Les lignes de désir ou l’art de dompter l’espace urbain

Introduction générale :

Dans ce cimetière, le plus grand de Paris, conçu tel un lieu de promenade hors du temps, se déplacer parait vraisemblablement simple, surtout si l’on se contente de suivre les allées principales impeccablement pavées et les divisions rectilignes ombragées de part et d’autre d’un jardin anglais. Mais quelle curiosité pourrions-nous combler en laissant une balade être menée uniquement par l’aménagement mis en œuvre par des architectes et des paysagistes. N’est-il pas plus plaisant de se perdre, d’aller à l’encontre du tracé originel et de se promener où bon nous semble, là où nous le souhaitons, là où nous le désirons ?

En arrivant à l’entrée du cimetière, notamment par la porte principale, un plan général est mis en évidence afin d’aider les visiteurs à se guider dans ces 43 hectares et plus de 75 393 tombes. Il est également fréquent de voir des plans tenus dans les mains des visiteurs pour leur permettre de s’orienter dans le Père Lachaise. Et tandis que les touristes s’enfoncent dans les allées principales de la nécropole parisienne, suivant à la lettre les indications et les recommandations, les habitués eux, circulent avec aisance, à la recherche d’une sépulture ou d’un monument mortuaire qu’ils souhaitent visiter. Il est donc rare de croiser un endeuillé emprunter une des allées principales, ce dernier saura pertinemment quel chemin est le plus apte à le mener le plus rapidement possible vers la tombe qu’il souhaite rejoindre. Ainsi, la voie principale n’est pas toujours la plus efficace, un passant souhaitant se rendre rapidement à une destination, préférera prendre un chemin parfois sinueux mais plus rapide pour rejoindre la destination désirée. Par ailleurs, au fur et à mesure que ce chemin sera emprunté, la végétation finira par dépérir au profit d’un véritable tracé. On appelle ces chemins, les lignes de désir.

Ligne de désir, quartier de Belem à Lisbonne 2015 – crédit Metro Centric.

Les lignes de désir ? Ce terme ne vous dit peut-être rien, pourtant, vous êtes très certainement responsables de la formation de plusieurs centaines de ces chemins, que vous empruntez quotidiennement. Il nous arrive à tous de ne pas prendre la voie tracée, évidente, préconisée, simplement car il s’avère qu’elle ne sera pas précisément la plus rapide ou la plus agréable.  Parfois même, nous allons la contrer en empruntant un chemin tout autre qui n’est parfois ni pavé, ni bien tracé, ni même signalisé ; ces chemins correspondent aux lignes de désir. La société de développement Angus ”une entreprise d’économie sociale qui régénère le territoire”, définit ces lignes comme “ces chemins qu’empruntent spontanément les piétons ou les cyclistes pour se déplacer d’un point A à un point B par souci d’efficacité ou d’agrément, sans se limiter au chemin « officiel » établi par les autorités”.

Aménagé à l’image d’un jardin à l’anglaise par Alexandre-Théodore Brongniart, architecte mandaté par la mairie de Paris en 1813, le cimetière du Père Lachaise tend à cette époque à devenir ”un lieu à la fois fonctionnel et propice à la promenade et au recueillement”.  Deux siècles plus tard, le cimetière est devenu un véritable lieu de promenade pour les riverains et les milliers de touristes qui viennent découvrir cet endroit calme et fleuri; lieu de verdure encré dans une des 40 villes les plus polluées au monde et la ville la plus polluée de France.

Que penserait Brogniart de ces chemins confidentiels, créés par l’accumulation et la répétition des milliers de pas qui les ont tracés, serait-il exaspéré, fasciné, confus ?  Et vous lecteurs, pensez-vous que nous devrions respecter le tracé originel ou au contraire nous en écarter ? Le promeneur peut-il s’approprier et maîtriser l’espace public en restant ainsi libre d’emprunter les chemins qu’il désire ?

Je vous propose d’enfiler vos plus belles chaussures de randonnées et de parcourir à mes cotés ces ”lignes de désir”, qui peuplent le cimetière et interrogent sur les questions d’aménagement et de maintenance d’un lieu public.

Les lignes de désir dans la culture populaire :

Sur Reddit, un site web communautaire de discussions et d’actualités sociales, les internautes s’amusent à publier des photographies de ces lignes de désir, appelées “desire-paths” en anglais ; le nom de la discussion générale s’intitule ”On The Beaten Trail” traduit littéralement ”sur les sentiers battus”. Des centaines de commentaires sont présents sous les photographies de ces forums, l’un d’entre eux se dégage pourtant : ”Pourquoi l’ordre public continue-t-il à empêcher les passants d’emprunter la voie qu’ils jugent comme la plus efficace ?”. Le sujet constitue donc une controverse et le dialogue entre promeneurs, paysagistes et architectes devient donc plus complexe. D’un côté l’on prône l’efficacité et la rapidité et de l’autre on insiste sur le caractère peu esthétique de ces lignes qui viennent semer un trouble visuel dans l’espace public. 

L’aménagement du cimetière aurait-il dû prendre en compte le fait que certaines tombes sont difficile d’accès et que les visiteurs souhaitant se recueillir sur ces dernières soient contraints d’emprunter des chemins sinueux pour s’y rendre ? N’aurait-il pas été préférable d’attendre que les visiteurs créent eux même leurs chemins avant même de paver les allées principales ?

L’élaboration des chemins et des routes sur le campus de l’université d’Ohio vient prouver qu’une avancée peut être faite quand il s’agit d’aménager le terrain afin de faciliter les déplacements. En effet, les autorités en charge de valider les voies ont préféré attendre que les étudiants aient empruntés les chemins qu’ils leurs semblaient être les plus fluides et évidents pour circuler au sein du campus pour ensuite tracer et paver définitivement les voies. Un dialogue peut donc être établit entre administration, paysagistes et piétons et favoriserait ainsi la circulation pour autrui dans l’espace public. 

Photographies du Campus de l’université d’Ohio State Avant et Après le passage des étudiants – crédit : anonyme.

L’aménagement d’un cimetière comme le Père Lachaise n’a pas été pensé dans le but de prioriser des déplacements ”rapides” et ”efficaces” en son sein. Quant aux habitués, lignes de désir, allées principales, rien n’est important, si ce n’est de rejoindre la destination voulue, ce qui peut parfois surprendre les visiteurs non-initiés, surpris de voir des promeneurs les dépasser pour rejoindre d’un pas sûr et déterminé un chemin parfois étroit et boueux pour ensuite se fondre dans la végétation du cimetière; ne faire qu’un avec ce lieu à la fois mystérieux, funèbre et majestueux. Cette façon étrange et surprenante dont le visiteur occasionnel ou pas, s’approprie un lieu, un territoire, pour le rendre sien.

