La question de l’appartenance aux mondes virtuels

Habiter, c’est appartenir

La question d’appartenance dans les mondes virtuels est surtout une d’habitation, comme nous évoque Jean-François Lucas : « Il s’agit de penser comment l’homme marque la terre de son empreinte. » (2013, p. 329). 

Lucas commence sa recherche pour une réponse à partir de plusieurs auteurs et textes, comme les Principes de géographie humaine publié en 1922, ou bien Poétique d’Espace de Bachelard, qui décrit la maison comme « garante de stabilité » ([1957] 2010, p.46). 

Il cite souvent l’habitation comme « point d’ancrage, » une définition que je trouve assez porteuse sur le rôle qui joue notre habitation dans notre identité. Il est donc presque essentiel d’avoir une habitation sur un monde virtuel… à la limite, cela justifie l’existence de notre avatar dans ce monde

On peut se poser la question pourquoi on aurait un intérêt à posséder une maison sur un monde virtuel tel que Second Life, et qu’est ce qui l’apporte de la valeur si elle est entièrement virtuelle, mais on sait bien que sa valeur est représentée par notre besoin de créer et définir notre identité numérique comme on le ferait dans le monde réel. Comme nous dit Lucas, « l’habitation est finalement un double point d’ancrage, qui permet l’inscription du corps, de l’avatar, mais aussi celui de ses propres récits: les discours et les relations de voisinage dans sa dimension horizontale, l’héritage culturel dans sa dimension verticale » (2013, p. 333). 

C’est exactement pour cette raison que les mondes virtuels ont bien fonctionné dans leur période de pointe, et pourquoi, aujourd’hui, cette valeur de « propriété virtuelle » s’est encore plus propagée et concrétisée par les biens du marché NFT ou même le marché immobilier virtuel (Metaverse Real Estate Boom: Why Investors are Buying Virtual Land). 

On est en train de suivre une logique qu’on aurait pu considérer absolument banale il y a quelques décennies, mais le concept qu’on aborde ici n’est pas nouveau. C’est le concept d’appartenance, et de l’extension de soi. Internet, le numérique, les mondes virtuels… ce sont que des médiums pour nous offrir cette possibilité de nous exprimer sur un espace autre que la réalité « physique » .  

« Dans cette perspective, » nous dit Lucas, « l’espace numérique est entièrement intégré à l’espace physique, il n’y a plus de barrière entre les deux puisque l’occupation de l’espace dans le monde physique justifie celle dans le monde numérique » (2013, p. 328). Vous l’avez compris : l’attachement à l’espace virtuel commence dès qu’on le voit comme une extension de notre espace physique. Il ne pouvait donc pas nous sembler si étonnant que ça quand des marques comme Nike, Louis Vuitton, ou bien autres ont lancé leurs propres produits virtuels sur le Metaverse ces dernières années. Car, bien évidemment, chaque utilisateur qui participe dans un monde virtuel va sentir le besoin de s’exprimer dans ce monde – à partir de ses possessions, tels que des vêtements, et oui, une habitation aussi. 

Mais qu’est ce qui constitue une véritable habitation sur un monde virtuel ?

« Buan » : définir l’appartenance et la créativité quotidienne 

« Dans la troisième section de ce chapitre, Lucas approfondi sur la définition de habiter » . On est sur une démarche philosophique et autocritique du mot même « habiter, » et Lucas nous présente un mot alternatif, ou bien, une définition plus enrichissante : buan. Pour ceci, il cite le travail du philosophe allemand Martin Heidegger sur les notions de bâtir, habiter, et penser (sujets abordés lors d’une série d’essais et conférences en 1951). 

Effectivement, le mot buan, venant du haut-vieux-allemand (337) se traduit aujourd’hui en bâtir, mais sa signification originale était habiter. Je me sens chanceuse de posséder le vocabulaire nécessaire pour faire le lien entre ces deux mots: je pense à mes deux langues maternelles, l’allemand et le suédois : en allemand, on dit « ich bin » pour « je suis » , et en suédois, on dit « jag bor » pour dire « j’habite » . Ces deux verbes dérivent de buan. Dans les deux langues, elles ont été adaptées différemment, et pourtant, ses significations sont nécessairement liées : comme le dit Lucas dans son texte, « [Heidegger] adresse une filiation entre bâtir et être (buan qui veut dire « j’habite » s’apparente à bin, signifiant « je suis ») » (2013, p. 337). 

C’est une association porteuse du effet de l’appartenance dans les mondes virtuels comme Second Life : comme nous avons constaté dans la première partie de cet article, notre identité virtuelle est construite comme une extension (ou bien, un abandon) de notre identité dans le monde réel. Nous avons dit, « habiter, c’est appartenir, » appartenir à nous-mêmes, a notre idée des choses, que çe soit dans le monde virtuel ou dans le monde « réel » . 

Si maintenant on regarde le mot « bâtir, » je vous propose qu’habiter, C’est aussi pouvoir construire, c’est-à-dire impliquer une certaine liberté créative dans l’expérience d’être un résident dans Second Life ou dans autres mondes virtuels. Le sens de participation et autonomie dans Second Life est considéré comme un élément clé d’un utilisateur cité dans la thèse de Lucas. Il dit : « C’est toi qui construit le monde… T’es pas juste un joueur qui défile dans un monde pré-construit » (2013, p. 336). Cette possibilité de créer par soi-même fait que Second Life devient beaucoup plus qu’un simple jeu vidéo, car sa présence et ses actions dans le monde virtuel sont customisables. 

On parle d’une certaine « créativité quotidienne » , comme le dit Perla Serfaty-Garzon, citée sur la page 344 de ce chapitre : « [Ce sont des] gestes [qui] forment … un tissu de significations réciproques entre l’habitant et sa maison. Ils sont la manifestation même de la singularité d’être l’habitant et de sa manière de se situer dans le monde. » Avec la créativité quotidienne, la notion de bâtir devient celle de se définir lors de son espace virtuel/réel

Personne ne le résume mieux que Lucas lui-même : « Habiter peut se décrire au travers de la possibilité de laisser sa ‘trace’ dans le monde virtuel, comme on peut laisser une empreinte de son passage ou de son existence dans le monde physique… bâtir est déjà, de lui-même, habiter. » (2013, p. 337).

Pourtant, nous ne pouvons pas nous arrêter ici, car les utilisateurs non possédant une habitation sont nombreux sur Second Life. Ils vivent une différente expérience d’identité et d’appartenance sur la plateforme, en louant ou en squattant dans des résidences qui ne sont pas forcément leur « maison ». Lucas nous fait une distinction claire entre une résidence et une habitation qui se dévoile justement par le degré de liberté créative dans le processus d’habiter un espace : « Il faut permettre aux individus de pouvoir interpréter les lieux mis à leur disposition. » Comme ça, « ils peuvent agir librement, comme un propriétaire est libre de repeindre un mur, alors qu’un locataire devra généralement en faire la demande » (2013, p. 344). 

Le degré de liberté des utilisateurs est limité sur Second Life, soit parce qu’ils ne possédent pas une habitation, soit parce qu’ils habitent dans une résidence comme Linden où « il n’y a plus rien à faire, … tout est remplit » (pas la possibilité de modifier), le plus notre appartenance à ce lieu diminue. Après, c’est logique. Habiter, c’est un processus actif et impliqué– on ne pourrait pas ensuite s’appartenir à un lieu si on ne participait pas à la construction de son identité, n’est-ce pas? Comme le dit Lucas, « habiter, c’est posséder, agencer et dominer un lieu dans un processus réciproque qui fait que l’on est également habité par ce lieu. » (2013, p. 341). 

L’appartenance virtuelle peut-elle être plus forte que l’appartenance réelle ?

Même si les réplications, réinterpretations, ou même nouvelles imaginations de nous, de notre habitation, et de notre monde dans l’espace virtuel nous tente dans son idéalisme, on finira par préférer tout ce qui circule librement dans la réalité. Pourquoi ? Nous savons mieux tolérer le réel que l’imaginaire, et c’est logique : en fin de compte, nous sommes conscients qu’il est impossible d’abandonner notre réalité dans l’absolu

Affiche du film "Her".
Photo: Her movie poster, Pinterest

On parle de l’appartenance, un sentiment plus réconfortant et rassurant qu’idéalisant. Notre réalité « physique » est loin d’être idéale, et elle y restera pour toujours, mais elle nous définit, elle nous héberge plus qu’un monde virtuel. Ce n’est pas une question de détester la réalité dans laquelle on vit et puis d’aimer le monde virtuel dans lequel on se réfugie, car ce monde virtuel peut être abandonné à n’importe quel moment, alors que notre réalité, non. 

Une simulation, une imagination reste nécessairement déconnectée d’au moins un élément compensateur de la réalité physique ; sinon, elle nous n’attirait pas. Ceci est le charme et la fascine des mondes virtuels : elles sont comme une pensée non réalisée avec laquelle on joue pour nous amuser. Pour nous sortir des contraintes de notre réalité sur terre, on part dans un autre monde. Je trouve ça très beau, cette fugue vers l’imaginaire, vers le virtuel, mais cela ne veut pas dire qu’elle crée une appartenance virtuelle plus forte que l’appartenance réelle. 

Comme le dit Lucas, « l’habitation pour un individu nécessite un lieu configurable et représentatif de son engagement et du déploiement de ses extensions dans le monde en trois dimensions. » (2013, p. 345). Le facteur de la présence physique et trois-dimensionnel d’un objet, un lieu, ou une personne le fait paraître plus réel et plus présent dans notre vie. 

Je donne l’exemple du film Her sorti en 2013, imaginé par le réalisateur Spike Jonze. Il s’agit d’un homme qui tombe fou amoureux de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente personnalisée créée par l’intelligence artificielle. L’intrigue du film aborde la question de l’amour dans notre société contemporaine, qui sous-entend un choix des supports différents: trouver l’amour dans le monde réel, ou de trouver l’amour à partir d’un monde virtuel, comme le fait Theodore Twombly, personnage principal du film. 

Je ne dis pas lequel entre ces différents moyens est le meilleur pour trouver l’amour car ce n’est pas le sujet de cet article, mais aussi parce qu’aucun entre les deux le serait (la recherche de l’amour est imparfaite). Ce qui nous intéresse dans le film Her dans le cadre des mondes virtuels, c’est le lien entre l’amour et l’appartenance

Nous pouvons faire un parallèle intéressant entre la relation de Théodore avec Samantha et la relation entre un utilisateur sur Second Life et son avatar ou bien même, son habitation virtuelle. Dans Her, Samantha représente le « piège de l’idéal transhumaniste, » comme le dit l’essayiste Ariane Nicolas. Le manque d’une présence trois-dimensionnelle de Samantha prête une grande facilité et liberté à Théodore de l’imaginer comme il veut, et aussi, de se déconnecter d’elle quand il le souhaite: comme un avatar ou une habitation sur Second Life. 

Dans la vie de Théodore, il y a un décalage important entre ses vœux et ses besoins. C’est un combat mené par chaque homme sur terre, certes, mais c’est aussi un combat qui s’est multiplié par la présence de la technologie, les plateformes de réseaux sociaux, et la réalité virtuelle. Le médium numérique est un monde soigné par la gratification instantanée, et la gratification instantanée est liée à nos vœux plutôt qu’à nos besoins. 

Quand Théodore tombe amoureux de Samantha, il tombe amoureux de tout ce qu’elle peut représenter, pas de ce qu’elle est, parce qu’il ne peut pas connaître l’essence de Samantha : elle est une voix intelligente, rien de plus. Et pourtant, elle représente un sentiment d’appartenance pour Théodore. Comme dit une intervenante dans la vidéo YouTube Her: Love In The Modern Age, « l’amour, quel qu’il soit, est ce qui relie les gens et leur donne le sentiment d’exister » . L’appartenance virtuelle de Theodore à Samantha lui donne ce sentiment d’exister, oui, mais en même temps, il est seul. Dans sa tête, Theodore retrace les souvenirs de sa dernière relation et n’arrive pas à se libérer de son chagrin. 

Avec Samantha, Theodore a tout ce qu’il pourrait désirer : elle est comme une formule, elle est littéralement le résultat d’un algorithme ciblé et personnalisé. Et pourtant, Théodore est perdu. Pour moi, c’est cette notion-ci qui montre pourquoi l’appartenance virtuelle ne sera jamais plus importante que l’appartenance réelle : c’est une question de vœux et besoin, comme on a vu. Je conclus avec cette phrase : Comme la différence entre le désir et l’amour, la réalité virtuelle peut nous montrer ce que nous voulons, mais seulement la réalité physique nous montrera ce dont nous avons besoin.

