La maintenance des mémoires : le métier de graveur

Un cimetière n’est pas le lieu rêvé pour une sortie universitaire. Pourtant, cette année, notre enseignant nous à donner le défi de partir à la découverte de ce lieu qui n’est autre que le cimetière Père-Lachaise afin que nous nous rendions compte de toute la manutention que cet endroit mobilise. Il est vrai que je n’étais pas inspirée par cette idée, j’ai donc décidé de me laisser guider à travers les rencontres et les choses que je pourrais voir.

 

 

Le bruit d’un outil. Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

C’est ainsi que lors de ma première sortie, à peine arrivée dans ce lieu si peu bruyant qu’un bruit m’interpelle, je me suis laissée transportée par ce son jusqu’à faire la rencontre d’un graveur en plein travail. Sans tarder, je lui demande s’il est possible d’observer son travail sans le déranger et il me répond d’un ton ironique “oui, vous pouvez, je fais un peu de bruit, mais bon, je dérange personne”. La pression de ce lieu s’est envolée, et je me suis tout de suite sentie à l’aise d’engager une conversation avec lui pour en savoir un peu plus. Je n’aurais jamais cru pouvoir m’intéresser à ce lieu au point d’en écrire un article, mais l’échange que j’ai eu avec cet homme m’a amené à me poser la question suivante : comment le travail d’un homme peut-il impacter sur la maintenance des mémoires ?

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Écrire pour ne jamais oublier, écrire parce qu’ils ont existé. Voilà ce que représente la maintenance des mémoires, une simple gravure inscrite sur une pierre tombale permet de reconstituer l’identité, c’est-à-dire le nom et prénom, l’âge, la date de naissance ainsi que de départ d’un individu. La gravure sur une sépulture peut être déclinée en dessin, symboles ou textes. Elle facilite notamment la recherche d’une tombe dans un cimetière, mais elle permet également de graver quelques mots qui ne craignent pas la rouille. Voilà ce que représente le métier d’un graveur, incluant art et agilité pour un message d’éternité.

C’est pourquoi, je souhaiterais aborder la question du métier de graveur funéraire en deux axes : d’une part, je présenterais le parcours pour devenir un graveur, puis je parlerais de l’avenir incertain de ce métier et de la montée d’autres formes de maintenance. D’un point de vue méthodologique, je me suis principalement appuyé sur trois entretiens que j’ai eus avec des graveurs rencontrés au cimetière Père-Lachaise, leurs témoignages seront retranscrits. J’utiliserais également des photographies et des interviews externes afin d’illustrer mes propos.

“Il ne faut pas avoir la main qui tremble”

Comme je l’ai énoncé précédemment, la gravure d’une pierre tombale permet de reconnaître le défunt dans un cimetière. Elle offre la possibilité de graver des mots doux, des poèmes ou des dessins de la part des proches. À ce titre, il s’agit d’une pratique importante, on sollicite un graveur de pierre pour effectuer cette tâche. 

Concernant le parcours professionnel, un graveur de pierre se présente comme un spécialiste des motifs et inscriptions sur la pierre. Fortement sollicité pour le traitement des plaques mortuaires dans le cadre des pompes funèbres, il réalise des inscriptions et des motifs décoratifs sur tout type de roches. Il peut également proposer ses services dans le domaine de la décoration. 

Pour devenir graveur de pierre, différentes formations peuvent s’offrir aux candidats. Avant de pouvoir devenir professionnel en gravure de pierre, les candidats doivent présenter des diplômes adéquates comme un BAC pro artisanat, options arts de la pierre, BP métiers de la pierre, CAP graveur de pierre, CQP graveur et/ou décorateur sur pierre et matériaux associés et MC graveur de pierre. 

Dans le cas de Martin, il explique son parcours ainsi : “c’est une formation de graveur qui se fait sur 3 ans. Après, il faut connaître tout ce qui est typographie et bien maîtriser le dessin : le dessin, c’est la base de notre métier. Bien connaître les pierres : ça peut être du calcaire, du granite. Une multitude de pierre différente”

Il est possible de devenir graveur en suivant un autre parcours, comme Hugues qui nous dit :

“J’ai fait une formation non diplômante, j’ai été voir un graveur sur pierre et je lui ai demandé de m’apprendre le métier”.

