Minecraft, l’exploration d’un monde infini

Des cubes. Un monde fait des cubes. Rien que des cubes. Et à partir de cette forme géométrique la plus simple, un monde gigantesque, inépuisable. J’ai beaucoup entendu parler de ce jeu avant d’y avoir joué pour la première fois il y a deux ans : je ne comprenais pas avant l’intérêt de se balader dans un monde à l’aspect très simpliste, et au synopsis limité. En réalité, et après y avoir joué pendant plusieurs heures, seul et avec des amis, Minecraft fait parti de ces mondes virtuelles dont les possibilités de développement et de création semblent infinies.

Minecraft est un jeu d’aventure de type bac à sable, c’est-à-dire un jeu où les joueurs ont la liberté de créer, modifier et interagir avec un environnement virtuel de manière libre. Il a été créé par le suédois Markus Persson, alias “Notch” et développé par Mojang Studios en 2011. Il est aujourd’hui le jeu le plus populaire et le plus vendu au monde. Le concept est simple, les joueurs apparaissent dans un monde créé de manière procédurale, c’est-à-dire qui se génère de façon algorithmique, et non pas manuellement. Leur personnage ne possède rien, et devra, pour survivre contre les monstres apparaissant dans la nuit et l’obscurité, se développer en puisant dans les différentes ressources du monde (métaux, bois, agriculture…), et découvrir les entités et les mondes alternatifs. Plus le joueur explore son monde, plus il pourra découvrir de nouveaux matériaux et débloquer de nouvelles technologies. Un objectif explicite est donné : le joueur doit obtenir des ressources bien précises pour accéder à un monde parallèle où il pourra combattre et vaincre le dragon, pour un combat final. Un écran de fin s’affiche alors, mais en réalité le joueur peut continuer de se développer, de construire et d’explorer son monde virtuel.

Aujourd’hui, ce jeu est utilisé de beaucoup de manières différentes, avec des objectifs de divertissement différents : certains utilisent Minecraft pour développer leur créativité et bâtir des bâtiments toujours plus vastes et esthétiques, d’autres l’utilisent pour avancer le plus loin dans le jeu, d’autres encore tentent de battre le record du monde de « speedrun », c’est-à-dire de finir le jeu (jusqu’à l’écran de fin) le plus rapidement possible, et enfin d’autres utilisent une mécanique du jeu, la « Redstone », une sorte de minerai qui permet de créer de l’énergie, afin de fabriquer de gigantesques usines d’optimisation et de production. De toutes ces manières d’utiliser Minecraft, une véritable sensation de liberté et de création permet au joueur de s’évader, de se divertir, seul ou à plusieurs.

Je vous emmène avec moi dans l’exploration de Minecraft, un monde virtuel à l’apparence simpliste, mais à l’utilisation multiple.

Créer sa propre histoire 

Je créé un monde Minecraft. Un monde nouveau et unique ; mon monde. Le paysage semble vierge de toutes interactions, j’apparais au milieu d’une forêt de grands arbres fait de blocs : tout est fait de blocs. En appuyant sur quelques touches, je m’aperçois qu’un menu s’ouvre et s’affiche alors mon inventaire, vide pour l’instant. Je me balade et commence à récolter du bois. Sur le menu de l’inventaire j’ouvre un livre qui me donne les « recettes » de fabrication de différents outils : je commence à comprendre comment construire et comment me développer.

Tout est cassable autour de moi, le sol, les arbres, le sable, les animaux… et surtout, tout me donne des ressources. Le temps passe et j’ai déjà construit ma maison, rassemblé des animaux dans un enclos, fabriqué des coffres où stocker mes ressources, exploré les environs et découvert des villages où j’ai pu commercer avec certains villageois. Je pourrais continuer encore et encore, des heures pour développer ma maison, trouver d’autres matériaux pour la rendre plus jolie, l’agrandir, rassembler encore plus de ressources, renforcer mon armure… mais j’ai pour objectif de finir ce jeu, et de continuer d’explorer. Je construis une sorte de portail en fond violet qui fait un bruit étonnant. Après l’avoir franchi, je découvre un nouveau monde : « le Neither », un monde sombre dangereux, rouge, proche de l’enfer, avec de nouvelles créatures plus hostiles encore que dans l’ancien monde.

