Le choix des mots

Lorsque j’étais plus jeune, j’ai été amené à me questionner sur le choix des mots et leur valeur pour chacun de nous. Je ne comprenais pas pourquoi dans les magasins, à la télévision ou encore dans la communication avec les autres préférait-on dire certains mots au lieu d’autres ? C’est vrai, pourquoi décider de faire la promotion d’un produit grâce à un slogan ? Ou encore pourquoi lorsque la reine Élisabeth est morte, tous les journaux se mettaient à utiliser des euphémismes du style « elle nous a quittés » en gros titre. La communication étant essentielle, qu’elle soit écrite ou parlée, impacte la vision de la personne qui reçoit l’information. Une méthodologie qui m’a permis de voir d’un autre œil toutes ces problématiques est l’ethnographie : observer, interpréter, décrire pour comprendre les écrits et les interactions entre les mots et les hommes.

Jérôme Denis professeur en sociologie et David Pontille directeur de recherche au CNRS décident d’écrire à ce sujet à travers l’article « Les ficelles pour une ethnographie de l’écrit » article tiré de l’ouvrage collectif « Le soin des choses, publié en 2013. Ils abordent 4 différentes notions pour faire une ethnographie de l’écrit : l’hétérogénéité, la spatialité, l’activité, et l’exercice du regard autour du même thème. Ils décident de construire leur récit avec 2 points par notion qu’ils nomment des « ficelles » ficelle 1 et ficelle 2, qui donne une ligne directrice à leurs articles. Ces deux chercheurs nous plongent à travers leurs propres recherches et enquêtes afin de mettre en évidence dans un même mouvement les enjeux théoriques de l’ethnographie. Pour en revenir à la définition classique qu’on retrouve dans Larousse, le mot l’ethnographie est composé du préfixe  « ethno » qui veut dire peuple, nation et le suffixe “graphie » écrire, c’est l’étude des caractères de chaque groupement humain afin d’établir des lignes générales. Ainsi nous pouvons nous demander comment sommes-nous parvenus à une communication qui combine image et texte ? 

À la base de la communication on a l’émetteur, la personne qui va parler et le récepteur, celui qui reçoit le message. Entre ces deux personnes ce que l’on ignore souvent c’est qu’il y a forcément des brouilleurs. Bernhard Weber, un romancier français écrit « nouvelle encyclopédie du savoir relatif et absolu » nous dit qu’il y a plusieurs brouilleurs qui existent : entre ce que quelqu’un veut dire, ce qu’il dit réellement, ce que l’autre pense entendre, comprendre. On se rend compte qu’un simple petit mot fait tout un trajet pour arriver aux oreilles du récepteur. Pendant ce trajet le mot risque de prendre un chemin différent, et être perdu autrement selon la sensibilité et l’histoire de chacun. Par exemple : si quelqu’un nous dit « tu as pris du poids » on peut accueillir cela de deux façons différentes. De façon positive, si vous sortez d’une longue maladie ou d’une façon négative si vous avez souffert de cette moquerie lorsque vous étiez jeune. Cela montre bien à quel point la parole qu’elle soit écrite ou parlée est puissante et créatrice, mais elle doit être contextualisée. Maintenant que nous savons que l’écrit et le parler font appel aux mêmes récepteurs qu’en est-il pour les images et les mots? Est-ce qu’une image sans mots suffit à faire passer le même message qu’un texte sans image ?

 

 

 

 

 

Photo 1 (Photo prise dans le métro parisien ligne 10)

 

Photo 2 (Photo prise dans le métro parisien ligne 12)

C’est un fait, aujourd’hui les images sont partout, dans les métros avec des affiches publicitaires, qui incitent à la consommation ou au changement de comportement comme les ou des affiches de préventions contre le sida par exemple. Mais est-ce que l’image se suffit à elle-même pour mettre en avant un produit ? Ou faut-il obligatoirement qu’il soit suivi d’un message ou d’une phrase d’accroche pour nous pousser, nous consommateur, à l’achat d’un bien ou d’un service? J’ai effectué quelque tour dans Paris, dans ses tunnels, pour pouvoir voir cela d’une vision plus objective ( voir photo 1/2) .

Nous constatons qu’une publicité pour l’achat d’un bien comme une veste Hugo Boss (voir photo 1) ou encore d’un service comme une place de spectacle sportif (voir photo 2) . La communication publicitaire se doit de passer par l’image et les mots pour d’une part montrer son produit en image et le présenter à l’écrit, pour déclencher tous les paramètres de la communication et pouvoir attirer l’œil du consommateur avec une photo, et crée un besoin avec une phrase d’accroche. Car lorsqu’un « individu ordinaire » souhaite se procurer un bien il doit d’abord passer par ce sentiment du besoin ; et c’est ces sentiments de besoin qui poussent à la consommation. De ce fait, on peut conclure que la communication est un domaine vaste, et que l’ethnographie est donc un outil de recherche issue de l’anthropologie qui consiste à observer et à comprendre le caractère symbolique de la communication. Le choix des mots est d’autant plus important, pour faire passer un message, ou un sentiment. Il est représentatif des relations sociales et culturelles d’un groupe.





Au coeur du Triangle d’or : enquête, orgueil et préjugés

L’auteur de Voyages de classes est un sociologue reconnu, anciennement professeur de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Nicolas Jounin a publié plusieurs travaux semblables à Voyages de classes. Il y’a chantier interdit au public, il s’agit de l’immersion de l’auteur dans le monde du chantier en France. Il écrit également On bosse ici, on reste ici ! , ce livre raconte la lutte acharnée des travailleurs en situation irrégulière qui revendiquent tout simplement leur droit de rester sur le territoire français. Si, dans ces ouvrages, le profil des individus représentent les oubliés de la société, dans Voyages de classes, le sociologue s’intéresse à d’autres acteurs. Les corps observés ne sont pas des sans-papiers, des ouvriers ou des laissés-pour-compte. En fait, c’est tout le contraire. Les individus observés se promènent dans le Parc Monceau, achètent des sacs Hermès sur l’avenue Montaigne et boivent un café au Plaza Athénée. Le dessein de Nicolas Jounin est clair, il rend visible la flagrante opposition entre l’observateur et l’être observé, et ce, du début à la fin du texte. Dès les premières lignes, il n’est pas difficile pour le lecteur de comprendre qu’il assistera à une enquête. Les élèves de l’Université de Saint-Denis ont une « consigne » à respecter, ils doivent choisir un « lieu d’observation », sont priés de ne pas éveiller la curiosité des passants et « camoufler ». Tout ceci constitue les éléments d’une enquête. L’analyse des étudiants se compose en trois temps. L’observation, ils décrivent ce qu’ils voient, genre, ethnie, aspect physique, tranche d’âge . Ensuite, vient l’analyse, ils essaient de déterminer les intentions et le statut social des individus observés. Enfin, une fois l’analyse aboutie, les étudiants déduisent, raisonnent et tirent des conclusions sociologiques.

