Se déplacer au sein du cimetière du Père Lachaise, les différents points de repère des visiteurs

C’est un immense parc de 43 hectares, un musée à ciel ouvert et lieu inépuisable de promenades, le cimetière du Père-Lachaise est fréquenté par plus de 3 millions de visiteurs chaque année. Il n’est pas un lieu de promenade comme un autre.Le long des ruelles vertes, vous pourrez voir, en tant que visiteurs, les tombes d’hommes et de femmes qui ont marqué l’histoire de France et du monde. Hommes politiques, écrivains, acteurs, chanteurs, scientifiques, célébrités… Des milliers de personnalités de tous âges sont enterrées dans le cimetière du Père Lachaise.

Mon premier ressenti arrivé au cimetière fut de voir l’immensité de ce parc, je me suis même posé la question mais comment je vais faire pour m’y retrouver à travers toutes ces tombes et ces chemins ? 

Mais j’ai remarqué qu’il y avait pas mal de signalétiques qui permettent aux visiteurs de se guider à l’intérieur du cimetière. Comment font-ils pour se guider ? Quels sont les éléments essentiels à cette visite immense.
La visite vous tente et il vous reste du temps ? Voici quelques repères pour le visiter sans perdre son chemin !

L’impact de l’aspect visuel sur les visiteurs

L’entrée principale du Père Lachaise (point de départ) est une porte imposante qui s’ouvre sur une magnifique route qui mène à un impressionnant monument aux morts jusqu’au bout de la route complexe. Au moment de cette expérience, la plupart des tombes étaient décorées avec des ornements de caractère spéciaux, tels que des couronnes avec des rubans portant des noms et d’autres textes, qui n’étaient pas disponibles dans la visite virtuelle du cimetière. À mi-chemin du parcours complexe, la chapelle est un imposant monument blanc devant une place fleurie avec des sièges.

L’approche du cimetière est développée dans une analyse stratégiquement sensible par la lecture des signes, symboles et textes disséminés dans l’espace urbain. Dès mon arrivée à l’intérieur du cimetière j’ai pu apercevoir des gens prendre des photos sur un panneau où il y avait un grand plan du cimetière. Le plan permet de voir les différentes divisions du cimetière ainsi que les emplacements des tombes et leur numéro. Ce plan nous pouvons le retrouver à chacune des portes d’entrée du cimetière.    

Plan du cimetière Crédit: Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Visiteurs à l’entrée Crédit: Aissata-Laure Diop novembre 2022

       

 

 

 

 

 

 

 

J’ai pu demander à un visiteur anglais qui se nomme Marc ce qu’il pensait du plan qui m’a dit “ Je trouve que le plan est assez dur à comprendre car il y a beaucoup d’informations dessus mais je pense m’y retrouver quand même”.Il est important d’utiliser la signalisation comme point de référence et de se souvenir des instructions textuelles.

La signalétique est un frère primordial pour se déplacer et retrouver son chemin, il y a toutes sortes d’affiches et de symboles qui permettent cela.Les  visiteurs les utilisent comme indicateurs  et non pas en fonction du sens délivré par les indications textuelles, mais en fonction de leur emplacement : ils sont utilisés comme repères en dépit de leur signification pressentie.

L’agencement des dispositifs matériels et de son entretien permet de circuler et de se guider à travers sans contrainte. 

Le paysage ne peut être réduit à la réalité matérielle, mais peut être abordé à travers l’analyse des systèmes d’interprétation et des présentations symboliques, permettant une compréhension simultanée des capacités culturelles et visuelles, des inscriptions symboliques. 

Une approche communicationnelle pour comprendre la relation entre les outils traditionnels et modernes de cartographie de l’espace nécessite de considérer la sémiotique et la communication. Les deux sont nécessaires pour analyser comment les gens associent l’espace aux représentations mentales.Les gens utilisent l’espace pour retrouver leur chemin. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Les nombreux repères pour mémoriser son chemin 

Pour se situer dans un espace urbain c’est la construction de signification dans son environnement culturel, historique et la « géographie culturelle ». 

L’agencement des dispositifs matériels et de son entretien permet de circuler et de se guider à travers sans contrainte. 

Le paysage ne peut être réduit à la réalité matérielle, mais peut être abordé à travers l’analyse des systèmes d’interprétation et des présentations symboliques, permettant une compréhension simultanée des capacités culturelles et visuelles, des inscriptions symboliques. 

Il existe plusieurs repères qui permettent aux visiteurs de mémoriser leur chemin. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

1- les repères naturels tels que les fleurs, les arbres,  les buissons et toutes les autres végétations du cimetière sont nombreux au sein du cimetière.

2- les voies disposent de marquages ​​au sol qui leur permet de définir un réseau de parcours possibles entre différents lieux et déconstruire une représentation mentale de l’espace (Peruch 2002).
La représentation du réseau routier permet de structurer la représentation mentale.Les panneaux qui indiquent la vitesse à ne pas dépasser car avant que ce soit un cimetière c’est  aussi une route donc le Code de la route est obligatoire on peut y voir des panneaux de limitation de vitesse ou de limitation de poids pour les camions. Les panneaux qui indiquent les noms des allées aident également à se repérer au sein du cimetière. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Quand j’ai vu des voitures rouler au sein d’un cimetière cela m’a surprise car c’est un lieu calme mais j’ai posé des questions aux personnes qui y travaillent qui m’ont expliqué qu’il fallait “avoir une autorisation” pour y accéder en voiture. Entre les allées de pavées et les édifices.

3-les édifices: Les différents édifices permettant de se retrouver à travers le cimetière car ils sont de différentes tailles, couleurs et une architecture spécifique à chacune. La manière dont certaines sont mieux entretenues que d’autres m’a surprise car certains édifices sont sales et remplis de toiles d’araignées et d’autres propres bien polis. Cela est un repère essentiel aux visiteurs surtout lorsqu’ils viennent voir un tombeau en particulier. 

Édifice Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

4-les écritures : les annotations  sur les tombeaux permettent de savoir à qui appartient la tombe grâce aux dates et noms écrits dessus.  Il y a des écritures de toutes polices et couleurs ce qui donne un repère facile à l’œil.C’est grâce à la maintenance que certaines écritures sont tenues malgré leur ancienneté.  

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

 

L’espace peut également être compris comme un dispositif d’information spatiale multimodale. Parallèlement à la sémiotique et aux approches du sens en sémiotique, la cognition spatiale humaine est abordée dans le cadre de collaborations entre géographes, psychologues ou chercheurs en neurosciences cognitives. On peut mettre en place des enquêtes et des expérimentations pour s’interroger sur la nature des informations environnementales que les individus (piétons ou cyclistes) choisissent pour localiser et organiser au mieux leurs déplacements, et s’interroger sur la manière dont ces repères spatiaux sont stockés en mémoire. et utilisé.Dans ce contexte, le type d’informations disponibles au cours du processus d’apprentissage et la nature des repères sont interrogés (Peruch 2002) : le type d’informations disponibles au cours du processus d’apprentissage et la nature des repères utilisés jouent un rôle crucial dans le processus d’apprentissage spatial.

Le numérique un nouveau support d’information pour se guider à travers le cimetière  

Les dispositifs de capture d’informations numériques, tels que les environnements 3D, les localisations et la réalité augmentée, peuvent être considérés comme des superpositions aux méthodes traditionnelles d’obtention d’informations spatiales. Les dispositifs de saisie numérique de l’information comprennent la consultation d’un plan sur papier et des visites guidées.Ces nouvelles technologies aident les sujets à visualiser leurs représentations mentales de l’espace en ajoutant de nouvelles informations à leur perception.

La carte numérique sur le site internet du cimetière mais il y a aussi une autre manière de se repérer qui est numérique grâce au QR CODE mis en place par le cimetière qui permet une visite et d’avoir le plan de manière virtuelle.

