Compte rendu d’étude de terrain sur Paris dans la crise sanitaire : les environs de ma porte rue du Faubourg Saint Antoine

Première phase d’étude : le confinement, facteur de dynamisation de la vie de quartier ?

Le contexte de l’épidémie du Covid 19 imposait à certaines villes de France d’instaurer un confinement, c’est-à-dire, des règlementations vigoureuses visant à réduire au maximum les sorties et les contacts entre les individus afin de limiter la circulation du virus.

J’ai donc été étonné de constater une affluence dans les rues qui excédait ce à quoi je me serais attendu, et ce à des heures différentes du jour. Je loge rue du Faubourg Saint Antoine dans le 11ème arrondissement de Paris, quartier dans lequel règne une certaine intensité urbaine. Ne constatant pas de différence majeure entre la rue en période de crise et hors période de crise, je me suis donc permis d’émettre une question : « se pourrait-il que le confinement, en réduisant (théoriquement) la zone de libre circulation des citoyens, concentre leurs activités dans leur quartier et le dynamise ? ». On peut définir le quartier comme une portion urbaine ayant des caractéristiques propres. Dans mon cas, il s’agit de la parcelle de la rue du Faubourg saint Antoine allant de cinq cents mètres de part et d’autre de la porte d’entrée de mon immeuble. On dénombre cinquante-quatre commerces ouverts pour 39 fermés. La possibilité des activités est donc réduite de moitié.

Restaurants et commerces alimentaires ouverts Espaces spécialisés commerçants ou non (ouverts) Total des structures ouvertes Restaurants et commerces alimentaires fermés Espaces spécialisés commerçants ou non (fermés)  Total des structures fermées Nombre de structures total Pourcentage de structures ouvertes
50 4 54 5 34 39 94 58,51%

Afin de quantifier l’intensité des commerces, j’ai comparé l’affluence observé physiquement à plusieurs horaires de la journée avec celle indiqué par Google Maps, en tenant compte de leur méthode de calcul qui ne permet pas de connaître le nombre moyen de personnes mais « la fréquentation à chaque heure par rapport à l’heure où il y a le plus de monde pendant la semaine ». Les statistiques sont établies par rapport aux derniers mois, ce qui nous permet d’estimer que les informations indiquées seront principalement fondées sur une période de non-confinement, puisque que celui-ci commençait le Vendredi 30 Octobre. Mais ce système a pour but d’informer les usagers et pas d’alimenter des statistiques, de plus l’analyse de terrain a plutôt révélé une fréquentation inférieure à ce que semblait indiquer Google Maps. J’ai donc entrepris d’interroger les patrons ou gérants. Je n’ai pas pu rencontrer celui du supermarché et n’ai pas obtenu d’information sur la fréquentation de son établissement. Je me suis également entretenu avec les patrons de dix restaurants, dans neuf cas sur dix, ils ont observé une baisse de fréquentation de leur établissement et une hausse des ventes à emporter, le dernier cas était un traiteur/restaurant et n’a donc pas observé de véritable baisse de régime puisque la pérennité de son commerce dépendant essentiellement des ventes à emporter. 

Avec l’activité commerciale divisée par deux et une certaine baisse de régime des établissements culinaires on n’observait pas d’intensification par concentration des activités. L’impression initiale d’intensité urbaine étant certainement due à une attente d’inactivité trompée par le mouvement des personnes dans la rue. Je réorientai donc ma réflexion vers une autre thématique.

Seconde phase d’étude : en quête d’un vécu « normal »

À la suite de cette première partie de mon étude de terrain, j’ai constaté que mon hypothèse sur la redynamisation du quartier en période de crise n’était pas vérifiée. Au contraire, outre la baisse d’activité des commerces, mon vécu du quartier ne révélait donc pas une hausse de l’intensité urbaine mais au moins une certaine normalité qui ne me semblait pas exister dans tous les quartiers de Paris en cette période. J’ai donc décidé de formuler une nouvelle hypothèse : « Se pourrait-il que, pendant le confinement, les habitants de mon quartier soient dans une recherche de normalité ? ». Autrement dit, se pourraient-il qu’ils recherchent par leurs activités, leurs actes et leur organisation, un vécu le plus identique possible à celui qu’ils connaissaient hors des conditions de la crise sanitaire ?

Pour vérifier cette hypothèse, je décidai de mettre en place une méthode qui me permettrait d’échanger avec des passants, tout en sachant bien que le respect de la distanciation sociale pourrait être un frein à ma démarche. J’optai donc pour la méthode de l’« observation flottante ». Exposer par Colette Pétonnet dans son article intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. Ce système d’analyse consiste, dans un espace donné, en une déambulation du chercheur dont tous les sens doivent être en éveil. Chaque élément perçu devient donc une potentielle information et c’est au gré de ses observations et des échanges occasionnels que le chercheur évolue dans son espace, d’où l’idée de « flottant ». Cette méthode est strictement empirique, elle permet de laisser émerger les « règles sous-jacentes » qui régissent un lieu. Normalement, on ne formule pas d’hypothèse ou de supposition préalable à sa pratique, mais, dans mon cas, je décidai de détourner cette démarche pour l’adapter à ma recherche et palier son manque de précision.

Outre le ressenti du lieu qu’allait me permettre cette déambulation, il me fallait un maximum d’échanges avec des passants pour pouvoir chiffrer mon étude et obtenir les résultats les plus rigoureux possible. Je devais donc les provoquer plutôt qu’attendre qu’ils se produisent, d’autant que, dans le contexte de la crise, une conversation dans la rue avec une personne inconnue avait peu de chance d’arriver sans un coup pouce. D’un autre côté je voulais à tout prix éviter des entrevues du type « micro-trottoir », d’abord car leur caractère « officiel » aurait été aux antipodes de l’observation flottante, et ensuite car mes questions allaient toucher au respect des restrictions du confinement et auraient potentiellement incité mes interlocuteurs à ne pas être parfaitement transparents.

Le premier jour suivant le début de cette seconde phase d’étude, je tentai donc tout simplement d’engager la conversation avec des personnes que je croisais dans la rue. Il ne me fallut pas plus de cette journée d’échecs pour me rendre compte que j’avais été un peu trop optimiste. Je devais trouver une alternative m’assurant au moins un minimum d’échanges. Après réflexion, il m’a semblé qu’aborder les fumeurs statiques étaient une option réalisable : elle me permettait de ne pas interrompre la marche d’un passant et surtout de pouvoir pratiquer une bien célèbre astuce de prise de contact, j’ai nommé le « Excusez-moi, puis-je vous emprunter du feu ? ».

Entre le 26 novembre et le 11 décembre j’ai effectué cinquante-sept tentatives de prise de contact dont vingt-cinq ont donné lieu à des échanges, sur ces vingt-cinq, dix comportent des réponses à mes deux questions. Je ne peux d’ailleurs en aucun cas affirmer la véracité des dires de mes interlocuteurs quoi que dans l’ensemble, l’aspect spontané des conversations leur donnaient un air de franchise. A Partir du 28 Novembre, j’ai dû interroger à propos du confinement précédant l’allègement qui conférait une liberté beaucoup plus grande aux citoyens dans la crise.

 Pour introduire mes questions dans les conversations sans qu’elles ne semblent préparées, il m’a fallu les adapter aux différentes situations. La première avait pour but de connaître le ressenti des personnes quant à leur vécu des restrictions et de savoir ce qu’elles avaient pu faire pour palier leur manque de liberté. La seconde, un peu plus insidieuse, avait pour objectif de savoir si elles avaient pu enfreindre les règles. En effet, enfreindre une règle de confinement suppose la recherche d’une activité qui était possible hors confinement, ce qui peut donc être considéré comme une recherche de normalité.

« Avez-vous souffert des conditions du confinement ? »

7 personnes ont déclaré avoir été gênées, ou avoir souffert des conditions du confinement.

2 personnes ont déclaré avoir continué de travailler et donc ne pas avoir véritablement souffert d’un manque de liberté de mouvement.

1 personne a déclaré ne pas avoir vu ses habitudes changées.

« Si oui, comment avez-vous tenter d’y remédier »  

4 personnes ont déclaré avoir multiplié les balades pour pouvoir prendre l’air.

1 personne a révélé avoir changé ses habitudes en arrêtant de faire des courses pour la semaine afin de pouvoir en faire chaque jour et augmenter le nombre de ses sorties.

1 personne a déclaré avoir commencé de nouvelles activités à faire chez soi.

1 personne a déclaré avoir continué à sortir et à côtoyer des amis et de la famille presque normalement sans jamais avoir été contrôlée.

« Avez-vous pu voir du monde ? »

4 Personnes ont déclaré s’être rendues chez des proches ou avoir reçu des proches de manière occasionnelle.

2 Personnes ont déclaré avoir vu des proches à l’extérieur.

2 Personnes ont déclaré n’avoir fréquenté personne d’autre que ceux avec qui elles vivaient travaillaient.

1 personne a déclaré avoir occasionnellement reçu des proches

1 Personne a déclaré s’être rendue, ou avoir reçu des proches de manière régulière.

L’observation de ces résultats tente à montrer qu’une majorité de personnes a souffert des conditions du confinement et qu’elle a chercher à s’adapter en exploitant les possibilités à sa disposition pour pouvoir sortir ou s’occuper le mieux possible. Il faut dire d’une part, que l’interprétation de ces chiffres repose sur une confiance de la transparence des interlocuteurs et d’autre part, que dix échanges ne suffisent certainement pas à établir un caractère général à cette recherche de normalité. Ce qui nous montre la limite de ma démarche dans cette situation. Mais selon cet échantillon, on peut conclure qu’une majorité a été dans un processus de normalisation de son vécu du confinement. Cependant, outre ces dix échanges « complets », les « incomplets » m’ont permis de me rendre compte de certaines choses, bien que je ne puisse pas étayer mes dire par des chiffres. C’est d’ailleurs grâce à la liberté que permet « l’observation flottante » que ces éléments me sont apparus. J’ai par exemple eu l’occasion d’échanger avec une personne qui se déplaçait beaucoup dans tout Paris pour voir des proches ou se rendre à des soirées en exploitants les limites du système des attestations dérogatoires en ligne. A l’inverse d’une version papier, il est possible de régler l’horaire de sortie sur la version numérique, ce qui lui permettait d’allonger à volonté la durée de ses déplacements. Ou encore, d’utiliser une attestation pour « déplacement familial impérieux » pour excéder la limite du kilomètre et d’en changer pour une balade d’une heure une fois arrivée dans le quartier souhaité. Il lui était donc possible de manipuler à volonté ses motifs et durées de sortie et ainsi de jouir d’une liberté quasi-totale. Il faut tout de même ajouter que, selon ses dire, il n’avait jamais été contrôlé et ne semblait pas ressentir de pression particulière vis-à-vis de l’amende possible ou simplement d’une potentielle contamination.

Pour conclure, je dirais que dans l’ensemble, mes échanges m’ont confirmé qu’une majorité de personnes avait souffert de l’enfermement et de la rupture des contacts sociaux. En considérant les modifications volontaires du mode de vie dans des perspectives de sortie ou de rencontre, en adéquation ou non avec les restrictions imposées, il est clair que cette majorité a travaillé à se sentir échapper au maximum à l’enfermement que représente le confinement. Bien sûr, quelque soient les activités ou les stratagèmes mis en œuvre pour y arriver, il semble impossible d’avoir retrouvé un vécu « normal », mais rares sont les personnes interrogées qui n’ont pas chercher à prendre l’air le plus possible. Un exemple flagrant d’adaptation aux règles dans une recherche de « normalité » qui est ressorti dans mes échanges « incomplets » est « l’apéro zoom » qui semble parfaitement illustrer ce désir d’activité et de recherche de contacts sociaux s’incarnant dans une forme nouvelle d’une célébration de l’« être ensemble ».

