Second Life : Est-ce une plateforme qui permet de lutter contre l’exclusion sociale ?

” Second Life ” est une plateforme en ligne qui permet aux utilisateurs de créer des avatars personnalisés et d’explorer des mondes virtuels en 3D. Les utilisateurs présents dans ce monde virtuel peuvent interagir entre eux, créer, acheter et vendre des biens, participer à des activités diverses et s’engager dans une variété d’expériences virtuelles.

” Second Life ” peut être différencié des autres plateformes virtuelles ou jeux vidéo en ligne car dedans il n’y a pas de but précis, le phénomène de progression de l’avatar est absent. L’Univers de “Second life” est entièrement personnalisable puisque  les utilisateurs ont une certaine liberté de création et d’appropriation des biens qu’ils possèdent.

” Second Life ” offre la possibilité à l’utilisateur de totalement se réinventer, si on le veut à l’extrême et cela peut nous permettre de devenir la personne qu’on aurait peut-être voulu être dans le monde réel, que l’on contrôle simplement avec un clavier et une souris, bien loin des contraintes du monde réel.

Pourquoi parler de la question de l’exclusion social ?

Dans cet article nous parlerons de l’exclusion social qui fait référence à l’isolement d’individus ou de groupes de la société, les empêchant de participer pleinement à la vie collectif. L’exclusion social peut être dus à divers facteurs qui peuvent être la pauvreté, la discrimination de genre et de race. Elle a des implications négatives pour le bien être individuel et la cohésion sociale dans une société.

” Second Life ” peut contribuer à atténuer l’exclusion social par dans un premier temps l’inclusion virtuelle. Comme a été expliqué ci-dessus ” Second Life” est une plateforme numérique en ligne qui permet aux utilisateurs du monde entier de se réunir. Cela signifie que les personnes qui en raison de barrière géographique par exemple ou mobilité réduite, peuvent participer activement à la vie sociale. Autre point important, certains utilisateurs cherchent la performance au sein des jeux au quel il joue. Dans ” Second Life ” il y a plus l’aspect relationnel qui nous est mis au premier plan. A travers Second Life le virtuel et le réel peuvent être lié avec comme exemple des évènements comme la Saint Patrick (fête en Irlande) qui se passe aussi sur ” Second Life “.

Nous pouvons aussi parler du concept de Création d’identité personnalisée : Dans ” Second Life “, les utilisateurs créent des avatars personnalisés qui représentent leur image virtuelle. Cela va offrir la possibilité aux individus de s’exprimer librement, sans crainte de discrimination en fonction par exemple de leur apparence physique, de la race, le sexe etc..

D’après un témoignage de Nicole (personne en obésité), utilisatrice de ” Second Life ” depuis 2015, ce monde virtuel lui a permis d’oublier en quelques sorte son obésité. Nicole était complexé à l’idée d’aller dans des magasins en raison de son poids alors qu’elle aimait beaucoup les vêtements. Avec ” Second Life ” elle peut aller dans pleins de boutique de shopping, pour habiller comme elle le souhaitent son avatar « elle ».

Par ailleurs nous pouvons aussi parler la communauté en ligne : Dans ” Second Life “, les utilisateurs peuvent se regrouper autour d’intérêt communs qu’il s’agisse de loisirs ou d’activités professionnelles. Cela peut permettre aux personnes qui se sentent isolés dans le monde réel de trouver des amis et du soutien. Le territoire de ” Second Life ” peut être vu comme un développeur de relation car grâce à une carte ” map ” où il y a le plus d’utilisateur connectés. Il suffit par exemple de voir pleins de points verts pour comprendre par exemple qu’il y a un évènement. Ainsi les utilisateurs en recherchent de relation se ruent vers ces points, ce qui leur permettra de faire la rencontre d’autres utilisateurs. Des études nous montrent que la plupart des utilisateurs de Second Life non pas des expériences solitaires mais plus collectifs, ou il y a une forme de sociabilité et ceux qui se disent être là pour une expérience solitaire, s’ils ils peuvent être vus seuls par exemple sur une île, rien ne nous garantis qu’il ne communique pas via messages privés avec d’autres personnes.

Pour faire un parallèle là-dessus nous pouvons dire que la plupart des utilisateurs de Second Life sont enclins à faire des rencontres.

Dans ” Second Life ” les croyances de la société civile s’exportent particulièrement bien, notamment les religions. C’est pour cela qu’il y a une volonté de la part de certains utilisateurs “d’évangéliser” cet univers. Ce qui peut être dangereux du faite que la religion sois un point de controverse dans certaines sociétés.

Benjamin Faust (pasteur dans la vie réel) en explorant l’univers de ” Second Life ” à remarquer qu’il n’y avait pas d’église chrétienne active donc il a décidé d’en créer une. Cela a permis à certains utilisateurs de parler de religion et de se confier à lui sur certains points personnels de leur vie.

Le dernier point serait l’accès à l’éducation et à la formation. ” Second Life ” est également utilisé pour des activités éducatives et à la formation. Cela reste précieux pour les personnes qui ne peuvent pas fréquenter des établissements d’enseignement en personne en raison de contraintes tels que le handicap, ou problèmes financiers.

D’après le témoignage ” d’Alice Krieger ” une utilisatrice qui nous affirme que pour elle ” Second Life ” est une part entière de sa vie. C’est pour elle un moyen de communiquer avec ses amies. Elle a de plus en plus de mal à sortir du faites qu’elle souffre de sclérose en plaque. Dans ” Second Life ” elle se rend souvent sur un campus virtuel d’une école de soins infirmiers. A cet endroit elle retrouve des professionnels de la santé ainsi que des gens en situation d’handicap. Dans ce monde ” Alice Krieger ” peut se rendre partout alors que dans le monde réel le déplacement est plus compliqué en raison de son handicap. Elle peut continuer à rester en contact avec les personnes qu’elles désirent ce qui est important pour elle.

Ce témoignage nous montre que ” Second Life ” peut permettre de lutter contre l’exclusion social et que l’avatar octroie un degré de liberté que certains ne peuvent pas avoir.

En résume, ” Second Life ” offre un espace ou l’individus peuvent échapper aux limites de leur réalité quotidienne, créer des liens, s’exprimer librement et trouver du réconfort ou soutien.

Ces aspects de la plateforme permettent entre guillemet de contribuer à réduire l’exclusion social en offrant des opportunités de sociabilisation.

Maintenant la question qu’on pourrait se poser serait ” Est-ce que les relations qui sont créés au sein des mondes virtuels  peuvent-elles-aller au-delà de la plateforme et continuer dans le monde physique? “. Certains voient de la sociabilité et d’autres disent que ” Second Life ” n’est pas entre guillemet un monde où on parlera de choses intimes, avec des conversations vivantes, et donc que le pourcentage d’amitiés profondes qui pourraient se développer serait bas.

Yanis Criosi-Zecler

 


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Les monnaies virtuelles dans les mondes virtuels parviennent à attirer les joueurs—-Second Life

Le chapitre 5 de « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life » de Jean-François Lucas explore le concept du « régime de l’immersion sociale ».

L’auteur examine comment les individus s’immergent profondément dans les mondes virtuels, en se concentrant spécifiquement sur les villes créées dans Second Life. Il montre comment cette immersion va au-delà de la simple expérience pour devenir une forme d’habitation virtuelle. L’auteur souligne que les résidents de ces villes virtuelles participent activement à la vie sociale et culturelle de ces environnements. Par exemple, La ville digitale développe sa propre programmation culturelle, elle est également particulièrement représentative des fêtes et événements qui sont liés à son identité. Les événements réguliers et les événements spéciaux donnent de la vie à cette ville. Cependant, les événements spéciaux sont rares, et la programmation culturelle se compose souvent d’événements répétitifs. Par conséquent, les attentes des utilisateurs sont généralement limitées.

L’auteur présente des vecteurs qui affectent les non-publics : Vecteur sonore, Vecteur police, Vecteur média, Vecteur circulation, Vecteur cohabitation. À l’exception du vecteur circulation, les autres vecteurs ont peu d’impact sur les débordements dans le monde virtuel. Dans un environnement digital, ces vecteurs ne se dispersent pas comme ils peuvent le faire dans le monde physique. L’environnement numérique empêche tous les débordements et les communications possibles.

De plus, s’échapper du monde virtuel est plus facile que de s’échapper du monde réel, l’utilisateur qui ne souhaite pas être affecté peut éviter les contaminations en se déconnectant du territoire spécifique.

L’auteur explique aussi la carte. Les utilisateurs peuvent faire beaucoup de choses avec la carte : elle modifie la manière entre les utilisateurs, la manière dont ils établissent des liens ; Elle permet à chaque avatar d’identifier la position par un point vert ; Elle affiche les événements en cours qui permet aux avatars d’organiser son activité, spatialement et temporellement. Grâce à la carte, on n’a pas de limites spatiale et temporelle, donc on est capacité d’aller immédiatement d’événement en quelques secondes. Cependant, cela comporte également des inconvénients. Contrairement au monde réel, le monde virtuel, en raison de l’absence de contraintes temporelles et spatiales, manque du coût en temps. Par conséquent, le sentiment d’attente presque disparu. Donc dans le monde virtuel, il n’existe plus l’attente des événements spéciaux, mais plutôt une attente convenable.

Les événements est un médiateur de l’interaction sociale puisqu’il modifie les rapports entre les personnes présentes. Dans les jeux multijoueurs, l’importance des facteurs sociaux fait que l’importance de l’expérience commune dépasse le jeu lui-même, tout comme Second Life est rapidement devenu ce que les concepteurs appellent une “plateforme sociale”. Un point crucial est que ces plateformes ont tendance à transformer le jeu lui-même en un élément constitutif d’une expérience communautaire plus vaste.

Après avoir lu l’article de Jean-François Lucas, je me suis demandé pourquoi ce jeu était si populaire. Bien que je n’aie pas encore joué à ce jeu, j’ai parcouru de nombreux commentaires de joueurs sur les réseaux sociaux chinois. J’ai découvert qu’il s’agit d’un jeu addictif pour de nombreuses personnes, en grande partie grâce à l’existence d’une monnaie virtuelle dans “Second Life” qui mesure la valeur créative des utilisateurs. Cela signifie que plus de temps un utilisateur investit, plus il est susceptible de générer des revenus dans le monde virtuel, procurant ainsi une satisfaction et une expérience immersive aux joueurs. Cela ne fait aucun doute que cela peut stimuler l’esprit entrepreneurial des joueurs, les incitant à consacrer plus de temps et d’efforts pour exprimer leur créativité et développer un monde virtuel plus vaste. À mesure que le monde virtuel devient plus riche, il attire également un nombre croissant de joueurs.

Effectivement, la présence d’une monnaie virtuelle dans Second Life a donné naissance à un véritable écosystème économique virtuel. Tout ce que les joueurs créent peut-être vendu, ce qui a conduit à un marché économique virtuel florissant au sein de cette société virtuelle. La présence d’un système économique virtuel bien établi dans “Second Life” renforce la capacité à protéger la valeur créative des utilisateurs, ce qui constitue un facteur clé qui attire les joueurs vers ce jeu. Cet écosystème économique virtuel apporte une dimension supplémentaire au jeu, offrant aux joueurs la possibilité de non seulement créer, mais aussi de commercer et de prospérer dans un monde virtuel dynamique. C’est également une raison importante qui incite les gens à aimer ce jeu.

Bien sûr, l’article mentionne également les inconvénients qui affectent l’expérience immersive des utilisateurs. L’absence de nouveauté due à des activités répétitives peut entraîner une perte d’anticipation, car l’incertitude est une caractéristique inhérente à la vie, apportant des changements et des surprises. Il peut être difficile de considérer certaines des activités récurrentes de Second Life comme de véritables événements, car elles manquent de surprises. De plus, la possibilité de voler dans le jeu et de passer instantanément d’une île à une autre peut réduire le sentiment de réalisme.

Il est important de noter que le développement du monde virtuel a eu un impact sur la société, créant ainsi un nouveau système économique à travers l’internet. Le respect de la créativité humaine illimitée, la protection des droits de propriété des objets virtuels, un système équitable de conversion entre monnaie virtuelle et monnaie réelle, ainsi que la création d’un système économique centré sur la production et le commerce d’objets virtuels, semblent être une tendance inévitable pour le futur développement du monde virtuel. La prospérité de l’économie virtuelle peut à son tour avoir des conséquences sur la société, notamment en ce qui concerne l’inflation de la monnaie virtuelle, susceptible de perturber l’ordre financier national. Avec la rapide croissance de l’économie du monde virtuel, il est essentiel de mettre en place des réglementations légales appropriées pour superviser les activités économiques dans ce monde virtuel et orienter leur développement correct.

Au cours des dernières années, avec l’émergence croissante du métaverse en tant que sujet populaire, les criminels en ligne ont également trouvé des moyens d’exploiter le monde virtuel pour des activités criminelles illégales. Parmi celles-ci, on peut citer le harcèlement en ligne, la fraude sur Internet, le blanchiment d’argent, le vol d’identité, l’infection par des logiciels malveillants, et bien d’autres. Les activités illégales et criminelles dans le domaine de l’économie du monde virtuel doivent être sévèrement réprimées pour établir un ordre économique virtuel normal.

En résumé, avec la prospérité croissante du monde virtuel, un système économique virtuel mondial est inévitablement en train de se mettre en place, et il aura un impact de plus en plus important sur les systèmes économiques de la société.

[1] Jean-François Lucas. De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life. Sociologie. Université Rennes 2, 2013. Français. NNT : 2013REN20010 . tel-00949125v3 (page 261-307)

 


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Compte-rendu du mardi 28 mars 2023

En ce mardi 28 mars 2023 au matin, nous partons tôt pour rejoindre la partie sud de l’île Maurice. Une bonne ambiance règne dans le van, puisque c’est l’anniversaire de notre très chère Cassilde. Il n’y a pas trop d’embouteillages, nous roulons en direction de Chamouny, pour y rencontrer Le Vélo Vert, une association de soutien au développement agroécologique.

À notre arrivée, nous faisons connaissance avec son Président & Team Leader, Bruno Dubarry, qui nous présente l’histoire, l’équipe et la raison d’être du Vélo Vert. Fondée en 2014 par Géraldine d’Unienville, l’association naît d’une volonté personnelle : se fournir en produits de qualité et de proximité, à Maurice. À l’origine, la structure se concentre sur la production et la distribution de proximité avec pour objectif la valorisation des petits producteurs. C’est au fil des années qu’elle se spécialise également dans la formation et la sensibilisation à l’agroécologie. Très rapidement, elle est soutenue par des associations à l’international, mais aussi par des aides institutionnelles et des sponsors privés. Son nom, “Vélo Vert”, traduit l’idée de circuits courts (on peut trouver toute la nourriture dont on a besoin à quelques coups de pédale), de proximité avec la nature, la biodiversité.

