Une journée riche en rencontres à Port Louis !

Il existe 3 gros médias à Maurice : La Sentinelle Media, Le Mauricien, Le Défi Media Group. C’est ce dernier dont nous allons parler et expliciter notre visite au Défi Media Group.

Le siège social est basé à Port Louis et possède deux immeubles. Nous sommes arrivés dans une salle de réunion avec une douzaine de salariés dont une seule femme. 

Parmi eux il y avait entre autres :

– un responsable actualités généralistes et politiques

un journaliste et chef d’édition radio et télévision

un journaliste qui revient pour des formations ponctuelles

un consultant suivi qualité presse, il intervient également au niveau de la formation 

un chef d’édition de l’information en temps réel, il s’occupe aussi des réseaux sociaux

un coordinateur dans la formation

Le média est présent à la radio, télévision, et sur le web ; chacun essaie de complémenter l’autre. Le directeur général est avant-gardiste au niveau de l’information, il s’occupe de « l’après » tandis que l’équipe s’occupe du « présent ». C’est pour cette raison que le média est intéressé par la formation, ils sont friands de renouvellement. 

Le média a un centre de formation en collaboration avec l’Université de Maurice « Le défi training school ». Le groupe met l’accent sur la formation et valorise sa double casquette « information – formation » en s’ouvrant sur le monde éducatif. Leur formation consiste en 4 sessions de 2 heures sur 1 mois où ils apprennent ce qu’est une information, comment la sourcer, la distinction entre une information publique et privée, ce qu’est le journalisme citoyen. Ils étudient également quel est le risque de diffuser une fausse information. 

Le public visé par ces formations sont les étudiants ou les professionnels à partir de 18 ans. Le but étant aussi de trouver des talents, notamment dans des zones reculés pour qu’ils puissent donner de l’information au média. 

Les journalistes déclarent que comme tout grand média, ils sont accusés de dissimuler des informations. Ils utilisent ces formations pour pallier ce problème et montrer comment on produit, traite et diffuse une information. Ce projet est lancé depuis quelques semaines, ils en parlent sur leur média de presse écrite et à la radio. Les autorités ont approuvé le contenu des formations. 

En plus de l’information et de la formation, le média fait également de l’événementiel. Ils organisent des salons qu’ils couvrent à la télévision et à la radio. 

Le groupe est en expansion et se digitalise. Ils évoquent le fait que la presse écrite est devenue un véritable challenge avec la concurrence du web. Ce bouleversement du paysage médiatique change le traitement de l’information. Malgré l’expansion du web, un journaliste explique qu’acheter le journal fait partie d’une routine : « C’est un rituel, ils font la queue et achètent Le Défi avec un café le matin. »

Il y a un avant-après covid qui nécessite une réadaptation de la part du média. Avec la pandémie, l’information est devenue davantage gratuite sur le web, il a fallu que le Défi Media Group s’adapte à cela. Il est beaucoup plus simple d’informer sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook qui est un réseau social très présent à Maurice, puisqu’il y a moins de contraintes de publication. Les réseaux sociaux Twitch et Twitter ne sont pas beaucoup utilisés sur l’île tandis que Facebook et Instagram prennent une grosse place.

Ils se demandent comment intéresser la jeunesse à ces sujets, maintenant que l’information se trouve directement sur Facebook. Ils ont décidé de s’agrandir et d’être présents sur les réseaux sociaux Instagram et TikTok. Ils possèdent un nouveau pôle pour le e-sport, notamment pour cibler le public plus jeune. 

Un des journaliste ajoute qu’avec l’arrivée du VHS, certaines personnes disaient que ce serait la fin de la télévision alors que finalement ce n’est pas le cas. Il a fait un parallèle avec le fait que des personnes pensent que  le web va mettre fin à la presse écrite alors qu’elle continuera sûrement d’exister.

Il y a eu une remise en question de la radio. Certains journalistes ne voulaient pas mettre de masque, ils ne pouvaient donc pas être présents au studio radio en présence d’autres intervenants. Ils ont dû  intervenir de chez eux et utiliser Zoom pour passer à la radio. Malgré l’ère du digital, 300.000 Mauriciens écoutent toujours la radio. Ils n’utilisent pas le créole à l’écrit car les journalistes considèrent que l’écrit ne s’y prête pas, la langue est plutôt utilisée à la radio.

La population mauricienne compte 1,4 millions d’habitants. Un des journaliste promeut le fait qu’il faut faire plaisir à tout le monde à travers leurs publications, à « l’intello », au « petit peuple », « celui qui aime le sport ». Cette stratégie permet de rendre pérenne et agile le média : « Everything to everybody ». 

En les questionnant sur la place qu’ils accordent à la publicité, ils nous informent qu’ils n’en ont pas réellement besoin. Leur force de frappe est leur audience. Ils considèrent que les annonceurs s’intéresseront davantage au numérique plutôt qu’à la presse écrite dans les prochaines années. 

Certains auditeurs viennent faire la queue à la rédaction pour des questions diverses, par exemple s’ ils ne touchent pas certaines aides de l’état, ils peuvent venir en parler à la radio. Nous avons d’ailleurs rencontré la journaliste qui s’occupe de répondre à ces questions sociales. 

La presse mauricienne est la presse la plus ancienne de l’hémisphère sud. Cela représente un atout majeur en termes d’expérience. Par ailleurs, un journaliste du Défi Media Group compare la presse française et la presse mauricienne. Il dit qu’en France Bolloré contrôle la presse alors qu’à Maurice il y a une diversification de la presse. 

Les principaux journaux du groupe sont  : 

    • Le Défi Plus : apparition en 1996, journal n°1 du samedi, 80 pages, avec des enquêtes exclusives, rubrique KI News (gossip), rubrique caricatures (actualités longues), rubrique dossier (reportage), 25 roupies
    • Le Défi Quotidien : apparition en 2010, création dans le cadre d’une élection électorale, du lundi au vendredi, actualités plus approfondies que la radio mais moins approfondies que l’hebdomadaire. Rubrique « économie », rubrique « Explik Ou Ka » (les auditeurs/spectateurs expliquent leur problème, disponible aussi à la radio), 40 pages. Chaque jour nouveau thème : jeudi « bolywood », vendredi « sport », 15 roupies
    • Le dimanche-L’Hebdo : grandes actualités de la semaine, davantage tourné people avec des rubriques plus légères, moins polémique que Le Défi Plus. Thèmes familiaux, rubrique « voyage », rubrique « évasion », rubrique « cinéma », rubrique « people », rubrique « portraits », rubrique « actualités générales », 20 roupies, 70 pages
    • Le Défi Moteurs : sur les automobiles, véhicules, articles pas trop négatifs pour garder de bonnes relations avec les annonceurs qui sont des concessionnaires, rubrique « grille d’achat » (ensemble des prix des véhicules et des marques à Maurice). 

Banque MCB

Après le Défi Media Group, nous avons visité la grande banque Mauritius Commercial Bank (MCB). Un rendez-vous enrichissant à la recherche de potentiel financement pour les crédits des futures étudiants mauriciens de l’IFP.  

Tout d’abord, parlons de l’architecture du bâtiment, surnommée le “caprice des dieux” par les habitants en référence à sa forme. C’est un bâtiment écologique qui capte la lumière du jour pour baisser la consommation d’électricité.

Poursuivons par la directrice de la communication et du développement durable.  Elle a réalisé ces études en info-com à la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Puis elle a travaillé dans un cabinet de conseil français appelé Utopie.

Elle veille au bon déroulé des engagements en développement durable de la banque.

De son côté, l’homme à réaliser des études d’Info-com en école de commerce marketing.

La MCB est l’une des banques principales de l’île Maurice. Ces lieux d’implantation de la banque sont l’ile Maurice, Madagascar, les Maldives, les Seychelles. Il existe d’autres points d’ancrages tels que l’Afrique du sud, Dubaï et le Nigéria.

Ils ont commencé par nous présenter la philosophie de la banque: comprendre, informer, agir. Les canaux que la structure privilégie pour informer sont les réseaux sociaux.

Ensuite ils nous ont présenté l’évolution des ambitions de la banque dans le domaine des RSE, à commencer par les efforts de l’entreprise à fournir sur la thématique de l’égalité des genres (gender equality). 

La société mauricienne est encore confrontée à un plafond de verre à franchir à franchir sur ces sujets (comme la France). Cependant deux avancées ont été mises en avant. Le doublement du congé paternité dans l’entreprise par rapport à la loi : 10 jours. Enfin le plus important, c’est l’évolution du pourcentage de femmes à des postes de cadre, près de 30%, L’entreprise s’est fixée un objectif de 40% à atteindre pour 2030. Notons cependant, selon les dires de l’intervenante, qu’il reste au niveau des femmes beaucoup de choses à faire .

Lors de nos échanges nous avons pu voir une certaine franchise de la part de la femme sur le domaine du genre; sujet qui la concerne directement. Elle n’a pas hésité à se montrer  critique envers les directeurs de sa société pour nous dire qu’aucune femme n’avait intégré le comex. Elle nous a également rappelé que jusque dans les années 1980, c’était mariage ou travail pour les femmes, il fallait faire un choix entre sa carrière et sa vie conjugale. 

Après l’égalité des genres, le second domaine RSE dans lequel la banque s’engage,  l’enjeu de transition écologique.

Cela se reflète dans la raison d’être de la MCB divisée en trois points :

    • Lokal is beautiful
    • Klima 
    • Green is quality

La directrice de communication et de développement durable nous a présenté les 3 étapes de l’évolution du développement durable dans les mentalités :

      1980-1995 : Aspect philanthropique du développement durable, qui n’était relié qu’au possibilité du business.

      1995-2010 : Développement de la RSE 1.0. On s’aperçoit que le développement économique va dans la mauvaise direction sur les questions environnementales et qu’il faut ralentir.

      Depuis 2010, nous sommes entrés dans la RSE 2.0. Le nouvel objectif : avoir désormais un impact positif à travers notre développement.

Pour la directrice, le succès de ces stratégies se mesure au-delà du profit financier.

En 2019, la banque a signé pour avoir un label banque responsable.

L’un des enjeux majeurs pour la MCB, en tant que grande banque, est d’agir comme une banque responsable et d’être connectée aux objectifs du pays.
Pour coller à ces objectifs, elle favorise le développement d’une économie locale et dynamique en privilégiant les circuits courts à travers des productions locales. Par ailleurs, 98% des mauriciens reconnaissent l’importance d’acheter local. L’objectif à terme est d’augmenter le PIB par le local. Par exemple, elle finance le développement de l’application de Vélo Vert, une association que nous avons visité précédemment. 

En 2020, une étude économique a été réalisée pour expliquer comment atteindre la neutralité carbone avant 2030 :

      Prendre des engagements et les tenir ;

      Être créatif au niveau des partenariats ;

      Valoriser le patrimoine culturel et environnemental.

L’enjeu d’adaptation à ces problématiques pour l’île Maurice est de taille. En effet, le pays insulaire fait partie des nations les plus concernées par les conséquences du dérèglement climatique. Il est le 7ème pays le plus exposé ainsi que le 13ème pays le plus vulnérable. Certaines de ces conséquences sont déjà observables à l’œil nue, au niveau des côtes à travers la montée des eaux. Enfin ce sont des éléments qui sont intégrés dans les calculs de financement de la banque, qui ne financera pas un projet soumis au risque de montée des eaux ou qui invitera ces clients déjà concernés à réagir.

La MCB ayant une grande influence sur l’île, elle s’est fixée pour mission de tirer la société mauricienne vers le haut. Le pouvoir de fait que détient la banque lui donne des responsabilités vis-à -vis de la population. 

En termes de communication, la banque fait très attention à ne pas être accusée de green washing. Il y a beaucoup d’attentes sur ces engagements par les associations et les ONG tels que Greenpeace etc.

La MCB selon les dires des intervenants à influencer ses concurrents qui les copient dans les intentions mais pas forcément dans les faits.

Des actes, les intervenants en ont cité quelques-uns en matière de responsabilité climatique. Au sujet d’un partenariat avec la ligue du trail, la banque a obtenu de faire participer les coureurs de Rodrigues autre île de Maurice parfois délaissée par l’île principale. Pour cette même course, la banque finance 5 roupies par km parcourus par tous les coureurs tout au long de l’année. Ce financement est directement reversé à un fond dans le cadre d’un partenariat monté avec le parc pour nettoyer les gorges d’un canyon. Outre le nettoyage, le balisage d’un parcours est réalisé pour orienter et sensibiliser les touristes sur les questions écologiques du lieu qu’ils visitent. La remise en visite du site des gorges de la rivière noir permet de décharger d’autres sites touristiques sur-visités.

Autre acte responsable : la banque oriente sa clientèle vers des cartes en amidon. Cela n’est pas facturé aux clients et représente un coût pour la banque de 3 millions de roupies par an.  

Nous avons achevé notre rendez-vous en évoquant les sujets de la communication, des embauches et de notre potentielle ouverture de centre de formation à Maurice.

Les intervenants nous ont fait remonter un certain nombre de postes qui ont un problème pour recruter en communication.

Ils ont également évoqué la place des médias écrits dans la société et notamment dans la publicité. Celle-ci est amoindrie depuis la crise du Covid-19. Les médias traditionnels n’ont pas su se transformer. Investir des publicités chez eux est de moins en moins intéressant pour ne pas dire inutile. Le point d’ancrage le plus fiable pour la publicité reste la radio, les Mauriciens passant beaucoup de temps dans leur voiture.

Au niveau de leur communication les intervenants reconnaissent une certaine auto-censure générale à Maurice dans ce qui est dit et communiqué.

Pour finir, sur la question du financement des crédits étudiants, la banque s’est dite ouverte, mais souhaiterait obtenir des assurances pour un retour sur investissement. Par exemple, instaurer une clause dans la formation qui demande aux Mauriciens faisant leurs études à l’IFP de revenir 2-3 ans après l’obtention de leurs diplômes pour participer au développement de l’île. L’un des problèmes récurrents que nous avons rencontré lors de notre voyage est en effet la fuite des talents et des cerveaux qui est au final l’un des enjeux majeurs pour l’île.  

Maëva Kajjiou et Richard Bouttement, étudiants en M2 MCVN à l’IFP.

Compte rendu de la journée du mercredi 29 mars 2023 lors du voyage d’études à l’Île Maurice

Le mercredi 29 mars, nous entamons notre sixième journée à l’Île Maurice avec un départ de l’hôtel à 8h30. Royco, notre chauffeur, nous emmène en van à Moka, un peu plus au Sud. 

Nous arrivons après une petite heure de route dans un endroit particulier : des anciens poulaillers, transformés en bureaux. C’est un espace de travail, qui existe depuis 2 ans, qui accueille des entreprises variées : manufactures, technologie, réhabilitation des prisonniers, Foodwise, aide pour les familles en difficultés et vulnérables, école de codage, espace de résidence d’artistes, etc.

Ce lieu atypique se nomme “Les Kocottes”, c’est un lieu industriel à l’origine qui accueille aujourd’hui des acteurs de l’industrie locale. Nous venons pour rencontrer des acteurs de Made in Moris, un label qui promeut la consommation locale, les produits mauriciens.

