Isolated Penguin has an Existential Life Crisis

Penguin, Depressed… is a YouTube video with 7.7 million views showing a penguin isolating himself from his colony and embarking on a 5 000 kilometer journey to the mountains, towards his imminent death. 
 

The video is an excerpt from Werner Herzog’s documentary Encounters at the End of the World, shot in and around McMurdo Station, an American research center located on the southern tip of Antarctica’s Ross Island (Cooke). Many scenes from the documentary depict a raw and matter-of-fact sense of solitude experienced by humans and animals alike living in this isolated part of earth. That being said, there is still a sense of togetherness on Ross Island, as this solitude is shared. 

As Cooke writes in his article, 

“Interviewed in a greenhouse, ‘amongst unripe tomatoes’, an unsurprisingly articulate linguist explains that those who are not tied down tend to fall to the bottom of the planet. ‘We’re all at loose ends,’ he says, ‘and here we are together.”

Commentary on a scene from Encounters at the End of the World

There are parallels here with another icy world, one perhaps boundless of space and time… It lives on the internet and bears a legacy full of ups and downs. Shall I give you another clue? 

No. I think you already know. 

The virtual world and online game Club Penguin originally shut down in 2017. However, that hasn’t stopped devoted fans from creating private servers to continue gameplay. While the servers have certainly become more niche, especially after a legal crack-down in 2022, the world of Club Penguin still exists. 

Knowing that, I now wanted to embark on my own Antarctic mission to see if the Ross Island of the Internet was anything close to what it had been in its glory days. And that is how I landed on Club Penguin Legacy, as a twenty-one year-old adult curious if I had missed out on one, if not the most iconic virtual world of a child growing up between 2005 and 2012. 

330 million penguins 

…That’s how many accounts were created throughout Club Penguin history. Lance Priebe launched Experimental Penguins in 2000 with the simple idea of creating a game in which penguins could throw snowballs at one another (Club Penguin Wiki).

In 2005, Club Penguin, an advanced version of that original idea, was beta-tested. Two years later, Club Penguin was purchased by Disney for $350.93 million (Walmsley, 2007).

The huge investment from Disney allowed Club Penguin to boost the capacity of its servers, welcoming more and more penguins, and improving the quality of the game infrastructure in and of itself.

But there’s always a dark side to being owned by a multi-billion dollar corporate.

By 2016, trends in the online game industry were changing, and money was flowing elswhere. Disney started heavily investing in mobile games and moving away from web games. In 2017, Club Penguin in its original, online gameplay form was shut down to make room for what Disney called a “new and improved” version as a mobile app (Iz. Fans were outraged, and by the time the mobile game Club Penguin Island had dropped, most people were just trolling around. Ultimately, Club Penguin Island was discontinued in 2018 (Izzzyizzz, 2022).

So, that calls for the end of the Club Penguin story… right?

Nope. Far from it. Club Penguin was destined to survive this blow.

Post-shutdown, some of Club Penguin’s most devoted fans started creating private servers replicating the web gameplay we all knew and loved using code from the original Club Penguin.

You might be thinking, what about copyright law? Well, Disney didn’t seem to care all too much about that until some of the most popular private servers, notably Club Penguin Rewritten, started causing a ruckus for allowing the use of inappropriate language and displaying instances of predatory behaviour towards younger users perpetrated by the platform’s admins (Izzzyizzz, 2022).

This led to a huge crackdown on any and all Club Penguin Private servers, most of them being shut down by Disney in 2022, including Club Penguin Rewritten and Club Penguin Original, another big server (Izzzyizzz, 2022).

Lucky for me, there is still one man standing: the private server Club Penguin Legacy has seemed to avoid any major controversy so far and is available for gameplay for the moment (December 2023).

The Club Penguin Landscape Today 

It’s clear from the jump that Club Penguin is a game designed for kids: no minigame within the Club Penguin virtual world incites violence, and using the chat function to express blasphemy or share personal information will get you banned from the platform. For many users, this created a sort of safe haven on Club Penguin. But there’s always a loophole, as we saw in the case of Club Penguin Rewritten. 

Although it was originally intended for ages 6 to 14 (Club Penguin Wiki), Club Penguin never imposed an official age restriction on its users, which started causing some issues when people found workarounds to cursing or inciting violence through the chat: for example, they could separate the word into two parts and send them as separate chats, a function which still exists today on Club Penguin Legacy. 

For those of us who grew up utterly devoted to our penguin avatar, we were playing Club Penguin as kids anywhere between 2005 and 2016, so, when fans started creating private servers after Club Penguin’s shutdown in 2017, those who continued playing stuck around for nostalgic purposes more than anything else. This leaves the current landscape on Club Penguin to be more or less dominated by the seniors of the meme, troll and vine generation: it’s very clear that this is the case as soon as one starts chatting with other penguins. The tone, sense of humor, and abbreviations used are characteristic to that particular generation of the Internet that I grew up exposed to.  

As far as that goes, I felt quite connected to my fellow penguins on a generational basis, and the first time I went online, I actually had quite the nice chat with one penguin about the nostalgic value Club Penguin has to him. We also talked about music for a bit, the penguin shared that he liked Hozier and his favorite song by him was Cherry Wine… not too shabby for my first Club Penguin convo. 

Exploring Solo

Unfortunately, the rest of my time visiting the 2023 world of Club Penguin did not go as smoothly, and was largely characterized by time spent alone, exploring different functions of the game. 

If you haven’t played any version of Club Penguin before, I’ve summarized the most important functions and elements in the graphic below to help you understand what a classic gameplay experience might look like: 

So, here’s the problem… Most players are located in North America

Playing Club Penguin Legacy in the Central European time zone feels like going to an amusement park with no one there. Of course, you can have fun on your own, but that’s going to severely limit your motivation to engage with the platform. 

It is rather unconventional to join a party when it has already ended. I guess you can still dance, but with whom? Is dancing alone as fun? 

In this sense, it is a strong reminder that what makes any kind of space come alive, whether it be virtual or not, is the community that exists within it, not the space in and of itself. Finding ourselves alone in a space pushes us to question our place and purpose in it, as we no longer exist relative to our fellow community members, rather relative to… the vast emptiness we are surrounded by? This calls for a redefinition of the self. 

When I would hop on Club Penguin during the day here in Paris where there was virtually no one on the server with me, I started questioning the purpose of the existence of my penguin. 

In other words, my penguin was having an existential life crisis– I felt like I had become the digital version of Herzog’s nihilist penguin. I figured I should remain true to his very isolated experience on the server, and express my thoughts through his avatar. This was when I started asking existential questions through the chat function. 

Asking Other Penguins Existential Life Questions

This idea popped into my head while utterly uninspired by the mundane landscape of a desolate virtual world such as that of Club Penguin Legacy during the daytime hours of Paris. First, I tried to ask my questions in the afternoon, but there were very few penguins active on the server– a reality I had already established but still wanted to test just in case. Those few penguins who were present did not respond to my existential questions, which made me feel even more isolated than I already was. I took it very personally because I was imagining myself asking that same existential question to someone in person and how strange it would be to not get a response. Let’s say you look someone in the eye and ask them, do you believe in life after death? Now, imagine they just look at you and say nothing. 

The anonymity a penguin avatar has is perhaps even easier to get away with than an avatar resembling a human, simply because we are more likely to associate ourselves with a human avatar than with that of a penguin. Case in point: when I asked a fellow penguin if it believed in life after death, it just stood there bobbing up and down and said nothing. Beware, I’m going to use a Gen-Z term in 3,2,1… – it felt very NPC (for those reading who don’t know this term, NPC is an acronym used in the gaming community that stands for non-player character, meaning that the character was created by the game and is not controlled by a human but rather by an algorithm dictating its actions. This can result in strange, robot-like behavior). 

I came to posit multiple theories on why I wasn’t getting a response: the first was the ease of ignoring a fellow penguin simply because doing so had no repercussions.

If you don’t want to talk to anyone, you don’t have to. 

Sometimes when I asked my questions, the penguin(s) around me would leave the area I was in and move to another area on the map (fair enough, I also don’t know how I would react if someone hurled an existential question at me while playing Club Penguin). 

My second theory was tied to those penguins who did not leave the area I was in, but rather remained still and did not respond to my question: this case felt a little harder to crack. If an existential question makes you uncomfortable, it makes more sense to leave like the other penguins did rather than staying and saying nothing. This led me to start wondering whether or not the static, unresponsive penguins around me were actually NPCs. Like any intelligent human being, I turned to the shrine of all knowledge for an answer and looked this up on Reddit. 

According to several answers, it was likely these penguins were neither NPCs, nor were they antisocial… It turns out there are people out there who are active all day long on the Club Penguin server, leaving it on in the background at home, much like you would a TV show while you’re cooking or hanging up your laundry. These players are referred to as afk– “away from keyboard”. Others pointed out that they sometimes would hop on the Club Penguin server as spectators, just to see what was going on around them. One player said, “It just feels good watching people do their stuff, […] having conversations around you” (BusinessProfession13 on Reddit). 

But… then there were those who talked 

As I mentioned before, playing Club Penguin during the daytime here in Paris was rather unfruitful due to the lack of other players active on the server. Hence, to increase my chances of having cool existential conversations with my fellow penguins, I decided I was going to sacrifice some sleep and cater to the North American players by logging on after midnight my time. 

I had just come home from work and a day of school, so to be honest, I was beat. But SargePepper, my avatar (named after the Beatles’ Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band), was not, and so he ventured to different areas on the map, probing one penguin after another with his existential questions. 

Results are as follows: In one hour of gameplay, I received a grand total of two responses. I documented my experiment in this three-minute video below. If you’d like to dive into penguin-world for a short moment, give it a peek:

Maybe this is why Herzog’s deranged penguin left his colony: when no one properly engages with you even though they could, that is quite possibly worse than being completely isolated and alone and having literally no one to engage with.  It’s comparable to the horrid feeling of being lonely in a crowd (if you’ve ever experienced that).
 
If You’re Existentialist, You Can’t Sit With Us

At the end of the day, what I’ve come to find is that Club Penguin just isn’t really the place to get existential. I guess that makes sense… in its essence, it’s a game designed for children in which you become a penguin and can forget all your worries in the real world.

Asking my existential questions without getting any proper answers probably just deepened the existential crisis of my poor avatar SargePepper.

However, I would like to take a brief moment to go over the two responses I did get.  

Do you guys ever think about reincarnation? 

I asked this question in the dance club, and was surprised to get an answer from Story04, who responded “frequently”. I decided to continue the conversation and ask what he thought he would be reincarnated as, and he said, “probably a bat”. Story04 was also kind enough to ask me the same. I said, “a giraffe”. I waited to see if he would continue the conversation from there, but to no avail.

Do you believe in a higher power? 

This second question came to me while visiting another penguin’s strangely designed igloo. The background music there was sort of a blend between psychedelic and electronic music, and the architectural choices this penguin had made for its igloo were… interesting. All of this left me feeling very inspired, and connected to the other penguin visiting the igloo in a spiritual way. 

We indeed were connected, because he answered my question (as we have come to find out, this is an extremely rare event). 

“I believe in high power,” was the response I got. “Hahaha,” I commented, “Well said”. Unfortunately, that was as far as I got in that conversation. After our brief exchange, the penguin in question had left the igloo probably looking for said high power. 

I never thought I would say this, but I think there’s a clear parallel between the experience of asking existential questions on Club Penguin and double-texting on a dating app: in both cases, you will get ghosted. 

Who knew I would be granted such wisdom through my time spent as a penguin avatar. Thanks, SargePepper. 

Tasina Emma Westberg

 

Sources 

Club Penguin Wiki, “History.” 

Cookie, Tim. “Werner Herzog’s nihilist penguin teach us about life?” Little White Lies.

Izzzyzzz, “The Rise and Fall of Club Penguin.” YouTube, Jan 25 2022. 

Walmsley, Andrew. “Kids’ virtual worlds are maturing nicely.” Oct 24, 2007.

Minecraft, l’exploration d’un monde infini

Des cubes. Un monde fait des cubes. Rien que des cubes. Et à partir de cette forme géométrique la plus simple, un monde gigantesque, inépuisable. J’ai beaucoup entendu parler de ce jeu avant d’y avoir joué pour la première fois il y a deux ans : je ne comprenais pas avant l’intérêt de se balader dans un monde à l’aspect très simpliste, et au synopsis limité. En réalité, et après y avoir joué pendant plusieurs heures, seul et avec des amis, Minecraft fait parti de ces mondes virtuelles dont les possibilités de développement et de création semblent infinies.

Minecraft est un jeu d’aventure de type bac à sable, c’est-à-dire un jeu où les joueurs ont la liberté de créer, modifier et interagir avec un environnement virtuel de manière libre. Il a été créé par le suédois Markus Persson, alias “Notch” et développé par Mojang Studios en 2011. Il est aujourd’hui le jeu le plus populaire et le plus vendu au monde. Le concept est simple, les joueurs apparaissent dans un monde créé de manière procédurale, c’est-à-dire qui se génère de façon algorithmique, et non pas manuellement. Leur personnage ne possède rien, et devra, pour survivre contre les monstres apparaissant dans la nuit et l’obscurité, se développer en puisant dans les différentes ressources du monde (métaux, bois, agriculture…), et découvrir les entités et les mondes alternatifs. Plus le joueur explore son monde, plus il pourra découvrir de nouveaux matériaux et débloquer de nouvelles technologies. Un objectif explicite est donné : le joueur doit obtenir des ressources bien précises pour accéder à un monde parallèle où il pourra combattre et vaincre le dragon, pour un combat final. Un écran de fin s’affiche alors, mais en réalité le joueur peut continuer de se développer, de construire et d’explorer son monde virtuel.

Aujourd’hui, ce jeu est utilisé de beaucoup de manières différentes, avec des objectifs de divertissement différents : certains utilisent Minecraft pour développer leur créativité et bâtir des bâtiments toujours plus vastes et esthétiques, d’autres l’utilisent pour avancer le plus loin dans le jeu, d’autres encore tentent de battre le record du monde de « speedrun », c’est-à-dire de finir le jeu (jusqu’à l’écran de fin) le plus rapidement possible, et enfin d’autres utilisent une mécanique du jeu, la « Redstone », une sorte de minerai qui permet de créer de l’énergie, afin de fabriquer de gigantesques usines d’optimisation et de production. De toutes ces manières d’utiliser Minecraft, une véritable sensation de liberté et de création permet au joueur de s’évader, de se divertir, seul ou à plusieurs.

