Expérience des diversités à Sao Paulo

Dans le cadre de notre voyage de classe organisĂ© par l’IFP Ă  Sao Paulo, il nous a Ă©tĂ© demandĂ© de produire un article sur un sujet concernant cette ville. C’est pourquoi, nous essaierons ici de rendre compte, du point de vue d’élĂšves Parisiens de Master 2 ayant fait l’expĂ©rience, au cours d’une petite semaine, d’un aspect de la plus grande ville du cinquiĂšme plus grand pays du monde. 

Nous nous servirons pour cela de ce court laps de temps comme d’une analyse de terrain, le but Ă©tant aussi de transmettre notre ressenti. Nous travaillerons en deux temps: en donnant d’abord un aperçu de la mixitĂ© urbanistique et sociale, avant de nous attarder sur la diversitĂ© culturelle. 

Mixité urbanistique et sociale

La ville de Paris est un exemple particuliĂšrement marquant d’unitĂ© urbanistique et architecturale, marquĂ©e par les fameux immeubles haussmanniens. Des façades presque identiques dans une grande partie de la ville, des immeubles de 6 Ă©tages maximum, voilĂ  ce qui compose Paris. Il faut se rapprocher du pĂ©riphĂ©rique, dans des quartiers plus nouveaux pour prendre de la hauteur et commencer Ă  voir une diversitĂ© dans les bĂątiments. Nos yeux sont habituĂ©s Ă  l’homogĂ©nĂ©itĂ© de cette ville que nous habitons depuis plusieurs annĂ©es. 

Rien de tel Ă  Sao Paulo. D’immenses gratte-ciel vitrĂ©s cĂŽtoient des buildings de plusieurs dizaines d’étages de style Art Deco ou encore d’anciens bĂątiments coloniaux, des bĂątiments complĂštement dĂ©labrĂ©s voire Ă  l’abandon Ă  cĂŽtĂ© de toutes nouvelles constructions, il ne semble y avoir aucune rĂšgle rĂ©gissant le dĂ©veloppement urbain de la ville. VoilĂ  notre premiĂšre impression en sortant de l’aĂ©roport. La deuxiĂšme surprise pour nos yeux de parisien-ne-s est l’étalement urbain de la ville. Si Ă  Paris il est aisĂ© de voir l’horizon (parce que les bĂątiments sont bas mais aussi parce que la mĂ©tropole du Grand Paris fait presque la moitiĂ© de celle de Sao Paulo), Sao Paulo semble s’étendre Ă  perte de vue. Un passage en haut du Farol Santander permet de prendre conscience de cette immensitĂ©, mais aussi de dĂ©couvrir la ville d’un autre point de vue. ÉlĂ©ment marquant lĂ  aussi, mais sans aucun doute reprĂ©sentatif encore une fois de cette ville diverse : du haut des 35 Ă©tages de la tour, on remarque de nombreux hĂ©liports sur les toits des bĂątiments alentour. Ce qui semble alors complĂštement anormal pour nous est en fait totalement justifiĂ© pour une (petite) partie des Paulistes. La ville et sa mĂ©tropole Ă©tant tellement Ă©talĂ©es et la circulation toujours tellement encombrĂ©e, il n’est pas rare pour certaines personnes de se dĂ©placer en hĂ©licoptĂšre. Un contraste fort avec la pauvretĂ© omniprĂ©sente dans la rue. 

Vue de Sao Paulo depuis Farol Santander

Vue de la ville de Sao Paulo depuis le haut de la tour Farol Santander

Mais l’espace urbain de Sao Paulo ne se restreint pas aux constructions, et la nature est elle aussi trĂšs prĂ©sente dans la ville. Quelques parcs composent la ville, comme le parc Ibirapuera d’1,58 km2 en plein cƓur de la ville, mais c’est surtout la vĂ©gĂ©tation qui rencontre les constructions qui est surprenante. En effet, nous avons Ă©tĂ© marquĂ©s par la grande prĂ©sence d’arbres et de plantes dissĂ©minĂ©s dans la ville et la rendant dans une certaine mesure agrĂ©able Ă  arpenter. En discutant de ces nombreuses diffĂ©rences et Ă©tonnements avec des habitants de Sao Paulo, nous avons aussi pu nous rendre compte que ce qui nous semble ĂȘtre un point (trĂšs) positif, ici la prĂ©sence de vĂ©gĂ©tation, est perçu par elles et eux comme un point Ă  amĂ©liorer puisqu’ils espĂ©raient une ville encore plus verte. 

Cette photo malheureusement trÚs connue illustrant les inégalités sociales mais aussi la cohabitation de deux mondes était dans tous les esprits lors de ce voyage ; et sans doute encore plus à notre retour en repensant à ce que nous avons pu vivre et découvrir. 

Nous avons pu notamment en faire l’expĂ©rience lorsqu’un aprĂšs-midi nous avons souhaitĂ© nous rendre dans le quartier de la cathĂ©drale. Proche du centre historique que nous avions dĂ©jĂ  visitĂ©, et avec en tĂȘte l’idĂ©e d’un quartier touristique et vivant, nous nous sommes retrouvĂ©s dans des rues sales, densĂ©ment occupĂ©es par des personnes et familles vivant dans la rue. Idem pour nous rendre dans les bureaux de la Folha de S.Paulo, oĂč une fois la nuit tombĂ©e il est proscrit de se dĂ©placer Ă  pieds Ă  cause de la violence du quartier et des risques que l’on prendrait. Ces deux moments sont les seuls oĂč nous avons rĂ©ellement Ă©tĂ© confrontĂ©s Ă  la pauvretĂ© de la ville et de ses habitants, notre posture de touristes nous ayant maintenue dans les “meilleurs” quartiers et mĂȘme si nous avons eu la chance d’échanger avec quelques brĂ©siliens et brĂ©siliennes, ce n’est que par leur discours que nous avons connu la forte diversitĂ© sociale de la ville et du pays.

Les quelques jours que nous avons passĂ©s dans l’ultra centre-ville nous ont dĂ©jĂ  permis de nous rendre compte de cette grande diversitĂ© urbanistique. Cette diversitĂ© architecturale est le reflet de la diversitĂ© culturelle du pays mais aussi de la diversitĂ© sociale, oĂč se cĂŽtoient grande richesse et extrĂȘme pauvretĂ©. De notre point de vue parisien, cette ville paraĂźt alors dĂ©routante dans sa diversitĂ©, nous rappelant parfois des paysages europĂ©ens (hĂ©ritĂ©s de la colonisation) et d’autres fois des panoramas nord-amĂ©ricains.

BĂątiments d’habitation dans le centre de Sao Paulo

Mixité culturelle

Paradoxalement, le dernier volet du mĂ©tissage, son caractĂšre culturel, est si profondĂ©ment ancrĂ© au cƓur de la ville qu’il n’est pas le plus aisĂ© Ă  expĂ©rimenter au premier abord. L’énergie qui traverse en permanence cette ville en ferait presque un espace vivant, si bien que l’apparente unitĂ© de son mouvement semble a priori masquer l’individualitĂ© des Ă©lĂ©ments qui le composent. Pour un Ɠil qui n’a jamais rĂ©ellement connu que Paris, un temps d’accommodation est nĂ©cessaire avant de saisir ne serait-ce qu’un peu le degrĂ© de mĂ©tissage culturel. J’essaierai donc de donner quelques exemples pour rendre compte de la multiscalaritĂ© de ce mĂ©tissage que m’ont apportĂ© ces jours Ă  Sao Paulo. 

J’aimerais tout d’abord Ă©voquer une expĂ©rience trĂšs immĂ©diate par rapport Ă  notre arrivĂ©e sur le sol brĂ©silien, certainement trĂšs anecdotique, mais qui nous a donnĂ© un aperçu de la diversitĂ© culturelle : le premier dĂ©jeuner. C’était un buffet sur lequel Ă©taient servis des plats caractĂ©ristiques de nombreux pays et bien plus recherchĂ©e qu’une carte composĂ©e de plats reprenant les fast-foods les plus rĂ©pandus. Il faut ajouter que la clientĂšle correspondait Ă  des profils de types : femmes et hommes d’affaires, groupe de jeunes apparemment aisĂ©s aux vues des logos sur leurs vĂȘtements, de leur attitude et de leur smartphone, des familles venues cĂ©lĂ©brer un Ă©vĂšnement. Apparemment, un lieu prisĂ© par les locaux. Enfin, nous avons par la suite Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  constater des configurations similaires ailleurs. Amusant donc, de constater que cette profusion culturelle Ă©tait observable plus tard, comme pour illustrer les prĂ©sages de cette anecdote. 

