Ballades automnales au Père Lachaise

Un matin d’automne où le froid s’invite au Père Lachaise, où les courageux visiteurs se munissent de leur plan, où les employés s’investissent dans leurs tâches : j’ai eu un déclic. J’allais les suivre. J’ai commencé avec un jeune photographe croisé au détour d’une ligne de désir, entre les sépultures. Quelques mètres derrière lui, j’avançais à tâtons, me préparant à dévier sur un nouveau chemin à tout moment. J’ai tenté une mise en abyme en sortant mon appareil photo à mon tour, avant qu’il ne disparaisse entre les tombes.

L’observation flottante s’est alors rapidement imposée comme méthode pour étudier ce que j’avais en tête. Étudier le renouveau du cimetière au prisme d’une conscience écologique et l’évolution de la végétation dans la nécropole. En effet, depuis 2011 grâce au plan biodiversité et la politique de diminution des produits phytosanitaires mené par la ville de Paris, le Père-Lachaise a arrêté l’utilisation des pesticides. Une dizaine d’années et un confinement plus tard, il paraissait intéressant d’observer comment cet espace vert s’est transformé et quel impact cela a pu avoir sur ce lieu et ses visiteurs. 

Ainsi on peut se demander si à la suite d’un réveil de conscience écologique en France, le regard sur la végétation a évolué, si des changements de comportement sont observables au cimetière du Père Lachaise ? Mais surtout, grâce à la méthode flottante, se demander comment les visiteurs semblent interagir avec la nature et la végétation ? 

Point de vue de l’observateur – Crédit photo : Gloria Gallego

Comment être flottant ? 

Si observer n’est pas aussi simple qu’on ne le pense, être flottant l’est encore moins. La difficulté majeure et reconnue de l’observation flottante mais également d’une pluralité de méthode en sciences sociales repose dans la nécessité de laisser de côté ses préjugés. Le sociologue devrait adopter une posture méthodologique presque neutre pour mieux observer et comprendre, le chercheur doit s’essayer à perdre, à oublier son système de valeurs. Une exigence méthodologie développée par Max Weber avec la neutralité axiologique. Appliqué à notre cas, la neutralité axiologique serait un critère nécessaire dans l’observation flottante au cimetière. 

Puisque la subjectivité joue un rôle dans chaque choix, chaque décision que l’on prend. Décider de suivre tel visiteur ou tel autre témoigne nécessairement d’un système de valeurs. Choisir d’observer un employé du cimetière, ou un couple de touristes c’est témoin de subjectivité. 

À chaque décision, à chaque pas, je sentais ma subjectivité me guider. Puisqu’il n’est pas simple de s’en débarrasser, pourquoi ne pas, l’embrasser ? 

Le filtre naturel de ma subjectivité m’a joué des tours puisque j’ai préféré suivre des visiteurs seuls. Par facilité ou par mimétisme étant moi-même une chercheuse seule dans ce cimetière. Le visiteur seul à souvent l’air déterminé, il sait où il va. La plupart du temps j’ai observé des personnes se rendant sur une sépulture précise, surement celle pour laquelle ils se sont déplacés : ceux-ci marchaient d’un pas dynamique, presque pressé. C’est à croire qu’ils se dépêchaient pour ne pas rater leur métro. Pourtant la nécropole est un lieu de recueillement, de « mort », où la vie devrait prendre son temps. Pourtant les visiteurs ne semblent pas toujours prendre leur temps. Ils passent à côté de belles épitaphes, d’une nature singulière mais surtout de la poésie qui émane du lieu. Bien sûr ce n’est pas toujours le cas, j’ai pu observer un homme d’un certain âge, venu apprécier le calme qu’offre ce lieu. Je l’ai vu chercher ce calme, il déambulait doucement, regardant parfois ses pieds, souvent les tombes, il cherchait un banc où méditer. Lorsqu’il l’eut trouvé, j’ai su que cette personne venait plutôt apprécier cette paix et cette sincérité qui définissent le Père Lachaise. Il est resté assis un long moment, alors j’ai décidé d’aller flotter autre part.