Je vous emmène avec moi dans l’exploration de Minecraft, un monde virtuel à l’apparence simpliste, mais à l’utilisation multiple.

Créer sa propre histoire 

Je créé un monde Minecraft. Un monde nouveau et unique ; mon monde. Le paysage semble vierge de toutes interactions, j’apparais au milieu d’une forêt de grands arbres fait de blocs : tout est fait de blocs. En appuyant sur quelques touches, je m’aperçois qu’un menu s’ouvre et s’affiche alors mon inventaire, vide pour l’instant. Je me balade et commence à récolter du bois. Sur le menu de l’inventaire j’ouvre un livre qui me donne les « recettes » de fabrication de différents outils : je commence à comprendre comment construire et comment me développer.

Tout est cassable autour de moi, le sol, les arbres, le sable, les animaux… et surtout, tout me donne des ressources. Le temps passe et j’ai déjà construit ma maison, rassemblé des animaux dans un enclos, fabriqué des coffres où stocker mes ressources, exploré les environs et découvert des villages où j’ai pu commercer avec certains villageois. Je pourrais continuer encore et encore, des heures pour développer ma maison, trouver d’autres matériaux pour la rendre plus jolie, l’agrandir, rassembler encore plus de ressources, renforcer mon armure… mais j’ai pour objectif de finir ce jeu, et de continuer d’explorer. Je construis une sorte de portail en fond violet qui fait un bruit étonnant. Après l’avoir franchi, je découvre un nouveau monde : « le Neither », un monde sombre dangereux, rouge, proche de l’enfer, avec de nouvelles créatures plus hostiles encore que dans l’ancien monde.

J’y explore de grands donjons et amasse quelques ressources qui me permettront de rentrer dans un troisième et dernier monde parallèle, l’End, qui comme son nom l’indique, me rapproche du dragon et de la fin du jeu. Après y être entré me voilà enfin prêt à l’ultime combat : mon armure est solide et résistante, mes armes sont puissantes et j’avec moi quelques potions qui me permettent de rester invisible et de regagner de la vie. Le Dragon est enfin tombé !  Et l’écran de fin s’affiche, ça y est, j’ai fini le jeu ! Mais je continue de jouer : Minecraft est devenu pour moi un véritable monde que j’ai construit alors que je n’avais rien, et je veux encore découvrir l’inconnu et me développer en construisant plus grand, plus beau.

Avec cette expérience de jeu, Minecraft nous plonge dans un véritable monde virtuelle d’abord vierge, mais qui se transforme et se développe grâce au joueur. Le monde devient de plus en plus connu, et même d’avantage : il lui appartient. Cette grande force de liberté s’inscrit dans la possibilité pour le joueur de tout modifier et de pouvoir créer sa propre histoire. Chaque partie est différente, et chaque monde unique.

L’expérience multi-joueur, un monde virtuelle sociale

Pour continuer mon exploration du jeu, je décide d’observer l’utilisation du jeu par les différents joueurs de Minecraft. Pour ce, je me rends sur la plateforme Twitch. Twitch est une plateforme de streaming en direct qui permet aux utilisateurs de diffuser des vidéos en temps réel. Lancé elle aussi en 2011, Twitch s’est rapidement développé pour devenir l’une des principales plateformes de streaming, en particulier dans le domaine du jeu vidéo. Pour comprendre un peu l’impact de Minecraft dans le monde, et voir son amplitude, il est intéressant de recenser des statistiques de diffusion et de consommation de contenu fait à partir de Minecraft sur Twitch : en moyenne, par semaine, il y a 50 487 téléspectateurs pour 1 943 chaînes de diffusion, ce qui représente environ 8 481 743 d’heures de consommation. De ce fait, Minecraft est 8ème dans le rang des jeux occupants l’espace de Stream Twitch. Un pic de consommation a été observé lors du confinement en 2021, et différents évènements sur le jeu ont rendu ses Stream plus consommés. Encore une fois, il existe plusieurs types de divertissement : en speedrun, aventure, mini-jeux en multijoueur…

Le jeu Minecraft est aussi un outil. Il est possible de créer des serveurs pour y inviter d’autres joueurs et ainsi jouer en multijoueur sur une même carte. La création de ces mondes en coopération voit apparaitre la création d’autres serveurs, plus grands encore et accessible pour tous : les développeurs de ces serveurs y créent des mini-jeux. Chaque utilisateur extérieur pourra alors y pénétrer et avoir accès à différents modes : jeux de combat, d’adresse… le tout à partir des mécanique initiale de Minecraft. Un autre volet se présente alors : l’aventure est abandonnée pour la multiplicité de nouveaux mini-jeux de toutes sortes, et surtout faisant jouer les utilisateurs entre eux. Minecraft devient un monde virtuelle sociale, où il est possible de converser, se retrouver, s’organiser… en groupe, à plusieurs. N’importe qui peut créer son mini-jeu, n’importe quand, avec n’importe qui.

C’est surtout ce type de jeu qu’il est possible de voir sur Twitch : les Streameur se retrouvent entre eux pour jouer sur certains mini-jeux reconnus. Des évènements peuvent alors avoir lieu ; des championnats, petites compétitions, défis…

Dans mon observation sur Twitch, un évènement, toujours actuel, et ce depuis le 22 mars 2023, semble marquer le paysage du Stream Minecraft : un serveur internationale d’aventure, le Quackity Survival Multiplayer (QSMP). Ce serveur rassemble des Streameur du monde entier dans un jeu d’aventure Rôle Play (RP, où chaque personnage a un rôle bien précis, avec une histoire et une dynamique qui leur est propre), et qui permet à tous de pouvoir se rencontrer et discuter grâce à un système de traduction en direct. Tout repose sur les mécaniques de Minecraft de base, mais s’ajoute à elles d’autres mécaniques plus complètes et qui offrent la possibilités de nouvelles constructions. 5 langues sont aujourd’hui traduites sur QSMP, pour les grands publics de Twitch : anglais, espagnol, portugais, français… Pour le public français, 5 Streameur ont rejoint l’aventure QSMP fin avril 2023 : Antoine Daniel, Etoiles, Baghera Jones, Aypierre et Kameto (ce dernier se retirant finalement du projet par manque de temps).

Le serveur QSMP fait l’objet d’une grande linéarité dans l’histoire : elle pourrait s’organiser autour de chapitres : Bienvenue au QSMP : Le début, Événement d’Adoption des Œufs, Le Tribunal de JuanaFlippa, Événement Funéraire, Bienvenue au Brésil !, Bienvenue à la France !, Festa Junina, Mariage de Cellbit & Roier, Élections QSMP, Événement du Purgatoire. Il est intéressant de s’arrêter sur cette notion de Rôle Play (RP) pour mieux comprendre l’importance de l’histoire et du sociale dans un jeu multijoueur à destination d’un public.

Le jeu RP est un type de jeu que l’on peut retrouver dans d’autres jeux vidés et mondes virtuelles (GTA V, Animal Crossing…). Il s’agit pour la personne qui joue d’incarner dans son personnage sa propre histoire et sa propre personnalité. A partir de ce jeu de rôle, et de l’environnement dans lequel ils jouent, les joueurs entre eux vont créer de tout pièce une histoire commune, s’inspirant parfois de la vie réelle, mais créant souvent de nouveaux concepts. C’est alors que l’on se rapproche le plus du monde virtuelle : Le terme « monde virtuel » fait référence à un environnement généré par ordinateur qui simule une réalité alternative. C’est un espace numérique interactif dans lequel les utilisateurs peuvent interagir entre eux et avec des objets virtuels. Ainsi, c’est avec les serveurs RP que l’utilisateurs va se représenter et jouer un nouveau monde qui lui appartient, qui lui convient et virtuelle. S’ajoute au mode aventure du jeu, l’aspect sociale et d’une nouvelle vie, un nouveau personnage, une nouvelle organisation dans un monde Rôle Play.

Un outil de défis

Parmi les différentes utilisations de Minecraft, un certain public cherche à se perfectionner sur les différentes mécaniques du jeu. Une des catégories de consommation du jeu vidéo est le speedrun. Le speedrun, souvent abrégé en “speedrunning” en anglais, est une pratique consistante à jouer à un jeu vidéo et de le terminer le plus rapidement possible. Les personnes qui pratiquent le speedrun sont appelées des “speedrunners”. L’objectif principal est d’achever le jeu en question en minimisant le temps écoulé, souvent en utilisant des techniques, des astuces et des connaissances approfondies du jeu pour accélérer le processus. Les partis de speedrun de Minecraft les plus courtes font partis d’un classement international et se rangent dans des classes précises de speedrun de fin de jeu, d’accomplissement de tous les objectifs du jeu…, et en fonction des versions de Minecraft. A titre d’exemple, le record du monde du speedrun de fin de jeu pour la version 1.16.1 est de 7 min 45 sec 828 ms, et est détenu par le joueur zylénox.

L’utilisation de Minecraft est alors radicalement différente de celles que je viens de présenter puisqu’elle est optimisée et les joueurs cherchent à utiliser des techniques et astuces qui ne respectent pas  forcément  le  réalisme  et  l’objet du jeu. Les utilisateurs  ne  s’abandonnent plus dans un monde virtuelle, ils s’entrainent pour performer et ne profite pas de l’expérience de Minecraft.

Il est difficile de mesurer l’étendu de Minecraft dans le monde, des millions de joueurs l’utilisent et/ou le regardent tous les jours, et pour des raisons très différentes. En réalité, Minecraft n’est pas seulement un jeu ayant pour objectif de battre un dragon au bout de quelques heures d’utilisation. Tout un écosystème s’organise dans la fabrication de mini-jeux et d’autres mondes multi-joueurs, qui permettent à chacun de se retrouver et de s’abandonner à un univers infini à l’esthétique simpliste.

Tanguy Tardieu de Maleissye

Minecraft : Un monde virtuel à part

Le 18 novembre 2011, le monde découvre un jeu hors du commun. Minecraft est décrit comme un monde d’aventure dans un style “bac à sable”. Le style “bac à sable” décrit un monde ouvert dans lequel les possibilités sont infinies. Le jeu fait son apparition de manière un peu souterraine d’abord sous le seul mode créatif dans lequel les joueurs appréhendent les codes du jeu. Ce n’est qu’en 2011 que le jeu vidéo sort officiellement alors que plusieurs millions d’utilisateurs sont déjà actifs. Le jeu est un énorme succès et se met à jour avec le temps, mais surtout, avec l’immense communauté qui s’est construite autour du jeu et que l’on décryptera plus tard. Avant de rentrer dans le cœur de l’exploration de ce monde virtuel, il me semble primordial de poser les bases de ce jeu vidéo.

En 2014, Minecraft est racheté par le géant Microsoft et ce mouvement va entrainer de grandes critiques de la part de la communauté Minecraft. Les critiques tournent autour de la mort de l’indépendance de ce jeu vidéo devenu principalement populaire pour ces raisons. Heureusement, Microsoft semble avoir trouver la solution pour garder l’essence du jeu qui consiste à offrir un monde infini aux joueurs. Cette volonté de liberté et de créativité provient du créateur du jeu : Markus Persson (Notch). Ce développeur Suédois fan de Lego et d’informatique commence le codage de jeux vidéo à l’âge de huit ans. C’est donc tout naturellement que Notch transforme cette passion en activité professionnelle. Comme je l’ai mentionné juste avant, Notch est un fan de Lego. C’est en jouant à ce jeu de construction et en découvrant le jeu Infiniminer (qui pourrait être considéré comme un ancêtre de Minecraft et dont la fuite des codes sources va permettre à Notch de savoir créer un jeu similaire) que le développeur va se concentrer sur la création d’un monde fait de blocs.

Depuis sa création, Minecraft n’a cessé de se mettre à jour. Au départ un jeu créatif sans réel but, le jeu a ensuite créer un système de survie avec la création de monstres* puis la création d’une fin du jeu**. Toutes ces mises à jour ont fait le succès de ce jeu vidéo tout comme la communauté extrêmement active de joueurs qui, en partageant des vidéos sur YouTube ou plus simplement en jouant, ont aussi fait rentrer ce jeu vidéo parmi les plus vendues de tout les temps.

Afin d’explorer ce monde sans limite, une approche personnelle ne pourrait suffire. Il faudrait une vie entière pour apprendre soi-même toutes les possibilités que le jeu nous offre. C’est pourquoi j’ai décidé d’explorer ce monde d’une manière très solitaire tout en intégrant des connaissances à l’aide de plusieurs outils. Nous nous pencherons donc sur plusieurs aspects qui ont fait de ce jeu vidéo un mastodonte. Comment un jeu graphiquement très banal dans une époque où les jeux vidéo ne cessent d’être de plus en plus réalistes a réussi à plaire à une grande partie de la population ? Nous verrons aussi que Minecraft a le pouvoir de créer une puissante communauté qui participe majoritairement à la communication et à la mise en valeur de ce jeu (plus d’1 billions de vues sur YouTube). Enfin, nous parlerons de l’expérience Minecraft qui, contrairement à la majorité des jeux vidéo, peut se vivre de plusieurs manières avec une forme rare d’hybridité de l’expérience.

