Expérience des diversités à Sao Paulo

Dans le cadre de notre voyage de classe organisé par l’IFP à Sao Paulo, il nous a été demandé de produire un article sur un sujet concernant cette ville. C’est pourquoi, nous essaierons ici de rendre compte, du point de vue d’élèves Parisiens de Master 2 ayant fait l’expérience, au cours d’une petite semaine, d’un aspect de la plus grande ville du cinquième plus grand pays du monde. 

Nous nous servirons pour cela de ce court laps de temps comme d’une analyse de terrain, le but étant aussi de transmettre notre ressenti. Nous travaillerons en deux temps: en donnant d’abord un aperçu de la mixité urbanistique et sociale, avant de nous attarder sur la diversité culturelle. 

Mixité urbanistique et sociale

La ville de Paris est un exemple particulièrement marquant d’unité urbanistique et architecturale, marquée par les fameux immeubles haussmanniens. Des façades presque identiques dans une grande partie de la ville, des immeubles de 6 étages maximum, voilà ce qui compose Paris. Il faut se rapprocher du périphérique, dans des quartiers plus nouveaux pour prendre de la hauteur et commencer à voir une diversité dans les bâtiments. Nos yeux sont habitués à l’homogénéité de cette ville que nous habitons depuis plusieurs années. 

Rien de tel à Sao Paulo. D’immenses gratte-ciel vitrés côtoient des buildings de plusieurs dizaines d’étages de style Art Deco ou encore d’anciens bâtiments coloniaux, des bâtiments complètement délabrés voire à l’abandon à côté de toutes nouvelles constructions, il ne semble y avoir aucune règle régissant le développement urbain de la ville. Voilà notre première impression en sortant de l’aéroport. La deuxième surprise pour nos yeux de parisien-ne-s est l’étalement urbain de la ville. Si à Paris il est aisé de voir l’horizon (parce que les bâtiments sont bas mais aussi parce que la métropole du Grand Paris fait presque la moitié de celle de Sao Paulo), Sao Paulo semble s’étendre à perte de vue. Un passage en haut du Farol Santander permet de prendre conscience de cette immensité, mais aussi de découvrir la ville d’un autre point de vue. Élément marquant là aussi, mais sans aucun doute représentatif encore une fois de cette ville diverse : du haut des 35 étages de la tour, on remarque de nombreux héliports sur les toits des bâtiments alentour. Ce qui semble alors complètement anormal pour nous est en fait totalement justifié pour une (petite) partie des Paulistes. La ville et sa métropole étant tellement étalées et la circulation toujours tellement encombrée, il n’est pas rare pour certaines personnes de se déplacer en hélicoptère. Un contraste fort avec la pauvreté omniprésente dans la rue. 

Vue de Sao Paulo depuis Farol Santander

Vue de la ville de Sao Paulo depuis le haut de la tour Farol Santander

Mais l’espace urbain de Sao Paulo ne se restreint pas aux constructions, et la nature est elle aussi très présente dans la ville. Quelques parcs composent la ville, comme le parc Ibirapuera d’1,58 km2 en plein cœur de la ville, mais c’est surtout la végétation qui rencontre les constructions qui est surprenante. En effet, nous avons été marqués par la grande présence d’arbres et de plantes disséminés dans la ville et la rendant dans une certaine mesure agréable à arpenter. En discutant de ces nombreuses différences et étonnements avec des habitants de Sao Paulo, nous avons aussi pu nous rendre compte que ce qui nous semble être un point (très) positif, ici la présence de végétation, est perçu par elles et eux comme un point à améliorer puisqu’ils espéraient une ville encore plus verte. 

Cette photo malheureusement très connue illustrant les inégalités sociales mais aussi la cohabitation de deux mondes était dans tous les esprits lors de ce voyage ; et sans doute encore plus à notre retour en repensant à ce que nous avons pu vivre et découvrir. 

Nous avons pu notamment en faire l’expérience lorsqu’un après-midi nous avons souhaité nous rendre dans le quartier de la cathédrale. Proche du centre historique que nous avions déjà visité, et avec en tête l’idée d’un quartier touristique et vivant, nous nous sommes retrouvés dans des rues sales, densément occupées par des personnes et familles vivant dans la rue. Idem pour nous rendre dans les bureaux de la Folha de S.Paulo, où une fois la nuit tombée il est proscrit de se déplacer à pieds à cause de la violence du quartier et des risques que l’on prendrait. Ces deux moments sont les seuls où nous avons réellement été confrontés à la pauvreté de la ville et de ses habitants, notre posture de touristes nous ayant maintenue dans les “meilleurs” quartiers et même si nous avons eu la chance d’échanger avec quelques brésiliens et brésiliennes, ce n’est que par leur discours que nous avons connu la forte diversité sociale de la ville et du pays.

