Cent Scènes de Jiangnan :Un monde virtuel vous guide dans une exploration immersive de la culture traditionnelle du Jiangnan en Chine

Image  1 captures d’écran dans le jeu

Avec le rapide développement de l’économie chinoise, les jeux vidéo sont progressivement acceptés par des groupes d’âge divers, devenant ainsi une activité populaire importante et reflétant leur potentiel économique considérable et leur influence culturelle. En tant que monde virtuel, les jeux vidéo sont une façon de communication, directement influencé par le développement des technologies de communication. Le développement des technologies de communication a non seulement façonné la forme du monde virtuel, mais aussi l’environnement dans lequel il existe et la culture qui y prévaut. Cet article prendra l’exemple du jeu vidéo Cent Scènes de Jiangnanpour explorer comment le monde virtuel guide les joueurs dans une expérience immersive de la culture traditionnelle du Jiangnan en Chine.

Où se trouve la région du Jiangnan ?

Elle est située dans le sud de la Chine et fait principalement référence à la zone au sud du fleuve Yangtsé. Cette région englobe de nombreuses provinces chinoises telles que Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Shanghai, Jiangxi, etc. Le Jiangnan est réputé pour ses magnifiques paysages de canaux, sa riche tradition culturelle et son économie développée. Cette région a exercé une influence profonde sur l’histoire et la culture de la Chine.

         Image  2 Les paysages classique du Jiangnan

C’est quoi ce jeu ?

Cent Scènes de Jiangnan est un jeu de simulation de gestion de style ancien chinois. Le jeu se déroule dans la région du Jiangnan pendant la dynastie Ming en Chine. À cette époque, le Jiangnan était souvent attaqué, mais il attendait son développement. Dans ce jeu, les joueurs deviennent un urbaniste contribuant au développement du Jiangnan. On peut construire des bâtiments, planifier une ville et gérer les finances pour contribuer à la prospérité de la région.

Image  3 Illustration du processus de construction du jardin oriental de Suzhou

Comment ce jeu parvient-il à offrir une expérience immersive de la culture traditionnelle chinoise aux joueurs ?

La conception artistique qui ne suit pas aveuglément les tendances permet aux joueurs de s’immerger dans les paysages virtuels de Jiangnan.

Ce jeu est particulièrement apprécié pour sa qualité graphique. Selon les statistiques de TapTap (une plateforme d’application de communauté de jeux en Chine), ce jeu a atteint plus de 5 millions de téléchargements au cours de son premier mois de mise en ligne, se hissant rapidement en tête des classements de téléchargements de jeux mobiles. La popularité exceptionnelle de ce jeu à l’époque était largement attribuée à sa réalisation artistique.

Dès qu’on ouvre l’interface du jeu, on peut ressentir les efforts déployés par l’équipe artistique de Cent Scènes de Jiangnan. Ils n’ont pas mélangé d’éléments populaires dans le style “chinois”, ne suivant pas la tendance générale, mais ont plutôt cherché à recréer l’esthétique des anciennes peintures avec un style artistique moderne. En maintenant une base de style “chinois”, ils ont adapté les graphismes du jeu pour offrir aux joueurs la possibilité de rencontrer un “Jiangnan” virtuel aussi réaliste que le monde réel.

Pendant la production de Cent Scènes de Jiangnan, l’équipe artistique a étudié de nombreuses œuvres picturales anciennes ainsi que celles de maîtres artistiques contemporains. Ils se sont largement inspirés d’œuvres d’art anciennes telles que Along the River During the Qingming Festival (Qingming Shanghe Tu) et Prosperous Suzhou etc. De nombreux éléments du jeu, tels que les personnages, les compositions, les architectures, les vêtements, etc., trouvent leurs prototypes correspondants dans ces peintures classiques.

Dans le jeu, les images telles que les maisons, les étals d’antiquités, les stands de petit-déjeuner, les ateliers de couture, sont inspirées de la peinture Along the River During the Qingming Festival de Qiu Ying. Les images de chaumières, de ponts en bois, de pavillons musicaux, de stands de viande, etc., sont tirées de Dule Yuantu(独乐园图) de Qiu Ying de la dynastie Ming. Les scènes de scierie, de boutique de soie, de stand d’épicerie, et les figures des marchands sont similaires à celles de la peinture de l’époque Ming, Huolangtu (货郎图).