La seconde illustration du mĂ©tissage est l’ampleur de la diaspora japonaise, Ă  l’échelle du pays, elle est de l’ordre d’un million et demi de personnes dont prĂšs de cinq cents mille dans le quartier de Libertade Ă  Sao Paulo, oĂč se trouve la plus grande communautĂ© japonaise du monde. Outre cette importante population et les Ă©lĂ©ments caractĂ©ristiques que l’on retrouve au sein de ce quartier, un dĂ©tail rĂ©current montre l’ancrage de la culture japonaise. Nous avons constatĂ© que sur les innombrables Ă©tales dissĂ©minĂ©es partout dans la ville, vendant des bracelets tressĂ©s et autres bibelots destinĂ©s aux touristes, l’un des objets le plus reprĂ©sentĂ© Ă©tait un bob portant le nuage de l’Akatsuki, un symbole bien connu des adeptes du manga. Effectivement, il est clair qu’il existe des lecteurs aux quatre coins du globe, et que cette tendance attire de plus en plus d’amateurs, cependant, le fait qu’un objet devienne Ă  ce point rĂ©current dans le paysage urbain, et se tienne Ă  proximitĂ© de produits « stĂ©rĂ©otypiques », participe Ă  l’impression du mĂ©tissage culturelle plutĂŽt que d’une manoeuvre de ciblage de clientĂšle. 

Enfin, le dernier exemple n’est pas vĂ©ritablement visible en quelques jours dans la ville, mais nous l’avons appris sur place. Il s’est menĂ©e au BrĂ©sil une politique de « blanchissement » ayant la volontĂ© d’homogĂ©nĂ©iser la couleur de peau de la population et dont l’un des arguments reposait sur l’idĂ©e que le degrĂ© de clartĂ© favoriserait la hiĂ©rarchisation sociale. Si le fondement de cette dĂ©marche semble appartenir Ă  une Ă©poque largement rĂ©volue, il faut aussi considĂ©rer que le gouvernement prend en charge les recensements, il est donc  responsable de la classification. 61,8 % de la population est donc estimĂ©e « blanche » en fonction de sa teinte. Alors que gĂ©nĂ©ralement, un blanc y a des ascendants d’autres couleurs. Cela illustre deux choses, la premiĂšre est l’obstination Ă  vouloir « blanchir » la population, elle s’étend jusqu’à amalgamer couleur et origine ethnique. La seconde est que le mĂ©tissage est si prĂ©sent qu’il est comme diluĂ© et se manifeste dans des Ă©lĂ©ments du quotidien mais Ă©galement au sein des individualitĂ©s. Aussi, cela semble se corrĂ©ler avec l’actuelle profonde crise identitaire qui se manifeste au BrĂ©sil, un sujet traitĂ© par le principal journal du pays : Folha de Sao Paulo. Cette crise serait le rĂ©sultat d’une histoire fractionnĂ©e, marquĂ©e par la violence de la colonisation mais aussi par une abondance de culture. Il semble, d’aprĂšs les habitants, qu’il n’y a pas rĂ©ellement d’identitĂ© brĂ©silienne. 

 

Louise Bothé & Rémi Le Guillou

Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possĂšde un passĂ© historique d’envergure.

Situation gĂ©ographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la cÎte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derriÚre ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pĂȘche Ă  faible population. Le territoire urbain Ă©tait alors restreint et la vie Ă©conomique se dĂ©veloppait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos RemĂ©dios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la dĂ©couverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brĂ©silien Ă  proximitĂ© de Paraty) fait de Paraty une plateforme Ă©conomique stratĂ©gique. Il existait un “chemin de l’or” (en brĂ©silien Caminho de Ouro) oĂč toute la marchandise Ă©tait ramenĂ©e dans le centre-ville afin d’ĂȘtre vendue.  Pendant prĂšs de deux siĂšcles, le petit port de pĂȘche a pris des allures de port de commerce oĂč des cargaisons entiĂšres partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siĂšcle, l’esclavage est Ă  son apogĂ©e au BrĂ©sil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes Ă©taient rapatriĂ©s sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes Ă  sucre. Les esclaves Ă©taient alors achetĂ©s par Ă©change de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes Ă  sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spĂ©cialitĂ©s de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvriÚres.

Lorsque nous flĂąnons dans les rues, il est aisĂ© de deviner l’atmosphĂšre qui rĂ©gnait Ă  l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le mĂȘme style, les rues sont pavĂ©es de pierres sans doutes placĂ©es par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activitĂ© s’est dĂ©veloppĂ©e autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux Ă©taient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espĂ©rant piller des richesses. Ce manque de sĂ©curitĂ© et l’accroissement de la violence ont obligĂ© les autoritĂ©s Ă  fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a Ă©tĂ© totalement dĂ©laissĂ©e par les colons et s’est tournĂ©e uniquement vers la production de cachaça et de cafĂ©.

 

Le tourisme Ă  Paraty

AprĂšs une forte activitĂ© Ă  l’époque coloniale, la ville de Paraty a Ă©tĂ© dĂ©laissĂ© pendant quelques annĂ©es jusqu’à ce qu’elle soit (re)dĂ©couverte dans les annĂ©es 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le dĂ©veloppement de deux routes majeures ont grandement participĂ© Ă  augmenter l’activitĂ© touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et Ă  Rio (1973) a fortement accru le tourisme Ă  Paraty. Cette deuxiĂšme route longe tout le littoral et peut aussi ĂȘtre empruntĂ©e depuis Sao Paulo. Paraty a pu profitĂ© de cette situation gĂ©ographique pour recevoir des touristes relativement aisĂ©s Ă©tant donnĂ© que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du BrĂ©sil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant Ă  Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activitĂ© Ă  Paraty pendant plusieurs annĂ©es, la ville est particuliĂšrement bien prĂ©servĂ©e et permet un saut dans le passĂ©. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestiĂšres alentours sont d’ailleurs entrĂ©s au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavĂ©s, ses grandes maisons blanches aux portes et fenĂȘtres longues et colorĂ©es, sa vĂ©gĂ©tation, les touts petits bateaux bariolĂ©s du port : le cadre parfait pour faire de trĂšs belles photos, ce qui est d’autant plus apprĂ©ciĂ© par les touristes au temps des rĂ©seaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs trĂšs rapidement, Paraty est apprĂ©ciĂ© pour ses excursions alentour. Seule une plage est prĂ©sente dans le centre-ville, mais les habituĂ©s privilĂ©gieront des zones un peu plus Ă©loignĂ©es et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade Ă  35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons optĂ© durant ce voyage : un tour en bateau avec diffĂ©rentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-mĂȘme est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a Ă©tĂ© expliquĂ© sur place et que l’on trouve Ă  Paraty une cachaça particuliĂšre, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un Ă©crivain brĂ©silien qui a Ă©crit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes trĂšs jolies, les rues de Paraty prĂ©sentent malgrĂ© tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inĂ©gal des ruelles avec ses pavĂ©s de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’apprĂ©ciation totale de la visite du centre historique. La difficultĂ© de marcher sur les pavĂ©s de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beautĂ© des Ă©difices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. NĂ©anmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue Ă  un acte Ă©cologique considĂ©rable. Le systĂšme de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liĂ©es Ă  la marĂ©e montante ou aux averses l’eau puisse ĂȘtre nettoyĂ©e avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty prĂ©sente de nombreux ateliers, cafĂ© artisanal, galerie d’art, crĂ©ateurs de bijoux et vĂȘtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particuliĂšrement marquĂ©. La dĂ©couverte des Ăźles de Paraty par bateau est certainement l’expĂ©rience la plus belle que nous ayons vĂ©cu. Accessible Ă  tous, de nombreux bateaux colorĂ©s proposent des services de visites touristiques dans ces eaux ocĂ©aniques. Des escales sur plusieurs Ăźles, une navigation autour de forĂȘts   sauvages, la dĂ©couverte d’une flore tropicale : prendre une journĂ©e pour faire du bateau a Ă©tĂ© la meilleure façon d’apprĂ©cier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

NĂ©anmoins, l’expĂ©rience est sĂ»rement peu Ă©cologique dans l’utilisation de bateaux Ă  moteurs sur des Ăźles aussi belles et trĂšs touristiques. En pleine saison d’étĂ©, et avec un tourisme de masse, la saveur de la dĂ©couverte doit ĂȘtre bien moins forte. La vĂ©gĂ©tation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurositĂ© sont pour autant les choses qui nous ont le plus marquĂ©s dans cette ville si apaisante face Ă  la densitĂ© des grandes villes du BrĂ©sil. Une expĂ©rience que nous recommandons !

co-écrit par AdÚle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par DaniÚle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Le football au BrĂ©sil, plus qu’un sport : un mode de vie

 

Le football brésilien, toute une histoire


Si avant de claquer la porte de chez soi, une habitude universelle est de vĂ©rifier d’avoir bien pris tĂ©lĂ©phone et clĂ©s (puis dĂ©sormais son masque), au BrĂ©sil, c’est le ballon rond qui est lui aussi devenu un compagnon de sortie inoubliable. Tant dans les coins de rue de Jardim Paulista qu’au parc Ibirapuera, le futebol est devenu au BrĂ©sil bien plus qu’un sport. Il s’agit vĂ©ritablement d’un mode de vie national.

