La mémoire de nos morts, une affaire de maintenance ?

DĂ©poser une fleur sur un tombeau, nettoyer la pierre d’une sĂ©pulture, couper et tailler des arbres, administrer la concession d’un caveau. Autant d’activitĂ©s, de personnes et des objets sont sollicitĂ©s pour faire durer la mĂ©moire d’un ou plusieurs morts. Conserver le souvenir de quelqu’un (ou de quelque chose) n’est pas une affaire simple : cela requiert des gestes rĂ©pĂ©tĂ©s qui font « le passĂ© » et « l’absence » surmonter les Ă©preuves du temps. Le cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise Ă  Paris est un terrain privilĂ©giĂ© pour enquĂȘter sur la maniĂšre dont « les hommes » et « les choses » s’agencent dans ce travail de maintenance de la mĂ©moire individuelle et collective. Avec un territoire de 43 hectares, le « cimetiĂšre de l’Est » a ouvert ses portes en 1804, une pĂ©riode importante dans la sĂ©cularisation, la hygiĂ©nisation et l’individualisation des cimetiĂšres français. Depuis, il ne cesse pas d’attirer des familles endeuillĂ©es, des touristes du monde entier, des travailleurs, des curieux et des rĂ©sidents de la ville. Cette annĂ©e, la nĂ©cropole-parc fait l’objet de l’attention des Ă©tudiants en premiĂšre annĂ©e de master de l’Institut français de presse (IFP), parcours MĂ©dias, communication et villes numĂ©riques. Depuis le dĂ©but du semestre, nous menons des observations participantes sur place dans le cadre d’une enquĂȘte collective sur la mĂ©moire en tant que « routine », « nĂ©gociation », « tension » et « diplomatie ».

Notre travail s’inscrit dans les travaux de JĂ©rĂŽme Denis et David Pontille sur le mĂ©tro parisien (2010), l’ethnographie de l’écrit (2013), les graffitis Ă  Paris (2018) et l’attention Ă  la fragilitĂ© (2020). Les Ă©tudiants ont publiĂ© des billets sur le carnet Ă  propos de ces textes, discutĂ©s dans le cadre d’un sĂ©minaire de lecture organisĂ© le 18 octobre 2022. Il se trouve que par coĂŻncidence, ces sociologues ont publiĂ© rĂ©cemment un ouvrage intitulĂ© Le soin des choses. Politiques de la maintenance (La DĂ©couverte, 2022, 365 pages). Nous reprenons ici des notions de la publication quand nous nous intĂ©ressons au travail visible de personnes invisibles (a), Ă  l’accompagnement des choses dans leur devenir (b) et Ă  ceux et celles qui veulent ralentir la disparition (c). En outre, Denis et Pontille nous aident Ă  analyser les Ă©critures (funĂ©raires) comme des modes d’action sur le monde, qu’elles soient disciplinĂ©es ou indisciplinĂ©es, censĂ©es disparaitre ou durer. En tout cas, des formes scripturales qui sont « intrinsĂšquement » liĂ©s Ă  l’emplacement, et qui relĂšvent des formes d’agencement « avec et dans le rĂ©cit ». Sans oublier que, selon eux, la performativitĂ© de l’écrit repose sur un rĂ©gime de maintenance : « assurer la stabilitĂ© des choses, les doter d’une permanence dont elles ne sont pas pourvues ‘naturellement’ » (2010, p. 120).

Ce cadre thĂ©orique a Ă©tĂ© pour nous la possibilitĂ© d’interroger le PĂšre-Lachaise Ă  partir du rapport entre humains et non-humains, en s’intĂ©ressant Ă  la matĂ©rialitĂ©, Ă  l’espace, aux objets, Ă  la nature. Cette « diversitĂ© des ĂȘtres » qui peuplent le cimetiĂšre deviennent alors l’objet de notre attention (Nova, 2022) durant trois sĂ©ances d’observation participante, organisĂ©es collectivement : les mardis 25 octobre, 8 et 29 novembre. Les Ă©tudiants ont Ă©tĂ© invitĂ©s Ă  se balader au cimetiĂšre de maniĂšre « flottante », comme l’avait fait Colette PĂ©tonnet en 1982 : se laisser porter par des Ă©vĂ©nements extĂ©rieurs et laisser les informations pĂ©nĂ©trer sans a priori. L’objectif Ă©tant de faire « Ă©merger du contexte observĂ© un certain nombre de phĂ©nomĂšnes potentiellement signifiants » (Nova, 2022, p.75). Comme note Nicolas Nova, l’exercice d’observation en sciences humaines et sociales se produit actuellement dans un contexte « riche en sollicitations » (Idem, p.76), ce qui peut constituer une difficultĂ© pour l’observateur dĂ©butant. Ranger ses Ă©couteurs, mettre les groupes WhatsApp en mode silencieux, ne pas rĂ©pondre aux notifications de la boĂźte mail.

Arrosoirs et seau sur la fenĂȘtre du poste d’administration au 16 rue du repos (CrĂ©dit : JaĂ©rcio Da Silva)

Face Ă  une multitude d’objets et des acteurs sur le terrain, les Ă©tudiants ont Ă©tĂ© orientĂ©s Ă  faire usage d’un cahier afin de dĂ©crire avec dĂ©tail leurs observations. Ils ont Ă©tĂ© Ă©galement invitĂ©s Ă  discuter avec l’enseignant Ă  la fin de chaque sĂ©ance d’observation, car un « poste d’observation » Ă©tait gardĂ© au 16 rue du repos. Les deux premiĂšres sĂ©ances ont Ă©tĂ© la possibilitĂ© de se repĂ©rer dans l’espace et faire les premiĂšres rencontres occasionnelles avec des passants, travailleurs, des membres de la famille. Les Ă©tudiants ont Ă©tĂ© nombreux Ă  ne pas savoir au dĂ©part quel sujet ils allaient aborder, Ă  avoir le sentiment d’avoir Ă©normĂ©ment de choses Ă  observer et donc la difficultĂ© de se concentrer sur un objet prĂ©cis. Je ne suis pas toujours convaincu qu’ils Ă©taient intĂ©ressĂ©s par l’exercice, surtout d’aller au cimetiĂšre pour un atelier d’écriture, cela les a paru Ă©trange au dĂ©part.

Les Ă©tudiants ont Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  Ă©viter les regroupements entre eux durant les observations, mais Ă  garder la libertĂ© d’observer individuellement sans devoir nĂ©gocier avec un autre collĂšgue l’objet de leur attention. Pour garder le caractĂšre collectif qui marque cette enquĂȘte, nous sommes revenus en classe deux fois (le 15 et le 22 novembre) pour parler des matĂ©riaux rĂ©coltĂ©s, et prĂ©parer ensemble notre derniĂšre sĂ©ance d’observation. À ce moment, je me suis rendu compte que l’usage du tĂ©lĂ©phone portable en tant que « journal connectĂ© » Ă©tait quasi unanime. Le smartphone regroupe les fonctionnalitĂ©s d’écriture, de gĂ©olocalisation, d’enregistrement (vidĂ©o et audio) et, le plus important pour eux, de photographier. Comme Denis et Pontille estiment, la pratique de la photographie participe elle-mĂȘme de l’acte ethnographique et opĂšre un premier mouvement d’analyse (David et Pontille 2013, p.27-28). Ce n’est pas l’aspect esthĂ©tique ou le fait que l’image raconte « toute la vĂ©ritĂ© » (Becker 2007) qui importe dans un carnet de recherche, mais le fait que la photographie permet au chercheur de revenir visuellement sur ces donnĂ©es autant de fois que nĂ©cessaires pour investiguer des informations qui n’ont pas Ă©tĂ© forcĂ©ment importantes au moment de la collecte des donnĂ©es.

En ce qui concerne le PĂšre-Lachaise, notre point de dĂ©part a Ă©tĂ© le documentaire « Ă‰ternel jardin : Le cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise Â» (Arte, France, 2018, 53min), de Christophe d’Yvoire et Augustin Viatte. Nous avons regardĂ© ensemble des extraits du documentaire, prĂ©cisĂ©ment pour s’intĂ©resser aux travailleurs invisibles de la nĂ©cropole. En plus, BenoĂźt Gallot, conservateur au cimetiĂšre, a publiĂ© en octobre de cette annĂ©e un livre intitulĂ© La vie secrĂšte d’un cimetiĂšre (Les ArĂšnes, 2022, 235 pages). La publication a eu une double importance pour nous  : elle devient source d’intĂ©rĂȘt, car Gallot raconte son quotidien en tant que conservateur et habitant du PĂšre-Lachaise (1), et le livre a Ă©tĂ© le sujet d’interventions dans la presse (2). Notre objet d’étude a Ă©tĂ© alors – malgrĂ© nous – une actualitĂ© mĂ©diatique qui a fini par devenir source d’information et d’inspiration tout au long de cette enquĂȘte. Gallot est Ă©galement le responsable du compte Instagram La vie au cimetiĂšre, oĂč il partage des images des animaux (chats, renards, oiseaux) qui rappellent que le PĂšre-Lachaise est aussi un « endroit de vivant » .

Fleur plastique accrochĂ©e Ă  la porte d’une chapelle mortuaire (CrĂ©dit : JaĂ©rcio Da Silva)

2022/2023 : une promotion aussi silencieuse qu’un cimetiĂšre

Pour leur travail de fin de semestre, les Ă©tudiants sont contraints Ă  rendre publique quelques notes de leurs carnets de terrain. La restitution prend la forme d’un billet de blog. Cinq axes thĂ©matiques regroupent les comptes rendus d’enquĂȘte qui ont Ă©tĂ© produits par les Ă©tudiants.

PremiĂšrement, les mĂ©tiers qui travaillent pour le maintien de la mĂ©moire au sein du PĂšre Lachaise. Daphney Paul s’intĂ©resse au travail des graveurs qui font la “passerelle” entre le dĂ©funt et la famille, en travaillant la pierre, ces professionnels gravent pour l’éternitĂ© la fragilitĂ© de la vie humaine. De la mĂȘme maniĂšre que Waian Serano aborde la crĂ©ation de gravures et les Ă©volutions dans le temps, entre Ă©criture disciplinĂ©e et dĂ©linquante.

DeuxiĂšmement, les Ă©tudiants abordent le dĂ©tail de l’art et de l’écriture. Laiquah Pandore traite de l’évolution des Ă©lĂ©ments artistiques dans le temps et de la maniĂšre dont la personnalisation des pierres tombales perpĂ©tue la mĂ©moire. Kamelia Latrous fait de l’art scriptural son fil conducteur pour raconter l’histoire derriĂšre quelques sculptures imposantes et cĂ©lĂšbres. Dans ce sens, Juliette Simon aborde la symbolique en se posant la question : notre sĂ©pulture est-elle le reflet de la personne que nous avons Ă©tĂ© ? Finalement, Johanna Apostolidis, raconte ses balades au PĂšre-Lachaise oĂč elle analyse les inscriptions funĂ©raires que l’on peut lire sur les tombes : autant de signes (citations, phrases, morceaux de poĂšmes) qui rappellent l’identitĂ© de la personne enterrĂ©e et participent au devoir de mĂ©moire.

TroisiĂšmement, l’abandon devient le sujet de deux articles. De quelle maniĂšre un tombeau perd ses caractĂ©ristiques et devient un problĂšme pour l’administration ? Naomi Rebaine s’intĂ©resse au travail de conservation des sĂ©pultures et de la maniĂšre dont les proches se transforment « en gardiens de la mĂ©moire ».  À partir d’une rencontre inattendue avec un familier qui effectuait des travaux sur une tombe, Kevin Gaillard aborde le cadre lĂ©gal d’entretien des sĂ©pulture, leur nature fragile et la nĂ©gociation avec la vĂ©gĂ©tation.

QuatriĂšmement, la place accordĂ©e Ă  la nature dans ce cimetiĂšre qui est Ă©galement le plus grand espace vert de la capitale. Gloria Gallego rappelle les droits de pose de la nature, qui reprend de la place au cimetiĂšre aprĂšs l’interdiction de l’usage de produits phytosanitaires chimiques. SalomĂ© Gallet et Naomie Maufroy travaillent en binĂŽme sur la maniĂšre dont la nature reprend le travail de maintenance de l’homme. Ce rapport de force qui s’installe entre les agents d’entretien et la reprise de droit de la nature est le sujet de l’article de Justin Khouni. Il aborde Ă©galement la place des individus dans la conservation de la mĂ©moire. De cette façon, ZoĂ© Gautier travaille les sons du cimetiĂšre et entend le silence et le bruit comme une forme d’hommage. Le PĂšre-Lachaise envisagĂ© par son aspect “parc”, un dĂŽme silencieux au milieu d’une ville aussi bruyante que Paris. Enfin, Maryam Drame a interviewĂ© des cantonniers et revient sur la prĂ©sence abondante des fleurs et de la vĂ©gĂ©tation.

CinquiĂšmement, trois Ă©tudiants s’intĂ©ressent aux dĂ©ambulations au sein du PĂšre-Lachaise. Alina Shakirova aborde la cartographie et la maniĂšre dont les visiteurs s’orientent sur le terrain. Si chaque mort a son adresse-emplacement au sein du cimetiĂšre, Aissata-Laure Diop Ă©tudie la signalĂ©tique et questionne la maniĂšre de se repĂ©rer au sein du PĂšre Lachaise. Clyde Costuas-Timsit observe les passages nĂ©s de maniĂšre spontanĂ©e sous les pas de centaines de visiteurs, en contraste avec les chemins dĂ©finis par les agents de maintenance du cimetiĂšre. Hawa KonarĂ© raconte son immersion dans le cimetiĂšre au jour de la Toussaint, le 1er novembre 2022. Finalement, Eliot Meyer revient sur les signes qui sĂ©parent le monde des morts et des vivants, et qui amĂšnent le vivant Ă  s’en souvenir que la mort est au coin de la rue.  


Becker H.S. (2007). « Les photographies disent-elles la vĂ©rité ? Â», Ethnologie francaise, Vol. 37, n° 1, p. 33‑42.

Denis J., Pontille D. (2010), « PerformativitĂ© de l’écrit et travail de maintenance », RĂ©seaux, 163, p. 105-130.

Denis J., Pontille D. (2013). « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit Â», dans Petit prĂ©cis de mĂ©thodologie.  Le sens du dĂ©tail dans les sciences sociales, Le bord de l’eau, Lormont, France, p. 17‑30.

Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis Ă  Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Denis J., Pontille D. (2022). Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La DĂ©couverte, 365p.

Gallot B. (2022). La vie secrùte d’un cimetiùre, Paris, Les Arùnes, 235p.

Nova N. (2022). Exercices d’observation. Dans les pas des anthropologues, des Ă©crivains, des designers et des naturalistes, Paris, Carnet ParallĂšles (La vie des choses), 170p.

PĂ©tonnet C. (1982). « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetiĂšre parisien Â», PersĂ©e Vol. 22, n° 4, p. 37‑47.

L’art scriptural : Un moyen d’archivage funĂ©raire

Le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise est situĂ© dans le XXe arrondissement de Paris, en France. Il a Ă©tĂ© ouvert en 1804 et est considĂ©rĂ© comme l’un des plus cĂ©lĂšbres cimetiĂšres du monde, notamment en raison des nombreuses personnalitĂ©s enterrĂ©es sur ses terres. Chaque annĂ©e, le PĂšre Lachaise est visitĂ© par 3,5 millions de personnes et s’Ă©tend sur plus de 43 hectares ce qui correspond Ă  80 terrains de football et 280 km de chemins, avec une estimation de 75 000 tombes soit 1,5 million de inhumer. Il est Ă©galement considĂ©rĂ© comme un lieu historique et artistique, de ce fait, il attire des visiteurs pour leur valeur culturelle ou architecturale. 

Le CimetiĂšre du PĂšre Lachaise vu de haut photo prise par kamelia le 25 octobre 2022, Ă  Paris.

Quand le cimetiĂšre fut crĂ©Ă© comme dit prĂ©cĂ©demment en 1804, les Parisiens ne voulaient pas ĂȘtre enterrĂ©s lĂ -bas car la nĂ©cropole se trouvait trop loin de la ville.  Le prĂ©fet de Paris a alors dĂ©cidĂ© d’amener les sĂ©pultures de MoliĂšre et Jean de la Fontaine au pĂšre Lachaise, deux figures emblĂ©matiques du XVII qui sont mortes 200 ans avant la construction de ce lieu. Afin que les Parisiens soient davantage incitĂ©s Ă  se faire enterrer lĂ -bas Ă  leur mort. 

Il existe de nombreuses formes d’art qui sont utilisĂ©es dans cette nĂ©cropole, notamment les sculptures funĂ©raires, les stĂšles et les pierres tombales. Les sculptures peuvent ĂȘtre rĂ©alisĂ©es dans diffĂ©rents matĂ©riaux, comme la pierre, le bronze, le marbre et mĂȘme le verre. Elles peuvent reprĂ©senter des personnages cĂ©lĂšbres enterrĂ©s dans le cimetiĂšre, des scĂšnes religieuses ou des symboles comme des anges, des croix ou des colombes. Et peuvent ĂȘtre utilisĂ©es pour rendre hommage aux personnes enterrĂ©es sur le site, pour donner une touche artistique au cimetiĂšre ou pour offrir du rĂ©confort aux visiteurs. Certaines sculptures peuvent Ă©galement avoir une valeur historique ou culturelle, en raison de la personne qu’elles reprĂ©sentent, du sculpteur qui les a rĂ©alisĂ©es ou du culte vouĂ© Ă  la sculpture. De ce fait, cela nous amĂšne Ă  nous demander si les sculptures funĂ©raires de personnages connus aident au maintien de la mĂ©moire. 

Les sculptures tĂ©moins de la mĂ©moire des dĂ©funts
  

 

Parmi les allĂ©es sillonnant le cimetiĂšre, il est courant de trouver des sculptures, en particulier sur les pierres tombales et les monuments funĂ©raires. Ces sculptures peuvent ĂȘtre utilisĂ©es pour honorer la mĂ©moire des dĂ©funts en reprĂ©sentant des symboles ou des motifs significatifs pour eux, tels que des fleurs, des animaux, des instruments de musique, des armoiries, etc. Comme la fait le sculpteur Auguste PrĂ©ault pour H.Balzac qui Ă©tait un Ă©crivain français cĂ©lĂšbre pour ses romans et ses nouvelles, notamment La ComĂ©die humaine, une sĂ©rie de plus de 90 Ɠuvres qui explore les diffĂ©rentes strates de la sociĂ©tĂ© française du 19Ăšme siĂšcle. Sa tombe est ornĂ©e d’une statue en bronze reprĂ©sentant Balzac en train d’Ă©crire, surmontĂ©e d’un buste en marbre de l’Ă©crivain. La tombe de Balzac est l’une des plus visitĂ©es du cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise, et est considĂ©rĂ©e comme un lieu de pĂšlerinage pour les fans de l’Ă©crivain et les amateurs de littĂ©rature.  

Tombe Honoré de Balzac

Les sculptures peuvent Ă©galement ĂȘtre utilisĂ©es pour raconter des histoires, des Ă©vĂ©nements importants dans la vie des dĂ©funts, ou pour exprimer des Ă©motions telles que la tristesse, le regret ou la reconnaissance. Elles sont conçues pour aider les personnes Ă  se souvenir et Ă  honorer la mĂ©moire des dĂ©funts de maniĂšre tangible et visuelle. Comme le montre bien le gisant de Fernand Louis Arbelot qui fut directeur de la Banque continental de Paris de son vivant. Peu avant sa mort, et pour prouver son amour passionnel pour son Ă©pouse, il dĂ©cide d’organiser sa derniĂšre demeure de sorte qu’il puisse admirer le visage de sa femme pour l’éternitĂ©. Malheureusement le sculpteur termine le gisant aprĂšs sa mort et c’est son Ă©pouse qui concrĂ©tise son idĂ©e pour qu’ils soient unis et continus de vivre leur histoire d’amour dans l’au-delĂ . Aujourd’hui, il repose avec son Ă©pouse sous une Ă©mouvante statue en bronze, Ɠuvre du cĂ©lĂšbre sculpteur Adolphe Wansart.

Gisant de Fernand Arbelot photographie prise par Kamelia le 25 octobre 2022 Ă  Paris

Entre superstitions et légendes.. 

 

Tandis que certaines personnes considĂšrent les cimetiĂšres comme des lieux de repos paisibles pour les personnes dĂ©cĂ©dĂ©es, d’autres prĂ©fĂšrent croire en des lĂ©gendes fantastiques qui pourraient amĂ©liorer leur quotidien sur la chance, le bonheur, l’amour ou encore la fertilitĂ©. De ce fait, plusieurs monuments funĂ©raires laissent place Ă  l’imagination comme celui du journaliste Yvan Salmon, dit Victor Noir, un journaliste d’opposition tuĂ© aprĂšs une altercation avec le cousin de Napoleon III. À l’origine il est rĂ©putĂ© car il devient le symbole d’un culte politique de la rĂ©pression de l’Empire face Ă  la lutte pour la libertĂ©. Mais grĂące au sculpteur rĂ©publicain Jules Dalou qui Ă©difie en sa mĂ©moire, un gisant de bronze allant jusqu’Ă  graver le moindre dĂ©tail comme sa veste plier ou encore la balle qu’il a reçue sur sa poitrine avant sa mort. Aujourd’hui c’est l’une des plus visitĂ©s du cimetiĂšre parisien,  son tombeau acquiert progressivement des connotations et des vertus Ă©rotiques: la lĂ©gende veut qu’en frottant le gisant, surtout Ă  l’endroit du sexe, on recouvre fĂ©conditĂ© ou virilitĂ©. Par consĂ©quent, Ă  force que les visiteurs placent leurs mains sur ces parties gĂ©nitales cela laisse place Ă  la couleur cuivrĂ©e et ce, depuis son inauguration jusqu’à nos jours. Ainsi, un culte sexuel se substitue dĂ©finitivement au culte politique Ă  partir des annĂ©es soixante.