C’est  en passant dans  les allées du cimetière du Père Lachaise, que j’ai vu une chapelle sépulcrale qui a attiré mon attention. Aucun nom n’est gravé sur le tombeau, ni sur une plaque, ni dans la pierre. En lieu et place de ce nom qu’on cherche mais ne trouve pas, trois mots : “La mémoire nécropolitaine”.
Sur la façade extérieure… un QR code!L’homme qui l’a réalisé est André Chabot.

C’est vraiment un endroit insolite pour un cimetière. Cet appareil photo est le symbole de l’œuvre d’André Chabot, le photographe à l’origine de ce projet pour le moins déconcertant. Né en 1941, cet artiste français a dédié l’intégralité de son œuvre à l’exploration de la mort et de ses édifices.     Depuis le début de sa carrière, il s’attache à capturer un maximum de tombes, épitaphes, mausolées, cénotaphes, etc.                                         Aujourd’hui, son fonds possède plus de 200 000 clichés, tous en noir et blanc. Grâce à ce QR CODE nous pouvons trouver des clichés des tombes mais aussi ou ils sont situés à travers le cimetière une idée bien innovante. 

 

La mémoire nécropolitaine Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

En condition « visite virtuelle », les expressions négatives et de manque dominent dans le vocabulaire des visiteurs: « pas de souvenir sinon tombes et chapelles», « Si je ne connaissais pas préalablement le lieu, je n’aurais pas eu assez de points de repères », « Le système a trop tendance à zapper des passages importants », « Je n’avais pas mémorisé suffisamment de repères, et surtout des repères “sans le contexte”!. Les visiteurs qui utilisent le support numérique manifestent beaucoup de difficultés à effectuer le transfert entre virtuel et réel ; l’un d’eux rend compte de cette difficulté et de l’incompatibilité des informations prises dans le virtuel par un tableau « réel » et «virtuel ». 

Les visites guidées 

Les visites guidées peuvent être un moyen pour pouvoir visiter le cimetière mais à quel prix et comment ?   

En faisant mes recherches sur internet j’ai pu trouver une visite guidée par “Paris énigmes” au prix de 8.99€ par groupe (1 à 6 personnes) sur un même téléphone.

C’est à l’entrée du Père Lachaise : 16 Rue du Repos, 75020 Paris et qui dure environ 1h15. 

Une expérience insolite pour tous les publics : des passionnés d’histoire aux férus d’énigmes en passant par tous les visiteurs curieux et les amateurs de nouvelles expériences.

Paris énigmes permet de jouer seul ou en équipe, à tout âge, en famille ou entre amis.

Durant cette visite au Père Lachaise, vous allez résoudre des énigmes reposant sur l’observation des tombes. 

Une fois résolues, vous allez découvrir des anecdotes, des histoires insolites sur les tombes du Père-Lachaise.

Au programme : la tombe de Chopin séparée de son cœur, le déménagement de la tombe de Jean de la Fontaine, le rituel sur la tombe d’Oscar Wilde, la malédiction de la tombe Demidoff, etc. 

Attention si vous êtes dans un cimetière, merci de respecter les lieux pendant cette visite guidée sur mobile.

Vous pouvez aussi rencontrer des personnes fans du cimetière qui peuvent vous proposer des visites au prix de 30 euros est ce une arnaque ou un bon prix,  à vous de voir ! Mais cela est interdit par le cimetière car lors de ma visite au cimetière un drôle de panneau m’a intrigué ! Il y avait écrit  “ n’acceptez pas les sollicitations des “guides” qui vous abordent dans les cimetières”. 

Panneau contre les guides Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Les observateurs qui utilisent les visites guidées utilisent plus de panneaux ou de tombes pour se souvenir de leur parcours, c’est-à-dire les éléments textuels qu’ils peuvent toucher, les observateurs qui utilisent les plans utilisent des représentations mentales géométriques, et enfin, dans les visites virtuelles, les observateurs se souviennent des tombes, etc. le contexte.Au fil du temps, les relations entre les repères se sont affinées et les pratiques spatiales ont conduit à passer de représentations linéaires à des représentations surfaciques [Peruch 2002]. Les prochaines étapes de cette recherche pourraient consister à observer comment les espaces de mémoire se construisent progressivement dans les récits des participants.

Se déplacer enfin dans le cimetière du Père Lachaise est-ce une chose simple ou compliquée ?

Je trouve que le cimetière Père Lachaise est un lieu à visiter car c’est un lieu unique, qui regorge de monuments célèbres. Le cimetière du Père-Lachaise propose une immersion dans la culture française ! Il permet de faire de belles balades le long des promenades, jalonnées de stèles où reposent les grands hommes.

Son accessibilité facile due  à sa gratuité et toutes ses signalétiques présentes tout le long des allées du cimetière permettent une visite simple, guidée et de découvrir plein de choses sur les tombes.

La lisibilité de l’endroit dû à la maintenance et la mémoire favorise la compréhension et de la prise d’informations de chaque visiteur.  Les repères que les visiteurs ont utilisés pour retrouver leur chemin déterminent la facilité pour eux à retrouver leur chemin.

Un conseil restez toujours munis de votre téléphone ou d’une carte lors de votre visite !

Aissata-Laure Diop

 

Graffitis et politique de maintenance : l’art d’effacer

En  novembre 2018 Jérôme Denis et David Pontille produisent une enquête sociologique ayant pour titre: L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine.

Le texte rappelle un constat simple : il existe un long et riche travail de recherche et de documentation sur les graffitis au regard de nombreuses disciplines des sciences sociales telles que « la sémiologie, de l’anthropologie visuelle, de la sociologie ou de la science politique ». Mais avec ces ressources si richessur la question du graffitis, comment se fait-il qu’il n’existe que très peu de ressources sur la conséquence et l’avenir souvent destinés aux graffitis à savoir leur effacement? En effet, il existe plusieurs problématiques qui s’articulent autour de l’effacement des graffitis. Alors, en France , déjà sous la troisième république il existait déjà ce qu’on appelait une « police de l’écriture » nous dit le texte.  

Pour penser cette réalité urbaine d’effacement, l’exemple de graffitis très marquants à la symbolique forte semble tout approprié. J’en veux pour exemple la fresque à Stains, commune du département de Seine-Saint-Denis en Ile-de-France représentant Adama Traoré . Cette fresque est le fruit du travail du « collectif Art ». Cette dernière a été peinte sur un mur mis à disposition par la mairie de Stains et inaugurée le 18 juin 2020 par le comité « La vérité pour Adama » . Ce comité a pour membre fondateur le plus connu Assa Traoré, la sœur d’Adama mort suite à son interpellation dans la commune de Beaumont-sur-Oise en juillet 2016. C’est d’ailleurs à travers la voix de sa sœur et de son collectif cités plus haut que cette affaire sera médiatisée. 

Rassemblement devant la fresque à Stains ce lundi 22 juin à l’appel du comité La vérité pour Adama. • © F3PIDF

Sur la fresque, Adama se tient à gauche et George Floyd à droite. Pour rappel George Floyd est un afro-américain mort suite à son interpellation par la police le 25 mai 2020 à Minneapolis aux Etats-unis. La nouvelle de sa mort retentit dans le monde entier, entraînant plusieurs mobilisations internationales et de nombreux débats télévisés sur cette affaire. La couverture médiatique est totale, et les problématiques de racisme structurel et violences policières seront questionnées dans la sphère politique américaine et plus généralement occidental. L’impulsion et la ferveur du mouvement Black Lives Matter (né en 2013 aux Etats-unis) revigoré par ce drame aura d’ailleurs écho en France et intensifiera le débat autour de l’affaire Adama.