Nous posons nos affaires et commençons une visite des lieux avec Thanaa, en charge de la communication de la marque. Elle a le titre de “Cluster Leader Brand Activations & Communications”.

Bureaux de Made in Moris à Moka

2 blocs de bâtiments composent le siège de l’association. Nous sommes tous surpris par les locaux : colorés, collaboratifs, lumineux, agréables. Les bureaux sont remplis de post-it et de différentes écritures. Des SWOT, tableaux, frises, calendriers et retroplanning parsèment les murs : le label semble organisé et nous ressentons un vrai travail d’équipe derrière ces outils.

Frise chronologique et SWOT dans les bureaux de Made in Moris à Moka

Les locaux sont très équipés : une grande salle de réunion se dresse à côté des bureaux, une cuisine commune, des jeux de société en tout genre sont installés dans un petit meuble.

Made in Moris c’est 3 personnes à temps plein, “une petite équipe mais beaucoup de projets”, selon Thanaa. Elle nous explique qu’en 2021 Made in Moris est passé de 3 à 7 collaborateurs-salariés. C’était un grand pas pour l’organisme mauricien qui n’a “que” 10 ans. Un camarade lui demande ce qui a favorisé cet essor, ce boum des entreprises locales. Thanaa pense que c’est dû à une forte culture de l’entrepreneuriat sur l’île et également au fait qu’il y a 10 ans, il y a eu un abaissement des barrières tarifaires pour l’importation.

Salle de conférence/présentation dans les bureaux de Made in Moris à Moka

Nous retournons dans le premier local par lequel nous sommes arrivés. 2 autres collaborateurs nous rejoignent pour commencer la présentation. Samuel est le “programm manager”, il accompagne la transformation et la fluidification du travail en interne. Il nous dit qu’il doit “accompagner la transformation des entreprises mauriciennes à travers des projets innovants”. Yann, lui, est en charge de l’”opération et du business development”.

Ensuite, Thanaa nous parle de l’AMM, la genèse du projet Made in Moris. L’AMM (Association of Mauritian Manufacturers) est une organisation du secteur privé créée en 1995, qui compte 70 membres. Elle représente les intérêts du secteur manufacturier local, c’est-à-dire l“industrie locale”. L’une des missions de l’AMM est de promouvoir l’industrie mauricienne et d’accompagner sa transformation. L’AMM a créé le label Made in Moris en 2012, l’association est “le bras armé de l’AMM”. Ainsi, l’initiative du label est née de l’industrie, des manufactureurs mauriciens. Pour l’AMM, l’industrie du futur est une industrie qui respecte l’environnement.

Après avoir présenté l’AMM et s’être présentés tour à tour, Thanaa répond à la question “Pourquoi s’impliquer dans le Made in Moris ?”. Plusieurs arguments sont apportés par les 3 salariés-ambassadeurs du label. Leur volonté de travailler pour Made in Moris vient du besoin de faire évoluer le pays dans le bon sens, en contribuant à améliorer certains aspects. S’impliquer dans ce projet naît d’un réel engagement patriotique, d’une fierté d’appartenance au pays. Yann prend la parole pour expliquer qu’il était motivé à rejoindre l’aventure de Made in Moris aussi car il ressentait ce besoin de se rapprocher de ses racines, il voulait se rattacher à son pays d’origine, surtout après avoir étudié en France à SciencesPo. Yann ajoute qu’en travaillant pour Made in Moris, il trouve du sens à ses missions et apprécie particulièrement le côté très concret de ses tâches : il veut accompagner les entreprises car, selon lui, “chaque entreprise mauricienne labellisée “Made in Moris” est un pas de plus vers une économie mauricienne circulaire viable.”

Thanaa précise que le Covid a accéléré ce besoin de valorisation de la production locale en créant une vraie concentration sur l’économie circulaire : de forts enjeux ont été mis en lumière grâce à cette crise mondiale. Les entreprises qui avaient le label ont mieux survécu à la pandémie car elles ont de meilleurs process

Leur mission peut se résumer en quelques mots : démarquer les produits dits “légitimes” (c’est-à-dire produits localement avec une valeur ajoutée) des produits manufacturés ne répondant pas aux critères de traçabilité et de l’identité mauricienne. Ainsi, le label célèbre fièrement l’identité mauricienne très forte. Made in Moris est la seule marque pour les produits locaux de qualité à Maurice. Les valeurs du label sont : citoyenne, responsable, déterminée, fédératrice, novatrice, pérenne.

Un des membres nous explique que l’utilisation du créole a été un choix pensé pour les Mauriciens, car le label a été créé pour eux. Grâce à l’utilisation de cette langue, les Mauriciens se sentent plus liés au label, donc aux marques bénéficiant du label “Made in Moris”. La communication est donc très axée sur le créole mauricien, avec une stratégie ainsi qu’une ligne éditoriale très pointilleuse dans le but de “se faire une place auprès des institutions, se faire entendre et faire entendre notre approche de qualité”, d’après Thanaa.

Thanaa nous diffuse une vidéo de présentation de l’organisme, en créole mauricien. Nous sommes tous surpris car, finalement, presque rien ne nous échappe : la vidéo est très claire et bien construite. Elle nous indique qu’il a fallu 2 mois de travail acharné pour la créer avec un vrai travail du discours, de l’animation, du motion design.

250 marques font partie du label Made in Moris, réparties dans 6 secteurs différents : agroalimentaires, industriels, culturels et créatifs, textiles, agricoles, industrie des services. Il a fallu un an et demi de travail pour ouvrir le label au secteur des services, en collaboration avec les entreprises. La certification est valable pour une marque mais pas pour une entreprise. Certaines entreprises ont donc plusieurs marques labellisées. Sur le site Made in Moris, il y a une page par marque, pour leur donner plus de visibilité. 

Mais Made in Moris est une entreprise ambitieuse : ils ne veulent pas s’arrêter là. Mobiliser le plus de secteurs possible à Maurice autour d’un projet qui les réunit et valorise leur savoir-faire, voilà l’aspiration du label. Booster l’industrie locale, œuvrer en faveur d’une production mauricienne et développer ce nouveau modèle économique sont l’essence même du projet, du pledge Made in Moris. Made in Moris travaille sur 4 axes : former, innover, internationaliser et la RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Made in Moris se plaint du fait qu’il y ait uniquement un “country branding” juste tourné sur le tourisme. Ainsi, le label essaie d’avoir des entrées ailleurs.

Les membres de Made in Moris nous explique ce que signifie “#Nouastelokal” inscrit sur les kakémonos. La catchphrase signifie “achetons local”.

Thanaa nous expose les différents moyens et canaux de communication de Made in Moris : apparition dans des journaux, témoignages vidéo, spots radio, communiqués de presse, réseaux sociaux… Yann, lui, nous explique à son tour que les revenus de Made in Moris sont les sponsors, les frais d’adhésion et des formations payantes.

Un des principaux partenaires est la SGS, un organisme de certification international basé en Suisse. Cette société a pour but d’optimiser l’impact positif local et global grâce à leur travail de certification lorsqu’une marque veut rejoindre le label. Le label a été développé avec un cahier des charges en partenariat avec la SGS.

Puis, les membres nous expliquent le processus d’adhésion à Made in Moris. L’équipe commence par filtrer les demandes, puis SGS est chargée des derniers contrôles pour validation. Les cahiers des charges sont différents en fonction des industries. Les notations par critère vont de 0 à 2 et il y a entre 72 et 95 critères d’évaluation classé en plusieurs grands items comme la gestion d’entreprise, l’engagement de la direction, la gestion des ressources humaines… À l’intérieur de ces items, plusieurs “petits” critères sont présents tels que : les informations sur la gestion de l’entreprise (type numéro de SIRET), trademark, informations sur l’engagement de la direction sur l’éthique, les valeurs des fournisseurs en matières premières, la présence de plans de successions dans l’entreprise… La check-list des critères pour l’obtention du label est revue tous les ans. Il faut obtenir 60 % en guise de note finale à propos des critères de sélection pour avoir le label. Yann nous indique que sur environ 90 critères, cela correspond à une cinquantaine de critères remplis. 15 à 20 % des postulants sont pris du premier coup chaque année. Yann nous dit que depuis janvier, une cinquantaine d’entreprises ont postulé.

Made in Moris ne pénalise pas les entreprises qui ne répondent pas aux critères mais l’organisme les encourage, notamment grâce à la mise en place de sessions de conseils. Made in Moris veille à promouvoir les entreprises qui ont les compétences et le mérite nécessaires pour faire rayonner la production locale mauricienne. Le label met en lumière des entreprises qui peuvent apporter de la qualité au label mais surtout à la consommation sur l’île. Le label est pensé pour la réalité mauricienne.

Made in Moris fait quelques appels vers les entreprises mais la communication vers le monde de l’entreprise est de moins en moins nécessaire. Ils reçoivent entre 180 et 200 demandes par an.

Thanaa cite quelques entreprises qui font partie de la famille Made in Moris : Oxenham, Corson, Moroil, Précigraph, Sofap, Cernol, Margarine Industries…

Le processus de recrutement est très précis. L’équipe se rend dans l’usine, pendant au moins 4 h, pour veiller à son bon fonctionnement et établir le diagnostic Made in Moris. Un dossier peut prendre entre 3 semaines et 6 mois pour être traité. Différentes étapes sont nécessaires pour obtenir la labellisation : critères d’éligibilité, dossier d’adhésion, pré-visite par zoom, visite de conformité, labellisation (paiement des frais d’adhésion, charte graphique, communiqué de presse…). L’adhésion coûte entre 6 000 et 55 000 roupies, en fonction du chiffre d’affaires. Le label est valable 2 ans. Au bout de 2 ans, il faut refaire tout le processus pour être à nouveau labellisé.

Yann nous parle de l’”effet multiplicateur” : l’achat d’un produit fait vivre un pays. C’est un peu le cercle vertueux de l’économie circulaire. À Made in Moris, il valorise les entreprises qui produisent 25 % de valeur ajoutée au minimum. Thanaa précise que les matières premières sont quasiment systématiquement importées : elles viennent de l’extérieur.

Made in Moris, aujourd’hui, c’est 150 entreprises et plus de 350 marques labellisées : 2 agricoles, 8 textiles, 1 hôtelier, 5 services, plus de 10 culturelles et créatives, plus de 25 industriels et enfin, plus de 130 agro-alimentaires. 64 % des entreprises labellisées sont des PME. 

Même si le projet est privé à 100 %, Made in Moris possède d’étroits liens avec les institutions publiques. Made in Moris est soutenue et reconnue par l’Etat. L’objectif de base, en lien avec l’AMM, est d’accompagner la transformation de l’industrie locale en portant le plaidoyer de l’industrie locale auprès du gouvernement. Made in Moris a donc également un rôle institutionnel et politique.

L’organisme veut “casser le mythe de l’entrepreneur bullshit à Maurice parce que l’Île Maurice ce n’est pas que la plage et du sable”. Made in Moris veut aller au-delà de l’idée qu’à Maurice, il n’y a que de la débrouille, et montrer qu’il y a aussi de la qualité. Made in Moris veut montrer une force de l’industrie, prouver que c’est un pays émergent. 

Nous demandons leur façon de communiquer sur les marques récemment entrées dans le label. Il y a un photographe attitré qui va produire une série de clichés, puis une gamme de publications, à partir d’un template, à destination des réseaux sociaux du label est mis en œuvre “Bienvenue dans la famille Made in Moris”. Ensuite, une page très complète, dédiée à la marque sur le site du label, est tout de suite créée. Puis, une formation d’1 h 30 s’organise rapidement avec des salariés de la marque nouvellement labellisée pour apprendre comment utiliser le label dans le marketing. Cet atelier a apparemment un impact très positif.

Yann nous explique que l’Île Maurice souffre énormément de la fuite des cerveaux. Maurice est l’un des premiers pays d’Afrique à souffrir de ce phénomène. Il y a seulement une petite poignée de Mauriciens, partie à l’étranger pour leurs études, qui reviennent. 

Il y a 3 millions de consommateurs à Maurice, avec un salaire minimum équivalent à 250 euros, donc les gens ne consomment pas beaucoup. L’internationalisation devient alors une solution pour perpétuer le développement de Made in Moris. L’idée d’internationaliser vient du fait que Maurice soit un marché de 3 millions d’habitants, donc exporter pour augmenter le marché devient une nécessité. Yann continue en disant que les produits Made in Moris intéressent les marchés de niches, comme les nouveaux riches en Afrique, par exemple au Kenya. Made in Moris ne peut pas produire en masse. Le label ne peut donc pas toucher l’Inde ou la Chine car ce sont des marchés trop grands. Marie-Noëlle prend la parole en nous expliquant qu’il y a des choix rationnels à faire, “on ne peut pas aller partout”. Elle évoque la “maturité industrielle”. Yann explique ensuite qu’il aimerait avoir nos conseils pour internationaliser le label mauricien, faire reconnaître le label au niveau international : c’est leur prochain objectif.

Nous visionnons une vidéo d’une animation marketing nommée “Trianon Activation” axée sur l’achat responsable. Elle est réalisée dans un supermarché. Il s’agit d’un des gros projets de communication sur toute l’année. Cela consiste en une journée d’animation par mois dans un supermarché. Le but est d’encourager le consommateur à acheter local : en achetant 10 produits locaux, 1 cadeau est offert au consommateur pour le récompenser de sa bonne action. Le consommateur a alors le droit de tourner la roue des cadeaux (“Spin and win”) : c’est une animation qui vise à “déstresser le consommateur”. Ils sont en partenariat avec une radio locale. Les marques en profitent pour prendre la parole et parler de leur savoir-faire ce qui donne de la visibilité à la marque mais aussi à Made in Moris. Les réactions et feedback des individus sont globalement positifs, mais il est souvent reproché de promouvoir des produits plus chers. Thanaa nous explique que c’est logique car les produits Made in Moris sont produits en petit nombre, c’est une réalité tout en étant un réel frein. La difficulté réside alors dans le fait de réussir à faire comprendre en quoi ces produits sont plus chers, mais que leur prix est légitime. Marie-Noëlle précise même qu’il y a eu un shift depuis le Covid : “avant le prix était un vrai frein, un reproche, puis les médias ont compris avec le Covid, il y a eu un changement dans les questions des journalistes, ils ne demandent plus ‘pourquoi c’est plus cher’, maintenant les questions portent sur ‘Comment consolider la consommation locale ? Comment réduire la dépendance à l’importation ?’”.

La prochaine opération similaire est prévue pour le 29 avril. Les membres nous expliquent qu’il y a déjà eu d’autres événements originaux comme un corners Made in Moris dans un pop-up store en 2020.

La rencontre touche à sa fin. Les membres de Made In Moris nous invitent à prendre une collation, avec, bien évidemment, des produits labellisés Made in Moris. Alors, nous nous amusons à chercher le logo du label sur les packaging. Marie-Noëlle nous met plusieurs paquets de biscuits dans nos sacs, pour que nous profitions un peu plus longtemps du label 100 % mauricien ! 

