Second Life : Exploration d’une Ville Fantôme Virtuelle

Second Life, la plateforme virtuelle pionnière lancée en 2003 par la société Linden Lab, a ouvert la voie à une expérience en ligne immersive où les utilisateurs peuvent créer, interagir et vivre dans un monde virtuel en constante évolution. Cependant, au fil des ans, certains quartiers de Second Life ont commencé à prendre des airs de ville fantôme, offrant une perspective intrigante sur l’évolution de ce monde numérique. 

Second Life : avant de parler de sa petite “mort”, parlons de sa vie.  

Lorsque je me suis baladée pour la première fois sur Second Life, une impression de solitude extrême m’a frappé. C’était comme si je marchais dans un village abandonné… De nombreuses questions me sont alors parvenues.  Quels sont les éléments symboliques, kinesthésiques, visuels et numériques qui matérialisent cette lente « mort » de Second Life. Quels sont les symptômes de cette maladie incurable dont le monde semble souffrir ? Ces maux peuvent-ils être soignés ? Second Life aura-t-il droit à une Second Life ? Ou au contraire, le péril informatique est lancé et la plateforme n’est plus que petit à petit l’ombre d’elle-même ? Décryptons ensemble ce monde 2.0,  iconique pour toute une génération mais pourtant, laissé aujourd’hui à l’abandon !

L’histoire de Second Life 

Avant de plonger dans les recoins abandonnés de Second Life, il est crucial de comprendre la naissance et la popularité initiale de cette plateforme. Créé en 2003, Second Life est un des métavers virtuels les plus anciens et pérens de sa génération! Second Life a été conçu comme un espace virtuel où les utilisateurs, représentés par des avatars personnalisables, peuvent interagir avec d’autres utilisateurs du monde entier. Il a rapidement gagné en popularité grâce à ses possibilités de création, permettant aux résidents de construire et de monétiser des biens virtuels. De nombreuses villes y sont représentées à partir d’une carte réaliste des rues et des véritables boulevards. Ainsi, en un clic, on peut s’éloigner de l’ombre des grattes ciels de New York pour se réfugier dans la tranquillité des canaux de Venise. Le modèle de Second Life se calque sur celui des jeux vidéo pour offrir aux utilisateurs une expérience immersive de ces nouveaux mondes. 

Figure 1 : Capture d’écran de Second Life, mon avatar se promène dans la ville de Venise.

L’Émergence des Villes Fantômes Virtuelles

Au fur et à mesure que la popularité de Second Life atteignait son apogée dans les années 2000-2005, de nombreux utilisateurs ont investi dans l’achat de terrains virtuels pour construire des entreprises, des résidences et des lieux de divertissement. Cependant, au fil du temps, certains de ces quartiers ont commencé à se vider, créant ainsi des zones virtuelles abandonnées. Les raisons de cet exode virtuel sont multiples. Tout d’abord, l’évolution des technologies a conduit à l’émergence de nouvelles plateformes virtuelles plus avancées. De plus, les changements économiques et les fluctuations dans la communauté des utilisateurs ont également joué un rôle majeur dans la désertion de certains secteurs de Second Life.

Explorer les Quartiers Abandonnés… 

Comment remarque-t-on que Second Life n’est plus un monde visité ? 

Entrer dans une ville fantôme virtuelle sur Second Life est une expérience fascinante et parfois dérangeante. Des rues autrefois animées sont maintenant silencieuses, les bâtiments qui étaient autrefois des centres d’activités sont laissés à l’abandon, et les espaces publics sont déserts. Cependant, malgré le vide apparent, l’histoire de ces lieux virtuels persiste à travers les vestiges de la créativité passée…

Certains quartiers abandonnés de Second Life ont été préservés en l’état, conservant l’esthétique de l’époque où ils étaient autrefois prospères. D’autres ont été redécouverts par des explorateurs virtuels qui documentent ces espaces délaissés, offrant ainsi un regard sur le passé numérique de la plateforme.

Les éléments numériques qui permettent de voir que le monde est laissé à l’abandon:

    1. Démographie en Baisse :

Une observation clé pointant vers le déclin de Second Life est la diminution de sa base d’utilisateurs. Les statistiques récentes indiquent une diminution significative du nombre d’avatars actifs. Les nouveaux utilisateurs semblent moins enclins à rejoindre la plateforme, signalant peut-être un changement dans les préférences ou une compétition croissante avec d’autres mondes virtuels.

    1. Obsolescence Technologique :

Second Life a été novateur à son époque, mais la technologie évolue rapidement. Des problèmes persistants tels que des retards, des plantages fréquents et des défis techniques ont érodé l’expérience utilisateur. En effet, lorsque je me déplace sur Second Life, j’ai beaucoup de mal à vivre une expérience “fluide”. Mon avatar se retrouve bloqué dans l’eau ou encore, le monde est soumis à de nombreux bugs qui rendent mon expérience compliquée. Face à des concurrents offrant des environnements plus modernes et stables, Second Life risque de perdre sa place de choix dans le cœur des utilisateurs.

