L’art scriptural : Un moyen d’archivage funéraire

Le cimetière du Père Lachaise est situé dans le XXe arrondissement de Paris, en France. Il a été ouvert en 1804 et est considéré comme l’un des plus célèbres cimetières du monde, notamment en raison des nombreuses personnalités enterrées sur ses terres. Chaque année, le Père Lachaise est visité par 3,5 millions de personnes et s’étend sur plus de 43 hectares ce qui correspond à 80 terrains de football et 280 km de chemins, avec une estimation de 75 000 tombes soit 1,5 million de inhumer. Il est également considéré comme un lieu historique et artistique, de ce fait, il attire des visiteurs pour leur valeur culturelle ou architecturale. 

Le Cimetière du Père Lachaise vu de haut photo prise par kamelia le 25 octobre 2022, à Paris.

Quand le cimetière fut créé comme dit précédemment en 1804, les Parisiens ne voulaient pas être enterrés là-bas car la nécropole se trouvait trop loin de la ville.  Le préfet de Paris a alors décidé d’amener les sépultures de Molière et Jean de la Fontaine au père Lachaise, deux figures emblématiques du XVII qui sont mortes 200 ans avant la construction de ce lieu. Afin que les Parisiens soient davantage incités à se faire enterrer là-bas à leur mort. 

Il existe de nombreuses formes d’art qui sont utilisées dans cette nécropole, notamment les sculptures funéraires, les stèles et les pierres tombales. Les sculptures peuvent être réalisées dans différents matériaux, comme la pierre, le bronze, le marbre et même le verre. Elles peuvent représenter des personnages célèbres enterrés dans le cimetière, des scènes religieuses ou des symboles comme des anges, des croix ou des colombes. Et peuvent être utilisées pour rendre hommage aux personnes enterrées sur le site, pour donner une touche artistique au cimetière ou pour offrir du réconfort aux visiteurs. Certaines sculptures peuvent également avoir une valeur historique ou culturelle, en raison de la personne qu’elles représentent, du sculpteur qui les a réalisées ou du culte voué à la sculpture. De ce fait, cela nous amène à nous demander si les sculptures funéraires de personnages connus aident au maintien de la mémoire. 

Les sculptures témoins de la mémoire des défunts…  

 

Parmi les allées sillonnant le cimetière, il est courant de trouver des sculptures, en particulier sur les pierres tombales et les monuments funéraires. Ces sculptures peuvent être utilisées pour honorer la mémoire des défunts en représentant des symboles ou des motifs significatifs pour eux, tels que des fleurs, des animaux, des instruments de musique, des armoiries, etc. Comme la fait le sculpteur Auguste Préault pour H.Balzac qui était un écrivain français célèbre pour ses romans et ses nouvelles, notamment La Comédie humaine, une série de plus de 90 œuvres qui explore les différentes strates de la société française du 19ème siècle. Sa tombe est ornée d’une statue en bronze représentant Balzac en train d’écrire, surmontée d’un buste en marbre de l’écrivain. La tombe de Balzac est l’une des plus visitées du cimetière du Père-Lachaise, et est considérée comme un lieu de pèlerinage pour les fans de l’écrivain et les amateurs de littérature.  

Tombe Honoré de Balzac

Les sculptures peuvent également être utilisées pour raconter des histoires, des événements importants dans la vie des défunts, ou pour exprimer des émotions telles que la tristesse, le regret ou la reconnaissance. Elles sont conçues pour aider les personnes à se souvenir et à honorer la mémoire des défunts de manière tangible et visuelle. Comme le montre bien le gisant de Fernand Louis Arbelot qui fut directeur de la Banque continental de Paris de son vivant. Peu avant sa mort, et pour prouver son amour passionnel pour son épouse, il décide d’organiser sa dernière demeure de sorte qu’il puisse admirer le visage de sa femme pour l’éternité. Malheureusement le sculpteur termine le gisant après sa mort et c’est son épouse qui concrétise son idée pour qu’ils soient unis et continus de vivre leur histoire d’amour dans l’au-delà. Aujourd’hui, il repose avec son épouse sous une émouvante statue en bronze, œuvre du célèbre sculpteur Adolphe Wansart.

Gisant de Fernand Arbelot photographie prise par Kamelia le 25 octobre 2022 à Paris

Entre superstitions et légendes.. 

