Comment les data centers dialoguent avec la ville ?

Tout au long de ce semestre, les étudiants de première année du Master Médias, Communication et Villes numériques ont enquêté sur la place des data centers dans la dynamique des villes. Ces structures s’inscrivent dans le territoire et occupent la cité de façon discrète, en investissant des anciens bâtiments qui servent de « coquilles vides » à ces installations. En revanche, ces data centers deviennent visibles par les questions qu’ils soulèvent : la sécurité de ces espaces (et des données stockées) ; la préférence accordée à certains territoires pour leur installation ; le coût écologique de leur activité (bruit, chaleur, énergie) ; les conditions de travail (contrat de confidentialité, formation, emploi).

Lors de nos deux sorties, les 9 et 16 novembre 2021, les étudiants se sont rendus compte qu’observer la ville, dans son quotidien, est un exercice qui n’a rien de simple. Se poser, regarder, noter, s’intéresser à ce qui se passe exige une patience accompagnée d’un regard sociologique. Le détail, la banalité et la normalité cachent potentiellement des réalités et des pratiques assez complexes propres à la vie collective. Dans ce sens, les data centers constituent un objet assez intéressant, car ils sont justement conçus pour passer inaperçus : derrière les façades de beaux immeubles haussmanniens de Paris ou mêlés aux différents entrepôts d’Aubervilliers.

Les étudiants arrivent sur ce terrain sans pour autant savoir exactement ce qu’ils cherchent. Ils n’ont jamais visité un data centers auparavant et se trouvent devant un objet inconnu. En tous cas, des structures qui ne sont proches que par les textes lus en classe, en particulier la thèse de Clément Marquet*. Ils ont su faire preuve d’inventivité. Malgré les nombreux signes de dissuasion (caméras, absence de signalétique ostensible, portails imposants), ils ont osé franchir les portes de ces entreprises. Pour échanger avec des employés, ils  se sont servis de leur statut d’étudiant, du fait d’enquêter en groupe et des failles  – comme la femme de ménage qui les a laissés accéder le bâtiment par une entrée secondaire. Ils ont jamais dépassé le hall d’entrée du bâtiment.

Ces comptes rendus de fin de semestre reprennent nos expériences. Notre temps ensemble a été court et ces textes ne sont que des points de départ pour des enquêtes futures. La richesse de ce travail vient justement de la diversité des points de vue. Finalement, ce n’est qu’un carnet de terrain collectif, où chacun a la possibilité de contribuer au débat en traitant un aspect en particulier.

Photo Michael Dziedzic/Unsplash

Promotion 2021/2022 : Sous le ciel de Paris…. le cloud ?

Tout d’abord, pour rendre compte de l’(in)visibilité de ces entreprises, Lucile Vaillant s’intéresse aux signalétiques afin de trouver des indices pour repérer le lieu : Qu’est-ce que les data centers ont-ils de discernable ? Dans ce sens, Maëva Kajjiou et Lydia Selahdja, révèlent les dynamiques des lieux de ces installations et les caractéristiques urbanistiques qui les rendent (in)visibles et l’intérêt de leur présence. Enfin Brian Akloo et Mathilde Chantreuil abordent la manière dont invisibilité et sécurité sont indissociables à partir d’entretiens exploratoires réalisés lors de sorties en ville.

Ensuite, Cassilde Le Huédé aborde ce qu’elle appelle le paradoxe entre sécurité et fragilité. Elle note que derrière le discours de contrôle, on observe une certaine vulnérabilité perceptible dans les modes d’accès de ces infrastructures. Ainsi, Alysée Delaruelle décrit son expérience de demande de rendez-vous pour visiter un date center à Paris.

Parallèlement, Alix Caudart et Eulalie Faucher adoptent une approche comparative entre Paris et Aubervilliers, avec un contenu multimédia. Jean-Paul Collet s’intéresse au choix de l’emplacement de ces entreprises, particulièrement des data centers parisiens. Il se questionne sur comment des structures implantés en centre ville ont su se rendre indiscernables dans le territoire. À cet égard, la localisation est l’objet du compte rendu de Carla Sommet et Lina Belghaouti : Qu’est-ce qu’un territoire attractif pour un data center ? Elles remarquent un écosystème particulier par le fait que ces structures sont situés à côté d’espaces de coworking, d’établissements d’enseignement, d’immeubles de bureaux et d’autres acteurs.

En ce qui concerne la maintenance, Jeanne Morvan et Lorraine Boutet enquêtent sur la formation des professionnels qui travaillent dans le secteur. Leur objectif est de comprendre comment l’implantation des data centers est un vecteur de lutte contre le chômage en Seine-Saint-Denis. De même l’article de Richard Bouttement aborde les conditions de travail des employés, entre bruit des machines, climatisation intense, contrat de confidentialité et stress psychologique.

Enfin Alexandre Levy présente un panorama du secteur en France, en utilisant l’exemple de l’entreprise OVH. Il revient sur certains termes, acronymes et expressions.


* Nous remercions la participation généreuse de Clément Marquet dans notre parcours d’enquête pour le partage de sa thèse Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville (Université Paris-Saclay, 2019, 403p) et  les échanges avec les étudiants lors de la séance du 30 novembre 2021. 

Les Data Centers, un univers sous pression ?

La sécurité avant tout

L’installation des data Centers à Paris et dans sa proche banlieue se réalise dans une certaine opacité. Lors de nos diverses visites, j’ai pu constater l’absence totale d’indication de présence des data center, que ce soit en plein centre de Paris ou à Aubervilliers. A cela ce couple une surveillance très poussée notamment avec la mise en place d’un nombre très élevé de caméra aux alentours et dans les structures ainsi que des gardes pour surveiller. L’exemple Parisiens étant particuliers, en plein dans un immeuble dans lesquels on envisage pas la présence de cette structure, j’évoque notamment ici aux deux data Centers réalisé visité à Aubervilliers qui sont tout deux protégés par des grilles à l’entrée qu’il faut chacune passé en communiquant avec le garde de l’accueil. Si il ne veut pas vous laisser rentrer, vous vous arrêtez là. Tout ceci nous plonge dans une atmosphère particulière. On sent que l’on entre dans un endroit très sécurisé et surtout très surveillé. 

Les data centers de la capital : Fluctuat Nec Mergiture

Cependant, ce qui m’a paru le plus impressionnant sont les réactions des employés au sein de ces entités. La première visite s’est déroulée dans un Data center à Paris centre. Tout est caché. Rien n’est indiqué. Le data center se trouve derrière une porte blindée pleine d’étiquettes en mode mission secrète. Des conteurs numériques. 

Nous nous adressons dans un premier temps à un employé qui nous renvoie vers un second employé censé pouvoir mieux nous répondre. Celui-ci sort et parle avec nous. Nous pouvons observer sur son visage un certain stress. Rapidement avec mes camarades nous le rassurons et lui posons des questions sur sa propre vie privée par rapport au travers pour gagner sa confiance et l’apaiser Un court intervalle de temps après ça sortis, il est assez rapidement rejoint par une seconde employée. A ce moment-là, la sensation que l’employé est surveillé par ce qui semble être sa propre collègue s’impose. Y’a t’il un autocontrôle des employés envers leur propre collègue ? L’atmosphère a donc légèrement changé et nous avons dû à nouveau à travers des mots rassurant apaiser les inquiétudes de cette collègue. Cependant la sensation que l’interview devait s’arrêter se faisait sentir. Nous sommes partis peu de temps après. 

S’ensuit notre deuxième session de visites réalisée à Aubervilliers, l’un des plus gros point de concentration de data centers en France. 

La banlieue aussi à ses data Centers 

Au commencement de nos visites, nous nous dirigeâmes vers le DATA CENTER GTT. Arrivée devant ce qui semblait être le bâtiment accueillant les infrastructures, aucune indication. Nous sonnâmes, dialoguaient avec un employé qui s’avérait être l’agent de sécurité et de surveillance de la structure. Lorsqu’il nous a accueillis, il sembla être sur ces gardes. Soit il semblait connaître peu d’éléments sur son entreprise, soit il ne désirait pas communiquer avec nous. Peut-être était-il gêné par notre nombre, près d’une douzaine. Ainsi La phrase « je ne peux vraiment pas vous donner plus d’information » semblait être redondante. Son visage s’est d’autant plus crispé lorsque nous avons voulu prendre des photos. Chacun de nos faits et gestes étaient surveillé et ils nous à ouvertement dit que s’il nous en disait trop, il perdait sa place. En voulant prendre des photos ne serait-ce que de l’accueil, il perdit son sang-froid et laissa parler son stress en nous lançant l’injonction « arrêter ». Voyant que nous pouvions retirer plus d’informations de notre entretien, nous sommes partis.

Une atmosphère particulière

Pour notre seconde visite de data centers, nous nous sommes dirigés vers le site de EQUINIX, proche de l’université Condorcet. Bien que le bâtiment soit entièrement consacré à l’activité de Data Center, toujours aucun nom n’était indiqué devant. Là encore, nous nous trouvâmes devant un salse d’entrée protégé par une grille. Pour obtenir l’ouverture, il fallait convaincre l’agent de l’accueil de nous ouvrir. Une fois l’accord obtenu, nous nous trouvons dans une salse où une seule personne peut entrer. Un par un avec mes camarades nous entrons. L’agent de l’accueil assure ne rien pouvoir nous dire à ce sujet mais appelle un collègue à elle susceptible de mieux nous répondre. En revanche elle vante une très bonne ambiance pour les équipes. Est-ce vrai ? Outre tous ces éléments, j’ai été encore plus marqué par la réaction du dernier employé que nous avons interviewé. Son collègue arrive, Il s’agissait d’un trentenaire. Assez jeune, sûre de lui. Pour commencer nous avons dû attendre qu’il sorte de la partie privative des locaux pour pouvoir l’interroger. Une fois l’avoir vu passer le salse à reconnaissance digitale, nous avons pu entamer un entretien. Le début de notre interview se déroule comme les précédentes, une fois de plus il nous fait part de la sensibilité des informations et des données stockées ici. Cependant il semble un peu plus disposés à communiquer avec nous que les précédentes personnes que nous avions interviewées jusqu’ici. Mais ce qui nous intéresse dans cette discussion est le déroulement de l’interview et l’évolution de son atmosphère. Au début, nous sommes seul avec l’employé dans le hall d’accueil ( notre camarade discutant avec la standardiste ). Lorsqu’il s’adresse à nous, il est calme, sûr de lui et parle avec une voix assez forte. On pourrait même dire qu’il était bavard. Cinq minutes plus tard, un groupe d’une demi-douzaine de personnes s’apprête à sortir à leur tour de l’espace privatif du Data center. A ce moment-là, l’employé jeta un regard furtif dans leur direction. Et c’est là que le plus intéressant se déroule. C’est alors qu’il change totalement d’attitude. L’atmosphère se refroidit. Sa posture qui jusqu’alors était décontractée se raidit. L’expression de son visage passe de sympathique à stresser. Les informations qu’il nous donne sont beaucoup plus générales, bien plus évasives et de moins en moins précises. Enfin la tonalité changea complètement. Il passe d’une voix stable et imposante à une voix à la limite du chuchotement . Son regard semblait traduire une sonnette d’alarme. Au vue de la tenue que ces personnes portaient sur elles et de leurs attitudes, nous pouvons penser que le groupe était composé de clients ou même de responsables de l’entreprise. En tout cas. Le changement d’attitude et d’atmosphère qui se présente à nous lorsque ce groupe arrive dans le hall est flagrant et témoigne du stress qui est posé sur ces employés. Cette fois-ci était beaucoup plus implicite que la première et pourtant bien plus démonstrative. 

Autre élément important à noter ; les data centers sont des lieux qui emploi des employés avec un niveau de qualification ne nécessitant pas forcément d’avoir réaliser de longues études. Cela a notamment pour conséquences que les employés embauchés n’ont pour la plupart pas l’habitude de ce retrouver avec des postes à forte responsabilité ou la moindre erreur de leurs parts peut avoir de graves conséquences. Or cette profession contient cette particularité, elle nécessite une stricte discipline et savoir garder les choses secrètes car ce sont des informations sensibles et que les conséquences pourraient être graves. Ainsi, les employés que nous avons rencontrés étant pour la plupart issus d’une reconversion professionnelle ont pour certain un stress et des responsabilités a supporté qu’il n’avait pas avant . Cela peut jouer notamment lorsque qu’ils entretiennent des rapports d’échanges avec des personnes essayant de se renseigner sur leur cœur de métier. C’est ce que nous avons ressentis avec mes camarades. 

Conclusion

Pour conclure, cet article s’achève sur la conviction qu’être employé dans un data centers nous amène à subir une forte pression psychologique. Cela peut s’expliquer par plusieurs éléments. Premièrement, les data centers sont amenés à gérer des données très importantes, celles de toutes nos vies, de toutes nos activités, de nos banques en passant par la sécurité sociale etc… Ces informations doivent absolument rester secrètes et, nous le savons aujourd’hui, sont parfois la source d’attaque pirate et de tentative d’intrusion. Ainsi la pression qu’exerce cette responsabilité sur des employés qui jusqu’à présent n’était pour la plupart pas habitués à subir cela peut s’avérer être une charge assez lourde à porter sur ces épaules. Deuxièmement, la charte de confidentialité que ces employés signent les obligent à garder la même discrétion envers des étudiants curieux qu’avec leur propre entourage. Aucune information ne peut et ne doit sortir . Ainsi il ne peuvent rien partager de leur travail avec leur propre famille ceux qui peut ajouter un poids. Il m’a semblé constater une sorte d’auto-contrôle des employés entre eux, notamment à Paris mais aussi par la structure elle-même. Les caméras sont là pour surveiller les visiteurs ou aussi les employés. En effet, il semblerait que les employés soient sous étroite surveillance. Enfin, je suis persuadé que l’univers ultra sécurisé dans lequel travaillent ses employés alimente une environnement psychologique tendu. Tous ces éléments combinés peuvent en partis expliquer le turn over auquel semble être sujet cette profession.

Richard Bouttement

Paris et ses datacenters : machines modernes au cœur de la ville millénaire

La première fois que l’idée de mon compte-rendu a commencé à prendre forme c’était le 15 octobre, jour du séminaire en cours. Avant de commencer à étudier les data centers, j’avais une idée vague de ce qu’ils étaient : de grandes structures perdues dans les périphéries des villes, à l’abri des regards et des dangers, déguisées en entrepôts. Et bien qu’en étudiant les centres de données de la Plaine Commune cette idée ait été confirmée, j’ai été frappé par le nombre de data centers situés en plein coeur de Paris (11 à Paris intra-muros selon france-datacenter.fr).

Passionné par cette ville depuis mon adolescence au Mexique, j’ai appris avec le temps que Paris était bien singulière par rapport aux autres villes du monde : sa densité et son architecture ancienne lui donnaient bien sûr sa célébrité et sa skyline légendaire, mais elles lui fermaient aussi les portes de la modernité et des grandes structures qui demandent, bien entendu, de l’espace.

Le jour du séminaire, en discutant entre camarades, j’ai commencé à penser à ma propre vie dans cette ville ; il y a tellement de moments où, en regardant autour de moi, en flânant dans des rues tracées il y a mille ans, la société numérique dans laquelle on vit semblerait être invisible. Bien sûr, les gens sont sur leurs portables, les écrans nous entourent de plus en plus, mais par l’architecture et les l’urbanisme de la ville il semblerait difficile de dire que tout un monde de données vit derrière.

 

En apprenant donc qu’à Paris il y avait plusieurs data centers, je me suis dit que mes observations auraient lieu dans la ville pour tenter de comprendre non seulement les différentes manières dont ces structures se rendent visibles dans le dense paysage parisien, mais aussi pour analyser le rôle qu’ils jouent dans leurs quartiers d’implantation. Ce qui suit, c’est la narration précise des mes observations du 9 novembre et du 9 décembre 2021 dans le 2e, 8e et 17e arrondissements de Paris. 

 

Paris 2ème : le quartier du Sentier, toute une vie numérique

Le 9 novembre, en groupe, notre classe fit la première visite sur place des data centers parisiens. Dans le quartier du Sentier, à 9h30 du matin, la rue était très animée. Ce jour-là, le sujet de mon compte-rendu n’étant pas très défini, je ne savais pas ce que je voulais observer exactement. Je me laissai donc guider par le groupe, en espérant être supris. 

En quittant le métro Bonne Nouvelle et les grands boulevards, on entra dans les rues sinueuses et étroites du 2ème arrondissement de Paris. Après une dizaine de minutes de marche, on arriva au 38 rue des Jeûneurs où, selon le site france-datacenter.fr, se trouvait un data center. La rue était à l’abri de l’agitation des grands boulevards, et il n’y avait qu’une poignée de passants. L’une de nos camarades, en s’arrêtant, nous dit qu’on y était. Nous nous retrouvions devant un immeuble bien parisien, avec sa pierre de taille, même auteur que les autres, mais ce qui m’a surpris c’étaient ses grandes fenêtres et des portes grandes ouvertes. 

À ce moment-là, je me suis demandé si l’adresse qui était indiquée était la correcte. Pourquoi les portes d’un lieu qui se voudrait sécurisé (selon nos connaissances en cours) seraient ouvertes de cette manière ? Nous sommes donc entrés dans une cour d’immeuble vide, à l’exception d’une ou deux personnes qui faisaient le ménage à l’intérieur du bâtiment. 

Dans la cour, les différents étages du bâtiment étaient marqués, comme sur la façade, par de grandes fenêtres. À l’apparence, rien ne semblait indiquer qu’il y avait un centre de données à l’intérieur de ce bâtiment. En interrogeant la femme de ménage à l’intérieur de l’immeuble, elle nous dit qu’elle ne savait pas de quoi on parlait. 

En regardant les différents étages indiqués sur l’ascenseur, même chose : à part des noms de bureaux et un Starbucks, pas de data center.

On prit les escaliers et ce n’est qu’en arrivant au troisième étage qu’on trouva enfin ce qu’on cherchait : Telehouse. Les fenêtres de l’immeuble, comme le montre la photo ci-dessous, nous montrèrent l’évident. Là où il y avait un data center, impossible de regarder à travers.

 

Image de la cour intérieure de l’immeuble 38 rue des Jeûneurs, prise depuis le 3ème étage

 

Je fus surpris par un paradoxe auquel je ne m’y attendais pas. Je pensais que les data centers à Paris auraient la porte fermée, mais celui-ci nous accueillit d’une manière inattendue. Non seulement nous réussîmes à entrer dans l’immeuble, mais le technicien du data center nous accorda aussi quelques minutes d’entretien, où il nous parla de son rôle là-dedans et de la relative ancienneté du lieu (premier centre Telehouse à Paris ouvert en 1996).

L’invisibilité de ce data center fut donc pensée de manière subtile, en se plaçant en hauteur (3e et 4e étages) et en déguisant ses fenêtres (voir la photo ci-dessus). 

Je me suis donc demandé, en sortant du lieu, après 45 minutes d’observation, quel rôle pouvait jouer un data center dans ce quartier si dense de Paris. Je pense que tout simplement que la proximité serait son facteur d’attractivité principal, chose que le site web de Telehouse France confirme plus ou moins, en se vantant de ses « localisations stratégiques ». 

 

Paris 8ème : rue du Faubourg Saint-Honoré, des données qui frôlent le pouvoir

Mes deux dernières observations eurent lieu un mois plus tard, le jeudi 9 décembre. Au moment de voir la carte des data centers à Paris, celui qui m’avait interpellé le plus c’était celui du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré. Comment un data canter pouvait-il exister à deux pas du palais présidentiel, de l’Élysée ? 

