Observation numérique : Les contraintes temporelles du jeu virtuel “Les Sims 4”

Dans le cadre d’une recherche scientifique confiée par l’enseignant M. Da Silva au cours de l’atelier professionnel des outils d’observation de la ville, j’ai choisi d’observer un espace virtuel très connu qui est “Les Sims”. Durant la période du mois de novembre, j’ai passé pas mal de temps à noter et à repérer les détails les plus importants pour mon étude, et je me suis plus basée sur un angle précis qui est la gestion du temps. Avant d’entamer la partie observatrice, il est nécessaire de présenter l’environnement étudié.

Qui sont les Sims ? 

Les Sims est un jeu de simulation de vie, qui donne à son utilisateur le pouvoir de créer une ville, des vies et des quotidiens. Il permet aux joueurs de gérer des personnages virtuels, appelés “Sims”, en subvenant à leurs besoins, en construisant des maisons, et en les faisant interagir avec d’autres Sims.

Depuis sa création, plusieurs suites et packs d’extension ont été publiés, offrant de nouvelles fonctionnalités et améliorations au fil des années. Il est connu que les joueurs sont responsables de répondre aux besoins de base de leurs Sims tels que la faim, le divertissement, la propreté, le sommeil…etc. Ils peuvent également guider les Sims dans la réalisation de leurs carrières, la décoration de leurs habitats, et la gestion de leurs relations sociales.

Les avatars de ce jeu intègrent des éléments sociaux intéressants, tels que la possibilité de rentrer dans des relations amoureuses, de construire des familles. De nouvelles versions récentes ont introduit des améliorations graphiques, et une personnalisation approfondie des personnages et des environnements.

Will Wright
Will Wright

Les Sims est un jeu de simulation de vie, qui donne à son utilisateur le pouvoir de créer une ville, des vies et des quotidiens. L’histoire de ce jeu démarre le 20 octobre 1991 le jour où la maison du concepteur et producteur de jeu vidéo américain Will Wright s’est brûlée, suite à des incendies qui ont dévasté sa ville Oakland située en Californie. après que tout son habitat s’est brûlé, il passait ses journées aux magasins des meubles d’où lui vient la réflexion sur l’impact de la qualité de vie sur la santé mentale et physique des gens, il s’est donc rendu compte de la valeur d’avoir une belle maison, un bon matelas…etc. à partir de là il s’intéresse à l’architecture et il développa l’idée d’un jeu au nom de Doll House, mais après avoir proposé son projet à la société éditrice Maxis son projet a été refusé car elle le trouvait pas très intéressant, d’où le fait que les avatars passaient plein de temps au WC, d’ailleurs ils l’ont même appelé Toilet Game. en 1997, Maxis fut rachetée par EA sports et le chef Marketing Luc Barthelet relança le projet du jeu et le 04 mai 1999, le jeu prend le nom de Sims et se présenta en stand au grand salon de jeu de Los Angeles E3, Will Wrights a préparé une présentation vidéo ou deux femmes s’embrassaient ce fut un sujet très tabou celui de l’homosexualité et ceci a attiré les médias à son stand et à partir de ce moment le jeu Sims fut lancé officiellement le 04 février 2000 en Europe et en Amérique du Nord.

Début de l’observation

La notion du temps

Le temps, dans un jeu comme dans la vraie vie, joue un grand rôle dans la continuité et le développement des personnages et de la ville. Une fois que l’avatar arrive dans la ville Sims, il a un certain nombre d’activités qu’il doit effectuer pour activer sa vie dans cet espace. Ces dernières sont liées aux besoins quotidiens d’une personne dans la vraie vie, aux relations sociales, à la carrière professionnelle, aux loisirs. Dans le jeu de Sims, chaque action a une durée spécifique, par exemple : pour boire de l’eau on doit attendre 5 minutes  et 59 secondes, pour manger des restes ça prend 17 secondes, pour que l’avatar se repose il a plusieurs choix soit au minimum il prend une sieste régénératrice de 3 minutes et 48 secondes ou au maximum il hiberne pendant une durée de 18 heures et 3 minutes.

J’ai remarqué que chaque geste, chaque choix, est encadré par une durée temporelle précise et qui prend part de notre réalité. Les activités des avatars résonnent de la même manière avec celles de notre quotidien, en jouant à ce jeu je prenais beaucoup de recul avant de choisir une action car la précision de la durée attribuée à chaque action, qu’il s’agisse de boire de l’eau, de manger des restes, ou de se reposer, sera déduite de ma vie réelle ce qui me pousse à choisir la meilleure action pour créer une expérience immersive qui me donnerait plaisir.

La durée imposée

Plusieurs joueurs fans des mondes virtuels comme moi, apprécient le fait de ne pas avoir de limites comme celles dans la vie réelle, l’utilisateur se sent donc libre d’agir comme il veut sans avoir peur des jugements ou des résultats de ces actes ou même de la loi. sauf que j’ai remarqué que la notion du temps peut être un obstacle qui limite sa liberté et son immersion dans l’espace de jeu, comme je l’avais mentionné, chaque acte est réalisé dans une durée très définie, par exemple : pour préparer une tasse de café, ça te prend 4 minutes et 45 secondes.