Mais c’est en Septembre 2020 que la fresque sera effacée suite à la mise en demeure de la municipalité de Stains par le préfet de Seine-Saint-Denis datant du 3 juillet 2020. La plainte provient du syndicat de police Alliance pour qui le terme « policières » pose problème. Cette remise en cause systémique du corps policier sonne comme une injure mais l’est elle vraiment? Si l’on reprend les travaux de Jérôme Denis et David Pontille, la question de matérialité serait liée au langage. En effet, à travers ces termes les auteurs désignent la réalité matérielle, c’est-à-dire les infrastructures comme réalité palpable qui forme le paysage urbain. Après cela, ils la mêlent à la notion de langage beaucoup plus abstraite. Par ailleurs, cet aspect de la ville relatif au langage fait davantage appel au ressenti et ne désigne pas de langage précis. Il reste pourtant symbolique et même constitutif d’une vie politique dans la cité. 

La maintenance légitime face aux écritures indisciplinées

La remise en cause de l’existence de violence policière pourrait-il être admis au sein de l’espace urbain ? Apparemment le rendu judiciaire pense que non, nous pouvons alors questionner la ville et sa vocation et tradition au débat depuis l’antiquité avec l’idée d’agora . En effet, cette fresque n’a pas seulement pour but d’honorer une mémoire; mais elle porte en elle une interrogation : Comment gère-t-on les violences policières ? 

La fresque d’Adama Traoré à Stains a été totalement effacée. (©Alliance 93)

Selon les dires de la sœur Assa Traore cette fresque sera avec son collectif prête à revenir « tous les jours pour défendre cette fresque s’il le faut ». De par ces propos, Assa Traore dévoile la temporalité dans laquelle s’inscrit la fresque : elle n’est pas de nature friable. C’est ici la thématique de la mémoire de son frère qui est en jeu mais aussi d’une lutte avec le système légitime. Le maintien de cette fresque serait ainsi illégal et illégitime du point de vue la loi. Mais ce langage militant et engagé du collectif s’inscrirait dans une nouvelle maintenance cette fois-ci mémorielle ; s’opposant à la maintenance sous le regard de l’ordre incarné par la police et l’État. L’espace de l’œuvre ne serait alors pas proprement défini car même effacée ce graffiti serait prêt à refaire surface ailleurs sous une autre forme. 

Une résurgence de mémoire se ferait alors pour organiser l’espace urbain comme un terrain de langage politique qui viendrait interroger l’appareil officiel et légitime qu’est l’État français. Cette critique systémique considérée comme indésirable et portant préjudice à l’image de la ville de Stains et même à la France et sa police évoque alors la théorie de la « fenêtre cassée » utilisée par Jérôme Denis et David Pontille. 

En effet, cette théorie est développée en 1982 par James Q. Wilson, professeur à Harvard et George L. Kelling ancien directeur de l’équipe d’évaluation de la fondation de la police.

Celle-ci pose l’ordre public dans l’idée de visibilité et d’invisibilité. Certains phénomènes visibles dans l’espace public perturbent la communauté parce qu’ils fonctionnent comme des « signes de défaillance officielle » comme les vitres cassées par exemple. Mais est-il pertinent de voir en cette fresque un signe de manque d’autorité publique ? Ne s’agit-il pas seulement d’une fresque commémorative délivrant un message politique fort sur une surface encadrée ? Difficile de répondre mais la décision d’effacement s’inscrit dans longue tradition de maintien de l’ordre public visant à traiter des symptômes d’insécurité qui pourraient être contagieux. Cette maintenance essentiellement basée sur l’ordre s’assimilent à de la vigilance sécuritaire comme soulignait les auteurs. Survient alors une tension très forte entre ces écritures indisciplinées semant le désordre face à d’autres qui sont permises car plus dociles et inoffensives.

La mémoire oubliée

Au-delà de la dimension politique assez pugnace car inscrite dans un contexte violent, c’est avant tout une œuvre qui honore la mémoire. Le choix de les représenter de manière réaliste, à travers les photos souvenirs par lesquels le public les a connus témoignent de cette volonté de commémoration. C’est de fait un ensemble de signes et d’inscriptions funéraires mis au yeux de tous en plein ville, un hommage et même une évocation poétique qui lient deux mémoires auxquels le triste sort commun évoque une douleur partagée bien que séparée dans l’espace et le temps. La construction d’un récit vient alors de ces écritures que l’on trouve en ville. 

Si un monument au mort d’un personnage historique reconnu est maintenu avec le plus grand soin , pourquoi cette fresque ne le serait-elle pas ? Pourquoi la considérer comme une « nuisance visuelle » ? Pour s’interroger le concept de relevé par les auteurs…. Semble pertinent. Il est à noter que c’est la construction d’une mémoire commune qui se joue ici. Si la réalité des violences policières et des victimes qu’elles engendrent est nié par l’effacement.  Peut-on toujours parler de maintenance du territoire urbain? N’y a t-il pas altération? C’est par le prisme de la mémoire que se constitue le récit d’une nation. Peut-être que cette réalité là ne rentrerait pas dedans et donc pas considéré par l’ordre urbain à subsister dans le temps. L’imaginaire collectif français se joue alors ici.

En outre, le choix de recouvrir complètement la fresque, alors que seulement une seule composante posait problème pourrait laisser penser que c’est le concept même de cette œuvre qui perturbait l’ordre urbain. Après tout, il aurait très bien pu exister une forme de diplomatie matérielle avec la négociation entre les agents d’entretiens et les différents partis à propos de l’objet entretenu. Notons par ailleurs, que le 4 et 5 juillet 2020 la fresque à été vandalisée et puis aussitôt restaurée. Il y a donc eu une forme de maintenance par les artistes de cet objet urbain. Cette maintenance et plus particulièrement restauration d’ailleurs comme dans l’enquête de Jérôme Denis et David Pontille témoigne du respect des corps pour le matériel urbain à travers la continuité de l’œuvre et le respect des matériaux. L’un des artistes souligne d’ailleurs une volonté pacifique en disant  préférer une fresque qui invite au débat. 

J’aime alors à penser que deux mémoires et narratifs différents apparaissent ici : la mémoire d’une victime policière avec la fresque ; et à travers l’effacement de cette dernière nous trouvons le souvenir d’une affaire marquante et clivante pour l’état français , qui ne s’inscrit pas dans le narratif urbain officiel pour l’instant.


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Petite ethnographie des inscriptions funéraires

Une approche ethnographique des écrits dans leur moindre subtilité

Les écrits prennent une place prépondérante dans les sociétés modernes. L’écrit se manifeste dans des formes évidentes telles que les livres ou dans les articles, mais aussi dans des formes plus subtiles, moins saisissables, auxquelles nous ne portons peut-être pas attention. Dans cet article, nous explorons l’exemple des inscriptions funéraires au fil des temps pour défendre l’existence d’une norme d’écriture qui est socialement normée dans la manière de construire nos espaces de mémoire et de culte.

Dans leur étude des pratiques écrites, Denis et Pontille (2013) ont voulu changer de paradigme et proposer un regard pragmatique sur les écrits dans leur forme les plus banales, relevant de « l’infra-ordinaire ». Ainsi, ils proposent des ficelles pour étudier ces écritures dans toute leur richesse et invitent les observateurs à les saisir dans les gestes du quotidien, au-delà du regard académique, afin d’enrichir progressivement la compréhension des pratiques scripturales. Ils proposent d’exercer un regard quotidien sur les inscriptions qui nous entourent à travers trois thématiques  : l’hétérogénéité matérielle (1), la dimension spatiale (2) et les gestes et postures corporelles (3).