Quand l’observateur devient l’observé

Parfois, pour le bien de l’enquête, les jeunes se mélangent aux êtres observés afin de mieux les étudier, les comprendre, du moins ils essaient. Cette expérience peut s’avérer compliquée pour certains. En effet, beaucoup doivent s’aliéner et abandonner les codes de leur statut social pour adopter ceux des corps examinés. Mais voilà où réside la principale limite de cette enquête. L’observateur devient l’être observé. Les individus du 8ème arrondissement s’interrogent sur ce groupe de personnes qui ont l’air de venir d’un autre monde. Les policiers les traquent, les interrogent et se méfient. Ce schéma se répète  dans  plusieurs endroits, dans un magasin de luxe ou alors dans un café. Les étudiants sont reluqués, parfois dévisagés par la classe supérieur. Comment expliquer une telle méfiance, un tel mépris de la part de ces individus ? Se sentent-ils en danger ?  Envahis ? Alors que les observateurs devraient être en position de force, la balance s’inverse et ils  deviennent « les victimes » de leur propre expérience. Cette inversion rappelle tout simplement le grand fossé qui  sépare les observés et les observateurs et la volonté des riches  de garantir leur supériorité.

Une autre limite ?

Nicolas Jounin considère qu’il est impossible que les étudiants se travestissent en riches du 8ème arrondissement. Cette tâche peut sembler difficile mais pas impossible. Dans la société actuelle, le paraitre fait plus que jamais parti de notre vie, aujourd’hui, qui ne fait pas semblant, ne ment pas, ne triche pas ? Pour certains,  il est facile de sembler riche et heureux. Seulement, les étudiants n’étaient juste pas aptes à jouer cette comédie. Il ne suffit pas de mettre des vêtements de luxe et avoir l’attitude pour être riche, il faut le croire…

La reprise de la Bastille : l’embourgeoisement du Faubourg St-Antoine

Une rue après la rue de Paris… Voici le quartier qui attire l’attention par son histoire, les établissements et plusieurs activités matin au soirs.

L’article dessus évoque la curiosité de plonger le regard mais aussi désir vivre en plein source au plein cœur de quartier de Paris qui est Bastille et tout ce qu’il entoure.

Voici quelques extraits d’image, commentaire sur la description de riche mode de vie que l’on observe au plein de cœur de Paris. Ses nombreux immeubles construites dans les années de 1900, avant et ces modifications à aujourd’hui représentent un élément de décor de la ville. Chaque immeuble est décorés et ont son histoire, certaines restent invisible par la peinture blanc faites qui restent inchangeable contrairement ceux qui ont ornés par des motifs qui attirent l’attention des touristes nombreuses fois vus seulement en image ou dans les décoration générationnelle de leur amour pour la culture française.

“Voici le peuple: il prend la Bastille, il déplace toute l’ombre en marchant; voici la populace: Elle attend au passage Aristide, Jésus, Zénon, Bruno, Colomb, Jeanne, et crache dessus.” (Victor Hugo) 

Tous les habitants connaissent assez bien l’histoire de Bastille, surtout extrait de 1789 qui a frappé le monde et remué des nouvelle vague pour une autre construction de l’histoire de pays. Même les parisiens du quartier arrivent de plonger dans leur routines en oubliant ces histoires et la beauté de la ville, ses symbolismes et l’intensité de sa richesses. Parfois il est nécessaire de s’arrêter pour contempler les yeux pour s’attarder sur ces endroits…

Souvenez de vrai nom de Bastille, car on appelait la Bastille St Antoine, puisque St Antoine étais d’ailleurs le nom du quartier comme la rue du Faubourg St Antoine et la rue actuellement nommé par St Antoine.

Les passages…

De premier vue en plongeant dans les rues de ce quartier on pense voir les rues banales, sans sens de beauté du romantisme, beauté et de la présence, mais irons plus loin.

En commençant par la cour du Bel-Air, on perçoit les livres, les objets de cafés qui ont son charme et beauté uniques plein de décoration végétale, avec ces la cour artisanale, mais certaines cours sont fermées malheureusement par les portes et sa code. Mais entre les cours et passages, on retrouve les pavés, verdure qui évoque la paix loin de l’agitation de bruits de la ville, en évoquant coté village et exotisme de la vie à l’ancien sans oublier le mixe de sa néo-bourgeoisie qui est présente dans chaque coins et inspirent inconsciente nostalgie de passé.

Les ateliers libérés par les artisanats, on remarquera par les endroits où l’activité changent au fur à mesure. Tout dépend, ce que l’on cherche à connaitre, plus de touche de l’art, plus de sens de richesse. De plus, les prix sont relativement basse de loyer en dépit de sa position avantageuse de quartier.

La transformation de quartier

“Une vision singulièrement belle, ici la nuit: au pied de la colonne de la Bastille, le passage des rames de la ligne 1 dans un surface du sol – miracle fugitif d’un métro à la fois souterrain et aérien, et glissant même sur les eaux.” (Eloge de Paris (2019) Mael Renouard)

Exemple de la cour Damoye offre un exemple de rénovation mise ne place, avec ses logements, immeubles renouvelées, ateliers et commerces etc. Remarquons les détailles de l’aspect villageois de ces cours, proportionnés par ses avantages de la modernité. La construction de l’architecture représente une village situé au plein ville. L’aspect moderne et typique de quartier donnent un goût de réaliser les promenades sociologiques sans oublier le temps et l’époque que nous vivons.