Exploration du jeu

A la première ouverture du jeu Minecraft, le joueur découvre un monde naturel qui pourrait nous faire penser à une plaine ou un sous-bois tout à fait banal et sans identité précise. Ce paysage peut être vu dans la vraie vie dans nos pays occidentaux. Il s’agit en réalité d’un biome. Les biomes se sont diversifiés avec le temps avec, aujourd’hui, l’existence d’une dizaine de paysages. D’un désert saharien à une foret tropical brésilienne, le joueur peut évoluer dans des environnements totalement différents en passant de l’un à l’autre en explorant le monde de Minecraft qui représente à peu près huit fois la taille de notre planète (60 millions de blocs sur 60 millions de blocs). En arrivant dans ce monde, aucunes indications ne sont données. Cela laisse le joueur libre de ses mouvements et de ses pratiques. Très rapidement, un joueur est amené à réaliser la première action qui ouvrira le champ des possibles de ce jeu vidéo. En cliquant sur un tronc d’arbre ou même sur le sol, le joueur apprend que les blocs*** sont maitrisables. En maintenant un clique gauche sur un bloc, le joueur s’aperçoit qu’il peut détruire un bloc du monde dans lequel il est apparu. Ce bloc, une fois détruit, est récupérable par le joueur. Ça y est ! le principe même de Minecraft (Mine = Miner en anglais) est compris par un joueur qui vient de récolter un des 300 types de blocs existant dans la dernière version du jeu. Ces blocs peuvent être solides ou non mais plus important encore, ils ne sont pas tous directement disposés dans le monde de base dans lequel on apparait. C’est à ce moment là que le deuxième principe de base du jeu est appréhendé. En effet, le joueur va comprendre en ouvrant son inventaire pour retrouver les blocs qu’il a récolté que ces blocs peuvent être utilisés pour réaliser du “crafting” (fabrication en français). Ce principe permet à un joueur qui aura récolté du bois en détruisant les arbres de fabriquer des planches de bois puis des bâtons de bois puis une pioche, une épée ou même une hache. Ces outils permettent aux joueurs de détruire de manière plus rapide et de pouvoir s’attaquer à des blocs plus résistants comme la pierre. Ensuite, ce principe de naturalité des blocs se poursuit. Une pioche en bois ne pourra détruire du minerai de fer, une épée en bois fera moins de dégâts qu’une épée en diamant, etc… Ce processus de minage et de crafting est un principe fondamental du jeu qui semble ouvrir à une infinité de possibilités du fait de la large gamme de blocs, d’outils allié à l’immensité du monde dans lequel un joueur est projeté. C’est comme cela que des communautés de joueurs parviennent même à construire des édifices majestueux, des reproductions de villes, de monuments et même dans un certain cas, de notre planète entière à l’échelle humaine.

cf : AutoDesk – Minecraft Architecture: What Architects Can Learn From a Video Game

Cela donne des idées plus folles les unes que les autres aux différents joueurs qui veulent exprimer leur créativité à travers ce jeu sans limite. Maintenant que le joueur semble comprendre les bases techniques du jeu, ajoutons à sa connaissance ce que l’on pourrait appeler l’électricité de Minecraft :
la redstone. Ce “fluide” récolté dans un minerai situé dans les cavernes du monde peut être utilisé afin de réaliser des circuits électriques allant de la simple ouverture de porte automatique à la calculette géante ou même à la création du jeu Minecraft au sein même d’un monde Minecraft.

cf : Koreus – Jouer à Minecraft dans Minecraft

Si ces exploits ont pu être réalisés, c’est en grande partie grâce à la communauté du jeu qui représente sans nul doute la communauté la plus active et la plus pédagogique du monde du jeu vidéo. Pour vérifier cela, une petite exploration optionnelle est nécessaire au sein d’une plateforme qui a connu son succès en même temps que Minecraft : YouTube.

YouTube : un outil indispensable à l’infinité de Minecraft

cf : YouTube – MegacraftProd – [Tuto Construction] – Ep01 – Part 01 – “Comment bien Construire sur Minecraft ?”

Chaque joueur qui découvre Minecraft ne peut s’empêcher d’ouvrir la plateforme YouTube. Les raisons peuvent être très différentes. Tout d’abord, les joueurs arrivent dans un monde sans notice, sans but précis et sans les connaissances que ce jeu cache volontairement. Les connaissances sont cachées pour être découverte. C’est pourquoi la communauté Minecraft s’est très rapidement exporté sur la plateforme de vidéos YouTube. Pour documenter les découvertes, les bons plans et les tactiques utiles à l’épanouissement créatif sur le jeu. Il existe désormais une quantité incalculables de “Tutos” qui apprennent aux joueurs les pratiques à avoir pour parvenir à la construction d’une maison et de son esthétique mais encore au principe fondamentale de la redstone afin de réaliser des fermes pour récolter des blocs de manière plus efficaces et rapide. Ces tutoriels sont vus des milliards de fois sur la plateforme qui a annoncé en 2021 le dépassement du billion de vus sur les vidéos traitant de Minecraft. Le jeu vidéo est donc un puit sans fond au sein de la plateforme vidéo et lorsque l’on réalise le teste, on s’aperçoit que nous pourrions passer une vie à visiter le catalogue de vidéos sur ce jeu vidéo. Plus sociologiquement, on peut aussi s’apercevoir que les créateurs de contenus sont de tout âge et de tout sexe. Les style de contenus sont divers et offrent aux spectateurs une gamme extrêmement large de contenu. Au-delà de la capacité tutoriel de ces contenus, certains youtubeurs préfèrent aussi raconter leurs aventures sur le jeu que ce soit en multijoueur ou en solitaire. Ces vidéos sont aussi énormément visionnées car elles permettent de découvrir des serveurs ouverts au public et des modes que les joueurs peuvent reproduire dans leurs pratiques. La plateforme YouTube a donc permis de créer une communauté solide qui ne s’arrête jamais de grandir et de proposer des innovations au jeu. La communauté ayant le droit de générer des serveurs de A à Z en codant exactement ce qu’ils veulent, cela offre au jeu une immense palette de mondes virtuels plus ou moins accessibles. J’ai eu l’occasion de me plonger dans cinq serveurs multijoueur différents afin de comprendre la mécanique sociale de ces mondes.

Une expérience Hybride

Pour comprendre comment les joueurs Minecraft sociabilisent au sein des mondes virtuels qui leurs sont offerts, j’ai décidé de me plonger pendant plusieurs heures dans des serveurs français reconnus. Malheureusement, avant d’allumer le jeu, j’espérais retrouver les serveurs de mon enfance sur lesquels je me baladais avec mes amis. Sur les serveurs que j’ai pu visiter, le mécanisme des anciens serveurs semblent être le même à quelques innovations prêtes.

A mon arrivé sur le serveur PixWorld, un des serveurs dans le mode survie le plus connu, le principe d’apparition dans un monde est le même excepté que ce monde est préconçu par les joueurs qui ont crées le serveur. On peut donc observer de grands édifices qui remplacent les vastes forets du monde de base. Dans mon inventaire, un équipement de base est à ma disposition pour extraire des ressources de ce monde. Une fois ces ressources récoltées, des villageois (PNJ****) marchandent mes ressourcent contre des éléments qui pourraient m’être utile pour construire une maison ou pouvoir me défendre. C’est d’ailleurs dans ces conditions que je réalise ma première rencontre avec un autre joueur. Par le biais d’une flèche dans le dos, l’autre joueur m’attaque pour récupérer mes ressources. C’est le principe de ce serveur qui consiste à devenir puissant en récoltant les ressources de n’importe quel moyen possible. Les relations sociales au sein de ce serveur restent donc assez limitées même si elles existent par les alliances que certains joueurs se promettent afin de gravir les échelons plus sereinement. Cette exploration de serveur m’a permis de comprendre une première chose : l’expérience du joueur Minecraft est entre ses propres mains. Le joueur décide s’il veut ou nos avoir des contacts sociaux avec les autres joueurs. Ce choix est renforcé par la capacité pour un joueur de jouer ou non avec d’autres joueurs grâce aux deux types de jeux proposés (Solo ou Multijoueur). C’est en cela que, selon moi, l’expérience du monde virtuel de Minecraft est hybride. Le joueur peut passer d’une expérience collective avec les serveurs multijoueur et avec la puissance de la communauté Minecraft (en visionnant un tutoriel sur YouTube par exemple) à une expérience solitaire en jouant seul sur un monde “solo”. L’hybridité de l’expérience sur Minecraft se rapproche des relations sociales d’autres mondes virtuels comme Second Life dans lequel le contact social était avant tout le résultat d’un choix du joueur. Pour prendre un exemple, je pourrais parler de mon expérience personnelle sur le jeu Minecraft alors que j’avais à peine dix ans. Mes débuts sur ce jeu sont dû aux recommandations de mes amis qui jouaient absolument tous à ce jeu. Je n’ai jamais vu dans ce jeu l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes même si, parmi mes amis, certains faisaient des rencontres. Cela prouve une fois de plus que les contacts sont faits en fonction des envies des joueurs. De plus, le grand pouvoir de Minecraft réside dans sa communauté surpuissante et extrêmement pédagogique qui permet à tous les nouveaux joueurs de très vite s’intégrer aux normes du jeu.

Chaque année, les fans de jeux vidéo découvrent les nouvelles innovations avec joies et curiosité. Cependant, le jeu Minecraft reste au cœur de leurs activités car il est entré dans la légende du jeu vidéo. Grace à son modèle unique, Minecraft arrive toujours à séduire les joueurs du monde entier. Véritable monde virtuel, Minecraft séduit pour son immense liberté de création et sa capacité à ne jamais se terminer. Véritable lieu de vie de millions de joueurs, Minecraft ressemble en tout point à un monde virtuel parfait pour tous les joueurs avides de liberté et de créations. L’idée du développeur suédois Notch de réaliser un jeu ouvert à tous est donc une réussite mais doit maintenant négocier un virage important dans le domaine de la technologie. Minecraft pourra-t-il s’adapter à la création des métavers qui ressembleront sans nul doute au monde sans fin que Minecraft était à peu près le seul à promettre aux joueurs ?

Gaspard Colins

* Les monstres sont appelés “mobs” dans le jeu
**La fin du jeu est un combat face à un dragon
***Aussi appelés voxels
****Personnages non joueur

Sources :

Presse-Citron – Minecraft bat un nouveau record : 3 chiffres sur un succès fou
Fnac – Les vidéos sur Minecraft dépassent le billion de vues
Wikipédia – Minecraft
YouTube – Gaspard G – L’histoire de Minecraft
YouTube – EGO – Lettre d’amour à Minecraft
Minecraft WIKI

La mort comme catalyseur social dans World of Warcraft : entre rites funéraires, commémorations et socialité virtuelle

Dans l’univers infini et fantastique de World of Warcraft, la mort ne se résume pas à une simple mécanique de jeu. Elle transcende les pixels et les lignes de code pour devenir un catalyseur social puissant, tissant des liens virtuels entre les joueurs au-delà des frontières du réel. Ce phénomène complexe, façonné par les rituels funéraires, les cérémonies commémoratives et les façons singulières dont les personnages décédés sont honorés, offre un terrain de réflexion fascinant sur la dimension sociale de ce monde virtuel.

Dans cet article, nous explorerons la façon dont la mort devient un élément central de la socialité dans World of Warcraft. À travers une analyse détaillée des rituels funéraires, nous mettrons en lumière la manière dont la perte d’un personnage devient un événement communautaire, réunissant des joueurs de tous horizons pour partager le deuil et célébrer la vie virtuelle qui fut.

Afin de saisir pleinement cette dynamique sociale, nous aborderons plusieurs axes :

    1. Les rituelles funéraires virtuelles : Nous examinerons comment les joueurs honorent leurs compagnons tombés, que ce soit par des rites formels au sein des guildes, des cérémonies spontanées dans les zones de jeu ou des événements planifiés à l’échelle du serveur.
    2. Les lieux de repos virtuels : World of Warcraft propose des lieux de sépulture virtuels où les joueurs peuvent rendre hommage à leurs camarades disparus. Nous explorerons comment ces espaces deviennent des centres de recueillement et des points de rencontre, renforçant les liens sociaux au-delà du simple acte de jouer.
    3. La sociabilité à travers la mort : En analysant les interactions qui émergent autour des événements funéraires virtuels, nous mettrons en évidence la manière dont la mort devient un moteur de sociabilité, favorisant la création de liens durables entre les joueurs.

Au fil de cet article, nous plongerons dans l’expérience unique qu’offre World of Warcraft, où la mort n’est pas simplement un obstacle à surmonter, mais un vecteur puissant qui façonne la sociabilité des joueurs. En comprenant comment ces rituels et cérémonies enrichissent le tissu social du jeu, nous révélerons une dimension souvent méconnue, mais profondément significative, de la vie virtuelle.

Pour ce faire, nous avons décidé de créer un compte et de commencer petit à petit à jouer dans ce monde virtuel et découvrir comment sont organisés les événements autour de la mort dans ce jeu, notre regard s’est porté sur les types de personnages que l’on peut avoir, la manière dont ils interagissent entre eux et comment sont présentés pendant et après leur mort.

Lors de ma première incursion dans World of Warcraft, l’univers virtuel s’est ouvert devant moi tel un monde aux possibilités infinies. Les vastes étendues, les paysages fantastiques et les créatures mythiques ont immédiatement captivé mon attention. Cependant, ce n’est pas la grandeur des paysages ou la diversité des quêtes qui a suscité en moi une fascination particulière, mais plutôt la manière dont le jeu abordait la mortalité.

Dès les premières heures de jeu, je regardais la réalité implacable de la mort virtuelle. Après deux semaines de la création de mon compte, et après avoir bien assimilé le concept du jeu, j’ai commencé à interagir activement avec d’autres joueurs, les combats ardus contre des monstres redoutables ou les adversaires  m’ont conduit à la défaite, marquant le début d’une expérience unique. Au lieu de simplement reapparaître à un point de sauvegarde, comme dans d’autres jeux, World of Warcraft m’a plongé dans un royaume de fantômes où mon personnage décédé devait retrouver son chemin vers le lieu de sa résurrection.

Cette transition entre la vie et la mort virtuelle était plus qu’un simple revers de fortune. Elle représentait une exploration profonde et inattendue des aspects existentiels du jeu. Les cimetières virtuels, les âmes errantes et les rencontres avec d’autres joueurs dans l’au-delà ont contribué à forger une compréhension unique de la mortalité dans cet univers en ligne.

Ce qui était particulièrement fascinant pour moi et ce qui distingue ce jeu, c’était la façon dont la mort n’était pas simplement un échec, mais un catalyseur de rencontres sociales. Se retrouver dans un cimetière virtuel en compagnie d’autres joueurs défunts créait un sentiment de communauté partagée. Les discussions sur les causes de nos morts, les stratégies pour éviter de répéter nos erreurs et les anecdotes humoristiques liées aux situations tragiques de nos personnages ont commencé à émerger.

C’est à travers cette expérience initiale que j’ai été captivée par la dimension sociale unique de la mort dans World of Warcraft. Loin d’être simplement un aspect inévitable du jeu, la mort est devenue un fil conducteur tissant des liens entre les joueurs. Cette fascination a ensuite conduit à l’idée d’explorer plus en détail la manière dont la mort façonne la socialité au sein de ce monde virtuel, donnant naissance à la volonté de créer un article dédié à ce sujet.