Le 9 décembre, je me levai donc avec plein de doutes : pourrai-je observer quelque chose ? L’accès à l’immeuble sera-t-il possible ? Quels clients pourraient bénéficier d’un tel emplacement ? J’avais aussi légèrement peur de faire des observations dans ce quartier de la Madeleine, synonyme de pouvoir. 

Dans la ligne 1 du métro, station Concorde, il n’y avait pas beaucoup de gens à 13h de l’après-midi. En sortant, je vis surtout des touristes aux regards curieux qui ne cessaient de s’arrêter devant les monuments. Je voulus d’abord faire un tour du quartier pour comprendre son écosystème, ses commerces et raisons d’être. Je pris donc la rue de Rivoli, puis à gauche, rue de Castiglione, pour monter vers la place Vendôme. Sans surprise, j’observai les grands hôtels et boutiques de luxe qui s’enchaînaient. 

En arrivant place Vendôme je fis le tour de joailleries, du Ministère de la Justice, puis notai les différentes entreprises situées aux quatre coins de la place royale.

Photo de la liste des entreprises et organismes logés à l’Hôtel d’Evreux, 19 place Vendôme (75008)

Ci-dessus, je prends en photo les noms des entreprises et bureaux installés dans l’un des somptueux hôtels particuliers de la place.

En comprenant que de nombreuses grandes marques de luxe (Valentino, Dior, Schiaparelli, etc.) et de bureaux d’avocats s’étaient installés dans le quartier, je me dis que le data center rue du Faubourg Saint-Honoré leur serait utile grâce à sa localisation toute proche. 

Je pris ensuite le tracé médiéval de la rue Saint-Honoré, au nord de la place, pour marcher vers l’ouest, en direction du data center. La rue sinueuse me présenta des centaines de boutiques de luxe et de joaillerie qui s’enchaînaient l’une après l’autre, leur renom devenant majeur le plus je m’avançais. Par moments, des portes se trouvaient ouvertes pour présenter une liste d’entreprises et de bureaux dans leurs bâtiments respectifs, comme photographié ci-dessous :

Photo prise de l’interphone d’un immeuble situé rue Saint-Honoré (75008). À noter : les bureaux de Dior, Valentino, et plusieurs bureaux d’avocats.

Je continuai, émerveillé par la beauté de la rue et par le nombre impressionnant de passants, touristes bien habillés et véhicules, puis traversai la rue Royale pour arriver enfin rue du Faubourg Saint-Honoré. 

Continuation de la rue où je me trouvais, je ne fus pas surpris par ce qu’elle me proposait : boutiques de luxe, grandes marques de mode. Je notai cependant un nombre moindre de gens sur la rue, comme si j’entrais véritablement dans le faubourg d’une ville. Il y avait encore beaucoup de boutiques, certes, mais elles devenaient de plus en plus exclusives (Hermès, Roger Vivier, Cartier, Saint-Laurent, etc…) et leurs portes étaient gardées. 

Après une pause déjeuner rue de Surène, juste à côté, j’allai enfin vers le data center, à deux pas. Je vis l’ambassade d’Ouzbékistan en descendant la rue d’Aguesseau, puis arrivai rue du Faubourg Saint-Honoré devant la résidence de l’ambassadeur américain : j’étais certainement à côté du pouvoir. 

En regardant à droite, il n’y avait plus de véhicules : je vis l’Élysée. Je marchai vers le numéro 68, et décidai d’y entrer. Comme le data center rue des Jeûneurs, les portes automatiques s’ouvrirent. À ma surprise, et contrairement au premier data center, celui-ci (Claranet) était indiqué, aux côtés des autres noms logés à l’adresse, dès l’entrée du bâtiment (voir photo ci-dessous).

Je m’avançai le long d’un couloir moderne, immaculé, et arrivai à l’accueil. Devant moi, un immense jardin intérieur était entouré d’immeubles. J’expliquai à une jeune femme qui j’étais, pourquoi je venais, et lui demandai si elle connaissait l’existence du data center dans l’immeuble. Elle me dit que non, qu’elle ne savait pas car elle avait récemment commencé à travailler à cette adresse. En me dit ensuite que si je souhaitais entrer il fallait que je prenne rendez-vous. 

J’aurais bien aimé lui poser plus de questions, l’interroger sur d’éventuelles nuisances sonores (en sachant que c’est l’une des particularités des data centers), mais dans le stress du moment je sortis dans la rue et restai devant l’immeuble. 

Après une recherche rapide sur le site de Claranet, je vis, comme pour le premier data center, l’idée de « Cloud de proximité ». J’appris aussi que Claranet avait des partenariats avec des géants du stockage, comme Google Cloud, Amazon Web Services et Microsoft.

 

Ma conclusion de ce centre de données, si proche du pouvoir, de grandes entreprises et de milliers de bureaux, fut qu’il avait été installé rue du Faubourg Saint-Honoré pour des questions (comme le premier) de proximité. En ayant des liens avec les géants du stockage, ce ne serait pas surprenant d’apprendre que les grandes entreprises parisiennes et marques de luxe du quartier, profitant d’une grande couverture médiatique, chercheraient à stocker leurs données au coeur de la ville. Bien que je sois resté avec l’envie d’entrer dans l’immeuble et de tenter d’observer plus d’indices visuelles de son existence, je reste intrigué par la présence du nom à l’entrée du lieu et par l’ignorance de l’accueil, comme si j’avais eu devant moi un grand paradoxe du visible et de l’invisible, du dit et de l’inconnu. 

Photo prise de la rue du Faubourg Saint-Honoré le 9 décembre 2021 à 14h25
Entrée de l’immeuble moderne du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré

 

Paris 17ème : le data center (presque) invisible de la rue de la Condamine

Ma dernière visite eut lieu le même jour, quelques heures plus tard, dans le quartier des Batignolles du 17ème arrondissement. 

Je pris le métro à Pyramides, avenue de l’Opéra, puis arrivai à Pont Cardinet vers 15h. Après quelques minutes de marche, je compris que je n’étais plus dans même quartier ; il n’y avait plus de boutiques de luxe ni de ministères, mais un nombre impressionnant de commerces, services, cafés, restaurants… Les Batignolles sont un quartier différent, et à 15h ce jeudi il était très animé. Son architecture, comme partout dans Paris, est assez dense. Mais celle du quartier est un peu plus basse, vestige du village qu’il était il y a quelques siècles. 

Après avoir pris la rue Boursault, je montai par la rue de la Condamine, où se trouve le data center. Je remarquai que dans la rue il n’y avait pas trop de passants, mais qu’elle était un lieu de passage de véhicules, assez bruyante. 

Photo prise de la rue de la Condamine (75017) le 9 décembre à 15h23

En arrivant devant l’immeuble je fus impressionné par son aspect vétuste. Tout semblait indiquer que l’immeuble était abandonné : porte principale condamnée (voir photo ci-dessous), fenêtres du rez-de-chaussé opaques… Bref, j’allai sur le trottoir d’en face pour regarder les fenêtres des autres étages, mais l’immeuble semblait complètement vide. 

Porte couverte/condamnée du data center de la rue de la Condamine
Sonnette du data center rue de la Condamine, avec sa caméra de surveillance et le nom du centre de données

J’approchai donc une porte de garage, à gauche de l’immeuble, et trouvai une toute petite sonnette accompagnée d’une caméra de surveillance avec « Global SP » marqué juste au-dessus. En vérifiant sur le site des data centers, je confirmai qu’il s’appelait ainsi. 

Je sonnai et la porte s’ouvrit quelques secondes après. J’étais dans une grande réception, aux plafonds hauts et à l’aspect aussi vétuste, mais avec un acceuil à ma gauche et plusieurs d’affiches informatives. J’approchai d’une dame blonde, dans la trentaine, et lui expliquai que j’étais étudiant et que je voulais juste avoir quelques informations concernant le data center. 

Avant de lui demander quoi que ce soit, elle me dit qu’elle ne pouvait pas me répondre, et que si j’avais besoin d’informations je devais tout simplement aller sur le site web. Plus précisément, elle me dit qu’elle n’avait « aucune information à ce sujet ». En face de l’immeuble, une jeune dame rangeait des outils dans un atelier do it yourself. En lui demandant si elle savait qu’un data center se trouvait juste en face, elle répondit affirmativement, puis me dit qu’elle discutait souvent avec les techniciens et femmes de ménage du centre. Après lui avoir demandé si elles percevait des nuisances sonores, elle me dit que ça faisait une quinzaine d’années qu’elle était là et n’entendait rien, puis m’indiqua le haut de l’immeuble avec son doigt, en disant que je devrais surtout interroger les voisins. 

Je vis là-haut le seul indice clair de l’existence du centre : des jalousies baissées au dernier étage, comme si les machines étaient installés en haut de l’immeuble, à l’image du premier data center observé. 

Jalousies baissées au dernier étage de l’immeuble rue de la Condamine

Je n’eus plus de réponses, mais restai devant cet immeuble du 19ème siècle, vieux, à l’esprit abandonnée. Je pensai à la façon dont ce data center, à différence des autres, s’était approprié tout un immeuble, tout une structure dans un quartier résidentiel. En cherchant sur le site web, j’appris la même chose que pour les deux autres : le data center proposait, avant tout, la proximité. 

 

Pour conclure, les trois observations faites le 9 novembre et le 9 décembre m’ont montré des visages différents de la manière dont les data centers s’intègrent dans le paysage parisien. 

Dans la dense capitale mondiale qu’est Paris, il est intéressant de comprendre les manières dont ces nouvelles machines, miroirs de la société numérique dans laquelle on vit, prennent place, s’installent, se montrent ou se cachent. Je postule que les data centers parisiens sont installés dans au coeur de la ville pour des raisons de proximité avec les nombreuses entreprises ou organismes présents, mais il est certain qu’il y a plein d’autres raisons à explorer.  

J’aurais bien aimé comprendre, lors de mes recherches, qui étaient exactement les clients de ces centres de données parisiens. Cela m’aurait donnée une vision plus claire des choses, et du choix de leur emplacement. J’aurais aussi aimé passer plus de temps dans leurs quartiers respectifs, observer les entrées et sorties des gens dans les immeubles, et acquérir une vision globale de l’écosystème dans lequel ces machines s’insèrent. 

Je resterai, grâce à cet exercice, plus attentif aux choses qui m’entourent, et aux signes clairs des transformations numériques et sociales qui révolutionnent notre monde. Pour l’instant, il reste encore beaucoup de mystère, mais n’a-t-on pas le pouvoir de déchiffrer nos villes ? 

 

Implantation des data centers en Seine-Saint-Denis : la création de nouveaux emplois ?

Dans le cadre de ce cours d’Outils d’observation de la ville, nous avons passé un semestre à étudier les data centers et la façon dont les citoyens interagissent avec ces structures. De plus en plus nombreuses en raison de notre production toujours plus grande de données informatiques, elles sont inconnues de la plupart d’entre nous, et ont pourtant le pouvoir de façonner les territoires où elles se trouvent. Un façonnage non seulement visuel et spatial, mais aussi économique et social, comme le montre l’enquête que nous présentons aujourd’hui.

Cette enquête a commencé avec la lecture de la thèse « Binaire béton.: Quand les infrastructures numériques aménagent la ville* » de Clément Marquet, dans laquelle un certain nombre d’acteurs politiques de Plaine Commune justifiait l’implantation des datas centers dans cette zone comme un vecteur de création d’emploi et de formation pour la Seine-Saint-Denis. Cette région étant l’une des plus touchées par la problématique du chômage en France, nous avons décidé de nous concentrer sur ce thème durant notre enquête de terrain, afin de déterminer si ces structures pouvaient effectivement offrir emplois et formations aux habitant.e.s de Seine-Saint-Denis.

© Unsplash // Luis Quintero

Pour réaliser cette enquête, nous avons, en plus de nos lectures scientifiques (notamment le chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet) et de la consultation d’articles en ligne, réalisé une observation sur le terrain et un entretien téléphonique. 

Notre observation de terrain a été réalisée dans l’un des data centers de l’entreprise Equinix à Aubervilliers, le lundi 29 novembre 2021. Nous y avons rencontré un technicien, un manager, et une agente d’accueil travaillant sur place. Ayant été absentes ou n’ayant pu recueillir d’informations assez précises lors des visites organisées sur le temps scolaire, nous avons effectué cette visite en dehors des horaires de cours et seulement à deux. Nous faisons l’hypothèse que cela a en partie participé à notre facilité à obtenir des réponses à nos questions, en plus de notre statut d’étudiantes. 

En effet, les trois interlocuteurs que nous avons rencontrés se sont tous montrés tout à fait disposés à nous répondre. Cela a pu nous surprendre, puisque de part la grande opacité des activités des data centers, nous nous attendions à plus de réticence, l’une de nous ayant eu des difficultés à trouver des interlocuteurs disposés à lui parler lors de sa première observation à Paris. Cela pose également la question d’une plus forte réticente à l’interaction dans la ville de Paris, que nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’étudier dans cette enquête.

Par souci d’efficacité, nous avions décidé de centrer nos questions sur les problématiques d’emploi et de formation, et ainsi d’interroger les personnes que nous rencontrerions sur leur formation antérieure, leur emploi actuel, et les perspectives de carrière possibles au sein des data centers. Nous avons cependant été surprises de remarquer que sur trois personnes interrogées, deux d’entre elles ont directement abordé la question de la sécurité des data centers ainsi que des clients de l’entreprise, tout en insistant sur l’aspect confidentiel de ces données, qu’ils ne pouvaient donc pas vraiment nous communiquer. 

C’est à la suite de cette première observation de terrain que nous avons pu confirmer l’existence, déjà évoquée par Clément Marquet dans sa thèse, d’une formation à l’IUT de Villetaneuse créée spécialement pour travailler en tant que technicien de centre de données. Le B.U.T Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII), créé en 2013 à l’initiative de Fabienne Floret, propose en effet une spécialisation au terme d’un cursus plus général vers les métiers des data centers, et selon le manage d’Equinix rencontré, c’est dans cette formation que sont formés la plupart des stagiaires de l’entreprise.

Nous avons donc pris contact avec les responsables de cette formation et avons pu obtenir un entretien avec Abdel Senoussaoui, industriel dans le domaine des services informatiques aux data centers et professeur au sein de ce D.U.T depuis sa création en 2013. Par manque de temps pour nous rendre à l’IUT de Villetaneuse, nous avons dû réaliser cet entretien par téléphone. Malgré une incapacité à visiter les locaux de la formation, la bonne volonté et la clarté du discours de M. Senoussaoui nous a permis d’obtenir des réponses précises à nos questions. 

À ce stade de notre enquête, nous avons donc pu faire évoluer notre point de vue, d’un scepticisme important face à un discours politique qui mérite d’être interrogé, vers un intérêt réel pour une formation qui nous paraît dynamique, innovante et tournée vers l’avenir. La thèse de Clément Marquet ayant été publiée trop tôt pour avoir de véritables retours sur le marché de l’emploi et de la formation liés aux data centers en Seine-Saint-Denis, nous espérons que ces conclusions pourront éclairer davantage sur les perspectives qu’ouvrent les centres de données pour le territoire et sa population.

De l’hypothèse de data centers peu créateurs d’emploi…

À la lecture du chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet, nous nous sommes d’abord montrées sceptiques. Comme évoqué précédemment, plusieurs acteurs politiques de Plaine Commune justifiaient le choix d’autoriser et même d’encourager l’implantation de data centers dans cette zone avec divers arguments. Ils choisissaient notamment de voir cette implantation comme une façon de dynamiser le marché de l’emploi local, en amenant à la création de nouveaux postes et de formation sur le territoire. 

Cette justification politique mérite que l’on s’attarde sur elle, car elle est particulièrement forte dans un département comme la Seine-Saint-Denis, qui a le taux de pauvreté le plus élevé de l’Hexagone. Selon une étude publiée par l’INSEE en février 2020, le taux de chômage y dépasse les 10% depuis 20 ans, et la proportion d’habitants vivant en dessous du seuil de pauvreté est « deux fois supérieure à la moyenne nationale ». Par ailleurs, en 2015, 28 % des jeunes de 18 à 24 ans étaient sans emploi, ni formation. 70 % des emplois hautement qualifiés sur le territoire sont occupés par des non-résidents, point également évoqué par Clément Marquet, qui précise que les sièges sociaux d’entreprises comme SFR, la SNCF ou Veolia, implantés à Plaine Commune, emploient principalement la population locale, peu qualifiée, pour des postes de sécurité, de ménage ou de restauration, et que les autres salariés viennent majoritairement de Paris. 

© Unsplash // Taylor Vick

Dans ce contexte, que l’on puisse considérer l’implantation de nombreux data centers à Plaine Commune comme un véritable vecteur de création d’emplois nous a paru être davantage une stratégie politique, ayant pour but de légitimer une implantation servant surtout des intérêts économiques. Pourtant, la confrontation de cette hypothèse plutôt cynique avec la réalité du terrain nous a permis de réaliser notre erreur. En effet, il apparaît que l’industrie des data centers, très dynamique et en constante expansion, offre véritablement des perspectives de formation et d’emploi à la population locale de Seine-Saint-Denis. 

« Si on avait les ressources économiques, on pourrait placer 100 élèves en stage. »

Abdel Senoussaoui constate en effet qu’à l’issue de leur premier stage, 75% de la vingtaine d’élèves du parcours Data centers se voient proposer un CDI. Ce taux d’embauche élevé peut s’expliquer par la spécificité du parcours Data centers proposée par l’IUT de Villetaneuse, qui donne aux étudiants des compétences dans les domaines électriques, informatiques et climatiques. Auparavant, les data centers recrutaient des techniciens formés dans l’un de ces domaines seulement, alors que la gestion des data centers nécessite les trois. D’où une forte demande des entreprises pour des élèves sortant de cette formation.  

Toujours selon M. Senoussaoui, il lui serait possible de placer une centaine d’élèves en stage vu la demande des entreprises, mais l’université n’a de ressources financières que pour accueillir une vingtaine d’entre eux. Il nous explique aussi que ses étudiants, une fois embauchés, sont régulièrement démarchés par la concurrence, parfois seulement six mois après le début de leur premier poste. Ce fort taux d’embauche nous est par ailleurs confirmé lors de notre visite dans l’un des data centers d’Equinix, où l’un des managers nous informe que la plupart de leurs stagiaires viennent de l’IUT de Villetaneuse, et que beaucoup d’entre eux se voient proposer un CDD ou un CDI à la suite de leur stage. 

« Le turnover n’est pas plus élevé qu’ailleurs. Certains collaborateurs sont dans l’entreprise depuis dix ans. »

Au-delà de ces perspectives d’embauche en fin de diplôme, les possibilités d’évolution au sein de l’industrie des data centers apparaissent réelles. Le fort turnover évoqué dans la thèse de Clément Marquet semble être à relativiser : tous nos interlocuteurs, bien que reconnaissant le caractère particulier d’un emploi fonctionnant aux 3:8 avec des horaires parfois décalés, estiment que le turnover n’est pas plus important que dans d’autres domaines professionnels. 

Le manager rencontré à Equinix nous indique que certaines personnes sont dans l’entreprise depuis dix ans, et que les perspectives d’évolution dans la hiérarchie sont réelles, avec des possibilités de passer de technicien à manager, puis à haut-responsable. Le technicien présent sur place explique s’y plaire et ne pas envisager de partir, après avoir été embauché il y a six ans. Du côté de la formation et du bilan qu’on peut faire de la première promotion, entrée à l’université en 2013, M. Senoussaoui nous informe en riant que certains élèves sont à présent des collègues. On note même des perspectives d’évolution à l’international, avec un ancien élève aujourd’hui responsable opérationnel d’un data center à Dubaï, et un autre à New York. 

