L’art scriptural : Un moyen d’archivage funéraire

Le cimetière du Père Lachaise est situé dans le XXe arrondissement de Paris, en France. Il a été ouvert en 1804 et est considéré comme l’un des plus célèbres cimetières du monde, notamment en raison des nombreuses personnalités enterrées sur ses terres. Chaque année, le Père Lachaise est visité par 3,5 millions de personnes et s’étend sur plus de 43 hectares ce qui correspond à 80 terrains de football et 280 km de chemins, avec une estimation de 75 000 tombes soit 1,5 million de inhumer. Il est également considéré comme un lieu historique et artistique, de ce fait, il attire des visiteurs pour leur valeur culturelle ou architecturale. 

Le Cimetière du Père Lachaise vu de haut photo prise par kamelia le 25 octobre 2022, à Paris.

Quand le cimetière fut créé comme dit précédemment en 1804, les Parisiens ne voulaient pas être enterrés là-bas car la nécropole se trouvait trop loin de la ville.  Le préfet de Paris a alors décidé d’amener les sépultures de Molière et Jean de la Fontaine au père Lachaise, deux figures emblématiques du XVII qui sont mortes 200 ans avant la construction de ce lieu. Afin que les Parisiens soient davantage incités à se faire enterrer là-bas à leur mort. 

Il existe de nombreuses formes d’art qui sont utilisées dans cette nécropole, notamment les sculptures funéraires, les stèles et les pierres tombales. Les sculptures peuvent être réalisées dans différents matériaux, comme la pierre, le bronze, le marbre et même le verre. Elles peuvent représenter des personnages célèbres enterrés dans le cimetière, des scènes religieuses ou des symboles comme des anges, des croix ou des colombes. Et peuvent être utilisées pour rendre hommage aux personnes enterrées sur le site, pour donner une touche artistique au cimetière ou pour offrir du réconfort aux visiteurs. Certaines sculptures peuvent également avoir une valeur historique ou culturelle, en raison de la personne qu’elles représentent, du sculpteur qui les a réalisées ou du culte voué à la sculpture. De ce fait, cela nous amène à nous demander si les sculptures funéraires de personnages connus aident au maintien de la mémoire. 

Les sculptures témoins de la mémoire des défunts…  

 

Parmi les allées sillonnant le cimetière, il est courant de trouver des sculptures, en particulier sur les pierres tombales et les monuments funéraires. Ces sculptures peuvent être utilisées pour honorer la mémoire des défunts en représentant des symboles ou des motifs significatifs pour eux, tels que des fleurs, des animaux, des instruments de musique, des armoiries, etc. Comme la fait le sculpteur Auguste Préault pour H.Balzac qui était un écrivain français célèbre pour ses romans et ses nouvelles, notamment La Comédie humaine, une série de plus de 90 œuvres qui explore les différentes strates de la société française du 19ème siècle. Sa tombe est ornée d’une statue en bronze représentant Balzac en train d’écrire, surmontée d’un buste en marbre de l’écrivain. La tombe de Balzac est l’une des plus visitées du cimetière du Père-Lachaise, et est considérée comme un lieu de pèlerinage pour les fans de l’écrivain et les amateurs de littérature.  

Tombe Honoré de Balzac

Les sculptures peuvent également être utilisées pour raconter des histoires, des événements importants dans la vie des défunts, ou pour exprimer des émotions telles que la tristesse, le regret ou la reconnaissance. Elles sont conçues pour aider les personnes à se souvenir et à honorer la mémoire des défunts de manière tangible et visuelle. Comme le montre bien le gisant de Fernand Louis Arbelot qui fut directeur de la Banque continental de Paris de son vivant. Peu avant sa mort, et pour prouver son amour passionnel pour son épouse, il décide d’organiser sa dernière demeure de sorte qu’il puisse admirer le visage de sa femme pour l’éternité. Malheureusement le sculpteur termine le gisant après sa mort et c’est son épouse qui concrétise son idée pour qu’ils soient unis et continus de vivre leur histoire d’amour dans l’au-delà. Aujourd’hui, il repose avec son épouse sous une émouvante statue en bronze, œuvre du célèbre sculpteur Adolphe Wansart.

Gisant de Fernand Arbelot photographie prise par Kamelia le 25 octobre 2022 à Paris

Entre superstitions et légendes.. 