Le click&collect est-il réellement efficace et comment participe-t-il au dynamisme de l’Île-Saint-Louis?

“Connaissez-vous l’île

Au cœur de la ville

Où tout est tranquille

Éternellement”

Louis Aragon, Quai de Béthune, 1958

Comme l’a très bien résumé l’illustre Louis Aragon, le temps s’arrête sur l’Île-Saint-Louis, une place lui est dédiée à la pointe Ouest de l’île, sans doute l’un des endroits les plus romantiques de Paris, où tous les amoureux se retrouvent pour manger une glace Berthillon. Au crépuscule des soirées d’été comme celles d’hiver, Paris revête sa couverture de ville des lumières, ainsi, un spectacle saisissant s’offre à vous, où que vous tourniez la tête, admirez le Panthéon, Notre-Dame ou l’Hôtel de ville, éclairés de milles feux. 

L’expression « Paris, la plus belle ville du monde » y prend tout son sens

Un peu d’histoire…

L’île-Saint-Louis est un trésor d’histoire, sœur de l’Île-de-la-Cité, sa première fonction était d’offrir un lieu de pâture pour les bêtes des chanoines de Notre dame, elle se faisait appeler « l’île aux vaches », ce lieu ne sera urbanisé qu’au XVIème siècle lorsque des travaux de jonctions entre les deux îles débuteront, il faudra attendre un siècle avant que ces derniers ne soient achevés. 

Mais pourquoi porte-elle le nom de Saint-Louis ? 

Louis IX, surnommé Saint-Louis, avait l’habitude de venir prier et se ressourcer sur « l’île aux vaches » avant de partir pour sa huitième croisade, depuis, l’île porte son nom pour lui rendre hommage. 

L’île-Saint-Louis, un lieu d’art… 

De grands noms artistiques ont élu domicile dans cet endroit de Paris, préservé et intimiste, de Baudelaire à Camille Claudel en passant par Paul Cézanne, certains noms actuels ont eux aussi été sensibles au charme de l’Île, ainsi, Agnès Jaoui, Édouard Baer, Daniel Auteuil ou bien Jamel Debbouze ont foulé les pavés de cet endroit. 

Je pense qu’il était nécessaire, avant de débuter l’explication de mon analyse de terrain, de vous raconter la facette historique de cet endroit, que peu de personnes ne connaissent réellement. 

L’Île-Saint-Louis est devenue un quartier prisé de la capitale où la tranquillité est indéniable : peu de trafic, population assez âgée et aisée, séparée par deux ponts il n’y a pas énormément d’affluence comme dans le Marais ou bien Saint-Germain-des-Prés, de ce fait, les commerces sont petits, il n’y a pas de grandes enseignes telles que Zara, Sephora ou autres, il s’agit essentiellement de commerces de proximité. 

L’énergie de l’Île-Saint-Louis à quelque chose de villageoise.  

Analyse de terrain

Aujourd’hui, la rue principale appelée « Rue Saint-Louis-en-l’île » traverse la totalité de l’Île horizontalement et elle permet à l’endroit de conserver son caractère marchand. Nous pouvons compter 20commerces, 12 restaurants, 6 galeries d’art, 4 boulangeries, 2 pharmacies, 1 bureau de presse/tabac, 2 magasins alimentaires, 3 hôtels et 2 agences immobilières.

Comme expliqué ci-dessus, les commerces qui s’y trouvent sont souvent petits et il n’y a pas de grandes franchises. 

Lorsque nous nous baladons dans ce quartier, nous découvrons des petites marques de créateurs français, plusieurs primeurs, un fleuriste, trois boulangeries, beaucoup de galeries d’art, parfois très renommées mais il n’y a pas ce sentiment de surconsommation que nous pouvons retrouver ailleurs… 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que c’est une réelle vie de quartier qui se créée ici, les habitants, appelés Ludovisiens ont leurs propres habitudes et une espèce de parcours se dessine : première étape le bureau de presse, deuxième étape acheter ses légumes chez le primeur, troisième étape prendre sa baguette à la boulangerie. 

Nous traversons une crise sanitaire inédite qui malheureusement a durement touché les petits commerçants contraints de fermer à deux reprises leurs boutiques. Alors comment ont-ils fait pour tenter de survivre dans un monde où Big Brother écrase tout sur son passage ? 

Pour la plupart, ils ont été obligés de se numériser et de proposer à leur clientèle le moyen de « click&collect » ou « call&collect » mais cette formule est-elle réellement efficace dans un petit quartier où tout est chamboulé ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre. De plus, nous devions aborder la notion de ville en crise, alors, nous analyserons à quel moment de la journée, les rues sont-elles fréquentées, et quels sont les types de consommation ?  

Pour ce faire, j’ai décidé de me rendre en plein cœur du sujet, j’ai d’abord questionné les commerçants, puis, j’ai réalisé une réelle enquête de terrain en restant dans la même rue, à la même heure mais à des jours différents. Cette enquête de terrain permettra de faire surgir plusieurs remarques intéressantes. 

Il y a sur cette île des visages familiers, pour certains, depuis plus de 40 ans. C’est le cas de Patrick et Carole, qui sont les uniques fleuristes de ce quartier (Patrick Allain fleuriste, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

J’ai pu m’entretenir avec eux, alors qu’ils confectionnaient un beau bouquet de roses blanches destiné à une célébrité, pour une raison spéciale, mais secret professionnel oblige, je n’ai malheureusement pas pu en savoir plus. 

A la question « Comment avez-vous vécu la première fermeture ? » les deux ont répondu instinctivement « Après 40 ans sans vacances, ça nous a fait du bien ! mais après une semaine sans travailler, nous devons avouer que ça nous a fait bizarre et l’ennui commençait à nous guetter ». Alors, lorsque les commerces ont dû fermer une secondes fois, il fallait trouver une solution. Patrick, le gérant, a décidé de se lancer dans le Click&Collect « Pour des personnes de notre âge, c’est un peu plus compliqué, heureusement, je me suis fait aider » nous confie-t-il. 

Alors, est-ce possible de vendre des fleurs sur internet ? La réponse semble être oui, mais est-ce efficace ? 

« Vendre des fleurs ce n’est pas vendre des tee-shirts, il nous faut un contact humain, quand on vend un bouquet, c’est pour apporter de la joie chez nos clients, sont-ils contents lorsqu’ils commandent sur internet ? Personnellement, je ne crois pas » Témoigne Patrick. C’est l’une des rares vitrines à avoir affiché « Bouquet Click&Collect » avec un QR code qui mène directement au site internet, mais le résultat de cette nouvelle alternative de vente n’est pas là « Nous avons eu la chance de pouvoir étaler nos fleurs sur le devant de notre boutique, alors les habitués venaient nous rendre visite pendant leur heure de sortie autorisée, ils choisissaient leurs fleurs sans rentrer dans le magasin, le Click&Collect était plus un prétexte pour rester ouverts, il ne nous a pas permis de renouveler notre clientèle » 

Afiz est lui aussi un des piliers de ce quartier, il tient une boutique de vêtements depuis 40 ans également. (Bayman, 71,rue Saint-Louis-en-l’Île)

À l’instar de Carole et Patrick, il a plutôt bien réagi à la première fermeture « Cette fermeture nous a permis de nous reconcentrer et de réfléchir à la suite, ce fut une réelle déconnexion » 

La marque « Bayman » créée par Afiz, marchait plutôt bien, cependant, la seconde fermeture était pour eux catastrophique « Nous étions plongés dans l’incertitude ». 

Alors, il a décidé lui aussi de se mettre au e-commerce, « C’était notre dernière issue pour continuer notre activité, mais ça n’a pas réellement marché. L’Île-Saint-Louis est un quartier très touristique, nous avons été durement touchés par les grèves, les gilets jaunes, la politique de Paris ville piétonne et surtout l’incendie de Notre-Dame, donc, la clientèle étrangère n’était pas au rendez-vous cette année, la population locale, est assez âgée et n’utilise pas trop internet »

Nous l’avons compris, ce quartier de Paris vit du tourisme, comme le dit si bien la chanteuse Brigitte Fontaine dans sa chanson « Rue Saint-Louis-en-l’Île » : « Quand l’été revient, il faut fuir ! ». 

Christine et Stéphanie, deux commerçantes dans le textile ont essayé elles aussi de se numériser, sans succès. Elles témoignent « Avant, des clientes Américaines venaient et dépensaient sans compter. Pendant le confinement, si nous faisons quelques ventes sur notre site internet par jour, nous étions contentes. » (78ISl, 78 rue Saint-Louis-en-l’Île )

Le Click&Collect ne semble pas être efficace dans ce quartier sauf pour quelques exceptions ! 

Le Chef cuisinier étoilé Alain Pégouret, propriétaire du restaurant « Le sergent recruteur » se dit très satisfait « Les restaurateurs, comme les commerçants, ont beaucoup soufferts et continuent de souffrir, il fallait trouver une alternative : le click&collect ! » 

Cette adresse Parisienne a acquis une belle notoriété et un beau carnet d’adresse avec le temps. « Aujourd’hui, j’ai toujours ma brigade avec moi, nous avons même embauché un livreur particulier au vu de nos nombreuses commandes » 

Quid de sa clientèle ? « Notre clientèle qui commande est aussi locale « qu’étrangère » si je peux me permettre » dit-il avec le sourire aux lèvres. Comment explique-t-il cette efficacité ? « Je pense que le fait de bien manger est tellement ancré chez les Français, que dès lors qu’ils ne peuvent plus aller au restaurant, les restaurants viennent à eux ! » 

Également pour Lize, gérante d’une boutique de vêtement sur l’Île, le commerce en ligne a bien marché pendant le confinement, peut-être car la marque « Nina Kendosa » est assez connue dans la capitale, et que ses clientes avaient besoin de se changer les idées « Heureusement que nous avions développé notre e-commerce, les clientes commandaient sur notre site et avaient le choix, soit d’être livrées soit de venir récupérer leurs commandes directement en boutique ». Lize semble cependant perplexe « C’est étrange, maintenant que les commerces ont rouverts, l’affluence n’est pas très forte »

Concernant l’efficacité du e-commerce, le résultat est assez flagrant. 

Sur un échantillon de commerçants interrogés, il s’avère être assez négatif malgré deux exceptions. 

Mais alors ce phénomène de digitalisation a-t-il permis de participer au dynamisme de ce quartier historique de Paris ? La réponse semble être elle aussi négative. 

Nous l’avons bien compris, l’Île-Saint-Louis est un gros village où il fait normalement, bon vivre. 

Cependant, ce quartier vit au rythme du tourisme. En période normale, la rue principale est bondée, surtout de personnes internationales. 

Aujourd’hui, malgré la réouverture des commerces, peu de monde se rend dans cette partie de la ville pourtant très prisée. Pour tenter de savoir pourquoi, j’ai posé la question à des personnes au hasard, et plusieurs éléments ressortent : « Nous n’avons pas de point de chute ici, nous y arrivons par hasard. » Néanmoins, l’Île est beaucoup plus animée le week-end, surtout en ces périodes de fêtes, c’est à ce moment-là que les ventes sont importantes. 

« Notre chiffre d’affaires se fait principalement sur le week-end, quand les parisiens font leur ballade « after brunch », sinon, la semaine, c’est très calme », Témoigne Anne, gérante d’une boutique de cosmétiques. (Imiza, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

Habitant dans ce quartier, j’ai effectué mon étude de terrain en rentrant chez moi, en allant faire mes courses, en me baladant…. Le constat est simple :  pendant toute la durée de la semaine, l’Île-Saint-Louis est très calme, nous y observons en majorité, une fréquentation de population locale. Cependant, je suis resté dans la rue principale 2 week-end d’affilés (4/5/6 décembre et 11/12/13 décembre) à des heures bien précises, de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, le paysage change complètement. 

