Les Sims FreePlay : Une “projection humoristique sans but précis” ?

Les mondes virtuels, de nouvelles inventions de l’espèce humaine qui peuvent faire peur à certains et en fasciner d’autres. Ces mondes sont très divers, et peu d’entre nous ne seraient réellement capables de comprendre et de pouvoir en donner une définition claire. Afin que vous ne continuez mon développement sans réellement le comprendre, j’ai donc demandé à google de nous en donner une définition claire et simple : “un monde créé artificiellement par un logiciel informatique et pouvant héberger une communauté d’utilisateurs présents sous forme d’avatars ayant la capacité de s’y déplacer et d’y interagir”.

J’ai ainsi choisi de revenir à mes bases en redécouvrant le monde virtuel que je connaissais le mieux, Les Sims. Créé en 2000, le jeu représente ce que l’on pourrait appeler une “satire” de nôtre société de consommation actuelle. Bien que je ne m’étais jamais vraiment posé la question durant mon enfance, j’ai, ces dernières semaines, pu développer mon esprit critique sur ce que nous propose ce drôle de monde. 

Avant tout, je tiens à vous préciser que les Sims est disponible sur plusieurs espaces numériques, j’y jouais à l’aide d’une DS pendant mon enfance mais j’ai décidé aujourd’hui de suivre le jeu Sims Freeplay sur mon téléphone portable. Les Sims FreePlay, sortie en décembre 2011, est un simulateur de vie. D’après wikipédia “L’univers des Sims est une projection humoristique et décalée de la société de consommation où il n’existe pas d’objectif précis”. Chaque utilisateur créer un ou plusieurs avatars et les fait vivre à la manière de vie dite “occidentale”. Ces utilisateurs ont pour objectif d’aider leurs avatars à mener des actions de la vie quotidienne, notamment leurs besoins principaux comme manger, dormir, se divertir, se laver, aller aux toilettes ou parler avec d’autres Sims. Afin de répondre au mieux à ces besoins, le monde utilise sa propre monnaie le Simflouz, plus l’utilisateur possède de Simflouz mieux il pourra aider ses avatars à vivre convenablement. Pour ma part j’ai créé 7 sims (7 étant la limite d’avatars que le jeu nous autorise à créer) tous représentant des personnes de mon entourage proches.

L’univers des Sims étant très large, et n’ayant ni le temps ni la réelle volonté de vous en faire une thèse, il m’a fallu chercher un angle précis. Celui qui m’a sauté aux yeux est celui de la liberté de l’utilisateur de vivre sa propre expérience au sein du jeu. Il m’a semblé très difficile de pouvoir y construire ma vie et celle de mes avatars comme je l’entendais véritablement, j’ai souvent eu cette sensation d’être influencée d’une manière ou d’une autre par le cadre du jeu. J’ai donc choisi de vous présenter une liste non exhaustive des éléments importants du monde des Sims et ainsi de me questionner sur la liberté de l’utilisateur à créer son monde. 

Le choix de l’avatar

Le premier point qui m’a marqué est la création de nos avatars. Comme dans de nombreux jeux et/ou mondes virtuels, il nous faut, pour commencer à jouer, créer un ou plusieurs personnages. Ces derniers peuvent aussi bien nous ressembler, ou ressembler à nos proches, qu’être le fruit de nôtre imagination. On leur donne également un prénom (et un nom de famille dans les Sims).

L’idée de pouvoir être libre de créer le personnage que l’on souhaite me semble, sur le papier, très intéressante malgré cela j’avoue avoir rencontré quelques limites.

Dans une société comme la nôtre où l’on tente de plus en plus d’ouvrir les esprits sur les identités de genres, le monde des Sims m’a semblé quant à lui très fermé. En effet, on ne peut choisir que l’identité de genre masculine ou féminine. Les personnes souhaitant jouer aux Sims et créer leurs avatars à leur images ou à celles de leur entourages, qui ne se reconnaîtrait dans aucun des ces deux genres (comme par exemple les personnes non-binaires) ne peuvent malheureusement pas être 100% eux-même, le jeu leur impose de choisir un genre qui n’est pas forcément celui dans lequel ils se sentent appartenir. 