Photographie Gisant de Victor Noir

Il y a aussi le tombeau d’Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte LĂ©on Denizard Rivail, qui dĂ©tient la sĂ©pulture la plus fleurie du lieu, et qui est le fondateur de la philosophie spirite la croyance en la rĂ©incarnation. Son Ɠuvre influence aujourd’hui la culture et la vie publique brĂ©silienne. Sa tombe est trĂšs impressionnante et est conçue Ă  la façon d’un grand dolmen de granite. D’aprĂšs les pĂšlerins, le dĂ©funt aurait prononcĂ© cette phrase : « aprĂšs ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombe ma tombe, puis faĂźtes un vƓu. Si vous ĂȘtes exaucĂ©s, revenez avec des fleurs. » Cependant, il semblerait que cette phrase soit fausse et que le rituel crĂ©Ă© en son nom ait Ă©tĂ© inventĂ© d’aprĂšs une fausse citation. NĂ©anmoins, malgrĂ© que le grand public soit conscient de cette rumeur, l’engouement reste toujours le mĂȘme et il est remarquable. Mais Allan Kardec, homme de science, n’aurait probablement pas approuvĂ© cette pratique relevant de la superstition.

Photographie de Allan Kardec

Maintiens la mémoire du cimetiÚre: un devoir collectif

 

La mĂ©moire du PĂšre Lachaise est prĂ©servĂ©e grĂące aux efforts de ceux qui s’engagent grĂące Ă  des associations de bĂ©nĂ©voles,  a collectĂ© des fonds pour entretenir les tombes des cĂ©lĂ©britĂ©s enterrĂ©es lĂ , tandis que d’autres organisent des expositions et des confĂ©rences pour en faire connaĂźtre l’histoire. Les lĂ©gendes sur les tombes peuvent varier en fonction de la culture et de la rĂ©gion, mais elles ont souvent pour but de rendre hommage aux personnes qui y sont enterrĂ©es comme Oscar Wilde qui Ă©tait un Ă©crivain, poĂšte et dramaturge irlandais du XIXe siĂšcle. Il est surtout connu pour ses piĂšces de thĂ©Ăątre, comme “Le Portrait de Dorian Gray” et “L’importance d’ĂȘtre Constant,” mais aussi pour son homosexualitĂ©, qui lui a valu d’ĂȘtre emprisonnĂ© en 1895, et avait subi un traitement inhumain en prison, ce qui a probablement contribuĂ© Ă  l’aggravation de sa santĂ© ce qui a Ă©tĂ© la cause de sa fin de vie tragique. Il a Ă©tĂ© inhumĂ© aprĂšs sa mort en 1900, au PĂšre Lachaise Ă  Paris. Son tombeau est ornĂ© par une statue en marbre d’un sphinx en haut d’une colonne, avec des ailes dĂ©ployĂ©es et un visage exprimant la joie.  RĂ©alisĂ©e par Jacob Epstein, elle a Ă©tĂ© installĂ©e sur la tombe de Wilde en 1912. Son histoire est un peu particuliĂšre car du fait de son homosexualitĂ© les parties gĂ©nitales du sphinx Ă©taient jugĂ©es un peu trop proĂ©minent auraient Ă©tĂ© cassĂ©es par une anglaise en 1961.  Par la suite, il est nĂ© une tradition, celle de mettre du rouge Ă  lĂšvres et d’embrasser la tombe d’Oscar Wilde ce qui supposerait attirer la chance en amour. Le problĂšme c’est que cela a dĂ©tĂ©riorĂ© la tombe, de ce fait pour protĂ©ger la sculpture la maintenance du cimetiĂšre Ă  fait installer des plaques de plexiglas. Elle est considĂ©rĂ©e comme une Ɠuvre d’art importante et fait partie des tombes les plus visitĂ©es du cimetiĂšre. 

Photographie du sphinx du tombeau de Oscar Wilde

La mĂ©moire est un Ă©lĂ©ment important de la vie du cimetiĂšre. Les tombes, les plaques commĂ©moratives et les jardins de souvenir sont autant de maniĂšres de se souvenir des personnes dĂ©cĂ©dĂ©es et de perpĂ©tuer leur mĂ©moire. Cette nĂ©cropole est Ă©galement considĂ©rĂ©e comme un lieu historique, oĂč l’on peut dĂ©couvrir l’histoire des personnes enterrĂ©es lĂ  et de la rĂ©gion dans laquelle ils vivaient. Ils sont ainsi des tĂ©moins de l’histoire et de la culture d’une rĂ©gion, et contribuent Ă  la mĂ©moire collective.

 

En rĂ©sumĂ©, le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise est un lieu de mĂ©moire important pour les habitants de Paris et les visiteurs du monde entier. L’administration du cimetiĂšre s’efforce de maintenir la mĂ©moire des personnes enterrĂ©es sur le site en enterrent les tombes et en organisant rĂ©guliĂšrement des cĂ©rĂ©monies et des Ă©vĂ©nements pour les honorer. Les tombes et les monuments funĂ©raires qui se trouvent dans les cimetiĂšres servent souvent de rappel permanent de la vie et des rĂ©alisations des personnes qui y sont enterrĂ©es. De cette maniĂšre, les cimetiĂšres peuvent aider Ă  prĂ©server la mĂ©moire des personnes dĂ©cĂ©dĂ©es et Ă  maintenir leur prĂ©sence dans la vie des personnes qui leur sont restĂ©es. 

En outre, le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise peut Ă©galement ĂȘtre un lieu de mĂ©moire collective, oĂč les gens peuvent se rassembler pour se souvenir de personnes, d’Ă©vĂ©nements importants de l’histoire, ou pour partager des lĂ©gendes inventĂ©es ou non par le grand public. De par mon expĂ©rience j’ai pu remarquer que l’art scriptural mettait en valeur des personnages qui deviennent connus grĂące Ă  l’histoire que leur tombeau vĂ©hicule ce qui permet de ne jamais les oublier, ni d’oublier ce qu’ils ont fait de leurs vivants. Ce qui est intĂ©ressant de remarquer au PĂšre Lachaise c’est que le design des tombes Ă©volue, par consĂ©quent, toutes les tombes datent de diffĂ©rentes Ă©poques on a un art funĂ©raire contemporain qui s’adapte Ă  son Ă©poque.  Ce qui lui vaut chaque annĂ©e, des milliers de personnes visitent le cimetiĂšre pour se recueillir sur les tombes de leurs proches ou de leurs idoles. Le cimetiĂšre est Ă©galement un lieu de promenade et de dĂ©tente pour les habitants de la ville, qui peuvent y admirer la vĂ©gĂ©tation luxuriante et les nombreuses sculptures et Ɠuvres d’art qui y sont exposĂ©es. NĂ©anmoins les cimetiĂšres doivent-ils ĂȘtre eux-mĂȘmes conserver par la nouvelle technologie avec la photographie, par exemple, les tombes et leurs architectures artistiques pour transmettre la mĂ©moire des sculptures qui avec le temps n’existeront peut-ĂȘtre plus. 












L’observation auditive: Ă  l’Ă©coute du cimetiĂšre PĂšre-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetiÚre PÚre-Lachaise

La vie aprĂšs la mort est un sujet qui passionne depuis des siĂšcles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux dĂ©funts. Ces hommages, sont la plupart du temps matĂ©rialisĂ©s par des sĂ©pultures, ou des pierres tombales. Ces derniĂšres se regroupent, gĂ©nĂ©ralement, en un seul et mĂȘme lieu, le cimetiĂšre. 

Le cimetiĂšre comme gardien de la mĂ©moire des dĂ©funts, 

Le cimetiĂšre comme repĂšre secret des ĂȘtres qui nous ont quittĂ©s, 

Le cimetiĂšre comme nouveau lieu d’habitat pour les dĂ©funts : une forme de ‘vie’ aprĂšs la mort. 

Ce lieu caractĂ©rise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sĂ©pultures, incarnant la mĂ©moire des dĂ©funts, se doivent d’ĂȘtre entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera rĂ©alisĂ© au fil des annĂ©es, et plus longtemps la mĂ©moire en sera prĂ©servĂ©e, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mĂ©moire et de la maintenance, deux sujets qui Ă  mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci rĂ©vĂšlent mon observation du cimetiĂšre, et plus particuliĂšrement mon observation du cimetiĂšre PĂšre-Lachaise, le plus grand cimetiĂšre de France, situĂ© Ă  Paris, recouvrant 43 hectares, du 20Ăšme arrondissement. Mondialement connu, il hĂ©berge les sĂ©pultures, de cĂ©lĂ©britĂ©s comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais Ă©galement des sĂ©pultures cĂ©lĂšbres par leur originalitĂ©, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolĂ©e des amoureux AbĂ©lard et HĂ©loĂŻse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetiĂšre PĂšre-Lachaise pour la premiĂšre fois, Ă  la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les diffĂ©rentes sĂ©pultures, les allĂ©es de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine rĂ©paration de sĂ©pulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetiĂšre, et celle-ci fait partie intĂ©grante du cimetiĂšre : le calme. 

De ce calme, dĂ©coule l’atmosphĂšre, du cimetiĂšre. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrĂ©e du cimetiĂšre, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delĂ  mĂȘme, des sĂ©pultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon Ă©tude, de l’apparenter Ă  l’ouĂŻe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prĂ©dominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouĂŻe comme repĂšre dans cette Ă©tude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidĂ©os, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphĂšre du cimetiĂšre, mais surtout que vous puissiez Ă©couter. J’aimerais vous proposer une immersion complĂšte.L’apport d’une Ă©tude centrĂ© principalement sur l’audition, permet d’aller au-delĂ  de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phĂ©nomĂšnes auditifs. La comprĂ©hension et l’analyse, des composantes de la crĂ©ation de cette atmosphĂšre sera au cƓur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetiĂšre, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetiĂšre. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres Ă©lĂ©ments afin de complĂ©ter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visitĂ© le cimetiĂšre et Ă©coutĂ© attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particuliĂšrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de dĂ©cortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois dĂ©routant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il rĂ©side, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de dĂ©cortication si dĂ©routant. 

Ce travail fut davantage intĂ©ressant, car je me devais de rester concentrĂ©e afin d’étudier et d’interprĂ©ter les sons qui m’entouraient. De plus, Ă©tant donnĂ© qu’il s’agissait d’un grand cimetiĂšre, les sons Ă©taient assez disparates : plus nous nous situons en pĂ©riphĂ©rie du cimetiĂšre et plus les sons de la ville se faisaient entendre (vĂ©hicules, passants
). Plus je m’enfonçais au centre du cimetiĂšre et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetiĂšre semble se refermer sur nous, lorsque nous nous Ă©loignons des abords de la pĂ©riphĂ©rie. C’est une atmosphĂšre assez particuliĂšre qui est accentuĂ©e par la particularitĂ© du cimetiĂšre PĂšre Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris Â», avec pas moins de « 4 000 arbres [
], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillitĂ© Â». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticitĂ© et originalitĂ©. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une Ă©tude auditive du cimetiĂšre, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetiĂšre et surtout d’en comprendre les phĂ©nomĂšnes, et les Ă©lĂ©ments constitutifs de son dĂ©cor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particuliĂšre nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetiĂšre, et trĂšs, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetiĂšre, Ă©tait le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnĂ©rabilitĂ© que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnĂ©rabilitĂ© s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de cĂŽtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif Ă  chacun des phĂ©nomĂšnes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tentĂ© de dĂ©cortiquer ce calme
 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetiĂšre, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a trĂšs peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des Ăąmes dĂ©funtes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interprĂ©ter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse Ă  nous concentrer sur notre spiritualitĂ©. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delĂ  du bruit, nous devons Ă©galement adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec dĂ©cence Â». Cette attitude passe, par le calme dit extĂ©rieur. 

Tous ces Ă©lĂ©ments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphĂšre calme dites de paix. L’authenticitĂ© du lieu rĂ©siderait donc dans une tradition dite de perpĂ©tuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphĂšre calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence Ă©ternel des dĂ©funts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions Ă  l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetiĂšre le silence est donc notre premier rĂ©flexe. Ce comportement peut ĂȘtre interprĂ©tĂ© comme du respect auprĂšs des dĂ©funts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut ĂȘtre traduite comme une forme de conservation de la mĂ©moire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel Ă  celui des dĂ©funts. L’austĂ©ritĂ© des cimetiĂšres auxquels nous ont habituĂ© les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au pĂšre Lachaise. En effet, elle est attĂ©nuĂ©e voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetiĂšre. Comme nous l’avons Ă©crit plus haut, le cimetiĂšre est comparĂ© Ă  un espace vert, Ă  cause de sa vĂ©gĂ©tation. 

Conjointement, le calme des lieux et son dĂ©cor conduit Ă  l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au PĂšre Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiĂ©s de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetiĂšre, et ne font donc pas partie intĂ©grante du cimetiĂšre. Notre Ă©tude nous emmĂšne donc Ă  distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une diffĂ©rence d’atmosphĂšre est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, cĂŽtĂ© mĂ©tro Gambetta) et la partie sud (mĂ©tro PĂšre Lachaise). La partie Nord Ă©tant plus rĂ©cente, nous entendons beaucoup plus les bruits extĂ©rieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutĂŽt basses, comparĂ©es aux mausolĂ©es perceptibles dans la partie sud, c’est une question de rĂ©verbĂ©ration du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du PĂšre Lachaise, la partie Nord Ă©tant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la pĂ©riode hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphĂšre particuliĂšre. Ce silence, conduit Ă  l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction premiĂšre des lieux (lieu de recueil pour les familles des dĂ©funts). L’intĂ©gritĂ© du site se reflĂšte dans ce silence perpĂ©tuel.

Cependant, ce silence peut parfois ĂȘtre interrompu par des visiteurs


Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetiĂšre peuvent ĂȘtre Ă©mis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetiÚre PÚre-Lachaise

Il est vrai que le cimetiĂšre PĂšre Lachaise, abrite une biodiversitĂ© exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mĂ©sanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnĂ©e de leurs bruits. Cette cohabitation des ĂȘtres vivants et des dĂ©funts est particuliĂšrement intĂ©ressante et s’emboĂźtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des ĂȘtres vivants n’ayant pas conscience de la vĂ©ritable fonction du lieu qu’est le cimetiĂšre. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilitĂ© de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des ĂȘtres vivants/silence des dĂ©funts) et apporte de la lĂ©gĂšretĂ© au lieu. Ces ĂȘtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement Ă  la mĂ©moire du site. Les sons Ă©mis par les animaux participent donc Ă  cet apaisement que l’on peut ressentir au PĂšre Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allĂšgent l’atmosphĂšre et contribuent Ă  sa paisibilitĂ©.  

Il existe Ă©galement des visiteurs du cimetiĂšre PĂšre Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisĂ© quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils Ă©mettaient Ă©taient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit Ă©mis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie Ă  la notion prĂ©cĂ©demment expliquĂ©e : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mĂ©moire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas dĂ©ranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions Ă  l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particuliĂšrement dĂ©sagrĂ©able. Aucune rĂšgle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisĂ© aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la sociĂ©tĂ© dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite Ă  adopter dans les cimetiĂšres. 

J’ai croisĂ© un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avĂšre que le son de leur discussion n’était pas adaptĂ© au lieu. Le cimetiĂšre silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix Ă©tait trop Ă©levĂ©, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetiĂšre su se dĂ©fendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticitĂ© au lieu, tout en participant Ă  son animation. La crĂ©ation de l’atmosphĂšre du cimetiĂšre est donc instaurĂ©e par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont Ă©mis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais trĂšs vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils Ă©taient prĂ©sents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales Ă©taient totalement dĂ©gradĂ©es, la plupart du temps cela Ă©tait causĂ© par les racines des arbres nouvellement plantĂ©s. 

Au-delĂ  de la rĂ©novation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient Ă©galement afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers Ă©taient Ă©galement prĂ©sents, moins bruyants que les prĂ©cĂ©dents Ă©tant donnĂ© qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces Ă©quipes sont chargĂ©es du bon entretien du cimetiĂšre. Les bruits qu’ils Ă©mettent sont donc nĂ©cessaires Ă  l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetiĂšre afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe Ă©galement des riverains qui contribuent, individuellement Ă  cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’amĂ©nagements.Je lui ai alors posĂ© quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rĂ©novation de mon tombeau familial, Ă©tant le dernier des ayant droits* de la concession Ă  perpĂ©tuitĂ©**, le cimetiĂšre m’a appelĂ© et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a Ă©tĂ© enterrĂ© ici Â». Monsieur Fabien, m’explique que le coĂ»t des travaux est bien trop Ă©levĂ© pour engager une sociĂ©tĂ©, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les annĂ©es 90, il y avait des sortes de soirĂ©es nocturnes, organisĂ©es au sein du cimetiĂšre. Ces soirĂ©es ont totalement dĂ©gradĂ© la sĂ©pulture familiale. Une statue nous a Ă©tĂ© volĂ©e, et plusieurs dĂ©gĂąts ont Ă©tĂ© perceptibles. Je me devais de la rĂ©nover, elle avait besoin d’un coup de neuf Â». 

Le saccage des sĂ©pultures, dĂ©montre que la mĂ©moire peut aussi ĂȘtre dĂ©gradĂ©e par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mĂ©moire par-delĂ  les alĂ©as de la vie et du temps. Ces deux catĂ©gories de personnes ont un point commun : la restauration d’élĂ©ments constitutifs du cimetiĂšre. 

Ces bruits que l’on entend au pĂšre Lachaise font donc partie intĂ©grante du cimetiĂšre, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mĂ©moire) le temps d’un instant afin de se consacrer Ă  la rĂ©habilitation de la mĂ©moire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longĂ©vitĂ© de l’exercice de la mĂ©moire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brÚve.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetiĂšre, ont donc tous un rĂŽle prĂ©pondĂ©rant dans la crĂ©ation de l’atmosphĂšre si particulier du cimetiĂšre PĂšre Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetiÚre perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetiÚre couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rÎle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette Ă©tude, dans laquelle nous avons catĂ©gorisĂ© par l’analyse, les sonoritĂ©s du cimetiĂšre, il Ă©tait question ici de dĂ©montrer qu’il est possible de se soustraire Ă  l’exercice unique de l’écoute, et plus particuliĂšrement d’y prĂȘter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delĂ  mĂȘme de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons Ă©mis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particuliĂšrement importants dans la construction de la particularitĂ© sonore du cimetiĂšre : chacun Ă  sa fonction comme dĂ©montrĂ© plus haut. 

Pouvoir dĂ©crire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intĂ©ressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignĂ©e familiale Ă  qui appartient la sĂ©pulture au sein du cimetiĂšre. Il est donc son responsable ou bien, il peut se dĂ©charger de cette fonction. 

**Concession Ă  perpĂ©tuitĂ© : La sĂ©pulture ne peut ĂȘtre dĂ©placĂ©e ni mĂȘme dĂ©truit, Ă  partir du moment oĂč la lignĂ©e familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rĂŽle de responsable de la sĂ©pulture. L’extinction d’une famille conduit Ă  la fin de la concession Ă  perpĂ©tuitĂ© (car plus d’ayant droit). 

Les lignes de dĂ©sir ou l’art de dompter l’espace urbain

Introduction générale :

Dans ce cimetiĂšre, le plus grand de Paris, conçu tel un lieu de promenade hors du temps, se dĂ©placer parait vraisemblablement simple, surtout si l’on se contente de suivre les allĂ©es principales impeccablement pavĂ©es et les divisions rectilignes ombragĂ©es de part et d’autre d’un jardin anglais. Mais quelle curiositĂ© pourrions-nous combler en laissant une balade ĂȘtre menĂ©e uniquement par l’amĂ©nagement mis en Ɠuvre par des architectes et des paysagistes. N’est-il pas plus plaisant de se perdre, d’aller Ă  l’encontre du tracĂ© originel et de se promener oĂč bon nous semble, lĂ  oĂč nous le souhaitons, lĂ  oĂč nous le dĂ©sirons ?

