La ville en crise et l’observation confinée

Au moment où nous avons commencé cet atelier d’écriture et d’observation de la ville, les rassemblements dans l’espace public étaient encore permis. Comme nous sommes un petit groupe d’étudiant-e-s, nous avons cru que les séances d’observation collective, prévues initialement dans le quartier La Défense, seraient possibles. Avec les annonces du 28 octobre 2020 – et le début du deuxième confinement – échapper à la pandémie devient impossible : au-delà de l’obligation de respecter les gestes barrières (distanciation et porte du masque), nous avons été contraints par les règles sur les déplacements (restreints à 1 km) et les regroupements (interdits dans l’espace public). L’accès à la ville devient difficile pour les citadins, mais également pour les élève-e-s qui commençaient leurs enquêtes.

Dans un premier temps, certains collègues m’ont conseillé d’utiliser des images des caméras de vidéosurveillance qui transmettent en direct des images des espaces de la ville 24h/24h. Les étudiants ont aussi évoqué cette possibilité en cours. Cependant, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions pas analyser ces images sans nous interroger sur le contexte de rupture, de risque, et d’instabilité dans lequel elles sont produites. Suite à l’urgence de trouver une autre thématique, nous avons décidé d’assumer les contraintes actuelles et de nous intéresser finalement à la notion de « ville en crise », tout en vivant nous-même la crise sanitaire. Nous ne cherchons pas ici l’exhaustivité-représentativité de la période que nous vivons. Loin de là, ces comptes rendus sont ce qu’ils sont : des textes produits dans le cadre d’un atelier par des étudiant-e-s de première année de master en information-communication.

Notre travail s’inscrit dans une double approche. Tout d’abord, le (de)confinement et les mesures mises en place par le gouvernement sont l’objet d’analyse de certains textes : l’autorisation de se déplacer dans le rayon d’un kilomètre, l’usage des espaces verts, places, stations balnéaires, transports publics ou encore des problèmes d’ordre socio-économique… Deuxièmement, les règles du confinement vont modifier-impacter fortement la façon d’enquêter. Comment construire sa méthodologie tout respectant la légalité ? Certaines adaptations dans la façon de travailler sont mises en place pour essayer de contourner les limites. Contraints aux informations disponibles « au bas de leur porte », certains étudiant-e-s décident d’utiliser leur heure de déplacement quotidienne pour enquêter. D’autres, font appel aux cercles familial et amical pour continuer leur enquête, dans l’espoir justement d’aller plus loin dans la démarche d’observation.

Baser son enquête sur des règles et des conditions si volatiles a eu pour effet de créer une instabilité. L’annonce du président Emmanuel Macron du 24 novembre a été particulièrement attendue par certains d’entre nous, car c’était la suite de l’enquête même qui pouvait être en jeu. Les étudiant-e-s ont fait preuve de leur capacité d’adaptation. Nous pouvons lire cela dans les comptes rendus qui suivent : les effets de l’élargissement du périmètre d’un à 20 kilomètres et l’augmentation du nombre d’heures de sortie autorisée. Il faut s’ajouter les observations commencées dans une ville pour finir dans une autre, quand les étudiant-e-s sont revenu-e-s à Paris.

Pendant la période du deuxième confinement (du 29 octobre au 15 décembre), les séances de l’atelier d’une durée de deux heures ont été assurées via Zoom, une fois par semaine. Nous avons réservé 4 heures de notre atelier pour discuter les sujets choisis, la construction de la méthodologie d’observation et les limites, surprises et difficultés rencontrées sur le terrain. Comment créer une méthodologie, un protocole, un schéma à suivre ? Les observations et les entretiens-rencontres avec des acteurs du terrain ont été finalement les méthodologies les plus utilisées par les étudiant-e-s. Ceci est justifié par le fait que d’un point de vue théorique, nous nous appuyons dès le début de l’année sur une double cadrage. Tout d’abord, nous nous intéressons au fonctionnement de la ville, à partir des éléments de l’espace urbain, en se focalisant sur les typologies et les catégories de Kevin Lynch (1971). Ensuite, nous nous basons sur la perception que les citadins ont de la ville (Antoine Bailly, 1977) à partir d’une approche plus symbolique des interactions humaines, des vécus et des valeurs socioculturelles des usagers de la ville (William Foote White, 1943).