La créatrice du label “Managing Director”, Shirin Gunny, vient à notre rencontre, elle semble ravie de nous voir. Elle nous affirme qu’elle est contente de nous donner une autre lecture du “Maurice carte postale”.

Puis, nous discutons encore un peu du voyage et de nos études parisiennes avec les collaborateurs avant de se souhaiter mutuellement une belle continuation.

Comme nous avons un peu de temps avant l’heure du déjeuner, Marie-Noëlle nous fait conduire dans un centre commercial, le Bagatelle Mall by Ascencia. Nous en profitons pour changer notre argent français en roupies et espérons pouvoir acheter quelques souvenirs, mais le lieu ne correspond pas du tout à nos attentes. En effet, l’ambiance du centre commercial nous gêne après avoir parlé de consommation locale pendant deux heures. Les marques présentes dans le centre commercial ne semblent pas majoritairement “Made in Moris”, au contraire, nous y retrouvons énormément de marques occidentales, présentes dans tous les centres commerciaux français. Ce contraste nous perturbe et nous nous faisons réciproquement la remarque. Nous ne faisons donc pas vraiment d’achats, espérant trouver le lendemain à Port-Louis des produits plus authentiques et typiquement mauriciens. 

Nous remontons donc dans le van qui nous conduit au restaurant l’Escale créole pour le déjeuner. Petite bulle bucolique et tropicale, l’Escale créole est un des meilleurs restaurants où nous nous sommes rendus lors de notre séjour. Les nappes à carreaux, des panneaux “pas de wifi ici, faites la causette” et des bibelots colorés nous entourent. De nombreux plats aux saveurs créoles nous ont été proposés après une entrée typique. Poisson, poulpe, poulet, bœuf, lentilles, riz, aubergines, concombres… Tout est fait pour que nous nous régalions ! Nous découvrons une cuisine créole familiale et authentique, avec épices et piments au rendez-vous des papilles. Nous terminons ce délicieux repas avec un dessert composé d’un gâteau à la banane, d’une mangue à la vanille, et d’un biscuit coco-choco avec un shot de rhum.

Déjeuner à l’Escale créole

Après ce déjeuner à l’Escale créole, nous remontons dans notre mini-bus, direction les bureaux de la MBC. La MBC, c’est la Mauritius Broadcasting Corporation, la société nationale de radio-télévision de l’Île Maurice. Elle existe depuis 1964 et opère sous une loi, le MBC Act, qui stipule qu’elle doit fournir des services de diffusion indépendants et impartiaux, d’informations, d’éducation, de culture et de divertissement dans les différentes langues enseignées ou parlées du pays. 

À l’arrivée, nous passons un contrôle de police et sommes déposés directement à l’entrée, ce qui ne nous laisse pas vraiment de possibilité de voir l’extérieur du bâtiment. Nous sommes conduits dans les étages de l’immeuble, jusque dans une grande salle de conférence au milieu de laquelle trône une immense table en bois et de gros fauteuils en cuir. Nous sommes reçus par plusieurs membres importants de la MBC : le directeur de l’information, le directeur de la production, l’assistant du directeur général et le responsable de l’intégration technologique. 

Contrairement à nos autres rendez-vous, nos interlocuteurs n’ont pas préparé de présentation et attendent de nous que nous posions des questions, sur lesquelles ils pourront rebondir. Ne connaissant pas bien l’écosystème médiatique mauricien, nous sommes un peu perdus, mais la discussion s’engage néanmoins assez rapidement. 

Nos interlocuteurs nous expliquent qu’en tant que télévision de service public, la MBC a des obligations de service public, comme couvrir certains événements religieux ou aller dans certains endroits.

Elle doit aussi vérifier ses informations, contrairement aux chaînes privées, dont on nous dit qu’elles sont “extrêmement rapides car elles ne vérifient pas leurs infos”. Nous voyons rapidement que les cadres de la MBC considèrent les informations des chaînes privées comme moins qualitatives, accusant leurs concurrents de faire du “sensationnalisme”. Selon eux, la MBC met au contraire un point d’honneur à vérifier ses informations, ce qui est selon eux ressenti par le public pour qui la MBC est synonyme d’information fiable, crédible (“reliable”)

La MBC est aussi multiculturelle et multilingue, à l’image de la société mauricienne aux besoins de laquelle elle doit répondre. Sa devise, “L’unité dans la diversité”, se retrouve dans ses programmes, produits dans 10 langues différentes. Elle diffuse des bulletins d’informations en quatre langues : le créole mauricien, le français, l’anglais et la langue indienne. Le journal français, diffusé à 19h30, est le journal d’information principal de la MBC, le plus long et le plus important. C’est une nouvelle preuve que le français reste très important à Maurice, même si l’anglais est la langue officielle du pays. 

De la même façon, le service général de la MBC est le service français. La MBC compte en effet quatre rédactions et 80 journalistes, répartis en différents desks (radio, sport, anglais, multimédia…). Pour la couverture d’un événement, un journaliste du service général se rend sur place, puis il y a un formatage de l’information selon la langue du journal (par exemple, le format sera plus court pour le journal anglais que français, car le journal dans sa totalité est plus court). Globalement, c’est le service général, en français, qui fournit les informations aux autres services. Il en va de même pour la radio, qui reçoit ses informations des services de télévision (mais il lui arrive également de faire son propre sourçage). 

Nous posons la question du profil des journalistes de la MBC. Selon nos interlocuteurs, ils sont diplômés en journalisme, en communication et en langues. Cela contraste avec la situation en France, où seul le diplôme de journaliste obtenu dans une école reconnue par la profession peut permettre de travailler pour un grand média. À l’image de la société mauricienne, les journalistes sont au moins bilingues, beaucoup parlent même trois langues ou plus. Leurs langues de travail sont le français et le créole. 

Après cette présentation de la MBC et de son fonctionnement, nous évoquons les transformations du paysage médiatique et les moyens de financement dont dispose la société. À ce stade, la MBC vit de la redevance télé (d’un montant de 3 € par mois pour avoir accès aux 18 chaînes et à la radio) et de la publicité, à hauteur de 60 % du budget venant de la redevance et 40 % de la pub. Comme beaucoup d’autres médias audiovisuels, la MBC est confrontée à une baisse de ses revenus publicitaires, car comme ils nous le disent, “le media landscape évolue beaucoup vers Internet” et les annonceurs font de plus en plus de publicité sur les réseaux sociaux.

La télévision mauricienne est aussi concurrencée par les plateformes de streaming, notamment Netflix, qui représente un concurrent important. La plateforme explique selon nos interlocuteurs la baisse importante d’audience qu’ils observent après le journal télévisé de 19h30. Malgré tout, l’audiovisuel mauricien, comme en France, résiste mieux aux évolutions du paysage médiatique que la presse, apparemment en déclin même si elle reste beaucoup consommée à Maurice.

Dans ce contexte, nous posons la question de l’évolution des formats pour mieux répondre aux attentes du public et rester concurrentiel. Nos interlocuteurs nous expliquent que Maurice est un marché très restreint du fait de son petit nombre d’habitants, et que produire des programmes “de niche” demande donc trop d’investissements pour trop peu de rentabilité. L’enjeu est donc de développer des programmes qui vont intéresser les mauriciens en grand nombre, comme des divertissements, des documentaires ou des programmes sportifs. La MBC produit ainsi 70 émissions par mois.

Pour ce qui est de l’évolution des programmes, on nous explique qu’il y en a peu, apparemment en raison des obligations de service public auxquelles la MBC est soumise. Il y a cependant une réflexion sur ce sujet, notamment autour de la création de formats rapides, courts, car selon nos interlocuteurs, le public veut ce type de nouvelles courtes et directes. 

Enfin, nous notons plusieurs fois durant cet échange que la MBC est critiquée pour sa couverture politique (une critique vite balayée par nos interlocuteurs, selon qui cette couverture politique ne compte que pour 5 à 10 minutes de la programmation journalière). Nous comprenons entre les lignes que la MBC est sans doute accusée d’être trop proche du pouvoir politique, mais nous n’en apprenons pas plus. 

Nous apprendrons plus tard pendant la visite qu’il y a d’autres enjeux politiques pour la MBC : selon notre guide, l’audience est assez “sensible”, que ce soit par rapport à des questions religieuses ou en raison des liens de l’Île Maurice avec d’autres pays comme la France, le Royaume-Uni ou encore la Chine, et la MBC doit donc faire attention à ce qu’elle diffuse. Cela pose la question de la partialité du traitement de l’information, mais à nouveau, nous n’en apprenons pas plus.

Après cette entrevue, nous avons la chance de pouvoir visiter les locaux de la MBC, où se trouvent les rédactions, les studios radio et télé, et tous les autres services qui permettent aux chaînes de la société d’exister. L’étage où a eu lieu notre échange avec les cadres du groupe dispose de larges couloirs, mais dès que l’on descend aux étages inférieurs, les couloirs sont plus étroits, beaucoup n’ont pas de fenêtres. Il y fait très chaud, certainement à cause de la température extérieure et de l’absence de climatisation efficace dans le bâtiment. Nous relevons plusieurs traces de moisissures sur le plafond. Globalement, nous remarquons tous l’ancienneté du bâtiment, qui semble nous transporter immédiatement dans les années 80. Quelques semaines plus tôt, nous avons visité les bureaux du groupe français BFMTV, et la comparaison est bien dure pour MBC. Les infrastructures semblent avoir trente ans de retard par rapport aux grands médias français. 

Cela se vérifie quand nous visitons les rédactions, installées dans une grande salle dans plusieurs bureaux disposés en cercles, permettant d’identifier les différents services. Plusieurs journalistes sont présents, mais nous ne retrouvons pas l’effervescence des open spaces des médias français. De même, la salle n’a pas de fenêtres, à l’opposé des open spaces de BFMTV tous en baies vitrées. 

Nous visitons ensuite une sorte de salle de contrôle, dans laquelle plusieurs écrans diffusent en simultané toutes les chaînes de la MBC. À un bureau, un employé vérifie méticuleusement que les programmes se déroulent bien, en s’appuyant sur un document qui retrace seconde par seconde le déroulé des programmes de la journée, pubs comprises. On nous explique que la programmation est faite une semaine avant mais est revue tous les jours.

Salle de contrôle dans les locaux de MBC

Notre guide nous emmène ensuite visiter les studios radio, dont la plupart sont “digitaux” : selon notre guide, cela signifie qu’une seule personne, l’animateur, gère toute son émission seul, en totale autonomie, en gérant à la fois l’animation, le lancement des pubs, les jingles, les échanges avec le public. Nous visitons le studio de Kool FM, une radio généraliste, et rencontrons son animateur, Jonathan. Il échange avec nous pendant qu’une chanson est diffusée, puis quand l’émission reprend, Jonathan nous présente en direct en annonçant qu’il a avec lui en studio un groupe de français, en provenance de Paris. Surpris et amusés, nous passons en direct à la radio mauricienne en parlant brièvement des arrondissements où nous vivons. Puis Jonathan lance une musique de l’artiste française Wejdene et nous échangeons brièvement sur la situation politique française, en pleine mobilisation sociale contre la réforme des retraites. Enfin, il nous demande de le suivre sur sa page Facebook tout en nous expliquant qu’il a fait des études en “com et broadcast”. 

Nous visitons aussi le bureau où sont créées les habillages d’antenne, les infographies pour les informations, les graphismes pour les promotions de films… Nous apprenons grâce à une carte affichée dans le bureau que les journalistes de la MBC travaillent avec Reuters, l’AFP, etc. Ils sont en fait affiliés à plusieurs agences. De part leur histoire et leur situation géographique, l’Île Maurice est liée aux pays du Commonwealth, mais aussi aux pays asiatiques, africains et de l’océan Indien, ainsi que la France, bien sûr. Cela explique les liens des journalistes avec de nombreuses agences internationales. 

Enfin, nous visitions les studios de télévision, dont le plus grand a été remis à neuf aux standards internationaux, à l’époque de la version mauricienne de “Qui veut gagner des millions ?”, en 2018. Ce studio peut accueillir 100 spectateurs. La MBC dispose également de studios avec des fonds verts, pour d’autres types d’émissions. Nous apprenons par hasard au cours de cette visite des studios que la MBC diffuse deux journaux d’informations par semaine en langue des signes. Il s’agit du premier journal présenté par des personnes sourdes. 

Plus grand studio télé de MBC
Nos camarades Cassilde, Lorraine et Alix dans l’un des studios télé de MBC

À la fin de notre visite, le personnel de la MBC nous distribue à chacun un sac dans lequel nous trouvons un polo et une casquette portant le logo du groupe. Nous sommes touchés par cette attention et remarquons, comme lors de nos autres rendez-vous, à quel point nous sommes bien reçus. 

Nous repartons de cette journée avec une meilleure compréhension des enjeux rencontrés par les entreprises et les médias de l’Île Maurice et une meilleure vision de la spécificité de cette petite île et de son marché restreint et insulaire auquel les acteurs économiques doivent s’adapter. 

Nous rentrons finalement à l’hôtel et terminons la journée les pieds dans l’eau, face au coucher du soleil. Malgré nos discussions de la journée et la volonté des entreprises locales de donner à voir une autre facette de l’île, nous apprécions aussi de profiter de ses décors de carte postale !

Coucher de soleil sur la plage de Trou aux biches

Jeanne Morvan et Lucile Vaillant, le 6 avril 2023 à 17h30

Une journée au Domaine de Labourdonnais

Première journée de découverte de l’île avec les élèves du master 2 médias, communication et villes numériques à l’île Maurice. Nous nous rendons au Domaine de Labourdonnais, où nous sommes attendus pour faire une visite du domaine mais aussi pour rencontrer les communicants de l’agence mauricienne Beyond Communications. Nous sommes accueillis par Jean-François Wiehe, le propriétaire du Domaine de Labourdonnais ainsi que Bernard Maurice, le responsable du château. Tout au long de la journée, nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs acteurs du domaine afin d’en savoir plus sur son fonctionnement et ses différents secteurs d’activités.

L’Île Maurice et son héritage colonial :

Nous commençons notre visite du Domaine de Labourdonnais par leur musée de l’Industrie sucrière. Après quelques travaux réalisés sur le domaine, les propriétaires ont découvert des souterrains. Il s’agit d’un long couloir qui servait, au temps de l’exploitation de cannes à sucre, à alimenter les chaudières. Ce couloir était surnommé « le couloir de l’enfer » par les travailleurs qui devaient, tous les samedis matin, le nettoyer afin d’éviter un blocage des chaudières par un trop plein de bagasse. La chaleur y était étouffante, d’où le surnom de « couloir de l’enfer ».

Aujourd’hui, le souterrain est accessible pour la visite et se compose de quatre panneaux explicatifs qui permettent aux visiteurs de comprendre comment une industrie sucrière fonctionnait.