 

Tandis que certaines personnes considèrent les cimetières comme des lieux de repos paisibles pour les personnes décédées, d’autres préfèrent croire en des légendes fantastiques qui pourraient améliorer leur quotidien sur la chance, le bonheur, l’amour ou encore la fertilité. De ce fait, plusieurs monuments funéraires laissent place à l’imagination comme celui du journaliste Yvan Salmon, dit Victor Noir, un journaliste d’opposition tué après une altercation avec le cousin de Napoleon III. À l’origine il est réputé car il devient le symbole d’un culte politique de la répression de l’Empire face à la lutte pour la liberté. Mais grâce au sculpteur républicain Jules Dalou qui édifie en sa mémoire, un gisant de bronze allant jusqu’à graver le moindre détail comme sa veste plier ou encore la balle qu’il a reçue sur sa poitrine avant sa mort. Aujourd’hui c’est l’une des plus visités du cimetière parisien,  son tombeau acquiert progressivement des connotations et des vertus érotiques: la légende veut qu’en frottant le gisant, surtout à l’endroit du sexe, on recouvre fécondité ou virilité. Par conséquent, à force que les visiteurs placent leurs mains sur ces parties génitales cela laisse place à la couleur cuivrée et ce, depuis son inauguration jusqu’à nos jours. Ainsi, un culte sexuel se substitue définitivement au culte politique à partir des années soixante.

Photographie Gisant de Victor Noir

Il y a aussi le tombeau d’Allan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, qui détient la sépulture la plus fleurie du lieu, et qui est le fondateur de la philosophie spirite la croyance en la réincarnation. Son œuvre influence aujourd’hui la culture et la vie publique brésilienne. Sa tombe est très impressionnante et est conçue à la façon d’un grand dolmen de granite. D’après les pèlerins, le défunt aurait prononcé cette phrase : « après ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombe ma tombe, puis faîtes un vœu. Si vous êtes exaucés, revenez avec des fleurs. » Cependant, il semblerait que cette phrase soit fausse et que le rituel créé en son nom ait été inventé d’après une fausse citation. Néanmoins, malgré que le grand public soit conscient de cette rumeur, l’engouement reste toujours le même et il est remarquable. Mais Allan Kardec, homme de science, n’aurait probablement pas approuvé cette pratique relevant de la superstition.

Photographie de Allan Kardec

Maintiens la mémoire du cimetière: un devoir collectif

 

La mémoire du Père Lachaise est préservée grâce aux efforts de ceux qui s’engagent grâce à des associations de bénévoles,  a collecté des fonds pour entretenir les tombes des célébrités enterrées là, tandis que d’autres organisent des expositions et des conférences pour en faire connaître l’histoire. Les légendes sur les tombes peuvent varier en fonction de la culture et de la région, mais elles ont souvent pour but de rendre hommage aux personnes qui y sont enterrées comme Oscar Wilde qui était un écrivain, poète et dramaturge irlandais du XIXe siècle. Il est surtout connu pour ses pièces de théâtre, comme “Le Portrait de Dorian Gray” et “L’importance d’être Constant,” mais aussi pour son homosexualité, qui lui a valu d’être emprisonné en 1895, et avait subi un traitement inhumain en prison, ce qui a probablement contribué à l’aggravation de sa santé ce qui a été la cause de sa fin de vie tragique. Il a été inhumé après sa mort en 1900, au Père Lachaise à Paris. Son tombeau est orné par une statue en marbre d’un sphinx en haut d’une colonne, avec des ailes déployées et un visage exprimant la joie.  Réalisée par Jacob Epstein, elle a été installée sur la tombe de Wilde en 1912. Son histoire est un peu particulière car du fait de son homosexualité les parties génitales du sphinx étaient jugées un peu trop proéminent auraient été cassées par une anglaise en 1961.  Par la suite, il est né une tradition, celle de mettre du rouge à lèvres et d’embrasser la tombe d’Oscar Wilde ce qui supposerait attirer la chance en amour. Le problème c’est que cela a détérioré la tombe, de ce fait pour protéger la sculpture la maintenance du cimetière à fait installer des plaques de plexiglas. Elle est considérée comme une œuvre d’art importante et fait partie des tombes les plus visitées du cimetière. 