 

Tandis que certaines personnes considèrent les cimetières comme des lieux de repos paisibles pour les personnes décédées, d’autres préfèrent croire en des légendes fantastiques qui pourraient améliorer leur quotidien sur la chance, le bonheur, l’amour ou encore la fertilité. De ce fait, plusieurs monuments funéraires laissent place à l’imagination comme celui du journaliste Yvan Salmon, dit Victor Noir, un journaliste d’opposition tué après une altercation avec le cousin de Napoleon III. À l’origine il est réputé car il devient le symbole d’un culte politique de la répression de l’Empire face à la lutte pour la liberté. Mais grâce au sculpteur républicain Jules Dalou qui édifie en sa mémoire, un gisant de bronze allant jusqu’à graver le moindre détail comme sa veste plier ou encore la balle qu’il a reçue sur sa poitrine avant sa mort. Aujourd’hui c’est l’une des plus visités du cimetière parisien,  son tombeau acquiert progressivement des connotations et des vertus érotiques: la légende veut qu’en frottant le gisant, surtout à l’endroit du sexe, on recouvre fécondité ou virilité. Par conséquent, à force que les visiteurs placent leurs mains sur ces parties génitales cela laisse place à la couleur cuivrée et ce, depuis son inauguration jusqu’à nos jours. Ainsi, un culte sexuel se substitue définitivement au culte politique à partir des années soixante.

Photographie Gisant de Victor Noir

Il y a aussi le tombeau d’Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, qui détient la sépulture la plus fleurie du lieu, et qui est le fondateur de la philosophie spirite la croyance en la réincarnation. Son œuvre influence aujourd’hui la culture et la vie publique brésilienne. Sa tombe est très impressionnante et est conçue à la façon d’un grand dolmen de granite. D’après les pèlerins, le défunt aurait prononcé cette phrase : « après ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombe ma tombe, puis faîtes un vœu. Si vous êtes exaucés, revenez avec des fleurs. » Cependant, il semblerait que cette phrase soit fausse et que le rituel créé en son nom ait été inventé d’après une fausse citation. Néanmoins, malgré que le grand public soit conscient de cette rumeur, l’engouement reste toujours le même et il est remarquable. Mais Allan Kardec, homme de science, n’aurait probablement pas approuvé cette pratique relevant de la superstition.

Photographie de Allan Kardec

Maintiens la mémoire du cimetière: un devoir collectif

 

La mémoire du Père Lachaise est préservée grâce aux efforts de ceux qui s’engagent grâce à des associations de bénévoles,  a collecté des fonds pour entretenir les tombes des célébrités enterrées là, tandis que d’autres organisent des expositions et des conférences pour en faire connaître l’histoire. Les légendes sur les tombes peuvent varier en fonction de la culture et de la région, mais elles ont souvent pour but de rendre hommage aux personnes qui y sont enterrées comme Oscar Wilde qui était un écrivain, poète et dramaturge irlandais du XIXe siècle. Il est surtout connu pour ses pièces de théâtre, comme “Le Portrait de Dorian Gray” et “L’importance d’être Constant,” mais aussi pour son homosexualité, qui lui a valu d’être emprisonné en 1895, et avait subi un traitement inhumain en prison, ce qui a probablement contribué à l’aggravation de sa santé ce qui a été la cause de sa fin de vie tragique. Il a été inhumé après sa mort en 1900, au Père Lachaise à Paris. Son tombeau est orné par une statue en marbre d’un sphinx en haut d’une colonne, avec des ailes déployées et un visage exprimant la joie.  Réalisée par Jacob Epstein, elle a été installée sur la tombe de Wilde en 1912. Son histoire est un peu particulière car du fait de son homosexualité les parties génitales du sphinx étaient jugées un peu trop proéminent auraient été cassées par une anglaise en 1961.  Par la suite, il est né une tradition, celle de mettre du rouge à lèvres et d’embrasser la tombe d’Oscar Wilde ce qui supposerait attirer la chance en amour. Le problème c’est que cela a détérioré la tombe, de ce fait pour protéger la sculpture la maintenance du cimetière à fait installer des plaques de plexiglas. Elle est considérée comme une œuvre d’art importante et fait partie des tombes les plus visitées du cimetière. 

Photographie du sphinx du tombeau de Oscar Wilde

La mémoire est un élément important de la vie du cimetière. Les tombes, les plaques commémoratives et les jardins de souvenir sont autant de manières de se souvenir des personnes décédées et de perpétuer leur mémoire. Cette nécropole est également considérée comme un lieu historique, où l’on peut découvrir l’histoire des personnes enterrées là et de la région dans laquelle ils vivaient. Ils sont ainsi des témoins de l’histoire et de la culture d’une région, et contribuent à la mémoire collective.

