Les alternatives françaises du cloud computing, ainsi que leurs services et législations

Pour aborder le sujet du cloud computing, comprendre son fonctionnement, et son utilité, j’ai trouvé intéressant de partir de l’angle du secteur français et notamment de l’alternative de l’OVH. Tout d’abord, il semble judicieux de cerner les termes et définitions de ce sujet assez technique pour être sûr de bien se l’approprier. 

Qu’est ce que le “cloud computing” ? Le cloud computing est l’accès à de multiples services informatiques via internet et à partir d’un fournisseur d’accès.

Il est important de s’interroger sur les questions d’hébergement, de localisation ainsi que de transfert de données. En effet, c’est en explorant ces aspects du cloud computing et de la législation des entreprises du cloud computing que l’on peut comprendre l’importance du développement d’une alternative française du cloud computing.

Je propose ici un tableau récapitulatif des principaux services proposés par les fournisseurs du cloud computing  : 

Saas “ Software as a Service “ ou en français : « logiciel en tant que service » qui est une solution logicielle applicative hébergée dans le cloud et exploitée en dehors de l’organisation ou de l’entreprise par un tiers, aussi appelé fournisseur de service.
Paas “Platform-as-a-service” en francais “Plate-forme en tant que service” est un type d’offre de cloud computing dans lequel un fournisseur de services fournit une plateforme à ses clients, permettant de développer, d’exécuter et de gérer des applications commerciales sans avoir à construire et à maintenir l’infrastructure que ces processus de développement de logiciels requièrent généralement.
Iaas L’”infrastructure as a service” ou infrastructure en tant que service en français est un modèle de cloud computing destiné aux entreprises où : l’entreprise gère le Middleware des serveurs, et surtout les logiciels application ; le fournisseur cloud gère le matériel serveur, les couches de virtualisation, le stockage, les réseaux.

L’OVH, une alternative française ? 

Fondée à Paris en 1999 par Octave Klaba, OVH, une société française spécialisée dans la fourniture de services informatiques et d’hébergement web. Sur le marché international, la société est encore peu connue à l’heure actuelle, mais l’OVH est la première entreprise française et européenne dans le domaine du Cloud. Elle gère et entretient 32 centres de données dans 19 pays, avec un total de 400 000 serveurs qu’elle conçoit et construit. C’est environ 18 millions d’applications web et plusieurs milliers d’instances Cloud par mois qu’elle héberge C’est en Europe que la plupart des Data Centers sont basés, principalement en France avec 8 à Roubaix, 4 à Strasbourg et 2 à Gravelines, qui accueillait également les hubs de Paris qui sont aujourd’hui fermé. C’est pourquoi c’est une excellente alternative de cloud computing et de prestataire de services si l’on souhaite profiter des avantages liés à la proximité des serveurs : performance, conformité, sécurité, qualité client…

Néanmoins en 2017 l’OVH affirme sa volonté de devenir un des leaders mondiaux du Cloud. C’est par la mise en place de 6 datas centers au Quebec, 1 à Vint Hill aux Etat Unis , 2 a Sydney et 1 à Singapour dont la capacité a doublé depuis 2021. C’est sur 140 pays qu’OVH totalise plus de 1 600 000 clients. Parmi eux, 14 des sociétés du CAC 40 et 35 sur 100 des plus gros sites de e-commerce français. Depuis sa création en 1999 OVH Cloud à produit un peu plus de 1,1 million de serveurs. Cela représente 400 000 serveurs en production aujourd’hui et 2400 employés d’OVH dans le monde. 

Après s’être implanté comme un leader en Europe et en France, c’est à l’internationale que l’entreprise veut s’étendre. Pour le CEO Michel Paulin, les avantages comparatifs de la firme pour s’affirmer à l’internationale sont la transparence et la simplicité de ses solutions, mais également sa politique de transfert de données du cloud pour aller vers des stratégies dites “multi-cloud” grâce à la réversibilité. Le fondateur de la firme a expliqué sa vision de vouloir développer un écosystème européen du numérique qui puisse être capable de rivaliser avec les géants du GAFAM. Pour ce dernier, les sociétés européennes qui se tournent vers Google ou Amazon ne se rendent pas compte des risques liés à la loi américaine du Cloud Act. Cette loi stipule que le fournisseur sur demande du gouvernement est dans l’obligation de fournir des données. C’est dans cette optique que l’OVH Cloud souhaite s’inscrire comme une alternative respectueuse des valeurs chères aux européens qui sont la confiance, la transparence et de respect des données personnelles. 

