L’art scriptural : Un moyen d’archivage funéraire

Le cimetière du Père Lachaise est situé dans le XXe arrondissement de Paris, en France. Il a été ouvert en 1804 et est considéré comme l’un des plus célèbres cimetières du monde, notamment en raison des nombreuses personnalités enterrées sur ses terres. Chaque année, le Père Lachaise est visité par 3,5 millions de personnes et s’étend sur plus de 43 hectares ce qui correspond à 80 terrains de football et 280 km de chemins, avec une estimation de 75 000 tombes soit 1,5 million de inhumer. Il est également considéré comme un lieu historique et artistique, de ce fait, il attire des visiteurs pour leur valeur culturelle ou architecturale. 

Le Cimetière du Père Lachaise vu de haut photo prise par kamelia le 25 octobre 2022, à Paris.

Quand le cimetière fut créé comme dit précédemment en 1804, les Parisiens ne voulaient pas être enterrés là-bas car la nécropole se trouvait trop loin de la ville.  Le préfet de Paris a alors décidé d’amener les sépultures de Molière et Jean de la Fontaine au père Lachaise, deux figures emblématiques du XVII qui sont mortes 200 ans avant la construction de ce lieu. Afin que les Parisiens soient davantage incités à se faire enterrer là-bas à leur mort. 

Il existe de nombreuses formes d’art qui sont utilisées dans cette nécropole, notamment les sculptures funéraires, les stèles et les pierres tombales. Les sculptures peuvent être réalisées dans différents matériaux, comme la pierre, le bronze, le marbre et même le verre. Elles peuvent représenter des personnages célèbres enterrés dans le cimetière, des scènes religieuses ou des symboles comme des anges, des croix ou des colombes. Et peuvent être utilisées pour rendre hommage aux personnes enterrées sur le site, pour donner une touche artistique au cimetière ou pour offrir du réconfort aux visiteurs. Certaines sculptures peuvent également avoir une valeur historique ou culturelle, en raison de la personne qu’elles représentent, du sculpteur qui les a réalisées ou du culte voué à la sculpture. De ce fait, cela nous amène à nous demander si les sculptures funéraires de personnages connus aident au maintien de la mémoire. 

Les sculptures témoins de la mémoire des défunts…  

 

Parmi les allées sillonnant le cimetière, il est courant de trouver des sculptures, en particulier sur les pierres tombales et les monuments funéraires. Ces sculptures peuvent être utilisées pour honorer la mémoire des défunts en représentant des symboles ou des motifs significatifs pour eux, tels que des fleurs, des animaux, des instruments de musique, des armoiries, etc. Comme la fait le sculpteur Auguste Préault pour H.Balzac qui était un écrivain français célèbre pour ses romans et ses nouvelles, notamment La Comédie humaine, une série de plus de 90 œuvres qui explore les différentes strates de la société française du 19ème siècle. Sa tombe est ornée d’une statue en bronze représentant Balzac en train d’écrire, surmontée d’un buste en marbre de l’écrivain. La tombe de Balzac est l’une des plus visitées du cimetière du Père-Lachaise, et est considérée comme un lieu de pèlerinage pour les fans de l’écrivain et les amateurs de littérature.  

Tombe Honoré de Balzac

Les sculptures peuvent également être utilisées pour raconter des histoires, des événements importants dans la vie des défunts, ou pour exprimer des émotions telles que la tristesse, le regret ou la reconnaissance. Elles sont conçues pour aider les personnes à se souvenir et à honorer la mémoire des défunts de manière tangible et visuelle. Comme le montre bien le gisant de Fernand Louis Arbelot qui fut directeur de la Banque continental de Paris de son vivant. Peu avant sa mort, et pour prouver son amour passionnel pour son épouse, il décide d’organiser sa dernière demeure de sorte qu’il puisse admirer le visage de sa femme pour l’éternité. Malheureusement le sculpteur termine le gisant après sa mort et c’est son épouse qui concrétise son idée pour qu’ils soient unis et continus de vivre leur histoire d’amour dans l’au-delà. Aujourd’hui, il repose avec son épouse sous une émouvante statue en bronze, œuvre du célèbre sculpteur Adolphe Wansart.

Gisant de Fernand Arbelot photographie prise par Kamelia le 25 octobre 2022 à Paris

Entre superstitions et légendes.. 

 

Tandis que certaines personnes considèrent les cimetières comme des lieux de repos paisibles pour les personnes décédées, d’autres préfèrent croire en des légendes fantastiques qui pourraient améliorer leur quotidien sur la chance, le bonheur, l’amour ou encore la fertilité. De ce fait, plusieurs monuments funéraires laissent place à l’imagination comme celui du journaliste Yvan Salmon, dit Victor Noir, un journaliste d’opposition tué après une altercation avec le cousin de Napoleon III. À l’origine il est réputé car il devient le symbole d’un culte politique de la répression de l’Empire face à la lutte pour la liberté. Mais grâce au sculpteur républicain Jules Dalou qui édifie en sa mémoire, un gisant de bronze allant jusqu’à graver le moindre détail comme sa veste plier ou encore la balle qu’il a reçue sur sa poitrine avant sa mort. Aujourd’hui c’est l’une des plus visités du cimetière parisien,  son tombeau acquiert progressivement des connotations et des vertus érotiques: la légende veut qu’en frottant le gisant, surtout à l’endroit du sexe, on recouvre fécondité ou virilité. Par conséquent, à force que les visiteurs placent leurs mains sur ces parties génitales cela laisse place à la couleur cuivrée et ce, depuis son inauguration jusqu’à nos jours. Ainsi, un culte sexuel se substitue définitivement au culte politique à partir des années soixante.

Photographie Gisant de Victor Noir

Il y a aussi le tombeau d’Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, qui détient la sépulture la plus fleurie du lieu, et qui est le fondateur de la philosophie spirite la croyance en la réincarnation. Son œuvre influence aujourd’hui la culture et la vie publique brésilienne. Sa tombe est très impressionnante et est conçue à la façon d’un grand dolmen de granite. D’après les pèlerins, le défunt aurait prononcé cette phrase : « après ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombe ma tombe, puis faîtes un vœu. Si vous êtes exaucés, revenez avec des fleurs. » Cependant, il semblerait que cette phrase soit fausse et que le rituel créé en son nom ait été inventé d’après une fausse citation. Néanmoins, malgré que le grand public soit conscient de cette rumeur, l’engouement reste toujours le même et il est remarquable. Mais Allan Kardec, homme de science, n’aurait probablement pas approuvé cette pratique relevant de la superstition.

Photographie de Allan Kardec

Maintiens la mémoire du cimetière: un devoir collectif

 

La mémoire du Père Lachaise est préservée grâce aux efforts de ceux qui s’engagent grâce à des associations de bénévoles,  a collecté des fonds pour entretenir les tombes des célébrités enterrées là, tandis que d’autres organisent des expositions et des conférences pour en faire connaître l’histoire. Les légendes sur les tombes peuvent varier en fonction de la culture et de la région, mais elles ont souvent pour but de rendre hommage aux personnes qui y sont enterrées comme Oscar Wilde qui était un écrivain, poète et dramaturge irlandais du XIXe siècle. Il est surtout connu pour ses pièces de théâtre, comme “Le Portrait de Dorian Gray” et “L’importance d’être Constant,” mais aussi pour son homosexualité, qui lui a valu d’être emprisonné en 1895, et avait subi un traitement inhumain en prison, ce qui a probablement contribué à l’aggravation de sa santé ce qui a été la cause de sa fin de vie tragique. Il a été inhumé après sa mort en 1900, au Père Lachaise à Paris. Son tombeau est orné par une statue en marbre d’un sphinx en haut d’une colonne, avec des ailes déployées et un visage exprimant la joie.  Réalisée par Jacob Epstein, elle a été installée sur la tombe de Wilde en 1912. Son histoire est un peu particulière car du fait de son homosexualité les parties génitales du sphinx étaient jugées un peu trop proéminent auraient été cassées par une anglaise en 1961.  Par la suite, il est né une tradition, celle de mettre du rouge à lèvres et d’embrasser la tombe d’Oscar Wilde ce qui supposerait attirer la chance en amour. Le problème c’est que cela a détérioré la tombe, de ce fait pour protéger la sculpture la maintenance du cimetière à fait installer des plaques de plexiglas. Elle est considérée comme une œuvre d’art importante et fait partie des tombes les plus visitées du cimetière. 