En 2023, l’équipe du Vélo Vert se compose de deux agronomes, deux fermiers, deux laboureurs, un éleveur, un gardien, un chargé de communication, un secrétaire et un comptable. L’objectif de cette année est de créer une application mobile pour mettre plus facilement en relation les produits issus de l’agroécologie et les consommateurs, qu’ils soient privés ou professionnels (restaurants, chaîne d’hôtels, etc.).

Photo de l'équipe du Vélo Vert
Une partie de l’équipe du Vélo Vert

Une transition agroécologique devenue nécessaire

Les récentes crises internationales (Covid-19 et guerre russo-ukrainienne) ont révélé l’enjeu d’autosuffisance alimentaire auquel doit faire face l’île Maurice. En effet, l’île connaît une forte dépendance économique au monde extérieur. Une réelle préoccupation est donc née parmi la population mauricienne lors de ces crises mondiales : comment allons-nous faire si nous ne sommes pas autonomes ? Parallèlement, les conséquences du réchauffement climatique (montée des eaux, cyclones, sécheresses…) et les questions de santé publique (Maurice a le taux de pesticides le plus important au mètre carré) font également pression pour créer une agriculture plus saine et plus durable.

Face à ces problématiques, l’agroécologie est “la technique du futur”, comme on le lit sur les prospectus délivrés par Le Vélo Vert. “Elle prend soin des écosystèmes qui, à leur tour, récompensent les agripreneurs avec un meilleur rendement et davantage de ressources”. Mais comment l’agroécologie fait-elle cela ? En quoi consiste un projet agroécologique ? Réponse en images de la part du président du Vélo Vert, Bruno Dubarry :

Ainsi, l’agroécologie se différencie des autres modèles agricoles car elle se base sur les opportunités qu’offrent les écosystèmes. Autrement dit, elle s’appuie sur l’environnement existant, du sol notamment, qu’il faut aider dans sa mission de fournir de la nourriture et des moyens naturels de maintenir la productivité et de lutter contre les ravageurs”. Mais alors, quelles différences entre le biologique et l’agroécologie ? Le biologique est une certification qui approuve que la production a été effectuée sans pesticide. Le produit est donc finalement garanti sain mais les techniques utilisées pour y parvenir ne sont pas forcément durables. Au contraire, elles sont parfois industrielles. En agroécologie, les produits peuvent être certifiés biologiques et sont cultivés sur une terre durable.

Comment faire en sorte que l’écosystème soit vertueux ? 

Une phase d’expérimentation est nécessaire pour voir comment le vivant interagit. Le terrain du Vélo Vert est ainsi séparé en plusieurs zones d’expérimentation (compostage, pépinière, maraîchage, etc.). Par exemple, plusieurs techniques de compostage, plus ou moins grandes, sont testées pour voir quelles combinaisons de déchets organiques apportent le plus de rendement ou nécessitent plus ou moins d’eau.

Photo de la zone de compost sur le terrain du Vélo Vert
Zone de compost sur le terrain du Vélo Vert
Photo de la zone d'agroforesterie sur le terrain du Vélo Vert
Zone d’agroforesterie sur le terrain du Vélo Vert

L’élevage “par opportunisme” est également une solution : les poules fermières aideront à entretenir le terrain, tout comme les moutons et chèvres aideront à désherber. À l’inverse, il faut mettre des barrières aux animaux invasifs, qui créeront des dégâts en pillant les fruits (cochons, mangoustes, singes, etc. ).

Photos des moutons et chèvres de la ferme du Vélo Vert
Moutons et chèvres de la ferme du Vélo Vert

L’agroécologie repose donc sur la préparation d’un écosystème dans lequel les plantes se suffisent à elles-mêmes pour prospérer et ce, malgré le dérèglement climatique, puisque le sol, préparé en amont, est censé leur apporter tout ce dont elles ont besoin.

Un défi : convertir à l’agroécologie

Il ne faut pas se leurrer, l’agroécologie est un projet ambitieux. Si nous avons vu que la transition agroécologique devait se faire (par nécessités économique et écologique), encore faut-il qu’elle soit perçue comme telle. En effet, il faut déjà susciter une prise de conscience sur sa nécessité au sein de la population mauricienne. Or, l’agroécologie n’est pas enseignée sur l’île Maurice, très peu de personnes s’y intéressent voire connaissent cette méthode agrologique. C’est pourquoi la phase III du programme EMBEROI (programme d’Expansion en Maraîchage Biologique avec Expertise Régionale Océan Indien,  lancé par Le Vélo Vert en 2016), soutenue par l’Union Européenne, la MCB et le Groupe Eclosia, inclut la création d’une académie en agroécologie, en partenariat avec FAREI, Forma’Terra de La Réunion et le Regional Training Center. L’objectif est de former 125 agripreneurs entre 2021 et 2024.

Description du Projet EMBEROI
Le Projet EMBEROI

Par ailleurs, faire évoluer les pratiques est onéreux : comment convaincre les agriculteurs de changer radicalement leur système de production, et donc de non seulement faire une croix sur leurs revenus le temps de la transition mais aussi d’engager de l’argent dans ce projet ? “Il faut qu’ils voient que ça marche” nous répond Bruno Dubarry. Il y a donc un enjeu de communication crucial. C’est pourquoi Le Vélo Vert, en accord avec la phase 3 du programme EMBEROI, communique les résultats d’expérimentation et sensibilise les publics non-professionnels à l’agroécologie dans tous les médias locaux : articles de presse, reportages télé, rubrique mensuelle dans un hebdomadaire, interviews dans un annuaire de l’agro-industrie… Leur but est de se positionner comme un acteur économique majeur pour montrer aux producteurs qu’il y a une demande. Mais ce n’est que le début : l’objectif du Vélo Vert est d’avoir une centaine d’agriculteurs à leur côté, ils n’en ont pour l’instant qu’une dizaine.

 

Visite de l’hôtel Heritage – Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality :

Après cette visite très enrichissante du Vélo Vert, nous sommes allés à la rencontre du Sustainability Officer et de son équipe de coordinateurs au sein de l’hôtel Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality.

“ At Rogers Hospitality, we nurture innovation and anticipate guest’s expectations (…). We put people at the heart of everything we do. Our vision is to create moments to remember, deliver outstanding experiences and everlasting memories for our guests at all our resorts and outlets”. 

” Chez Rogers Hospitality, nous encourageons l’innovation et anticipons les attentes de nos clients (…). Nous plaçons les personnes au cœur de tout ce que nous faisons. Notre vision est de créer des moments inoubliables, d’offrir des expériences exceptionnelles et des souvenirs impérissables à nos clients dans tous nos centres de villégiature et nos points de vente”.

Fondé en 1982, le Groupe Rogers Hospitality est l’une des trois principales firmes présentes sur le sol mauricien. Parmi ses secteurs d’activité, on retrouve notamment ceux de la finance, de la fine tech, du tourisme et de l’hôtellerie, qui sont particulièrement porteurs à Maurice.

Photographie extraite d’un post promotionnel publié sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all
Photographie extraite d’un post promotionnel publié sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all

En quête d’innovation et afin de s’insérer au mieux dans les enjeux durables et environnementaux actuels, le groupe a lancé depuis peu son “Rogers Hospitality Sustainability Program”. Ce programme a pour but de proposer à sa clientèle touristique une expérience inédite qui se différencie de celles qu’offrent ses concurrents. De fait, si les activités motorisées ont le vent en poupe sur l’île, rendre ce qu’ils appellent les “activités de conservation” attractives constitue un véritable défi. Les activités dites “de conservation” collectivement associées à une charge et à une responsabilité citoyenne plutôt qu’à une activité touristique et de loisir, les équipes de Bel Ombre ont décidé d’aborder le coût écologique engendré par le tourisme de masse en valorisant les impacts que les touristes peuvent avoir individuellement et passivement en résidant dans les complexes hôteliers du Groupe Rogers Hospitality. Faisant ainsi d’un pierre deux coups, ils rappellent subtilement à leur clientèle ce à quoi ils ont pu contribuer lors de leur séjour au moment de rendre les clés de leur chambre. Une bonne manière de planter une graine éco-citoyenne et durable dans l’esprit des consommateurs tout en remerciant les touristes de les avoir choisis pour leurs vacances !

Vue sur le jardin se trouvant sur devant l'accueil de l'hôtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle) 
Vue sur le jardin se trouvant devant l’accueil de l’hôtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle)

Des piliers qui prennent racine dans le monde d’hier pour mieux bâtir celui de demain 

Cette initiative, dont le slogan  “NOW FOR TOMORROW” évoque une vision tournée vers l’avenir et une volonté d’agir pour penser les enjeux de demain, se fonde sur 5 piliers : 

  • Le premier est celui de la transition énergétique. Il se concentre essentiellement sur un objectif bas carbone visant à compenser celui émis par le groupe plutôt qu’à simplement  le réduire. En effet, si l’on sait désormais qu’atteindre la neutralité carbone est un mythe, l’objectif est, pour eux, de réussir à calculer leur production réelle de carbone afin de la compenser honnêtement – notamment en plantant le nombre d’arbres correspondant. Il ne suffit plus de s’auto-proclamer “Carbon Offsetting” aujourd’hui, et ça, le groupe l’a bien compris. 

 

  • Le deuxième est celui de la préservation de la biodiversité et des écosystèmes particulièrement riches de Maurice. Pour ce faire, Rogers Hospitality finance et accompagne les réserves naturelles qui tentent de se développer. De même, le groupe finance désormais une certification assurant à leurs clients que les produits qu’ils consomment ne contiennent pas d’agents nocifs pour leur santé. Cette certification, lancée sous l’égide de la Fondation pour l’Éducation Environnementale, porte le nom de “Greenky” et répond à environ 70 critères sélectionnés chaque année en fonction des enjeux majeurs identifiés. En outre, quelques-uns sont choisis pour être les objectifs annuels majeurs et propulsés en haut de la liste afin d’être identifiés comme les “indispensables” à l’échelle du Groupe dans sa totalité. 

 

  • Le troisième pilier répond à une volonté forte de promouvoir les économies circulaires à Maurice. Pour répondre à cette demande, le Groupe fait appel et soutient des ONG (Organisations Non-Gouvernementales) telles que “Food Wise”. À l’horizon 2023, le Groupe prévoit de miser sur des partenariats avec des ONG pour l’organisation de redistributions – notamment alimentaires. À titre d’exemple, un de leur objectif serait de réussir à récupérer environ 26 millions de piles dans leurs hôtels, ce qui leur permettrait de replanter 27 arbres sur l’île. De même, un de leurs partenaires majeurs est la coopérative Plankton, spécialisée dans le recyclage du verre, que nous évoquerons en détails plus tard. La question du recyclage est ainsi primordiale au sein du Groupe, puisqu’il s’engage à recycler 75% de ses déchets, avec un objectif de 90% pour 2023 dans le cas du plus gros hôtel de l’île – soit celui de Bel Ombre que nous avons eu la chance de visiter. Dans cette même idée, nous avons remarqué le désir de diminuer autant que faire se peut le nombre de déchets non recyclables qu’ils génèrent et utilisent. 

 

  • La quatrième fait référence à ce que Rogers a décidé d’appeler les “Communautés Vibrantes”. L’objectif est de soutenir les différentes communautés présentes sur l’île dont la multiculturalité pourrait être érigée en exemple à travers le monde ; tout en s’intéressant aux richesses inexploitées de celles avoisinantes. Depuis peu, Rogers Hospitality tente notamment d’inverser le questionnement habituel des habitants de l’île Maurice. Il s’agit désormais de se demander quel type de plats cuisiner avec ce qui pousse dans la région, et non pas l’inverse. Au sein de l’hôtel Bel Ombre, l’équipe a donc lancé de nombreuses “Sustainability Initiatives” destinées aux clients, notamment son célèbre potager qui permet aux touristes de déguster les fruits et légumes cultivés sur place.

 

  • Enfin, Rogers Hospitality parle de “développement inclusif”. Quel que soit le secteur dans lequel il s’implique, cette question semble être une sorte de “motto” omniprésent dans l’esprit des équipes de Rogers Hospitality qui cherchent à faire en sorte que chacune des parties prenantes se sente inclue au jour le jour dans les projets en cours. 

Comme le souligne Sara, Communication and Media Relations Executive au sein du Groupe, le programme représente un très gros enjeu en termes de communication. Elle évoque notamment le risque – commun à de nombreuses entreprises aujourd’hui – d’être taxé de “greenwashing” et l’attention particulièrement soutenue qu’elle porte aux tournures de phrase ou, plus globalement, à tout le travail nécessaire pour acquérir crédibilité et visibilité dans chacune des campagnes de communication qu’elle promeut.

Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice 
Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice

Un mot que l’on aura retrouvé dans les discours de chacun de nos interlocuteurs durant cette journée est celui de la “résilience”. En effet, si la résilience est la “force morale ou la qualité qui permet à quelqu’un de ne se laisser ni décourager ni abattre” (CNRTL), il semble évident qu’à la lumière des considérations actuelles, réaliser l’impact que nous pouvons avoir et chercher à  le minimiser ne suffit plus. Il s’agit aujourd’hui de réparer les erreurs commises par le passé afin d’anticiper les difficultés auxquelles nous serons confrontés demain. 

 

Plankton Recycling Co-operative Society Ltd : “L’homme n’est que poussière, c’est dire l’importance (…)” du verre ! (citation d’Alexandre Vialatte) : 

Nous avons ensuite eu la chance d’échanger avec Cédric Descombes, directeur de l’entreprise Plankton Recycling, spécialisée dans le recyclage et la transformation du verre en agrégats. Aujourd’hui, ce qu’on appelle la RSE ou la Responsabilité Sociale des Entreprises représente 2% des entreprises à but non lucratif affectées au social et à l’environnement. 

À Maurice, peut-être plus qu’ailleurs, répondre à la question de la gestion des déchets s’impose peu à peu dans les mentalités de ses habitants comme une urgence à traiter. L’économie mauricienne reposant en grande majorité sur l’activité touristique de l’île, les complexes hôteliers se confrontent en effet sans cesse à cette problématique grandissante. Ainsi, alors que l’île Maurice jette environ 20.000 tonnes de bouteilles par an (ce qui représente environ 20% de ses déchets au total), Plankton en recycle aujourd’hui 500.000 en moyenne et ce, bien qu’elle soit encore relativement jeune. 