Une histoire d’amour a vu le jour entre un peuple et cette discipline devenue reine dont la genĂšse remonte Ă  plus d’un siĂšcle. Beaucoup s’accordent Ă  dire que cette histoire commence vĂ©ritablement en 1894. Cette annĂ©e-lĂ , l’enfant du pays Charles Miller revient d’Angleterre oĂč il y a passĂ© sa scolaritĂ©. MarquĂ© par ce sport collectif anglais qui le passionne depuis lors, Charles entreprend le prĂȘche de ce sport sur sa terre natale et plus particuliĂšrement Ă  SĂŁo Paulo. Un sport Ă  qu’il n’aura pas fallu long feu pour se populariser, et ce dans un contexte social particulier. En effet, le contexte de ce succĂšs historique est Ă  corrĂ©ler avec la signature de la loi d’or du 13 mai 1888. Une loi mettant fin Ă  l’esclavage dans ce qui deviendra alors un nouveau pays rongĂ© par une inĂ©galitĂ© extrĂȘme entre ex-colons et esclaves libres. Cette passion commune pour le football aurait permis d’amorcer un semblant d’unitĂ© dans le pays et amoindrir les tensions raciales. Les rĂšgles Ă©tant les mĂȘmes pour tous sur le terrain, seul le talent compte. Du moins, en thĂ©orie


Il est en effet Ă  noter que blancs et noirs ne jouaient, nĂ©anmoins, pas sur un mĂȘme piĂ©destal, ni mĂȘme dans les mĂȘmes Ă©quipes. Violence et discrimination raciale Ă©tant alors culminantes, le football n’y Ă©chappait pas. Aucun joueur noir ne pouvait alors prĂ©tendre jouer pour l’équipe nationale. Ce ne sera que plus tard que cette Ă©quipe jouera le rĂŽle d’unificateur de la nation entre des footballs divisĂ©s ethniquement. Cela par l’émergence du concept de “pĂĄtria em chuteiras” (“la patrie en crampons”, Nelson Rodrigues). Il aura fallu attendre le talent indĂ©niable d’Arthur Friedenrich (jeune jogador mĂ©tis, mais surtout virtuose du ballon rond) pour qu’un joueur d’ascendance noire joue des coudes (et surtout des pieds) afin d’accĂ©der Ă  la seleçao. Un prĂ©curseur dont le parcours illustre la difficile Ă©preuve pourtant surmontĂ©e par le talent. D’ailleurs, c’est dans cette discrimination sociale et raciale que le footbal brĂ©slien Ă  su faire germer sa particularitĂ© : le dribble. En effet, c’est ce qu’affirme Olivier Guez en racontant l’histoire du dribble dans le football dans L’Ă©loge de l’esquive. Les fautes n’étant que peu sifflĂ©es pour les joueurs noirs sur le terrain, la seule option pour “sauver leur peau” rĂ©sidait dans leur talent Ă  esquiver les assauts adverses par la technicitĂ© de leur geste et la souplesse d’un mouvement bien rĂŽdĂ©. Un destin aux origines tragiques pour ce football qui, des annĂ©es plus tard, aura forgĂ© les bases d’un hĂ©ritage jalousĂ© permettant au futebol brĂ©silien de conquĂ©rir ce sport dans le monde entier. En tĂ©moignent les 5 Ă©toiles sur le maillot des canarinhos, dĂ©monstration de force et symbole honorifique des 5 coupes du monde remportĂ©es depuis. Un record inĂ©galĂ© faisant union dans le pays.

Le musée de Football à São Paulo : Miroir du football brésilien

Stade Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu

Serait-il possible de parler de football au BrĂ©sil sans parler du musĂ©e du football Ă  SĂŁo Paulo ? Évidemment que non !  Bien que rĂ©cent, le musĂ©e du football regorge toute une histoire du football brĂ©silien et mondial. Des cĂ©lĂ©britĂ©s ayant marquĂ© les victoires mondiales brĂ©siliennes, Ă  l’évolution du ballon, en passant par les rĂšgles du jeu, et tant d’autres aspects de ce sport, le musĂ©e du football est une vitrine de l’histoire du football dans sa profondeur. Il est pensĂ© pour plonger le visiteur dans un univers immersif et interactif qui facilite la comprĂ©hension. Nul besoin de comprendre le portugais pour ressentir l’émotion et le plaisir que ressentent les journalistes sportifs des annĂ©es 1950 en commentant les matchs. La ferveur des chants des supporteurs suffit pour comprendre que le football est plus qu’un sport au BrĂ©sil mais plutĂŽt une forme d’expression de la culture brĂ©silienne.

Le musĂ©e du Football a Ă©tĂ© inaugurĂ© le 29 septembre 2008. Il est situĂ© dans une zone de 6 900 m2 Ă  l’Estadio Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu. Il est parmi les musĂ©es les plus visitĂ©s du pays. L’objectif principal Ă  travers sa crĂ©ation est de divertir les visiteurs et de les rapprocher de l’histoire du football. En effet, le BrĂ©sil se caractĂ©rise par son fort amour pour le football qui est partie intĂ©grante de sa culture et de son patrimoine. Ce pays, Ă  travers son histoire, incarne le football dans toute sa splendeur et dans toute sa beautĂ©. Le musĂ©e du Football Ă  Sao Paulo est Ă  l’image de ce lien fort entre les BrĂ©siliens et le football. Ici, tout est pensĂ© pour mettre le visiteur dans un univers footballistique qui lui permettra de comprendre presque tout sur ce sport. Cela dĂšs l’entrĂ©e, oĂč au premier Ă©tage, le visiteur reçoit l’accueil du Roi PelĂ©, joueur de football le plus connu du BrĂ©sil. De quoi donner envie d’arborer cette fiertĂ© dans les rues ensoleillĂ©es brĂ©siliennes.

Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo
Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo

Du stade à la rue il n’y a qu’un pas

En concurrence avec Rio de Janeiro pour savoir qui sera la capitale du football brésilien, la ville de Sao Paulo représente un vivier important de clubs tous capables de jouer les premiers plans sur la scÚne nationale comme continentale.

Les deux victoires successives de Palmeiras en Copa Libertadores ont remis la ville de Sao Paulo sur le devant de la scĂšne continentale. Ces succĂšs sportifs se traduisent dans les rues de la ville oĂč de nombreuses personnes portent fiĂšrement les couleurs de leur club favori.  Pour faire un rapide parallĂšle avec la France, les brĂ©siliens sont davantage portĂ©s sur les couleurs des clubs de la ville, au dĂ©triment des clubs historiques europĂ©ens. Des petits clubs de quartiers aux quatre mastodontes de football de la citĂ© paulista, le maillot de football fait partie intĂ©grante de la mode urbaine.

Lors de balades sur l’avenue Paulista, il est facile de se croire dans un dĂ©filĂ© de mode trĂšs particulier. Ici, ce ne sont pas les crĂ©ateurs les plus rĂ©putĂ©s qui mettent en scĂšne leurs derniĂšres crĂ©ations, mais bien les clubs qui occupent l’espace publique telle une vitrine oĂč les modĂšles sont en rĂ©alitĂ© les supporters et amoureux de leur identitĂ© sportive. Des maillots de toute Ă©poque, en bonne ou mauvaise qualitĂ©, venant des quatre coins de la ville se mĂ©langent pour nous offrir ce bal plaisant et intriguant. Ce caractĂšre identitaire trĂšs fort a mĂȘme pris le pas sur la sĂ©lection nationale au point de se poser des questions sur le besoin d’appartenance Ă  une catĂ©gorie de la sociĂ©tĂ©. VĂ©ritable religion dans ce pays titrĂ© championne du monde Ă  cinq reprises, le port du maillot dans la rue permet une inclusion dans une partie de la sociĂ©tĂ©, un groupe au sein duquel les inĂ©galitĂ©s sociales sont remplacĂ©es par l’amour et la passion commune pour un club et son histoire. Mais ce doux rĂȘve national peut pour certains se muer en un espoir de vie irrĂ©alisable


Le rĂȘve d’une carriĂšre professionnelle : les galĂ©riens dĂ©chus du football brĂ©silien.