Le ministre français de l’économie Bruno Lemaire a chargé l’OVH Cloud en collaboration avec Dassault Systèmes de définir un “Cloud de confiance” et un cahier des charges pour développer des offres concernant les données sensibles et non sensibles. 

Les valeurs de responsabilité.

OVH Cloud a rejoint début 2020 l’association Point de Contact pour renforcer son engagement dans la lutte contre les contenus illégaux et préjudiciables et donner une image plus légitime de cloud responsable grâce aux experts de l’association. Cette adhésion à l’association Point de Contact devrait permettre à OVH Cloud de réagir plus rapidement. Afin de protéger toutes les parties prenantes, les signalements seront traités plus rapidement. En outre, les clients seront mieux intégrés dans la lutte contre les contenus prohibés.

OVH participe au projet de Cloud européen Gaia-X

Initié par la France et l’Allemagne, l’Europe souhaite s’émanciper des géants du numérique américains et chinois en développant un écosystème Cloud propre a elle même avec le projet Gaia-X. Le lancement officiel qui a eu lieu le 4 juin 2020 donne comme objectif la construction d’une “infrastructure sécurisée de données en réseau” en réunissant des fournisseurs de Cloud, des utilisateurs ainsi que des institutions. Ce  “ métacloud ” européen prendra d’abord la forme d’un référentiel de choix en termes de localisations de données, de certifications et de type de services. Puis, il se matérialise par un catalogue de solutions validées et sécurisées en constante évolution. Cette association basée en Belgique compte parmi les 24 membres fondateurs l’OVH Cloud ainsi que d’autres français tels qu’Atos, EDF, Docaposte, Safran Orange, Outscale et Scaleway. Les géants allemands tels que Deutsche Telekom, SAP, Siemens, BMW et Bosch seront à leurs côtés. 

Un partenariat stratégique fut annoncé en novembre 2020 par OVH Cloud et Google Cloud afin d’accélérer la transition numérique des entreprises. Les organisations européennes pourront ainsi passer plus rapidement au Cloud, et répondre aux exigences en termes de sécurité des données et de confidentialité lors du déploiement d’applications  “cloud-native”. Par exemple, la technologie Anthos de google et l’infrastructure OVH permettra de faire fonctionner la nouvelle offre de Cloud Privé Hébergé. Ce cloud privé sera donc exploité et géré par OVH mais bénéficiera de la technologie de Google. Ce partenariat s’étendra dans le futur avec davantage de solutions conjointes à destination des entreprises européennes. Pour Google Cloud, c’est aussi une manière d’étendre sa présence en Europe… Ce partenariat compte s’étendre dans le futur en proposant davantage de solutions conjointes à destination des sociétés européennes. C’est un accord qui permet également à Google Cloud de s’étendre sur le marché européen du cloud.

Extension du marché d’OVH aux activités sensibles. 

Le SecNumCloud est une certification très prisée des fournisseurs de Cloud mais elle est aussi très compliquée à obtenir. Néanmoins, OVH a annoncé en janvier 2021 avoir obtenu cette certification auprès de l’ANSSI (l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information). C’est donc la liste très restreinte des fournisseurs agréés, tels que 3DS Outscale (le Cloud de Dassault) et Orange qu’OVH a rejoint.

 Mais qu’est ce que le SecNum Cloud ?C’est un titre qui est accordé à l’offre de cloud privé Hosted Private Cloud du fournisseur. Il s’agit d’une solution d’IaaS basée sur la technologie VMware. Suite à la certification du SecNum Cloud, toutes entreprises ou organisations d’activités sensibles pourront s’en remettre à la firme OVH Cloud pour leurs services. Mais c’est également le cas des organisations définies comme Opérateur d’importance vitale (OIV), Opérateurs de services essentiels (OSE), ou Fournisseurs de services numériques (FSN). Selon Julien Levrard, RSSI d’OVHcloud, cette certification est  » l’aboutissement d’une montée en maturité de 10 ans  » de l’offre de Cloud privé de la firme française. Elle est à attribuer à plusieurs facteurs, dont  “une maîtrise en profondeur de la sécurité de la plateforme, une structure de gestion des plans d’action de sécurisation éprouvée, des systèmes conçus pour garantir à nos clients la localisation de leurs données… le tout encadré par une équipe d’experts hautement qualifiée. Toujours selon le RSSI, le niveau d’exigence de la qualification a amené OVH à “placer la barre encore plus haut pour proposer un service de confiance, et accessible au plus grand nombre grâce à notre approche industrielle” .