Sur les traces de pas des habitués :

Lors de mes multiples visites, je tenais à pousser l’immersion à son paroxysme; je me suis donc imposé quelques contraintes. La première était d’effectuer les visites seul et de décliner les échanges et les interactions avec mes camarades, ma pensée pourrait alors se canaliser uniquement sur la vie du cimetière. La seconde consistait en la non-utilisation des voies et avenues principales afin de prioriser les chemins sinueux, secondaires, soit les lignes de désir ; participant ainsi une nouvelle fois par cette immersion totale à rendre concret mon travail de recherche.

Ligne de désir, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

En déambulant dans le cimetière, je me retrouvais à m’imprégner pleinement du fonctionnement et du mode de déplacement de ses habitués. J’avançais comme pressé de retrouver quelqu’un, comme pressé de me recueillir auprès d’un proche partit trop tôt ; un peu inquiet, mais soucieux de lui narrer des histoires que je lui aurais conter de son vivant. Au fil des feuilles mortes qui recouvrent les étroites allées que je piétinais, je me retrouvais à croiser des passants, plus rapide et plus déterminés que je ne l’étais moi-même. Tout en esquissant un sourire, ou en échangeant un regard, je me demandais, qui arrivera le plus rapidement ? Le métro, le bus et les voitures pourtant bien loin, je me retrouvais à me remémorer ce stéréotype sur les parisiens, dont le rythme de vie ne rime qu’avec stress et angoisse. Je compris le désarroi des visiteurs, surpris de voir des passants ne prêter la moindre attention à ce décor automnale qui habille si bien les feuilles des arbres du cimetière. 

Ces lignes de désir, sont plus que de simples chemins, elles témoignent d’un lien privilégié particulier entre les morts et les vivants et permettent la transmission de la mémoire. En empruntant de façon systématique un tout autre chemin que celui prédéfini afin de se rendre d’un point A à un point B, nous participons également à l’établissement d’une trace non linéaire, d’un souvenir, d’un lien matériel et mémoriel entre un proche et nous-même. Ces lignes de désir, non recommandées, libérées de toute contrainte établit permettent au promeneur de dompter l’espace public à son échelle.

Dompter l’espace urbain ? :

Et comment fonctionne concrètement l’implantation d’un cimetière dans l’environnement urbain ? Le cimetière soit un ”Terrain généralement bénit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts.” Doit, d’un point urbain, être aménager de façon à devenir un espace dédié au  recueillement, où le calme doit régner en maître des lieux ; pour permettre aux morts de reposer en paix. Par ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Paris nous pouvons retrouver ceci, ”La Ville de Paris rappelle qu’un cimetière est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, où des funérailles sont organisées chaque jour.”

Ce site nous propose également une page dédié au Père Lachaise et amène à ce poser  plusieurs questions. Qui est libre de décider comment il doit s’aménager ?

Et bien un cimetière est gérer à la fois par le conseil municipal et par la mairie et selon l’Article 18 (art. L. 2213-9-1 nouveau du code général des collectivités territoriales) : 

– ”La gestion du cimetière, c’est-à-dire ce qui a trait à sa création, à son entretien, à son aménagement, à son agrandissement, à sa suppression, relève des attributions du conseil municipal.” 

Enfin au sujet de la mairie, 

– “Le maire exerce quant à lui la police des cimetières. Il est chargé d’y assurer l’hygiène, la salubrité, la décence, le bon ordre, la sécurité et la tranquillité ainsi que d’en garantir la neutralité.” De plus le maire veille “à la largeur des allées, à la circulation des véhicules”. Les lignes de désirs seraient un fléau pour l’espace urbain ?

”Les routes pavées nous montrent où nous sommes destinés à aller tandis que les lignes de désir se créent quand nous mettons un pied hors de la route et laissons nos coeurs décidés du chemin que nous allons emprunter “ – David Farrier

Il est rare de trouver des autorités tolérantes à la mise en place de ces lignes de désir, il n’est pas anodin de voir les administrations dédiées à l’aménagement du territoire mettre en œuvre et en actions des plans afin de contrer l’utilisation de ces lignes dans l’espace public. Ces moyens de contournement peuvent paraitre risibles tant ils participent justement à la création d’autres voies alternatives empruntées par les piétons qui trouvent et inventent sans cesse de nouvelles façons d’accéder à des lieux. 

Ligne de désir barrée, Parc français – crédit : Inconnu

Dans une série de documentaires, déclinés au travers de plusieurs formats audiovisuels ; la Société de Développement Angus basée à Montréal au Canada, questionne sur l’évolution d’une ville par et pour l’être humain. En envisageant l’espace urbain autour du piéton, du promeneur et non plus dimensionner la cité et son accessibilité à la priorité des véhicules automobiles. La ville par et pour les piétons ? C’est une ambition intéressante à souligner et qui doit constituer un véritable axe de développement dans le futur de l’aménagement de l’espace public.

Dans le cimetière du Père Lachaise, se rendre d’un point A à un point B doit être simple et ne doit pas constituer un périple laborieux, une gêne, une entrave de mouvements pour le promeneur. Néanmoins, en visitant le cimetière, vous ne pourrez pas passer à côté des véhicules utilisés pour transporter le matériel destiné à la maintenance du terrain, des jardins, des tombes et des monuments funéraires. Il est fréquent de voir des visiteurs surpris de devoir se déplacer des allées afin de laisser place à ces véhicules, qui ne semblent pas être les biens venus dans ce lieu figé et hors temps. 

Affiche de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

Les allées pavées construites au XIXème siècle introduisent la ville dans ce lieu clôt comme pour rassurer le visiteur mais également pour édicter des règles, des règles de déplacement à respecter, des normes de comportements adopter, les petits escaliers permettent alors au promeneur de s’échapper vers des chemins divergents.

Il apparait donc que le Père Lachaise en tant que territoire complexe et lieu unitaire à part entière ne peut être traité dans sa globalité de la même façon qu’un parc ou le campus d’université. Ce lieu chargé d’histoire, aménagé sur une colline, ouvert sur plusieurs portes, véritable microcosme aux centaines de tombes historiques est et demeure un vestige de plusieurs époques, une passerelle entre la vie et la mort, un témoignage historique, culturel et artistique de l’évolution de la vie à Paris.

Je vous laisse avec cet enregistrement sonore à caractère immersif, accompagné d’une composition originale.

Par Clyde Costuas-Timsit

Citadin, touriste, flâneur au cimetière du Père Lachaise. Pratiques de micro-mobilité dans un espace public

Il est facile de se perdre dans un nouvel endroit. Surtout lorsqu’il s’agit d’une première visite dans une ville inconnue, dans un quartier particulier ou même dans un lieu emblématique. Vous pouvez être un touriste chevronné ou un citadin qui vit dans la même ville depuis de nombreuses années. Il y a seulement 10-15 ans, seuls les cartes et atlas en papier étaient utiles. Aujourd’hui, les géants du numérique comme Google facilitent grandement le déplacement dans une ville grâce aux services de cartographie électronique.

