Vers une ville mieux verte, grâce au numérique?

La présence du végétal est devenue un enjeu fondamental pour les habitants des villes en ces temps de (re)confinement. En témoigne le choix du gouvernement de laisser les espaces verts accessibles au public, à l’inverse de ce qui avait été décidé en mars dernier. Force est de constater que la végétalisation   ̶ ou revégétalisation   ̶ de l’espace urbain s’inscrit dans une volonté globale de rendre la ville plus verte. Dans ce contexte, de nouveaux outils technologiques et numériques émergent, avec pour but de faire bouger les lignes. ecoTeka, développé par Natural Solutions, est un exemple des initiatives qui fleurissent sur le marché.

Aujourd’hui, plus de trois quarts des Français habitent en ville[1]. Alors que le climat se réchauffe, les bienfaits des végétaux, et notamment des arbres, sont maintenant reconnus. Les arbres ne sont plus simplement considérés comme des éléments décoratifs ou des outils de structuration du paysage urbain, mais comme de réels alliés, qui peuvent, entre autres, limiter l’apparition d’îlots de chaleur au sein de la ville.

La crise climatique entraîne donc une nécessaire remise en cause du modèle de gestion des espaces verts. De mauvaises habitudes ont été prises durant les Trente Glorieuses : les ingénieurs de voirie étaient généralement responsables de la plantation et de la gestion des arbres, sans avoir nécessairement les connaissances nécessaires en la matière.

La question de la biodiversité devient également plus pressante, alors que le changement de climat, les maladies ou les parasites menacent certaines espèces. Par exemple, le chancre coloré du platane menace les 40 000 platanes parisiens, qui représentent plus de 38% des plantations d’alignement qu’on trouve dans les avenues de la capitale. Il s’agit donc d’accorder plus de place à la nature en ville, mais pas n’importe comment.

ecoTeka, un outil numérique au service des élus locaux

L’agence numérique Natural Solutions, basée à Marseille et spécialisée dans la collecte et l’exploitation des données environnementales, a développé en juin 2020 un nouvel outil qui permet l’inventaire et la gestion informatisée du patrimoine arboré. Eric Woloch, à l’initiative du projet, estime que la gestion d’espaces verts à l’échelle municipale tend à se professionnaliser : on trouve de plus en plus de responsables des espaces verts au sein des structures communales ou intercommunales. Subsistent encore pourtant des inventaires incomplets, voire une absence totale de plans de gestion dans certaines communes.

ecoTeka se propose donc d’accompagner les municipalités dans l’élaboration de stratégies vertes, voire de trames vertes, en partenariat avec des paysagistes. L’agglomération d’Alès fait partie de ses premiers clients. Avec pour résultat, la création d’un service « Patrimoine arboré », chargé de la supervision et de l’entretien des arbres alésiens.

Ouverture et accessibilité, conditions nécessaires à un futur plus vert

La Ville de Paris a pris de l’avance en matière de gestion numérique des espaces verts. Depuis les années 1990, le service de l’arbre et des bois utilise une application cartographique pour assurer un suivi individualisé de ses quelques 200 000 arbres. Paris Data ne naîtra qu’en 2016, mais Paris demeure une des seules municipalités françaises à rendre ses données publiques, y compris ses données environnementales.

Capture d’écran du site https://opendata.paris.fr/

Le gros des utilisateurs potentiels d’ecoTeka sont des communes de taille modeste (moins de 40 000 habitants), car c’est auprès de ces communes que le gros du travail reste à effectuer, d’où la nécessité de proposer un service financièrement accessible.

« Il faut développer la compétence arbre, et pour ce faire, nous croyons en l’Open Data, l’Open Source et la participation citoyenne », assure Eric Woloch. Si l’application ne propose pas d’outil participatif pour le moment, cela devrait être le cas dans un futur proche. L’objectif de Natural Solutions n’est pas seulement de proposer des services à des communes, mais aussi d’encourager la mobilisation citoyenne en mettant les technologies numériques à la disposition de tous.

Des initiatives citoyennes qui se multiplient

Parallèlement au travail mené par les municipalités et les entreprises innovantes, les citoyens se mobilisent pour défendre leur « droit à la nature »  ̶  un concept juridique scandinave qui n’existe pas en droit français, mais qui fait des émules. En témoigne les actions menées par des associations telles que Plantation Rébellion, qui fait la promotion de la biodiversité en plantant des arbres illégalement dans une démarche de désobéissance civile. Si de telles initiatives ne correspondent pas vraiment à une gestion raisonnée du végétal, elles illustrent néanmoins avec force le besoin de nature éprouvé par certains habitants des villes.


[1] 80,709 % de la population française en 2019, d’après la Banque Mondiale.


Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement-du-dimanche-10-mai-2020

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/bienvenue-dans-lanthropocene-34-la-possibilite-dune-ville-verte

https://www.paris.fr/pages/chancre-colore-du-platane-paris-sous-surveillance-7476

https://www.natural-solutions.eu/

https://ecoteka.org/

https://www.ales.fr/actualites/au-chevet-des-arbres-dales

https://www.jardinsdefrance.org/service-de-larbre-bois-de-ville-de-paris-connecte-jusquau-tronc-2/

https://opendata.paris.fr/

https://www.francetvinfo.fr/politique/conference-environnementale/le-droit-a-la-nature-cest-quoi_2568107.html

https://www.sparse.fr/2020/05/18/plantation-rebellion-la-branche-armee-du-g-i-e-c/

Auriane Jaillet

Soliguide, une cartographie des lieux solidaires

Avec un site internet, une application, des bornes numériques et des cartes imprimées, Soliguide est sur tous les fronts pour faire parvenir l’information aux personnes en situation de rue. D’autant plus en période de pandémie et de confinement, leur recensement des structures ouvertes est essentiel. 

Le mythe des personnes précaires et à la rue complètement déconnectées, sans téléphone ni accès à internet, persiste. Bien loin de la réalité, puisqu’une étude de 2018 montre que 91 % des personnes sans-abri possèdent un téléphone mobile, 71 % un smartphone. L’association Solinum en a fait son cheval de bataille, faisant de « l’innovation un levier d’impact dans l’action sociale. »

L’association, implantée dans neuf territoires en Île-de-France, Gironde et dans l’est de la France, est à l’origine du projet Soliguide lancé en 2017. Le site internet cartographie des services, associations et lieux pour les personnes en difficulté, couvrant des thèmes allant de l’alimentation, l’hygiène et la santé, à l’hébergement et la formation. Soucieux de rendre leur guide accessible, le site est disponible en quatre langues (français, anglais, espagnol et arabe) et depuis mars 2020, une application gratuite est également disponible.

Afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes dans le besoin, y compris celles et ceux éloigné-e-s du numérique, l’association a créé des bornes numériques implantées dans la ville. À l’image de celles que nous trouvons dans les centres commerciaux ou les gares, ces bornes permettent l’accès au Soliguide aux personnes sans smartphone. 

Expérimentée depuis 2018 à Bordeaux, d’abord sur le parvis de la Gare Saint-Jean, la première borne est maintenant située au « CAIO (le centre d’accueil, d’information et d’orientation) à Bordeaux, un lieu de repère pour toutes les personnes en situation de rue ou en situation d’immigration ». La seconde, inaugurée récemment, se trouve au « Pain de l’amitié, une épicerie sociale » de la ville. Leur installation à l’intérieur des structures rend l’accès à ces bornes tributaire des horaires d’ouverture des établissements. 

Les retours sur l’utilisation de ces bornes, de la part des institutions ou des personnes bénéficiaires, sont positifs et le dispositif a vocation à s’étendre. En 2021, des bornes devraient apparaître en Île-de-France. « On va se servir de bornes qui existent déjà, par exemple à la CAF ou dans d’autres organisations qui proposent déjà des bornes dans leur structure, pour greffer une page du Soliguide. » explique Juliette Lautrain, chargée de développement des projets en Gironde. 

La borne Soliguide est équipée de casiers à code pour permettre de recharger son téléphone en déjeunant ou en faisant ses courses à l’épicerie. Déjà très appréciée par nos bénéficiaires. @ Le Pain de l’Amitié / Facebook

Le premier confinement puis le second ont grandement aggravé la situation des personnes précaires et à la rue, forçant de nombreuses structures à fermer leurs portes. Soliguide a donc joué un rôle  essentiel d’accompagnement et d’information, mettant à jour 95 % de sa base de données et répertoriant les services de première nécessité ouverts dans chaque département où Solinum est présent. Lors du premier confinement, le nombre d’utilisateurs du site a triplé. 

Juliette Lautrain explique que depuis le printemps, en partenariat avec d’autres acteurs, l’association a également créé « des cartes qui sont distribuées directement dans la rue par les maraudeurs. Ces cartes recensent des services de première nécessité qui sont en accueil inconditionnel uniquement, on y met la santé, l’alimentation et l’hygiène. Ce sont des cartes qui sont distribuées aux personnes qui sont vraiment éloignées du numérique et qui ne peuvent pas se rendre eux-mêmes sur Soliguide et faire des recherches sur les structures. »

Le dispositif a vocation à s’étendre à de nouveaux territoires, en espérant que la crise sanitaire n’entrave pas le développement des projets, l’association aura peut-être bientôt une antenne à Lille ou à Nice. 