L’Île se remplit timidement le matin, le plus souvent, ce sont des personnes habitants dans les arrondissements voisins (3ème, 5ème, 6ème) qui y viennent pour se balader, sans but précis. 

L’après-midi, c’est une population plus jeune, comprenant des familles, qui s’y retrouve. Malheureusement, ces personnes ne viennent pas, pour la majorité, chercher leurs commandes click&collect. L’Île-Saint-Louis est un lieu de balade. 

En conclusion, nous pouvons dire que le phénomène de e-commerce peut être efficace en fonction de la clientèle visée, des marques distribuées et du quartier. Ici, les locaux ont l’habitude de se déplacer directement en magasin pour récupérer leurs articles et ne sont, pour la majorité, pas à l’aise avec la notion de e-commerce. 

Concernant le dynamisme de la ville en crise, l’essence même du quartier concerné peut y jouer, avec son statut d’Île et suite à l’étude de terrain, nous pouvons émettre l’idée que ce quartier est un réel lieu de détende, les visiteurs ne viennent pas forcement pour consommer mais plutôt pour marcher, visiter ou bien manger une glace Berthillon, pilier de l’Île-Saint-Louis. 

Le contexte actuel ne joue pas en faveur de ce quartier, qui vit du tourisme et de la clientèle locale.

Néanmoins, les commerçants ne perdent pas espoir, même si elle n’est plus aussi dynamique qu’avant, elle restera une adresse phare de la capitale. 

Les promenades au bois de Vincennes, ou l’art de transgresser la limite du 1 km

Avec la crise sanitaire, le besoin d’espaces verts des personnes habitants en milieu urbain s’est accru. La limite des 1 km a séparé la population en deux catégories, ceux ayant un point de nature proche, et ceux ne pouvant se permettre qu’une balade entre les voitures et les immeubles. Parmi ces derniers, on retrouve souvent une certaine frustration car l’espace vert est proche, mais à plus d’1 km. A Vincennes, Saint-Mandé, ou encore Charenton, certains habitants ont accès au grand bois de Vincennes. Une sorte dediscrimination territoriale s’effectue dans le sens où seuls les habitants des quartiers en lisière du bois (qui représentent les logements les plus chers) peuvent s’y aventurer et profiter de la nature. Pour d’autres, la limite de déplacement imposée ne permet que d’errer à l’orée du bois, ce qui peut provoquer un sentiment d’injustice. 

De par son étendue, et compte tenu des mesures sanitaires, des zones du bois de Vincennes devraient logiquement être vides. Pourtant en se baladant dans le bois, on remarque que ce n’est pas le cas, et que beaucoup de personnes s’y promènent.

Après quelques simulations du 1 km sur Mappy, une zone du bois m’est apparue intéressante car centrale, attractive et facile d’accès. Comme on le remarque sur le plan, c’est un grand cercle (de terre et de gazon) central où se rejoignent 6 allées, dont la grande menant au château de Vincennes. Du côté de Saint-Maurice, le bois donne sur l’avenue de Gravelle et simultanément sur un hôpital et un petit ensemble de rues d’habitation. D’après le tracé des 1km, seuls certains habitants de Saint-Maurice ont accès au cercle : ceux sur l’avenue de Gravelle et ceux habitant dans quelques rues en dessous.


Sur la carte
ci-dessus, les cercles de 1 km correspondent aux adresses suivantes :

Cercle bleu : 39 rue des vignerons, 94300, Vincennes 
Cercle Magenta : 56 rue Jeanne D’arc, 94160, Saint-Mandé
Cercle Vert : 13 rue Edmond Nocard, 94410, Saint-Maurice
Cercle Jaune : 45 avenue de la Belle Gabrielle, 94130, Nogent-sur Marne


Sur la carte ci-contre, on peut observer le cercle de l’étude ainsi que les différentes allées qui s’y rejoignent.

Pour analyser le cercle, 5 observations d’environ 30 minutes chacunes ont été effectuées pendant le confinement, durant lesquelles j’ai souhaité compter les passants en me plaçant au centre du cercle (ont été comptées toutes les personnes dans le cercle et dans les allées à proximité du cercle, arrivant ou repartant) :

Jour Samedi Dimanche Mardi Mercredi Jeudi
Heure et nombre de personnes 15h23 : 68 
15h40 : 88
14h47 : 78 16h20 : 17 16h05 : 32 12h50 : 26
Tableau indiquant les jours d’observation, l’heure de comptage suivi du nombre de personnes présents aux abords du cercle.

La première chose que l’on peut remarquer est que c’est une zone du bois très passante, de par sa position centrale, sa facilité d’accès quelque soit l’endroit d’où l’on vient. Le samedi, il était intéressant d’effectuer deux comptages car il y avait beaucoup de passage ! Dans les activités ou usages ayant lieu dans de ce cercle, voici les celles que j’ai pu noter : se balader, promener son/ses chiens, sortir en famille et/ou avec enfants, faire du sport, et s’installer sur un des rondins de bois ou dans l’herbe de la grande allée menant au château. Le samedi de l’observation, il y avait beaucoup de monde (comme le montrent les chiffres) et toutes les activités citées au-dessus étaient observables. C’était une belle journée d’automne et ce grand cercle sans arbre permet aux personnes venues marcher dans le bois de prendre un bain de soleil, au lieu de rester à l’ombre des feuillages.

Photo prise par Adèle Jonas le samedi, en direction de la grande allée menant au château. Bien qu’il fasse frais, des personnes se sont installées dans l’herbe pendant que d’autres font du vélo.
Photo prise par Adèle Jonas le dimanche depuis le centre du cercle. Le temps était nuageux mais il y avait toujours autant de monde, bien que moins de stagnation dans le cercle : il faisait froid, il n’y avait pas de soleil, et il valait mieux bouger pour se réchauffer. La vraie question est, y a-t-il plus de corbeaux ou de personnes sur cette photo ?

J’ai eu envie de revenir en semaine afin de poursuivre mon étude à l’heure de la sortie des écoles pour voir s’il y avait plus d’enfants (qui n’étaient pas très présents durant le weekend). Ce n’était pas le cas : il y avait toujours du passage autour du cercle, des adultes, des chiens, mais finalement très peu d’enfants. La raison qui me paraît la plus logique est que le cercle est finalement assez éloigné des villes alentours et que faire marcher plus d’un kilomètre de jeunes enfants peut être compliqué. Le samedi, j’avais pourtant discuté avec un groupe de parents accompagnés de leurs enfants, ils étaient tous à vélo : la solution pour emmener ses enfants à plus d’1 km !

Lors des quelques entretiens effectués, deux questions ont été posées : 

Savez-vous si vous êtes à plus d’1 km de chez vous ou non ? 

Est-ce que vous faites attention à ne pas dépasser cette limite ou est-ce que vous vous en moquez ?

En fait si on est là, on est forcément un peu plus loin que 1km”, a répondu l’un des pères du groupe de parents. Certaines personnes ont hésité sur la première question, ne sachant pas exactement à quelle distance ils se trouvaient de chez eux, mais de façon unanime, aucun d’eux ne voulait se cantonner à cette limite. Avec ces deux questions assez simples (qui suivaient une rapide présentation du projet pour contextualiser), certaines personnes interrogées se sont senties rapidement à l’aise pour discuter de cette limite des 1 km. “1 km c’est discriminant pour ceux qui n’ont pas d’espaces verts chez eux : ils {le gouvernement} réfléchissent à modifier cette limite, notamment pour ceux qui habitent à la campagne”, me dit l’une des deux femmes du groupe avec qui je discute. Nous en arrivons à l’idée que plus que discriminante, la limite est aussi déshumanisante car elle nous cantonne à un espace imposé et circonscrit. Dans le bois de Vincennes, cette limite nous paraît d’autant plus absurde : elle nous force à rester groupés en bordure de bois au lieu de nous répartir dans ce grand espace vert. 

Photo prise par Adèle Jonas le mercredi au début de la grande allée. Photo intitulée“Pensez vous réellement être à moins d’1 km de votre domicile ?”

La comparaison avec le premier confinement a été très souvent utilisée. En mars dernier le printemps arrivait, le besoin de verdure et de nature grandissait chez de nombreux citadins et la fermeture des parcs et jardins lors du déconfinement a engendré un transfert massif des parisiens vers le bois de Vincennes, que j’avais pu observer à l’époque. “Là, on voit encore quelques voitures se garer en lisière de bois, sûrement des parisiens en manque de nature”. Actuellement le froid et la rapide tombée de la nuit donne lieu à des activités différentes de celles du printemps. Le premier samedi d’observation me paraît assez représentatif de cet espace lorsqu’il fait beau, des gens assis sur l’herbe, des familles à vélo, des jeunes gens jouant au badminton (photo ci-dessous)…

Photo prise par Adèle Jonas le samedi. On remarquera les trois jeunes gens ayant installé un filet de badminton pour s’amuser, mais aussi les nombreuses personnes à vélo en arrière-plan.

A l’inverse, le mauvais temps et le froid amènent une augmentation des balades : Les gens traversent, se retrouvent, mais très peu s’arrêtent autour de ce cercle. “D’habitude c’est du sport, des picnic, des filets…. Dans les grandes allées. On ne voit pas un flux aussi fréquent, avec des gens qui se baladent et font du vélo… c’est beaucoup moins habituel !” me dit un passant. Dans ce contexte sanitaire difficile, la marche devient un besoin primaire, et la limite des 1 km devient une règle presque caduque pour certaines personnes. Les chiffres actuels des amendes pour non respect du confinement et des limites de déplacement sont difficiles à trouver, ou moins médiatisés qu’en mars dernier ou un million d’amendes a été donné entre mars et avril. Selon les personnes interrogées, la police ne contrôle pas en général, et veille surtout au respect de l’ordre dans le bois : regroupement, fête clandestine, port du masque… Ce dernier est difficilement respecté en pleine nature ou plus de la moitié des personnes croisées laisse dépasser son nez ou sa bouche pour sentir l’air frais de l’automne.

Avec les nouvelles mesures, augmentant les déplacements à 20 km pendant 3h, cette étude a pris fin, mais cela a prouvé que cette limite posait des problèmes et nécessitait une réexamination. Le gouvernement a-t-il compris que le besoin de verdure était un besoin devenu primaire et primordial ? Qu’il aidait au bien être psychique et physique de la population ? Que cela créait une discrimination entre les personnes proches des espaces verts et celles plus éloignées ? Étant donné l’indifférence des personnes interrogées sur le fait d’être à plus d’1 km de leur domicile, le nombre de personnes se rendant sur le cercle n’a pas évolué (à première vue). Néanmoins, le début du printemps devrait apporter un pic d’occupation du bois de Vincennes !

Adèle Jonas

La rue (de Rivoli) symbolique de la capitale métamorphosée par la crise sanitaire

Les conditions de restrictions liées à la crise sanitaire ont contribué à diminuer la circulation des véhicules motorisés sur la voirie. Les français n’ont eu que très peu recourt à leur voiture les déplacements était limité à un rayon de 1 km autour du domicile. L’occasion pour les citadins d’expérimenter les bienfaits du vélo et redécouvrir le paysage urbain. Les politiques se sont rendu compte que l’espace public ne répondait plus aux contraintes sanitaires. Les personnes ont fait le choix de se tourner vers les mobilités douces pour éviter la promiscuité des transports. Il a fallu répondre à l’enjeu sanitaire, penser à l’après-confinement et trouver des solutions pour réorganiser l’espace urbain. La route a toujours été penser pour la voiture, en matière d’aménagement la France était à la traine. Cette crise remet en question la place de la voiture et accentue les changements de mobilité. Rivoli est réservée aux mobilités douces, les cyclistes se réapproprient l’espace public et la voiture y est réduite. On peut se demander si l’aménagement va transformer le point de vue urbain et l’expérience de la Rue de Rivoli ?