On va énumérer les exemples où l’équipe artistique a référencé des œuvres picturales anciennes chinoises. La partie gauche des images est une capture d’écran de Cent Scènes de Jiangnan, tandis que la partie droite correspond à la peinture ancienne utilisée comme référence.

    • Le chariot provient de l’œuvre de Qiu Ying intitulée La Princesse Ming partant pour la frontière.

Image  4 Le chariot

    • La boutique d’herbes médicinales provient de la célèbre peinture Along the River During the Qingming Festival

Image  5 La boutique d’herbes médicinales

    • Les affiches promotionnelles s’inspirent également des peintures de la dynastie Ming, maintenant une cohérence visuelle. Les personnages et la composition de l’affiche à gauche ont été conçus en s’inspirant de l’œuvre Wenyuantu文苑图 créée par Zhou Wenju de la période des Cinq Dynasties.

Image  6 Wenyuantu créée par Zhou Wenju de la période des Cinq Dynasties.

    • Non seulement cela, mais de nombreux personnages du jeu sont des figures historiques de l’ancienne Chine. Par exemple, Du Fu, Huang Zhaojun, Zhu Yingtai, Tang Bohu, et bien d’autres. Leurs exploits et réputations sont très intéressants ; si vous êtes intéressé, vous pouvez faire des recherches en ligne pour en savoir plus, car cet article ne va pas approfondir ces détails. Le personnage du jeu représenté dans l’image ci-dessous s’appelle Qin Liangyu, et les vêtements du personnage sont basés sur des artefacts du Musée des Trois Gorges de Chongqing, provenant de la garde-robe impériale offerte par l’empereur Chongzhen. Il reconstitue largement les caractéristiques des vêtements de femme han de la fin de la dynastie Ming au début de la dynastie Qing.

Image  7 Le personnage du jeu Qin Liangyu et sa tenue vestimentaire.

En respectant l’histoire, l’art et la culture, la création de ce jeu expose la culture et le mode de vie humaniste de Jiangnan. Il apporte non seulement une touche de sérénité du passé à la vie moderne agitée, mais injecte également une nouvelle vitalité au développement artistique de Jiangnan.

L’intégration de l’histoire réelle permet aux joueurs de mieux s’identifier et de ressentir une immersion plus profonde

Cent Scènes de Jiangnan intègre le gameplay du jeu avec des récits historiques réels, permettant aux joueurs de développer une compréhension profonde de l’histoire tout en construisant leur propre ville. Cela ajoute non seulement de l’attrait au jeu et améliore l’expérience des joueurs, mais contribue également de manière plus efficace à la diffusion de la culture chinoise.

Pour construire la ville, les joueurs doivent gagner de l’argent. Ils peuvent se rendre à la “station-relais” pour accomplir des missions, où chaque mission équivaut à une aventure. Chaque aventure raconte une histoire historique unique. Les joueurs doivent plonger profondément dans ces histoires pour accomplir les missions avec succès.

Par exemple, le gameplay “Débloquer la rivière de l’Ouest” dans le jeu est inspiré d’un événement historique réel. Dans l’histoire, débloquer le lac de l’Ouest nécessitait des efforts considérables. Yang Mengying, une figure historique de la dynastie Ming, a contribué de manière significative à cette tâche. En son honneur, la digue qu’il a construite a été appelée “Digue de Yang”. Dans le jeu, les joueurs, guidés par ce personnage, peuvent débloquer le lac de l’Ouest et recréer la beauté du lac de l’Ouest.

Image  8 Yang Mengying, qui guide les joueurs pour débloquer le lac de l’Ouest. 

De même, dans le jeu, la ville de Suzhou abrite sept constructions spéciales en forme de renard en pierre. Historiquement, dans la vieille ville de Suzhou, le poète Bai Juyi a contribué à l’excavation des canaux, et à la construction de la rue Shantang le long de ce canal. Cette rue s’étend de la porte Chang à la colline Hu, sur une longueur totale de sept kilomètres, avec une sculpture de renard en pierre tous les kilomètre, soit un total de sept. On l’appelle “Montagne aux Sept Renards”.