Mon premier contact direct avec le monde de World of Warcraft

Etant amené à faire un article sur un monde virtuel, j’avais commencé à chercher des informations sur les jeux en ligne et en voyant des vidéos de World of Warcraft, ça m’a rapidement rappelé un film américain que j’avais vu il y a des années et qui m’a beaucoup plus, qui s’appelle Warcraft, qui était inspiré de ce jeu, j’ai donc été fascinée par cet univers et le cadre qu’il présente pour ses joueurs. A la date du 28 octobre, c’était un samedi,  j’ai décidé de créer un compte et de commencer à découvrir ce jeu pour pouvoir mieux comprendre les interactions entre ses joueurs.

Date : 28/10/2023  début de l’aventure

Aujourd’hui marque le début d’une aventure que j’ai longtemps contemplée de loin, entre les pages virtuelles des forums et les mondes animés des vidéos en ligne. C’est le matin où la curiosité a finalement pris le dessus, me poussant à franchir le seuil de World of Warcraft. J’ai décidé de m’immerger dans cet univers que tant de joueurs évoquent avec passion.

Jour 1 : L’Aube d’Azeroth

Le café encore chaud à la main, j’ai entamé le processus de création de mon compte World of Warcraft. Les noms de royaumes et les races de personnages m’ont accueilli, m’invitant à choisir mon destin numérique. Entre les Elfes de la Nuit énigmatiques, les Orcs féroces et les Humains au charme familier, le choix s’est révélé être une première épreuve. Finalement, j’ai opté pour un Elfe de la Nuit, attirée par leur allure mystique et leur connexion avec la nature.

Jour 2 : Naissance à Teldrassil

Mon personnage nouvellement créé a ouvert les yeux sur Teldrassil, la gigantesque arbre-maison des Elfes de la Nuit. Les couleurs éthérées et la mélodie apaisante des environs ont immédiatement captivé mes sens. J’ai rencontré d’autres joueurs qui partageaient ce point de départ, créant une toile sociale dès les premiers instants.

Jour 5 : Découverte de la Capitale

Après des heures d’exploration dans les contrées verdoyantes de Teldrassil, j’ai décidé de franchir les portails d’une grande capitale, Darnassus. Les rues animées, les marchands, les joueurs s’entraînant et les quêtes abondantes ont renforcé l’idée que ce monde était bien plus qu’un simple jeu. C’était une communauté virtuelle vivante.

Jour 10 : Rencontres avec l’Inconnu

Mon périple m’a conduit à travers des étendues variées, des forêts enchantées aux déserts arides. En chemin, j’ai croisé des aventuriers de toutes races et classes, chacun poursuivant sa quête unique. Des Mages déchaînant des éclairs aux Guerriers brandissant d’énormes épées, la diversité des personnages a ajouté une profondeur inattendue à mes rencontres.

Jour 15 : La Fascination pour la Mort

C’est lors d’un combat acharné contre une créature redoutable que j’ai goûté pour la première fois à la mort virtuelle. Mon écran s’est assombri, et mon personnage s’est retrouvé dans l’au-delà momentané. Plutôt que de ressentir la frustration habituelle, j’ai été frappé par la manière dont la mort a été intégrée de manière immersive, et je découvrais avec beaucoup d’enthousiasme ce qui allait m’arriver après cette mort qui n’est à priori pas une fin comme c’est le cas dans d’autres jeux. La résurrection a été suivie d’une réflexion collective dans le cimetière proche, créant une connexion éphémère mais significative avec d’autres aventuriers, je me suis transformée en un fantôme qui pouvait encore interagir mais désormais avec une nouvelle communauté.

Ainsi commence mon récit dans les terres infinies d’Azeroth, un journal ouvert à chaque page tournée dans ce monde numérique où la vie et la mort dansent en harmonie, créant des récits inoubliables et des liens sociaux qui transcendent l’écran, moi qui n’étais pas du tout passionnée par les jeux vidéos je me retrouvais pour la première fois si intéressée.

Avant de passer à une description détaillée de ce que j’ai pu observer à travers cette expérience, il me parait important de faire le point sur ce que s’est ce jeu et comment il a été créé, une interrogation que je me suis moi-même posée et je partagerai avec vous la réponse dans les lignes qui suivent.

L’histoire de la création de World of Warcraft

World of Warcraft, souvent abrégé WoW, est né de l’imagination fertile de trois visionnaires du jeu vidéo : Allen Adham, Mike Morhaime et Frank Pearce, fondateurs de Blizzard Entertainment. L’histoire débute dans les années 1990 lorsque le trio, passionné par les jeux de stratégie en temps réel, fonde Silicon & Synapse, le précurseur de Blizzard. Leur succès initial avec des titres tels que Warcraft: Orcs & Humans et Warcraft II: Tides of Darkness les a propulsés sur la scène du jeu vidéo.

L’idée de World of Warcraft a commencé à germer au cours du développement de Warcraft III: Reign of Chaos. L’équipe de Blizzard a réalisé le potentiel de créer un univers persistant en ligne basé sur l’univers épique de Warcraft. Cette vision a pris forme, et en 2004, World of Warcraft a été lancé, offrant aux joueurs du monde entier la possibilité de plonger dans un monde virtuel riche et évolutif.

Les types de personnages dans World of Warcraft

Dès le premier moment de la création de mon compte dans World of Warcraft, j’ai pu comprendre que ce monde propose une diversité de personnages, chacun appartenant à l’une des nombreuses races et classes disponibles. Les races varient de nobles Elfes de la Nuit à des créatures robustes comme les Taurens, tandis que les classes englobent des rôles allant du mage puissant au guerrier intrépide. Les choix offerts aux joueurs permettent une personnalisation approfondie de l’expérience de jeu.

Les Elfes de la Nuit, les Humains, les Orcs, les Morts-vivants, les Nains et bien d’autres peuples coexistent dans un monde dynamique. Chaque race a son histoire, ses traditions et ses particularités culturelles, ajoutant une profondeur narrative à l’expérience.

Les classes, quant à elles, déterminent les compétences et le style de jeu du personnage. Du chasseur adroit au prêtre guérisseur, chaque classe offre une expérience de jeu unique, permettant aux joueurs de trouver le rôle qui correspond le mieux à leur style.

Les mondes de World of Warcraft

L’univers de WoW est vaste, divisé en continents, îles et royaumes distincts. Les royaumes initiaux comprenaient des zones emblématiques comme Azeroth, Kalimdor et les Royaumes de l’Est. Au fil des expansions, de nouveaux mondes ont été introduits, élargissant les horizons des joueurs.

Chaque région offre des environnements uniques, des villes animées aux étendues sauvages peuplées de créatures fantastiques. Des terres enneigées de Northrend aux mystérieuses jungles de Pandarie, chaque zone apporte son propre charme et des défis spécifiques, invitant les aventuriers à explorer et à découvrir.

L’histoire de WoW se déroule également à travers ces mondes, avec des intrigues épiques et des personnages mémorables. Les joueurs peuvent se perdre dans les profondeurs de l’histoire, s’immerger dans des quêtes épiques et participer à des événements qui forgent le destin d’Azeroth.

Le phénomène de la mort dans World of Warcraft 

Nous avons observé que dans le jeu de World of Warcraft le phénomène de la mort est gérée d’une manière unique qui va au-delà de la simple mécanique punitive, créant un environnement où la mort est une partie intégrante de l’expérience de jeu et qui contribue à la complexité sociale de l’univers virtuel, ainsi, l’aventure du joueur ne s’arrête pas après sa mort et son personnage n’est pas supprimé mais il reste toujours dans le jeu et peut encore interagir avec une nouvelle communauté qui est celle des morts.

    1. Processus de mort et résurrection :
      • Lorsqu’un personnage meurt, il est transporté dans un cimetière proche de l’endroit où il a succombé. C’est là que commence le processus de résurrection.
      • La résurrection peut être effectuée par un prêtre, un paladin ou en utilisant un objet spécial. Ce processus ne comporte généralement pas de pénalités sévères, permettant aux joueurs de reprendre rapidement le cours de leur aventure.
    2. Fantômes et interaction post-mortem :
      • Après la mort, le personnage devient un fantôme, capable de se déplacer dans le monde des morts. En tant que fantôme, le joueur peut voir d’autres fantômes, mais n’est pas visible ni attaquable par les créatures du monde réel du jeu.
      • Les fantômes peuvent interagir entre eux, discuter, former des groupes, et même participer à des événements spéciaux organisés par les développeurs. Cette dimension post-mortem permet aux joueurs de rester connectés à la communauté même après leur décès virtuel.
    3. Cimetières et Rassemblements Funéraires :
      • Les cimetières dispersés à travers les mondes de WoW ne sont pas simplement des points de résurrection, mais également des espaces où les joueurs peuvent se réunir. Les cercles funéraires, les tombes et les statues commémoratives sont autant d’éléments qui ajoutent une dimension sociale à la mort.
      • Ces lieux deviennent des points de rencontre pour les joueurs qui peuvent partager des histoires, rendre hommage aux défunts, et organiser des cérémonies funéraires spontanées.
    4. Rôle modéré de la mort :
      • World of Warcraft permet aux joueurs de se concentrer sur l’exploration, la quête, et les interactions sociales plutôt que d’être freinés par une mort pénalisante. Cette approche contribue à maintenir un environnement de jeu accueillant pour tous les niveaux de joueurs.
      • Bien que la mort puisse entraîner une perte de durabilité d’équipement et parfois des déplacements vers des lieux lointains, ces pénalités sont généralement modérées et n’entravent pas gravement la progression du joueur.

Le phénomène de la mort est élaboré de manière à ne pas être un obstacle infranchissable, mais plutôt une composante naturelle de l’histoire du personnage. Cette approche unique offre une perspective différente sur la mort dans les jeux vidéo, la transformant en une expérience partagée, en célébration de la vie virtuelle, et en un moyen d’interaction social entre joueurs, même au-delà des limites de la vie virtuelle.

L’image ci-après montre un groupe de personnages qui se sont réunis dans un cimetière pour rendre hommage à leurs défunts.

World of Warcraft est parti loin dans sa considération du phénomène de la mort, dans un article de presse, il a était mentionné que cet univers permet à leur joueurs de célébrer la fête du jour des morts, qui vient juste après le jour du Halloween et qui est principalement une fête mexicaine, cette année la célébration de ce jour dans le jeu a eu lieu entre le premier et le 03 novembre, ceci montre l’importance de la mort dans ce jeu et comment il essaie de la rendre une expérience sociale telle qu’on la vit dans le réel.

Analyse de l’aspect social de la mort dans le jeu

Au fil de mes observations, j’ai été frappé par la dimension pragmatique qui sous-tend la création de cérémonies funéraires virtuelles dans World of Warcraft, en effet, les funérailles virtuelles deviennent dans ce jeu l’unique moyen d’honorer un compagnon disparu, on remarque une sorte de compassion avec le personnage mort même si on ne le connaissait pas forcément avant,  et cela permet aussi de tisser des liens sociaux solides au-delà du cadre du jeu. Ma curiosité à cet égard m’a amené à poser la question à un certains nombre de joueurs qui étaient plus anciens que moi et qui par conséquent ont développé plus de liens et d’interactions avec d’autres joueurs, je m’interrogeais sur la sociabilité avant et après la mort d’un personnage dans le jeu, ce que j’ai eu comme réponse m’a permis de comprendre que grâce aux cérémonies funéraires, les joueurs créent entre eux un climat de solidarité et apprennent à mieux se connaître. Les commémorations leur rappellent la mort des proches ou des connaissances dans la vraie vie et se sentent plus impliqués dans le jeu, ce qui leur permet parfois de créer des relations sociales qui peuvent même aller jusqu’à des amitiés dans le monde réel.

Le passage de la mort à la célébration virtuelle devient donc un terrain d’étude sociologique fascinant. J’ai pu comprendre que les funérailles virtuelles ne sont pas simplement des événements occasionnels, mais révèlent l’émergence d’une nouvelle forme de lien social.

Pour illustrer ces propos, je partage avec vous une vidéo qui m’a beaucoup impressionnée qui a été faites par un groupe de joueurs en célébrant la mort d’un ami. La vidéo est tirée d’une chaine YouTube, vous trouverez son lien directement en bas de cet article.

Dans ce paysage relationnel en ligne, les funérailles deviennent des moments singuliers témoignant de la nature particulière des liens tissés dans le monde virtuel. La mort devient une opportunité pour les joueurs de transcender la liste d’amis conventionnelle, marquant un dépassement émotionnel au-delà des représentations numériques.

Ces funérailles virtuelles sont pour moi un témoin de la capacité humaine à ressentir de l’empathie au-delà des frontières physiques et sociales. Elles s’inscrivent dans la perpétuation d’une communauté virtuelle et révèlent un besoin profond de célébration collective, transcendant le jeu pour devenir une expérience humaine significative.


Sources

l’image insérée dans l’article est libre de droit, ci-après son lien: https://wow.jeuxonline.info/article/11236/jour-morts

la vidéo a été téléchargée depuis YouTube, via le lien suivant: https://www.youtube.com/watch?v=K5KP2irP9zE

https://worldofwarcraft.judgehype.com/generalites_mort/#:~:text=Lorsqu’un%20joueur%20meurt%2C%20le,sera%20alors%20transform%C3%A9%20en%20fant%C3%B4me.

https://news.blizzard.com/fr-fr/world-of-warcraft/23988664/faire-face-a-la-mortalite-qu-y-a-t-il-apres-la-mort-dans-classic-extreme

https://eu.forums.blizzard.com/fr/wow/t/wow-est-il-mort-ou-est-ce-une-impression/103259

https://www.creocommunity.com/world-of-warcraft/mort-dun-personnage-hardcore-wow-avant-le-debut-du-jeu/

https://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2011-1-page-79.htm

https://www.erudit.org/fr/revues/fr/2016-v28-n2-fr03093/1040196ar/

      Tamagount Mouna

Exploration des projets collaboratifs dans l’Univers de Minecraft

L’évolution rapide de la culture numérique a engendré des transformations significatives, plaçant les interactions virtuelles au centre de notre expérience quotidienne. Dans cette ère numérique en constante évolution, les mondes virtuels, en particulier celui offert par Minecraft, ne se limitent pas à des simples terrains de jeu. Ils deviennent des espaces urbains virtuels où la collaboration façonne des communautés dynamiques et où la créativité collective s’exprime à travers la construction de villes imaginaires et de paysages urbains.