En me baladant, dans les rues après le déconfinement, j’ai remarqué que davantage de citadin se déplaçait à vélo dans la ville. J’avais entendu parler de l’aménagement de Rivoli, mais ne m’y suis jamais attarder. Ce compte-rendu va être l’occasion d’enquêter sur cet aménagement. Je vais pour cela mener un travail d’observation en ligne. Le confinement me contraignant à adopter cette méthodologie – je recueillerai des données sur Twitter, j’adopterai une observation à découvert en réalisant des entretiens téléphoniques, j’intégrerai un groupe de discussion de cyclistes Parisiens en adoptant une observation non participante permettant de rendre compte de leurs représentations.

Je vais réaliser un travail d’investigation qui me permettra de récolter des données sur l’impact de l’aménagement : c’est-à-dire analyser si l’aménagement ne va pas engendrer des changements, une augmentation ou diminution de la fréquentation de la rue. Commençons, par définir le terrain d’observation. Rivoli traverse le cœur de Paris sur un axe de trois kilomètres d’est en ouest et permet de connecter les rues de Paris entre elles. Elle jouit d’un incroyable cadre architectural. Un espace est dédié à la piste cyclable bidirectionnel sur toute la longueur de la rue de 3 kilomètres et d’une unique file où bus, taxi, camion de livraison et véhicule d’urgence cohabite. Une unique voie ne va-t-elle pas engendré des encombrements ? Imaginons qu’un camion s’arrête pour effectuer une livraison il y aura des risques de bouchon ou si un bus marque son arrêt la file sera bloquée. La fermeture de la rue ne va-t-elle pas créer des reports de bouchon sur les voies adjacentes ? J’ai une base de données qui montre qu’après l’aménagement il y a eu une diminution de la circulation automobile de 19% mais une augmentation des bouchons de 39%. J’observe que le compteur RivoliBot montre qu’avant le confinement le nombre de cycliste était de 448 contre 8081 lors du déconfinement. Ces chiffres montrent qu’un aménagement sécurisé influence le comportement des cyclistes.

L’aménagement de Rivoli marque un tournant dans la représentation du paysage urbain. Par son nom, « Rivoli » qui signifie à la base « vitesse ». Bonaparte, rapportait lors de la Bataille de Rivoli que « les soldats de l’armée d’Italie ont surpassé la rapidité tant vantée des légions de César ». J’ai analysé une photographie d’avant confinement de la rue qui incarnait une autoroute urbaine, aujourd’hui la rue illustre un symbole de douceur, modernité et d’écologie. On est loin ici de l’ambiance bruyante, de la dense circulation automobile et polluée qu’on connaissait autrefois. L’aménagement est un changement d’époque, Rivoli a longtemps été connu pour sa rue embouteillée et qu’elle puisse bénéficier d’un espace alloué aux mobilités douces et d’une réduction de l’automobile est remarquable. La fermeture de la rue pose la question du changement d’interaction. La rue est censée ériger un système de lieu où tous devraient avoir accès mais s’il y a fermeture, cela n’impactera-t-il pas l’espace urbain du quartier de Rivoli et même de l’ensemble de la capitale ? J’ai passé quelques jours a analysé l’hashtag « Rivoli fermeture et aménagement » sur twitter. Je note que les citadins ont peur que Paris se transforme en « village de bobos », « en campagne » et qu’elle devienne inaccessible aux banlieusards. J’observe sur des clichés publiés par des citadins que la météo influence la fréquentation de l’aménagement, en temps de pluie très peu de cycliste utilise l’aménagement.

La fermeture de la rue aux voitures pose la question de la mobilité entre Paris et la périphérie. Je pense aux citadins qui vivent dans les provinces et qui viennent à Paris en voiture à des heures où n’y a pas de bus ou de train. Comment convaincre ces personnes d’utiliser les transports en commun dans la mesure où ils sont déjà saturés ? D’autres, estiment que l’ancien aménagement de Rivoli était suffisant et qu’il faut redonner sa place à la voiture, la rue doit être accessible et fréquenté par tous « si c’est juste pour faire chier les voitures ce n’est pas une démocratie mais du communisme on l’on impose un unique mode de vie ». J’ai observé leurs profils et je note qu’elles ne vivent pas dans le centre de Paris. Si elles y vivaient, elles auraient peut-être eu une autre vision. L’aménagement crée des tensions entre riverain, élu et automobiliste, mais pour les associations de cyclistes cet aménagement est une aubaine et marquera un profond changement dans les habitudes de déplacements et cela même après la crise sanitaire. L’aménagement change la physionomie du quartier et le rend favorable à un confort de vie qui favorise le développement du vélo mais je remarque que certains déplorent la dégradation du patrimoine, le changement d’affection de Rivoli sous Napoléon IER dans la logique d’écouler des véhicules à quatre roues « l’affecter à d’étroite piste, c’est comme virer l’orchestre dans un opéra car trop de bruit ».

Je vais enquêter sur les impacts de la pratique en matière de sécurité et de cohabitation. J’observe qu’entre la voie qui sépare la frontière entre les véhicules motorisés et la piste cyclable il n’y a qu’une séparation avec des cônes. Tout le monde devrait pouvoir se déplacer dans le même espace sans avoir peur de se faire écraser. Mais la trame de rue de Rivoli est-elle adaptée ? La piste cyclable est étroite, il y a une intersection avec un terre-plein qui se resserrent et semble produire un effet entonnoir. J’ai pu recueillir quelques témoignages d’usagers de la piste cyclable au cours d’entretien informel : « Je velotaf avec un vélo électrique. Le soir, en revenant du Père-Lachaise, je me dirige vers Bastille et je rejoins la défense. Je traverse tout Paris deux ou trois fois par semaine. Je passe par Rivoli. Je me sens en parfaite sécurité sur la plus grande partie de l’aménagement. C’est formidable. Il y a un point à améliorer en ce qui concerne le marquage ». Un autre cycliste atteste : « Je l’utilise quelquefois le matin et le soir, sinon je préfère prendre la voie cyclable qui passe par le tunnel puis les quais. Et le marquage à améliorer serait celui de la Concorde, car on ne sait pas trop où il faut passer ». Le dernier déclare « Que cela m’arrive quelques fois, le marquage n’est pas clair et ça ne m’empêche pas de la pratiquer. Je ne sais pas si les aménagements sont pérennisés et améliorés. L’aménagement de la rue offre une sécurité et liberté que nous n’avions pas ». Cet espace offre à tous et à toute heure du jour et de la nuit, un endroit ou pratiquer du vélo en sécurité, on peut même parler d’une « installation » au vu des usages qui en sont faits. Je vais approfondir mon analyse, en intégrant le groupe de discussion « Vélo à Paris » qui va me permettre d’enquêter de manière incognito sur la perception de l’aménagement de Rivoli par les cyclistes. J’observe que l’aménagement est apprécié sur la pratique… moins pour les automobilistes. Mais ils sont rassurés et gardent leurs précautions car ils ne sont pas à 100% sur une autoroute cyclable. Je remarque qu’ils déplorent la signalisation et l’incivilité des autres usagers de la piste. Les cyclistes rencontrent des nœuds, ils ne savent pas où se diriger, à la fin de la piste cyclable ils retrouvent le trafic routier à la Concorde et sont sans repère, faute de continuité de l’aménagement. Aux intersections, il y’a risque d’accident parce que les cyclistes ne respectent pas les feux de signalisations, les voitures coupent la piste, les camions de livraisons s’arrêtent sur la piste et les piétons ont peur de traverser parce que les cyclistes ne s’arrêtent pas au feu rouge. L’augmentation de la pratique entraine une augmentation de l’usage de l’espace et crée des conflits, en raison du caractère multifonctionnelle de la rue.

Je vais apporter un éclairage qualitatif de l’aménagement en matière de perception par les commerçants. L’aménagement marque une rupture dans le quotidien des commerçants. La trame de rue de Rivoli est un haut lieu de tourisme, est constituée de prestigieux monuments et commerces populaires. Il y’a un tas de magasin fermé, les touristes sont remplacés par les riverains à vélo qui envahissent la rue. J’ai observé des clichés de « Paris Bise Art » qui expose plusieurs boutiques fermées avec des rideaux baissés et des devantures marquées de Tags. J’ai interrogé au cours d’entretien téléphonique un commerçant de Celio : « l’absence de passage aux voitures des clients plombe mon activité commerciale. La modification du plan d’accès fait que les banlieusards ne viennent plus à Paris et ne se rendent plus dans nos magasins. Rivoli est devenu un quartier de passage. Mon chiffre d’affaire a baissé de 70%. Les livreurs ne veulent plus nous livrer l’accessibilité à la rue est chaotique ». Le propriétaire d’un bar avoue que « la fermeture de la rue a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je risque de fermer mon bar et on a aucune nouvelle de la mairie, les commerçants de Rivoli sommes les laissés pour compte de cette crise. Cet aménagement favorise la mort de nos commerces et du quartier. Paris devient une ville fantôme, les commerces vont finir par disparaître ». Une commerçante d’Histoire d’Or déclare : « La fermeture de la rue entraine la mort des commerces, il n’y a plus de fluidité, la rue perd son dynamisme elle n’est plus animée. Nous n’avons pas été consulter par la mairie alors que nous sommes les premiers acteurs du quartier. La rue de Rivoli doit rester libre à la circulation pour que tous y aient accès. Plusieurs boutiques ont dû mettre la clé sous la porte ». J’ai dû mettre fin à mes appels téléphonique car je devais assister à mon cours. Les commerçants n’arrivent-ils pas à cette conception parce qu’ils sont directement impactés ? La baisse de la fréquentation des commerces, la fermeture des magasins et la baisse du chiffre d’affaire ne seraient-elles pas dû au manque de touriste, à la crise sanitaire, et à la forte hausse des loyers? Notons qu’avec l’extension du télétravail les actifs se déplacent moins. J’ai une base de données qui montre que la crise a impacté les hauts lieux parisiens de consommation dû à l’absence des touristes internationaux. L’aménagement n’est peut-être pas la cause de leurs maux.

Cela appelle à s’interroger sur la place de la ville. L’aménagement va-t-il perdurer après la crise et s’étendre dans Paris ? La ville prend cette direction et souhaite donner plus de place aux cyclistes pour prévenir les prochaines crises. Je me suis entretenu avec la Mairie au cours d’un entretien téléphonique : « Les pistes cyclables temporaires et l’aménagement de la rue de Rivoli seront pérennisés. La ville de Paris a l’intention de généraliser la fermeture de certaines voies : le programme de second tour Paris en Commun et aux écologistes indique la piétonisation d’une grande zone par arrondissement et la piétonisation de Paris centre. Les riverains sont ravis ! Il en va de même pour les commerces et la majorité des courses de proximité se font à pied ». Il est difficile de vérifier les dires de la mairie, en ce qui concerne les commerçants, on est loin de la réalité du terrain.

