Observation de Grove Street dans GTA SA


Couverture du jeu vidéo Grand Theft Auto : San Andreas
Crédits : Rockstar North

Grand Theft Auto: San Andreas. Il est le septième jeu de la série Grand Theft Auto, développé par Rockstar North et publié par Rockstar Games. Il a été initialement lancé en 2004. Le jeu se déroule dans l’État fictif de San Andreas, qui est une version fortement inspirée de la Californie et du Nevada des années 1990. L’histoire suit le protagoniste Carl “CJ” Johnson, qui retourne dans sa ville natale de Los Santos après la mort de sa mère.

Le jeu explore des thèmes tels que la criminalité, la vie de gang, la politique et la culture urbaine. L’une des factions de gang les plus emblématiques du jeu est les « Grove Street Families » ou « Families », qui s’oppose aux « Front Yard Balllas » ou « Ballas ».

Focus sur Grove Street

Grove Street est un quartier situé à Los Santos, la principale ville de San Andreas, et c’est le territoire des Families, l’un des gangs les plus importants du jeu. La couleur associée au gang est le vert, et le quartier est devenu emblématique dans l’univers de GTA San Andreas.

CJ, le personnage principal, a des liens familiaux avec les Grove Street Families. Une grande partie de l’intrigue tourne autour de la réclamation et de la défense du territoire de Grove Street, ainsi que de la lutte contre d’autres gangs rivaux. Grove Street et ses environs sont le centre de nombreuses missions et événements clés dans le jeu, faisant de ce quartier un élément majeur de l’expérience de GTA SA.

Contexte d’observation

Consommateur régulier du jeu durant mes années d’adolescence pleines de quiétude, je suis passé à statut quasiment inactif depuis plusieurs années maintenant. J’ai choisi de revenir sur ce jeu dans le cadre de cet atelier d’observation des villes. Mon observation s’est étendue sur une semaine régulière de jeu quotidien avec un temps de jeu d’environ une heure et demie en moyenne par jour. La moitié du temps de jeu était consacrée à la prise de notes de tout ce que je pouvais observer visuellement. Mes années passées de joueur expérimenté m’ont bien sûr beaucoup servi pour me retrouver facilement dans ce monde virtuel et reprendre les bons mécanismes afin d’explorer pleinement les aventures du jeu.

Angle d’observation

Grove Street dans GTA SA est représentatif d’un quartier au statut socio-économique défavorisé, qu’on pourrait presque qualifier de bidonville. Je vais analyser cette partie de la banlieue en mettant l’accent sur l’aspect de la pauvreté, la criminalité et d’autres difficultés socio-économiques. En effet, dans le contexte du jeu, Grove Street et ses environs incarnent ces caractéristiques, avec de vieilles maisons, des infrastructures dégradés, une forte présence de gangs, des rivalités, et des défis liés à la vie quotidienne dans un environnement difficile.
Par la suite, je vais faire le lien entre le jeu et le renforcement de certains stéréotypes raciaux de la communauté noire aux États-Unis.

OBSERVATION DÉTAILLÉE DE GROVE STREET

• Détails architecturaux :


Capture d’écran d’une vue aérienne de Grove Street

Les bâtiments qui bordent Grove Street sont souvent modestes. Les façades des maisons portent les stigmates du temps. Ils présentent des signes de dégradation, avec des fissures et des morceaux de peinture écaillée. Certaines ont des balcons qui montrent des signes de rouille, et les fenêtres sont souvent équipées de grilles métalliques, ce qui rajoute un léger esthétique à l’apparence urbaine.

Les murs des maisons sont parfois ornés de graffitis, montrant une certaine forme d’appropriation de l’espace par la communauté locale. Les escaliers extérieurs des maisons créent des motifs visuels personnalisés. Certains sont décorés de pots de fleurs ou de petits objets personnels, ajoutant une touche de vie à l’environnement. Les entrées des bâtiments résidentiels peuvent parfois être surmontées de marquises usées par le temps. Au début de ma balade dans le quartier, j’aperçois un escalier extérieur qui mène à une entrée ornée de pots de fleurs en plastique, créant un contraste entre la modestie des moyens et l’effort d’embellissement.