On aime bien…

 “Les amoureux de la Bastille”, 1957, Willy Ronis

“A la Bastille. On aime bien Nini-Peau-d’chien: elle est si bonne et si gentille! On aime bien Nini-Peau-d’chien, A la Bastille.” (Dans la rue (1889-1895) de Aristide Louis Armand Bruand) 

Voici, l’observation de quartier nous amène faire notre remarque sur la population surtout, c’est elle qui vivifie la ville, ses habitants de leur beauté rappelant l’art de différentes couleurs qui illustre le cœur de Paris avec sa diversité. Le style un peu sophistiqué, classique rappelant côté bourgeois, à la fois on constate son coté “rebelle”, exemple dans la manière  de porter les tenus assez attirants, fascinants, certains de leur styles décontractés et multicolore, cela illustre la transformation et cohabitations de diverses populations.

Enfin, restons ici un temps pour mémoriser chaque instant de la vie de ce quartier qui n’arrêtera jamais ses activités malgré tout, car les touristes vont de plus en plus peupler la ville en admirant la beauté de mixage de la ville.

Du 93 au triangle d’or. “Voyage de classes” et passeports identitaires

Cet article relèvera de mon analyse personnelle à l’étude de Nicolas Jounin et son essai “Voyage des classes, des étudiants de Seine St Denis enquêtent dans les beaux quartiers”. Ainsi vous y comprendrez les enjeux socioéconomique et identitaire qu’aboutit ce voyage.

Voyage de classe “s”

Ces enquêtes se sont déroulées dans une partie du 8ème arrondissement de Paris, appelé le Triangle d’Or couvrant ainsi les quartiers délimités par les avenues Montaigne, George-V et les Champs-Elysées.

Cartographie du Triangle d’or parisien

Ce récit nous apprend comment Nicolas Jounin procède pour que ses étudiants s’emparent des méthodes et des outils de la sociologie. Il y met en lumière quels sont leurs sentiments face à des formes subtiles, mais présentes, de discriminations sociales et comment leurs regards d’explorateurs face aux rapports de classes évoluent au fil du temps. 

Ce texte tient deux postures. Celui de l’observateur et celui de l’observé. En effet on y trouve une double observation où le narrateur observe les étudiants dans leurs propres rôles d’observateurs. 

La mise en place de l’observation initiale des étudiants est la suivante. Choisir un lieu, une heure, récidiver les observations et le tout en discrétion. Pour Nicolas Jounin, l’idéal d’observation serait d’être invisible. Or d’après lui, « […]quand on n’a ni le look, ni les codes dominants localement » être invisible devient impossible. C’est comme cela que l’enclave sociale se fait ressentir avant même qu’une observation puisse être effectuée par les étudiants. 

Les “nounous” du parc Monceau

L’observation qui a attiré mon attention est celle des nourrices du parc Monceau. Première observation par les étudiants. Première affirmation de la distorsion ethnique parmi les observés. La couleur de peau fut alors un réel facteur commun quant à l’affirmation que les femmes observées devenaient « nounous » de ces enfants à partir de leurs différences physiques et ethniques. Dès lors que les étudiants observés des femmes noirs ou asiatiques, ils en tiraient conclusion simple qu’elles étaient les nounous. La seconde hypothèse de leurs analyses se lie à l’apparence vestimentaire. On en vient donc à cette déduction primitive : « un riche s’habille comme un riche ». 

Mais les observations relèvent toutes du questionnement ethnique, vestimentaire, culturel et financier. La divergence des univers sociaux est si forte que si l’on ne se noue pas avec les codes de ces derniers, on ne peut prétendre passer inaperçu. Le voyage des classes, au pluriel, oblige au décalage entre l’observation et le fait concret, bouscule les préjugés et met en lumière la complexité et la divergence des acteurs sociaux sans aucune condescendance.

Passeport identitaire ou critères d’intégration

Personnellement je trouve que l’essai pose les bonnes questions.

En réalité ce n’est pas si loin que de se rendre de Saint-Denis jusqu’aux beaux et riches quartiers de Paris, et pourtant. La véritable question est quelle frontière invisible sépare ces mondes ? L’argent me direz-vous.

Mais, au delà d’un chiffre dans un compte en banque, selon moi, cette frontière invisible n’est rien d’autre que l’éducation. Car oui, tout au long de notre éducation, on nous apprend à nous façonner à travers un groupe de référence. Néanmoins si l’on éduque, ou si l’on s’éduque, à ne pas porter d’idées préconçues, de préjugés, au caractère perceptible d’une classe sociale, alors il est possible que l’on devienne insensible aux « chocs » procuré sur ces deux territoires. 

Ce “choc” visuel, culturel et identitaire est bien présent. Peu importe de quel côté du périf nous nous trouvons, il est là. Aujourd’hui, l’enjeu socio-politique et économique de ces cas présents doit être une priorité dans les gouvernances de la ville. Il est important que ces sentiments d’inappartenance à une ville soient entendus et travaillés.

En lien avec notre travail final, je pense qu’il est pertinent d’opter pour une observation invisible même si l’auteur dans sa conclusion ne nous l’impose pas comme solution en soi. Je suis persuadée que le contraste ressentit sera le même selon l’histoire de chaque observant. Originaire de Marseille, je me considère personnellement comme une touriste à La Défense. Alors voyons ensemble si j’arriverai à me détacher de mes idées préconçues de Paris, ville où pour moi, tout y est touristique, riche de culture, beau, grand et déraisonnablement cher.

A suivre.

Angélique Minassian

L’observateur observé

Docteur en sociologie, Nicolas Jounin a enseigné pendant 7 ans à l’université Paris8 Vincennes-Saint-Denis. A travers Voyage de Classe nous allons pouvoir étudier l’approche des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtant sur les beaux quartiers, plus précisément le Triangle d’or, Monceau, Elysées-Madeleine.

Nous allons pouvoir interpréter comment des étudiants s’adaptent dans différentes situations. L’adaptation, l’approche et l’interprétation des étudiants vont varier tout le long de leur observation. Ils vont être confronté à de multiples situations.