Il est tout d’abord possible d’analyser les écrits via leur hétérogénéité matérielle. Cela signifie que les assemblages matériels de l’écrit comme l’encre ou le type de papier, ont une signification particulière qui influent sur la performativité des écrits. Ces artefacts changent au fil du temps, certain dépérissent et ne sont donc pas figés dans le temps. L’enjeu est alors de maintenir et de préserver les différentes versions pour continuer de les comparer et observer leur évolution.

Une seconde clé de lecture peut être le rapport de l’écrit avec l’espace par sa capacité de circulation, sa disposition dans l’espace et sa relation à sa localisation. En prenant en compte la dimension spatiale de l’écrit, il est possible de trouver des particularités initialement insaisissables sur l’analyse figée d’un écrit. C’est une posture qui se concentre sur les différentes versions d’un écrit et pousse l’analyse vers les formes d’apparition des nouvelles versions dans le temps.

Enfin, la troisième posture vise à analyser les formes d’engagement avec et dans l’écrit. Elle se penche sur les gestes et postures corporelles mais aussi les attitudes. C’est dans l’analyse des gestes fugaces de la vie quotidienne, qu’il est possible d’explorer la variété des formes d’attachement des personnes aux écrits notamment dans le rythme des activités scripturales et les moments clés qui les constituent.

Ecrits et rites funéraires

L’apparition des pratiques funéraires peut s’observer dès la préhistoire avec des formes de sépultures accompagnés de peintures rupestres. Mais ce n’est qu’avec l’apparition de l’écriture environ 3300 avant J.-C que certains rites funéraires commencent à laisser les premières traces scripturales avec des systèmes de signes. C’est d’ailleurs cette invention qui marquera la fin de la préhistoire alors même que des villes apparaissent suivie d’inventions en cascades qui révolutionnent les modes de vies et une société qui possède déjà de nombreux symboles et signes dans la pratique du commerce, dans la culture mais aussi dans les rites et croyances religieuses.

Les formes scripturales qui accompagnent les défunts sont diverses. L’approche conventionnelle nous pousserait à regarder vers les registres qui comptabilisent les décès et dont la découverte du plus ancien date de 1303 en France. Les différents récits, livres, manuels ou encyclopédies qui sont parvenus dans les mains des archéologues sont également une source scripturale importante pour la compréhension des rites funéraires tant ils donnent des précisions sur la vie intime du défunt.

Néanmoins, une approche alternative peut permettre d’aller observer directement les rites funéraires qui comportent des traces écrites ou même des systèmes de signes encore méconnus. Les tombes, chambres funéraires, mausolées, cimetières, et autres nécropoles regorgent d’objets scripturaux qui en disent un peu plus sur la vie du défunt et qui permettent parfois même de contester les écrits relatant son histoire. Ces inscriptions sur des objets dans les lieux de sépulture sont d’une richesse considérable tant il existe une pluralité de pratiques religieuses et donc de rites funéraires incluant des objets scripturaux qui varient au travers des civilisations.

Les inscriptions funéraires dans la diversité des sépultures

La question de la mort est une question centrale depuis le début de l’humanité. Pour l’aider à surmonter se lourd fardeau qui pèse sur lui, l’humain a institué une multitude de rites funéraires comprenant très rapidement des écrits. Les rites funéraires modernes sont la somme d’une partie de la culture religieuse des civilisations qui se succèdent chacune d’entre elles s’inspirant des symboles et pratiques des autres.

L’exemple des inscriptions funéraires égyptiennes est particulièrement riche. Des petites figurines de personnages momifiés comprenaient des hiéroglyphes qui indiquaient les attributions des serviteurs dans l’«Au-delà». Placés dans la tombe, ces nombreux serviteurs accompagnaient le défunt pour les travaux dans le Monde des Morts. Plus tard, ces statuettes seront couvertes d’inscriptions faisant référence au chapitre du livre sacré. Outre les nombreux hiéroglyphes présents dans certaines pyramides, les pierres qui ont permis de la construire portaient également des inscriptions, marquant la trace des bâtisseurs. Les sarcophages attestent quant à eux d’une apparition précoce des écrits dans les rites funéraires. Ces inscriptions étaient destinées à préserver le mort, lors de son voyage vers l’au-delà, de la faim, de la soif et de tous dangers.

L’épitaphe de la Grèce antique est un autre exemple de pratiques scripturales dans les rites funéraires. Cet oraison funèbre est d’abord un discours prononcé lors des funérailles publiques mais il est aussi présent sur le lieux de sépulture. Cette inscription funéraire qui rappele le souvenir de la personne morte est placée sur une pierre. L’épitaphe de Seikilos est le plus ancien exemple découvert d’une composition musicale complète avec sa notation accompagnée d’un texte. Cet objet scriptural faisait partie d’une des colonnes de la tombe d’un certain « Euter » mais a finalement passé entre les mains de différents collectionneurs d’archéologie comme la preuve qu’elle a traversé les époques et marqué différentes civilisations, notamment le catholicisme.

Les inscriptions funéraires chrétiennes du Moyen Âge en Europe tirent donc leur inspiration dans la culture gréco-romaine. Mais une coutume chrétienne va s’instituer en Europe, celle de se faire inhumer à l’ombre de la croix. Ce privilège sera accordé aux grands du Royaume, les rois et les reines puis les riches chrétiens purent obtenir cette faveur très recherchée en faisant des dons importants à l’Église. Certains purent bénéficier de tombeaux au sein même de cathédrales, mourant en martyrs et bénéficiant d’éloges funèbres de toute beauté tandis que les moins chanceux finirent dans des fosses communes ou des catacombes. Mais peu à peu, les cimetières se sont ouverts aux fidèles de la paroisse de l’église la plus proche, favorisant l’émergence de pratiques scripturales nouvelles.

Les lieux de sépultures personnels, familiaux ou collectifs évolueront très largement à travers le temps qui aura permis une profusion d’objets scripturaux dans les rites mortuaires. L’art funéraire des tombeaux si riche dans l’Antiquité disparaîtra presque complètement dans le Haut Moyen Âge pour retrouver à partir du XIIe siècle une partie de sa splendeur. Mais déjà de nouvelles pratiques funéraires apparaissent accompagnée de nouvelles inscription funéraires.


Denis J., Pontille D. (2013), « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit », dans Datchary C. (ed.), 2013, Le sens du détail : petit précis méthodologique en sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau Éditions, p. 17-30

Une lutte temporelle : l’écrit comme une arme

Au cours de mes études supérieures, j’ai souvent été amené à effectuer des recherches approfondies sur le passé de l’humanité, sur des thématiques précises, des sujets diverses et variés, des époques différentes, dans le but de comprendre notre société actuelle afin d’en connaître et d’en comprendre les rouages.

Pour se faire j’ai souvent eu l’occasion de traiter avec de multiples outils, le plus souvent des il s’agissait de plateformes numériques de regroupements de sources, mais également d’atlas, de dictionnaires, d’ouvrages spécialisés, ou encore généraux.

Ayant fait des études d’histoires, j’ai souvent été confrontés à des témoignages, de personnes d’une autre époque, le plus souvent écrit, visible notamment aux archives.

Je me suis donc plusieurs fois déplacer pour pouvoir me rendre dans ces lieux regorgeant d’histoire, regorgeant de mémoire.

Cependant, toutes mes recherches, n’auraient pu aboutir sans l’existence d’un « composant essentiel des sociétés modernes », soit l’écrit.

Dans l’article de DENIS Jérôme et PONTILLE David, « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit » ces derniers abordent la thématique de l’écrit et nous explique comment percevoir cet outil non plus dans un cadre institutionnel mais comme un « artefact graphique » indispensable de nos jours. Cependant, nous retiendrons deux aspects de l’écrit mentionné dans l’article, d’une part la « performativité » de l’écrit et de l’autre l’importance du support de l’écrit.