Lors d’une visite au cimetière du Père Lachaise, je me suis demandée dans quelle mesure les cartes numériques sont aujourd’hui demandées réclamées par les visiteurs de cet immense parc urbain de 43 hectares situé au cœur de Paris. Avant de trouver une réponse à la question principale, j’ai analysé les stratégies que des personnes d’âges différents choisissent pour naviguer dans le cimetière, en fonction du but de leur visite. En fin de compte, la stratégie de déplacement choisie affecte-t-elle les moyens que les gens utilisent pour naviguer dans l’espace public ?

Le cimetière compte plus de 75 000 tombes.

Ce texte s’intéresse aux tentatives d’analyse des pratiques de micro-mobilité dans l’espace public. La recherche a consisté en dix mini-entretiens avec des visiteurs du cimetière. Parmi les autres méthodes de collecte d’informations, citons l’observation des visiteurs du Père Lachaise, l’analyse de ses mes propres expériences de visite du cimetière lors de trois sorties en octobre et novembre 2022, ainsi qu’un entretien avec Pavel Grabalov, chercheur à la Faculté d’urbanisme et de la société de l’Université Norvégienne des sciences de la vie.

Le Père Lachaise : une ville dans la ville

Plus de deux millions de personnes visitent le cimetière du Père Lachaise chaque année. Pour les Parisiens, le cimetière a longtemps été un parc de la ville, un lieu de promenades tranquilles et réfléchies. Son terrain est une ville dans la ville. Elle comporte des rues et des carrefours, des caveaux où reposent les défunts — dont l’architecture rappelle celle des maisons des vivants. Les rues sont dotées de panneaux de signalisation, un système d’orientation visuelle familier aux citoyens modernes.

Le cimetière du Père Lachaise est le plus grand cimetière parisien avec son propre système de signalisation.

L’expert Pavel Grabalov souligne que les cimetières sont avant tout créés pour l’enterrement et la commémoration : dans sa thèse (Grabalov, 2022), il appelle cela la fonction primaire, toutes les autres fonctions étant secondaires et devant être en harmonie avec la primaire. Il s’ensuit que les cimetières doivent être pratiques pour le déplacement des membres de la famille et des proches de ceux qui y sont enterrés, et qu’ils doivent être conçus en tenant compte des principes de la conception universelle, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Selon le chercheur, l’environnement des cimetières européens est aménagé de manière très différente : les cimetières en Russie (si l’on considère que la Russie fait géographiquement partie de l’Europe) sont presque impossibles à déplacer, et en Norvège, la communauté professionnelle qualifie parfois les cimetières de trop ennuyeux, car le réseau d’allées y est très simplement aménagé.

Les résultats de mon observation des visiteurs du cimetière du Père Lachaise et l’avis de l’expert concordent dans le sens où les visiteurs qui viennent au cimetière pour des fonctions secondaires ont des besoins différents. Certains peuvent, par exemple, « souhaiter » se perdre dans le cimetière afin de ressentir son atmosphère particulière. Il est également important de savoir comment les cimetières interagissent avec le milieu urbain environnant : où le cimetière est situé (au centre ou à la périphérie), combien d’entrées il y a, quels sont les espaces qui entourent les cimetières, où se trouvent les arrêts de transport public, quelle est la facilité pour les visiteurs d’atteindre le cimetière et de pénétrer sur le territoire.

En outre, à la suite de l’observation, j’ai identifié trois types de visiteurs de  Citadin (subdivisé en deux sous-types : Simple Passant, Proche), Touriste, Flâneur. Cette typologie a été le point de départ de la description de quatre stratégies de micro-mobilité des visiteurs de cimetières.  

Stratégie № 1 : Préservation des ressources

La planification de l’itinéraire est nécessaire pour les personnes qui disposent d’un temps limité et qui savent clairement où commence et où finit leur voyage (le type Citadin). Comme l’a montré mon observation, cette stratégie est le plus souvent choisie par les Parisiens qui traversent le cimetière en tant que zone où se trouve une partie du trajet entre le domicile et le travail.

Soledad, de 49 ans décrit son expérience : « Je me rends à mon travail. D’habitude je fais ça deux fois par semaine, parce que j’habite à Gambetta et c’est juste court chemin. C’est plus beau, tranquille. J’habite là depuis longtemps. Donc, je le traverse pour aller au travail, mais je le visite aussi à d’autres moments. Je connais à peu près comment il est ».

Cependant, parmi les habitants, j’ai également rencontré ceux qui se promenaient par une fraîche matinée d’automne sur le chemin du bureau, non pas pour gagner du temps, mais pour profiter de la sérénité, de la tranquillité et de la beauté du lieu, combinant ainsi la stratégie n°1 avec la stratégie n°4 de la micro-mobilité (le sous-type Simple Passant).

« Aujourd’hui je le [ le cimetière ] traverse simplement, mais je le connais par coeur. J’habitais à Paris avant. Donc, ça peut être un lieu de visite juste comme ça, de se balader. Ici quand j’habitais à Paris, oui, je visitais le cimetière presque chaque jour. Ah non, pas tous les jours, mais à chaque occasion. C’est un lieu de silence et de calme dans Paris. Je connais bien la ville. Les chemins ici ? Moi, oui, j’en connais quelques-uns pour aller à certaines tombes. Il y a des points repérés. Et l’orientation… Je sais quelle rue est à droite, à gauche, au nord, au sud. Le crématorium, certaines tombes », — dit une ancienne Parisienne de 68 ans. 

Stratégie № 2 : Fréquentation rituelle

Parmi les visiteurs que j’ai interrogés, il y avait aussi des proches de personnes enterrées dans le cimetière. Au cours de l’entretien, l’un de mes interlocuteurs a regardé nerveusement sa montre, invoquant un manque de temps. « Je viens de voir la sépulture de mon épouse. Je viens tous les jours, donc, je le sais exactement où je vais. Et donc, je n’utilise aucun panneau de direction », — dit brièvement un Parisien de 56 ans.

Un autre citadin de 72 ans explique le but de sa visite : « Je vais faire les tombes de famille. Bien, avant d’y arriver je me mets en prière. Je pense à mes ancêtres. Eh bien, je vais voir en général quand même le bureau. Vous remarquerez qu’ici, les tombes sont des sépultures familiales. C’est la chaîne des générations ».

Ceux qui se précipitent vers les cérémonies rituelles ont été rencontrés. Ce dernier par exemple, a refusé de participer au mini-entretien, invoquant la triste occasion de sa visite au cimetière. Pour ce groupe de visiteurs, la nécessité de choisir le chemin le plus court est évidente et compréhensible (sous-type Proche).