Tasina Emma Westberg 

 

Sources

Thèse de Jean-Francois Lucas: De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels: le cas des villes dans Second Life. Université Rennes 2, 2013. Français.

Vidéo 1: Metaverse Real Estate Boom: Why Investors are Buying Virtual Land).

Vidéo 2: Her: Love In The Modern Age

Vidéo 3: Her – Needs & Desires | The Cinema Cartography


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Exploration virtuelle : un voyage à travers le Paris Révolutionnaire dans Assassin’s Creed Unity  

Dans le cadre de sa thèse intitulée “De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life”, Jean-François Lucas (2013) analyse la relation entre les individus et les environnements virtuels. Le troisième chapitre, dans lequel va se baser notre article, se concentre dans l’immersion perceptive en définissant trois niveaux d’interaction : la structure du monde virtuel, la représentation des villes et les options de visualisation des utilisateurs, influençant l’immersion. Ces niveaux interagissent et s’entremêlent pour créer une immersion multidimensionnelle, où l’utilisateur devient acteur de son expérience. Cette lecture a ravivé en moi le souvenir d’un jeu que j’ai exploré et expérimenté, marquant pour son degré d’immersion : Assassin’s Creed Unity, paru en 2014. Il m’a particulièrement captivé pour la façon dont il recréait la ville de Paris durant la Révolution, offrant une grande expérience immersive qui, selon moi, transcende la simple narration du jeu.

Bien qu’il se distingue des mondes virtuels interactifs tel que Second Life ou Sims City, où les joueurs ont la possibilité de façonner leur environnement et de socialiser en ligne, Assassin’s Creed Unity illustre un exemple captivant de jeu plus traditionnel, pourtant doté d’une qualité d’immersion graphique unique pour les joueurs. Au-delà de l’histoire du jeu, c’est la reconstitution minutieuse de la ville de Paris, avec ses détails architecturaux, ses rues authentiques et ses monuments emblématiques, telle que la cathédrale de Notre-Dame, le Panthéon ou encore le Palais de Justice, qui offre une immersion perceptive inégalée, plongeant le joueur dans une représentation historique vivante de la capitale sous la Révolution française.

Images via Damien Hypolite

Une Exploration Immersive du Paris Historique 

Assassin’s Creed Unity propose une expérience immersive étonnante. Le jeu recrée un Paris du XVIIIe siècle en utilisant des maquettes authentiques de l’ancienne ville, y compris les noms de rues d’origine. Les joueurs explorent des rues authentiques, des bâtiments historiques et des monuments emblématiques, les plongeant et leur offrant une perception inédite de l’histoire et de l’architecture d’une époque maintenant révolue.
L’attention portée aux détails est remarquable, proposant une immersion historique inégalée. Les costumes des Parisiens que nous pouvons apercevoir en se baladant, sont un véritable hommage à l’époque, minutieusement recréés pour refléter la mode et les tendances de ce siècle. Les représentations des figures historiques sont intéressantes, offrant des rencontres avec des personnages emblématiques de cette période, tel que Robespierre, Marat ou encore Napoléon. De plus, l’usage de chansons authentiques de l’époque renforce cette atmosphère immersive du jeu. Les slogans inscrits sur les murs nous transportent dans le cœur même de la Révolution, ajoutant une couche de réalité à l’environnement. Chaque élément, des vendeurs de rues, aux expressions artistiques de l’époque, démontre l’engagement méticuleux des développeurs à recréer fidèlement l’atmosphère historique.

De ce fait, l’immensité de la foule présente se fait ressentir à chaque coin de rue : une densité impressionnante, presque partout. Les endroits où la présence de la foule est des plus marquantes sont les places : qu’il s’agisse du parvis de Notre-Dame, ou devant le Palais de Justice pour des manifestations, de la place de Grève ou de la Révolution pour assister aux exécutions, ou encore du Champ de Mars pour célébrer la fête de l’Être-Suprême. Le contenu du jeu frappe par son réalisme tant il reproduit des éléments historiques précis, brouillant la frontière entre jeu et réalité .

Voir un extrait du jeu en 3D

Les monuments comme boussoles et points de référence 

Les monuments de la ville de Paris occupent un rôle central en tant que repères fondamentaux pour les joueurs, comme mentionné par Kevin Lynch :  « un individu se construit une image composite à partir des éléments de la ville pour s’orienter et se repérer », (Lynch, 1999). Ils représentent des points de repère cruciaux dans le jeu, offrant des références majeures pour l’orientation des joueurs. Ces monuments emblématiques sont bien plus que de simples décors visuels ; ils servent de guides essentiels pour la navigation à travers l’environnement complexe du jeu. En les utilisant, les joueurs sont en mesure de se familiariser avec l’univers historique du jeu et de mieux appréhender le contexte temporel dans lequel se déroulent les événements. Ces structures historiques proposent ainsi une expérience immersive en reliant le joueur à l’histoire de manière tangible, tout en facilitant la progression dans le jeu.


Une Convergence d’Idées 

La recherche de Jean François Lucas sur les niveaux d’immersion dans les mondes virtuels, associée à l’expérience offerte par Assassin’s Creed Unity, illustre comment l’interaction, la représentation et la personnalisation sont primordiales pour créer une immersion perceptive d’une intensité durable. En naviguant de Second Life à un Paris du XVIIIe siècle, nous sommes témoins de la manière dont la recherche et les jeux vidéo peuvent s’allier en vue d’un objectif commun.

L’examen croisé des recherches de Lucas sur les niveaux d’immersion dans les mondes virtuels et de la méthodologie d’ACU pour recréer un Paris historique révèle une convergence significative. Les concepts d’interaction (interagir concrètement avec l’environnement virtuel), de personnalisation (ajuster l’environnement virtuel selon nos préférences individuelles) et de fidélité à la réalité (reproduction loyale des détails visuels, sonores et interactifs), analysés dans Second Life, trouvent échos dans la manière dont le jeu vidéo propose une immersion profonde et détaillée dans une ville qui, chronologiquement, nous est lointaine. Cette analyse procure des clés pour repousser les limites de l’immersion dans les jeux vidéo.


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Appréhender son monde

Suite à la lecture du chapitre 6 de la thèse de Jean-François Lucas, De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life : Habiter, je me suis longuement questionnée sur ce qui me touchait le plus à travers cette question d’habitat, d’aménagement, d’occupation de l’espace, de l’intimité des individus, en somme de la vie.

Afin de mener à bien cette réflexion autour de l’habitat j’ai cherché à me positionner, à mieux comprendre mes idées sur cette question mais également de voir certains témoignages. J’ai donc pu en parler autour de moi, à des amis vivant déjà seul et s’essayant à l’aménagement de leur espace personnel, mais également en visionnant sur YouTube plusieurs vidéos de personnes se filmant à appréhender la vie de jeunes adultes prêts (ou non) à vivre seul et à se forger le mieux possible leur propre cocon.

Lorsque l’on parle d’habitat, l’une des premières choses qui me vient à l’esprit est l’idée d’aménagement de votre espace personnel, en clair la décoration de votre appartement. 

Bien que dans un appartement familial, les jeunes personnes peuvent se créer leur propre univers au sein de leur chambre, il y a tout de même cette idée que l’appartement ou la maison ne leur appartient pas totalement et avec elle la décoration de cette dernière. Ils ne sont alors pas libres de décorer leur espace de vie au-delà de leur chambre. Cela expliquerait peut être le phénomène récurrent d’un adolescent restant principalement dans sa chambre, l’endroit qu’il a lui-même décoré et personnalisé. 

En effet, pour moi le mot “personnalisé” (qui donne un caractère original, une note personnelle à quelque chose) est très important dans l’idée de s’approprier son espace de vie. À mon sens, pour qu’un individu se sente au mieux pour vivre chez lui, il doit avoir mis en place le plus de choses possibles pour se sentir à l’aise. Pour moi, chaque aspect peut avoir du sens : la disposition des meubles/objets, les couleurs choisies, la présence ou non de photos familiale ou amicale, l’entretien de plantes ou encore l’odeur qui se dégage. Ayant moi même dû faire face à une vie de jeune adulte seule en appartement et pour en avoir longuement parlé avec ma psychologue ces derniers mois, l’endroit dans lequel nous évoluons tous les jours de l’année est très important à prendre en compte d’un point de vue psychologique. À titre personnel, j’ai eu beaucoup de mal à m’approprier mon espace personnel et ainsi me sentir foncièrement chez moi ; avec les mois, je n’arrivais de moins en moins à trouver ma place. Plus le temps passait, plus il me semblait que l’appartement ne m’appartenait pas, que je n’étais là que de passage, comme on loue un airbnb pour partir en vacances. C’est par ailleurs une des raisons principales, si ce n’est LA raison pour laquelle je n’habite plus là bas. Cela m’a permis de grandir et de mieux comprendre l’importance fondamentale de bien choisir son lieu d’habitation, de se l’approprier et d’en être fière ; l’appartement représente pour beaucoup de monde la personne elle-même.

Cela m’amène alors à mon deuxième point : la solitude. Lorsque je parle de l’emménagement seul avec des amis ou après avoir visionné quelques vidéos sur internet, j’ai pu me rendre compte que je n’étais pas la seule à appréhender grandement cette idée de solitude : Que faire une fois rentrée à la maison ? À qui parler si l’on ne sort pas pendant quelques jours ? Quelles activités faire pour ne pas rester constamment devant un écran ?

Pour toutes les personnalités publiques que j’ai pu regarder, une chose est beaucoup revenue : leur communauté. Ce nouveau moyen d’expression est pour eux une porte de sortie de cette solitude et ainsi ils peuvent régulièrement parler à quelqu’un, interagir avec les autres et ne pas se sentir trop seul et trop muet. Mais pour les personnes plus “lambda”, la vie devient bien plus imaginative que lorsque l’on vit dans un cadre familial ou en colocation avec des tiers. J’ai pu retrouver très facilement cette idée de parler via son téléphone portable à ses proches et ainsi s’occuper plus facilement pour passer le temps, mais plusieurs se sont mis à des activités plus manuelles comme le dessin, la peinture, la photographie ou même le crochet. Toutes ces activités créatrices peuvent pour moi permettre également à ces individus de répondre au premier point que j’ai abordé : décorer son espace de vie. Pour ma part j’avoue ne pas vraiment avoir réussi cette étape du dépassement de la solitude ; ayant une personnalité très énergique, il m’était difficile de rester toute seule une journée chez moi en ne parlant avec personne physiquement en face de moi et en ne sortant pas plus loin que mon petit balcon. Ce qui peut alors conduire vers des extrêmes qui ne sont pas forcément bons à prendre, comme le fait de sortir tous les soirs et s’acharner à travailler trop souvent quitte à ne plus écouter la fatigue de nôtre corps.

Le troisième point que je voulais vous exposer, est très lié aux deux autres et reste important pour le bien être de l’individu. À mon sens, pour que ce dernier puisse posséder clairement son habitat, il doit être capable d’en prendre soin régulièrement. Une fois l’étape de la décoration passée, il doit pouvoir entretenir son appartement ou sa maison. Cela implique donc parfois de longues heures de ménage, de vaisselle, de lessive et d’aération des pièces.

Bien que cela puisse sembler logique pour la plupart des gens, le simple fait de faire la vaisselle peut être pour certains une perte de temps, ce qui, de façon accrue, peut entraîner de plus en plus de fainéantise quant à la tenue d’une pièce de vie et ainsi ne pas pousser l’individu à se sentir bien dans son propre habitat. J’aimerais ajouter à ce point la comparaison qu’avait un jour fait une de mes amies. Pour elle, l’état de rangement d’une chambre ou d’un appartement représente l’état psychologique d’une personne, en clair si votre lieu de vie est en “bazarre” c’est qu’il est possible que votre esprit le soit aussi, qu’il ne soit pas en paix. Prenez cette information comme vous le souhaitez, mais il me semble qu’il y a tout de même une part de vraie dans la manière de prendre soin du monde dans lequel on évolue et ainsi de sa propre existence.

Ce troisième point n’est pas là pour vous pousser à faire le ménagement tous les jours dans votre appartement mais pour rendre compte du besoin nécessaire de prendre soin de son espace de vie quotidien, des espaces propres et dégagés sont plus propices au bien être psychologique des individus, et cela est souvent expliqué par des professionnels de la santé mentale.

En clair, l’habitat représente pour moi un des endroits propices au bon développement des individus, et impact d’une manière ou d’une autre leurs passions, leurs doutes et leurs façons d’interagir avec le monde.