 

En résumé, le cimetière du Père Lachaise est un lieu de mémoire important pour les habitants de Paris et les visiteurs du monde entier. L’administration du cimetière s’efforce de maintenir la mémoire des personnes enterrées sur le site en enterrent les tombes et en organisant régulièrement des cérémonies et des événements pour les honorer. Les tombes et les monuments funéraires qui se trouvent dans les cimetières servent souvent de rappel permanent de la vie et des réalisations des personnes qui y sont enterrées. De cette manière, les cimetières peuvent aider à préserver la mémoire des personnes décédées et à maintenir leur présence dans la vie des personnes qui leur sont restées. 

En outre, le cimetière du Père Lachaise peut également être un lieu de mémoire collective, où les gens peuvent se rassembler pour se souvenir de personnes, d’événements importants de l’histoire, ou pour partager des légendes inventées ou non par le grand public. De par mon expérience j’ai pu remarquer que l’art scriptural mettait en valeur des personnages qui deviennent connus grâce à l’histoire que leur tombeau véhicule ce qui permet de ne jamais les oublier, ni d’oublier ce qu’ils ont fait de leurs vivants. Ce qui est intéressant de remarquer au Père Lachaise c’est que le design des tombes évolue, par conséquent, toutes les tombes datent de différentes époques on a un art funéraire contemporain qui s’adapte à son époque.  Ce qui lui vaut chaque année, des milliers de personnes visitent le cimetière pour se recueillir sur les tombes de leurs proches ou de leurs idoles. Le cimetière est également un lieu de promenade et de détente pour les habitants de la ville, qui peuvent y admirer la végétation luxuriante et les nombreuses sculptures et œuvres d’art qui y sont exposées. Néanmoins les cimetières doivent-ils être eux-mêmes conserver par la nouvelle technologie avec la photographie, par exemple, les tombes et leurs architectures artistiques pour transmettre la mémoire des sculptures qui avec le temps n’existeront peut-être plus. 












L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

Les Data Centers, un univers sous pression ?

La sécurité avant tout

L’installation des data Centers à Paris et dans sa proche banlieue se réalise dans une certaine opacité. Lors de nos diverses visites, j’ai pu constater l’absence totale d’indication de présence des data center, que ce soit en plein centre de Paris ou à Aubervilliers. A cela ce couple une surveillance très poussée notamment avec la mise en place d’un nombre très élevé de caméra aux alentours et dans les structures ainsi que des gardes pour surveiller. L’exemple Parisiens étant particuliers, en plein dans un immeuble dans lesquels on envisage pas la présence de cette structure, j’évoque notamment ici aux deux data Centers réalisé visité à Aubervilliers qui sont tout deux protégés par des grilles à l’entrée qu’il faut chacune passé en communiquant avec le garde de l’accueil. Si il ne veut pas vous laisser rentrer, vous vous arrêtez là. Tout ceci nous plonge dans une atmosphère particulière. On sent que l’on entre dans un endroit très sécurisé et surtout très surveillé. 

Les data centers de la capital : Fluctuat Nec Mergiture

Cependant, ce qui m’a paru le plus impressionnant sont les réactions des employés au sein de ces entités. La première visite s’est déroulée dans un Data center à Paris centre. Tout est caché. Rien n’est indiqué. Le data center se trouve derrière une porte blindée pleine d’étiquettes en mode mission secrète. Des conteurs numériques. 

Nous nous adressons dans un premier temps à un employé qui nous renvoie vers un second employé censé pouvoir mieux nous répondre. Celui-ci sort et parle avec nous. Nous pouvons observer sur son visage un certain stress. Rapidement avec mes camarades nous le rassurons et lui posons des questions sur sa propre vie privée par rapport au travers pour gagner sa confiance et l’apaiser Un court intervalle de temps après ça sortis, il est assez rapidement rejoint par une seconde employée. A ce moment-là, la sensation que l’employé est surveillé par ce qui semble être sa propre collègue s’impose. Y’a t’il un autocontrôle des employés envers leur propre collègue ? L’atmosphère a donc légèrement changé et nous avons dû à nouveau à travers des mots rassurant apaiser les inquiétudes de cette collègue. Cependant la sensation que l’interview devait s’arrêter se faisait sentir. Nous sommes partis peu de temps après. 

S’ensuit notre deuxième session de visites réalisée à Aubervilliers, l’un des plus gros point de concentration de data centers en France. 