© Pixels // Brett Sayles

Dans l’ensemble, nous notons qu’il s’agit d’une industrie dynamique, en pleine expansion. La demande pour des techniciens qualifiés est forte, et les étudiants de la formation de Villetaneuse paraissent pour l’instant satisfaits à tous les niveaux. Selon M. Senoussaoui, ils rentrent de stage épanouis, en ayant gagné en maturité grâce à une vraie immersion dans le monde du travail et l’occasion de prendre des responsabilités. Les perspectives réelles d’emploi, ainsi qu’une rémunération conséquente pouvant aller jusqu’à environ 2500 € pour un premier poste (auxquels s’ajoutent éventuellement primes et avantages), confortent d’autant plus les étudiants dans cette voie. Avec un effectif provenant majoritairement de Seine-Saint-Denis, et quelques élèves de Paris et des Hauts-de-Seine, nous pouvons en conclure que cette formation, et par extension la demande liée à l’implantation des data centers à Plaine Commune, peut apparaître comme un véritable vecteur d’emploi pour la région. 

… À la découverte d’une formation tournée vers l’avenir

Nous avons aussi découvert lors de cette recherche une formation certes jeune, puisqu’elle a ouvert en 2013, mais d’une grande modernité. Notre société étant désormais vouée à se développer avec et par le numérique, il y a un fort enjeu pour les universités à adapter leurs formations à ces changements rapides. Et avec une production toujours plus massive de données, l’industrie des data centers se place comme un acteur important de cette évolution. 

« La révolution numérique est en route. 60% des métiers de demain n’existent pas encore. »

Pour M. Senoussaoui, avec une révolution numérique en route et 60% des métiers de demain qui n’existent pas encore, il y a un vrai enjeu pour les universités à participer à la création des métiers à naître. Avec l’expansion constante de l’industrie des data centers, le travail de technicien au sein de ces structures apparaît comme un de ces emplois du futur. Même constat chez Equinix, dont l’un des managers estime que c’est « une industrie qui a de l’avenir »

Cette année, la faculté accueille sa première promotion de « Brevet Universitaire Technologique » (B.U.T), voué à remplacer petit à petit le couple D.U.T/Licence professionnelle proposé comme le seul parcours spécialisant jusqu’à l’année dernière. En parcourant le site de la faculté, nous pouvons lire que la formation a pour vocation de « développer des connaissances et des compétences techniques spécialisées en informatique »

© Unsplash // Alex Kotliarskyi

De plus, M. Senoussaoui nous explique lors notre entretien qu’à partir de l’année prochaine, les étudiants auront la possibilité de faire une alternance, dès leur deuxième année de B.U.T, au lieu du schéma actuel qui ne proposait qu’un stage de spécialisation en fin de deuxième année. En effet, il est nettement plus intéressant pour les entreprises d’avoir des étudiants sur un temps plus long afin de les former correctement et de les suivre durant tout leur apprentissage. Cette formation en alternance permettra ainsi d’augmenter les effectifs de manière substantielle. Comme déjà évoqué plus haut, le dynamisme du marché fait que les candidats sont convoités par les entreprises et les démarchages sont fréquents, afin de débaucher les techniciens des data centers concurrents.

« Nous faisons vraiment en sorte de valoriser la technologie au féminin. »

Par ailleurs, si la formation de l’IUT de Villetaneuse est composée en majorité d’étudiants masculins, M. Senoussaoui nous explique que de réelles initiatives sont menées par la formation pour attirer des candidates féminines. « Une grande partie de la formation est masculine, mais on a aussi des filles. On met beaucoup l’accent dessus, sur le fait de changer les mentalités dans ce domaine-là, de dire que la technologie n’est pas réservée uniquement aux hommes. », nous dit-il. 

Il nous apprend que l’université a développé un programme sur le sujet avec Microsoft, pour « valoriser la technologie au féminin ». En approfondissant nos recherches sur ce projet, nous trouvons des programmes mis en place bien avant les études supérieures avec, dès le collège, une formation « wi-filles » proposée aux jeunes filles de Seine-Saint-Denis afin de les sensibiliser aux métiers du numérique. Le but étant de pallier à la discrimination subie par les femmes dans le numérique et sur le marché de l’emploi. Ce programme de soixante heures, actuellement sous la tutelle de réseaux comme Girls in tech et Duchess, a été créé en 2014 en Seine-Saint-Denis et il s’étend depuis 2018 au niveau national. 

© Unsplash // ThisIsEngineering RAEng

En nous rendant sur le site de la fondation FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), qui s’occupe actuellement de la formation, nous avons pu écouter et lire des retours très positifs de la part des jeunes filles qui l’ont intégrée : cela leur donne la chance de découvrir un nouveau secteur d’activité, de se tourner vers de nouveaux horizons, et leur apporte un enrichissement personnel. Ce type de programmes confirme que la révolution numérique actuelle peut bel et bien trouver une résonance sur le marché de la formation et de l’emploi en Seine-Saint-Denis. 

Les initiatives de l’IUT de Villetaneuse dans ce sens semblent fonctionner, puisque M. Senoussaoui nous apprend par ailleurs que deux anciennes élèves de la formation sont aujourd’hui managers de data centers chez Microsoft. 

« Nous allons monter un data center à l’IUT, pour mettre les étudiants en situation réelle. »

À l’heure où la nécessité de stocker des données est de plus en plus importante, nous avons donc bien compris que la demande pour des techniciens capables d’entretenir ces data centers et de contrôler leurs énergies et réseaux est forte. Le bon fonctionnement des data centers, et donc du stockage de nos données, repose en effet entièrement sur les épaules de ces techniciens, dont les missions sont complexes et variées.

C’est pourquoi, afin de donner à ses étudiants plus de compétences techniques, l’IUT de Villetaneuse a également pour projet d’installer son propre mini data center « à vocation pédagogique » au sein de l’établissement. Mieux former les élèves avant qu’ils partent en stage ou en alternance en les mettant en situation réelle, avoir une « vitrine pédagogique » pouvant permettre à l’université de trouver de nouveaux partenaires industriels… Pour M. Senoussaoui, très impliqué dans ce projet, les avantages sont multiples. En parallèle, la volonté de faire venir à l’IUT plus d’intervenants industriels pour former et rendre compte du terrain, mais aussi des demandes des entreprises, reste très importante. 

Si cette enquête demande à être relativisée, par d’autres études sur des data centers d’entreprises concurrentes et par une analyse globale du nombre de personnes employées par les data centers en Seine-Saint-Denis et de leur formation antérieure, nous pensons pouvoir dire à l’issue de cette recherche que cette industrie peut véritablement être créatrice d’emploi pour la région. La formation de l’IUT de Villetaneuse, qui pourrait selon M. Senoussaoui  être reproduite dans d’autres universités locales en raison de son succès, nous paraît tout à fait moderne, en cohérence avec son temps, forte d’une compréhension aiguë des enjeux actuels de l’industrie, et plus globalement de notre société. Notre entretien au data center d’Equinix, qui nous a confirmé que cette formation fournissait bel et bien des employés aux entreprises, renforce cette hypothèse d’un véritable impact social positif des data centers dans la région. 

Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

 

Jeanne MORVAN et Lorraine BOUTET

 

 

Les alternatives françaises du cloud computing, ainsi que leurs services et législations

Pour aborder le sujet du cloud computing, comprendre son fonctionnement, et son utilité, j’ai trouvé intéressant de partir de l’angle du secteur français et notamment de l’alternative de l’OVH. Tout d’abord, il semble judicieux de cerner les termes et définitions de ce sujet assez technique pour être sûr de bien se l’approprier. 

Qu’est ce que le “cloud computing” ? Le cloud computing est l’accès à de multiples services informatiques via internet et à partir d’un fournisseur d’accès.

Il est important de s’interroger sur les questions d’hébergement, de localisation ainsi que de transfert de données. En effet, c’est en explorant ces aspects du cloud computing et de la législation des entreprises du cloud computing que l’on peut comprendre l’importance du développement d’une alternative française du cloud computing.

Je propose ici un tableau récapitulatif des principaux services proposés par les fournisseurs du cloud computing  : 

Saas “ Software as a Service “ ou en français : « logiciel en tant que service » qui est une solution logicielle applicative hébergée dans le cloud et exploitée en dehors de l’organisation ou de l’entreprise par un tiers, aussi appelé fournisseur de service.
Paas “Platform-as-a-service” en francais “Plate-forme en tant que service” est un type d’offre de cloud computing dans lequel un fournisseur de services fournit une plateforme à ses clients, permettant de développer, d’exécuter et de gérer des applications commerciales sans avoir à construire et à maintenir l’infrastructure que ces processus de développement de logiciels requièrent généralement.
Iaas L’”infrastructure as a service” ou infrastructure en tant que service en français est un modèle de cloud computing destiné aux entreprises où : l’entreprise gère le Middleware des serveurs, et surtout les logiciels application ; le fournisseur cloud gère le matériel serveur, les couches de virtualisation, le stockage, les réseaux.

L’OVH, une alternative française ? 

Fondée à Paris en 1999 par Octave Klaba, OVH, une société française spécialisée dans la fourniture de services informatiques et d’hébergement web. Sur le marché international, la société est encore peu connue à l’heure actuelle, mais l’OVH est la première entreprise française et européenne dans le domaine du Cloud. Elle gère et entretient 32 centres de données dans 19 pays, avec un total de 400 000 serveurs qu’elle conçoit et construit. C’est environ 18 millions d’applications web et plusieurs milliers d’instances Cloud par mois qu’elle héberge C’est en Europe que la plupart des Data Centers sont basés, principalement en France avec 8 à Roubaix, 4 à Strasbourg et 2 à Gravelines, qui accueillait également les hubs de Paris qui sont aujourd’hui fermé. C’est pourquoi c’est une excellente alternative de cloud computing et de prestataire de services si l’on souhaite profiter des avantages liés à la proximité des serveurs : performance, conformité, sécurité, qualité client…

Néanmoins en 2017 l’OVH affirme sa volonté de devenir un des leaders mondiaux du Cloud. C’est par la mise en place de 6 datas centers au Quebec, 1 à Vint Hill aux Etat Unis , 2 a Sydney et 1 à Singapour dont la capacité a doublé depuis 2021. C’est sur 140 pays qu’OVH totalise plus de 1 600 000 clients. Parmi eux, 14 des sociétés du CAC 40 et 35 sur 100 des plus gros sites de e-commerce français. Depuis sa création en 1999 OVH Cloud à produit un peu plus de 1,1 million de serveurs. Cela représente 400 000 serveurs en production aujourd’hui et 2400 employés d’OVH dans le monde. 

Après s’être implanté comme un leader en Europe et en France, c’est à l’internationale que l’entreprise veut s’étendre. Pour le CEO Michel Paulin, les avantages comparatifs de la firme pour s’affirmer à l’internationale sont la transparence et la simplicité de ses solutions, mais également sa politique de transfert de données du cloud pour aller vers des stratégies dites “multi-cloud” grâce à la réversibilité. Le fondateur de la firme a expliqué sa vision de vouloir développer un écosystème européen du numérique qui puisse être capable de rivaliser avec les géants du GAFAM. Pour ce dernier, les sociétés européennes qui se tournent vers Google ou Amazon ne se rendent pas compte des risques liés à la loi américaine du Cloud Act. Cette loi stipule que le fournisseur sur demande du gouvernement est dans l’obligation de fournir des données. C’est dans cette optique que l’OVH Cloud souhaite s’inscrire comme une alternative respectueuse des valeurs chères aux européens qui sont la confiance, la transparence et de respect des données personnelles. 

Le ministre français de l’économie Bruno Lemaire a chargé l’OVH Cloud en collaboration avec Dassault Systèmes de définir un “Cloud de confiance” et un cahier des charges pour développer des offres concernant les données sensibles et non sensibles. 

Les valeurs de responsabilité.

OVH Cloud a rejoint début 2020 l’association Point de Contact pour renforcer son engagement dans la lutte contre les contenus illégaux et préjudiciables et donner une image plus légitime de cloud responsable grâce aux experts de l’association. Cette adhésion à l’association Point de Contact devrait permettre à OVH Cloud de réagir plus rapidement. Afin de protéger toutes les parties prenantes, les signalements seront traités plus rapidement. En outre, les clients seront mieux intégrés dans la lutte contre les contenus prohibés.

OVH participe au projet de Cloud européen Gaia-X

Initié par la France et l’Allemagne, l’Europe souhaite s’émanciper des géants du numérique américains et chinois en développant un écosystème Cloud propre a elle même avec le projet Gaia-X. Le lancement officiel qui a eu lieu le 4 juin 2020 donne comme objectif la construction d’une “infrastructure sécurisée de données en réseau” en réunissant des fournisseurs de Cloud, des utilisateurs ainsi que des institutions. Ce  “ métacloud ” européen prendra d’abord la forme d’un référentiel de choix en termes de localisations de données, de certifications et de type de services. Puis, il se matérialise par un catalogue de solutions validées et sécurisées en constante évolution. Cette association basée en Belgique compte parmi les 24 membres fondateurs l’OVH Cloud ainsi que d’autres français tels qu’Atos, EDF, Docaposte, Safran Orange, Outscale et Scaleway. Les géants allemands tels que Deutsche Telekom, SAP, Siemens, BMW et Bosch seront à leurs côtés. 

Un partenariat stratégique fut annoncé en novembre 2020 par OVH Cloud et Google Cloud afin d’accélérer la transition numérique des entreprises. Les organisations européennes pourront ainsi passer plus rapidement au Cloud, et répondre aux exigences en termes de sécurité des données et de confidentialité lors du déploiement d’applications  “cloud-native”. Par exemple, la technologie Anthos de google et l’infrastructure OVH permettra de faire fonctionner la nouvelle offre de Cloud Privé Hébergé. Ce cloud privé sera donc exploité et géré par OVH mais bénéficiera de la technologie de Google. Ce partenariat s’étendra dans le futur avec davantage de solutions conjointes à destination des entreprises européennes. Pour Google Cloud, c’est aussi une manière d’étendre sa présence en Europe… Ce partenariat compte s’étendre dans le futur en proposant davantage de solutions conjointes à destination des sociétés européennes. C’est un accord qui permet également à Google Cloud de s’étendre sur le marché européen du cloud.

Extension du marché d’OVH aux activités sensibles. 

Le SecNumCloud est une certification très prisée des fournisseurs de Cloud mais elle est aussi très compliquée à obtenir. Néanmoins, OVH a annoncé en janvier 2021 avoir obtenu cette certification auprès de l’ANSSI (l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information). C’est donc la liste très restreinte des fournisseurs agréés, tels que 3DS Outscale (le Cloud de Dassault) et Orange qu’OVH a rejoint.

 Mais qu’est ce que le SecNum Cloud ?C’est un titre qui est accordé à l’offre de cloud privé Hosted Private Cloud du fournisseur. Il s’agit d’une solution d’IaaS basée sur la technologie VMware. Suite à la certification du SecNum Cloud, toutes entreprises ou organisations d’activités sensibles pourront s’en remettre à la firme OVH Cloud pour leurs services. Mais c’est également le cas des organisations définies comme Opérateur d’importance vitale (OIV), Opérateurs de services essentiels (OSE), ou Fournisseurs de services numériques (FSN). Selon Julien Levrard, RSSI d’OVHcloud, cette certification est  » l’aboutissement d’une montée en maturité de 10 ans  » de l’offre de Cloud privé de la firme française. Elle est à attribuer à plusieurs facteurs, dont  “une maîtrise en profondeur de la sécurité de la plateforme, une structure de gestion des plans d’action de sécurisation éprouvée, des systèmes conçus pour garantir à nos clients la localisation de leurs données… le tout encadré par une équipe d’experts hautement qualifiée. Toujours selon le RSSI, le niveau d’exigence de la qualification a amené OVH à “placer la barre encore plus haut pour proposer un service de confiance, et accessible au plus grand nombre grâce à notre approche industrielle” .

Ainsi, les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés hébergeant les services Hosted Private Cloud sont situés dans les deux nouveaux Data Centers de OVH cloud, à Roubaix et à Strasbourg. Des procédures de sécurité physique et organisationnelle extrêmement strictes ont été mises en place pour se conformer au référentiel de l’ANSSI.  C’est donc ainsi dans les deux nouveaux datas centers de OVH Cloud de Roubaix et de Strasbourg que sont situés les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés hébergeant les services Hosted Private Cloud. Plus concrètement cela signifie une meilleure résistance aux cyberattaques pour les clients notamment grâce à des systèmes dédiés et isolés aussi bien logiquement des autres services OVH Cloud que physiquement. Les clients bénéficieront d’une faculté à maîtriser et identifier les menaces grâce à un périmètre et un niveau de support personnalisé dédié.  Il y a également des garanties contractuelles concernant la confidentialité et la protection des données. Seule une partie du personnel OVH Cloud européen aura accès aux données, et celles-ci ne pourront en aucun cas être transférées en dehors de l’UE.

En conclusion, OVH est l’alternative française et européenne du cloud computing aussi bien en matière d’hébergement, de localisation ainsi que de transfert de données. OVH Cloud compte s’installer comme un leader mondial du cloud computing grâce à une politique et des valeurs qui se veulent répondre à un besoin d’émancipation des géants américains et chinois du Cloud.

 

Pénétrer dans un data center, un véritable parcours du combattant !

En plein centre-ville, dans les petites rues derrière les grandes avenues, incognitos entre deux immeubles se cachent de gigantesques centres de données. De tailles et de formes variables, ils sont là, aux vues et aux sus de tous et pourtant, personne ne connaît leur existence. Peu de personnes connaissent la fonction exacte des data centers et leur invisibilité physique se traduit également par une idée floue quant à leur activité réelle. Il s’agit en réalité d’infrastructures hébergeants des serveurs qui permettent la collecte, le stockage, l’analyse et le traitement des données.

Lors de ma première observation rue Poissonnière dans le deuxième arrondissement de Paris, alors que je me trouvais pour la première fois devant un centre de données dissimulé en plein centre-ville, j’ai été frappée par la discrétion de ces bâtiments qui n’affichent sur leur façade, ni signe distinctif, ni donnée d’identification visible, ni même de moyen de joindre les employés qui se trouvent à l’intérieur. Ils ne sont tout bonnement pas identifiables de l’extérieur.

Photographie personnelle

Les quelques passants que j’observe me regardent à leur tour, étrangement, se demandant ce que je peux bien attendre devant ce grand bâtiment. Ils ne prêtent pas attention à ce qui se passe derrière cette double porte et ne semblent même pas chercher à le savoir. Lorsque j’identifie un vieil homme armé de son sac de courses comme un riverain et que je l’interpelle afin de le questionner, il m’avoue être pressé et ne savoir absolument pas ce dont je parle. Il a bien déjà remarqué que de gros camions stationnent très souvent devant cet immeuble en particulier mais la façade si sobre ne lui a pas donné envie d’en savoir plus. De même dans la rue des Jeûneurs qui est lui est perpendiculaire, la porte est somme toute banale, l’architecture à peu de choses près similaire et seul un facteur chargé d’un énorme colis me met la puce à l’oreille.

Photographie personnelle

Pourtant, la plupart des fenêtres à hauteur de regard sont opaques à la manière des vitres teintées des voitures gouvernementales. Comment ces procédés habituellement susceptibles de susciter l’intérêt et la curiosité des riverains les laissent-ils tout simplement de marbre ?

Photographie personnelle

Seul un passant s’arrête pour fumer une cigarette, profitant de l’architecture du lieu qui permet de s’abriter du vent et de la pluie. J’en déduis que depuis son installation, ce data center a réussi à totalement s’intégrer dans le paysage urbain du quartier. Dans une visée renouvelée d’observation participante, je demande à l’homme à la cigarette ce qu’il pense qui se cache derrière ce bâtiment, il m’évoque alors comme une évidence un lieu de co-working pour une start-up, dont l’implantation est monnaie courante dans le quartier. En retournant rue de Jeûneurs, je réalise qu’en effet, les locaux des data centers abritent également des start-ups qui sont tout bonnement les seules dont la présence est signalée. Cela me fait immédiatement penser aux « sociétés-écrans » que je croise dans les romans d’espionnage que je dévore en été.