Le “couloir de l’enfer”

Ce « petit musée » comme aime l’appeler Bernard Maurice, est un véritable témoignage du passé colonial de l’Île Maurice. Cette histoire débute avec l’arrivée des Hollandais en 1638. Ces derniers avaient saisi l’emplacement stratégique de l’Île Maurice sur la Route des Indes. Les Hollandais ont été les premiers à coloniser l’île. A cette époque, le commerce triangulaire est à son apogée. Au total, entre le XVIIème et le XIXème siècles, plus de 12 millions d’africains ont été réduits en esclavage. Parmi eux, 4 millions ont été amenés sur les îles comoriennes, à Madagascar et notamment sur l’Île Maurice. Lorsque le royaume de France prend possession de Maurice en 1715, celui-ci maintient l’esclavage de ces hommes et femmes. Ils sont forcés de travailler dans les exploitations sucrières. Les esclaves ont pour mission d’extraire les cannes à sucre.

© : le site internet de l’Aventure du Sucre

Dans l’histoire de l’Île Maurice, on estime que des esclaves ont été rapportés des quatre coins du globe. Certains provenaient de l’Afrique, d’autres de l’Inde ou encore de l’actuelle Indonésie. Au fil des siècles, ces populations sont restées et ont créé ensemble le paysage multiculturel de l’Île Maurice.

Bien conscients de ce passé marqué par l’arrivée des colons et l’exploitation de leur territoire, les jeunes générations mauriciennes cherchent désormais à contrebalancer leur Histoire en faisant une richesse. Il nous a semblé que la force de l’Île Maurice réside en effet dans son multiculturalisme. L’agence de communication Beyond Communications en est un parfait exemple. Parmi ses nombreuses valeurs, on retrouve celle de l’inclusivité. L’équipe est composée de 35 personnes, venant tous d’horizons différents. Les outils de communication sont rédigés en français, en anglais, mais également en créole mauricien.

© : le site internet de Beyond Communications

Une forte influence européenne :

Bernard nous emmène ensuite visiter le château de Labourdonnais, ressemblant davantage à une maison d’architecture coloniale de style néoclassique italienne qu’un château fort de la période médiévale européenne. Le nom du château de Labourdonnais fut donné par les descendants de Jacques de Chasteigner Du Mée vers 1839. La maison en bois teck est bâtie sur deux étages avec le salon, la salle à manger ainsi que le bureau au rez-de-chaussée et les chambres à coucher au premier étage, ce qui la distingue des maisons coloniales de plain pied. La cuisine se situe en extérieur de la bâtisse afin d’éviter les risques d’incendie de par sa construction en bois.

Le château de Labourdonnais

Construit entre 1856 et 1859 par Christian William Wiehe qui acquiert le domaine en se mariant avec une héritière, le château est décoré et meublé à l’européenne, avec notamment dans la salle à manger, une tapisserie de la manufacture alsacienne Jean Zuber représentant une scène de la nature européenne. Dans le château, tous les meubles et la vaisselle sont importés d’Europe et plus particulièrement d’Angleterre et de France, symboles d’élégance à cette époque. Nous remarquons le mobilier de style victorien venu d’Angleterre ainsi que des meubles de style Napoléon III.

La tapisserie alsacienne Jean Zuber

Mais les influences européennes et notamment françaises ne s’arrêtent pas au mobilier et à la décoration d’époque de ce château puisque même aujourd’hui, Bernard nous apprend qu’entre 2006 et 2010, de nombreuses restaurations ont été réalisées et l’une d’entre elles a  fait l’objet de l’intervention de restaurateurs français : il s’agissait de la tapisserie de la salle à manger. Aussi, le projet de musée souterrain a été pensé et conçut par des experts français. Cependant, le reste de la restauration du château a été confiée à des artisans mauriciens, afin de mettre en avant le savoir-faire de l’île Maurice.

Aussi, nous constatons un réel plurilinguisme au sein de l’île. La langue officielle de l’île Maurice est l’anglais (administratif, juridique, entreprises) mais le créole mauricien et le français sont les plus parlés par la population insulaire. En tant que touristes français, nous avions parfois l’impression que la langue la plus parlée était la nôtre. Pendant notre journée au château mais aussi à l’agence de communication Beyond, nous apprenons que les communiqués de presse du Domaine de Labourdonnais, et plus généralement la presse locale de l’île, sont rédigés dans la langue française.

Des acteurs locaux qui ne demandent qu’à s’étendre sur le territoire mauricien :

Tout au long de notre visite, nous constatons une volonté profonde du Domaine de Labourdonnais et de l’agence Beyond Communications d’agir localement sur l’Île Maurice.

Au Domaine de Labourdonnais, une grande importance est accordée au local. A l’entrée du Quartier des Serres, on retrouve l’épicerie « La Corbeille », une épicerie qui met en avant les produits locaux, comme la vanille, le rhum, ou encore les paniers tressés. D’ailleurs, la sortie de ce magasin s’effectue en direction de la halle des Serres, là où tous les samedis, les artisans et maraîchers locaux viennent vendre leurs produits.

À ce propos, le Domaine de Labourdonnais possède une grande exploitation de fruits et légumes, que nous avons eu la chance de visiter en camionnette de service.

Exploitation de fruits et légumes de Labourdonnais

Les fruits et légumes qui y sont cultivés sont des produits de grandes consommations, comme les pommes de terre, mais aussi des fruits typiques comme l’atte. Depuis quatre ans, les employés travaillent à réduire progressivement l’utilisation de pesticides, jusqu’à leur disparition totale dans quelques années. L’objectif de cette action est double : proposer des fruits et légumes sains pour la population mauricienne et protéger la biodiversité de l’île.

Pendant notre visite, Jean-François, le propriétaire et héritier du Domaine de Labourdonnais, nous explique qu’ils revendent beaucoup de leurs produits aux hôtels de l’Île. Aujourd’hui, labellisés « Made in Moris » ils souhaitent axer leurs ventes à destination de la population locale.

D’ailleurs, lors de notre visite au domaine, nous avons pu observer les cuves qui servent à produire le rhum. Cinq cuves sont nécessaires pour la production. Dans la première, 2 000 litres de jus de canne sont mélangés avec 2 000 litres d’eau. Les quatre autres cuves servent à la fermentation. Pendant cette période, il ne faut pas que le mélange dépasse les 35 degrés. Pour cela, des ouvriers se relaient nuit et jour. Si la température est dépassée, le rhum ne pourra être consommé. Le Domaine de Labourdonnais produit environ 400 000 bouteilles par an, toutes labellisées « Made In Moris ».

Cuves de production de rhum

Après cette visite, nous avons participé à une dégustation de leurs différents rhum. Nous avons commencé par le rhum agricole. Au premier abord, le breuvage se révèle costaud. La responsable marketing du domaine nous annonce qu’il est à 50 degrés. Puis une douce saveur de fruits vient tapisser le fond du palais. Nous avons ensuite goûté un autre rhum agricole, mais cette fois-ci plus doux, à 40 degrés. Ensuite, la responsable marketing nous a proposé de tester les trois rhums ambrés. Le premier révélait des notes boisées, avec un léger goût de banane. Celui-ci se nommait « Lady Blue ». Le deuxième, « 1774 » nous laissait en bouche un doux parfum d’agrumes : kumquat, mangue et pamplemousse apportent une note fruitée au goût de cognac que nous pouvons ressentir. Enfin, nous avons terminé avec « Amelia », un rhum qui laissait en bouche un pétillant goût de vanille. Par cette dégustation, nous avons saisi l’importance de la production artisanale et locale.

Dégustation des différents rhums produits au domaine de Labourdonnais

Le Domaine de Labourdonnais cherche à s’imposer comme un acteur local majeur. En ce sens, celui-ci a développé sur son terrain un immense projet hybride. Ancienne exploitation sucrière, le domaine est dorénavant un producteur de rhum, de fruits et de légumes, de produits dérivés comme la confiture et les pâtes de fruits, mais c’est aussi le lieu de travail de nombreuses entreprises locales. Les anciens bâtiments de l’activité de cannes à sucre ont été transformés en bureaux. Un centre paramédical a été édifié, à côté du Quartier des Serres, un centre commercial axé sur la vente de produits locaux. Également, le château de Labourdonnais a été transformé en musée et se visite toute l’année. Le Domaine a été pensé dans une logique de centralisation des besoins.

De la même façon, l’agence Beyond Communications a été pensée « localement ». L’agence fait d’ailleurs partie des cinq premières agences de communication mauriciennes et elle est considérée comme la plus importante en termes d’actions sur les réseaux sociaux.

L’entreprise ne travaille qu’avec des entreprises locales, ou des filiales qui cherchent à s’installer sur le territoire. Leurs actions de communication sont émises pour les Mauriciens.

Enfin, au cours de nombreux échanges que nous avons pu avoir avec les différents membres de l’équipe, nous avons été marqués par leur volonté d’aider leur pays à se développer. Tous sont partis faire leurs études à l’étranger, que ce soit en France ou en Australie, avec l’objectif de revenir dans leur pays pour y apporter de nouvelles compétences et ainsi, permettre à l’Île Maurice de grandir au sein d’une société mondialisée. Nous avons d’ailleurs fait ce constat tout au long de la semaine à travers les différents échanges que nous avons pu avoir avec les acteurs médiatiques et financiers.

L’équipe de Beyond Communications et les élèves de Master 2 MCVN

Le Quartier des Serres, une ambiance plus communautaire :

En fin de matinée, nous partons pour le Quartier des Serres, le centre commercial du Domaine de Labourdonnais. Nous retrouvons Olivia, la manager du quartier des Serres, qui nous présente rapidement le lieu car nous sommes attendus pour manger dans un des restaurants du centre. Nous découvrons un endroit très moderne et parfaitement entretenu où nous retrouvons des espaces de coworking, des bureaux de petites et moyennes entreprises ainsi qu’une salle de sport, des magasins de petits créateurs et des restaurants. Nous soulignons une réelle volonté de donner tous les moyens possibles aux nouveaux acteurs de l’île afin qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions qu’il soit.

Le Quartier des Serres

Cependant, nous éprouvons un étrange sentiment lors de cette visite qui nous paraît être en décalage avec la réalité que nous avons pu observer près de notre lieu d’hébergement avec notamment des vendeurs de rue, et plus encore les jours d’après lorsque nous nous sommes rendus à Port-Louis. En effet, l’architecture quasi parfaite du quartier contraste énormément avec le reste de l’île. Nos premières impressions sont confirmées un peu plus tard lors de notre déjeuner dans un des restaurants du centre, qui ressemble beaucoup aux lieux que nous avons l’habitude de fréquenter en Europe avec un esprit “bobo”. Lors de notre visite au Quartier des Serres, nous avons le sentiment de nous éloigner des racines de l’île Maurice et de nous retrouver dans une ambiance plus européenne.

Plus généralement, notre journée au Domaine de Labourdonnais nous a semblé manquer d’un élément primordial de son histoire : l’esclavagisme. La visite ayant été principalement axée sur la vie de château, sur les différents propriétaires du domaine et sur les nouvelles infrastructures innovantes mises en place pour développer l’île Maurice, nous aurions aimé entendre l’histoire de cette période fondatrice de l’insularité, qui fait ce qu’elle est aujourd’hui. Nous pensons qu’il est important de témoigner davantage sur le travail des esclaves ainsi que sur les pertes et dommages humains que cette période coloniale a pu engendrer afin d’en faire un exemple.

Conclusion : 

Le Domaine de Labourdonnais et l’agence Beyond Communications sont des structures qui ont été marquées par l’histoire de leur pays. L’une très ancienne, cherche à se renouveler constamment pour répondre aux demandes des locaux, et s’imposer comme un acteur mauricien majeur à l’étranger, notamment par sa présence à des salons internationaux. L’autre est dirigée par les nouvelles générations mauriciennes, convaincues que leurs compétences acquises à l’étranger vont leur permettre de participer à la croissance de l’Île Maurice sur la scène internationale.

 

Cassilde Le Huédé et Lorraine Boutet

Compte-rendu du mardi 28 mars 2023

En ce mardi 28 mars 2023 au matin, nous partons tôt pour rejoindre la partie sud de l’île Maurice. Une bonne ambiance règne dans le van, puisque c’est l’anniversaire de notre très chère Cassilde. Il n’y a pas trop d’embouteillages, nous roulons en direction de Chamouny, pour y rencontrer Le Vélo Vert, une association de soutien au développement agroécologique.

À notre arrivée, nous faisons connaissance avec son Président & Team Leader, Bruno Dubarry, qui nous présente l’histoire, l’équipe et la raison d’être du Vélo Vert. Fondée en 2014 par Géraldine d’Unienville, l’association naît d’une volonté personnelle : se fournir en produits de qualité et de proximité, à Maurice. À l’origine, la structure se concentre sur la production et la distribution de proximité avec pour objectif la valorisation des petits producteurs. C’est au fil des années qu’elle se spécialise également dans la formation et la sensibilisation à l’agroécologie. Très rapidement, elle est soutenue par des associations à l’international, mais aussi par des aides institutionnelles et des sponsors privés. Son nom, “Vélo Vert”, traduit l’idée de circuits courts (on peut trouver toute la nourriture dont on a besoin à quelques coups de pédale), de proximité avec la nature, la biodiversité.

En 2023, l’équipe du Vélo Vert se compose de deux agronomes, deux fermiers, deux laboureurs, un éleveur, un gardien, un chargé de communication, un secrétaire et un comptable. L’objectif de cette année est de créer une application mobile pour mettre plus facilement en relation les produits issus de l’agroécologie et les consommateurs, qu’ils soient privés ou professionnels (restaurants, chaîne d’hôtels, etc.).

Photo de l'équipe du Vélo Vert
Une partie de l’équipe du Vélo Vert

Une transition agroécologique devenue nécessaire

Les récentes crises internationales (Covid-19 et guerre russo-ukrainienne) ont révélé l’enjeu d’autosuffisance alimentaire auquel doit faire face l’île Maurice. En effet, l’île connaît une forte dépendance économique au monde extérieur. Une réelle préoccupation est donc née parmi la population mauricienne lors de ces crises mondiales : comment allons-nous faire si nous ne sommes pas autonomes ? Parallèlement, les conséquences du réchauffement climatique (montée des eaux, cyclones, sécheresses…) et les questions de santé publique (Maurice a le taux de pesticides le plus important au mètre carré) font également pression pour créer une agriculture plus saine et plus durable.

Face à ces problématiques, l’agroécologie est “la technique du futur”, comme on le lit sur les prospectus délivrés par Le Vélo Vert. “Elle prend soin des écosystèmes qui, à leur tour, récompensent les agripreneurs avec un meilleur rendement et davantage de ressources”. Mais comment l’agroécologie fait-elle cela ? En quoi consiste un projet agroécologique ? Réponse en images de la part du président du Vélo Vert, Bruno Dubarry :

Ainsi, l’agroécologie se différencie des autres modèles agricoles car elle se base sur les opportunités qu’offrent les écosystèmes. Autrement dit, elle s’appuie sur l’environnement existant, du sol notamment, qu’il faut aider dans sa mission de fournir de la nourriture et des moyens naturels de maintenir la productivité et de lutter contre les ravageurs”. Mais alors, quelles différences entre le biologique et l’agroécologie ? Le biologique est une certification qui approuve que la production a été effectuée sans pesticide. Le produit est donc finalement garanti sain mais les techniques utilisées pour y parvenir ne sont pas forcément durables. Au contraire, elles sont parfois industrielles. En agroécologie, les produits peuvent être certifiés biologiques et sont cultivés sur une terre durable.

