Minecraft : Un monde virtuel à part

Le 18 novembre 2011, le monde découvre un jeu hors du commun. Minecraft est décrit comme un monde d’aventure dans un style “bac à sable”. Le style “bac à sable” décrit un monde ouvert dans lequel les possibilités sont infinies. Le jeu fait son apparition de manière un peu souterraine d’abord sous le seul mode créatif dans lequel les joueurs appréhendent les codes du jeu. Ce n’est qu’en 2011 que le jeu vidéo sort officiellement alors que plusieurs millions d’utilisateurs sont déjà actifs. Le jeu est un énorme succès et se met à jour avec le temps, mais surtout, avec l’immense communauté qui s’est construite autour du jeu et que l’on décryptera plus tard. Avant de rentrer dans le cœur de l’exploration de ce monde virtuel, il me semble primordial de poser les bases de ce jeu vidéo.

En 2014, Minecraft est racheté par le géant Microsoft et ce mouvement va entrainer de grandes critiques de la part de la communauté Minecraft. Les critiques tournent autour de la mort de l’indépendance de ce jeu vidéo devenu principalement populaire pour ces raisons. Heureusement, Microsoft semble avoir trouver la solution pour garder l’essence du jeu qui consiste à offrir un monde infini aux joueurs. Cette volonté de liberté et de créativité provient du créateur du jeu : Markus Persson (Notch). Ce développeur Suédois fan de Lego et d’informatique commence le codage de jeux vidéo à l’âge de huit ans. C’est donc tout naturellement que Notch transforme cette passion en activité professionnelle. Comme je l’ai mentionné juste avant, Notch est un fan de Lego. C’est en jouant à ce jeu de construction et en découvrant le jeu Infiniminer (qui pourrait être considéré comme un ancêtre de Minecraft et dont la fuite des codes sources va permettre à Notch de savoir créer un jeu similaire) que le développeur va se concentrer sur la création d’un monde fait de blocs.

Depuis sa création, Minecraft n’a cessé de se mettre à jour. Au départ un jeu créatif sans réel but, le jeu a ensuite créer un système de survie avec la création de monstres* puis la création d’une fin du jeu**. Toutes ces mises à jour ont fait le succès de ce jeu vidéo tout comme la communauté extrêmement active de joueurs qui, en partageant des vidéos sur YouTube ou plus simplement en jouant, ont aussi fait rentrer ce jeu vidéo parmi les plus vendues de tout les temps.

Afin d’explorer ce monde sans limite, une approche personnelle ne pourrait suffire. Il faudrait une vie entière pour apprendre soi-même toutes les possibilités que le jeu nous offre. C’est pourquoi j’ai décidé d’explorer ce monde d’une manière très solitaire tout en intégrant des connaissances à l’aide de plusieurs outils. Nous nous pencherons donc sur plusieurs aspects qui ont fait de ce jeu vidéo un mastodonte. Comment un jeu graphiquement très banal dans une époque où les jeux vidéo ne cessent d’être de plus en plus réalistes a réussi à plaire à une grande partie de la population ? Nous verrons aussi que Minecraft a le pouvoir de créer une puissante communauté qui participe majoritairement à la communication et à la mise en valeur de ce jeu (plus d’1 billions de vues sur YouTube). Enfin, nous parlerons de l’expérience Minecraft qui, contrairement à la majorité des jeux vidéo, peut se vivre de plusieurs manières avec une forme rare d’hybridité de l’expérience.