La banlieue aussi à ses data Centers 

Au commencement de nos visites, nous nous dirigeâmes vers le DATA CENTER GTT. Arrivée devant ce qui semblait être le bâtiment accueillant les infrastructures, aucune indication. Nous sonnâmes, dialoguaient avec un employé qui s’avérait être l’agent de sécurité et de surveillance de la structure. Lorsqu’il nous a accueillis, il sembla être sur ces gardes. Soit il semblait connaître peu d’éléments sur son entreprise, soit il ne désirait pas communiquer avec nous. Peut-être était-il gêné par notre nombre, près d’une douzaine. Ainsi La phrase « je ne peux vraiment pas vous donner plus d’information » semblait être redondante. Son visage s’est d’autant plus crispé lorsque nous avons voulu prendre des photos. Chacun de nos faits et gestes étaient surveillé et ils nous à ouvertement dit que s’il nous en disait trop, il perdait sa place. En voulant prendre des photos ne serait-ce que de l’accueil, il perdit son sang-froid et laissa parler son stress en nous lançant l’injonction « arrêter ». Voyant que nous pouvions retirer plus d’informations de notre entretien, nous sommes partis.

Une atmosphère particulière

Pour notre seconde visite de data centers, nous nous sommes dirigés vers le site de EQUINIX, proche de l’université Condorcet. Bien que le bâtiment soit entièrement consacré à l’activité de Data Center, toujours aucun nom n’était indiqué devant. Là encore, nous nous trouvâmes devant un salse d’entrée protégé par une grille. Pour obtenir l’ouverture, il fallait convaincre l’agent de l’accueil de nous ouvrir. Une fois l’accord obtenu, nous nous trouvons dans une salse où une seule personne peut entrer. Un par un avec mes camarades nous entrons. L’agent de l’accueil assure ne rien pouvoir nous dire à ce sujet mais appelle un collègue à elle susceptible de mieux nous répondre. En revanche elle vante une très bonne ambiance pour les équipes. Est-ce vrai ? Outre tous ces éléments, j’ai été encore plus marqué par la réaction du dernier employé que nous avons interviewé. Son collègue arrive, Il s’agissait d’un trentenaire. Assez jeune, sûre de lui. Pour commencer nous avons dû attendre qu’il sorte de la partie privative des locaux pour pouvoir l’interroger. Une fois l’avoir vu passer le salse à reconnaissance digitale, nous avons pu entamer un entretien. Le début de notre interview se déroule comme les précédentes, une fois de plus il nous fait part de la sensibilité des informations et des données stockées ici. Cependant il semble un peu plus disposés à communiquer avec nous que les précédentes personnes que nous avions interviewées jusqu’ici. Mais ce qui nous intéresse dans cette discussion est le déroulement de l’interview et l’évolution de son atmosphère. Au début, nous sommes seul avec l’employé dans le hall d’accueil ( notre camarade discutant avec la standardiste ). Lorsqu’il s’adresse à nous, il est calme, sûr de lui et parle avec une voix assez forte. On pourrait même dire qu’il était bavard. Cinq minutes plus tard, un groupe d’une demi-douzaine de personnes s’apprête à sortir à leur tour de l’espace privatif du Data center. A ce moment-là, l’employé jeta un regard furtif dans leur direction. Et c’est là que le plus intéressant se déroule. C’est alors qu’il change totalement d’attitude. L’atmosphère se refroidit. Sa posture qui jusqu’alors était décontractée se raidit. L’expression de son visage passe de sympathique à stresser. Les informations qu’il nous donne sont beaucoup plus générales, bien plus évasives et de moins en moins précises. Enfin la tonalité changea complètement. Il passe d’une voix stable et imposante à une voix à la limite du chuchotement . Son regard semblait traduire une sonnette d’alarme. Au vue de la tenue que ces personnes portaient sur elles et de leurs attitudes, nous pouvons penser que le groupe était composé de clients ou même de responsables de l’entreprise. En tout cas. Le changement d’attitude et d’atmosphère qui se présente à nous lorsque ce groupe arrive dans le hall est flagrant et témoigne du stress qui est posé sur ces employés. Cette fois-ci était beaucoup plus implicite que la première et pourtant bien plus démonstrative. 

Autre élément important à noter ; les data centers sont des lieux qui emploi des employés avec un niveau de qualification ne nécessitant pas forcément d’avoir réaliser de longues études. Cela a notamment pour conséquences que les employés embauchés n’ont pour la plupart pas l’habitude de ce retrouver avec des postes à forte responsabilité ou la moindre erreur de leurs parts peut avoir de graves conséquences. Or cette profession contient cette particularité, elle nécessite une stricte discipline et savoir garder les choses secrètes car ce sont des informations sensibles et que les conséquences pourraient être graves. Ainsi, les employés que nous avons rencontrés étant pour la plupart issus d’une reconversion professionnelle ont pour certain un stress et des responsabilités a supporté qu’il n’avait pas avant . Cela peut jouer notamment lorsque qu’ils entretiennent des rapports d’échanges avec des personnes essayant de se renseigner sur leur cœur de métier. C’est ce que nous avons ressentis avec mes camarades. 