BrĂ©sil, pays de grands talents de football oĂč d’excellents joueurs de renommĂ©e mondiale reprĂ©sentent la plupart des ressortissants cĂ©lĂšbres de ce pays. Un pays oĂč le football est perçu comme un art. Avec la place importante qu’occupent les joueurs brĂ©siliens dans le football mondial et particuliĂšrement en Europe, la jeunesse brĂ©silienne a tendance Ă  se vouloir s’exercer massivement Ă  ce sport oĂč la rĂ©ussite est souvent imminente avec la dĂ©tention du statut professionnel.

La plupart des jeunes brĂ©siliens rĂȘvent ainsi d’un Ă©panouissement dans une carriĂšre de football et suivre les pas de leurs idoles, mais aussi trĂšs certainement pour espĂ©rer une vie meilleure. Beaucoup passent le plus gros de leur temps Ă  jouer dans les rues, dans les plages et mĂȘme dans les forĂȘts. Des dizaines de milliers de jeunes professionnels brĂ©siliens s’accrochent Ă  leur rĂȘve dans des conditions prĂ©caires. Dans ce pays, rĂȘver de jouer au foot de maniĂšre professionnelle est une Ă©chappatoire qui prend une place importante dans la vie des jeunes talents dĂšs leur enfance. Chez les jeunes et particuliĂšrement les adolescents, jouer au foot reprĂ©sente l’une des façons les plus courantes de se dĂ©marquer de leurs pairs.

En revanche, il est frĂ©quent qu’ĂȘtre un cĂ©lĂšbre footballeur professionnel peut se rĂ©vĂ©ler ĂȘtre synonyme de frustration et d’amertume.  Beaucoup de jeunes brĂ©siliens vivant dans les quartiers oĂč le ballon rond est le plus aimĂ©, optent pour un mauvais choix de vie aprĂšs Ă©chec dans leur carriĂšre footballistique. Nous pouvons prendre l’exemple de la ville de SĂŁo Paulo et Rio qui abritent beaucoup de jeunes talents. AprĂšs Ă©chec, beaucoup de ces jeunes ressortissants de ces villes basculent vers une vie difficile et faite de dangers pouvant constituer des obstacles Ă  leur Ă©panouissement. Le fait de ne pas rĂ©ussir Ă  muer certains de ces rĂȘves en rĂ©alitĂ© ne signifie pas d’une part que nous mettons trop de limites dans notre vie ? À part le foot, il est difficile pour certains jeunes de trouver une activitĂ© dont ils pourront rĂ©ussir et s’épanouir dĂ©montrant  ainsi que la belle tragĂ©die du football brĂ©slien est bien souvent faite de haut comme de bas.

Co-rĂ©digĂ© par Moussa AGALI ALMOCTAR, Youssouf Rakine, Babacar NDIAYE, Marc CÔME

Références:

« Musée du football de Sao Paulo, Brésil », 7 janvier 2018. https://www.hisour.com/fr/football-museum-sao-paulo-brazil-19390/
« Visite du musée du football de Sao Paulo Yohann Tour du monde », 12 janvier 2020. https://yoytourdumonde.fr/musee-football-bresil/.

BECO DO BATMAN : le célÚbre quartier de Sao Paulo au nom légendaire

K. Boơković, F. Chikh, O. Fagnon

Batman et Sao Paulo 

Il y a un mois The Batman sortait dans les salles obscures, incarnĂ© par un Robert Pattinson aussi sombre qu’intense. Il est vrai que Gotham City, Ă  ce moment lĂ  n’aurait pas su nous Ă©voquer l’explosion de couleurs du quartier Beco do Batman. Mais ça, c’était avant notre dĂ©part pour le BrĂ©sil !

En effet, au lendemain de sa sortie, nous nous sommes rendues Ă  Sao Paulo dans le cadre de notre voyage universitaire. L’occasion pour nous de rencontrer des journalistes sur place et d’arpenter les rues trĂšs artistiques de Sao Paulo durant notre temps libre. 

Grande fut notre surprise Ă  la dĂ©couverte de cette ville ! Pendant notre sĂ©jour nous avons visitĂ© de nombreux quartiers : pauvres comme riches. Nous avons pu observer l’immensitĂ© de cette ville moderne aux multiples gratte-ciels, couleurs 
 et graffitis !

Force est de constater que le street-art tient une part importante dans l’identitĂ© de la ville puisque dĂšs le premier jour, les immeubles nous sont apparus comme Ă©tant les territoires privilĂ©giĂ©s de l’expression d’une culture populaire. Nos regards admiratifs Ă©taient sans cesse appelĂ©s par ces vĂ©ritables Ɠuvres d’art. Et ce, en particulier Ă  Beco do Batman. 

Beco do Batman : la mise en majestĂ© d’une culture populaire

Un jour au hasard durant les annĂ©es 80, la caricature d’un homme chauve-souris vient chambouler le destin de la ruelle. Ce semblant de Batman interpelle des Ă©tudiants en art plastique qui dĂ©cident d’exprimer leur crĂ©ativitĂ© sur les murs. Beco do Batman naĂźt donc dans un amas de couleurs grĂące Ă  un artiste anonyme.

SituĂ©e dans le quartier Vila Madalena, la ruelle d’inspiration cubiste est devenue un endroit trĂšs touristique ces derniĂšres annĂ©es. Ainsi, elle est un point stratĂ©gique de commerce pour les artisans qui y vendent des bijoux, accessoires et vĂȘtements et ce, encore plus depuis la Coupe du Monde de Football de 2014.

Nous y avons trouvĂ© une ambiance que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Il faut dire que chaque annĂ©e de nouveaux graffitis laissent place Ă  d’autres graffitis ; ainsi chaque visite est comme une redĂ©couverte du lieu. C’est une rue en perpĂ©tuelle rĂ©invention, un lieu Ă©phĂ©mĂšre Ă  jamais marquĂ© des mains des BrĂ©siliens. 

PolĂ©miques et conflits au cƓur du quartier 

La beautĂ© des lieux attire bien des foules. Toutefois, cette prĂ©sence touristique ne fait pas l’unanimitĂ©. Beaucoup de rĂ©sidents se plaignent, notamment du bruit. Il y a aussi ceux qui n’apprĂ©cient pas la prĂ©sence du street-art aux alentours. Sans parler du vandalisme qui s’est accru et qui est dĂ» notamment Ă  l’afflux rĂ©gulier des personnes.

En 2017, JoĂŁo Batista da Silva, un rĂ©sident fatiguĂ© du bruit et des touristes stationnant devant sa maison, avait peint un mur de l’allĂ©e en gris, en signe de protestation. Mais, les murs ont repris de leurs couleurs peu aprĂšs l’incident car les habitants se sont battus en faveur de la conservation des lieux. Preuve que la rue est devenue un repĂšre aussi bien pour les BrĂ©siliens que pour les touristes.

SĂŁo Paulo, l’incontournable ville festive et musicale du BrĂ©sil

“Les voyages forment la jeunesse” car ils sont riches d’expĂ©riences et permettent de dĂ©couvrir des cultures Ă©trangĂšres ou d’approfondir ses connaissances sur celles-ci.

Dans son histoire, le BrĂ©sil a vĂ©cu de nombreuses pĂ©riodes d’immigration, influant ainsi trĂšs fortement l’identitĂ© brĂ©silienne qui a donc Ă©tĂ© fondĂ©e sur diffĂ©rentes cultures : portugaises, indiennes, africaines (surtout dans le Nord Est). Ce sont ces deux derniĂšres qui ont jouĂ© un rĂŽle important dans la cuisine, la religion mais aussi la musique brĂ©silienne. Un voyage d’études Ă  SĂŁo Paulo permet de dĂ©couvrir que l’aspect musical et festif est indissociable de la culture de cette rĂ©gion qui possĂšde d’ailleurs des jours fĂ©riĂ©s consacrĂ©s Ă  faire la fĂȘte.

Lorsque l’on est français et que l’on voyage Ă  SĂŁo Paulo, l’une des premiĂšres choses remarquables en sortant le soir est la prĂ©sence de musiciens. Plus encore, la musique semble ĂȘtre un Ă©lĂ©ment majeur de la culture brĂ©silienne car il n’est pas rare de tomber sur une bateria n’importe oĂč et n’importe quand dans la ville. Bien que les Paulistas (habitants de l’État de SĂŁo Paulo) aient au BrĂ©sil une rĂ©putation de personnes “accrochĂ©es au travail et sans appĂ©tit pour la vie”, SĂŁo Paulo est un lieu oĂč l’on sait faire la fĂȘte.