Les toits des bâtiments à Grove Street présentent une variété de détails. On retrouve des antennes paraboliques sur les uns, signe une connexion télévisuelle, tandis que d’autres peuvent avoir des fissures ou des tuiles manquantes. Les antennes et les câbles qui pendent parfois ajoutent une dimension chaotique et accentue l’impression visuelle de l’usure des infrastructures. Sur le toit d’une maison voisine à celle de CJ, une antenne parabolique légèrement inclinée est entourée de pigeons, signe qu’il n’y a pas que la seule présence de vie humaine dans le quartier.
Les fenêtres des maisons présentent divers états de propreté et d’entretien. Certains volets sont en parfait état, d’autres sont partiellement dégondés. Les rideaux dans certaines fenêtres enrichissent l’environnement d’une touche d’intimité. Plus loin dans ma balade à vélo, j’aperçois une fenêtre entrouverte révèle un intérieur sombre avec des rideaux tirés, suscitant ma curiosité quant à la vie derrière les façades.


Maison de Grove Street en HD / Source : 3DEXPORT

Certains édifices ont des devantures de magasins aux vitrines brisées ou des graffitis, témoignant de la dure réalité de la vie quotidienne dans le quartier. Une vieille épicerie du quartier affiche des enseignes usées avec des publicités défraîchies et des néons clignotants. Des publicités peintes à la main et des tags artistiques qui amplifient l’apparence de la devanture. Tous ces éléments contribuent à accentuer le réalisme de la scène.
Les devantures des petits commerces locaux reflètent la variété des activités économiques dans le quartier. Les enseignes en bois écaillé et les vitrines parfois fissurées rappellent une époque où l’activité commerciale était plus florissante. Certains magasins portent des graffitis ou des affiches.


Capture d’écran de petits commerces

• Graffitis et Street Art :


Capture d’écran, rue de Los Santos

Les murs de Grove Street sont un canevas pour l’expression artistique sous la forme de graffitis et de street art. Des tags colorés représentent souvent des symboles liés aux Families, avec des nuances de vert dominant. Certains graffitis racontent l’histoire du quartier, tandis que d’autres expriment des messages sociaux ou politiques.
Un grand mur est recouvert d’une fresque complexe illustrant l’histoire des Families, avec des portraits de membres influents et des symboles du gang. Souvent, près du même mur, on retrouve des regroupements des Families qui n’hésitent pas à se montrer agressifs et défensifs à la moindre provocation. Ceci affirme bien que dans le jeu les graffitis sont le symbole d’une certaine marque territoriale, et renforcent le sentiment d’appartenance.

• Paysage urbain :

Les rues pavées de Grove Street sont souvent étroites, ce qui crée une atmosphère intime et communautaire. Les trottoirs sont parfois abîmés avec des nids-de-poule. En marchant, je remarque des fissures et des plaques d’égout décalées, à l’image de l’état dégradé de l’infrastructure urbaine. Des lampadaires vacillants jalonnent la rue, projetant des ombres qui renforcent le contraste entre la lumière et l’obscurité.


Rue de Groove Street / Crédit : Rizky Aldiansyah , via LibertyCity.net

Les équipements publics sont modestes mais fonctionnels et servent de points de rencontre pour les habitants du quartier. On retrouve une dimension sociale dans le paysage à travers les bancs usés et des aires de jeux simples.
Les véhicules et des motocyclettes, souvent modestes et parfois extravagants, circulent à un rythme modéré dans les rues. Dans certains endroits, j’aperçois de temps en temps des véhicules abandonnés, signe peut-être de tensions inter-gangs ou de difficultés économiques.

• Activités de rue :

L’ambiance générale du quartier est dynamique. Des groupes de jeunes peuvent être vus traînant, discutant et parfois jouant à des jeux improvisés comme le basket. Près d’une aire de jeu, des enfants jouent au basket, tandis que des adultes discutent sur les marches des maisons voisines. Certains personnages sont visibles en train de graffer des murs.
Des vendeurs ambulants proposent leurs marchandises. Les habitants se croisent, échangent et participent à des conversations informelles, ce qui illustre un sentiment de communauté.

Cependant, les activités de rue ne sont pas toujours paisibles et empreintes de légèreté. En effet, les interactions entre gangs rivaux peuvent éclater à tout moment, mettant en évidence le principal défi auquel la communauté est confrontée : la violence.

• Effets d’éclairage :

L’éclairage dans Grove Street varie en fonction de l’heure du jour. Pendant la journée, la lumière du soleil crée des ombres nettes, accentuant les détails architecturaux. La nuit, les lampadaires et les lumières des bâtiments confèrent une atmosphère particulière à la scène.
Au crépuscule, les lumières orangées des lampadaires éclairent la rue avec une ambiance chaleureuse et contrastée.