Stratégie № 3 : Tourisme

Évidemment, un itinéraire pensé à l’avance permet non seulement d’économiser des ressources, mais aussi d’inclure les sites les plus intéressants à visiter sur le chemin du point A au point B. Les touristes, quant à eux, font rarement un plan détaillé, n’ayant généralement qu’une ébauche mentale avec un ou deux points focaux dans le mouvement prévu.

Les gens interrogés décrivent ainsi leur stratégie :

« C’est ma première visite afin de voir les sépultures de certaines personnalités, par exemple, Édith Piaf, Chopin et certains autres. En fait, mon frère jumeau est venu ici cet été. Puis, il me dit que c’est il m’a dit que ça valait vraiment le coup de se promener, de se balader dans le cimetière et ça fait longtemps que je connais aussi le nom, la réputation du cimetière », — Alain de 63 ans, Montréal.

« C’est bon de voir Jim Morrison. Il est génial. Avant de venir au cimetière, je viens de télécharger l’application « Rick Steves. Audio Europe ». C’est ma deuxième visite, car j’aime vraiment Jim Morrison », — Leslie-Anne de 35 ans, Édimbourg.

Malheureusement, en raison du peu de temps disponible pour visiter le cimetière, je n’ai pas eu le temps je n’ai pu analyser les stratégies et les itinéraires des guides et des groupes de touristes organisés. L’observation et l’enquête ont été réalisées auprès de touristes individuels et de ceux se déplaçant en couple, non accompagnés d’un guide professionnel.

Stratégie № 4 : Improvisation

Dans le même temps, il convient de mentionner l’observation flottante comme une pratique socioculturelle d’exploration intuitive de l’espace, où l’utilisation de cartes et de repères visuels sous quelque forme que ce soit n’est pas du tout nécessaire. En analysant la promenade, divers chercheurs ont identifié quatre caractéristiques qui lui sont propres. L’une d’entre elles concerne les technologies qui permettent le mouvement, en régulant son style et sa vitesse dans ses différentes variations. Ces technologies comprennent : «…chaussures, vêtements, lieux de repos, trottoirs et sentiers, autres circulations, lieux de promenade, règles et règlements concernant la circulation et l’accès à celle-ci, panneaux indicateurs, etc.» (Urry John, « Les systèmes de la mobilité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, no. 1, 2005, pp. 23-35).

En observant les visiteurs du cimetière du Père Lachaise cet automne et en discutant avec certains d’entre eux, j’ai découvert que l’observation flottante comme mode d’improvisation est une pratique de la micro-mobilité, caractéristique à la fois du touriste oisif et du citadin qui connaît depuis longtemps le lieu, mais qui n’a pas d’itinéraire préétabli pour le traverser.

« Je ne sais pas comment m’orienter sur le cimetière. J’en ai aucune idée. Ce que je vais faire, c’est que je vais m’informer. À des gens que je vais rencontrer, mais j’y vais aussi au hasard. Ben, je vais improviser », — raconte Alain de 63 ans, Montréal.

Des services cartographiques pour aider le citadin, le touriste et le flâneur

Revenons à la question principale de la recherche. Les cartes électroniques sont-elles demandées pour la planification des itinéraires dans le cimetière du Père-Lachaise ? Les stratégies de déplacement influencent-elles le choix du mode de navigation dans l’espace public ?

Carte numérique vs carte classique. Laquelle choisir ?

Aujourd’hui, chacun d’entre nous possède un smartphone sur lequel il peut télécharger diverses applications cartographiques. Avant de visiter le cimetière, j’ai légèrement laissé de côté la carte papier, me réjouissant de la possibilité de tracer des itinéraires vers les lieux d’intérêt en utilisant le service bien connu de Google Maps. Les cartes de la société américaine permettent non seulement de tracer un itinéraire, mais aussi d’obtenir une description textuelle et photographique détaillée de l’endroit que je veux visiter et de lire les commentaires des visiteurs, qui évaluent l’endroit sur une échelle de cinq points. C’est une façon moderne de capturer la mémoire d’une génération, une numérisation et une cristallisation de l’opinion publique dans cette période particulière de l’histoire.

En prenant de l’avance, je dirai que le service a été décevant : dans certains cas, il a échoué. Je n’ai pas pris le raccourci vers la tombe de Coco Chanel. Ainsi, seules deux personnes interrogées sur dix ont utilisé la navigation GPS et les cartes électroniques du cimetière pour se déplacer dans le parc.

Sur le site de la mairie de Paris, sept types de plans peuvent être téléchargés au format PDF dans la section consacrée au cimetière. Les plans thématiques contiennent des informations sur des personnes notables dans les domaines du théâtre, du journalisme, de la musique et de la philosophie. Il existe une carte consacrée aux tombes de femmes françaises influentes. Un itinéraire historique des événements de 1871 est disponible pour consultation et téléchargement. Malgré la richesse et l’étendue des informations fournies par ces cartes, aucune des personnes que j’ai interrogées n’avait utilisé les cartes PDF pré-téléchargées. J’ose croire que le fait de devoir se rendre sur le site de la mairie de Paris, de trouver la bonne rubrique et de télécharger l’une des sept versions de la carte (une action apparemment simple qui ne nécessite que trois clics) est une tâche trop lourde pour l’internaute ordinaire.

L’affichage et les cartes classiques sont-ils toujours populaires ?

Cependant, malgré la popularité des services en ligne modernes et le fait que chaque visiteur dispose d’un smartphone, les cartes en papier ainsi que les affiches contenant des informations sur l’emplacement des principaux sites spatiaux sont également très prisées par les visiteurs du cimetière.

Le matin du 29 novembre, entre 09h00 et 10h00, j’ai vu les gens se concentrer près de la carte à l’entrée principale du cimetière. Les visiteurs échangeaient des conseils sur la manière de choisir le meilleur itinéraire pour se déplacer dans le cimetière, dessinant dans l’air les trajectoires. Près de l’affichage à l’entrée du cimetière, on pouvait voir 5 à 7 personnes à la fois. L’une de mes interviewées d’âge mûr m’a dit que les jeunes de nos jours se cachent derrière l’écran de leur téléphone portable, ratant ainsi la communication en direct qui est le moyen le plus efficace d’obtenir des informations précieuses.

Les visiteurs à 09.20, 28.11.2022
Les visiteurs à 09.40, 29.11.2022
Les visiteurs à 09.45, 29.11.2022

Quels autres facteurs influencent les pratiques de la micro-mobilité ?