Les quelques jours que nous avons passés dans l’ultra centre-ville nous ont déjà permis de nous rendre compte de cette grande diversité urbanistique. Cette diversité architecturale est le reflet de la diversité culturelle du pays mais aussi de la diversité sociale, où se côtoient grande richesse et extrême pauvreté. De notre point de vue parisien, cette ville paraît alors déroutante dans sa diversité, nous rappelant parfois des paysages européens (hérités de la colonisation) et d’autres fois des panoramas nord-américains.

Bâtiments d’habitation dans le centre de Sao Paulo

Mixité culturelle

Paradoxalement, le dernier volet du métissage, son caractère culturel, est si profondément ancré au cœur de la ville qu’il n’est pas le plus aisé à expérimenter au premier abord. L’énergie qui traverse en permanence cette ville en ferait presque un espace vivant, si bien que l’apparente unité de son mouvement semble a priori masquer l’individualité des éléments qui le composent. Pour un œil qui n’a jamais réellement connu que Paris, un temps d’accommodation est nécessaire avant de saisir ne serait-ce qu’un peu le degré de métissage culturel. J’essaierai donc de donner quelques exemples pour rendre compte de la multiscalarité de ce métissage que m’ont apporté ces jours à Sao Paulo. 

J’aimerais tout d’abord évoquer une expérience très immédiate par rapport à notre arrivée sur le sol brésilien, certainement très anecdotique, mais qui nous a donné un aperçu de la diversité culturelle : le premier déjeuner. C’était un buffet sur lequel étaient servis des plats caractéristiques de nombreux pays et bien plus recherchée qu’une carte composée de plats reprenant les fast-foods les plus répandus. Il faut ajouter que la clientèle correspondait à des profils de types : femmes et hommes d’affaires, groupe de jeunes apparemment aisés aux vues des logos sur leurs vêtements, de leur attitude et de leur smartphone, des familles venues célébrer un évènement. Apparemment, un lieu prisé par les locaux. Enfin, nous avons par la suite été amenés à constater des configurations similaires ailleurs. Amusant donc, de constater que cette profusion culturelle était observable plus tard, comme pour illustrer les présages de cette anecdote. 

La seconde illustration du métissage est l’ampleur de la diaspora japonaise, à l’échelle du pays, elle est de l’ordre d’un million et demi de personnes dont près de cinq cents mille dans le quartier de Libertade à Sao Paulo, où se trouve la plus grande communauté japonaise du monde. Outre cette importante population et les éléments caractéristiques que l’on retrouve au sein de ce quartier, un détail récurrent montre l’ancrage de la culture japonaise. Nous avons constaté que sur les innombrables étales disséminées partout dans la ville, vendant des bracelets tressés et autres bibelots destinés aux touristes, l’un des objets le plus représenté était un bob portant le nuage de l’Akatsuki, un symbole bien connu des adeptes du manga. Effectivement, il est clair qu’il existe des lecteurs aux quatre coins du globe, et que cette tendance attire de plus en plus d’amateurs, cependant, le fait qu’un objet devienne à ce point récurrent dans le paysage urbain, et se tienne à proximité de produits « stéréotypiques », participe à l’impression du métissage culturelle plutôt que d’une manoeuvre de ciblage de clientèle. 

Enfin, le dernier exemple n’est pas véritablement visible en quelques jours dans la ville, mais nous l’avons appris sur place. Il s’est menée au Brésil une politique de « blanchissement » ayant la volonté d’homogénéiser la couleur de peau de la population et dont l’un des arguments reposait sur l’idée que le degré de clarté favoriserait la hiérarchisation sociale. Si le fondement de cette démarche semble appartenir à une époque largement révolue, il faut aussi considérer que le gouvernement prend en charge les recensements, il est donc  responsable de la classification. 61,8 % de la population est donc estimée « blanche » en fonction de sa teinte. Alors que généralement, un blanc y a des ascendants d’autres couleurs. Cela illustre deux choses, la première est l’obstination à vouloir « blanchir » la population, elle s’étend jusqu’à amalgamer couleur et origine ethnique. La seconde est que le métissage est si présent qu’il est comme dilué et se manifeste dans des éléments du quotidien mais également au sein des individualités. Aussi, cela semble se corréler avec l’actuelle profonde crise identitaire qui se manifeste au Brésil, un sujet traité par le principal journal du pays : Folha de Sao Paulo. Cette crise serait le résultat d’une histoire fractionnée, marquée par la violence de la colonisation mais aussi par une abondance de culture. Il semble, d’après les habitants, qu’il n’y a pas réellement d’identité brésilienne. 

 

Louise Bothé & Rémi Le Guillou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.