Le football au Brésil, plus qu’un sport : un mode de vie

 

Le football brésilien, toute une histoire…

Si avant de claquer la porte de chez soi, une habitude universelle est de vérifier d’avoir bien pris téléphone et clés (puis désormais son masque), au Brésil, c’est le ballon rond qui est lui aussi devenu un compagnon de sortie inoubliable. Tant dans les coins de rue de Jardim Paulista qu’au parc Ibirapuera, le futebol est devenu au Brésil bien plus qu’un sport. Il s’agit véritablement d’un mode de vie national.

Une histoire d’amour a vu le jour entre un peuple et cette discipline devenue reine dont la genèse remonte à plus d’un siècle. Beaucoup s’accordent à dire que cette histoire commence véritablement en 1894. Cette année-là, l’enfant du pays Charles Miller revient d’Angleterre où il y a passé sa scolarité. Marqué par ce sport collectif anglais qui le passionne depuis lors, Charles entreprend le prêche de ce sport sur sa terre natale et plus particulièrement à São Paulo. Un sport à qu’il n’aura pas fallu long feu pour se populariser, et ce dans un contexte social particulier. En effet, le contexte de ce succès historique est à corréler avec la signature de la loi d’or du 13 mai 1888. Une loi mettant fin à l’esclavage dans ce qui deviendra alors un nouveau pays rongé par une inégalité extrême entre ex-colons et esclaves libres. Cette passion commune pour le football aurait permis d’amorcer un semblant d’unité dans le pays et amoindrir les tensions raciales. Les règles étant les mêmes pour tous sur le terrain, seul le talent compte. Du moins, en théorie…

Il est en effet à noter que blancs et noirs ne jouaient, néanmoins, pas sur un même piédestal, ni même dans les mêmes équipes. Violence et discrimination raciale étant alors culminantes, le football n’y échappait pas. Aucun joueur noir ne pouvait alors prétendre jouer pour l’équipe nationale. Ce ne sera que plus tard que cette équipe jouera le rôle d’unificateur de la nation entre des footballs divisés ethniquement. Cela par l’émergence du concept de “pátria em chuteiras” (“la patrie en crampons”, Nelson Rodrigues). Il aura fallu attendre le talent indéniable d’Arthur Friedenrich (jeune jogador métis, mais surtout virtuose du ballon rond) pour qu’un joueur d’ascendance noire joue des coudes (et surtout des pieds) afin d’accéder à la seleçao. Un précurseur dont le parcours illustre la difficile épreuve pourtant surmontée par le talent. D’ailleurs, c’est dans cette discrimination sociale et raciale que le footbal bréslien à su faire germer sa particularité : le dribble. En effet, c’est ce qu’affirme Olivier Guez en racontant l’histoire du dribble dans le football dans L’éloge de l’esquive. Les fautes n’étant que peu sifflées pour les joueurs noirs sur le terrain, la seule option pour “sauver leur peau” résidait dans leur talent à esquiver les assauts adverses par la technicité de leur geste et la souplesse d’un mouvement bien rôdé. Un destin aux origines tragiques pour ce football qui, des années plus tard, aura forgé les bases d’un héritage jalousé permettant au futebol brésilien de conquérir ce sport dans le monde entier. En témoignent les 5 étoiles sur le maillot des canarinhos, démonstration de force et symbole honorifique des 5 coupes du monde remportées depuis. Un record inégalé faisant union dans le pays.

Le musée de Football à São Paulo : Miroir du football brésilien

Stade Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu

Serait-il possible de parler de football au Brésil sans parler du musée du football à São Paulo ? Évidemment que non !  Bien que récent, le musée du football regorge toute une histoire du football brésilien et mondial. Des célébrités ayant marqué les victoires mondiales brésiliennes, à l’évolution du ballon, en passant par les règles du jeu, et tant d’autres aspects de ce sport, le musée du football est une vitrine de l’histoire du football dans sa profondeur. Il est pensé pour plonger le visiteur dans un univers immersif et interactif qui facilite la compréhension. Nul besoin de comprendre le portugais pour ressentir l’émotion et le plaisir que ressentent les journalistes sportifs des années 1950 en commentant les matchs. La ferveur des chants des supporteurs suffit pour comprendre que le football est plus qu’un sport au Brésil mais plutôt une forme d’expression de la culture brésilienne.

Le musée du Football a été inauguré le 29 septembre 2008. Il est situé dans une zone de 6 900 m2 à l’Estadio Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu. Il est parmi les musées les plus visités du pays. L’objectif principal à travers sa création est de divertir les visiteurs et de les rapprocher de l’histoire du football. En effet, le Brésil se caractérise par son fort amour pour le football qui est partie intégrante de sa culture et de son patrimoine. Ce pays, à travers son histoire, incarne le football dans toute sa splendeur et dans toute sa beauté. Le musée du Football à Sao Paulo est à l’image de ce lien fort entre les Brésiliens et le football. Ici, tout est pensé pour mettre le visiteur dans un univers footballistique qui lui permettra de comprendre presque tout sur ce sport. Cela dès l’entrée, où au premier étage, le visiteur reçoit l’accueil du Roi Pelé, joueur de football le plus connu du Brésil. De quoi donner envie d’arborer cette fierté dans les rues ensoleillées brésiliennes.

Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo
Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo

Du stade à la rue il n’y a qu’un pas

En concurrence avec Rio de Janeiro pour savoir qui sera la capitale du football brésilien, la ville de Sao Paulo représente un vivier important de clubs tous capables de jouer les premiers plans sur la scène nationale comme continentale.

Les deux victoires successives de Palmeiras en Copa Libertadores ont remis la ville de Sao Paulo sur le devant de la scène continentale. Ces succès sportifs se traduisent dans les rues de la ville où de nombreuses personnes portent fièrement les couleurs de leur club favori.  Pour faire un rapide parallèle avec la France, les brésiliens sont davantage portés sur les couleurs des clubs de la ville, au détriment des clubs historiques européens. Des petits clubs de quartiers aux quatre mastodontes de football de la cité paulista, le maillot de football fait partie intégrante de la mode urbaine.

Lors de balades sur l’avenue Paulista, il est facile de se croire dans un défilé de mode très particulier. Ici, ce ne sont pas les créateurs les plus réputés qui mettent en scène leurs dernières créations, mais bien les clubs qui occupent l’espace publique telle une vitrine où les modèles sont en réalité les supporters et amoureux de leur identité sportive. Des maillots de toute époque, en bonne ou mauvaise qualité, venant des quatre coins de la ville se mélangent pour nous offrir ce bal plaisant et intriguant. Ce caractère identitaire très fort a même pris le pas sur la sélection nationale au point de se poser des questions sur le besoin d’appartenance à une catégorie de la société. Véritable religion dans ce pays titré championne du monde à cinq reprises, le port du maillot dans la rue permet une inclusion dans une partie de la société, un groupe au sein duquel les inégalités sociales sont remplacées par l’amour et la passion commune pour un club et son histoire. Mais ce doux rêve national peut pour certains se muer en un espoir de vie irréalisable…

Le rêve d’une carrière professionnelle : les galériens déchus du football brésilien.

Brésil, pays de grands talents de football où d’excellents joueurs de renommée mondiale représentent la plupart des ressortissants célèbres de ce pays. Un pays où le football est perçu comme un art. Avec la place importante qu’occupent les joueurs brésiliens dans le football mondial et particulièrement en Europe, la jeunesse brésilienne a tendance à se vouloir s’exercer massivement à ce sport où la réussite est souvent imminente avec la détention du statut professionnel.

La plupart des jeunes brésiliens rêvent ainsi d’un épanouissement dans une carrière de football et suivre les pas de leurs idoles, mais aussi très certainement pour espérer une vie meilleure. Beaucoup passent le plus gros de leur temps à jouer dans les rues, dans les plages et même dans les forêts. Des dizaines de milliers de jeunes professionnels brésiliens s’accrochent à leur rêve dans des conditions précaires. Dans ce pays, rêver de jouer au foot de manière professionnelle est une échappatoire qui prend une place importante dans la vie des jeunes talents dès leur enfance. Chez les jeunes et particulièrement les adolescents, jouer au foot représente l’une des façons les plus courantes de se démarquer de leurs pairs.

En revanche, il est fréquent qu’être un célèbre footballeur professionnel peut se révéler être synonyme de frustration et d’amertume.  Beaucoup de jeunes brésiliens vivant dans les quartiers où le ballon rond est le plus aimé, optent pour un mauvais choix de vie après échec dans leur carrière footballistique. Nous pouvons prendre l’exemple de la ville de São Paulo et Rio qui abritent beaucoup de jeunes talents. Après échec, beaucoup de ces jeunes ressortissants de ces villes basculent vers une vie difficile et faite de dangers pouvant constituer des obstacles à leur épanouissement. Le fait de ne pas réussir à muer certains de ces rêves en réalité ne signifie pas d’une part que nous mettons trop de limites dans notre vie ? À part le foot, il est difficile pour certains jeunes de trouver une activité dont ils pourront réussir et s’épanouir démontrant  ainsi que la belle tragédie du football bréslien est bien souvent faite de haut comme de bas.

Co-rédigé par Moussa AGALI ALMOCTAR, Youssouf Rakine, Babacar NDIAYE, Marc CÔME

Références:

« Musée du football de Sao Paulo, Brésil », 7 janvier 2018. https://www.hisour.com/fr/football-museum-sao-paulo-brazil-19390/
« Visite du musée du football de Sao Paulo Yohann Tour du monde », 12 janvier 2020. https://yoytourdumonde.fr/musee-football-bresil/.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.