Photographie du sphinx du tombeau de Oscar Wilde

La mémoire est un élément important de la vie du cimetière. Les tombes, les plaques commémoratives et les jardins de souvenir sont autant de manières de se souvenir des personnes décédées et de perpétuer leur mémoire. Cette nécropole est également considérée comme un lieu historique, où l’on peut découvrir l’histoire des personnes enterrées là et de la région dans laquelle ils vivaient. Ils sont ainsi des témoins de l’histoire et de la culture d’une région, et contribuent à la mémoire collective.

 

En résumé, le cimetière du Père Lachaise est un lieu de mémoire important pour les habitants de Paris et les visiteurs du monde entier. L’administration du cimetière s’efforce de maintenir la mémoire des personnes enterrées sur le site en enterrent les tombes et en organisant régulièrement des cérémonies et des événements pour les honorer. Les tombes et les monuments funéraires qui se trouvent dans les cimetières servent souvent de rappel permanent de la vie et des réalisations des personnes qui y sont enterrées. De cette manière, les cimetières peuvent aider à préserver la mémoire des personnes décédées et à maintenir leur présence dans la vie des personnes qui leur sont restées. 

En outre, le cimetière du Père Lachaise peut également être un lieu de mémoire collective, où les gens peuvent se rassembler pour se souvenir de personnes, d’événements importants de l’histoire, ou pour partager des légendes inventées ou non par le grand public. De par mon expérience j’ai pu remarquer que l’art scriptural mettait en valeur des personnages qui deviennent connus grâce à l’histoire que leur tombeau véhicule ce qui permet de ne jamais les oublier, ni d’oublier ce qu’ils ont fait de leurs vivants. Ce qui est intéressant de remarquer au Père Lachaise c’est que le design des tombes évolue, par conséquent, toutes les tombes datent de différentes époques on a un art funéraire contemporain qui s’adapte à son époque.  Ce qui lui vaut chaque année, des milliers de personnes visitent le cimetière pour se recueillir sur les tombes de leurs proches ou de leurs idoles. Le cimetière est également un lieu de promenade et de détente pour les habitants de la ville, qui peuvent y admirer la végétation luxuriante et les nombreuses sculptures et œuvres d’art qui y sont exposées. Néanmoins les cimetières doivent-ils être eux-mêmes conserver par la nouvelle technologie avec la photographie, par exemple, les tombes et leurs architectures artistiques pour transmettre la mémoire des sculptures qui avec le temps n’existeront peut-être plus. 












L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

L’avis des morts subsiste

Dans le master Médias, Communication et Villes numériques auquel j’appartiens, un sujet d’étude atypique nous a été confié : le cimetière du Père Lachaise, comme lieu de mémoire et de maintenance. Depuis cette annonce, j’ai réalisé que parmi les enterrements auxquels j’avais assistés dans ma famille, aucun ne s’était terminé au cimetière. Dans ma famille, on se fait incinérer. Alors moi je n’y ai jamais vraiment réfléchi, à me faire enterrer.

Face à la mort, j’ai toujours dissocié le corps et l’âme. Une fois la personne décédée, l’âme s’envole et le corps est disséminé à un endroit qui était cher à la personne en question. Nul besoin de conserver le corps comme « souvenir », le plus précieux étant dans l’esprit. Je ne suis pas à l’aise à l’idée d’être enfermée dans un cercueil, enfouit sous terre. Il en va de même pour mes proches, les savoir cloitrés dans une boite m’attriste, même si je conserve l’idée que l’âme s’en est échappée. J’aime autant qu’on puisse être libre, de corps comme d’esprit.

Les visites au cimetière du Père Lachaise ont été des plus surprenantes pour moi. J’ai saisi une certaine matérialisation de la mort qui, à mon sens, était plus spirituelle que palpable. D’où peut donc venir cette volonté, voire même ce besoin, de garder ses morts auprès de soi, sur terre ? Pourquoi marquer leur passage dans cette vie à travers une sépulture ?

C’est avec ces idées mais sans jugement que je me suis rendue à trois reprises au cimetière du Père Lachaise. Je souhaitais être la plus neutre possible pour ressentir ce qu’il y a de tangible et d’intangible dans ce lieu si mystique. La vie et la mort s’y entremêlent, l’une et l’autre cherchant à se rattraper sans cesse. J’ai capturé l’atmosphère du cimetière, les bruits, le calme, les familles qui se recueillent, les passants qui visitent, les fleurs fanées et les feuilles tombées des arbres …

Pour étudier le cimetière sous toutes ses coutures, j’ai pris soin d’emprunter des chemins différents à chaque visite. Je partais toujours de la porte du Repos pour arriver porte Gambetta. De forme circulaire, j’ai découpé le cimetière en trois parties. La première fois, j’ai choisi d’axer mon observation vers la gauche, la seconde je suis allée voir la partie centrale et la troisième fois, j’ai filé vers la droite. J’ai choisi d’être seule pour effectuer ces visites car c’était pour moi le meilleur moyen de m’imprégner au maximum du lieu. Pour la même raison, je n’ai pas mis mes écouteurs.

En débutant mon observation par la porte du Repos, j’ai rapidement été frappée par l’alignement des sépultures autour de la voie pavée. Ce n’est pas pour rien que ce genre d’endroit se nomme « nécropole » me suis-je dit. Du grec ancien « nekropolis » cela signifie « cité des morts ». En effet, il s’agit d’une petite ville dans la grande ville qu’est Paris. Tout peut s’y assimiler : des sépultures en guise de maisons aux voies pavées en passant par les panneaux nommant les allées. J’étais stupéfaite. Il y avait même des panneaux pour limiter la vitesse des véhicules circulant à 20 km/h !

Une allée du cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

Une fois ce constat fait, la seconde chose qui m’a marquée n’est autre que la diversité des sépultures : pas une n’est identique à l’autre. Ce désir de différenciation animera ma curiosité et sera élémentaire dans mon analyse.

J’ai progressivement ressenti, en lisant les noms sur les tombes, en calculant l’âge auquel les personnes étaient décédées et en lisant les épitaphes, une certaine mélancolie. Je ne les connaissais pas et pourtant je me trouvais à les regretter. L’émotion que devaient ressentir leurs proches à la vue de ce lieu m’envahissait. Je songeais aussi aux être chers à qui j’ai dû dire adieu ces dernières années. Ce recueillement m’est alors paru très différent des moments où je pense à eux, dans mon quotidien.

Le cimetière comme lieu de mémoire

Chaque tombe représente un individu symbolise encore sa “présence” dans ce monde. J’ai compris que pour les proches des défunts, leur rendre visite dans cette enceinte pouvait prendre la forme d’un rendez-vous. C’est l’occasion de parler à la personne mais aussi de prendre soin d’elle. La sépulture matérialise une personne et la rendrait presque encore en vie. C’est l’ultime endroit où elle repose. Ce terme de repos est d’ailleurs utilisé comme pour dire qu’elle dort, qu’elle est parmi nous malgré l’absence ressentie. Dans ce lieu qu’est le cimetière, les proches peuvent trouver un certain isolement, leur permettant de s’apaiser. Ils peuvent aussi se sentir au plus proche de l’être qu’ils ont perdu, pour échanger avec lui. La sérénité du lieu y est propice. Dans ce cadre où se côtoient pierre et nature, on semble éloigné de tout ce qui se rapporte à la technologie, au bruit, à la foule. Tous ces éléments trop “modernes” sont laissés hors du cimetière.