Ainsi, les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés hébergeant les services Hosted Private Cloud sont situés dans les deux nouveaux Data Centers de OVH cloud, à Roubaix et à Strasbourg. Des procédures de sécurité physique et organisationnelle extrêmement strictes ont été mises en place pour se conformer au référentiel de l’ANSSI.  C’est donc ainsi dans les deux nouveaux datas centers de OVH Cloud de Roubaix et de Strasbourg que sont situés les dispositifs de sécurisation et d’isolation renforcés hébergeant les services Hosted Private Cloud. Plus concrètement cela signifie une meilleure résistance aux cyberattaques pour les clients notamment grâce à des systèmes dédiés et isolés aussi bien logiquement des autres services OVH Cloud que physiquement. Les clients bénéficieront d’une faculté à maîtriser et identifier les menaces grâce à un périmètre et un niveau de support personnalisé dédié.  Il y a également des garanties contractuelles concernant la confidentialité et la protection des données. Seule une partie du personnel OVH Cloud européen aura accès aux données, et celles-ci ne pourront en aucun cas être transférées en dehors de l’UE.

En conclusion, OVH est l’alternative française et européenne du cloud computing aussi bien en matière d’hébergement, de localisation ainsi que de transfert de données. OVH Cloud compte s’installer comme un leader mondial du cloud computing grâce à une politique et des valeurs qui se veulent répondre à un besoin d’émancipation des géants américains et chinois du Cloud.

 

Le Cloud, une étymologie trop légère et optimiste face à la réalité des datacenters ?

Dans cet article, je souhaite dépeindre une expérience personnelle en rapport avec l’étude de Guillaume Carnino et Clément Marquet intitulée « Les datacenters enfoncent le Cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet »*. Cette dernière décrit les différents enjeux  qui se matérialisent autour des datacenters, et retrace la visite d’un de ces bâtiment aux aspects mystérieux et aux informations gardées très secrètes.

Le Cloud, un « petit nuage qui flotte » …?  

Il y a de cela trois mois, alors que je voyageais en Corée du Sud, je me fis voler mon téléphone. Par soucis de dépendance, et parce qu’aujourd’hui cela nous paraît être un geste logique, je m’en racheta immédiatement un autre. Il me paru alors tout à fait naturel de simplement me connecter à mon compte iCloud, et d’ainsi récupérer l’entièreté de mes données. Sur le coup, je me souviens m’être alors dis « c’est fou, c’est comme si personne ne m’avait pris mon téléphone ». Et pour cause, j’avais racheté exactement le même modèle (iPhone XR, noir, 128go), et mon ancien fond d’écran ainsi que toutes mes applications s’étaient téléchargées automatiquement dans la même configuration que mon ancien appareil. Finalement, la seule différence entre avant et après ce vol résidait dans le solde de mon compte bancaire. A peine avais-je ce nouveau téléphone en main, que j’oubliais déjà l’incident. 

Un peu plus tôt dans l’année, alors que ma mère me demandait de lui expliquer ce qu’était que le « Cloud », je me souviens lui avoir expliqué que c’était comme un petit « nuage » qui flottait au dessus de sa tête, et qui transportait toutes ses données personnelles, lui permettant d’y avoir accès 24h/24, et 7j/7 avec facilité. 

Les datacenters,  ces sous-sols cachés d’Internet 

Mais c’est depuis ma prise de connaissance de l’article de Guillaume et Clément quelques jours auparavant que je réalise à quel point j’avais « idéalisé » cette définition du Cloud, ainsi que la facilité avec laquelle j’avais traité le vol de mon téléphone. 