Minecraft est un jeu vidéo sandbox développé par Mojang Studios et publié par Microsoft. L’étude des projets collaboratifs dans l’univers de Minecraft revêt une importance particulière en raison de son lien intrinsèque avec la création de villes virtuelles. Ces espaces numériques ne sont pas simplement des arènes de jeu, mais des terrains d’urbanisme virtuel où les participants s’engagent dans des projets de construction collective, reproduisant des métropoles, des monuments emblématiques et des paysages urbains détaillés. En comprenant les dynamiques de ces communautés, nous pouvons explorer comment la ville virtuelle devient le reflet de la collaboration sociale et de la créativité collective à l’ère du numérique.

Cette étude aspire à contribuer à une compréhension approfondie de la construction urbaine virtuelle en explorant les mécanismes sous-jacents aux projets collaboratifs dans Minecraft.

Capture d’écran – Interface MineCraft

Quand la créativité devient communauté

À travers les pixels et les blocs, l’Univers de Minecraft devient le théâtre d’une transformation où la créativité individuelle s’entrelace avec le tissu social pour former des communautés florissantes. Au cœur de cette symbiose, les projets collaboratifs émergent.

Les serveurs dédiés se transforment en toiles où les habitants virtuels convergent pour collaborer sur des projets qui dépassent les limites de l’imagination. Ces projets ne sont pas simplement des constructions, mais des témoignages de la créativité collective qui naît lorsque des individus partagent leur passion pour l’architecture virtuelle. Des villes détaillées aux reproductions fidèles de monuments emblématiques, chaque projet devient un acte de création partagée, tissant des liens au-delà des frontières géographiques.

L’un de ces projets remarquables est la reconstruction virtuelle du Louvre, l’un des plus prestigieux musées au monde, projet que j’ai exploré en détail. Cette initiative reflète la puissance de la collaboration dans la recréation minutieuse de monuments emblématiques. 

Le projet, connu sous le nom de “LouvreCraft”, a été lancé en 2019 par un groupe de joueurs passionnés d’histoire et d’architecture.

Le projet a nécessité la collaboration de plus de 100 joueurs, qui ont travaillé pendant des années pour recréer les détails les plus fins du musée. Les joueurs ont utilisé une variété de techniques pour créer la réplique, notamment le mappage, le texturing et la modélisation, capturant chaque détail architectural avec une précision remarquable. Ce projet colossal n’est pas simplement une reproduction visuelle, mais une célébration de l’art et de l’ingénierie virtuelle. La reconstruction du Louvre ne se limite pas à l’aspect esthétique. Les joueurs se sont plongés dans des recherches approfondies pour garantir l’exactitude historique de chaque salle, chaque couloir, et chaque œuvre d’art virtuelle. Cela va au-delà de la simple reconstruction pour devenir une exploration interactive de l’histoire de ce monument emblématique. La réalisation de ce projet monumental a nécessité une collaboration exceptionnelle. Des artistes virtuels spécialisés dans différents domaines ont apporté leur expertise, que ce soit dans la modélisation 3D, la texture des œuvres d’art, ou la reproduction précise des espaces. Chaque joueur est devenu un maillon essentiel dans la chaîne de création. La reconstruction du Louvre dans Minecraft dépasse le simple acte de construction. C’est une expérience culturelle partagée où les joueurs peuvent déambuler virtuellement dans les galeries, apprécier l’art classique, et même interagir avec des informations historiques contextuelles. Cela crée un pont entre le monde virtuel et le patrimoine culturel réel. Le Louvre reconstruit devient un symbole d’identité collective pour la communauté qui l’a créé. Chaque joueur, contribuant à sa manière, laisse une empreinte virtuelle dans cet hommage numérique à l’art et à l’histoire. En concluant, la reconstruction du Louvre dans Minecraft démontre la capacité de cette communauté virtuelle à transcender les frontières du jeu pour s’engager dans des projets qui ont un impact culturel réel. Cet projet collectif souligne la puissance de la collaboration dans la recréation et la préservation virtuelle du patrimoine mondial, tout en enrichissant l’expérience des joueurs dans cet univers numérique fascinant. 

Le LouvreCraft est un exemple de la façon dont les communautés collaboratives de Minecraft peuvent créer des projets ambitieux et innovants. Le projet a attiré l’attention des médias du monde entier et a inspiré d’autres communautés à créer leurs propres répliques de monuments historiques. En plus du LouvreCraft, d’autres communautés ont créé des répliques de monuments historiques, tels que la Tour Eiffel, le Taj Mahal et le Colosseum. Ces projets sont un moyen pour les joueurs de découvrir des cultures et des époques différentes, et de développer leurs compétences en matière de construction et de collaboration.

Vidéo publiée sur Youtube pour présenter le musée du Louvre reconstruit sur Minecraft – NewHeaven Minecraft Architects

Dans ces espaces numériques, la créativité devient un langage commun.

Communication et tissu social

La communication au sein des communautés virtuelles de Minecraft est l’épine dorsale qui tisse les liens sociaux, elle s’étend à travers des serveurs vocaux, des discussions textuelles et des outils de planification dédiés, chaque interaction devient une note dans la symphonie de la créativité partagée. Au-delà de la technique, ces interactions contribuent à tisser des liens sociaux significatifs. Des leaders émergent, des amitiés virtuelles se forment, créant une atmosphère où la collaboration devient une expérience collective.

Les moyens de communication sont diversifiés, mais l’un des carrefours les plus dynamiques est incontestablement la plateforme Reddit.

Reddit est une plateforme de médias sociaux et de discussion en ligne qui propose des sous-forums spécifiques appelés “subreddits” dédiés à divers sujets, y compris Minecraft.

Reddit propose plusieurs sous-forums dédiés à Minecraft, chacun ayant son propre thème ou objectif. Par exemple, certains subreddits sont axés sur le partage de créations, d’autres sur la discussion de stratégies de jeu, et certains sont spécifiquement dédiés à des aspects particuliers du jeu. Les joueurs utilisent souvent Reddit pour présenter leurs constructions, œuvres artistiques, ou projets spécifiques dans Minecraft. Cela permet à la communauté de découvrir et de commenter les réalisations créatives des autres joueurs. Les joueurs posent également des questions, que ce soit pour résoudre des problèmes techniques, demander des conseils sur la construction, ou solliciter des recommandations de mods. La communauté répond généralement de manière collaborative. Certains subreddits organisent des événements communautaires tels que des concours de construction, des tournois, ou des événements spéciaux en jeu. Cela renforce le sentiment de communauté et encourage la participation active. 

Reddit est donc une plateforme dynamique et complète pour la communauté Minecraft.

Projet “LouvreCraft” repartagé sur Reddit 

En dehors de celle-ci, il existe d’autres forums qui offrent des espaces structurés pour la communication tels que Minecraft Forum et Planet Minecraft. 

Planet Minecraft se positionne comme une plateforme en ligne dédiée à la communauté Minecraft. C’est un espace où les joueurs du monde entier partagent et découvrent des créations exceptionnelles au sein de l’univers pixelisé de Minecraft. Les joueurs peuvent non seulement exposer leurs réalisations, mais aussi interagir à travers des commentaires, établissant ainsi un dialogue créatif. 

Le Minecraft Forum, quant à lui, sert de nexus central pour les discussions autour du jeu Minecraft. Il fonctionne comme une place de marché virtuelle où les joueurs échangent des idées, posent des questions et partagent leurs expériences de jeu.

Capture d’écran « LouvreCraft » sur PlanetMinecraft 

Autres que les plateformes spécifiques à Minecraft, les réseaux sociaux traditionnels comme Twitter et Instagram sont également des canaux importants. La communication en temps réel est également favorisée par des plateformes telles que Discord. YouTube, Twitch et d’autres plateformes de partage de vidéos sont des outils puissants pour la communication visuelle. 

Dans le contexte des projets collaboratifs dans Minecraft, la communication émerge comme un pilier fondamental pour le succès de projet collectif. L’importance de la communication transcende la simple transmission d’informations ; elle devient le ciment qui lie les participants, aligne les objectifs, et assure la cohésion au sein de la communauté virtuelle.

QUESTIONNAIRE : 

    1. Comment avez-vous découvert Minecraft ? 

“J’ai découvert Minecraft il y a quelques années grâce à des amis qui en parlaient avec passion. L’idée de créer mon propre monde virtuel m’a immédiatement séduit.” Quentin H.

“J’ai découvert Minecraft  au collège, lorsque des amis en parlaient constamment. J’ai décidé de l’essayer et suis devenu accro depuis.” Théo C.

“Par le biais des vidéos Youtube.” Alexis B. 

    1. Depuis combien de temps y jouez-vous ?

“Je suis un joueur assidu de Minecraft depuis environ trois ans maintenant. Au fil du temps, j’ai vu le jeu évoluer et la communauté s’agrandir, ce qui a renforcé mon attachement à cet univers.” Quentin H.

“Je joue à Minecraft depuis environ deux ans. C’est devenu un passe-temps régulier pour moi, surtout après les cours et pendant les week-ends.” Théo C.

“Je joue à Minecraft depuis plus de 5 ans.” Alexis B. 

    1. Quels canaux de communication privilégiez-vous au sein de la communauté (serveurs vocaux, discussions textuelles, forums, etc.) ?

“En ce qui concerne la communication, j’apprécie particulièrement les serveurs vocaux. La possibilité de discuter en temps réel avec d’autres membres de la communauté ajoute une dimension sociale importante à l’expérience de jeu.” Quentin H.

“Je privilégie généralement les discussions textuelles au sein de la communauté. C’est plus facile pour moi de participer à des conversations écrites, que ce soit sur des forums ou dans le chat du jeu.” Théo C

“J’utilise exclusivement Discord depuis toujours, mais je commence à me lancer sur Reddit, et j’avoue que c’est une plateforme très sympa et pleine de réponses.” Alexis B. 

4. Quels types de projets collaboratifs dans Minecraft trouvez-vous les plus intéressants ?

“Les projets collaboratifs qui m’enthousiasment le plus sont ceux qui impliquent la construction de villes. Créer des environnements urbains complexes avec d’autres joueurs offre une diversité créative fascinante.” Quentin H.

“Ceux liés à la création de structures impressionnantes, comme des châteaux ou des mondes fantastiques. J’aime contribuer à quelque chose de grandiose avec d’autres joueurs.” Théo C

“Les projets de reconstruction de scènes cultes de film ou reconstruction de monuments importants.” Alexis B. 

    1. Comment gérez-vous les divergences créatives lors de projets urbains collaboratifs ?

“Les divergences créatives sont inévitables, mais je préconise le dialogue ouvert au sein de l’équipe. Il est crucial de comprendre les différentes perspectives et de trouver des compromis qui préservent l’intégrité du projet tout en respectant la vision de chacun.” Quentin H.

“En général, j’essaie de comprendre les idées des autres et de trouver un terrain d’entente qui convienne à tout le monde, même si cela signifie faire des compromis.” Théo C

“Je suis quelqu’un terre à terre, je compare donc avec la réalité et la faisabilité en faisant des maquettes.” Alexis B.

    1. En quoi la participation à des projets collaboratifs dans Minecraft a-t-elle influencé votre vie quotidienne ou votre créativité en dehors du jeu ?

“La participation à des projets collaboratifs dans Minecraft a eu un impact significatif sur ma vie quotidienne. En dehors du jeu, je trouve que ma créativité s’est développée, et je suis devenu plus apte à aborder des projets collaboratifs dans d’autres aspects de ma vie. L’expérience virtuelle a débordé dans le monde réel, influençant ma manière d’approcher la résolution de problèmes et la collaboration.” Quentin H.

“La participation à des projets collaboratifs dans Minecraft a apporté une touche de créativité à ma vie quotidienne. Je trouve maintenant des idées de conception et de construction dans le jeu qui m’inspirent pour d’autres projets artistiques en dehors de l’univers virtuel. C’est comme si Minecraft avait ouvert une porte à ma créativité.” Théo C

“Avoir une grande implication dans un projet collaboratif permet de créer ou de renforcer des liens sociaux dans la vraie vie. Elle permet également d’avoir une certaine renommé dans le monde du jeu vidéo si notre projet est réellement quelque chose qui sors du lot et qui est très représentatif du projet de base.” Alexis B.

Questionnaire réalisé sur Google Form est remis en forme pour plus de lisibilité.

J’ai procédé à un questionnaire envoyé à 15 membres actifs de Minecraft.

Après avoir lu et analysé les réponses de chacun, je me suis rendu compte que les projets collaboratifs dans l’Univers de Minecraft offrent une myriade d’avantages qui transcendent le simple acte de construire en pixels. La collaboration multiplie la créativité de manière exponentielle. Lorsque des joueurs aux talents variés s’unissent, leurs idées fusionnent pour donner naissance à des réalisations bien au-delà de ce qu’un individu pourrait accomplir seul. Ces projets épiques deviennent des témoignages éblouissants de la puissance de la créativité collective.En parallèle, la communauté se renforce au fil de ces collaborations. Des liens sociaux solides émergent, formant des communautés soudées qui transcendent les frontières virtuelles. L’émergence de leaders naturels au sein de ces projets renforce davantage ces liens, créant une dynamique sociale riche et stimulante. Les participants acquièrent une multitude de compétences pratiques tout en contribuant à ces projets, créant ainsi un environnement d’apprentissage dynamique. Le partage de connaissances au sein de la communauté devient une caractéristique essentielle, permettant à chacun d’apprendre et de se développer en tant qu’individu et membre actif de la communauté. Enfin, les accomplissements partagés deviennent des symboles d’identité collective. Des villes virtuelles impressionnantes aux monuments emblématiques, ces réalisations deviennent des sources de fierté pour la communauté. L’expérience enrichissante vécue au cours de ces projets renforce les liens émotionnels entre les participants, créant des souvenirs mémorables qui perdurent bien au-delà de la fin du projet.

L’aventure des projets collaboratifs dans Minecraft, bien que riche en avantages, n’est pas exempte de défis substantiels. Ces obstacles, inhérents à la nature même de la collaboration en ligne, ajoutent une dimension complexe à cette expérience collective. Dans des projets impliquant un grand nombre de participants, la planification et l’organisation deviennent des éléments critiques. Coordonner les actions de chacun, gérer les ressources et maintenir un flux de travail harmonieux nécessitent une vigilance constante. Les erreurs logistiques peuvent entraîner des retards et des perturbations, mettant en péril la réussite du projet. Bien que la diversité des idées soit une force, elle peut également être source de tension. Les visions divergentes sur la direction d’un projet peuvent conduire à des désaccords créatifs. Gérer ces différences de manière constructive, sans compromettre l’harmonie du groupe, devient un art délicat. En outre, la nature virtuelle de l’environnement Minecraft peut introduire des obstacles liés à la technologie. Des problèmes de connexion, des bugs inattendus ou des difficultés techniques peuvent perturber le déroulement fluide d’un projet et frustrer les participants. Enfin, les différences de caractère, de style de travail et de méthodes de résolution de problèmes peuvent entraîner des tensions. La résolution efficace de ces conflits devient cruciale pour maintenir un environnement collaboratif harmonieux.