Où l’on me fait comprendre que je ne suis pas vraiment la bienvenue…

Ma réflexion se dirige immédiatement vers la question de savoir pourquoi. Dans quel but mettre autant de soin à masquer la présence de ces centres de données ? Alors que je réussis enfin à pénétrer dans les locaux, je comprends que cette invisibilité est nécessaire et fait partie d’un processus d’hyper-sécurisation de ces structures. En effet, on m’explique d’emblée et de manière très claire que malgré toutes mes bonnes intentions, je ne peux pas rentrer comme cela dans l’infrastructure et encore moins accéder aux serveurs et aux données hébergées.

Après avoir discuté avec le responsable de la sécurité du data center situé rue des Jeûneurs, j’apprends qu’une structure similaire à la sienne se trouve à quelques stations de là mais celle-ci serait bien plus grosse et bien plus active. Il s’agit en fait d’un des data centers les plus importants de France : d’un véritable noeud concentrant une très large partie du trafic de données. L’homme me donne un numéro à contacter et un nom à donner comme une sorte de sésame. Après m’être renseignée, je réalise que pour convenir d’un rendez-vous comme il me l’a conseillé, je vais véritablement devoir montrer patte blanche afin d’obtenir l’aval de la structure. Prévoyant ma ligne de conduite et mettant en place un cahier des charges précis, je compose le numéro mais après m’être présentée, avoir introduit mes intentions et ma méthode de travail, j’entends l’homme hésiter et il me laisse patienter. À l’autre bout du fil, je l’entends chuchoter des propos pour moi inaudibles à son collègue avant que ce dernier reprenne le combiné, me coupe la parole et mette fin à la conversation de manière abrupte en me souhaitant une bonne journée et en me conseillant de réaliser une demande par mail.

Je me rends sur le portail numérique du data center dès la fin de l’appel et prends le temps de rédiger un mail très formel, précisant mes ressources et motivations afin de solliciter une rencontre. À l’instar de deux autres personnes de mon parcours, mon mail est resté sans réponse jusqu’à ce jour.

Je décide alors de me concentrer sur de plus petites structures, où les employés semblent plus ouverts à la discussion et moins sur leurs gardes. En effet, si j’ai appris au cours de mon investigation que l’ensemble du site de chaque data center est supervisé par une équipe qui tourne 24h/24h pour surveiller les différentes salles et les équipements de vidéosurveillance, mon interlocuteur au deuxième data center ne m’avait même pas vue monter les étages jusqu’à la salle où il se trouvait. En me rendant dans un data center situé entre mon lieu d’étude et mon domicile, j’ai réussi à discuter entre deux portes avec un responsable du bâtiment. Si ma demande de prise de rendez-vous pour un entretien n’a pas abouti, entre cet échange impromptu et les données récoltées auprès des employés que j’ai pu croiser, j’ai réussi à en apprendre bien plus que ce que j’espérais sur la sécurité des data centers.

 

Une sécurité intransigeante et qui se veut inviolable 

En regroupant mes notes prises « à la va-vite », j’ai très vite compris que la sécurité de ces bâtiments se concentre autour de quatre pôles majeurs.

Ils doivent se prémunir contre les intrusions malveillantes en installant des alarmes qui s’activent dès qu’une anomalie est détectée. En effet, les intrusions, les dégradations des serveurs et les vols de données sensibles peuvent avoir des répercussions catastrophiques car ils peuvent engendrer des pertes de données importantes ou le partage d’informations confidentielles. Un agent de sécurité m’avait d’ailleurs confié avec amusement que dans certaines infrastructures, le poids des visiteurs est pesé à l’entrée et à la sortie de certaines salles pour être sûr que rien n’a été dérobé.

Photographie personnelle

Dans un deuxième temps, le contrôle visuel des data centers au moyen de systèmes de sécurité électroniques tels que la vidéosurveillance et la télésurveillance est essentiel. Il s’agit bien sûr de dissuader les actes de malveillance mais pas seulement : les équipes de sécurité sont souvent en contact direct avec les forces de l’ordre en cas de nécessité. Les images sont bien évidemment retransmises en direct aux équipes de sécurité et peuvent parfois être historicisées pendant plusieurs mois grâce à la mise à disposition d’une grande capacité de stockage.

Photographie personnelle

Il est également primordial de surveiller l’ensemble du site et de sa périphérie souvent grâce à l’installation de capteurs multi-technologiques comme des caméras thermiques capables de détecter une source de chaleur dans l’obscurité ou des détecteurs de mouvements placés dans des zones stratégiques. En effet, en pénétrant dans les centres de données les plus gros que j’ai eu l’occasion de visiter, j’avais eu l’étrange impression d’être observée. Pourtant, il ne s’agissait pas que d’une impression et les équipes de supervision qui assurent la surveillance des lieux ont également accès à de nombreux interphones et visiophones.

Enfin, le pôle le plus important m’a immédiatement semblé être le contrôle des flux entrants et sortants à proprement parler. À l’extérieur, rue Poissonnière par exemple, si le bâtiment possède un parking, je vois un conducteur devoir décliner son identité et être obligé de patienter quelques minutes dans son véhicule avant de voir son accès autorisé. Les équipes de sécurité filtrent ainsi les flux de personnes et véhicules depuis les entrées extérieures du site même. Des ouvertures par codes sont également disposées à chaque entrée et je m’aperçois en observant un employé que les badges sont personnalisés avec la photo et le nom des personnes à qui ils sont attribués. On m’expliquera qu’il s’agit de limiter les droits d’entrée à certaines personnes seulement tout en se gardant le droit de le refuser à d’autres pour certaines zones en particulier et de pouvoir tracer les déplacements de chaque visiteur ou employé en temps réel. En effet, l’architecture des data centers est segmentée et l’accès à des zones considérées dangereuses ou sensibles peut être réservé à quelques prestataires, collaborateurs ou techniciens seulement. De même, si chaque entrée et sortie sont soigneusement enregistrées, les dispositifs technologiques proposent parfois jusqu’à la reconnaissance faciale ou la saisie des empreintes digitales.

 

Un travail de déconstruction éclairant grâce à l’intervention de Clément Marquet

Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 2021, notre entretien de groupe avec Clément Marquet m’a permis de nuancer mes observations. En effet, il évoque un discours « très marketing » de la sécurité en nous confiant qu’un technicien lui avait évoqué en riant, le contraste entre l’entrée réservée aux clients qui est très sécurisée et celle des services livraisons qui l’est beaucoup moins. Il parle d’une réelle démonstration et même d’une théâtralisation dans la présentation des dispositifs de sécurité présentés comme « infaillibles ».

« Au cours de la visite, la sécurité est incarnée par une multitude de dispositifs technologiques auxquels le visiteur-client potentiel doit se confronter au cours de ses déplacements, ou qui lui sont montrés par son guide lorsqu’ils échappent à son attention ».

(Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, Guillaume Carmino et Clément Marquet)

Pour lui, cette mise en scène paraît parfois tant démesurée, qu’il parle d’infrastructures dignes de « films de science-fiction ». La démystification que ses visites lui permettent passe par des confidences et des sourires entendus qui échappent à certains employés. Un gestionnaire lui avait notamment confié ne pas être préparé à contrecarrer une attaque terroriste armée : « Si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menaces ». Si l’on nous pousse à laisser nos sacs et nos affaires n’importe où puisqu’ils sont en sécurité partout dans l’enceinte du bâtiment ou qu’on active les alarmes pour nous prouver qu’elles sont opérationnelles, Clément Marquet pointe du doigt l’écart intéressant entre les règles drastiques concernant la sécurité de ces bâtiments et la « réalisation effective » de ces tâches. Cette démonstration qui m’a été faite au même titre qu’aux clients potentiels serait donc inévitable que ce soit par habitude ou « parce qu’on ne sait jamais ». Pourtant, dans la réalité des faits, la sécurité vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre hébergés et concurrents. Serait-ce donc cette peur de la concurrence qui m’aurait valu un tel accueil dans chacun des centres de données que j’ai cherché à solliciter ? En effet, avant chaque entretien avec chacun des employés, le même discours de réassurance quant à l’hyper-sécurisation des lieux revenait sempiternellement, comme appris par coeur et sans que je puisse réellement réorienter ma demande ou reformuler ma question.

De même, tous les employés sans la moindre exception, très souvent sur la défensive, me faisaient sans cesse comprendre qu’en tant que simple visiteuse, il y avait des salles où je ne pourrais jamais pénétrer. En effet, si les zones autorisées sont définies selon des typologies de personnes, notamment le membres du personnel ainsi que les clients et les fournisseurs, je n’étais ni l’un ni l’autre et les visiteurs sont cantonnés à certaines salles. Clément Marquet me l’a d’ailleurs confirmé. En binôme avec l’historien Guillaume Carmino lors de ses recherches, il n’a pu visiter que cinq data centers « parfois en profitant de quiproquos (les responsables commerciaux (les) envisageant comme de potentiels clients), parfois (se) glissant dans les visites pédagogiques organisées pour les étudiants ». Ils n’ont par ailleurs réussi à visiter que deux centres de données en qualité de chercheurs et ceux-ci étaient des data centers universitaires « c’est-à-dire non gérés par des opérateurs privés, mais par des institutions de recherche ou des universités ». Il précise également avoir grandement bénéficié de son « affiliation à Télécom ParisTech » pour l’obtention de ses entretiens. Suite à cet échange et après relecture de ses articles, mes ressources m’ont alors parue bien maigres pour réussir à pénétrer un secteur aussi fermé.

 

Une remise en question a posteriori pour assembler les dernières pièces du puzzle 

En repensant à mes visites, je me rendis progressivement compte que les employés ne m’avaient finalement montré que ce qu’ils étaient autorisés à me montrer et ne m’avaient dit que ce qu’ils étaient autorisés à me partager comme type d’information. Une fois la porte de l’infrastructure franchie et même après avoir réussi à monter dans les étages, j’avais chaque fois l’impression de pénétrer dans un lieu entretenant un certain mystère et si mes interlocuteurs étaient censés travailler au bon fonctionnement des data centers, ils semblaient en même temps devoir me faire barrage. Des sortes de non-dits pesaient sur nos échanges comme s’ils avaient des informations à ne pas dévoiler et j’avais ressenti de la réserve et un grand manque de spontanéité. Clément Marquet nous avait en effet signalé lors de sa visite que chacun des employés est soumis à des contrats de confidentialité forts. Dès lors, mon enquête qui visait à trouver des indices quant aux raisons de la mise en place d’une sécurité « quasi militaire » les mettait en alerte, en cela qu’ils n’ont pas du tout l’habitude de gérer la presse et qu’ils ne sont absolument pas formés comme pourraient l’être les employés des centrales nucléaires par exemple.

Photographie personnelle

De même, en ce qui concerne le partage des locaux avec des start-ups, j’ai appris en en discutant avec une connaissance anciennement employée d’un data center que c’est ce que l’on appelle des « centres de données de collocation ». Comme dans les cas des deux premiers data centers que j’avais eu l’occasion de visiter, ils sont souvent installés dans d’anciens immeubles et appartements situés en centre-ville, au-dessus de commerces à qui ils louent des espaces et qui servent de « couverture » à leur activité en quelque sorte. En effet, un détail m’avait particulièrement interrogée lors de ma première séance d’observation. Empruntant un ascenseur pour me rendre dans les locaux d’un centre de données, je m’étais aperçue que deux étages n’étaient tout simplement pas indiqués. Les deux étages manquants étaient bien évidemment ceux du data center dans lequel je me rendais et c’est seulement parce que j’étais accompagnée d’un employé de la structure que j’avais alors pu pénétrer dans ce qui m’avait semblé être le hall d’entrée du centre.

 

Ainsi, malgré les quelques 150 data centers en région parisienne, persiste une impression que ce que nous plaçons dans le cloud depuis nos équipements informatiques et électroniques, n’est pas vraiment stocké quelques part. Lorsque nous utilisons notre plateforme de messagerie en ligne ou des applications comme WhatsApp ou Facebook, nous ne nous intéressons pas à la manière dont le cloud fonctionne jusqu‘à ce que nous soyons confrontés à son existence. Cette confrontation évitée à tout prix par l’invisibilisation des data centers dans l’espace urbain expliquerait alors la grande méfiance de la sécurité envers les quelques visiteurs dont je faisais partie. Pourtant, lorsque cette confrontation avec la réalité de leur présence intervient, la découverte n’est souvent que plus brutale. En effet, lorsqu’en novembre 2017, les infrastructures d’OVH à Strasbourg et à Roubaix ont été victimes d’incidents critiques et d’incendies, une grosse entreprise de Saclay a perdu tous ses mails, une partie de ses données de recherche et son site internet a très largement été endommagé. Cet évènement a fait les gros titres et la « Une » de plusieurs journaux pendant quelques semaines et le maintien d’un silence autour des data centers a été brisé faisant débuter une prise de conscience générale quant à leur existence. À ce moment précis également, la mythologie de l’efficacité et de la sécurité de ces bâtiments est questionnée et lorsque Clément Marquet nous évoque la suite de ses recherches à venir, il ne peut s’empêcher de se questionner sur une potentielle nécessité de restructuration. Il nous évoque la ville de Marseille où la stratégie appliquée par les centres de données commence à changer. Un processus de reconstruction architecturale permet peu à peu aux data centers marseillais de s’imposer dans l’espace public en y signalant leur présence. Malgré plusieurs procès en cours, les nouveaux data centers qui font leur apparition dans la ville possèdent une présence marquée au coeur de celle-ci et exploitent peu à peu une dimension philanthropique de leur activité. L’importance de communiquer sur les data centers et d’éduquer les différents acteurs et la population à leur existence grandit et il s’agit aujourd’hui de leur construire une image dynamique et positive. Pourtant, si les data centers deviennent repérables alors même qu’ils passaient inaperçus dans notre quotidien jusqu’alors dans la façon même dont ils étaient conçus, la question de la sécurité sera proportionnellement chamboulée. Rendu visible par les problèmes qu’il cause, le data center va-t-il devenir un acteur qui ne sera plus caché ? D’ici quelques années, la question de savoir comment pénétrer dans un centre de données, n’aura sûrement plus rien à voir avec les problématiques que j’ai pu rencontrer durant ces mois d’automne 2021. Pour Clément Marquet, il est maintenant temps de se demander si cette hypervisibilité en cours d’acquisition dans plusieurs régions de France n’est pas, elle aussi, une nouvelle forme d’invisibilisation.

 

Alysée Delaruelle

Paris intra-muros ou Aubervilliers : une approche territoriale contrastée des data centers

Tout d’abord, présentons-nous : nous nous appelons Eulalie Faucher et Alix Caudart et nous sommes deux étudiantes du master Médias, Communication et Villes numériques de l’Institut Français de Presse, rattaché à l’université Paris 2 Panthéon-Assas. A travers notre cours intitulé “Atelier d’écriture : outils d’observation de la ville” assuré par Monsieur Jaércio Da Silva, nous avons étudié les data centers, aussi appelés centres de données, c’est-à-dire les infrastructures composées d’un réseau d’ordinateurs et d’espaces de stockage pour conserver les données. Ces infrastructures sont notamment utilisées par les entreprises pour organiser, traiter, stocker et entreposer de grandes quantités de données. Ainsi, ce cours nous a permis de mieux comprendre les enjeux politiques, économiques, sociaux et environnementaux des data centers, en particulier grâce à la lecture de la thèse de Clément Marquet, intitulée Binaire béton : Quand les infrastructures aménagent la ville, ainsi que de son article “Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet”, co-écrit avec Guillaume Carnino. 

A la suite de ces lectures, nous avons réalisé deux sorties pour observer les data centers, le but étant de produire un compte-rendu de nos observations afin d’analyser à notre tour les data centers sous un angle précis. Pour la première sortie, nous sommes allées dans le quartier du Sentier dans le deuxième arrondissement de Paris. Lors de cette première visite, nous ne savions pas quoi observer concrètement. Nous avons suivi les autres étudiants et réalisé une observation collective des data centers du quartier. Ainsi, nous avons abouti à des réflexions communes, dans le sens où nous avons remarqué la même chose que les autres étudiants, à savoir les différents paradoxes que soulèvent les data centers : entre visibilité et invisibilité,  sécurité et fragilité, bruit et silence. A l’issue de cette sortie, nous ne savions pas encore quelle approche adopter et nos observations ne nous semblaient pas assez précises et étayées pour produire un compte-rendu. 

Par conséquent, nous avons décidé de nous démarquer lors de notre deuxième sortie d’observation des data centers à Aubervilliers. C’est pourquoi nous avons réalisé notre observation que toutes les deux, dans l’idée de ne pas être influencées par nos camarades de classe. Une évidence s’est alors imposée à nous : en réalisant nos observations ensemble, nous avons décidé de produire un compte-rendu à deux puisque nous allions partager nos observations et adopter la même démarche. Toutefois, même si nous rédigeons ce rapport à la première personne du pluriel, nous n’hésiterons pas à dissocier nos analyses si besoin. Ainsi, selon nous, ce n’est pas parce que nous avons réalisé nos observations ensemble et que nous écrivons notre compte-rendu ensemble que nos interprétations ne peuvent pas différer sur certains points, et nous ne manquerons pas de le noter si tel est le cas. 

Une fois à Aubervilliers, nous avons eu l’idée d’enregistrer les différents sons que nous entendions autour des data centers afin d’avoir une approche originale de ceux-ci. En réunissant l’ensemble de nos observations écrites et audiovisuelles des deux sorties, nous avons tout d’abord décidé d’adopter une démarche sonore des data centers. En effet, la plupart de nos observations était axée autour de ce que nous entendions, que cela soit à l’intérieur comme à l’extérieur des data centers. Mais en commençant à rédiger notre compte-rendu, nous nous sommes aperçues que cette démarche n’était pas la plus pertinente au regard de nos observations. Ce qui revenait le plus dans celles-ci était une différence marquante entre les data centers situés dans Paris intra muros et ceux situés à Aubervilliers, en termes d’environnement (ce qu’il y a autour des data centers) et de sécurité. Nous avons donc finalement opté pour une mise en évidence des comparaisons et différences des data centers selon leur localisation. Celle-ci s’appuiera sur nos observations de quatre data centers, deux dans Paris, deux à Aubervilliers. Néanmoins, nous souhaitons quand même appuyer notre compte-rendu sur les enregistrements sonores et les images que nous avons réalisés au cours des deux sorties car ils concordent avec notre démarche. Il s’agira donc d’une approche multimédia des data centers. Notre objectif est de répondre à la question suivante : comment les data centers s’inscrivent-ils dans leur espace et comment ce dernier est-il utilisé pour protéger l’existence du data center ?

Pour réaliser le compte-rendu, nous avons dû vérifier s’il était possible de poster nos enregistrements sur le blog en termes de questions de sécurité et de confidentialité. Nous avons pu poser la question à Clément Marquet, lors de son intervention au sein de notre cours. Ce dernier nous a précisé qu’il fallait masquer les noms qui pourraient être cités dans les enregistrements. Il a également ajouté que nous ne devions pas mentionner le nom et la localisation précise des data centers que nous avions observés. Nous allons donc rester évasives à ce sujet en dénommant les data centers que nous avons observés par des chiffres.

Par ailleurs, nous avons choisi de rédiger notre compte-rendu en trois langues : une partie en anglais écrite par Eulalie, une partie en espagnol écrite par Alix, le reste étant écrit en français par nous deux. Ce choix s’explique par le fait qu’Alix réalise son second semestre de master 1 à Madrid et trouve utile de commencer dès maintenant à s’entraîner en espagnol. Eulalie, elle, aimerait travailler à l’étranger plus tard et souhaite continuer à pratiquer l’anglais pour conserver le niveau qu’elle a acquis après sa double licence Finances – Anglais.