Conclusion

Pour conclure, cet article s’achève sur la conviction qu’être employé dans un data centers nous amène à subir une forte pression psychologique. Cela peut s’expliquer par plusieurs éléments. Premièrement, les data centers sont amenés à gérer des données très importantes, celles de toutes nos vies, de toutes nos activités, de nos banques en passant par la sécurité sociale etc… Ces informations doivent absolument rester secrètes et, nous le savons aujourd’hui, sont parfois la source d’attaque pirate et de tentative d’intrusion. Ainsi la pression qu’exerce cette responsabilité sur des employés qui jusqu’à présent n’était pour la plupart pas habitués à subir cela peut s’avérer être une charge assez lourde à porter sur ces épaules. Deuxièmement, la charte de confidentialité que ces employés signent les obligent à garder la même discrétion envers des étudiants curieux qu’avec leur propre entourage. Aucune information ne peut et ne doit sortir . Ainsi il ne peuvent rien partager de leur travail avec leur propre famille ceux qui peut ajouter un poids. Il m’a semblé constater une sorte d’auto-contrôle des employés entre eux, notamment à Paris mais aussi par la structure elle-même. Les caméras sont là pour surveiller les visiteurs ou aussi les employés. En effet, il semblerait que les employés soient sous étroite surveillance. Enfin, je suis persuadé que l’univers ultra sécurisé dans lequel travaillent ses employés alimente une environnement psychologique tendu. Tous ces éléments combinés peuvent en partis expliquer le turn over auquel semble être sujet cette profession.

Richard Bouttement

Implantation des data centers en Seine-Saint-Denis : la création de nouveaux emplois ?

Dans le cadre de ce cours d’Outils d’observation de la ville, nous avons passé un semestre à étudier les data centers et la façon dont les citoyens interagissent avec ces structures. De plus en plus nombreuses en raison de notre production toujours plus grande de données informatiques, elles sont inconnues de la plupart d’entre nous, et ont pourtant le pouvoir de façonner les territoires où elles se trouvent. Un façonnage non seulement visuel et spatial, mais aussi économique et social, comme le montre l’enquête que nous présentons aujourd’hui.

Cette enquête a commencé avec la lecture de la thèse « Binaire béton.: Quand les infrastructures numériques aménagent la ville* » de Clément Marquet, dans laquelle un certain nombre d’acteurs politiques de Plaine Commune justifiait l’implantation des datas centers dans cette zone comme un vecteur de création d’emploi et de formation pour la Seine-Saint-Denis. Cette région étant l’une des plus touchées par la problématique du chômage en France, nous avons décidé de nous concentrer sur ce thème durant notre enquête de terrain, afin de déterminer si ces structures pouvaient effectivement offrir emplois et formations aux habitant.e.s de Seine-Saint-Denis.

© Unsplash // Luis Quintero

Pour réaliser cette enquête, nous avons, en plus de nos lectures scientifiques (notamment le chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet) et de la consultation d’articles en ligne, réalisé une observation sur le terrain et un entretien téléphonique. 

Notre observation de terrain a été réalisée dans l’un des data centers de l’entreprise Equinix à Aubervilliers, le lundi 29 novembre 2021. Nous y avons rencontré un technicien, un manager, et une agente d’accueil travaillant sur place. Ayant été absentes ou n’ayant pu recueillir d’informations assez précises lors des visites organisées sur le temps scolaire, nous avons effectué cette visite en dehors des horaires de cours et seulement à deux. Nous faisons l’hypothèse que cela a en partie participé à notre facilité à obtenir des réponses à nos questions, en plus de notre statut d’étudiantes. 

En effet, les trois interlocuteurs que nous avons rencontrés se sont tous montrés tout à fait disposés à nous répondre. Cela a pu nous surprendre, puisque de part la grande opacité des activités des data centers, nous nous attendions à plus de réticence, l’une de nous ayant eu des difficultés à trouver des interlocuteurs disposés à lui parler lors de sa première observation à Paris. Cela pose également la question d’une plus forte réticente à l’interaction dans la ville de Paris, que nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’étudier dans cette enquête.

Par souci d’efficacité, nous avions décidé de centrer nos questions sur les problématiques d’emploi et de formation, et ainsi d’interroger les personnes que nous rencontrerions sur leur formation antérieure, leur emploi actuel, et les perspectives de carrière possibles au sein des data centers. Nous avons cependant été surprises de remarquer que sur trois personnes interrogées, deux d’entre elles ont directement abordé la question de la sécurité des data centers ainsi que des clients de l’entreprise, tout en insistant sur l’aspect confidentiel de ces données, qu’ils ne pouvaient donc pas vraiment nous communiquer. 