Image de jour / Source : 3DEXPORT

• Langage et style vestimentaire :

Les dialogues entre les personnages, en particulier les membres des gangs et les habitants du quartier, sont souvent caractérisés par un langage cru, des expressions idiomatiques, et des tournures de phrases propres à la vie de banlieue. Lors de disputes entre les membres de gangs rivaux, des insultes peuvent être proférées.
En percutant volontairement un membre des Families, ce dernier me lance “Yo, what’s up big homie ?” ; mais n’affiche logiquement pas d’agressivité physique à mon égard (CJ a des liens familiaux avec eux).
D’autres expressions tels que “Keep it real” sont utilisées souvent dans les passages narratifs du jeu. Les échanges comportent aussi très couramment des jurons (par ex. Damn ! ; Shit!).


Capture d’écran ; scène de CJ au début du jeu

Dans des scènes de confrontation le langage utilisé peut devenir encore plus direct et émotionnellement chargé, amplifiant l’impact des situations. Par exemple, lors de disputes entre les membres de gangs rivaux, des insultes violents peuvent être proférées.

Le style vestimentaire à Grove Street peut être, dans une certaine mesure, associé à ce que certains pourraient décrire (de manière stéréotypée) comme un style vestimentaire “thug”. Dans le contexte de la culture hip-hop et urbaine, il est souvent utilisé pour décrire un style vestimentaire associé aux cités urbaines, à la musique rap, et à une attitude non conventionnelle.
Ainsi, on retrouve des vêtements amples, style directement influencé par la mode tendance du début des années 2000 aux États-Unis. Par ailleurs, les PNJ masculins portent souvent des casquettes inclinées et des baskets. Des accessoires distinctifs tels que des chaînes en or, des lunettes de soleil viennent compléter la tenue et offre à chacun la possibilité de personnaliser son apparence de façon unique.


Captures d’écran / Style vestimentaire des Families


CJ et deux membres des Families

RENFORCEMENT DES STÉRÉOTYPES RACIAUX À TRAVERS GTA SA

Les stéréotypes raciaux dans les jeux vidéo peuvent être dangereux car ils créent une image de soi négative pour les jeunes joueurs appartenant à des minorités. Ces représentations stéréotypées donnent également une image négative et fausse aux jeunes non issus de minorités ethniques qui ne connaissent pas vraiment la réalité de ces communautés ethniques.

Outre la violence et le sexe, l’un des aspects de GTA SA pouvant créer la controverse est le stéréotypage racial qu’il présente. Les personnages du jeu, qu’il s’agisse de personnages principaux, de personnages piétons ou de membres de gangs, sont représentés comme des stéréotypes ethniques. La race la plus stéréotypée est la race afro-américaine. En effet, les protagonistes noirs du jeu sont principalement présentées comme des criminels, des gangsters, des fauteurs de troubles, des toxicomanes et des victimes.

On note tout d’abord qu’il existe, comme mentionné plus haut, deux gangs noirs dans le jeu, les “Front Yard Ballas” et les “Grove Street Families”. Les gangs Ballas sont toujours habillés en violet, tandis que les gangs de Grove Street sont toujours habillés en vert. Les gangs noirs résident principalement dans les quartiers pauvres de Los Santos, dont Grove Street en l’occurrence. Dans la description faite, j’ai montré que ces « ghettos » urbains se composent de petites maisons collées les unes à côté des autres. Les murs des maisons sont sales, tout comme les rues. Les routes pavées semblent fatiguées et présentent de nombreuses fissures et de la saleté. On peut également trouver des déchets dans les rues et sur les trottoirs et voir de nombreux câbles électriques chaotiques dans ces zones. Tous ces signes évoquent un quartier pauvre avec des conditions de vie précaires. Les voitures que conduisent les habitants de ces quartiers sont également anciennes et sales, signifiant la pauvreté de la classe sociale vivant dans ces quartiers.

A présent, je vais passer en revue la manière dont les personnages principaux sont représentés dans le jeu.

Les principaux personnages noirs et leurs surnoms dans le jeu sont Carl Johnson “CJ”, Melvin Harris “Big Smoke”, Lance Wilson “Ryder”, Sean Johnson “Sweet” et “Officer Tenpenny”.

De premier abord, on remarque que chacun se voit attribuer un surnom, ce qui peut évoquer la culture des gangsters.