En arrivant Ă  l’entrĂ©e du cimetiĂšre, notamment par la porte principale, un plan gĂ©nĂ©ral est mis en Ă©vidence afin d’aider les visiteurs Ă  se guider dans ces 43 hectares et plus de 75 393 tombes. Il est Ă©galement frĂ©quent de voir des plans tenus dans les mains des visiteurs pour leur permettre de s’orienter dans le PĂšre Lachaise. Et tandis que les touristes s’enfoncent dans les allĂ©es principales de la nĂ©cropole parisienne, suivant Ă  la lettre les indications et les recommandations, les habituĂ©s eux, circulent avec aisance, Ă  la recherche d’une sĂ©pulture ou d’un monument mortuaire qu’ils souhaitent visiter. Il est donc rare de croiser un endeuillĂ© emprunter une des allĂ©es principales, ce dernier saura pertinemment quel chemin est le plus apte Ă  le mener le plus rapidement possible vers la tombe qu’il souhaite rejoindre. Ainsi, la voie principale n’est pas toujours la plus efficace, un passant souhaitant se rendre rapidement Ă  une destination, prĂ©fĂ©rera prendre un chemin parfois sinueux mais plus rapide pour rejoindre la destination dĂ©sirĂ©e. Par ailleurs, au fur et Ă  mesure que ce chemin sera empruntĂ©, la vĂ©gĂ©tation finira par dĂ©pĂ©rir au profit d’un vĂ©ritable tracĂ©. On appelle ces chemins, les lignes de dĂ©sir.

Ligne de dĂ©sir, quartier de Belem Ă  Lisbonne 2015 – crĂ©dit Metro Centric.

Les lignes de dĂ©sir ? Ce terme ne vous dit peut-ĂȘtre rien, pourtant, vous ĂȘtes trĂšs certainement responsables de la formation de plusieurs centaines de ces chemins, que vous empruntez quotidiennement. Il nous arrive Ă  tous de ne pas prendre la voie tracĂ©e, Ă©vidente, prĂ©conisĂ©e, simplement car il s’avĂšre qu’elle ne sera pas prĂ©cisĂ©ment la plus rapide ou la plus agrĂ©able.  Parfois mĂȘme, nous allons la contrer en empruntant un chemin tout autre qui n’est parfois ni pavĂ©, ni bien tracĂ©, ni mĂȘme signalisĂ© ; ces chemins correspondent aux lignes de dĂ©sir. La sociĂ©tĂ© de dĂ©veloppement Angus ”une entreprise d’économie sociale qui rĂ©gĂ©nĂšre le territoire”, dĂ©finit ces lignes comme “ces chemins qu’empruntent spontanĂ©ment les piĂ©tons ou les cyclistes pour se dĂ©placer d’un point A Ă  un point B par souci d’efficacitĂ© ou d’agrĂ©ment, sans se limiter au chemin « officiel » Ă©tabli par les autoritĂ©s”.

AmĂ©nagĂ© Ă  l’image d’un jardin Ă  l’anglaise par Alexandre-ThĂ©odore Brongniart, architecte mandatĂ© par la mairie de Paris en 1813, le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise tend Ă  cette Ă©poque Ă  devenir ”un lieu Ă  la fois fonctionnel et propice Ă  la promenade et au recueillement”.  Deux siĂšcles plus tard, le cimetiĂšre est devenu un vĂ©ritable lieu de promenade pour les riverains et les milliers de touristes qui viennent dĂ©couvrir cet endroit calme et fleuri; lieu de verdure encrĂ© dans une des 40 villes les plus polluĂ©es au monde et la ville la plus polluĂ©e de France.

Que penserait Brogniart de ces chemins confidentiels, crĂ©Ă©s par l’accumulation et la rĂ©pĂ©tition des milliers de pas qui les ont tracĂ©s, serait-il exaspĂ©rĂ©, fascinĂ©, confus ?  Et vous lecteurs, pensez-vous que nous devrions respecter le tracĂ© originel ou au contraire nous en Ă©carter ? Le promeneur peut-il s’approprier et maĂźtriser l’espace public en restant ainsi libre d’emprunter les chemins qu’il dĂ©sire ?

Je vous propose d’enfiler vos plus belles chaussures de randonnĂ©es et de parcourir Ă  mes cotĂ©s ces ”lignes de dĂ©sir”, qui peuplent le cimetiĂšre et interrogent sur les questions d’amĂ©nagement et de maintenance d’un lieu public.

Les lignes de désir dans la culture populaire :

Sur Reddit, un site web communautaire de discussions et d’actualitĂ©s sociales, les internautes s’amusent Ă  publier des photographies de ces lignes de dĂ©sir, appelĂ©es “desire-paths” en anglais ; le nom de la discussion gĂ©nĂ©rale s’intitule ”On The Beaten Trail” traduit littĂ©ralement ”sur les sentiers battus”. Des centaines de commentaires sont prĂ©sents sous les photographies de ces forums, l’un d’entre eux se dĂ©gage pourtant : ”Pourquoi l’ordre public continue-t-il Ă  empĂȘcher les passants d’emprunter la voie qu’ils jugent comme la plus efficace ?”. Le sujet constitue donc une controverse et le dialogue entre promeneurs, paysagistes et architectes devient donc plus complexe. D’un cĂŽtĂ© l’on prĂŽne l’efficacitĂ© et la rapiditĂ© et de l’autre on insiste sur le caractĂšre peu esthĂ©tique de ces lignes qui viennent semer un trouble visuel dans l’espace public. 

L’amĂ©nagement du cimetiĂšre aurait-il dĂ» prendre en compte le fait que certaines tombes sont difficile d’accĂšs et que les visiteurs souhaitant se recueillir sur ces derniĂšres soient contraints d’emprunter des chemins sinueux pour s’y rendre ? N’aurait-il pas Ă©tĂ© prĂ©fĂ©rable d’attendre que les visiteurs crĂ©ent eux mĂȘme leurs chemins avant mĂȘme de paver les allĂ©es principales ?

L’Ă©laboration des chemins et des routes sur le campus de l’universitĂ© d’Ohio vient prouver qu’une avancĂ©e peut ĂȘtre faite quand il s’agit d’amĂ©nager le terrain afin de faciliter les dĂ©placements. En effet, les autoritĂ©s en charge de valider les voies ont prĂ©fĂ©rĂ© attendre que les Ă©tudiants aient empruntĂ©s les chemins qu’ils leurs semblaient ĂȘtre les plus fluides et Ă©vidents pour circuler au sein du campus pour ensuite tracer et paver dĂ©finitivement les voies. Un dialogue peut donc ĂȘtre Ă©tablit entre administration, paysagistes et piĂ©tons et favoriserait ainsi la circulation pour autrui dans l’espace public. 

Photographies du Campus de l’universitĂ© d’Ohio State Avant et AprĂšs le passage des Ă©tudiants – crĂ©dit : anonyme.

L’amĂ©nagement d’un cimetiĂšre comme le PĂšre Lachaise n’a pas Ă©tĂ© pensĂ© dans le but de prioriser des dĂ©placements ”rapides” et ”efficaces” en son sein. Quant aux habituĂ©s, lignes de dĂ©sir, allĂ©es principales, rien n’est important, si ce n’est de rejoindre la destination voulue, ce qui peut parfois surprendre les visiteurs non-initiĂ©s, surpris de voir des promeneurs les dĂ©passer pour rejoindre d’un pas sĂ»r et dĂ©terminĂ© un chemin parfois Ă©troit et boueux pour ensuite se fondre dans la vĂ©gĂ©tation du cimetiĂšre; ne faire qu’un avec ce lieu Ă  la fois mystĂ©rieux, funĂšbre et majestueux. Cette façon Ă©trange et surprenante dont le visiteur occasionnel ou pas, s’approprie un lieu, un territoire, pour le rendre sien.

Sur les traces de pas des habitués :

Lors de mes multiples visites, je tenais Ă  pousser l’immersion Ă  son paroxysme; je me suis donc imposĂ© quelques contraintes. La premiĂšre Ă©tait d’effectuer les visites seul et de dĂ©cliner les Ă©changes et les interactions avec mes camarades, ma pensĂ©e pourrait alors se canaliser uniquement sur la vie du cimetiĂšre. La seconde consistait en la non-utilisation des voies et avenues principales afin de prioriser les chemins sinueux, secondaires, soit les lignes de dĂ©sir ; participant ainsi une nouvelle fois par cette immersion totale Ă  rendre concret mon travail de recherche.

Ligne de dĂ©sir, CimetiĂšre du PĂšre Lachaise – crĂ©dit : Clyde Costuas-Timsit

En dĂ©ambulant dans le cimetiĂšre, je me retrouvais Ă  m’imprĂ©gner pleinement du fonctionnement et du mode de dĂ©placement de ses habituĂ©s. J’avançais comme pressĂ© de retrouver quelqu’un, comme pressĂ© de me recueillir auprĂšs d’un proche partit trop tĂŽt ; un peu inquiet, mais soucieux de lui narrer des histoires que je lui aurais conter de son vivant. Au fil des feuilles mortes qui recouvrent les Ă©troites allĂ©es que je piĂ©tinais, je me retrouvais Ă  croiser des passants, plus rapide et plus dĂ©terminĂ©s que je ne l’Ă©tais moi-mĂȘme. Tout en esquissant un sourire, ou en Ă©changeant un regard, je me demandais, qui arrivera le plus rapidement ? Le mĂ©tro, le bus et les voitures pourtant bien loin, je me retrouvais Ă  me remĂ©morer ce stĂ©rĂ©otype sur les parisiens, dont le rythme de vie ne rime qu’avec stress et angoisse. Je compris le dĂ©sarroi des visiteurs, surpris de voir des passants ne prĂȘter la moindre attention Ă  ce dĂ©cor automnale qui habille si bien les feuilles des arbres du cimetiĂšre. 

Ces lignes de dĂ©sir, sont plus que de simples chemins, elles tĂ©moignent d’un lien privilĂ©giĂ© particulier entre les morts et les vivants et permettent la transmission de la mĂ©moire. En empruntant de façon systĂ©matique un tout autre chemin que celui prĂ©dĂ©fini afin de se rendre d’un point A Ă  un point B, nous participons Ă©galement Ă  l’Ă©tablissement d’une trace non linĂ©aire, d’un souvenir, d’un lien matĂ©riel et mĂ©moriel entre un proche et nous-mĂȘme. Ces lignes de dĂ©sir, non recommandĂ©es, libĂ©rĂ©es de toute contrainte Ă©tablit permettent au promeneur de dompter l’espace public Ă  son Ă©chelle.

Dompter l’espace urbain ? :

Et comment fonctionne concrĂštement l’implantation d’un cimetiĂšre dans l’environnement urbain ? Le cimetiĂšre soit un ”Terrain gĂ©nĂ©ralement bĂ©nit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts.” Doit, d’un point urbain, ĂȘtre amĂ©nager de façon Ă  devenir un espace dĂ©diĂ© au  recueillement, oĂč le calme doit rĂ©gner en maĂźtre des lieux ; pour permettre aux morts de reposer en paix. Par ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Paris nous pouvons retrouver ceci, ”La Ville de Paris rappelle qu’un cimetiĂšre est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, oĂč des funĂ©railles sont organisĂ©es chaque jour.”

Ce site nous propose Ă©galement une page dĂ©diĂ© au PĂšre Lachaise et amĂšne Ă  ce poser  plusieurs questions. Qui est libre de dĂ©cider comment il doit s’amĂ©nager ?

Et bien un cimetiĂšre est gĂ©rer Ă  la fois par le conseil municipal et par la mairie et selon l’Article 18 (art. L. 2213-9-1 nouveau du code gĂ©nĂ©ral des collectivitĂ©s territoriales) : 

– ”La gestion du cimetiĂšre, c’est-Ă -dire ce qui a trait Ă  sa crĂ©ation, Ă  son entretien, Ă  son amĂ©nagement, Ă  son agrandissement, Ă  sa suppression, relĂšve des attributions du conseil municipal.” 

Enfin au sujet de la mairie, 

– “Le maire exerce quant Ă  lui la police des cimetiĂšres. Il est chargĂ© d’y assurer l’hygiĂšne, la salubritĂ©, la dĂ©cence, le bon ordre, la sĂ©curitĂ© et la tranquillitĂ© ainsi que d’en garantir la neutralitĂ©.” De plus le maire veille “Ă  la largeur des allĂ©es, Ă  la circulation des vĂ©hicules”. Les lignes de dĂ©sirs seraient un flĂ©au pour l’espace urbain ?

”Les routes pavĂ©es nous montrent oĂč nous sommes destinĂ©s Ă  aller tandis que les lignes de dĂ©sir se crĂ©ent quand nous mettons un pied hors de la route et laissons nos coeurs dĂ©cidĂ©s du chemin que nous allons emprunter “ – David Farrier

Il est rare de trouver des autoritĂ©s tolĂ©rantes Ă  la mise en place de ces lignes de dĂ©sir, il n’est pas anodin de voir les administrations dĂ©diĂ©es Ă  l’amĂ©nagement du territoire mettre en Ɠuvre et en actions des plans afin de contrer l’utilisation de ces lignes dans l’espace public. Ces moyens de contournement peuvent paraitre risibles tant ils participent justement Ă  la crĂ©ation d’autres voies alternatives empruntĂ©es par les piĂ©tons qui trouvent et inventent sans cesse de nouvelles façons d’accĂ©der Ă  des lieux. 

Ligne de dĂ©sir barrĂ©e, Parc français – crĂ©dit : Inconnu

Dans une sĂ©rie de documentaires, dĂ©clinĂ©s au travers de plusieurs formats audiovisuels ; la SociĂ©tĂ© de DĂ©veloppement Angus basĂ©e Ă  MontrĂ©al au Canada, questionne sur l’Ă©volution d’une ville par et pour l’ĂȘtre humain. En envisageant l’espace urbain autour du piĂ©ton, du promeneur et non plus dimensionner la citĂ© et son accessibilitĂ© Ă  la prioritĂ© des vĂ©hicules automobiles. La ville par et pour les piĂ©tons ? C’est une ambition intĂ©ressante Ă  souligner et qui doit constituer un vĂ©ritable axe de dĂ©veloppement dans le futur de l’amĂ©nagement de l’espace public.

Dans le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise, se rendre d’un point A Ă  un point B doit ĂȘtre simple et ne doit pas constituer un pĂ©riple laborieux, une gĂȘne, une entrave de mouvements pour le promeneur. NĂ©anmoins, en visitant le cimetiĂšre, vous ne pourrez pas passer Ă  cĂŽtĂ© des vĂ©hicules utilisĂ©s pour transporter le matĂ©riel destinĂ© Ă  la maintenance du terrain, des jardins, des tombes et des monuments funĂ©raires. Il est frĂ©quent de voir des visiteurs surpris de devoir se dĂ©placer des allĂ©es afin de laisser place Ă  ces vĂ©hicules, qui ne semblent pas ĂȘtre les biens venus dans ce lieu figĂ© et hors temps. 

Affiche de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, CimetiĂšre du PĂšre Lachaise – crĂ©dit : Clyde Costuas-Timsit

Les allĂ©es pavĂ©es construites au XIXĂšme siĂšcle introduisent la ville dans ce lieu clĂŽt comme pour rassurer le visiteur mais Ă©galement pour Ă©dicter des rĂšgles, des rĂšgles de dĂ©placement Ă  respecter, des normes de comportements adopter, les petits escaliers permettent alors au promeneur de s’échapper vers des chemins divergents.

Il apparait donc que le PĂšre Lachaise en tant que territoire complexe et lieu unitaire Ă  part entiĂšre ne peut ĂȘtre traitĂ© dans sa globalitĂ© de la mĂȘme façon qu’un parc ou le campus d’universitĂ©. Ce lieu chargĂ© d’histoire, amĂ©nagĂ© sur une colline, ouvert sur plusieurs portes, vĂ©ritable microcosme aux centaines de tombes historiques est et demeure un vestige de plusieurs Ă©poques, une passerelle entre la vie et la mort, un tĂ©moignage historique, culturel et artistique de l’évolution de la vie Ă  Paris.

Je vous laisse avec cet enregistrement sonore Ă  caractĂšre immersif, accompagnĂ© d’une composition originale.

Par Clyde Costuas-Timsit

Le PÚre-Lachaise : Une lutte contre la nature et le temps pour conserver nos mémoires

« Dans une sociĂ©tĂ© qui s’est largement individualisĂ©e, l’uniformitĂ© des grands cimetiĂšres urbains risque de distendre ce lien entre vivants et morts. D’autant que l’esthĂ©tique des monuments proposĂ©s semble de moins en moins correspondre Ă  la recherche de sobriĂ©tĂ© des nouvelles gĂ©nĂ©rations. De plus, le manque de place pour les urnes funĂ©raires ou les lacunes de l’entretien des cimetiĂšres contribuent Ă  dĂ©valoriser l’image des lieux de sĂ©pulture. » (LehuĂ©dĂ©, F. & Loisel, J-P. , 2003)1. 

Comment rĂ©viser la problĂ©matique de la conservation de la mĂ©moire du cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise, sans penser aux travaux de maintenance ? Comment penser aux travaux de maintenance sans penser aux professionnels d’entretien ? Aujourd’hui, le cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise s’inscrit dans l’histoire du dĂ©veloppement de Paris. C’est pourquoi, nous pouvons trouver Ă  la fois des tombes datant du XIXe siĂšcle et d’autres sĂ©pultures oĂč l’écriture s’est effacĂ©e. En effet, il a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1804, puis voit le jour suite Ă  un problĂšme d’urgence sanitaire. Avant la RĂ©volution, il y avait plus de deux cents cimetiĂšres charnier et de fosse commune Ă  Paris. Ainsi, le cimetiĂšre des innocents Ă©tait le plus grand de Paris Ă  cette Ă©poque. Ce dernier, datant du haut Moyen Âge (vers 500) a accumulĂ© au cours de l’histoire, prĂšs de 2 millions de cadavres. Un nombre exorbitant et il Ă©tait nĂ©cessaire de trouver une solution urgente. En dĂ©cembre 1780, il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© par Nicolas Frochot2 de fermer ce cimetiĂšre et de crĂ©er en dehors de Paris, Le PĂšre-Lachaise qui Ă  l’époque prenait le nom de « CimetiĂšre de l’Est »3. Il s’avĂšre que ce terrain appartenait Ă  un rĂ©vĂ©rend au nom du PĂšre-Lachaise qui Ă©tait le confesseur de Louis XIV. Il souhaitait crĂ©er un lieu de repos pour les moines de la communautĂ© JĂ©suite. Seulement, ce jardin fut abandonnĂ© par faute d’entretien. (Cartographie ci-dessous : Elle expose la position gĂ©ographique du cimetiĂšre dans le cercle vert fluo, mais aussi la taille de ce dernier en avril 1842 qui Ă©tait beaucoup plus petit qu’aujourd’hui.)

Position géographique et taille du PÚre-Lachaise en Avril 1842.
De plus, nous pouvons remarquer que le cimetiĂšre a Ă©tĂ© situĂ© dans « la petite banlieue » en jaune qui n’était pas encore urbanisĂ©. Le cimetiĂšre est situĂ© en dehors de l’enceinte de 1859 dĂ©nommĂ© « le mur des Fermiers gĂ©nĂ©raux » en blanc entre le jaune et le rouge foncĂ©.

Ensuite, au moment de l’ouverture du PĂšre-Lachaise, un problĂšme est survenu. La population ne souhaitait pas se faire enterrer Ă  cause de l’absence d’église dans le cimetiĂšre, mais aussi parce que ce dernier Ă©tait trop Ă©loignĂ© de la ville. DĂšs lors, Nicolas Frochot a dĂ©cidĂ© d’introduire les tombes de MoliĂšre et de Jean de La Fontaine pour donner l’envie Ă  la population d’y ĂȘtre enterrĂ©e. 

Par consĂ©quent, nous comprenons mieux pourquoi nous pouvons y dĂ©couvrir des tombes cassĂ©es. En effet, pendant mon observation, j’ai trouvĂ© des tombeaux dĂ©truits Ă  cause des annĂ©es, voire des siĂšcles passĂ©s sans aucun entretien. On peut y apercevoir des arbres, des buissons mais aussi des plantes qui apparaissent et ravage de façon naturelle les sĂ©pultures. 

 Mais alors comment explique-t-on le fait que personne ne porte une attention Ă  l’entretien des tombes en pĂ©ril ? Pourquoi un individu ne nettoie pas bĂ©nĂ©volement une tombe ? Que faut-il faire si une sĂ©pulture risque de s’effondrer, mais aussi d’endommager une autre qui est proche d’elle ? C’est Ă  cause d’un principe juridique, « la tombe est considĂ©rĂ©e comme une propriĂ©tĂ© privĂ©e », dĂšs lors, c’est Ă  la famille, c’est-Ă -dire au concessionnaire, que repose l’entretien de ça ou de ses sĂ©pultures. Ensuite, concernant la compĂ©tence du maire, il est en charge des travaux publics4. C’est-Ă -dire tout ce qui concerne l’entretien des chemins ou autre lieu du cimetiĂšre hormis les tombes. Enfin, si l’entretien de la concession n’est pas fait et rend le tombeau en mauvais Ă©tat, la mairie de la commune peut lancer une dĂ©marche administrative. Ainsi, il en dĂ©coule une demande de reprise du monument funĂ©raire, seulement si les conditions sont rĂ©unies5. 

Suite à ça, il était important de comprendre la problématique suivante à savoir : 

Comment, au cours du temps, les hommes font-ils pour lutter contre la nature, dans le but de conserver la mémoire au sein du cimetiÚre du PÚre-Lachaise ? 