Image  9 Les sept statues de renards

Organiser des événements hors ligne caractéristiques dans la ville permet aux joueurs de vivre les charmes du jeu dans la réalité

Le succès de “Jiangnan Baijingtu” ne se limite pas seulement à l’esthétique visuelle, il est également étroitement lié à la stratégie de gestion du jeu. En tant que jeu intégrant une dimension culturelle, la société Yedao organise régulièrement des événements hors ligne spécifiques à chaque ville, intégrant la culture immatérielle locale et les sites caractéristiques. En participant à ces événements en personne, les joueurs peuvent vivre une rencontre immersive avec la culture unique de leur propre ville, créant ainsi une expérience de jeu dans le monde réel. Cela permet aux joueurs de se sentir vraiment immergés dans le jeu, suscitant une résonance plus profonde parmi la communauté de joueurs et renforçant leur engagement dans l’expérience du jeu.

Par exemple, dans la version de la ville de Yuyuan à Shanghai, Yedao Games a créé un marché immersif estival de Jiangnan en plein air, où les joueurs peuvent participer à des activités hors ligne. Les joueurs participants peuvent récupérer des lettres laissées par les personnages du jeu sur la place, débloquant ainsi une série de missions narratives. Ils peuvent se divertir en visitant des magasins et se divertir tout en faisant du shopping. Ce marché reproduit fidèlement les scènes du jeu en ligne et intègre des interactions hors ligne pour fusionner avec l’intrigue du jeu, offrant ainsi une expérience unique de jeu en direct et interactive.

Image  10 Le décor du marché hors ligne.

Dans la région de Huangshan, dans la province d’Anhui, l’équipe d’exploitation a lancé des activités hors ligne mettant en vedette les lanternes de poisson de la ville de She. Des artisans de la préservation du patrimoine immatériel ont été invités à fabriquer ces lanternes de poisson, et l’événement a été entièrement documenté. Par la suite, la diffusion et la promotion ont été effectuées sur les canaux médiatiques officiels pour sensibiliser davantage les jeunes générations à la fabrication des lanternes de poisson et à la signification culturelle qu’elles portent.

Image  11 La scène de la parade des lanternes de poisson

Des événements similaires ont également eu lieu au site du temple de la Grande Reconnaissance à Nankin, au musée de Wu Zhong à Suzhou, et bien d’autres endroits. Ces activités hors ligne interconnectées permettent à Cent Scènes de Jiangnan de créer et de transmettre autour de la culture traditionnelle dans plusieurs dimensions et divers environnements. Ainsi, les joueurs du jeu passent du monde virtuel à la réalité, se promenant dans les villes et vivant de manière immersive les scènes du jeu. Cela approfondit également la compréhension des joueurs de la culture traditionnelle de Jiangnan.

La musique de fond qui capture l’essence de la culture de Jiangnan renforce l’immersion des joueurs dans la culture locale

Afin de représenter les magnifiques paysages de Jiangnan, Cent Scènes de Jiangnan a choisi une musique au style global reflétant l’ambiance de la région. L’association de la musique traditionnelle de Jiangnan avec des éléments de musique folklorique confère à l’ensemble une caractéristique légère, élégante, délicate, douce et claire.

Chaque ville dans le jeu possède une musique de fond exclusive (vous pouvez écouter la musique de fond de différentes villes en cliquant sur ce lien https://www.bilibili.com/video/BV11p4y1v7q3?p=4). En cliquant sur différents types de bâtiments ou en sélectionnant diverses activités, des musiques de fond correspondantes sont déclenchées. Par exemple, en cliquant sur un théâtre, vous pouvez choisir d’écouter la piste “Comme un tableau de Jiangnan”. En cliquant sur un enclos, vous pouvez entendre des sons de tambours et de claquettes.

En plus de cela, Cent Scènes de Jiangnan a harmonieusement intégré les aspects tels que les instruments, le son, la mélodie et le rythme. Pour le choix des instruments, les instruments de musique traditionnels de Jiangnan, tels que la flûte, le xiao, le pipa, l’erhu, sont prédominants. En termes de son, la musique de fond de Tianfu est pleine et mélodieuse, avec des tons doux, révélant partout la délicatesse et la grâce de la musique traditionnelle de Jiangnan. En termes de mélodie, la musique de fond de la ville de Hangzhou alterne entre tension et détente, exprimant une vitalité dynamique et florissante propre à Jiangnan. En termes de rythme, la musique de fond de la ville de Suzhou a un rythme stable, une pulsation uniforme, des changements de vitesse minimes, transmettant une ambiance décontractée caractéristique de la culture de Suzhou.