L’aménagement de la rue de Rivoli est révélateur d’un changement de mobilité que la crise sanitaire a accéléré. Nous avons tous vu ces grandes portions de rue vide de voiture pendant le confinement, et la diminution de la pollution à nécessairement donner des idées aux politiques sur l’adaptation de l’espace public. Toute une voie pour le vélo pendant le premier confinement ça change la ville et l’expérience et incite à de nouvelle pratique. Une hégémonie de la culture du vélo surgit, cet aménagement laisse penser que les voitures ne pourront plus accéder à la capitale dans quelques années. Paris va devenir un « futur Amsterdam ». Cet aménagement n’est pas une mauvaise idée, il y’à volonté de rendre la ville plus écologique mais la ville n’a-t-elle pas prit la décision de pérenniser cet aménagement trop vite ? Les gens sont habitués à la voiture, ont des raisons de l’utiliser on ne peut pas leurs dirent « bon ben voilà vous devez abandonner la voiture et faire d’autres choix de mobilité ». Je ne m’aventurerai pas à Paris en voiture mais l’aménagement de la rue me laisse dubitative, c’est une avancée pour l’urgence climatique mais je pense aux personnes âgées, à mobilité réduite, aux femmes enceintes qui ne pourront plus s’y rendre. Il y’à des besoins fondamentaux et des services à assurer pour les habitants qui ne permettrait pas de le faire sans voiture. Le principe est avantageux pour les cyclistes mais on est loin de la réalité. Les transports en commun pourront-ils remplacer la voiture? Quand on sait que les transports sont déjà constamment bondés. Si on commande un meuble à l’Ikea de Rivoli, comment va-t-on le récupérer? C’est une illusion de penser qu’on peut faire de Paris un lieu de vie sans voiture, on a besoin de complémentarité, réaménager les espaces pour que tous les véhicules cohabitent mais pas au détriment des citadins qui ne peuvent utiliser que la voiture. Paris va s’engager à réduire la vitesse à 30 km/h, finalement est-ce qu’on a besoin de ces aménagements, puisque le vélo passerait partout. 

L’affluence dans la gare de Villeneuve-Saint-gorges (Val-de-Marne) et la crise sanitaire

La gare de Villeneuve-Saint-Georges est une gare ferroviaire française de bifurcation située au point kilométrique 14,386 de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles à 36 m d’altitude. Cette station est mise en service le 12 Août 1848. Le bâtiment construit en 1905 est plus vaste que le premier qui a été détruit puis remplacé. Le second bâtiment fut à son tour démoli entre les années 1960 et 1970. La gare ferroviaire dispose de huit voies et de quatre quais, soit d’est en ouest.

Il fut remplacé par une structure relativement modeste, construite dans le style fonctionnel de l’époque. Ce bâtiment a par la suite bénéficié d’une nouvelle façade et de la construction d’un hall largement vitré. Cette station, très fréquentée dans le département de val de marne, est desservie par le  RER D ainsi que des bus ( transdev) circulant à l’intérieur et à l’extérieur du département. Cette gare présente des problèmes au niveau de son emplacement. Le nombre de voyageurs passant régulièrement n’est pas proportionnel à la taille et l’architecture du bâtiment . Ce qui rend souvent la circulation difficile et le trafic perturbé. 

Avec la crise sanitaire, il est opportun d’étudier et d’analyser les problèmes dans cette gare et voir ses changement dans le trafic et dans la mobilité.  L’idée étant d’observer le terrain, de collecter les informations et ainsi les analyser .

Nous pouvons nous demander en quoi la crise sanitaire  permet de révéler et dévoiler les problèmes de la gare liés sur la question de l’agencement urbain et de la mobilité?

La question de l’affluence dans un lieu de rassemblement devient un sujet central et important. Ainsi, la gare de Villeneuve-Saint-Georges engendre des difficultés sur la question de la mobilité et de l’agencement urbain.

La question de la mobilité dans cette gare devient de plus en plus problématique avec la crise sanitaire. Les règlements mis en place par l’état pour la crise sanitaires sont difficilement applicables aussi bien dans les trains que dans les bus. L’enquête sociologique et plus précisément l’observation me permettent de trouver des réponses à ces questionnements. 

Entrée de la gare et embouteillage sur la RN6 / le 08 décembre 2020 par Babacar Ndiaye

 Le huit décembre,  vers neuf heure du matin, la gare est mouvementée car il s’agit d’une heure de pointe où la majorité des voyageurs quittent chez eux en passant à cette gare pour se rendant à leur lieu de travail. 

Devant l’entrée dans la gare, se trouve une autoroute très fréquentée par les véhicules, la RN6.  La présence de cette dernière montre une insécurité au niveau de la mobilité des piétons. Les stationnement des bus favorisent une circulation périlleuse en causant des embouteillages. 

Quais ouverts et voyageurs impatients / le 08 Décembre 2020 par Babacar Ndiaye

Pendant le confinement où la gare est censée accueillir moins de personnes qu’habituellement, nous retrouvons un nombre importants de voyageurs . Ainsi, au premier regard,  nous  nous rendons compte que la gare existante est mal configurée pour accueillir 28000 voyageurs quotidiennement. Vu la masse importante de voyageurs qui se rend dans cette gare, nous pouvons dire qu’une partie d’eux ne sont pas villeneuvois ou ne travaillent pas dans cette ville. Certains voyageurs se rendent dans les villes proches comme Valenton, Montgeron, Crosne, Limeil Brevannes… 

Les espaces d’accueils sont très étroits et on remarque une file d’attente des personnes désirant se rendre dans les bureaux d’accueil et dans les guichets automatiques. Les voyageurs désirant se rendre aux quais des trains rencontrent des difficultés dans la circulation et ce, depuis l’entrée de la gare. Voulant pas rater leur train, certains courent et se bousculant entre eux. Ils se croisent entre eux à moins d’un mètre  et respectant pas la distanciation physique et sociale. Pour accéder aux quais , les passagers sont obligés de prendre les passages souterrains. Ces derniers sont débordants car nous retrouvons plusieurs personnes non mobiles qui préfèrent attendre les trains dans les couloirs que dans les quais afin d’éviter d’attraper froid.

Enfin le train est là / le 08 décembre 2020 par Babacar Ndiaye

L’autoroute ( la RN6) qui permet d’accéder à un franchissement stratégique de la seine, supporte plus de 44.000 véhicules par jour en moyenne. Elle permet de plus l’accès au pôle multimodal, situé au niveau de la place semart ( arrêt de bus transdev). Cette situation induit des congestions récurrentes et des conflits d’usage. Dans son environnement urbain, la RN6 présente des problèmes au niveau de son emplacement et rend la traversée et l’accès aux bus et gare périlleux.

Dans l’après-midi vers seize heure, Je me retrouve au niveau la RN6, à coté de la gare. Devant l’arrêt de la ligne J2 du réseau de bus transdev, un nombre important de voyageurs attendent l’arrivée du bus. Ce dernier accuse un retard de neuf minutes dû certainement à l’embouteillage présent dans la route.  Les voyageurs se retrouvent alors collés attendant l’arrivée du bus avec impatience. Apres l’arrivée du bus, certaines personnes se précipitent pour y accéder et pour trouver une place pour s’asseoir et d’autres cherchent seulement à y pénétrer.  Avec le protocole d’utilisation d’une place ( siège) sur deux dans les transports publics, nous remarquons  que cette règle est dérobée par les voyageurs. Ces derniers s’entassent dans le bus.  Après le départ du bus, je vois un groupe de 4 personnes avec des origines étrangères. J’ai eu directement l’impression qu’ils ne sont pas présents pour prendre les transports ou du moins pas dans l’immédiat. Ils sont en possession des sacoches et essayant indirectement d’interpeller les passants.  En me rapprochant d’eux, je me rend compte que ce sont des vendeurs de cigarettes.  Le trafic de cigarette prospère dans cette ville et même pendant le confinement.

Arrivée avec retard du bus J2 / le 08 décembre 2020 par Babacar Ndiaye

La méthodologie que j’ai utilisée est sociologique car me permettant de faire des observations sur le terrain. Ils  sont faits sur des lieux stratégiques de la gare : entrée, couloir, quai RER, arrêt de bus. J’ai choisi un mode d’observation participante car je me suis morfondu dans la masse que j’observe.

Malgré la situation sanitaire actuelle, j’ai réussi à mener des observations qui ont durées au total  3 heures, soit une observation d’ une heure et 30minutes le matin et une autre le soir du même jour. Au départ du travail, j’avais prévu de faire des entretiens mais ils n’ont pas pu avoir lieu. Ceci est dû au fait que j’ai obtenu les réponses aux questions et aussi pour éviter le contact physique avec les personnes. Il est important de préciser que  les observations participantes sont faites dans le strict respect  des mesures sanitaires.

J’ai choisi la photographie car elle est un élément d’illustration des propos élaborés. Elle se présente ici comme une représentation visuelle qui a pour fonction dans cet étude de cas , d’amplifier, de décrire et de compléter le texte. 

Pour conclure, retenons que cet étude de cas peut apporter une analyse détaillée et en profondeur sur ce sujet. Avec les observations menées, je me rend compte que les problèmes de la gare ne touchent pas uniquement l’intérieur de la station. Ils influencent aussi l’extérieur c’est à dire l’environnement urbain.   Au delà des conditions difficiles de circulation dans la gare, nous notons une non-sécurisation des traversées piétonnes.  Avec la situation sanitaire actuelle, et dans la lutte contre le covid-19, la question de l’aménagement de la RN6 et de la gare devient centrale. Les conditions de circulation et de sécurité des voyageurs doivent être améliorées. Nous devons prôner pour une rénovation de l’intégration de l’autoroute.

Vision sur l’embouteillage de la RN6 depuis les quais de la gare / le 08 décembre 2020 par Babacar Ndiaye

 

Par Babacar Ndiaye

Place Lucien Bauchart, une convivialité perdue ?

La place Lucien Bauchart fait l’entrée et est conçue comme étant le centre du quartier de la Ronde Couture de la ville de Charleville-Mézières. Aménagée récemment en 2015 par les architectes et urbanistes Daquin Ferrière & Associés, la place est composée de matériaux dits « nobles » (pavés de grés, acier corten) et de mobiliers tels que des bancs et fauteuils en béton blancs. Selon les architectes la place est un « nouveau lieu de convivialité pour les habitants du quartier » de la Ronde Couture.

En effet, depuis l’aménagement de la place, j’ai été témoin d’une redynamisation des relations sociales dans le quartier. Un quartier habité majoritairement par des personnes issues de l’immigration. La place est devenue un lieu de rencontre pour tous les publics et toutes les origines culturelles. Les personnes âgées et les plus jeunes, animent la place en faisant d’elle le coeur même du quartier.

« Lieu de convivialité pour les habitants du quartier »

Architectes Daquin-Ferrière & Associés

Cependant, la crise de la Covid-19 en début d’année 2020 nous a forcé à se confiner et de ce fait, à couper tout lien social. Les personnes âgées ont d’ailleurs été les premières victimes de cette restriction, la COVID les touchant majoritairement. Alors la crise de la Covid a-t-elle détérioré l’image accueillante et conviviale de la place Lucien Bauchart ?

Les évolutions urbaines de la place Lucien Bauchart post Covid

Cartographie de l’environnement de la place Lucien Bauchart. Carte : Ichraf Bouhmama

1. Description de la place

Comme dit plus haut, la place Lucien Bauchart se devait d’être un lieu convivial et chaleureux. Au centre d’une multitude de petits commerces, de logements, près d’une école ainsi que d’une bibliothèque et d’un centre d’activités parascolaires, la place Lucien Bauchart réunit tous les âges. Sur la place, des bancs et des fauteuils qui exacerbent le côté « cosy » et des plantations d’arbres qui ajoutent une touche de vert nature dans un cadre très moderne.

2. Les modification de l’espace urbain post- Covid

a. Piste cyclable

Lors de la crise de la Covid, de nombreuses villes ont décidé d’aménager l’espace urbain afin de lutter contre la propagation du virus.