Non, nos données personnelles ne flottent pas au dessus de nos tête, mais sont belles et bien stockées dans un bâtiment, de briques et de mortier, quelque part dans le monde. Elles consomment de l’énergie, polluent, font du bruit, émettent de la chaleur, et ne sont donc pas gratuites aux yeux du monde. Et tout comme cette étudiante mentionnée page 61 dans l’essai de nos deux auteurs, je ne puis m’empêcher de me sentir coupable lorsque j’utilise mon ordinateur ou mon téléphone, depuis lors que j’ai découvert toute cette controverse qui entoure les datacenters. De nombreuses questions me taraudent également désormais, et parmi elles : finalement, où sont stockées mes données?

Eulalie FAUCHER

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Un enquête épineuse, entre « Boîte Noire » et « Boîte de Pandore »

L’article de Guillaume Carmino et Clément Marquet* est centré autour de la parole rapportée qui faire office de témoignage. Cette approche sera efficiente puisque les informations glanées au détour d’une visite et les confidences officieuses échangées constitueront les données les plus essentielles.

Une politique du silence

Si la cohabitation matérielle avec nos espaces urbains constitue une dimension rassurante, les bâtiments sont très difficiles d’accès et la sécurité quasi militaire. Pour écrire cet article, nos chercheurs ont du passer par tous les expédients possible et parfois même par la ruse.

Ces bâtiments qui occupent 18.000 m2 en Europe passent complètement inaperçus. Cette invisibilité se traduit dans les esprits par une ignorance que certains élus locaux contribuent à entretenir. Cependant, on remarque que ces datacenters constituent une manne financière non négligeable. Leurs visibilité se résumerait-elle alors à une question de rentabilité économique?

Lorsque les habitants se questionnent, une seule réponse leur est donnée selon une forme de chantage qui infantilise la population : « C’est soit le datacenter, soit votre smartphone ».

Une affaire de « gros sous »

Des enquêtes sont lancées mais les datacenters ferment leurs portes et deviennent tabous. Pourtant, certaines de ces entreprises constituent de véritables fortunes et si la pollution qu’elles engendrent est alarmante, on en parle peu. De même, l’appât du gain y fait surface et nous sommes loin du désintéressement prôné.

Les visites sont organisées autour d’une mise en scène de la sécurité des infrastructures et une multitude de dispositifs technologiques sont mis en avant. En réalité, on circonscrit les risques et si on les rassure sur la destination des rebuts, on leur admet bien vite ne pas réellement savoir ce qu’ils deviennent.

De même, si l’on insiste sur le contrôle à l’accès, il vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre concurrents.

Ainsi, le mythe d’une machinerie auto-régulée s’heurte à la réalité d’une action humaine indispensable et les transformations du travail réduisent les techniciens à des tâches répétitives et de plus en plus dénuées de sens.

Tandis que les datacenters purifient l’image du numérique contemporain en annihilant tout ce qui pourrait ternir leur image, notre dépendance grandissante aux nouveaux outils numériques propulsent ceux qui sont aujourd’hui nos bourreaux, à la tête de nos politiques d’aménagement.

Alysée DELARUELLE

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Data centers : des “ogres énergétiques” ?

Nous commenterons le chapitre 7 « Requalifier les data centers » de la thèse Binaire Béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, écrit par Clément Marquet*. Ce texte traite des tentatives de résolutions de divers problèmes que posent les data centers. Nous nous pencherons sur la question environnementale qu’ils posent. En effet, ils sont considérés comme des « ogres énergétiques ». Les data centers vont donc essayer de nier ces accusations en affirmant qu’ils sont en réalité des alliés de la cause écologique et de la transition énergétique.

Dans ce texte, nous remarquons que les opérateurs des data centers réagissent face aux polémiques dans lesquelles ils sont impliqués : certains s’opposent aux demandes de construction de réseaux de chaleur qui apparaissent comme complexes et couteux, d’autres résistent à leur nouvelle qualification industrielle qui entraine des hausses de taxes et plusieurs n’acceptent pas leur image de sur-consommateurs énergétiques.