Notre compte-rendu prendra donc la forme suivante : la première partie sera axée autour des data centers de Paris intra muros et sera rédigée en espagnol par Alix. La deuxième interrogera les data centers d’Aubervilliers et sera écrite en anglais par Eulalie. Cette répartition s’explique par le fait qu’Alix est allée interroger toute seule deux passants au cours de la visite dans Paris et qu’Eulalie est plus à l’aise avec la retranscription et le bipage des enregistrements réalisés à Aubervilliers. Enfin, nous rédigerons une conclusion commune de nos observations en français afin de répondre à notre problématique. 

Para empezar, voy a analizar los centros de datos que se encuentran en el centro de París, alrededor del barrio Sentier. ¿Cómo se integran al urbanismo parisino? Con Eulalie, hemos notado que los centros de datos se adaptan al entorno en el que se implantan de manera que no fue fácil encontrarlos. Así, lo que más nos llamó la atención del primer centro de datos que visitamos (que vamos a llamar “el DC 1” por first data center) es lo bien escondido que estaba : parecía más un edificio que un centro de datos, que sea el estilo de arquitectura o la altura del edificio. En efecto, cuando llegamos, la puerta del patio estaba abierta y vimos un inmueble moderno.

Vistas del patio del DC 1

Está claro de que podríamos vivir en este edificio. Nos preguntamos: ¿estamos en el buen lugar? ¿Eso es un centro de datos? Nos dio la impresión de que estábamos en el lugar equivocado y que el centro de datos estaba en otro sitio. No había ninguna indicación de que hubiera un centro de datos aquí. Por eso, es realmente imposible adivinar que hay un centro de datos cuando pasas por delante, a menos que lo conozcas. Los dos transeúntes que preguntó frente al centro de datos me lo confirmaron : no tenían conocimiento de la presencia de ese centro de datos allí. El primero salió de un edificio de la calle donde se sitúa el centro de datos para sacar a pasear a su perro. Parecía tener unos treinta años, llevaba barba e iba vestido al estilo “bobo parisino” (pantalones elegantes, abrigo, zapatillas de moda). Me confirmó que sabía lo que era un centro de datos, pero me aseguró que no sabía que hubiera uno en su calle. El segundo transeúnte fue una mujer que estaba recogiendo su bicicleta a pocos metros del centro de datos. Parecía tener cuarenta años. Me dijo que no sabía que había un centro de datos en esta calle. Añadió que había trabajado en el barrio hace unos años, cuando “no había start-ups”. Revela que tiene poca idea de lo que es un centro de datos. En esta calle residencial, el DC 1 ha adoptado la apariencia de un edificio de viviendas para integrarse mejor en su entorno. Además, no está en primer plano: está bien escondido ya que se llega a él tras cruzar un patio. 

El segundo centro de datos que visitamos en el barrio Sentier (el DC 2) era un poco diferente del primero. Cuando llegamos enfrente de él, vimos empleados tomando café y fumando un cigarrillo. Nos preguntamos de nuevo si estamos en el lugar correcto ya que parecía más una sede de una empresa que un centro de datos. El edificio tenía una fachada atípica : los muros eran típicos de la arquitectura parisina (con los mascarones y los arcos del círculo de Haussmann) y se hacían eco del estilo del barrio, pero las ventanas eran modernas, con doble acristalamiento. Sin embargo, no llama la atención porque al lado del edificio, hay un café restaurante con el mismo tipo de arquitectura (mezcla de antiguo y de moderna).

Fachada del DC 1
Ejemplo de edificios frente al centro de datos : mismo tipo de arquitectura

No tuvimos tiempo de tomar una foto del edificio porque aprovechamos de un empleado que estaba entrando en el inmueble para entrar también. En este caso, está claro que el DC 2 responde a un doble reto: desaparecer en el entorno y responder a los problemas de seguridad y ruido (utilizando el doble acristalamiento).

 

Aunque se sabe que un centro de datos está en este edificio, todavía tenemos que ser capaces de encontrar el nivel en el que estaba: veremos ahora que esto no fue fácil. En efecto, cuando nos acercamos del DC 1, tras cruzar el patio, vimos a una limpiadora en la planta baja del edificio. Le preguntamos si podíamos entrar en el edificio y ella aceptó. Sin ella no habríamos podido entrar ya que la puerta estaba cerrada. Pero no sabía que había un centro de datos en el inmueble (se le preguntó) así que podemos interrogarnos si nos hubiera abierto si lo supo. En la entrada, un cartel sólo indicaba la presencia de un Starbuck en la segunda planta, y un club Maif Start Up en la primera.

No indicación sobre el piso del DC 1

Afortunadamente, estábamos determinados a encontrar el DC 1, decidimos seguir adelante subiendo los pisos uno a uno. Finalmente llegamos a la tercera planta, donde un cartel indicaba el nombre de la empresa propietaria del centro de datos con la especificación de subir a la cuarta planta “antes de cualquier acceso a la tercera”.

El nombre de la empresa ha sido eliminado por razones de confidencialidad

Era la primera vez que estábamos seguras de haber llegado al lugar correcto. Sin la limpiadora, nuestra audacia y determinación, está claro que nunca habríamos podido encontrar el DC 1.

Asimismo, el DC 2 también era difícil de encontrar. Como he dicho antes, pudimos entrar en el edificio gracias a un empleado que entró después de fumar. En la recepción, un hombre estaba presente en una especie de esclusa, para controlar quién entraba y vigilar las cámaras de vigilancia dentro y fuera del edificio. Pero no quisimos ir a decirle por qué estábamos allí (por miedo a tener que salir del inmueble) y seguimos al empleado para que nos abriera otra puerta, que conducía a unas escaleras y a un ascensor. Como ya teníamos experiencia del DC 1, decidimos subir directamente a la última planta del edificio. Cabe señalar que el inmueble tenía una puerta por planta, todas ellas fuertemente vigiladas por una cámara y un timbre. En el último piso, nadie respondió cuando llamamos al timbre, así que bajamos un piso. Finalmente, tras hablar con un hombre por el interfono, vino y nos abrió la puerta y nos dijo que el DC 2 no estaba en ese piso, sino más abajo. Trabajaba en una empresa de videojuegos y nos precisaba que no utiliza un centro de datos para su empresa. Después, fuimos al piso que nos indicó, tocamos el timbre, un hombre respondió, confirmó la presencia del DC 2 en esta planta y aceptó hablar con nosotras en persona. Como el DC 1, nuestro valor y nuestra obstinación nos permiten encontrar el DC 2. Pero las personas que trabajan en el edificio que alberga los centros de datos también son cruciales para dar información. Por último, cabe señalar que algunas señales sobre la puerta nos permitieron estar seguras de que estábamos frente a la puerta de entrada de los DC 1 y 2 : indican videovigilancia 24 horas por razones de seguridad y prohibición de hacer fotos.

Señales sobre la puerta del DC 1

Señales sobre la puerta del DC 1
Señal sobre la puerta del DC 2

Estas señales pretenden ser disuasorias, pero paradójicamente nos han permitido estar seguras de la ubicación exacta de los centros de datos en su inmueble.

 

Ahora que habíamos llegado frente al centro de datos, teníamos que entrar. Cuando llamamos al DC 1, el hombre nos abrió la puerta tras presentarnos. Así, pudimos entrar pero en realidad, aterrizamos en la recepción del DC. El hombre aceptó responder a nuestras preguntas sobre el DC. Sin embargo, ha habido ocasiones en las que se ha negado a responder a preguntas que pudieran comprometer la seguridad del DC o la privacidad de sus clientes. Asimismo, se negó a permitirnos visitar el tercer piso, donde estaba la sala que contenía los centros de datos, porque no tuvimos la autorización, pero nos animó a ir a la página web de la empresa para solicitar una visita a otro centro de datos más grande de la misma empresa situado a pocas manzanas de distancia. Era interesante porque cuando acababa de decir esto, un hombre llegó y preguntó si podía ir al tercer piso para realizar manipulaciones para el DC de su empresa. Presentó su documento de identidad y el hombre de la recepción lo comprobó en su ordenador.

Aquí un hombre está presentando su identidad para ir al centro de datos afiliado a su empresa

Por consiguiente, vimos que el acceso a las salas está muy regulado y casi imposible sin autorización. No pudimos ir más allá de la recepción. Fue peor con el DC 2 : no entramos, quedamos frente a la puerta del DC. En efecto, el hombre que aceptó hablar con nosotras en persona vino sobre el rellano y luego cerró la puerta del DC detrás de él. El gesto fue explícito: no se nos permitió ir más allá del descansillo. Igualmente al primer DC, nos dio el correo electrónico del responsable del DC para que pudiéramos pedirle una visita. Añadió que “hay que preparar la visita al DC”, por lo que no se puede visitar ahora. Me hizo pensar en lo que dijo Clément Marquet cuando vino a reunirse con nosotros el 30 de noviembre: notó una “teatralización de la seguridad” durante sus visitas, es decir que tuvo la impresión de que el técnico que daba la vuelta al DC estaba aparentando para mostrar a los visitantes la infalibilidad del sistema de seguridad (como: no hice esta acción entonces una alarma se dispara…). Al decir que hay que preparar una visita en el DC, implica que todo tiene que ser perfecto como si fuera una performance. 

Para concluir esta parte, podemos decir que esos dos centros de datos situados en Paris intra muros funcionan sobre el mismo modelo : se adaptan al entorno en el que se implantan para no llamar la atención. Además, se disimulan en el inmueble para que no se encuentren y finalmente, impiden y regulan los accesos para limitar los riesgos y aumentar la seguridad. Ahora, se puede preguntar si es el caso de otros centros de datos fuera de Paris. Por eso, Eulalie va a analizar nuestras observaciones de dos DC situados en Aubervilliers.

 

Now that we have studied the characteristics of two parisian data centers, let’s move a little bit up north on the suburbs, in Aubervilliers, a city conducive to the development of these buildings. In this part, let DC3 be the first data center we visited in Aubervilliers, and DC4 the second.

We will see that just as their parisian similars, they use three main ways in order to stay as invisible and discreet as possible, and to thus keep people out. The first one is an architectural means.

Indeed, the neighborhood of Aubervilliers we visited in order to find the DC3 and 4 can easily be described, as we noticed that all the buildings were designed the same. What better way of hiding an enormous data center, if not by designing it similarly than the surrounding buildings? The principal colors used to paint the different constructions were all the same: grey, dark blue, old browns… We could also notice the presence of huge fences in the form of grids surrounding the nearby buildings, just like those of the data centers. We crossed a passerby (who appeared to be in the 24-30 age group) and asked him if he knew what the data centers were, and if there were any here. The latter had absolutely no idea of what it was, and quickly asked us to help him find his way. He was obviously not from here.

We took the above pictures in the neighborhood of Aubervilliers, to show the similarity of all the buildings

The location of these data centers is ideal on another point: the neighborhood seemed pretty deserted. We crossed almost no people wandering, and even if we must consider the fact that our observation took place on a Tuesday at 10am, which is not a rush hour, we can definitely notice a huge difference with the density of people we crossed in Paris in front of the DC 1 and 2, even though our observations there took place in the same time slot. 

While walking from the DC1 to the DC2, another element struck us: the noises we heard in the streets were really different from those from Paris. The district seemed to be under construction everywhere, one could notably hear loud noises of workers and tools. We could also hear numerous school noises. According to us these elements could perfectly be part of the distraction and hiding-noises policies which are often set up around the data centers. Thus, an audio extract of sounds we can hear on the street shows us this. 

 

The second means which is used by data centers in order to keep people out, is to use physical barriers. Thus, if one must penetrate inside a data center, he will have to be invited to it.

We managed to enter inside DC4 without further difficulties. Indeed, once we arrived there, we found that there were many people circulating from in to out, as well as around it. We just had to catch the door before it closed to penetrate the enclosure. But this doesn’t mean that there is no surveillance, no security. Indeed, we just penetrated the part between the grid and the building, but we weren’t inside yet. There was already a big queue of people waiting inside of the building when we arrived. We found out there was thus a big difference between the Paris intra-muros and the Aubervilliers data centers: during our observations there were way more people at the Aubervilliers’ one. Once again, we must however specify that as we did our observations only one time, on Tuesday 16th of November around 10 am, this can’t be generalized. Maybe there were especially a lot of people just when we arrived, but it didn’t seem so according to us, as they seemed used to that situation. A man was sitting in a van, and another one was standing between the fence and the building, both waiting for their colleagues, and they seemed used to it. 

People were waiting to talk to the female host in charge of the security, who was at a counter behind a glass. In the line we could see a man with a big computer in his backpack, and a keyboard in his hands, which according to what we heard was coming for an intervention, for the first time. 

When our turn came, we mentioned that we were 2 students in communication and that we wanted to eventually visit or ask a few questions, and without further consideration the receptionist sent us to the other building. We will see with the DC3 that we didn’t have this welcome everywhere. We must specify that to go out of the enclosure of these buildings, the grid must be opened by a security agent. The need of a badge or the company of an authorized person is a must-have element to penetrate the data centers, whether in Paris or Aubervilliers. 

But in some cases, even with that you can’t penetrate them. It was the case of the DC3, which we didn’t manage to observe closer than… from the outside of the grid. In terms of physical barriers, this data center was the perfect example: we couldn’t use an exterior authorized person to enter it due to the architecture of the door: as we can see on the following picture, the passageway is allowed only for one person at the time: one must ring or present its pass, and then the grid turns just enough for him/her to pass. It is not worth thinking about climbing above the grid as there are some peaks above, and no possibility to put your feet somewhere to lift your body: these are just naked bars, which look slippery. And in addition to that they measure more than 2 meters in height. The same grill surrounded all the buildings.

Picture of the true human barrier that represent this grid in the DC3 of Aubervilliers

As we got near the entrance, we saw two men within the fence and by the building, who we tried to coax in order to get them help us getting into. As we asked them if we could enter, they answered something that we found very interesting: “it depends on who is asking”. We presented ourselves, and the men told us it wouldn’t be possible for us to get nearer. We can definitely say this data center was the most hostile we tried to get inside. In front of the impossibility of digging on this side, we however did not deflate ourselves, and went to observe what was happening at the entrance for cars/trucks and deliveries.

Picture of the cars and trucks’ entry we observed

There again, we caught some very interesting elements that we recorded: there were a lot of entries, and we decided to stay around 20 minutes to observe it. Here follows an analysis and interpretation of the five audios we recorded.

Retranscription of the audios: The retranscription is in french because it’s the language which is spoken in the audios. Each retranscription is followed by an interpretation. 

AUDIO 1: 2 men on a blue truck

Voix d’un homme : “oui bonjour on est du Saisi on vient chercher du matériel s’il vous plaît”

Voix de l’interphone : *inaudible*

Voix de l’homme : *inaudible*

*bruit de déverrouillage de la grille*

The first thing these audios made us think about was that we were at a jail entry. Between the noise of the unlocking of the grid and the fact that people must state their name, the reason they came here for and also the seriousness they all carried in their voices while speaking, associated with the tension we could detect when we were there made us feel like that at least.

AUDIO 2 : lonely man, with a grey car 

Voix d’homme : “oui bonjour Madame, [prénom et nom de l’homme] du Saisi s’il vous plaît”

Voix de femme interphone : “je n’ai pas entendu”

Voix d’homme : [prénom et nom de l’homme] du Saisi

*bruit de déverrouillage de la grille*

This audio gave us an indication of a company which visibly is in a partnership with this data center. Indeed, we hear a man coming from the same company as in the first audio. The data centers probably have big clients renting their services.

 

AUDIO 3 : 2 women on a black car 

Voix de femme : “oui bonjour, nous avons rendez-vous avec monsieur [nom de l’homme]”

Voix de femme interphone : “[…]je vais vous ouvrir la barrière et du coup vous avez[…]” (explications d’où se diriger)

Voix de femme : “ok donc on va voir le panneau jaune [nom de l’homme avec qui elles ont rendez-vous] euh d’accord, merci […] merci, au revoir”

Voix de femme interphone : “au revoir”

For what concerns the women we heard on the third audio, it seemed to us that they could be some clients. We do not eliminate the possibility of being wrong of course, but the fact that one must indicate them the way, as well as the manner with which they pronounced the name of the person they came to meet made us think that at least. It’s just like when you arrive at the bank and that you have an appointment with your consultant.

 

AUDIO 4 : lonely woman on a red car

*bip interphone*

Voix de femme interphone : “oui bonjour”

Voix de femme : “oui bonjour la police nationale j’ai rendez-vous”

*réponse interphone inaudible*

Voix de femme : “merci beaucoup”

*bruit de déverrouillage de la grille*

This fourth audio was the one which made us the most curious about: when we saw this little red car arrive with a woman inside, we never doubted it could be the national police: there was absolutely no signs of it: no uniforms, no badge. It’s like she came as an undercover agent. As she didn’t want to be seen or recognized. But still she had to mention it in order to enter the building.

All this little carousel made us guess that there were some identity controls inside, but this wonder was to unfortunately stay a wonder as we couldn’t penetrate further in the enclosure as mentioned before.

 

AUDIO 5: lonely man

“oui bonjour, je suis là pour une intervention de *inaudible*

*bruit de déverrouillage de la grille*

 

The fifth audio confirms what could be, according to us, a great vulnerability about data centers: in case of problem, they need a technician’s intervention, and the quickest possible. We crossed technicians coming for an intervention in DC3 and 4. We could however question the fact that with such high security implemented, a necessary quick intervention could be compromised.  

This audio part led us to think that for this DC4, the entry for cars and trucks seemed maybe less regulated than the entry by foot: perhaps we could have tried to ring and present ourselves but by lying. Indeed, the police officer didn’t show any proof of being from that official institution. On the other hand, as we said, we guess some ID controls follow once inside the building, so we would have found ourselves stuck at a moment or another.  

 

Last but not least, we’ve observed that a third way of keeping people out of data centers was by using deterrence.

Just as we got nearer from the data centers in Aubervilliers, we could observe a similar phenomenon as in Paris which was: the demultiplication of warning and preventing signs. The heavy door of the DC3 was full of such signs: “this establishment is under video surveillance for reasons of safety of goods and persons.” The grid of the DC4 was covered with similar signs: “this site is under CCTV 24h/24”. It is clear that, with these elements and the ones we found in Paris, we can conclude that no data center is left with no video surveillance. We guess there must sometimes also be an observation room of the cameras, but probably on the bigger data centers. 

The signs are often made of very bright colours, which more easily attract the observers’ looks, and make sure to make the link with their brain: “don’t do this”. “Don’t enter without authorization”. “Don’t forget everything you do is filmed and registered”. “I would be you, I would therefore wisely return home”. It’s all in the deterrence. But the paradox of that is surely that by attracting people’s looks and by preventing them from doing something, it also points the finger at a place that first and foremost tries to remain discreet and to blend into its environment like a chameleon…

Sign warning of CCTV surveillance, using a bright yellow

Ainsi, nos observations nous ont amenées à conclure qu’il existe trois façons de décourager les gens d’entrer dans les data centers. 

Une première stratégie consiste à les cacher pour ne pas interpeller l’attention des habitants/des gens. Cette solution ne peut pas être mise en place par tous les data centers. En effet, nous avons vu que les plus gros data centers d’Aubervilliers par exemple sont difficiles voire impossibles à cacher… L’emplacement reste néanmoins un élément important pour cacher au moins les bruits si cela ne peut être fait pour le bâtiment lui-même. Pour ceux qui sont situés dans Paris intra-muros, la dissimulation reste cependant une des solutions les plus utilisées, du fait de leur petite taille.