Prenons celle au Parc Monceau. L’observation va se faire en trois temps :

    • L’observation : ils identifient les nourrices en constatant une différence physique entre l’enfant et la nourrice. 
    • L’analyse : comment sont-elles ? comment se comportent-elles ?
    • La conclusion : elles sont différentes de la population habituelle du quartier.

Contrairement à l’observation des nourrisses, dans une deuxième situation, à l’ambassade d’Algérie, les policiers ont à travers leur métier et leurs fonctions, l’obligation d’observer en permanence. Les étudiants se font donc rapidement détecter et sont rapidement considérés comme des intrus. Nous constatons qu’a travers ces multiples situations au sein d’un quartier chic, l’apparence n’est pas vue de la même manière selon l’endroit où nous nous plaçons. Notre apparence est souvent jugée. Notre façon d’observer l’est aussi. Comme lorsqu’ils décident de rentrer dans une boutique de luxe ou encore au Plaza Athénée. Un contraste est ressenti. Une différence de milieu social, et de style vestimentaire. Ils sont comme montrés du doigt.

Les étudiants ont été pris à leur propre jeu. Dans certaines situations nous pouvons passer inaperçu, où le regard de l’autre n’est pas immédiatement préoccupant. Mais pour d’autres, l’observation est une partie intégrante de leur métier. Comme pour un policier devant une ambassade, un concierge devant un hôtel ou encore un portier devant une boutique de luxe. Nous allons appeler ça ici l’observateur observé. Mais une question se pose, est-ce qu’on pourrait être invisible en tant qu’observateur ? 

La nouvelle prise de la Bastille, un embourgeoisement progressif

Pour l’étude et le commentaire de ce texte des sociologues français Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, nous avons décidé de procéder d’une façon différente d’un commentaire de texte classique. En effet, après une première lecture de ce texte, nous avons décidé de prendre le point de vu d’une personne que l’on dépose dans ce quartier à qui on apporte des éléments historique, culturel ainsi que des anecdotes pour observer l’environnement urbain d’un œil critique. Cela est notamment rendu possible car le texte est organisé qui ressemble à un circuit car les auteurs partent de la station de métro Bastille pour y revenir à la conclusion. Cela permet justement cette mise en situation fictive, où nous pouvons nous plonger dans les rues et ainsi observer la ville, ses caractéristiques, ses changements grâce au récit historique et bien sûr l’embourgeoisement du faubourg même si il y a la volonté de conserver un petit peu les traces du passé de cet endroit.

Pour faire un état des lieux du sujet du texte, nous retrouvons à de nombreuses reprises l’idée de gentrification et bien évidemment d’embourgeoisement du quartier de la Bastille et du faubourg Saint-Antoine. Pourquoi cela ? La question historique se pose ici amplement, ce qui apparaît comme normal au vu de l’importance symbolique que représente la Bastille dans l’histoire de France. Longtemps symbole du pouvoir avant la Révolution, le quartier de la Bastille est devenu un lieu ouvrier et artisanal après cette dernière. C’est de ce point que partent les sociologues et auteur de ce texte. Il y a l’idée d’un certain cycle derrière le récit que nous retrouvons sur l’organisation du texte mais également dans son contenu. En effet, comme évoqué dans l’introduction, le texte commence et se finit à la station de métro Bastille et ici il est question de l’embourgeoisement du quartier de la Bastille, comme une sorte de retour en arrière, dans un contexte différent néanmoins, où la bourgeoisie remplace le symbole du pouvoir, en transformant ce quartier populaire.

L’embourgeoisement du faubourg Saint-Antoine soulève plusieurs questions à travers ce texte et de nombreux enjeux apparaissent. Le premier relève de l’ordre politique. En effet, comme le montre l’exemple de l’inauguration de l’Opéra Bastille, il y a une volonté d’implanter des bâtiments culturels et transformer le quartier, ce qui s’inscrit dans l’intention de redéfinir l’Est parisien sous la gouvernance de François Mitterrand.

Maintenant que nous avons fait un état des lieux du sujet et une rapide présentation du quartier, nous pouvons nous plonger dans les rues au fil du récit pour observer ce quartier avec un regard critique.

Renouveler le quartier en conservant, faire du neuf avec de l’ancien

Alors que cette présentation commence au passage du Cheval-Blanc, nous remarquons directement un thème qui revient régulièrement au fil du texte. L’architecture et la disposition des bâtiments sont restés identique malgré la transformation du quartier. En effet, nous retrouvons régulièrement la vision d’un quartier divisé en plusieurs cours, qui témoignent de son passé artisanal. Il s’agit donc d’une “reconstruction” de la ville sur l’ancien, c’est-à-dire qu’à travers l’embourgeoisement et la transformation qu’il a été nécessaire pour en arriver au résultat voulu, le passé artisanal est toujours présent. Nous retrouvons également cette idée à travers les passages entre les rues qui restent un témoin du passé. Ces cours et passages, qui rythment le récit, représentent ici les exemples majoritaire de l’embourgeoisement ou plutôt de la gentrification comme répété à quelques reprises dans le texte. 

Ce terme de gentrification peut être perçu comme le terme central de ce texte, il est utilisé à chaque fois où les auteurs évoquent l’opposition et la transition entre le traditionnel, incarné par le passé artisanal et le côté tendance et branché de ce renouveau du quartier.