À travers le chapitre six de la thèse de Jean-François Lucas j’ai pu me rendre compte également que pour certaines personnes, certains utilisateurs de mondes virtuels tels que Second Life, les lieux où ces dernières font évoluer leurs avatars (les “eux” de ces mondes) ont également une place très importante dans leur manière de voir et d’appréhender ces univers.

En effet, si pour certains d’entre eux posséder un bien immobilier ne représente qu’une perte d’argent et bloque une forme de liberté et d’intimité (n’importe qui peut rentrer dans votre appartement et y déposer ce qu’il veut et vous pouvez également faire la même chose de votre côté) ; pour d’autres cela peut également représenter un cocon, une manière de s’évader de leur propre réalité et trouver alors un refuge pour se sentir bien et à leur place. Ce qui m’amène à me questionner sur la véracité de ce dont je vous parle depuis le début de mon article. À vrai dire, la lecture de ce chapitre, mes propres manières de voir l’habitat, les témoignages internet que j’ai pu voir et les échanges que j’ai pu entretenir montrent à quel point il y a plusieurs manière de se sentir véritablement bien et nous même dans les lieux que l’on fréquente et dans lesquels nous évoluons. Plusieurs personnes ont souvent besoin de sortir de chez elles pour s’évader et ainsi mieux se retrouver avec elles-mêmes, c’est d’ailleurs peut être le cas pour ces utilisateurs trouvant plus leurs marques à travers les mondes virtuels où ils se créent une certaine liberté en bâtissant l’espace de vie qui leur convient le mieux et le calme qu’ils recherchent. 

J’émettrais cependant une certaine critique face à cette installation imaginée de vivre dans ces mondes virtuels. À mon sens, ces derniers ne représentent véritablement un échappatoire que pour une durée déterminée, la vie connectée de ses utilisateurs ne peut se faire sans celle qu’ils entretiennent à l’extérieur. Ils doivent par exemple travailler pour subvenir à leurs besoins primaires mais également à ceux dit plus “superficiels” pour se permettre d’avoir une connexion internet et l’objet leur permettant de surfer sur internet. Ainsi créer la vie qui leur ressemblerait plus. Ainsi je pense que la vie extérieure, la vie réelle, que nous explorons et construisons depuis nôtre naissance ne peut être délaissée au profit de celle de Second Life ou tout autre monde virtuel. Chaque lieu où nous serons amenés à vivre devrait pour moi être chéri et entretenu afin de pouvoir vivre au mieux sa vie personnelle, professionnelle et sociale.

Alice Lombardot


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Second Life : évasion virtuelle et crise d’identité

Émerger dans Second Life, le monde virtuel en trois dimensions, c’est s’aventurer au cœur d’un univers où l’imagination prône sur la réalité. Cette immersion dans l’artifice numérique peut parfois engendrer une crise identitaire, ainsi les frontières entre la vie réelle et la vie virtuelle deviennent très floues et s’estompent. Partant de cette idée nous consacrerons les lignes qui suivent, dans le cadre de cet article, à l’exploration de la dualité entre vie réelle et vie virtuelle et les problèmes que cela peut susciter selon notre point de vue. Nous aborderons ensuite les périls d’une immersion totale dans “un monde virtuel”, en l’occurrence Second Life, et nous finirons par une sorte d’analyse de la dimension socioculturelle qui semble à priori ne pas avoir de place dans ce type d’univers.

Présentation de Second Life 

Second Life, l’un des pionniers des mondes virtuels en 3D a été lancé en 2003 par  la société Linden Lab. Son modèle économique repose principalement  sur la tarification de l’occupation des terrains virtuels, des frais liés aux transactions monétaires et des abonnements à des services complémentaires. La particularité de Second Life réside dans sa construction collaborative par les résidents, qui contribuent au contenu et aux activités de ce monde virtuel. Contrairement à d’autres jeux multi-joueurs, aucune quête n’est imposée, offrant ainsi une grande liberté aux résidents. Les interactions entre les utilisateurs dans ce monde virtuel se font par l’intermédiaire d’un avatar auquel on attribue un nom, une représentation en 3D pour celui qui le possède et une fiche de profil fournissant un ensemble d’informations sur l’usager. Par ailleurs, Second Life compte plus de 100 paramètres de base mis à disposition des utilisateurs pour modeler le physique de leurs avatars (boutiques de vêtements, style de cheveux…), ce qui leur donne une énorme liberté de création et de modification de leurs images dans ce monde.

Crédit : Jérôme Guegan dans « Second Life »

Crédit: Eli Linden  dans “Second Life”

Ces images nous montrent une panoplie de choix devant l’utilisateur de Second Life qui lui permettent de créer exactement l’image qu’il se conçoit en tête (il peut entre autres choisir la couleur de ses yeux, de ses cheveux, la forme de son nez, de ses oreilles, de son corps etc). Nous verrons dans ce qui suit, comment cela peut révéler un problème identitaire pour les usagers de ce monde virtuel.

Les avatars : une quête d’une version améliorée de soi ou une illusion de l’idéal

Depuis son apparition, Second Life a suscité beaucoup d’intérêt comme il représentait pour ses utilisateurs un monde permettant l’accès à une réalité alternative, où chaque individu a le pouvoir de modeler et façonner son image à son gré sous forme d’avatar, qui peut ressembler à cet individu dans la vie réelle, comme il peut être tout le contraire. Cette évasion constitue pour les usagers une opportunité de se découvrir autrement à travers ce monde, de vivre une expérience sociale qui peut ressembler à leur vie réelle mais qui prend une nouvelle forme, et parfois même l’usager peut découvrir d’autres horizons numériques qu’il n’a jamais exploré, une expérience qui peut paraître de la première vue assez stimulante et fructueuse, or, le recours à ce type de plateforme a permis de braquer la lumière sur un certain nombre de problèmes dont nous retenons celui de la crise identitaire.

La duplication d’identité dans Second Life : quel positionnement pour les utilisateurs ?

Il est certain que lors du passage au monde virtuel, l’individu est invité à se créer une nouvelle identité qui prend cette fois-ci une forme numérique, mais qu’appelle-t-on une identité ?

Dans l’une de ses conférences consacrées à la notion d’identité Lévi Strauss, (1979, p. 332) la présente comme suit : « L’identité est une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de référer pour expliquer un certain nombre de choses mais sans qu’il n’ait jamais d’existence réelle ».

En parlant d’identité, on peut souvent distinguer deux types, une identité individuelle renvoyant à nos caractéristiques physiques ou moraux, et une autre sociale que l’on acquiert dans le cadre de notre appartenance à une société ou à un groupe ethnique. Dans ces deux cas, les paramètres qui déterminent notre identité sont dictés très souvent par notre nature physiologique (comme le sexe, la taille, etc.) ou par l’ensemble d’éléments qui caractérisent notre groupe social d’appartenance. Nous pouvons facilement remarquer qu’il y a un processus complexe derrière l’acquisition d’une identité dans le monde réel, mais quid du monde virtuel ?

Au regard de toutes les possibilités qui s’offrent aux joueurs, le monde virtuel devient comme un laboratoire d’essai pour se créer et se construire toute sorte d’identité qu’on veut. Repères, une agence spécialisée en marketing a effectué des études dans Second Life et les résultats indiquent qu’en grande partie les utilisateurs de ce monde virtuel constituent leurs avatars d’une manière à ce qu’ils soient une version améliorée d’eux-mêmes, ils peuvent donc garder leurs traits de personnalité mais modifient surtout leurs caractéristiques physiques par ce qui constitue l’idéal de beauté pour eux et donc à travers ce monde, l’individu peut se procurer une image qui n’est pas la sienne dans la vie réelle, nous reprenons certaines répliques de ces utilisateurs citées dans l’étude mentionnée ci-dessus : en répondant à la question « Is she like you ? » l’utilisatrice IRL avance :  « I have ‘m… mmm she’s more pretty and more sexy.. », TB à son tour explique :  « …dans la vrai vie, je ne suis juste un jeune homme de 22 ans avec juste comme look jean et veste, alors que dans le jeu j’ai plusieurs tatouages, avec des oreilles de chat et une queue de chat… mon avatar, en fait c’est mon ‘moi’ interieur, ce que je voudrais être dans la vrai vie », et parfois la transformation peut même être radicale au-delàs d’une amélioration de soi , l’avatar peut n’avoir aucune ressemblance avec ce qu’est la personne dans la vie réelle, comme l’a mentionné l’utilisateur LI dans sa réponse : “Je n’ai pas créé mon avatar comme une extension de moi même mais comme “quelque chose” d’autonome, je l’ai réellement créé de toute pièce”. Une autre étude sur les troubles du genre chez les gamers  a montré que 80% des utilisateurs ont déjà été incarnés par des avatars de sexe opposé.

Nous pourrons résumer ces résultats en disant que les joueurs donnent libre cours à leur imagination pour la création des avatars de la manière la plus ravissante à leurs yeux, ils cherchent à atteindre un certain idéal de beauté auquel ils n’ont pas accès dans la vraie vie, de ce fait, nous nous demandons s’il y a des dangers derrière l’immersion totale dans ces mondes virtuels et si les utilisateurs arrivent quand même à prendre leur distance vis-à-vis de ces identités qu’ils se créent.

En effet, les frontières entre le réel et le virtuel sont souvent imbriquées, ce qui entraîne un trouble chez l’utilisateur qui se trouve tiraillé entre son image réelle et l’avatar qu’il a lui-même créé. Quand ces deux faces se rejoignent, l’identité s’égare, et par conséquent une crise vient s’installer, naissant souvent de la confusion entre le « moi » virtuel et le « moi » réel, et dans certains cas, l’identité numériques que se créent les utilisateurs peut être plus séduisante que leurs images authentiques et l’on se retrouve pris dans une dualité complexe qui peut conduire à des problèmes psychiques ultérieurement. Nous voyons ici comme principal danger la difficulté à émerger d’un monde où la réalité se plie aux désirs de l’utilisateur menaçant de l’éloigner de la vie réelle et où la transition, en apparence facile, s’avère souvent bien plus ardue, l’individu risque donc d’être submergé par un monde utopiste qui ne représente en rien ce qu’il vit dans le réel. Plusieurs exemples sont témoins :

  1. Selon le magazine d’actualité « Le Point » un jeune homme de 19 ans adepte des jeux vidéos en ligne, en se croyant toujours en train de jouer, il s’est mis à tirer sur un groupe de personnes dans la rue, de ce fait,  trois individus ont été tués et un légèrement blessé.
  2. Beaucoup d’utilisateurs de Blue Whole se sont donnés la mort après ce jeu, selon TF1 info, il y a eu 130 cas de suicides en six mois dont deux filles qui se sont jetées du haut d’un immeuble.

En avançant ces idées, nous souhaitons rappeler que nous sommes aussi conscients des avantages que peut présenter ce monde virtuel pour certains individus, c’est pour cela qu’il nous parait important de préciser la catégorie à laquelle appartient chaque utilisateur, prenant l’exemple d’une personne qui, pour diverses raisons, se trouve à la marge de la société et qui est privée d’interactions sociales dans la vie réelle, à travers le monde virtuel, elle pourra reconstruire son image, faire des échanges et avoir des interactions sans pour autant devoir dévoiler son identité aux autres, ce qui n’est pas possible dans la vie réelle. Dans le cadre de l’enquête menée par l’agence Repères un utilisateur a exprimé qu’il est timide dans la vie réelle mais il l’est beaucoup moins dans le monde virtuel, cet espace lui permet donc de se présenter aux autres en toute liberté en dépassant la contrainte de la timidité.

Nous comprenons bien que pour beaucoup, cette évasion est une planche de salut, offrant un monde où ils peuvent être eux-mêmes, voire même réinventer leur existence. Cependant, les autres types d’utilisateurs habitués aux échanges dans la vie réelle, risquent de voir leurs aptitudes sociales décliner, et peuvent devenir parfois moins sociables voire solitaires. Des études sociologiques ont montré qu’en jouant aux jeux vidéos, les utilisateurs coupent tout contact avec le monde extérieur pour bien se concentrer, et ils se croient en interaction réelle avec les autres, de ce fait, ils ne sentent plus le besoin de socialisation et de communication avec d’autres dans la vie réelle, certains parlent déjà d’une mort sociale pour le cas des personnes qui ont développées une addiction aux jeux vidéos.