Outre les objectifs, la motivation à visiter le cimetière, les éléments physiques du système d’espace public influencent également le choix de la stratégie de déplacement des visiteurs. La commodité de l’entrée dans le cimetière, le système d’allées, la disponibilité d’informations complètes (signalisation, panneaux indicateurs, présence du personnel du cimetière), l’emplacement des bancs et même l’éclairage sont importants. 

« Cette recette sera différente pour chaque cimetière. Chaque pays, voire chaque ville, a ses propres exigences en matière d’aménagement de l’espace. À Oslo, Copenhague et Moscou, ces exigences sont énoncées en termes plutôt généraux, l’accent étant mis sur le fait que la conception du cimetière doit être réalisée de manière propre. Les solutions spécifiques sont généralement laissées aux urbanistes eux-mêmes pour concevoir un cimetière particulier et déterminer ce qui est approprié dans ce cas, ce qui me semble être la bonne chose à faire. Mais tout dépend de la compétence de l’architecte. Là encore, le contraste est énorme entre la Russie, où les projets de cimetières sont anonymes et ne contiennent aucune créativité, et la Norvège, où depuis plus de 80 ans, à l’Université Norvégienne des sciences de la vie, il existe un cours sur la planification des cimetières destiné aux architectes », — conclut Pavel Grabalov.

Le Père Lachaise dispose d’un système très élaboré d’organisation de l’espace public. Le système de communication visuelle avec les visiteurs, la présence de bancs, de panneaux de signalisation et de services numériques pour le tracé des itinéraires, ainsi que la longue histoire du site et la réputation des personnes qui y sont enterrées, sont autant de facteurs externes qui permettent au cimetière de rester l’un des plus célèbres au monde.

Résumé

Dans mon enquête, j’ai tenté d’analyser les pratiques de micro-mobilité des visiteurs du cimetière du Père Lachaise, en tenant compte de l’objectif de la visite et du choix de l’orientation dans l’espace public. Avant de visiter le cimetière, je supposais qu’il n’y avait que deux types de visiteurs : les Touristes et les Proches. Le contexte culturel et social m’a révélé la présence de deux autres types : les Flâneurs  et les Citadins, qui se déplacent dans le cimetière à la fois afin d’avoir le plaisir esthétique et pour des raisons pragmatiques, comme gagner du temps sur le chemin du travail.

Parmi les visiteurs interrogés, les services de cartographie électronique semblent être peu demandés. Dans la plupart des cas, les visiteurs ne préparent pas leur visite, n’établissent pratiquement jamais d’itinéraires détaillés (ou ne connaissent que celui qui mène aux tombes des proches qui sont enterrés) et se fient à la perception intuitive de leur environnement.

Il est évident que d’autres facteurs tels que la saison de visite du cimetière, les conditions météorologiques, les déplacements des visiteurs en groupes et individuellement, le sexe, l’âge, la profession du visiteur et peut-être même des détails tels que le choix des vêtements et des chaussures pour la visite du cimetière méritent d’être pris en compte lors de la poursuite de l’étude.

À long terme, les résultats d’une telle analyse pourraient être utiles à la direction du cimetière ainsi qu’à la mairie de Paris, notamment pour améliorer le système de communication en ligne et hors ligne avec le grand public.

Vivre autour d’une nécropole. Une observation au cimetière du Père-Lachaise

Les lieux de sépulture ont une relation particulière à l’espace. Initialement à l’écart des lieux de vie, la demeure des morts se retrouve souvent ostracisée, à l’abri des regards, dans un lieu généralement peu accueillant. L’expansion urbaine a néanmoins bouleversé la relation de la cité avec ses nécropoles. Dans les grandes villes, les cimetières font rapidement face à des limites en termes d’espace. L’accroissement des villes a entouré les cimetières, les empêchant de s’agrandir. Des habitants se sont retrouvés nez à nez avec des sépultures, devant leurs fenêtres. Les interactions du monde des vivants avec le cimetière se sont donc multipliées alors même qu’il a toujours été question de garder les nécropoles éloignées. 

Certains riverains ayant une vue plongeante sur un cimetière sont confrontés quotidiennement à l’atmosphère macabre qui règne dans les nécropoles. Les sols de ces derniers sont bien souvent recouverts de surfaces minérales froides pour en limiter l’entretien et des arbres symboliques de la mort y sont plantés. Tout est fait pour rappeler la mort, même les fleurs déposées, vouées à mourir. Outre ce paysage funèbre, les cimetières ont connu des mutations au grès des évolutions sociales et du temps subissant extensions ou rétrécissements, aménagements paysagers, évolution des pratiques culturelles, nouveaux courants architecturaux. Tous ces changements, donnent à voir aux riverains un spectacle lugubre chargé d’histoire, lui rappelant à chaque fois sa condition de mortel.

D’abord baptisé le cimetière de l’Est en 1804, le cimetière du Père-Lachaise ne fait pas exception à ce portrait. Il possède néanmoins quelques spécificités qui le rendent unique. Avec ses 44 hectares, c’est le plus grand cimetière intra-muros de Paris et l’un des plus célèbres au monde accueillant chaque année deux millions de visiteurs. Alors qu’il a été créé sur un des flancs de la colline de Charonne, les architectes ont fait preuve d’une adaptation topographique improbable. Le cimetière détient une position symbolique dans la ville ; les morts, en hauteur, regardent les vivants.

Un cimetière verdoyant offrant aux riverains d’innombrables scènes de vie

C’est donc avec plusieurs aprioris sur les interactions entre riverains et cimetière que j’aborde mon observation flottante au Père-Lachaise un matin d’octobre. Peu habitué des cimetières, je pars avec une forte appréhension, comme persuadé que cette visite va me démoraliser. Alors que je m’approche de la Porte du Repos, une question persiste : quelle relation peuvent bien entretenir les riverains avec cette immense nécropole et en particulier ceux ayant une vue directe sur les tombes.

J’entreprends alors de faire le tour d’enceinte depuis l’intérieur du cimetière afin d’observer la proportion d’individus confrontés à la vue du cimetière. Dès mes premiers pas, je constate vite que le cimetière est entouré d’un mur de briques d’au moins deux mètres en moyenne. Seuls les deux premiers étages des immeubles qui entourent le cimetière sont épargnés du sinistre paysage offert par le cimetière.

Une dizaine de minutes après mon départ depuis la Porte du Repos, j’atteins l’extrémité ouest du cimetière. Je fais face à un premier bloc d’immeuble séparé par le mur d’enceinte. Celui-ci est en partie paré de plantes grimpantes comme du lierre ou des vignes rendant la séparation entre monde des morts et monde des vivants moins abrupte de l’intérieur. La végétalisation des murs semble néanmoins sporadique et désordonnée, comme si les agents d’entretien laissaient la nature reprendre ses droits. Ce camouflage interne se retrouve un peu plus loin, sur la face nord-ouest, dans la zone du jardin des souvenirs. Mais déjà, j’ai le sentiment que la visibilité de ces stèles par les riverains est limité. D’imposants arbres plantés à la base du mur empêchent de distinguer clairement les tombes et caveaux.