“S’il y a peut-être un point positif (sauf pour les automobilistes) à retenir de la crise du coronavirus, c’est bien celui d’un boom des aménagements cyclables. » Stein van Oosteren, porte parole du collectif Vélo Ile-de-France

À Charleville-Mézières, de nombreuses pistes cyclables ont éclos à peu partout dans la ville permettant en autre d’éviter les transports en commun et/ou de faire respecter les distanciations sociales notamment.

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé sur la place Lucien Bauchart. Avant la crise de la Covid, la place n’avait pas de piste cyclable. Et pourtant, on peut maintenant voir (en vert sur la carte) qu’une piste cyclable traverse la place en longeant la route. On remarquera que la piste cyclable ne continue pas son chemin sur le côté de la route et bifurque afin de traverser la place Lucien Bauchart. Cela pourrait s’expliquer par le fait que la route empruntée plus haut par la piste cyclable devient de plus en plus exiguë au fur et à mesure qu’elle arrive au niveau de la place. La seule alternative pour éviter des possible problèmes de traffic dû à l’étroitesse de la route est de faire passer la piste cyclable sur la place Lucien Bauchart.

b. La signalétique

Il va de soi que les villes ont dû aménager leur territoire de sorte à informer via de nouveaux panneaux et/ou signes des comportements à adopter suite à la pandémie de la Covid-19.

Sur le sol de la place, beaucoup de marquage au sol indiquant « masque obligatoire » avec le symbole du masque. Qui l’a inscrite ici ? Pourquoi et de quelle manière, cela reste à investiguer (cf, Petite sociologie de la Signalétique). Mais la typographie qui n’a pas l’air manuscrite, me laisse à penser que le marquage a été effectué avec une bombe de peinture et un support. Je remarque également qu’il y a certes beaucoup de marquages sur le sol mais étrangement pas de panneaux. (Nous verrons un peu plus tard que le seul panneau a été détérioré).

c. Commerces fermés

Dû aux allocutions du Président de la République et les décisions du gouvernement certains commerces ont du se retrouver forcer à cesser leur activité, causant notamment des difficultés financières ou la faillite de beaucoup de commerçants.

Sur la place Lucien Bauchart, le bar Le Morgan était sans doute un des acteurs de l’animosité de la place. À ma connaissance, le bar, jadis pré-CoronaVirus, accueillait souvent beaucoup de monde, pour boire un verre ou un café. La présence du bar serait donc à mon sens un acteur social de la place où les gens pourraient se rencontrer au bar et continuer leurs conciliabules sur la place, boisson à la main.

Cependant, je remarque un peu pus tard une signalisation dont je n’aurais pas soupçonné l’existence, contrant mon hypothèse du dessus. Une signalisation qui peut s’expliquer par la volonté d’éviter un possible vandalisme de la place fraichement rénovée dans un quartier classé « Zone Urbaine Prioritaire ». (Source : Système d’information géographique de la politique de la ville)

Photo : Ichraf Bouhmama

J’ai eu la chance d’intercepter un des propriétaires du bar le dernier jour de mon investigation sur la place. J’ai alors sauté sur l’occasion pour lui poser une question sur sa situation : « Pouvez-vous me donner une idée du bar avant et après l’apparition du CoronaVirus ? »

« Avant le Corona, vous connaissez, on avait la terrasse, le bar avait beaucoup de fréquentation, on y venait prendre un verre, regarder les matches et discuter » (…) « J’ai beaucoup souffert économiquement » (…) « Les gens ont peur alors ils venaient moins (pendant le déconfinement) ».

Par « les gens », je me suis vite souvenue que le bar était souvent fréquenté par des personnes ayant physiquement plus de la quarantaine, et en majorité des hommes.

Selon les chiffres et statistiques de la Covid par Santé Publique France, 53% des cas étaient des hommes et la tranche des 44-64 ans constituaient à eux seuls 14% des hospitalisations et 31% en réanimation. La moyenne d’âge des cas contacts est de 46 ans.

Nous pourrions alors émettre l’hypothèse selon laquelle les habitués du bar, même en période de déconfinement, préféraient éviter d’aller au bar par peur du virus.

Propriétaire du bar, fermant son commerce. Photo : Ichraf Bouhmama

Les évolutions de la dynamique sociale de la place Lucien Bauchart pendant la crise de la Covid

1. Contact humain

Sur 12 jours d’enquête assise sur la place, je n’ai compté seulement six personnes qui se sont également assises sur un banc ou un fauteuil. Quatre d’entre elles avaient l’air d’avoir entre 40 et 60 ans. Deux étaient des enfants, qui se sont brièvement assis.
Sur un total de six personnes, seulement deux ont accepté d’échanger. Deux personnes d’un âge plutôt mûr, ayant plus de la quarantaine.

Retranscription des entretiens :

Moi : Que faites-vous assis sur cette place ?
Témoin 1 : Je viens de la pharmacie, j’ai eu le COVID et je m’essouffle vite depuis. Alors je m’assois un peu le temps de retrouver mon souffle.

Moi : Vous veniez souvent vous asseoir ici avant le Corona ?
Témoin 1 : Oh oui, j’habite à Mohon mais il m’arrivait de venir ici pour discuter avec les copains.

(NB : Mohon quartier juxtaposé à la Ronde Couture).

Moi : Et vous, vous aviez l’habitude de venir ici ?
Témoin 2 : Oh oui moi j’habite rue Ferroul (Ronde Couture) je venais beaucoup ici parler un peu.

Moi : Sans indiscrétion, vous êtes de quelle origine ?
Témoin 2 : Je suis turc.

Moi : Pourquoi vous ne vous asseyez pas ?
Témoin 2 : Le banc il est froid, et puis faut respecter les distances de sécurité. Et vous avez entendu le Monsieur il a eu le Covid. (rires).

Pendant toute la durée de l’enquête Il n’y a eu aucun enfant ou petite famille prenant leur goûter sur la place, comme j’avais eu l’habitude de voir.

A mon avis, la saison actuelle à laquelle le soleil se couche dès 17h et dont les températures frôlent les minimales doit favoriser l’évitement de la place. Pour s’assurer que le Covid ait eu un impact sur la fréquentation de la place, il serait nécessaire d’enquêter pendant une saison plus chaude.

2. Et les pigeons ?

En ce qui concerne les pigeons, je n’en ai vu aucun en 12 jours d’investigation. J’ai comparé avec la Place Ducale (au centre de la ville) pour m’assurer que les pigeons étaient réellement présents et évitaient la place, ou s’ils n’étaient pas de sortie dû peut être au froid. Et également sur la Place Ducale, il y avait une disparition totale des pigeons.

Il faut savoir que selon Olivier Paikine, (chargé d’études à la Ligue pour la protection des oiseaux) les pigeons « s’habituent au rythme des gens qui marchent dans la rue. Leur comportement est le fruit d’un mimétisme vis-à-vis de leurs congénères. Lorsqu’un pigeon voit d’autres pigeons par terre, il suit le mouvement” ». Il ajoute que « les pigeons sont des oiseaux qui naissent en ville, au contact des humains. Ils naissent avec des habitudes de nourrissage liées à ville ».

Emmanuelle Goix, directrice générale déléguée aux musée et aux jardins botaniques et zoologiques du Muséum d’histoire naturelle avance que les pigeons « ont la particularité de “s’être parfaitement adapté aux hommes, dont il dépend tant pour sa nourriture que pour son habitat »

« Le degré de sociabilité varie également en fonction des espèces et des saisons », Vincent Bilem pour les inrockuptibles.

Après quelques recherches sur les pigeons, il s’avère que ceux-ci sont en période de repos en hiver. De plus, par chance, Google Street View m’a permis de constater qu’en sortie du premier confinement, les pigeons venaient toujours sur la place picorer des miettes de pain qu’un homme masqué leur aurait jeté.

Festin post confinement des pigeons, Google Street View

3. Place Lucien Bauchart, jour de marché

Le marché est l’activité par excellence qui favorise le contact humain. Entre commerçants, entre habitants, c’est un lieu surtout de rencontre et d’échange, l’état brut du contact humain et du lien social. (cf Les Marchés physiques et l’organisation des marchés)
J’ai visité la place un seul dimanche, jour de marché. Et il va s’en dire que les distances de sécurité n’ont pas été respectées. Je n’ai également remarqué aucune signalétique mise en place par les commerçants concernant la situation de pandémie dans laquelle nous sommes. Une ambiance conviviale mélangeant toutes les cultures.

Conclusion 

La période choisie pour l’enquête n’a, je pense, pas été la bonne. En temps de grand froid, il apparait normal que la place ne soit pas occupée et que l’image conviviale qu’elle renvoit soit entâchée. L’enquête devrait être continuée en saisons chaudes pendant lesquelles les populations sont plus tentées de fréquenter une place. Cependant, malgré les températures et la Covid, le marché est le seul évènement qui dynamise et crée le contact social sur la place Lucien Bauchart, faisant d’elle une place qui arbore tant bien que mal son image de place chaleureuse créatrice du lien social.

People’s use of public transports when under a lockdown

La Poterie, city’s entrance

For these observations of the city in crisis, I chose “La Poterie“ in Rennes. 

This is a subway station, the begging of the (for now) only subway line of the city. There’re numerous bus stops, a parking lot, and a drop-off area. It’s close to the ring road and can be considered as the entrance of the city for the south urban area. The bus lines are either going to the city center or the outskirts of Rennes. It seems important to highlight that this place is under construction. The drop-off area has recently been extended, and the parking lot will double its capacity. Around the area, there is a skatepark, football fields, a park, and a high school.  

Actual parking lot and the new one under construction, Monday 16th November 2020 © Louise Bothé

I’ve been living in this neighborhood until I was 18 so I saw the evolution of the area and have a bias on observing it. To me, it represents access to the city center (with the subway) and is a place to meet people or hang around as a teenager. Through this observation, I wanted to see how the place is used during the lockdown. I remember the place with a crowd come and go, lots of cars and buses. I expected to see fewer vehicles, but considering the second lockdown was more flexible I didn’t imagine the place to be empty. I wanted to see if, as I recall, it’s a place where people stay and wait. Moreover, with the sports complex and the park near the station, I would’ve imagined that some pedestrians would go through La Poterie during their 1 hour of daily exercise. 

I chose my moments of observation according to the rush hours and the frequentation of the subway. Therefore, I observed the city on a Friday, Saturday, Sunday evening between  6 pm and 6:30 pm. After these three observations, I decided I would also observe on a Monday morning, between 8:20 am and 8:50 am, according to the same criteria. I expected to see more people, because of the close high school and workers. 

For all four observations, I stayed in the same place, to be able to compare the different moments. This spot enabled me to see the bus stops, one access to the subway station, and the drop-off area. 

Subway frequentation, Screenshot 2020-11-09 at 10.43.44

 

Subway frequentation, Screenshot 2020-11-13 at 18.51.02

How does the city live?  

When I arrived for my first observation, it was right before 6 pm on a Friday. I saw a huge group of high school students coming to take the bus. It gave an impression of a crowd. Within less than 15 minutes, almost all the students were gone. They took buses that were going to the urban area. These buses arrived empty and weren’t full despite the groups of students. 

Once the students were gone, I didn’t see many people. I stayed at the same place for 30 minutes and saw less than 10 people with a suitcase, 2 bikes, 2 strollers, and 2 joggers. Everyone was either waiting for a bus or a car at the drop-off area, the only exception was a group of two, who was there the entire time of my observation. It felt like they were wandering. In the beginning, around 6 pm, about 50 people would get out of the subway each time but as time went it was less and less people. On the other side, I did see some people get in the subway, but it was nothing based upon the frequentation which was supposed to be at its maximum.  