Photographie du sphinx du tombeau de Oscar Wilde

La mémoire est un élément important de la vie du cimetière. Les tombes, les plaques commémoratives et les jardins de souvenir sont autant de manières de se souvenir des personnes décédées et de perpétuer leur mémoire. Cette nécropole est également considérée comme un lieu historique, où l’on peut découvrir l’histoire des personnes enterrées là et de la région dans laquelle ils vivaient. Ils sont ainsi des témoins de l’histoire et de la culture d’une région, et contribuent à la mémoire collective.

 

En résumé, le cimetière du Père Lachaise est un lieu de mémoire important pour les habitants de Paris et les visiteurs du monde entier. L’administration du cimetière s’efforce de maintenir la mémoire des personnes enterrées sur le site en enterrent les tombes et en organisant régulièrement des cérémonies et des événements pour les honorer. Les tombes et les monuments funéraires qui se trouvent dans les cimetières servent souvent de rappel permanent de la vie et des réalisations des personnes qui y sont enterrées. De cette manière, les cimetières peuvent aider à préserver la mémoire des personnes décédées et à maintenir leur présence dans la vie des personnes qui leur sont restées. 

En outre, le cimetière du Père Lachaise peut également être un lieu de mémoire collective, où les gens peuvent se rassembler pour se souvenir de personnes, d’événements importants de l’histoire, ou pour partager des légendes inventées ou non par le grand public. De par mon expérience j’ai pu remarquer que l’art scriptural mettait en valeur des personnages qui deviennent connus grâce à l’histoire que leur tombeau véhicule ce qui permet de ne jamais les oublier, ni d’oublier ce qu’ils ont fait de leurs vivants. Ce qui est intéressant de remarquer au Père Lachaise c’est que le design des tombes évolue, par conséquent, toutes les tombes datent de différentes époques on a un art funéraire contemporain qui s’adapte à son époque.  Ce qui lui vaut chaque année, des milliers de personnes visitent le cimetière pour se recueillir sur les tombes de leurs proches ou de leurs idoles. Le cimetière est également un lieu de promenade et de détente pour les habitants de la ville, qui peuvent y admirer la végétation luxuriante et les nombreuses sculptures et œuvres d’art qui y sont exposées. Néanmoins les cimetières doivent-ils être eux-mêmes conserver par la nouvelle technologie avec la photographie, par exemple, les tombes et leurs architectures artistiques pour transmettre la mémoire des sculptures qui avec le temps n’existeront peut-être plus. 












L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

Le Père-Lachaise : Une lutte contre la nature et le temps pour conserver nos mémoires

« Dans une société qui s’est largement individualisée, l’uniformité des grands cimetières urbains risque de distendre ce lien entre vivants et morts. D’autant que l’esthétique des monuments proposés semble de moins en moins correspondre à la recherche de sobriété des nouvelles générations. De plus, le manque de place pour les urnes funéraires ou les lacunes de l’entretien des cimetières contribuent à dévaloriser l’image des lieux de sépulture. » (Lehuédé, F. & Loisel, J-P. , 2003)1. 

Comment réviser la problématique de la conservation de la mémoire du cimetière du Père-Lachaise, sans penser aux travaux de maintenance ? Comment penser aux travaux de maintenance sans penser aux professionnels d’entretien ? Aujourd’hui, le cimetière du Père-Lachaise s’inscrit dans l’histoire du développement de Paris. C’est pourquoi, nous pouvons trouver à la fois des tombes datant du XIXe siècle et d’autres sépultures où l’écriture s’est effacée. En effet, il a été créé en 1804, puis voit le jour suite à un problème d’urgence sanitaire. Avant la Révolution, il y avait plus de deux cents cimetières charnier et de fosse commune à Paris. Ainsi, le cimetière des innocents était le plus grand de Paris à cette époque. Ce dernier, datant du haut Moyen Âge (vers 500) a accumulé au cours de l’histoire, près de 2 millions de cadavres. Un nombre exorbitant et il était nécessaire de trouver une solution urgente. En décembre 1780, il a été décidé par Nicolas Frochot2 de fermer ce cimetière et de créer en dehors de Paris, Le Père-Lachaise qui à l’époque prenait le nom de « Cimetière de l’Est »3. Il s’avère que ce terrain appartenait à un révérend au nom du Père-Lachaise qui était le confesseur de Louis XIV. Il souhaitait créer un lieu de repos pour les moines de la communauté Jésuite. Seulement, ce jardin fut abandonné par faute d’entretien. (Cartographie ci-dessous : Elle expose la position géographique du cimetière dans le cercle vert fluo, mais aussi la taille de ce dernier en avril 1842 qui était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui.)