Monument aux Morts dans la zone du jardin des souvenirs en partie camouflé par les arbres – Crédit : Eliot Meyer

En poursuivant mon chemin le long de la limite nord-est, je constate que des pics, barbelés et grillages ont été installés au-dessus des murs. C’est notamment le cas pour les pans de murs qui jouxtent les rues ou les entrées. Ils donnent un sentiment d’être dans une zone interdite, voire dans une prison. J’ai ainsi observé d’importants grillages au niveau du Lycée professionnel Charles de Gaulle ainsi qu’à la porte de la Réunion. Comme pour se protéger de toute intrusion, ces murs renforcés sont la preuve qu’ils ont été érigés pour préserver le monde des morts.

Mur renforcé de barbelés à côté du Lycée professionnel Charles de Gaulle – Crédit : Eliot Meyer

Sur le chemin du retour, je prends la mesure de la végétation qui prospère ici et notamment les nombreux arbres qui ont élu domicile dans cette nécropole. Néanmoins, les érables et les marronniers n’occultent pas tout et donnent à voir une diversité de scènes qui n’ont parfois aucun lien avec la mort. Depuis le cimetière, je peux voir des fenêtres qui donnent sur une multitude de tombes allant du caveau familial aux tombes individuelles les plus farfelues. J’imagine alors que le regard du riverain se pose sur un caveau délabré, une tombe fleurie à l’approche de la Toussaint ou encore le rubalise des chantiers pour sécuriser une tombe qui s’effondre. La végétation verdoyante détonne. Elle est en contraste avec les couleurs grisâtres des sépultures. En effet, les innombrables arbres sont accompagnés par des buissons à leur base, des fleurs ou des hautes herbes. L’arrivée de l’hiver offre néanmoins un spectacle moins coloré avec des arbres qui perdent leurs feuilles – améliorant de fait la visibilité – et des fleurs qui fanent. De retour à la Porte du repos, je croise une myriade de voiturettes d’agents d’entretien. Alors éloigné des chemins fréquentés depuis le début de ma visite, je croise également un groupe de touristes. Devant toute cette animation, je tourne la tête vers l’immeuble qui fait face à l’entrée et distingue une dame qui ouvre sa fenêtre pour fumer une cigarette, scrutant elle aussi la scène.

Caveaux situés à côté de la porte du repos. Derrière cette photo, il faut s’imaginer qu’il y a toute une agitation – Crédit : Eliot Meyer

Après une première visite le long des murs frontaliers du cimetière qui a bousculé mes aprioris, je décide de m’aventurer au cœur de la nécropole pour poursuivre ma réflexion sur la visibilité du cimetière par les vivants. Cette fois-ci, je décide de ne pas me fixer un trajet prédéfini pour me laisser surprendre par la fugacité des scènes de vie du cimetière confirmant ainsi certaines de mes premières observations. Un premier constat émerge rapidement ; plus on s’enfonce au centre du cimetière plus la végétation semble camoufler les caveaux.

Au détour d’un arbre, j’aperçois un immeuble au loin et commence à m’intéresser à la question de la distance. Les riverains les plus proches qui surplombent le mur ont la possibilité de distinguer les tombes mais, qu’en est-il des habitants des immeubles plus éloignés ? Ces lointains voisins semblent avoir une vue plus globale du cimetière sans pour autant être suffisamment proches pour distinguer certains détails comme les tombes. J’en déduis que la différence de distance ne confronte pas les individus à la même interprétation du cimetière. Le riverain qui habite au troisième étage d’un immeuble mitoyen peut quasiment lire l’épitaphe de la tombe qui se situe en dessous de sa fenêtre alors que celui qui habite dans un immeuble en surplomb, à plusieurs kilomètres du cimetière, ne verra qu’un ensemble verdâtre et distinguera peut-être quelques-uns des caveaux les plus imposants.

Au loin, on peut distinguer un immeuble parmi les nombreux feuillages – Crédit : Eliot Meyer

La seconde visite m’a permis de m’arrêter sur des détails internes du cimetière, mais elle m’a surtout convaincu que la densité d’arbres et de végétation permettaient de dissimuler le cimetière aux riverains les plus proches comme à ceux qui sont plus éloignés. A ce moment-là, je décide de changer de paradigme. Il faut sortir de l’enceinte du cimetière pour approfondir mon analyse et adopter un point de vue externe, du côté des vivants.

Un habile jeu de cache-cache entre le monde des vivants et celui des morts dans les alentours du cimetière

Pour la troisième visite, je choisis de faire à nouveau le tour du cimetière. J’essaye alors de suivre l’enceinte extérieure, et ce, dans le sens inverse de celui effectué lors de la première visite. Je débute mon parcours dans la Rue du Repos. Sur le chemin, je constate rapidement que les environs n’offrent pas de rue accolée directement au cimetière mais, plutôt des habitations et des lotissements fermés aux publics. Bloqué, je ne peux donc pas voir directement le cimetière. De surcroît, je vois sur mon plan que la moitié du cimetière n’est pas bordé par une rue, mais par des logements ou des parcs. Comment accéder aux maisons qui bordent le cimetière ? Je me résolus assez vite que voir directement le cimetière de l’extérieur ne sera pas facile mais, je choisis de m’attacher aux signes qui se rapportent aux cimetières.

Bureaux dans le quartier non loin de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Juste avant d’arriver sur le boulevard de Charonne, je vois un homme ouvrir la porte d’une grande cours intérieure qui donne à voir sur les arbres du cimetière. Il me tient la porte et par chance, je réussis à m’immiscer. Je saute sur l’occasion pour lui demander s’il habite dans un logement qui a une vue sur le cimetière. Interloqué, il affirme travailler ici et ne plus faire attention au cimetière qu’il voit depuis la fenêtre de son bureau. Il voit finalement plus les grands arbres qui font face à l’immeuble que les tombes logées à leurs pieds. De retour sur le boulevard de Charonne, j’arrive à nouveau à distinguer les arbres du cimetière entre deux immeubles.

Cour intérieure qui donne sur les arbres et le mur du cimetière – Crédit : Eliot Meyer

Je bifurque ensuite sur le Boulevard de Bagnolet qui est ponctué par de petites voies escarpées dans lesquelles je m’engouffre. Je passe d’abord par la Cité Aubry. Cette voie pavée accueille des logements, ateliers, et même un chapelier. Au détour de cette Cité, je m’engage dans la Villa Riberolle et aperçois enfin les arbres du cimetière au bout d’une impasse qui semble bien animée pour un mardi matin. En effet, plusieurs bars et restaurants ont élu domicile dans ce petit recoin et s’y déroulait ce matin-là tout un ballet de livreurs. Je continue mon chemin et passe devant le lycée Charles de Gaulle qui jouxte le cimetière.