Être flottant nécessite donc d’être discret, d’être dans l’ombre. De se faire dicter des mouvements par autrui. On ne connaît pas ses intentions pourtant on le suit, et on tente de les deviner. Parfois par leur langage corporel, leur façon de déambuler dans le cimetière donnait des indices sur la raison de leur venue. Mais cette technique est floue, elle vous emmène là où vous ne seriez pas allé, vous dicte une manière d’y aller, et une temporalité. Et durant ce laps de temps, il faut se laisser flotter avec discrétion et confiance. Je m’éloignais beaucoup de la personne que je suivais, les allées étant souvent vides le mardi à 9h. Je ne pense pas avoir été découverte. Pourtant j’ai flotté. 

En cela réside encore une difficulté de l’observation flottante, comment la découper dans le temps ? Quand peut-on définir le début d’une observation et comment choisir quand s’arrêter ? Lorsqu’il n’y a plus rien à observer ? Lorsque la personne semble avoir atteint son but, la raison pour laquelle cet individu s’est rendu un mardi matin au Père Lachaise ? Les limites et frontières de cette observation ont été difficiles à délimiter. Je savais ce que je cherchais, pourtant je n’ai pas souvent trouvé de réponse. J’ai aimé décrypter des messages dans les actions observées portant dans d’autres, je trouvais mon travail presque inutile. J’avais l’impression que les informations que je recueillais, n’allaient pas me servir, ne répondrait à ma question, et témoignait d’une éthique questionnable envers les personnes endeuillées, venues pleurer leurs proches. 

Pour reprendre l’exemple du veille homme assis sur un banc, je ne savais pas si je devais l’observer au rythme qu’il m’offrait ou si cette longue méditation marquait la fin de sa quête, ainsi la fin de la mienne. C’est ici qu’un petit manuel de l’observateur flottant m’aurait servi. Cependant, je pense que j’ai agi par instinct et que lorsque je ne recevais aucune réponse à ma question de départ, quel rapport entretiennent les visiteurs à la nature dans ce cimetière, et bien cela constituait une réponse quand même, d’une certaine façon. Cette subtilité a aiguisé mon esprit de sociologue débutante, j’essayais de voir dans les gestes, les actions ; des réponses à mes questions. Même lorsque aucun geste ne faisait croire à un rapport particulier donné à la nature, à la végétation : j’ai dû en créer un. 

Les limites la méthode 

Tout comme la méthode de l’entretien individuel à ses limites et aurait nécessairement orienté mon travail et mes hypothèses. La méthode de l’observation flottante a aussi des limites, j’ai pu en expérimenter quelque-unes. Premièrement c’est une méthode qui prend du temps, là où un entretien peut donner de multiples réponses précises en quelques minutes. L’observation demande plus de temps, plus de patiente pour arriver à comprendre et déduire. J’ai notamment suivi une jeune femme qui avait l’air de chercher une sépulture précise, elle marchait vite et pendant un long moment. Jusqu’à perdre sa trace entre les chemins. Au final, je ne saurais jamais qui elle est venue voir. Ces situations aussi frustrantes soit elles, sont quand même intéressantes à vivre. Chaque interaction que ce soit en entretien ou en observation ne peut pas être du matériel exploitable. 

Une deuxième limite à la méthode réside dans les limites du lieu et de la temporalité. En effet, le rendez-vous était régulier, le mardi matin entre neuf heures et onze heures. Il est clair que cette une observation limitée car de courte durée, mais également définit par l’affluence du lieu. Le cimetière du Père Lachaise n’est pas le même un mardi à neuf du matin qu’un samedi à seize heures. L’affluence n’est pas la même, le public non plus et la raison de leur venue encore moins. Il serait peut-être intéressant de réaliser une étude similaire lors de fortes affluences pour mettre en perspective les résultats obtenus. 