Comment faire en sorte que l’écosystème soit vertueux ? 

Une phase d’expérimentation est nécessaire pour voir comment le vivant interagit. Le terrain du Vélo Vert est ainsi séparé en plusieurs zones d’expérimentation (compostage, pépinière, maraîchage, etc.). Par exemple, plusieurs techniques de compostage, plus ou moins grandes, sont testées pour voir quelles combinaisons de déchets organiques apportent le plus de rendement ou nécessitent plus ou moins d’eau.

Photo de la zone de compost sur le terrain du Vélo Vert
Zone de compost sur le terrain du Vélo Vert
Photo de la zone d'agroforesterie sur le terrain du Vélo Vert
Zone d’agroforesterie sur le terrain du Vélo Vert

L’élevage “par opportunisme” est également une solution : les poules fermières aideront à entretenir le terrain, tout comme les moutons et chèvres aideront à désherber. À l’inverse, il faut mettre des barrières aux animaux invasifs, qui créeront des dégâts en pillant les fruits (cochons, mangoustes, singes, etc. ).

Photos des moutons et chèvres de la ferme du Vélo Vert
Moutons et chèvres de la ferme du Vélo Vert

L’agroécologie repose donc sur la préparation d’un écosystème dans lequel les plantes se suffisent à elles-mêmes pour prospérer et ce, malgré le dérèglement climatique, puisque le sol, préparé en amont, est censé leur apporter tout ce dont elles ont besoin.

Un défi : convertir à l’agroécologie

Il ne faut pas se leurrer, l’agroécologie est un projet ambitieux. Si nous avons vu que la transition agroécologique devait se faire (par nécessités économique et écologique), encore faut-il qu’elle soit perçue comme telle. En effet, il faut déjà susciter une prise de conscience sur sa nécessité au sein de la population mauricienne. Or, l’agroécologie n’est pas enseignée sur l’île Maurice, très peu de personnes s’y intéressent voire connaissent cette méthode agrologique. C’est pourquoi la phase III du programme EMBEROI (programme d’Expansion en Maraîchage Biologique avec Expertise Régionale Océan Indien,  lancé par Le Vélo Vert en 2016), soutenue par l’Union Européenne, la MCB et le Groupe Eclosia, inclut la création d’une académie en agroécologie, en partenariat avec FAREI, Forma’Terra de La Réunion et le Regional Training Center. L’objectif est de former 125 agripreneurs entre 2021 et 2024.

Description du Projet EMBEROI
Le Projet EMBEROI

Par ailleurs, faire évoluer les pratiques est onéreux : comment convaincre les agriculteurs de changer radicalement leur système de production, et donc de non seulement faire une croix sur leurs revenus le temps de la transition mais aussi d’engager de l’argent dans ce projet ? “Il faut qu’ils voient que ça marche” nous répond Bruno Dubarry. Il y a donc un enjeu de communication crucial. C’est pourquoi Le Vélo Vert, en accord avec la phase 3 du programme EMBEROI, communique les résultats d’expérimentation et sensibilise les publics non-professionnels à l’agroécologie dans tous les médias locaux : articles de presse, reportages télé, rubrique mensuelle dans un hebdomadaire, interviews dans un annuaire de l’agro-industrie… Leur but est de se positionner comme un acteur économique majeur pour montrer aux producteurs qu’il y a une demande. Mais ce n’est que le début : l’objectif du Vélo Vert est d’avoir une centaine d’agriculteurs à leur côté, ils n’en ont pour l’instant qu’une dizaine.

 

Visite de l’hôtel Heritage – Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality :

Après cette visite très enrichissante du Vélo Vert, nous sommes allés à la rencontre du Sustainability Officer et de son équipe de coordinateurs au sein de l’hôtel Bel Ombre appartenant au Groupe Rogers Hospitality.

“ At Rogers Hospitality, we nurture innovation and anticipate guest’s expectations (…). We put people at the heart of everything we do. Our vision is to create moments to remember, deliver outstanding experiences and everlasting memories for our guests at all our resorts and outlets”. 

” Chez Rogers Hospitality, nous encourageons l’innovation et anticipons les attentes de nos clients (…). Nous plaçons les personnes au cœur de tout ce que nous faisons. Notre vision est de créer des moments inoubliables, d’offrir des expériences exceptionnelles et des souvenirs impérissables à nos clients dans tous nos centres de villégiature et nos points de vente”.

Fondé en 1982, le Groupe Rogers Hospitality est l’une des trois principales firmes présentes sur le sol mauricien. Parmi ses secteurs d’activité, on retrouve notamment ceux de la finance, de la fine tech, du tourisme et de l’hôtellerie, qui sont particulièrement porteurs à Maurice.

Photographie extraite d’un post promotionnel publié sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all
Photographie extraite d’un post promotionnel publié sur le compte LinkedIn Heritage Resorts : https://www.linkedin.com/company/heritage-resorts/posts/?feedView=all

En quête d’innovation et afin de s’insérer au mieux dans les enjeux durables et environnementaux actuels, le groupe a lancé depuis peu son “Rogers Hospitality Sustainability Program”. Ce programme a pour but de proposer à sa clientèle touristique une expérience inédite qui se différencie de celles qu’offrent ses concurrents. De fait, si les activités motorisées ont le vent en poupe sur l’île, rendre ce qu’ils appellent les “activités de conservation” attractives constitue un véritable défi. Les activités dites “de conservation” collectivement associées à une charge et à une responsabilité citoyenne plutôt qu’à une activité touristique et de loisir, les équipes de Bel Ombre ont décidé d’aborder le coût écologique engendré par le tourisme de masse en valorisant les impacts que les touristes peuvent avoir individuellement et passivement en résidant dans les complexes hôteliers du Groupe Rogers Hospitality. Faisant ainsi d’un pierre deux coups, ils rappellent subtilement à leur clientèle ce à quoi ils ont pu contribuer lors de leur séjour au moment de rendre les clés de leur chambre. Une bonne manière de planter une graine éco-citoyenne et durable dans l’esprit des consommateurs tout en remerciant les touristes de les avoir choisis pour leurs vacances !

Vue sur le jardin se trouvant sur devant l'accueil de l'hôtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle) 
Vue sur le jardin se trouvant devant l’accueil de l’hôtel Heritage -Bel Ombre (Photographie personnelle)

Des piliers qui prennent racine dans le monde d’hier pour mieux bâtir celui de demain 

Cette initiative, dont le slogan  “NOW FOR TOMORROW” évoque une vision tournée vers l’avenir et une volonté d’agir pour penser les enjeux de demain, se fonde sur 5 piliers : 

  • Le premier est celui de la transition énergétique. Il se concentre essentiellement sur un objectif bas carbone visant à compenser celui émis par le groupe plutôt qu’à simplement  le réduire. En effet, si l’on sait désormais qu’atteindre la neutralité carbone est un mythe, l’objectif est, pour eux, de réussir à calculer leur production réelle de carbone afin de la compenser honnêtement – notamment en plantant le nombre d’arbres correspondant. Il ne suffit plus de s’auto-proclamer “Carbon Offsetting” aujourd’hui, et ça, le groupe l’a bien compris. 

 

  • Le deuxième est celui de la préservation de la biodiversité et des écosystèmes particulièrement riches de Maurice. Pour ce faire, Rogers Hospitality finance et accompagne les réserves naturelles qui tentent de se développer. De même, le groupe finance désormais une certification assurant à leurs clients que les produits qu’ils consomment ne contiennent pas d’agents nocifs pour leur santé. Cette certification, lancée sous l’égide de la Fondation pour l’Éducation Environnementale, porte le nom de “Greenky” et répond à environ 70 critères sélectionnés chaque année en fonction des enjeux majeurs identifiés. En outre, quelques-uns sont choisis pour être les objectifs annuels majeurs et propulsés en haut de la liste afin d’être identifiés comme les “indispensables” à l’échelle du Groupe dans sa totalité. 

 

  • Le troisième pilier répond à une volonté forte de promouvoir les économies circulaires à Maurice. Pour répondre à cette demande, le Groupe fait appel et soutient des ONG (Organisations Non-Gouvernementales) telles que “Food Wise”. À l’horizon 2023, le Groupe prévoit de miser sur des partenariats avec des ONG pour l’organisation de redistributions – notamment alimentaires. À titre d’exemple, un de leur objectif serait de réussir à récupérer environ 26 millions de piles dans leurs hôtels, ce qui leur permettrait de replanter 27 arbres sur l’île. De même, un de leurs partenaires majeurs est la coopérative Plankton, spécialisée dans le recyclage du verre, que nous évoquerons en détails plus tard. La question du recyclage est ainsi primordiale au sein du Groupe, puisqu’il s’engage à recycler 75% de ses déchets, avec un objectif de 90% pour 2023 dans le cas du plus gros hôtel de l’île – soit celui de Bel Ombre que nous avons eu la chance de visiter. Dans cette même idée, nous avons remarqué le désir de diminuer autant que faire se peut le nombre de déchets non recyclables qu’ils génèrent et utilisent. 

 

  • La quatrième fait référence à ce que Rogers a décidé d’appeler les “Communautés Vibrantes”. L’objectif est de soutenir les différentes communautés présentes sur l’île dont la multiculturalité pourrait être érigée en exemple à travers le monde ; tout en s’intéressant aux richesses inexploitées de celles avoisinantes. Depuis peu, Rogers Hospitality tente notamment d’inverser le questionnement habituel des habitants de l’île Maurice. Il s’agit désormais de se demander quel type de plats cuisiner avec ce qui pousse dans la région, et non pas l’inverse. Au sein de l’hôtel Bel Ombre, l’équipe a donc lancé de nombreuses “Sustainability Initiatives” destinées aux clients, notamment son célèbre potager qui permet aux touristes de déguster les fruits et légumes cultivés sur place.

 

  • Enfin, Rogers Hospitality parle de “développement inclusif”. Quel que soit le secteur dans lequel il s’implique, cette question semble être une sorte de “motto” omniprésent dans l’esprit des équipes de Rogers Hospitality qui cherchent à faire en sorte que chacune des parties prenantes se sente inclue au jour le jour dans les projets en cours. 

Comme le souligne Sara, Communication and Media Relations Executive au sein du Groupe, le programme représente un très gros enjeu en termes de communication. Elle évoque notamment le risque – commun à de nombreuses entreprises aujourd’hui – d’être taxé de “greenwashing” et l’attention particulièrement soutenue qu’elle porte aux tournures de phrase ou, plus globalement, à tout le travail nécessaire pour acquérir crédibilité et visibilité dans chacune des campagnes de communication qu’elle promeut.

Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice 
Photographie extraite de l’image d’accueil du site officiel Heritage Bel Ombre Ile Maurice

Un mot que l’on aura retrouvé dans les discours de chacun de nos interlocuteurs durant cette journée est celui de la “résilience”. En effet, si la résilience est la “force morale ou la qualité qui permet à quelqu’un de ne se laisser ni décourager ni abattre” (CNRTL), il semble évident qu’à la lumière des considérations actuelles, réaliser l’impact que nous pouvons avoir et chercher à  le minimiser ne suffit plus. Il s’agit aujourd’hui de réparer les erreurs commises par le passé afin d’anticiper les difficultés auxquelles nous serons confrontés demain. 

 

Plankton Recycling Co-operative Society Ltd : “L’homme n’est que poussière, c’est dire l’importance (…)” du verre ! (citation d’Alexandre Vialatte) : 

Nous avons ensuite eu la chance d’échanger avec Cédric Descombes, directeur de l’entreprise Plankton Recycling, spécialisée dans le recyclage et la transformation du verre en agrégats. Aujourd’hui, ce qu’on appelle la RSE ou la Responsabilité Sociale des Entreprises représente 2% des entreprises à but non lucratif affectées au social et à l’environnement. 

À Maurice, peut-être plus qu’ailleurs, répondre à la question de la gestion des déchets s’impose peu à peu dans les mentalités de ses habitants comme une urgence à traiter. L’économie mauricienne reposant en grande majorité sur l’activité touristique de l’île, les complexes hôteliers se confrontent en effet sans cesse à cette problématique grandissante. Ainsi, alors que l’île Maurice jette environ 20.000 tonnes de bouteilles par an (ce qui représente environ 20% de ses déchets au total), Plankton en recycle aujourd’hui 500.000 en moyenne et ce, bien qu’elle soit encore relativement jeune. 

Photographie personnelle d'un tas de détritus plastiques traités par l'hôtel Heritage - Bel Ombre 
Photographie personnelle d’un tas de détritus plastiques traités par l’hôtel Heritage – Bel Ombre

Plankton fut initialement fondée comme une ONG mais fut transformée en 2014 en Coopérative, ce qui a permis un recrutement progressif de salariés s’impliquant à temps plein dans le projet. Par ailleurs, ce changement visait à solutionner un enjeu de légitimité qui a pu poser problème à cette période. Une coopérative étant considérée comme telle à partir de cinq employés à Maurice, accroître la légitimité de chacun face à cette initiative signifiait également accroître l’implication et l’engagement de chacun. 

Pour en revenir aux fondements même de Plankton, il apparaît que le sable – aussi absurde que cela puisse paraître, est la troisième ressource la plus utilisée à l’échelle mondiale. N’a-t-on pas assisté il y a peu à des vols organisés sur les plages bordant la méditerranée dans le sud de la France ? L’idée de transformer le verre en sable a donc semblé s’imposer d’elle-même. 

Photographie personnelle du processus de traitement des déchets réalisé par l'entreprise Plankton 
Photographie personnelle du processus de traitement des déchets réalisé par l’entreprise Plankton

Économiquement parlant, le marché principal de l’entreprise est, à l’heure actuelle, celui des filtrations pour piscine. Il s’intègre donc parfaitement dans cette vision plus durable d’une économie circulaire où comme le disait Lavoisier : “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”. Le verre redevient sable et les déchets produits par les villas et hôtels qui permettent à l’île de vivre et de prospérer servent désormais au traitement des eaux usées pour l’entretien des piscines si prisées des touristes. En outre, le verre dure deux fois plus longtemps que les matériaux habituellement utilisés et est moins propice à la prolifération des bactéries. Ainsi, le coût et la nécessité d’entretien sont bien moindres et le marché plus simple à conquérir. 

Enfin, si d’autres opportunités ne sauraient tarder, le marché mondial ouvre d’ores et déjà ses portes à Plankton puisque le verre traité par la coopérative est également utilisé pour réaliser le décapage des containers. Cette technique de “sablage”- aussi appelée “glass-blasting” – des containers présente également une plue-value certaine puisque le verre traité est neutre alors même que les roches qui étaient utilisées jusqu’à présent pouvaient être particulièrement abrasives. 