Au fond de la villa Riberolle, on distingue la végétation du Père-Lachaise – Crédit : Eliot Meyer

Un peu plus loin, la rue de la réunion donne sur la porte la Réunion, mais aussi et surtout sur le jardin Pierre-Emmanuel. Ce jardin, situé à deux pas du Mur des fédérés, semble avoir préservé une nature sauvage via des techniques de jardinage biologique ventées sur la pancarte de l’entrée. Ce vaste espace vert s’harmonise avec les vallonnements de la colline de la nécropole, située en contre-haut. Sur le mur qui sépare le parc du cimetière, vignes et lianes s’entrelacent. Je ressors dans la rue Lesseps qui accueille une École Élémentaire, elle aussi se situe à deux pas du mur des Fédérés.

Le jardin Pierre-Emmanuel accolé au mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

Après être passé devant la Villa Godin, je bifurque rue des Pyrénées. Un immeuble abandonné intrigue mon regard. Ce « Love Hotel » tagué détonne avec le cimetière tout proche. Juste à côté, je m’aventure dans le square Henri-Karcher. Ce jardin est accroché aux flancs du cimetière. Il offre un réel bol d’air pour se ressourcer à l’écart de l’agitation urbaine. Un chemin escarpé mène au haut de la colline de Ménilmontant. Au milieu des enrochements surgissent de nombreux arbustes ainsi que plusieurs prairies. Le square comporte également à son sommet un enclos de ruches accolées au mur d’enceinte de la nécropole. Alors que l’on ne peut distinguer visuellement la présence du cimetière tout proche, ces ruches apparaissent comme une volonté de lutter contre la fatalité de la vie. En voie de disparition en milieu urbain, les abeilles profitent ici d’un habitat artificiel qui participe au bon équilibre de l’écosystème qui les entourent. En sortant, je suis surpris par le mur extérieur du square. Il constitue une réelle fresque comprenant ce que je crois être des poèmes sur la fugacité de la vie.

Les abeilles du square Henri-Karcher, voisines du cimetière

Un peu plus loin, je monte sur le pont de la rue Charles Renouvier pour rejoindre la rue de Rondeaux. Cette rue longe le mur du cimetière sur plus de 500 mètres et passe devant la porte Gambetta. Les hauts murs d’enceinte sont surplombés par les arbres plantés à l’intérieur du cimetière et n’offrent guère une vue sur le cimetière aux passants. Les riverains quant à eux, semblent bénéficier des hauts arbres pour cacher leur vue. Au fur et à mesure que progresse dans la rue, je me rends de plus en plus compte que les riverains ont un balcon qui donne sur le cimetière et d’autres ont une terrasse aménagée pour accueillir plus de monde. Cela me pousse à croire que le cimetière n’est pas un problème pour eux.

Cette maison avec baie vitrée rue Rondeaux offre un panorama privilégié sur le cimetière, mais surtout ses arbres – Crédit : Eliot Meyer

Au bout de la Rue de Rondeaux, je tourne dans le square Samuel de Champlain qui sépare le cimetière de l’avenue Gambetta. Pourtant, il est quasiment impossible de distinguer le mur d’enceinte de la nécropole qui est camouflé par des plantes grimpantes et les arbres situés à l’intérieur du cimetière tout comme ceux plantés dans le square. Je porte mon regard de l’autre côté pour m’assurer que les immeubles de l’avenue Gambetta en contre bas n’ont pas de visibilité sur les caveaux. Alors que les arbres commencent à perdre leur feuillage, seuls les riverains habitants aux derniers étages de certains immeubles peuvent apercevoir le haut des sépultures les plus imposantes.

La faible visibilité des immeubles de l’avenue Gambetta sur le cimetière grâce aux arbres du square Samuel de Champlain – Crédit : Eliot Meyer

Avant de quitter le square, je remarque qu’un petit mur a été érigé devant le mur d’enceinte du cimetière.  Elevé à la mémoire de toutes les victimes des révolutions, il commémore les victimes des répressions de toutes les insurrections populaires, et en particulier de la Commune de Paris. C’est comme si le cimetière s’invitait dans un lieu de vie avoisinant, poussant à rappeler au passant qu’il est à deux pas d’une nécropole.

Le mur en mémoire de toutes les victimes des révolutions du square Samuel de Champlain devant le mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

A la sortie, je passe devant la porte des amandiers pour redescendre le boulevard Ménilmontant. Je suis surpris par le monument aux morts de la grande guerre consacré à Paris à ses enfants. Sur plus de 280 mètres le nom des plus de 90 000 Parisiens morts au combat et des 8 000 disparus est inscrit sur des plaques directement apposées sur le mur d’enceinte du cimetière. Comme pour la rue de Rondeaux, aucun caveau n’est visible grâce au mur. Ainsi, ce monument aux morts semble revêtir une dimension symbolique en venant une nouvelle fois s’inviter dans le monde des vivants alors que la possibilité de commémorer ces morts est déjà possible à quelques encablures dans le cimetière. Puis, je me retourne une nouvelle fois du côté des riverains. Entre deux immeubles de taille moyenne, je constate un terrain quasiment vide. C’est l’ancien terrain de sport de Ménilmontant. Théâtre d’une âpre bataille pour être remplacé par des immeubles d’habitation, il a été renommé Terres d’écologie populaire de Ménilmontant par les militants. Auto-géré par les riverains, ce lieu de vie alliant nature, écologie et sport, contraste avec le cimetière et le monument aux morts qui lui font face.

Le monument aux morts de la Grande Guerre consacré à Paris et à ses enfants sur le boulevard Ménilmontant – Crédit : Eliot Meyer

Alors que passe devant la porte principale avant de rejoindre la rue du Repos, je constate une grande concentration de commerces qui fait face au mur d’enceinte ; pompes funèbres, fleuristes, services funéraires ou encore des bars. D’habitude plus rares sur mon chemin, ce constat me pousse à avoir une réflexion sur ces lieux de vie essentiels. Certains d’entre eux reprennent le champ lexical du cimetière afin d’attirer les clients ou de marquer leur attachement au cimetière. D’autres plus pernicieux, ou juste opportunistes, installent leur magasin de marbrerie ou de fleurs en face des entrées du cimetière. Comme si le monde des vivants voulait tirer parti de celui des morts. Au-delà de ces commerces, hôtels, bureaux, écoles, bar et restaurants ont élu leur domicile dans les rues qui jouxtent le cimetière. Cette diversité témoigne de toute la vivacité qui existe dans les quartiers avoisinant le cimetière.