En effet lors de ma lecture de l’article, j’ai souligné un point commun entre ces deux éléments constitutifs du monde de l’écrit.

Le support de l’écrit nous permet de mieux appréhender les caractères scripturaux, inscrit sur le support en question (panneaux directionnels, livre, tombe), en effet il constitue un élément important dans l’observation et la compréhension des écrits (lisible ou non). La performativité de l’écrit, permet de nous donner une indication, donc la lecture en est primordiale afin de nous informer, tandis que le support nous permet d’être informer de ce que l’on va lire. Ces deux aspects bien qu’assez éloignés nous permettent principalement de s’informer. Nous verrons par la suite que ces deux aspects bien que différents sont liés.

La nécessité de support, pour l’écrit

Reprenons l’exemple de mes études supérieures ; comme je l’ai indiqué j’ai fait face à de nombreuses sources écrites que j’ai confronté au fil du temps. Cependant, la question se pose concernant la disponibilité de ces sources mais surtout de leurs lieux de stockage. J’ai donc eu l’opportunité de feuilleter des ouvrages dans des bibliothèques différentes, ainsi que dans des lieux regroupant des archives papiers. Les archives de la préfecture de police de Paris, m’ont permis de mettre la main sur des journaux, datant d’un temps, d’une époque qui ne mettait pas propre. Le papier s’effritait, sa couleur avait changé, certaines écritures s’effaçaient, ce qui témoigne de l’aspect temporel du support papier.

J’ai trouvé cela assez stupéfiant, de pouvoir avoir entre les mains des papiers aussi délicat. J’ai alors demandé au personnel si tous ces papiers avaient été dupliqués, et il me répondit que oui, tout avait été numérisé cependant, concernant le support d’origine, malgré l’entretien, et les recherches faites autour de la conservation de ces feuilles, aucune solution n’avait abouti mis à part la numérisation. Cet exemple soulève donc la question de la maintenance des écrits. Il s’agit entre autres de pouvoir transmettre des écrits d’antan, tout en gardant le format/l’aspect originel de l’écrit. Malgré la numérisation du papier, celui en reste tout de même le principal auteur et donc sans ce papier nous ne pouvons numériser. L’entretien de la mémoire, de certaines histoires, certains faits historiques ou polémiques se fait donc par le processus de la maintenance. La transmission de la mémoire n’est possible que si l’on a matière à pouvoir se souvenir, ou bien pouvoir apprendre au travers de support écrit (n’omettons pas l’existence de la vidéo, de la photographie… mais il s’agit ici essentiellement de l’écrit car bien plus ancienne que ces méthodes nouvelles).

N’oublions pas également l’importance des bibliothèques qui permettent de centraliser ces ouvrages.

Le souci de la conservation, ainsi que la volonté de la transmission intergénérationnelle des supports écrits, ne sont pas en soi des méthodes nouvelles. En effet, au Moyen-Âge, le roi Charles V (1338-1380), mis au gout du jour, la bibliothèque, qui fut transmise de roi en roi : un livre constituait un joyau du savoir. Des meubles furent donc pensés afin d’y stocker soigneusement les livres de la bibliothèque qui se devaient d’être vu par tous.

L’usage au quotidien de la performativité: Les panneaux directionnels

À pied, en voiture, ou encore à vélo, nous avons tous besoin de nous repérer dans l’espace et pour se faire des panneaux directionnels existent dans l’ensemble des villes. Il s’agit de panneaux constitués d’écritures nous permettant de nous situer. Par opposition, penser que les applications tel que Waze, ou encore Plans, puissent remplacer ces panneaux est un mythe. Durant l’été, je me rendis en voiture sur mon lieu de travail. Ce jour-là, le thermomètre affichait environ 28°C. Avant de partir je décide d’installer mon application afin d’y suivre l’itinéraire. J’avais environ 45 minutes de trajet. Arrivée à la moitié de mon trajet, en pleine autoroute mon téléphone affiche un thermomètre avec l’inscription « le téléphone a besoin de refroidir », je n’ai donc plus accès à l’application, et pas la possibilité de m’arrêter. D’où l’importance des panneaux directionnels qui m’ont permis d’arriver à destination.

L’article DENIS Jérôme et PONTILLE David, met en lumière, le travail dit invisible des agents de maintenance (lorsqu’un panneau par habitude est au même endroit cela représente pour nous une norme, cependant s’il est amené à être dégradé ou même décroché cela va fortement attirer notre attention). En effet, le travail effectué par ces agents n’est autre que le travail de maintenance qui nous permet d’avoir accès à ces informations écrits.

Ils entretiennent également la mémoire d’un lieu, d’une direction, d’un monument, en indiquant sa localisation.

Un souvenir éternel

Attelons-nous maintenant à un élément constitutif d’une pierre tombale ; la gravure des informations du défunt. Dans un premier temps, ces informations, nous permettent d’en savoir plus sur la personne reposant en ces lieux. Chaque personne, lectrice de ces informations, contribueront à la conservation de la mémoire du défunt. La gravure sur pierre de ces informations est assez symbolique et permet entre autres de faire face aux intempéries du climat et de lutter contre le temps, dans le but de faire prospérer la mémoire du défunt. On y retrouve donc cette volonté de transmission de la mémoire par la maintenance.

La performativité et le support de l’écrit sont des sujets étroitement liés car ils soulèvent deux thèmes bien précis : la maintenance et la mémoire. En effet, sans maintenance il est plus difficile d’avoir accès à cette entité qu’est la mémoire.

Cependant, avoir accès à la mémoire est tout à fait possible sans travail de maintenance mais celle-ci en sera plus réduite.

REBAINE Naomi


Denis J., Pontille D. (2013), « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit », dans Datchary C. (ed.), 2013, Le sens du détail : petit précis méthodologique en sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau Éditions, p. 17-30

Sur les traces des graffeurs

La ville ne cesse d’étouffer entre les sirènes, les foules et les déchets. Ainsi, le travail des agents de maintenance est d’entretenir la cité, de préserver la tranquillité de la ville, de maintenir l’ordre.

Les sociologues Jérôme Denis et David Pontille, présentent la complexité du maintient de l’espace public face à l’invasion du graffiti; dans le texte : ”L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine”.

Un aspect nous frappe dans ces 26 pages, la parole de ces auteurs de ”délinquance graphique” n’est pas présente ?

Alors qu’en est-il des graffeurs ?

De Ménilmontant à Villejuif, le graffeur parcourt Paris et ses environs à la recherche d’une nouvelle surface à tagger. Dans sa poche gauche une bonbonne, dans la droite un trousseau de clés; ouvrant les portes et les trappes des endroits les plus isolés de la capitale.

Une caractéristique interroge sur cette forme d’expression qu’est le graffiti, notamment vis à de la mémoire.

Les entrepôts désaffectés, un des principaux terrains de jeu des graffeurs, offrent une approche intéressante sur cette question de temporalité. Avant de développer sur le rapport entre mémoire et graffiti, il est nécessaire de distinguer deux branches de cette pratique.

Le graff se sépare en deux branches distinctes : légal et vandale.

Le graffiti légal, est pratiqué sur des surfaces vouées à la pratique tandis que le graffiti vandale, comme son nom l’indique, se pratique dans des lieux qui ne sont pas prédestinés à être tagués. Ainsi, le graffeur qui tague sur une surface dite légale, ne s’inscrira pas dans le temps, son dessin sera recouvert par un autre. Dans la communauté établie du graffiti, les différents crews (équipes de plusieurs graffeurs exerçant en groupe) prônent un certain respect. Recouvrir le graff vandale d’un autre graffeur sera perçu comme une attaque personnelle au travail de l’artiste.

Comment perdurer quand la ville rejette et décide de suspendre les activités de ces graffeurs; qui participent à une nuisance visuelle selon les agents de maintenance. Comment faire perdurer un art qui est voué à disparaître ? 