Notons qu’en 2014 le BrĂ©sil comptait environ 13 millions d’analphabĂštes1 . Le pays est aussi l’un des plus inĂ©galitaires au monde, une Ă©tude d’OXFAM met au jour le fait que 5% de la population brĂ©silienne dĂ©tient autant que les 95% restants. De ce fait, il semble ressortir que la population brĂ©silienne soit trĂšs disparate et loin de l’unitĂ©. Cependant, et malgrĂ© ces diffĂ©rences entre les brĂ©siliens eux-mĂȘmes, il semble que la musique lie le peuple. Effectivement, la musique ne suppose pas de savoir lire ni Ă©crire, c’est quelque chose qui se vit et se ressent. C’est d’ailleurs l’un des plus grands musiciens brĂ©silien qui explique que c’est ce qui donne cette importance considĂ©rable Ă  la musique au BrĂ©sil2 .

Uma bateria ?

La bateria est le mot brĂ©silien qui dĂ©signe ce que l’on nomme en français Batucada. Cet orchestre de percussions traditionnel nous apparaĂźt aisĂ©ment lorsque l’on pense au BrĂ©sil. Effectivement, ce groupe a une place notoire au Carnaval de Rio car il accompagne la samba, genre musical et danse emblĂ©matique du BrĂ©sil.

File:Monobloco - 2do ENSAIO BATERIA MONOBLOCO EM SÃO PAULO  (23725788421).jpg - Wikimedia Commonshttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monobloco_-_2do_ENSAIO_BATERIA_MONOBLOCO_EM_S%C3%83O_PAULO_(23725788421).jpg

Notable et attendu tout au long de l’annĂ©e, le carnaval de SĂŁo Paulo est, en termes d’ampleur, Ă©quivalent Ă  celui de Rio. Les meilleurs danseurs et musiciens de bateria prĂ©parent cette fĂȘte tout au long de l’annĂ©e pour s’y retrouver et prĂ©senter un incroyable show. Les bateria donnent alors le tempo de cet Ă©vĂšnement. C’est dans cette culture d’une bateria indispensable dans la fĂȘte de SĂŁo Paulo que les baterias peuvent aller jusqu’à reprĂ©senter les filiĂšres des universitĂ©s qui s’entraĂźnent festivement devant les promeneurs d’un parc de la ville par exemple.

A SĂŁo Paulo, le marchĂ© est toujours ponctuĂ© par des interventions d’un cortĂšge qui dĂ©file au milieu des Ă©tales. ComposĂ© de danseurs et d’une bateria, ce cortĂšge entraĂźne la foule qui se permet de faire une pause dans ses courses afin de danser, chanter et exprimer toute sa joie.

Inutile de parler de la bateria sans Ă©voquer la samba. Comme prĂ©cĂ©demment expliquĂ©, les baterias s’entraĂźnent toute l’annĂ©e afin de se prĂ©parer au carnaval qui a lieu au mois de mars. Or, les musiciens ne sont pas seuls dans cet exercice. Des danseurs en couple ou des danseuses seules accompagnent la bateria, ce qui rend le spectacle encore plus vivant. De cette maniĂšre, la bateria est une invitation Ă  la fĂȘte. Musiciens et danseurs avancent en rythme tandis que le public les rejoint derriĂšre et participe activement Ă  la fĂȘte.

 

Plus qu’un lieu pour danser et faire de la musique, ces moments de fĂȘtes semblent ĂȘtre une vĂ©ritable invitation Ă  des moments conviviaux et de partage.

SĂŁo Paulo, la petite fĂȘtarde de l’AmĂ©rique du Sud

La fĂȘte occupe une place trĂšs importante dans SĂŁo Paulo si ce n’est crucial, elle est l’essence mĂȘme de la ville brĂ©silienne et il est impossible de l’imaginer sans elle. Avec ses multiples discothĂšques, SĂŁo Paulo est la ville qui ne dort jamais, aprĂšs le travail, elle s’anime, s’emporte et fait la fĂȘte jusqu’à Ă©puisement. La vie nocturne est incontestablement une composante de la mĂ©galopole.

“En effet, une des choses apprĂ©ciables Ă  SĂŁo Paulo est le cadre offert par les restaurants/bars. Dans tous ces Ă©tablissements, l’ambiance est qui s’y trouvait : un chanteur musicien ou un duo de musiciens et chanteurs faisant l’animation durant toute la soirĂ©e. C’est une ambiance agrĂ©able et conviviale, des moments de partage que nous n’oublierons pas et qui sont pleinement ancrĂ©s dans les habitudes des rĂ©sidents comme des touristes de ce pays.

“Un air de Samba, une foule en dĂ©lire et c’est tout le BrĂ©sil qui se met Ă  l’heure du carnaval. Si les BrĂ©siliens, fortement attachĂ©s Ă  leurs traditions et Ă  leurs coutumes, cĂ©lĂšbrent essentiellement les fĂȘtes religieuses et traditionnelles, le pays voit se dĂ©velopper de nombreux festivals qui se veulent rĂ©solument avant-gardistes.” 3 L’avant-gardisme ici fait Ă©cho Ă  la libĂ©ration de l’expression culturelle portĂ©e par les BrĂ©siliens. Depuis plusieurs dĂ©cennies le pays s’émancipe de plus en plus de la culture occidentale europĂ©enne. C’est donc Ă  travers l’art mais Ă©galement la culture de la fĂȘte que les habitants innovent.

En ce qui concerne la vie nocturne, il s’agit d’une des activitĂ©s incontournables Ă  SĂŁo Paulo. On y trouve toujours un moyen de faire la fĂȘte, et ce peu importe nos goĂ»ts. Selon l’Ă©tude World Cities Culture Report de 2012, SĂŁo Paulo dĂ©tient le plus grand nombre de clubs et boĂźtes de nuit du monde. Et comme dans toutes les grandes villes, elle possĂšde ses places et rues oĂč les jeunes sortent pour faire la fĂȘte (restaurants, bars, clubs, etc). NĂ©anmoins, si la jeunesse est trĂšs rĂ©ceptive Ă  ce genre d’endroits, il n’est pas rare d’observer une mixitĂ© gĂ©nĂ©rationnelle : les 30, 40 et 50 ans se mĂ©langent assez bien aux jeunes de 20 ans. En mĂȘme temps, au sein mĂȘme d’une boĂźte de nuit, les goĂ»ts sont variĂ©s : musiques du moment avec DJ et groupe de musiciens traditionnels (comme dans les bars et restaurants).

Si comme beaucoup l’image festive du BrĂ©sil se trouve Ă  Rio, SĂŁo Paulo se dĂ©fend bien, jusqu’à se positionner comme ville incontournable des festivitĂ©s brĂ©siliennes. Enzo R, nous confie aimer sortir Ă  SĂŁo Paulo et entendre beaucoup de retours de ses amis lĂ -bas lorsqu’il est chez lui dans un territoire plus Ă©loignĂ©. Mais tiens quand mĂȘme Ă  nous rappeler que peu importe l’endroit, les brĂ©siliens font la fĂȘte, des moments importants pour oxygĂ©ner leur sens de la convivialitĂ©.

Enzo R “Je n’habite pas dans une grosse ville comme SĂŁo Paulo oĂč l’on peut rĂ©guliĂšrement sortir et profiter de la vie nocturne. MĂȘme si sortir dans cette ville est excitant, je vous rassure, on trouve toujours le moyen de faire la fĂȘte au BrĂ©sil mĂȘme dans des plus petits bars.”

De toute Ă©vidence, l’expĂ©rience montre qu’il est toujours possible de profiter des festivitĂ©s brĂ©siliennes. Que les Ă©tablissements soient fermĂ©s Ă  23h ou que l’accĂšs y soit trop compliquĂ©, des soirĂ©es clandestines s’offrent aux plus audacieux.

N’oublions pas que cette vie joviale met tout de mĂȘme une partie de la population Ă  l’écart. Le manque de pouvoir d’achat et les inĂ©galitĂ©s croissantes ne font qu’exclure des personnes de ces moments de bonheur. C’est ce que nous explique Joao G, habitant loin du centre ville.

Joao G : “J’adore sortir Ă  SĂŁo Paulo. Il faut juste faire attention selon le quartier. C’est pour ça que je privilĂ©gie les sorties entre amis et dans des quartiers sains. Je n’habite pas dans le centre ville donc c’est pas tout le temps facile de venir car les transports sont longs, parfois chers et pas sĂ©curisĂ©s. En tout cas, c’est bon de pouvoir ressortir en ayant moins d’apprĂ©hension par rapport au Covid, ici nous en avons pas mal souffert.”. Il expliquera plus tard que les salaires sont trĂšs faibles et que cela ne lui permet pas de profiter comme un touriste europĂ©en pourrait le faire.