La nature est partout 

Si la méthode a pris une part importante dans mon expérience, je n’en ai pas pour autant oublié la raison qui m’a amené à suivre ces personnes. J’avais pour but de comprendre le rapport qu’entretiennent les visiteurs du cimetière à la nature, à la végétation. Mon point de départ était de réfléchir à la transformation soudaine du cimetière en « cimetière parc ». En effet, au regard de l’histoire du lieu il était intéressant d’observer les transformations que peut apporter l’arrivée d’une végétation sauvage. Mis en service depuis 1804, la dernière décennie n’est qu’un détail dans l’histoire de la nécropole qui pourtant constitue un vrai basculement dans sa définition. La loi Labbé de 2017 qui interdit l’usage de « produits phytosanitaires chimiques par les collectivités pour l’entretien des espaces verts et la voirie », le basculement des méthodes d’entretien des tombes, de la faune et de la flore a marqué ces dernières années par des modifications tangibles. 

Végétation au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Le conservateur du cimetière Benoît Gallot admet avoir reçu des plaintes suite à la végétalisation récente du cimetière. Certaines familles avaient l’impression que les sépultures étaient sales, que l’entretien des mauvaises herbes avait été oublié et que certaines zones paraissaient être à l’abandon. Malgré tout, le dialogue aurait permis d’apaiser ces remarques et faire comprendre aux familles l’importance de cette politique paysagère, et sanitaire. 

Lors de mes visites, j’ai été amené à découvrir l’arrière du cimetière où une zone est dédiée à la végétation sauvage. Des panneaux s’y trouvent, et expliquent l’importance de ce lieu. Pourtant personne ne semble s’y attarder, alors que j’ai vu des nombreuses personnes s’attarder sur les plantations, sur les fleurs disposées minutieusement par les employés du cimetière. Les couleurs vives, la propreté et l’emplacement de ces fleurs éveillent l’attention des visiteurs. Ils s’assoient sur les bancs environnants, pendant quelques minutes, pour apprécier ces jolies fleurs. Alors qu’à l’arrière du cimetière, aucun banc n’est là pour accueillir les visiteurs parisiens en quête de flore spontanée. Personne ne semble s’attarder non plus en face des ruches à l’arrière du cimetière. C’est pourtant plus qu’étonnant de trouver des ruches dans un lieu tel qu’un cimetière. 

Pancarte informative sur la flore spontanée au cimetière du Père-Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Une petite révolution 

Après des décennies de gestion stricte, d’utilisation de produits phytosanitaires, de végétation mise à mal. Le cimetière se réveille enfin, entrainant une faune et une flore grandissante. Mis en service depuis 1804, le cimetière avait été pensé par l’architecte néoclassique Brongniart, comme un jardin à l’anglaise. La végétation devait par définition être l’élément principal du cimetière, accompagnant et décorant les sépultures. Mais progressivement dans une quête de profit, les sépultures ont commencé à empiéter sur la végétation. Le cimetière devait répondre à une demande grandissante, de plus en plus de personne voulaient être enterrées au Père Lachaise. C’est au total 5 agrandissements qui vont voir le jour jusqu’à atteindre les 43 hectares. Comme l’affirme Benoît Gallot dans La vie secrète d’un cimetière, ces agrandissements ont été pensé pour laisser le moins de place possible à la végétation. 

Pourtant cette dernière décennie a opéré de réels changements dans l’organisation et la maintenance du lieu. Les arbres et la végétation ont commencé à reprendre leur droit, puisque « plus de 4000 de plus de 80 essences différentes se déploient au sein du cimetière, soit un arbre pour 17 tombes ». La faune et la flore deviennent des éléments à part entières dans le cimetière, pourtant chassé pendant des décennies. L’acceptation des animaux sauvages a notamment été difficile, pourtant le conservateur du cimetière leur fait l’éloge dans son dernier livre paru en 2022. Certains arbres rares sont munis d’une petite plaquette expliquant leur histoire, leurs caractéristiques permettant aux visiteurs d’en savoir plus sur la végétation de la nécropole durant leurs visites.