Le deuxième aspect très marquant lors de la création de nos avatars est le physique de nos avatars. Je me suis tout de suite sentie restreinte pour créer l’avatar qui me ressemblait le plus ou ceux de mes proches. Si toutes les couleurs de peaux sont proposées par le jeu, d’autres particularités physiques restent quant elles assez sommaire.

Dans mes souvenirs, le jeu sur DS proposait aux utilisateurs de multiples variantes pour les particularités physiques (le nez, la bouche, la mâchoire, les oreilles, les yeux). Aujourd’hui, dans le jeu Sims FreePlay, l’apparence du visage par exemple n’est disponible que grâce à ce que l’on pourrait appeler des “groupes”. En clair, on ne peut pas distinguer la bouche du nez ou le menton des oreilles ; on choisit un “ensemble” de particularités physiques proposés par l’application. Admettons que la bouche que l’on souhaite n’est pas proposée, il nous faut choisir une autre forme de visage. Pour que le visage de nôtre avatar nous ressemble le plus, il nous faut dans certains cas renoncer à certaines de nos caractéristiques physiques. Ce qui, pour moi, fausse considérablement la liberté de l’utilisateur à créer comme il le souhaite ses propres avatars. Cela me fait penser à une harmonisation des avatars, in finé tout le monde se ressemble.

Il en va de même pour les coupes de cheveux. Toutes les coupes sont classées en deux catégories, les hommes et les femmes, ce qui rejoint le point que je vous expliquais plus tôt. Certaines coupes proposées sont très spécifiques (comme les coupes de cheveux dites “punk” dans le langage courant) mais bien qu’elles soient nombreuses elles ne représentent pas pour moi la variété de coupes de cheveux que nous pourrions rencontrer dans la vie du quotidien.

Afin de ne pas m’étaler sur toutes ces particularités physiques qui me dérangent, j’aimerais terminer en vous parlant de la corpulence possible de nos personnages. Il n’y en a pas ; ou plutôt il n’y en a qu’une. Pour toutes les personnes qui ne correspondent pas aux exigences physiques de ce monde, le jeu ne leur propose pas d’alternative. On ne nous propose pas des corpulences différentes (mince, plus en chair, musclée). Il en va de même pour les personnes ayant un handicap physique, le jeu ne propose à aucun moment de pouvoir être totalement comme nous pourrions être physiquement. 

En clair, le point des avatars est le premier aspect à m’avoir interloqué quant à la liberté du joueur. L’utilisateur ne peut pas réellement commencer son jeu et son évolution à l’intérieur de ce monde numérique en étant complètement lui-même. À moins de rentrer dans les cases physiques de nôtre réalité quotidienne, chaque utilisateur ressemblera davantage aux volontés physiques du jeu qu’à sa propre apparence ou sa seule volonté. Les avatars ne sont en sommes pas si différents les uns des autres.

La rencontre de LA ville

Une fois notre avatar créé, le jeu nous plonge immédiatement dans nôtre ville. Connaissant plusieurs personnes adeptes du jeu les Sims FreePlay, j’ai pu me rendre compte que ma ville était totalement identique aux leurs. Les maisons qui m’étaient proposées étaient également les mêmes que celles de mes amis. Cela ne semble rien mais c’est un point qui en terme de “liberté” me paraît important à soulever. L’utilisateur se retrouve alors embarqué dans un monde identique à celui de tous les autres joueurs. 

Les maisons, déjà meublées, sont toutes identiques, et pour les aménager comme nous le souhaiterions, nous devons avoir suffisamment d’argent. Je n’ai pu, une fois de plus, ressentir une réelle liberté de jeu et d’action ; contrairement au jeu SimCity où l’utilisateur construit la ville qu’il veut, mais dans ce cas là il n’y aucune histoire où intéractions entre les avatars/utilisateurs, chaque joueur peut simplement revendre des matériaux où visiter la ville voisine pour s’en inspirer. Je tiens tout de même à préciser qu’il existe plusieurs types de maisons, mais elles sont toutes proposées déjà meublées et sont proposées de manière identique à tous les utilisateurs du jeu.

Aperçu de la carte de la ville Sims FreePlay

En m’aventurant sur internet, certains parlent de “quartiers”, nous serions donc projetés dans nôtre propre quartier en lien avec tous les autres utilisateurs, formant ainsi une seule et même ville. Cela n’enlève rien pour autant à mon précédent propos car, dans ce cas là, tous les quartiers se ressemblent.