Photographie personnelle des déchets une fois qu'ils ont été traités par la coopérative Plankton 
Photographie personnelle des déchets une fois qu’ils ont été traités par la coopérative Plankton

Alix Caudart & Alysée Delaruelle

Expérience des diversités à Sao Paulo

Dans le cadre de notre voyage de classe organisé par l’IFP à Sao Paulo, il nous a été demandé de produire un article sur un sujet concernant cette ville. C’est pourquoi, nous essaierons ici de rendre compte, du point de vue d’élèves Parisiens de Master 2 ayant fait l’expérience, au cours d’une petite semaine, d’un aspect de la plus grande ville du cinquième plus grand pays du monde. 

Nous nous servirons pour cela de ce court laps de temps comme d’une analyse de terrain, le but étant aussi de transmettre notre ressenti. Nous travaillerons en deux temps: en donnant d’abord un aperçu de la mixité urbanistique et sociale, avant de nous attarder sur la diversité culturelle. 

Mixité urbanistique et sociale

La ville de Paris est un exemple particulièrement marquant d’unité urbanistique et architecturale, marquée par les fameux immeubles haussmanniens. Des façades presque identiques dans une grande partie de la ville, des immeubles de 6 étages maximum, voilà ce qui compose Paris. Il faut se rapprocher du périphérique, dans des quartiers plus nouveaux pour prendre de la hauteur et commencer à voir une diversité dans les bâtiments. Nos yeux sont habitués à l’homogénéité de cette ville que nous habitons depuis plusieurs années. 

Rien de tel à Sao Paulo. D’immenses gratte-ciel vitrés côtoient des buildings de plusieurs dizaines d’étages de style Art Deco ou encore d’anciens bâtiments coloniaux, des bâtiments complètement délabrés voire à l’abandon à côté de toutes nouvelles constructions, il ne semble y avoir aucune règle régissant le développement urbain de la ville. Voilà notre première impression en sortant de l’aéroport. La deuxième surprise pour nos yeux de parisien-ne-s est l’étalement urbain de la ville. Si à Paris il est aisé de voir l’horizon (parce que les bâtiments sont bas mais aussi parce que la métropole du Grand Paris fait presque la moitié de celle de Sao Paulo), Sao Paulo semble s’étendre à perte de vue. Un passage en haut du Farol Santander permet de prendre conscience de cette immensité, mais aussi de découvrir la ville d’un autre point de vue. Élément marquant là aussi, mais sans aucun doute représentatif encore une fois de cette ville diverse : du haut des 35 étages de la tour, on remarque de nombreux héliports sur les toits des bâtiments alentour. Ce qui semble alors complètement anormal pour nous est en fait totalement justifié pour une (petite) partie des Paulistes. La ville et sa métropole étant tellement étalées et la circulation toujours tellement encombrée, il n’est pas rare pour certaines personnes de se déplacer en hélicoptère. Un contraste fort avec la pauvreté omniprésente dans la rue. 

Vue de Sao Paulo depuis Farol Santander

Vue de la ville de Sao Paulo depuis le haut de la tour Farol Santander

Mais l’espace urbain de Sao Paulo ne se restreint pas aux constructions, et la nature est elle aussi très présente dans la ville. Quelques parcs composent la ville, comme le parc Ibirapuera d’1,58 km2 en plein cœur de la ville, mais c’est surtout la végétation qui rencontre les constructions qui est surprenante. En effet, nous avons été marqués par la grande présence d’arbres et de plantes disséminés dans la ville et la rendant dans une certaine mesure agréable à arpenter. En discutant de ces nombreuses différences et étonnements avec des habitants de Sao Paulo, nous avons aussi pu nous rendre compte que ce qui nous semble être un point (très) positif, ici la présence de végétation, est perçu par elles et eux comme un point à améliorer puisqu’ils espéraient une ville encore plus verte. 

Cette photo malheureusement très connue illustrant les inégalités sociales mais aussi la cohabitation de deux mondes était dans tous les esprits lors de ce voyage ; et sans doute encore plus à notre retour en repensant à ce que nous avons pu vivre et découvrir. 

Nous avons pu notamment en faire l’expérience lorsqu’un après-midi nous avons souhaité nous rendre dans le quartier de la cathédrale. Proche du centre historique que nous avions déjà visité, et avec en tête l’idée d’un quartier touristique et vivant, nous nous sommes retrouvés dans des rues sales, densément occupées par des personnes et familles vivant dans la rue. Idem pour nous rendre dans les bureaux de la Folha de S.Paulo, où une fois la nuit tombée il est proscrit de se déplacer à pieds à cause de la violence du quartier et des risques que l’on prendrait. Ces deux moments sont les seuls où nous avons réellement été confrontés à la pauvreté de la ville et de ses habitants, notre posture de touristes nous ayant maintenue dans les “meilleurs” quartiers et même si nous avons eu la chance d’échanger avec quelques brésiliens et brésiliennes, ce n’est que par leur discours que nous avons connu la forte diversité sociale de la ville et du pays.

Les quelques jours que nous avons passés dans l’ultra centre-ville nous ont déjà permis de nous rendre compte de cette grande diversité urbanistique. Cette diversité architecturale est le reflet de la diversité culturelle du pays mais aussi de la diversité sociale, où se côtoient grande richesse et extrême pauvreté. De notre point de vue parisien, cette ville paraît alors déroutante dans sa diversité, nous rappelant parfois des paysages européens (hérités de la colonisation) et d’autres fois des panoramas nord-américains.

Bâtiments d’habitation dans le centre de Sao Paulo

Mixité culturelle

Paradoxalement, le dernier volet du métissage, son caractère culturel, est si profondément ancré au cœur de la ville qu’il n’est pas le plus aisé à expérimenter au premier abord. L’énergie qui traverse en permanence cette ville en ferait presque un espace vivant, si bien que l’apparente unité de son mouvement semble a priori masquer l’individualité des éléments qui le composent. Pour un œil qui n’a jamais réellement connu que Paris, un temps d’accommodation est nécessaire avant de saisir ne serait-ce qu’un peu le degré de métissage culturel. J’essaierai donc de donner quelques exemples pour rendre compte de la multiscalarité de ce métissage que m’ont apporté ces jours à Sao Paulo. 

J’aimerais tout d’abord évoquer une expérience très immédiate par rapport à notre arrivée sur le sol brésilien, certainement très anecdotique, mais qui nous a donné un aperçu de la diversité culturelle : le premier déjeuner. C’était un buffet sur lequel étaient servis des plats caractéristiques de nombreux pays et bien plus recherchée qu’une carte composée de plats reprenant les fast-foods les plus répandus. Il faut ajouter que la clientèle correspondait à des profils de types : femmes et hommes d’affaires, groupe de jeunes apparemment aisés aux vues des logos sur leurs vêtements, de leur attitude et de leur smartphone, des familles venues célébrer un évènement. Apparemment, un lieu prisé par les locaux. Enfin, nous avons par la suite été amenés à constater des configurations similaires ailleurs. Amusant donc, de constater que cette profusion culturelle était observable plus tard, comme pour illustrer les présages de cette anecdote. 

La seconde illustration du métissage est l’ampleur de la diaspora japonaise, à l’échelle du pays, elle est de l’ordre d’un million et demi de personnes dont près de cinq cents mille dans le quartier de Libertade à Sao Paulo, où se trouve la plus grande communauté japonaise du monde. Outre cette importante population et les éléments caractéristiques que l’on retrouve au sein de ce quartier, un détail récurrent montre l’ancrage de la culture japonaise. Nous avons constaté que sur les innombrables étales disséminées partout dans la ville, vendant des bracelets tressés et autres bibelots destinés aux touristes, l’un des objets le plus représenté était un bob portant le nuage de l’Akatsuki, un symbole bien connu des adeptes du manga. Effectivement, il est clair qu’il existe des lecteurs aux quatre coins du globe, et que cette tendance attire de plus en plus d’amateurs, cependant, le fait qu’un objet devienne à ce point récurrent dans le paysage urbain, et se tienne à proximité de produits « stéréotypiques », participe à l’impression du métissage culturelle plutôt que d’une manoeuvre de ciblage de clientèle. 

Enfin, le dernier exemple n’est pas véritablement visible en quelques jours dans la ville, mais nous l’avons appris sur place. Il s’est menée au Brésil une politique de « blanchissement » ayant la volonté d’homogénéiser la couleur de peau de la population et dont l’un des arguments reposait sur l’idée que le degré de clarté favoriserait la hiérarchisation sociale. Si le fondement de cette démarche semble appartenir à une époque largement révolue, il faut aussi considérer que le gouvernement prend en charge les recensements, il est donc  responsable de la classification. 61,8 % de la population est donc estimée « blanche » en fonction de sa teinte. Alors que généralement, un blanc y a des ascendants d’autres couleurs. Cela illustre deux choses, la première est l’obstination à vouloir « blanchir » la population, elle s’étend jusqu’à amalgamer couleur et origine ethnique. La seconde est que le métissage est si présent qu’il est comme dilué et se manifeste dans des éléments du quotidien mais également au sein des individualités. Aussi, cela semble se corréler avec l’actuelle profonde crise identitaire qui se manifeste au Brésil, un sujet traité par le principal journal du pays : Folha de Sao Paulo. Cette crise serait le résultat d’une histoire fractionnée, marquée par la violence de la colonisation mais aussi par une abondance de culture. Il semble, d’après les habitants, qu’il n’y a pas réellement d’identité brésilienne. 

 

Louise Bothé & Rémi Le Guillou

Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possède un passé historique d’envergure.

Situation géographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la côte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derrière ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pêche à faible population. Le territoire urbain était alors restreint et la vie économique se développait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos Remédios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la découverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brésilien à proximité de Paraty) fait de Paraty une plateforme économique stratégique. Il existait un “chemin de l’or” (en brésilien Caminho de Ouro) où toute la marchandise était ramenée dans le centre-ville afin d’être vendue.  Pendant près de deux siècles, le petit port de pêche a pris des allures de port de commerce où des cargaisons entières partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siècle, l’esclavage est à son apogée au Brésil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes étaient rapatriés sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes à sucre. Les esclaves étaient alors achetés par échange de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes à sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spécialités de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvrières.

Lorsque nous flânons dans les rues, il est aisé de deviner l’atmosphère qui régnait à l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le même style, les rues sont pavées de pierres sans doutes placées par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activité s’est développée autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux étaient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espérant piller des richesses. Ce manque de sécurité et l’accroissement de la violence ont obligé les autorités à fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a été totalement délaissée par les colons et s’est tournée uniquement vers la production de cachaça et de café.

 

Le tourisme à Paraty

Après une forte activité à l’époque coloniale, la ville de Paraty a été délaissé pendant quelques années jusqu’à ce qu’elle soit (re)découverte dans les années 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le développement de deux routes majeures ont grandement participé à augmenter l’activité touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et à Rio (1973) a fortement accru le tourisme à Paraty. Cette deuxième route longe tout le littoral et peut aussi être empruntée depuis Sao Paulo. Paraty a pu profité de cette situation géographique pour recevoir des touristes relativement aisés étant donné que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du Brésil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant à Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activité à Paraty pendant plusieurs années, la ville est particulièrement bien préservée et permet un saut dans le passé. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestières alentours sont d’ailleurs entrés au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavés, ses grandes maisons blanches aux portes et fenêtres longues et colorées, sa végétation, les touts petits bateaux bariolés du port : le cadre parfait pour faire de très belles photos, ce qui est d’autant plus apprécié par les touristes au temps des réseaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs très rapidement, Paraty est apprécié pour ses excursions alentour. Seule une plage est présente dans le centre-ville, mais les habitués privilégieront des zones un peu plus éloignées et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade à 35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons opté durant ce voyage : un tour en bateau avec différentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-même est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a été expliqué sur place et que l’on trouve à Paraty une cachaça particulière, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un écrivain brésilien qui a écrit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes très jolies, les rues de Paraty présentent malgré tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inégal des ruelles avec ses pavés de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’appréciation totale de la visite du centre historique. La difficulté de marcher sur les pavés de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beauté des édifices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. Néanmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue à un acte écologique considérable. Le système de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liées à la marée montante ou aux averses l’eau puisse être nettoyée avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty présente de nombreux ateliers, café artisanal, galerie d’art, créateurs de bijoux et vêtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particulièrement marqué. La découverte des îles de Paraty par bateau est certainement l’expérience la plus belle que nous ayons vécu. Accessible à tous, de nombreux bateaux colorés proposent des services de visites touristiques dans ces eaux océaniques. Des escales sur plusieurs îles, une navigation autour de forêts   sauvages, la découverte d’une flore tropicale : prendre une journée pour faire du bateau a été la meilleure façon d’apprécier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

Néanmoins, l’expérience est sûrement peu écologique dans l’utilisation de bateaux à moteurs sur des îles aussi belles et très touristiques. En pleine saison d’été, et avec un tourisme de masse, la saveur de la découverte doit être bien moins forte. La végétation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurosité sont pour autant les choses qui nous ont le plus marqués dans cette ville si apaisante face à la densité des grandes villes du Brésil. Une expérience que nous recommandons !

co-écrit par Adèle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par Danièle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Le football au Brésil, plus qu’un sport : un mode de vie

 

Le football brésilien, toute une histoire…

Si avant de claquer la porte de chez soi, une habitude universelle est de vérifier d’avoir bien pris téléphone et clés (puis désormais son masque), au Brésil, c’est le ballon rond qui est lui aussi devenu un compagnon de sortie inoubliable. Tant dans les coins de rue de Jardim Paulista qu’au parc Ibirapuera, le futebol est devenu au Brésil bien plus qu’un sport. Il s’agit véritablement d’un mode de vie national.

Une histoire d’amour a vu le jour entre un peuple et cette discipline devenue reine dont la genèse remonte à plus d’un siècle. Beaucoup s’accordent à dire que cette histoire commence véritablement en 1894. Cette année-là, l’enfant du pays Charles Miller revient d’Angleterre où il y a passé sa scolarité. Marqué par ce sport collectif anglais qui le passionne depuis lors, Charles entreprend le prêche de ce sport sur sa terre natale et plus particulièrement à São Paulo. Un sport à qu’il n’aura pas fallu long feu pour se populariser, et ce dans un contexte social particulier. En effet, le contexte de ce succès historique est à corréler avec la signature de la loi d’or du 13 mai 1888. Une loi mettant fin à l’esclavage dans ce qui deviendra alors un nouveau pays rongé par une inégalité extrême entre ex-colons et esclaves libres. Cette passion commune pour le football aurait permis d’amorcer un semblant d’unité dans le pays et amoindrir les tensions raciales. Les règles étant les mêmes pour tous sur le terrain, seul le talent compte. Du moins, en théorie…

Il est en effet à noter que blancs et noirs ne jouaient, néanmoins, pas sur un même piédestal, ni même dans les mêmes équipes. Violence et discrimination raciale étant alors culminantes, le football n’y échappait pas. Aucun joueur noir ne pouvait alors prétendre jouer pour l’équipe nationale. Ce ne sera que plus tard que cette équipe jouera le rôle d’unificateur de la nation entre des footballs divisés ethniquement. Cela par l’émergence du concept de “pátria em chuteiras” (“la patrie en crampons”, Nelson Rodrigues). Il aura fallu attendre le talent indéniable d’Arthur Friedenrich (jeune jogador métis, mais surtout virtuose du ballon rond) pour qu’un joueur d’ascendance noire joue des coudes (et surtout des pieds) afin d’accéder à la seleçao. Un précurseur dont le parcours illustre la difficile épreuve pourtant surmontée par le talent. D’ailleurs, c’est dans cette discrimination sociale et raciale que le footbal bréslien à su faire germer sa particularité : le dribble. En effet, c’est ce qu’affirme Olivier Guez en racontant l’histoire du dribble dans le football dans L’éloge de l’esquive. Les fautes n’étant que peu sifflées pour les joueurs noirs sur le terrain, la seule option pour “sauver leur peau” résidait dans leur talent à esquiver les assauts adverses par la technicité de leur geste et la souplesse d’un mouvement bien rôdé. Un destin aux origines tragiques pour ce football qui, des années plus tard, aura forgé les bases d’un héritage jalousé permettant au futebol brésilien de conquérir ce sport dans le monde entier. En témoignent les 5 étoiles sur le maillot des canarinhos, démonstration de force et symbole honorifique des 5 coupes du monde remportées depuis. Un record inégalé faisant union dans le pays.