Concernant l’argent, si le joueur veut décorer sa maison ou acheter des terrains, il doit bien travailler, mais le travail en lui-même prend 8 heures et 33 minutes dans la journée d’un avatar, ce qui prend vraiment beaucoup de temps pour avancer dans le jeu, pour gagner des Simflouz (la monnaie des Sims) il faudra être très patient. Chaque jour travaillé augmente le niveau de professionnalisme mais de peu, pour mon expérience j’ai fait travaillé mon Sims Nina Kris, 2 jours par semaine pendant 1 mois pour avoir uniquement avancé de 2 niveaux sur 5, chose qui freine l’évolution du jeu et même la motivation du joueur.

Pour développer des relations sociales avec les autres sims créés, il faudrait faire passer des actions comme (être sympa), (être drôle), (être romantique) et elles durent maximum 57 secondes. Par conséquent, il faut 3 actions pour passer de la phase “Inconnus” à celle de “Connaissance” et 2 actions pour passer à celle de “L’amitié”, pour passer à “L’amitié sincère”, il faut donc avoir fait 8 actions réciproques. Il est important de noter que, l’action qui dure le plus de temps, permet l’évolution rapide de la relation, mais plus la relation se développe, plus la phase dure plus longtemps, par exemple en phase d’amitié sincère, il faut passer 7 actions ce qui fait environ 7 minutes de temps pour passer à la prochaine étape “d’amitié exceptionnelle”. Ce qu’on constate alors, c’est que plus la relation devient sérieuse plus le temps passé durant les échanges devient plus important.

La commercialisation du temps

Il est à remarquer que la commercialisation du temps dans Les Sims s’articule autour des points de mode de vie, une monnaie virtuelle permettant d’accélérer les actions des avatars. Ces points acquis via des microtransactions en argent réel, offrent aux joueurs la possibilité de diminuer les longs délais à certaines activités. Les packs VIP, variant en prix, représentent la principale avenue d’achat, avec un exemple que j’ai noté de 3500 VIP au coût d’environ 120 euros. Cette pratique me rappelle une tendance dans l’industrie du jeu vidéo, où en échange d’une progression accélérée, on propose un investissement monétaire. Le choix entre l’investissement financier et la progression naturelle dépend des préférences individuelles des joueurs, Ce modèle économique met le temps en vente comme quoi on n’oublie pas “ Le temps c’est de l’or “.

Le temps alors dans ce jeu est un élément majeur, car il freine l’évolution du jeu et en même temps il robuste le budget des concepteurs.

Entre vie professionnelle et vie sociale

Dans le cadre de mon observation, j’ai commencé avec deux avatars et j’ai compris que le fait d’envoyer vos Sims au travail limitait considérablement leur temps pour des interactions sociales et pour l’évolution de leurs relations. Afin de promouvoir leur vie sociale, j’ai dû utiliser une stratégie de séparation entre la vie professionnelle et personnelle, à cause des horaires de travail, souvent étendus, j’ai créé deux avatars supplémentaires, dédiés exclusivement à des interactions sociales. Cette démarche visait à concilier les exigences du jeu vu qu’il y avait des instructions pour évoluer dans le jeu, notamment les contraintes temporelles du travail, avec la volonté de développer des relations significatives entre les personnages. Pour les utilisateurs disposant de temps limité, cette approche offre une alternative pour progresser dans le jeu tout en préservant l’aspect social, soulignant ainsi l’importance de l’équilibre entre la vie professionnelle et sociale au sein de l’univers virtuel des Sims.

Liberté virtuelle

Au cours de mon observation, il m’est apparu que l’utilisateur se trouve dans des situations dépourvues de toute liberté d’action. En effet, il est contraint de suivre par ordre et respectivement les instructions recommandées par les concepteurs afin de progresser dans cet espace virtuel. Par exemple, dans le contexte des relations amoureuses, l’utilisateur doit  passer toutes les différentes étapes allant de la connaissance à l’amitié, pour uniquement atteindre le stade d’une amitié exceptionnelle. Cette approche change la perception du jeu virtuel, dans lequel on pourrait normalement s’attendre à une totale liberté d’agir sans être soumis à des contraintes temporelles ou autres.

Par ailleurs, il est manifeste que les options disponibles pour le choix du type et de la durée de travail sont extrêmement limitées. Il est impératif que l’avatar atteigne le niveau 5 en tant que pompier, nécessitant environ 30 jours de travail, avant de pouvoir envisager une transition vers une autre profession. De surcroît, la construction d’une maison ou d’un hôtel requiert une période d’attente de 30 minutes, une contrainte que je considère comme particulièrement contraignante pour l’expérience ludique et immersive du joueur.