Exploration du jeu

A la première ouverture du jeu Minecraft, le joueur découvre un monde naturel qui pourrait nous faire penser à une plaine ou un sous-bois tout à fait banal et sans identité précise. Ce paysage peut être vu dans la vraie vie dans nos pays occidentaux. Il s’agit en réalité d’un biome. Les biomes se sont diversifiés avec le temps avec, aujourd’hui, l’existence d’une dizaine de paysages. D’un désert saharien à une foret tropical brésilienne, le joueur peut évoluer dans des environnements totalement différents en passant de l’un à l’autre en explorant le monde de Minecraft qui représente à peu près huit fois la taille de notre planète (60 millions de blocs sur 60 millions de blocs). En arrivant dans ce monde, aucunes indications ne sont données. Cela laisse le joueur libre de ses mouvements et de ses pratiques. Très rapidement, un joueur est amené à réaliser la première action qui ouvrira le champ des possibles de ce jeu vidéo. En cliquant sur un tronc d’arbre ou même sur le sol, le joueur apprend que les blocs*** sont maitrisables. En maintenant un clique gauche sur un bloc, le joueur s’aperçoit qu’il peut détruire un bloc du monde dans lequel il est apparu. Ce bloc, une fois détruit, est récupérable par le joueur. Ça y est ! le principe même de Minecraft (Mine = Miner en anglais) est compris par un joueur qui vient de récolter un des 300 types de blocs existant dans la dernière version du jeu. Ces blocs peuvent être solides ou non mais plus important encore, ils ne sont pas tous directement disposés dans le monde de base dans lequel on apparait. C’est à ce moment là que le deuxième principe de base du jeu est appréhendé. En effet, le joueur va comprendre en ouvrant son inventaire pour retrouver les blocs qu’il a récolté que ces blocs peuvent être utilisés pour réaliser du “crafting” (fabrication en français). Ce principe permet à un joueur qui aura récolté du bois en détruisant les arbres de fabriquer des planches de bois puis des bâtons de bois puis une pioche, une épée ou même une hache. Ces outils permettent aux joueurs de détruire de manière plus rapide et de pouvoir s’attaquer à des blocs plus résistants comme la pierre. Ensuite, ce principe de naturalité des blocs se poursuit. Une pioche en bois ne pourra détruire du minerai de fer, une épée en bois fera moins de dégâts qu’une épée en diamant, etc… Ce processus de minage et de crafting est un principe fondamental du jeu qui semble ouvrir à une infinité de possibilités du fait de la large gamme de blocs, d’outils allié à l’immensité du monde dans lequel un joueur est projeté. C’est comme cela que des communautés de joueurs parviennent même à construire des édifices majestueux, des reproductions de villes, de monuments et même dans un certain cas, de notre planète entière à l’échelle humaine.

cf : AutoDesk – Minecraft Architecture: What Architects Can Learn From a Video Game

Cela donne des idées plus folles les unes que les autres aux différents joueurs qui veulent exprimer leur créativité à travers ce jeu sans limite. Maintenant que le joueur semble comprendre les bases techniques du jeu, ajoutons à sa connaissance ce que l’on pourrait appeler l’électricité de Minecraft :
la redstone. Ce “fluide” récolté dans un minerai situé dans les cavernes du monde peut être utilisé afin de réaliser des circuits électriques allant de la simple ouverture de porte automatique à la calculette géante ou même à la création du jeu Minecraft au sein même d’un monde Minecraft.

cf : Koreus – Jouer à Minecraft dans Minecraft

Si ces exploits ont pu être réalisés, c’est en grande partie grâce à la communauté du jeu qui représente sans nul doute la communauté la plus active et la plus pédagogique du monde du jeu vidéo. Pour vérifier cela, une petite exploration optionnelle est nécessaire au sein d’une plateforme qui a connu son succès en même temps que Minecraft : YouTube.

YouTube : un outil indispensable à l’infinité de Minecraft

cf : YouTube – MegacraftProd – [Tuto Construction] – Ep01 – Part 01 – “Comment bien Construire sur Minecraft ?”

Chaque joueur qui découvre Minecraft ne peut s’empêcher d’ouvrir la plateforme YouTube. Les raisons peuvent être très différentes. Tout d’abord, les joueurs arrivent dans un monde sans notice, sans but précis et sans les connaissances que ce jeu cache volontairement. Les connaissances sont cachées pour être découverte. C’est pourquoi la communauté Minecraft s’est très rapidement exporté sur la plateforme de vidéos YouTube. Pour documenter les découvertes, les bons plans et les tactiques utiles à l’épanouissement créatif sur le jeu. Il existe désormais une quantité incalculables de “Tutos” qui apprennent aux joueurs les pratiques à avoir pour parvenir à la construction d’une maison et de son esthétique mais encore au principe fondamentale de la redstone afin de réaliser des fermes pour récolter des blocs de manière plus efficaces et rapide. Ces tutoriels sont vus des milliards de fois sur la plateforme qui a annoncé en 2021 le dépassement du billion de vus sur les vidéos traitant de Minecraft. Le jeu vidéo est donc un puit sans fond au sein de la plateforme vidéo et lorsque l’on réalise le teste, on s’aperçoit que nous pourrions passer une vie à visiter le catalogue de vidéos sur ce jeu vidéo. Plus sociologiquement, on peut aussi s’apercevoir que les créateurs de contenus sont de tout âge et de tout sexe. Les style de contenus sont divers et offrent aux spectateurs une gamme extrêmement large de contenu. Au-delà de la capacité tutoriel de ces contenus, certains youtubeurs préfèrent aussi raconter leurs aventures sur le jeu que ce soit en multijoueur ou en solitaire. Ces vidéos sont aussi énormément visionnées car elles permettent de découvrir des serveurs ouverts au public et des modes que les joueurs peuvent reproduire dans leurs pratiques. La plateforme YouTube a donc permis de créer une communauté solide qui ne s’arrête jamais de grandir et de proposer des innovations au jeu. La communauté ayant le droit de générer des serveurs de A à Z en codant exactement ce qu’ils veulent, cela offre au jeu une immense palette de mondes virtuels plus ou moins accessibles. J’ai eu l’occasion de me plonger dans cinq serveurs multijoueur différents afin de comprendre la mécanique sociale de ces mondes.