Il ajoute ceci :

c’est un métier qui demande de la rigueur et de la patience. Est-il difficile ? pas vraiment. Certe, on est quelques fois debout ou agenouillé pendant 2 ou 3 heures mais c’est comme tous les métiers ou certains reste toute la journée assis […] c’est 3 heures de travail en général, mais ça dépend des types de pierre, il y a des pierres ou plus ou moins spongieuses. Il y a trois grands types de pierres : les pierres calcaires, les marbres et les granites”

Concernant le statut de l’indépendance du métier, Guillaume répond ainsi :

“Je suis artisan et je travaille en étroite corrélation avec des marbriers, ce sont les cimetières qui nous mettent en relation avec les familles pour répondre à leurs besoins. Je travaille sur toute l’île de France, dès qu’il y a du travail, on m’appelle et je me déplace sur le lieu. […] Moi, j’ai fait une école du tailleur de pierre puis une école de gravure, j’ai passé du temps avant d’arriver à travailler et à faire mon boulot”

Ainsi, nous voyons qu’il n’y a pas qu’un parcours type pour devenir graveur sur pierre. Il est possible de suivre un autre parcours comme des formations courtes pour s’initier ou se perfectionner à la gravure de pierre auprès d’un professionnel. 

Ces trois graveurs se rejoignent pour affirmer que c’est un métier qui demande de la rigueur, de la patience et de l’agilité. Il faut donc bien connaître son métier et éviter de faire des erreurs.

Lorsque l’indispensable devient invisible…

J’étais découragée à l’idée de savoir que j’allais arpenter le cimetière sans rencontrer un graveur. La date butoir s’approchait, mais mon article était loin d’être terminé, avec un seul témoignage, je savais que je n’avais pas traité le sujet comme je le souhaitais. 

Motivée par mon enseignant qui m’encourageait à aller faire un tour, je me suis laissé emporter par les bruits de travaux en espérant trouver mon bonheur. Très vite, je fais la rencontre de deux travailleurs brésiliens avec qui je sympathise, et quelques secondes après, en tournant ma tête au loin, je tombe sur un premier graveur. Hasard ou jour de chance ? Je ne sais pas, mais j’étais tellement ravie que cela me fût égal.

La notion de métier invisible trouve sa résonance lors de la période de Covid-19, les infirmiers, les caissiers, les livreurs, les éboueurs, tous ces métiers déconsidérés qui sont soumis aux risques de contracter le Covid-19. Nous l’avons pourtant vu, sans eux, le pays serait paralysé et les sociétés à l’arrêt. Les caractéristiques d’un métier invisible sont un métier peu connu aux yeux de la société, peu valorisé. Pourtant, ces travailleurs de l’ombre sont indispensables. 

Tout au long de cet article, cela me tenait à cœur de faire émerger ce consensus, les graveurs font partie de ces métiers de maintenance. Qui, sans leur présence, nos cimetières seraient à l’arrêt. Mais en ont-ils conscience de cela ?

La réaction de Hugues m’a marqué. Après avoir sillonné le cimetière pendant 1 h 30, Hugues est le troisième et dernier graveur que je rencontre. J’ai engagé la discussion en lui demandant s’il souhaitait contribuer à la rédaction de mon article. Sa réaction a été plus que surprenante, choqué de ma demande, il était plutôt ravi de voir que quelqu’un s’intéresse à son métier. 

Crédit : Instagram de Hugues Moncelet , 8 février

Arrivée à la fin de mon entretien, je reviens sur sa réaction en la liant à la question du métier invisible, et je tente de le comprendre, il me dit ceci :

“Métier invisible ? Oui, justement, parce qu’on est dans des cimetières et aussi parce qu’il n’y a pas une culture de la lettre. Dans les pays anglo-saxons, il y a une vraie culture de la lettre, de la calligraphie que beaucoup pratiquent. Ils ont aussi toutes les déclinaisons de la lettre, dont la gravure sur bois et sur pierre. Ceci est pareil pour l’Allemagne, les États-Unis, l’Angleterre et la Hollande. Les gens connaissent ce métier et il est très respecté. […] Les gravures en France apparaissent à la fin du XVIII début XIX avec les cimetières, il y en avait très peu avant. Il y en a des vieilles, mais c’est très mal fait. Pour pouvoir graver, il faut savoir lire et écrire : mais ça ce n’est pas donné à tout le monde avant le XIX siècle et certainement pas aux ouvriers.”