Photographie personnelle d'un tas de détritus plastiques traités par l'hôtel Heritage - Bel Ombre 
Photographie personnelle d’un tas de détritus plastiques traités par l’hôtel Heritage – Bel Ombre

Plankton fut initialement fondée comme une ONG mais fut transformée en 2014 en Coopérative, ce qui a permis un recrutement progressif de salariés s’impliquant à temps plein dans le projet. Par ailleurs, ce changement visait à solutionner un enjeu de légitimité qui a pu poser problème à cette période. Une coopérative étant considérée comme telle à partir de cinq employés à Maurice, accroître la légitimité de chacun face à cette initiative signifiait également accroître l’implication et l’engagement de chacun. 

Pour en revenir aux fondements même de Plankton, il apparaît que le sable – aussi absurde que cela puisse paraître, est la troisième ressource la plus utilisée à l’échelle mondiale. N’a-t-on pas assisté il y a peu à des vols organisés sur les plages bordant la méditerranée dans le sud de la France ? L’idée de transformer le verre en sable a donc semblé s’imposer d’elle-même. 

Photographie personnelle du processus de traitement des déchets réalisé par l'entreprise Plankton 
Photographie personnelle du processus de traitement des déchets réalisé par l’entreprise Plankton

Économiquement parlant, le marché principal de l’entreprise est, à l’heure actuelle, celui des filtrations pour piscine. Il s’intègre donc parfaitement dans cette vision plus durable d’une économie circulaire où comme le disait Lavoisier : “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”. Le verre redevient sable et les déchets produits par les villas et hôtels qui permettent à l’île de vivre et de prospérer servent désormais au traitement des eaux usées pour l’entretien des piscines si prisées des touristes. En outre, le verre dure deux fois plus longtemps que les matériaux habituellement utilisés et est moins propice à la prolifération des bactéries. Ainsi, le coût et la nécessité d’entretien sont bien moindres et le marché plus simple à conquérir. 

Enfin, si d’autres opportunités ne sauraient tarder, le marché mondial ouvre d’ores et déjà ses portes à Plankton puisque le verre traité par la coopérative est également utilisé pour réaliser le décapage des containers. Cette technique de “sablage”- aussi appelée “glass-blasting” – des containers présente également une plue-value certaine puisque le verre traité est neutre alors même que les roches qui étaient utilisées jusqu’à présent pouvaient être particulièrement abrasives. 

Photographie personnelle des déchets une fois qu'ils ont été traités par la coopérative Plankton 
Photographie personnelle des déchets une fois qu’ils ont été traités par la coopérative Plankton

Alix Caudart & Alysée Delaruelle

La mémoire de nos morts, une affaire de maintenance ?

Déposer une fleur sur un tombeau, nettoyer la pierre d’une sépulture, couper et tailler des arbres, administrer la concession d’un caveau. Autant d’activités, de personnes et des objets sont sollicités pour faire durer la mémoire d’un ou plusieurs morts. Conserver le souvenir de quelqu’un (ou de quelque chose) n’est pas une affaire simple : cela requiert des gestes répétés qui font « le passé » et « l’absence » surmonter les épreuves du temps. Le cimetière du Père-Lachaise à Paris est un terrain privilégié pour enquêter sur la manière dont « les hommes » et « les choses » s’agencent dans ce travail de maintenance de la mémoire individuelle et collective. Avec un territoire de 43 hectares, le « cimetière de l’Est » a ouvert ses portes en 1804, une période importante dans la sécularisation, la hygiénisation et l’individualisation des cimetières français. Depuis, il ne cesse pas d’attirer des familles endeuillées, des touristes du monde entier, des travailleurs, des curieux et des résidents de la ville. Cette année, la nécropole-parc fait l’objet de l’attention des étudiants en première année de master de l’Institut français de presse (IFP), parcours Médias, communication et villes numériques. Depuis le début du semestre, nous menons des observations participantes sur place dans le cadre d’une enquête collective sur la mémoire en tant que « routine », « négociation », « tension » et « diplomatie ».

Notre travail s’inscrit dans les travaux de Jérôme Denis et David Pontille sur le métro parisien (2010), l’ethnographie de l’écrit (2013), les graffitis à Paris (2018) et l’attention à la fragilité (2020). Les étudiants ont publié des billets sur le carnet à propos de ces textes, discutés dans le cadre d’un séminaire de lecture organisé le 18 octobre 2022. Il se trouve que par coïncidence, ces sociologues ont publié récemment un ouvrage intitulé Le soin des choses. Politiques de la maintenance (La Découverte, 2022, 365 pages). Nous reprenons ici des notions de la publication quand nous nous intéressons au travail visible de personnes invisibles (a), à l’accompagnement des choses dans leur devenir (b) et à ceux et celles qui veulent ralentir la disparition (c). En outre, Denis et Pontille nous aident à analyser les écritures (funéraires) comme des modes d’action sur le monde, qu’elles soient disciplinées ou indisciplinées, censées disparaitre ou durer. En tout cas, des formes scripturales qui sont « intrinsèquement » liés à l’emplacement, et qui relèvent des formes d’agencement « avec et dans le récit ». Sans oublier que, selon eux, la performativité de l’écrit repose sur un régime de maintenance : « assurer la stabilité des choses, les doter d’une permanence dont elles ne sont pas pourvues ‘naturellement’ » (2010, p. 120).

Ce cadre théorique a été pour nous la possibilité d’interroger le Père-Lachaise à partir du rapport entre humains et non-humains, en s’intéressant à la matérialité, à l’espace, aux objets, à la nature. Cette « diversité des êtres » qui peuplent le cimetière deviennent alors l’objet de notre attention (Nova, 2022) durant trois séances d’observation participante, organisées collectivement : les mardis 25 octobre, 8 et 29 novembre. Les étudiants ont été invités à se balader au cimetière de manière « flottante », comme l’avait fait Colette Pétonnet en 1982 : se laisser porter par des événements extérieurs et laisser les informations pénétrer sans a priori. L’objectif étant de faire « émerger du contexte observé un certain nombre de phénomènes potentiellement signifiants » (Nova, 2022, p.75). Comme note Nicolas Nova, l’exercice d’observation en sciences humaines et sociales se produit actuellement dans un contexte « riche en sollicitations » (Idem, p.76), ce qui peut constituer une difficulté pour l’observateur débutant. Ranger ses écouteurs, mettre les groupes WhatsApp en mode silencieux, ne pas répondre aux notifications de la boîte mail.

Arrosoirs et seau sur la fenêtre du poste d’administration au 16 rue du repos (Crédit : Jaércio Da Silva)

Face à une multitude d’objets et des acteurs sur le terrain, les étudiants ont été orientés à faire usage d’un cahier afin de décrire avec détail leurs observations. Ils ont été également invités à discuter avec l’enseignant à la fin de chaque séance d’observation, car un « poste d’observation » était gardé au 16 rue du repos. Les deux premières séances ont été la possibilité de se repérer dans l’espace et faire les premières rencontres occasionnelles avec des passants, travailleurs, des membres de la famille. Les étudiants ont été nombreux à ne pas savoir au départ quel sujet ils allaient aborder, à avoir le sentiment d’avoir énormément de choses à observer et donc la difficulté de se concentrer sur un objet précis. Je ne suis pas toujours convaincu qu’ils étaient intéressés par l’exercice, surtout d’aller au cimetière pour un atelier d’écriture, cela les a paru étrange au départ.

Les étudiants ont été amenés à éviter les regroupements entre eux durant les observations, mais à garder la liberté d’observer individuellement sans devoir négocier avec un autre collègue l’objet de leur attention. Pour garder le caractère collectif qui marque cette enquête, nous sommes revenus en classe deux fois (le 15 et le 22 novembre) pour parler des matériaux récoltés, et préparer ensemble notre dernière séance d’observation. À ce moment, je me suis rendu compte que l’usage du téléphone portable en tant que « journal connecté » était quasi unanime. Le smartphone regroupe les fonctionnalités d’écriture, de géolocalisation, d’enregistrement (vidéo et audio) et, le plus important pour eux, de photographier. Comme Denis et Pontille estiment, la pratique de la photographie participe elle-même de l’acte ethnographique et opère un premier mouvement d’analyse (David et Pontille 2013, p.27-28). Ce n’est pas l’aspect esthétique ou le fait que l’image raconte « toute la vérité » (Becker 2007) qui importe dans un carnet de recherche, mais le fait que la photographie permet au chercheur de revenir visuellement sur ces données autant de fois que nécessaires pour investiguer des informations qui n’ont pas été forcément importantes au moment de la collecte des données.

En ce qui concerne le Père-Lachaise, notre point de départ a été le documentaire « Éternel jardin : Le cimetière du Père-Lachaise » (Arte, France, 2018, 53min), de Christophe d’Yvoire et Augustin Viatte. Nous avons regardé ensemble des extraits du documentaire, précisément pour s’intéresser aux travailleurs invisibles de la nécropole. En plus, Benoît Gallot, conservateur au cimetière, a publié en octobre de cette année un livre intitulé La vie secrète d’un cimetière (Les Arènes, 2022, 235 pages). La publication a eu une double importance pour nous  : elle devient source d’intérêt, car Gallot raconte son quotidien en tant que conservateur et habitant du Père-Lachaise (1), et le livre a été le sujet d’interventions dans la presse (2). Notre objet d’étude a été alors – malgré nous – une actualité médiatique qui a fini par devenir source d’information et d’inspiration tout au long de cette enquête. Gallot est également le responsable du compte Instagram La vie au cimetière, où il partage des images des animaux (chats, renards, oiseaux) qui rappellent que le Père-Lachaise est aussi un « endroit de vivant » .

Fleur plastique accrochée à la porte d’une chapelle mortuaire (Crédit : Jaércio Da Silva)

2022/2023 : une promotion aussi silencieuse qu’un cimetière

Pour leur travail de fin de semestre, les étudiants sont contraints à rendre publique quelques notes de leurs carnets de terrain. La restitution prend la forme d’un billet de blog. Cinq axes thématiques regroupent les comptes rendus d’enquête qui ont été produits par les étudiants.

Premièrement, les métiers qui travaillent pour le maintien de la mémoire au sein du Père Lachaise. Daphney Paul s’intéresse au travail des graveurs qui font la “passerelle” entre le défunt et la famille, en travaillant la pierre, ces professionnels gravent pour l’éternité la fragilité de la vie humaine. De la même manière que Waian Serano aborde la création de gravures et les évolutions dans le temps, entre écriture disciplinée et délinquante.

Deuxièmement, les étudiants abordent le détail de l’art et de l’écriture. Laiquah Pandore traite de l’évolution des éléments artistiques dans le temps et de la manière dont la personnalisation des pierres tombales perpétue la mémoire. Kamelia Latrous fait de l’art scriptural son fil conducteur pour raconter l’histoire derrière quelques sculptures imposantes et célèbres. Dans ce sens, Juliette Simon aborde la symbolique en se posant la question : notre sépulture est-elle le reflet de la personne que nous avons été ? Finalement, Johanna Apostolidis, raconte ses balades au Père-Lachaise où elle analyse les inscriptions funéraires que l’on peut lire sur les tombes : autant de signes (citations, phrases, morceaux de poèmes) qui rappellent l’identité de la personne enterrée et participent au devoir de mémoire.

Troisièmement, l’abandon devient le sujet de deux articles. De quelle manière un tombeau perd ses caractéristiques et devient un problème pour l’administration ? Naomi Rebaine s’intéresse au travail de conservation des sépultures et de la manière dont les proches se transforment « en gardiens de la mémoire ».  À partir d’une rencontre inattendue avec un familier qui effectuait des travaux sur une tombe, Kevin Gaillard aborde le cadre légal d’entretien des sépulture, leur nature fragile et la négociation avec la végétation.

Quatrièmement, la place accordée à la nature dans ce cimetière qui est également le plus grand espace vert de la capitale. Gloria Gallego rappelle les droits de pose de la nature, qui reprend de la place au cimetière après l’interdiction de l’usage de produits phytosanitaires chimiques. Salomé Gallet et Naomie Maufroy travaillent en binôme sur la manière dont la nature reprend le travail de maintenance de l’homme. Ce rapport de force qui s’installe entre les agents d’entretien et la reprise de droit de la nature est le sujet de l’article de Justin Khouni. Il aborde également la place des individus dans la conservation de la mémoire. De cette façon, Zoé Gautier travaille les sons du cimetière et entend le silence et le bruit comme une forme d’hommage. Le Père-Lachaise envisagé par son aspect “parc”, un dôme silencieux au milieu d’une ville aussi bruyante que Paris. Enfin, Maryam Drame a interviewé des cantonniers et revient sur la présence abondante des fleurs et de la végétation.

Cinquièmement, trois étudiants s’intéressent aux déambulations au sein du Père-Lachaise. Alina Shakirova aborde la cartographie et la manière dont les visiteurs s’orientent sur le terrain. Si chaque mort a son adresse-emplacement au sein du cimetière, Aissata-Laure Diop étudie la signalétique et questionne la manière de se repérer au sein du Père Lachaise. Clyde Costuas-Timsit observe les passages nés de manière spontanée sous les pas de centaines de visiteurs, en contraste avec les chemins définis par les agents de maintenance du cimetière. Hawa Konaré raconte son immersion dans le cimetière au jour de la Toussaint, le 1er novembre 2022. Finalement, Eliot Meyer revient sur les signes qui séparent le monde des morts et des vivants, et qui amènent le vivant à s’en souvenir que la mort est au coin de la rue.  


Becker H.S. (2007). « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie francaise, Vol. 37, n° 1, p. 33‑42.

Denis J., Pontille D. (2010), « Performativité de l’écrit et travail de maintenance », Réseaux, 163, p. 105-130.

Denis J., Pontille D. (2013). « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit », dans Petit précis de méthodologie.  Le sens du détail dans les sciences sociales, Le bord de l’eau, Lormont, France, p. 17‑30.

Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Denis J., Pontille D. (2022). Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découverte, 365p.

Gallot B. (2022). La vie secrète d’un cimetière, Paris, Les Arènes, 235p.

Nova N. (2022). Exercices d’observation. Dans les pas des anthropologues, des écrivains, des designers et des naturalistes, Paris, Carnet Parallèles (La vie des choses), 170p.

Pétonnet C. (1982). « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », Persée Vol. 22, n° 4, p. 37‑47.