Les instruments judicieusement choisis, le son délicat et élégant, la mélodie alternant entre densité et clarté, le rythme apaisé et régulier, toutes ces caractéristiques de la musique de Jiangnan sont appliquées dans Cent Scènes de Jiangnan, offrant ainsi aux joueurs un environnement de jeu de qualité qui les plonge véritablement dans l’atmosphère tranquille et paisible du Jiangnan sous la pluie légère.

Cela reste toujours un jeu qui n’est pas parfait.

Bien que ce jeu ait poussé l’intégration de la culture chinoise à l’extrême, il présente un problème majeur : une jouabilité limitée. Les mécanismes principaux des jeux de gestion sur mobile sont souvent similaires, centrés autour de la génération de revenus, de l’accomplissement de tâches, de l’amélioration et de l’expansion de la ville. Bien que “Jiangnan Baijingtu” attire les joueurs grâce à ses activités thématiques uniques, son gameplay n’apporte pas d’innovation significative. Au début du jeu, la construction et l’amélioration de la ville suscitent l’enthousiasme des joueurs, avec une grande possibilité de développement. Cependant, une fois arrivé à la fin du jeu, lorsque les joueurs ont atteint le niveau maximum, le développement de nouvelles villes n’a plus autant d’attrait pour les joueurs expérimentés, car le schéma de développement reste essentiellement le même. Chaque nouvelle carte devient répétitive en termes de mécanismes de jeu et de contenu, ce qui ne suffit pas à maintenir l’enthousiasme des joueurs. Par conséquent, une fois que la plupart des contenus et des missions du jeu ont été accomplis, la fraîcheur du jeu diminue progressivement, ce qui peut conduire à une perte d’intérêt.

Intégrer l’art dans le monde virtuel et favoriser davantage sa transmission et son développement représente une voie puissante pour la préservation et l’évolution de l’art de Jiangnan. Le jeu mobile “Jiangnan Baijingtu”, en fusionnant le jeu avec l’art de Jiangnan, renforce la compréhension du grand public de la culture de Jiangnan et ouvre de nouvelles perspectives d’application pour la préservation et le développement de l’art de Jiangnan. Les jeux électroniques ne sont pas seulement un moyen de divertissement, mais aussi un vecteur crucial pour transmettre l’art, la culture et l’esprit à la société. Pour que l’art de Jiangnan maintienne sa vitalité et prospère dans la nouvelle ère, contribuant ainsi à la préservation et à l’essor de la culture traditionnelle chinoise, il est nécessaire de continuellement rechercher de nouvelles opportunités, et la création dans le monde virtuel pourrait bien être la voie future pour cela.

Youyou Li


Source 

魏世建,臧祝菲. 新时代美育途径探索——以移动端游戏《江南百景图》为案例[C]//教育部基础教育课程改革研究中心.2021年课堂教学教育改革专题研讨会论文集.[出版者不详],2021:3.DOI:10.26914/c.cnkihy.2021.009086.

刘华玲,曹亚珂,赵晨宇等. “游”中“戏”玩,文旅融合背景下景点评论情感分析——以豫园+江南百景图联名为例[C]//中国管理现代化研究会,复旦管理学奖励基金会.第十八届(2023)中国管理学年会暨“一带一路”十周年研讨会论文集.[出版者不详],2023:7.DOI:10.26914/c.cnkihy.2023.029370.

张雯玉.国风手机游戏《江南百景图》传统文化传播的互动叙事研究[J].新媒体研究,2022,8(14):114-118.DOI:10.16604/j.cnki.issn2096-0360.2022.14.014.

竺頔,李育菁.浅谈数字时代下江南艺术在手机游戏中的运用——以《江南百景图》为例[J].美与时代(上),2022(02):102-104.DOI:10.16129/j.cnki.mysds.2022.02.030.



Citer ce billet
youyouli (2023, 5 décembre). Cent Scènes de Jiangnan :Un monde virtuel vous guide dans une exploration immersive de la culture traditionnelle du Jiangnan en Chine. Comment voit-on la ville ? Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7st

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search