Le musée de Football à São Paulo : Miroir du football brésilien

Stade Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu

Serait-il possible de parler de football au Brésil sans parler du musée du football à São Paulo ? Évidemment que non !  Bien que récent, le musée du football regorge toute une histoire du football brésilien et mondial. Des célébrités ayant marqué les victoires mondiales brésiliennes, à l’évolution du ballon, en passant par les règles du jeu, et tant d’autres aspects de ce sport, le musée du football est une vitrine de l’histoire du football dans sa profondeur. Il est pensé pour plonger le visiteur dans un univers immersif et interactif qui facilite la compréhension. Nul besoin de comprendre le portugais pour ressentir l’émotion et le plaisir que ressentent les journalistes sportifs des années 1950 en commentant les matchs. La ferveur des chants des supporteurs suffit pour comprendre que le football est plus qu’un sport au Brésil mais plutôt une forme d’expression de la culture brésilienne.

Le musée du Football a été inauguré le 29 septembre 2008. Il est situé dans une zone de 6 900 m2 à l’Estadio Municipal Paulo Machado de Carvalho – Pacaembu. Il est parmi les musées les plus visités du pays. L’objectif principal à travers sa création est de divertir les visiteurs et de les rapprocher de l’histoire du football. En effet, le Brésil se caractérise par son fort amour pour le football qui est partie intégrante de sa culture et de son patrimoine. Ce pays, à travers son histoire, incarne le football dans toute sa splendeur et dans toute sa beauté. Le musée du Football à Sao Paulo est à l’image de ce lien fort entre les Brésiliens et le football. Ici, tout est pensé pour mettre le visiteur dans un univers footballistique qui lui permettra de comprendre presque tout sur ce sport. Cela dès l’entrée, où au premier étage, le visiteur reçoit l’accueil du Roi Pelé, joueur de football le plus connu du Brésil. De quoi donner envie d’arborer cette fierté dans les rues ensoleillées brésiliennes.

Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo
Pelé , Footballeur Brésilien , au Musée de Football São Paulo

Du stade à la rue il n’y a qu’un pas

En concurrence avec Rio de Janeiro pour savoir qui sera la capitale du football brésilien, la ville de Sao Paulo représente un vivier important de clubs tous capables de jouer les premiers plans sur la scène nationale comme continentale.

Les deux victoires successives de Palmeiras en Copa Libertadores ont remis la ville de Sao Paulo sur le devant de la scène continentale. Ces succès sportifs se traduisent dans les rues de la ville où de nombreuses personnes portent fièrement les couleurs de leur club favori.  Pour faire un rapide parallèle avec la France, les brésiliens sont davantage portés sur les couleurs des clubs de la ville, au détriment des clubs historiques européens. Des petits clubs de quartiers aux quatre mastodontes de football de la cité paulista, le maillot de football fait partie intégrante de la mode urbaine.

Lors de balades sur l’avenue Paulista, il est facile de se croire dans un défilé de mode très particulier. Ici, ce ne sont pas les créateurs les plus réputés qui mettent en scène leurs dernières créations, mais bien les clubs qui occupent l’espace publique telle une vitrine où les modèles sont en réalité les supporters et amoureux de leur identité sportive. Des maillots de toute époque, en bonne ou mauvaise qualité, venant des quatre coins de la ville se mélangent pour nous offrir ce bal plaisant et intriguant. Ce caractère identitaire très fort a même pris le pas sur la sélection nationale au point de se poser des questions sur le besoin d’appartenance à une catégorie de la société. Véritable religion dans ce pays titré championne du monde à cinq reprises, le port du maillot dans la rue permet une inclusion dans une partie de la société, un groupe au sein duquel les inégalités sociales sont remplacées par l’amour et la passion commune pour un club et son histoire. Mais ce doux rêve national peut pour certains se muer en un espoir de vie irréalisable…

Le rêve d’une carrière professionnelle : les galériens déchus du football brésilien.

Brésil, pays de grands talents de football où d’excellents joueurs de renommée mondiale représentent la plupart des ressortissants célèbres de ce pays. Un pays où le football est perçu comme un art. Avec la place importante qu’occupent les joueurs brésiliens dans le football mondial et particulièrement en Europe, la jeunesse brésilienne a tendance à se vouloir s’exercer massivement à ce sport où la réussite est souvent imminente avec la détention du statut professionnel.

La plupart des jeunes brésiliens rêvent ainsi d’un épanouissement dans une carrière de football et suivre les pas de leurs idoles, mais aussi très certainement pour espérer une vie meilleure. Beaucoup passent le plus gros de leur temps à jouer dans les rues, dans les plages et même dans les forêts. Des dizaines de milliers de jeunes professionnels brésiliens s’accrochent à leur rêve dans des conditions précaires. Dans ce pays, rêver de jouer au foot de manière professionnelle est une échappatoire qui prend une place importante dans la vie des jeunes talents dès leur enfance. Chez les jeunes et particulièrement les adolescents, jouer au foot représente l’une des façons les plus courantes de se démarquer de leurs pairs.

En revanche, il est fréquent qu’être un célèbre footballeur professionnel peut se révéler être synonyme de frustration et d’amertume.  Beaucoup de jeunes brésiliens vivant dans les quartiers où le ballon rond est le plus aimé, optent pour un mauvais choix de vie après échec dans leur carrière footballistique. Nous pouvons prendre l’exemple de la ville de São Paulo et Rio qui abritent beaucoup de jeunes talents. Après échec, beaucoup de ces jeunes ressortissants de ces villes basculent vers une vie difficile et faite de dangers pouvant constituer des obstacles à leur épanouissement. Le fait de ne pas réussir à muer certains de ces rêves en réalité ne signifie pas d’une part que nous mettons trop de limites dans notre vie ? À part le foot, il est difficile pour certains jeunes de trouver une activité dont ils pourront réussir et s’épanouir démontrant  ainsi que la belle tragédie du football bréslien est bien souvent faite de haut comme de bas.

Co-rédigé par Moussa AGALI ALMOCTAR, Youssouf Rakine, Babacar NDIAYE, Marc CÔME

Références:

« Musée du football de Sao Paulo, Brésil », 7 janvier 2018. https://www.hisour.com/fr/football-museum-sao-paulo-brazil-19390/
« Visite du musée du football de Sao Paulo Yohann Tour du monde », 12 janvier 2020. https://yoytourdumonde.fr/musee-football-bresil/.

BECO DO BATMAN : le célèbre quartier de Sao Paulo au nom légendaire

K. Bošković, F. Chikh, O. Fagnon

Batman et Sao Paulo 

Il y a un mois The Batman sortait dans les salles obscures, incarné par un Robert Pattinson aussi sombre qu’intense. Il est vrai que Gotham City, à ce moment là n’aurait pas su nous évoquer l’explosion de couleurs du quartier Beco do Batman. Mais ça, c’était avant notre départ pour le Brésil !

En effet, au lendemain de sa sortie, nous nous sommes rendues à Sao Paulo dans le cadre de notre voyage universitaire. L’occasion pour nous de rencontrer des journalistes sur place et d’arpenter les rues très artistiques de Sao Paulo durant notre temps libre. 

Grande fut notre surprise à la découverte de cette ville ! Pendant notre séjour nous avons visité de nombreux quartiers : pauvres comme riches. Nous avons pu observer l’immensité de cette ville moderne aux multiples gratte-ciels, couleurs … et graffitis !

Force est de constater que le street-art tient une part importante dans l’identité de la ville puisque dès le premier jour, les immeubles nous sont apparus comme étant les territoires privilégiés de l’expression d’une culture populaire. Nos regards admiratifs étaient sans cesse appelés par ces véritables œuvres d’art. Et ce, en particulier à Beco do Batman. 

Beco do Batman : la mise en majesté d’une culture populaire

Un jour au hasard durant les années 80, la caricature d’un homme chauve-souris vient chambouler le destin de la ruelle. Ce semblant de Batman interpelle des étudiants en art plastique qui décident d’exprimer leur créativité sur les murs. Beco do Batman naît donc dans un amas de couleurs grâce à un artiste anonyme.

Située dans le quartier Vila Madalena, la ruelle d’inspiration cubiste est devenue un endroit très touristique ces dernières années. Ainsi, elle est un point stratégique de commerce pour les artisans qui y vendent des bijoux, accessoires et vêtements et ce, encore plus depuis la Coupe du Monde de Football de 2014.

Nous y avons trouvé une ambiance que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Il faut dire que chaque année de nouveaux graffitis laissent place à d’autres graffitis ; ainsi chaque visite est comme une redécouverte du lieu. C’est une rue en perpétuelle réinvention, un lieu éphémère à jamais marqué des mains des Brésiliens. 

Polémiques et conflits au cœur du quartier 

La beauté des lieux attire bien des foules. Toutefois, cette présence touristique ne fait pas l’unanimité. Beaucoup de résidents se plaignent, notamment du bruit. Il y a aussi ceux qui n’apprécient pas la présence du street-art aux alentours. Sans parler du vandalisme qui s’est accru et qui est dû notamment à l’afflux régulier des personnes.

En 2017, João Batista da Silva, un résident fatigué du bruit et des touristes stationnant devant sa maison, avait peint un mur de l’allée en gris, en signe de protestation. Mais, les murs ont repris de leurs couleurs peu après l’incident car les habitants se sont battus en faveur de la conservation des lieux. Preuve que la rue est devenue un repère aussi bien pour les Brésiliens que pour les touristes.

São Paulo, l’incontournable ville festive et musicale du Brésil

Les voyages forment la jeunesse” car ils sont riches d’expériences et permettent de découvrir des cultures étrangères ou d’approfondir ses connaissances sur celles-ci.

Dans son histoire, le Brésil a vécu de nombreuses périodes d’immigration, influant ainsi très fortement l’identité brésilienne qui a donc été fondée sur différentes cultures : portugaises, indiennes, africaines (surtout dans le Nord Est). Ce sont ces deux dernières qui ont joué un rôle important dans la cuisine, la religion mais aussi la musique brésilienne. Un voyage d’études à São Paulo permet de découvrir que l’aspect musical et festif est indissociable de la culture de cette région qui possède d’ailleurs des jours fériés consacrés à faire la fête.

Lorsque l’on est français et que l’on voyage à São Paulo, l’une des premières choses remarquables en sortant le soir est la présence de musiciens. Plus encore, la musique semble être un élément majeur de la culture brésilienne car il n’est pas rare de tomber sur une bateria n’importe où et n’importe quand dans la ville. Bien que les Paulistas (habitants de l’État de São Paulo) aient au Brésil une réputation de personnes “accrochées au travail et sans appétit pour la vie”, São Paulo est un lieu où l’on sait faire la fête.

Notons qu’en 2014 le Brésil comptait environ 13 millions d’analphabètes1 . Le pays est aussi l’un des plus inégalitaires au monde, une étude d’OXFAM met au jour le fait que 5% de la population brésilienne détient autant que les 95% restants. De ce fait, il semble ressortir que la population brésilienne soit très disparate et loin de l’unité. Cependant, et malgré ces différences entre les brésiliens eux-mêmes, il semble que la musique lie le peuple. Effectivement, la musique ne suppose pas de savoir lire ni écrire, c’est quelque chose qui se vit et se ressent. C’est d’ailleurs l’un des plus grands musiciens brésilien qui explique que c’est ce qui donne cette importance considérable à la musique au Brésil2 .

Uma bateria ?

La bateria est le mot brésilien qui désigne ce que l’on nomme en français Batucada. Cet orchestre de percussions traditionnel nous apparaît aisément lorsque l’on pense au Brésil. Effectivement, ce groupe a une place notoire au Carnaval de Rio car il accompagne la samba, genre musical et danse emblématique du Brésil.

File:Monobloco - 2do ENSAIO BATERIA MONOBLOCO EM SÃO PAULO  (23725788421).jpg - Wikimedia Commonshttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monobloco_-_2do_ENSAIO_BATERIA_MONOBLOCO_EM_S%C3%83O_PAULO_(23725788421).jpg

Notable et attendu tout au long de l’année, le carnaval de São Paulo est, en termes d’ampleur, équivalent à celui de Rio. Les meilleurs danseurs et musiciens de bateria préparent cette fête tout au long de l’année pour s’y retrouver et présenter un incroyable show. Les bateria donnent alors le tempo de cet évènement. C’est dans cette culture d’une bateria indispensable dans la fête de São Paulo que les baterias peuvent aller jusqu’à représenter les filières des universités qui s’entraînent festivement devant les promeneurs d’un parc de la ville par exemple.

A São Paulo, le marché est toujours ponctué par des interventions d’un cortège qui défile au milieu des étales. Composé de danseurs et d’une bateria, ce cortège entraîne la foule qui se permet de faire une pause dans ses courses afin de danser, chanter et exprimer toute sa joie.

Inutile de parler de la bateria sans évoquer la samba. Comme précédemment expliqué, les baterias s’entraînent toute l’année afin de se préparer au carnaval qui a lieu au mois de mars. Or, les musiciens ne sont pas seuls dans cet exercice. Des danseurs en couple ou des danseuses seules accompagnent la bateria, ce qui rend le spectacle encore plus vivant. De cette manière, la bateria est une invitation à la fête. Musiciens et danseurs avancent en rythme tandis que le public les rejoint derrière et participe activement à la fête.

 

Plus qu’un lieu pour danser et faire de la musique, ces moments de fêtes semblent être une véritable invitation à des moments conviviaux et de partage.

São Paulo, la petite fêtarde de l’Amérique du Sud

La fête occupe une place très importante dans São Paulo si ce n’est crucial, elle est l’essence même de la ville brésilienne et il est impossible de l’imaginer sans elle. Avec ses multiples discothèques, São Paulo est la ville qui ne dort jamais, après le travail, elle s’anime, s’emporte et fait la fête jusqu’à épuisement. La vie nocturne est incontestablement une composante de la mégalopole.