On comprend donc qu’en France, le métier de graveur est méconnu par une partie de la population, et ce, depuis des siècles. Guillaume ajoute que :

“Malheureusement, ce n’est pas un métier connu, lorsque moi, je dis que je suis un graveur sur pierre, en général tout le monde est surpris. À la question de si mon métier est invisible ? Je dirais que oui, tous les métiers entrant dans le service et la maintenance le sont.”

La montée d’autres formes de maintenance des mémoires

La période de la Toussaint est synonyme de préparation pour que les familles puissent se recueillir en mémoire de leur défunt.

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Comme on peut le voir sur cette photographie, la vie du cimetière est rythmée par ce moment traditionnel puisqu’un accueil spécifique est mis en place : livraison de bouquets, gravure de pierre tombale, achat d’une plaque funéraire, rénovation d’un monument funéraire ou construction d’une pierre tombale. Certaines opérations peuvent prendre un certain temps et il est souvent recommandé de s’y prendre assez tôt pour que tout soit prêt le jour J.

En cette période de l’année, les graveurs funéraires ont une charge de travail plus conséquente que le reste de l’année. Mais qu’en est-il de l’activité durant les périodes creuses ?

Dans une Interview tenue par le journal France Info, nous retrouvons Claude Houliez qui est un graveur sur pierre depuis maintenant 12 ans, il s’exprime sur le décroissement de son métier depuis ces dernières années : “des demandes de remise en état pure – sans qu’il n’y ait de décès – c’est de plus en plus rare”. Il ajoute : “c’est un métier qui je pense au fil du temps va [..] je ne vais pas dire disparaître, il en faudra toujours. Mais il y a de moins en moins de travail.”

Dans la suite de ses propos, Claude explique que la rareté du travail est due à la hausse de crémation. J’aimerais rebondir sur ces propos en commençant par situer dans le temps ma rencontre avec Martin. En effet, notre première sortie s’est déroulée le mardi 25 octobre, soit une semaine avant la Toussaint. Je suis retournée le 8, 16 et 25 novembre, j’ai pu voir la différence : les lieux étaient vides. Je n’ai pas croisé un seul graveur, les tombes étaient déjà décorées de fleurs et la vie du cimetière avait repris son rythme par la maintenance des jardins. Guillaume répond à la question ainsi : “Pourquoi est-ce aussi compliqué de tomber sur des graveurs ? Au Père-Lachaise, le cimetière est grand donc c’est compliqué. En période de Toussaint, on laisse la place aux familles pour se recueillir.”

Il est évident que désormais, le gros de l’activité de ces travailleurs est à la Toussaint. Parallèlement, le choix de plus en plus de personnes pour la crémation accentue cette rareté de travaux. En menant des recherches sur le sujet, les raisons de l’incinération, préférée à l’inhumation, sont expliquées par diverses raisons : la question de la religion et de la non-croyance, une question de liberté, ou des raisons sanitaires. En effet, la pandémie de covid-19 à modifier les conditions d’inhumation et la prise en charge des défunts positifs au coronavirus : restrictions, allongement du délai de crémation, soin du corps. Toutes ces règles ont participé à la modification profonde de ces cérémonies.

Il est vrai que je m’appuie sur la période du covid-19 pour expliquer cette hausse, mais Hugues affirme : “l’incinération ? Ça fait un moment que ça commence à revenir.”