Parlant maintenant d’un autre coté, si l’on analyse la logique du jeu dans ces mondes virtuels, plus précisément Second Life, nous trouvons qu’il y a une certaine gratification instantanée rendant l’obtention d’argent et des objets de valeurs  très facile, ce qui contraste fortement avec la réalité, où rien n’est acquis sans effort. L’utilisateur des mondes virtuels peut choisir le lieu de sa résidence et le type de son logement, la gamme des vêtements qu’il veut porter et les endroits qu’il veut fréquenter sans aucune contrainte. Cette dissonance peut provoquer une crise d’identité lorsque les individus ne savent plus à quelle catégorie sociale ils appartiennent, générant des troubles dans leur vie réelle.

Toujours dans cette idée de différence avec la vie réelle, nous souhaitons aborder un autre point qui nous paraît aussi important, celui de l’appartenance socioculturelle, ethnique et religieuse des utilisateurs. Dans ces univers numériques, nous constatons que cette dimension est omise, les mondes virtuels, par essence, se conforment à une norme universelle, ce qui peut conduire à des contradictions profondes pour leurs usagers, prenant comme exemple les scènes de pornographie auxquelles peut assister un individu provenant d’une société conservatrice ou religieuse, ces scènes seront en déphasage avec ce que représente le réel pour lui et pourront le choquer, de même s’il a une certaine orientation sexuelle différente de ce qu’il voit devant lui dans ces univers. Nous pourrions même dire qu’un utilisateur avant de décider de se lancer dans ce type de jeu, il doit laisser de côté ses idéologies et être apte à porter un nouveau regard vis-à-vis des choses et du monde.

En guise de conclusion, Second Life, tout en offrant une évasion séduisante du quotidien, soulève des questions cruciales quant à l’identité et à la réalité. Les utilisateurs doivent aborder cet univers virtuel avec une conscience vigilante des risques potentiels et un équilibre entre l’exploration de soi et le maintien d’une ancre dans la réalité. De même, il incombe aux concepteurs de ces mondes de tenir compte des diversités socioculturelles, afin de valoriser cette expérience et de la rendre plus respectueuse des particularités faisant partie de l’identité de chaque individu.

Mouna Tamagount

Eléments bibliographiques:

  1. Jean-François Lucas. De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life. Sociologie. Université Rennes 2, 2013. Français. NNT: 2013REN20010. tel-00949125v3.
  2. Lévi-Strauss C. (1979), Résumé des cours et travaux (1978-1979), Annuaire du Collège de France, 407-415.
  3. https://community.secondlife.com/knowledgebase/base-de-connaissances/contr%C3%B4le-de-l%E2%80%99apparence-de-votre-avatar-r1388/
  4. https://www.researchgate.net/figure/Avatars-design-interface-in-Second-Life_fig1_275647749
  5. https://basepub.dauphine.psl.eu/bitstream/handle/123456789/5485/mondes_virtuels.PDF;jsessionid=4C002CFD8167C9F196DCCB793AA06424?sequence=1
  6. https://www.lepoint.fr/societe/fusillade-a-istres-le-jeune-homme-a-agi-seul-27-04-2013-1660709_23.php#11
  7. https://www.tf1info.fr/high-tech/blue-whale-le-jeu-sur-les-reseaux-sociaux-qui-pousserait-les-adolescents-au-suicide-ultime-defi-mort-2027918.html
  8. https://www.numerique-investigation.org/troubles-dans-le-genre-chez-les-gamers/6526/ 

Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Les limites d’un monde réel

Vendredi soir – 5h01 du matin, je me réveille en sursautant, paniquée et désemparée. Assise dans mon lit, je fixe le mur en face de moi dans la lueur noctuélienne de ma chambre étudiante parisienne. Je viens de faire un rêve lucide.  Cinq minutes auparavant, je volais dans le ciel bleu éclatant juste au-dessus d’une île déserte et paradisiaque. Mais un avion vient de défiler en ma direction à toute vitesse sans que je ne puisse agir pour l’éviter. En clair, je suis censée être morte. Je me lève dans un état second, afin de me rafraîchir en prenant un verre d’eau. J’ai peur, je grelotte, je tremble, je ne comprends rien en la situation. Pourquoi suis-je en vie ? Je ne sens plus mes jambes. Pourquoi tout cela semblait si réel ? Mon appartement me parait si étranger. Je comprends en même temps que je m’extirpe de mes pensées brumeuses, que ce n’était qu’un mauvais cauchemar. Pourtant, il avait l’air plus vrai que le vrai monde : le monde des humains, le monde duquel je fais partie. Mes sens étaient décuplés. Je pouvais ressentir si intensément la chaleur, la lumière, les odeurs, la nature et la beauté. C’est comme si mes sens étaient en éveil perpétuel. Je faisais partie d’un tout, et le tout était en moi. Ma conscience n’était qu’un outil d’observation dans un décor qui lui appartenait déjà. Pourtant, je n’ai jamais visité cet endroit. Je ne sais même pas s’il existe. Malgré ça, je pourrais désormais vous dessiner dans le moindre détail ses pourtours.

Je repense alors à ce texte étudié pour un cour à la fac : « De l’immersion à s’habiter dans les mondes virtuels : les cas des villes dans Second Life », écrit par Jean-François Lucas. Je me rappelle de ma première lecture et de mes songes perplexes à son sujet. Quel article vais-je bien pouvoir écrire ? Tout est déjà si clair et décortiqué. Que puis-je rajouter ? L’auteur y expose les réseaux de médiations qui conditionnent l’immersion perspective de l’utilisateur dans le monde virtuel. Je me rappelle d’un passage précis concernant la dimension narrative de Second Life. En effet, dans cet univers numérique, Jean-François Lucas explique que le résident peut adopter le point de vue qu’il souhaite. Ainsi, la ville n’est plus seulement figée à son image ressemblante au réel, elle permet l’action libre et liée à la volonté du flâneur. Si Baudelaire s’y était connecté, il aurait pu aisément se promener en esquissant le poème de son existence.

Second life permet de produire sa propre histoire. Nous sommes dans cette réalité plus vraie que le vrai, les personnages principaux de notre vie ! C’est vrai ! Vraiment. Je vous l’assure. Vous ne me croyez pas ? Ce passage me revient à l’esprit, car il est le juste reflet de mon rêve lucide. Pendant ce dernier, je pouvais agir avec mon total libre-arbitre. On peut dire que c’est un songe augmenté et 2.0. Il ressemblait à l’expérience d’une « second life ». Je me rappelle d’ailleurs être envahi par un sentiment de plénitude. J’étais en pleine puissance de la narration de mon rêve et de mon avatar. J’appuyais sur toutes les fonctions pour découvrir les facettes de ce nouveau décor puis… l’avion est arrivé ! La sérénité est partie. Lorsque le crache a eu lieu, j’ai pensé à ma première expérience adolescente au sein d’un monde numérique.

À 16 ans et en y allant, je voulais sans doute rêver et m’évader de la réalité vraie, celle des humains comme nous tous. J’avais soif d’un monde sans limites où je pourrais échapper aux normes et aux conventions sociales. Je voulais épouser la femme que j’aimais dans ce monde parfait, affranchi du poids de la haine et du jugement : après tout, c’était mon propre récit et pour une fois je décidais ! Je ressentais exactement cette sérénité et ce pouvoir absolu jusqu’au moment où un nouvel avion est venu. Cet avion était un « User08809 ». Dans un échange mouvementé, j’ai rapidement compris que cet espoir illusoire d’un monde irréel et meilleur s’arrêtait aux barrières d’une réalité commune. Pourquoi partir ailleurs si c’est pour revenir exactement au même endroit ? C’est en tout cas la conclusion que le mal de crâne causé par mon rêve lucide m’a fait avoir, mais sans doute que le flâneur de Baudelaire saurait apprécier la ballade dans tous les cas.

Traullé Coraly

 


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Une journée riche en rencontres à Port Louis !

Il existe 3 gros médias à Maurice : La Sentinelle Media, Le Mauricien, Le Défi Media Group. C’est ce dernier dont nous allons parler et expliciter notre visite au Défi Media Group.

Le siège social est basé à Port Louis et possède deux immeubles. Nous sommes arrivés dans une salle de réunion avec une douzaine de salariés dont une seule femme. 

Parmi eux il y avait entre autres :

– un responsable actualités généralistes et politiques

un journaliste et chef d’édition radio et télévision

un journaliste qui revient pour des formations ponctuelles

un consultant suivi qualité presse, il intervient également au niveau de la formation 

un chef d’édition de l’information en temps réel, il s’occupe aussi des réseaux sociaux

un coordinateur dans la formation

Le média est présent à la radio, télévision, et sur le web ; chacun essaie de complémenter l’autre. Le directeur général est avant-gardiste au niveau de l’information, il s’occupe de « l’après » tandis que l’équipe s’occupe du « présent ». C’est pour cette raison que le média est intéressé par la formation, ils sont friands de renouvellement. 

Le média a un centre de formation en collaboration avec l’Université de Maurice « Le défi training school ». Le groupe met l’accent sur la formation et valorise sa double casquette « information – formation » en s’ouvrant sur le monde éducatif. Leur formation consiste en 4 sessions de 2 heures sur 1 mois où ils apprennent ce qu’est une information, comment la sourcer, la distinction entre une information publique et privée, ce qu’est le journalisme citoyen. Ils étudient également quel est le risque de diffuser une fausse information. 

Le public visé par ces formations sont les étudiants ou les professionnels à partir de 18 ans. Le but étant aussi de trouver des talents, notamment dans des zones reculés pour qu’ils puissent donner de l’information au média. 

Les journalistes déclarent que comme tout grand média, ils sont accusés de dissimuler des informations. Ils utilisent ces formations pour pallier ce problème et montrer comment on produit, traite et diffuse une information. Ce projet est lancé depuis quelques semaines, ils en parlent sur leur média de presse écrite et à la radio. Les autorités ont approuvé le contenu des formations. 

En plus de l’information et de la formation, le média fait également de l’événementiel. Ils organisent des salons qu’ils couvrent à la télévision et à la radio. 

Le groupe est en expansion et se digitalise. Ils évoquent le fait que la presse écrite est devenue un véritable challenge avec la concurrence du web. Ce bouleversement du paysage médiatique change le traitement de l’information. Malgré l’expansion du web, un journaliste explique qu’acheter le journal fait partie d’une routine : « C’est un rituel, ils font la queue et achètent Le Défi avec un café le matin. »

Il y a un avant-après covid qui nécessite une réadaptation de la part du média. Avec la pandémie, l’information est devenue davantage gratuite sur le web, il a fallu que le Défi Media Group s’adapte à cela. Il est beaucoup plus simple d’informer sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook qui est un réseau social très présent à Maurice, puisqu’il y a moins de contraintes de publication. Les réseaux sociaux Twitch et Twitter ne sont pas beaucoup utilisés sur l’île tandis que Facebook et Instagram prennent une grosse place.

Ils se demandent comment intéresser la jeunesse à ces sujets, maintenant que l’information se trouve directement sur Facebook. Ils ont décidé de s’agrandir et d’être présents sur les réseaux sociaux Instagram et TikTok. Ils possèdent un nouveau pôle pour le e-sport, notamment pour cibler le public plus jeune. 

Un des journaliste ajoute qu’avec l’arrivée du VHS, certaines personnes disaient que ce serait la fin de la télévision alors que finalement ce n’est pas le cas. Il a fait un parallèle avec le fait que des personnes pensent que  le web va mettre fin à la presse écrite alors qu’elle continuera sûrement d’exister.

Il y a eu une remise en question de la radio. Certains journalistes ne voulaient pas mettre de masque, ils ne pouvaient donc pas être présents au studio radio en présence d’autres intervenants. Ils ont dû  intervenir de chez eux et utiliser Zoom pour passer à la radio. Malgré l’ère du digital, 300.000 Mauriciens écoutent toujours la radio. Ils n’utilisent pas le créole à l’écrit car les journalistes considèrent que l’écrit ne s’y prête pas, la langue est plutôt utilisée à la radio.

La population mauricienne compte 1,4 millions d’habitants. Un des journaliste promeut le fait qu’il faut faire plaisir à tout le monde à travers leurs publications, à « l’intello », au « petit peuple », « celui qui aime le sport ». Cette stratégie permet de rendre pérenne et agile le média : « Everything to everybody ». 

En les questionnant sur la place qu’ils accordent à la publicité, ils nous informent qu’ils n’en ont pas réellement besoin. Leur force de frappe est leur audience. Ils considèrent que les annonceurs s’intéresseront davantage au numérique plutôt qu’à la presse écrite dans les prochaines années. 