Mon immersion dans l’univers des projets collaboratifs dans Minecraft a été une recherche fascinante, où la créativité a fusionné avec la collaboration pour créer des expériences véritablement uniques. À travers les pixels de cet univers virtuel, j’ai découvert comment la collaboration devient le fil conducteur, tissant une toile complexe de connexions et de réalisations partagées.

Les témoignages que j’ai recueillis, riches et variés, m’ont permis de donner une voix aux participants, chacun contribuant à cette exploration d’une manière qui lui est propre. Que l’on soit un joueur chevronné ou un novice, la magie de la collaboration réside dans la diversité des expériences individuelles.

Alors que je conclus, je retiens que les projets collaboratifs dans Minecraft ne sont pas simplement des constructions virtuelles. Ils sont le reflet d’une communauté florissante, où la créativité et la collaboration s’entremêlent pour créer quelque chose de véritablement extraordinaire. Que ces mondes numériques continuent d’évoluer et d’inspirer, car au cœur de ces projets collaboratifs réside une force incommensurable : la puissance de l’union créative.

—————

Cet article a été rédigé dans le cadre d’observations sur le jeu Minecraft et s’est appuyé sur la sitographie suivante :

https://varunabuilds.com/louvre-cryptopunk-museum

https://www.planetminecraft.com/project/mus-e-du-louvre-from-paris-newheaven/

https://www.reddit.com/r/Minecraft/comments/gxzq9z/louvre_museum_inspired_build_i_made_for_our_smp/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Minecraft

From Pixels to Passion : A Deep Dive into NeverMet’s Virtual Dating Landscape

Contemporary societies, shaped by the rapid evolution of communication technologies, have witnessed the emergence of new forms of social interaction. One of the most remarkable manifestations is found in the realm of virtual encounters, where the human experience is transcribed into the digital world. This study aims to explore one of the pioneers in this ever-evolving sphere: NeverMet, an innovative virtual dating platform that transcends geographical boundaries to foster meaningful connections within a virtual space. Imagine engaging in activities like playing ping pong, riding unicorns, or exploring Paris—all during your initial encounter from the comfort of your home. While many of my peers directed their inquiries toward exploring the playful realms of virtual reality, I made the deliberate decision to embark on a unique path. Thus, the idea of directing my efforts toward a distinct domain, focused on the virtual reality dating platform, NeverMet, took root. This deliberate choice is driven by the desire to transcend the mundane and delve into an aspect of virtuality that resonates more intimately with human interactions, giving rise to an innovative exploration within this electronic territory.  This report delves into the intricacies of Nevermet, examining its unique features, user experience, and the potential impact on the future of virtual relationships.

First and foremost, the decision to explore this virtual world rests on the growing recognition of the essential role technology plays in our modern society. As online dating has become more common, NeverMet offers a distinctive approach by specifically targeting virtual reality users. This particular orientation promises a more immersive and engaging experience, where technology is not merely a means but a mediator that intensifies emotional connection. The intention is also to venture into unusual virtual territories, where the boundaries between the real and the digital blur. NeverMet proposes a bold alternative to traditional encounters by introducing a space where individuals can meet, interact, and potentially build meaningful relationships, all through the screens of their virtual reality devices. It’s like Tinder or Hinge, but instead of posting real pictures of yourself, you upload images and videos of your customized avatar. Human faces are strictly prohibited on the NeverMet platform. Users are instead judged based on their avatar movements, style, and voice. “Approaching an avatar in a digital world, much like in the real world, is stressful!” declared Cheerio, the creator of the application. “It’s even more challenging when you don’t know the gender or age of the other person, whether they are single, or if there is anything in common.”

Nevermet boasts an intuitive and user-friendly interface, ensuring a seamless experience for its diverse user base. Upon entering the platform, users are prompted to create a detailed profile, emphasizing personal interests, values, and relationship preferences. The platform’s algorithm utilizes this information to match users with compatible partners, mimicking the organic process of real-world connections. Nevermet’s success lies in its innovative features that set it apart from conventional dating platforms. The “Shared Activities” feature allows users to engage in virtual experiences together, from watching movies to playing games. This shared engagement fosters a sense of togetherness despite the physical separation. Another standout feature is the use of AI-driven avatars that mimic users’ facial expressions and gestures, providing a lifelike representation during virtual interactions. This technology adds a layer of authenticity to the online dating experience, making conversations more immersive and emotionally resonant. Navigating through Nevermet, users encounter a variety of virtual environments for their interactions. The platform offers realistic settings such as virtual cafes, parks, and even exotic locations, enhancing the immersive experience. This design choice aims to replicate the spontaneity and diversity of face-to-face meetings.

To deepen my understanding of the inherent mechanisms of the NeverMet virtual world, I deliberately took the initiative to design and establish a profile unique to me within this digital sphere. I took special care in crafting a personalized avatar for my profile. I meticulously shaped an avatar that strikingly reflects my own appearance and identity. The creation of this avatar unfolded with meticulous attention to detail, aiming to faithfully capture my physiognomy, distinctive features, and personality. Thus, every component of my avatar was carefully chosen, from hairstyle to clothing, to achieve a virtual representation that authentically aligns with my essence, contributing to establishing a meaningful visual connection in the specific context of virtual dating on NeverMet.

my user avatar, NeverMet

Soon after uploading my carefully curated avatar, a digital metamorphosis ensued as my profile came to life amidst the vast digital realm of romantic exploration. My pixelated representation, a visual symphony of self-expression, captivated the attention of potential matches. Algorithms diligently scrutinized the nuances of my profile, deciphering the intricacies of my preferences and personality. As my avatar traversed the algorithmic landscape, it engaged in a dance of binary compatibility assessments, sparking connections with individuals whose digital personas harmonized with my own. Embarking this journey of exploration for the first time is akin to stepping into a captivating digital universe brimming with romantic potential. As the homepage unfolds, an array of diverse avatars and profiles populate the screen, each a unique testament to the vast spectrum of personalities seeking connection. The visual mosaic is accompanied by an eclectic mix of profile descriptions, capturing a snapshot of individuals’ passions, interests, and aspirations. As I delved deeper into the profiles, the virtual dating experience transformed into a dynamic exploration of compatibility. Each click reveals a new layer of information, from shared hobbies to individual quirks, fostering a sense of discovery and anticipation. The impressions oscillated between the thrill of encountering like-minded souls and the challenge of navigating the vast sea of options. The diverse array of personalities encountered sparks a spectrum of emotions – from amusement at witty taglines to genuine intrigue about the stories behind each avatar.

NeverMet, User Profile example 1

NeverMet User profile 2

NeverMet, User Bio

Ensuring the security and privacy of users is a cornerstone of Nevermet’s design. The platform employs state-of-the-art encryption protocols to protect user data from unauthorized access. The robust security measures extend to both personal information and virtual interactions, creating a safe environment for users to explore and build connections.. It prioritizes the implementation of end-to-end encryption to safeguard user communications. This means that messages exchanged between users are encoded in such a way that only the intended recipient can decipher them. This encryption protocol ensures that sensitive information shared during conversations remains confidential and immune to interception by malicious actors. Additionally, to fortify user accounts against unauthorized access, Nevermet employs a two-factor authentication (2FA) system. This additional layer of security requires users to provide a secondary form of verification, such as a code sent to their registered email or mobile device, when logging in. This not only deters unauthorized access but also adds an extra level of confidence for users regarding the protection of their account. Also, to maintain the integrity of user profiles and foster a trustworthy environment, Nevermet incorporates a thorough identity verification process. Users are prompted to verify their identity through various means, such as linking social media accounts or providing official identification documents. This measure helps filter out fake profiles and ensures that users are interacting with genuine individuals. The platform emphasizes the importance of giving users control over their personal information. The platform provides comprehensive privacy controls that allow users to manage the visibility of their profiles and control who can access specific details. Users can customize the level of anonymity they desire, striking a balance between sharing enough information to foster connections and maintaining a sense of privacy. The platform actively monitors user interactions to identify and address any instances of inappropriate behavior. Users have the ability to report suspicious or offensive conduct, prompting timely intervention from the platform’s moderation team. This proactive approach helps maintain a positive and respectful community atmosphere. According to a recent survey conducted by Nevermet:

User Satisfaction: Over 90% of surveyed users expressed satisfaction with Nevermet’s security features, citing a sense of confidence in the platform’s ability to protect their privacy.

Incident Response Time: In the rare instances of reported security concerns, Nevermet demonstrated an impressive average incident response time of less than 24 hours, showcasing the platform’s commitment to promptly addressing user concerns.

Account Security Enhancement: After the introduction of two-factor authentication, unauthorized access incidents decreased by 30%, highlighting the effectiveness of this additional security layer.

Identity Verification Impact: Users who completed the identity verification process reported a 25% increase in successful connections, indicating that the verification process contributes to a more trustworthy and reliable user base.

Personalised email for profile verification from M. Cheerio, founder NeverMet

 

Anecdotal evidence from Nevermet users reveals a range of success stories. Many individuals attest to the platform’s efficacy in fostering genuine connections, with some even transitioning from virtual to physical relationships. These testimonials underscore the potential of Nevermet in redefining the landscape of online dating and challenging preconceived notions about virtual romance. A recent user satisfaction survey conducted by Nevermet revealed that 70% of respondents reported forming connections that surpassed their expectations. The survey collected responses from users who indicated they had found a significant other or developed a deep connection through the platform. Nevermet has also become a haven for individuals in long-distance relationships. According to internal data, 40% of users actively engage in long-distance connections, leveraging the platform’s immersive virtual environments to bridge the physical gap. These users often cite the unique shared experiences provided by Nevermet as key contributors to the success of their relationships. The “Shared Activities” feature of Nevermet, allowing users to engage in virtual activities together, has proven instrumental in building strong connections. Internal data suggests that users who regularly participate in shared virtual experiences are 20% more likely to develop long-lasting connections compared to those who primarily engage in traditional messaging. User testimonials on the Nevermet platform and associated social media channels provide qualitative evidence of the positive impact on users’ lives. Users frequently express gratitude for the platform’s role in helping them find companionship, forge deep connections, and even overcome the challenges of physical distance. Metrics tracking the frequency and duration of user engagements on the platform have revealed a steady increase in user activity, indicating sustained interest and satisfaction. Monthly active users have seen a consistent growth rate of 15% over the past year, further substantiating the platform’s appeal and effectiveness.

Rating of the NeverMet app on Google PlayStore

Real life success stories about Nevermet, https://www.nevermet.io/

On the other hand, The introduction of virtual dating platforms, such as Nevermet, into the landscape of human relationships brings with it a set of challenges and ethical considerations that warrant careful examination. The primary challenge centers around the authenticity of virtual connections. Critics argue that the digital nature of interactions on platforms like Nevermet may lead to a superficial or detached form of communication. The absence of physical presence raises concerns about the depth of emotional connections formed in the virtual realm. While success stories abound, questions linger about the long-term sustainability of relationships that evolve primarily through virtual interactions. Some psychologists express concerns about the potential for emotional detachment in virtual relationships. The lack of physical cues and non-verbal communication elements present in face-to-face interactions might contribute to a diminished emotional connection. This raises ethical questions about the responsibility of virtual dating platforms in fostering emotionally fulfilling connections and mitigating the risk of users experiencing a sense of isolation. The immersive nature of  Nevermet, with features such as AI-driven avatars and shared virtual experiences, may inadvertently impact users’ social skills in the real world. Excessive reliance on virtual interactions could lead to challenges in navigating traditional social scenarios, potentially hindering users’ abilities to establish connections outside the digital realm. The very nature of online interactions raises privacy concerns. Despite the security measures implemented by platforms like Nevermet, instances of data breaches and the misuse of personal information in the online dating sphere have been reported. The ethical responsibility of safeguarding user data becomes crucial, and the platform must continually adapt to evolving cyber threats.

The exploration of Nevermet not only sheds light on its current success but also hints at the potential future trajectory of online dating and virtual relationships. As technology advances, there is a clear trend towards the integration of emerging technologies within platforms like Nevermet. The continuous development of AI-driven avatars and the exploration of augmented reality (AR) and virtual reality (VR) technologies suggest a future where virtual interactions become even more realistic and emotionally engaging. Ongoing research into the psychological aspects of virtual relationships, facilitated by platforms like Nevermet, may contribute valuable insights into the evolving nature of human connections. User adoption trends, evidenced by the platform’s consistent growth and high user satisfaction levels, point towards a societal shift in the acceptance of digital spaces for relationship-building, potentially impacting traditional dating norms. Collaborations between virtual dating platforms and AR/VR technologies may lead to fully immersive virtual dates, enhancing the sense of presence and connection. Additionally, the economic and social impacts of virtual dating platforms are likely to extend beyond individual connections, contributing to the growth of the digital economy and fostering globalized relationships that transcend geographical boundaries. As industry reports indicate increased interest and investment in virtual dating technologies, the future appears to hold a transformative role for these platforms in shaping the dynamics of how individuals meet, connect, and form relationships in the digital age.

The platform’s innovative features, coupled with its user-friendly interface and robust security measures, position it as a vanguard in reshaping the dynamics of modern romance. Tangible metrics, including a consistent 15% monthly increase in active users, underscore the platform’s widespread appeal and sustained user satisfaction. Nevermet’s commitment to continuous improvement and adaptation to technological advancements is evident in its evolving features and responsiveness to user feedback. Success stories and testimonials affirm the platform’s efficacy in facilitating genuine connections, fostering a sense of community, and even transcending the virtual realm into physical relationships. Industry recognition through awards and accolades further solidifies Nevermet’s position as a leader in the virtual dating space. As it shapes cultural perceptions and societal norms, Nevermet not only contributes to individual happiness but also stimulates economic growth, creating employment opportunities and enriching the broader digital economy. The platform’s influence extends beyond the present, offering a glimpse into a future where virtual relationships play an increasingly integral role in the intricate tapestry of human connections, challenging traditional paradigms and paving the way for a new era in the realm of digital romance.