Tout d’abord, avant d’apporter une rĂ©flexion sur cette problĂ©matique, il est nĂ©cessaire d’exposer le sujet ainsi que son cadrage temporel. Cette recherche a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e dans le but de rĂ©diger un article sur le site du cours « observation de la ville ». Nous avions trois sĂ©ances d’observation et une sĂ©ance en cours pour nous aider au dĂ©veloppement de cette Ă©tude. De plus, nous Ă©tions libres pour revenir sur le terrain en dehors des heures de cours. 

En consĂ©quence, mon souhait est de mettre en lumiĂšre Ă  la fois la place de la nature au sein de ce lieu, puis de rendre compte, l’importance du rĂŽle que peuvent avoir les hommes. Ensuite, je veux montrer que le cimetiĂšre est un lieu de mĂ©moire, mais aussi familiale et collectif. En effet, j’ai aperçu des couples et touristes qui se promenaient dans les allĂ©es centrales composĂ©es de paver d’époque oĂč la nature reprend parfois ses droits. Tout cet ensemble, rejoint notre problĂ©matique : les hommes, la lutte contre la nature, la conservation de la mĂ©moire et la maintenance (qui peut se faire Ă  travers l’usage de l’écriture). 

I – Comment suis-je parvenu Ă  trouver ce sujet ? 

Au commencement de ma recherche, mon intention se portait sur les sĂ©pultures de musiciens cĂ©lĂšbres. DĂšs lors, mon dĂ©sir Ă©tait de comparer ces derniers aux autres tombeaux connus (acteurs, scientifiques, Ă©crivains, etc.). L’objectif Ă©tait de vĂ©rifier si la popularitĂ© d’un individu pouvait avoir des effets sur l’entretien de son tombeau. Ainsi, la prise de photographies et de vidĂ©os s’avĂ©rait indispensable pour rĂ©aliser des comparaisons et des analyses.

 Suite Ă  ça, un Ă©lĂ©ment se manifestait sur tous les clichĂ©s. L’omniprĂ©sence de la nature au sein de ce cimetiĂšre. Comment expliquer que certaines tombes soient ravagĂ©es par la nature ?    À travers cette dĂ©couverte, j’ai immĂ©diatement saisi cette notion de « temps » et qu’à travers ces avancĂ©es, se trouvait une histoire au sein du PĂšre-Lachaise. DĂšs lors, il fut primordial de mener une investigation pour relater la situation actuelle de cet environnement. AprĂšs seulement deux visites en solitaire, mes premiĂšres impressions montrent une admiration pour la grandeur de cette nĂ©cropole et la puissance de la nature.

Cette mĂ©thode d’observation participante par ethnographie, est principalement qualitative et inductive. Elle m’est nĂ©cessaire pour montrer l’influence entre les interactivitĂ©s humaines et le cimetiĂšre. Nous pourrons l’illustrer, dans le dĂ©veloppement Ă  travers plusieurs exemples afin d’exposer la fragilitĂ© de ce lieu. Enfin, la consultation d’articles scientifiques, mais aussi d’archives numĂ©riques me permet de confirmer et de soutenir mes propos. 

II – Conserver et transmettre la mĂ©moire

 « Nous ne nous contentons pas de ne pas profaner les tombes de nos ancĂȘtres. Un devoir de mĂ©moire Ă  leur endroit implique des gestes particuliers, l’accomplissement d’un rituel qui leur est spĂ©cifiquement destinĂ©. Nous portons des fleurs sur leurs tombes, nous allumons un cierge en leur mĂ©moire, nous prononçons des priĂšres le jour de l’anniversaire de leur mort. Ces gestes marquent le lien spĂ©cifique — et exclusif — qui nous unit Ă  nos ancĂȘtres. » (Kattan, E. (2002)6. 

Au cours de cette investigation, j’ai pu dĂ©couvrir un nombre important de tombeaux commĂ©moratif. En effet, le PĂšre-Lachaise Ă  un devoir de mĂ©moire. C’est pourquoi, il possĂšde un monument pour chaque camp de concentration.

 Lorsque nous faisons une comparaison avec les autres Ă©difices du cimetiĂšre, nous pouvons constater qu’ils sont extrĂȘmement bien conservĂ©s par rapport aux autres tombes. Nous pouvons y remarquer que les fleurs permettent Ă  la fois de maintenir le lien entre  ces dĂ©funts et les vivants, mais aussi pour conserver la mĂ©moire. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimĂ© la phrase inscrite sur la premiĂšre photo mise en grande page en partie II : 

« On brisa leurs corps jamais leurs esprits.»  

Mais alors comment expliquer que ces monuments soient mieux conservĂ©s ? Tout d’abord, pour ne pas oublier ce que l’humanitĂ© a subi durant ces deux guerres mondiales. Ensuite, crĂ©er un symbole pour ne plus jamais reproduire les mĂȘmes erreurs du passĂ©, mais aussi et surtout, pour conserver Ă  jamais en nos mĂ©moires les actes qui ont Ă©tĂ© commis. Enfin, c’est une question d’image pour l’État. Il serait inacceptable que l’Etat ne commĂ©more plus ses dĂ©funts Ă©tant mort pour la France. C’est pourquoi, ces monuments sont entretenus rĂ©guliĂšrement par le personnel du cimetiĂšre. Il est question de devoir de mĂ©moire. Concernant les autres tombes, le cimetiĂšre propose aux familles, un service de nettoyage de tombe. Ainsi, nous remarquons que sans les hommes et donc les vivants, il n’y a plus d’entretiens. Si l’on prend l’exemple d’une tombe qui date du XIXe siĂšcle et que les descendants de la lignĂ©e familiale s’arrĂȘtent au XXe siĂšcle, il est normal de retrouver la tombe dĂ©vastĂ©e par la nature au XXIe siĂšcle.  

« Tous les hommes sont mortels » (De Beauvoir. S, 1946) peu importe qui nous sommes. La mort fait partie de la vie et de la nature7. Ce que nous pensons possĂ©der n’est qu’illusion. MĂȘme notre tombeau peut ĂȘtre vouĂ© Ă  disparaĂźtre. De telles sortes, que c’est une analogie de nos cimetiĂšres fragile et qu’ils risquent de s’effacer. 

III – La disparition du cimetiĂšre, un danger pour la conservation des mĂ©moires

« De la mort, germe la vie.» Jan Zizka (1419-1436)8

Le PĂšre-Lachaise rĂ©unit deux siĂšcles d’histoire. C’est-Ă -dire qu’on ne se promĂšne pas vĂ©ritablement au pays de la mort, mais au pays du souvenir. Chaque tombe, a son style et nous expose une histoire diffĂ©rente. Si l’on parcourt ce lieu, on y rencontre des Ă©crivains, des mĂ©lomanes, des personnalitĂ©s politiques, des peintres, etc. Nous ne sommes donc pas forcĂ©ment tristes. Avant l’observation, je pensais que ce lieu serait un cimetiĂšre comme un autre. Or, j’ai pu dĂ©couvrir qu’il y avait des touristes, des couples en train de se promener et l’omniprĂ©sence de la nature. À tel point, que certains touristes nomment ce lieu comme un « parc funĂ©raire ». Pourtant, aujourd’hui, il n’est pas courant d’aller se promener dans un cimetiĂšre. Ainsi, comment expliquer ce rejet de la part de la population française ? 

En rĂ©alitĂ©, la sociĂ©tĂ© actuelle ne pense tout simplement pas Ă  se promener dans un cimetiĂšre. Puisqu’en effet, au XIXe siĂšcle, il Ă©tait tout Ă  fait naturel d’aller se promener dans un tel lieu9. D’ailleurs dans « La ComĂ©die Humaine » de Balzac, l’écrivain introduira environ plus de 2000 personnages dans son oeuvre. Comment faisait-il Ă  son Ă©poque pour trouver autant de personnes ? Il se promenait dans le cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise avec un carnet et il notait les noms des sĂ©pultures10. Ainsi, on peut trouver la tombe de Restignac (personnage dans de nombreuses oeuvres de Balzac, notamment dans « Le PĂšre Goriot ») au PĂšre-Lachaise11. 

Nous dĂ©couvrons qu’à cette Ă©poque, il existait dĂ©jĂ  une interaction entre les hommes et les tombes. La transmission et la sauvegarde de la mĂ©moire se sont majoritairement faites par l’écriture. NĂ©anmoins, faut-il encore, rĂ©ussir Ă  entretenir les tombeaux pour savoir de qui s’agit-il. 

À posteriori, AndrĂ© CHABOT est un photographe spĂ©cialiste des cimetiĂšres et de l’art funĂ©raire. C’est un grand voyageur puisqu’il a rĂ©ussi Ă  rassembler plus de 250 000 photographies de monuments funĂ©raires Ă  travers le monde. Lorsque nous observons sa cĂ©lĂšbre tombe, on peut y remarquer un aspect unique par rapport aux autres tombeaux. En effet, on peut y apercevoir un QR code sur la droite du monument. C’est la seule et unique tombe du cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise qui possĂšde un QR code. Ce dernier, situĂ© sur la droite de son monument, permet d’aller sur son site qui raconte l’histoire de cette chapelle « À la mĂ©moire des nĂ©cropolitaine ». Cette phrase, gravĂ©e en haut de la façade de sa chapelle, reprĂ©sente le nom d’une association qu’il a fondĂ© avec sa femme.  

 L’objectif est de sauvegarder par l’image, les monuments funĂ©raires, afin que l’on sache que les cimetiĂšres meurent aussi. Puis, dans ces archives, il y a un grand nombre de monuments qui n’existent plus. Ainsi, grĂące Ă  cette innovation, nous pouvons « lire » et en dĂ©couvrir davantage sur sa sĂ©pulture ainsi que sa personne. 

Il en est de mĂȘme avec la sĂ©pulture de Balzac. Il s’avĂšre que si un jour, la nature recouvrirait davantage la tombe de cet Ă©crivain, il serait toujours possible de comprendre qui Ă©tait Balzac grĂące Ă  la sculpture du livre oĂč repose une plume sur le dessus. DĂšs lors, nous pourrions automatiquement penser que ce dĂ©funt avait une influence dans la littĂ©rature. 

Il existe encore d’autres tombes oĂč nous pouvons y rĂ©aliser une lecture comme le cas de GĂ©ricault avec son cĂ©lĂšbre tableau « Le Radeau de la MĂ©duse » qui est une piĂšce centrale de la tombe. À cela, s’ajoutent un pinceau et une palette de couleurs en haut de l’édifice. Ainsi, si la nature reprend totalement le dessus, nous pourrons toujours comprendre qu’il s’agit d’un artiste qui a eu une influence dans l’art et la peinture. Donc la forme des sĂ©pultures peut aussi jouer un rĂŽle dans la conservation de la mĂ©moire. En effet, mĂȘme en cas d’absence d’entretien, il sera toujours possible d’avoir une vague idĂ©e de qui il s’agit. 

NĂ©anmoins, il existe aussi des tombes oĂč l’on voit nettement le souhait de laisser une part de naturel sur la tombe pour la maĂźtriser et la contrĂŽler. 

En ce qui concerne les tombes n’ayant pas de forme particuliĂšre, il sera trĂšs complexe de savoir qui Ă©tait le dĂ©funt. C’est pourquoi, il existe d’autres formes de funĂ©railles. Ce sont les urnes au crĂ©matorium et au columbarium. 

On peut voir qu’il y a beaucoup plus de dĂ©funts au mĂštre carrĂ© par rapport aux tombes vues prĂ©cĂ©demment. De plus, si l’on compare l’état des tombes Ă  ceux des urnes, nous pouvons apercevoir que les plaques sont presque intactes. L’entretien est moindre par rapport Ă  une tombe. Ainsi, le risque d’avoir des noms effacĂ©s au cours du temps est nettement diminuĂ©. De plus, le prix de deux mĂštres carrĂ©s dans un cimetiĂšre Ă  Paris Ă©quivaut environ Ă  15 000 €. C’est le prix pour y ĂȘtre enterrĂ© Ă  perpĂ©tuitĂ©. En consĂ©quence, pour certaines personnes, les urnes offrent une possibilitĂ© de rĂ©duire les coĂ»ts de maintenance et d’emplacement. 

Si l’on approfondit la rĂ©flexion, nous pouvons dire que les tombes peuvent ĂȘtre considĂ©rĂ©es comme des empreintes temporelles ineffaçables et Ă©ternelles. OĂč uniquement la nature pourrait y reprendre ses droits. CrĂ©ant ainsi, des sĂ©pultures inconnues qui pourraient reprĂ©senter le « squelette » structurant la forme du cimetiĂšre au sein de la ville de Paris. En outre, j’ai dĂ©couvert que ces tombes « fantĂŽmes »12 pouvaient former des zones de « no man’s land »13 . C’est-Ă -dire des zones dĂ©sertes oĂč nous ne pouvons plus du tout savoir qui est enterrĂ© Ă  cet endroit. Elles peuvent former des groupes de tombes anonymes, formant ainsi ces zones dĂ©sertes oĂč la nature a repris son cours. Mais alors comment pallier cette situation pour rĂ©ussir Ă  conserver nos mĂ©moires ? En effet, c’est une question capitale puisque les tombeaux symbolisent la mort des dĂ©funts, mais aussi l’invisibilitĂ© du monde des morts. Ainsi, comment les reconnaĂźtre si notre seul moyen d’identification reste la sĂ©pulture ? 

IV – Un projet interactif pour lutter contre la nature et l’oublie de nos ancĂȘtres

“Un cimetiĂšre, c’est un tĂ©moin du passĂ©. Il ne faut pas avoir de coeur pour entrer dans un cimetiĂšre et se dire “bah, ce n’est qu’un paquet d’os tout ça”. On regarde les noms : il me semble que chacun a son histoire. Des gens ont pleurĂ©, des gens se souviennent.”  (Bouchard, S. , 2005).

Comme nous l’avions vu prĂ©cĂ©demment, le cimetiĂšre est majoritairement visitĂ© par des touristes du monde entier, mais aussi par des français14. L’objectif du projet est de rendre nos cimetiĂšres plus interactifs grĂące Ă  notre Ăšre numĂ©rique15. Ce sont des bornes ou bien des QR code qui permettront de donner l’identitĂ©, mais aussi des informations sur la vie du dĂ©funt. Cela permettrait d’éviter que des sĂ©pultures ne disparaissent et encore plus pour les urnes qui sont souvent recueillies auprĂšs des familles qui les libĂšrent dans la nature. En effet, le fait qu’un certain nombre de personnes disparaissent, montre aussi un phĂ©nomĂšne oĂč c’est une part de notre sociĂ©tĂ© qui s’efface, avec sa richesse et ses informations. Le cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise reprĂ©sente une sorte de miroir brisĂ© de notre sociĂ©tĂ© puisqu’ils reflĂštent Ă  la fois de la solitude, mais aussi de l’individualisme Ă  cause du manque d’entretien de certains tombeaux. Ainsi, les sĂ©pultures qui prĂ©sentent des sculptures, exposent le cĂŽtĂ© artistique, mais aussi une certaine condition humaine que le dĂ©funt avait. Enfin, si ce projet voit le jour au cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise, nous pourrons imaginer le fait que les tombes deviendront des livres et les cimetiĂšres des bibliothĂšques. 

V – Conclusion 

Tout au long de cette recherche, nous avons tentĂ© de dĂ©montrer que : sans les hommes, sans entretiens des sĂ©pultures, ou plus exactement sans la maintenance effectuĂ©e par les vivants, la mĂ©moire ne pourrait ĂȘtre conservĂ©e Ă  perpĂ©tuitĂ©. En effet, la nature retrouvera toujours ses droits et reprendra Ă©ternellement le dessus dĂšs que nous lui en offrirons l’opportunitĂ©. C’est pourquoi, depuis des siĂšcles nous nous efforçons Ă  dominer la nature. Aujourd’hui, le projet qui a Ă©tĂ© citĂ© prĂ©cĂ©demment s’avĂšre ĂȘtre une solution. Seulement, comment parviendrons-nous Ă  entretenir continuellement ces objets ? Si l’on souhaite conserver la mĂ©moire de ses ancĂȘtres, il nous est nĂ©cessaire d’accroĂźtre le travail de maintenance. En effet, sans cela, nous nous condamnons Ă  oublier Ă©ternellement nos ancĂȘtres. Encore faut-il que la famille et les propriĂ©taires de ces sĂ©pultures le veuillent ? En cas contraire, nous n’aurons d’autre choix que de laisser le tombeau aux mains de la nature. Ainsi, non seulement, nous sommes tous destinĂ©s Ă  mourir un jour, mais c’est Ă©galement le cas pour nos cimetiĂšres. Ils Ă©pouseront la nature et feront partie d’un nouvel environnement que la nature aura crĂ©Ă©. 

Enfin, plusieurs questions demeurent sans rĂ©ponse. Tout d’abord, comment pouvons-nous Ă©viter l’émergence de zones dĂ©sertes « no man’s land » au sein du cimetiĂšre ? Ces espaces, sont comme des trous, voire des tumeurs au sein du cimetiĂšre. En effet, une tombe qui voit sa structure au bord de l’effondrement, pourrait potentiellement toucher une sĂ©pulture voisine et l’endommager. Comment pouvons-nous rĂ©tablir ces zones qui peuvent reprĂ©senter Ă  la fois une menace pour le cimetiĂšre, mais aussi une espĂ©rance de vie pour la nature (animaux, vĂ©gĂ©tation, etc.) ? Ce paradoxe est assez complexe Ă  rĂ©soudre. Nous avons le dĂ©sir de laisser libre cours Ă  la nature pour la beautĂ© du paysage et la biodiversitĂ©. Puis, en mĂȘme temps, une certaine volontĂ© de mettre un cadre et des limites pour Ă©viter que la nature ne puisse pas dominer totalement le cimetiĂšre. C’est pourquoi, nous pouvons apercevoir des agents de maintenance et de travaux publics qui permettent de maintenir les allĂ©es du cimetiĂšre, afin d’accueillir au mieux les visiteurs. Ainsi, nous avons plusieurs pistes Ă  dĂ©couvrir (Quelles sont les raisons d’abandonner l’entretien d’une sĂ©pulture ? À l’avenir, y aura-t-il des avancĂ©es au niveau juridique pour entretenir une tombe qui ne nous appartient pas ? Quels sont les prochains projets du cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise concernant la conservation des mĂ©moires ? Etc.)  pour l’avenir, mais il importe de rĂ©flĂ©chir Ă  la fragilitĂ© du cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise. 

//////////// Notes de bas de pages /////////////

 1- « Le cimetiĂšre remplit-il encore sa fonction ? » – Franck LehuĂ©dĂ© et Jean-Pierre Loisel – Consommation et modes de vie n° 169 – octobre 2003. 

2 –  Premier prĂ©fet de la Seine. C’est un haut fonctionnaire français, conseiller d’État. 

 3 – LassĂšre Madeleine. Le XIXe siĂšcle et l’invention du tourisme funĂ©raire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-dĂ©cembre 1997. pp. 601-616. 

4 – https://www.ladepeche.fr/2021/08/31/entretien-des-cimetieres-on-vous-explique-qui-est-responsable-9760951.php

5 – https://www.challenges.fr/patrimoine/entretien-d-une-tombe-qui-en-est-responsable_788265

6 – KATTAN, E. (2002). 1. Devoir de mĂ©moire et souvenir des morts. Dans : , E. KATTAN, Penser le devoir de mĂ©moire (pp. 17-31). Paris cedex 14: Presses Universitaires de France. 

7 – Ricot, J. (2003). 6. La mort, aspects philosophiques. Dans : , J. Ricot, Philosophie et fin de vie (pp. 85-104). Rennes: Presses de l’EHESP. 

8 – Chef de guerre des Hussites,  Ă  Prague au Royaume de BohĂȘme en TchĂ©quie. (Qui plus tard, deviendra la RĂ©publique TchĂšque). 

9 – LassĂšre Madeleine. Le XIXe siĂšcle et l’invention du tourisme funĂ©raire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-dĂ©cembre 1997. pp. 601-616 (pp.608). 

10 – Pommier Jean. Comment Balzac a nommĂ© ses personnages. In: Cahiers de l’Association internationale des Ă©tudes francaises, 1953, n°3-5. pp. 223-234.

11 – https://www.museosphere.paris.fr/oeuvres/rastignac-au-cimetiere-du-pere-lachaise-dans-le-pere-goriot. 

12 – C’est-Ă -dire sans nom, qui est inconnus Ă  cause de l’écriture qui s’est effacĂ©e. 

13 – C’est comme s’il n’y avait jamais eu de personnes Ă  cet endroit. Nous pourrions aussi qualifier la zone de « no name’s land ».  C’est-Ă -dire dĂ©pourvu d’habitat humain.  

14 – https://eurolatio.org/2021/11/01/qui-sont-les-visiteurs-du-cimetiere-du-pere-lachaise/ 

15 – https://www.azimut.net/fr/actualites/toute-l-actu/les-cimetieres-a-l-heure-du-numerique . 

 

L’avis des morts subsiste

Dans le master MĂ©dias, Communication et Villes numĂ©riques auquel j’appartiens, un sujet d’étude atypique nous a Ă©tĂ© confiĂ© : le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise, comme lieu de mĂ©moire et de maintenance. Depuis cette annonce, j’ai rĂ©alisĂ© que parmi les enterrements auxquels j’avais assistĂ©s dans ma famille, aucun ne s’était terminĂ© au cimetiĂšre. Dans ma famille, on se fait incinĂ©rer. Alors moi je n’y ai jamais vraiment rĂ©flĂ©chi, Ă  me faire enterrer.