Certains auditeurs viennent faire la queue à la rédaction pour des questions diverses, par exemple s’ ils ne touchent pas certaines aides de l’état, ils peuvent venir en parler à la radio. Nous avons d’ailleurs rencontré la journaliste qui s’occupe de répondre à ces questions sociales. 

La presse mauricienne est la presse la plus ancienne de l’hémisphère sud. Cela représente un atout majeur en termes d’expérience. Par ailleurs, un journaliste du Défi Media Group compare la presse française et la presse mauricienne. Il dit qu’en France Bolloré contrôle la presse alors qu’à Maurice il y a une diversification de la presse. 

Les principaux journaux du groupe sont  : 

    • Le Défi Plus : apparition en 1996, journal n°1 du samedi, 80 pages, avec des enquêtes exclusives, rubrique KI News (gossip), rubrique caricatures (actualités longues), rubrique dossier (reportage), 25 roupies
    • Le Défi Quotidien : apparition en 2010, création dans le cadre d’une élection électorale, du lundi au vendredi, actualités plus approfondies que la radio mais moins approfondies que l’hebdomadaire. Rubrique « économie », rubrique « Explik Ou Ka » (les auditeurs/spectateurs expliquent leur problème, disponible aussi à la radio), 40 pages. Chaque jour nouveau thème : jeudi « bolywood », vendredi « sport », 15 roupies
    • Le dimanche-L’Hebdo : grandes actualités de la semaine, davantage tourné people avec des rubriques plus légères, moins polémique que Le Défi Plus. Thèmes familiaux, rubrique « voyage », rubrique « évasion », rubrique « cinéma », rubrique « people », rubrique « portraits », rubrique « actualités générales », 20 roupies, 70 pages
    • Le Défi Moteurs : sur les automobiles, véhicules, articles pas trop négatifs pour garder de bonnes relations avec les annonceurs qui sont des concessionnaires, rubrique « grille d’achat » (ensemble des prix des véhicules et des marques à Maurice). 

Banque MCB

Après le Défi Media Group, nous avons visité la grande banque Mauritius Commercial Bank (MCB). Un rendez-vous enrichissant à la recherche de potentiel financement pour les crédits des futures étudiants mauriciens de l’IFP.  

Tout d’abord, parlons de l’architecture du bâtiment, surnommée le “caprice des dieux” par les habitants en référence à sa forme. C’est un bâtiment écologique qui capte la lumière du jour pour baisser la consommation d’électricité.

Poursuivons par la directrice de la communication et du développement durable.  Elle a réalisé ces études en info-com à la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Puis elle a travaillé dans un cabinet de conseil français appelé Utopie.

Elle veille au bon déroulé des engagements en développement durable de la banque.

De son côté, l’homme à réaliser des études d’Info-com en école de commerce marketing.

La MCB est l’une des banques principales de l’île Maurice. Ces lieux d’implantation de la banque sont l’ile Maurice, Madagascar, les Maldives, les Seychelles. Il existe d’autres points d’ancrages tels que l’Afrique du sud, Dubaï et le Nigéria.

Ils ont commencé par nous présenter la philosophie de la banque: comprendre, informer, agir. Les canaux que la structure privilégie pour informer sont les réseaux sociaux.

Ensuite ils nous ont présenté l’évolution des ambitions de la banque dans le domaine des RSE, à commencer par les efforts de l’entreprise à fournir sur la thématique de l’égalité des genres (gender equality). 

La société mauricienne est encore confrontée à un plafond de verre à franchir à franchir sur ces sujets (comme la France). Cependant deux avancées ont été mises en avant. Le doublement du congé paternité dans l’entreprise par rapport à la loi : 10 jours. Enfin le plus important, c’est l’évolution du pourcentage de femmes à des postes de cadre, près de 30%, L’entreprise s’est fixée un objectif de 40% à atteindre pour 2030. Notons cependant, selon les dires de l’intervenante, qu’il reste au niveau des femmes beaucoup de choses à faire .

Lors de nos échanges nous avons pu voir une certaine franchise de la part de la femme sur le domaine du genre; sujet qui la concerne directement. Elle n’a pas hésité à se montrer  critique envers les directeurs de sa société pour nous dire qu’aucune femme n’avait intégré le comex. Elle nous a également rappelé que jusque dans les années 1980, c’était mariage ou travail pour les femmes, il fallait faire un choix entre sa carrière et sa vie conjugale. 

Après l’égalité des genres, le second domaine RSE dans lequel la banque s’engage,  l’enjeu de transition écologique.

Cela se reflète dans la raison d’être de la MCB divisée en trois points :

    • Lokal is beautiful
    • Klima 
    • Green is quality

La directrice de communication et de développement durable nous a présenté les 3 étapes de l’évolution du développement durable dans les mentalités :

      1980-1995 : Aspect philanthropique du développement durable, qui n’était relié qu’au possibilité du business.

      1995-2010 : Développement de la RSE 1.0. On s’aperçoit que le développement économique va dans la mauvaise direction sur les questions environnementales et qu’il faut ralentir.

      Depuis 2010, nous sommes entrés dans la RSE 2.0. Le nouvel objectif : avoir désormais un impact positif à travers notre développement.

Pour la directrice, le succès de ces stratégies se mesure au-delà du profit financier.

En 2019, la banque a signé pour avoir un label banque responsable.

L’un des enjeux majeurs pour la MCB, en tant que grande banque, est d’agir comme une banque responsable et d’être connectée aux objectifs du pays.
Pour coller à ces objectifs, elle favorise le développement d’une économie locale et dynamique en privilégiant les circuits courts à travers des productions locales. Par ailleurs, 98% des mauriciens reconnaissent l’importance d’acheter local. L’objectif à terme est d’augmenter le PIB par le local. Par exemple, elle finance le développement de l’application de Vélo Vert, une association que nous avons visité précédemment. 

En 2020, une étude économique a été réalisée pour expliquer comment atteindre la neutralité carbone avant 2030 :

      Prendre des engagements et les tenir ;

      Être créatif au niveau des partenariats ;

      Valoriser le patrimoine culturel et environnemental.

L’enjeu d’adaptation à ces problématiques pour l’île Maurice est de taille. En effet, le pays insulaire fait partie des nations les plus concernées par les conséquences du dérèglement climatique. Il est le 7ème pays le plus exposé ainsi que le 13ème pays le plus vulnérable. Certaines de ces conséquences sont déjà observables à l’œil nue, au niveau des côtes à travers la montée des eaux. Enfin ce sont des éléments qui sont intégrés dans les calculs de financement de la banque, qui ne financera pas un projet soumis au risque de montée des eaux ou qui invitera ces clients déjà concernés à réagir.

La MCB ayant une grande influence sur l’île, elle s’est fixée pour mission de tirer la société mauricienne vers le haut. Le pouvoir de fait que détient la banque lui donne des responsabilités vis-à -vis de la population. 

En termes de communication, la banque fait très attention à ne pas être accusée de green washing. Il y a beaucoup d’attentes sur ces engagements par les associations et les ONG tels que Greenpeace etc.

La MCB selon les dires des intervenants à influencer ses concurrents qui les copient dans les intentions mais pas forcément dans les faits.

Des actes, les intervenants en ont cité quelques-uns en matière de responsabilité climatique. Au sujet d’un partenariat avec la ligue du trail, la banque a obtenu de faire participer les coureurs de Rodrigues autre île de Maurice parfois délaissée par l’île principale. Pour cette même course, la banque finance 5 roupies par km parcourus par tous les coureurs tout au long de l’année. Ce financement est directement reversé à un fond dans le cadre d’un partenariat monté avec le parc pour nettoyer les gorges d’un canyon. Outre le nettoyage, le balisage d’un parcours est réalisé pour orienter et sensibiliser les touristes sur les questions écologiques du lieu qu’ils visitent. La remise en visite du site des gorges de la rivière noir permet de décharger d’autres sites touristiques sur-visités.

Autre acte responsable : la banque oriente sa clientèle vers des cartes en amidon. Cela n’est pas facturé aux clients et représente un coût pour la banque de 3 millions de roupies par an.  

Nous avons achevé notre rendez-vous en évoquant les sujets de la communication, des embauches et de notre potentielle ouverture de centre de formation à Maurice.

Les intervenants nous ont fait remonter un certain nombre de postes qui ont un problème pour recruter en communication.

Ils ont également évoqué la place des médias écrits dans la société et notamment dans la publicité. Celle-ci est amoindrie depuis la crise du Covid-19. Les médias traditionnels n’ont pas su se transformer. Investir des publicités chez eux est de moins en moins intéressant pour ne pas dire inutile. Le point d’ancrage le plus fiable pour la publicité reste la radio, les Mauriciens passant beaucoup de temps dans leur voiture.

Au niveau de leur communication les intervenants reconnaissent une certaine auto-censure générale à Maurice dans ce qui est dit et communiqué.

Pour finir, sur la question du financement des crédits étudiants, la banque s’est dite ouverte, mais souhaiterait obtenir des assurances pour un retour sur investissement. Par exemple, instaurer une clause dans la formation qui demande aux Mauriciens faisant leurs études à l’IFP de revenir 2-3 ans après l’obtention de leurs diplômes pour participer au développement de l’île. L’un des problèmes récurrents que nous avons rencontré lors de notre voyage est en effet la fuite des talents et des cerveaux qui est au final l’un des enjeux majeurs pour l’île.  

Maëva Kajjiou et Richard Bouttement, étudiants en M2 MCVN à l’IFP.

Une journée au Domaine de Labourdonnais

Première journée de découverte de l’île avec les élèves du master 2 médias, communication et villes numériques à l’île Maurice. Nous nous rendons au Domaine de Labourdonnais, où nous sommes attendus pour faire une visite du domaine mais aussi pour rencontrer les communicants de l’agence mauricienne Beyond Communications. Nous sommes accueillis par Jean-François Wiehe, le propriétaire du Domaine de Labourdonnais ainsi que Bernard Maurice, le responsable du château. Tout au long de la journée, nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs acteurs du domaine afin d’en savoir plus sur son fonctionnement et ses différents secteurs d’activités.

L’Île Maurice et son héritage colonial :

Nous commençons notre visite du Domaine de Labourdonnais par leur musée de l’Industrie sucrière. Après quelques travaux réalisés sur le domaine, les propriétaires ont découvert des souterrains. Il s’agit d’un long couloir qui servait, au temps de l’exploitation de cannes à sucre, à alimenter les chaudières. Ce couloir était surnommé « le couloir de l’enfer » par les travailleurs qui devaient, tous les samedis matin, le nettoyer afin d’éviter un blocage des chaudières par un trop plein de bagasse. La chaleur y était étouffante, d’où le surnom de « couloir de l’enfer ».

Aujourd’hui, le souterrain est accessible pour la visite et se compose de quatre panneaux explicatifs qui permettent aux visiteurs de comprendre comment une industrie sucrière fonctionnait.

Le “couloir de l’enfer”

Ce « petit musée » comme aime l’appeler Bernard Maurice, est un véritable témoignage du passé colonial de l’Île Maurice. Cette histoire débute avec l’arrivée des Hollandais en 1638. Ces derniers avaient saisi l’emplacement stratégique de l’Île Maurice sur la Route des Indes. Les Hollandais ont été les premiers à coloniser l’île. A cette époque, le commerce triangulaire est à son apogée. Au total, entre le XVIIème et le XIXème siècles, plus de 12 millions d’africains ont été réduits en esclavage. Parmi eux, 4 millions ont été amenés sur les îles comoriennes, à Madagascar et notamment sur l’Île Maurice. Lorsque le royaume de France prend possession de Maurice en 1715, celui-ci maintient l’esclavage de ces hommes et femmes. Ils sont forcés de travailler dans les exploitations sucrières. Les esclaves ont pour mission d’extraire les cannes à sucre.

© : le site internet de l’Aventure du Sucre

Dans l’histoire de l’Île Maurice, on estime que des esclaves ont été rapportés des quatre coins du globe. Certains provenaient de l’Afrique, d’autres de l’Inde ou encore de l’actuelle Indonésie. Au fil des siècles, ces populations sont restées et ont créé ensemble le paysage multiculturel de l’Île Maurice.

Bien conscients de ce passé marqué par l’arrivée des colons et l’exploitation de leur territoire, les jeunes générations mauriciennes cherchent désormais à contrebalancer leur Histoire en faisant une richesse. Il nous a semblé que la force de l’Île Maurice réside en effet dans son multiculturalisme. L’agence de communication Beyond Communications en est un parfait exemple. Parmi ses nombreuses valeurs, on retrouve celle de l’inclusivité. L’équipe est composée de 35 personnes, venant tous d’horizons différents. Les outils de communication sont rédigés en français, en anglais, mais également en créole mauricien.