Pancarte de l’Arbre à gomme – Crédit photo : Gloria Gallego

C’est une petite révolution qui est en train de s’opérer au Père Lachaise, une révolution qui permet de repenser le lieu et qui semble pouvoir marquer l’avenir de la nécropole. En effet, on commence à penser des cimetières nouveaux, on parle alors de cimetière-parc ou de cimetière naturel. Cathy Biass-Morin, directrice des Espaces verts de la ville de Versailles, et pionnière en matière de transition des espaces verts et publics met en avant cette notion de cimetière-parc depuis déjà quelques années à Versailles. La ville de Niort propose également une alternative à la nécropole habituelle en créant un cimetière naturel, son but étant de réduire son empreinte écologique et de sensibiliser les visiteurs à la nature. Le conservateur du cimetière parisien l’a également bien compris et commence à parler du lieu comme un cimetière-parc, où les animaux sauvages et la végétation ne sont plus chassés comme avant. 

Lors d’une de mes visites, j’ai croisé une jeune femme venue déposer délicatement un petit bol de nourriture (probablement destiné aux nombreux chats ou au fameux chien domiciliant dans la nécropole). Je n’ai pas pu la suivre, mais je l’ai observé de loin. C’était un geste agréable à voir, être témoin de ce genre de scène dans un cimetière est plutôt étonnant puisque la plupart des visiteurs se déplacent pour rendre hommage aux morts, ici cette personne est venue prendre soin des vivants. C’est dans ce sens qu’il est important de chérir la faune et la flore du lieu comme le prône Benoît Gallot, penser un équilibre entre la vie et la mort, entre les vivants et ceux qui se reposent. 

Comment observer cette nature ? 

Grâce à l’observation flottante, les visiteurs ont été mes guides. Je me suis souvent retrouvée aux mêmes endroits, empruntant les mêmes chemins, aux mêmes intersections. Je suis même persuadée que cette technique m’a écarté de certaines zones. Il me paraissait plus stratégique d’agir ainsi, en trois visites j’aurais le temps de quadriller une bonne partie du cimetière. Ainsi j’ai décidé de ne jamais me servir d’une carte ou d’un plan. Naturellement, j’avais envie de découvrir toutes ces tombes originales, connues, pittoresques, mais je n’y ai pas succombé. Je les ai parfois croisé, mais d’autres resteront un mystère. Ainsi, lors de mes déambulations j’ai observé plusieurs visiteurs assis sur les bancs du cimetière : ceci à attirer mon attention. Une action plutôt banale au premier abord, mais que j’ai essayé de comprendre plus tard. 

Ces bancs revêtent une signification particulière, ils sont là pour que les visiteurs puissent admirer le lieu, admirer les sépultures pourtant il suffit qu’ils se retournent pour admirer la nature, la végétation, les grands arbres. Lors de ma dernière visite je me suis amusée à les compter, en deux heures j’ai croisé une vingtaine de banc et seulement deux personnes qui en profitaient. Ces deux personnes n’étaient pas en train d’observer les sépultures, mais donnaient leur temps à la nature. J’ai trouvé cela très beau. 

Au final, il est difficile de conclure un travail d’observation flottante puisque les réponses ne sont que des interprétations. Il aurait été intéressant de poursuivre ce travail, par des entretiens en recueillant des témoignages qui auraient surement permis une réponse plus précise que les hypothèses que propose mon travail. Comme des visites supplémentaires auraient peut-être étayé ma réflexion. La nature au Père Lachaise semble devenir alliée des sépultures, les recouvrant parfois, et les ornant souvent. La nécropole est pleine de vie, de ses traces et de ses bruits dénotant totalement avec l’esthétique souvent prêtée aux cimetières. Les visiteurs semblent remarquer et apprécier le lieu dans son ambivalence. C’est cette dichotomie précise qui rend le cimetière riche d’une esthétique inédite. 

Une pellicule argentique sur un banc du cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search