Ensuite, si jamais les gens sont au courant de la présence d’un data center à tel emplacement, une deuxième stratégie de dissuasion est mise en place. Celle-ci repose sur le fait d’empêcher physiquement les gens d’entrer dans le data center à l’aide de barrières concrètes : il y aura toujours une porte très sécurisée pour nous empêcher d’entrer.  Parfois, il y en a plusieurs, notamment à Aubervilliers: entre grillages extérieurs qui mènent au parking, puis portes d’entrées qui mènent à l’accueil qui se présente sou forme de sas, et enfin porte qui mène plus loin dans le data center, et notamment qui donne accès à la salle des machines où sont entreposées les millions de données qu’ils cherchent tant à protéger. Le parcours est parsemé d’obstacles. Selon nous, il est plus facile d’atteindre l’accueil pour les data centers de Paris intra muros: il semble en effet ne pas y avoir autant de protections qu’à Aubervilliers, surement parce que l’immeuble n’héberge pas seulement un data center (il y a aussi des sièges d’entreprises), et donc limiter l’entrée se fait plus compliqué. Nous pensons que c’est aussi une manière de ne pas attirer l’attention (paraître moins sécurisé à l’entrée pour se fondre dans la masse des autres immeubles environnants). Aubervillier est entouré d’autres bâtiments avec des grilles extérieures, comme nous avons pu voir sur les photos, ce qui n’est pas le cas de Paris. Mais les portes d’entrée des data centers (une fois qu’on est à l’étage où se trouve le data center) restent néanmoins (de ce que l’on a observé) des portes blindées, impossibles à casser.

Enfin, pour ceux qui connaîtraient l’emplacement précis des data centers et voudraient franchir leur porte d’entrée, un dernier moyen est mis en œuvre: tenter de les décourager et de les effrayer. C’est le rôle des nombreux panneaux que nous avons vus à chaque fois que nous nous sommes approchées d’un data center. Ils se déclinent en différents messages mais sont présents dans tous les data centers, que ce soit à Aubervilliers ou à Paris intra-muros. Ils préviennent de la présence d’une vidéosurveillance 24h/24, du fait qu’il faut être autorisé à entrer dans ce bureau, et qu’autrement il faut rester dehors… 

En définitive, bien que nous ayons parfois pu avoir l’impression qu’il était plus facile de rentrer dans un certain data center plutôt qu’un autre, nous devons pointer le fait que cela ne restera finalement qu’une impression. En effet, ce n’est pas parce que nous n’avons pas été bloquées au portail que nous avons pu pénétrer plus loin que dans le hall d’entrée…

 

Les data centers, une sécurité paradoxale

Dans le cadre du cours « observation de ville », nous sommes allés, mes camarades et moi, observer les data centers de la région parisienne. Un data center, autrement appelé centre de données, est « une infrastructure qui accueille de nombreux ordinateurs ». Son rôle principal est « de stocker les données du système d’information d’une entreprise ». (Source de la définition : www.ovhcloud.com).

L’objectif de cette observation était de comprendre comment ces data centers sont insérés dans la ville, comment ils fonctionnent, mais aussi comment ils sont perçus par les habitants. Quand je me suis rendue sur les lieux de rencontres prévues à cet effet, je n’avais pas de problématique précise en tête. J’y allais sans savoir réellement ce que je cherchais. Je me suis dit que le mieux était d’observer tout ce qui était observable, de prendre des notes sur ce que je voyais, ce que j’entendais, ce que je ressentais et sur ce que l’on me disait. Accompagnée par mes camarades, j’ai réalisé ma première observation de data centers dans le quartier Bonne-Nouvelle et Charonne le 9 novembre 2021 pendant environ deux heures. J’ai effectué une deuxième observation dans le quartier d’Aubervilliers le 16 novembre 2021. Là encore, j’ai pris environ deux heures pour observer l’insertion des datacenters dans la ville. Très vite, le dispositif sécuritaire mis en place dans les data centers m’a questionné. A la fois il me semblait que ces centres disposaient d’un système de haute surveillance, mais en même temps, il nous était, à mes camarades et moi-même, particulièrement facile d’y entrer. De là m’est venue cette problématique de l’existence d’une sécurité dite « paradoxale » au sein des data centers.

I. Un haut dispositif sécuritaire… 

Le mardi 9 novembre, quand je suis arrivée face à mon premier data center, carnet en main, j’ai immédiatement remarqué une caméra extérieure à l’entrée du porche. Avec mes camarades, nous étions dans la rue et déjà, nous étions repérés. La façade de l’immeuble ne présente pas de signes distinctifs, si ce n’est une caméra noire dans le coin de l’entrée. Les baies vitrées sont teintées, de sorte qu’on ne puisse pas distinguer ce qu’il se passe à l’intérieur de cet immeuble. Un grand portail électrique ferme l’accès à la cour du bâtiment. Cependant, ce portail était grand ouvert. Il est muni d’un digicode. Lorsque l’on franchit le grand portail noir et opaque, une sorte de laser émet un léger bruit, comme s’il nous comptait. J’ai entendu ce bruit et j’ai immédiatement regardé dans sa direction. C’était un boîtier blanc, qui semblait tracer une ligne invisible qui permet, une fois franchie, de détecter la présence d’un individu. Une fois cette étape passée, j’ai observé quelques instants tout autour de moi. De nombreuses caméras me fixaient. Elles étaient toutes situées à des endroits stratégiques, de sorte que lorsqu’un individu pénètre dans la cour de l’immeuble, il ne peut pas se cacher des caméras.

Caméra de surveillance de data center parisien.
Cour intérieure de data center. Les vitres sont teintées.

Cette cour desserre un immeuble où plusieurs entreprises ont établi leurs locaux. Avec mes camarades, nous sommes entrés dans le bâtiment grâce à la femme de ménage. Ce qui m’a surpris, c’est qu’elle ne savait pas si ce bâtiment possédait un data center. Elle nous a rétorqué à mes camarades et moi-même qu’elle venait uniquement pour faire le ménage dans le hall et la cage d’escaliers.

Autre indice marquant de cette sécurité hautement installée, c’est qu’à l’entrée de cet immeuble se trouvait un interphone. Il était possible d’appeler les entreprises avant de monter à l’étage indiqué à côté du nom de chacune d’entre elles. Cependant, il n’y avait aucune présence d’un nom de centre de données sur cet interphone. On y trouvait seulement une assurance et une marque de café. De plus, le troisième et quatrième étages n’étaient pas mentionnés. Or lorsque je regardais depuis la cour de l’immeuble, je distinguais bien quatre étages dans ce bâtiment. Poussés par la curiosité, avec quelques amis, nous avons pris les escaliers. J’ai observé le même phénomène dans l’ascenseur. Aucun bouton ne signalait la présence du data center dont il était question dans ce bâtiment. J’ai trouvé cela intriguant. Quelques temps plus tard, en y réfléchissant dans le métro, je me suis dit que cela devait être un dispositif sécuritaire. Les data centers sont des entreprises discrètes, qui savent se rendre invisibles pour assurer leur sécurité. J’ai retrouvé le phénomène des baies vitrées teintées que j’avais observé sur la façade de l’immeuble dans la rue.

Depuis la cage d’escaliers, à chaque fois que j’arrivais à un étage, je pouvais distinguer l’intérieur depuis les fenêtres. Ainsi, pour l’entreprise de café et l’assurance, je voyais les gens travailler sur leurs ordinateurs. Mais lorsque je suis arrivée au troisième étage, les vitres étaient teintées. Même phénomène pour le quatrième étage. Il était impossible de distinguer l’intérieur. Ce détail nous a mené, mes camarades et moi-même, sur la piste du data center. Lorsque j’ai poussé la porte du troisième étage, je me suis retrouvée dans une sorte de petit hall. Une porte blindée me faisait face. Sur celle-ci, j’ai immédiatement vu de nombreuses instructions comme « avant tout accès au 3ème étage merci de passer au 4ème étage ». Pour pénétrer à l’étage 3, il fallait disposer d’un badge. Sans cela, il est impossible d’entrer. Une pancarte précisant la présence de caméras 24h/24 était placardée sur la porte. Mes camarades et moi-même sommes allés au quatrième étage, comme indiqué sur la porte. Une fois de plus, nous nous sommes retrouvés devant une porte blindée, contenant de nombreuses instructions, un digicode mais aussi une sonnette. Nous avons donc sonné pour voir ce qu’il se passerait. Une lumière rouge sous « attendez » s’est éteinte pour laisser place à une lumière verte sous l’écriteau « passez ». La porte s’est ouverte et nous nous sommes retrouvés face à un technicien. Celui-ci nous a accueilli derrière un comptoir vitré. J’ai pris quelques instants pour observer tout autour de moi. Une fois de plus, de nombreuses caméras étaient présentes. Tout au long de cette observation, à partir du moment où je suis rentrée dans la cour de l’immeuble, j’étais observée par des caméras qui sont allumées 24h/24. Une porte menant aux salles de stockage se trouvait à ma droite, mais il y avait un écriteau m’interdisant l’accès. Derrière le comptoir vitré, le technicien nous demande d’expliquer notre présence. Je prends alors la parole et j’explique notre démarche d’observation. J’ai immédiatement précisé que nous étions étudiants. Le technicien ne semblait pas dérangé par cette présence, au contraire, il a volontiers répondu à nos questions. Il m’a précisé que c’était lui qui nous avait ouvert. Pour ouvrir la porte, il appuie sur un bouton qui permet de désactiver le verrouillage de la porte. Il possède un écran où il observe les allers et venues des individus, ce que filment les caméras. A gauche de l’accueil, Lucile et moi observons un détecteur d’empreintes. Le technicien nous explique alors que cette machine permet de donner ou non l’accès à certaines salles.

Le technicien nous explique également qu’il effectue aussi un rôle d’agent de sécurité sur ce site. Etant petit, ce data center ne nécessite pas une grande équipe de maintenance et de sécurité, c’est pour cette raison qu’il effectue ce double rôle de sécurité et de maintenance.

A 10h07, un client du centre de données a franchi la porte de sécurité. Il s’est présenté à l’accueil en montrant sa carte d’identité et en expliquant la raison de sa présence sur le site. Le technicien lui a alors donné un badge permettant d’accéder au troisième étage. Ce dispositif sécuritaire permet de vérifier l’identité des individus avant même qu’ils pénètrent dans les salles.

Ayant assez d’informations sur ce site et ne pouvant effectuer de visite des salles de stockage, j’ai décidé avec Lucile d’aller observer d’autres data centers dans le quartier de Charonne.

Arrivées sur les lieux, nous avons été confrontées à une autre réalité. De même que pour le premier data center, l’invisibilité du data center assure en partie sa sécurité. On a l’impression que c’est un bâtiment comme un autre, avec cependant la particularité d’avoir des vitres teintées ou des volets fermés. Lucile et moi sommes parvenues à entrer dans l’accueil. Celle-ci était construite de la même manière que le data center du quartier Bonne-Nouvelle. Une grande vitre assure les vigiles dans un espace de sécurité, de nombreuses caméras sont présentes et on retrouve le détecteur d’empreintes. Mais à peine arrivées, les agents de la sécurité, au nombre de trois, nous ont dévisagées. Mon amie a pris en photo une caméra de surveillance, dans le but d’illustrer son article. Mais immédiatement, les vigiles se sont montrés agressifs en lui demandant les raisons de cette photo et en l’obligeant à la supprimer. Les agents de sécurité nous ont demandé ce qu’on venait faire dans ce data center et d’où on venait. Ils étaient particulièrement méfiants à notre égard. D’ailleurs, ils n’ont pas réellement voulu répondre à mes questions, ou lorsqu’ils y répondaient, ils donnaient très peu de détails. J’ai observé de nombreux écriteaux précisant que ce centre était placé sous haute surveillance.

Digicode et interphone de data center parisien.

Cette première observation m’a fait réaliser que les centres de données étaient placés sous haute surveillance. J’ai d’ailleurs observé des situations similaires le 16 novembre dans le quartier d’Aubervilliers.

Là encore, j’ai trouvé que les bâtiments se protégeaient grâce à leur invisibilité. Ils se fondaient dans le décor, de telle sorte qu’on pouvait penser à de simples entrepôts.

Le premier data center que j’ai visité à Aubervilliers était un entrepôt blanc, entouré d’une grille métallique. Un digicode était présent sur la façade pour permettre l’accès à la cour du data center. Une fois dans l’accueil, mes camarades et moi-même nous sommes retrouvés face à un agent de sécurité. Derrière son comptoir, il nous a immédiatement interdit de prendre des photos. D’ailleurs, lorsqu’on sortait notre téléphone, il s’énervait. Il m’a expliqué que le site était « ultra-surveillé » par de nombreuses caméras tournant 24h/24.

Le deuxième data center que j’ai cherché à visiter se situait dans une zone d’entrepôts, essentiellement des grossistes. Entouré de grille, de barbelés, de caméras et nécessitant des codes d’accès, il m’a été impossible de pénétrer dans l’accueil de ce data center ou même de discuter avec un employé. Je n’ai pas trouvé l’entrée de ce bâtiment, ce qui peut également être une mesure de sécurité supplémentaire. De plus, des panneaux indiquant un danger d’électrocution en cas d’escalade de la grille m’a mis sur la piste d’une sécurité infranchissable.

Les deux derniers data centers que j’ai visité dans cette matinée du 16 novembre ont présenté les mêmes caractéristiques que celui que je viens d’expliquer. En effet, il y avait là encore la présence de nombreuses caméras de surveillance.

Des portails métalliques nécessitant une autorisation d’accès soit par un digicode soit par interphone permettaient d’assurer une première barrière face à une quelconque menace. D’ailleurs, dans le troisième data center, après avoir demandé à un technicien comment rentrer dans l’enceinte du bâtiment, celui-ci m’a répondu qu’il était impossible d’y pénétrer sans autorisation. Il a d’ailleurs ajouté cette phrase : « c’est pire que la Nasa », sous entendant que l’accès au site est ultra sécurisé.

Panneau sur le dispositif sécuritaire.

Le dernier data center que j’ai observé possédait des vitres teintées, mais en fonction d’où je me plaçais par rapport au soleil, je pouvais distinguer l’intérieur. J’ai alors remarqué qu’en plus des vitres teintées, il y avait à l’intérieur des stores fermés, empêchant toute visibilité de ce qu’il pouvait y avoir dans ce bâtiment.

Mes différentes observations m’ont permises de découvrir un haut dispositif sécuritaire au sein des data centers.

II. … Qui néanmoins, connaît ses limites 

Cependant, malgré cette haute surveillance des data centers, il m’a semblé, dès ma première observation, qu’il existait des failles dans ce système de sécurité. Cette réflexion m’est venue le 9 novembre, lorsque j’attendais le métro de la ligne 9 pour me rendre à Charonne. Dans ce transit entre les deux data centers, j’étais étonnée par la facilité que nous avions eu, mes camarades et moi-même, pour entrer dans le premier data center. Le grand portail noir était en effet grand ouvert, la femme de ménage nous a laissé rentrer dans l’immeuble sans nous demander qui nous étions et pourquoi nous venions. Le technicien qui nous a reçu à l’accueil du data center a avoué qu’il nous avait ouvert sans se poser la question de notre identité. Quand on lui a demandé s’il nous avait vu à travers les nombreuses caméras du site, il a avoué qu’il aurait pu nous voir, mais que cela lui avait échappé. Autrement dit, il n’avait pas regardé le retour des caméras. De plus, quand le client est entré, le technicien ne nous a pas demandé de sortir. Nous pouvions entendre leur conversation censée être plutôt confidentielle. Cela m’a semblé être une première limite du dispositif sécuritaire. En effet, malgré les outils de surveillance installés, si l’employé n’est pas vigilant, on peut dire qu’il résulte de ce manquement une fragilité du système de sécurité.

Cela m’a fait écho au texte de Clément Marquet et de Guillaume Carnino, les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Dans le passage intitulé « sécurité infaillible », les auteurs reviennent sur les nombreux dispositifs sécuritaires auxquels on doit se plier si l’on souhaite effectuer une visite de data center. Seulement, un peu plus loin dans l’extrait, une discussion avec un gestionnaire révèle une fragilité dans ce système de contrôle. Ce dernier explique que « si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menace ». En transitant de Bonne-Nouvelle à Charonne, sur le quai du métro, j’ai dit à Lucile que si nous avions eu une bombe, nous aurions pu détruire le data center. Les centres données sont rarement préparés à des attaques dites physiques. En effet, lorsqu’on parle d’attaques de data center, on pense plus à une cyberattaque. Cela dit, si nous attaquons physiquement un data center, des milliers de données seront détruites, induisant de nombreuses pannes voire des suppressions de sites. L’impact est donc tout aussi important que celui d’une cyberattaque. Voilà pourquoi il me semble important de relever cette fragilité au sein des data centers.

Cette fragilité s’est également fait sentir dans le premier data center du quartier d’Aubervilliers. Une fois encore, je suis rentrée très facilement dans ce bâtiment. La grille métallique munie d’un digicode n’était en réalité pas fermée. Il nous a suffit de la pousser pour entrer dans la cour. L’agent d’accueil qui nous a reçu était seul face au groupe d’étudiants que nous étions. De plus, une porte derrière lui était ouverte et nous laissait entrevoir des ordinateurs.

Néanmoins, je ne peux m’empêcher de croire que notre erreur a été celle de se présenter en groupe. Nous étions tous avec un carnet en main. Nous ressemblions fortement à un groupe d’étudiants. Je pense que les techniciens qui nous ont accueillis ont pris en compte cette information, c’est pourquoi ils ont baissé leur vigilance lorsque nous sommes entrés. D’ailleurs, dans le data center du quartier de Charonne, nous y sommes allées seulement à deux, et cette fois-ci les agents de sécurité étaient très méfiants, voire agressifs avec nous.

En conclusion, malgré les dispositifs sécuritaires, je pense que les outils techniques ne peuvent complètement se substituer à l’homme. Mes observations me laissent penser que les data centers sont fortement sécurisés, cependant, si un agent d’accueil manque de vigilance et laisse entrer dans le bâtiment des personnes malintentionnées, un incident pourrait vite arriver. Les data centers ne sont pas uniquement les cibles d’une cyberattaque, ils peuvent également connaître des incidents techniques comme un départ de feu ou encore une attaque physique, générant des problèmes tout aussi graves qu’une cyberattaque. C’est pourquoi la sécurité mise en place est assez paradoxale face aux différents types de menace.

Cassilde Le Huédé.

III. Sources : 

Carnino Guillaume, Marquet Clément, « Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, 2018/1 (N° 3), p. 19-62. DOI : 10.3917/zil.003.0019. URL : https://www.cairn.info/revue-zilsel-2018-1-page-19.htm

Définition d’un data center : ovhcloud.com.

 

Le mythe des data centers : l’urbanisme au service de “l’invisibilisation matérielle”

« Entrepôts informatiques de stockage lointains implantés au pôle nord ».

C’est la vision des data centers qui nous est donnée par un commerçant qui, paradoxalement, partage sa rue avec l’un de ces «entrepôts lointains». 

Les data centers ou centre de données sont des infrastructures accueillant serveurs, baies de stockage, ordinateurs et équipements informatiques. Ces installations permettent de stocker et protéger les données des clients. Dans l’imaginaire collectif[1], les data centers seraient « d’immenses infrastructures » implantées en dehors de la ville, dans des territoires nordiques et peu peuplés. Le fait que nos interrogés partagent leur lieu de travail voire leur lieu de résidence avec des data centers sans pour autant en avoir connaissance, nous a amené à nous interroger sur leur implantation urbaine discrète voire invisible. 