L’art scriptural : Un moyen d’archivage funéraire

Le cimetière du Père Lachaise est situé dans le XXe arrondissement de Paris, en France. Il a été ouvert en 1804 et est considéré comme l’un des plus célèbres cimetières du monde, notamment en raison des nombreuses personnalités enterrées sur ses terres. Chaque année, le Père Lachaise est visité par 3,5 millions de personnes et s’étend sur plus de 43 hectares ce qui correspond à 80 terrains de football et 280 km de chemins, avec une estimation de 75 000 tombes soit 1,5 million de inhumer. Il est également considéré comme un lieu historique et artistique, de ce fait, il attire des visiteurs pour leur valeur culturelle ou architecturale. 

Le Cimetière du Père Lachaise vu de haut photo prise par kamelia le 25 octobre 2022, à Paris.

Quand le cimetière fut créé comme dit précédemment en 1804, les Parisiens ne voulaient pas être enterrés là-bas car la nécropole se trouvait trop loin de la ville.  Le préfet de Paris a alors décidé d’amener les sépultures de Molière et Jean de la Fontaine au père Lachaise, deux figures emblématiques du XVII qui sont mortes 200 ans avant la construction de ce lieu. Afin que les Parisiens soient davantage incités à se faire enterrer là-bas à leur mort. 

Il existe de nombreuses formes d’art qui sont utilisées dans cette nécropole, notamment les sculptures funéraires, les stèles et les pierres tombales. Les sculptures peuvent être réalisées dans différents matériaux, comme la pierre, le bronze, le marbre et même le verre. Elles peuvent représenter des personnages célèbres enterrés dans le cimetière, des scènes religieuses ou des symboles comme des anges, des croix ou des colombes. Et peuvent être utilisées pour rendre hommage aux personnes enterrées sur le site, pour donner une touche artistique au cimetière ou pour offrir du réconfort aux visiteurs. Certaines sculptures peuvent également avoir une valeur historique ou culturelle, en raison de la personne qu’elles représentent, du sculpteur qui les a réalisées ou du culte voué à la sculpture. De ce fait, cela nous amène à nous demander si les sculptures funéraires de personnages connus aident au maintien de la mémoire. 

Les sculptures témoins de la mémoire des défunts…  

 

Parmi les allées sillonnant le cimetière, il est courant de trouver des sculptures, en particulier sur les pierres tombales et les monuments funéraires. Ces sculptures peuvent être utilisées pour honorer la mémoire des défunts en représentant des symboles ou des motifs significatifs pour eux, tels que des fleurs, des animaux, des instruments de musique, des armoiries, etc. Comme la fait le sculpteur Auguste Préault pour H.Balzac qui était un écrivain français célèbre pour ses romans et ses nouvelles, notamment La Comédie humaine, une série de plus de 90 œuvres qui explore les différentes strates de la société française du 19ème siècle. Sa tombe est ornée d’une statue en bronze représentant Balzac en train d’écrire, surmontée d’un buste en marbre de l’écrivain. La tombe de Balzac est l’une des plus visitées du cimetière du Père-Lachaise, et est considérée comme un lieu de pèlerinage pour les fans de l’écrivain et les amateurs de littérature.  

Tombe Honoré de Balzac

Les sculptures peuvent également être utilisées pour raconter des histoires, des événements importants dans la vie des défunts, ou pour exprimer des émotions telles que la tristesse, le regret ou la reconnaissance. Elles sont conçues pour aider les personnes à se souvenir et à honorer la mémoire des défunts de manière tangible et visuelle. Comme le montre bien le gisant de Fernand Louis Arbelot qui fut directeur de la Banque continental de Paris de son vivant. Peu avant sa mort, et pour prouver son amour passionnel pour son épouse, il décide d’organiser sa dernière demeure de sorte qu’il puisse admirer le visage de sa femme pour l’éternité. Malheureusement le sculpteur termine le gisant après sa mort et c’est son épouse qui concrétise son idée pour qu’ils soient unis et continus de vivre leur histoire d’amour dans l’au-delà. Aujourd’hui, il repose avec son épouse sous une émouvante statue en bronze, œuvre du célèbre sculpteur Adolphe Wansart.

Gisant de Fernand Arbelot photographie prise par Kamelia le 25 octobre 2022 à Paris

Entre superstitions et légendes.. 

 

Tandis que certaines personnes considèrent les cimetières comme des lieux de repos paisibles pour les personnes décédées, d’autres préfèrent croire en des légendes fantastiques qui pourraient améliorer leur quotidien sur la chance, le bonheur, l’amour ou encore la fertilité. De ce fait, plusieurs monuments funéraires laissent place à l’imagination comme celui du journaliste Yvan Salmon, dit Victor Noir, un journaliste d’opposition tué après une altercation avec le cousin de Napoleon III. À l’origine il est réputé car il devient le symbole d’un culte politique de la répression de l’Empire face à la lutte pour la liberté. Mais grâce au sculpteur républicain Jules Dalou qui édifie en sa mémoire, un gisant de bronze allant jusqu’à graver le moindre détail comme sa veste plier ou encore la balle qu’il a reçue sur sa poitrine avant sa mort. Aujourd’hui c’est l’une des plus visités du cimetière parisien,  son tombeau acquiert progressivement des connotations et des vertus érotiques: la légende veut qu’en frottant le gisant, surtout à l’endroit du sexe, on recouvre fécondité ou virilité. Par conséquent, à force que les visiteurs placent leurs mains sur ces parties génitales cela laisse place à la couleur cuivrée et ce, depuis son inauguration jusqu’à nos jours. Ainsi, un culte sexuel se substitue définitivement au culte politique à partir des années soixante.

Photographie Gisant de Victor Noir

Il y a aussi le tombeau d’Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, qui détient la sépulture la plus fleurie du lieu, et qui est le fondateur de la philosophie spirite la croyance en la réincarnation. Son œuvre influence aujourd’hui la culture et la vie publique brésilienne. Sa tombe est très impressionnante et est conçue à la façon d’un grand dolmen de granite. D’après les pèlerins, le défunt aurait prononcé cette phrase : « après ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombe ma tombe, puis faîtes un vœu. Si vous êtes exaucés, revenez avec des fleurs. » Cependant, il semblerait que cette phrase soit fausse et que le rituel créé en son nom ait été inventé d’après une fausse citation. Néanmoins, malgré que le grand public soit conscient de cette rumeur, l’engouement reste toujours le même et il est remarquable. Mais Allan Kardec, homme de science, n’aurait probablement pas approuvé cette pratique relevant de la superstition.

Photographie de Allan Kardec

Maintiens la mémoire du cimetière: un devoir collectif

 

La mémoire du Père Lachaise est préservée grâce aux efforts de ceux qui s’engagent grâce à des associations de bénévoles,  a collecté des fonds pour entretenir les tombes des célébrités enterrées là, tandis que d’autres organisent des expositions et des conférences pour en faire connaître l’histoire. Les légendes sur les tombes peuvent varier en fonction de la culture et de la région, mais elles ont souvent pour but de rendre hommage aux personnes qui y sont enterrées comme Oscar Wilde qui était un écrivain, poète et dramaturge irlandais du XIXe siècle. Il est surtout connu pour ses pièces de théâtre, comme “Le Portrait de Dorian Gray” et “L’importance d’être Constant,” mais aussi pour son homosexualité, qui lui a valu d’être emprisonné en 1895, et avait subi un traitement inhumain en prison, ce qui a probablement contribué à l’aggravation de sa santé ce qui a été la cause de sa fin de vie tragique. Il a été inhumé après sa mort en 1900, au Père Lachaise à Paris. Son tombeau est orné par une statue en marbre d’un sphinx en haut d’une colonne, avec des ailes déployées et un visage exprimant la joie.  Réalisée par Jacob Epstein, elle a été installée sur la tombe de Wilde en 1912. Son histoire est un peu particulière car du fait de son homosexualité les parties génitales du sphinx étaient jugées un peu trop proéminent auraient été cassées par une anglaise en 1961.  Par la suite, il est né une tradition, celle de mettre du rouge à lèvres et d’embrasser la tombe d’Oscar Wilde ce qui supposerait attirer la chance en amour. Le problème c’est que cela a détérioré la tombe, de ce fait pour protéger la sculpture la maintenance du cimetière à fait installer des plaques de plexiglas. Elle est considérée comme une œuvre d’art importante et fait partie des tombes les plus visitées du cimetière. 

Photographie du sphinx du tombeau de Oscar Wilde

La mémoire est un élément important de la vie du cimetière. Les tombes, les plaques commémoratives et les jardins de souvenir sont autant de manières de se souvenir des personnes décédées et de perpétuer leur mémoire. Cette nécropole est également considérée comme un lieu historique, où l’on peut découvrir l’histoire des personnes enterrées là et de la région dans laquelle ils vivaient. Ils sont ainsi des témoins de l’histoire et de la culture d’une région, et contribuent à la mémoire collective.

 

En résumé, le cimetière du Père Lachaise est un lieu de mémoire important pour les habitants de Paris et les visiteurs du monde entier. L’administration du cimetière s’efforce de maintenir la mémoire des personnes enterrées sur le site en enterrent les tombes et en organisant régulièrement des cérémonies et des événements pour les honorer. Les tombes et les monuments funéraires qui se trouvent dans les cimetières servent souvent de rappel permanent de la vie et des réalisations des personnes qui y sont enterrées. De cette manière, les cimetières peuvent aider à préserver la mémoire des personnes décédées et à maintenir leur présence dans la vie des personnes qui leur sont restées. 

En outre, le cimetière du Père Lachaise peut également être un lieu de mémoire collective, où les gens peuvent se rassembler pour se souvenir de personnes, d’événements importants de l’histoire, ou pour partager des légendes inventées ou non par le grand public. De par mon expérience j’ai pu remarquer que l’art scriptural mettait en valeur des personnages qui deviennent connus grâce à l’histoire que leur tombeau véhicule ce qui permet de ne jamais les oublier, ni d’oublier ce qu’ils ont fait de leurs vivants. Ce qui est intéressant de remarquer au Père Lachaise c’est que le design des tombes évolue, par conséquent, toutes les tombes datent de différentes époques on a un art funéraire contemporain qui s’adapte à son époque.  Ce qui lui vaut chaque année, des milliers de personnes visitent le cimetière pour se recueillir sur les tombes de leurs proches ou de leurs idoles. Le cimetière est également un lieu de promenade et de détente pour les habitants de la ville, qui peuvent y admirer la végétation luxuriante et les nombreuses sculptures et œuvres d’art qui y sont exposées. Néanmoins les cimetières doivent-ils être eux-mêmes conserver par la nouvelle technologie avec la photographie, par exemple, les tombes et leurs architectures artistiques pour transmettre la mémoire des sculptures qui avec le temps n’existeront peut-être plus. 












L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

Les lignes de désir ou l’art de dompter l’espace urbain

Introduction générale :

Dans ce cimetière, le plus grand de Paris, conçu tel un lieu de promenade hors du temps, se déplacer parait vraisemblablement simple, surtout si l’on se contente de suivre les allées principales impeccablement pavées et les divisions rectilignes ombragées de part et d’autre d’un jardin anglais. Mais quelle curiosité pourrions-nous combler en laissant une balade être menée uniquement par l’aménagement mis en œuvre par des architectes et des paysagistes. N’est-il pas plus plaisant de se perdre, d’aller à l’encontre du tracé originel et de se promener où bon nous semble, là où nous le souhaitons, là où nous le désirons ?

En arrivant à l’entrée du cimetière, notamment par la porte principale, un plan général est mis en évidence afin d’aider les visiteurs à se guider dans ces 43 hectares et plus de 75 393 tombes. Il est également fréquent de voir des plans tenus dans les mains des visiteurs pour leur permettre de s’orienter dans le Père Lachaise. Et tandis que les touristes s’enfoncent dans les allées principales de la nécropole parisienne, suivant à la lettre les indications et les recommandations, les habitués eux, circulent avec aisance, à la recherche d’une sépulture ou d’un monument mortuaire qu’ils souhaitent visiter. Il est donc rare de croiser un endeuillé emprunter une des allées principales, ce dernier saura pertinemment quel chemin est le plus apte à le mener le plus rapidement possible vers la tombe qu’il souhaite rejoindre. Ainsi, la voie principale n’est pas toujours la plus efficace, un passant souhaitant se rendre rapidement à une destination, préférera prendre un chemin parfois sinueux mais plus rapide pour rejoindre la destination désirée. Par ailleurs, au fur et à mesure que ce chemin sera emprunté, la végétation finira par dépérir au profit d’un véritable tracé. On appelle ces chemins, les lignes de désir.

Ligne de désir, quartier de Belem à Lisbonne 2015 – crédit Metro Centric.

Les lignes de désir ? Ce terme ne vous dit peut-être rien, pourtant, vous êtes très certainement responsables de la formation de plusieurs centaines de ces chemins, que vous empruntez quotidiennement. Il nous arrive à tous de ne pas prendre la voie tracée, évidente, préconisée, simplement car il s’avère qu’elle ne sera pas précisément la plus rapide ou la plus agréable.  Parfois même, nous allons la contrer en empruntant un chemin tout autre qui n’est parfois ni pavé, ni bien tracé, ni même signalisé ; ces chemins correspondent aux lignes de désir. La société de développement Angus ”une entreprise d’économie sociale qui régénère le territoire”, définit ces lignes comme “ces chemins qu’empruntent spontanément les piétons ou les cyclistes pour se déplacer d’un point A à un point B par souci d’efficacité ou d’agrément, sans se limiter au chemin « officiel » établi par les autorités”.

Aménagé à l’image d’un jardin à l’anglaise par Alexandre-Théodore Brongniart, architecte mandaté par la mairie de Paris en 1813, le cimetière du Père Lachaise tend à cette époque à devenir ”un lieu à la fois fonctionnel et propice à la promenade et au recueillement”.  Deux siècles plus tard, le cimetière est devenu un véritable lieu de promenade pour les riverains et les milliers de touristes qui viennent découvrir cet endroit calme et fleuri; lieu de verdure encré dans une des 40 villes les plus polluées au monde et la ville la plus polluée de France.

Que penserait Brogniart de ces chemins confidentiels, créés par l’accumulation et la répétition des milliers de pas qui les ont tracés, serait-il exaspéré, fasciné, confus ?  Et vous lecteurs, pensez-vous que nous devrions respecter le tracé originel ou au contraire nous en écarter ? Le promeneur peut-il s’approprier et maîtriser l’espace public en restant ainsi libre d’emprunter les chemins qu’il désire ?