Ce renouvellement du quartier s’inscrit dans la volonté de conserver également certaines traces du passé. En se baladant dans les rues au gré du récit, nous retrouvons quelques unes de ces traces comme la présence d’un artisan doreur dans la cour de Janvier ou encore d’artisans et d’architectes dans la cour de Février, qui rappelle que “l’emblème du quartier est le meuble”. En poursuivant nous arrivons dans le passage du Chantier qui représente aujourd’hui le monde artisanal et notamment du passé du monde traditionnel des ébénistes avec la copie de meubles, des restaurations de pièces anciennes et autres professions qui exerçaient avant en nombre dans cet endroit. Enfin, dernier exemple de conservation du passé, nous sommes arrivés dans la cour Bedel où l’impression d’être plongé au cœur du XIXe siècle nous envahit. Tout y est, un ensemble industriel avec sa haute cheminée, la disposition des bâtiments ou encore les chaudières à vapeur. Nous terminons notre balade fictive dans le quartier de la Bastille par la cour Damoye où l’idée de faire du neuf avec du vieux est parfaitement illustrée, notamment avec le passage de la présentation publicitaire de la rénovation du quartier où le promoteur nous parle “d’un village dans la ville” tout en rappelant que l’endroit reste un endroit moderne et “gentrifié”. Comme nous l’avons vu, la cour Damoye représente à la perfection cette transformation d’une cour artisanale parisienne, remplacé par un lieu de vie moderne où les galeries d’arts ont remplacé les lieux d’artisanats, d’autrefois.

Transformation des lieux de divertissement, un changement générationnel

Une transformation qui a donc conservé les aspects du passé et qui a su les réinventer pour apporter une utilité nouvelles à ces anciens lieux artisanaux. En effet, de nombreux lieux dédiées à l’industrie du bois ou encore la fabrication des outils et machines de travails comme au rue de Lappe, sont devenus des lieux de fêtes et très fréquentés la nuit, ils sont parfois sélectif et montre le côté branché de ces endroits. Nous y retrouvons toujours les bals musettes, emblème festif des années ouvrières du quartier où de grands noms sont venus divertir la population comme Yvette Horner par exemple mais ce sont désormais des boîtes de nuits ou des lieux nocturnes fréquentés par des personnes aisés à cause de l’inflation des prix des consommations. 

Ces transformations des lieux de fêtes posent aujourd’hui un autre débat, différentes des questions soulevées par le texte, celui de l’accessibilité à tous à ces plaisirs. En effet, malgré la conservation de certains lieux populaires comme les bals musettes, la transformation du quartier n’est pas seulement esthétique, c’est un changement social qui s’est opéré dans le quartier. 

Nous pouvons donc faire plusieurs observations du quartier de la Bastille et du faubourg Saint-Antoine. Le premier concerne la transformation urbaine, la réinvention de lieux industriels pour en faire des lieux d’habitations et de vie plus “bourgeois” mais également, ce qui est notre deuxième point, une transformation sociale, inévitablement liée à cette gentrification des lieux, où le passé artisanal est en train de laisser place à l’embourgeoisement du quartier. 

Pour conclure de la même façon que le texte, nous finissons notre excursion au sein du quartier de la Bastille à la station de métro qui porte son nom. En effet, on peut y voir une volonté de mettre en avant la modernité et le développement de cet endroit, incarné par la mobilité, ce qui peut faire lien avec la notion de territoire connecté et ici d’un territoire connecté sur le plan des transports.

“L’Observation flottante”, une méthode à l’épreuve du temps ?

L’article de Colette Pétonnet intitulé “l’Observation flottante” tiré de son ouvrage L’Homme, présente des points intéressants et à la fois complexes qui demandent une explication plus poussée que celle qu’en propose le texte. En effet, s’intéresser aux mécanismes de la ville en ayant pour point de départ le cimetière parisien du Père Lachaise et ses visiteurs comme objet d’étude donne matière à réflexion. 

Tombs along a footpath at the cemetery of Père Lachaise, Paris, France

Tout d’abord, nous pourrions nous demander pourquoi le choix d’un tel lieu ? Le cimetière est un lieu sombre et lugubre. Or ici, il apparaît comme un lieu plein de vie, bondé de monde et dont les allées sont parsemées de fleurs. Si bien que la description que nous propose l’auteure semble nous rappeler le “locus amoenus” maintes fois décrit par les poètes antiques ou encore baroques où ceux-ci évoquaient la fuite du temps et la perte du paradis humain imposant ainsi la finitude de l’homme et des choses comme inéluctable. Finalement, le cimetière abhorre un air de parc ou de jardin, un peu à l’image du jardin de Forez de l’Astrée d’Honoré d’Urfé (début XVIIème siècle) ou encore de l’Arcadie d’Ovide dans ses Métamorphoses (Rome antique).

Au départ, l’analyse de l’auteure semble se pencher sur les imperfections ou incomplétudes de l’ethnologie urbaine bien qu’elle en pose également les bases. En effet, si le premier mouvement se veut méthodologique, le second mouvement du texte, quant à lui met en exergue un nouveau concept : “l’observation flottante”. Ce nouveau concept inventé par l’auteure, qui nous le rappelons est l’une des pionnière en matière d’ethnographie urbaine, se présente comme un paradoxe. Comment une observation peut-elle être laissée en suspension et se laisser nourrir d’éléments extérieurs sans le consentement de l’homme ou encore sans qu’il fasse appel à ses connaissances passées et/ou à son vécu ? De prime abord, nous avons l’impression de nous retrouver face à une impasse, devant une question de nature insoluble dont la réponse ne pourrait-être trouvée qu’en la plaçant sous un angle philosophique. 

C’est tout le travail de base ethnologique qui est remis en question. Comment rendre compte de la temporalité de la ville dans un cimetière ? Comment rendre compte de l’urbanité du cimetière ? Il semblerait ici que C. Pétonnet ait préféré choisir le cimetière parisien en raison de sa notoriété. Mais, pourquoi dans ce cas formuler que le “phénomène urbain” n’a de sens que lorsque l’on s’intéresse à “l’inconnu”, aux “endroits” peu ou pas empruntés et/ou visités.

Photo du tombeau de Georges Rodenbach au cimetière Père Lachaise

La démarche paraît donc en elle-même contradictoire. Pourtant, on voit qu’il y a une déconstruction d’un mythe. Là, où l’on penserait que le cimetière ne pourrait être que sujet aux lamentations, à contrario celui-ci devient le lieu de communication (un lieu d’échange) ainsi qu’un lieu communicatif (un lieu d’exposition). Le passage entier étudié se présente tel un récit littéraire avec ses références historiques, architecturales, sa disposition graphique et le point de vue de la narratrice et de ses interlocuteurs. Ce qui en fait littéralement un journal de bord et rappelle, en même temps la vocation du chercheur. L’Homme apparait donc comme une œuvre fondamental.