Cette situation peut Ă©galement provoquer des diffĂ©rences de traitement, notamment des commerçants envers des Ă©trangers/touristes. Il est dĂ©jĂ  arrivĂ© plusieurs fois qu’au moment de payer et sans prĂ©venir, les serveurs augmentent l’addition, rajoutent des commissions ou arrondissent Ă  la dizaine supĂ©rieur. A noter Ă©galement que le systĂšme est bien diffĂ©rent que celui que nous connaissons en France : chaque personne/groupe possĂšde une feuille qu’il doit conserver et oĂč est indiquĂ© l’ensemble de ses consommations. Le paiement se fait Ă  la sortie.

Qui fait la fĂȘte Ă  SĂŁo Paulo ?

Ceci n’est pas une surprise, principalement les Paulistes. Les discothĂšques et les bars dansants de SĂŁo Paulo concentrent en majoritĂ© les rĂ©sidents de la ville, beaucoup sont des Ă©tudiants, des carriĂ©ristes ou des gens un peu plus modestes. Les Ă©trangers, eux, sont finalement peu nombreux et prĂ©fĂšrent les plages idylliques de Rio Ă  la vie nocturne de la capitale financiĂšre.

Pour les brĂ©siliens, faire la fĂȘte est un moyen de lĂącher prise et de dĂ©compresser aprĂšs une longue journĂ©e de travail, rien de mieux qu’une bonne soirĂ©e dans un bar Ă  samba pour danser jusqu’au bout de la nuit et chanter Ă  tue-tĂȘte au point d’en perdre la voix.

Lors de ces soirĂ©es les brĂ©siliens font fi des contraintes sociales, le temps d’un instant, il n’y a pas de hiĂ©rarchie entre eux, ils ne font qu’un et s’ambiance ensemble et ainsi s’adonnent Ă  l’une de leur activitĂ© favorite. Parce que finalement il n’y a rien de plus brĂ©silien que de faire la fĂȘte et ils en ont bien conscience.

La vie nocturne de SĂŁo Paulo

La mĂ©galopole compte plus de 2000 clubs confirmant son statut de ville festive. La nuit, les BrĂ©siliens ne s’arrĂȘtent pas Ă  la samba et dansent sur tous types de musique ;  pop, rap, hip-hop, techno, le funk carioca et d’autres styles musicaux, donnant Ă  SĂŁo Paulo une dimension internationale.

La vie nocturne est une vĂ©ritable institution au BrĂ©sil, le pays de la samba multiplie les endroits pour faire la fĂȘte, des lieux qui plongent les individus dans une ambiance des plus festives

Finalement il est possible de questionner l’impact de la crise sanitaire de Covid-19 sur la frĂ©quentation des bars et discothĂšques. Effectivement, la fermeture de ceux-ci pendant de nombreux mois et l’annulation de festivals ont pu pousser les brĂ©siliens Ă  frĂ©quenter de maniĂšre plus systĂ©matique ces lieux, comme un retour Ă  la vie.

 

Co-rédigé par Zoé Delbard, Caroline Dossous, Yann Feurté et Séréna Jupille

 

Notes

1 https://agenciabrasil.ebc.com.br/educacao/noticia/2014-09/Analfabetismo-cai-0,4-pontos-percentuais-mas-ainda-atinge-13-milhÔes#

2 https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/la-musique-dit-les-verites-de-la-societe-bresilienne_493869.html

3 https://www.bresil-alacarte.com/conseils-voyage/que-faire/fetes-incontournables

Art moderne, art contemporain et identité(s) brésilienne(s)

Au cours de notre sĂ©jour Ă  SĂŁo Paulo, nous avons eu l’occasion de nous rendre dans deux musĂ©es : le Museu de Arte de SĂŁo Paulo (MASP) et la PinacothĂšque de l’État de SĂŁo Paulo.

Phaidon. “Jane Hall. Je ne suis pas une femme architecte, je suis architecte” — Lina Bo Bardi (MusĂ©e d’art de SĂŁo Paulo, BrĂ©sil, 1968)

Le premier, crĂ©Ă© en 1968, est abritĂ© dans un bĂątiment remarquable de par son architecture brutaliste, signĂ©e Lina Bo Bardi. Il est situĂ© sur l’avenue Paulista, la principale artĂšre de la ville. Sa collection, qui compte plus de 8000 Ɠuvres, est majoritairement constituĂ©e d’Ɠuvres occidentales. Elle serait de facto la collection d’art europĂ©en la plus importante d’AmĂ©rique latine. Nous avons cependant pu y voir trois expositions temporaires dĂ©diĂ©es Ă  des artistes brĂ©siliens : Abdias do Nascimento, Leticia Parente et Alfredo Volpi.

Abdias Nascimento : ConsĂ©cration picturale de l’afro-brĂ©silianitĂ©

Abdias Nascimento, Omnipotent and Immortal n. 3, Adinkra Asante,1992

C’est au rez-de-chaussĂ©e du musĂ©e que l’exposition consacrĂ©e Ă  l’artiste et homme politique brĂ©silien prenait place. NĂ© Ă  Franca dans l’État de SĂŁo Paulo, en 1914. Abdias Nascimento s’engage activement dans des luttes sociales aprĂšs s’ĂȘtre installĂ© dans la capitale de l’Etat. Il milite notamment contre la sĂ©grĂ©gation raciale (NDLR, qui Ă©tait encore d’usage Ă  l’époque, dans les Ă©tablissements commerciaux notamment) et contre le racisme.

Ses engagements, ainsi que son intĂ©rĂȘt pour l’hĂ©ritage de la culture traditionnelle africaine dans la culture afro-brĂ©silienne influencent en grande partie ses Ɠuvres. Cela nous aide Ă©galement Ă  donner des grilles d’interprĂ©tations Ă  ces peintures plus ou moins abstraites. Il s’inspire de symboles de toute l’Afrique en utilisant l’Ɠil Oudjat d’Egypte antique ou encore les adinkra du Ghana, par exemple. 

Ce mĂ©tissage des cultures lui permet de construire un imaginaire singulier, reprĂ©sentant la richesse de l’histoire de son pays. Ses nombreuses rĂ©fĂ©rences aux orishas en sont une des diffĂ©rentes manifestations. Ces divinitĂ©s originaires de l’Afrique de l’Ouest et appartenant aux traditions religieuses Yorubas sont Ă©galement adorĂ©es en AmĂ©rique Latine, notamment dans le candomblĂ© brĂ©silien, sous le nom d’OrixĂĄs.

Abdias Nascimento, OkĂȘ OxĂłssi, 1970

Dans son Ɠuvre OkĂȘ OxĂłssi par exemple, Abdias Nascimento se rĂ©approprie le symbole patriotique du drapeau brĂ©silien en le verticalisant. Il remplace Ă©galement la devise du pays, “Ordem e progresso”,  par “OkĂȘ”; un mot yoruba utilisĂ© comme salut Ă  OxĂłssi, l’OrixĂĄs de la chasse et de l’abondance. Les symboles de cette divinitĂ©, Ă  savoir l’arc et la flĂšche, traversent ainsi le drapeau national associant symboliquement et de maniĂšre brutale le BrĂ©sil Ă  la culture noire du continent Africain. 

Bien que ces derniĂšres toiles datent de la fin des annĂ©es 90, si le travail de Nascimento fait autant Ă©cho aujourd’hui c’est car la question de l’identitĂ© brĂ©silienne occupe encore une place importante dans le dĂ©bat public. Tant le territoire est large, son histoire dense, et les individus qui l’occupent diffĂ©rents, il est utopique de vouloir trouver un consensus sur la notion d’identitĂ© brĂ©silienne. 

Et si “l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crĂąne”, c’est peut ĂȘtre en s’intĂ©ressant Ă  l’hĂ©ritage de son pays, notamment grĂące Ă  l’art, que l’on pourra apaiser certaines tensions sociales en faisant preuve de tolĂ©rance et d’empathie.

Letícia Parente : Le corps sous l’influence de la dictature patriarcale

Dans la salle vidĂ©o du musĂ©e, nous avons pu voir 5 courts-mĂ©trages rĂ©alisĂ©s par celle qui fut l’une des figures de l’art vidĂ©o fĂ©ministe des annĂ©es 70. La corporalitĂ© occupe une place prĂ©pondĂ©rante dans ses vidĂ©os, ce qui rapproche son travail de la performance et du body art.

Dans Marca Registrada, sans doute sa piĂšce la plus connue, on la voit en train de broder les mots « Made in Brasil » sur la plante de son propre pied ; avec Preparaçao, elle subvertit l’un des rituels de la fĂ©minitĂ© en appliquant du maquillage sur des morceaux d’adhĂ©sif qui colmatent sa bouche et ses yeux.