Les tombes, consacrées à l’éternité, sont plus ou moins sauvages. Le cimetière du Père Lachaise est rempli d’arbres séculaires dont les racines vont parfois jusqu’à soulever les sépultures qu’elles croisent sur leur chemin.

Certaines n’ont pas un siècle mais portent déjà l’usure du temps, d’autres bien plus anciennes perdurent et sont soigneusement conservées. Le contraste en est frappant. J’ai remarqué que de nombreuses sépultures étaient entretenues comme on entretient sa maison, son intérieur. Par endroit, un grand soin est apporté à ce qui entoure la tombe. Comme pour rendre ce lieu plus “chaleureux”, de la décoration est même parfois exposée. Elle est sans doute définie par les goûts de l’individu décédé, ou bien est-ce celui de ses proches ? J’ai même découvert un post-it sur une sépulture, comme une note laissée à quelqu’un qu’on va rapidement revoir.

Post-it dans une sépulture – crédit : Juliette SIMON

La manière dont les proches traitent ce lieu de recueillement est représentative du soin qu’ils porteraient à l’individu. Au détour d’observations de pierres tombales et de lectures d’épitaphes, j’ai donc cerné la quête de personnalisation de cet endroit. La personne décédée a pu faire part de ses dernières volontés à ses proches concernant le choix du cercueil, de la sépulture. Cela peut aussi être eux qui ont pris ces décisions pour lui rendre hommage. Les tombes, par leur apparence, expriment toutes un caractère particulier lié au défunt à qui elles correspondent. C’est le lieu ultime.

La société d’outre-tombe

La pluralité des monuments funéraires fait donc échos à la diversité des êtres humains qui passent sur terre. Ils ont chacun leurs singularités, qu’il s’agisse de la forme, du matériau ou des mots choisis pour qualifier le défunt. L’association de ces éléments permet une personnalisation optimale.

Ce dernier lieu « d’habitation » d’une certaine façon, est le reflet de la société dans laquelle nous vivons : notre condition sociale nous suit jusqu’à la fin. En effet, la forme de la sépulture est influencée par l’origine sociale du défunt. En se promenant, il est facile de discerner les plus riches des moins aisés car, oui, les obsèques et le monument funéraire sont un coût indéniable pour la famille.

Pour les plus fortunés, on retrouvera des monuments clos, de taille moyenne. Cela m’a fait penser à de petits « temples ». Prenant la forme d’une habitation on peut y voir inscrit au-dessus de la porte le nom de la famille qui y repose. Certains sont plus ou moins ornés, avec des statues aux abords de l’entrée, des colonnes gravées ou encore des vitraux. Ces bâtiments ne sont pas récents, ils datent pour la plupart du XVIIIe ou du XIXe siècles. J’aurais aimé savoir si encore aujourd’hui ces sépultures sont visitées ou si elles sont seulement entretenues par les agents de maintenance du cimetière. En voici 2 qui m’ont interpellée.

Sépulture de la famille Menier – crédit : Juliette SIMON

J’ai admiré cet édifice pour le travail de ses bas-reliefs. Situé à une intersection du cimetière, il est d’autant plus mis en avant. Après quelques recherches, j’ai compris que l’illustre défunt n’était autre qu’un député du XIXe siècle, Emile-Justin Menier, fils du célèbre fondateur de la chocolaterie Menier. Le portrait du défunt a été sculpté dans la pierre, au-dessus de la porte. Ce bâtiment a tout d’une petite maison et semble très entretenu.

Sépulture des familles Tencé Sourdeval et Bodereau

Celui-ci m’a semblé plus proportionné. J’ai apprécié sa double porte aux grilles ajourées. Le nom des deux familles figurent au-dessus, sans fioritures. Les colonnes encadrant la porte amène nos yeux à se poser à leur sommet. Des visages y sont représentées. Un bas-relief entoure la partie supérieure du bâtiment avec de légers motifs floraux. Un blason est gravé au sommet mais je n’ai pas retrouvé l’histoire de ces familles.

Ce genre de monument funéraire n’est plus construit aujourd’hui, ceux-ci témoignent donc de la volonté de rendre hommage aux personnalités importantes, qui ont marqué leur époque. Cela ne date pas d’hier et se retrouve aujourd’hui encore, malgré des sépultures moins imposantes.

Une autre forme de sépultures, beaucoup plus répandue est celle des chapelles. Elles sont également assez anciennes mais se maintiennent en très bon état. J’ai toutefois été étonnée d’observer que de nombreuses étaient laissées à l’abandon. Elles marquent l’appartenance religieuse des familles catholiques avec une croix souvent au sommet. Fermées par une porte, j’ai réussi à en distinguer l’intérieur. Elle se composent toujours de la même façon : un autel est accessible sur le mur du fond avec un rebord pour s’agenouiller et prier. J’ai retenu ces deux ci-contre, plus discrètes que les monuments précédents, il s’agit tout de même de lieux clos accessibles uniquement à la famille.

Chapelle de la famille Léonce Brault – crédit : Juliette SIMON

 

 

Chapelle de la famille Guillon – crédit : Juliette SIMON

Pour le reste, il s’agit de sépultures plus simples : une pierre tombale avec une stèle, qui en est la partie verticale. Majoritairement plus récentes, on peut discerner le statut social du défunt car les codes des pierre tombales sont plus faciles à décrypter.

Le matériau utilisé est déjà un élément de comparaison certain. Il en existe trois types : le plus commun est le granit ; celui symbole de noblesse est le marbre ; enfin, le moins exploité devient la pierre calcaire.

J’ai effectivement constaté que le granit était ce qu’il y avait de plus répandu. On peut en choisir sa couleur, sa structure ou son grain. C’est également la pierre qui s’entretient le mieux car elle résiste à la chaleur, à la saleté, aux rayures mais aussi aux intempéries et à l’humidité, à l’inverse du marbre et de la pierre calcaire qui ont une forte porosité.

Montre-moi ta tombe, je te dirai qui tu es …

Une fois ces différences soulevées, je me suis arrêtée sur de plus petits détails. J’ai en quelque sorte cherché à connaître les défunts, « invisibles » et pourtant à quelques mètres de moi. Avec leur monument funéraire, il m’était possible de découvrir plus que leurs simples nom, dates de naissance et de décès. J’ai ainsi relevé plusieurs catégories d’individus.

Il y a d’abord ceux qui sont morts lors d’un évènement historique ou dans le cadre d’une opération extérieure dans l’armée française. Ce passage de leur vie est toujours notifié sur la stèle, visible de tous. Il parait important pour les proches d’inscrire cette information. Mais à qui sert-elle ? Est-elle nécessaire pour s’en rappeler ? Est-ce pour les visiteurs du cimetière ? Je comprends le besoin d’honorer la mémoire, cependant l’hommage en lui-même n’en sera pas plus fort ; il est là symboliquement. La peur de l’oubli semble régir notre rapport à la mort. C’est selon moi, ce qui justifierait le fait de tout écrire, pour se souvenir et se recueillir.

Sépulture de Pascal Georges Desvaux – crédit : Juliette SIMON

D’autres ne sont pas morts à cause d’une guerre mais ont été persécutés et déportés, à cause de leur religion. Ils ont ressenti le besoin de l’inscrire sur leur stèle car cet évènement traumatique qu’est la Shoah a marqué leur vie. Je trouve cette inscription intrigante car ils souhaitent donc conserver auprès d’eux ce douloureux souvenir, même après la mort.