Le rapport aux forces de l’ordre

En effet, la dualité entre police et graffeur existe depuis l’apparition de cette pratique dans le New York des années 70. Il est question de maintenir l’espace publique et d’en empêcher sa dégradation. Cependant ce maintient se fait dans une animosité particulière, si bien qu’il est fait mention de ”lutte anti-graffiti”. Le graffiti, n’est pas apprécié, il dégrade, détruit et doit être effacé sans laisser aucunes traces de son passage.

Afin de laisser libre court à l’expression des graffeurs, les villes n’hésitent pas à mettre en place des lieux voués au graff. Cependant, le graff en vient à perdre son essence originelle qui est de s’imposer sur l’espace public, de se faire entendre, de s’exprimer sur n’importe quelle surface.

Les graffeurs vandales ne cessent de tagger métros et rues en opposition; par refus d’être parqués dans des endroits destinés à encadrer leur pratique. Le graffeur rejette l’ordre et pratique son art comme il le souhaite, ce qui fait écho à l’origine même du graffiti qui repose principalement sur la liberté d’expression. 

Crédit photo : Uniforme de graffeur par l’artiste FEGAF, Exposition SWM 2022.

Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

L’attention à la fragilité : le parallèle avec l’exploration et l’importance du regard lors du processus de maintenance

La publication de l’article “Maintenance et attention à la fragilité” en 2020, par Jérôme Denis et David Pontille, s’intéressant tous les deux au domaine de l’ethnographie du travail, est un moyen pertinent de mettre en valeur l’importance de l’exploration sensorielle et notamment l’importance d’un regard extrêmement attentif lors des activités de maintenance.

L’importance du processus de maintenance et le rôle que jouent
les agents d’entretien au sein de l’aire urbaine

Ce que l’on retient immédiatement en lisant cet article c’est que les agents d’entretien participant à ces activités, en liant tous les matériaux nécessaires afin qu’elles soient les plus efficaces, que ce soit des matériaux physiques, des instruments de travail ou encore leurs propres organes, participent à la préservation de notre patrimoine urbain et à la continuité de son existence décennies après décennies.

Ces héros de la préservation de l’espace urbain parisien, et français d’une manière générale, agissent dans les moindres recoins, les moindres bâtiments, les moindres infrastructures, les moindres ruelles et toutes les zones les plus susceptibles de subir des mutations, d’être altérées ou métamorphosées au fil du temps, ; afin que ce dernier préserve sa beauté, son histoire et son agréabilité à le fréquenter face à l’usure et à la fragilité.

Cependant le travail de ces derniers, malgré l’utilité essentielle et la nécessité qu’il joue dans le processus de préservation de notre patrimoine urbain, a parfois tendance à être oublié. Et en parallèle à ce phénomène, la fragilité de l’espace que l’on côtoie, que l’on visite ou encore dans lequel on vit aussi.

Aucune casse, aucune panne, aucun élément perturbateur ne leur échappe malgré une détection qui n’est pas toujours évidente. C’est le cas lors des situations de maintenance d’effacement de graffitis et de gestions d’eaux qui ont été pris pour exemple dans cet article.

Leurs activités peuvent prendre la forme d’inspections, d’enquêtes, d’explorations, d’analyses, de réflexions ou encore d’interventions. Ce qui fait de leur travail une activité qui nécessite d’être particulièrement attentifs et minutieux.

Source : Télérama ( ” Graffiti illégal : cette nuit où des tagueurs ont ravagé la station Louvre-Rivoli” )

Le lien entre fragilité, maintenance et mémoire

Ce que l’on retient également, dans le cadre de la lecture de cette article, c’est le fait que ces activités de maintenance contribuent beaucoup plus qu’à essayer de ramener une infrastructure, un endroit ou encore un objet à son état antérieur ou de tenter de favoriser sa stabilisation. En effet, elles contribuent à assurer leur devenir, leur avenir, à éviter de devoir réparer ou parfois supprimer dans certains cas. Ou au contraire contribuent à en conclure de ce qui doit être maintenu ou non, supprimé ou non, et de ce qui se maintient ou se maintiendra.

Dans tous les cas, ces actions et décisions effectuées dans le cadre de cet exercice permettent de s’assurer que certains endroits particulièrement fréquentés ou bien symboliques soient bien entretenus et soient agréables à côtoyer.

C’est par exemple le cas du cimetière Père Lachaise, endroit sur lequel je centre ma propre enquête. Une nécropole qui est fréquentée, visitée par de nombreuses personnes tous les jours et qui révèle un symbole très fort puisqu’elle représente l’endroit où se rencontrent les vivants et les défunts, l’endroit où on lutte contre l’oubli, où l’on vient rendre mémoire ou se remémorer, se souvenir.

Les activités de maintenance et d’entretien semblent ainsi particulièrement importantes au sein d’endroits aussi symboliques que celui, en l’occurrence parce que la fragilité des choses peut être mise en lien avec la fragilité de la vie.

Photo du cimetière Père Lachaise prise de jour

Clément Chantrelle


Denis J., Pontille D. (2020), « Maintenance et attention à la fragilité », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 20 septembre 2022.

Les graffitis, entre désordre et embellissement de la ville

Jérôme Denis et David Pontille présentent les différents aspects du processus d’effacement des graffitis à Paris dans leur article intitulé L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine, publié en 2018. Ils abordent les multiples enjeux que ce processus de maintenance soulève. Dans un premier temps, celui-ci est étroitement lié à l’image de la ville. 

Les graffitis et l’image de la ville 

Si on en vient à vouloir effacer ces manifestations graphiques c’est parce qu’elles donnent une mauvaise image de la ville. D’une part, ce sont des signes de désordre. On a tendance à se sentir moins en sécurité dans un quartier où les murs en béton ont été recouverts de tags qui expriment des slogans, des noms ou encore des insultes. La pratique du tag est interdite et relève du vandalisme. Dès lors, dans l’imaginaire collectif, une ville où les graffitis non autorisés prolifèrent est une ville où leurs auteurs, qui sont donc des criminels, s’introduisent dans des endroits où ils ne sont pas censés être pour taguer les murs, et cela sans que l’autorité publique n’intervienne. On imagine les criminels en question capables de bien plus que seulement dessiner sur les murs, ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez les habitants. Les graffitis sont ainsi des signes de défaillance officielle.  

Graffiti sur le métro parisien

D’autre part, la présence des graffitis participe à l’image de la ville dans le sens où ils posent la question de la propreté urbaine. En plus d’être associés à la criminalité, les graffitis sont associés à la saleté. Ce sont des graphismes singuliers aux couleurs et aux formes disparates qui ne montrent aucune linéarité avec le paysage urbain et sont souvent très visibles. Tout comme on ne veut pas trouver de déchets sur le trottoir quand on marche dans la rue, on ne veut pas tourner la tête au détour d’une ruelle et se retrouver nez à nez avec un graffiti exprimant un message politique enflammé. Pour faire face à ces nuisances visibles et à l’initiative du maire Jean Tiberi, une politique d’effacement des graffitis est lancée dans les années 2000. C’est un travail de maintenance urbaine colossal qui possède son lot de contraintes, comme par exemple le matériel de traitement choisi spécifiquement en fonction de chaque mur et chaque graffiti. 