Toutefois, il reste qu’on regrette le fait que cela soit purement descriptif. Il aurait été judicieux également de prendre des photos pour permettre de visualiser la chose autrement que par des métaphores textuelles. De plus, il semblerait que la démarche reste inachevée en témoigne l’aporie de “l’épilogue” :

“elle fait découvrir en quelques jours, un usage insoupçonnée du cimetière parisien, et l’existence de véritables professionnels du souvenir. Mais ceux-ci ne livrent leur secret qu’au hasard des rencontres”, Colette Pétonnet, L’homme

 

A travers l’idée de “hasard”, on retrouve la notion de temps. Dans ce cadre, les rencontres paraissent aléatoires. Or, le fait d’aller à la rencontre des gens n’a rien de hasardeux. Au contraire, c’est une entreprise qui émane d’un choix propre et personnel de l’individu ou du chercheur.

Ce que nous pouvons retenir ici, c’est le rapport à l’oralité qu’entretiennent les individus dans les espaces publics. Qu’est-ce ce qui s’y dit ? Qu’en apprend t-on ? C’est peut-être cela qui fait que ces espaces ne meurent pas et que les hommes continuent à interagir entres eux. Tout ce travail finalement de démythification, de décodification de l’espace urbain nous amène dans une moindre mesure à repenser le cimetière à l’épreuve du temps. En effet, le travail historique et de mémoire concret des hommes du passé s’est traduit par des politiques d’aménagements du territoire. 

Du cimetière Père Lachaise au quartier d’affaires de la Défense : comparaison de deux puissants symboles français.

Photo de reconstitution des quartiers de la Défense

A l’instar du quartier d’affaires de la Défense, lui aussi situé au cœur de la capitale française, on remarque que tous deux, le cimetière comme le célèbre quartier d’affaires parisien sont liés par l’idée de grandeur. L’un témoigne de la grandeur de personnages illustres français (le cimetière) et l’autre symbolise le pouvoir financier et urbain français (les gratte-ciels) que l’on retrouve dans la hauteur des bâtiments.

En résumé, ces lieux publics posent la question de l’aménagement du territoire et comment sur une place dite commune et célèbre des individus tentent de raconter les lieux à leur manière et de se l’approprier. La question de la temporalité devient donc centrale. Quel devenir pour ses édifices, pour nos monuments ? Comme les morts dans leur tombe, les édifices du célèbre quartier d’affaires français restent muets puisqu’ils sont inanimés. On comprend donc que la ville se raconte au travers des passants qui font et refont la ville au gré de leurs mouvements, activités et attitudes. La ville n’est donc animée que s’il y a des hommes pour la décrire et la définir d’eux-mêmes pour eux-mêmes.

Photo de la Grande Arche de la Défense

Comment se repère-t-on dans le métro ? La place de la signalétique

Compte rendu de Petite sociologie de la signalétique, Les coulisses des panneaux du métro, de Jérôme Denis et David Pointille.

Le texte dont on rend compte ici évoque la place de la signalétique, en tant qu’opérateur d’aménagements, qui permettent la dissolution des frontières entre l’environnement et l’ensemble des signes qui permettent de l’expliciter. C’est en observant les coulisses d’entreprises chargées de l’exploitation des transports publics que les auteurs, Jérôme Denis et David Pontille, vont s’attacher à analyser les conditions de production et d’entretien de la signalétique. Nous allons réfléchir dans un premier temps à la méthodologie utilisé par les auteurs, puis dans un second temps nous discuterons de la pertinence de l’axe choisi et du terrain utilisé.

Après avoir listé les différents axes d’analyse de la signalétique, à savoir : l’analyse sémiologique, l’analyse des usages et l’analyse des conditions de production. Les auteurs ont choisi d’opter pour la dernière, moins répandue que les deux premières, pour tenter de dresser un portrait sociologique de la signalétique. Ils vont ensuite préciser leur objet de recherche en se concentrant sur trois dimensions : Ils vont observer un « ensemble d’écrits » (1), c’est tout ce qui va se rapporter à la signalétique. Ces écrits vont ensuite être abordés dans une perspective « écologique » (2), c’est-à-dire que les auteurs vont chercher à comprendre comment ils permettent de créer un environnement pour les voyageurs. Mais aussi comment ils interagissent avec les autres écrits susceptibles d’exister dans un espace public. Enfin, J. Denis et D. Pontille vont avoir une approche « pragmatiste » (3), c’est-à-dire qu’ils vont s’intéresser aux différentes manières qu’ont les producteurs de signalétique de penser et concevoir les écrits. Leurs enquêtes de terrain se sont concentrées dans les coulisses de la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) mais également dans la Metropolitan Transportation Authority (MTA).  Ils ont ainsi réalisé de manière assez classique des entretiens approfondis avec des employés de ces deux entreprises, le but premier était avant tout de savoir comment s’organise et se divise le travail pour répondre aux enjeux de la signalétique, mais aussi de connaître son importance dans l’environnement du métro. Ils ont également effectué un travail d’observation en accompagnant certains employés de la RATP dans leurs tâches quotidiennes. Enfin, ils ont élaboré une expérimentation en effectuant des trajets sur le réseau New Yorkais et Parisien en se servant uniquement des éléments de signalétique comme guide, afin d’isoler le dispositif pour mesurer son impact et son efficacité sans aides extérieurs.