Clément Marquet reprend la définition de « chaleur fatale » du site du CEREMA : « une production de chaleur dérivée d’un site de production, qui n’en constitue pas l’objet premier, et qui, de ce fait, n’est pas nécessairement récupérée ». La chaleur fatale entre dans les sujets contemporains d’optimisation énergétique de la ville. C’est d’ailleurs sur cet enjeu que mise Cécile Prévieu, la directrice générale adjointe du groupe ENGIE. Le 13 octobre 2021, elle tweete sur la réduction d’empreinte carbone des entreprises grâce à ENGIE : « En récupérant la chaleur fatale d’une usine, en fournissant de l’#EnergieRenouvelable à une autre […] @ENGIEgroup accompagne les industriels pour réduire leur empreinte carbone […] ».

Ainsi, nous remarquons que les réseaux sociaux sont devenus un nouveau moyen pour se détacher d’une image péjorative. C’est pour cette raison que les data centers utilisent les réseaux sociaux pour essayer de montrer qu’ils sont des « alliés de la transition énergétique » et un « levier de réduction des émissions de CO2 ». Clément Marquet cite les propos de Marc Jacob, le rédacteur en chef de Global Security Magazine  : « Aujourd’hui, les data centers sont perçus comme un bâtiment polluant, il faut donc remédier à cette image. […] Une web TV va être créée et les réseaux sociaux seront utilisés […] pour valoriser la filière. ». Ainsi, les data centers usent d’une stratégie de communication numérique pour redorer leur image.

Maëva KAJJIOU

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

L’impact environnemental du cloud gaming

Clément Marquet et Guillaume Carnino dans leur article sur Les datacenters enfoncent le cloud* précisent que le développement des jeux implique des temps de réponse très courts et une proximité forte des lieux de stockage des données. L’usage des data centers évolue continuellement, ce qui permet à différents secteurs d’innover et de proposer de nouveaux services. Ainsi, les acteurs du jeu vidéo ont profité de cette amélioration pour réinventer le cloud gaming. Ce dernier permet de jouer en streaming à des jeux qu’on ne possède pas physiquement sur tous types de supports (smartphone, tablette et ordinateur) avec simplement une connexion haut débit à Internet.

Le concept existe depuis 2010 avec OnLine qui était le premier à lancer sa plateforme. Malheureusement, les progrès technologiques n’étaient pas suffisamment performants pour gérer une telle quantité de données. Cela causait des problèmes de latence, ou le jeu n’était pas stable, donc elle affectait l’expérience utilisateur. En France, plusieurs acteurs se partagent le marché, par exemple, Stadia de Google, qui propose un catalogue de jeux pouvant être joué sur une télévision, smartphone ou pc portable. Xbox propose aussi un service similaire à celui de Google. 

Néanmoins, le cloud gaming pose des questions sur son impact environnemental. L’utilisation croissante du stockage des data centers et de la puissance de calcul de ces derniers pourrait accentuer les problèmes environnementaux existants. Une étude a été publiée par l’International Conference on ICT qui illustre trois scénarios de l’effet du cloud gaming sur l’environnement. Dans le scénario hybride, avec 30 % de joueurs en plus, cela augmenterait de 29,9 % les émissions de gaz à effet de serre. Si le concept s’impose chez les joueurs, cela provoquerait une explosion du taux à 112 %. Leur analyse se focalise uniquement sur les appareils mobiles permettant de jouer en 720p ou 1080p. Les chercheurs précisent qu’ils ont basé leur analyse sur des résolutions d’écran plus conservatrice, car une définition plus haute aurait des conséquences pérennes. 

Selon Statista, le chiffre d’affaires du cloud gaming en 2018 était de 66 millions de dollars. D’après le rapport du SELL sur le bilan du jeu vidéo en 2020, 36 millions de français ont joué, et une augmentation du jeu en ligne a été constatée (incluant le cloud gaming).

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Data centers : un numérique durable ?

«Pas de French Tech sans data centers » : Voilà que les plus grands acteurs des data centers nous promettent un numérique durable

Dans le chapitre 7 de sa thèse, Quand les infrastructures numériques aménagent la ville*, Clément Marquet liste trois configurations à plusieurs échelles, dans lesquelles s’introduisent deux formes de normalisations de data centers dans l’espace urbain, et plus particulièrement sur le territoire de la Plaine Commune. Clément Marquet soulève les enjeux environnementaux dans ces types de normalisation.

Comment parvenir à converger les data centers en des infrastructures durables ? Quelles sont les limites qui s’opposent à cette « convergence infrastructurelle » ?