Afin d’étudier ce phénomène, nous étudierons, dans un premier temps, les stratégies d’invisibilisation des data centers en matière d’urbanisme. Puis, dans un second temps, nous analyserons la réception de cette implantation discrète chez le public familier au quartier. Pour nous saisir de la question de l’invisibilisation des data centers, nous avons réalisé une enquête ethnographique composée d’un ensemble d’observations, d’entretiens, de photographies, d’enregistrements vidéo et audio, permettant de documenter les différentes stratégies d’invisibilisation. Nos investigations se sont concentrées sur les data centers mais également sur les rues où s’implantent ces derniers, à savoir les commerces voisins et les bâtiments voisins. Il était essentiel pour nous d’interroger les acteurs qui côtoient -sans forcément en avoir conscience pour autant- les datas centers, à savoir les riverains et les commerçants voisins. Nous avons mené une dizaine d’entretiens cherchant à mesurer les dynamiques des lieux d’implantation des data centers, l’existence discrète de ces derniers, leurs signalétiques et les différents rapports personnels de chaque interviewé avec les data centers

 En amont de notre première observation des data centers nous avons délibérément choisi de ne pas préparer notre observation, en nous intéressant à un aspect en particulier par exemple. Ce choix s’est, d’une certaine façon, imposé à nous, dans le sens où nous n’avions jamais vu, ni visité de data centerC’est avec cet œil nouveau, dénué de tout préjugé ou de toute anticipation sur ce que nous allions observer, que le sujet d’invisibilisation s’est naturellement révélé, sur le terrain. Nous avons choisi de réaliser nos observations en binôme pour plusieurs raisons qui présentaient, selon nous, des avantages. Tout d’abord, observer en binôme c’est pouvoir compléter et solidifier les observations de chacun. De plus, les data centers étant des lieux « ultra-sécurisés », l’observation à deux permet une certaine discrétion, en évitant d’alerter la vigilance des agents de sécurité, des employés, des riverains ou encore des passants.

Lors de nos entretiens, la démarche en binôme s’est révélée être utile en termes de dynamisme lors des échanges tout en permettant de garder un climat de confiance entre l’interviewé et nous.  

Notre position d’étudiantes nous a également permis d’obtenir des informations de la part des personnes interrogées et de légitimer notre présence, nos observations et nos interrogations face à ces derniers. 

Stratégies d’invisibilisation urbaines 

Des infrastructures caméléons 

Lorsque sont évoqués les datas centers, il est difficile d’en dessiner un portrait commun, clair et partagé : « Infrastructures lointaines », « grands entrepôts », « usines polluantes situées pôle nord », etc. 

Lors de nos entretiens effectués auprès des parties civiles, n’ayant pas de lien direct avec les data centers, il en ressort une réaction univoque et des réponses diverses : Les data centers sont difficilement descriptibles.  Dans sa thèse Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, Clément Marquet énonce les hypothèses expliquant ce flou qui plane autour de la question des data centersCe dernier peut être expliqué socialement par le phénomène désintéressement collectif quant aux infrastructures informatiques et leurs implantations, mais également administrativement et politiquement, où d’autres enjeux territoriaux majeurs ont pu ombrager la présence des data centersCependant lors de nos observations, l’explication à cette absence de consensus dans l’imaginaire collectif s’est rapidement révélée être un phénomène que Clément Marquet défini comme « l’invisibilité matérielle ».

9 novembre 2021, 9h25

 Le premier data center que nous avons visité est situé au rue Poissonnière, soit à 2 minutes de marche de la Station Bonne Nouvelle située sur le grand Boulevard Poissonnière, une artère principale de la capitale. Lorsque nous sommes sorties de la station, nous nous retrouvons au cœur de Paris devant l’un des plus anciens cinémas de Paris, le Grand Rex. Après avoir reçu un brief de notre chargé de TD, M. Da Silva, nous marchons en direction de notre première destination : le data center NEOCENTER. Arrivées sur place, il nous est difficile de discerner et de localiser avec certitude le centre de données. Le bâtiment accueillant ce dernier est enfoncé dans une rue étroite typique du centre de Paris. Il s’agit d’un immeuble moderne, par ses grandes baies vitrées et rebords de fenêtre en acier, mais à la fois respectueux de l’architecture haussmannienne par sa couleur beige, ses lignes principales de façade et sa hauteur qui forme un ensemble architectural en continuum avec les autres bâtiments de la rue. Concernant la hauteur, nous avons remarqué une volonté de « trompe l’œil » dans l’édification de l’immeuble (qui, nous le rappelons, est assez récent) et les stratégies d’occupation de l’espace de l’immeuble. En effet, dans une logique d’immersion dans le paysage urbain parisien, l’immeuble qui accueille le centre de données Neocenter Paris doit garder une hauteur n’excédant pas 6 étages. Nous nous sommes rendu compte qu’en réalité l’immeuble en compte 8. Néanmoins, les deux étages construits en retrait s’ajoutant au-dessus du bâtiment et la création d’un rez-de-jardin servent à détourner la règle haussmannienne sans pour autant la déroger. 

Nous démarrons du premier site pour nous rendre au data center Telehouse Paris Jeuneurs à pied. Nous nous enfonçons dans les rues du 2ème arrondissement où l’agitation des boulevards se fait moins ressentir, ou plutôt entendre. En observant la façade et le bâtiment, nous retrouvons un bâtiment à l’architecture haussmannienne ne dénaturant pas l’esthétique de la rue. Les façades possédant des caractéristiques bien précises, jouent avec les codes architecturaux extérieurs pour se « banaliser » et se rendre invisible aux yeux des passants et riverains. Dans le centre de Paris, la révolution numérique et la modernité, caractérisées par les data centers, s’intègrent dans le territoire de manière discrète en empruntant des codes architecturaux anciens. L’architecture des bâtiments accueillant les centres de données s’insèrent harmonieusement dans les milieux urbains en respectant le patrimoine architectural environnant. 
A Aubervilliers, banlieue du nord-est parisien, les infrastructures accueillant les datas centers s’accordent également avec le milieu architectural contemporain environnant. Le quartier Front populaire traduit de la mutation urbaine de l’EPT Plaine Commune mêlant lieux d’habitations et culturels, établissements universitaires, entrepôts, studios, etc. 
Les datas centers s’ajoutent à cette diversité en s’implantant autour de ces pôles d’activités. Même si les datas centers d’Aubervilliers ne déclarent pas explicitement leurs activités, leur présence s’affirme davantage dans l’espace public. Le premier data centers visités indique clairement le groupe spécialisé dans les réseaux de télécommunications internet, GTT, lorsque dans le centre de Paris, leur présence était insoupçonnée. 

Lors de notre rencontre avec Clément Marquet, ce dernier nous fait remarquer une évolution de la mono architecture vers une liberté croissante de création architecturale. M. Marquer prend en exemple le centre de données Interxion par2 d’Aubervilliers et sa stratégie d’affirmation : L’hypervisibilité de la structure dans un paysage semi-industriel la rend paradoxalement invisible. L’architecture apparente et évidente peut se traduire comme une stratégie de la part des datas centers afin de faire reconnaître leur importance aux élus locaux dans un territoire qualifié de « Capitale Française des data centers ». 

Implantation dans le centre-ville : Contrat de colocation dans le bail professionnel

 Retour au premier datacenter NEO CENTER. 

 A première vue, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un espace strictement réservé aux bureaux de différentes sociétés. Le flux de personnes entrant et sortant du bâtiment est assez régulier et sont, en apparence, des employés de ces groupes d’entreprises. Les premiers étages sont occupés par les bureaux des compagnies affichées à côté de la porte d’entrée, donnant ainsi sur la rue. Les passants aperçoivent les bureaux implantés et imaginent que l’ensemble de l’immeuble est consacré à ces espaces de travail. 

Aucun signe du groupe NEOCENTER n’est à relever. 

Cependant, en observant les fenêtres des derniers étages, nous remarquons que les fenêtres donnent sur des portes, contrairement aux 4 premiers étages. Ce fut le détail qui nous a laissé penser que les équipements informatiques de data center pouvaient s’y trouver derrière. De même que le premier, le deuxième site de data center (Telehouse Paris Jeûneurs) que nous avons visité s’insère dans un quartier propice à l’implantation de bureaux. Passée la porte principale, nous nous retrouvons face à des bureaux de la Maif Start up Club, puis une cour donnant sur un bâtiment collé au principal accueillant des locaux de firmes internationales sur plusieurs étages. Identiquement à Neocenter, nous notons l’usage de l’acier dans les rebords de fenêtre et le choix de grandes baies vitrées, pourtant cachées par des pare-soleil en aluminium. Nous avons demandé à trois personnes travaillant pour les groupes implantés à cette adresse, une indication quant à l’entrée du data center : aucun d’entre eux ne savaient ce qu’était un data center ni de leur possible présence dans le bâtiment. Aucune indication nous laisse penser qu’il y aurait un data center à proximité. Nous décidons tout de même d’entrer et de nous rendre au dernier étage. Nous sonnons et nous sommes accueillis par un technicien Telehouse. La salle d’accueil est verrouillée, il faut donc sonner pour avertir le technicien de notre présence et de notre volonté d’entrer. Devant nous, des clients récupèrent leur badge d’accès à leurs baies de stockage qu’ils ont loué. Par la suite, nous entrons dans le bâtiment adjacent, qui accueille les bureaux d’une entreprise de design, pour nous rendre compte par nous-même de la présence sonore des data centers. Arrivées dans la cour, nous notons un bruit continu clairement distinct que nous n’avions pas décelé dans le bâtiment Telehouse Paris Jeuneurs. L’offre de bouche-oreilles à l’accueil du data center témoigne de la pollution sonore des data centers, pourtant les employés interrogés ne semblent pas relever de bruits quotidiens dérangeants. L’implantation des data centers dans des espaces de coworking serait-elle donc une stratégie d’invisibilisation pour dissimuler leur présence ? Recourir à la colocation par bail professionnel n’est-ce pas également le gage d’une cohabitation sereine en journée lorsque l’activité de la ville couvre le bruit émis par les data centers

Les dynamiques des rues au service des data centers 

L’observation ne s’est pas arrêtée aux centres de données en eux même mais s’est également portée sur les quartiers et rues où s’implantent les opérateurs. S’agissant du premier data center visité, à savoir Neocenter, la rue nous est décrite par deux riveraines comme une rue vivante avec beaucoup de circulation et par conséquent très bruyante. On peut se demander s’il y a une volonté de la part des data centers de s’implanter dans ces milieux très sonores. De plus, les riveraines décrivent une certaine mixité/brassage, tant au niveau de l’âge que de l’ethnicité des résidants. Le quartier a connu de « nombreuses vagues d’immigration » et les commerces changent mais on y ressent toujours un sentiment d’entraide et de sécurité. Le bruit émis par ce data center, si tant est qu’il soit perceptible hors de la structure, s’impose donc naturellement aux nouveaux riverains et commerçants, en faisant partie des caractéristiques qui définissent la rue. En conclusion, la rue Poissonnière est une rue dynamique, solidaire et sûre. 

Comme nous l’avons mentionné plus haut, Paris, mais plus précisément ce quartier, est particulièrement sonore. Un commerçant décrit une « rue piétonne hybride ». Il explique ce terme par, dans un premier temps, la présence du Grand Rex qui fait vivre la rue et amène de nombreux piétons mais également, dans un second temps, par le ralentissement de la circulation lié à un barrage érigé au bout de la rue.                                                                                    A Aubervilliers, les dynamiques sont différentes mais suivent le même schéma : l’hyperactivité du territoire de la Plaine Commune est bénéfique à une implantation discrète des datas centers. 

Clément Marquet s’intéresse à la perception troublée des data centers en raison du dynamisme d’un paysage urbain en constant aménagement : “Mais la discrétion des installations ne tient cependant pas uniquement aux propriétés esthétiques des bâtiments. Si les constructions sont passées inaperçues, c’est aussi à cause de l’agitation que produisaient les transformations du territoire, générant la présence permanente de chantiers de construction au cours des vingt dernières années”

Réception du public : entre méconnaissance, accessibilité et sécurité 

Nous avons expliqué et analysé précédemment les stratégies d’invisibilité urbaines des data centers. Dans le chapitre « Le cloud est en Seine-Saint-Denis » du recueil Controverses : Mode d’emploi[3], Clémence Seurat explique que « ces fermes de données sont rendues invisibles : le matériel informatique nécessaire au stockage des informations numériques qui circulent sur le réseau mondial se cache derrière les façades aveugles de hangars, entre les murs d’immeubles ordinaires […] » Nous nous demanderons dans cette partie si cette stratégie d’invisibilité est efficace sur le public qui vit ou travaille à proximité d’un data center. En effet, pour mieux comprendre si les data centers sont discrets, il faut étudier les personnes qui participent au dynamisme de la rue où se trouve le data center. Pour se faire, nous avons décidé d’interroger des individus qui participent à la dynamique du quartier de ces data centers. Dans un premier temps, nous étudierons comment la méconnaissance sur les data centers permet de participer à leur discrétion. Ensuite, nous verrons comment l’inaccessibilité aux data centers crée de l’invisibilité. Dans un dernier temps, nous essaierons de comprendre les raisons de cette invisibilité.

L’invisibilité commence par la non connaissance des data centers

Nous avons interrogé deux types de public sur la définition même du data center. Ainsi, nous avons interrogé des passantes de la rue Poissonnière où se trouve le data center NEOCENTER Paris. Préalablement, nous leur avons demandé si elles étaient résidentes à proximité du data center évoqué précédemment pour être persuadé d’avoir trouvé la cible que nous recherchions. En effet, nous voulions être sûres qu’elles soient habitantes du secteur pour pouvoir poser nos questions. Bingo ! Elles y sont résidentes depuis plusieurs années, à quelques rues du data center. Elles connaissent très bien le quartier et nous ont parlé longuement des dynamiques du quartier. Après quelques échanges, nous leur avons finalement demandé si elles savaient ce qu’est l’infrastructure où se trouve NEOCENTER. Elles nous affirment qu’elles ne savent pas puis après mûre réflexion une des deux nous affirme que ce sont des entreprises. Nous leur expliquons qu’en plus des entreprises, un data center se trouve dans ce bâtiment. Stupéfaites par ce terme qu’elles ne connaissent pas, elles nous demandent la définition d’un data center. Ainsi, l’invisibilisation se produit visuellement mais aussi dans la tête des individus : ne pas savoir ce qu’est un data center permet de l‘invisibiliser.

Nous avons également interrogé l’un des cuisiniers du restaurant ROLLS rue des Jeûneurs, il se trouve en face du data center Telehouse Paris. Entre la réalisation de deux rouleaux de printemps, nous lui demandons s’il a connaissance de la signification d’un data center. Il nous répond que ce sont des centres de données qui seraient « loin, au pôle nord ». Cette méconnaissance de la localisation des data centers entraîne une invisibilisation de ces structures. Ainsi, il est inimaginable pour le public des quartiers où se trouve le data center que ce type de structure existe ou se situe à proximité de l’endroit où il travaille, où il réside.

Plus que de l’invisibilité : de l’inaccessibilité

Comme évoqué précédemment, nous nous sommes rendus au data center NEOCENTER Paris. Hésitantes devant le bâtiment, nous ne savions pas si ce data center en était réellement un ou non. En regardant l’affiche de l’adresse correspondante au data center NEOCENTER, nous n’avons pas trouvé le nom du data center indiqué. 

Nous avions pourtant remarqué le nom de diverses entreprises, mais pas celui recherché. Le seul indice que nous avons remarqué est le mot « databank ». Ainsi, après quelques recherches sur internet, nous apprenons que les entreprises ZAYO et ZCOLO indiquées à l’entrée sont des data centers. Nous étions maintenant sûres qu’un data center était présent dans cette infrastructure. Nous avons hésité un petit moment à interroger quelqu’un, sûrement à cause d’une certaine timidité mais aussi à cause d’une appréhension des data centers. En effet, en les étudiant avant d’aller les visiter, nous avions compris l’enjeu de surprotection des data centers.

Nous avons donc eu quelques hésitations avant de questionner une femme qui travaille dans le bâtiment où se trouve le data center NEOCENTER Paris. Elle travaille pour l’entreprise Tiktok, qui elle est affichée clairement à l’entrée de la structure. Lorsque nous lui demandons si elle connaît les data centers, elle n’arrive pas à nous répondre. Ainsi, nous comprenons qu’elle ne sait pas ce qui se trouve à quelques étages au-dessus d’elle, dans le même bâtiment. La salariée de Tiktok n’a pas accès aux étages du dessus. Ainsi, la stratégie d’invisibilisation des data centers ne s’effectue pas seulement d’un point de vue esthétique. Elle s’effectue également en interne. L’architecture des data centers est en effet discrète, mais nous comprenons également que l’invisibilité des data centers s’effectue également grâce à l’impossibilité d’accéder aux data centers. Ils ne sont pas seulement invisibles, ils sont également inaccessibles. Et cette inaccessibilité participe à la discrétion du data center.

Quelles seraient les raisons de cette stratégie d’invisibilité ?

Nous pouvons nous demander à présent l’utilité de rendre ces infrastructures invisibles. Nous avons interrogé un commerçant se trouvant en face du premier data center que nous avons visité, celui rue des Poissonniers appelé NEOCENTER. Après une discussion avec un employé du Kafe Buki, il nous renvoie au propriétaire des lieux pour la suite de l’interview. Après quelques échanges, nous demandons au propriétaire s’il a la connaissance de la présence d’un data center en face de son commerce. Il n’en a pas l’information mais il ne paraît pas si étonné : « Je me concentre surtout sur mon commerce et la circulation routière de cette rue qui me procure quelques soucis ». Nous lui demandons s’il détient une idée de la raison de cette discrétion des data centers. Après réflexion, il imagine que la seule raison qui pourrait justifier cette stratégie d’invisibilité est la sécurité renforcée. « Peut-être que des écolos un peu malveillants viendraient cramer tout le système » nous dit-il amusé. Il continue en disant que ce serait une démarche inutile de tout détruire pour des revendications écologiques. Selon lui, il vaudrait mieux pirater le système à distance si on souhaite effectuer une action avec plus d’impact. Pour ce commerçant, l’invisibilité est une protection face aux éventuelles attaques. Cette discrétion serait donc la résultante d’une surprotection des data centers.

Nous avons décidé d’interroger un professionnel pour mieux comprendre la raison de l’invisibilité des data centers. Nous nous sommes rendus à la Pleine Commune, au data center Equinix. Nous sommes arrivées devant un bâtiment très moderne. Nous avons sonné et sur une improvisation totale nous avons décidé de dire que nous étions de l’administration. Nous ne savions pas si cela était une bonne idée mais nous avons réussi à entrer. Une personne de l’accueil nous a dit d’attendre pour que l’on puisse communiquer avec un technicien. Nous avons pu interviewer un des techniciens d’exploitation présent sur site. Avant d’être employé dans ce data center, il a obtenu un bts informatique de gestion et suite à de l’intérim, a atterri au data center d’Equinix et y est salarié depuis six ans. Ce dernier nous explique que pour comprendre l’invisibilité des data centers, il faut comprendre ce qu’est une donnée, notamment l’importance de celle-ci. Il nous affirme que les données sont très importantes puisqu’elles peuvent concerner des informations sur la santé, des données bancaires ou encore des données privées de réseaux sociaux. Il nous rappelle que beaucoup de nos informations sont dématérialisées. Ainsi, selon ce technicien d’exploitation, l’invisibilité des data centers est due à une surprotection des données. 