Bien que les deux premiers axes d’analyse de la signalétique (analyse sémiologique et analyse des usages) aient déjà été bien exploités par la communauté scientifique, il me paraît difficile de dresser un portrait sociologique complet de la signalétique en ne s’intéressant qu’aux coulisses des entreprises chargées de l’exploitation des transports publics. C’est pourquoi, bien que les conditions de production et de maintenance de la signalétique sont importantes à théoriser, elles sont également à mettre en relation avec l’interprétation des signes et la pratique des usagers pour en comprendre leur totale complexité. Cela se ressent notamment dans les exemples choisis par les auteurs et les méthodes utilisés. En effet, l’exemple de l’épigraphe inscrit sur le mur indiquant le quai de la ligne 1 du métro direction La Défense montre, comme les auteurs le soulignent, que la signalétique n’est pas seulement conçue comme une information. Elle doit être mis en forme de manière à ce que chaque utilisateur puisse la comprendre naturellement grâce à l’harmonie globale entre les signes du réseau ; Ce qui permet de faciliter la navigation du voyageur. Il y a donc une réflexion sémantique derrière cette épigraphe. Enfin, lors de leur enquête de terrain, les auteurs se sont concentrés à effectuer une série de trajets en n’utilisant que des éléments de la signalétique pour se guider. Ils se sont donc finalement intéressé aux pratiques des usagers pour voir si entre la production de signalétique, sa mise en place, et sa compréhension par l’usager, il n’y avait pas de décalage entre les attentes de l’entreprise et la réalité. L’analyse des usages me paraît donc essentiel car la veille du réseau qu’elle implique permet d’effectuer des rectifications si on s’aperçoit d’un décalage entre le message produit et sa compréhension par l’usager. De plus, toutes les mobilités ne sont pas égales, c’est pourquoi il est intéressant de s’intéresser aux usages et pratiques pour adapter la signalétique au plus grand nombre. Notamment aux personnes en situation de handicap. Enfin, il aurait été intéressant de voir si la signalétique du métro requiert des codes et pratiques particulières, ou si elle peut être standardisé et applicables à d’autres réseaux de transport. Le terrain étudié était propice pour cela étant donné que La RATP possède des réseaux de bus, tramways et autres. 

Les auteurs ont ainsi raison de s’attacher à analyser les conditions de production de la signalétique ainsi que les coulisses des entreprises chargées de l’exploitations des transports publics. Toutefois, ces analyses sont à inscrire dans un cadre général et sont à observer de manière transversales avec des analyses sur les signes et sur les usages.

Sociologie : quand tout le monde devient observateur

Nicolas Jounin est un sociologue au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), maître de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. C’est un « holiste » car selon lui, c’est la société qui forme l’ individu grâce à la socialisation.  

« L’observateur observé » est un chapitre de l’ouvrage Voyage de classes, publié en 2004. Il s’agit d’une restitution d’une enquête collective. 

Jounin amène ses élèves faire une enquête sociologique à Paris dans le 8ème arrondissement. De cette expérience pédagogique, il en ressort un livre et on note un espèce de mise en abyme c’est-a-dire qu’il fait un travail sociologique sur un travail sociologique. Il montre qu’en sociologie, ce sont les catégories socioprofessionnelles élevées qui observent les milieux populaires. Dans cette enquête, la majeure partie de ses élèves sont issus des milieux populaires.  

La démarche de Jounin est une démarche ethnographique car les observateurs se plongent dans ces milieux avec une observation participante. Le chercheur est lui aussi plongé dans le milieu qu’il étudie avec des observations participantes. Ce qui est aussi intéressant c’est qu’il y’a aussi un espèce de mise en abime c’est a dire que le chercheur ( Jounin) est en observation participante et ses élèves aussi. Il observe ses élèves qui sont eux aussi observés.  On note un renversement de cette situation apparemment simple de jeunes ayant fait une enquête sociologique et qui se trouvent à être eux aussi observés. 

Dans son travail, Jounin montre comment ses élèves (les observateurs) ont un sentiment d’écrasent social. Ils vont dans des magasins et les vigiles ne les regardent pas de la meilleure des manières. Nous notons une ambivalence du fait que les jeunes sont à la fois étudiants enquêteurs et ressortissants des quartiers populaires. La réaction des personnes est liée aux catégories sociales des étudiants.  Quand on se place dans l’espace, on se retrouve dans un espace social où on va se confronter à une distance sociale. Le fait de se rendre dans un quartier où la catégorie sociale est différente de la notre, nous permet d’expérimenter cette différence sociale et ressentir le poids de la domination.

Nous pouvons faire référence à Fabien Truong ( professeur agrégé au département de sociologie de l’université Paris 8)  dans son travail sur châtelet les halles : « Aux halles, les jeunes de saint Denis ne se sentent pas observés ».  C’est un endroit où les jeunes des quartiers populaires se retrouvent car c’est un quartier different des autres.  Truong montre que le fait d’expérimenter la distance sociale modifie notre mobilité. Les jeunes de milieux populaires ou de banlieues parisiennes se rendent à châtelet les halles car ils ne se sentent pas dominer là-bas. Alors que dans les espaces alentours ils ressentent une forme de domination du fait de l’impact de leur mobilité.
Jounin montre ce qui se joue dans ces quartiers quand on est jeune issu du milieu populaire. 

Image tiré du magazine “rencontre”

La notion de “classe sociale” joue un rôle important dans ce chapitre. Chez
Karl Marx, on note deux classes sociales : les bourgeois et les prolétaires. C’est dire que la société est organisée d’une manière hiérarchique mais pas uniquement sur la question su statut social, mais aussi sur des questions d’activités et de classe avec une domination des classes supérieures sur les classes populaires. 

Nous notons la présence de ce qu’on appelle l’habitus dans ce chapitre. Selon Bourdieu, c’est l’ensemble des goûts et des capacités acquises par l’individu au cours de sa socialisation. Chaque catégorie socioprofessionnelle correspond à une habitus.

Chez Jounin , on note que les structures sociales jouent un grand rôle et qu’une société n’est pas uniquement entourée des individus agrégés entre eux mais qu’il y a un fonctionnement de la société de manière indépendant des individus. 

L’observation flottante ou l’école peripateticienne de la sociologie [1]

Nous nous proposons ici de faire une lecture critique d’une partie de l’article de Colette Pétonnet, ethnologue et anthropologue française, intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien.