Je vous propose d’enfiler vos plus belles chaussures de randonnées et de parcourir à mes cotés ces ”lignes de désir”, qui peuplent le cimetière et interrogent sur les questions d’aménagement et de maintenance d’un lieu public.

Les lignes de désir dans la culture populaire :

Sur Reddit, un site web communautaire de discussions et d’actualités sociales, les internautes s’amusent à publier des photographies de ces lignes de désir, appelées “desire-paths” en anglais ; le nom de la discussion générale s’intitule ”On The Beaten Trail” traduit littéralement ”sur les sentiers battus”. Des centaines de commentaires sont présents sous les photographies de ces forums, l’un d’entre eux se dégage pourtant : ”Pourquoi l’ordre public continue-t-il à empêcher les passants d’emprunter la voie qu’ils jugent comme la plus efficace ?”. Le sujet constitue donc une controverse et le dialogue entre promeneurs, paysagistes et architectes devient donc plus complexe. D’un côté l’on prône l’efficacité et la rapidité et de l’autre on insiste sur le caractère peu esthétique de ces lignes qui viennent semer un trouble visuel dans l’espace public. 

L’aménagement du cimetière aurait-il dû prendre en compte le fait que certaines tombes sont difficile d’accès et que les visiteurs souhaitant se recueillir sur ces dernières soient contraints d’emprunter des chemins sinueux pour s’y rendre ? N’aurait-il pas été préférable d’attendre que les visiteurs créent eux même leurs chemins avant même de paver les allées principales ?

L’élaboration des chemins et des routes sur le campus de l’université d’Ohio vient prouver qu’une avancée peut être faite quand il s’agit d’aménager le terrain afin de faciliter les déplacements. En effet, les autorités en charge de valider les voies ont préféré attendre que les étudiants aient empruntés les chemins qu’ils leurs semblaient être les plus fluides et évidents pour circuler au sein du campus pour ensuite tracer et paver définitivement les voies. Un dialogue peut donc être établit entre administration, paysagistes et piétons et favoriserait ainsi la circulation pour autrui dans l’espace public. 

Photographies du Campus de l’université d’Ohio State Avant et Après le passage des étudiants – crédit : anonyme.

L’aménagement d’un cimetière comme le Père Lachaise n’a pas été pensé dans le but de prioriser des déplacements ”rapides” et ”efficaces” en son sein. Quant aux habitués, lignes de désir, allées principales, rien n’est important, si ce n’est de rejoindre la destination voulue, ce qui peut parfois surprendre les visiteurs non-initiés, surpris de voir des promeneurs les dépasser pour rejoindre d’un pas sûr et déterminé un chemin parfois étroit et boueux pour ensuite se fondre dans la végétation du cimetière; ne faire qu’un avec ce lieu à la fois mystérieux, funèbre et majestueux. Cette façon étrange et surprenante dont le visiteur occasionnel ou pas, s’approprie un lieu, un territoire, pour le rendre sien.

Sur les traces de pas des habitués :

Lors de mes multiples visites, je tenais à pousser l’immersion à son paroxysme; je me suis donc imposé quelques contraintes. La première était d’effectuer les visites seul et de décliner les échanges et les interactions avec mes camarades, ma pensée pourrait alors se canaliser uniquement sur la vie du cimetière. La seconde consistait en la non-utilisation des voies et avenues principales afin de prioriser les chemins sinueux, secondaires, soit les lignes de désir ; participant ainsi une nouvelle fois par cette immersion totale à rendre concret mon travail de recherche.

Ligne de désir, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

En déambulant dans le cimetière, je me retrouvais à m’imprégner pleinement du fonctionnement et du mode de déplacement de ses habitués. J’avançais comme pressé de retrouver quelqu’un, comme pressé de me recueillir auprès d’un proche partit trop tôt ; un peu inquiet, mais soucieux de lui narrer des histoires que je lui aurais conter de son vivant. Au fil des feuilles mortes qui recouvrent les étroites allées que je piétinais, je me retrouvais à croiser des passants, plus rapide et plus déterminés que je ne l’étais moi-même. Tout en esquissant un sourire, ou en échangeant un regard, je me demandais, qui arrivera le plus rapidement ? Le métro, le bus et les voitures pourtant bien loin, je me retrouvais à me remémorer ce stéréotype sur les parisiens, dont le rythme de vie ne rime qu’avec stress et angoisse. Je compris le désarroi des visiteurs, surpris de voir des passants ne prêter la moindre attention à ce décor automnale qui habille si bien les feuilles des arbres du cimetière. 

Ces lignes de désir, sont plus que de simples chemins, elles témoignent d’un lien privilégié particulier entre les morts et les vivants et permettent la transmission de la mémoire. En empruntant de façon systématique un tout autre chemin que celui prédéfini afin de se rendre d’un point A à un point B, nous participons également à l’établissement d’une trace non linéaire, d’un souvenir, d’un lien matériel et mémoriel entre un proche et nous-même. Ces lignes de désir, non recommandées, libérées de toute contrainte établit permettent au promeneur de dompter l’espace public à son échelle.

Dompter l’espace urbain ? :

Et comment fonctionne concrètement l’implantation d’un cimetière dans l’environnement urbain ? Le cimetière soit un ”Terrain généralement bénit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts.” Doit, d’un point urbain, être aménager de façon à devenir un espace dédié au  recueillement, où le calme doit régner en maître des lieux ; pour permettre aux morts de reposer en paix. Par ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Paris nous pouvons retrouver ceci, ”La Ville de Paris rappelle qu’un cimetière est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, où des funérailles sont organisées chaque jour.”

Ce site nous propose également une page dédié au Père Lachaise et amène à ce poser  plusieurs questions. Qui est libre de décider comment il doit s’aménager ?

Et bien un cimetière est gérer à la fois par le conseil municipal et par la mairie et selon l’Article 18 (art. L. 2213-9-1 nouveau du code général des collectivités territoriales) : 

– ”La gestion du cimetière, c’est-à-dire ce qui a trait à sa création, à son entretien, à son aménagement, à son agrandissement, à sa suppression, relève des attributions du conseil municipal.” 

Enfin au sujet de la mairie, 

– “Le maire exerce quant à lui la police des cimetières. Il est chargé d’y assurer l’hygiène, la salubrité, la décence, le bon ordre, la sécurité et la tranquillité ainsi que d’en garantir la neutralité.” De plus le maire veille “à la largeur des allées, à la circulation des véhicules”. Les lignes de désirs seraient un fléau pour l’espace urbain ?

”Les routes pavées nous montrent où nous sommes destinés à aller tandis que les lignes de désir se créent quand nous mettons un pied hors de la route et laissons nos coeurs décidés du chemin que nous allons emprunter “ – David Farrier

Il est rare de trouver des autorités tolérantes à la mise en place de ces lignes de désir, il n’est pas anodin de voir les administrations dédiées à l’aménagement du territoire mettre en œuvre et en actions des plans afin de contrer l’utilisation de ces lignes dans l’espace public. Ces moyens de contournement peuvent paraitre risibles tant ils participent justement à la création d’autres voies alternatives empruntées par les piétons qui trouvent et inventent sans cesse de nouvelles façons d’accéder à des lieux. 

Ligne de désir barrée, Parc français – crédit : Inconnu

Dans une série de documentaires, déclinés au travers de plusieurs formats audiovisuels ; la Société de Développement Angus basée à Montréal au Canada, questionne sur l’évolution d’une ville par et pour l’être humain. En envisageant l’espace urbain autour du piéton, du promeneur et non plus dimensionner la cité et son accessibilité à la priorité des véhicules automobiles. La ville par et pour les piétons ? C’est une ambition intéressante à souligner et qui doit constituer un véritable axe de développement dans le futur de l’aménagement de l’espace public.

Dans le cimetière du Père Lachaise, se rendre d’un point A à un point B doit être simple et ne doit pas constituer un périple laborieux, une gêne, une entrave de mouvements pour le promeneur. Néanmoins, en visitant le cimetière, vous ne pourrez pas passer à côté des véhicules utilisés pour transporter le matériel destiné à la maintenance du terrain, des jardins, des tombes et des monuments funéraires. Il est fréquent de voir des visiteurs surpris de devoir se déplacer des allées afin de laisser place à ces véhicules, qui ne semblent pas être les biens venus dans ce lieu figé et hors temps. 

Affiche de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

Les allées pavées construites au XIXème siècle introduisent la ville dans ce lieu clôt comme pour rassurer le visiteur mais également pour édicter des règles, des règles de déplacement à respecter, des normes de comportements adopter, les petits escaliers permettent alors au promeneur de s’échapper vers des chemins divergents.

Il apparait donc que le Père Lachaise en tant que territoire complexe et lieu unitaire à part entière ne peut être traité dans sa globalité de la même façon qu’un parc ou le campus d’université. Ce lieu chargé d’histoire, aménagé sur une colline, ouvert sur plusieurs portes, véritable microcosme aux centaines de tombes historiques est et demeure un vestige de plusieurs époques, une passerelle entre la vie et la mort, un témoignage historique, culturel et artistique de l’évolution de la vie à Paris.

Je vous laisse avec cet enregistrement sonore à caractère immersif, accompagné d’une composition originale.

Par Clyde Costuas-Timsit

Le Père-Lachaise : Une lutte contre la nature et le temps pour conserver nos mémoires

« Dans une société qui s’est largement individualisée, l’uniformité des grands cimetières urbains risque de distendre ce lien entre vivants et morts. D’autant que l’esthétique des monuments proposés semble de moins en moins correspondre à la recherche de sobriété des nouvelles générations. De plus, le manque de place pour les urnes funéraires ou les lacunes de l’entretien des cimetières contribuent à dévaloriser l’image des lieux de sépulture. » (Lehuédé, F. & Loisel, J-P. , 2003)1. 

Comment réviser la problématique de la conservation de la mémoire du cimetière du Père-Lachaise, sans penser aux travaux de maintenance ? Comment penser aux travaux de maintenance sans penser aux professionnels d’entretien ? Aujourd’hui, le cimetière du Père-Lachaise s’inscrit dans l’histoire du développement de Paris. C’est pourquoi, nous pouvons trouver à la fois des tombes datant du XIXe siècle et d’autres sépultures où l’écriture s’est effacée. En effet, il a été créé en 1804, puis voit le jour suite à un problème d’urgence sanitaire. Avant la Révolution, il y avait plus de deux cents cimetières charnier et de fosse commune à Paris. Ainsi, le cimetière des innocents était le plus grand de Paris à cette époque. Ce dernier, datant du haut Moyen Âge (vers 500) a accumulé au cours de l’histoire, près de 2 millions de cadavres. Un nombre exorbitant et il était nécessaire de trouver une solution urgente. En décembre 1780, il a été décidé par Nicolas Frochot2 de fermer ce cimetière et de créer en dehors de Paris, Le Père-Lachaise qui à l’époque prenait le nom de « Cimetière de l’Est »3. Il s’avère que ce terrain appartenait à un révérend au nom du Père-Lachaise qui était le confesseur de Louis XIV. Il souhaitait créer un lieu de repos pour les moines de la communauté Jésuite. Seulement, ce jardin fut abandonné par faute d’entretien. (Cartographie ci-dessous : Elle expose la position géographique du cimetière dans le cercle vert fluo, mais aussi la taille de ce dernier en avril 1842 qui était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui.)

Position géographique et taille du Père-Lachaise en Avril 1842.
De plus, nous pouvons remarquer que le cimetière a été situé dans « la petite banlieue » en jaune qui n’était pas encore urbanisé. Le cimetière est situé en dehors de l’enceinte de 1859 dénommé « le mur des Fermiers généraux » en blanc entre le jaune et le rouge foncé.

Ensuite, au moment de l’ouverture du Père-Lachaise, un problème est survenu. La population ne souhaitait pas se faire enterrer à cause de l’absence d’église dans le cimetière, mais aussi parce que ce dernier était trop éloigné de la ville. Dès lors, Nicolas Frochot a décidé d’introduire les tombes de Molière et de Jean de La Fontaine pour donner l’envie à la population d’y être enterrée. 

Par conséquent, nous comprenons mieux pourquoi nous pouvons y découvrir des tombes cassées. En effet, pendant mon observation, j’ai trouvé des tombeaux détruits à cause des années, voire des siècles passés sans aucun entretien. On peut y apercevoir des arbres, des buissons mais aussi des plantes qui apparaissent et ravage de façon naturelle les sépultures. 

 Mais alors comment explique-t-on le fait que personne ne porte une attention à l’entretien des tombes en péril ? Pourquoi un individu ne nettoie pas bénévolement une tombe ? Que faut-il faire si une sépulture risque de s’effondrer, mais aussi d’endommager une autre qui est proche d’elle ? C’est à cause d’un principe juridique, « la tombe est considérée comme une propriété privée », dès lors, c’est à la famille, c’est-à-dire au concessionnaire, que repose l’entretien de ça ou de ses sépultures. Ensuite, concernant la compétence du maire, il est en charge des travaux publics4. C’est-à-dire tout ce qui concerne l’entretien des chemins ou autre lieu du cimetière hormis les tombes. Enfin, si l’entretien de la concession n’est pas fait et rend le tombeau en mauvais état, la mairie de la commune peut lancer une démarche administrative. Ainsi, il en découle une demande de reprise du monument funéraire, seulement si les conditions sont réunies5. 

Suite à ça, il était important de comprendre la problématique suivante à savoir : 

Comment, au cours du temps, les hommes font-ils pour lutter contre la nature, dans le but de conserver la mémoire au sein du cimetière du Père-Lachaise ? 

Tout d’abord, avant d’apporter une réflexion sur cette problématique, il est nécessaire d’exposer le sujet ainsi que son cadrage temporel. Cette recherche a été réalisée dans le but de rédiger un article sur le site du cours « observation de la ville ». Nous avions trois séances d’observation et une séance en cours pour nous aider au développement de cette étude. De plus, nous étions libres pour revenir sur le terrain en dehors des heures de cours. 

En conséquence, mon souhait est de mettre en lumière à la fois la place de la nature au sein de ce lieu, puis de rendre compte, l’importance du rôle que peuvent avoir les hommes. Ensuite, je veux montrer que le cimetière est un lieu de mémoire, mais aussi familiale et collectif. En effet, j’ai aperçu des couples et touristes qui se promenaient dans les allées centrales composées de paver d’époque où la nature reprend parfois ses droits. Tout cet ensemble, rejoint notre problématique : les hommes, la lutte contre la nature, la conservation de la mémoire et la maintenance (qui peut se faire à travers l’usage de l’écriture). 