Les commerces du boulevard Ménilmontant, tous proches de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Pour cette dernière visite autour du cimetière du Père-Lachaise, j’avais entrepris de faire le tour externe du cimetière pour avoir le point de vue des vivants sur les morts. Je n’ai finalement eu que très peu de visibilité directe sur le cimetière notamment à cause de la végétation présente en dehors et dans la nécropole ainsi que son mur d’enceinte. Il existe pourtant bien des traces disséminées dans les rues animées qui bordent le cimetière.

Conclusion

A l’issue de ces trois observations, je me suis rendu compte de certaines limites. J’aurais souhaité que mon cheminant à l’extérieur du cimetière soit complété par des points de vue directs sur le cimetière, chez des riverains. J’aurais également recueilli plus de témoignages pour compléter mes hypothèses.

Néanmoins, mes visites m’ont permis de voir que le monde des vivants s’invitait dans celui des morts en offrant un spectacle vivant qui contraste avec le climat sinistre qui règne habituellement dans un cimetière. Même s’ils font parfois face aux tombeaux et donc face à leur destin de mortel, le ballet incessant des ouvriers de maintenances, des visiteurs ou des familles de défunts constituent un décalage important. La nécropole est même une bouffée d’oxygène pour les riverains qui peuvent bénéficier d’un espace vert très calme pour fuir l’agitation de la ville.

C’est d’ailleurs grâce à cette végétation que tous les riverains n’ont pas une vue dégagée sur le cimetière. Et même en hiver lorsque les arbres perdent leur robe verte, leur grand nombre cache la vue aux riverains. Le mur constitue également un élément de camouflage important, mais aussi de protection contre d’éventuelles profanations ou squatteurs. Il joue surtout le rôle symbolique de frontière entre le monde des morts et celui des vivants. Dans ce cimetière boisé, c’est un habile jeu de cache-cache qui est disputé entre l’intimité du monde des vivants et la pudeur du monde des morts.

Alors que j’ai tenté d’étudier la question de la visibilité du cimetière, mon observation s’est recentrée sur les liens entre le monde des vivants et celui des morts. En effet, si le cimetière n’est pas directement visible de l’extérieur, plusieurs signes rappellent sa présence. Là encore la végétation foisonnante du cimetière est perceptible à plusieurs endroits laissant presque croire qu’il s’agirait plutôt d’un parc. Les pompes funèbres, bouchers, panneaux de signalisation ou encore monuments aux morts sont quant à eux autant d’indices symboliques de la présence toute proche du cimetière, comme une incursion du monde des morts dans celui des vivants.

Eliot MEYER

La Toussaint au Père Lachaise

Paris est une ville qui regroupe de nombreux lieux et monuments historiques. Le lieu que nous allons explorer à travers cet article est le cimetière Père-Lachaise. Un lieu où les vivants vont à la rencontre des morts. Afin de profiter au mieux de notre visite au sein du cimetière Père-Lachaise à travers mon article, je vais vous planter le décor. Nous sommes le 1er novembre, jour de la Toussaint. De nombreux Français se recueillent sur les tombes de leurs proches. Quoi de mieux que de se rendre dans le cimetière Père-Lachaise pour profiter de la beauté de ce lieu. Pour une immersion totale j’ai décidé d’opter pour la méthode de l’observation flottante. Cette méthode me permet de rentrer en immersion totale et de me focaliser sur les détails et le ressenti que dégage ce lieu.

 

Crédit : Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

Une nécropole pleine de vie

La ville lumière renferment de beaux secrets tel que le cimetière Père Lachaise. En effet, le champ du repos se situe au milieu de la ville, mais elle est entourée de murs et de végétation. Lorsqu’on se trouve à l’une des extrémités on peut y voir de nombreuses habitations voir même des crèches et écoles. À l’intérieur du cimetière, le calme est retentissant, on oublie que nous sommes à Paris car la nature y a repris ses droits. Qualifié comme le jardin le plus grand de Paris, on y rencontre des arbres immenses et une végétation très diversifiée. Pendant cette promenade le jour de la Toussaint, nous pouvons voir que les feuilles sont tombées des arbres, et les routes sont jonchées de feuilles mortes.

Crédit : Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachais
Crédit : Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

Une lutte contre l’oublie 

Ce qui m’a le plus particulièrement marquée lors de ma visite au cimetière est la beauté des sculptures qui habillent les tombes des défunts. Pendant cette promenade je réalise qu’à travers ses tombes et décor l’on peut voir comme une volonté de rester parmi nous sur terre. La tombe qui m’a le plus particulièrement marquée et celle de Georges Rodenbach. 

Crédit :Tombe de Georges Rodenbach,  Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Intrigué par cette tombe spéciale, j’entreprends de faire des recherches. Après quelques recherches je découvre que c’est un poète et romancier belge. Cette sculpture est une œuvre de Charlotte Besnard. Elle met en scène le poète. On voit qu’il sort de sa tombe avec une rose à la main. À travers cette tombe on remarque un certain travail pour ne pas sombrer dans l’oubli. En effet, cette sculpture marquante devient une pièce à part entière de la nécropole. Étant une promenade visités par de nombreux parisiens et touristes les demeures des défunts deviennent des œuvres d’art. Cette lutte contre l’oubli est un travail constant. Étant un lieu touristique et très visité, les visiteurs permettent de faire perdurer la mémoire des défunts à travers leur promenade.

Pendant cette balade, j’ai également pu remarquer que l’architecture du cimetière joue un rôle fondamental. On s’y perd très facilement, malgré les divers panneaux de signalisation. Le cimetière est composé principalement de grandes routes mais également de petites routes secondaires qui passent à travers les tombeaux. J’ai pu apercevoir de nombreux visiteurs passer sur des petits chemins entre les sépulture des defin. Je dois avouer que j’ai trouvé cela surprenant car ces derniers étaient extrêmement proches des tombes qui pouvaient parfois être fissurées voire abîmées. C’est en passant par ce petit chemin que j’ai pu remarquer des sépultures tombées dans l’oubli. Certaines étaient pleines de mousse cachée sous la végétation. L’une d’elle était presque ouverte et on pouvait voir que cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu d’entretien. Cela m’a donc poussé à m’interroger sur la possibilité de retirer un défunt d’un cimetière. Ces dernières tombent dans l’oubli, elles se fondent totalement dans le décor du cimetière en devenant invisibles sous la végétation.

Crédit : Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise
Crédit : Konaré Hawa, 1 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Bien plus qu’un simple cimetière. En réalisant mon observation flottantes pendant cette promenade le jour de la  Toussaint j’ai pu assister a des moments de receuillements émouvant au milieu des visiteurs. Ce contraste entre le fait que se soit un cimetière et un lieu touristiques à la fois à rendu cette observation d’autant plus intéréssante.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search