In, mĂ©taphore d’une pendaison, aurait quant Ă  elle Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e en rĂ©action Ă  l’exĂ©cution du journaliste brĂ©silien Vladimir Herzog, victime de la dictature militaire brĂ©silienne (et que les autoritĂ©s avaient prĂ©tendu avoir retrouvĂ© pendu dans sa cellule).

L’économie de moyens dont elle fait preuve dans la rĂ©alisation de ses vidĂ©os tournĂ©es en noir et blanc et l’inconfort physique qu’elle donne Ă  voir au spectateur font la force du travail artistique Ă©minemment politique de LetĂ­cia Parente.

Alfredo Volpi : La couleur comme Ă©tendard

Alfredo Volpi Sans titre, 1962

Au premier Ă©tage du musĂ©e, les peintures d’Alfredo Volpi Ă©taient prĂ©sentĂ©es dans une grande salle d’exposition. La carriĂšre de ce peintre autodidacte, nĂ© en 1896 et mort en 1988, a Ă©tĂ© marquĂ©e par l’essor du courant moderniste au BrĂ©sil, au milieu du XXĂšme siĂšcle. 

La ville de SĂŁo Paulo fut Ă  l’avant-poste de ce mouvement, puisqu’elle prĂ©senta en 1951 la Biennale Internationale d’Art de SĂŁo Paulo, la premiĂšre exposition d’art moderne tenue hors des pĂŽles majeurs que constituaient l’Europe et l’AmĂ©rique du Nord. La crĂ©ation du MASP eut d’ailleurs lieu dans ce contexte de dĂ©veloppement de l’art moderne brĂ©silien.

A l’origine peintre en bĂątiment, Alfredo Volpi a commencĂ© par peindre des tableaux Ă  l’ambition naturaliste, avant d’épurer progressivement ses toiles, jusqu’à flirter avec l’abstraction. En effet, si les Ă©lĂ©ments appartenant Ă  la culture populaire restent rĂ©currents dans ses travaux (scĂšnes villageoises, façades de maisons traditionnelles, petits drapeaux accrochĂ©s dans les rues Ă  l’occasion de la fĂȘte de la Saint-Jean
), le peintre accorde une place de plus en plus centrale Ă  l’harmonie plastique des formes et des couleurs. 

Alfredo Volpi, Façade with Flags, 1959

L’exposition rend compte de cette Ă©volution : les surfaces de ses toiles sont progressivement envahies par des aplats de couleurs vives, tandis que leur sujet devient de plus en plus secondaire. Si Alfredo Volpi s’est toujours dĂ©fendu d’appartenir Ă  quelconque courant artistique, il n’en est pas moins considĂ©rĂ© comme l’un des peintres brĂ©siliens les plus emblĂ©matiques de son Ă©poque.


http://pinacoteca.org.br/

Quelques jours plus tard, nous sommes allĂ©s Ă  la PinacothĂšque, le musĂ©e d’arts visuels le plus ancien de la ville, dont la fondation remonte Ă  1905. Elle se situe dans le Parc de la Luz, dans un bĂątiment de brique brute rĂ©novĂ© Ă  la fin des annĂ©es 90 par l’architecte Paulo Mendes da Rocha. La vocation de la PinacothĂšque est de donner Ă  voir l’art brĂ©silien du XIXĂšme siĂšcle Ă  nos jours, Ă  travers les 11.000 Ɠuvres qui constituent sa collection.  Nous avons pu y dĂ©couvrir entre autres les travaux de l’artiste Adriana VarejĂŁo, Ă  l’occasion de son exposition Sutures, fissures, ruines.

Adriana Varejão : Le passé colonial à fleur de toile

Adriana VarejĂŁo, Mapa de Lopo Homem II, 1992 – 2004

A travers plus de 60 Ɠuvres rĂ©alisĂ©es entre 1985 et 2022, l’exposition constitue un vĂ©ritable panorama du travail de l’une des artistes brĂ©siliennes contemporaines les plus reconnues aujourd’hui. Sa pratique de peintre est marquĂ©e par un intĂ©rĂȘt marquĂ© pour la matĂ©rialitĂ© de la toile et des pigments. 

De fait, la peinture quitte progressivement l’espace dĂ©limitĂ© de la toile pour se rĂ©pandre dans l’espace, comme dans le triptyque formĂ© par LĂ­ngua com padrĂŁo em X (“Langue avec motif en X”), LĂ­ngua com padrĂŁo de flor (“Langue avec motif floral”) et LĂ­ngua com padrĂŁo sinuoso (“Langue avec motif sinueux”). La matiĂšre de la toile est souvent malmenĂ©e, elle craque, se tord, jusqu’à se rĂ©pandre au-delĂ  du chĂąssis. Elle devient matiĂšre organique, une peau, un lambeau de chair.

Adriana VarejĂŁo, Ruina Brasilis, 2021

Les Azulejos, ces carreaux de faĂŻence peints, utilisĂ©s au Portugal pour orner murs et façades constituent un vĂ©ritable leitmotiv dans son Ɠuvre. Ces carreaux Ă  motifs Ă©voquent le colonialisme portugais et ses rĂ©miniscences. D’autres Ɠuvres illustrent de maniĂšre plus frontale l’hĂ©ritage colonial : dans sa sĂ©rie Autorretratos colonais (“Autoportraits coloniaux”), elle dĂ©tourne les codes de la peinture de castes du XVIIIĂšme siĂšcle pour donner Ă  voir toutes les violences engendrĂ©es par la classification raciale. 

« [
] Je ne m’approprie pas seulement des images historiques, affirme-t-elle, j’essaie aussi de faire resurgir les processus qui les ont crĂ©Ă©es et de les utiliser pour construire de nouvelles versions. »

Auriane Jaillet et Mathieu MogĂšs

Les médias paulistes et leur positionnement pendant la pandémie du COVID

Le BrĂ©sil fut avec les Etats-Unis l’un des pays les plus touchĂ©s au monde par la crise du Covid-19 avec quelque 650 000 morts dĂ©clarĂ©es pour 215 millions d’habitants. Une situation dĂ©sastreuse qui ne s’explique pas seulement par le manque d’infrastructures hospitaliĂšres ou la difficultĂ© d’accĂšs aux mĂ©dicaments, mais par les messages diffusĂ©s par le pouvoir en place et par les rĂ©seaux sociaux. Sans mauvais jeu de mots, ce sont les mĂ©dias qui ont eu le plus mauvaise presse dĂšs les premiĂšres heures de la crise, accusĂ©s de relayer dans un premier temps une vision complaisante avec les industries pharmaceutiques, jugĂ©es assoiffĂ©es d’argent et portant peu d’importance Ă  la santĂ© des individus. 

PRÉSENTATION DU PRÉSIDENT ET SA GESTION DE LA CRISE

Jair Messias Bolsonaro est arrivĂ© au pouvoir en 2019 aprĂšs Luiz da Silva. Ses multiples prises de positions controversĂ©es, Ă  l’égard des femmes, des Noirs, des peuples indigĂšnes, et en supplĂ©ment sa nostalgie pour la dictature militaire de 1964 Ă  1985, lui valent d’ĂȘtre un fervent partisan de l’extrĂȘme droite de l’échiquier politique brĂ©silien.

Le chef de l’État doit essentiellement sa notoriĂ©tĂ© Ă  ses nombreux discours polĂ©miques et plus particuliĂšrement face Ă  sa gestion Ă  la fois controversĂ©e et catastrophique de la pandĂ©mie de Covid-19. Il tient des propos complotistes, douteux, adopte une attitude nĂ©gationniste, conteste les rĂ©sultats scientifiques, use de fake news et vante les mĂ©rites de mĂ©dicaments jugĂ©s inefficaces par les spĂ©cialistes, comme l’hydroxychloroquine.

DĂšs le dĂ©but de la crise, il qualifie le virus de petite grippe, il enfreint les mesures de distanciation sociale en participant Ă  des manifestations et en multipliant les bains de foules sans port du masque. Il est sceptique sur la vaccination, interdit les restrictions sanitaires et fustige les pleurnicheries de la population. Il dĂ©fendait la thĂšse de l’immunitĂ© collective et affirmait que le coronavirus Ă©tait une maladie politisĂ©e. Il s’est dĂ©fendu d’ĂȘtre l’unique chef de l’État au monde Ă  avoir eu le courage de donner son opinion sur ce virus. Le prĂ©sident brĂ©silien maquille les chiffres, les statistiques officiels et s’abstient de toute prise de mesure sanitaire nationale en dĂ©pit des milliers de morts et des millions de malades qui sĂ©vissent dans tout le pays. 