« L’observation flottante » est une méthode d’analyse de terrain que l’on peut qualifier d’empirique et qui consiste en une déambulation attentive au moindre détail, changeant toute expérience sensible en information sur le lieu étudié. L’idée derrière le terme « flottante » est de présenter le chercheur comme voguant au gré de ses observations et de ses échanges avec des passants, en ayant une ouverture d’esprit totale à tout type d’apport informatif, par opposition à une recherche organisée qui se voudrait focalisée sur un aspect spécifique d’un lieu et qui régirait la recherche en entraînant le sujet de tel ou tel côté pour dénicher l’objet souhaité. C’est le flot ininterrompu d’apport en informations qui devrait, selon Colette Pétonnet, laisser émerger les « règles sous-jacente » qui régissent le lieu. Consciente des limites de cette méthode, l’auteure l’évoque comme une solution provisoire nécessaire face aux lacunes de l’ethnologie urbaine et choisit le cimetière du Père-Lachaise comme un lieu test servant à mettre à l’épreuve « l’observation flottante ».   

Le processus…

L’étude de terrain est divisée en cinq temps, dont le premier correspond plutôt à une prise de contact avec le lieu, puis quatre autres visites les 3, 8, 16, 30 mars 1982. Le cimetière est d’abord assez minutieusement décrit, un peu à la façon des naturalistes, de sorte que des images s’imposent à l’esprit. On ne peut d’ailleurs qu’évoquer l’aspect littéraire de la description qui rompt avec la partie de présentation, plus ésotérique et jargonneuse. Il est également intéressant de noter que l’auteure emploie la troisième personne et parle du « chercheur » comme s’il était un personnage de fiction, de même, elle utilise les temps du récit : l’imparfait et le passé simple, ce qui donne à son texte des caractéristiques de roman.

En plus des détails physiques de la description du lieu, le chercheur analyse également les individus et leurs actions avec minutie et fait en sorte d’échanger avec eux pour obtenir le maximum d’informations. On peut lire des retranscriptions de bribes de conversation, et en déduire l’âge ou le milieu social des individus à leur façons de parler. L’auteure insiste notamment sur l’aspect culturelle du lieu en montrant comme chaque tombe renferme la mémoire d’un homme et d’une époque, celle d’un vécu : « Le Père-Lachaise est une encyclopédie ». Cependant, rares sont les quelques habitués au courant de toutes les anecdotes et les multitudes d’histoires qui habitent les allées ; mais c’est à leur contact que le passant peut s’instruire : il est question du vieillard sur le banc ou du « petit père » qui connaissent le cimetière comme leur poche, ou des deux dames qui prennent soin des chats errants et qui se repèrent grâce à leur parfaite connaissance des tombes sans prêter attention aux noms des petits chemins qui quadrillent cet espace. Au cours des échanges, on constate que le chercheur ne met pas les personnes qu’il rencontre au courant de sa démarche, il n’est qu’un individu parmi les autres promeneurs du cimetière. Ce détail, s’il peut sembler anodin, renforce en réalité le « flottant » de la recherche : le chercheur épouse les flux et se laisse porter par les dynamiques du lieu.

…a ses limites

Cette méthode de « l’observation flottante » semble très enrichissante car immersive : le cimetière étant un lieu public, donc dans lequel évoluent, outre certains personnages habitués comme « le petit père », des individus différents chaque jour ; aucune barrière ne se dresse entre le chercheur et les passants avec qui il peut y avoir des échanges. On ne rencontre pas l’embuche de l’intégration nécessaire à William Foote Whyte qu’il décrit dans Street corner society.  Ainsi, cette méthode permet une récolte d’informations assez rapide : en l’espace de cinq visites, l’auteure peut donner le la de cet espace dans la cadre temporel correspondant. Cependant, nous pouvons nous risquer à dire que, dans une recherche des « règles sous-jacentes » régissant un espace, il faudrait sans doute multiplier les visites afin d’élargir l’expérience du lieu à un lapse de temps suffisamment long pour qu’il soit représentatif d’un quotidien.

La connaissance empirique ne peut établir de règle générale sur des observations isolées. En effet, David Hume, éminent penseur de l’empirisme moderne, nous invite à ne pas confondre les énoncés indubitables tels que les règles mathématiques qui se trouvent être vérifiés « dans tous les mondes possibles » avec ce qu’il nomme les « associations de faits », connaissances émanant de l’expérience et qui peuvent se voir invalidées au moindre contre-exemple. Prenons le Soleil : on fonde en savoir que le soleil se lèvera demain car l’expérience de l’habitude quotidienne a tacitement enraciné le phénomène comme une règle dans notre esprit. Or rien ne semble a priori contrarier la possibilité qu’un astéroïde vienne un beau jour chambouler les rouages astronomiques de la rotation de la terre. Donc le levé du soleil n’est pas déterminé et ne saurait en aucun être entendu comme un phénomène nécessaire. Cette théorie illustre assez bien ce que nous pourrions opposer à cette application précise de « l’observation flottante ». Les dynamiques décrites par l’auteure sont essentiellement issues des échanges et des rencontres avec des personnes âgées et donc, probablement décédées aujourd’hui. Une nouvelle génération a-t-elle repris le flambeau du vieil homme du banc ou des dames aux chats ? Rien n’est moins sûr, ce qui peut nous laisser penser que les dynamiques se sont éteintes elles aussi. Pour avoir fréquenté ce cimetière, je me permettrais d’affirmer qu’il n’est pas si simple de rencontrer des individus assez renseignés, passionnés ou dévoués pour vous prendre par la main et vous faire découvrir les merveilles cachées du Père-Lachaise.

Compte tenu de la limite majeur constituée par cette méthode, à savoir, qu’elle requiert de nombreuses visites d’un lieu pour pouvoir en tirer des conclusions assez certaines. Il semble nécessaire de l’appliquer en multipliant les expériences de terrain afin de rendre l’analyse du lieu la plus fine possible. D’un autre côté, elle pourrait être efficace dans un lieu comme La Défense, très régulièrement rythmé par les horaires de travail comme on peut le soupçonner pour un quartier d’affaire. De même, il est animé par la présence d’infrastructures de divertissement : cinéma, centres commerciaux… ce qui pourrait laisser une marge de manœuvre d’échange avec les passants. L’école péripatéticienne de la sociologie est donc toujours en marche pour fournir encore quelques preuves de son efficacité.


[1] Du grec ancien peripatein « se promener » ou « peripatetikos » : « qui aime se promener ».  Ecole fondée en -335 par Aristote, qui enseignait en marchant.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search