I – Comment suis-je parvenu à trouver ce sujet ? 

Au commencement de ma recherche, mon intention se portait sur les sépultures de musiciens célèbres. Dès lors, mon désir était de comparer ces derniers aux autres tombeaux connus (acteurs, scientifiques, écrivains, etc.). L’objectif était de vérifier si la popularité d’un individu pouvait avoir des effets sur l’entretien de son tombeau. Ainsi, la prise de photographies et de vidéos s’avérait indispensable pour réaliser des comparaisons et des analyses.

 Suite à ça, un élément se manifestait sur tous les clichés. L’omniprésence de la nature au sein de ce cimetière. Comment expliquer que certaines tombes soient ravagées par la nature ?    À travers cette découverte, j’ai immédiatement saisi cette notion de « temps » et qu’à travers ces avancées, se trouvait une histoire au sein du Père-Lachaise. Dès lors, il fut primordial de mener une investigation pour relater la situation actuelle de cet environnement. Après seulement deux visites en solitaire, mes premières impressions montrent une admiration pour la grandeur de cette nécropole et la puissance de la nature.

Cette méthode d’observation participante par ethnographie, est principalement qualitative et inductive. Elle m’est nécessaire pour montrer l’influence entre les interactivités humaines et le cimetière. Nous pourrons l’illustrer, dans le développement à travers plusieurs exemples afin d’exposer la fragilité de ce lieu. Enfin, la consultation d’articles scientifiques, mais aussi d’archives numériques me permet de confirmer et de soutenir mes propos. 

II – Conserver et transmettre la mémoire

 « Nous ne nous contentons pas de ne pas profaner les tombes de nos ancêtres. Un devoir de mémoire à leur endroit implique des gestes particuliers, l’accomplissement d’un rituel qui leur est spécifiquement destiné. Nous portons des fleurs sur leurs tombes, nous allumons un cierge en leur mémoire, nous prononçons des prières le jour de l’anniversaire de leur mort. Ces gestes marquent le lien spécifique — et exclusif — qui nous unit à nos ancêtres. » (Kattan, E. (2002)6. 

Au cours de cette investigation, j’ai pu découvrir un nombre important de tombeaux commémoratif. En effet, le Père-Lachaise à un devoir de mémoire. C’est pourquoi, il possède un monument pour chaque camp de concentration.

 Lorsque nous faisons une comparaison avec les autres édifices du cimetière, nous pouvons constater qu’ils sont extrêmement bien conservés par rapport aux autres tombes. Nous pouvons y remarquer que les fleurs permettent à la fois de maintenir le lien entre  ces défunts et les vivants, mais aussi pour conserver la mémoire. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé la phrase inscrite sur la première photo mise en grande page en partie II : 

« On brisa leurs corps jamais leurs esprits.»  

Mais alors comment expliquer que ces monuments soient mieux conservés ? Tout d’abord, pour ne pas oublier ce que l’humanité a subi durant ces deux guerres mondiales. Ensuite, créer un symbole pour ne plus jamais reproduire les mêmes erreurs du passé, mais aussi et surtout, pour conserver à jamais en nos mémoires les actes qui ont été commis. Enfin, c’est une question d’image pour l’État. Il serait inacceptable que l’Etat ne commémore plus ses défunts étant mort pour la France. C’est pourquoi, ces monuments sont entretenus régulièrement par le personnel du cimetière. Il est question de devoir de mémoire. Concernant les autres tombes, le cimetière propose aux familles, un service de nettoyage de tombe. Ainsi, nous remarquons que sans les hommes et donc les vivants, il n’y a plus d’entretiens. Si l’on prend l’exemple d’une tombe qui date du XIXe siècle et que les descendants de la lignée familiale s’arrêtent au XXe siècle, il est normal de retrouver la tombe dévastée par la nature au XXIe siècle.  

« Tous les hommes sont mortels » (De Beauvoir. S, 1946) peu importe qui nous sommes. La mort fait partie de la vie et de la nature7. Ce que nous pensons posséder n’est qu’illusion. Même notre tombeau peut être voué à disparaître. De telles sortes, que c’est une analogie de nos cimetières fragile et qu’ils risquent de s’effacer. 

III – La disparition du cimetière, un danger pour la conservation des mémoires

« De la mort, germe la vie.» Jan Zizka (1419-1436)8

Le Père-Lachaise réunit deux siècles d’histoire. C’est-à-dire qu’on ne se promène pas véritablement au pays de la mort, mais au pays du souvenir. Chaque tombe, a son style et nous expose une histoire différente. Si l’on parcourt ce lieu, on y rencontre des écrivains, des mélomanes, des personnalités politiques, des peintres, etc. Nous ne sommes donc pas forcément tristes. Avant l’observation, je pensais que ce lieu serait un cimetière comme un autre. Or, j’ai pu découvrir qu’il y avait des touristes, des couples en train de se promener et l’omniprésence de la nature. À tel point, que certains touristes nomment ce lieu comme un « parc funéraire ». Pourtant, aujourd’hui, il n’est pas courant d’aller se promener dans un cimetière. Ainsi, comment expliquer ce rejet de la part de la population française ? 

En réalité, la société actuelle ne pense tout simplement pas à se promener dans un cimetière. Puisqu’en effet, au XIXe siècle, il était tout à fait naturel d’aller se promener dans un tel lieu9. D’ailleurs dans « La Comédie Humaine » de Balzac, l’écrivain introduira environ plus de 2000 personnages dans son oeuvre. Comment faisait-il à son époque pour trouver autant de personnes ? Il se promenait dans le cimetière du Père-Lachaise avec un carnet et il notait les noms des sépultures10. Ainsi, on peut trouver la tombe de Restignac (personnage dans de nombreuses oeuvres de Balzac, notamment dans « Le Père Goriot ») au Père-Lachaise11. 

Nous découvrons qu’à cette époque, il existait déjà une interaction entre les hommes et les tombes. La transmission et la sauvegarde de la mémoire se sont majoritairement faites par l’écriture. Néanmoins, faut-il encore, réussir à entretenir les tombeaux pour savoir de qui s’agit-il. 

À posteriori, André CHABOT est un photographe spécialiste des cimetières et de l’art funéraire. C’est un grand voyageur puisqu’il a réussi à rassembler plus de 250 000 photographies de monuments funéraires à travers le monde. Lorsque nous observons sa célèbre tombe, on peut y remarquer un aspect unique par rapport aux autres tombeaux. En effet, on peut y apercevoir un QR code sur la droite du monument. C’est la seule et unique tombe du cimetière du Père-Lachaise qui possède un QR code. Ce dernier, situé sur la droite de son monument, permet d’aller sur son site qui raconte l’histoire de cette chapelle « À la mémoire des nécropolitaine ». Cette phrase, gravée en haut de la façade de sa chapelle, représente le nom d’une association qu’il a fondé avec sa femme.  

 L’objectif est de sauvegarder par l’image, les monuments funéraires, afin que l’on sache que les cimetières meurent aussi. Puis, dans ces archives, il y a un grand nombre de monuments qui n’existent plus. Ainsi, grâce à cette innovation, nous pouvons « lire » et en découvrir davantage sur sa sépulture ainsi que sa personne. 

Il en est de même avec la sépulture de Balzac. Il s’avère que si un jour, la nature recouvrirait davantage la tombe de cet écrivain, il serait toujours possible de comprendre qui était Balzac grâce à la sculpture du livre où repose une plume sur le dessus. Dès lors, nous pourrions automatiquement penser que ce défunt avait une influence dans la littérature. 

Il existe encore d’autres tombes où nous pouvons y réaliser une lecture comme le cas de Géricault avec son célèbre tableau « Le Radeau de la Méduse » qui est une pièce centrale de la tombe. À cela, s’ajoutent un pinceau et une palette de couleurs en haut de l’édifice. Ainsi, si la nature reprend totalement le dessus, nous pourrons toujours comprendre qu’il s’agit d’un artiste qui a eu une influence dans l’art et la peinture. Donc la forme des sépultures peut aussi jouer un rôle dans la conservation de la mémoire. En effet, même en cas d’absence d’entretien, il sera toujours possible d’avoir une vague idée de qui il s’agit. 

Néanmoins, il existe aussi des tombes où l’on voit nettement le souhait de laisser une part de naturel sur la tombe pour la maîtriser et la contrôler. 

En ce qui concerne les tombes n’ayant pas de forme particulière, il sera très complexe de savoir qui était le défunt. C’est pourquoi, il existe d’autres formes de funérailles. Ce sont les urnes au crématorium et au columbarium. 

On peut voir qu’il y a beaucoup plus de défunts au mètre carré par rapport aux tombes vues précédemment. De plus, si l’on compare l’état des tombes à ceux des urnes, nous pouvons apercevoir que les plaques sont presque intactes. L’entretien est moindre par rapport à une tombe. Ainsi, le risque d’avoir des noms effacés au cours du temps est nettement diminué. De plus, le prix de deux mètres carrés dans un cimetière à Paris équivaut environ à 15 000 €. C’est le prix pour y être enterré à perpétuité. En conséquence, pour certaines personnes, les urnes offrent une possibilité de réduire les coûts de maintenance et d’emplacement. 

Si l’on approfondit la réflexion, nous pouvons dire que les tombes peuvent être considérées comme des empreintes temporelles ineffaçables et éternelles. Où uniquement la nature pourrait y reprendre ses droits. Créant ainsi, des sépultures inconnues qui pourraient représenter le « squelette » structurant la forme du cimetière au sein de la ville de Paris. En outre, j’ai découvert que ces tombes « fantômes »12 pouvaient former des zones de « no man’s land »13 . C’est-à-dire des zones désertes où nous ne pouvons plus du tout savoir qui est enterré à cet endroit. Elles peuvent former des groupes de tombes anonymes, formant ainsi ces zones désertes où la nature a repris son cours. Mais alors comment pallier cette situation pour réussir à conserver nos mémoires ? En effet, c’est une question capitale puisque les tombeaux symbolisent la mort des défunts, mais aussi l’invisibilité du monde des morts. Ainsi, comment les reconnaître si notre seul moyen d’identification reste la sépulture ? 

IV – Un projet interactif pour lutter contre la nature et l’oublie de nos ancêtres

“Un cimetière, c’est un témoin du passé. Il ne faut pas avoir de coeur pour entrer dans un cimetière et se dire “bah, ce n’est qu’un paquet d’os tout ça”. On regarde les noms : il me semble que chacun a son histoire. Des gens ont pleuré, des gens se souviennent.”  (Bouchard, S. , 2005).

Comme nous l’avions vu précédemment, le cimetière est majoritairement visité par des touristes du monde entier, mais aussi par des français14. L’objectif du projet est de rendre nos cimetières plus interactifs grâce à notre ère numérique15. Ce sont des bornes ou bien des QR code qui permettront de donner l’identité, mais aussi des informations sur la vie du défunt. Cela permettrait d’éviter que des sépultures ne disparaissent et encore plus pour les urnes qui sont souvent recueillies auprès des familles qui les libèrent dans la nature. En effet, le fait qu’un certain nombre de personnes disparaissent, montre aussi un phénomène où c’est une part de notre société qui s’efface, avec sa richesse et ses informations. Le cimetière du Père-Lachaise représente une sorte de miroir brisé de notre société puisqu’ils reflètent à la fois de la solitude, mais aussi de l’individualisme à cause du manque d’entretien de certains tombeaux. Ainsi, les sépultures qui présentent des sculptures, exposent le côté artistique, mais aussi une certaine condition humaine que le défunt avait. Enfin, si ce projet voit le jour au cimetière du Père-Lachaise, nous pourrons imaginer le fait que les tombes deviendront des livres et les cimetières des bibliothèques. 

V – Conclusion 

Tout au long de cette recherche, nous avons tenté de démontrer que : sans les hommes, sans entretiens des sépultures, ou plus exactement sans la maintenance effectuée par les vivants, la mémoire ne pourrait être conservée à perpétuité. En effet, la nature retrouvera toujours ses droits et reprendra éternellement le dessus dès que nous lui en offrirons l’opportunité. C’est pourquoi, depuis des siècles nous nous efforçons à dominer la nature. Aujourd’hui, le projet qui a été cité précédemment s’avère être une solution. Seulement, comment parviendrons-nous à entretenir continuellement ces objets ? Si l’on souhaite conserver la mémoire de ses ancêtres, il nous est nécessaire d’accroître le travail de maintenance. En effet, sans cela, nous nous condamnons à oublier éternellement nos ancêtres. Encore faut-il que la famille et les propriétaires de ces sépultures le veuillent ? En cas contraire, nous n’aurons d’autre choix que de laisser le tombeau aux mains de la nature. Ainsi, non seulement, nous sommes tous destinés à mourir un jour, mais c’est également le cas pour nos cimetières. Ils épouseront la nature et feront partie d’un nouvel environnement que la nature aura créé. 

Enfin, plusieurs questions demeurent sans réponse. Tout d’abord, comment pouvons-nous éviter l’émergence de zones désertes « no man’s land » au sein du cimetière ? Ces espaces, sont comme des trous, voire des tumeurs au sein du cimetière. En effet, une tombe qui voit sa structure au bord de l’effondrement, pourrait potentiellement toucher une sépulture voisine et l’endommager. Comment pouvons-nous rétablir ces zones qui peuvent représenter à la fois une menace pour le cimetière, mais aussi une espérance de vie pour la nature (animaux, végétation, etc.) ? Ce paradoxe est assez complexe à résoudre. Nous avons le désir de laisser libre cours à la nature pour la beauté du paysage et la biodiversité. Puis, en même temps, une certaine volonté de mettre un cadre et des limites pour éviter que la nature ne puisse pas dominer totalement le cimetière. C’est pourquoi, nous pouvons apercevoir des agents de maintenance et de travaux publics qui permettent de maintenir les allées du cimetière, afin d’accueillir au mieux les visiteurs. Ainsi, nous avons plusieurs pistes à découvrir (Quelles sont les raisons d’abandonner l’entretien d’une sépulture ? À l’avenir, y aura-t-il des avancées au niveau juridique pour entretenir une tombe qui ne nous appartient pas ? Quels sont les prochains projets du cimetière du Père-Lachaise concernant la conservation des mémoires ? Etc.)  pour l’avenir, mais il importe de réfléchir à la fragilité du cimetière du Père-Lachaise. 

//////////// Notes de bas de pages /////////////

 1- « Le cimetière remplit-il encore sa fonction ? » – Franck Lehuédé et Jean-Pierre Loisel – Consommation et modes de vie n° 169 – octobre 2003. 