Physiquement, chacun de ces personnages a ses propres traits distinctifs, mais chacun est basé sur une vraie star du rap noir ou une célébrité.

CJ, par exemple, ressemble au rappeur Young Maylay qui est d’ailleurs la voix du personnage (voir figure 1). CJ commence le jeu habillé d’un débardeur blanc et d’un jean bleu. Cela lui donne un look de rue. Ses vêtements et sa coiffure sont entièrement personnalisables dans le jeu, il peut porter ce que le joueur choisit ; des bandanas de gangster, des chaînes, des vêtements décontractés… et il peut aussi se faire tatouer.

Le personnage Big Smoke ressemble à la célèbre légende du rap Biggie Smalls alias “Notorious B.I.G.” (voir figure 2). Big Smoke est généralement vu en train de fumer un cigare et porte toujours un chapeau et des grosses chaînettes en or ainsi que des vêtements amples mais relativement soignés, signifiant qu’il est financièrement à l’aise. Il s’avère plus tard dans le jeu qu’il dirige une usine de drogue. Qui est l’une des images d’introduction du jeu, Big Smoke tient un cigare d’une main et beaucoup de dollars de l’autre, et il regarde vers le bas à la caméra. Cet angle de caméra esthétique, ainsi que l’argent, le cigare et la voiture basse, montrent Big Smoke dans une position de pouvoir.

Le dernier personnage principal, Officer Tenpenny (figure 3), est le seul policier noir du jeu. Il ressemble au célèbre boxeur Evander Holyfield. Cependant, Tenpenny est un policier corrompu. Son visage est rugueux et il fronce toujours les sourcils, et il porte une moustache. Sa carrure est musclée, et il a aussi des tatouages sur les bras. Ces caractéristiques lui donnent un look dur et méchant.


Figure 1 : CJ / YoungMaylay ; crédit : Viciados.net


Figure 2: Big Smoke / Notorious Biggie; credit: animoapps


Figure 3: Evander Hoyfield / Officer Tenpenny

Les personnages Sweet et Ryder ressemblent tous deux à des membres du célèbre groupe de rap NWA qui a révolutionné la musique populaire entre 1986 et 2002. Sweet n’affiche presque jamais son sourire et est sérieux (figure 4). Il est musclé, son visage est rugueux, et il porte une barbe, ce qui crée la ressemblance au rappeur et acteur Ice Cube. Ces caractéristiques lui donnent un aspect dur. Il porte également un haut vert ample et un pantalon, ainsi qu’une casquette, lui donnant une apparence de cité.

Ryder, d’autre part, ressemble également plus spécifiquement au rappeur Eazy-E (figure 5). Ce personnage porte toujours des lunettes de soleil noires, une casquette et fume toujours un joint. Il a aussi une moustache et un bouc. Les lunettes de soleil font de son personnage une personne louche et douteuse… et au fur et à mesure que le jeu se déroule, il s’avère être un traître. Son corps est mince, mais ses vêtements sont amples, lui donnant un look de gangster-drogué, mais pas un look dur. Il est impliqué dans la drogue et le vol à de nombreuses reprises dans le jeu.


Figure 4 : Crédits : Sportskeeda


Figure 5 : Ryder / Easy-E ; crédit : @raandyr13 via X

En fin de compte, la représentation des Afro-Américains, en particulier au sein des gangs, peut contribuer à renforcer les stéréotypes raciaux plutôt que de les déconstruire. Bien que le jeu se soit inspiré de personnes réelles, la manière dont ces inspirations sont présentées peut perpétuer des clichés préjudiciables.

Les principaux membres des gangs noirs du jeu sont modelés d’après des figures du monde réel, tels que des rappeurs renommés et des célébrités. Cependant, la conception de ces personnages, associée à des éléments visuels et narratifs spécifiques, les présente souvent de manière limitée, les reliant principalement à des thèmes négatifs tels que la criminalité, la pauvreté, la corruption et la toxicomanie.

La façon dont ces inspirations sont amalgamées avec des éléments fictionnels peut renforcer des généralisations négatives : l’apparence distinctive des gangs, les récits narratifs, les décors délabrés et d’autres éléments visuels contribuent à une représentation clichée des Afro-Américains, les associant principalement à des contextes urbains violents et défavorisés.

Billy-Franco IRAGANZA


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
billyiraganza (5 décembre 2023). Observation de Grove Street dans GTA SA. Comment voit-on la ville ? Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7t1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search