View of the bus-stops from the footbridge, Friday 13th November 2020, 6:40 pm © Louise Bothé

The day after, on Saturday evening, I observed between 5:50 pm and 6:30 pm. It was raining and dark. Because on Friday I mainly saw students and people who seemed to come back from work, I didn’t expect to see many people. When I arrived, I only saw 2 cars at the drop-off area, 10 people waiting for a bus, and 3 young pedestrians who seemed to wander (they were not wearing a mask). 

View of the drop-off area and the parking lot from the footbridge, Saturday 14th November 2020, 6:30 pm © Louise Bothé

During my observation, I saw 4 joggers and 5 walkers. Each time, it was less than 5 people getting out of the subway. Within 30 minutes, less than 30 persons entered the subway station. The buses were almost empty and 4 cars dropped-off someone. 

I saw a beer can on the floor under a bus stop, which made me think that during the night or the day, some people stayed here and drank. It’s an attitude completely different than what I have observed so far. At the same time, two men drinking a beer were standing next to the elevator and were going to the station. I saw more people with a stroller (2), mostly women, and more children (5) than on Friday. 

The last observation I planned was on Sunday evening. I observed at the same time as the previous days. They were more cars in the drop-off area, 7 cars were parked when I arrived and I saw almost 30 cars stop by. Some people had luggage. As of Saturday, 20 people got out of the subway and very few got in. I only saw 3 buses and they were fewer trains as it was Sunday. 

On the other hand, I witnessed 3 skaters passing-by, 8 joggers, and a lot of walkers. They were couples, families, or walking their dog. For the first time, I noticed a disabled person in a wheelchair. The atmosphere was different than the other days, I felt like more people were taking a walk whereas the other day they were mainly here to take the bus or the subway. 

View of the bus-stops, Sunday 15th November 2020, 6 pm © Louise Bothé

I felt a bit frustrated in my observation because I was expecting to see more people, so I decided I would do one last observation on the next Monday morning, between 8:20 am and 8:50 am. I directly noticed the newspaper rack close to the elevator and a man giving out newspapers. Unlike the other days, children were going to school, in addition to the students and adults. The other days, the buses were arriving empty and many people were getting in to go to the urban area of Rennes. On Monday morning, the buses were pretty crowded and people were waiting for buses going to the city center. From 8:45 am the stream of people had passed and the man took the newspaper ranks and left. 

People go up to the subway station, Monday 16th November 2020, 9:25 am © Louise Bothé

Everyone wore their mask well, even when they were just a few people and a physical distancing.

Schoolchild taking a bus to the city center, Monday 16th November 2020, 9:30 am © Louise Bothé

Weight of restrictions 

This area is only used as a transit zone, from one means of transport to another. In some cases, people can wait for a while, but they never will be there to stay. I hypothesize that there were more people on Friday because it was a working day. On the weekend, fewer people are working, there’re no students and most shops are closed. In a way, people had no reason to be there, especially because there’s a park if people want to take a walk. It was also a bit late in the afternoon, it was dark and raining, we can assume that if people walked by it was earlier during the daytime. My theory was confirmed on Monday. There were a lot of people and students taking buses or the subway, but once the rush hour was over, there were very few people. 

The atmosphere was completely different than what I remembered. In my memories, on Friday and Sunday evenings, it was also chaos with buses and cars trying to enter the area, traffic jams, and people trying to regulate the traffic. Because of the drop-off, many students were carsharing on Friday and Sunday evenings. During the lockdown, it was impossible to carshare and ride without a certificate. 

Concerning the layout, the new parking lot is under construction and the drop-off area has double its capacity. That it’s because in “normal“ times it’s full. During the time of my observation, the parking lot was never full, it might be because many people were working from home. Another explanation could be that people were trying to avoid public transport and drove directly to their office. To go to the city center it’s usually an articulated bus but I did not see any during my observation. The transport network probably adapted to the attendance. 

The only changes related to the pandemic are new signage and hydroalcoholic gel dispensers at the entrances of the subway station. These dispensers are not on the street level, but at the entrance of the station. There is no dispenser at the bus stop nor near the elevator to reach the station. I would think that the hydroalcoholic gel dispenser can be useful everywhere, for everyone, and so be placed somewhere accessible.   

Examples of new signage related to COVID-19 crisis © Louise Bothé

Conclusion 

Although I only saw one entrance and exit (they’s another one I couldn’t see from my spot), the lockdown had an impact on the frequentation of transports which was reduced in general and almost nothing during the weekend. Even if we consider there were the same amount of people getting in and out on the other side I couldn’t see, it would still not be a lot of travelers. As mentioned, the area is mostly a transit zone for people using the transport network and when the transports are not needed (or the use is restricted) then the number of passer-by drops. It could have been interesting to observe the same area when shops reopened and the limit was extended to 3 hours and 20km. I imagine that, with Christmas coming, people would start shopping and I would see more people on Saturday for example. 

The urban landscape also changed with new signs and rules concerning the health protocol. As it is related to the pandemic there are just stickers on the floor and the panes. I assume it is not meant to be durable. However, the gel dispensers could be kept. We would have to observe it in months to see how it evolves. 

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

Étude de terrain à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près

Quels ont été les impacts de la crise du Coronavirus sur nos moyens de se déplacer ?

Le 24 janvier dernier, Agnès Buzyn confirme que la France est touchée par un virus : le coronavirus. Il a été découvert en Chine à Wuhan, s’est propagé dans le monde entier et une crise sanitaire s’en est suivie. Notre vie quotidienne a été terriblement impactée : nous avons été dans l’obligation d’être confinés du mois de mars au mois de mai, et de nouveau depuis mi octobre. Le métro et le bus sont considérés comme les moyens de transports les plus à risque pour l’attraper : nous sommes enfermés, l’air circule très peu et nous sommes en contact avec d’autres individus. Mon étude de terrain portera donc sur l’utilisation des vélos et des trottinettes, qui sont pour moi une très bonne alternative. Je vais analyser la fréquence de leur utilisation, et leurs consommateurs. 

Dans un premier temps, j’ai étudié la fréquence d’utilisation des vélos, et plus particulièrement de l’utilisation des vélibs. Vélib’ métropole, anciennement Vélib’, est un système de vélos en libre-service disponible à Paris, mais aussi dans bien d’autres villes de France. Dans le quartier de Saint-Germain-des-près, on peut trouver plus d’une dizaine de stations de Vélib. Sur plusieurs jours, je me suis assise en face d’une station de Vélib, le matin tôt, en pleine journée, et en fin d’après-midi, pour pouvoir faire les comparaisons. 

  • Le matin, la station de Vélib’ est pris d’assaut : de jeunes adolescents viennent en prendre un, assez pressés, car sûrement en retard pour aller au lycée, une femme de la cinquantaine, qui elle plutôt à l’heure s’installe, met son sac dans le panier devant, prends son temps pour mettre ses gants, arrange son écharpe pour ne pas avoir froid, et s’élance enfin en direction de son bureau. Mais on peut aussi voir des hommes de la quarantaine, qui pour certains sont même très bien équipés : casque, brassard réfléchissantes, car tôt le matin il peut faire encore nuit, sont eux aussi en chemin pour le bureau. 
  • En pleine journée, c’est plutôt calme, la station de Vélib’, qui est normalement composée d’une vingtaine de Vélib, est au trois quart vide. Pour les vélos restants, ce sont quelques femmes aux foyers ou seniors qui s’en emparent pour faire leur balade quotidienne ou leurs courses de première nécessité, en respectant bien évidemment le kilomètre limité, ou maintenant depuis peu, les 20 kilomètres. J’ai aussi pu constater un réassort de Vélib effectué par des agents travaillant pour Vélib’ Métropole, à l’heure du déjeuner. Aussi tôt posé, les quelques vélos sont rapidement utilisés.
  • En fin d’après midi, la station se remplit petit à petit, hommes et femmes rentrent du travail, les collégiens et les lycéens rentrent aussi.

Durant ces observations, j’ai pu constater que les adolescents étaient les principaux consommateurs de Vélib’. D’une part, parce que les individus de l’âge de 30 à 50 ans peuvent posséder leur propre vélo mais d’autre part parce que nous sommes actuellement confinés, et que nous sommes en majorité en télétravail hormis les élèves du primaire au lycée.

Pour pouvoir faire une réelle comparaison entre le avant et après Covid, j’ai interrogé une dizaine de personne : une partie possédant leur propre vélo et d’autres utilisant les stations de Vélib’. 

Différents cas de figure ce sont distingués :

  • Premier cas de figure : les personnes ayant acheté leur propre vélo suite à la crise sanitaire pour leur éviter de prendre le métro ou le bus : d’une part parce qu’ils ont réellement peur du virus, ils n’ont pas envie de se retrouver dans des endroits clos, enfermé avec une dizaine, une vingtaine ou même une trentaine de personnes, et d’autre part, car l’avantage d’avoir son propre vélo est que tu es la seule personne à l’utiliser, contrairement à un vélib. 
  • Deuxième cas de figure : les personnes utilisant les vélibs : ils ont aussi peur du virus mais moins que les personnes propriétaires d’un vélo : ils ne veulent pas non plus se retrouver dans des foules de personnes, mais ils n’ont pas peur de réutiliser un vélib utilisé par une ou plusieurs autres personnes dans la journée. Pour eux, à partir du moment où ils se désinfectent les mains régulièrement, ils n’ont aucun souci a se faire. 
  • Troisième cas de figure : les personnes n’utilisant ni vélo ni vélib : ils sont rares, mais cela concerne les personnes habitant proche de leur lieu de travail, et ils ont donc la possibilité d’y aller à pied.

La consommation de vélo à donc augmenté depuis la crise sanitaire car globalement chaque individu essaye de faire attention à sa manière : soit en utilisant son vélo soit en utilisant un vélib. Ils évitent le plus possible les lieux de contacts et les lieux considérés comme « risqués ». 

Dans un second temps, j’ai décidé d’analyser la fréquence d’utilisation des trottinettes. Les trottinettes en libre service sont arrivées dans la capitale depuis juin 2018. Il existe de nombreuses sociétés : Bird, Bolt, Lime…. et ont peut en trouver à chaque coin de rue. Pour en utiliser une, il vous suffit de télécharger l’application de l’entreprise associée, s’inscrire, rentrer un moyen de paiement et vous pourrez ensuite en prendre une. Lorsque vous ouvrez l’application, vous n’avez plus qu’à scanner le QR code présent sur la trottinette, elle se débloque et vous pouvez enfin l’utiliser.  

Assise sur un banc dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, je constate que les trottinettes ont envahi notre ville, il y en a partout et je ne sais plus où donner de la tête. Elles sont utilisés à longueur de journée, pour n’importe quel raison et par n’importe qui : 

  • Le matin, pour ne pas arriver en retard à l’école ou au travail, car c’est plus rapide que le vélo, mais aussi plus rapide que le bus car on évite tous les embouteillages ( hors confinement ).
  • En pleine journée, pour pouvoir se balader rapidement, faire les courses que nous voulons effectuer dans un temps limité, pour rejoindre quelqu’un rapidement, car malheureusement nous sommes soit encore en retard, ou soit parce que notre fainéantise prend le dessus.
  • En fin de journée, la fréquence est plus faible, mais il reste quelques trottinettes en circulation, certains avec des courses sur le guidon, d’autres sont mêmes à deux sur la trottinette, une soirée clandestine est peut-être la raison de leur déplacement ? 