Le chef de l’État BrĂ©silien a affirmĂ© publiquement qu’il ne se ferait pas vacciner et a plaisantĂ© sur les effets secondaires du vaccin Pfizer, dont il avait d’ailleurs refusĂ© plus de 70 millions de doses pour son pays. Force est de constater que le prĂ©sident Ă©tait dans le dĂ©ni total de la pandĂ©mie et il dĂ©clarait sur ses rĂ©seaux sociaux : “On va tous mourir un jour, mon rĂŽle est de prendre des risques, pour le meilleur et pour le pire1”. Lorsque, Jair Bolsonaro a Ă©tĂ© contaminĂ© par le virus, de nombreux mĂ©dias brĂ©siliens espĂ©raient sans grande surprise que cela pousserait le prĂ©sident Ă  changer de position Ă  l’égard de la pandĂ©mie. La Folha de Sao Paulo par exemple, espĂ©rait que cela lui serve de leçon sans aller jusqu’à souhaiter sa mort. Dans un de ses Ă©ditos, le journal dĂ©clarait espĂ©rer que le PrĂ©sident se remette rapidement et que ça lui mettre du plomb dans la cervelle pour la suite de la gestion de la pandĂ©mie parce qu’il n’a fait que minimiser la dangerositĂ© de la crise sanitaire, il a freinĂ© l’instauration de mesures fortes (comme le port du masque dans les lieux accueillant du public ou le confinement alors que le BrĂ©sil comptait plus de 60 000 morts et mille de plus au moins chaque jour qui passe2).  

Jair Bolsonaro n’a entrepris aucune stratĂ©gie contre l’épidĂ©mie de Covid-19, il n’a montrĂ© aucune empathie envers les milliers de victimes, et a fait preuve de nĂ©gligence en ignorant les directives mĂ©dicales. Les nombreuses provocations du prĂ©sident brĂ©silien ont dĂšs lors provoquĂ© un bras de fer politique entre les autoritĂ©s rĂ©gionales/municipales et le gouvernement compte tenu du fait qu’aucune politique nationale contre le virus n’avait Ă©tĂ© prise. Chaque rĂ©gion et chaque grande ville devait prendre ses propres dĂ©cisions afin de lutter contre le virus. 

Dans un texte relayĂ© par les mĂ©dias brĂ©siliens comme la Folha de Sao Paulo, la commission d’enquĂȘte sĂ©natoriale sur la gestion de la pandĂ©mie de Covid-19 au BrĂ©sil, Renan Calheiros, a recommandĂ© que le prĂ©sident d’extrĂȘme droite devait ĂȘtre inculpĂ© de crime contre l’humanitĂ©, de charlatanisme, de falsification de documents et de dĂ©tournements des fonds publics3

Il existe bien une loi qui interdit Ă  tout candidat d’élection d’ĂȘtre propriĂ©taire d’une entreprise ayant une mission de service public comme un mĂ©dia4, contrairement Ă  l’Italie, mais rien n’empĂȘche d’ĂȘtre ami avec un ayant-droit d’un journal ou d’une chaĂźne de tĂ©lĂ©vision. 

“La population se rendra compte assez rapidement qu’elle a Ă©tĂ© trompĂ©e par les mĂ©dias”

Jair Bolsonaro, 22 mars 2020

LES MÉDIAS COMME FORCE D’OPPOSITION

Les populations les plus touchĂ©es tant par la maladie que par la dĂ©sinformation furent sans surprise les plus prĂ©caires. Davantage exposĂ©s au danger, car Ă©tant travailleurs essentiels et/ou vivant dans des habitations insalubres, et moins confiants envers les grands mĂ©dias, qu’ils peuvent juger trop Ă©loignĂ©s de leur rĂ©alitĂ©, voire menteurs car servant des intĂ©rĂȘts Ă©conomiques au dĂ©triment de l’information.

La Folha de SĂŁo Paulo s’est dĂšs le dĂ©but de la pandĂ©mie engagĂ©e Ă  fournir une information claire et la plus sĂ»re possible, quitte Ă  publier prudemment au cours des premiĂšres semaines, en mars 2020. D’autres mĂ©dias, Ă  l’instar d’AgĂȘncia Mural5 vont aller chercher un public plus rĂ©ticent et vulnĂ©rable. Si la plupart des 39 communes font l’objet d’une couverture mensuelle dans les mĂ©dias paulistes et nationaux, d’autres cumulent moins d’un article chaque mois, ou ne font parler d’elles que pour des affaires de criminalitĂ©. NĂ© en 2010 Ă  Sao Paulo et reprenant le concept du mĂ©dia français le Bondy Blog, Mural veut couvrir mĂ©diatiquement l’ensemble de la rĂ©gion mĂ©tropolitaine de la capitale Ă©conomique brĂ©silienne Ă  l’aide de correspondants et d’une approche beaucoup plus bienveillante, visant Ă  mettre en valeur les solutions trouvĂ©es aux problĂšmes structurels, les projets locaux et les injustices vĂ©cues par les habitants plutĂŽt que de parler des crimes et dĂ©lits commis par les locaux, dĂ©jĂ  traitĂ©s dans le reste de la presse. 

A noter que le taux d’analphabĂ©tisme est plus Ă©levĂ© au BrĂ©sil : environ 6% pour la moyenne nationale6, et frĂŽle parfois les 20% en fonction de l’ethnie, l’ñge et la situation sociale. Par consĂ©quent, communiquer auprĂšs de cette population est un rĂ©el dĂ©fi que Mural est parvenu Ă  rĂ©soudre en partie. En effet, si les analphabĂštes ne maĂźtrisent pas le portugais Ă  l’écrit, l’immense majoritĂ© des analphabĂštes brĂ©siliens le comprennent Ă  l’oral. L’idĂ©e de crĂ©er des podcasts quotidiens en lien avec l’actualitĂ© du Covid-19, mais aussi les bons gestes Ă  adopter, les initiatives locales, du dĂ©mantĂšlement de fake-news etc. fleurit, se voient diffusĂ©s par des radios communautaires et nationales, et leur sĂ©rie de podcasts “Em Quarentena” parvient Ă  faire son bout de chemin jusqu’aux podcasts recommandĂ©s dans la catĂ©gorie “ActualitĂ© COVID” par Spotify au BrĂ©sil. Les Ă©pisodes sont aussi massivement relayĂ©s sur WhatsApp, nerf de la guerre souterraine de l’information au BrĂ©sil. Des listes de diffusion envers les diffĂ©rents types de publics de Mural sont crĂ©Ă©es pour toucher au mieux les cibles, et un community manager est chargĂ© de diffuser les “ZapCasts” et de rĂ©pondre aux messages des internautes7

Le dĂ©sir d’informer le plus d’individus possible n’est cependant pas sans consĂ©quences. 100 agressions de journalistes ont eu lieu pour la seule annĂ©e 20208. L’organisation Reporters Sans FrontiĂšres (RSF) alerte d’ailleurs sur ce phĂ©nomĂšne dans ses rapports trimestriels depuis quelques annĂ©es9. 

Co-rédigé par Linçia Ladrezeau et Romane Margerit

Pour en découvrir davantage :

Notes

  1. France Inter (2020), Bolsonaro le choix d’une politique mortifĂšre face Ă  l’épidĂ©mie de coronavirus au BrĂ©sil.
  2. France Culture, (2020), MĂȘme contaminĂ©, Jair Bolsonaro ne change rien face Ă  la Covid-19.
  3. Courrier international, (2021), Jair Bolsonaro accusĂ© de “crime contre l’humanitĂ©â€ pour sa gestion de l’épidĂ©mie de Covid-19.
  4. Article 54 de la Constitution du Brésil. Voir sa traduction sur ce site https://wipolex.wipo.int/fr/text/490964
  5. S’inspirant des Muralistes mexicains, un mouvement artistique datant des annĂ©es 1930 qui visait Ă  reprĂ©senter les classes ouvriĂšres dans les Ɠuvres d’art (la plupart du temps sur des peintures murales, d’oĂč le nom). Voir les Ɠuvres de Diego Rivera.
  6. A titre de comparaison, le taux d’analphabĂ©tisme en France est d’un peu moins de 1%.
  7. Contraction de “WhatsApp” et de “podcast”. Le ZapCast est davantage dĂ©veloppĂ© au BrĂ©sil qu’en France.
  8. Reporters Sans FrontiĂšres. Pour comparaison, entre 2018 et 2020, il y eut 12 agressions de journalistes en France (hors violences policiĂšres)
  9. RSF – BrĂ©sil
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search