2 –  Premier préfet de la Seine. C’est un haut fonctionnaire français, conseiller d’État. 

 3 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616. 

4 – https://www.ladepeche.fr/2021/08/31/entretien-des-cimetieres-on-vous-explique-qui-est-responsable-9760951.php

5 – https://www.challenges.fr/patrimoine/entretien-d-une-tombe-qui-en-est-responsable_788265

6 – KATTAN, E. (2002). 1. Devoir de mémoire et souvenir des morts. Dans : , E. KATTAN, Penser le devoir de mémoire (pp. 17-31). Paris cedex 14: Presses Universitaires de France. 

7 – Ricot, J. (2003). 6. La mort, aspects philosophiques. Dans : , J. Ricot, Philosophie et fin de vie (pp. 85-104). Rennes: Presses de l’EHESP. 

8 – Chef de guerre des Hussites,  à Prague au Royaume de Bohême en Tchéquie. (Qui plus tard, deviendra la République Tchèque). 

9 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616 (pp.608). 

10 – Pommier Jean. Comment Balzac a nommé ses personnages. In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1953, n°3-5. pp. 223-234.

11 – https://www.museosphere.paris.fr/oeuvres/rastignac-au-cimetiere-du-pere-lachaise-dans-le-pere-goriot. 

12 – C’est-à-dire sans nom, qui est inconnus à cause de l’écriture qui s’est effacée. 

13 – C’est comme s’il n’y avait jamais eu de personnes à cet endroit. Nous pourrions aussi qualifier la zone de « no name’s land ».  C’est-à-dire dépourvu d’habitat humain.  

14 – https://eurolatio.org/2021/11/01/qui-sont-les-visiteurs-du-cimetiere-du-pere-lachaise/ 

15 – https://www.azimut.net/fr/actualites/toute-l-actu/les-cimetieres-a-l-heure-du-numerique . 

 

L’avis des morts subsiste

Dans le master Médias, Communication et Villes numériques auquel j’appartiens, un sujet d’étude atypique nous a été confié : le cimetière du Père Lachaise, comme lieu de mémoire et de maintenance. Depuis cette annonce, j’ai réalisé que parmi les enterrements auxquels j’avais assistés dans ma famille, aucun ne s’était terminé au cimetière. Dans ma famille, on se fait incinérer. Alors moi je n’y ai jamais vraiment réfléchi, à me faire enterrer.

Face à la mort, j’ai toujours dissocié le corps et l’âme. Une fois la personne décédée, l’âme s’envole et le corps est disséminé à un endroit qui était cher à la personne en question. Nul besoin de conserver le corps comme « souvenir », le plus précieux étant dans l’esprit. Je ne suis pas à l’aise à l’idée d’être enfermée dans un cercueil, enfouit sous terre. Il en va de même pour mes proches, les savoir cloitrés dans une boite m’attriste, même si je conserve l’idée que l’âme s’en est échappée. J’aime autant qu’on puisse être libre, de corps comme d’esprit.

Les visites au cimetière du Père Lachaise ont été des plus surprenantes pour moi. J’ai saisi une certaine matérialisation de la mort qui, à mon sens, était plus spirituelle que palpable. D’où peut donc venir cette volonté, voire même ce besoin, de garder ses morts auprès de soi, sur terre ? Pourquoi marquer leur passage dans cette vie à travers une sépulture ?

C’est avec ces idées mais sans jugement que je me suis rendue à trois reprises au cimetière du Père Lachaise. Je souhaitais être la plus neutre possible pour ressentir ce qu’il y a de tangible et d’intangible dans ce lieu si mystique. La vie et la mort s’y entremêlent, l’une et l’autre cherchant à se rattraper sans cesse. J’ai capturé l’atmosphère du cimetière, les bruits, le calme, les familles qui se recueillent, les passants qui visitent, les fleurs fanées et les feuilles tombées des arbres …

Pour étudier le cimetière sous toutes ses coutures, j’ai pris soin d’emprunter des chemins différents à chaque visite. Je partais toujours de la porte du Repos pour arriver porte Gambetta. De forme circulaire, j’ai découpé le cimetière en trois parties. La première fois, j’ai choisi d’axer mon observation vers la gauche, la seconde je suis allée voir la partie centrale et la troisième fois, j’ai filé vers la droite. J’ai choisi d’être seule pour effectuer ces visites car c’était pour moi le meilleur moyen de m’imprégner au maximum du lieu. Pour la même raison, je n’ai pas mis mes écouteurs.

En débutant mon observation par la porte du Repos, j’ai rapidement été frappée par l’alignement des sépultures autour de la voie pavée. Ce n’est pas pour rien que ce genre d’endroit se nomme « nécropole » me suis-je dit. Du grec ancien « nekropolis » cela signifie « cité des morts ». En effet, il s’agit d’une petite ville dans la grande ville qu’est Paris. Tout peut s’y assimiler : des sépultures en guise de maisons aux voies pavées en passant par les panneaux nommant les allées. J’étais stupéfaite. Il y avait même des panneaux pour limiter la vitesse des véhicules circulant à 20 km/h !

Une allée du cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

Une fois ce constat fait, la seconde chose qui m’a marquée n’est autre que la diversité des sépultures : pas une n’est identique à l’autre. Ce désir de différenciation animera ma curiosité et sera élémentaire dans mon analyse.

J’ai progressivement ressenti, en lisant les noms sur les tombes, en calculant l’âge auquel les personnes étaient décédées et en lisant les épitaphes, une certaine mélancolie. Je ne les connaissais pas et pourtant je me trouvais à les regretter. L’émotion que devaient ressentir leurs proches à la vue de ce lieu m’envahissait. Je songeais aussi aux être chers à qui j’ai dû dire adieu ces dernières années. Ce recueillement m’est alors paru très différent des moments où je pense à eux, dans mon quotidien.

Le cimetière comme lieu de mémoire

Chaque tombe représente un individu symbolise encore sa “présence” dans ce monde. J’ai compris que pour les proches des défunts, leur rendre visite dans cette enceinte pouvait prendre la forme d’un rendez-vous. C’est l’occasion de parler à la personne mais aussi de prendre soin d’elle. La sépulture matérialise une personne et la rendrait presque encore en vie. C’est l’ultime endroit où elle repose. Ce terme de repos est d’ailleurs utilisé comme pour dire qu’elle dort, qu’elle est parmi nous malgré l’absence ressentie. Dans ce lieu qu’est le cimetière, les proches peuvent trouver un certain isolement, leur permettant de s’apaiser. Ils peuvent aussi se sentir au plus proche de l’être qu’ils ont perdu, pour échanger avec lui. La sérénité du lieu y est propice. Dans ce cadre où se côtoient pierre et nature, on semble éloigné de tout ce qui se rapporte à la technologie, au bruit, à la foule. Tous ces éléments trop “modernes” sont laissés hors du cimetière.

Les tombes, consacrées à l’éternité, sont plus ou moins sauvages. Le cimetière du Père Lachaise est rempli d’arbres séculaires dont les racines vont parfois jusqu’à soulever les sépultures qu’elles croisent sur leur chemin.

Certaines n’ont pas un siècle mais portent déjà l’usure du temps, d’autres bien plus anciennes perdurent et sont soigneusement conservées. Le contraste en est frappant. J’ai remarqué que de nombreuses sépultures étaient entretenues comme on entretient sa maison, son intérieur. Par endroit, un grand soin est apporté à ce qui entoure la tombe. Comme pour rendre ce lieu plus “chaleureux”, de la décoration est même parfois exposée. Elle est sans doute définie par les goûts de l’individu décédé, ou bien est-ce celui de ses proches ? J’ai même découvert un post-it sur une sépulture, comme une note laissée à quelqu’un qu’on va rapidement revoir.

Post-it dans une sépulture – crédit : Juliette SIMON

La manière dont les proches traitent ce lieu de recueillement est représentative du soin qu’ils porteraient à l’individu. Au détour d’observations de pierres tombales et de lectures d’épitaphes, j’ai donc cerné la quête de personnalisation de cet endroit. La personne décédée a pu faire part de ses dernières volontés à ses proches concernant le choix du cercueil, de la sépulture. Cela peut aussi être eux qui ont pris ces décisions pour lui rendre hommage. Les tombes, par leur apparence, expriment toutes un caractère particulier lié au défunt à qui elles correspondent. C’est le lieu ultime.

La société d’outre-tombe

La pluralité des monuments funéraires fait donc échos à la diversité des êtres humains qui passent sur terre. Ils ont chacun leurs singularités, qu’il s’agisse de la forme, du matériau ou des mots choisis pour qualifier le défunt. L’association de ces éléments permet une personnalisation optimale.

Ce dernier lieu « d’habitation » d’une certaine façon, est le reflet de la société dans laquelle nous vivons : notre condition sociale nous suit jusqu’à la fin. En effet, la forme de la sépulture est influencée par l’origine sociale du défunt. En se promenant, il est facile de discerner les plus riches des moins aisés car, oui, les obsèques et le monument funéraire sont un coût indéniable pour la famille.

Pour les plus fortunés, on retrouvera des monuments clos, de taille moyenne. Cela m’a fait penser à de petits « temples ». Prenant la forme d’une habitation on peut y voir inscrit au-dessus de la porte le nom de la famille qui y repose. Certains sont plus ou moins ornés, avec des statues aux abords de l’entrée, des colonnes gravées ou encore des vitraux. Ces bâtiments ne sont pas récents, ils datent pour la plupart du XVIIIe ou du XIXe siècles. J’aurais aimé savoir si encore aujourd’hui ces sépultures sont visitées ou si elles sont seulement entretenues par les agents de maintenance du cimetière. En voici 2 qui m’ont interpellée.

Sépulture de la famille Menier – crédit : Juliette SIMON

J’ai admiré cet édifice pour le travail de ses bas-reliefs. Situé à une intersection du cimetière, il est d’autant plus mis en avant. Après quelques recherches, j’ai compris que l’illustre défunt n’était autre qu’un député du XIXe siècle, Emile-Justin Menier, fils du célèbre fondateur de la chocolaterie Menier. Le portrait du défunt a été sculpté dans la pierre, au-dessus de la porte. Ce bâtiment a tout d’une petite maison et semble très entretenu.

Sépulture des familles Tencé Sourdeval et Bodereau

Celui-ci m’a semblé plus proportionné. J’ai apprécié sa double porte aux grilles ajourées. Le nom des deux familles figurent au-dessus, sans fioritures. Les colonnes encadrant la porte amène nos yeux à se poser à leur sommet. Des visages y sont représentées. Un bas-relief entoure la partie supérieure du bâtiment avec de légers motifs floraux. Un blason est gravé au sommet mais je n’ai pas retrouvé l’histoire de ces familles.

Ce genre de monument funéraire n’est plus construit aujourd’hui, ceux-ci témoignent donc de la volonté de rendre hommage aux personnalités importantes, qui ont marqué leur époque. Cela ne date pas d’hier et se retrouve aujourd’hui encore, malgré des sépultures moins imposantes.

Une autre forme de sépultures, beaucoup plus répandue est celle des chapelles. Elles sont également assez anciennes mais se maintiennent en très bon état. J’ai toutefois été étonnée d’observer que de nombreuses étaient laissées à l’abandon. Elles marquent l’appartenance religieuse des familles catholiques avec une croix souvent au sommet. Fermées par une porte, j’ai réussi à en distinguer l’intérieur. Elle se composent toujours de la même façon : un autel est accessible sur le mur du fond avec un rebord pour s’agenouiller et prier. J’ai retenu ces deux ci-contre, plus discrètes que les monuments précédents, il s’agit tout de même de lieux clos accessibles uniquement à la famille.

Chapelle de la famille Léonce Brault – crédit : Juliette SIMON

 

 

Chapelle de la famille Guillon – crédit : Juliette SIMON

Pour le reste, il s’agit de sépultures plus simples : une pierre tombale avec une stèle, qui en est la partie verticale. Majoritairement plus récentes, on peut discerner le statut social du défunt car les codes des pierre tombales sont plus faciles à décrypter.

Le matériau utilisé est déjà un élément de comparaison certain. Il en existe trois types : le plus commun est le granit ; celui symbole de noblesse est le marbre ; enfin, le moins exploité devient la pierre calcaire.

J’ai effectivement constaté que le granit était ce qu’il y avait de plus répandu. On peut en choisir sa couleur, sa structure ou son grain. C’est également la pierre qui s’entretient le mieux car elle résiste à la chaleur, à la saleté, aux rayures mais aussi aux intempéries et à l’humidité, à l’inverse du marbre et de la pierre calcaire qui ont une forte porosité.

Montre-moi ta tombe, je te dirai qui tu es …

Une fois ces différences soulevées, je me suis arrêtée sur de plus petits détails. J’ai en quelque sorte cherché à connaître les défunts, « invisibles » et pourtant à quelques mètres de moi. Avec leur monument funéraire, il m’était possible de découvrir plus que leurs simples nom, dates de naissance et de décès. J’ai ainsi relevé plusieurs catégories d’individus.

Il y a d’abord ceux qui sont morts lors d’un évènement historique ou dans le cadre d’une opération extérieure dans l’armée française. Ce passage de leur vie est toujours notifié sur la stèle, visible de tous. Il parait important pour les proches d’inscrire cette information. Mais à qui sert-elle ? Est-elle nécessaire pour s’en rappeler ? Est-ce pour les visiteurs du cimetière ? Je comprends le besoin d’honorer la mémoire, cependant l’hommage en lui-même n’en sera pas plus fort ; il est là symboliquement. La peur de l’oubli semble régir notre rapport à la mort. C’est selon moi, ce qui justifierait le fait de tout écrire, pour se souvenir et se recueillir.

Sépulture de Pascal Georges Desvaux – crédit : Juliette SIMON

D’autres ne sont pas morts à cause d’une guerre mais ont été persécutés et déportés, à cause de leur religion. Ils ont ressenti le besoin de l’inscrire sur leur stèle car cet évènement traumatique qu’est la Shoah a marqué leur vie. Je trouve cette inscription intrigante car ils souhaitent donc conserver auprès d’eux ce douloureux souvenir, même après la mort.

Sépulture de Gitle Barszczewski et d’Hervé Jacubowiez – crédit : Juliette SIMON

Dans un registre plus doux, beaucoup de pierres tombales ont été réalisées pour sceller un lien entre deux personnes. Souvent des couples, la relation qui les a unis dans la vie semble perdurer pour l’éternité. J’ai été marquée par cette tombe, sur laquelle deux sculptures représentant un homme et une femme sont assis. Ils semblent discuter, paisiblement.