C’est à la suite de cette première observation de terrain que nous avons pu confirmer l’existence, déjà évoquée par Clément Marquet dans sa thèse, d’une formation à l’IUT de Villetaneuse créée spécialement pour travailler en tant que technicien de centre de données. Le B.U.T Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII), créé en 2013 à l’initiative de Fabienne Floret, propose en effet une spécialisation au terme d’un cursus plus général vers les métiers des data centers, et selon le manage d’Equinix rencontré, c’est dans cette formation que sont formés la plupart des stagiaires de l’entreprise.

Nous avons donc pris contact avec les responsables de cette formation et avons pu obtenir un entretien avec Abdel Senoussaoui, industriel dans le domaine des services informatiques aux data centers et professeur au sein de ce D.U.T depuis sa création en 2013. Par manque de temps pour nous rendre à l’IUT de Villetaneuse, nous avons dû réaliser cet entretien par téléphone. Malgré une incapacité à visiter les locaux de la formation, la bonne volonté et la clarté du discours de M. Senoussaoui nous a permis d’obtenir des réponses précises à nos questions. 

À ce stade de notre enquête, nous avons donc pu faire évoluer notre point de vue, d’un scepticisme important face à un discours politique qui mérite d’être interrogé, vers un intérêt réel pour une formation qui nous paraît dynamique, innovante et tournée vers l’avenir. La thèse de Clément Marquet ayant été publiée trop tôt pour avoir de véritables retours sur le marché de l’emploi et de la formation liés aux data centers en Seine-Saint-Denis, nous espérons que ces conclusions pourront éclairer davantage sur les perspectives qu’ouvrent les centres de données pour le territoire et sa population.

De l’hypothèse de data centers peu créateurs d’emploi…

À la lecture du chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet, nous nous sommes d’abord montrées sceptiques. Comme évoqué précédemment, plusieurs acteurs politiques de Plaine Commune justifiaient le choix d’autoriser et même d’encourager l’implantation de data centers dans cette zone avec divers arguments. Ils choisissaient notamment de voir cette implantation comme une façon de dynamiser le marché de l’emploi local, en amenant à la création de nouveaux postes et de formation sur le territoire. 

Cette justification politique mérite que l’on s’attarde sur elle, car elle est particulièrement forte dans un département comme la Seine-Saint-Denis, qui a le taux de pauvreté le plus élevé de l’Hexagone. Selon une étude publiée par l’INSEE en février 2020, le taux de chômage y dépasse les 10% depuis 20 ans, et la proportion d’habitants vivant en dessous du seuil de pauvreté est « deux fois supérieure à la moyenne nationale ». Par ailleurs, en 2015, 28 % des jeunes de 18 à 24 ans étaient sans emploi, ni formation. 70 % des emplois hautement qualifiés sur le territoire sont occupés par des non-résidents, point également évoqué par Clément Marquet, qui précise que les sièges sociaux d’entreprises comme SFR, la SNCF ou Veolia, implantés à Plaine Commune, emploient principalement la population locale, peu qualifiée, pour des postes de sécurité, de ménage ou de restauration, et que les autres salariés viennent majoritairement de Paris. 

© Unsplash // Taylor Vick

Dans ce contexte, que l’on puisse considérer l’implantation de nombreux data centers à Plaine Commune comme un véritable vecteur de création d’emplois nous a paru être davantage une stratégie politique, ayant pour but de légitimer une implantation servant surtout des intérêts économiques. Pourtant, la confrontation de cette hypothèse plutôt cynique avec la réalité du terrain nous a permis de réaliser notre erreur. En effet, il apparaît que l’industrie des data centers, très dynamique et en constante expansion, offre véritablement des perspectives de formation et d’emploi à la population locale de Seine-Saint-Denis. 

« Si on avait les ressources économiques, on pourrait placer 100 élèves en stage. »

Abdel Senoussaoui constate en effet qu’à l’issue de leur premier stage, 75% de la vingtaine d’élèves du parcours Data centers se voient proposer un CDI. Ce taux d’embauche élevé peut s’expliquer par la spécificité du parcours Data centers proposée par l’IUT de Villetaneuse, qui donne aux étudiants des compétences dans les domaines électriques, informatiques et climatiques. Auparavant, les data centers recrutaient des techniciens formés dans l’un de ces domaines seulement, alors que la gestion des data centers nécessite les trois. D’où une forte demande des entreprises pour des élèves sortant de cette formation.  