Le concept effraie, pourtant il est assez simple : raccorder les data centers aux réseaux de chaleur urbains. En outre, l’énergie consommée par un data center étant à 40% utilisée par la climatisation, pourquoi ne pas récupérer la chaleur produite par ces climatiseurs ! Cette solution rend sensible une mesure d’intégration des infrastructures au territoire par une approche écologique de l’aménagement urbain.

Représentant 2 % des émissions de gaz à effet de serre totales, les data centers sont un facteur important pour le réchauffement climatique…D’après Clément Marquet, de nombreux projets ont démontré que le raccordement des data centers aux réseaux de chaleur était possible. La commune de Val d’Europe l’a démontré avec excellence puisque 600 000 mètres carrés de bâtiments vont être chauffés par un entrepôt de données informatiques implanté à proximité. Alors pourquoi cette convergence durable est épineuse pour les data centers de la Plaine Commune ?

En observant la réponse du PDG France d’Interxion : « la mission première d’un data center n’est pas de chauffer madame Michu mais d’assurer une continuité de service aux entreprises » : la convergence durable semble impossible. Par conséquent, l’abondante quantité d’énergie consommée par ces infrastructures est rejetée dans l’air sans être valorisée. En outre, la question n’est pas de savoir comment Madame Michu va se chauffer, mais celle de l’avenir environnemental de ces infrastructures informatiques. On observe un manque de concertation sur ce sujet entre les différents acteurs dont les opérateurs de data centers, les opérateurs des réseaux de chaleur, ou encore les collectivités, de consommer de la chaleur. Les clivages liés à la concurrence, au coût ou encore aux risques, comme celui de la panne électrique, empêchent l’aménagement durable de l’espace urbain. L’idée est d’appréhender la gestion, à l’avenir, de ces infrastructures si gourmandes en énergie. Les data centers pourront-ils répondre à un avenir durable ? 

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Les data centers, entrepôts d’un temps paradoxal

À Paris, une matinée d’automne, les feuilles sèches secouées par milliers réveillent le quartier. Lorsque les lampadaires s’éteignent au moment du lever et que dans la rue passe à peine une personne et puis une autre, il serait difficile de croire que derrière les belles façades et les pavés millénaires, des machines contenant des données du monde entier circulent à une vitesse inimaginable. 

Clément Marquet, dans le septième chapitre de sa thèse Binaire béton : quand les infrastructures aménagent la ville (Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019)*, nous parle d’une certaine urgence temporelle et économique à laquelle les data centers d’aujourd’hui sont soumis. Depuis que notre monde tourne autour du numérique, ces machines et leurs acteurs, follement indispensables, se multiplient, bougent et se réinventent donc incessamment. 

Les différents aspects de ces machines, comme le miroir de nous-mêmes, font preuve du nouveau rapport au temps et à l’espace qui s’est installé dans nos vies progressivement depuis quelques années. Aujourd’hui, dans les villages cachés des hautes montagnes mexicaines comme dans les vieilles métropoles européennes, nous envoyons, recevons et conservons des données numériques à tout moment. Nous sommes connectés. 

Photo d’une rue de Paris une matinée d’automne

Mais que nous soyons entourés d’une riche végétation immaculée ou de grands immeubles d’il y a trois siècles, qu’en est-il vraiment de tout cet autre univers, de ce nuage que nous peinons à voir ? Les data centers s’inscrivent alors dans le monde d’aujourd’hui comme les vaisseaux de ces modes de vies paradoxaux, de nos dialogues à la fois charnels et digitaux, de notre vie toute proche comme internationale. Nous sommes ici, là-bas, un peu partout, et ce à tout moment. Difficiles à qualifier, les data centers se cachent derrière des façades discrètes et portent le mystère, comme si nous voulions nous-mêmes ignorer dans nos espaces l’existence d’identités numériques de toutes sortes. 

Cependant, le cours du monde ne semblant pas vouloir s’arrêter, le moment viendra peut-être où l’invisible devra se dévoiler. Et dans les rues de la Plaine Commune, un soir d’automne, les gens se promenant le long de grands murs lisses, lorsque les lampadaires s’allument sous le vol des oiseaux, entendent-ils déjà les chants d’un autre monde, les voix de nos présents ?

Jean-Paul Collet

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Plaine commune : lieu de prédilection des Data Centers ?