Après avoir fait mes observations, je suis ensuite allée leurs demander si la crise sanitaire leur avait fait changer leurs habitudes de déplacement, s’ils utilisaient plus ou moins à la même fréquence les trottinettes ou s’ils avaient commencé à les utiliser depuis l’arrivée du virus. Leurs réponses ont été similaire aux consommateurs de vélo.

D’une part, certains d’entre eux ont commencé à utiliser des trottinettes dans le but d’éviter le plus possible de prendre le métro ou le bus, pour ne pas être en contact avec d’autres personnes, d’autre part ceux qui en utilise déjà, les utilise d’avantage pour la même raison. En observant les trottinettes en libre service, je me suis aperçu qu’il y avait aussi des propriétaires de trottinettes. Pour certains, il était plus rentable d’acheter sa propre trottinette, en raison du temps d’utilisation. 

Mon étude de terrain m’a permis de constater qu’il y avait un changement flagrant de mode déplacement. La crise sanitaire a influencé une grande majorité des parisiens. Il font désormais attention au moyen de transport qu’ils vont emprunter pour aller au travail, pour faire une course ou pour tout simplement se déplacer d’un point A à un point B. Les trottinettes et les vélos sont donc une bonne alternative en vue de la situation actuelle pour contrer le plus possible le virus. De plus, ces moyens de transport sont aussi plus écologiques que le bus ou le métro.

Royan : La gestion de l’espace public dans un contexte de pandémie au sein d’une station balnéaire en période estivale

Au cœur d’une année 2020 bien mouvementée, les villes ont dû se réinventer, se transformer, s’adapter à cause de la crise du Covid-19. C’est cette idée de ville en crise qui apparaît sur toutes les bouches alors qu’il est bientôt l’heure de faire le bilan sur une des années les plus difficiles de ce début de siècle. Au centre des attentions depuis le déconfinement de mars dernier, la gestion estivale du virus a été le sujet de nombreux débats et un enjeu majeur, notamment dans les stations balnéaires. 

Le front de mer de Royan (Photo : Marc Côme)

Située sur la façade Atlantique entre La Rochelle et Bordeaux, la station balnéaire de Royan accueille chaque année des milliers de vacanciers venus de toute l’Europe. Classée parmi les stations balnéaires les plus importantes en France, la ville a dû faire face à de nombreuses contraintes, notamment sur son front de mer, qui depuis le début de l’été, n’est plus le même à cause des mesures mises en place par la municipalité pour faire face au virus. D’autres endroits de la ville ont bien évidemment eu le droit également à des transformations mais nous allons nous intéresser à l’espace du front de mer car c’est le lieu qui symbolise le mieux cette idée de la transformation de la ville à cause de la crise du Covid-19.

Nous avons donc décidé de nous intéresser à ces mesures qui ont grandement contribué à une “transformation de la ville” que ce soit en période estivale mais également à “l’héritage” que cela a pu laisser depuis l’été et aux mesures toujours en vigueur. Ayant personnellement travaillé à proximité du front de mer cet été, nous allons nous baser sur des observations réalisées à cette période et d’une enquête de terrain commencé depuis le début du second confinement. Nous aurons l’occasion de retrouver des témoignages de personnes ayant vécu ces périodes particulières pour avoir une idée précise de l’impact de ces mesures suite aux transformations dans la ville. Nous allons donc chercher à savoir si ces transformations ont changé le quotidien ou ont eu un impact chez les personnes qui ont fréquenté le front de mer mais également si ces mesures ont changé l’aspect de la ville.

Une station balnéaire sous haute-tension face à l’arrivée de l’été

Dès le début du mois de juin, la ville entame sa transformation estivale annuelle avec cette année une question supplémentaire : Comment gérer l’afflux important de vacanciers tout en respectant les gestes barrières ? Directement la ville de Royan va mettre en place des mesures importantes. Mise en place d’un sens de circulation sous les arcades du front de mer, indicateur de distanciation sociale à l’entrée des commerces et restaurants, limitation du nombre de personnes dans les boutiques mais encore fermeture de certains espaces de la ville font partie de ces mesures mises en place par la municipalité. Nous avons pu observer que les habitudes de la population estivale ont changé. Les voitures sur le front de mer ont laissé la place aux piétons. L’espace habituellement rempli de voitures était désormais un lieu où les personnes pouvaient se balader. C’était une nouvelle ville. Ayant passé de nombreuses années à Royan, nous n’avons pas reconnu notre ville complètement. Dès les premiers jours où ces mesures ont été appliquées, les personnes habitués à ce lieu avaient quelques difficultés à assimiler et mettre en pratique ces nouvelles habitudes. La police était sur place pour orienter les usagers de cet espace public afin que chacun puisse appliquer toute ces mesures. Néanmoins aucun problème n’a été observé, tout s’est déroulé dans le calme et l’envie de bien faire.

Une personne ayant passé ses vacances à Royan cet été et voulant garder l’anonymat témoigne “Cet été a été très particulier pour moi et ma famille. Nous venons à Royan depuis près de 15 ans et c’est la première année où nous ne faisons pas les mêmes choses. Nous avions l’habitude d’aller au restaurant par exemple mais nous avons voulu éviter ces endroits par peur du virus et par peur de le ramener chez nous. Le front de mer c’était particulier, presque comme si ce n’était plus le même. Il était plus difficile de circuler dans la ville avec la fermeture d’un bout de route.

Suite à la situation des derniers mois, notamment avec le confinement, il était primordial de sauver l’économie locale, principalement car la majorité du chiffre d’affaires de commerçants locaux se réalise en période estivale. Des mesures ont donc été prises pour que des commerces et restaurants bénéficient de plus d’espaces. Il a donc été décidé de fermer une partie du front de mer pour laisser les restaurants agrandir leur terrasse et aux piétons de se déplacer en respectant les gestes barrières. 

Fermeture d’une partie du front de mer, agrandissement des terrasses et port du masque conseillé

C’est une transformation majeure de la ville, une première dans son histoire. Ici cette cartographie permet d’apporter un éclaircissement des propos. La zone en bleu représente ici le port du masque qui est fortement conseillé seulement, le trait rouge correspond à la partie de la route fermée et les points verts nous montrent les restaurants qui ont agrandi leur terrasse sur la route et les places de stationnement. L’espace du front de mer est donc complètement transformé et tourné vers une gestion du virus qui a pour but de faire fonctionner l’économie locale malgré tout. Nous avons pu observer que l’espace est “plus vivant” que d’habitude, il y a plus de personnes à pied et en vélo. L’espace des commerces étant situé sous les arcades derrière les restaurants, il est impossible en temps normal de voir les personnes qui se promènent ou qui font les magasins. Avec ces mesures, nous avons pu observer que les personnes utilisaient pleinement l’espace supplémentaire sur l’habituelle route, délaissant légèrement le passage habituel sous les arcades.

Un après-été à enjeu

Après le départ des derniers estivants au début du mois d’octobre, la municipalité a décidé de rouvrir l’ensemble du front de mer à la circulation. Néanmoins des mesures différentes ont vu le jour. Le port du masque est devenu obligatoire sur de nombreux endroits de la ville. Les personnes ont donc moins fréquenté cet espace, désormais la voiture a repris sa place, contraignant les piétons à investir de nouveau les trottoirs et les arcades pour les commerces et restaurants, les déplacements ne sont plus les mêmes car le sens de circulation n’est plus de vigueur. C’est en quelque sorte un retour à la vie d’avant, que ce soit dans le comportement des personnes ou le respect des consignes sanitaires, le port du masque obligatoire en plus, un retour à la situation que connaissait Royan avant l’arrivée de l’été et ses mesures. Malgré ce retour apparent à la vie d’avant-été, le front de mer reste perturbé par le passage du Covid-19 qui a pris un peu d’ampleur dans la région depuis la mi-octobre. Mise en place de centre de tests pour la population, commerces qui ont fermé à la suite des mesures annoncées par le gouvernement, le front de mer est une nouvelle fois transformé.

Port du masque obligatoire sur le front de mer et ses abords

Sur cette cartographie, nous pouvons observer le développement des zones où le port du masque est obligatoire. Fini la fermeture d’une partie du front de mer, de l’extension des terrasses, la politique de la gestion de l’espace public a changé. Alors que les personnes peuvent désormais sortir un peu plus, le front de mer reste très calme, les personnes sur place respectent le port du masque. 

Pendant le confinement, l’espace du front de mer était inoccupé, seuls les déplacements vers les commerces alimentaires ont animé le lieu. Moins fréquenté l’hiver même quand la situation sanitaire était normale, le front de mer a subi une baisse de fréquentation inhabituelle depuis l’annonce du confinement. 

Malgré tout ça un paradoxe subsiste. En toute transparence, après avoir vu que presque plus personnes ne fréquentaient le front de mer nous avons pensé que cela resterait ainsi jusqu’à l’annonce d’un futur déconfinement. A l’arrivée d’un week-end où le beau temps était au rendez-vous, nous avons été surpris de voir que beaucoup plus de personnes utilisaient la sortie d’une heure autorisée par jour pour se promener en bord de mer en empruntant le front de mer. Cette affluence inhabituelle pour cette période de l’année nous fait penser que les personnes avaient besoin de sortir dans un cadre agréable pour s’échapper le temps d’une heure d’un confinement qui peut-être pesant pour certains.

L’espace du front de mer est donc un lieu stratégique dans l’organisation et l’animation de la ville. La fermeture d’une partie a causé plus de bouchons et des ralentissement dans le trafic sur les autres routes de la ville tout au long de l’été et a nécessité à la population de s’adapter. “Pour aller travailler j’ai dû partir 10 minutes plus tôt et emprunter une route différente que d’habitude. Je pense que c’était une bonne chose mais pour les personnes travaillant à proximité c’était un peu moins pratique. Le retour à la normale était vraiment appréciable, cela fait du bien de retrouver ses habitudes.” témoigne une personne travaillant sur le port de Royan. Une ville en crise qui a donc dû se transformer pour s’adapter, des habitants et vacanciers qui ont dû changer leurs façons de faire, Royan s’est réinventer à travers des mesures et une organisation particulière. 

Port du masque obligatoire sur le front de mer (Photo : Marc Côme)

Dès le début de l’enquête, nous avions des certitudes, des réponses que nous pensions être les bonnes. Malgré cela, à quelques reprises nous avons été surpris par le comportement des usagers de l’espace publique, ce qui nous a semblé intéressants car nous avions en face de nous une autre vérité, celle du terrain. Nous avons travaillé de façon à être au cœur de la question posée, être nous même acteur de “l’événement”. Ayant été très souvent sur le front de mer ces derniers mois, nous avions une réponse que nous pensions être commune à la plupart des personnes. Cette réponse était que nos habitudes avaient légèrement changé notamment sur la question de la circulation et du déplacement à travers l’espace visé par cette enquête mais après avoir étudié la question et après avoir été au contact d’autres personnes ayant vécu ces transformations, nous pouvons affirmer que chacun à une réponse différente. Certains retiendront les difficultés ou une modification des déplacements, certains une modification des habitudes et d’autres nous ont répondu que c’était “semblable à une coquille d’œuf vide où on reconnait la ville seulement par sa forme et ses bâtiments mais que l’esprit de Royan avait changé.” selon le témoignage de Jacques, un habitant royannais de longue date.

D’un point de vue personnel, nous en déduisons que certaines libertés ne sont plus présentes à cause de ces mesures sanitaires, nous ne pouvons plus vraiment faire ce que nous voulons et le fait de réfléchir à comment allier plus de liberté et respect des mesures sanitaires peut être intéressant pour un autre travail.

Annexe

Lien vers la cartographie : https://framacarte.org/fr/map/mesures-sanitaires-contre-le-covid-19_88202#16/45.6240/-1.0247

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search