La hausse de la crémation peut être expliquée par le fait que les nouvelles générations sont de moins en moins pratiquantes et n’ont pas été éduquées aux rites religieux. Il y a donc d’un point de vue culturel, un changement des mentalités, les familles ont moins la possibilité de se réunir ce qui complique l’entretien des tombes, les cimetières sont souvent associés aux souvenirs du jour de l’enterrement et donc à la tristesse. Si autrefois la religion réglait majoritairement le processus de deuil, les cheminements se révéleraient aujourd’hui plus individuels, permettant à chacun d’honorer la mémoire du défunt selon des formes commémoratives, intimement personnelles.

D’un point de vue économique, la crémation coûte moins cher que l’inhumation. Selon Hugues, “certaines familles n’ont pas les moyens de payer une plaque”. Ma visite au crématorium du Père-Lachaise n’a fait que révéler cette réalité, comme on peut le voir sur cette photographie, ou les familles écrivent au crayon en mémoire à leurs défunts :

Crédit : Daphney Paul, 29 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

Un métier en voie de disparition ? des avis divergents

Invisibilité de ces travailleurs ? Concurrence des autres formes de maintenance de mémoire ? On peut facilement s’interroger sur l’avenir de ce métier…

Dans un article de l’Écho républicain, Hélène Jesus Garcia pleure la perte de son ami et estime que le métier de graveur est menacé, elle dit : “les conditions d’exercice d’un métier rare, difficile, méconnu et qui s’éteint […] Un métier bouffé par le sablage et les grands groupes qui font pression pour diminuer les coûts […] La gravure à la main est de plus en plus remplacée par la gravure à la machine. Les graveurs doivent alors s’aligner sous la pression de leurs clients.”

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Ce témoignage m’a donc poussé à m’interroger sur la question du remplacement des outils par la machine ? Est-elle une solution adéquate qui faciliterait le travail ou se placerait-elle comme un obstacle ? Guillaume développe sa réflexion sur la question ainsi :

“Le sablage ça fait 25 ans que ça existe, il y a une petite part de travail qui est faite par le sablage, il a pris un peu de place car c’était nouveau. Mais maintenant on revient en arrière. Par exemple au Père-Lachaise, le sableur ne viendra jamais, car le monument est classé et certaine pierre ne peut être travailler qu’à la main”

Sur la question du métier en voie de disparition, il dit : 

“Métier en voie de disparition ? Non, je ne pense pas, au Père-Lachaise je pourrais y travailler encore toute une vie. Parce que c’est un monument prestigieux et les tombes sont en pierre donc ça requiert un savoir-faire artisanal. […] Mais il est vrai qu’aujourd’hui il y a une montée des machines qui entre en rivalité avec notre métier. De nos jours, il est très simple de graver, on n’a même pas besoin d’étude. Il faut simplement une machine de sablage : les familles impriment leurs textes, la machine découpe instinctivement, on colle puis on sable. Donc c’est à la portée de n’importe qui.”

Crédit : Daphney Paul, 29 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Nous voyons que la question n’est pas si simple à répondre, et malgré ce duel entre l’homme et la machine qui tend à prendre sa place, la mobilisation de la connaissance, des gestes et des techniques ne saurait être remplacée par la machine. Hugues insiste sur le fait que “Pour faire le sablage, il faut être rigoureux. Ce n’est pas tout le monde qui peut le faire”. Guillaume lui, précise : “Alors par contre, il y a des graveurs qui se mettent au sablage aussi ça arrive. Mais si vous voulez, on ne pourra jamais remplacer la gravure mains par le sablage.”

En guise de conclusion, nous voyons que le métier de graveur implique des postures pénibles comme restées agenouillées pendant 3 heures. Les conditions de travail sont difficiles puisqu’ils sont souvent exposés aux conditions métrologiques externes, chacun tente d’adopter des stratégies pour facilité leurs mauvaises postures. En montrant la photo de Martin à Hugues, il réplique “ah, c’est cool et ingénieux d’utiliser une planche, on a moins mal. Moi, j’utilise un tapis de chien, je n’y avais pas pensé”. Nous voyons également que chaque parcours est unique que ça soit au niveau de la méthode de travail, les avis très divergents sur l’avenir du métier, ou encore sur la formation qu’ils ont fait pour pouvoir exercer leur métier. Nous notons tout de même qu’ils se rejoignent tous sur l’invisibilité de leur métier.