Sépulture de Gitle Barszczewski et d’Hervé Jacubowiez – crédit : Juliette SIMON

Dans un registre plus doux, beaucoup de pierres tombales ont été réalisées pour sceller un lien entre deux personnes. Souvent des couples, la relation qui les a unis dans la vie semble perdurer pour l’éternité. J’ai été marquée par cette tombe, sur laquelle deux sculptures représentant un homme et une femme sont assis. Ils semblent discuter, paisiblement.

Sculpture sur une sépulture au cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

D’autres personnes ont vu leur vie rythmée par une passion. Beaucoup d’artistes présents au cimetière du Père Lachaise ont cette précision faite sur leur pierre tombale. Qu’ils soient écrivain, musicien ou peintre, un signe ou des mots viennent inscrire leur activité dans la pierre.

La personnalité du défunt peut également s’exprimer à travers les plantes et les fleurs que ses proches choisissent de déposer sur sa tombe. Ces deux sépultures m’ont marquée car j’ai trouvé qu’elles étaient dignes d’un jardin, à elles seules elles embellissaient la pierre tombale. Il y a quelque chose de très personnel sur ces deux sépultures ; j’avais comme l’impression d’entrer dans le jardin privé des proches et du défunt, lieu où ils se retrouveraient pour communiquer. Ces plantes doivent demander un certain entretien ; c’est attendrissant de voir se développer la vie, au fil des saisons, dans cet univers d’apparence régi par la mort.

Sépulture de la famille Mendes Simao et Vieira Monteiro – crédit : Juliette SIMON

 

Sépulture fleurie d’une famille asiatique – crédit : Juliette SIMON

Enfin, des objets anodins m’ont étonnée, ils étaient placés sur les tombes comme on place des porte-bonheurs sur une étagère. Le champ d’interprétation est vaste et j’ai préféré ne pas m’y prêter, pour préserver l’intimité des défunts.

Sépulture de la famille Maily- crédit : Juliette SIMON

J’ai également découvert dans le cimetière que de nombreuses personnes avaient préparé leur sépulture avant de mourrir. Pourquoi tant de prévisions face à la mort ? J’ai cherché des réponses et ce qui est le plus revenu, c’est l’aspect pratique. Cela évite aux proches en deuil de s’afférer avec les dernières volontés du défunt. Ce dernier est aussi sûr d’avoir une sépulture à son goût et à son image. Pour certains, cette préparation a quelque chose de rassurant. C’est une étape de plus vers la fin mais le début d’une nouveauté, d’un renouvellement. J’ai progressivement compris l’appréhension qui réside dans l’idée de mort : la peur d’être oublié.

La nécessité d’un au-delà à proximité

Après ces quelques semaines de réflexions, je pense la mort d’une façon différente. La « pensée humaine » est faite de sorte à ce que l’on se souvienne de notre vécu. Ce vécu intègre d’autres personnes, notamment celles qui nous sont chères. C’est donc par cette logique que j’ai compris que la mémoire ne pouvait pas tout résoudre. La douleur d’une absence ne peut être palliée par un souvenir agréable. Il en faut plus. Les photos, les objets, certaines paroles répétées et transmises sont autant d’éléments qui apaisent et nous rapprochent d’un proche, justement. Cependant, quand une personne meurt, nous ne pouvons pas nous empêcher de la situer. Elle n’est plus « là ». On emploie un vocabulaire du registre du voyage qui évoque l’ailleurs, le départ et la durée indéterminée qu’on prendra à la retrouver. Cette « disparition » nécessite donc un lieu symbolique où le défunt pourrait rester. Cet endroit prend diverses formes selon les sociétés et les croyances mais il existe pour tous. Chez nous, c’est donc le cimetière tel que celui du Père Lachaise qui fait office d’un « ailleurs ». La symbolique de ce lieu permet de nourrir un imaginaire collectif et par celui-ci, notre rapport à la mort.

Désormais, j’appréhende le cimetière d’un oeil neuf. J’ai même ressenti le besoin d’aller sur la tombe de mes arrière-grands-parents que je n’ai jamais connus. J’étais émue là où, auparavant, je ne pensais rien ressentir. L’utilité du cimetière comme lieu de médiation m’est alors apparue comme évidente.

Tout n’est, finalement, qu’une question de perception et d’expérience.

Juliette SIMON

Une balade au coeur du cimetière du Père-Lachaise

« J’y suis allée une fois. Ma tante voulait voir la tombe d’Edith Piaf. Je n’irai plus jamais ! Tu te balades, mais en même temps, tu vois des tombes partout. C’est trop bizarre ! » Voilà la première réaction de ma meilleure amie quand je lui annonce que je dois aller au cimetière du Père-Lachaise pour mon Master. « Qu’est ce que tu vas faire là-bas ? », me questionne-t-elle. Je lui explique que je dois m’y rendre à trois reprises pour « observer ». Mais observer quoi ? Je ne sais pas exactement… 

Dans ma religion, la mort est associée à l’au-delà. Il faut saluer ceux qui sont enterrés, il y a un protocole à suivre. Je me demandais ce qu’allait donner cet atelier « observation de la ville », car au Père-Lachaise, les tombes sont désacralisées. Avant de visiter les lieux, nous avons eu deux séances en classe.  Nous avons regardé un reportage, qui explique qu’en plus d’être un cimetière, c’est un véritable parc dans la ville de Paris. Pour entretenir la nécropole, il y a toute une organisation, des jardiniers, des agents, des graveurs qui participent à la conservation des lieux. Pour comprendre ce travail d’entretien des espaces publics, on s’est intéressé aux textes de Jérôme Denis et David Pontille. Ces deux sociologues abordent la notion du travail de la maintenance. Qui sont ses petites mains qui permettent à la ville de fonctionner correctement, mais dont le travail passe inaperçu ?

Pour ces différentes séances, je me suis laissée guider par mon instinct. Le hasard et les rencontres fortuites ont été mon fil conducteur tout au long de ces visites. Je vous propose de me suivre au cours d’une observation flottante du Père-Lachaise, et découvrir qui sont ces gens présents au cimetière ? Ceux qui y reposent et ceux qui le visitent.

1ère observation – 25/10/2022

J’entends le nom de la station de métro « Père-Lachaise » quasiment tous les jours, car elle est située sur la ligne 3, ma ligne quotidienne. Je descends pour la première fois à cet arrêt, et me dirige vers la sortie « avenue Ménilmontant ». Je monte les escaliers et arrive sur un terre-plein central qui sert de trottoir. La première chose qui me frappe est la présence à ma gauche d’une multitude de croix catholiques qui dépassent du mur. Tous les passants et les conducteurs voient les sépultures de l’extérieur. À ma droite, il n’y a que des pompes funèbres. Ils se juxtaposent tout le long de la rue. Le quartier est basé sur l’existence même de ce lieu. 

Cette première séance est plutôt de la découverte. Je décide de marcher avec Zoé, une copine de classe. Nous prenons le chemin principal à droite. La route est pavée, et le bruit de mes bottines résonne à chaque pas. Il est encore tôt, et il y a peu de personnes à l’horizon. 