Réfléchir le temps d’une autre manière

Il est intéressant de souligner que la temporalité définie peut exercer des influences substantielles sur la satisfaction des avatars. J’ai pu observer que des périodes étendues de loisirs semblent renforcer le bien-être virtuel, tandis que des contraintes temporelles, telles que des horaires de travail rigides, suscitent des tensions remarquables chez les Sims, comme la fatigue, la faim, la tristesse. Le temps consacré aux loisirs des avatars dans le monde des Sims se révèle être une locomotive d’émotions et d’expériences, et plus la durée consacrée à ces loisirs est prolongée, plus les effets sur l’aspect émotionnel des avatars s’avèrent positifs sur le bien-être virtuel. En revanche, les contraintes temporelles, en particulier dans le cadre d’horaires de travail stricts, engendrent des niveaux de tension perceptibles chez les Sims. La gestion du temps dans l’univers des Sims devient donc un facteur crucial influençant directement les émotions et les expériences des avatars virtuels.

La personnalité de l’avatar 

J’ai noté lors de mon étude, que la progression d’un joueur dans cet univers virtuel requiert un engagement particulier dans des actions spécifiques. Pour illustrer cela, mon premier Sim a été spécialisé dans la cuisine et a entamé une carrière de pompier, connaissant un développement notable dans ces domaines par rapport aux autres avatars. Le temps consacré est un élément déterminant, non seulement pour le Sim lui-même, mais aussi pour le joueur. J’ai observé que la durée que je choisis de dédier de ma vie réelle à des activités spécifiques dans ma vie virtuelle définit en quelque sorte mon identité et mes centres d’intérêt. Par exemple, mon Sim investit davantage de temps dans des interactions sociales avec d’autres avatars, manifestant ainsi une volonté de développer des relations amoureuses.

Sur une page Facebook dédiée aux fans des Sims 4 en français, intitulée “Les Sims 4 FR”, j’ai lu un témoignage d’une utilisatrice de ce jeu, où elle mentionnait avoir consacré huit heures de son temps à la décoration de sa maison virtuelle, soulignant ainsi son intérêt prononcé pour l’architecture. Cette anecdote reflète la manière dont le temps investi dans des activités spécifiques dans le jeu peut être révélateur des passions et des préoccupations réelles des joueurs. Par conséquent, elle existe une liaison entre le temps, les actions virtuelles et l’identité des joueurs dans l’univers des Sims.

La motivation de l’utilisateur

Au fil de mon immersion dans ce jeu, j’ai ressenti au début une forte motivation. Initialement, retrouver l’univers des Sims que j’avais délaissé depuis mon enfance a suscité une grande volonté de réexplorer le monde. Cependant, cette motivation a commencé à diminuer lorsque j’ai été confronté à des périodes d’attente de plus de huit heures pour le retour de mon avatar du travail, ou simplement en attendant que mon Sim achève son sommeil. Ces attentes ont remarquablement eu un impact négatif sur mon enthousiasme à jouer, et je me suis retrouvée à poursuivre uniquement par la volonté de mener à bien mon observation.

Mon expérience m’a permis de constater la difficulté à maintenir une motivation constante, surtout lorsque le jeu impose des temps d’attente. L’idée sous-jacente des jeux vidéo, est de divertir plutôt que d’engendrer de l’ennui. Cependant, l’attente prolongée dans cet espace virtuel a eu tendance à altérer cet objectif initial et a, dans une certaine mesure, gâché le plaisir du jeu. Cela m’a poussé à invoquer cette question fondamentale de la motivation et de démotivation du joueur.

J’ai bien compris que la longue durée définie par l’univers virtuel peut agir comme un élément démobilisateur, en particulier pour ceux qui ne souhaitent pas investir de l’argent dans des avantages VIP. C’est ainsi que l’obstacle temporel devient un facteur limitant pour la participation continue au jeu.

En effet, selon mon expérience il est difficile de garder la motivation, quand dans un jeu tu te sens obligé d’attendre, alors que c’est censé te divertir non pas t’ennuyer.

Fin de l’observation

Au fil de cette observation, j’ai bien apprécié les moments où je jouais, si bien que parfois ma motivation diminuait lors des longues attentes pour les actions acquises par mes avatar, c’est d’ailleurs pour cela que je me suis penchée sur cet angle d’observation. Les Sims reste un jeu virtuel très vaste, où l’on peut observer plusieurs aspects autres que le temps, l’aspect social, professionnel…etc. Mon expérience lors de cette étude était fructueuse car j’ai dû faire appel à mes connaissances déjà acquises que ce soit en terme de motivation, vu en cours des théories des organisations, ou en terme d’économie.

J’ai rencontré quelques difficultés durant mon travail, car je le faisais sur mon téléphone ce qui n’était pas très pratique, il y avait des moments où je perdais ma concentration, et le jeu prenait ainsi beaucoup de mon temps. Le fait de vouloir tout observer était presque impossible durant une période qui est très limitée.

Pour conclure, cette observation suscite une réflexion sur la manière dont nous gérons notre temps dans nos propres actions dans la vie réelle, et met en évidence l’importance de planifier pour atteindre nos objectifs dans tous leurs aspects.

M.T



Citer ce billet
thaninamouffok (2023, 5 décembre). Observation numérique : Les contraintes temporelles du jeu virtuel “Les Sims 4” Comment voit-on la ville ? Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7sp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search