Créer ses propres histoires ?

Cela m’amène à vous parler de la “trame” du jeu. Pour que votre ville et vos avatars puissent se développer le plus rapidement possible et de la meilleure des façon il vous faut être assidue. C’est ainsi que le jeu nous pousse à développer des relations entre nos avatars, qu’on le veuille ou non (une petite notification revient régulièrement pour demander dans un premier temps à nos sims de devenir amis et au fil du jeu pour certains de se draguer, devenir amoureux, voir construire une famille). C’est d’ailleurs une des grosses campagnes publicitaires de l’application ; on constate que les sims sont mis en scène de sorte à donner envie aux futurs, et actuels, utilisateurs de faire naître de nouvelles histoire et ainsi de nouveaux sims.

Si vous souhaitez réellement avancer vous devez d’une manière ou d’une autre suivre les instructions, même si vous ne souhaitiez pas au départ créer un quelconque rapprochement amoureux entre vos avatars. La liberté de choisir les relations des personnages n’est pas impossible mais l’avancée se fera plus difficilement et de perpétuelles notifications viendront vous le rappeler. Sur l’App Store, un guide pratique nous a proposé de pouvoir comprendre le jeu, il nous explique que nous pouvons choisir de développer nos passions, notre métier ou nos relations amoureuses. D’après lui nous serions libre de faire ce qui nous importe le plus ; hors j’ai eu du mal à concevoir une réelle avancée sans ne suivre qu’une seule option, et en écoutant seulement mes propres volontés.

Propositions d’actions sociales pour les avatars des Sims FreePlay

Si nous le souhaitons nous pouvons également visiter d’autres villes, celles d’utilisateurs connectés à travers le monde. Ce qui peut créer de nouvelles affinités à nos avatars et découvrir de nouveaux espaces. Mais, j’ai décidé dès le départ d’observer le jeu seule et me focalisant sur ma propre ville.

Pour ce qui est de la catégorie des métiers, une fois de plus j’ai eu cette sensation de me sentir restreinte. Au début du jeu, il nous faut construire une caserne de pompiers pour y faire travailler nos premiers Sims. À la suite du jeu, la possibilité pour ces Sims de travailler autre part se développe avec une galerie d’art, un centre scientifique ou encore une agence immobilière. Mais pour se faire, l’utilisateur doit gagner un maximum d’argent et évoluer en fonction des missions données par le jeu. Les nouveaux niveaux permettent de débloquer de nouvelles entreprises et l’argent récolté de pouvoir construire ces dernières.

Progression dans les Sims FreePlay

Le monde des Sims étant très proche du nôtre, il nous faut forcément occuper nos avatars et ainsi leur faire découvrir des passions. 

La première passion qui est proposée dans le jeu est celle de la cuisine ; l’un de vos avatars devra devenir un vrai passionné de cuisine afin de vous rapporter de l’argent supplémentaire et des missions obtenues pour avancer dans le jeu. L’utilisateur ne peut pas décider de lui-même quelles pourraient être les réelles passions de ses avatars. Admettons que nous souhaitions reproduire à l’identique les goûts et les couleurs de nos proches, nous serions très vite obligés de suivre d’une manière ou d’une autre ce que nous propose le jeu.

Par ailleurs, je trouve que le jeu propose de nombreuses activités différentes pouvant permettre à chacun de nos avatars de se créer des passions et des univers différents de ceux des autres. Ainsi, nous pouvons faire lire régulièrement nos sims (passant d’un roman de gare à une encyclopédie), les faire danser, regarder la télévision, jouer aux jeux vidéos, ou cuisiner. Pour autant, à moins de se balader dans les villes des autres utilisateurs, et donc profiter de leurs propres lieux, il nous faut gagner suffisamment d’argent et monter de plus en plus de niveaux dans le jeu pour parvenir à construire un lieu dédié aux distractions. 