Face Ă  la mort, j’ai toujours dissociĂ© le corps et l’ñme. Une fois la personne dĂ©cĂ©dĂ©e, l’ñme s’envole et le corps est dissĂ©minĂ© Ă  un endroit qui Ă©tait cher Ă  la personne en question. Nul besoin de conserver le corps comme « souvenir », le plus prĂ©cieux Ă©tant dans l’esprit. Je ne suis pas Ă  l’aise Ă  l’idĂ©e d’ĂȘtre enfermĂ©e dans un cercueil, enfouit sous terre. Il en va de mĂȘme pour mes proches, les savoir cloitrĂ©s dans une boite m’attriste, mĂȘme si je conserve l’idĂ©e que l’ñme s’en est Ă©chappĂ©e. J’aime autant qu’on puisse ĂȘtre libre, de corps comme d’esprit.

Les visites au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise ont Ă©tĂ© des plus surprenantes pour moi. J’ai saisi une certaine matĂ©rialisation de la mort qui, Ă  mon sens, Ă©tait plus spirituelle que palpable. D’oĂč peut donc venir cette volontĂ©, voire mĂȘme ce besoin, de garder ses morts auprĂšs de soi, sur terre ? Pourquoi marquer leur passage dans cette vie Ă  travers une sĂ©pulture ?

C’est avec ces idĂ©es mais sans jugement que je me suis rendue Ă  trois reprises au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise. Je souhaitais ĂȘtre la plus neutre possible pour ressentir ce qu’il y a de tangible et d’intangible dans ce lieu si mystique. La vie et la mort s’y entremĂȘlent, l’une et l’autre cherchant Ă  se rattraper sans cesse. J’ai capturĂ© l’atmosphĂšre du cimetiĂšre, les bruits, le calme, les familles qui se recueillent, les passants qui visitent, les fleurs fanĂ©es et les feuilles tombĂ©es des arbres 


Pour Ă©tudier le cimetiĂšre sous toutes ses coutures, j’ai pris soin d’emprunter des chemins diffĂ©rents Ă  chaque visite. Je partais toujours de la porte du Repos pour arriver porte Gambetta. De forme circulaire, j’ai dĂ©coupĂ© le cimetiĂšre en trois parties. La premiĂšre fois, j’ai choisi d’axer mon observation vers la gauche, la seconde je suis allĂ©e voir la partie centrale et la troisiĂšme fois, j’ai filĂ© vers la droite. J’ai choisi d’ĂȘtre seule pour effectuer ces visites car c’était pour moi le meilleur moyen de m’imprĂ©gner au maximum du lieu. Pour la mĂȘme raison, je n’ai pas mis mes Ă©couteurs.

En dĂ©butant mon observation par la porte du Repos, j’ai rapidement Ă©tĂ© frappĂ©e par l’alignement des sĂ©pultures autour de la voie pavĂ©e. Ce n’est pas pour rien que ce genre d’endroit se nomme « nĂ©cropole » me suis-je dit. Du grec ancien « nekropolis » cela signifie « citĂ© des morts ». En effet, il s’agit d’une petite ville dans la grande ville qu’est Paris. Tout peut s’y assimiler : des sĂ©pultures en guise de maisons aux voies pavĂ©es en passant par les panneaux nommant les allĂ©es. J’étais stupĂ©faite. Il y avait mĂȘme des panneaux pour limiter la vitesse des vĂ©hicules circulant Ă  20 km/h !

Une allĂ©e du cimetiĂšre du PĂšre Lachaise – crĂ©dit : Juliette SIMON

Une fois ce constat fait, la seconde chose qui m’a marquĂ©e n’est autre que la diversitĂ© des sĂ©pultures : pas une n’est identique Ă  l’autre. Ce dĂ©sir de diffĂ©renciation animera ma curiositĂ© et sera Ă©lĂ©mentaire dans mon analyse.

J’ai progressivement ressenti, en lisant les noms sur les tombes, en calculant l’ñge auquel les personnes Ă©taient dĂ©cĂ©dĂ©es et en lisant les Ă©pitaphes, une certaine mĂ©lancolie. Je ne les connaissais pas et pourtant je me trouvais Ă  les regretter. L’émotion que devaient ressentir leurs proches Ă  la vue de ce lieu m’envahissait. Je songeais aussi aux ĂȘtre chers Ă  qui j’ai dĂ» dire adieu ces derniĂšres annĂ©es. Ce recueillement m’est alors paru trĂšs diffĂ©rent des moments oĂč je pense Ă  eux, dans mon quotidien.

Le cimetiÚre comme lieu de mémoire

Chaque tombe reprĂ©sente un individu symbolise encore sa “prĂ©sence” dans ce monde. J’ai compris que pour les proches des dĂ©funts, leur rendre visite dans cette enceinte pouvait prendre la forme d’un rendez-vous. C’est l’occasion de parler Ă  la personne mais aussi de prendre soin d’elle. La sĂ©pulture matĂ©rialise une personne et la rendrait presque encore en vie. C’est l’ultime endroit oĂč elle repose. Ce terme de repos est d’ailleurs utilisĂ© comme pour dire qu’elle dort, qu’elle est parmi nous malgrĂ© l’absence ressentie. Dans ce lieu qu’est le cimetiĂšre, les proches peuvent trouver un certain isolement, leur permettant de s’apaiser. Ils peuvent aussi se sentir au plus proche de l’ĂȘtre qu’ils ont perdu, pour Ă©changer avec lui. La sĂ©rĂ©nitĂ© du lieu y est propice. Dans ce cadre oĂč se cĂŽtoient pierre et nature, on semble Ă©loignĂ© de tout ce qui se rapporte Ă  la technologie, au bruit, Ă  la foule. Tous ces Ă©lĂ©ments trop “modernes” sont laissĂ©s hors du cimetiĂšre.

Les tombes, consacrĂ©es Ă  l’Ă©ternitĂ©, sont plus ou moins sauvages. Le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise est rempli d’arbres sĂ©culaires dont les racines vont parfois jusqu’à soulever les sĂ©pultures qu’elles croisent sur leur chemin.

Certaines n’ont pas un siĂšcle mais portent dĂ©jĂ  l’usure du temps, d’autres bien plus anciennes perdurent et sont soigneusement conservĂ©es. Le contraste en est frappant. J’ai remarquĂ© que de nombreuses sĂ©pultures Ă©taient entretenues comme on entretient sa maison, son intĂ©rieur. Par endroit, un grand soin est apportĂ© Ă  ce qui entoure la tombe. Comme pour rendre ce lieu plus “chaleureux”, de la dĂ©coration est mĂȘme parfois exposĂ©e. Elle est sans doute dĂ©finie par les goĂ»ts de l’individu dĂ©cĂ©dĂ©, ou bien est-ce celui de ses proches ? J’ai mĂȘme dĂ©couvert un post-it sur une sĂ©pulture, comme une note laissĂ©e Ă  quelqu’un qu’on va rapidement revoir.

Post-it dans une sĂ©pulture – crĂ©dit : Juliette SIMON

La maniĂšre dont les proches traitent ce lieu de recueillement est reprĂ©sentative du soin qu’ils porteraient Ă  l’individu. Au dĂ©tour d’observations de pierres tombales et de lectures d’épitaphes, j’ai donc cernĂ© la quĂȘte de personnalisation de cet endroit. La personne dĂ©cĂ©dĂ©e a pu faire part de ses derniĂšres volontĂ©s Ă  ses proches concernant le choix du cercueil, de la sĂ©pulture. Cela peut aussi ĂȘtre eux qui ont pris ces dĂ©cisions pour lui rendre hommage. Les tombes, par leur apparence, expriment toutes un caractĂšre particulier liĂ© au dĂ©funt Ă  qui elles correspondent. C’est le lieu ultime.

La sociĂ©tĂ© d’outre-tombe

La pluralitĂ© des monuments funĂ©raires fait donc Ă©chos Ă  la diversitĂ© des ĂȘtres humains qui passent sur terre. Ils ont chacun leurs singularitĂ©s, qu’il s’agisse de la forme, du matĂ©riau ou des mots choisis pour qualifier le dĂ©funt. L’association de ces Ă©lĂ©ments permet une personnalisation optimale.

Ce dernier lieu « d’habitation » d’une certaine façon, est le reflet de la sociĂ©tĂ© dans laquelle nous vivons : notre condition sociale nous suit jusqu’à la fin. En effet, la forme de la sĂ©pulture est influencĂ©e par l’origine sociale du dĂ©funt. En se promenant, il est facile de discerner les plus riches des moins aisĂ©s car, oui, les obsĂšques et le monument funĂ©raire sont un coĂ»t indĂ©niable pour la famille.

Pour les plus fortunĂ©s, on retrouvera des monuments clos, de taille moyenne. Cela m’a fait penser Ă  de petits « temples ». Prenant la forme d’une habitation on peut y voir inscrit au-dessus de la porte le nom de la famille qui y repose. Certains sont plus ou moins ornĂ©s, avec des statues aux abords de l’entrĂ©e, des colonnes gravĂ©es ou encore des vitraux. Ces bĂątiments ne sont pas rĂ©cents, ils datent pour la plupart du XVIIIe ou du XIXe siĂšcles. J’aurais aimĂ© savoir si encore aujourd’hui ces sĂ©pultures sont visitĂ©es ou si elles sont seulement entretenues par les agents de maintenance du cimetiĂšre. En voici 2 qui m’ont interpellĂ©e.

SĂ©pulture de la famille Menier – crĂ©dit : Juliette SIMON

J’ai admirĂ© cet Ă©difice pour le travail de ses bas-reliefs. SituĂ© Ă  une intersection du cimetiĂšre, il est d’autant plus mis en avant. AprĂšs quelques recherches, j’ai compris que l’illustre dĂ©funt n’était autre qu’un dĂ©putĂ© du XIXe siĂšcle, Emile-Justin Menier, fils du cĂ©lĂšbre fondateur de la chocolaterie Menier. Le portrait du dĂ©funt a Ă©tĂ© sculptĂ© dans la pierre, au-dessus de la porte. Ce bĂątiment a tout d’une petite maison et semble trĂšs entretenu.

Sépulture des familles Tencé Sourdeval et Bodereau

Celui-ci m’a semblĂ© plus proportionnĂ©. J’ai apprĂ©ciĂ© sa double porte aux grilles ajourĂ©es. Le nom des deux familles figurent au-dessus, sans fioritures. Les colonnes encadrant la porte amĂšne nos yeux Ă  se poser Ă  leur sommet. Des visages y sont reprĂ©sentĂ©es. Un bas-relief entoure la partie supĂ©rieure du bĂątiment avec de lĂ©gers motifs floraux. Un blason est gravĂ© au sommet mais je n’ai pas retrouvĂ© l’histoire de ces familles.

Ce genre de monument funĂ©raire n’est plus construit aujourd’hui, ceux-ci tĂ©moignent donc de la volontĂ© de rendre hommage aux personnalitĂ©s importantes, qui ont marquĂ© leur Ă©poque. Cela ne date pas d’hier et se retrouve aujourd’hui encore, malgrĂ© des sĂ©pultures moins imposantes.

Une autre forme de sĂ©pultures, beaucoup plus rĂ©pandue est celle des chapelles. Elles sont Ă©galement assez anciennes mais se maintiennent en trĂšs bon Ă©tat. J’ai toutefois Ă©tĂ© Ă©tonnĂ©e d’observer que de nombreuses Ă©taient laissĂ©es Ă  l’abandon. Elles marquent l’appartenance religieuse des familles catholiques avec une croix souvent au sommet. FermĂ©es par une porte, j’ai rĂ©ussi Ă  en distinguer l’intĂ©rieur. Elle se composent toujours de la mĂȘme façon : un autel est accessible sur le mur du fond avec un rebord pour s’agenouiller et prier. J’ai retenu ces deux ci-contre, plus discrĂštes que les monuments prĂ©cĂ©dents, il s’agit tout de mĂȘme de lieux clos accessibles uniquement Ă  la famille.

Chapelle de la famille LĂ©once Brault – crĂ©dit : Juliette SIMON

 

 

Chapelle de la famille Guillon – crĂ©dit : Juliette SIMON

Pour le reste, il s’agit de sĂ©pultures plus simples : une pierre tombale avec une stĂšle, qui en est la partie verticale. Majoritairement plus rĂ©centes, on peut discerner le statut social du dĂ©funt car les codes des pierre tombales sont plus faciles Ă  dĂ©crypter.

Le matériau utilisé est déjà un élément de comparaison certain. Il en existe trois types : le plus commun est le granit ; celui symbole de noblesse est le marbre ; enfin, le moins exploité devient la pierre calcaire.

J’ai effectivement constatĂ© que le granit Ă©tait ce qu’il y avait de plus rĂ©pandu. On peut en choisir sa couleur, sa structure ou son grain. C’est Ă©galement la pierre qui s’entretient le mieux car elle rĂ©siste Ă  la chaleur, Ă  la saletĂ©, aux rayures mais aussi aux intempĂ©ries et Ă  l’humiditĂ©, Ă  l’inverse du marbre et de la pierre calcaire qui ont une forte porositĂ©.

Montre-moi ta tombe, je te dirai qui tu es 


Une fois ces diffĂ©rences soulevĂ©es, je me suis arrĂȘtĂ©e sur de plus petits dĂ©tails. J’ai en quelque sorte cherchĂ© Ă  connaĂźtre les dĂ©funts, « invisibles » et pourtant Ă  quelques mĂštres de moi. Avec leur monument funĂ©raire, il m’était possible de dĂ©couvrir plus que leurs simples nom, dates de naissance et de dĂ©cĂšs. J’ai ainsi relevĂ© plusieurs catĂ©gories d’individus.

Il y a d’abord ceux qui sont morts lors d’un Ă©vĂšnement historique ou dans le cadre d’une opĂ©ration extĂ©rieure dans l’armĂ©e française. Ce passage de leur vie est toujours notifiĂ© sur la stĂšle, visible de tous. Il parait important pour les proches d’inscrire cette information. Mais Ă  qui sert-elle ? Est-elle nĂ©cessaire pour s’en rappeler ? Est-ce pour les visiteurs du cimetiĂšre ? Je comprends le besoin d’honorer la mĂ©moire, cependant l’hommage en lui-mĂȘme n’en sera pas plus fort ; il est lĂ  symboliquement. La peur de l’oubli semble rĂ©gir notre rapport Ă  la mort. C’est selon moi, ce qui justifierait le fait de tout Ă©crire, pour se souvenir et se recueillir.

SĂ©pulture de Pascal Georges Desvaux – crĂ©dit : Juliette SIMON

D’autres ne sont pas morts Ă  cause d’une guerre mais ont Ă©tĂ© persĂ©cutĂ©s et dĂ©portĂ©s, Ă  cause de leur religion. Ils ont ressenti le besoin de l’inscrire sur leur stĂšle car cet Ă©vĂšnement traumatique qu’est la Shoah a marquĂ© leur vie. Je trouve cette inscription intrigante car ils souhaitent donc conserver auprĂšs d’eux ce douloureux souvenir, mĂȘme aprĂšs la mort.

SĂ©pulture de Gitle Barszczewski et d’HervĂ© Jacubowiez – crĂ©dit : Juliette SIMON

Dans un registre plus doux, beaucoup de pierres tombales ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es pour sceller un lien entre deux personnes. Souvent des couples, la relation qui les a unis dans la vie semble perdurer pour l’éternitĂ©. J’ai Ă©tĂ© marquĂ©e par cette tombe, sur laquelle deux sculptures reprĂ©sentant un homme et une femme sont assis. Ils semblent discuter, paisiblement.

Sculpture sur une sĂ©pulture au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise – crĂ©dit : Juliette SIMON

D’autres personnes ont vu leur vie rythmĂ©e par une passion. Beaucoup d’artistes prĂ©sents au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise ont cette prĂ©cision faite sur leur pierre tombale. Qu’ils soient Ă©crivain, musicien ou peintre, un signe ou des mots viennent inscrire leur activitĂ© dans la pierre.

La personnalitĂ© du dĂ©funt peut Ă©galement s’exprimer Ă  travers les plantes et les fleurs que ses proches choisissent de dĂ©poser sur sa tombe. Ces deux sĂ©pultures m’ont marquĂ©e car j’ai trouvĂ© qu’elles Ă©taient dignes d’un jardin, Ă  elles seules elles embellissaient la pierre tombale. Il y a quelque chose de trĂšs personnel sur ces deux sĂ©pultures ; j’avais comme l’impression d’entrer dans le jardin privĂ© des proches et du dĂ©funt, lieu oĂč ils se retrouveraient pour communiquer. Ces plantes doivent demander un certain entretien ; c’est attendrissant de voir se dĂ©velopper la vie, au fil des saisons, dans cet univers d’apparence rĂ©gi par la mort.

SĂ©pulture de la famille Mendes Simao et Vieira Monteiro – crĂ©dit : Juliette SIMON

 

SĂ©pulture fleurie d’une famille asiatique – crĂ©dit : Juliette SIMON

Enfin, des objets anodins m’ont Ă©tonnĂ©e, ils Ă©taient placĂ©s sur les tombes comme on place des porte-bonheurs sur une Ă©tagĂšre. Le champ d’interprĂ©tation est vaste et j’ai prĂ©fĂ©rĂ© ne pas m’y prĂȘter, pour prĂ©server l’intimitĂ© des dĂ©funts.

Sépulture de la famille Maily- crédit : Juliette SIMON

J’ai Ă©galement dĂ©couvert dans le cimetiĂšre que de nombreuses personnes avaient prĂ©parĂ© leur sĂ©pulture avant de mourrir. Pourquoi tant de prĂ©visions face Ă  la mort ? J’ai cherchĂ© des rĂ©ponses et ce qui est le plus revenu, c’est l’aspect pratique. Cela Ă©vite aux proches en deuil de s’affĂ©rer avec les derniĂšres volontĂ©s du dĂ©funt. Ce dernier est aussi sĂ»r d’avoir une sĂ©pulture Ă  son goĂ»t et Ă  son image. Pour certains, cette prĂ©paration a quelque chose de rassurant. C’est une Ă©tape de plus vers la fin mais le dĂ©but d’une nouveautĂ©, d’un renouvellement. J’ai progressivement compris l’apprĂ©hension qui rĂ©side dans l’idĂ©e de mort : la peur d’ĂȘtre oubliĂ©.

La nĂ©cessitĂ© d’un au-delĂ  Ă  proximitĂ©

AprĂšs ces quelques semaines de rĂ©flexions, je pense la mort d’une façon diffĂ©rente. La « pensĂ©e humaine » est faite de sorte Ă  ce que l’on se souvienne de notre vĂ©cu. Ce vĂ©cu intĂšgre d’autres personnes, notamment celles qui nous sont chĂšres. C’est donc par cette logique que j’ai compris que la mĂ©moire ne pouvait pas tout rĂ©soudre. La douleur d’une absence ne peut ĂȘtre palliĂ©e par un souvenir agrĂ©able. Il en faut plus. Les photos, les objets, certaines paroles rĂ©pĂ©tĂ©es et transmises sont autant d’élĂ©ments qui apaisent et nous rapprochent d’un proche, justement. Cependant, quand une personne meurt, nous ne pouvons pas nous empĂȘcher de la situer. Elle n’est plus « là ». On emploie un vocabulaire du registre du voyage qui Ă©voque l’ailleurs, le dĂ©part et la durĂ©e indĂ©terminĂ©e qu’on prendra Ă  la retrouver. Cette « disparition » nĂ©cessite donc un lieu symbolique oĂč le dĂ©funt pourrait rester. Cet endroit prend diverses formes selon les sociĂ©tĂ©s et les croyances mais il existe pour tous. Chez nous, c’est donc le cimetiĂšre tel que celui du PĂšre Lachaise qui fait office d’un « ailleurs ». La symbolique de ce lieu permet de nourrir un imaginaire collectif et par celui-ci, notre rapport Ă  la mort.

DĂ©sormais, j’apprĂ©hende le cimetiĂšre d’un oeil neuf. J’ai mĂȘme ressenti le besoin d’aller sur la tombe de mes arriĂšre-grands-parents que je n’ai jamais connus. J’étais Ă©mue lĂ  oĂč, auparavant, je ne pensais rien ressentir. L’utilitĂ© du cimetiĂšre comme lieu de mĂ©diation m’est alors apparue comme Ă©vidente.

Tout n’est, finalement, qu’une question de perception et d’expĂ©rience.

Juliette SIMON

Le PĂšre Lachaise, cimetiĂšre aux matĂ©riaux fragiles mais Ă  l’identitĂ© plus que jamais vivante

Le cimetiĂšre du pĂšre Lachaise dĂ©route autant qu’il fascine. C’est par trois fois que je visite le cimetiĂšre, et chaque rendez-vous dans ce parc labyrinthique ne saurait se ressembler. Les diverses identitĂ©s des architectures et des matĂ©riaux qui coexistent sont magnĂ©tiques ; et nous font systĂ©matiquement changer d’itinĂ©raire. C’est alors le dessin du lieu qui ne laisse pas indiffĂ©rent, aprĂšs tout, l’idĂ©e de se promener dans un parc Ă  l’anglaise macabre n’est pas commun. C’est pourtant une vĂ©ritable visite dans un musĂ©e Ă  l’air libre, oĂč les morts ont une vie fascinante.