Nous avons ouvert ce carnet Hypothèses au début du semestre dans la logique de donner aux étuditant-e-s la possibilité de travailler collectivement un objet numérique-éditorial qui sert à valoriser leur travail d’enquête. En partant de leurs compétences en communication, trois formats ont été proposés pour les publications qui suivent : la photographie, le texte et la mise en page. C’est la raison pour laquelle certains comptes rendus ont plus de photos et moins de texte et vice-versa. Aussi, cela explique la possibilité de télécharger certains textes au format PDF. Les étudiant-e-s avaient aussi le choix de l’idiome et les textes en langue étrangère ont été fortement encouragés.

Photo : Koshu Kunii/Unsplash

Promotion 2020/2021 : la ville dans la hess

Nous remarquons une porosité entre ce qui relève des notes de journal de terrain et ce qui pourrait s’inscrire dans la catégorie du journal intime. Les étudiant-e-s ont fait part de la difficulté de trouver un sujet sans partir de soi, de ses expériences personnelles et de son lieu de résidence. Ainsi, c’est en partant de sa porte que Rémi Le Guillon s’intéresse en quoi la règle du « un kilomètre » pourrait influencer la dynamique de son quartier au 11e arrondissement de Paris et comment les différents citadins cherchent la « normalité » dans leurs déplacements dans cet espace. Adèle Jonas part aussi de sa proximité du bois de Vincennes pour interroger la même règle à partir des usages des espaces vertes. Elle observe un rond-point au centre du bois et interroge les passants sur le respect des mesures sanitaires.

De l’autre côté, pour certains, il n’y a rien qui se passe depuis leur fenêtre. Une étudiante nous dit : « Il n’y a rien que se passe à côté de chez-moi, si je dois respecter 1 km ». Confiné-e-s, certains n’arrivent pas à identifier les interactions, qui restent très limitées sur les zones résidentielles, dans les petites villes, et à la campagne. Le compte rendu de Romane Margerit est particulièrement intéressant puisqu’elle interroge l’utilisation du « un kilomètre » dans différents types d’urbanités pour montrer que nous n’avons pas le même kilomètre à la ronde.

Puisqu’on parle d’inégalités, deux étudiantes se sont penchées sur les impacts socio-économiques du confinement et leur conséquence pour les villes. Ainsi, Oréanne Fagnon situe son analyse sur la commune de Saint-Denis, tout en s’intéressant à la précarité et à la crise de la faim que pouvaient subir des citoyens du fait du confinement. Ensuite, Elnura Kenenbaeva enquête sur la construction des garderies à Levallois-Perret, des espaces créés pour assurer la sécurité des parents-employés qui travaillent sur place pendant la crise du coronavirus.

Certains étudiant-e-s ont quitté Paris pendant le confinement et sont retourné-e-s chez leurs parents. Contraints par ce déplacement, ils sont amené-e-s à enquêter sur la ville où ils ont grandi ou le lieu de résidence (secondaire ou primaire) de leur famille. Marc Côme, par exemple, a produit un compte rendu sur l’impact des mesures en place dans l’usage de la station balnéaire par des habitants de Royan. Il parle de réaménagement et des ruptures habitude et du quotidien, en comparant la période estivale aux deux confinements. Ou encore Louise Bothé qui explore la liaison entre ville et périphérie en crise, en enquêtant sur les transports publics à partir de la station de métro La Poterie à Rennes. Elle compare la fréquentation en temps de crise et en temps « normal ».

Les étudiant-e-s ont été souvent intéressé-e-s par ce que le confinement produit de nouveau, ils voulaient identifier ce qui serait perçu par les habitants comme inédit. Or, parler de nouveauté dans l’appropriation de la ville et les usages des espaces par les citoyens, implique de questionner ce qui est entendu par « normal ». Le deuxième critère plus difficile à identifier, car les données d’observations sur ces espaces pendant la période avant-confinement sont rares. Pour parler du service click&collect, Jean-Camille Bouteillon écrit sur la dynamique urbaine de l’île Saint-Louis à partir de la perception de ses commerçants. Irchaf Bouhmama a enquêté sur les nouveaux usages de la place Lucien Bouchard à Charleville-Mézières et sur comment le confinement réduit la convivialité de ses espaces conçus principalement pour le passage, le loisir et la rencontre.

