BECO DO BATMAN : le célèbre quartier de Sao Paulo au nom légendaire

K. Bošković, F. Chikh, O. Fagnon

Batman et Sao Paulo 

Il y a un mois The Batman sortait dans les salles obscures, incarné par un Robert Pattinson aussi sombre qu’intense. Il est vrai que Gotham City, à ce moment là n’aurait pas su nous évoquer l’explosion de couleurs du quartier Beco do Batman. Mais ça, c’était avant notre départ pour le Brésil !

En effet, au lendemain de sa sortie, nous nous sommes rendues à Sao Paulo dans le cadre de notre voyage universitaire. L’occasion pour nous de rencontrer des journalistes sur place et d’arpenter les rues très artistiques de Sao Paulo durant notre temps libre. 

Grande fut notre surprise à la découverte de cette ville ! Pendant notre séjour nous avons visité de nombreux quartiers : pauvres comme riches. Nous avons pu observer l’immensité de cette ville moderne aux multiples gratte-ciels, couleurs … et graffitis !

Force est de constater que le street-art tient une part importante dans l’identité de la ville puisque dès le premier jour, les immeubles nous sont apparus comme étant les territoires privilégiés de l’expression d’une culture populaire. Nos regards admiratifs étaient sans cesse appelés par ces véritables œuvres d’art. Et ce, en particulier à Beco do Batman. 

Beco do Batman : la mise en majesté d’une culture populaire

Un jour au hasard durant les années 80, la caricature d’un homme chauve-souris vient chambouler le destin de la ruelle. Ce semblant de Batman interpelle des étudiants en art plastique qui décident d’exprimer leur créativité sur les murs. Beco do Batman naît donc dans un amas de couleurs grâce à un artiste anonyme.

Située dans le quartier Vila Madalena, la ruelle d’inspiration cubiste est devenue un endroit très touristique ces dernières années. Ainsi, elle est un point stratégique de commerce pour les artisans qui y vendent des bijoux, accessoires et vêtements et ce, encore plus depuis la Coupe du Monde de Football de 2014.

Nous y avons trouvé une ambiance que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Il faut dire que chaque année de nouveaux graffitis laissent place à d’autres graffitis ; ainsi chaque visite est comme une redécouverte du lieu. C’est une rue en perpétuelle réinvention, un lieu éphémère à jamais marqué des mains des Brésiliens. 

Polémiques et conflits au cœur du quartier 

La beauté des lieux attire bien des foules. Toutefois, cette présence touristique ne fait pas l’unanimité. Beaucoup de résidents se plaignent, notamment du bruit. Il y a aussi ceux qui n’apprécient pas la présence du street-art aux alentours. Sans parler du vandalisme qui s’est accru et qui est dû notamment à l’afflux régulier des personnes.

En 2017, João Batista da Silva, un résident fatigué du bruit et des touristes stationnant devant sa maison, avait peint un mur de l’allée en gris, en signe de protestation. Mais, les murs ont repris de leurs couleurs peu après l’incident car les habitants se sont battus en faveur de la conservation des lieux. Preuve que la rue est devenue un repère aussi bien pour les Brésiliens que pour les touristes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.