Le plus grand cimetiĂšre de Paris intra-muros a prĂšs de 220 ans. Si l’on voit un grand projet d’urbanisme immense de ses 43 hectares Ă©tendus, un changement de perspective nous dĂ©voile l’entretien minutieux de cet endroit composite. Si de grandes politiques ont façonnĂ© cet endroit classĂ© au titre des monuments historiques depuis 1993, il est important de souligner que ce sont de petites mains quotidiennes au fil du temps qui assurent la maintenance du cimetiĂšre.

Un soin Particulier

Au cours d’une de mes visites j’ai pu rencontrer les petites mains de Fabien. Il est un ayant droit d’un espace funĂ©raire auquel il revient le devoir d’entretenir s’il le dĂ©sire. Son souhait : restaurer le mausolĂ©e familial pour qu’il puisse y ĂȘtre enterrĂ© Ă  son tour et les siens Ă©galement. Outils en tout genre et blocs de pierre gigantesques l’entourent ; le chantier est de taille. Les outils sont de toutes les tailles pour convenir Ă  tous les travaux possibles, les peintures sont savamment sĂ©lectionnĂ©es pour correspondre parfaitement aux matĂ©riaux. Pas de place Ă  l’interprĂ©tation ou Ă  l’innovation ici.

Quand Fabien s’est engagĂ©, c’est une vĂ©ritable expĂ©dition administrative mais aussi matĂ©rielle dans laquelle il s’est embarquĂ©e. AprĂšs l’étude de son dossier sur plus de deux annĂ©es, devis de plusieurs centaines de milliers d’euros, choix prĂ©cis des pierres et peintures, recherche de mĂ©cĂšnes
. Fabien a pu enfin entamer les travaux. Courageux car seul, avec le temps qui passe et au fur et Ă  mesure Fabien se rend compte de la fragilitĂ© des matĂ©riaux qu’il touche. Ajoutons les contraintes qui pĂšsent, les architectes des bĂątiments de France ont donnĂ© le feu vert Ă  cet homme mais pas question de changer quoi que ce soit, il s’agit uniquement d’une restauration.

Mausolée de familliale Fabien I Credit : Kevin Gaillard

 

Fabien nous avouera non sans dĂ©ception que son projet est souvent compromis dĂ» Ă  la charge de travail. Difficile alors de ne pas s’émouvoir d’un homme pour qui la prĂ©servation de la mĂ©moire n’est pas seulement question de pierres mortes et de leurs agencement; mais d’une mĂ©moire qu’il veut rendre vivante si bien qu’il souhaite en faire partie. Le passĂ© de ses ancĂȘtres est pour lui un projet d’avenir. Il souhaite aussi faire partie du dĂ©cor.

Son attention au dĂ©tail est chirurgicale, il n’hĂ©site pas Ă  prendre les positions les plus incommodantes pour peindre une seule des dizaines de flĂšches de la grille d’entrĂ©e du caveau.« C’est usant, mais on en tire une grande satisfaction » nous dit-il avec un grand sourire lorsqu’on l’interroge sur la pĂ©nibilitĂ© de sa quĂȘte. Cette remarque pourtant anodine prend un sens symbolique dans ce lieu. L’idĂ©e de mĂ©ditation jaillit directement Ă  l’esprit. Cet homme n’entreprend pas seulement un projet de restauration, dans ce processus, il se recueille.

De la mĂȘme maniĂšre qu’on entretient une plante dans un jardin pour qu’elle puisse grandir, Fabien cisĂšle et peint ses pierres pour leur rendre leur Ă©clat. Un acte de maintenance au caractĂšre quasi invocatoire, Ă  la portĂ©e contemplative, voilĂ  le geste rempli de sens que l’on peut observer.

Chaque mouvement, le plus dĂ©licat soit-il, dĂ©peint tout le respect et l’écoute donnĂ©e au matĂ©riau. On pourrait presque, par transfert, considĂ©rer que le respect donnĂ© Ă  ce mausolĂ©e est donnĂ© aux morts qui le composent. L’éclat rendu Ă  la pierre est rĂ©alitĂ© rendue Ă  la mĂ©moire de ses aĂŻeux. Cette restauration porterait quasiment en elle toute la complexitĂ© et la symbolique du cimetiĂšre, un lieu de recueillement solennel oĂč les vivants peuvent, eux aussi, s’adonner au repos et Ă  la contemplation.

 

Un matériau vivant 

Si la fragilitĂ© du matĂ©riau qu’est la pierre qui se fissure ou la couleur d’une peinture qui s’éteint sont dĂ©jĂ  des problĂ©matiques de taille, la vĂ©gĂ©tation qui pousse tout sur son passage en est une autre. Des tombes en suspension sur des souches d’arbres aux racines destructrices, des Ă©critures cachĂ©es par les lierres enveloppants, une vĂ©ritable lutte du territoire semble se jouer au cimetiĂšre.

 

Souche d’arbre poussant sur une tombe I CrĂ©dit : Kevin Gaillard

Une tension existe entre deux matĂ©riaux diffĂ©rents. Le matĂ©riel inerte avec les tombes mais aussi le matĂ©riel vivant avec l’écosystĂšme sur lesquelles elles reposent. C’est toute la dualitĂ© de l’identitĂ© du lieu qui se rĂ©vĂšle Ă  nous, la notion de parc semble prendre pas sur l’idĂ©e de recueillement.

Tailler, raccourcir , arracher? Ces dĂ©cisions paraissant simples, sont plus dures Ă  penser qu’il n’y paraĂźt. Un arbre centenaire aurait-il moins de lĂ©gitimitĂ© Ă  l’entretien que les tombes qui lui succĂšdent? Le matĂ©riau vĂ©gĂ©tale pose des contraintes bien diffĂ©rentes au parc et Fabien s’en est vite rendu compte. Comment appliquer une maintenance, une restauration Ă  un matĂ©riau qui ne cherche que l’expansion ?

« On devra alors juste débroussailler chaque année et espérer que la mairie prenne en main le problÚme.Sinon il faut prier pour que les racines ne fassent pas plus de dégùts. Regarder les tombes plus loin elles sont complÚtement détruites ! » Nous dit Fabien en plein travail.

La ville de Paris est visiblement soucieuse d’un maintien d’écosystĂšme oĂč il existe un Ă©quilibre d’aprĂšs les affiches du parc :

« Par ailleurs, l’entretien opĂ©rĂ© par les jardiniers est sans traitement phytosanitaire depuis 2015, ce qui participe Ă  l’émergence des plantes sauvages endĂ©miques trĂšs apprĂ©ciĂ©es par les insectes. »

Cela encourage la pousse sauvage des vĂ©gĂ©taux, notamment de fleurs essentielles Ă  la prĂ©sence d’animaux dans le parc. Cette politique lancĂ©e il y maintenant quelques annĂ©es semble renouer avec les racines du lieu. À l’origine un jardin, c’est au XVIIe siĂšcle que les JĂ©suites l’ont acquis de 17 hectares dans l’est parisien. Le pĂšre François d’Aix de La Chaise, dit « le PĂšre Lachaise », Ă©tait confesseur de Louis XIV. Il a activement contribuĂ© Ă  l’élargissement et l’embellissement du parc. PensĂ© alors comme un espace vert, ce n’est qu’au dĂ©but du XIXe siĂšcle, que sous dĂ©cret prĂ©fectoral, il sera demandĂ© Ă  l’architecte Brongniart de transformer le domaine des JĂ©suites en cimetiĂšre ; pour pallier au manque de sĂ©pultures dans Paris intra-muros. Une forme de retour aux sources parais se dĂ©rouler, la prĂ©servation d’un espace vert prĂ©existant au cimetiĂšre lui-mĂȘme. La situation de Fabien ne semble donc pas trouver Ă©cho dans la politique de maintenance du parc, c’est une cohabitation forcĂ©e pour l’instant.

Une nouvelle vision portĂ©e sur l’écologie et le dĂ©veloppement durable s’est imposĂ©e dans la politique de maintenance. Le cimetiĂšre doit ĂȘtre un lieu qui assume son patrimoine naturel riche et complexe et il sait le sublimer et mieux encore le prĂ©server et le renouveler. L’exemple du  pari de l’auto-rĂ©gulation par la prĂ©sence de certaines espĂšces est rĂ©vĂ©lateur de cette volontĂ©. En effet, certaines espĂšces d’oiseaux comme l’Ă©pervier sont alors introduites pour la chasse aux nuisibles. Ces espĂšces sont entretenues, maintenues presque choyĂ©es car faisant elles mĂȘme partie des outils ou mĂȘme acteur de la maintenance. Le maintien du lieu est assurĂ©e non par un agent d’entretien aux couleurs de la mairie de Paris mais par un prĂ©dateur naturel qui chasse en milieu rĂ©glementĂ©. La maintenance par l’organisation d’un Ă©co-systĂšme prĂ©alablement pensĂ© tĂ©moigne de l’écoute liĂ©e au matĂ©riel vivant. MatĂ©riel vivant qui compose avec le matĂ©riau inerte. Il n’est pas seulement Ă©lĂ©ment du dĂ©cor mais acteur engagĂ© dans la maintenance du lieu.

Comme on peut donc le remarquer, la faune n’est pas en reste, une attention particuliĂšre lui est donnĂ©e. Si la sĂ©pulture de Fabien est reconnue comme faisant partie du patrimoine par les architectes des bĂątiments de France, d’autres acteurs du parc plus surprenants le sont aussi. En effet, vĂ©ritable guide dans ce dĂ©dale colossal, la figure du chat bĂ©nĂ©ficie d’une protection depuis 1999 au PĂšre Lachaise. Ces visiteurs, bien silencieux, ne s’embĂȘtent pas des grands chemins tracĂ©s et signalisations ; ils savent se faufiler dans chaque recoin du parc pour nous rĂ©vĂ©ler toute la complexitĂ© du lieu. Comme il existe Fabien pour entretenir sa tombe, il existe une personne pour assurer le bien-ĂȘtre des chats du Parc. Nourriture et suivi mĂ©dical sont dĂ©ployĂ©s soit par des particuliers ou des personnes de l’administration du lieu. Mais si l’on s’attarde sur la figure du chat, le parc ne se rĂ©sume pas Ă  ce seul animal. C’est au total 140 espĂšces animales sauvages qui existent dans le cimetiĂšre.

Chat errant du cimetiÚre I Crédit Kevin Gaillard

Mon prĂ©fĂ©rĂ© : annonciateur de mauvaises nouvelles et liĂ© Ă  la mort, c’est sans aucun doute la prĂ©sence du corbeau qui fait le plus sens au cimetiĂšre. En effet, La figure du corbeau est assurĂ©ment un Ă©lĂ©ment scĂ©nique primordial pour dĂ©velopper l’atmosphĂšre souvent lugubre du parc. Tout droit sortis d’un poĂšme d’Edgar Allan Poe, les tombes semblent sublimĂ©es par leur prĂ©sence et l’administration du parc le sait. J’ai d’ailleurs pu observer leurs pattes Ă©tiquetĂ©es, tĂ©moignant d’un suivi tout particulier accordĂ© Ă  ces croquemorts au long manteau noir. Ces corbeaux y trouvent toute leur place si bien que parfois, ils remplacent mĂȘme pendant un court instant, les statuettes dĂ©gradĂ©s ou volĂ©es des mausolĂ©es gothiques. Ils constituent l’identitĂ© visuelle du parc, ils font partie mĂȘme du mobilier urbain, c’est un matĂ©riau Ă  part entiĂšre qui change sans cesse la composition visuelle du parc.

Pierres mortes au destin animé

Au sein mĂȘme de ce matĂ©riau vivant se distingue d’ailleurs celui qui est sauvage et celui qui est domestique. Les pousses sauvages contrastĂ©es par les arbustes fleuris bien taillĂ©s ; et les chats errants le jour altĂšrent la garde du cimetiĂšre avec les fouines la nuit. Faune et flore semblent alors faire partie du thĂ©Ăątre que serait le cimetiĂšre. LĂ  oĂč les tombes trop souvent fragiles, mais riches de leurs architectures si variĂ©es, sont un dĂ©cor aussi bien maintenu que changeant au fil des annĂ©es. Du travail acharnĂ© de Fabien en passant par le prĂ©lassemement d’un chat errant sur une tombe, ce sont tous ces acteurs du parc qui se croisent Ă  chaque instant au cimetiĂšre. Tous assurent la maintenance Ă  leur maniĂšre et jouent avec les matĂ©riaux Ă  leur disposition. Au pĂšre Lachaise, chaque scĂšne est unique comme chaque balade.

 

Corbeau siĂ©geant sur une le sommet d’une sĂ©pulture I CrĂ©dit : Kevin Gaillard

Ballades automnales au PĂšre Lachaise

Un matin d’automne oĂč le froid s’invite au PĂšre Lachaise, oĂč les courageux visiteurs se munissent de leur plan, oĂč les employĂ©s s’investissent dans leurs tĂąches : j’ai eu un dĂ©clic. J’allais les suivre. J’ai commencĂ© avec un jeune photographe croisĂ© au dĂ©tour d’une ligne de dĂ©sir, entre les sĂ©pultures. Quelques mĂštres derriĂšre lui, j’avançais Ă  tĂątons, me prĂ©parant Ă  dĂ©vier sur un nouveau chemin Ă  tout moment. J’ai tentĂ© une mise en abyme en sortant mon appareil photo Ă  mon tour, avant qu’il ne disparaisse entre les tombes.

L’observation flottante s’est alors rapidement imposĂ©e comme mĂ©thode pour Ă©tudier ce que j’avais en tĂȘte. Étudier le renouveau du cimetiĂšre au prisme d’une conscience Ă©cologique et l’évolution de la vĂ©gĂ©tation dans la nĂ©cropole. En effet, depuis 2011 grĂące au plan biodiversitĂ© et la politique de diminution des produits phytosanitaires menĂ© par la ville de Paris, le PĂšre-Lachaise a arrĂȘtĂ© l’utilisation des pesticides. Une dizaine d’annĂ©es et un confinement plus tard, il paraissait intĂ©ressant d’observer comment cet espace vert s’est transformĂ© et quel impact cela a pu avoir sur ce lieu et ses visiteurs. 

Ainsi on peut se demander si Ă  la suite d’un rĂ©veil de conscience Ă©cologique en France, le regard sur la vĂ©gĂ©tation a Ă©voluĂ©, si des changements de comportement sont observables au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise ? Mais surtout, grĂące Ă  la mĂ©thode flottante, se demander comment les visiteurs semblent interagir avec la nature et la vĂ©gĂ©tation ? 

Point de vue de l’observateur – CrĂ©dit photo : Gloria Gallego

Comment ĂȘtre flottant ? 

Si observer n’est pas aussi simple qu’on ne le pense, ĂȘtre flottant l’est encore moins. La difficultĂ© majeure et reconnue de l’observation flottante mais Ă©galement d’une pluralitĂ© de mĂ©thode en sciences sociales repose dans la nĂ©cessitĂ© de laisser de cĂŽtĂ© ses prĂ©jugĂ©s. Le sociologue devrait adopter une posture mĂ©thodologique presque neutre pour mieux observer et comprendre, le chercheur doit s’essayer Ă  perdre, Ă  oublier son systĂšme de valeurs. Une exigence mĂ©thodologie dĂ©veloppĂ©e par Max Weber avec la neutralitĂ© axiologique. AppliquĂ© Ă  notre cas, la neutralitĂ© axiologique serait un critĂšre nĂ©cessaire dans l’observation flottante au cimetiĂšre. 

Puisque la subjectivitĂ© joue un rĂŽle dans chaque choix, chaque dĂ©cision que l’on prend. DĂ©cider de suivre tel visiteur ou tel autre tĂ©moigne nĂ©cessairement d’un systĂšme de valeurs. Choisir d’observer un employĂ© du cimetiĂšre, ou un couple de touristes c’est tĂ©moin de subjectivitĂ©. 

À chaque dĂ©cision, Ă  chaque pas, je sentais ma subjectivitĂ© me guider. Puisqu’il n’est pas simple de s’en dĂ©barrasser, pourquoi ne pas, l’embrasser ? 

Le filtre naturel de ma subjectivitĂ© m’a jouĂ© des tours puisque j’ai prĂ©fĂ©rĂ© suivre des visiteurs seuls. Par facilitĂ© ou par mimĂ©tisme Ă©tant moi-mĂȘme une chercheuse seule dans ce cimetiĂšre. Le visiteur seul Ă  souvent l’air dĂ©terminĂ©, il sait oĂč il va. La plupart du temps j’ai observĂ© des personnes se rendant sur une sĂ©pulture prĂ©cise, surement celle pour laquelle ils se sont dĂ©placĂ©s : ceux-ci marchaient d’un pas dynamique, presque pressĂ©. C’est Ă  croire qu’ils se dĂ©pĂȘchaient pour ne pas rater leur mĂ©tro. Pourtant la nĂ©cropole est un lieu de recueillement, de « mort », oĂč la vie devrait prendre son temps. Pourtant les visiteurs ne semblent pas toujours prendre leur temps. Ils passent Ă  cĂŽtĂ© de belles Ă©pitaphes, d’une nature singuliĂšre mais surtout de la poĂ©sie qui Ă©mane du lieu. Bien sĂ»r ce n’est pas toujours le cas, j’ai pu observer un homme d’un certain Ăąge, venu apprĂ©cier le calme qu’offre ce lieu. Je l’ai vu chercher ce calme, il dĂ©ambulait doucement, regardant parfois ses pieds, souvent les tombes, il cherchait un banc oĂč mĂ©diter. Lorsqu’il l’eut trouvĂ©, j’ai su que cette personne venait plutĂŽt apprĂ©cier cette paix et cette sincĂ©ritĂ© qui dĂ©finissent le PĂšre Lachaise. Il est restĂ© assis un long moment, alors j’ai dĂ©cidĂ© d’aller flotter autre part.

Être flottant nĂ©cessite donc d’ĂȘtre discret, d’ĂȘtre dans l’ombre. De se faire dicter des mouvements par autrui. On ne connaĂźt pas ses intentions pourtant on le suit, et on tente de les deviner. Parfois par leur langage corporel, leur façon de dĂ©ambuler dans le cimetiĂšre donnait des indices sur la raison de leur venue. Mais cette technique est floue, elle vous emmĂšne lĂ  oĂč vous ne seriez pas allĂ©, vous dicte une maniĂšre d’y aller, et une temporalitĂ©. Et durant ce laps de temps, il faut se laisser flotter avec discrĂ©tion et confiance. Je m’éloignais beaucoup de la personne que je suivais, les allĂ©es Ă©tant souvent vides le mardi Ă  9h. Je ne pense pas avoir Ă©tĂ© dĂ©couverte. Pourtant j’ai flottĂ©. 

En cela rĂ©side encore une difficultĂ© de l’observation flottante, comment la dĂ©couper dans le temps ? Quand peut-on dĂ©finir le dĂ©but d’une observation et comment choisir quand s’arrĂȘter ? Lorsqu’il n’y a plus rien Ă  observer ? Lorsque la personne semble avoir atteint son but, la raison pour laquelle cet individu s’est rendu un mardi matin au PĂšre Lachaise ? Les limites et frontiĂšres de cette observation ont Ă©tĂ© difficiles Ă  dĂ©limiter. Je savais ce que je cherchais, pourtant je n’ai pas souvent trouvĂ© de rĂ©ponse. J’ai aimĂ© dĂ©crypter des messages dans les actions observĂ©es portant dans d’autres, je trouvais mon travail presque inutile. J’avais l’impression que les informations que je recueillais, n’allaient pas me servir, ne rĂ©pondrait Ă  ma question, et tĂ©moignait d’une Ă©thique questionnable envers les personnes endeuillĂ©es, venues pleurer leurs proches. 

Pour reprendre l’exemple du veille homme assis sur un banc, je ne savais pas si je devais l’observer au rythme qu’il m’offrait ou si cette longue mĂ©ditation marquait la fin de sa quĂȘte, ainsi la fin de la mienne. C’est ici qu’un petit manuel de l’observateur flottant m’aurait servi. Cependant, je pense que j’ai agi par instinct et que lorsque je ne recevais aucune rĂ©ponse Ă  ma question de dĂ©part, quel rapport entretiennent les visiteurs Ă  la nature dans ce cimetiĂšre, et bien cela constituait une rĂ©ponse quand mĂȘme, d’une certaine façon. Cette subtilitĂ© a aiguisĂ© mon esprit de sociologue dĂ©butante, j’essayais de voir dans les gestes, les actions ; des rĂ©ponses Ă  mes questions. MĂȘme lorsque aucun geste ne faisait croire Ă  un rapport particulier donnĂ© Ă  la nature, Ă  la vĂ©gĂ©tation : j’ai dĂ» en crĂ©er un. 