Toujours dans cette logique, trois étudiant-e-s ont produit des comptes rendus sur les (nouveaux) usages des parcs et espaces verts. En partant d’une découverte personnelle, Laure Boursier a fait des observations de l’étang du Moulin à vent à Guyancourt pour dégager les différents usages de cet espace pendant le confinement et les frontières (invisibles) qui séparent ses utilisateurs. Pareillement, Séréna Jupille se penche sur les usages (et les usagers) du parc des Buttes Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris. Auriane Jaillet utilise la technique des dessins-entretiens pour comprendre le sens donné à la place Montgomery à Neuilly-Plaisance. Elle part de cet espace devenu uniquement lieu de passage, avec des bancs qui restent vides.

Abordant les déplacements en Île-de-France, Babacar Ndiaye a observé la fréquentation de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour étudier les effets du confinement en termes d’agencement des espaces dans une station du RER D. Alice Farrando explore l’usage des transports commun pendant la pandémie : elle observe l’utilisation des vélos et des trottinettes à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près. Linçia Landrezeau s’intéresse à la pérennisation d’espaces créés suite au premier confinement, en observant ce que l’aménagement des pistes cyclables de la rue du Rivoli engendre dans le quartier et même dans sa globalité sur la ville de Paris.

Pour nous aider à l’élargir ce que nous entendons par « ville en crise », quatre étudiant-e-s ont choisi des sujets qui n’ont pas un rapport direct avec la période de confinement. Caroline Dossous s’est rendue à Conflans-Sainte Honorine un mois après l’attentat du professeur Samuel Paty pour identifier les lieux de mémoires et le désir de retour à la « normalité » des habitants du Val d’Oise. Mathieu Mogès écrit sur le passé culturel et mémoriel de Compiègne : en enquêtant sur l’aménagement du camp de Royallieu, qui a servi de campement pendant la Deuxième Guerre mondiale, il cherche à comprendre comment un lieu marqué par l’horreur de la guerre est rendu « attractif » d’un point de vue urbanistique. La ville en guère fait aussi l’objet du compte rendu d’Angélique Minassian qui parle de la reconstruction de Stepanakert. Elle aborde cette thématique à partir de la crise humanitaire provoquée par le conflit géopolitique entre l’Arménie et l’Azerbaïjan, qui a fait plonger la région du Haut-Karabakh. Enfin, nous avons le travail d’Agali Almoctar Moussa sur comment les fréquentes inondations dans la ville de Niamey (capitale du Niger) freinent le développement (ou le déploiement) de l’accès au numérique et à ce qu’on entend par Smart City.

Virus, attaques, explosion. La ville “dans la hess” au centre de nos productions

Le paysage urbain et les usages de certains espaces de la cité sont fortement impactés par des incidents, que cela soit par une crise sanitaire, un attentat terroriste ou une catastrophe naturelle. Ces événements engendrent une rupture du quotidien, de ce qui est entendu comme “normal” dans la vie des habitants.  Pour l’année 2020-2021, des multiples exemples de ville en crise seront au cœur de nos créations pour cet atelier d’écriture. 

En enquêtant sur la perception des citadins en période de risque, d’incertitude et d’instabilité, les textes qui vont suivre s’organiseront en trois axes transversaux : territoire, interactions et changements.

Le premier s’intéresse à ce que la crise produit dans la ville. Ce qui est mis en place sur le territoire pour faire face “au problème”, spécialement en termes de signalétique, mobilier urbain et aménagement des espaces. 

Ensuite, nous nous interrogeons sur ce qui fait ville en période de crise. Les interactions des citoyens (règles, contrôle et subversion) pour s’organiser, survivre et surmonter collectivement des épisodes dramatiques. 

Finalement, ces modifications sont souvent profondes et nous proposons une analyse sur comment penser la ville d’après-crise et la pérennisation des changements du paysage urbain.

HOPE (photo : ViMedia/Pexels)

*dans la hess : c’est une expression de l’argot pour désigner le fait “d’être dans la galère” 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search