La première tombe devant laquelle je m’arrête est celle de la famille CHEN LI. C’est la couleur rose qui m’interpelle. Plein de bouquets de fleurs sont posés sur des présentoirs, tous raccordés les uns aux autres avec des petits mots, et un ruban : « A Manounette de Pa et Ma » – « À notre soeur » – « À notre petite fille Manon » – « À notre petite fille adorée » – « Avec notre amour. Au nom de toute la famille JIN » – « Au nom de toute la famille Zhang » – « Au nom de la famille DONG ». L’emplacement des bouquets de fleurs est révélateur de la hiérarchie familiale. Le bouquet des parents est posé sur la tombe, celle des soeurs devant, celle des grands-parents sur les côtés, et celles des autres familles de part et d’autre du tombeau. « Manon » est certainement décédée il y a peu. Tous les bouquets sont en parfaits états et tout est bien organisé. Le rose illumine l’allée. Une couleur joyeuse dans un endroit censé être triste. Manon aimait certainement cette couleur, c’est peut-être pour ça que ses parents ont choisi ces fleurs. Après m’être arrêtée quelques instants devant la tombe des CHEN LI, je continue mon chemin, et remarque que sur plusieurs sépultures asiatiques, des bâtons d’encens sont brûlés. Dans leurs rites funéraires, ces bâtons permettent aux défunts de voyager vers l’au-delà plus sereinement. Je n’aurais jamais pensé qu’il y avait autant de familles d’origine chinoise enterrées ici. 

Une photo de la sépulture de la famille Chen Li au cimetière du Père-Lachaise, le 25/10/2022. Les fleurs et les rubans sont rose, et rendent hommage à Manon – Crédits : Laiquah Pandore

Je décide de sortir des sentiers battus, et tombe nez à nez sur des escaliers. C’est un raccourci pour accéder à la partie haute. Arrivée en haut, il y a une vue surplombante sur le parc. La végétation est omniprésente. Le feuillage et les arbres se fondent avec les pierres tombales. Je continue la balade, et m’arrête devant « Gilbert Becaud ». Je n’ai aucune idée de qui est cet homme, mis à part que c’est un chanteur, vu le nombre d’instruments de musique miniatures posés sur sa tombe. Un guide touristique, aux cheveux ébouriffés, fait la visite à un couple de Français. Sa voix, très singulière m’interpelle. En me voyant devant la tombe, il demande : « Vous connaissez Gilbert Becaud ? » Je réponds que non. Il s’exclame : « Prenez le photo et envoyez à papa, maman ! Ils seront contents. Il chante plein de chansons ! » Il s’éloigne, enthousiaste, et commence à chanter : « Nathalie – Nathalie », une des chansons du chanteur. 

Deux mètres plus loin, il croise un autre guide. Tous deux discutent des visites qu’ils ont faits récemment. « Tu leur as montré Valérie ? », demande le deuxième guide. « Non, pas encore. Sur les quarante-cinq hectares, je n’ai pas le temps à chaque fois ! » Soudainement, le deuxième guide se retourne vers moi, et me demande si j’ai vu « Sarah Bernard ». Je réponds que non. Il m’invite à le suivre devant sa tombe, et m’explique son histoire. « C’est notre première actrice française ! », dit-il. Le fait qu’il utilise le pronom « notre » m’interpelle. Je trouve cela assez étrange, comme si Sarah Bernard était une de ses connaissances.

En revenant sur le chemin principal, je croise un groupe de cinq gamines. Elles parcourent les allées et sont toutes excitées. La carte du Père-Lachaise en main, elles se pressent pour trouver ‘la’ tombe. La maman, accompagnatrice, essaye tant bien que mal de les calmer. Elle leur dit : « Calmez-vous les filles, il ne faut pas faire trop de bruits, on est dans un cimetière ! » C’est bizarre de voir des enfants aussi contents d’être là. Pour elles, c’était comme une chasse au trésor. Une fois devant le graal, la petite fille blonde pointe du doigt la pierre tombale et dit : « C’est ici qu’elle habite ! » Le rapport entre les visiteurs, les guides et les défunts est assez particulier. J’ai l’impression que les morts leur appartiennent, qu’ils les connaissent personnellement. Ils parlent d’eux comme-ci c’était un de leur proche. Un peu plus loin, dans l’allée principale, j’observe un garçon, caméra à bout de bras. Il est en train de se filmer. Accompagné de ses deux amis, il fait un « vlog » de sa visite. Pour l’instant, la plupart des personnes que je croise sont des touristes, anglais, espagnols et américains qui discutent. Les touristes ne s’aventurent quasiment jamais dans les petites allées, comme les habitués peuvent le faire. Ils se contentent uniquement des tombes connus, et restent sur le chemin principal. 

2ème séance d’observation – 08/11/2022

Cette fois-ci, je fais mon observation seule. Je m’intéresse aux épitaphes et décide de me plonger un peu plus au coeur du Père-Lachaise. Je m’arrête devant les tombes, et essaye de cerner la personnalité des défunts à travers les différents objets laissés. Je me balade, et prend en photos ce qui me semble pertinent : les fleurs, les sépultures, les épitaphes originales… 

Epitaphe
“Je suis heureux pour la première fois de ma mort”, un épitaphe humoristique au cimetière du Père-Lachaise qui dédramatise la mort – Crédits : Laiquah Pandore

Mais ce que je retiens principalement de cette deuxième séance est une rencontre fortuite de dernière minute. Alors que je m’apprête à sortir, je croise quatre camarades de classe qui discutent avec un monsieur. Je me joins discrètement à la conversation, et écoute son histoire. Il est ayant droit de la concession devant laquelle il se tient. Il a fait plus de 1000 kilomètres pour venir à Paris. Il a quitté Toulon ce matin, et est parti très tôt avec son camion rempli d’outils pour venir entretenir cette sépulture. Il nous explique « qu’il y a quelques années, le cimetière était très mal garder. Il était habité, il y avait des rites sataniques, des dégradations, des vols, etc. » Lui s’est fait volé une statuette qui datait de plusieurs centaines d’années. Il ne l’a jamais retrouvé et n’a pas pu porter plainte. « J’ai retrouvé des pavés à l’intérieur. Je suis descendu à quatre mètres pour tout nettoyer. Il y a plus de cent ans que personne ne s’est fait enterrer ici. Il y avait ÇA de terre au fond », imite-t-il avec ses mains. « Il y avait des gens qui venaient dormir dans ce caveau. J’ai retrouvé des bières à l’intérieur. » Il poursuit son récit et nous explique qu’il est le dernier héritier de la concession : « La concession est à perpétuité, tant qu’on est là pour entretenir. Mais il y a des familles qui s’éteignent, qui n’ont plus d’enfants. La concession est alors revendue à quelqu’un d’autre. » Un de mes camarades le questionne : « Donc, vous pouvez vous faire enterrer dedans ? », demande-t-il en pointant la sépulture du doigt. L’homme répond : « Oui, c’est agréable ici ! C’est plein Est ! Le soleil se lève juste en face », rigole-t-il. « C’est très beau, il fait chaud ! » Il nous invite à venir voir la sépulture de plus près, et nous montre une des statues qu’il a prévu de fixer aujourd’hui. « Ce n’est pas la plus belle sépulture, mais elle a son passé, son histoire », finit-il par conclure.

3ème séance d’observation – 29/11/2022

C’est bientôt l’hiver, et il fait très froid ce matin. À peine arrivée, je vois un couple qui entre avant moi. Les deux sont en pyjama, et se tiennent par la main. Ils habitent certainement dans les environs, et sont des habitués. Qui d’autre pour venir en chaussons et en short au Père-Lachaise ? En les écoutant de loin, je devine que ce sont des Américains. Une dizaine de minutes plus tard, je les vois déjà ressortir. Ils sont probablement venus rendre visite à un proche, mais j’aurais aimé savoir davantage. 

Photo d’un couple se tenant par la main au Père-Lachaise. La femme porte des chaussons, et le monsieur des claquettes. Leurs tenues montrent qu’ils sont des habitués des lieux. Ils viennent tôt le matin, le soleil se lève tout juste sur le cimetière – Crédits : Laiquah Pandore

Je décide de reprendre la même allée que la première observation et tombe sur la sépulture de la famille CHEN LI. Un mois après, ce n’est plus du tout la même. Toutes les fleurs ont disparu, il ne reste qu’un petit ruban par terre. La tombe a retrouvé sa sobriété. Le ruban où est inscrit « Manounette » est le seul indice qui rappelle la présence de Manon. Il n’y a aucune gravure avec son prénom. 