“En effet, une des choses appréciables à São Paulo est le cadre offert par les restaurants/bars. Dans tous ces établissements, l’ambiance est qui s’y trouvait : un chanteur musicien ou un duo de musiciens et chanteurs faisant l’animation durant toute la soirée. C’est une ambiance agréable et conviviale, des moments de partage que nous n’oublierons pas et qui sont pleinement ancrés dans les habitudes des résidents comme des touristes de ce pays.

“Un air de Samba, une foule en délire et c’est tout le Brésil qui se met à l’heure du carnaval. Si les Brésiliens, fortement attachés à leurs traditions et à leurs coutumes, célèbrent essentiellement les fêtes religieuses et traditionnelles, le pays voit se développer de nombreux festivals qui se veulent résolument avant-gardistes.” 3 L’avant-gardisme ici fait écho à la libération de l’expression culturelle portée par les Brésiliens. Depuis plusieurs décennies le pays s’émancipe de plus en plus de la culture occidentale européenne. C’est donc à travers l’art mais également la culture de la fête que les habitants innovent.

En ce qui concerne la vie nocturne, il s’agit d’une des activités incontournables à São Paulo. On y trouve toujours un moyen de faire la fête, et ce peu importe nos goûts. Selon l’étude World Cities Culture Report de 2012, São Paulo détient le plus grand nombre de clubs et boîtes de nuit du monde. Et comme dans toutes les grandes villes, elle possède ses places et rues où les jeunes sortent pour faire la fête (restaurants, bars, clubs, etc). Néanmoins, si la jeunesse est très réceptive à ce genre d’endroits, il n’est pas rare d’observer une mixité générationnelle : les 30, 40 et 50 ans se mélangent assez bien aux jeunes de 20 ans. En même temps, au sein même d’une boîte de nuit, les goûts sont variés : musiques du moment avec DJ et groupe de musiciens traditionnels (comme dans les bars et restaurants).

Si comme beaucoup l’image festive du Brésil se trouve à Rio, São Paulo se défend bien, jusqu’à se positionner comme ville incontournable des festivités brésiliennes. Enzo R, nous confie aimer sortir à São Paulo et entendre beaucoup de retours de ses amis là-bas lorsqu’il est chez lui dans un territoire plus éloigné. Mais tiens quand même à nous rappeler que peu importe l’endroit, les brésiliens font la fête, des moments importants pour oxygéner leur sens de la convivialité.

Enzo R “Je n’habite pas dans une grosse ville comme São Paulo où l’on peut régulièrement sortir et profiter de la vie nocturne. Même si sortir dans cette ville est excitant, je vous rassure, on trouve toujours le moyen de faire la fête au Brésil même dans des plus petits bars.

De toute évidence, l’expérience montre qu’il est toujours possible de profiter des festivités brésiliennes. Que les établissements soient fermés à 23h ou que l’accès y soit trop compliqué, des soirées clandestines s’offrent aux plus audacieux.

N’oublions pas que cette vie joviale met tout de même une partie de la population à l’écart. Le manque de pouvoir d’achat et les inégalités croissantes ne font qu’exclure des personnes de ces moments de bonheur. C’est ce que nous explique Joao G, habitant loin du centre ville.

Joao G : “J’adore sortir à São Paulo. Il faut juste faire attention selon le quartier. C’est pour ça que je privilégie les sorties entre amis et dans des quartiers sains. Je n’habite pas dans le centre ville donc c’est pas tout le temps facile de venir car les transports sont longs, parfois chers et pas sécurisés. En tout cas, c’est bon de pouvoir ressortir en ayant moins d’appréhension par rapport au Covid, ici nous en avons pas mal souffert.”. Il expliquera plus tard que les salaires sont très faibles et que cela ne lui permet pas de profiter comme un touriste européen pourrait le faire.

Cette situation peut également provoquer des différences de traitement, notamment des commerçants envers des étrangers/touristes. Il est déjà arrivé plusieurs fois qu’au moment de payer et sans prévenir, les serveurs augmentent l’addition, rajoutent des commissions ou arrondissent à la dizaine supérieur. A noter également que le système est bien différent que celui que nous connaissons en France : chaque personne/groupe possède une feuille qu’il doit conserver et où est indiqué l’ensemble de ses consommations. Le paiement se fait à la sortie.

Qui fait la fête à São Paulo ?

Ceci n’est pas une surprise, principalement les Paulistes. Les discothèques et les bars dansants de São Paulo concentrent en majorité les résidents de la ville, beaucoup sont des étudiants, des carriéristes ou des gens un peu plus modestes. Les étrangers, eux, sont finalement peu nombreux et préfèrent les plages idylliques de Rio à la vie nocturne de la capitale financière.

Pour les brésiliens, faire la fête est un moyen de lâcher prise et de décompresser après une longue journée de travail, rien de mieux qu’une bonne soirée dans un bar à samba pour danser jusqu’au bout de la nuit et chanter à tue-tête au point d’en perdre la voix.

Lors de ces soirées les brésiliens font fi des contraintes sociales, le temps d’un instant, il n’y a pas de hiérarchie entre eux, ils ne font qu’un et s’ambiance ensemble et ainsi s’adonnent à l’une de leur activité favorite. Parce que finalement il n’y a rien de plus brésilien que de faire la fête et ils en ont bien conscience.

La vie nocturne de São Paulo

La mégalopole compte plus de 2000 clubs confirmant son statut de ville festive. La nuit, les Brésiliens ne s’arrêtent pas à la samba et dansent sur tous types de musique ;  pop, rap, hip-hop, techno, le funk carioca et d’autres styles musicaux, donnant à São Paulo une dimension internationale.

La vie nocturne est une véritable institution au Brésil, le pays de la samba multiplie les endroits pour faire la fête, des lieux qui plongent les individus dans une ambiance des plus festives

Finalement il est possible de questionner l’impact de la crise sanitaire de Covid-19 sur la fréquentation des bars et discothèques. Effectivement, la fermeture de ceux-ci pendant de nombreux mois et l’annulation de festivals ont pu pousser les brésiliens à fréquenter de manière plus systématique ces lieux, comme un retour à la vie.

 

Co-rédigé par Zoé Delbard, Caroline Dossous, Yann Feurté et Séréna Jupille

 

Notes

1 https://agenciabrasil.ebc.com.br/educacao/noticia/2014-09/Analfabetismo-cai-0,4-pontos-percentuais-mas-ainda-atinge-13-milhões#

2 https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/la-musique-dit-les-verites-de-la-societe-bresilienne_493869.html

3 https://www.bresil-alacarte.com/conseils-voyage/que-faire/fetes-incontournables

Art moderne, art contemporain et identité(s) brésilienne(s)

Au cours de notre séjour à São Paulo, nous avons eu l’occasion de nous rendre dans deux musées : le Museu de Arte de São Paulo (MASP) et la Pinacothèque de l’État de São Paulo.

Phaidon. “Jane Hall. Je ne suis pas une femme architecte, je suis architecte” — Lina Bo Bardi (Musée d’art de São Paulo, Brésil, 1968)

Le premier, créé en 1968, est abrité dans un bâtiment remarquable de par son architecture brutaliste, signée Lina Bo Bardi. Il est situé sur l’avenue Paulista, la principale artère de la ville. Sa collection, qui compte plus de 8000 œuvres, est majoritairement constituée d’œuvres occidentales. Elle serait de facto la collection d’art européen la plus importante d’Amérique latine. Nous avons cependant pu y voir trois expositions temporaires dédiées à des artistes brésiliens : Abdias do Nascimento, Leticia Parente et Alfredo Volpi.

Abdias Nascimento : Consécration picturale de l’afro-brésilianité

Abdias Nascimento, Omnipotent and Immortal n. 3, Adinkra Asante,1992

C’est au rez-de-chaussée du musée que l’exposition consacrée à l’artiste et homme politique brésilien prenait place. Né à Franca dans l’État de São Paulo, en 1914. Abdias Nascimento s’engage activement dans des luttes sociales après s’être installé dans la capitale de l’Etat. Il milite notamment contre la ségrégation raciale (NDLR, qui était encore d’usage à l’époque, dans les établissements commerciaux notamment) et contre le racisme.

Ses engagements, ainsi que son intérêt pour l’héritage de la culture traditionnelle africaine dans la culture afro-brésilienne influencent en grande partie ses œuvres. Cela nous aide également à donner des grilles d’interprétations à ces peintures plus ou moins abstraites. Il s’inspire de symboles de toute l’Afrique en utilisant l’œil Oudjat d’Egypte antique ou encore les adinkra du Ghana, par exemple. 

Ce métissage des cultures lui permet de construire un imaginaire singulier, représentant la richesse de l’histoire de son pays. Ses nombreuses références aux orishas en sont une des différentes manifestations. Ces divinités originaires de l’Afrique de l’Ouest et appartenant aux traditions religieuses Yorubas sont également adorées en Amérique Latine, notamment dans le candomblé brésilien, sous le nom d’Orixás.

Abdias Nascimento, Okê Oxóssi, 1970

Dans son œuvre Okê Oxóssi par exemple, Abdias Nascimento se réapproprie le symbole patriotique du drapeau brésilien en le verticalisant. Il remplace également la devise du pays, “Ordem e progresso”,  par “Okê”; un mot yoruba utilisé comme salut à Oxóssi, l’Orixás de la chasse et de l’abondance. Les symboles de cette divinité, à savoir l’arc et la flèche, traversent ainsi le drapeau national associant symboliquement et de manière brutale le Brésil à la culture noire du continent Africain. 

Bien que ces dernières toiles datent de la fin des années 90, si le travail de Nascimento fait autant écho aujourd’hui c’est car la question de l’identité brésilienne occupe encore une place importante dans le débat public. Tant le territoire est large, son histoire dense, et les individus qui l’occupent différents, il est utopique de vouloir trouver un consensus sur la notion d’identité brésilienne. 

Et si “l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne”, c’est peut être en s’intéressant à l’héritage de son pays, notamment grâce à l’art, que l’on pourra apaiser certaines tensions sociales en faisant preuve de tolérance et d’empathie.

Letícia Parente : Le corps sous l’influence de la dictature patriarcale

Dans la salle vidéo du musée, nous avons pu voir 5 courts-métrages réalisés par celle qui fut l’une des figures de l’art vidéo féministe des années 70. La corporalité occupe une place prépondérante dans ses vidéos, ce qui rapproche son travail de la performance et du body art.

Dans Marca Registrada, sans doute sa pièce la plus connue, on la voit en train de broder les mots « Made in Brasil » sur la plante de son propre pied ; avec Preparaçao, elle subvertit l’un des rituels de la féminité en appliquant du maquillage sur des morceaux d’adhésif qui colmatent sa bouche et ses yeux.

In, métaphore d’une pendaison, aurait quant à elle été réalisée en réaction à l’exécution du journaliste brésilien Vladimir Herzog, victime de la dictature militaire brésilienne (et que les autorités avaient prétendu avoir retrouvé pendu dans sa cellule).

L’économie de moyens dont elle fait preuve dans la réalisation de ses vidéos tournées en noir et blanc et l’inconfort physique qu’elle donne à voir au spectateur font la force du travail artistique éminemment politique de Letícia Parente.

Alfredo Volpi : La couleur comme étendard

Alfredo Volpi Sans titre, 1962

Au premier étage du musée, les peintures d’Alfredo Volpi étaient présentées dans une grande salle d’exposition. La carrière de ce peintre autodidacte, né en 1896 et mort en 1988, a été marquée par l’essor du courant moderniste au Brésil, au milieu du XXème siècle. 

La ville de São Paulo fut à l’avant-poste de ce mouvement, puisqu’elle présenta en 1951 la Biennale Internationale d’Art de São Paulo, la première exposition d’art moderne tenue hors des pôles majeurs que constituaient l’Europe et l’Amérique du Nord. La création du MASP eut d’ailleurs lieu dans ce contexte de développement de l’art moderne brésilien.

A l’origine peintre en bâtiment, Alfredo Volpi a commencé par peindre des tableaux à l’ambition naturaliste, avant d’épurer progressivement ses toiles, jusqu’à flirter avec l’abstraction. En effet, si les éléments appartenant à la culture populaire restent récurrents dans ses travaux (scènes villageoises, façades de maisons traditionnelles, petits drapeaux accrochés dans les rues à l’occasion de la fête de la Saint-Jean…), le peintre accorde une place de plus en plus centrale à l’harmonie plastique des formes et des couleurs. 

Alfredo Volpi, Façade with Flags, 1959

L’exposition rend compte de cette évolution : les surfaces de ses toiles sont progressivement envahies par des aplats de couleurs vives, tandis que leur sujet devient de plus en plus secondaire. Si Alfredo Volpi s’est toujours défendu d’appartenir à quelconque courant artistique, il n’en est pas moins considéré comme l’un des peintres brésiliens les plus emblématiques de son époque.


http://pinacoteca.org.br/

Quelques jours plus tard, nous sommes allés à la Pinacothèque, le musée d’arts visuels le plus ancien de la ville, dont la fondation remonte à 1905. Elle se situe dans le Parc de la Luz, dans un bâtiment de brique brute rénové à la fin des années 90 par l’architecte Paulo Mendes da Rocha. La vocation de la Pinacothèque est de donner à voir l’art brésilien du XIXème siècle à nos jours, à travers les 11.000 œuvres qui constituent sa collection.  Nous avons pu y découvrir entre autres les travaux de l’artiste Adriana Varejão, à l’occasion de son exposition Sutures, fissures, ruines.

Adriana Varejão : Le passé colonial à fleur de toile

Adriana Varejão, Mapa de Lopo Homem II, 1992 – 2004

A travers plus de 60 œuvres réalisées entre 1985 et 2022, l’exposition constitue un véritable panorama du travail de l’une des artistes brésiliennes contemporaines les plus reconnues aujourd’hui. Sa pratique de peintre est marquée par un intérêt marqué pour la matérialité de la toile et des pigments. 

De fait, la peinture quitte progressivement l’espace délimité de la toile pour se répandre dans l’espace, comme dans le triptyque formé par Língua com padrão em X (“Langue avec motif en X”), Língua com padrão de flor (“Langue avec motif floral”) et Língua com padrão sinuoso (“Langue avec motif sinueux”). La matière de la toile est souvent malmenée, elle craque, se tord, jusqu’à se répandre au-delà du châssis. Elle devient matière organique, une peau, un lambeau de chair.

Adriana Varejão, Ruina Brasilis, 2021

Les Azulejos, ces carreaux de faïence peints, utilisés au Portugal pour orner murs et façades constituent un véritable leitmotiv dans son œuvre. Ces carreaux à motifs évoquent le colonialisme portugais et ses réminiscences. D’autres œuvres illustrent de manière plus frontale l’héritage colonial : dans sa série Autorretratos colonais (“Autoportraits coloniaux”), elle détourne les codes de la peinture de castes du XVIIIème siècle pour donner à voir toutes les violences engendrées par la classification raciale. 

« […] Je ne m’approprie pas seulement des images historiques, affirme-t-elle, j’essaie aussi de faire resurgir les processus qui les ont créées et de les utiliser pour construire de nouvelles versions. »

Auriane Jaillet et Mathieu Mogès

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search