Word Cloud summarising my NeverMet experience

 

BAJNATHSINGH Heeroshinee

 

Animal Crossing New Horizon : une observation au sein de l’instrumentalisation politique

L’un des jeux les plus vendus en France en 2020 et avec 32,63 millions d’exemplaires dans le monde : Animal Crossing New Horizon (ACNH), sorti en mars 2020, a captivé des millions de joueurs depuis ces dernières années, mais pas seulement.

Politiques et marques ont, pendant un temps, investi les îles et habitants d’Animal Crossing New Horizon. Victimes de l’instrumentalisation du monde politique à travers des stratégies marketing, ce jeu, considéré comme enfantin, aurait aussi pu subir le même sort qu’un de ses confrères : Second Life (SL). Mais pourquoi n’est-ce pas le cas ? Est-ce encore possible ? Reste-t-il des traces de ce passé ?

Sans chercher de réelles réponses à ces dernières, mes observations et lectures vont essayer d’éclairer certaines potentielles pistes.

Avant de raconter mes folles péripéties oniriques sur l’île du président américain Joe Biden, il est nécessaire de rappeler que je me suis basée en grande partie sur mes propres observations quotidiennes faites en Europe en novembre 2023, et partiellement sur des articles et témoignages. En effet, certains événements de SL et ACNH que nous allons abordés, sont antérieurs à mes recherches. Mes observations se sont majoritairement faites sur Animal Crossing New Horizon, le cœur de mes interrogations

ANIMAL CROSSING NEW HORIZON ET SECOND LIFE, DES MONDES VIRTUELS

SECOND LIFE : LE FONCTIONNEMENT

Second Life est un monde virtuel sorti en 2003 où chaque utilisateur joue un avatar personnalisable dans des lieux similaires au monde réel.

L’une des premières étapes est de créer son personnage : de son genre à la forme de son corps ou à la couleur de ses yeux, chaque élément est modifiable.

Ayant sa propre monnaie, le Linden Dollars (L$), ce jeu tend à être réaliste. En effet, il est possible d’acheter un appartement ou une maison, des vêtements de luxe, de la décoration, ou même grâce au « market » ses sous-vêtements.

Capture d’écran du “market” de Second Life

La monnaie virtuelle de second Life est achetable sur le jeu : en effet, sur la bourse du Linden dollars, il est possible d’en acheter grâce à des fonds réels, via des méthodes paiements comme les cartes de crédit ou Paypal.

Pour jouer à ce jeu, il est nécessaire d’avoir un ordinateur, et de télécharger et d’installer le logiciel.

Avant de commencer mes recherches, j’avais lu qu’il était recommandé de rejoindre des groupes et des communautés de joueurs. J’ai vite compris pourquoi quand, après avoir découvert pendant quelques heures les rues pavées de ce monde, j’ai commencé à m’ennuyer. Je ne savais pas quoi faire, n’ayant pas eu l’occasion de rencontrer d’autres joueurs. Après avoir visité des lieux où je n’étais jamais allée comme Venise ou New York, l’emballement du début s’est vite estompé. Considéré comme un monde ouvert ou « open world » en anglais, j’ai eu accès, comme l’ensemble des joueurs, à un vaste environnement virtuel où il est possible de se déplacer librement.

Le but du jeu est défini par les utilisateurs eux-mêmes. En effet, ce jeu n’a pas de dessein prédéfini ou de « fin de jeu ». De plus, Second Life est un jeu destiné à un public adulte, âgé de plus de 18 ans.

ANIMAL CROSSING NEW HORIZON, LE JEU AU DESIGN ENFANTIN

Animal Crossing New horizon est un jeu développé par Nintendo à destination de leur console : la Nintendo switch. Le cinquième jeu du même univers reprend le fonctionnement de ses prédécesseurs, en y ajoutant quelques modifications.

À destination de toutes les classes d’âge, classé PEGI 3, le but du jeu est de créer et de personnaliser une île, des habitants à la couleur du sol. Afin de pouvoir accéder à la partie où le monde est personnalisable, il est nécessaire de remplir quelques quêtes, comme par exemple, rembourser ses prêts auprès du tanuki emblématique : Tom Nook, faire venir Keke, le chanteur star du jeu, sur notre île, remplir les collections du musée etc.

FONCTIONNEMENT ET PRISE EN MAIN

Pour que mes observations soient complètes, j’ai recommencé le jeu. Passer certaines premières étapes m’a déjà pris des dizaines d’heures. Comme pour Second Life, l’utilisateur devra, tout d’abord, créer son personnage. Ce dernier est totalement personnalisable : il pourra être modifié à tout moment du jeu en se regardant dans un miroir pour le visage. Les tenues du personnage le sont également par diverses manières : par une commode ou les cabines d’essayage du magasin. Les designs entre ces deux jeux sont différents, celui d’ACNH est moins réaliste et plus inspiré de dessins animés.

Capture d’écran du début du jeu ACNH

Capture d’écran de la tente de départ d’ACNH

Il devra également choisir son hémisphère et sa forme d’île parmi quatre. Tom Nook et ses deux assistants nous guident pour la première partie du jeu avant de pouvoir personnaliser son île. Lors de notre arrivée, deux habitants choisis aléatoirement nous accompagnent : il est possible de choisir l’emplacement de leur maison, sur la partie de l’île sur laquelle nous pouvons nous déplacer au départ. En effet, avant de vous pouvoir construire des ponts ou d’avoir l’outils nécessaire au saut de rivière, nous n’avons accès qu’à une partie. Ces observations sur le début de jeu et le temps de jeu que cela représente sont importantes pour répondre à mes questionnements.

La monnaie du jeu est appelée le Miles Nook ou des clochettes. Il n’est pas possible, contrairement à Second Life, d’acheter de la monnaie virtuelle. La gagner en dehors des mécanismes officiels du jeu peut être considéré comme une violation des conditions d’utilisation.

Lors de mes observations, j’ai constaté que la création d’objets et de meubles est un des piliers du jeu. Pour gagner de l’argent et avancer dans le jeu, il est nécessaire de construire des meubles.  Pour ce faire, il faut recueillir des ressources telles que des pierres, des branches, mauvaises herbes, pour créer des outils. Ces derniers permettront d’amasser d’autres matériaux, comme les pierres, les différents types de bois, qui, grâce à l’établi mis à disposition par Tom Nook, de fabriquer des objets ou des meubles.

PERSONNALISATION ET CRÉATIVITÉ

De plus, l’entièreté de l’île est personnalisable grâce à une application disponible « remod’île » dans notre téléphone fictif le NookPhone : de la hauteur des falaises, au sol dit parterre, au cours d’eau. Il est possible de placer des murets, des ponts et des objets un peu partout. Pour rendre le jeu plus réaliste, à sa manière, si l’île n’est pas habitée par le joueur pendant un temps, les mauvaises herbes se développeront et les habitants se plaindront de notre absence lors de notre retour. Si le joueur ne vient pas dans la maison pendant un temps, des cafards s’installeront.

Animal Crossing New Horizon n’a pas de véritable market comme Second life. Cependant, il a une banque de contenus téléchargeables créés par les autres utilisateurs. Une autre différence avec son confrère, pour y accéder, il faut être abonné à un service payant proposé par Nintendo : Nintendo Switch Online. Certaines extensions ne sont téléchargeables qu’avec cet abonnement et l’extension « pack additionnel ». Chaque joueur n’a donc pas accès à ces contenus. De plus, certaines fonctionnalités ne sont disponibles qu’avec cet achat. Une d’entre elle m’a particulièrement aidé lors de mes observations : visiter l’île onirique d’un autre joueur, c’est-à-dire visiter l’île en rêvant.

Ainsi, je me suis rendu compte que les contenus personnalisés ont une grande place dans le monde d’Animal Crossing, mais qu’ils ne sont pas mis en avant pendant l’expérience de jeu. Créer une île et la décorer sans y avoir accéder sont possibles.

COLLECTIF ET INDIVIDUEL, LES MODES DE JEU D’ANCH

Il existe plusieurs modes de jeu : multijoueur et solo. Un utilisateur peut décider de vivre son expérience individuellement. Le multijoueur se divise en deux catégories : en local et en ligne. Le local fonctionne grâce à la proximité géographique : quatre joueurs peuvent jouer simultanément sur une même île. Le multijoueur en ligne est possible grâce au Nintendo Switch Online. Huit joueurs, sans condition de localisation, peuvent se retrouver sur une même île. Le multijoueur permet d’échanger des objets, de collecter des insectes ou des poissons plus rapidement qu’en solo.

Capture d’écran d’une page web explicative du site de Nintendo

Dans cette retranscription de mes observations, nous n’aborderons pas volontairement le marché de navets (légumes) qui peut s’apparenter à un marché boursier, des évènements saisonniers, des îles mystères, n’ayant pas de liens directs avec nos questionnements initiaux.

Mais alors comment cet univers a-t-il pu être instrumentalisé par des politiques ?

INSTRUMENTALISATION PAR LES POLITIQUES SUR ACNH

Pour aborder le sujet de l’instrumentalisation d’ACNH, nous aborderons principalement l’élection présidentielle de Joe Biden. En effet, ce cas est celui dont la presse a le plus parlé, et qui a permis à Nintendo d’ajouter certaines conditions d’utilisation à son jeu.

Il est, néanmoins, important de préciser, que ce jeu a été le théâtre de manifestations virtuelles et d’expressions politiques. J’ai pu observer certaines protestations de travailleuses du sexe. Avec des messages écrits sur le sol et une réunion de huit personnes sur une île, les revendications essayent de se faire entendre. Ce moyen de protestation a également été utilisé par des militants prodémocratie contre la politique menée par Carrie Lam cheffe pro-régime de l’exécutif hongkongais. Se servant des fonctionnalités du jeu, les militants ont pu partager et mettre à disposition des habits personnalisés militants, ainsi que des symboles de contestations.

Capture d’écran d’un activiste Hong kongais

LE CAS BIDEN

Animal Crossing a été utilisé durant la campagne présidentielle de Joe Biden en 2020. En effet, une île à l’effigie du candidat a été ouverte au public en octobre 2020. Pour se connecter et toucher les électeurs plus jeunes, dans un contexte de confinement dû à la covid-19, son équipe de campagne a trouvé ce moyen créatif. Des événements et des panneaux distribués dans le jeu ont été créés pour pousser et inciter les Américains à voter le 03 novembre 2020, plus spécifiquement voter le candidat démocrate.

ÎLE ET DÉCORATIONS

Malgré les trois ans d’ancienneté, le lieu est encore ouvert aujourd’hui : j’ai eu l’occasion d’aller le visiter et de croiser l’avatar du président américain, et même de prendre une photo avec.

Y jouant à l’époque, mais n’étant pas sur le continent américain et la cible principale de l’équipe de campagne, je n’avais pas entendu parler de cette île.

Pour m’y rentre, j’ai dû tout d’abord avoir un lit présent dans ma maison. Sans cet objet et lieu, je ne pouvais pas lancer la fonctionnalité : rêve onirique. De plus, une connexion internet et un abonnement Nintendo Online étaient nécessaires. Tous ces éléments réunis, j’ai pu rentrer le code de l’île nommée BidenHG., trouvée sur Internet, et enfin, y accéder.

Étapes pour accéder à l’île onirique BidenHQ

Étapes pour accéder à l’île onirique BidenHQ

L’île est à l’image du pays : un champ de fleur représentant le drapeau américain, un bureau de vote et la méthode pour pouvoir voter. Il est possible de voir la maison blanche de loin. L’emblème de l’Amérique, l’aigle, est même un des habitants de l’île. Les panneaux et les cadeaux publicitaires comme les casquettes et t-shirts sont mis en avant. Ils sont toujours accessibles selon mes observations du 01 décembre 2023.

Capture d’écran des motifs disponibles sur BidenHQ

Comme dans les manifestations prodémocratie à Hong Kong, les patrons sont mis à disposition de tous. D’une certaine manière, le dessin semble le même pour les deux : la notoriété. En propageant ces plans sur les réseaux sociaux, les utilisateurs véhiculent aussi des idées.

 

Capture d’écran de mon avatar en compagnie de celui de Joe Biden sur son île

Capture d’écran de mon avatar devant un des paysages de BidenHQ

Capture d’écran de mon avatar devant le bureau de vote de BidenHQ

Capture d’écran de mon avatar devant la Maison Blanche de BidenHQ

Toute l’île respecte une certaine esthétique et est parfaitement réfléchie pour les captures d’écrans, ces dernières ancrées dans la culture d’animal Crossing. Il est courant que les joueurs partagent leurs îles ou leurs aventures grâces des captures d’écrans. D’après mes recherches sur le réseau social Twitter, cela semble avoir eu l’effet escompté : de nombreux utilisateurs ont visité et ont partagé leurs photos sur l’île et au côté de l’ex-candidat.De mes observations sur ma propre île, j’ai constaté que le travail de création derrière celle du président est considérable. En effet, ne serait-ce que dans les parterres de fleurs, par exemple avec les bleus, difficiles à faire pousser.

COMMENTAIRES ET RETOURS D’EXPÉRIENCES

A l’heure actuelle, plus aucun rassemblement n’est effectué sur l’île, comme ce fut le cas en 2020. De plus, à la suite du règlement mis en place par Nintendo concernant les stratégies marketing et les politiques, je ne pourrais pas y avoir accès.

Pour compléter, j’ai donc été observé et étudié les commentaires des utilisateurs à ce moment donné. Sur les centaines de Tweets que j’ai pu lire, peu de commentaires, pour ne dire aucun, étaient négatifs. Cependant, mes constatations, étant bien postérieures aux événements, il est possible que la visibilité des commentaires négatifs soit moins flagrante trois ans plus tard. Les mêmes schémas se répétaient : un court commentaire soulignant le travail remarquable fait sur l’île ou juste mentionnent son nom et des photographies dans des endroits clés.

Capture d’écran de tweet concernant BidenHQ

Capture d’écran d’un tweet d’un joueur sur BidenHQ

NINTENDO ET RÉGLEMENTATIONS : UNE FOIS PAS DEUX

Nintendo, éditeur d’ACNH, dès novembre 2020, réglementera l’accès aux politiques et aux marques sur le jeu.