Conclusion

Aujourd’hui, si les questions du cloud et du stockage des données numériques se répandent de plus en plus et se matérialisent aux yeux du grand public, de nouveaux enjeux émergent en parallèle de cette popularité croissante. A travers cette observation, nous avons pu constater que l’invisibilité des data centers est plurielle, en se manifestant notamment par des stratégies urbaines et architecturales. Néanmoins, la création de data centers éco responsables, moins énergivores, est au cœur des préoccupations lorsque nous savons que les technologies digitales sollicitent une part continuellement croissante de la consommation électrique mondiale. L’éclosion de ces nouveaux data centers vont-ils toujours recourir à des stratégies d’invisibilisation ou, au contraire, s’affirmer pour redorer leur image. 

Dans un article du Nouvel Observateur, Sébastien Billard et Rémi Noyon posent un nouveau paradoxe entre matérialité et immatérialité qui résonne avec notre hypothèse des data centers comme trompe-l’œil : “On nous parle de cloud comme si nos données numériques flottaient dans les airs. Mais cette immatérialité supposée est un leurre (…). Le numérique permet la « dématérialisation » d’un certain nombre d’usages. C’est un trompe-l’œil ? Toute l’histoire de la « dématérialisation » est celle du remplacement d’une matière par une autre, voire par plusieurs autres. Dématérialiser, c’est matérialiser autrement.”. 

 

Kajjiou Maeva & Selahdja Lydia

 

[1] En nous basant sur la majeure partie des réponses recueillies lors de nos entretiens.  
[2] Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Page 230,  Université Paris-Saclay, 2019, 403 p.
[3]Clémence Seurat et Thomas Tari (2021) « Le cloud est en Seine-Saint-Denis », dans
Controverses : Mode d’emploi, Presses de Sciences Po.                               
[4] 
Billard, S., Noyon, R., 2021, « Le numérique, un désastre écologique », L’Obs, 28 octobre 2021. 

 

Cachés parmi la foule : à la chasse aux data centers parisiens

Récit de mon observation

Mise en situation

Le 9 novembre dernier, j’ai retrouvé ma classe pour observer des data centers parisiens. Je suis ravie car c’est un format de cours qui change de d’habitude, c’est inédit ! Pour commencer, je prends un tout nouveau trajet. Je monte dans la ligne L jusqu’à la gare Saint-Lazare. Puis, je marche quelques minutes jusqu’à Havre-Caumartin et je monte dans la ligne de métro 9. J’ai la chance de pouvoir m’assoir durant l’heure de pointe matinale, le temps de ces 4 arrêts qui me séparent de la station Bonne Nouvelle. Je prends la sortie 1 comme indiquée dans le mail, je lève la tête et je vois quelques-uns de mes camarades avec mon professeur. J’ai quelques minutes de retard qui n’ont pas l’air de poser problème… Je signe la feuille d’émargement, j’écoute les conseils du professeur et me voilà partie, en tête de cortège avec Cassilde.

***

Méthode utilisée et problématique de départ

J’ai réalisé la plupart de mes observations avec Cassilde, ma partenaire et copine depuis ma licence à l’université Paris III, La Sorbonne Nouvelle. Rester à deux nous motivait et nous rassurait inconsciemment je pense. Des fois, nous nous retrouvions avec une bonne partie de la classe au même endroit, à faire les mêmes observations à voix haute. Nous essayons d’éviter cette situation car nous savions que travailler en grand nombre est moins efficace, voire contre-productif, surtout lors de l’observation de data centers. De plus, j’ai ressenti que notre statut d’étudiant et le fait d’être deux femmes ne menaçait pas spécialement les gens que nous avons rencontré. Au contraire, généralement ils manifestaient de la sympathie à notre égard. Ce statut particulier a été une aide, un réel bénéfice pour accéder aux terrains d’étude.

Afin de rédiger mon article, je procéderais par une description détaillée de ma feuille de route. J’ai choisi de me concentrer sur les deux data centers au centre de Paris. Effectivement, c’est la visite qui m’a le plus marquée et pendant laquelle j’ai pris le plus de plaisir à enquêter. Pour les deux data centers étudiés à Paris, je vais décrire spécifiquement mes découvertes en termes d’indices pour réaliser à quel point il est complexe de discerner ces bâtiments inédits. Il était logique pour moi de choisir d’accompagner ma description d’une série de photographies. Ces clichés pris lors de mon observation sont, selon moi, nécessaires pour visualiser et comprendre ce dont je suis en train de parler, ce à quoi je fais référence pour être le plus spécifique, honnête et vraie possible dans ma démarche d’enquête. Cette description, après analyse, me permettra de dresser une synthèse et de répondre à une question : comment les data centers observés tentent-ils de se cacher aux yeux de tous ? En écrivant mon récit d’observation, j’ai pour but de comprendre : comment repérer les centres de données soumis à mon étude ? Quels sont les indices qui peuvent me faire penser que le bâtiment qui se trouve face à moi est bel et bien un data center ?

Ma méthodologie d’observation est simple : essayer de me mettre à la place de quelqu’un qui ignore totalement leur présence sur le territoire. Puis, j’ai choisi de photographier les différents éléments qui pouvaient me faire comprendre que ce bâtiment cachait un centre de données, une structure d’une grande importance de nos jours. J’ai décidé de réaliser mon article sur toute cette stratégie d’invisibilisation dont font usage les centres de données que je suis allée observer à Paris précisément. J’ai donc effectué une observation participante « à découvert », car je n’ai pas caché mon identité pour obtenir des informations, je me suis présenté en tant qu’étudiante. Enfin, je tiens à préciser que, pour des raisons de confidentialité, j’ai volontairement anonymisé le nom de la société des data centers que j’ai observé.

***

1ère observation sur le terrain : quartier Sentier

Il est 9h50. Nous nous dirigeons vers notre premier data center à découvrir. Après quelques rues traversées avec hésitations et l’application Google Maps ouverte sur mon téléphone, j’arrive au niveau du data center en question.

Je lève la tête : des immeubles quasi-similaires dans toute la rue, d’un beige passé, des grandes portes d’entrée, de grandes fenêtres qui cachent une hauteur sous plafond conséquente. Je trouve même le bâtiment plutôt beau, grandiose. Il fait très parisien, il correspond au style du quartier, il ne se démarque pas par son allure « habituelle », il n’est pas particulièrement original étant donné son emplacement. Il y a quelques commerces dans cette rue qui n’est pas très passante. Je cherche le data center visuellement. Je me souviens qu’en cours nous avons évoqué les propriétés esthétiques des bâtiments. Les data centers parisiens sont doués pour se fondre dans le paysage urbain et parisien, notamment parmi les immeubles haussmanniens. Alors, je décide de regarder un premier interphone, devant l’entrée d’un immeuble quelconque d’apparence. Rien n’est indiqué qui puisse nous mettre la puce à l’oreille. Nous rentrons dans le hall en passant par la cour qui nous dévoile un immeuble de quatre étages avec des grandes baies vitrées grises. J’observe à ce moment-là des caméras de surveillance placés dans les coins de la cour qui s’accompagne d’une signalétique « Surveillance vidéo 24h/24h » : voici un premier indice.

D’après l’échange que nous avons eu en cours avec Clément Marquet, les caméras de vidéosurveillance ont en réalité 3 fonctions : avoir une image du direct pour protéger, enregistrer pour avoir des preuves et dissuader le potentiel malfaiteur. L’interphone de l’immeuble au fond de la cour me révèle un nom qui me rappelle quelque chose. Il s’agit bien du nom de la société du data center que j’ai tapé dix minutes plus tôt sur Google Maps. Je n’ai même pas à appuyer sur le bouton de l’interphone pour me faufiler à l’intérieur du bâtiment car une femme de ménage travaille dans le hall de l’immeuble. Je lui adresse la parole naturellement car la porte est encore une fois ouverte. Elle ne comprend pas de quoi nous parlons lorsque nous lui évoquons la présence d’un potentiel data center.

Nous nous engouffrons dans le bâtiment sans aucune difficulté. Je commence vraiment à croire qu’il est trop simple de s’introduire à l’intérieur de ces infrastructures numériques si mystérieuses… Nous montons les étages et passons par des bureaux d’entreprises diverses : Starbucks et la Maïf de souvenirs. Nous croisons plusieurs caméras de surveillance, pourtant personne ne nous retient de monter. Arrivés en haut, nous voyons un panneau avec le nom de la société fixé sur une porte. Par la fenêtre de la cage d’escalier, nous apercevons les fenêtres de l’autre côté des locaux, elles sont toutes opaques contrairement aux fenêtres des étages en dessous de nous. La porte s’ouvre facilement. Nous entrons dans un sas. Il y a encore des caméras de surveillance. Nous nous postons devant une autre porte avec une sonnette. Je décide d’appuyer sur le bouton. Quelqu’un nous ouvre. Il s’agit d’un technicien posté à l’accueil de l’entreprise (je le sais suite à notre échange que je ne détaillerai pas ici car il ne s’agit pas de mon angle choisi). J’observe tous les indices, les panneaux, les signaux me montrant que je suis bien à quelques mètres des hébergeurs informatiques.

Les indices fusent contrairement au début de mon observation : des caméras de surveillances, des écriteaux « Cet établissement est sous vidéo surveillance », des distributeurs à boules anti-bruit, des fils et câbles en grand nombre sur le plafond au-dessus de nos têtes, maintenus par des grilles, des panneaux oranges collés au mur signifiant « attention », des dispositifs d’incendie, des brochures sur les data, un système de détection d’empreintes, des plaques « défense de fumer », des affiches « interdit de prendre des photos ».

Les indices ne manquent pas : nous sommes bien à l’entrée d’un data center, surprotégé. Le contraste entre son indétectabilité à l’extérieur, et l’univers particulier des data centers dès que nous sommes plongés à l’intérieur, est frappant. C’est un peu comme un déguisement qui cache une personnalité qui n’a rien à voir avec l’aspect plastique d’une personne. Les signes distinctifs à l’extérieur sont presque manquants. Le centre de données situé en plein Paris est quasi-invisible physiquement : finalement, c’est comme un objet « non-identifié » car non-identifiable. À l’intérieur de la structure, c’est tout le contraire. Nous sommes submergés d’indices et de signalisations. Il est 10h20. En partant de cette première visite clandestine, je croise deux de mes camarades qui cherchent dans la rue le data center que je viens de visiter. Ils ont la tête levée, pointent du doigt des bâtiments, tout proche du fameux data center, sauf que ce n’est pas exactement dans ce bâtiment précis qu’il se cache. Je décide de leur révéler le secret en leur désignant où se situe le centre de données dans la rue. Encore une preuve que la signalétique pour repérer ces centres est presque absente, et que beaucoup doivent passer à côté sans y prêter la moindre attention.

2ème observation sur le terrain : boulevard Voltaire

Je me retrouve seule avec Cassilde, ma partenaire de recherche. Nous décidons de revenir sur nos pas, de reprendre la ligne 9 pour nous diriger vers un autre centre de données. Je me souviens encore de la photographie dans la thèse de Clément Marquet (Figure 5.10.), il dit à propos de ce centre de données qu’il s’agit « d’opérateurs s’installant dans des centres-villes, gardant l’apparence des immeubles d’appartement » (p. 245). Nous arrivons sur les lieux vers 10h40, boulevard Voltaire. Je reconnais le data center qui était photographié dans la thèse.

Je remarque que les vitres et fenêtres sont condamnées ou, en tout cas, ne laissent rien apparaître côté rue. Il y a encore des caméras de surveillance sur la façade, un interphone sans inscription. Je remarque un panneau « Accueil visiteurs » : rien de très percutant. Sur une des grandes portes vertes de l’immeuble haussmannien, se trouve un large panneau qui donne les conditions des travaux « modification d’aspect extérieur d’une construction en R+4, superficie du terrain 3923 m2, hauteur construction 30m ». Je me dis qu’il s’agit d’immenses locaux qui ont l’air de remplir l’intégralité du bâtiment, lui-même très imposant. Je vois une autre porte un peu plus loin, qui s’ouvre, c’est apparemment le seul accès qui nous laisse entrevoir l’intérieur de la structure. Il y a un interphone sur la droite : « Accueil » écrit en tout petit, à la main m’intrigue.

Pas besoin de sonner, nous entrons dans le premier sas, puis dans le hall. Je repère les mêmes indices que dans le premier data center : caméras de surveillance, lecteur d’empreintes digitales, panneau « Interdit de prendre en photographie », écriteau « Site placé sous vidéo surveillance », détecteurs incendie, un sas de sécurité. Je n’ai pas pu prendre plus de photographies car l’homme à l’accueil m’a demandé de ne pas en prendre. D’ailleurs, à ce moment je me rends compte que celui à qui nous nous sommes adressées au premier centre de données ne m’a fait aucune remarque à ce sujet .

Nous sommes sorties car notre recherche avait atteint sa limite : nous ne pouvions plus prendre en photographie, nous ne pouvions plus poser davantage de questions à l’hôte d’accueil, nous ne pouvions pas avancer dans la découverte du bâtiment. Il est 11h passé. En partant, nous croisons deux filles de notre classe à la recherche de ce data center, elles l’ont plus facilement repéré car elles viennent de voir que nous en sortons.

***

Analyse des observations effectuées, hypothèses et questionnements

À la fin des deux sorties, j’ai été surprise que le constat que Clément Marquet avait effectivement fait dans sa thèse soit vérifié suite à mon observation. À l’extérieur, ces deux bâtiments particuliers sont quasi-indétectables et non-identifiables, alors qu’à l’intérieur, c’est tout un autre monde : nous sommes véritablement plongés dans l’univers énigmatique que sont les centres de données. Après mon observation empirique, je confirme ces propos : il est rare que les data centers étudiés ici soient différenciés, ils se fondent dans la masse et sont comme cachés parmi la foule. En regardant ma description, nous pouvons comprendre que ces deux bâtiments ont donc une visibilité très proche de l’invisibilité. Cette remarque me fait penser que cette caractéristique est étroitement liée au besoin de sécurité de ces infrastructures numériques. Je fais donc l’hypothèse que leur aspect esthétique n’a pas été pensé par hasard. En effet, je pense que l’esthétisme choisi, de ces bâtiments observés, limite totalement la capacité d’attention des riverains aux alentours. Ainsi, les regards indiscrets et curieux sont maintenus à distance. Ces data centers ont l’air d’avoir été pensés d’une certaine façon, ils semblent se vouloir discrets, leurs façades passent inaperçues, sûrement pour ne pas attirer l’attention car ils renferment des milliers de données confidentielles. Ainsi, j’ai noté une absence presque totale de réactions de la population, une certaine indifférence, un manque d’intérêt et de curiosité justifiée par l’aspect indétectable des centres. Ce constat est la conséquence de l’invisibilité des centres de données. En effet, les gens continuent leur chemin sans même y prêter attention, ne serait-ce qu’un regard, le bâtiment ne semble pas les déranger, ils ne le repèrent pas. Cette invisibilité matérielle est étonnante. La façade de ces deux bâtiments restreint considérablement la capacité d’attention des riverains à leur environnement proche car il n’y a pas de signes assez distinctifs repérables facilement. Aucun autre bâtiment n’opère de la même façon à ma connaissance. Je pense donc que c’est une réelle stratégie, pensée et choisie délibérément. Ces data centers ont un talent : se fondre dans le paysage pour être presque impossibles à identifier. Finalement, j’ai remarqué que c’est souvent l’intérieur de ces espaces qui est aménagé pour accueillir les hébergeurs informatiques, ne serait-ce que le hall d’accueil. L’extérieur est homogène et correspond globalement au style, à l’esthétisme, à l’urbanisme et à l’architecture de la rue : rien ne se démarque réellement. Ces deux centres de données détiennent donc des conditions matérielles extérieures leur permettant une discrétion très efficace. Ainsi, il est alors difficile de discerner visuellement un centre de données d’un entrepôt ou d’un immeuble de logements se situant à proximité : il n’y a souvent pas de nom d’entreprises, pas de nom de propriétaires affichés et revendiqués volontairement. La mention « centre de données » ou « data center » est effacée totalement des façades de ces infrastructures. Selon Clément Marquet, « Bien souvent, leurs propriétaires n’indiquent pas leur nom sur la façade, ni même sur les sonnettes à l’entrée des entrepôts. Ils sont proprement non-identifiables » (2019, p. 227). Il faut chercher les indices pour les trouver, rien ne semble évident visuellement. Clément Marquet lors de son intervention en cours, a même évoqué la métaphore pertinente faite par Soline Nivet. Elle a comparé, dans une conférence, les data centers à des « bernard l’hermites ». En effet, ils se cachent grâce à leur façade qui reprend parfaitement l’identité des immeubles parisiens, qui ont une architecture originale, habituelle et haussmannienne. Leur aspect physique et esthétique leur permet de réussir à se placer dans un angle mort de la ville, mais pourtant et paradoxalement, ils sont bien localisés en plein milieu d’elle.

Enfin, je souhaite préciser que je suis consciente que le constat et les observations que j’exprime ici ne sont, en aucun cas, généralisés à l’ensemble de ce type d’infrastructures très particulier.

Erreurs et obstacles rencontrés

Pour finir, j’ai relevé quelques erreurs et obstacles lors de mon observation. Tout d’abord, je pense que j’aurai dû insister sur les alentours du data center, c’est-à-dire davantage analyser la rue, les commerces aux alentours, aux choix architecturaux des bâtiments voisins. J’aurai par exemple, pu illustrer la localisation spécifique des data centers en prenant des photographies des rues dans lesquels ils se trouvent. Puis, j’ai trouvé que me détacher de mes aprioris, de mes lectures précédentes et de nos réflexions faites en cours était très difficile. Je n’avais pas vraiment un regard neutre malheureusement, et je n’avais pas le recul nécessaire finalement pour être le plus objectif possible. Ensuite, j’aurai sûrement dû noter sur mon téléphone les observations, pour moins attirer l’attention des gens et rester le plus camouflé et transparent possible lors de mon observation. Je pense que je me suis aussi trop focalisée sur un aspect que j’avais déjà en tête, à savoir le caractère matériel des data centers. Or, j’aurais pu avoir un regard plus ouvert sur d’autres aspects du sujet. Enfin, je me demande si, venir une trentaine de minutes sur place, pour observer chaque data center, un mardi matin, jour de semaine, est une situation très représentative pour tirer des conclusions, portant par exemple sur l’ignorance des gens qui passent devant le data center. La temporalité de mon observation était peut-être trop limitée pour aboutir à des conclusions et formuler des hypothèses.

Conclusion de ma recherche

Pour conclure, les observations de ces deux data centers m’ont permis de dresser une description détaillée des signes distinctifs permettant de les repérer en tant que centres de données. J’ai remarqué qu’il n’était pas évident de reconnaître, par leur aspect extérieur et esthétique, qu’il s’agissait bien de centres de données. J’ai mené ma recherche comme une « chasse aux indices » : finalement, qu’est-ce qui peut me faire penser que ces bâtiments sont des infrastructures numériques de haute importance ? Peu de signalétiques et symboles permettent de comprendre qu’il s’agit effectivement de data centers. Ainsi, les data centers dans le quartier Sentier et sur le boulevard Voltaire sont presque indécelables et introuvables aux yeux des citadins. D’un centre à l’autre, il s’agit de manière générale des mêmes signaux repérables si nous y prêtons vraiment attention, voire un intérêt particulier, comme moi en tant qu’étudiante qui réalise un travail sur les centres de données. D’ailleurs, j’ai presque trouvé que le caractère d’invisibilité des data centers semblait exagéré, ce qui m’a fait comprendre et prendre conscience qu’il s’agissait bien des bâtiments que j’étudiais : mystérieux, discrets, énigmatiques, imperceptibles, inapparents, cachés dans la ville. Cet aspect peut alors sembler paradoxal. De ce fait, nous pouvons nous demander si, peut-être, leur invisibilité poussée à un si fort degré annulerait leur invisibilité nécessaire à leur sécurité, et les rend donc plus susceptibles d’être décelés par tous dans la ville ?

Lucile Vaillant

Sources : Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search