Un travail d’invisibilisation 

Cette maintenance est nécessaire et elle doit être menée de manière continue au fur et à mesure du temps, selon Pontille et Denis, afin de garder la ville dans son état d’origine – autant que cela est possible bien sûr. Pour cela, l’organisation s’est faite progressivement, et notamment par l’aménagement de métiers spécifiques comme celui d’agent effaceur. Ce dernier vient s’ajouter à la liste des personnes qui sont responsables de la maintenance des espaces et des bâtiments dans la ville. Ce sont les éboueurs, les agents d’entretien ou encore les jardiniers, toutes ces personnes dont les actions sont invisibilisées mais qui sont indispensables au bon fonctionnement d’une ville. En effet, les auteurs présentent la maintenance urbaine comme un travail d’invisibilisation. Invisibilisation des graffitis, tout d’abord, puisque tout le processus vise à les rendre invisibles en les effaçant. Mais on remarque également une invisibilisation du travail d’effacement en lui-même. Le graffiti est signalé, appréhendé puis confié à un agent effaceur qui va se charger de le faire disparaître. Tout cela se déroule dans la discrétion sans que les habitants s’aperçoivent forcément du passage de l’agent, et rapidement, si bien que certains n’ont pas le temps de remarquer le graffiti en question. 

Graffitis autorisés

Enfin, face au nombre important de graffitis sur le territoire parisien considéré pour la maintenance urbaine, des critères ont été définis afin de savoir quels sont ceux à effacer, et quels sont ceux qui sont acceptés. Ces derniers sont d’ailleurs recensés afin de faciliter le travail des agents. 

Toutefois, il est intéressant de remarquer que l’on retrouve sous la même appellation graffitis à la fois les graphismes non autorisés, parfois au caractère injurieux, parfois seulement dessinés dans l’illégalité sur un mur appartenant à l’espace public, et à la fois les graphismes autorisés dont la présence a été négociée avec le propriétaire du bâtiment où ils sont apposés. A partir du moment où ils sont autorisés, ces derniers sont alors classés dans la catégorie de street art. Mais cette classification n’est-elle pas arbitraire ? Selon quels critères détermine-t-on quels graffitis sont autorisés et quels sont ceux qui doivent être retirés ? A l’origine, tous les graffeurs ont la même volonté : s’exprimer librement, revendiquer une opinion ou dénoncer une idée, et cela hors des supports traditionnels et de manière anonyme. C’est aussi une manière pour les graffeurs de s’approprier l’espace dans lequel ils vivent. Ainsi, même les graffitis autorisés sont porteurs d’un message car aucune œuvre d’art n’est neutre et objective. On peut imaginer que c’est le caractère explicite, offensant, ou “politiquement incorrect” du message qui est condamné. Mais est-ce que tous les graffitis effacés entrent nécessairement dans une de ces catégories ? 

La Petite Fille au ballon par Banksy

On pense alors à Banksy, par exemple, qui fait des œuvres intéressantes esthétiquement et avec un message politique ou social fort. Pourtant ce qu’il fait est toujours considéré comme illégal et controversé parce que ce n’est pas autorisé : il n’y a pas un accord préalable entre l’artiste et le propriétaire des lieux où il tague. De plus, dans certaines villes, on demande à des artistes de recouvrir les murs dans une volonté d’embellir les rues et espaces publics. À Brétigny sur Orge (91), par exemple, dans le cadre de projets organisés par la commune, des fresques murales ont été réalisées sur le mur d’une ruelle mal éclairée, afin de rendre l’atmosphère plus agréable pour les habitants qui l’empruntent. Finalement, ce qui sépare les graffitis qui relèvent du street art de ceux à effacer, c’est cette autorisation accordée par la ville. 

Fresque murale à Brétigny

A l’image du processus d’effacement des graffitis, ces projets d’embellissement des villes participent aussi à la maintenance urbaine. Avec des fresques murales colorées, ils contribuent à l’atmosphère graphique des espaces urbains et redonnent vie aux coins les moins accueillants de la ville. 

Johanna Apostolidis


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Quand nos trajets refont l’histoire

Nos yeux sont quotidiennement sollicités par des images : dans le métro, dans la rue ou encore sur nos téléphones. L’iconographie présente en ville peut aussi bien nous pousser à consommer qu’à éveiller notre vigilance. C’est un outil certain car, à l’inverse de mots,  elle ne présente aucune limite. Il est souvent jugé que les images et schémas sont compréhensibles de tous, des enfants comme des plus âgés n’ayant pas leurs lunettes. Cette théorie est décriée par Jérôme Denis et David Pontille, auteurs de l’ouvrage Le sens du détail : petit précis méthodologique en sciences sociales paru en 2013. À leurs yeux, l’écrit mérite une attention aussi importante que l’image et les textes ne se destinent pas qu’aux métiers dits « intellectuels ». Ils souhaitent ainsi analyser les modes d’existence de l’écrit pour comprendre son rôle dans notre société. Par leur ouvrage, les auteurs nous invitent donc à « explorer la fabrique scripturale du monde » grâce à un regard qui doit être vif et empli de curiosité. 

L’observation peut concerner une multitude de supports, des plus répandus aux plus rares. Chaque « artefact graphique » rencontré au coin d’une rue est porteur de sens.

Les angles de rues ont d’ailleurs tous quelque chose de commun. L’attention que nous y portons est réduite car nous empruntons ce chemin par habitude ou dans la précipitation. Pourtant, chaque rue, boulevard, allée, place ou avenue porte un nom. Cette appellation est signifiée par une plaque à chacune de leurs intersections et extrémités. L’usage le plus fréquent que nous en faisons est lié à notre orientation : pour aller d’un point A à un point B, la solution la plus pratique reste encore de suivre les indications de notre téléphone à travers ces rues.

En me promenant dans les rues de Lille, j’ai pris le temps d’aller à la rencontre de ces personnes au destin particulier. Tantôt ancien maire, artiste ou chef de guerre, la plupart ont marqué la ville de leur passage. Les odonymes, noms de voies publiques, les plus célèbres en France ont forcément leur place à Lille, tels que la place Charles de Gaulle, la rue Solférino, le boulevard Vauban ou encore l’avenue Foch.

Cependant, d’autres noms réveillent l’histoire locale, comme c’est le cas pour la place Louise de Bettignies. Agent du renseignement français et native du département du Nord, elle travaillait pour l’armée britannique durant la Première Guerre Mondiale. La rue Delezenne rend également hommage à Charles Delezenne, scientifique et pédagogue lillois du XVIIIe siècle.

Le fait de nommer les rues a débuté au Moyen-Âge, le nom était généralement en rapport avec le lieu « Grande rue », « rue des Boucheries » ou « rue de la Rivière ». C’est d’abord à Paris, en 1728, que des inscriptions sont apparues à l’angle des rues. Pour voir les plaques bleues que nous connaissons aujourd’hui, il faudra attendre l’année 1844, toujours dans la capitale. L’opération était sollicitée par la Poste, pour faciliter le travail des facteurs. À la lumière de l’article étudié, cela pourrait correspondre à la théorie de l’acteur-réseau, évoquée par J. Denis et D. Pontille et développée par des sociologues dans les années 1980. En effet, l’apparition des plaques nominatives est engendrée par une activité professionnelle. Il existe donc un lien entre « humain » et « non-humain ».

À travers ces plaques, somme toute ordinaires, se cachent des milliers d’histoire. Elles se révèlent à qui veut bien les connaitre. C’est ainsi une manière de se souvenir et de faire perdurer l’histoire, par un biais autre que l’apprentissage à l’école, les livres ou encore les documentaires. Cette préservation de la mémoire est un vecteur d’unité car à travers ces inscriptions, les habitants aussi bien que les touristes sont incités à entretenir l’histoire de l’individu. Ne serait-ce qu’en prononçant son nom pour trouver une adresse, on le fait vivre par la parole.

J’apprécie cet assemblage de personnalités formant un quartier, un arrondissement, une ville ; des destins que tout oppose se retrouvent à cohabiter. Par l’ironie du sort, certains noms peuvent être attribués à des impasses. Pourtant qui souhaiteraient que son patronyme revienne à une impasse ?