Photo de la sépulture de la famille Chen Li, le 29/11/2022, un mois après la première visite. Les fleurs ont disparu et la tombe a retrouvé sa sobriété. Il ne reste plus que le ruban rose posé devant la tombe qui indique la présence de “Manounette” – Crédits : Laiquah Pandore

En remontant une allée, je vois des morceaux de pierre détruite, et repense au monsieur de la deuxième observation : « Il y a des familles qui s’éteignent, et les concessions sont détruites » disait-il. Cela semble être le cas ici. La famille Ceyrolle et Lemonnier semblent ne plus avoir d’héritier. Je continue mon chemin et continue d’observer les épitaphes. Sur beaucoup de tombes, une importance est accordée au métier du défunt, au rôle qu’ils ont joué dans la société. C’est surtout le cas des artistes ou ceux qui semblaient être passionnés par leur travail.

Photos des morceaux d’une sépulture détruite. Ici elle concerne la famille Ceyrolle et Lemonnier – Crédits : Laiquah Pandore  

En continuant ma route, je vois une enveloppe posée sur un bouquet de fleurs. La curiosité est trop grande, je me faufile entre les tombes et finit par lire ce qui dépasse de l’enveloppe. C’est un mot : « Pour Marc, avec notre plus grande affection. Dominique et ses enfants ». Pile-poil à ce moment là, un passant me voit, et m’interroge du regard. Je détourne les yeux, j’ai l’impression d’avoir été prise la main dans le sac. Je fais mine de prendre une photo de la composition florale, qui est d’ailleurs, très belle. C’est un bouquet de fleurs blanches, qui rappelle le mariage. 

Une enveloppe a été laissée dans un bouquet de fleurs. La composition florale provient d’un atelier dans le 16ème arrondissement : “Fleurs d’Auteuil”, et l’enveloppe est adressée à Elfant Marcos au funérarium de l’hôpital Saint Joseph – Crédits : Laiquah Pandore

Depuis le début de cette troisième observation, j’ai l’impression que tout est lié à l’amour. Que la mort ravive l’affection qu’on porte à ses proches, ceux qui sont décédés ou ceux qui sont encore là. Des fleurs, des roses et des déclarations sont partout, sur quasiment toutes les tombes. Le travail de mémoire est entretenu grâce aux amis, à la famille et aux amants. Des petits mots, des objets, des photos, tous ces éléments qui aident à la personnalisation de la personne décédée. Dans l’immensité de l’endroit, cela aide à mettre un visage sur la tombe. Malheureusement, après plusieurs générations, les défunts tombent dans l’oubli, et les concessions qui appartenaient à une famille, laissent place à une autre. 

Je ne sais même plus où je me trouve, je me suis perdue dans une des nombreuses allées. J’entends les oiseaux chanter, et le vent dans les arbres. Je reste là, pendant une quinzaine de minutes, à observer la nature. Et pendant un instant, je ne suis plus à Paris, mais dans la forêt. Les oiseaux entonnent une douce mélodie au dessus des tombeaux, et j’oublie les morts le temps d’un instant, car la vie plane au dessus du cimetière.

Quand je décide de partir de cet endroit, je retourne brusquement à la civilisation. Le nombre de voitures qui circulent, un corbillard, un camion urgence décès, une Mini. Je bascule d’une forêt à la foule. « C’est où ? T’es sûr que c’est par là ? »« Elle est où Clarysse, je l’ai perdu ! »« C’était notre première visite ici, mais plus jamais pour Catherine ni Solange ce n’était pas possible. Elles n’ont pas aimé » « Moi je vous dis que 20% ce n’est pas suffisant, il faudrait augmenter plus »« Je ne comprends pas pourquoi elle sort avec lui, elle ne le mérite pas ». Une succession de bribes de conversation de tout ce qu’il y a de plus normal dans la vie de tous les jours, mais qui me semble hors du temps dans un tel contexte. Les gens vivent leurs vies au milieu des morts, et c’est là, la singularité du Père-Lachaise. 

Conclusion 

Le Père-Lachaise a pour réputation d’être celui des personnes connues : Gaspard Ulliel, Oscar Wilde, Jim Morison etc. Les touristes et les personnes de passage se cantonnent aux tombes des célébrités, et ne s’intéressent pas réellement à la nécropole. Malgré les idées reçues, le Père-Lachaise est le cimetière de Monsieur et Madame tout le monde. Monsieur et Madame tout le monde y sont enterrés, et Monsieur et Madame tout le monde se baladent. La mort remet tous les êtres humains sur un même pied d’égalité. Une célébrité va être logée à la même enseigne qu’une personne inconnue du grand public. Les guides s’adaptent aux visiteurs, comme ci c’était une sortie au musée. Pourtant il y a autre chose à voir. L’art funéraire est riche, que ce soit au niveau des épitaphes ou des sépultures. J’ai beau avoir passé plusieurs heures, je n’ai jamais vu deux fois la même chose. Les Parisiens, généralement les habitants du quartier se promènent comme dans un parc. Il est normal d’entendre des rires, des disputes au téléphone, des conversations sur le boulot, quitte à oublier cet aspect mortuaire. Ce cimetière est rempli d’oppositions. Il y a un contraste permanent entre la vie et la mort. Le travail de mémoire est entretenu grâce aux proches qui viennent fleurir et visiter les défunts, mais certaines sépultures tombent en ruine. La végétation reprend ses droits, avec tout un écosystème qui se remet en place, mais la civilisation est toujours présente. Les humains se baladent entre les morts, et l’amour se lit sur les tombes.

Les difficultés rencontrées

Le principe de l’observation flottante est de me suivre, mais au cours des six heures d’observation, je me suis concentrée sur différents sujets : les épitaphes, la nature, les conversations entre les gens, et c’était compliqué de tout retranscrire. Je prenais en photo et enregistrais tout et n’importe quoi. J’avais beaucoup de contenu et ne savais pas trop quoi en faire. Il était difficile pour moi de savoir ce qui était pertinent, et de faire des choix. Lorsque je croisais une personne, et que je voulais discuter, c’était maintenant ou jamais. Les chances étaient infimes pour que je la recroise dans l’immensité du cimetière. C’est aussi compliquer d’aborder le sujet de la mort, la peur de déranger quelqu’un qui travaille ou qui se recueille. J’avais le sentiment d’être une espionne. Je guettais les moindres détails et tendais l’oreille à chaque conversation pour les retranscrire. Si je pouvais le refaire, je m’y serais prise autrement. Je me serais intéressée principalement aux conversations des gens. Intégrer un groupe de visiteurs pour pouvoir accéder plus facilement aux réactions. Pour capter de l’audio, c’était aussi compliqué. Il fallait garder cette spontanéité de l’échange et en même temps activer le micro, et s’assurer que la qualité sonore soit bonne. Un des obstacles au cours de cette observation était aussi le créneau horaire. C’était les mardis à 9 h, et je pense que le public diverge selon le moment de la journée. Les personnes qui viennent un mardi matin, ne sont pas les mêmes qu’un samedi après-midi par exemple.

Laiquah Pandore

“Finalement, nous ne regretterons pas d’être venus…”

“Le cimetière a désormais vocation à aider les proches à surmonter la terrible épreuve que constitue la disparition des êtres chers. […] Tout est mis en scène pour les rappeler à notre souvenir, tout est fait pour maintenir un lien et une proximité entre eux et nous.” Dans son livre La vie secrète d’un cimetière, Benoît Gallot nous rappelle la fonction mémorielle donnée à celui-ci. Il ajoute : “La véritable vie après la mort ne serait-elle pas celle qui se prolonge dans la mémoire des vivants ?” Les cimetières, les enterrements, les cérémonies de crémation, tous les artifices mis en place servent à conserver le souvenir des défunts dans l’esprit des vivants, pour que ce dernier, même s’il faiblit, ne meurt jamais. 