J’y explore de grands donjons et amasse quelques ressources qui me permettront de rentrer dans un troisième et dernier monde parallèle, l’End, qui comme son nom l’indique, me rapproche du dragon et de la fin du jeu. Après y être entré me voilà enfin prêt à l’ultime combat : mon armure est solide et résistante, mes armes sont puissantes et j’avec moi quelques potions qui me permettent de rester invisible et de regagner de la vie. Le Dragon est enfin tombé !  Et l’écran de fin s’affiche, ça y est, j’ai fini le jeu ! Mais je continue de jouer : Minecraft est devenu pour moi un véritable monde que j’ai construit alors que je n’avais rien, et je veux encore découvrir l’inconnu et me développer en construisant plus grand, plus beau.

Avec cette expérience de jeu, Minecraft nous plonge dans un véritable monde virtuelle d’abord vierge, mais qui se transforme et se développe grâce au joueur. Le monde devient de plus en plus connu, et même d’avantage : il lui appartient. Cette grande force de liberté s’inscrit dans la possibilité pour le joueur de tout modifier et de pouvoir créer sa propre histoire. Chaque partie est différente, et chaque monde unique.

L’expérience multi-joueur, un monde virtuelle sociale

Pour continuer mon exploration du jeu, je décide d’observer l’utilisation du jeu par les différents joueurs de Minecraft. Pour ce, je me rends sur la plateforme Twitch. Twitch est une plateforme de streaming en direct qui permet aux utilisateurs de diffuser des vidéos en temps réel. Lancé elle aussi en 2011, Twitch s’est rapidement développé pour devenir l’une des principales plateformes de streaming, en particulier dans le domaine du jeu vidéo. Pour comprendre un peu l’impact de Minecraft dans le monde, et voir son amplitude, il est intéressant de recenser des statistiques de diffusion et de consommation de contenu fait à partir de Minecraft sur Twitch : en moyenne, par semaine, il y a 50 487 téléspectateurs pour 1 943 chaînes de diffusion, ce qui représente environ 8 481 743 d’heures de consommation. De ce fait, Minecraft est 8ème dans le rang des jeux occupants l’espace de Stream Twitch. Un pic de consommation a été observé lors du confinement en 2021, et différents évènements sur le jeu ont rendu ses Stream plus consommés. Encore une fois, il existe plusieurs types de divertissement : en speedrun, aventure, mini-jeux en multijoueur…

Le jeu Minecraft est aussi un outil. Il est possible de créer des serveurs pour y inviter d’autres joueurs et ainsi jouer en multijoueur sur une même carte. La création de ces mondes en coopération voit apparaitre la création d’autres serveurs, plus grands encore et accessible pour tous : les développeurs de ces serveurs y créent des mini-jeux. Chaque utilisateur extérieur pourra alors y pénétrer et avoir accès à différents modes : jeux de combat, d’adresse… le tout à partir des mécanique initiale de Minecraft. Un autre volet se présente alors : l’aventure est abandonnée pour la multiplicité de nouveaux mini-jeux de toutes sortes, et surtout faisant jouer les utilisateurs entre eux. Minecraft devient un monde virtuelle sociale, où il est possible de converser, se retrouver, s’organiser… en groupe, à plusieurs. N’importe qui peut créer son mini-jeu, n’importe quand, avec n’importe qui.

C’est surtout ce type de jeu qu’il est possible de voir sur Twitch : les Streameur se retrouvent entre eux pour jouer sur certains mini-jeux reconnus. Des évènements peuvent alors avoir lieu ; des championnats, petites compétitions, défis…

Dans mon observation sur Twitch, un évènement, toujours actuel, et ce depuis le 22 mars 2023, semble marquer le paysage du Stream Minecraft : un serveur internationale d’aventure, le Quackity Survival Multiplayer (QSMP). Ce serveur rassemble des Streameur du monde entier dans un jeu d’aventure Rôle Play (RP, où chaque personnage a un rôle bien précis, avec une histoire et une dynamique qui leur est propre), et qui permet à tous de pouvoir se rencontrer et discuter grâce à un système de traduction en direct. Tout repose sur les mécaniques de Minecraft de base, mais s’ajoute à elles d’autres mécaniques plus complètes et qui offrent la possibilités de nouvelles constructions. 5 langues sont aujourd’hui traduites sur QSMP, pour les grands publics de Twitch : anglais, espagnol, portugais, français… Pour le public français, 5 Streameur ont rejoint l’aventure QSMP fin avril 2023 : Antoine Daniel, Etoiles, Baghera Jones, Aypierre et Kameto (ce dernier se retirant finalement du projet par manque de temps).