    1. Déclin de la Créativité et du Contenu :

Autrefois connu pour sa communauté créative et dynamique, Second Life montre aujourd’hui des signes de stagnation en termes de contenu. Les créateurs sont peut-être moins enclins à investir du temps et des ressources dans une plateforme qui ne suscite plus autant d’engouement et qui a perdu énormément de valeurs ajoutée en termes de réseaux. Cette diminution de la créativité  entraîne un cercle vicieux. En effet, moins de contenu attrayant conduit à par effet domino à une baisse d’activité.

    1. L’impression de regarder un ancien dessin animé 

L’esthétique du monde de Second Life paraît aujourd’hui, un peu dépassée. En effet, les pixels apparents, le manque de réalisme des avatars et des décors me font penser à un dessin animé de mon enfance dans les années 2000… C’est un élément majeur qui révèle l’abandon du site. 

    1. Concurrence Croissante :

L’émergence de nouveaux mondes virtuels et plateformes sociales compétitives a ajouté une pression supplémentaire sur Second Life. Des plateformes offrant des fonctionnalités plus modernes, une technologie de pointe et des expériences utilisateur améliorées attirent progressivement une partie de l’audience de Second Life.

Les éléments symboliques qui permettent de voir que le monde est laissé à l’abandon: 

Lorsque l’on observe visuellement et symboliquement Second Life, des éléments distincts émergent, témoignant du déclin de l’activité sur la plateforme. Voici quelques aspects visuels et symboliques qui soulignent le sentiment de désertion :

    1. Espaces virtuels déserts :

Des régions entières de Second Life montrent des signes évidents de désertion. Les rues autrefois animées et les places publiques vides dépeignent un paysage virtuel abandonné.

    1. Bâtiments et structures abandonnés :

Des constructions virtuelles, autrefois habitées par des avatars actifs, restent désormais vides et délaissées. Ces structures témoignent de la diminution de l’activité créative et sociale en ligne. Par ailleurs, il n’y a plus d’événements, de rencontres, d’échanges etc..

    1. Trafic virtuel minimal :

Les routes, ponts et tunnels qui étaient autrefois empruntés par une circulation virtuelle constante montrent maintenant un trafic minimal, si ce n’est inexistant. Les véhicules et avatars sont rares, soulignant le vide qui s’est installé.

    1. Boutiques et entreprises fantômes :

Les vitrines vides et les enseignes clignotantes sans activité témoignent du déclin commercial sur Second Life. Les boutiques autrefois prospères sont aujourd’hui vidées. 

    1. Effets de lumière et d’ambiance déprimants :

Les changements dans l’atmosphère visuelle peuvent également refléter le déclin. On observe des effets lumineux sombres, des ciels ternes et des environnements dépourvus de vie ajoutent à l’impression générale de désolation.

    1. Symboles d’obsolescence technologique :

Des symboles visuels tels que des panneaux de signalisation rouillés, des câbles électriques suspendus en désordre, ou des éléments architecturaux dégradés peuvent symboliser l’obsolescence technologique et le manque d’investissement ou l’absence de mises à jour.

    1. Lenteur et latence :

On peut voir dans le monde que les avatars se déplaçant lentement, les actions prennent du temps à se dérouler et les interactions avec des objets virtuels sont retardées. Tout cela illustre les problèmes de performance du site et contribue à dégrader l’expérience utilisateur. 

    1. Paysages virtuels négligés :

Des espaces naturels, tels que les parcs et les plages, peuvent également montrer des signes de négligence. Des zones vertes envahies par la végétation et des plages vides accentuent la sensation de désertion.

Ces éléments visuels et symboliques contribuent à la narration du déclin de Second Life. Ensemble, ils créent une atmosphère de solitude et soulignent les changements significatifs qui ont eu lieu sur la plateforme au fil du temps. On peut faire un parallèle évident avec la période de confinement pendant la pandémie. En effet, les rues désertes, les affiches annonçant des concerts dont la date est largement passée, l’absence de vie, l’angoisse ressentie etc font écho à cette période. Pendant la pandémie de COVID-19, de nombreuses villes ont semblé désertes en raison des mesures de confinement, créant une atmosphère d’abandon dans le monde réel.

Les éléments kinesthésiques que l’on ressent face à la mort de ce monde:

Quand je me promène sur Second Life, je ressens la même sensation que lorsque je regarde les photographies de Yuto Yamada. Il s’agit d’un photographe japonais, passionné d’urbex qui capture des instants de ruines figés.  ​​Certains ressentent une forme de malaise face aux lieux délaissés, Yuto Yamada dit lui-même qu’il s’y sent comme dans un jeu vidéo. Sur Second Life, l’expérience est similaire. C’est comme observer un paysage qui dit l’inverse de ce qu’il prétend.

 Figure 2 : Extrait de photo du livre de Yoto Yamada,  “Silent World Beautiful ruins of a vanishing world”.

Le sentiment des utilisateurs qui jouent à Second Life dans un monde désert peut être complexe et varié. Voici quelques émotions et sentiments que j’ai personnellement ressentis lors de mes balades dans le monde et que, je pense, d’autres utilisateurs peuvent également avoir.