Je vous invite tous à aller discuter avec ces travailleurs de l’ombre qui marque une vie à tout jamais, ils ont tellement à dire, à apprendre et à apporter. Ça a été merveilleux pour moi de mettre ces portraits en lumière et j’espère que cela t’encouragera à toi qui lis cet article, à aller visiter le Père-Lachaise et à échanger avec eux.

Les gravures, une méthode d’honorer perpétuellement la mémoire de la personne / famille enterrée ?

Depuis des siècles, le graveur sur pierre immortalise et honore la mémoire du défunt. Un métier, ou un art, aujourd’hui en voie de disparition. Un événement controversé avec moins de marbriers, tandis que les décès ne s’accumulent. Mais alors, la gravure perpétuelle-t-elle vraiment la mémoire du défunt ? Pour mes recherches, nous nous baserons sur mon observation d’environ plus de dix heures au cimetière du Père Lachaise ainsi que de témoignages d’un marbrier professionnel et de résidents locaux des lieux.

Un des éléments clef du bien-être des familles des défunts et de la nécropole en général, les graveurs sur pierre, aussi appelés marbriers professionnels. Ces personnes qui agissent dans l’ombre pour marquer indéfiniment l’emplacement d’une personne ou d’une famille. En Île-de-France, ils sont entre 20 et 25 graveurs et agissent toute la journée à la demande du client. Pour cette recherche, mon observation s’est faite individuellement, afin de me concentrer un maximum sur les différentes vues et perspectives de la nécropole.

Plus qu’un métier, c’est un art

Afin d’aspirer à devenir graveur, il faut dans un premier temps passer par une formation de tailleur de pierre pour ensuite se spécialiser en gravure sur pierre. Certains pré-requis peuvent faciliter la tâche tels que la maîtrise du dessin, les connaissances sur la typographie ainsi que les différents type de pierre. Afin d’accéder au Père Lachaise en tant que graveur, une certaine expérience est demandée. On dit que « Au cimetière du Père Lachaise, on ne peut y travailler qu’au bout de 10 ans d’expérience du métier dans les cimetières de banlieues qui ne sont pas nécessairement très techniques », selon les dires d’un graveur au Père Lachaise n’ayant pas souhaité révéler son identité. Ils sont actuellement 10 graveurs sur pierre à arpenter les divisions chaque jour pour donner un nom et une histoire à la sépulture des défunts. Actuellement, des célébrités sont enterrées au cimetière Père Lachaise tels que des chanteurs, acteurs ou encore des personnes de la haute aristocratie tels que des hommes politiques donc aucune erreur n’est possible. Des maladresses sont évidemment possibles, cela arrive, donc des techniques peuvent être utilisées comme la pâte de colmatage faisant office de trompe-l’œil. Une école de formation est par exemple située à Amiens, mais malheureusement, la dureté du métier en décourage plus d’un. En effet, il y a aujourd’hui un manque de personnel important dans la gravure sur pierre, notamment du fait des conditions de travail. Les graveurs sont toujours dehors, peu importe le temps météorologique ou les conditions externes. Des rendez-vous chez les kinésithérapeutes sont également nécessaires pour certaines douleurs en bas du dos. Les graveurs sont très souvent obligés de pratiquer leur métier dans de mauvaises postures. Les passants, les visiteurs, les familles des défunts ne s’imaginent généralement pas le travail et les enjeux que représente ce métier.

Un travail de maintenance en plusieurs étapes

Avant toute chose, le graveur est informé par sa compagnie du travail à effectuer. Que ce soit la forme ou la dimension, la couleur du granit, les éléments de décor jusqu’au message personnel, rien ne doit être laissé au hasard. Le graveur sur pierre peut également faire des propositions, grâce à son expérience, pour éviter tout regret de la part de la famille. Ensuite, des traits de graphite sont tracés pour guider l’outil avec lequel le graveur marque les tombes. Il y a un premier travail de dessin de lettre, puis de gravure directement sur la pierre et enfin la finition, c’est-à-dire, à 80 pour cent du temps, de la feuille d’or y est déposé au pinceau (22 carats). Selon le graveur du Père Lachaise, il est possible de faire deux à trois tombes en une journée en fonction du nombre de lettres ainsi que la complexité de la typographie souhaitée.