ACNH n’est pas le seul jeu où des meetings ou manifestations politiques ont lieu. En effet, prenons l’exemple de Second Life. En 2007, en France, à la suite de l’installation d’un bureau virtuel du Rassemblement National, anciennement Front National, des manifestations ont éclaté. Des centaines d’avatar se sont regroupés devant les locaux et ont manifesté à l’aide de pancartes « Ban the FN out of SL. ». Jamais réglementé, ce jeu a toujours été le théâtre de la liberté d’expression et de protestations.

Je me suis demandé : pourquoi pouvons-nous considérer ces meetings et la présence de politique sur les jeux comme des dérives, au point où l’éditeur les interdira ? Je ne pourrais pas apporter de réponses personnelles, mais Nintendo justifiera ce bannissement et ces réglementations par le fait que ce jeu est un divertissement fait pour tous, où la politique et les stratégies marketing n’ont pas leur place. Les termes exacts employés sont : “préserver l’expérience des millions de personnes qui profitent du jeu à des fins récréatives”.

Le 11 novembre 2020, Nintendo a publié un document à destination des entreprises et des organisations politiques, précisant ce qui est autorisé ou non sur le jeu à succès.

“Veuillez-vous abstenir d’utiliser le jeu de manière inappropriée ou de créer du contenu qui serait considéré comme vulgaire, discriminatoire ou offensant. Veuillez également vous abstenir de diffuser des discours politiques dans le jeu” souligne Nintendo.

L’éditeur à succès avertit que si l’utilisation du jeu ne respecte pas les règles et que cette dernière a une influence néfaste sur la communauté, il pourra provoquer la prise de mesure appropriée, « y compris interdire toute utilisation commerciale du jeu dans le futur ». De plus, dans son communiqué, Nintendo précise que dans des cas exceptionnels et après discussions, certaines activités pourraient être autorisées.

Cependant, j’ai pu observer des manifestations reprenant le schéma du cas Hong Kongais : des manifestations en petit comité à l’aide du multijoueur en ligne et le partage de design, après les réglementations. Nintendo considère-t-il ces manifestations comme politiques ? Vont-elles être elles-aussi réglementées à l’avenir ?

Mes observations m’ont permis de me rendre compte qu’Animal Crossing New Horizon était un jeu au cœur de mouvement politique. Cependant, l’antériorité de ces actions m’a empêché d’être confrontée véritablement à ces dernières. De plus, les évènements, que j’ai étudiés, même si j’y avais accès, se passait sur un autre continent.

L’instrumentalisation des jeux est une pratique courante, qui, malgré la réglementation, semble toujours actuelle. Il semblerait que la plus grande différence entre Animal Crossing et ses confrères est la codification mise en place. Le type de jeu ne semble pas avoir véritablement un impact, vu les manifestations et tentatives précédentes.

Maud Courot-Pérignon


Cet article a été rédigé dans le cadre d’observations sur le jeu vidéo Animal Crossing New Horizon et s’est appuyé sur la sitographie suivante :

https://www.liberation.fr/ecrans/2007/01/11/manifs-anti-fn-sur-second-life_954224/

https://gamergen.com/actualites/animal-crossing-new-horizons-interdit-chine-cause-protestations-virtuelles-hong-kongais-311036-1

https://www.wedemain.fr/partager/animal-crossing-nouveau-foyer-mignon-de-la-contestation_a4675-html/

https://www.bfmtv.com/tech/nintendo-demande-aux-entreprises-et-aux-politiques-de-ne-plus-investir-son-jeu-animal-crossing_AN-202011190232.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/presidentielle-americaine-joe-biden-fait-campagne-dans-le-jeu-video-animal-crossing_4092769.html

Animal Crossing new horizon : idéalisation de la vie humaine

Lancé par Nintendo, Animal Crossing : New Horizons est sorti le 20 mars 2020 en pleine période de confinement. le jeu est le dernier opus de la saga Animal crossing qui s’est écoulée à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde. Animal crossing n’est pas un jeu comme les autres car effectivement, le joueur principal est présenté comme un villageois (se) qui s’installe dans un village d’animaux anthropomorphes. Son objectif principal est de rembourser le prêt de sa nouvelle maison. Alors qu’en réalité, rien ne l’y oblige parce qu’il peut faire ce qu’il veut. Pour la première fois dans cette série, il est possible de jouer en mode multijoueur coopératif sur la même console. Il est en effet possible de jouer jusqu’a 4 joueurs simultanément sur le même écran. Le jeu utilise l’horloge interne de la console pour se dérouler en temps réel et aux rythme des saisons. Plongé dans un univers de paix, le jeu se veux réconfortant et apaisant pour ses utilisateurs avec de courtes sessions de 15 à 30 minutes par jour. Le succès de ce jeu se vaut certainement par son coté bienveillant : il n’y a pas objectif imposé ni de compétition avec d’autres joueurs, personne ne perd ni ne gagne ; il existe donc une sorte d’ inclusivité qui à permis à la série d’avoir le succès qu’on lui connait.

La presse américaine qualifie souvent Animal crossing avec l’adjectif « Wholesome » qui peut se traduire par sain, réconfortant et positif. Le village virtuel de se jeu où rien se produit d’immoral semble donc épargné des difficultés et des malheurs du monde. Toutes ses valeurs se reflètent dans la communauté des fans de ce jeu ou l’état d’esprit est la bienveillance. La catégorie des données des joueurs est souvent paritaire avec autant d’hommes que de femmes ainsi que l’âge qui varie généralement entre la pré-adolescence jusqu’a l’âge adulte. L’esprit du jeu est tellement apaisant que toutes les générations d’âges s’y retrouvent.

De ce fait, l’angle de recherche que nous avons choisi d’attaquer est la capacité du jeu à faire ressortir le coté empathique de l’homme, la paix de l’esprit et du coeur que cela peut procurer. Le thème principal sera de mettre donc : « Animal crossing: New horizons, un moyen virtuel de concentration et de gestion de vie saine ». L’analyse de ce jeu permettra de savoir comment un monde virtuel peut-il contribuer a influencer positivement la vie des hommes en leur apportant plus de bienveillance et de paix.

L’objectif reste d’analyser premièrement les moyens mis en place par les développeurs pour faire immerger totalement les joueurs au coeur de ce simulateur de vie paisible. Ensuite nous montrer comment les personnages choisies permettent aux utilisateurs de se reconnaitre en eux au point d’influer sur leur manière de penser et faire des choix aux quotidiens. Avant de pouvoir me pencher sur l’analyse de cette oeuvre, cela a fait sens avec mes recherches personnelles. Car en effet le jeu est souvent catalogué d’enfantin par certain utilisateur voir même qu’il tourne en rond car on finit par s’ennuyer sans avoir de véritable objectif. Toutefois en fonction de mes recherches j’ai pu me rendre compte qu’il était vraisemblablement un moyen de s’évader des tracasseries de la vie mondaine. Qui dit simulateur de vie dit forcement qu’il va être adaptable aux personnages et leur proposer une vie qui en réalité n’est pas la leur. Cela va passer par des images, des algorithmes sensé amenés les joueurs à la détente. Il aurait fallu recréer un espace de vie ou la vrai réalité humaine s’applique. Cela passerai nécessairement par le stress de la vie courante, la bataille pour être au sommet, etc. Mais la vie représente dans le jeu est plutôt comparatif a la vie d’un enfant qui n’a aucun soucis a se faire pour demain. Le modèle qui nous est présenté est donc l’idée de penser comme un enfant de 2ans qui ne réfléchi ni ne pense.

ANIMAL CROSSING: NEW HORIZONS
Une evasion insulaire enchanteresse

Lorsque l’on parle de gestion de stress, de colère, les Hommes ont souvent pour réflexion que cela n’est pas possible en analysant le monde dans lequel nous vivons. En effet, ceci n’ont pas totalement tord car face au stress du travail, des enfants, de la vie de famille mais aussi de l’économie et de la réalisation de soi même on est très souvent confronté à tout un flot de panique que l’on doit nécessairement affronté. Vivre dans un monde rempli de paix, de Sérénité où il n’y a aucune pression serait en réalité l’idéal pour faire face à tous les soucis que l’on rencontre au quotidien. C’est ce que nous propose la série de jeu Animal crossing plus précisément le dernier en date Animal crossing: New horizons qui vient faire barrage et nous plonge dans un monde virtuel où bienveillance et zénitude sont les maîtres mot. La nouvelle version du jeu Animal crossing promet donc enchantement, émerveillement mais surtout détente à volonté.

En effet, la dernière version du jeu est un simulateur de vie insulaire qui offre une expérience immersive mêlant sérénité, détente et interaction sociale. Ce jeu invite les joueurs à s’évader vers une île paradisiaque loin de l’agitation de la vie quotidienne. Le jeu débute avec l’installation d’un joueur sur une ile déserte, offrant ainsi une toile vierge pour créer et personnaliser son propre petit paradis. L’objectif, est de transformer cette île en un endroit florissant, avec la possibilité de personnaliser chaque aspect, des meubles aux vêtements, en passant par le travail de ses rêves, la construction de sa maison ainsi que le paysage. La vie dans ce jeu suit le cycle des saisons et de l’heure réelle, créant ainsi une expérience de jeu immersive pour les joueurs. Ainsi donc, les joueurs peuvent pêcher, chasser des insectes, creuser des fossiles et même participer à des événements saisonniers spéciaux. L’attention accordée aux détails est stupéfiante, avec des changements dynamiques dans le climat et la faune, ce qui rend chaque jour sur l’île unique.

Au fil du jeu, on observe l’apparition de plusieurs habitants appelés des villageois qui cohabitent sans anicroche entre eux. Ce village fait en outre penser à la ville de Reykjavik en Islande qui est réputée pour sa tranquillité grâce à une population minime mais aussi pour son ambiance détendue.
En effet, les habitants anthropomorphes sont un élément central du jeu. Chacun à sa personnalité, ses passions et son style de vie. Les interactions entre eux sont chaleureuses et paisibles, renforçant ainsi le caractère de bienveillance de la série. Les joueurs ont aussi la possibilité d’inviter des amis à vivre sur leur île, ajoutant une dimension qui favorise l’échange social.

Étant donné que le jeu est un simulateur de vie « réelle », la dimension de l’économie y ai aussi mentionnée. La monnaie du jeu : Les clochettes, permet d’acheter des meubles, des vêtements, des outils et bien plus encore. En somme, elle permet de vivre convenablement comme si on était un humain. Les joueurs peuvent avec cette monnaie participer au marché des navets, un système de bourse simulant la fluctuation des prix des navets. Cette dimension économique ajoute une couche de stratégie au jeu, mettant ainsi en avant le coté intellectuel des habitants de l’île. Les joueurs doivent donc veiller à investir judicieusement leurs argent et maximiser leurs profits.

l’île d’Animal crossing : new horizons et l’expression de l’identité sociale humaine à travers l’architecture

L’un des aspects les plus fascinants de ce jeu réside dans la manière dont il permet aux joueurs de créer et de personnaliser leur propre île. Cette expérience n’est architecturale n’est pas simplement un exercice de construction virtuelle, mais une réflexion de l’identité humaine et de la manière dont nous concevons notre environnement.

En effet, en tant que simulateur de vie, les créateurs du jeu encourage les joueurs à projeter leur personnalité et leur créativité dans la conception de leur île. Choisir l’emplacement des maisons, la disposition des meubles et même la configuration des jardins devient une expression artistique. Cette interaction avec un monde « réel » permet aux joueurs qui sont véritablement des HOMMES de dévoiler une facette de leur identité à travers l’architecture virtuelle.

Par ailleurs, l’espace du jeu offrez la possibilité d’avoir un sentiment de contrôle personnel sur l’environnement, que l’on a pas souvent au sein de la société. L’ile devient ainsi une métaphore de la manière dont nous conceptualisons et utilisons nos espaces personnels. L’aspect multijoueur du jeu va de pair avec la conception de l’île.

Le passage du temps est un élément important que les créateurs du jeu on voulu mettre en avant, car New Horizons opère en temps réel, intégrant le cycle jour-nuit. Effectivement, adapter le temps au fil des saisons est une manière ingénieuse de faire participer les joueurs afin que ceci puissent vraiment se reconnaître et s’identifier dans l’environnement de jeu qu’il occupent. Cela incite les joueurs à adopter un rythme plus naturel, à prendre le temps de profiter des petites choses et à s’immerger dans le moment present. Cet aspect reflètent la manière dont les êtres humains changent et adaptent leurs espaces en fonction de leur croissance personnelle. Cela peut donc servir de rappel à l’importance de la pleine conscience et de la gestion du temps dans la vie quotidienne. C’est pour ainsi dire, un miroir de la façon dont nos maisons et nos quartiers évoluent au fil des années.

Transcender la vie de l’homme à travers la bienveillance

En ayant fait le choix de developper un jeu qui met l’accent sur la bienveillance, les développeurs ont misé sur ce fait pour que chaque joueur puisse se reconnaitre et s’identifier a travers son avatar.
Le point central est l’entraide et la communauté. Ici il se développent un esprit « tous solidaire ». Les joueurs expérimentent la satisfaction du donner sans rien attendre en retour mais de recevoir par pur charité ou reconnaissance, renforçant le tissu social et l’idée que l’entraide est essentielle pour construire des communautés solides dans nos propres pays, villes, travail, famille, etc.
Le jeu se qualifie comme une échappatoire de bienveillance.

Animal crossing: New Horizons devient une toile où les joueurs cherchent à créer un espace qui a du sens pour eux. Cela reflète le besoin humain de donner une signification à nos environnements, qu’ils soient virtuels ou réels. Il transcende le simple jeu de construction pour devenir une expérience qui parle à la nature humaine de concevoir des espaces significatifs. En permettant aux joueurs de donner vie à leurs rêves architecturaux, le jeu reste un terrain d’expression personnelle, où chaque ile raconte une histoire unique sur l’identité de son créateur.

Aussi, la bienveillance idée central du jeu agit comme un catalyseur pour inspirer les joueurs à intégrer des valeurs telles que la créativité et la connexion sociale dans leur propre vie, offrant ainsi une expérience vidéoludique qui passe au de la de l’écran pour influencer positivement la réalité et amener les utilisateurs à changer leur manière de penser. Alors que nous explorons nos iles virtuelles, nous découvrons émerveillés, que les véritables trésors sont les leçons que nous emportons dans nos vies bien réelles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search