Sculpture sur une sépulture au cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

D’autres personnes ont vu leur vie rythmée par une passion. Beaucoup d’artistes présents au cimetière du Père Lachaise ont cette précision faite sur leur pierre tombale. Qu’ils soient écrivain, musicien ou peintre, un signe ou des mots viennent inscrire leur activité dans la pierre.

La personnalité du défunt peut également s’exprimer à travers les plantes et les fleurs que ses proches choisissent de déposer sur sa tombe. Ces deux sépultures m’ont marquée car j’ai trouvé qu’elles étaient dignes d’un jardin, à elles seules elles embellissaient la pierre tombale. Il y a quelque chose de très personnel sur ces deux sépultures ; j’avais comme l’impression d’entrer dans le jardin privé des proches et du défunt, lieu où ils se retrouveraient pour communiquer. Ces plantes doivent demander un certain entretien ; c’est attendrissant de voir se développer la vie, au fil des saisons, dans cet univers d’apparence régi par la mort.

Sépulture de la famille Mendes Simao et Vieira Monteiro – crédit : Juliette SIMON

 

Sépulture fleurie d’une famille asiatique – crédit : Juliette SIMON

Enfin, des objets anodins m’ont étonnée, ils étaient placés sur les tombes comme on place des porte-bonheurs sur une étagère. Le champ d’interprétation est vaste et j’ai préféré ne pas m’y prêter, pour préserver l’intimité des défunts.

Sépulture de la famille Maily- crédit : Juliette SIMON

J’ai également découvert dans le cimetière que de nombreuses personnes avaient préparé leur sépulture avant de mourrir. Pourquoi tant de prévisions face à la mort ? J’ai cherché des réponses et ce qui est le plus revenu, c’est l’aspect pratique. Cela évite aux proches en deuil de s’afférer avec les dernières volontés du défunt. Ce dernier est aussi sûr d’avoir une sépulture à son goût et à son image. Pour certains, cette préparation a quelque chose de rassurant. C’est une étape de plus vers la fin mais le début d’une nouveauté, d’un renouvellement. J’ai progressivement compris l’appréhension qui réside dans l’idée de mort : la peur d’être oublié.

La nécessité d’un au-delà à proximité

Après ces quelques semaines de réflexions, je pense la mort d’une façon différente. La « pensée humaine » est faite de sorte à ce que l’on se souvienne de notre vécu. Ce vécu intègre d’autres personnes, notamment celles qui nous sont chères. C’est donc par cette logique que j’ai compris que la mémoire ne pouvait pas tout résoudre. La douleur d’une absence ne peut être palliée par un souvenir agréable. Il en faut plus. Les photos, les objets, certaines paroles répétées et transmises sont autant d’éléments qui apaisent et nous rapprochent d’un proche, justement. Cependant, quand une personne meurt, nous ne pouvons pas nous empêcher de la situer. Elle n’est plus « là ». On emploie un vocabulaire du registre du voyage qui évoque l’ailleurs, le départ et la durée indéterminée qu’on prendra à la retrouver. Cette « disparition » nécessite donc un lieu symbolique où le défunt pourrait rester. Cet endroit prend diverses formes selon les sociétés et les croyances mais il existe pour tous. Chez nous, c’est donc le cimetière tel que celui du Père Lachaise qui fait office d’un « ailleurs ». La symbolique de ce lieu permet de nourrir un imaginaire collectif et par celui-ci, notre rapport à la mort.

Désormais, j’appréhende le cimetière d’un oeil neuf. J’ai même ressenti le besoin d’aller sur la tombe de mes arrière-grands-parents que je n’ai jamais connus. J’étais émue là où, auparavant, je ne pensais rien ressentir. L’utilité du cimetière comme lieu de médiation m’est alors apparue comme évidente.

Tout n’est, finalement, qu’une question de perception et d’expérience.

Juliette SIMON

Le Père Lachaise, cimetière aux matériaux fragiles mais à l’identité plus que jamais vivante

Le cimetière du père Lachaise déroute autant qu’il fascine. C’est par trois fois que je visite le cimetière, et chaque rendez-vous dans ce parc labyrinthique ne saurait se ressembler. Les diverses identités des architectures et des matériaux qui coexistent sont magnétiques ; et nous font systématiquement changer d’itinéraire. C’est alors le dessin du lieu qui ne laisse pas indifférent, après tout, l’idée de se promener dans un parc à l’anglaise macabre n’est pas commun. C’est pourtant une véritable visite dans un musée à l’air libre, où les morts ont une vie fascinante.

Le plus grand cimetière de Paris intra-muros a près de 220 ans. Si l’on voit un grand projet d’urbanisme immense de ses 43 hectares étendus, un changement de perspective nous dévoile l’entretien minutieux de cet endroit composite. Si de grandes politiques ont façonné cet endroit classé au titre des monuments historiques depuis 1993, il est important de souligner que ce sont de petites mains quotidiennes au fil du temps qui assurent la maintenance du cimetière.

Un soin Particulier

Au cours d’une de mes visites j’ai pu rencontrer les petites mains de Fabien. Il est un ayant droit d’un espace funéraire auquel il revient le devoir d’entretenir s’il le désire. Son souhait : restaurer le mausolée familial pour qu’il puisse y être enterré à son tour et les siens également. Outils en tout genre et blocs de pierre gigantesques l’entourent ; le chantier est de taille. Les outils sont de toutes les tailles pour convenir à tous les travaux possibles, les peintures sont savamment sélectionnées pour correspondre parfaitement aux matériaux. Pas de place à l’interprétation ou à l’innovation ici.

Quand Fabien s’est engagé, c’est une véritable expédition administrative mais aussi matérielle dans laquelle il s’est embarquée. Après l’étude de son dossier sur plus de deux années, devis de plusieurs centaines de milliers d’euros, choix précis des pierres et peintures, recherche de mécènes…. Fabien a pu enfin entamer les travaux. Courageux car seul, avec le temps qui passe et au fur et à mesure Fabien se rend compte de la fragilité des matériaux qu’il touche. Ajoutons les contraintes qui pèsent, les architectes des bâtiments de France ont donné le feu vert à cet homme mais pas question de changer quoi que ce soit, il s’agit uniquement d’une restauration.

Mausolée de familliale Fabien I Credit : Kevin Gaillard

 

Fabien nous avouera non sans déception que son projet est souvent compromis dû à la charge de travail. Difficile alors de ne pas s’émouvoir d’un homme pour qui la préservation de la mémoire n’est pas seulement question de pierres mortes et de leurs agencement; mais d’une mémoire qu’il veut rendre vivante si bien qu’il souhaite en faire partie. Le passé de ses ancêtres est pour lui un projet d’avenir. Il souhaite aussi faire partie du décor.

Son attention au détail est chirurgicale, il n’hésite pas à prendre les positions les plus incommodantes pour peindre une seule des dizaines de flèches de la grille d’entrée du caveau.« C’est usant, mais on en tire une grande satisfaction » nous dit-il avec un grand sourire lorsqu’on l’interroge sur la pénibilité de sa quête. Cette remarque pourtant anodine prend un sens symbolique dans ce lieu. L’idée de méditation jaillit directement à l’esprit. Cet homme n’entreprend pas seulement un projet de restauration, dans ce processus, il se recueille.

De la même manière qu’on entretient une plante dans un jardin pour qu’elle puisse grandir, Fabien cisèle et peint ses pierres pour leur rendre leur éclat. Un acte de maintenance au caractère quasi invocatoire, à la portée contemplative, voilà le geste rempli de sens que l’on peut observer.

Chaque mouvement, le plus délicat soit-il, dépeint tout le respect et l’écoute donnée au matériau. On pourrait presque, par transfert, considérer que le respect donné à ce mausolée est donné aux morts qui le composent. L’éclat rendu à la pierre est réalité rendue à la mémoire de ses aïeux. Cette restauration porterait quasiment en elle toute la complexité et la symbolique du cimetière, un lieu de recueillement solennel où les vivants peuvent, eux aussi, s’adonner au repos et à la contemplation.

 

Un matériau vivant 

Si la fragilité du matériau qu’est la pierre qui se fissure ou la couleur d’une peinture qui s’éteint sont déjà des problématiques de taille, la végétation qui pousse tout sur son passage en est une autre. Des tombes en suspension sur des souches d’arbres aux racines destructrices, des écritures cachées par les lierres enveloppants, une véritable lutte du territoire semble se jouer au cimetière.

 

Souche d’arbre poussant sur une tombe I Crédit : Kevin Gaillard

Une tension existe entre deux matériaux différents. Le matériel inerte avec les tombes mais aussi le matériel vivant avec l’écosystème sur lesquelles elles reposent. C’est toute la dualité de l’identité du lieu qui se révèle à nous, la notion de parc semble prendre pas sur l’idée de recueillement.

Tailler, raccourcir , arracher? Ces décisions paraissant simples, sont plus dures à penser qu’il n’y paraît. Un arbre centenaire aurait-il moins de légitimité à l’entretien que les tombes qui lui succèdent? Le matériau végétale pose des contraintes bien différentes au parc et Fabien s’en est vite rendu compte. Comment appliquer une maintenance, une restauration à un matériau qui ne cherche que l’expansion ?

« On devra alors juste débroussailler chaque année et espérer que la mairie prenne en main le problème.Sinon il faut prier pour que les racines ne fassent pas plus de dégâts. Regarder les tombes plus loin elles sont complètement détruites ! » Nous dit Fabien en plein travail.

La ville de Paris est visiblement soucieuse d’un maintien d’écosystème où il existe un équilibre d’après les affiches du parc :

« Par ailleurs, l’entretien opéré par les jardiniers est sans traitement phytosanitaire depuis 2015, ce qui participe à l’émergence des plantes sauvages endémiques très appréciées par les insectes. »

Cela encourage la pousse sauvage des végétaux, notamment de fleurs essentielles à la présence d’animaux dans le parc. Cette politique lancée il y maintenant quelques années semble renouer avec les racines du lieu. À l’origine un jardin, c’est au XVIIe siècle que les Jésuites l’ont acquis de 17 hectares dans l’est parisien. Le père François d’Aix de La Chaise, dit « le Père Lachaise », était confesseur de Louis XIV. Il a activement contribué à l’élargissement et l’embellissement du parc. Pensé alors comme un espace vert, ce n’est qu’au début du XIXe siècle, que sous décret préfectoral, il sera demandé à l’architecte Brongniart de transformer le domaine des Jésuites en cimetière ; pour pallier au manque de sépultures dans Paris intra-muros. Une forme de retour aux sources parais se dérouler, la préservation d’un espace vert préexistant au cimetière lui-même. La situation de Fabien ne semble donc pas trouver écho dans la politique de maintenance du parc, c’est une cohabitation forcée pour l’instant.

Une nouvelle vision portée sur l’écologie et le développement durable s’est imposée dans la politique de maintenance. Le cimetière doit être un lieu qui assume son patrimoine naturel riche et complexe et il sait le sublimer et mieux encore le préserver et le renouveler. L’exemple du  pari de l’auto-régulation par la présence de certaines espèces est révélateur de cette volonté. En effet, certaines espèces d’oiseaux comme l’épervier sont alors introduites pour la chasse aux nuisibles. Ces espèces sont entretenues, maintenues presque choyées car faisant elles même partie des outils ou même acteur de la maintenance. Le maintien du lieu est assurée non par un agent d’entretien aux couleurs de la mairie de Paris mais par un prédateur naturel qui chasse en milieu réglementé. La maintenance par l’organisation d’un éco-système préalablement pensé témoigne de l’écoute liée au matériel vivant. Matériel vivant qui compose avec le matériau inerte. Il n’est pas seulement élément du décor mais acteur engagé dans la maintenance du lieu.

Comme on peut donc le remarquer, la faune n’est pas en reste, une attention particulière lui est donnée. Si la sépulture de Fabien est reconnue comme faisant partie du patrimoine par les architectes des bâtiments de France, d’autres acteurs du parc plus surprenants le sont aussi. En effet, véritable guide dans ce dédale colossal, la figure du chat bénéficie d’une protection depuis 1999 au Père Lachaise. Ces visiteurs, bien silencieux, ne s’embêtent pas des grands chemins tracés et signalisations ; ils savent se faufiler dans chaque recoin du parc pour nous révéler toute la complexité du lieu. Comme il existe Fabien pour entretenir sa tombe, il existe une personne pour assurer le bien-être des chats du Parc. Nourriture et suivi médical sont déployés soit par des particuliers ou des personnes de l’administration du lieu. Mais si l’on s’attarde sur la figure du chat, le parc ne se résume pas à ce seul animal. C’est au total 140 espèces animales sauvages qui existent dans le cimetière.

Chat errant du cimetière I Crédit Kevin Gaillard

Mon préféré : annonciateur de mauvaises nouvelles et lié à la mort, c’est sans aucun doute la présence du corbeau qui fait le plus sens au cimetière. En effet, La figure du corbeau est assurément un élément scénique primordial pour développer l’atmosphère souvent lugubre du parc. Tout droit sortis d’un poème d’Edgar Allan Poe, les tombes semblent sublimées par leur présence et l’administration du parc le sait. J’ai d’ailleurs pu observer leurs pattes étiquetées, témoignant d’un suivi tout particulier accordé à ces croquemorts au long manteau noir. Ces corbeaux y trouvent toute leur place si bien que parfois, ils remplacent même pendant un court instant, les statuettes dégradés ou volées des mausolées gothiques. Ils constituent l’identité visuelle du parc, ils font partie même du mobilier urbain, c’est un matériau à part entière qui change sans cesse la composition visuelle du parc.

Pierres mortes au destin animé

Au sein même de ce matériau vivant se distingue d’ailleurs celui qui est sauvage et celui qui est domestique. Les pousses sauvages contrastées par les arbustes fleuris bien taillés ; et les chats errants le jour altèrent la garde du cimetière avec les fouines la nuit. Faune et flore semblent alors faire partie du théâtre que serait le cimetière. Là où les tombes trop souvent fragiles, mais riches de leurs architectures si variées, sont un décor aussi bien maintenu que changeant au fil des années. Du travail acharné de Fabien en passant par le prélassemement d’un chat errant sur une tombe, ce sont tous ces acteurs du parc qui se croisent à chaque instant au cimetière. Tous assurent la maintenance à leur manière et jouent avec les matériaux à leur disposition. Au père Lachaise, chaque scène est unique comme chaque balade.

 

Corbeau siégeant sur une le sommet d’une sépulture I Crédit : Kevin Gaillard

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search