« Le Plessis-Robinson Boutik’s – L’appli de vos envies »

Un grand coup de pouce pour nos petits commerces

Face à l’arrivée grandissante du e-commerce et au développement de ses outils, certains commerçants Robinsonnais ont eu la volonté de se mutualiser afin de s’engager dans cette nouvelle ère du digital.

Un nouveau projet

Ce projet a pu voir le jour grâce à l’association des commerçants et à Hervé Caranobe, manager du centre-ville du Plessis-Robinson, qui ont mis en place l’application mobile Le Plessis-Robinson Boutik’s, créée par la société Co’mercea.

C’est en septembre 2017 que cette nouvelle aventure se concrétise pour une quinzaine de commerçants de la ville qui signent avec Co’mercea.

Hervé Caranobe souligne le souhait de « proposer une alternative organisée face aux géants du e-commerce et à la grande distribution tout en offrant de la qualité aux clients ». L’idée était également de préserver l’esprit village, qui caractérise si bien la ville du Plessis-Robinson, en renforçant les liens humains entre clients et commerçants.

L’objectif de cette plateforme est triple : aider les commerçants à communiquer, créer l’envie d’acheter local et fidéliser la clientèle.

Une 1ère évolution

En août dernier émerge une seconde version de Boutik’s.  Le contrat est dorénavant établi entre Co’mercea et la mairie qui désire être garent de la bonne santé et de la vivacité du cœur de ville.

Philippe Beaucher, gérant du commerce Baralait et président de l’association des commerçants, nous affirme que cette nouvelle version permet d’aller de l’avant grâce à un système moins contraignant pour les commerçants et plus avantageux pour les clients. En effet, c’est désormais la mairie qui prend en charge la communication et les frais de l’application. Aussi, plus de points fidélité sont générés pour les clients. En plus d’être bénéfique en termes d’environnement, cette version l’est également d’un point de vue sanitaire : tout est dématérialisé, c’est plus simple et plus rapide.

Comment ça marche ?

Pour tout achat supérieur à 10€, des points de fidélité sont générés sur le compte du client. Lorsque les 1000 points sont atteints, il reçoit des e-chèques fidélité. En plus de cela, le client reçoit des e-coupons personnalisés et, tous les 10 achats, des offres découvertes l’invitant à se rendre chez différents commerçants.

Boutik’s offre la possibilité aux commerçants de se démarquer par le biais de promotions exclusives.

Par tous ces avantages, l’application permet la vente additionnelle, attrait non négligeable pour les commerçants.

La réception du projet

Cette aide proposée aux commerçants pour l’arrivée du numérique rencontre un franc succès. « Depuis la mise en place de Boutik’s, on est passé d’une quinzaine de commerçants participants à une quarantaine » précise Hervé Caranobe. Philippe Beaucher complète et atteste que ce sont désormais plus de 3000 clients qui ont téléchargé Boutik’s.

Cette application permet un avantage concurrentiel, tant par rapport aux commerçants Robinsonnais qu’à la ville.

Le système a un réel bénéfice pour le commerce local : Philippe Beaucher constate un panier moyen supérieur chez les clients utilisant Boutik’s.

Les commerçants participants témoignent que la gestion de cette application leur prend beaucoup de temps mais, comme le souligne Hervé Caranobe : « C’est du temps qui rapporte de l’argent. »

Les ambitions pour Boutik’s

Le 1er confinement qu’ont vécu les français au printemps 2020 a accéléré la nouvelle tendance des modes de consommation que ces dernières années ont vu émerger : le circuit de proximité, l’achat en ligne et la livraison à domicile.

C’est dans cette optique qu’Hervé Caranobe a sauté le pas vers le Click & Collect qu’il ne fallait, selon lui, absolument pas rater, et qui était possible grâce au réservoir de clients s’étant constitué durant ces 3 années. Cette nouvelle fonctionnalité va être ajoutée à Boutik’s à la mi-novembre 2020 et exploitée par une douzaine de commerçants proposant chacun une vingtaine de produits.

Sur le point d’aboutir et dans la prolongation du Click & Collect, il y a le « vélo cargo ». En effet, lors de la commande, il sera possible de se faire livrer chez soi par un livreur à vélo. Le but étant d’attirer le client vers le commerce local en proposant des frais de livraison moindres que ce qui existe actuellement.

Hervé Caranobe, pleins de ressources, se voit déjà enrichir davantage l’application. Il pense notamment à créer un achat en ligne de chèques cadeaux ou encore à mettre en place un jeu à gratter qui pourrait amener des nouveaux clients chez les commerçants.

Le pari de l’esprit village et du commerce de proximité semble gagnant et très prometteur pour l’avenir.

Grâce à la constante volonté d’Hervé Caranobe de renouveler cette application mobile, et au soutien sans faille de la mairie, le digital gagne de la place chez les commerçants qui allient désormais leur boutique au numérique.

Séréna JUPILLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search