La mémoire d’un Homme vit en grande partie dans le souvenir de ceux qui l’ont connu et aimé. Le cimetière est un endroit où la mémoire du mort est conservée, elle vit alors à travers un nom gravé sur la pierre tombale, une photo, des dates, pour qu’à travers les années et les générations, l’Homme ne soit jamais oublié. En effet, n’est-ce pas la volonté de tout être humain, une fois qu’il a pris conscience de sa condition mortelle, que son souvenir persiste et qu’il ne soit pas effacé ? Sinon, à quoi bon vivre ? A quoi sert-il de vivre si, après notre mort, personne ne se souvient que nous avons vécu ? La mémoire d’un Homme vit également à travers son épitaphe. Celle-ci est définie comme une “inscription mise sur un tombeau pour rappeler le souvenir d’une personne morte (soit par la simple mention de son nom, de ses dates, soit par un texte évoquant souvent de façon élogieuse sa personnalité ou les principales étapes de sa vie).” (site du CNRTL)

En abordant la notion d’épitaphe, je me suis posée plusieurs questions : quelle est la fonction des mots apposés sur une tombe, dans un cadre funéraire ? De quelle manière les mots donnent un sens à ce que l’on ne comprend pas et à ce qui échappe à notre contrôle, comme la mort ? Ainsi, comment les épitaphes participent-elles à honorer la mémoire des morts et à perpétuer le souvenir de leur vie ? 

Observation

Pour répondre à cette question, j’ai réalisé trois séances d’observation au cimetière du Père Lachaise. Situé dans le 20e arrondissement, il est connu comme étant le plus grand cimetière parisien intra-muros et l’un des plus célèbres dans le monde. Je me suis promenée seule, déambulant dans les allées sans chercher à atterrir volontairement quelque part.

Tombe de Mixel et Marie-Thérèse Laxague – Crédit photo : Johanna Apostolidis

La première fois, je me suis laissée porter, prenant en photo tout ce qui attirait mon œil et notant dans mon carnet ce que cela m’inspirait. Les sons, les couleurs, les disparités et les similitudes entre les tombes, les personnes que je croisais. Je me suis laissée surprendre et je me suis émerveillée de tout. Étonnamment, j’ai associé au lieu une image réconfortante, inspirante et apaisante. J’ai remarqué toutes ces écritures sur les tombes : le nom, le prénom, les dates de naissance du défunt, “A mon père”, “A notre mère”, et des citations, des phrases, des morceaux de poèmes – les épitaphes. Autant d’inscriptions qui participent à rappeler l’identité de la personne qui est enterrée et la gravent dans la pierre à tout jamais. Au cours de la deuxième séance, je suis partie à la chasse de ces épitaphes, je les ai lues, j’ai observé quels effets avaient ces mots une fois associée à un défunt, je les ai pris en photo pour m’en souvenir.

Lors de ma troisième observation, je fais des constatations plus spécifiques, j’écris dans mon carnet : “Je remarque qu’il n’y a presque jamais d’épitaphes sur les sépultures familiales, celles qui ressemblent à des petites maisons, ou des petites chapelles.” Puis, plus bas : “J’ai noté aussi deux catégories différentes d’épitaphes : celles qui sont des extraits, des citations de roman ou de poèmes, écrites de manière indéfinie, pas adressées directement à la personne. Et il y a aussi celles qui ont été écrites sûrement par les proches, avec une adresse directe, plus intimes et moins littéraires aussi.” 

En plus de mes observations, je me suis appuyée pour rédiger cet article sur le livre du conservateur du Père Lachaise, Benoît Gallot, La vie secrète d’un cimetière (2022). 

Panorama de quelques épitaphes 

Voyons maintenant un panorama de quelques épitaphes que j’ai pu relever en parcourant les allées du Père Lachaise. Certaines étaient bien visibles et j’ai dû déchiffrer celles effacées par le temps. 

Sépulture abîmée par le temps – Crédit photo : Johanna Apostolidis

Sur la tombe de Guillaume Apollinaire, il est gravé un calligramme en forme de cœur où l’on peut lire : “Mon cœur pareil à une flamme renversée”. Cette œuvre est extraite de son recueil Calligrammes publié en 1918. 

Sur celle de Jean-Louis et Sylvie Fournier, il est inscrit : “Finalement, nous ne regretterons pas d’être venus…” Jean-Louis Fournier est écrivain et a eu l’idée de cette épitaphe lors de l’écriture de son livre Veuf, à la mort de sa femme. Il souhaitait rendre hommage à leur amour unique et fort.

La tombe d’Yvan Goll et Claire Goll, tous deux écrivains mentionne : 

“Je n’aurai pas duré plus que l’écume

Aux lèvres de la vague sur le sable

Né sous aucune étoile un soir sans lune

Mon nom ne fut qu’un sanglot périssable”

C’est un extrait de l’œuvre Jean Sans Terre écrite par Yvan Goll.  

Allan Kardec est le “fondateur de la philosophie spirite”, comme nous indique sa tombe. On peut y lire par ailleurs ceci : “Tout effet a une cause, tout effet intelligent a une cause intelligente, la puissance de la cause est en raison de la grandeur de l’effet”, qui peut être considéré comme l’idéologie spirite dans son expression la plus simple.

Le silence est le lieu privilégié de l’émotion. Avant de parler, pendant les quelques secondes où l’on réfléchit à ce qu’on va dire, c’est peut-être là qu’on montre une partie de son âme.” Ces deux phrases écrites à l’ordinateur et imprimées sur une feuille blanche, glissées dans une pochette plastique et enfin déposées sur la tombe de Gaspard Ulliel sont une citation tirée du film Juste la fin du monde de Xavier Dolan, dans lequel il incarne le personnage principal. 

Si l’on peut souvent attribuer les épitaphes des personnes célèbres aux propriétaires mêmes de la tombe, d’autres demeurent orphelines, sans moyen de déterminer qui a, un jour, prononcé, dessiné ou écrit ces mots. A moins, peut-être, de s’adresser directement aux proches du défunt, ce qui serait une longue entreprise. Ces phrases seront alors seulement connues comme étant l’épitaphe d’une certaine personne. 

Fernand Arbelot repose avec sa femme sous une statue représentant un homme tenant dans les mains le visage de sa compagne, il est inscrit :Ils furent émerveillés du beau voyage qui les mena jusqu’au bout de la vie”

“L’amitié est un joyau si rare ici-bas que le coeur seul peut lui servir d’écrin” (Joël Gaboret, Christian Redon)

“S’il poussait une fleur à chacune de nos pensées pour toi, la Terre serait un immense jardin” (Roger Accard)

“Le temps passe, le souvenir reste” (Jacqueline Loiseau)

Sauf, lorsque l’épitaphe en question est signée, comme celle-ci : Ce n’est que la sixième vague d’extinction des espèces. J’étais là avant les cinq autres car la matière est une. Je serai encore là après. La forme du monde change mais il demeure. – Jeanne Hyvrard(Annie Comby, née Fontaine)

On retrouve également ce célèbre vers, écrit sur la tombe d’un défunt dont je n’ai pas noté le nom : Un seul être vous manque et tout est dépeuplé”. Il est extrait de L’isolement un poème d’Alphonse de Lamartine, paru en 1820. Par ailleurs, j’ai pu lire à deux reprises l’épitaphe “Le livre de la vie est le livre suprême que l’on ne peut ni ouvrir, ni fermer à son choix. On voudrait revenir à la page où l’on aime, mais la page où l’on meurt est déjà sous nos doigts.” (Familles Guyomard – Sagnes), qui est également une citation d’Alphonse de Lamartine. Ou encore cette simple phrase écrite en latin : In te domine speravi” qui signifie “Je mets ma confiance en toi, Seigneur”.