Le serveur QSMP fait l’objet d’une grande linéarité dans l’histoire : elle pourrait s’organiser autour de chapitres : Bienvenue au QSMP : Le début, Événement d’Adoption des Œufs, Le Tribunal de JuanaFlippa, Événement Funéraire, Bienvenue au Brésil !, Bienvenue à la France !, Festa Junina, Mariage de Cellbit & Roier, Élections QSMP, Événement du Purgatoire. Il est intéressant de s’arrêter sur cette notion de Rôle Play (RP) pour mieux comprendre l’importance de l’histoire et du sociale dans un jeu multijoueur à destination d’un public.

Le jeu RP est un type de jeu que l’on peut retrouver dans d’autres jeux vidés et mondes virtuelles (GTA V, Animal Crossing…). Il s’agit pour la personne qui joue d’incarner dans son personnage sa propre histoire et sa propre personnalité. A partir de ce jeu de rôle, et de l’environnement dans lequel ils jouent, les joueurs entre eux vont créer de tout pièce une histoire commune, s’inspirant parfois de la vie réelle, mais créant souvent de nouveaux concepts. C’est alors que l’on se rapproche le plus du monde virtuelle : Le terme « monde virtuel » fait référence à un environnement généré par ordinateur qui simule une réalité alternative. C’est un espace numérique interactif dans lequel les utilisateurs peuvent interagir entre eux et avec des objets virtuels. Ainsi, c’est avec les serveurs RP que l’utilisateurs va se représenter et jouer un nouveau monde qui lui appartient, qui lui convient et virtuelle. S’ajoute au mode aventure du jeu, l’aspect sociale et d’une nouvelle vie, un nouveau personnage, une nouvelle organisation dans un monde Rôle Play.

Un outil de défis

Parmi les différentes utilisations de Minecraft, un certain public cherche à se perfectionner sur les différentes mécaniques du jeu. Une des catégories de consommation du jeu vidéo est le speedrun. Le speedrun, souvent abrégé en “speedrunning” en anglais, est une pratique consistante à jouer à un jeu vidéo et de le terminer le plus rapidement possible. Les personnes qui pratiquent le speedrun sont appelées des “speedrunners”. L’objectif principal est d’achever le jeu en question en minimisant le temps écoulé, souvent en utilisant des techniques, des astuces et des connaissances approfondies du jeu pour accélérer le processus. Les partis de speedrun de Minecraft les plus courtes font partis d’un classement international et se rangent dans des classes précises de speedrun de fin de jeu, d’accomplissement de tous les objectifs du jeu…, et en fonction des versions de Minecraft. A titre d’exemple, le record du monde du speedrun de fin de jeu pour la version 1.16.1 est de 7 min 45 sec 828 ms, et est détenu par le joueur zylénox.

L’utilisation de Minecraft est alors radicalement différente de celles que je viens de présenter puisqu’elle est optimisée et les joueurs cherchent à utiliser des techniques et astuces qui ne respectent pas  forcément  le  réalisme  et  l’objet du jeu. Les utilisateurs  ne  s’abandonnent plus dans un monde virtuelle, ils s’entrainent pour performer et ne profite pas de l’expérience de Minecraft.

Il est difficile de mesurer l’étendu de Minecraft dans le monde, des millions de joueurs l’utilisent et/ou le regardent tous les jours, et pour des raisons très différentes. En réalité, Minecraft n’est pas seulement un jeu ayant pour objectif de battre un dragon au bout de quelques heures d’utilisation. Tout un écosystème s’organise dans la fabrication de mini-jeux et d’autres mondes multi-joueurs, qui permettent à chacun de se retrouver et de s’abandonner à un univers infini à l’esthétique simpliste.

Tanguy Tardieu de Maleissye



Citer ce billet
tanguydemaleissyemelun (2023, 6 décembre). Minecraft, l’exploration d’un monde infini. Comment voit-on la ville ? Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v7t8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search