Travail du graveur en cours – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Travail du graveur fraîchement terminé – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Des sépultures asiatiques au Père Lachaise

Penser qu’il n’y a que des tombeaux français dans un cimetière français semblerait couler de source pour certains. Pourtant, de nombreuses tombes chinoises sont présentes sur les lieux. Elles respectent la tradition et la culture funéraire chinoise. En effet, les stèles dans les cimetières chinois incluent des phrases gravées racontant la vie de la personne décédée ainsi que l’amour des vivants pour le défunt. Ces tombes honorent également une certaine allure par leurs deux piliers où sont gravées des lettres toutes peintes en feuilles d’or.

Gravures dorée respectant la culture asiatique – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une police d’écriture plus commune que les autres

Par son faible coût, la police d’écriture antique est la plus utilisée et la plus commune dans une nécropole. Certains cimetières imposent, dans leur règlement, une police d’écriture afin d’obtenir une homogénéité des pierres tombales. Ce n’est pas le cas au cimetière Père Lachaise. Les familles ont donc le libre-arbitre de choisir la typographie voulue parmi la gravure anglaise, onciale, gothique ou la traditionnelle typographie : l’antique.

Différentes décorations / motifs sur les sépultures

De façon générale, le procédé de gravure sert à indiquer les informations personnelles d’un défunt telles que son nom, prénoms, date de naissance et de décès. Mais la gravure ne s’arrête pas qu’à ces simples informations. En effet, des poèmes, des mots d’amour, des versets, etc. peuvent être ajoutés. Cependant, en général, l’élément le plus ajouté est le motif. De nombreux dessins peuvent être accompagnés sur les différentes sépultures. Des symboles religieux tels qu’une étoile de David pour les Juifs, une croix pour les catholiques ou protestants, etc. Mais des symboles aussi militaires ou non-religieux ayant une signification pour le défunt ou sa famille peuvent également être inscrits tels qu’une poignée de main, une simple étoile, un papillon, etc.

Croix juive ainsi que chrétienne – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Papillon – Crédit : Waïan Serano – au cimetière Père-Lachaise
Poignée de main – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une fois les inscriptions gravées dans la pierre, il y a un dernier travail, comme vu précédemment, de finition avec le remplissage des lettres avec de la peinture. Les feuilles d’or étant le plus communément utilisées, c’est aussi le matériel le plus onéreux. Toutefois, ce remplissage permet une durabilité et une visibilité plus importante sur tout type de pierre tombale. Parmi les autres remplissages possibles, le choix peut se porter sur de la peinture noire, brune, argentée, blanche… Et cette sélection s’effectue en fonction de la teinte de la pierre tombale sur laquelle la gravure sera faite.

Il existe des possibilités infinies d’influencer, plus ou moins consciemment, la façon dont les passants perçoivent la tombe lors de leur promenade. Les inscriptions en « taille-douce » inciteront à la méditation, à la prière, tandis que les inscriptions en relief ou ornements attireront l’attention et sembleront conduire les visiteurs vers les morts.

Des sépultures à tendance abandonnée

Aujourd’hui, énormément de sépultures paraissent à l’abandon dans le cimetière Père Lachaise suite à des déménagements ou la disparition d’un ou des descendants. C’est assez paradoxal comme situation, car finalement même dans les cimetières, le temps n’est pas figé.

Sépulture fractionnée et illisible – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, les lettres gravées sont pratiquement illisibles, ce qui empêche les promeneurs d’en connaître l’identité de la personne enterrée. Ce qui finalement remet en cause l’objectif de la gravure, qui est d’honorer la mémoire du défunt présent. Malheureusement, ces gravures ne sont pas éternelles et dépendent de nombreux facteurs, dont le procédé utilisé pour graver, la matière du support, l’emplacement de la gravure, ainsi que l’orientation de la tombe. Afin de rénover ces lettres devenues illisibles, il faut généralement effectuer un simple rechampissage. C’est-à-dire enlever les restes de peinture pour remettre une couche sur la gravure. Atteint un certain stade, la rénovation de la gravure ou de la stèle est nécessaire, mais coûtera plus cher à l’entretien. En général, le rechampissage est réalisé à l’occasion de la Toussaint.