Tombe de Emilia et André Cornel – Crédit photo : Johanna Apostolidis

Enfin, certaines épitaphes sont des mots exprimés humblement au défunt, dans un dernier et éternel hommage : 

“Il fut bon fils, bon frère et bon ami. Il emporte avec lui les regrets de tous ceux qui l’ont connu.” (PL. Colombel)

“A mon cher mari, depuis que tes yeux se sont fermés, les miens n’ont cessé de pleurer.” “A notre très cher ami vers qui notre pensée sera toujours tournée” (Ignazio Scalas)

“A toi ma tendre et douce épouse bien aimée, tu nous as donné deux très beaux enfants très intelligents comme toi-même. Je t’aimerai toute ma vie et même après ma mort. Je te rejoindrai prochaine et nous serons ensemble pour l’éternité” (Emilia et André Cornel)

“Ta vie fut un exemple de dévouement et de courage” (Panconi)

Interprétation

J’en ai observé et noté encore bien d’autres, et il y en a certainement beaucoup que je n’ai pas vu mais qui serait intéressante à étudier. Quoiqu’il en soit, avec les quelques unes que je vous partage, nous pouvons dresser une liste de quelques thèmes récurrents que l’on retrouve. Si la vie et la mort reviennent souvent, ce qui ne nous surprend pas car le cimetière est le lieu de la rencontre la plus frappante et la plus symbolique entre ces deux notions. C’est aussi le cas du thème de l’amour, qu’il soit amoureux ou amitié, de la nature, des livres, ou encore de Dieu et de la religion. Il me semble que l’on peut facilement faire un lien entre ces thèmes et la mort et je vais en faire une rapide interprétation. Déjà, l’amour est ce à quoi aspire l’Homme, sa condition le pousse à rechercher l’amour tout au long de sa vie, que ce soit auprès d’une famille ou d’amis. C’est l’essence de la vie, et lorsqu’on l’a connu, il résonne inévitablement dans la mort. Ensuite, tous les poètes l’ont fait, le parallèle entre la nature et la mort est indéniable, puisque comme la vie, la nature est un cycle inarrêtable. La religion est très présente dans la mort, parce que lorsqu’ils ne parviennent pas à expliquer ou à comprendre un évènement, certains s’en remettent à Dieu, et parce que la religion promet la présence de la vie après la mort. Enfin, les livres car comme dans la vie, il y a un début et une fin, et entre les deux une histoire.

Sépulture des familles Guyomard et Sagnes – Crédit photo : Johanna Apostolidis

Comme je l’ai noté lors de ma troisième observation, et en faisant ce panorama, on peut en outre, remarquer une distinction de nature entre les épitaphes des personnes notoires qui ont marqué l’histoire et celles des personnes méconnues du grand public. Dans le premier cas, ce qu’on peut lire sur les tombes sont souvent des extraits de leur œuvre. Tandis que dans le deuxième cas, ce sont majoritairement des messages écrits par ceux qui les ont aimés. 

C’est de cette manière que les épitaphes participent à honorer la mémoire des défunts et à perpétuer le souvenir de leur vie : elles témoignent de ce qu’ils étaient, de leurs actions et de la trace qu’ils ont laissé sur ce monde et c’est pour cela que l’on se souviendra d’eux. En effet, la mémoire se définit comme le “souvenir qu’on a d’une personne disparue, d’un événement passé ; ce qui, de cette personne, de cet événement restera dans l’esprit des hommes” (Larousse). Pour les génies, les écrivains, les poètes, les épitaphes immortalisent leur œuvre, ce qu’ils ont construit de leur vivant, ce qu’ils ont fait de notable. Et pour les autres, ceux qui n’ont rien fait de grand aux yeux du monde, leur trace sont les gens qu’ils ont laissés derrière eux ; on se souviendra d’eux parce qu’ils ont été des mères, des pères, des filles, des grand-parents. 

Ces observations nous ont permis d’apprécier le caractère unique et personnel d’une épitaphe lorsqu’elle est une adresse directe. Et on peut alors imaginer que c’est la raison pour laquelle il n’y a pas d’épitaphe sur les sépultures familiales, parce que ne reflétant pas la vie et n’honorant pas la mort d’une seule personne, elle perdrait de sa valeur. Cependant, son aspect singulier et intime peut-être questionné lorsque l’on se trouve face à une expression qui n’a pas d’adresse directe, et qui ne fait pas référence au vécu du défunt, par exemple, “Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi” (Marie-Thérèse Laxague). L’expression apparaît comme une généralité, impersonnelle. Dans ce contexte, on aurait plutôt tendance à lui attribuer une fonction d’ornement, dans l’objectif de décorer la pierre tombale, de ne pas la laisser grise et silencieuse comme la mort, comme le défunt qui, gisant sous terre, ne parlera plus jamais. 

Ainsi, les mots gravés dans la pierre sont une manière de combler le silence. Ils seront tournés et retournés dans les esprits pour en saisir le sens, ils seront lus à demi-voix comme une prière. Ils prendront la place d’autres mots qui, empêchés par une émotion trop forte, ne parviendront pas à être exprimés. Dans la mort, les mots sont partout, parce qu’ils sont directement liés à la pensée. On parle des “dernières paroles” de quelqu’un avant qu’il ne pousse son ultime soupir. Il existe des livres relatant les derniers mots de tel homme ou telle femme célèbres. On veut savoir quels ont été les mots de sagesse, d’enseignement des gens brillants lorsqu’ils ont été contraints de regarder la mort en face. On parle aussi de “dire au revoir” à quelqu’un qui est condamné à mourir, il s’agit des mots exprimés au chevet d’un proche mourant, une personne qu’on a connu, qu’on a aimé, et qu’on ne reverra plus jamais. Ensuite, quand vient l’enterrement ou la cérémonie de crémation, on s’exprime à travers une éloge funèbre pour dire au revoir encore une fois, si on n’a pas eu l’opportunité de le faire avant, ou pour dire ce dont on aimerait se souvenir de la vie du défunt. A l’Eglise, le prêtre fait une lecture des textes bibliques, il y a des prières et des chants pour accompagner la disparition de la personne. Enfin, quand il ne reste plus personne pour en parler, ou parler à sa place, on écrit des épitaphes pour lui redonner sa voix le temps d’une phrase qui résonnera éternellement.

Tombe de Annie Comby – Crédit photo : Johanna Apostolidis

Mes dernières paroles à moi seront les suivantes : les mots sont partout, et la mort ne déroge pas à la règle. Les épitaphes ont plusieurs fonctions : celle de rendre hommage au défunt en se remémorant ce qu’il a construit au cours de son existence, perpétuer son souvenir dans l’esprit et l’espace physique des vivants, ou simplement combler le vide pour ne pas laisser gagner le silence éternel de la mort. Je trouverais particulièrement intéressant dans un second temps de s’intéresser à la psychologie derrière le choix de l’épitaphe : est-ce que le défunt la choisit avant sa mort ? ou bien est-ce la famille ? Cela se ferait alors dans un état d’esprit, un contexte particulier, avec beaucoup d’émotions et une grande tristesse, ce qui pourrait expliquer le ton et les thèmes solennels des épitaphes. Enfin, si j’ai choisi ce sujet c’est parce que j’ai toujours eu un lien très fort avec l’écriture et les mots qui ont le pouvoir formidable d’infliger tant d’émotions et je trouve que ce pouvoir des mots est décuplé lorsqu’il est pris dans un cadre funéraire. 

Johanna Apostolidis

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search