Toujours selon M. Senoussaoui, il lui serait possible de placer une centaine d’élèves en stage vu la demande des entreprises, mais l’université n’a de ressources financières que pour accueillir une vingtaine d’entre eux. Il nous explique aussi que ses étudiants, une fois embauchés, sont régulièrement démarchés par la concurrence, parfois seulement six mois après le début de leur premier poste. Ce fort taux d’embauche nous est par ailleurs confirmé lors de notre visite dans l’un des data centers d’Equinix, où l’un des managers nous informe que la plupart de leurs stagiaires viennent de l’IUT de Villetaneuse, et que beaucoup d’entre eux se voient proposer un CDD ou un CDI à la suite de leur stage. 

« Le turnover n’est pas plus élevé qu’ailleurs. Certains collaborateurs sont dans l’entreprise depuis dix ans. »

Au-delà de ces perspectives d’embauche en fin de diplôme, les possibilités d’évolution au sein de l’industrie des data centers apparaissent réelles. Le fort turnover évoqué dans la thèse de Clément Marquet semble être à relativiser : tous nos interlocuteurs, bien que reconnaissant le caractère particulier d’un emploi fonctionnant aux 3:8 avec des horaires parfois décalés, estiment que le turnover n’est pas plus important que dans d’autres domaines professionnels. 

Le manager rencontré à Equinix nous indique que certaines personnes sont dans l’entreprise depuis dix ans, et que les perspectives d’évolution dans la hiérarchie sont réelles, avec des possibilités de passer de technicien à manager, puis à haut-responsable. Le technicien présent sur place explique s’y plaire et ne pas envisager de partir, après avoir été embauché il y a six ans. Du côté de la formation et du bilan qu’on peut faire de la première promotion, entrée à l’université en 2013, M. Senoussaoui nous informe en riant que certains élèves sont à présent des collègues. On note même des perspectives d’évolution à l’international, avec un ancien élève aujourd’hui responsable opérationnel d’un data center à Dubaï, et un autre à New York. 

© Pixels // Brett Sayles

Dans l’ensemble, nous notons qu’il s’agit d’une industrie dynamique, en pleine expansion. La demande pour des techniciens qualifiés est forte, et les étudiants de la formation de Villetaneuse paraissent pour l’instant satisfaits à tous les niveaux. Selon M. Senoussaoui, ils rentrent de stage épanouis, en ayant gagné en maturité grâce à une vraie immersion dans le monde du travail et l’occasion de prendre des responsabilités. Les perspectives réelles d’emploi, ainsi qu’une rémunération conséquente pouvant aller jusqu’à environ 2500 € pour un premier poste (auxquels s’ajoutent éventuellement primes et avantages), confortent d’autant plus les étudiants dans cette voie. Avec un effectif provenant majoritairement de Seine-Saint-Denis, et quelques élèves de Paris et des Hauts-de-Seine, nous pouvons en conclure que cette formation, et par extension la demande liée à l’implantation des data centers à Plaine Commune, peut apparaître comme un véritable vecteur d’emploi pour la région. 

… À la découverte d’une formation tournée vers l’avenir

Nous avons aussi découvert lors de cette recherche une formation certes jeune, puisqu’elle a ouvert en 2013, mais d’une grande modernité. Notre société étant désormais vouée à se développer avec et par le numérique, il y a un fort enjeu pour les universités à adapter leurs formations à ces changements rapides. Et avec une production toujours plus massive de données, l’industrie des data centers se place comme un acteur important de cette évolution. 

« La révolution numérique est en route. 60% des métiers de demain n’existent pas encore. »

Pour M. Senoussaoui, avec une révolution numérique en route et 60% des métiers de demain qui n’existent pas encore, il y a un vrai enjeu pour les universités à participer à la création des métiers à naître. Avec l’expansion constante de l’industrie des data centers, le travail de technicien au sein de ces structures apparaît comme un de ces emplois du futur. Même constat chez Equinix, dont l’un des managers estime que c’est « une industrie qui a de l’avenir »

Cette année, la faculté accueille sa première promotion de « Brevet Universitaire Technologique » (B.U.T), voué à remplacer petit à petit le couple D.U.T/Licence professionnelle proposé comme le seul parcours spécialisant jusqu’à l’année dernière. En parcourant le site de la faculté, nous pouvons lire que la formation a pour vocation de « développer des connaissances et des compétences techniques spécialisées en informatique »

© Unsplash // Alex Kotliarskyi

De plus, M. Senoussaoui nous explique lors notre entretien qu’à partir de l’année prochaine, les étudiants auront la possibilité de faire une alternance, dès leur deuxième année de B.U.T, au lieu du schéma actuel qui ne proposait qu’un stage de spécialisation en fin de deuxième année. En effet, il est nettement plus intéressant pour les entreprises d’avoir des étudiants sur un temps plus long afin de les former correctement et de les suivre durant tout leur apprentissage. Cette formation en alternance permettra ainsi d’augmenter les effectifs de manière substantielle. Comme déjà évoqué plus haut, le dynamisme du marché fait que les candidats sont convoités par les entreprises et les démarchages sont fréquents, afin de débaucher les techniciens des data centers concurrents.

