponctué par des interventions d’un cortège qui défile au milieu des étales. Composé de danseurs et d’une bateria, ce cortège entraîne la foule qui se permet de faire une pause dans ses courses afin de danser, chanter et exprimer toute sa joie.

Inutile de parler de la bateria sans évoquer la samba. Comme précédemment expliqué, les baterias s’entraînent toute l’année afin de se préparer au carnaval qui a lieu au mois de mars. Or, les musiciens ne sont pas seuls dans cet exercice. Des danseurs en couple ou des danseuses seules accompagnent la bateria, ce qui rend le spectacle encore plus vivant. De cette manière, la bateria est une invitation à la fête. Musiciens et danseurs avancent en rythme tandis que le public les rejoint derrière et participe activement à la fête.

 

Plus qu’un lieu pour danser et faire de la musique, ces moments de fêtes semblent être une véritable invitation à des moments conviviaux et de partage.

São Paulo, la petite fêtarde de l’Amérique du Sud

La fête occupe une place très importante dans São Paulo si ce n’est crucial, elle est l’essence même de la ville brésilienne et il est impossible de l’imaginer sans elle. Avec ses multiples discothèques, São Paulo est la ville qui ne dort jamais, après le travail, elle s’anime, s’emporte et fait la fête jusqu’à épuisement. La vie nocturne est incontestablement une composante de la mégalopole.

“En effet, une des choses appréciables à São Paulo est le cadre offert par les restaurants/bars. Dans tous ces établissements, l’ambiance est qui s’y trouvait : un chanteur musicien ou un duo de musiciens et chanteurs faisant l’animation durant toute la soirée. C’est une ambiance agréable et conviviale, des moments de partage que nous n’oublierons pas et qui sont pleinement ancrés dans les habitudes des résidents comme des touristes de ce pays.

“Un air de Samba, une foule en délire et c’est tout le Brésil qui se met à l’heure du carnaval. Si les Brésiliens, fortement attachés à leurs traditions et à leurs coutumes, célèbrent essentiellement les fêtes religieuses et traditionnelles, le pays voit se développer de nombreux festivals qui se veulent résolument avant-gardistes.” 3 L’avant-gardisme ici fait écho à la libération de l’expression culturelle portée par les Brésiliens. Depuis plusieurs décennies le pays s’émancipe de plus en plus de la culture occidentale européenne. C’est donc à travers l’art mais également la culture de la fête que les habitants innovent.

En ce qui concerne la vie nocturne, il s’agit d’une des activités incontournables à São Paulo. On y trouve toujours un moyen de faire la fête, et ce peu importe nos goûts. Selon l’étude World Cities Culture Report de 2012, São Paulo détient le plus grand nombre de clubs et boîtes de nuit du monde. Et comme dans toutes les grandes villes, elle possède ses places et rues où les jeunes sortent pour faire la fête (restaurants, bars, clubs, etc). Néanmoins, si la jeunesse est très réceptive à ce genre d’endroits, il n’est pas rare d’observer une mixité générationnelle : les 30, 40 et 50 ans se mélangent assez bien aux jeunes de 20 ans. En même temps, au sein même d’une boîte de nuit, les goûts sont variés : musiques du moment avec DJ et groupe de musiciens traditionnels (comme dans les bars et restaurants).

Si comme beaucoup l’image festive du Brésil se trouve à Rio, São Paulo se défend bien, jusqu’à se positionner comme ville incontournable des festivités brésiliennes. Enzo R, nous confie aimer sortir à São Paulo et entendre beaucoup de retours de ses amis là-bas lorsqu’il est chez lui dans un territoire plus éloigné. Mais tiens quand même à nous rappeler que peu importe l’endroit, les brésiliens font la fête, des moments importants pour oxygéner leur sens de la convivialité.

Enzo R “Je n’habite pas dans une grosse ville comme São Paulo où l’on peut régulièrement sortir et profiter de la vie nocturne. Même si sortir dans cette ville est excitant, je vous rassure, on trouve toujours le moyen de faire la fête au Brésil même dans des plus petits bars.