Position géographique et taille du Père-Lachaise en Avril 1842.
De plus, nous pouvons remarquer que le cimetière a été situé dans « la petite banlieue » en jaune qui n’était pas encore urbanisé. Le cimetière est situé en dehors de l’enceinte de 1859 dénommé « le mur des Fermiers généraux » en blanc entre le jaune et le rouge foncé.

Ensuite, au moment de l’ouverture du Père-Lachaise, un problème est survenu. La population ne souhaitait pas se faire enterrer à cause de l’absence d’église dans le cimetière, mais aussi parce que ce dernier était trop éloigné de la ville. Dès lors, Nicolas Frochot a décidé d’introduire les tombes de Molière et de Jean de La Fontaine pour donner l’envie à la population d’y être enterrée. 

Par conséquent, nous comprenons mieux pourquoi nous pouvons y découvrir des tombes cassées. En effet, pendant mon observation, j’ai trouvé des tombeaux détruits à cause des années, voire des siècles passés sans aucun entretien. On peut y apercevoir des arbres, des buissons mais aussi des plantes qui apparaissent et ravage de façon naturelle les sépultures. 

 Mais alors comment explique-t-on le fait que personne ne porte une attention à l’entretien des tombes en péril ? Pourquoi un individu ne nettoie pas bénévolement une tombe ? Que faut-il faire si une sépulture risque de s’effondrer, mais aussi d’endommager une autre qui est proche d’elle ? C’est à cause d’un principe juridique, « la tombe est considérée comme une propriété privée », dès lors, c’est à la famille, c’est-à-dire au concessionnaire, que repose l’entretien de ça ou de ses sépultures. Ensuite, concernant la compétence du maire, il est en charge des travaux publics4. C’est-à-dire tout ce qui concerne l’entretien des chemins ou autre lieu du cimetière hormis les tombes. Enfin, si l’entretien de la concession n’est pas fait et rend le tombeau en mauvais état, la mairie de la commune peut lancer une démarche administrative. Ainsi, il en découle une demande de reprise du monument funéraire, seulement si les conditions sont réunies5. 

Suite à ça, il était important de comprendre la problématique suivante à savoir : 

Comment, au cours du temps, les hommes font-ils pour lutter contre la nature, dans le but de conserver la mémoire au sein du cimetière du Père-Lachaise ? 

Tout d’abord, avant d’apporter une réflexion sur cette problématique, il est nécessaire d’exposer le sujet ainsi que son cadrage temporel. Cette recherche a été réalisée dans le but de rédiger un article sur le site du cours « observation de la ville ». Nous avions trois séances d’observation et une séance en cours pour nous aider au développement de cette étude. De plus, nous étions libres pour revenir sur le terrain en dehors des heures de cours. 

En conséquence, mon souhait est de mettre en lumière à la fois la place de la nature au sein de ce lieu, puis de rendre compte, l’importance du rôle que peuvent avoir les hommes. Ensuite, je veux montrer que le cimetière est un lieu de mémoire, mais aussi familiale et collectif. En effet, j’ai aperçu des couples et touristes qui se promenaient dans les allées centrales composées de paver d’époque où la nature reprend parfois ses droits. Tout cet ensemble, rejoint notre problématique : les hommes, la lutte contre la nature, la conservation de la mémoire et la maintenance (qui peut se faire à travers l’usage de l’écriture). 

I – Comment suis-je parvenu à trouver ce sujet ? 

Au commencement de ma recherche, mon intention se portait sur les sépultures de musiciens célèbres. Dès lors, mon désir était de comparer ces derniers aux autres tombeaux connus (acteurs, scientifiques, écrivains, etc.). L’objectif était de vérifier si la popularité d’un individu pouvait avoir des effets sur l’entretien de son tombeau. Ainsi, la prise de photographies et de vidéos s’avérait indispensable pour réaliser des comparaisons et des analyses.