Les limites la méthode 

Tout comme la mĂ©thode de l’entretien individuel Ă  ses limites et aurait nĂ©cessairement orientĂ© mon travail et mes hypothĂšses. La mĂ©thode de l’observation flottante a aussi des limites, j’ai pu en expĂ©rimenter quelque-unes. PremiĂšrement c’est une mĂ©thode qui prend du temps, lĂ  oĂč un entretien peut donner de multiples rĂ©ponses prĂ©cises en quelques minutes. L’observation demande plus de temps, plus de patiente pour arriver Ă  comprendre et dĂ©duire. J’ai notamment suivi une jeune femme qui avait l’air de chercher une sĂ©pulture prĂ©cise, elle marchait vite et pendant un long moment. Jusqu’à perdre sa trace entre les chemins. Au final, je ne saurais jamais qui elle est venue voir. Ces situations aussi frustrantes soit elles, sont quand mĂȘme intĂ©ressantes Ă  vivre. Chaque interaction que ce soit en entretien ou en observation ne peut pas ĂȘtre du matĂ©riel exploitable. 

Une deuxiĂšme limite Ă  la mĂ©thode rĂ©side dans les limites du lieu et de la temporalitĂ©. En effet, le rendez-vous Ă©tait rĂ©gulier, le mardi matin entre neuf heures et onze heures. Il est clair que cette une observation limitĂ©e car de courte durĂ©e, mais Ă©galement dĂ©finit par l’affluence du lieu. Le cimetiĂšre du PĂšre Lachaise n’est pas le mĂȘme un mardi Ă  neuf du matin qu’un samedi Ă  seize heures. L’affluence n’est pas la mĂȘme, le public non plus et la raison de leur venue encore moins. Il serait peut-ĂȘtre intĂ©ressant de rĂ©aliser une Ă©tude similaire lors de fortes affluences pour mettre en perspective les rĂ©sultats obtenus. 

La nature est partout 

Si la mĂ©thode a pris une part importante dans mon expĂ©rience, je n’en ai pas pour autant oubliĂ© la raison qui m’a amenĂ© Ă  suivre ces personnes. J’avais pour but de comprendre le rapport qu’entretiennent les visiteurs du cimetiĂšre Ă  la nature, Ă  la vĂ©gĂ©tation. Mon point de dĂ©part Ă©tait de rĂ©flĂ©chir Ă  la transformation soudaine du cimetiĂšre en « cimetiĂšre parc ». En effet, au regard de l’histoire du lieu il Ă©tait intĂ©ressant d’observer les transformations que peut apporter l’arrivĂ©e d’une vĂ©gĂ©tation sauvage. Mis en service depuis 1804, la derniĂšre dĂ©cennie n’est qu’un dĂ©tail dans l’histoire de la nĂ©cropole qui pourtant constitue un vrai basculement dans sa dĂ©finition. La loi LabbĂ© de 2017 qui interdit l’usage de « produits phytosanitaires chimiques par les collectivitĂ©s pour l’entretien des espaces verts et la voirie », le basculement des mĂ©thodes d’entretien des tombes, de la faune et de la flore a marquĂ© ces derniĂšres annĂ©es par des modifications tangibles. 

VĂ©gĂ©tation au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise – CrĂ©dit photo : Gloria Gallego

Le conservateur du cimetiĂšre BenoĂźt Gallot admet avoir reçu des plaintes suite Ă  la vĂ©gĂ©talisation rĂ©cente du cimetiĂšre. Certaines familles avaient l’impression que les sĂ©pultures Ă©taient sales, que l’entretien des mauvaises herbes avait Ă©tĂ© oubliĂ© et que certaines zones paraissaient ĂȘtre Ă  l’abandon. MalgrĂ© tout, le dialogue aurait permis d’apaiser ces remarques et faire comprendre aux familles l’importance de cette politique paysagĂšre, et sanitaire. 

Lors de mes visites, j’ai Ă©tĂ© amenĂ© Ă  dĂ©couvrir l’arriĂšre du cimetiĂšre oĂč une zone est dĂ©diĂ©e Ă  la vĂ©gĂ©tation sauvage. Des panneaux s’y trouvent, et expliquent l’importance de ce lieu. Pourtant personne ne semble s’y attarder, alors que j’ai vu des nombreuses personnes s’attarder sur les plantations, sur les fleurs disposĂ©es minutieusement par les employĂ©s du cimetiĂšre. Les couleurs vives, la propretĂ© et l’emplacement de ces fleurs Ă©veillent l’attention des visiteurs. Ils s’assoient sur les bancs environnants, pendant quelques minutes, pour apprĂ©cier ces jolies fleurs. Alors qu’à l’arriĂšre du cimetiĂšre, aucun banc n’est lĂ  pour accueillir les visiteurs parisiens en quĂȘte de flore spontanĂ©e. Personne ne semble s’attarder non plus en face des ruches Ă  l’arriĂšre du cimetiĂšre. C’est pourtant plus qu’étonnant de trouver des ruches dans un lieu tel qu’un cimetiĂšre. 

Pancarte informative sur la flore spontanĂ©e au cimetiĂšre du PĂšre-Lachaise – CrĂ©dit photo : Gloria Gallego

Une petite révolution 

AprĂšs des dĂ©cennies de gestion stricte, d’utilisation de produits phytosanitaires, de vĂ©gĂ©tation mise Ă  mal. Le cimetiĂšre se rĂ©veille enfin, entrainant une faune et une flore grandissante. Mis en service depuis 1804, le cimetiĂšre avait Ă©tĂ© pensĂ© par l’architecte nĂ©oclassique Brongniart, comme un jardin Ă  l’anglaise. La vĂ©gĂ©tation devait par dĂ©finition ĂȘtre l’élĂ©ment principal du cimetiĂšre, accompagnant et dĂ©corant les sĂ©pultures. Mais progressivement dans une quĂȘte de profit, les sĂ©pultures ont commencĂ© Ă  empiĂ©ter sur la vĂ©gĂ©tation. Le cimetiĂšre devait rĂ©pondre Ă  une demande grandissante, de plus en plus de personne voulaient ĂȘtre enterrĂ©es au PĂšre Lachaise. C’est au total 5 agrandissements qui vont voir le jour jusqu’à atteindre les 43 hectares. Comme l’affirme BenoĂźt Gallot dans La vie secrĂšte d’un cimetiĂšre, ces agrandissements ont Ă©tĂ© pensĂ© pour laisser le moins de place possible Ă  la vĂ©gĂ©tation. 

Pourtant cette derniĂšre dĂ©cennie a opĂ©rĂ© de rĂ©els changements dans l’organisation et la maintenance du lieu. Les arbres et la vĂ©gĂ©tation ont commencĂ© Ă  reprendre leur droit, puisque « plus de 4000 de plus de 80 essences diffĂ©rentes se dĂ©ploient au sein du cimetiĂšre, soit un arbre pour 17 tombes ». La faune et la flore deviennent des Ă©lĂ©ments Ă  part entiĂšres dans le cimetiĂšre, pourtant chassĂ© pendant des dĂ©cennies. L’acceptation des animaux sauvages a notamment Ă©tĂ© difficile, pourtant le conservateur du cimetiĂšre leur fait l’éloge dans son dernier livre paru en 2022. Certains arbres rares sont munis d’une petite plaquette expliquant leur histoire, leurs caractĂ©ristiques permettant aux visiteurs d’en savoir plus sur la vĂ©gĂ©tation de la nĂ©cropole durant leurs visites.

Pancarte de l’Arbre Ă  gomme – CrĂ©dit photo : Gloria Gallego

C’est une petite rĂ©volution qui est en train de s’opĂ©rer au PĂšre Lachaise, une rĂ©volution qui permet de repenser le lieu et qui semble pouvoir marquer l’avenir de la nĂ©cropole. En effet, on commence Ă  penser des cimetiĂšres nouveaux, on parle alors de cimetiĂšre-parc ou de cimetiĂšre naturel. Cathy Biass-Morin, directrice des Espaces verts de la ville de Versailles, et pionniĂšre en matiĂšre de transition des espaces verts et publics met en avant cette notion de cimetiĂšre-parc depuis dĂ©jĂ  quelques annĂ©es Ă  Versailles. La ville de Niort propose Ă©galement une alternative Ă  la nĂ©cropole habituelle en crĂ©ant un cimetiĂšre naturel, son but Ă©tant de rĂ©duire son empreinte Ă©cologique et de sensibiliser les visiteurs Ă  la nature. Le conservateur du cimetiĂšre parisien l’a Ă©galement bien compris et commence Ă  parler du lieu comme un cimetiĂšre-parc, oĂč les animaux sauvages et la vĂ©gĂ©tation ne sont plus chassĂ©s comme avant. 

Lors d’une de mes visites, j’ai croisĂ© une jeune femme venue dĂ©poser dĂ©licatement un petit bol de nourriture (probablement destinĂ© aux nombreux chats ou au fameux chien domiciliant dans la nĂ©cropole). Je n’ai pas pu la suivre, mais je l’ai observĂ© de loin. C’était un geste agrĂ©able Ă  voir, ĂȘtre tĂ©moin de ce genre de scĂšne dans un cimetiĂšre est plutĂŽt Ă©tonnant puisque la plupart des visiteurs se dĂ©placent pour rendre hommage aux morts, ici cette personne est venue prendre soin des vivants. C’est dans ce sens qu’il est important de chĂ©rir la faune et la flore du lieu comme le prĂŽne BenoĂźt Gallot, penser un Ă©quilibre entre la vie et la mort, entre les vivants et ceux qui se reposent. 

Comment observer cette nature ? 

GrĂące Ă  l’observation flottante, les visiteurs ont Ă©tĂ© mes guides. Je me suis souvent retrouvĂ©e aux mĂȘmes endroits, empruntant les mĂȘmes chemins, aux mĂȘmes intersections. Je suis mĂȘme persuadĂ©e que cette technique m’a Ă©cartĂ© de certaines zones. Il me paraissait plus stratĂ©gique d’agir ainsi, en trois visites j’aurais le temps de quadriller une bonne partie du cimetiĂšre. Ainsi j’ai dĂ©cidĂ© de ne jamais me servir d’une carte ou d’un plan. Naturellement, j’avais envie de dĂ©couvrir toutes ces tombes originales, connues, pittoresques, mais je n’y ai pas succombĂ©. Je les ai parfois croisĂ©, mais d’autres resteront un mystĂšre. Ainsi, lors de mes dĂ©ambulations j’ai observĂ© plusieurs visiteurs assis sur les bancs du cimetiĂšre : ceci Ă  attirer mon attention. Une action plutĂŽt banale au premier abord, mais que j’ai essayĂ© de comprendre plus tard. 

Ces bancs revĂȘtent une signification particuliĂšre, ils sont lĂ  pour que les visiteurs puissent admirer le lieu, admirer les sĂ©pultures pourtant il suffit qu’ils se retournent pour admirer la nature, la vĂ©gĂ©tation, les grands arbres. Lors de ma derniĂšre visite je me suis amusĂ©e Ă  les compter, en deux heures j’ai croisĂ© une vingtaine de banc et seulement deux personnes qui en profitaient. Ces deux personnes n’étaient pas en train d’observer les sĂ©pultures, mais donnaient leur temps Ă  la nature. J’ai trouvĂ© cela trĂšs beau. 

Au final, il est difficile de conclure un travail d’observation flottante puisque les rĂ©ponses ne sont que des interprĂ©tations. Il aurait Ă©tĂ© intĂ©ressant de poursuivre ce travail, par des entretiens en recueillant des tĂ©moignages qui auraient surement permis une rĂ©ponse plus prĂ©cise que les hypothĂšses que propose mon travail. Comme des visites supplĂ©mentaires auraient peut-ĂȘtre Ă©tayĂ© ma rĂ©flexion. La nature au PĂšre Lachaise semble devenir alliĂ©e des sĂ©pultures, les recouvrant parfois, et les ornant souvent. La nĂ©cropole est pleine de vie, de ses traces et de ses bruits dĂ©notant totalement avec l’esthĂ©tique souvent prĂȘtĂ©e aux cimetiĂšres. Les visiteurs semblent remarquer et apprĂ©cier le lieu dans son ambivalence. C’est cette dichotomie prĂ©cise qui rend le cimetiĂšre riche d’une esthĂ©tique inĂ©dite. 

Une pellicule argentique sur un banc du cimetiĂšre du PĂšre Lachaise – CrĂ©dit photo : Gloria Gallego

La flore au service d’un paysage hors du commun

Le 17 septembre 2022 j’ai assistĂ© Ă  notre premier cours d’atelier d’écriture et d’observation de la ville. C’est en ce jour que je fais la connaissance de la problĂ©matique gĂ©nĂ©rale de notre cours ainsi que de notre thĂšme principal. Dans le cadre de notre cours nous avions comme objet d’étude le cimetiĂšre PĂšre Lachaise, encadrĂ© par la problĂ©matique suivante: De quelle maniĂšre le rap port entre « les hommes » et « les choses » fait-il durer la mĂ©moire ?

Ne m’étant jamais rendue dans un cimetiĂšre, je fus trĂšs dubitative quant Ă  la rĂ©vĂ©lation de notre objet d’étude. Les cimetiĂšres sont avant tout un lieu de deuil et de recueillement, un endroit peuplĂ© des familles, des amis, et des proches des personnes dĂ©cĂ©dĂ©es. Avant de commencer l’Ă©tude du cimetiĂšre, je le voyais comme un espace ou seulement les gens venants se recueillir Ă©taient les bienvenus.

Je dĂ©cide alors de dĂ©couvrir l’endroit avec un Ɠil curieux.

Ce qu’il faut savoir sur le cimetiùre:

Le cimetiĂšre PĂšre Lachaise ouvre ses portes dans un ancien parc, il a ensuite Ă©tĂ© rĂ©amĂ©nagĂ© en jardin funĂ©raire par l’architecte français Alexandre-ThĂ©odore Brongniart. Se prĂ©sentant comme le plus grand espace vert de Paris, le cimetiĂšre PĂšre Lachaise est un haut lieu de mĂ©moire qui conserve une lui de multiples ensemble commĂ©moratifs, tel que le Mur des FĂ©dĂ©rĂ©s ou des monuments liĂ©s aux grands conflits du XXĂšme siĂšcle. Grand prĂ©curseur des Ă©volutions funĂ©raires, il accueille les premiers crĂ©matorium (1887) et jardin cinĂ©raire français (1985). 

SituĂ© dans le XXĂšme arrondissement de Paris, le cimetiĂšre peut se vanter d’ĂȘtre le plus grand cimetiĂšre de Paris intra muros, et d’avoir une grande notoriĂ©tĂ© dans le monde entier. Cette rĂ©putation s’explique notamment par le fait qu’une multitude de personnes cĂ©lĂšbres y sont enterrĂ©es. Aussi appelĂ© le « cimetiĂšre de l’Est », le cimetiĂšre PĂšre Lachaise possĂšde un terrain qui s’Ă©tend sur pas moins de 43 hectares, et compte plus de 3 millions de visiteurs venus du monde chaque annĂ©e. 

Sous la gestion de la Mairie de Paris, le cimetiĂšre PĂšre Lachaise apparaĂźt dans la ville comme bien plus qu’un cimetiĂšre, il possĂšde aussi les qualitĂ©s d’un parc et d’un jardin. D’aprĂšs le site officiel du cimetiĂšre PĂšre Lachaise ce dernier totalise 70 000 concessions funĂ©raires. Parmi les plus grands artistes, hommes d’État, militaires, historiens, musiciens et chanteurs tels que Edith Piaf, MoliĂšre, Balzac, Marcel Proust, ou encore Jean de la Fontaine. 

Afin de faire une analyse correcte du cimetiĂšre, l’une des questions qui Ă  encadrer notre cours Ă©tait celle de la maintenance. C’est pour cela que j’ai dĂ©cidĂ© de porter mon analyse sur : la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations dans le cimetiĂšre PĂšre Lachaise.

Il s’agit lĂ  d’une analyse d’un des aspects esthĂ©tique qui est trĂšs prĂ©sent dans le cimetiĂšre. Cet aspect du cimetiĂšre s’est directement dĂ©marquĂ© pour moi dĂ©jĂ  lors de ma premiĂšre visite.

A partir de cet aspect lĂ  du cimetiĂšre, nous pouvons voir comment l’entretien du cimetiĂšre Ă  travers ses fleurs, ses arbres, et ses plantations est en rĂ©alitĂ© une responsabilitĂ© qui n’appartient pas Ă  un seul partis. 

Mon positionnent sur le cimetiÚre: 

L’observation du site s’est faite pour ma part lors des trois visites au cimetiĂšre PĂšre Lachaise dans le cadre de notre cours d’Atelier d’écriture. Mon analyse de l’endroit ainsi que mes recherches se sont faites progressivement. 

En effet, lors de notre premiĂšre visite ma venue s’est faite dans l’optique de dĂ©couvrir le cimetiĂšre, un endroit qui m’était jusque-lĂ  inconnu. C’est pourquoi j’ai dĂ©cidĂ© de me concentrer sur l’observation, en me promenant Ă  l’inconnu parmi les nombreuses allĂ©es du cimetiĂšre. En me servant du plan du cimetiĂšre que j’ai reçu lors de notre cours, j’ai pu faire une premiĂšre analyse de l’endroit. Le cimetiĂšre est bĂątit de cinq portes bien desservis :

  • Porte Principale (accessible aux piĂ©tons et aux vĂ©hicules) / MĂ©tro PĂšre Lachaise et bus (61-69) 

  • Porte des Amandiers (accessible seulement au piĂ©tons) / Bus 61-69

  • Porte du Repos (accessible aux piĂ©tons Ă©galement) / MĂ©tro Philippe Auguste 

  • Porte de la RĂ©union (accessible aux piĂ©tons seulement) / Bus 76

  • Porte Gambetta (accessible aux piĂ©tons et aux vĂ©hicules) / MĂ©tro Gambetta et bus 26-60-61-64-69-102

Compte tenu les Ă©tapes de mon Ă©tude, mes recherches se sont faites directement sur le terrain. Je me suis beaucoup promenĂ© Ă  l’intĂ©rieur du cimetiĂšre afin de pouvoir rĂ©vĂ©ler ma vision du cimetiĂšre. De longues matinĂ©e Ă  contempler les architectures et les dĂ©cors du cimetiĂšre. 

Le récit de mes découvertes :

Commence ici le rĂ©cit de mes dĂ©couvertes. Le 25 octobre 2022 Ă  neuf heures, je me rends pour la premiĂšre fois au cimetiĂšre PĂšre Lachaise. Approchant par la Porte du Repos, l’entrĂ©e Ă©tait tellement discrĂšte que j’étais sur le point de la manquer. ArrivĂ©e dans le cimetiĂšre se prĂ©senta tout de suite Ă  moi plusieurs chemins possibles. En arrivant, je ne savais pas laquelle de ses facettes allait le plus m’inspirer. En empruntant la premiĂšre voie de droite, je dĂ©couvre un rassemblement de tombes sans fin qui s’étale devant moi. Les chemins Ă  emprunter Ă©taient de plus en plus flou, il fallait alors crĂ©er sa propres routes entre les tombeaux. 

En progressant dans ma promenade je me rendis compte que la prĂ©sence des fleurs, et des plantations dans le cimetiĂšre fĂ»t l’aspect qui m’inspira le plus. Le cimetiĂšre PĂšre Lachaise constitue le plus grand espace vert de Paris intra muros, il regroupe 4 000 arbres et 80 essences diffĂ©rentes. Le cimetiĂšre se prĂ©sente Ă  nous tel un vĂ©ritable parc qui laisse la nature s’épanouir dans son espace. D’ailleurs depuis 2015, le cimetiĂšre Ă  banni l’utilisation des produits phytosanitaires, ce qui permet Ă  la nature de s’éclore.

Lors de cette premiĂšre visite, j’ai pu commencer Ă  prendre quelques photos des Ă©lĂ©ments qui m’ont attirĂ© l’Ɠil. 

Crédit photo : Dramé Maryam

CrĂ©dit photo : DRAMÉ Maryam

Voici deux photos que j’ai prises en me baladant dans le cimetiĂšre lors de ma premiĂšre visite. Pas loin de cet emplacement, j’ai pu interroger une passante et lui demander qu’elle Ă©tait la raison de sa venue au cimetiĂšre en ce jour. Cette jeune femme rĂ©pondis trĂšs gentiment en disant ĂȘtre venue au cimetiĂšre pour voir les couleurs d’automne ainsi qu’apprĂ©cier l’odeur de forĂȘt.

Cette rĂ©ponse m’a mieux fait rĂ©aliser le fait que le PĂšre Lachaise est bien plus qu’un cimetiĂšre. En effet, il s’agit aussi d’un lieu qui offre un vĂ©ritable paysage panoramique Ă  ses visiteurs. Ces deux photos nous le montrent bien, les couleurs de l’automne sont bien visibles dans le cimetiĂšre. Nous pouvoir voir que les arbres changent progressivement et se parent de leurs couleurs rouges, orangĂ©es, et jaunes. Les feuilles se dĂ©tachent alors des arbres et recouvrent le sol d’un tapis feuillus. Un paysage magnifique digne d’un vĂ©ritable tableau s’est offert Ă  moi.  