De toute évidence, l’expérience montre qu’il est toujours possible de profiter des festivités brésiliennes. Que les établissements soient fermés à 23h ou que l’accès y soit trop compliqué, des soirées clandestines s’offrent aux plus audacieux.

N’oublions pas que cette vie joviale met tout de même une partie de la population à l’écart. Le manque de pouvoir d’achat et les inégalités croissantes ne font qu’exclure des personnes de ces moments de bonheur. C’est ce que nous explique Joao G, habitant loin du centre ville.

Joao G : “J’adore sortir à São Paulo. Il faut juste faire attention selon le quartier. C’est pour ça que je privilégie les sorties entre amis et dans des quartiers sains. Je n’habite pas dans le centre ville donc c’est pas tout le temps facile de venir car les transports sont longs, parfois chers et pas sécurisés. En tout cas, c’est bon de pouvoir ressortir en ayant moins d’appréhension par rapport au Covid, ici nous en avons pas mal souffert.”. Il expliquera plus tard que les salaires sont très faibles et que cela ne lui permet pas de profiter comme un touriste européen pourrait le faire.

Cette situation peut également provoquer des différences de traitement, notamment des commerçants envers des étrangers/touristes. Il est déjà arrivé plusieurs fois qu’au moment de payer et sans prévenir, les serveurs augmentent l’addition, rajoutent des commissions ou arrondissent à la dizaine supérieur. A noter également que le système est bien différent que celui que nous connaissons en France : chaque personne/groupe possède une feuille qu’il doit conserver et où est indiqué l’ensemble de ses consommations. Le paiement se fait à la sortie.

Qui fait la fête à São Paulo ?

Ceci n’est pas une surprise, principalement les Paulistes. Les discothèques et les bars dansants de São Paulo concentrent en majorité les résidents de la ville, beaucoup sont des étudiants, des carriéristes ou des gens un peu plus modestes. Les étrangers, eux, sont finalement peu nombreux et préfèrent les plages idylliques de Rio à la vie nocturne de la capitale financière.

Pour les brésiliens, faire la fête est un moyen de lâcher prise et de décompresser après une longue journée de travail, rien de mieux qu’une bonne soirée dans un bar à samba pour danser jusqu’au bout de la nuit et chanter à tue-tête au point d’en perdre la voix.

Lors de ces soirées les brésiliens font fi des contraintes sociales, le temps d’un instant, il n’y a pas de hiérarchie entre eux, ils ne font qu’un et s’ambiance ensemble et ainsi s’adonnent à l’une de leur activité favorite. Parce que finalement il n’y a rien de plus brésilien que de faire la fête et ils en ont bien conscience.

La vie nocturne de São Paulo

La mégalopole compte plus de 2000 clubs confirmant son statut de ville festive. La nuit, les Brésiliens ne s’arrêtent pas à la samba et dansent sur tous types de musique ;  pop, rap, hip-hop, techno, le funk carioca et d’autres styles musicaux, donnant à São Paulo une dimension internationale.

La vie nocturne est une véritable institution au Brésil, le pays de la samba multiplie les endroits pour faire la fête, des lieux qui plongent les individus dans une ambiance des plus festives

Finalement il est possible de questionner l’impact de la crise sanitaire de Covid-19 sur la fréquentation des bars et discothèques. Effectivement, la fermeture de ceux-ci pendant de nombreux mois et l’annulation de festivals ont pu pousser les brésiliens à fréquenter de manière plus systématique ces lieux, comme un retour à la vie.

 

Co-rédigé par Zoé Delbard, Caroline Dossous, Yann Feurté et Séréna Jupille

 

Notes

1 https://agenciabrasil.ebc.com.br/educacao/noticia/2014-09/Analfabetismo-cai-0,4-pontos-percentuais-mas-ainda-atinge-13-milhões#

2 https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/la-musique-dit-les-verites-de-la-societe-bresilienne_493869.html

3 https://www.bresil-alacarte.com/conseils-voyage/que-faire/fetes-incontournables


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.