« Nous faisons vraiment en sorte de valoriser la technologie au féminin. »

Par ailleurs, si la formation de l’IUT de Villetaneuse est composée en majorité d’étudiants masculins, M. Senoussaoui nous explique que de réelles initiatives sont menées par la formation pour attirer des candidates féminines. « Une grande partie de la formation est masculine, mais on a aussi des filles. On met beaucoup l’accent dessus, sur le fait de changer les mentalités dans ce domaine-là, de dire que la technologie n’est pas réservée uniquement aux hommes. », nous dit-il. 

Il nous apprend que l’université a développé un programme sur le sujet avec Microsoft, pour « valoriser la technologie au féminin ». En approfondissant nos recherches sur ce projet, nous trouvons des programmes mis en place bien avant les études supérieures avec, dès le collège, une formation « wi-filles » proposée aux jeunes filles de Seine-Saint-Denis afin de les sensibiliser aux métiers du numérique. Le but étant de pallier à la discrimination subie par les femmes dans le numérique et sur le marché de l’emploi. Ce programme de soixante heures, actuellement sous la tutelle de réseaux comme Girls in tech et Duchess, a été créé en 2014 en Seine-Saint-Denis et il s’étend depuis 2018 au niveau national. 

© Unsplash // ThisIsEngineering RAEng

En nous rendant sur le site de la fondation FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), qui s’occupe actuellement de la formation, nous avons pu écouter et lire des retours très positifs de la part des jeunes filles qui l’ont intégrée : cela leur donne la chance de découvrir un nouveau secteur d’activité, de se tourner vers de nouveaux horizons, et leur apporte un enrichissement personnel. Ce type de programmes confirme que la révolution numérique actuelle peut bel et bien trouver une résonance sur le marché de la formation et de l’emploi en Seine-Saint-Denis. 

Les initiatives de l’IUT de Villetaneuse dans ce sens semblent fonctionner, puisque M. Senoussaoui nous apprend par ailleurs que deux anciennes élèves de la formation sont aujourd’hui managers de data centers chez Microsoft. 

« Nous allons monter un data center à l’IUT, pour mettre les étudiants en situation réelle. »

À l’heure où la nécessité de stocker des données est de plus en plus importante, nous avons donc bien compris que la demande pour des techniciens capables d’entretenir ces data centers et de contrôler leurs énergies et réseaux est forte. Le bon fonctionnement des data centers, et donc du stockage de nos données, repose en effet entièrement sur les épaules de ces techniciens, dont les missions sont complexes et variées.

C’est pourquoi, afin de donner à ses étudiants plus de compétences techniques, l’IUT de Villetaneuse a également pour projet d’installer son propre mini data center « à vocation pédagogique » au sein de l’établissement. Mieux former les élèves avant qu’ils partent en stage ou en alternance en les mettant en situation réelle, avoir une « vitrine pédagogique » pouvant permettre à l’université de trouver de nouveaux partenaires industriels… Pour M. Senoussaoui, très impliqué dans ce projet, les avantages sont multiples. En parallèle, la volonté de faire venir à l’IUT plus d’intervenants industriels pour former et rendre compte du terrain, mais aussi des demandes des entreprises, reste très importante. 

Si cette enquête demande à être relativisée, par d’autres études sur des data centers d’entreprises concurrentes et par une analyse globale du nombre de personnes employées par les data centers en Seine-Saint-Denis et de leur formation antérieure, nous pensons pouvoir dire à l’issue de cette recherche que cette industrie peut véritablement être créatrice d’emploi pour la région. La formation de l’IUT de Villetaneuse, qui pourrait selon M. Senoussaoui  être reproduite dans d’autres universités locales en raison de son succès, nous paraît tout à fait moderne, en cohérence avec son temps, forte d’une compréhension aiguë des enjeux actuels de l’industrie, et plus globalement de notre société. Notre entretien au data center d’Equinix, qui nous a confirmé que cette formation fournissait bel et bien des employés aux entreprises, renforce cette hypothèse d’un véritable impact social positif des data centers dans la région. 

Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

 

Jeanne MORVAN et Lorraine BOUTET

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search