Une expérience Hybride

Pour comprendre comment les joueurs Minecraft sociabilisent au sein des mondes virtuels qui leurs sont offerts, j’ai décidé de me plonger pendant plusieurs heures dans des serveurs français reconnus. Malheureusement, avant d’allumer le jeu, j’espérais retrouver les serveurs de mon enfance sur lesquels je me baladais avec mes amis. Sur les serveurs que j’ai pu visiter, le mécanisme des anciens serveurs semblent être le même à quelques innovations prêtes.

A mon arrivé sur le serveur PixWorld, un des serveurs dans le mode survie le plus connu, le principe d’apparition dans un monde est le même excepté que ce monde est préconçu par les joueurs qui ont crées le serveur. On peut donc observer de grands édifices qui remplacent les vastes forets du monde de base. Dans mon inventaire, un équipement de base est à ma disposition pour extraire des ressources de ce monde. Une fois ces ressources récoltées, des villageois (PNJ****) marchandent mes ressourcent contre des éléments qui pourraient m’être utile pour construire une maison ou pouvoir me défendre. C’est d’ailleurs dans ces conditions que je réalise ma première rencontre avec un autre joueur. Par le biais d’une flèche dans le dos, l’autre joueur m’attaque pour récupérer mes ressources. C’est le principe de ce serveur qui consiste à devenir puissant en récoltant les ressources de n’importe quel moyen possible. Les relations sociales au sein de ce serveur restent donc assez limitées même si elles existent par les alliances que certains joueurs se promettent afin de gravir les échelons plus sereinement. Cette exploration de serveur m’a permis de comprendre une première chose : l’expérience du joueur Minecraft est entre ses propres mains. Le joueur décide s’il veut ou nos avoir des contacts sociaux avec les autres joueurs. Ce choix est renforcé par la capacité pour un joueur de jouer ou non avec d’autres joueurs grâce aux deux types de jeux proposés (Solo ou Multijoueur). C’est en cela que, selon moi, l’expérience du monde virtuel de Minecraft est hybride. Le joueur peut passer d’une expérience collective avec les serveurs multijoueur et avec la puissance de la communauté Minecraft (en visionnant un tutoriel sur YouTube par exemple) à une expérience solitaire en jouant seul sur un monde “solo”. L’hybridité de l’expérience sur Minecraft se rapproche des relations sociales d’autres mondes virtuels comme Second Life dans lequel le contact social était avant tout le résultat d’un choix du joueur. Pour prendre un exemple, je pourrais parler de mon expérience personnelle sur le jeu Minecraft alors que j’avais à peine dix ans. Mes débuts sur ce jeu sont dû aux recommandations de mes amis qui jouaient absolument tous à ce jeu. Je n’ai jamais vu dans ce jeu l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes même si, parmi mes amis, certains faisaient des rencontres. Cela prouve une fois de plus que les contacts sont faits en fonction des envies des joueurs. De plus, le grand pouvoir de Minecraft réside dans sa communauté surpuissante et extrêmement pédagogique qui permet à tous les nouveaux joueurs de très vite s’intégrer aux normes du jeu.

Chaque année, les fans de jeux vidéo découvrent les nouvelles innovations avec joies et curiosité. Cependant, le jeu Minecraft reste au cœur de leurs activités car il est entré dans la légende du jeu vidéo. Grace à son modèle unique, Minecraft arrive toujours à séduire les joueurs du monde entier. Véritable monde virtuel, Minecraft séduit pour son immense liberté de création et sa capacité à ne jamais se terminer. Véritable lieu de vie de millions de joueurs, Minecraft ressemble en tout point à un monde virtuel parfait pour tous les joueurs avides de liberté et de créations. L’idée du développeur suédois Notch de réaliser un jeu ouvert à tous est donc une réussite mais doit maintenant négocier un virage important dans le domaine de la technologie. Minecraft pourra-t-il s’adapter à la création des métavers qui ressembleront sans nul doute au monde sans fin que Minecraft était à peu près le seul à promettre aux joueurs ?

Gaspard Colins

* Les monstres sont appelés “mobs” dans le jeu
**La fin du jeu est un combat face à un dragon
***Aussi appelés voxels
****Personnages non joueur

Sources :

Presse-Citron – Minecraft bat un nouveau record : 3 chiffres sur un succès fou
Fnac – Les vidéos sur Minecraft dépassent le billion de vues
Wikipédia – Minecraft
YouTube – Gaspard G – L’histoire de Minecraft
YouTube – EGO – Lettre d’amour à Minecraft
Minecraft WIKI



Citer ce billet
gaspardcolins (2023, 5 décembre). Minecraft : Un monde virtuel à part. Comment voit-on la ville ? Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7t4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search