Nous pourrions ainsi nous interroger quant à la dénomination de nouvelles rues. C’est au Conseil municipal que revient cette tâche. Après avoir reçu diverses propositions de la part des citoyens, les élus votent. En 2021, il a été souligné qu’à peine 3% des rues lilloises rendent hommage à une femme, contre 12% à Paris. Cette sous-représentativité des femmes dans l’espace public reste marquée et génère de nombreuses critiques. Par cette polémique, le constat est clair : les appellations des rues sont un enjeu actuel et suscitent le débat à travers les époques.

Juliette SIMON

 

*Jérôme DENIS et David PONTILLE “Les ficelles pour une ethnographie de l’écrit”, in datchary C. (ed.), 2013, Le sens du détail : petit précis méthodologique en sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau Edition, 17-30.

Maintenance, un travail invisible essentiel

Mon téléphone indique neuf heures dix et me voilà dans le métro parisien à regarder ces panneaux auxquels je ne prêtais pas attention quelques jours auparavant. Avant de lire l’étude de Jérôme Denis et David Pontille, « Performativté de l’écrit et travail de maintenance », je n’avais pas conscience de la nécessité d’un travail de maintenance pour la performativité de la signalétique du métro parisien. 

Écolier, banquiers, étudiants, retraités se mélangent dans un rythme soutenu. Chacun se dirige vers sa ligne et son quai avec aisance. La signalétique ne semble même plus être observé comme un acquis dans ce paysage quotidien. Et pourtant la place qu’occupe cette signalétique n’est pas immuable et demande un travail constant d’entretien.  

Une uniformité au service de la performativité de l’écrit  

Pour comprendre comment cette signalétique s’est ancrée dans notre paysage quotidien, les auteurs nous explique toute l’importance de l’uniformité de la signalétique du métro parisien. 

Après cette lecture, je me suis faite cette remarque: « Malgré des édicules qui peuvent différer avec les époques qui sont passées, l’intérieur des stations est toujours similaire, avec les mêmes codes. On s’y retrouve toujours ». 

Et pour cause, une rénovation de la signalétique a eu lieu au début des années 1990. La signalétique du métro parisien a fait l’objet d’une normalisation détaillée avec des règles de construction définies. Les panneaux s’inscrivent désormais dans un dispositif graphique. Un panneau prend tout son sens une fois posé dans l’espace du métro, sa fonction se définit. C’est la tout le secret de la performativité de cette signalétique. Le chiffre 1 dans un rond jaune a peu de sens à l’entrée d’un supermarché, hors dans une bouche de métro il indique au voyageur sur quelle ligne il va circuler. 

J’ai alors compris toute l’importance d’une cohérence et d’une standardisation pour stabiliser un environnement aux yeux du public qu’ils accueillent. Les caractéristiques de l’environnement étant les même, je ne me sens jamais perdue d’une station à une autre car j’en comprends les codes. La signalétique est un élément central de l’identité de la RATP et permet de produire une série de lieux types à travers les différentes stations. En prenant place dans cette espace elle permet à chaque utilisateur de la comprendre naturellement grâce à l’harmonie globale entre les signes du réseau, ainsi elle facilite la navigation du voyageur. 

Maintenir pour pérenniser 

Un autre point de cette étude m’a ouvert les yeux sur un travail de l’ombre pourtant essentiel. 

Au vu de notre expérience et de ce qui est évoqué plus haut, on aurait tendance à penser que ce dispositif est désormais stable et acquis grâce à sa standardisation. Pourtant, il fait l’objet de nombreuses opérations pour légitimité un travail de maintenance indispensable. 

« La signalétique est loin d’être une évidence » : la stabilité de ce système dépend d’un travail de maintenance quotidien de la part de nombreux agents. Lʼimmuabilité de  la signalétique n’est jamais acquise. 

« Maintenir, cʼest assurer la stabilité des choses, les doter dʼune permanence dont elles ne sont pas pourvues « naturellement » : un travail de maintenance, qui nécessitent des capacités à percevoir les différences d’un objet qui semble stable au premier regard, est effectué chaque jour. 

Avant cette lecture, je n’avais pas conscience du réel travail de maintenance invisible que nécessite un tel dispositif graphique. 

La maintenance au service de la mémoire 

Cette lecture qui rentre dans un cours portant sur la maintenance et la mémoire m’a permise de réfléchir sur un évènement historique de ces derniers mois. Grâce au travail de maintenance, un hommage a pu être rendu à la reine Elizabeth II par le métro parisien. Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 septembre 2022, après la fin du service, des agents ont installé des plaques au nom de la reine dans la station George V le temps de ses funérailles. Leur travail invisible a permis d’honorer la mémoire de la reine d’Angleterre.

Une étude qui laisse à réfléchir…

La standardisation de ce dispositif graphique permet aux utilisateurs de circuler facilement et s’est standardisé au point de rentrer dans leur quotidien. Je me demande s’il ne serait pas intéressant de standardisé et appliquer ces codes à d’autres réseaux de transport pour une plus grande optimisation de la circulation.

Salomé Gallet


Denis J., Pontille D. (2010), « Performativité de l’écrit et travail de maintenance », Réseaux, 163, p. 105-130.

Les graffitis, une forme d’art ou de dégradation de la ville ?

Les sociologues Jérôme Denis et David Pontille s’intéressent au processus d’effacement des graffitis dans la capitale comme un « ordre esthétique » et un « dispositif d’entretien » dans une enquête intitulée « L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine » paru en novembre 2018. 

Une mise en ordre esthétique 

Cela met en évidence le caractère matériel et linguistique de la ville et révèle une partie de sa structure organisationnelle. L’opération de nettoyage du système rend invisibles les graffitis considérés comme dangereux. L’enquête montre que restituer la forme tangible de l’espace urbain partagé nécessite de passer par l’invisibilité d’un autre. Il y a une opposition entre les graffeurs et les agents d’entretien.La propreté est primordiale car les graffitis représentent la brutalité et la violence. L’initiative de « programme opération mur propres » pour éviter la dégradation des murs et la vulnérabilité des lieux. Donc il a été mis en place pour repeindre les murs par Jean Tibéri maire de Paris .Cela relève d’une gestion politique et contrôle de la ville de Paris contrairement à certaines villes urbaines. 

Le street art une forme de graffitis dans les milieux urbains 

À l’inverse de la ville de Paris les graffitis sont une forme d’art urbain. La ville de Choisy-Le-roi a décidé de poursuivre vers le sud ce musée à ciel ouvert en créant un sentier de street art. À la différence d’autres villes, ils ont choisi de travailler ce sujet de manière participative avec les habitants qui décideront avec les artistes ce qu’il y aura sur les murs de la ville.Il y a un portrait de Nelson Mandela sur les murs de l’école maternelle Nelson Mandela de Choisy-Le-Roi pour la mémoire du président sud-africain.      

 Le street art est si répandu dans cette ville que ses habitants ont pris l’habitude de participer à la prise de décision, mais aussi à la réalisation, la bombe de peinture sur les mains !Cette initiative est intégrée au sentier street art, ce cheminement balisé par des fresques qui relie sur 15 km plusieurs villes du Val de marne (Arcueil , Ivry etc…). L’enjeu de la ville est double :  embellir pour valoriser la ville et favoriser l’appropriation de l’espace public par les Choisyennes et les Choisyens en les associant à la réalisation de ce sentier.     

Crédit : @Choisy-Le-Roi.fr                                           

Toutefois , utiliser  une bombe de peinture, ou tout simplement peindre une œuvre sur un mur n’est pas si simple que ça, c’est du travail qui reflète une idée ou un symbole.Pour le graffeur ce n’est pas simplement une forme de vulgarité mais de l’art gravé sur un mur. 

Aissata-Laure Diop 


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search