© : le site internet de Beyond Communications

Une forte influence européenne :

Bernard nous emmène ensuite visiter le château de Labourdonnais, ressemblant davantage à une maison d’architecture coloniale de style néoclassique italienne qu’un château fort de la période médiévale européenne. Le nom du château de Labourdonnais fut donné par les descendants de Jacques de Chasteigner Du Mée vers 1839. La maison en bois teck est bâtie sur deux étages avec le salon, la salle à manger ainsi que le bureau au rez-de-chaussée et les chambres à coucher au premier étage, ce qui la distingue des maisons coloniales de plain pied. La cuisine se situe en extérieur de la bâtisse afin d’éviter les risques d’incendie de par sa construction en bois.

Le château de Labourdonnais

Construit entre 1856 et 1859 par Christian William Wiehe qui acquiert le domaine en se mariant avec une héritière, le château est décoré et meublé à l’européenne, avec notamment dans la salle à manger, une tapisserie de la manufacture alsacienne Jean Zuber représentant une scène de la nature européenne. Dans le château, tous les meubles et la vaisselle sont importés d’Europe et plus particulièrement d’Angleterre et de France, symboles d’élégance à cette époque. Nous remarquons le mobilier de style victorien venu d’Angleterre ainsi que des meubles de style Napoléon III.

La tapisserie alsacienne Jean Zuber

Mais les influences européennes et notamment françaises ne s’arrêtent pas au mobilier et à la décoration d’époque de ce château puisque même aujourd’hui, Bernard nous apprend qu’entre 2006 et 2010, de nombreuses restaurations ont été réalisées et l’une d’entre elles a  fait l’objet de l’intervention de restaurateurs français : il s’agissait de la tapisserie de la salle à manger. Aussi, le projet de musée souterrain a été pensé et conçut par des experts français. Cependant, le reste de la restauration du château a été confiée à des artisans mauriciens, afin de mettre en avant le savoir-faire de l’île Maurice.

Aussi, nous constatons un réel plurilinguisme au sein de l’île. La langue officielle de l’île Maurice est l’anglais (administratif, juridique, entreprises) mais le créole mauricien et le français sont les plus parlés par la population insulaire. En tant que touristes français, nous avions parfois l’impression que la langue la plus parlée était la nôtre. Pendant notre journée au château mais aussi à l’agence de communication Beyond, nous apprenons que les communiqués de presse du Domaine de Labourdonnais, et plus généralement la presse locale de l’île, sont rédigés dans la langue française.

Des acteurs locaux qui ne demandent qu’à s’étendre sur le territoire mauricien :

Tout au long de notre visite, nous constatons une volonté profonde du Domaine de Labourdonnais et de l’agence Beyond Communications d’agir localement sur l’Île Maurice.

Au Domaine de Labourdonnais, une grande importance est accordée au local. A l’entrée du Quartier des Serres, on retrouve l’épicerie « La Corbeille », une épicerie qui met en avant les produits locaux, comme la vanille, le rhum, ou encore les paniers tressés. D’ailleurs, la sortie de ce magasin s’effectue en direction de la halle des Serres, là où tous les samedis, les artisans et maraîchers locaux viennent vendre leurs produits.

À ce propos, le Domaine de Labourdonnais possède une grande exploitation de fruits et légumes, que nous avons eu la chance de visiter en camionnette de service.

Exploitation de fruits et légumes de Labourdonnais

Les fruits et légumes qui y sont cultivés sont des produits de grandes consommations, comme les pommes de terre, mais aussi des fruits typiques comme l’atte. Depuis quatre ans, les employés travaillent à réduire progressivement l’utilisation de pesticides, jusqu’à leur disparition totale dans quelques années. L’objectif de cette action est double : proposer des fruits et légumes sains pour la population mauricienne et protéger la biodiversité de l’île.

Pendant notre visite, Jean-François, le propriétaire et héritier du Domaine de Labourdonnais, nous explique qu’ils revendent beaucoup de leurs produits aux hôtels de l’Île. Aujourd’hui, labellisés « Made in Moris » ils souhaitent axer leurs ventes à destination de la population locale.

D’ailleurs, lors de notre visite au domaine, nous avons pu observer les cuves qui servent à produire le rhum. Cinq cuves sont nécessaires pour la production. Dans la première, 2 000 litres de jus de canne sont mélangés avec 2 000 litres d’eau. Les quatre autres cuves servent à la fermentation. Pendant cette période, il ne faut pas que le mélange dépasse les 35 degrés. Pour cela, des ouvriers se relaient nuit et jour. Si la température est dépassée, le rhum ne pourra être consommé. Le Domaine de Labourdonnais produit environ 400 000 bouteilles par an, toutes labellisées « Made In Moris ».

Cuves de production de rhum

Après cette visite, nous avons participé à une dégustation de leurs différents rhum. Nous avons commencé par le rhum agricole. Au premier abord, le breuvage se révèle costaud. La responsable marketing du domaine nous annonce qu’il est à 50 degrés. Puis une douce saveur de fruits vient tapisser le fond du palais. Nous avons ensuite goûté un autre rhum agricole, mais cette fois-ci plus doux, à 40 degrés. Ensuite, la responsable marketing nous a proposé de tester les trois rhums ambrés. Le premier révélait des notes boisées, avec un léger goût de banane. Celui-ci se nommait « Lady Blue ». Le deuxième, « 1774 » nous laissait en bouche un doux parfum d’agrumes : kumquat, mangue et pamplemousse apportent une note fruitée au goût de cognac que nous pouvons ressentir. Enfin, nous avons terminé avec « Amelia », un rhum qui laissait en bouche un pétillant goût de vanille. Par cette dégustation, nous avons saisi l’importance de la production artisanale et locale.

Dégustation des différents rhums produits au domaine de Labourdonnais

Le Domaine de Labourdonnais cherche à s’imposer comme un acteur local majeur. En ce sens, celui-ci a développé sur son terrain un immense projet hybride. Ancienne exploitation sucrière, le domaine est dorénavant un producteur de rhum, de fruits et de légumes, de produits dérivés comme la confiture et les pâtes de fruits, mais c’est aussi le lieu de travail de nombreuses entreprises locales. Les anciens bâtiments de l’activité de cannes à sucre ont été transformés en bureaux. Un centre paramédical a été édifié, à côté du Quartier des Serres, un centre commercial axé sur la vente de produits locaux. Également, le château de Labourdonnais a été transformé en musée et se visite toute l’année. Le Domaine a été pensé dans une logique de centralisation des besoins.

De la même façon, l’agence Beyond Communications a été pensée « localement ». L’agence fait d’ailleurs partie des cinq premières agences de communication mauriciennes et elle est considérée comme la plus importante en termes d’actions sur les réseaux sociaux.

L’entreprise ne travaille qu’avec des entreprises locales, ou des filiales qui cherchent à s’installer sur le territoire. Leurs actions de communication sont émises pour les Mauriciens.

Enfin, au cours de nombreux échanges que nous avons pu avoir avec les différents membres de l’équipe, nous avons été marqués par leur volonté d’aider leur pays à se développer. Tous sont partis faire leurs études à l’étranger, que ce soit en France ou en Australie, avec l’objectif de revenir dans leur pays pour y apporter de nouvelles compétences et ainsi, permettre à l’Île Maurice de grandir au sein d’une société mondialisée. Nous avons d’ailleurs fait ce constat tout au long de la semaine à travers les différents échanges que nous avons pu avoir avec les acteurs médiatiques et financiers.

L’équipe de Beyond Communications et les élèves de Master 2 MCVN

Le Quartier des Serres, une ambiance plus communautaire :

En fin de matinée, nous partons pour le Quartier des Serres, le centre commercial du Domaine de Labourdonnais. Nous retrouvons Olivia, la manager du quartier des Serres, qui nous présente rapidement le lieu car nous sommes attendus pour manger dans un des restaurants du centre. Nous découvrons un endroit très moderne et parfaitement entretenu où nous retrouvons des espaces de coworking, des bureaux de petites et moyennes entreprises ainsi qu’une salle de sport, des magasins de petits créateurs et des restaurants. Nous soulignons une réelle volonté de donner tous les moyens possibles aux nouveaux acteurs de l’île afin qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions qu’il soit.

Le Quartier des Serres

Cependant, nous éprouvons un étrange sentiment lors de cette visite qui nous paraît être en décalage avec la réalité que nous avons pu observer près de notre lieu d’hébergement avec notamment des vendeurs de rue, et plus encore les jours d’après lorsque nous nous sommes rendus à Port-Louis. En effet, l’architecture quasi parfaite du quartier contraste énormément avec le reste de l’île. Nos premières impressions sont confirmées un peu plus tard lors de notre déjeuner dans un des restaurants du centre, qui ressemble beaucoup aux lieux que nous avons l’habitude de fréquenter en Europe avec un esprit “bobo”. Lors de notre visite au Quartier des Serres, nous avons le sentiment de nous éloigner des racines de l’île Maurice et de nous retrouver dans une ambiance plus européenne.

Plus généralement, notre journée au Domaine de Labourdonnais nous a semblé manquer d’un élément primordial de son histoire : l’esclavagisme. La visite ayant été principalement axée sur la vie de château, sur les différents propriétaires du domaine et sur les nouvelles infrastructures innovantes mises en place pour développer l’île Maurice, nous aurions aimé entendre l’histoire de cette période fondatrice de l’insularité, qui fait ce qu’elle est aujourd’hui. Nous pensons qu’il est important de témoigner davantage sur le travail des esclaves ainsi que sur les pertes et dommages humains que cette période coloniale a pu engendrer afin d’en faire un exemple.

Conclusion : 

Le Domaine de Labourdonnais et l’agence Beyond Communications sont des structures qui ont été marquées par l’histoire de leur pays. L’une très ancienne, cherche à se renouveler constamment pour répondre aux demandes des locaux, et s’imposer comme un acteur mauricien majeur à l’étranger, notamment par sa présence à des salons internationaux. L’autre est dirigée par les nouvelles générations mauriciennes, convaincues que leurs compétences acquises à l’étranger vont leur permettre de participer à la croissance de l’Île Maurice sur la scène internationale.

 

Cassilde Le Huédé et Lorraine Boutet

La flore au service d’un paysage hors du commun

Le 17 septembre 2022 j’ai assisté à notre premier cours d’atelier d’écriture et d’observation de la ville. C’est en ce jour que je fais la connaissance de la problématique générale de notre cours ainsi que de notre thème principal. Dans le cadre de notre cours nous avions comme objet d’étude le cimetière Père Lachaise, encadré par la problématique suivante: De quelle manière le rap port entre « les hommes » et « les choses » fait-il durer la mémoire ?

Ne m’étant jamais rendue dans un cimetière, je fus très dubitative quant à la révélation de notre objet d’étude. Les cimetières sont avant tout un lieu de deuil et de recueillement, un endroit peuplé des familles, des amis, et des proches des personnes décédées. Avant de commencer l’étude du cimetière, je le voyais comme un espace ou seulement les gens venants se recueillir étaient les bienvenus.

Je décide alors de découvrir l’endroit avec un œil curieux.

Ce qu’il faut savoir sur le cimetière:

Le cimetière Père Lachaise ouvre ses portes dans un ancien parc, il a ensuite été réaménagé en jardin funéraire par l’architecte français Alexandre-Théodore Brongniart. Se présentant comme le plus grand espace vert de Paris, le cimetière Père Lachaise est un haut lieu de mémoire qui conserve une lui de multiples ensemble commémoratifs, tel que le Mur des Fédérés ou des monuments liés aux grands conflits du XXème siècle. Grand précurseur des évolutions funéraires, il accueille les premiers crématorium (1887) et jardin cinéraire français (1985). 

Situé dans le XXème arrondissement de Paris, le cimetière peut se vanter d’être le plus grand cimetière de Paris intra muros, et d’avoir une grande notoriété dans le monde entier. Cette réputation s’explique notamment par le fait qu’une multitude de personnes célèbres y sont enterrées. Aussi appelé le « cimetière de l’Est », le cimetière Père Lachaise possède un terrain qui s’étend sur pas moins de 43 hectares, et compte plus de 3 millions de visiteurs venus du monde chaque année. 

Sous la gestion de la Mairie de Paris, le cimetière Père Lachaise apparaît dans la ville comme bien plus qu’un cimetière, il possède aussi les qualités d’un parc et d’un jardin. D’après le site officiel du cimetière Père Lachaise ce dernier totalise 70 000 concessions funéraires. Parmi les plus grands artistes, hommes d’État, militaires, historiens, musiciens et chanteurs tels que Edith Piaf, Molière, Balzac, Marcel Proust, ou encore Jean de la Fontaine. 