Des passants, résidant près du cimetière du Père Lachaise, ont été interrogés par moi-même pour avoir leur ressenti sur ces gravures quasiment indéchiffrables. L’avis semble unanime : « La mémoire du défunt disparaît peu à peu avec le temps » et attristent ces personnes qui ont pour habitude, certaines depuis plusieurs années, de se promener dans les allées du cimetière. 

Avec un petit peu de recul, et le podcast réalisé chez France Culture avec Benoît Gallot, conservateur du cimetière Père Lachaise, certaines sépultures peuvent sembler abandonnées alors que, comme les désirs de M. Gallot, les défunts souhaitaient donner un espace libre pour la faune et la flore. Mais selon moi, la gravure ne fait pas partie de cet écosystème et doit être renouvelée, dès lors que celle-ci commence à ne plus être lisible, même si le reste semble délaissé pour donner un libre espace à la nature.

Des gravures non désirées

En me promenant pour observer ce qu’il y avait autour de moi, j’ai malheureusement fait la rencontre de dégradations, de profanations de tombes.

Gravures faites par des délinquants – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, des caractères sont inscrits sur la façade de ce tombeau. Des inscriptions non voulues, une profanation directement écrite sur la mémoire de ce défunt. On peut apercevoir des lettres formant certainement un prénom entouré d’un cœur. Ces types de gravures ne sont absolument pas propices à l’endroit où elles sont taillées.

Cimetières américains, des techniques de gravures industrielles ?

Il existe aujourd’hui plusieurs méthodes pour réaliser une gravure sur une sépulture. La plus ancienne, datant de l’époque égyptienne, est celle pratiquée au cimetière Père Lachaise, la gravure manuelle. Elle consiste à réaliser la gravure directement à la main. Le graveur utilise un burin sur lequel va s’entrechoquer un brunissoir afin de creuser directement dans la pierre. Malgré les évolutions, des outils et des matériaux, la technique reste la même. 

Outils du marbrier professionnel – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Malheureusement, cette pratique artisanale se perd de plus en plus, faisant une grande peine aux graveurs manuels. En effet, de nouvelles techniques ont émergé suite à la révolution industrielle au milieu du XIXe siècle. Voit alors le jour pour la gravure par sablage, couramment utilisé dans les nécropoles des Etats-Unis selon les dires de notre graveur local. Cette méthode consiste à poser un pochoir sur le granit ou la pierre tombale, puis à projeter du sable très fin, creusant alors les zones dessinées du pochoir afin de faire apparaître les inscriptions et/ou motifs. Une autre technique de gravure, appelée gravure mécanique, est effectuée à l’aide d’une machine disposant d’un laser ou d’une fraiseuse diamantée. Il suffit simplement de rentrer les informations voulues dans la machine et elle se charge de le graver directement sur le support comme une plaque de granit ou de plexiglas ensuite rapportée sur la pierre tombale. Cette technique enlève toute forme d’humanité dans la gravure.

Mes difficultés et solutions apportées

Je pense que la plus grande difficulté dans ce type de compte-rendu est de n’avoir aucun témoignage d’un point de vue extérieur, aucun intervenant du monde de la nécropole. Que ce soit les résidents autour du cimetière du Père Lachaise ou même les professionnels internes ou externes au cimetière, il est important d’avoir de la valeur ajoutée dans ce travail. C’est pourquoi ma plus grande crainte était de ne pas trouver de marbrier professionnel. Heureusement, après de longues marches à travers les avenues et les divisions, j’ai enfin pu rencontrer l’un d’eux. La deuxième difficulté que j’ai surmontée est le manque d’informations concernant les gravures sur certaines sépultures. En effet, la mémoire du défunt inscrite sur cette pierre correspond à la dernière trace de son passage sur cette Terre, j’ai presque envie de dire sur sa personnalité, mais une écriture ne parle pas. Il y a donc un travail d’interprétation. Là encore, une fois l’interview avec le marbrier professionnel terminée, mes deux camarades de classe ont continué leur chemin et j’ai pu passer un moment seul à seul avec lui. C’est là qu’il m’a apporté les solutions à mes questions. Le défunt peut décider, avant sa mort bien entendu, de faire graver sur son tombeau une phrase, une expression, un chant particulier qu’il aime, un motif ou dessin qui le représente. C’est à ça qu’on peut interpréter la vie d’une personne malheureusement éteinte.