Le texte scientifique « Chapitre 5. Les data centers à Plaine commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » écrit par Clément Marquet, doctorant de l’université Paris Saclay, est un extrait de sa thèse Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, publiée en 2019*

L’extrait étudié (p. 212-248) va s’intéresser à l’implantation des data centers avec comme enjeu l’analyse de leur incorporation dans l’environnement urbain.  

C’est plus particulièrement au prisme de leur insertion à Plaine commune que l’auteur s’interroge sur l’histoire de leur enracinement géographique, leur perceptibilité par les différents acteurs urbains et leurs répercussions sur différents secteurs (économique, technique, académique, financier, commercial, etc.). 

Pour étudier ce phénomène, l’auteur rend compte des résultats d’un ensemble d’entretiens, passés auprès d’acteurs ayant eu un lien plus ou moins direct avec les data centers à Plaine Commune, et mobilise la presse nationale, économique et sociale. 

C. Marquet organise son raisonnement en deux temps, s’intéressant dans un premier temps à la perception troublée des data centers en raison du dynamisme de ce paysage urbain en constant aménagement (1). Puis dans un second temps, en se concentrant sur la Plaine commune comme terre d’accueil stratégique et considérée comme propice aux data centers (2). 

En hébergeant les opérateurs de data centers, Plaine commune accompagne la révolution numérique, rayonne au niveau international et manifeste de sa position de « Capitale Française des data centers », attirant investisseurs et entreprises. 

Néanmoins, l’auteur souligne que la relation entre les parties prenantes publiques (grand public, acteurs politiques et administratifs, les instances dirigeantes, etc.) ainsi que civiques (citoyens, associations, syndicats) et les data centers reste ambiguë au profit des parties prenantes privées (entreprises ou plus généralement le marché/les industries). 

Enfin, le manque d’entretiens avec des habitants de l’EPT Plaine commune est regrettable dans le sens où ces personnes auraient pu confirmer ou infirmer de cette implantation discrète des data centers et leur rôle sécuritaire. 

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Datacenter : quand l’invisible devient visible

La thèse de Clément Marquet intitulée « Quand les infrastructures numériques aménagent la ville » se penche sur les centres de données aussi appelés data centers*. Elle questionne, entre autres, l’acceptation par la population de toutes ces nouvelles infrastructures qui viennent transformer leurs paysages urbains. Plusieurs mobilisations de riverains ont vu le jour contre l’implantation massive de ces centres de données à la Plaine Commune, aussi appelée par le journal Les Échos :  « le nouvel eldorado des data centers ».

Depuis le début des années 2000, ces infrastructures font l’objet de nombreuses inquiétudes de la part des habitants de la Courneuve et d’Aubervilliers. Il y a une peur de voir apparaître davantage de data centers dans les communes de Seine Saint-Denis, mais nous constatons aussi une politique environnementale contradictoire, entre la volonté d’une transition écologique et l’accueil de ces infrastructures polluantes. Jugées « technophobes » ou « anti-progrès » par des élus locaux, certaines riveraines sont allées jusqu’à saisir la justice pour tenter d’annuler l’autorisation d’exploitation d’un centre de données, situé à côté de leurs domiciles. Elles mettent en avant l’impact sur leurs vies quotidiennes : nuisances sonore et problèmes écologiques (émissions de gaz à effet de serre). En entamant ces procédures judiciaires, elles rendent alors visibles les problématiques liées aux data centers dans les médias, jusqu’ici très peu abordées. Afin de dénoncer ces infrastructures, les habitantes ont mis en place les “Toxic Tour Detox“, des marches permettant de visiter les lieux polluants des communes de Seine Saint-Denis, dont font partie les centres de données.

Au delà des problématiques sonores et écologiques, j’ai souhaité m’informer à titre personnel de l’impact de ces data centers sur la santé des populations vivant à leurs abords. Cependant, aucun article ni aucune étude à ce sujet ne ressortent de mes recherches. Depuis longtemps, nous sommes éclairés sur la cancérogénicité des ondes de nos appareils électroniques, mais qu’en est-il des centres de données ? Sont-ils sans danger pour la santé des habitants des communes où ils sont implantés ? Tant de questions qui n’ont pour l’instant pas de réponses, si ce n’est que l’absence puisse en être une…

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search