Afin de faire une analyse correcte du cimetière, l’une des questions qui à encadrer notre cours était celle de la maintenance. C’est pour cela que j’ai décidé de porter mon analyse sur : la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations dans le cimetière Père Lachaise.

Il s’agit là d’une analyse d’un des aspects esthétique qui est très présent dans le cimetière. Cet aspect du cimetière s’est directement démarqué pour moi déjà lors de ma première visite.

A partir de cet aspect là du cimetière, nous pouvons voir comment l’entretien du cimetière à travers ses fleurs, ses arbres, et ses plantations est en réalité une responsabilité qui n’appartient pas à un seul partis. 

Mon positionnent sur le cimetière: 

L’observation du site s’est faite pour ma part lors des trois visites au cimetière Père Lachaise dans le cadre de notre cours d’Atelier d’écriture. Mon analyse de l’endroit ainsi que mes recherches se sont faites progressivement. 

En effet, lors de notre première visite ma venue s’est faite dans l’optique de découvrir le cimetière, un endroit qui m’était jusque-là inconnu. C’est pourquoi j’ai décidé de me concentrer sur l’observation, en me promenant à l’inconnu parmi les nombreuses allées du cimetière. En me servant du plan du cimetière que j’ai reçu lors de notre cours, j’ai pu faire une première analyse de l’endroit. Le cimetière est bâtit de cinq portes bien desservis :

  • Porte Principale (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Père Lachaise et bus (61-69) 

  • Porte des Amandiers (accessible seulement au piétons) / Bus 61-69

  • Porte du Repos (accessible aux piétons également) / Métro Philippe Auguste 

  • Porte de la Réunion (accessible aux piétons seulement) / Bus 76

  • Porte Gambetta (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Gambetta et bus 26-60-61-64-69-102

Compte tenu les étapes de mon étude, mes recherches se sont faites directement sur le terrain. Je me suis beaucoup promené à l’intérieur du cimetière afin de pouvoir révéler ma vision du cimetière. De longues matinée à contempler les architectures et les décors du cimetière. 

Le récit de mes découvertes :

Commence ici le récit de mes découvertes. Le 25 octobre 2022 à neuf heures, je me rends pour la première fois au cimetière Père Lachaise. Approchant par la Porte du Repos, l’entrée était tellement discrète que j’étais sur le point de la manquer. Arrivée dans le cimetière se présenta tout de suite à moi plusieurs chemins possibles. En arrivant, je ne savais pas laquelle de ses facettes allait le plus m’inspirer. En empruntant la première voie de droite, je découvre un rassemblement de tombes sans fin qui s’étale devant moi. Les chemins à emprunter étaient de plus en plus flou, il fallait alors créer sa propres routes entre les tombeaux. 

En progressant dans ma promenade je me rendis compte que la présence des fleurs, et des plantations dans le cimetière fût l’aspect qui m’inspira le plus. Le cimetière Père Lachaise constitue le plus grand espace vert de Paris intra muros, il regroupe 4 000 arbres et 80 essences différentes. Le cimetière se présente à nous tel un véritable parc qui laisse la nature s’épanouir dans son espace. D’ailleurs depuis 2015, le cimetière à banni l’utilisation des produits phytosanitaires, ce qui permet à la nature de s’éclore.

Lors de cette première visite, j’ai pu commencer à prendre quelques photos des éléments qui m’ont attiré l’œil. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : DRAMÉ Maryam

Voici deux photos que j’ai prises en me baladant dans le cimetière lors de ma première visite. Pas loin de cet emplacement, j’ai pu interroger une passante et lui demander qu’elle était la raison de sa venue au cimetière en ce jour. Cette jeune femme répondis très gentiment en disant être venue au cimetière pour voir les couleurs d’automne ainsi qu’apprécier l’odeur de forêt.

Cette réponse m’a mieux fait réaliser le fait que le Père Lachaise est bien plus qu’un cimetière. En effet, il s’agit aussi d’un lieu qui offre un véritable paysage panoramique à ses visiteurs. Ces deux photos nous le montrent bien, les couleurs de l’automne sont bien visibles dans le cimetière. Nous pouvoir voir que les arbres changent progressivement et se parent de leurs couleurs rouges, orangées, et jaunes. Les feuilles se détachent alors des arbres et recouvrent le sol d’un tapis feuillus. Un paysage magnifique digne d’un véritable tableau s’est offert à moi.  

Toujours lors de cette première visite, j’ai pu en savoir plus sur la maintenance des plantations et notamment des arbres. Il devait déjà être dans les alentours de onze heures, et ma première visite au cimetière touchait à sa fin. Cependant, c’est avec deux de mes camarades que j’ai fait la rencontre de quatre cantonniers qui travaillaient dans le cimetière. Nous avons eu l’occasion de discuter avec eux pendant une trentaine de minutes. Durant cette entrevue, ils ont répondu à toutes nos interrogations autour du cimetière notamment autour de la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations. Selon eux, le cimetière est vraiment le poumons vert à l’intérieur de Paris, c’est pourquoi il est important que les visiteurs puissent apprécier leur visite à travers cela. 

L’équipe du cimetière qui entretient les lieux est active quotidiennement, soit 365 jours par année et sept jours sur sept.

Les cantonniers sont employés par la Mairie de Paris et non par le cimetière lui-même. L’équipe de cantonniers que nous avions rencontré est chargée de plusieurs espaces dans plusieurs lieux tels que Belleville, ou encore La Villette. Ils sont en tout une équipe de 19, cependant ils considèrent que ce n’est pas suffisant, il faudrait engager plus de personnes compte-tenu de la quantité de travail.

Ils nous racontent aussi qu’il est important de comprendre que vis à vis de leur travail, tout le monde est traité à la même enseigne dans le cimetière. C’est-à-dire qu’ils ne doivent pas s’occuper d’une tombe plus qu’une autre. Travaillant pour la ville de Paris, il est de leur responsabilité de faire leur travail de manière égale. 

Lors de notre discussion, ils se chargeaient de ramasser les feuilles d’automne qui couvraient le sol. Selon eux, il s’agissait d’un jour de travail « tranquille », d’où la raison de notre longue discussion. Chargés de réunir et de ramasser les feuilles, ils nous expliquent qu’elles sont récupérées par la société française de services SAMSIC. Cependant, il n’est pas de leur responsabilité de nettoyer les tombes ainsi que les feuilles qui se trouvent sur les côtés des tombes. C’est pourquoi il y a dans le cimetière des tombeaux plus propres que d’autres, il s’agit des proches des familles qui s’en occupent. 

“Le 8 novembre 2022 à neuf heures, j’arrive une nouvelle fois par la Porte du Repos au cimetière Père Lachaise. Voici quelques photos que j’ai prises lors de ma navigation dans le cimetière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Nous pouvons apercevoir sur cette photo une magnifique composition de fleurs qui laisse paraître les couleurs de l’automne. Les proches des défunts sont chargés d’une grande partie de l’entretien des tombes. Nous pouvons voir que de grandes dispositions ont été prises ici afin de rendre le décor agréable. Les fleurs sont visibles de loins, attirent l’oeil des passants, et marquent le paysage de leur magnifique touche de couleur.

 

Crédit photo : Dramé Maryam

En continuant ma visite j’ai pu faire la découverte de cette somptueuse lignée de fleurs. Ce chemin de fleurs colorés placés devant des tombeaux attire lui aussi l’œil des visiteurs. Je me souviens avoir été impressionné lorsque mon regard s’est posé dessus. Les compositions florales de ce type m’ont permis de comprendre pourquoi certains visiteurs considèrent ce lieu comme un parc. 

Les cantonniers travaillant au parc nous ont parlé de cet aspect de parc qui s’émanait du cimetière. Selon eux, il est bien que les visiteurs puissent apprécier les paysages qu’offrent le lieu, cependant il ne faut pas oublier le fait que ça reste un cimetière. En effet, l’un des cantonniers nous racontait qu’il avait déjà aperçu une personne faire son footing dans le cimetière. Une attitude qui selon lui est un manque de respect vis-à-vis du lieu. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici quelques photos qui montrent bien que les bouquets de fleurs sont ajoutés par les proches des défunts. Ces derniers prennent en charge l’entretien des tombeaux à leur manière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici une photo que j’avais prise le 29 novembre 2022, lors de ma troisième et dernière visite au Père Lachaise. J’ai personnellement une préférence particulière pour cette photo. En effet, je pense qu’à travers cette seule et unique photo nous pouvons voir toute la profondeur et toute l’étendue de la superficie du lieu. Les couleurs d’automne scintillent dans l’horizon en venant couper le souffle des visiteurs. 

Lecture d’un poème représentant bien le paysage du cimetière :

L’automne 

« On voit tout le temps, en automne 

Quelque chose qui vous étonne, 

C’est une branche tout à coup, 

Qui s’effeuille dans votre cou ; 

C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encore,

Et puis partout, ces feuilles d’or

Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison, 

Mais la nuit si tôt va descendre ! 

Retournons vite à la maison Rôtir nos marrons dans la cendre. »

Lucie Delarue-Mardrus

 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

J’ai pu découvrir pendant mes visites au cimetière que les visiteurs jouaient un très grand rôle dans la maintenance des plantations et des fleurs dans le cimetière. Les visiteurs sont un des acteurs majeurs de cette maintenance, et cela s’exprime tous les jours dans la vie du cimetière. Lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu apercevoir une visiteuse qui arrosait d’elle même les plantes dans le cimetière. Cette dame était venue avec son propre arrosoir pour redonner une vivacité d’oxygène au poumon vert de Paris. 

Sur les deux photos présentes ci-dessus, j’ai voulu mettre une nouvelle fois en évidence l’aspect des services publics. En me dirigeant vers la sortie lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu entrevoir des agents de la Mairie de Paris planter de la végétation vers une des portes du cimetière. En voyant ces agents travailler j’ai pu réaliser que la Mairie de Paris continue d’être active dans l’initiation de nouvelles plantations dans le cimetière.    

L’épilogue de mes recherches : 

C’est ici que s’achève le récit des mes découvertes au sein du cimetière Père Lachaise. En plus de mes observations directes sur les lieux, d’autres moyens m’ont permis d’en savoir plus sur le sujet. Afin de mener à bien mes recherches sur le cimetière, j’ai pu compter sur la présence du site officiel du Père Lachaise qui regorge d’une bibliothèque d’informations sur le lieu. De plus, le site officiel de l’ONF (l’Office National des Forêt) à aussi été une ressource utile pour moi. 

À la suite des découvertes que j’ai pu faire en travaillant sur le cimetière Père Lachaise, j’ai pu percer à jour une autre facette du lieu. Ce qui m’a marqué dans cette analyse du cimetière est que cet aspect de parc est omniprésent dans l’espace. Le cimetière dispose d’une énorme  superficie qui permet aux visiteurs d’apprécier les paysages qu’il nous offre. Cette immense étendue est un point majeur dans la vision que les visiteurs portent sur le cimetière. En effet, entendre certaines personnes considérer ce lieu comme un parc avant tout m’a encouragé à en découvrir les causes. Le cimetière dispose d’une flore incroyable qui permet au visiteur de progresser dans un splendide environnement. 

Le Père Lachaise est paré de multiples propositions de fleurs et de plantation. Selon moi, ce thème m’a inspiré car il s’agit de l’aspect qui à rendu ma visite agréable.

À la suite de mon analyse je n’imagine pas le cimetière Père Lachaise sans son aspect végétal. Le Père Lachaise est bien le poumon vert de Paris, c’est pourquoi il est nécessaire de mettre en valeur cet aspect. Je me pose la question d’un développement de cet aspect au sein du cimetière. Comment la Mairie de Paris pourrait-elle améliorer les décors qu’offrent le cimetière ?

Selon moi, exploiter ce caractère panoramique du cimetière pourrait permettre aux visiteurs d’apprécier l’endroit encore plus.  

 

DRAMÉ Maryam

Expérience des diversités à Sao Paulo

Dans le cadre de notre voyage de classe organisé par l’IFP à Sao Paulo, il nous a été demandé de produire un article sur un sujet concernant cette ville. C’est pourquoi, nous essaierons ici de rendre compte, du point de vue d’élèves Parisiens de Master 2 ayant fait l’expérience, au cours d’une petite semaine, d’un aspect de la plus grande ville du cinquième plus grand pays du monde. 