Faire la cuisine dans les Sims FreePlay

Le premier lieu proposé par le jeu est une boîte de nuit. Cela me semble très étrange de développer la culture en commençant par une boîte de nuit, il m’aurait paru plus cohérent de faire construire un cinéma ou un musée. Je pense par ailleurs aux enfants ou jeunes adolescents qui pourraient se mettre à construire une ville dans ce monde, qu’elle est donc l’image qu’il en ressort ? Je dois dire que c’est un sujet qui me questionne car il m’aurait semblé plus ouvert à toutes les tranches d’âge d’ouvrir un lieu différent. Le monde étant très proche de nôtre quotidien, cela pourrait, à mon sens, agir sur les priorités des utilisateurs, jeunes et moins jeunes.

Un monde où rien n’arrive par hasard

Comme j’ai pu le développer par l’ensemble de mes précédents exemples, l’utilisateur n’est capable d’évoluer pleinement au sein du jeu qu’avec l’aide de Simflouz (l’argent du monde), récolté à l’aide notamment de missions effectuées qui lui permettent également d’augmenter de niveau dans le jeu et ainsi accéder à de nouvelles fonctionnalités. Le monde met également à disposition des moyens pour faire gagner des SimFlouz bien plus vite. Par exemple, une plante (“la plante à Simflouz”) qui permet, toutes les 4h, à un avatar qui la possède de gagner de l’argent. 

Souvent, personne ne lit les petites phrases proposées par une application qui explique clairement le jeu, les gens trouvent cela trop long. Mais, aujourd’hui j’ai décidé de le faire pour vous et je vous ai trouvé un exemple parfait pour comprendre l’importance de faire ce que le jeu nous propose : La valeur de la ville. Tout d’abord, de nombreuses fois par jours l’utilisateur récolte plusieurs dizaines de Simflouzs au sein même de sa ville sans ne faire aucune mission. Mais pour cela, il faut que sa ville lui rapporte, il lui faut donc d’après La valeur de la ville : “construire des maisons, des bâtiments et acheter des objets dans la boutique de décoration” par exemple.

En clair, tout est lié et l’ensemble des avancées du jeu dépend de l’argent que vous gagnez ou non. Si vous souhaitez que votre ville prospère, vous devez développer les moyens de vos ambitions et ne pas laisser vos sims se débrouiller tout seuls. L’utilisateur doit être présent régulièrement pour construire, rencontrer, s’occuper et développer ses propres avatars.

Actions à réaliser dans les Sims FreePlay
Exemple de récompenses proposées dans les Sims FreePlay

Après avoir pu mettre en évidence avec vous certains aspects de ce monde, se voulant très proche de nôtre quotidien occidental, j’avoue avoir un avis assez négatif sur la liberté du joueur. 

En effet, en traversant le jeu pendant plusieurs semaines, j’ai eu cette très forte impression d’être influencée, de ne pas pouvoir librement développer mes avatars, d’être restreinte par le jeu lui-même. Pour un monde où l’objectif n’est pas précisé, l’utilisateur devrait pouvoir être 100% libre de développer sa ville, ses avatars, ses maisons et ses institutions sans que rien ne lui soit cadré, ou tout du moins pas autant. 

De plus, le terme “FreePlay” sous-entend à la fois que le jeu est gratuit mais également que nous pouvons jouer librement (FreePlay = “jeu libre”). Cela signifierait, à mon sens, une sorte de liberté totale d’action et d’évolution au sein du monde comme le souhaiterait l’utilisateur.

À travers ce rapport, bien que très critique, je ne souhaitais pas influencer votre jugement sur ce monde mais simplement mettre en évidence une réalité qui m’a frappée dès le début de mon arrivée sur l’application. Cela m’amène à me questionner sur la liberté d’être et d’évolution au sein des autres mondes virtuels, suivent-ils tous une trame ? Influencent-ils tous, par un cadre de jeu, les utilisateurs ? Les utilisateurs peuvent-ils, alors, être 100% eux-mêmes ou ce qu’ils désirent être ? 

Ainsi, y-a-t’il une réelle volonté “d’humour” ou pouvons nous parler d’influence sur les joueurs à se conditionner aux règles du monde, finalement très proches de leurs propres vies ?

Alice Lombardot



Citer ce billet
alicelombardot (2023, 6 décembre). Les Sims FreePlay : Une “projection humoristique sans but précis” ? Comment voit-on la ville ? Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7t6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search