L’isolement :

La désertion de régions virtuelles peut induire un sentiment d’isolement chez les utilisateurs. Les espaces qui étaient autrefois dynamiques et peuplés deviennent des lieux silencieux, contribuant à une sensation de solitude.

La nostalgie :

Les utilisateurs qui ont connu l’âge d’or de Second Life pourraient ressentir de la nostalgie en revisitant des endroits désormais vides. Les souvenirs d’interactions sociales et d’événements passés peuvent intensifier ce sentiment.

La déception :

La dégradation visuelle et l’absence d’activité peuvent susciter la déception. Les utilisateurs peuvent se sentir déçus de voir un monde virtuel qui n’est plus aussi vivant et dynamique qu’auparavant.

L’inquiétude pour l’avenir :

Les utilisateurs concernés par l’état désertique de Second Life peuvent ressentir de l’inquiétude pour l’avenir de la plateforme. Les questions sur la viabilité à long terme et la capacité à attirer de nouveaux utilisateurs peuvent préoccuper la communauté.

La fin de la créativité :

Pour les créateurs de contenu, on peut observer une absence de motivation en raison de la perte d’intérêt globale pour ce monde. Les artistes, designers et entrepreneurs qui ont contribué au passé florissant de Second Life pourraient ressentir un manque de reconnaissance et de soutien et de ce fait déserter eux aussi, le lieu.

La résignation :

Certains utilisateurs pourraient adopter une attitude de résignation face à la situation. On peut constater une acceptation générale : Second Life n’est plus ce qu’il était. Cela peut conduire à une attitude plus passive et à une participation réduite.

La recherche d’alternatives :

Face à un Second Life désert, certains utilisateurs pourraient commencer à explorer d’autres plateformes virtuelles plus actives. La recherche d’alternatives peut être motivée par le désir de retrouver une communauté dynamique et engageante.

L’espoir pour un renouveau :

Malgré le déclin actuel, certains utilisateurs pourraient garder espoir en anticipant un renouveau de Second Life. Des mises à jour, des initiatives de relance ou des changements positifs pourraient susciter l’espoir d’une résurgence de l’activité. C’est notamment un phénomène qui fut observé lors de la pandémie du Covid 19 où de nouvelles initiatives ont eu lieu dans ce monde. 

En somme, les sentiments des utilisateurs dans un Second Life désert peuvent varier en fonction de leurs expériences passées, de leur attachement à la plateforme, et de leur perception de l’avenir. Certains peuvent ressentir une profonde nostalgie, tandis que d’autres peuvent exprimer des préoccupations quant à la direction future de cet univers virtuel.

Réflexions sur l’Évolution de Second Life et conclusion 

La présence de villes fantômes virtuelles dans Second Life soulève des questions sur la nature même des mondes virtuels. Les avatars qui peuplaient autrefois ces espaces ont-ils simplement trouvé de nouveaux horizons, ou bien ces quartiers sont-ils condamnés à l’oubli numérique ?

Second Life a survécu à l’épreuve du temps malgré la désertion de certains secteurs. Linden Lab continue d’innover, cherchant à maintenir la vitalité de sa plateforme tout en faisant face à la concurrence croissante d’autres mondes virtuels. L’histoire des villes fantômes de Second Life sert de témoignage poignant sur l’évolution rapide des technologies et nous interroge sur la fugacité même de ces mondes numériques.

Conclusion

Lors de mes ballades, j’ai pu tirer de nombreuses observations afin de mieux appréhender, comprendre, analyser et interpréter le déclin de ce monde virtuel. Second Life, une fois à la pointe de l’innovation numérique, a connu un déclin progressif au fil du temps. Cependant, l’émergence d’une nouvelle utilisation pendant les confinements récents a conféré une seconde vie à cette plateforme. Ce phénomène révèle une forme de dualité temporelle caractérisée par Second Life, car c’est un lieu où le passé et le futur coexistent sous une forme paradoxale presque inquiétante. Second Life, avec ses villes fantômes virtuelles, offre une fenêtre fascinante sur la manière dont les mondes virtuels peuvent prospérer, décliner, puis éventuellement se transformer. Ces quartiers abandonnés ne sont pas seulement des espaces vides, mais des témoins de l’évolution constante des technologies et de la dynamique des communautés en ligne. En explorant ces villes fantômes, les résidents actuels de Second Life peuvent réfléchir à la richesse de l’histoire de leur monde virtuel afin d’imaginer les possibilités futures de cet univers en constante mutation. Les espaces virtuels abandonnés agissent comme des capsules temporelles, évoquant une époque révolue tout en offrant un terrain fertile pour la réinvention. Le passé et le futur se croisent dans ce contexte. Second Life symbolise l’évolution constante des mondes virtuels, ou encore notre rapport à la vie et à la mort. 

Coraly Traullé

​​

 



Citer ce billet
coralytraulle (2023, 6 décembre). Second Life : Exploration d’une Ville Fantôme Virtuelle. Comment voit-on la ville ? Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7t5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search