Nous nous servirons pour cela de ce court laps de temps comme d’une analyse de terrain, le but étant aussi de transmettre notre ressenti. Nous travaillerons en deux temps: en donnant d’abord un aperçu de la mixité urbanistique et sociale, avant de nous attarder sur la diversité culturelle. 

Mixité urbanistique et sociale

La ville de Paris est un exemple particulièrement marquant d’unité urbanistique et architecturale, marquée par les fameux immeubles haussmanniens. Des façades presque identiques dans une grande partie de la ville, des immeubles de 6 étages maximum, voilà ce qui compose Paris. Il faut se rapprocher du périphérique, dans des quartiers plus nouveaux pour prendre de la hauteur et commencer à voir une diversité dans les bâtiments. Nos yeux sont habitués à l’homogénéité de cette ville que nous habitons depuis plusieurs années. 

Rien de tel à Sao Paulo. D’immenses gratte-ciel vitrés côtoient des buildings de plusieurs dizaines d’étages de style Art Deco ou encore d’anciens bâtiments coloniaux, des bâtiments complètement délabrés voire à l’abandon à côté de toutes nouvelles constructions, il ne semble y avoir aucune règle régissant le développement urbain de la ville. Voilà notre première impression en sortant de l’aéroport. La deuxième surprise pour nos yeux de parisien-ne-s est l’étalement urbain de la ville. Si à Paris il est aisé de voir l’horizon (parce que les bâtiments sont bas mais aussi parce que la métropole du Grand Paris fait presque la moitié de celle de Sao Paulo), Sao Paulo semble s’étendre à perte de vue. Un passage en haut du Farol Santander permet de prendre conscience de cette immensité, mais aussi de découvrir la ville d’un autre point de vue. Élément marquant là aussi, mais sans aucun doute représentatif encore une fois de cette ville diverse : du haut des 35 étages de la tour, on remarque de nombreux héliports sur les toits des bâtiments alentour. Ce qui semble alors complètement anormal pour nous est en fait totalement justifié pour une (petite) partie des Paulistes. La ville et sa métropole étant tellement étalées et la circulation toujours tellement encombrée, il n’est pas rare pour certaines personnes de se déplacer en hélicoptère. Un contraste fort avec la pauvreté omniprésente dans la rue. 

Vue de Sao Paulo depuis Farol Santander

Vue de la ville de Sao Paulo depuis le haut de la tour Farol Santander

Mais l’espace urbain de Sao Paulo ne se restreint pas aux constructions, et la nature est elle aussi très présente dans la ville. Quelques parcs composent la ville, comme le parc Ibirapuera d’1,58 km2 en plein cœur de la ville, mais c’est surtout la végétation qui rencontre les constructions qui est surprenante. En effet, nous avons été marqués par la grande présence d’arbres et de plantes disséminés dans la ville et la rendant dans une certaine mesure agréable à arpenter. En discutant de ces nombreuses différences et étonnements avec des habitants de Sao Paulo, nous avons aussi pu nous rendre compte que ce qui nous semble être un point (très) positif, ici la présence de végétation, est perçu par elles et eux comme un point à améliorer puisqu’ils espéraient une ville encore plus verte. 

Cette photo malheureusement très connue illustrant les inégalités sociales mais aussi la cohabitation de deux mondes était dans tous les esprits lors de ce voyage ; et sans doute encore plus à notre retour en repensant à ce que nous avons pu vivre et découvrir. 

Nous avons pu notamment en faire l’expérience lorsqu’un après-midi nous avons souhaité nous rendre dans le quartier de la cathédrale. Proche du centre historique que nous avions déjà visité, et avec en tête l’idée d’un quartier touristique et vivant, nous nous sommes retrouvés dans des rues sales, densément occupées par des personnes et familles vivant dans la rue. Idem pour nous rendre dans les bureaux de la Folha de S.Paulo, où une fois la nuit tombée il est proscrit de se déplacer à pieds à cause de la violence du quartier et des risques que l’on prendrait. Ces deux moments sont les seuls où nous avons réellement été confrontés à la pauvreté de la ville et de ses habitants, notre posture de touristes nous ayant maintenue dans les “meilleurs” quartiers et même si nous avons eu la chance d’échanger avec quelques brésiliens et brésiliennes, ce n’est que par leur discours que nous avons connu la forte diversité sociale de la ville et du pays.

Les quelques jours que nous avons passés dans l’ultra centre-ville nous ont déjà permis de nous rendre compte de cette grande diversité urbanistique. Cette diversité architecturale est le reflet de la diversité culturelle du pays mais aussi de la diversité sociale, où se côtoient grande richesse et extrême pauvreté. De notre point de vue parisien, cette ville paraît alors déroutante dans sa diversité, nous rappelant parfois des paysages européens (hérités de la colonisation) et d’autres fois des panoramas nord-américains.

Bâtiments d’habitation dans le centre de Sao Paulo

Mixité culturelle

Paradoxalement, le dernier volet du métissage, son caractère culturel, est si profondément ancré au cœur de la ville qu’il n’est pas le plus aisé à expérimenter au premier abord. L’énergie qui traverse en permanence cette ville en ferait presque un espace vivant, si bien que l’apparente unité de son mouvement semble a priori masquer l’individualité des éléments qui le composent. Pour un œil qui n’a jamais réellement connu que Paris, un temps d’accommodation est nécessaire avant de saisir ne serait-ce qu’un peu le degré de métissage culturel. J’essaierai donc de donner quelques exemples pour rendre compte de la multiscalarité de ce métissage que m’ont apporté ces jours à Sao Paulo. 

J’aimerais tout d’abord évoquer une expérience très immédiate par rapport à notre arrivée sur le sol brésilien, certainement très anecdotique, mais qui nous a donné un aperçu de la diversité culturelle : le premier déjeuner. C’était un buffet sur lequel étaient servis des plats caractéristiques de nombreux pays et bien plus recherchée qu’une carte composée de plats reprenant les fast-foods les plus répandus. Il faut ajouter que la clientèle correspondait à des profils de types : femmes et hommes d’affaires, groupe de jeunes apparemment aisés aux vues des logos sur leurs vêtements, de leur attitude et de leur smartphone, des familles venues célébrer un évènement. Apparemment, un lieu prisé par les locaux. Enfin, nous avons par la suite été amenés à constater des configurations similaires ailleurs. Amusant donc, de constater que cette profusion culturelle était observable plus tard, comme pour illustrer les présages de cette anecdote. 

La seconde illustration du métissage est l’ampleur de la diaspora japonaise, à l’échelle du pays, elle est de l’ordre d’un million et demi de personnes dont près de cinq cents mille dans le quartier de Libertade à Sao Paulo, où se trouve la plus grande communauté japonaise du monde. Outre cette importante population et les éléments caractéristiques que l’on retrouve au sein de ce quartier, un détail récurrent montre l’ancrage de la culture japonaise. Nous avons constaté que sur les innombrables étales disséminées partout dans la ville, vendant des bracelets tressés et autres bibelots destinés aux touristes, l’un des objets le plus représenté était un bob portant le nuage de l’Akatsuki, un symbole bien connu des adeptes du manga. Effectivement, il est clair qu’il existe des lecteurs aux quatre coins du globe, et que cette tendance attire de plus en plus d’amateurs, cependant, le fait qu’un objet devienne à ce point récurrent dans le paysage urbain, et se tienne à proximité de produits « stéréotypiques », participe à l’impression du métissage culturelle plutôt que d’une manoeuvre de ciblage de clientèle. 

Enfin, le dernier exemple n’est pas véritablement visible en quelques jours dans la ville, mais nous l’avons appris sur place. Il s’est menée au Brésil une politique de « blanchissement » ayant la volonté d’homogénéiser la couleur de peau de la population et dont l’un des arguments reposait sur l’idée que le degré de clarté favoriserait la hiérarchisation sociale. Si le fondement de cette démarche semble appartenir à une époque largement révolue, il faut aussi considérer que le gouvernement prend en charge les recensements, il est donc  responsable de la classification. 61,8 % de la population est donc estimée « blanche » en fonction de sa teinte. Alors que généralement, un blanc y a des ascendants d’autres couleurs. Cela illustre deux choses, la première est l’obstination à vouloir « blanchir » la population, elle s’étend jusqu’à amalgamer couleur et origine ethnique. La seconde est que le métissage est si présent qu’il est comme dilué et se manifeste dans des éléments du quotidien mais également au sein des individualités. Aussi, cela semble se corréler avec l’actuelle profonde crise identitaire qui se manifeste au Brésil, un sujet traité par le principal journal du pays : Folha de Sao Paulo. Cette crise serait le résultat d’une histoire fractionnée, marquée par la violence de la colonisation mais aussi par une abondance de culture. Il semble, d’après les habitants, qu’il n’y a pas réellement d’identité brésilienne. 

 

Louise Bothé & Rémi Le Guillou

Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possède un passé historique d’envergure.

Situation géographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la côte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derrière ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pêche à faible population. Le territoire urbain était alors restreint et la vie économique se développait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos Remédios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la découverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brésilien à proximité de Paraty) fait de Paraty une plateforme économique stratégique. Il existait un “chemin de l’or” (en brésilien Caminho de Ouro) où toute la marchandise était ramenée dans le centre-ville afin d’être vendue.  Pendant près de deux siècles, le petit port de pêche a pris des allures de port de commerce où des cargaisons entières partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siècle, l’esclavage est à son apogée au Brésil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes étaient rapatriés sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes à sucre. Les esclaves étaient alors achetés par échange de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes à sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spécialités de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvrières.

Lorsque nous flânons dans les rues, il est aisé de deviner l’atmosphère qui régnait à l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le même style, les rues sont pavées de pierres sans doutes placées par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activité s’est développée autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux étaient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espérant piller des richesses. Ce manque de sécurité et l’accroissement de la violence ont obligé les autorités à fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a été totalement délaissée par les colons et s’est tournée uniquement vers la production de cachaça et de café.

 

Le tourisme à Paraty

Après une forte activité à l’époque coloniale, la ville de Paraty a été délaissé pendant quelques années jusqu’à ce qu’elle soit (re)découverte dans les années 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le développement de deux routes majeures ont grandement participé à augmenter l’activité touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et à Rio (1973) a fortement accru le tourisme à Paraty. Cette deuxième route longe tout le littoral et peut aussi être empruntée depuis Sao Paulo. Paraty a pu profité de cette situation géographique pour recevoir des touristes relativement aisés étant donné que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du Brésil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant à Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activité à Paraty pendant plusieurs années, la ville est particulièrement bien préservée et permet un saut dans le passé. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestières alentours sont d’ailleurs entrés au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavés, ses grandes maisons blanches aux portes et fenêtres longues et colorées, sa végétation, les touts petits bateaux bariolés du port : le cadre parfait pour faire de très belles photos, ce qui est d’autant plus apprécié par les touristes au temps des réseaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs très rapidement, Paraty est apprécié pour ses excursions alentour. Seule une plage est présente dans le centre-ville, mais les habitués privilégieront des zones un peu plus éloignées et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade à 35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons opté durant ce voyage : un tour en bateau avec différentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-même est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a été expliqué sur place et que l’on trouve à Paraty une cachaça particulière, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un écrivain brésilien qui a écrit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes très jolies, les rues de Paraty présentent malgré tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inégal des ruelles avec ses pavés de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’appréciation totale de la visite du centre historique. La difficulté de marcher sur les pavés de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beauté des édifices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. Néanmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue à un acte écologique considérable. Le système de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liées à la marée montante ou aux averses l’eau puisse être nettoyée avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty présente de nombreux ateliers, café artisanal, galerie d’art, créateurs de bijoux et vêtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particulièrement marqué. La découverte des îles de Paraty par bateau est certainement l’expérience la plus belle que nous ayons vécu. Accessible à tous, de nombreux bateaux colorés proposent des services de visites touristiques dans ces eaux océaniques. Des escales sur plusieurs îles, une navigation autour de forêts   sauvages, la découverte d’une flore tropicale : prendre une journée pour faire du bateau a été la meilleure façon d’apprécier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

Néanmoins, l’expérience est sûrement peu écologique dans l’utilisation de bateaux à moteurs sur des îles aussi belles et très touristiques. En pleine saison d’été, et avec un tourisme de masse, la saveur de la découverte doit être bien moins forte. La végétation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurosité sont pour autant les choses qui nous ont le plus marqués dans cette ville si apaisante face à la densité des grandes villes du Brésil. Une expérience que nous recommandons !

co-écrit par Adèle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par Danièle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search