Nous pouvons par exemple prendre la sépulture de l’organiste Jean Guillou qui nous dit : 

« Ici le temps est vertical. Dans l’étincelle dernière du soleil. Dans l’attente étirée de l’aube…». L’interprétation est plausible lorsqu’on comprend la métaphore qu’a voulu nous donner monsieur Guillou. 

La troisième et dernière difficulté que j’ai pu rencontrer fût la suivante : comment savoir quoi faire comme sépulture pour notre proche malheureusement parti ? Je me suis alors baladé en dehors du cimetière Père Lachaise, pour aller à la rencontre directe d’un service funéraire, afin de m’informer des méthodes pour configurer un monument funéraire. Celle-ci se fait en cinq étapes, peu importe que ce soit une inhumation ou une crémation : le monument (Parana, Gavrinis, Parnay…), le granit (Tarn, Crépuscule, Ambre…), une semelle afin de soutenir le monument (non-obligatoire), la gravure (style romain, gothique, antique…) et enfin les motifs disponibles selon le service funéraire choisi (rose, papillon, emblème israélite, croix simple…). Le client est assez libre de ses choix, selon son budget bien sûr, et peut avoir des conseils directement auprès de ces professionnels.

La plus grosse limite que j’ai pu apercevoir s’arrête là où celles des morts commencent. Cette relation entre ce qu’expriment un défunt actuellement par ces gravures et ce qu’il dégageait de son vivant peut être complètement différente. On ne peut pas, pour moi, représenter ce qu’était la personne, mais nous pouvons l’honorer, du moins jusqu’à ce que les proches ne s’en occupent plus…

Les plus anciennes sépultures encore lisibles

La plus ancienne tombe existante est actuellement située dans la 60ème division, celle de Reine Févez. Déplacé de quelques mètres de son emplacement d’origine, il jouxtait le tombeau d’Adélaïde Paillard de Villeneuve. En tant que plus anciens contemporains décédés du XIIe siècle, Héloïse et Abélard étaient apparemment les plus anciens défunts du cimetière. Ils s’y installent en 1817 pour rehausser la réputation du Père-Lachaise. On cite aussi Molière et La Fontaine, dont les restes (supposés) sont arrivés en même temps.

Intersection de la division 59 et 60 – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Pierre tombale de Reine Févez, la plus ancienne du cimetière Père Lachaise – Crédit : Waïan Serano

La pierre tombale de Reine Févez, sur la photo ci-dessus, date de 1804 puis transformée en perpétuité le 15 janvier 1824. (Source : perelachaisehistoire.fr). Nous pouvons constater à la vue de l’image (et également sur place) que la gravure inscrite à cette période est encore plutôt bien lisible. Je n’ai malheureusement pas pu avoir plus d’informations, je ne saurai donc pas pourquoi l’écriture est encore profonde et propre mis à part supposer un entretien encore d’actualité. D’un point de vue hypothétique, étant donné qu’une gravure sur une pierre a une durée estimée dans les environs de 20 ans, je pense que la pierre doit forcément subir un rechampissage, comme cité précédemment dans la partie « Des sépultures à tendance abandonnée ». Mais alors, n’y a-t-il pas un procédé plus perpétuel afin d’honorer la mémoire de nos morts qu’une simple écriture comme aux temps de la mésopotamie en Égypte ancienne ? Les progrès techniques de l’écriture mèneront-elles à la mort de l’artiste comme le supposaient déjà certains théoriciens des années 1950 lors de la naissance des industries culturelles où selon eux, les méthodes industrielles mèneraient à la mort de l’œuvre d’art.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search