Toujours lors de cette premiĂšre visite, j’ai pu en savoir plus sur la maintenance des plantations et notamment des arbres. Il devait dĂ©jĂ  ĂȘtre dans les alentours de onze heures, et ma premiĂšre visite au cimetiĂšre touchait Ă  sa fin. Cependant, c’est avec deux de mes camarades que j’ai fait la rencontre de quatre cantonniers qui travaillaient dans le cimetiĂšre. Nous avons eu l’occasion de discuter avec eux pendant une trentaine de minutes. Durant cette entrevue, ils ont rĂ©pondu Ă  toutes nos interrogations autour du cimetiĂšre notamment autour de la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations. Selon eux, le cimetiĂšre est vraiment le poumons vert Ă  l’intĂ©rieur de Paris, c’est pourquoi il est important que les visiteurs puissent apprĂ©cier leur visite Ă  travers cela. 

L’équipe du cimetiĂšre qui entretient les lieux est active quotidiennement, soit 365 jours par annĂ©e et sept jours sur sept.

Les cantonniers sont employĂ©s par la Mairie de Paris et non par le cimetiĂšre lui-mĂȘme. L’équipe de cantonniers que nous avions rencontrĂ© est chargĂ©e de plusieurs espaces dans plusieurs lieux tels que Belleville, ou encore La Villette. Ils sont en tout une Ă©quipe de 19, cependant ils considĂšrent que ce n’est pas suffisant, il faudrait engager plus de personnes compte-tenu de la quantitĂ© de travail.

Ils nous racontent aussi qu’il est important de comprendre que vis Ă  vis de leur travail, tout le monde est traitĂ© Ă  la mĂȘme enseigne dans le cimetiĂšre. C’est-Ă -dire qu’ils ne doivent pas s’occuper d’une tombe plus qu’une autre. Travaillant pour la ville de Paris, il est de leur responsabilitĂ© de faire leur travail de maniĂšre Ă©gale. 

Lors de notre discussion, ils se chargeaient de ramasser les feuilles d’automne qui couvraient le sol. Selon eux, il s’agissait d’un jour de travail « tranquille », d’oĂč la raison de notre longue discussion. ChargĂ©s de rĂ©unir et de ramasser les feuilles, ils nous expliquent qu’elles sont rĂ©cupĂ©rĂ©es par la sociĂ©tĂ© française de services SAMSIC. Cependant, il n’est pas de leur responsabilitĂ© de nettoyer les tombes ainsi que les feuilles qui se trouvent sur les cĂŽtĂ©s des tombes. C’est pourquoi il y a dans le cimetiĂšre des tombeaux plus propres que d’autres, il s’agit des proches des familles qui s’en occupent. 

“Le 8 novembre 2022 Ă  neuf heures, j’arrive une nouvelle fois par la Porte du Repos au cimetiĂšre PĂšre Lachaise. Voici quelques photos que j’ai prises lors de ma navigation dans le cimetiĂšre. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Nous pouvons apercevoir sur cette photo une magnifique composition de fleurs qui laisse paraĂźtre les couleurs de l’automne. Les proches des dĂ©funts sont chargĂ©s d’une grande partie de l’entretien des tombes. Nous pouvons voir que de grandes dispositions ont Ă©tĂ© prises ici afin de rendre le dĂ©cor agrĂ©able. Les fleurs sont visibles de loins, attirent l’oeil des passants, et marquent le paysage de leur magnifique touche de couleur.

 

Crédit photo : Dramé Maryam

En continuant ma visite j’ai pu faire la dĂ©couverte de cette somptueuse lignĂ©e de fleurs. Ce chemin de fleurs colorĂ©s placĂ©s devant des tombeaux attire lui aussi l’Ɠil des visiteurs. Je me souviens avoir Ă©tĂ© impressionnĂ© lorsque mon regard s’est posĂ© dessus. Les compositions florales de ce type m’ont permis de comprendre pourquoi certains visiteurs considĂšrent ce lieu comme un parc. 

Les cantonniers travaillant au parc nous ont parlĂ© de cet aspect de parc qui s’émanait du cimetiĂšre. Selon eux, il est bien que les visiteurs puissent apprĂ©cier les paysages qu’offrent le lieu, cependant il ne faut pas oublier le fait que ça reste un cimetiĂšre. En effet, l’un des cantonniers nous racontait qu’il avait dĂ©jĂ  aperçu une personne faire son footing dans le cimetiĂšre. Une attitude qui selon lui est un manque de respect vis-Ă -vis du lieu. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici quelques photos qui montrent bien que les bouquets de fleurs sont ajoutĂ©s par les proches des dĂ©funts. Ces derniers prennent en charge l’entretien des tombeaux Ă  leur maniĂšre. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici une photo que j’avais prise le 29 novembre 2022, lors de ma troisiĂšme et derniĂšre visite au PĂšre Lachaise. J’ai personnellement une prĂ©fĂ©rence particuliĂšre pour cette photo. En effet, je pense qu’à travers cette seule et unique photo nous pouvons voir toute la profondeur et toute l’étendue de la superficie du lieu. Les couleurs d’automne scintillent dans l’horizon en venant couper le souffle des visiteurs. 

Lecture d’un poĂšme reprĂ©sentant bien le paysage du cimetiĂšre :

L’automne 

« On voit tout le temps, en automne 

Quelque chose qui vous étonne, 

C’est une branche tout Ă  coup, 

Qui s’effeuille dans votre cou ; 

C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encore,

Et puis partout, ces feuilles d’or

Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison, 

Mais la nuit si tÎt va descendre ! 

Retournons vite à la maison RÎtir nos marrons dans la cendre. »

Lucie Delarue-Mardrus

 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

J’ai pu dĂ©couvrir pendant mes visites au cimetiĂšre que les visiteurs jouaient un trĂšs grand rĂŽle dans la maintenance des plantations et des fleurs dans le cimetiĂšre. Les visiteurs sont un des acteurs majeurs de cette maintenance, et cela s’exprime tous les jours dans la vie du cimetiĂšre. Lors de ma derniĂšre visite au cimetiĂšre, j’ai pu apercevoir une visiteuse qui arrosait d’elle mĂȘme les plantes dans le cimetiĂšre. Cette dame Ă©tait venue avec son propre arrosoir pour redonner une vivacitĂ© d’oxygĂšne au poumon vert de Paris. 

Sur les deux photos prĂ©sentes ci-dessus, j’ai voulu mettre une nouvelle fois en Ă©vidence l’aspect des services publics. En me dirigeant vers la sortie lors de ma derniĂšre visite au cimetiĂšre, j’ai pu entrevoir des agents de la Mairie de Paris planter de la vĂ©gĂ©tation vers une des portes du cimetiĂšre. En voyant ces agents travailler j’ai pu rĂ©aliser que la Mairie de Paris continue d’ĂȘtre active dans l’initiation de nouvelles plantations dans le cimetiĂšre.    

L’épilogue de mes recherches : 

C’est ici que s’achĂšve le rĂ©cit des mes dĂ©couvertes au sein du cimetiĂšre PĂšre Lachaise. En plus de mes observations directes sur les lieux, d’autres moyens m’ont permis d’en savoir plus sur le sujet. Afin de mener Ă  bien mes recherches sur le cimetiĂšre, j’ai pu compter sur la prĂ©sence du site officiel du PĂšre Lachaise qui regorge d’une bibliothĂšque d’informations sur le lieu. De plus, le site officiel de l’ONF (l’Office National des ForĂȘt) Ă  aussi Ă©tĂ© une ressource utile pour moi. 

À la suite des dĂ©couvertes que j’ai pu faire en travaillant sur le cimetiĂšre PĂšre Lachaise, j’ai pu percer Ă  jour une autre facette du lieu. Ce qui m’a marquĂ© dans cette analyse du cimetiĂšre est que cet aspect de parc est omniprĂ©sent dans l’espace. Le cimetiĂšre dispose d’une Ă©norme  superficie qui permet aux visiteurs d’apprĂ©cier les paysages qu’il nous offre. Cette immense Ă©tendue est un point majeur dans la vision que les visiteurs portent sur le cimetiĂšre. En effet, entendre certaines personnes considĂ©rer ce lieu comme un parc avant tout m’a encouragĂ© Ă  en dĂ©couvrir les causes. Le cimetiĂšre dispose d’une flore incroyable qui permet au visiteur de progresser dans un splendide environnement. 

Le PĂšre Lachaise est parĂ© de multiples propositions de fleurs et de plantation. Selon moi, ce thĂšme m’a inspirĂ© car il s’agit de l’aspect qui Ă  rendu ma visite agrĂ©able.

À la suite de mon analyse je n’imagine pas le cimetiĂšre PĂšre Lachaise sans son aspect vĂ©gĂ©tal. Le PĂšre Lachaise est bien le poumon vert de Paris, c’est pourquoi il est nĂ©cessaire de mettre en valeur cet aspect. Je me pose la question d’un dĂ©veloppement de cet aspect au sein du cimetiĂšre. Comment la Mairie de Paris pourrait-elle amĂ©liorer les dĂ©cors qu’offrent le cimetiĂšre ?

Selon moi, exploiter ce caractĂšre panoramique du cimetiĂšre pourrait permettre aux visiteurs d’apprĂ©cier l’endroit encore plus.  

 

DRAMÉ Maryam

CimetiĂšre du PĂšre-Lachaise, comme un dĂŽme silencieux en plein Paris

Il y a de ces lieux oĂč le silence s’impose. Plus qu’une interdiction de parler, le silence nous incombe. Dans les lieux religieux, dans les cimetiĂšres, nous chuchotons ou nous arrĂȘtons de parler. Cette coutume semble lier Ă  la corrĂ©lation entre le silence et la mĂ©moire, nous nous taisons pour nous recueillir, pour honorer quelqu’un ou quelque chose.

C’est ce silence qui m’a marquĂ© quand je suis entrĂ©e pour la premiĂšre fois dans le cimetiĂšre du pĂšre Lachaise. Habituellement, je ne vais pas au cimetiĂšre pour me promener, mais plutĂŽt pour des sĂ©pultures, dans un cadre plus triste et solennel. Ce n’était pas rĂ©ellement l’occasion de se questionner sur le cimetiĂšre en lui-mĂȘme. Alors quand je suis arrivĂ©e au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise, j’ai Ă©tĂ© frappĂ©e par l’atmosphĂšre pensant et l’absence de bruit ou plutĂŽt par le poids du silence. Ce ressenti est d’autant plus impressionnant par rapport au contraste avec l’extĂ©rieur du cimetiĂšre. Il est situĂ© en plein Paris, entourĂ© de boulevard, de mĂ©tro, d’écoles, des Ă©lĂ©ments bruyants de la ville. Et pourtant, en y entrant, on se retrouve sous un dĂŽme. Ce serait un mensonge de dire que l’on entend plus rien, la ville reste bel et bien prĂ©sente autour, mais le cimetiĂšre est calme. L’atmosphĂšre peut-ĂȘtre lourde et pesante pour les personnes qui aiment le bruit, mais aussi calme et apaisante pour ceux qui cherchent le silence.

Pour l’observation, je suis allĂ©e trois fois au cimetiĂšre, et sans m’en rendre compte, j’y ai entrepris des voyages auditifs diffĂ©rents. A des moments, j’étais accompagnĂ©e, et nous discutions de ce que nous voyons et entendons. D’autres fois, j’écoutais de la musique classique. Autrement, j’écoutais simplement la mĂ©lodie du cimetiĂšre. A travers cet article, je souhaite vous emmener flĂąner avec moi dans le cimetiĂšre. J’ai enregistrĂ© quelques moments de ma balade, sans chemin tracĂ© et sans savoir quels sons j’allais croiser. Je vous invite Ă  entrer au cimetiĂšre du PĂšre Lachaise avec moi :

Pour vous situer un peu, je suis sortie du mĂ©tro 3 Ă  l’arrĂȘt PĂšre Lachaise, j’ai remontĂ© le boulevard de MĂ©nilmontant, en longeant le mĂ©morial aux morts de la Grande Guerre. Je suis entrĂ©e dans le cimetiĂšre, et ai remontĂ© l’allĂ©e principale. Puis je me suis laissĂ© transporter par le cimetiĂšre, l’oreille tendue. Dans cet enregistrement, vous pouvez dĂ©jĂ  percevoir certains bourdonnements du lieu que je vais maintenant vous dĂ©crire.

Les morts ne font plus un bruit et nous n’allons quand mĂȘme pas les rĂ©veiller ! Le silence est vu comme une forme de respect pour les morts, et pour les vivants qui se recueille. GrĂące Ă  lui, nous honorons la mĂ©moire des dĂ©funts. Mais cette opposition entre la mort et le bruit n’est pas absolue. Quand on y pense, pour le vivant, il y a rien de plus bruyant, de plus prĂ©sent que le chagrin. Les morts ne peuvent plus Ă©mettre de son, mais les vivants ne peuvent ĂȘtre rĂ©ellement silencieux. Et pour cause, le battement du cƓur, la respiration, la voix, les sons en gĂ©nĂ©ral, sont les seules choses qui distinguent les morts des vivants. Le vivant se questionne donc en permanence sur la nĂ©cessitĂ© de garder le silence pour la mĂ©moire ou sur le besoin de faire du bruit pour montrer que l’on est en vie. Dans certaines sociĂ©tĂ©s, les sĂ©pultures se font en chanson et en musique. L’ambivalence rĂ©side dans le fait que certains prĂ©fĂšrent cĂ©lĂ©brer la vie du dĂ©funt plutĂŽt que de se canter au silence et au vide que laisse sa disparition. Cela nous invite Ă  comprendre de quelle façon le vivant ramĂšne le bruit dans le silence du cimetiĂšre.

Le murmure de la nature

Ce silence n’est pas imposable lorsque le cimetiĂšre ouvre ses portes aux vivants. Le PĂšre Lachaise est souvent comparĂ© Ă  un parc dans lequel nous pouvons nous promener, mais aussi nous asseoir pour observer et Ă©couter. C’est ce que je vous propose de faire dans ce deuxiĂšme audio.

Pendant longtemps, le cimetiĂšre n’était composĂ© que de tombes et d’allĂ©es pavĂ©es. Aujourd’hui, la nature reprend ses droits. Il est accompagnĂ© depuis pour favoriser l’enrichissement de la faune et de la flore en son sein. Le but est de laisser se dĂ©velopper la biodiversitĂ© sans intervention humaine destructrice. La vĂ©gĂ©talisation du cimetiĂšre impacte directement son atmosphĂšre. DĂ©sormais, le PĂšre Lachaise prend aussi la forme du parc fleuri, idĂ©al pour flĂąner au milieu de la capitale. Le retour de la flore naturelle, sans pesticide, entraĂźne aussi le retour de la faune. Les oiseaux y chantent, volant d’arbre en arbre, il semble mĂȘme discuter au-dessus des tombeaux. Vous pouvez les Ă©couter !

Le chant des oiseaux prend le pas sur les bruits de la ville. Ils nous offrent une douce mĂ©lodie et accompagnent les visiteurs et les familles endeuillĂ©es. Le cimetiĂšre est ponctuĂ© du gazouillis des oiseaux, mais pas seulement. Des chats se promĂšnent dans le cimetiĂšre. Certains ont mĂȘme eu la chance de croiser un chien malinois. La faune est bien prĂ©sente pour rythmer le cimetiĂšre. En parallĂšle, le vent effleurant les arbres et le crĂ©pitement des feuilles qui tombent, participent aussi Ă  l’atmosphĂšre sonore du cimetiĂšre. La nature propose une belle mĂ©lodie automnale. Et tous ces animaux, ces plantes, ces arbres, toute cette biodiversitĂ© se mĂȘlent jour et nuit faisant vivre, en permanence la demeure des morts.

L’écho de la maintenance

On ne peut empĂȘcher la nature de faire du bruit, mais on peut encadrer celui des humains. Chaque jour, le cimetiĂšre ouvre ses portes au commun des mortels et fait entrer les sons « admis » ou « autorisĂ©s ». Le lien entre la nature et les humains se fait grĂące aux jardiniers. Ils accompagnent le dĂ©veloppement de la biodiversitĂ© et interviennent pour ramasser les feuilles mortes ou couper les branches d’arbre devenues dangereuses. Le bourdonnement de leurs outils peut rappeler celui des travaux de la ville. Ils sont l’écho de la maintenance du cimetiĂšre.

En effet, les tombes sont entretenues tout au long de l’annĂ©e par le personnel du cimetiĂšre. Pendant, mes balades j’ai croisĂ© de nombreuses personnes chargĂ©es de l’entretien du cimetiĂšre. Certains se font entendre par leur voix, discutant de la façon dont ils vont bĂ©tonner une tombe. Pour d’autres, ce sont le bourdonnement de leurs outils qui retentissent. Vous pouvez Ă©couter ici le bruit des travaux en cours sous le crĂ©matorium.

De mĂȘme, on entend souvent les voitures ou les camionnettes des agents d’entretien du musĂ©e. Ici, le rĂąle du moteur d’une camionnette de nettoyage dans une des allĂ©es principales du cimetiĂšre.

Si beaucoup d’outils mĂ©caniques sont utilisĂ©s pour la maintenance du cimetiĂšre, la mĂ©moire se grave Ă  la main. En me promenant, j’ai pu tendre l’oreille et entendre un graveur d’épitaphe. Écoutez, vous aussi le crĂ©pitement de ses outils inscrivant les mots qui orneront la pierre tombale.

Tous ces sons « autorisĂ©s » au sein du cimetiĂšre semblent contraires au silence qu’incombe la mĂ©moire des morts. Et pourtant leurs bruissements sont le fruit d’actions nĂ©cessaires Ă  la maintenance du cimetiĂšre et donc Ă  la mĂ©moire des personnes qui y reposent.

Le bourdonnement des visiteurs

Les visiteurs sont les seuls Ă  vraiment pouvoir faire silence au sein du cimetiĂšre. Mais, mĂȘme si on le voulait, ce serait impossible. Le cimetiĂšre abrite une grande diversitĂ© de personnes avec des mĂ©tiers diffĂ©rents, des origines du monde entier. Et si les morts sont silencieux, ceux qui restent ne le sont pas. Les familles des dĂ©funts sont toutes trĂšs uniques et ont toutes diffĂ©rentes maniĂšres de faire leur deuil. Le ruissellement des larmes sur leurs joues, les sanglots du deuil, les priĂšres mais aussi les chants de recueillement se mĂȘlent Ă  la musique du cimetiĂšre. Le deuil est finalement quelque chose de trĂšs subjectif. Je n’irai pas jusqu’à enregistrer les personnes endeuillĂ©es. Mais le dispositif autour de la sĂ©pulture rythme lui aussi la musique du cimetiĂšre. Vous pouvez Ă©couter le son d’un corbillard en stationnement.

Le bruit des humains est aussi reprĂ©sentĂ© par les voix et les dĂ©placements des visiteurs. Certains discutent entre eux, d’autres nous laissent simplement entendre leurs pas sur les feuilles d’automne et les pavĂ©s du cimetiĂšre.

D’autres se recueillent sur les tombes de cĂ©lĂ©britĂ©s. Le PĂšre Lachaise est aussi connu pour les nombreuses cĂ©lĂ©britĂ©s qu’il abrite. Des fans du monde entier y viennent pour un dernier au revoir Ă  Edith Piaf, ou Jim Morrison. Des acteurs, des chanteurs, des danseurs, des poĂštes, des Ă©crivains reposent au cimetiĂšre. Tant de personnes que l’on a beaucoup entendu de leur vivant. Certains de leurs fans osent ainsi se recueillir en chanson, sur leur tombe. Lors de la premiĂšre sortie d’observation de PĂšre Lachaise, avec mon amie, nous avons croisĂ© un guide et ses clients sur la tombe de Gilbert BĂ©caud. Ils nous ont chantĂ© un petit bout de « Nathalie », une cĂ©lĂšbre chanson du chanteur. Les fans rompent ainsi le silence pour rendre hommage aux dĂ©funts. Des chuchotements aux chants, la voix des vivants fait rĂ©sonner la mĂ©moire des morts.

Il est maintenant temps pour nous de sortir du cimetiĂšre, de retrouver le vacarme des vivants.

Le seul silence absolu est celui des morts. Le cimetiĂšre l’accueille mais laisse aussi les vivants faire entrer leur mĂ©lodie. Se promener dans le cimetiĂšre permet de dĂ©couvrir une balade unique Ă  travers un lieu rempli d’Ă©motions. L’expĂ©rience n’est jamais anodine, le PĂšre Lachaise peut ĂȘtre vu comme un parc ou un simple lieu de passage, mais on ne se promĂšne pas de la mĂȘme maniĂšre dans un cimetiĂšre que dans un parc. Cet endroit public semble ĂȘtre suspendu hors du temps. Il nous propose diffĂ©rents voyages intĂ©ressants, le voyage auditif Ă©tait pour moi le plus frappant. Il faudrait certainement revenir au cimetiĂšre Ă  une autre saison pour y percevoir une autre mĂ©lodie, comme Ă  un concert de Vivaldi.

S’il le cimetiĂšre m’a paru trĂšs insonore de premier abord, il est en rĂ©alitĂ© bien plus assourdissant qu’on le pense. Le poids de son silence ou l’écho des vivants qui le jonchent crĂ©e une atmosphĂšre aussi pesante qu’apaisante. Il nous rappelle que nous seuls, vivants, pouvons Ă©mettre des sons et que le silence n’appartient qu’au mort prĂ©sent sous nos pieds. Nos murmures, nos grincements, nos grondements, nos chants rĂ©veillent le cimetiĂšre et nous font comprendre que si nous chantons c’est que nous sommes vivants.

Zoé Gautier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search