 Suite à ça, un élément se manifestait sur tous les clichés. L’omniprésence de la nature au sein de ce cimetière. Comment expliquer que certaines tombes soient ravagées par la nature ?    À travers cette découverte, j’ai immédiatement saisi cette notion de « temps » et qu’à travers ces avancées, se trouvait une histoire au sein du Père-Lachaise. Dès lors, il fut primordial de mener une investigation pour relater la situation actuelle de cet environnement. Après seulement deux visites en solitaire, mes premières impressions montrent une admiration pour la grandeur de cette nécropole et la puissance de la nature.

Cette méthode d’observation participante par ethnographie, est principalement qualitative et inductive. Elle m’est nécessaire pour montrer l’influence entre les interactivités humaines et le cimetière. Nous pourrons l’illustrer, dans le développement à travers plusieurs exemples afin d’exposer la fragilité de ce lieu. Enfin, la consultation d’articles scientifiques, mais aussi d’archives numériques me permet de confirmer et de soutenir mes propos. 

II – Conserver et transmettre la mémoire

 « Nous ne nous contentons pas de ne pas profaner les tombes de nos ancêtres. Un devoir de mémoire à leur endroit implique des gestes particuliers, l’accomplissement d’un rituel qui leur est spécifiquement destiné. Nous portons des fleurs sur leurs tombes, nous allumons un cierge en leur mémoire, nous prononçons des prières le jour de l’anniversaire de leur mort. Ces gestes marquent le lien spécifique — et exclusif — qui nous unit à nos ancêtres. » (Kattan, E. (2002)6. 

Au cours de cette investigation, j’ai pu découvrir un nombre important de tombeaux commémoratif. En effet, le Père-Lachaise à un devoir de mémoire. C’est pourquoi, il possède un monument pour chaque camp de concentration.

 Lorsque nous faisons une comparaison avec les autres édifices du cimetière, nous pouvons constater qu’ils sont extrêmement bien conservés par rapport aux autres tombes. Nous pouvons y remarquer que les fleurs permettent à la fois de maintenir le lien entre  ces défunts et les vivants, mais aussi pour conserver la mémoire. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé la phrase inscrite sur la première photo mise en grande page en partie II : 

« On brisa leurs corps jamais leurs esprits.»  

Mais alors comment expliquer que ces monuments soient mieux conservés ? Tout d’abord, pour ne pas oublier ce que l’humanité a subi durant ces deux guerres mondiales. Ensuite, créer un symbole pour ne plus jamais reproduire les mêmes erreurs du passé, mais aussi et surtout, pour conserver à jamais en nos mémoires les actes qui ont été commis. Enfin, c’est une question d’image pour l’État. Il serait inacceptable que l’Etat ne commémore plus ses défunts étant mort pour la France. C’est pourquoi, ces monuments sont entretenus régulièrement par le personnel du cimetière. Il est question de devoir de mémoire. Concernant les autres tombes, le cimetière propose aux familles, un service de nettoyage de tombe. Ainsi, nous remarquons que sans les hommes et donc les vivants, il n’y a plus d’entretiens. Si l’on prend l’exemple d’une tombe qui date du XIXe siècle et que les descendants de la lignée familiale s’arrêtent au XXe siècle, il est normal de retrouver la tombe dévastée par la nature au XXIe siècle.  

« Tous les hommes sont mortels » (De Beauvoir. S, 1946) peu importe qui nous sommes. La mort fait partie de la vie et de la nature7. Ce que nous pensons posséder n’est qu’illusion. Même notre tombeau peut être voué à disparaître. De telles sortes, que c’est une analogie de nos cimetières fragile et qu’ils risquent de s’effacer. 

III – La disparition du cimetière, un danger pour la conservation des mémoires

« De la mort, germe la vie.» Jan Zizka (1419-1436)8

Le Père-Lachaise réunit deux siècles d’histoire. C’est-à-dire qu’on ne se promène pas véritablement au pays de la mort, mais au pays du souvenir. Chaque tombe, a son style et nous expose une histoire différente. Si l’on parcourt ce lieu, on y rencontre des écrivains, des mélomanes, des personnalités politiques, des peintres, etc. Nous ne sommes donc pas forcément tristes. Avant l’observation, je pensais que ce lieu serait un cimetière comme un autre. Or, j’ai pu découvrir qu’il y avait des touristes, des couples en train de se promener et l’omniprésence de la nature. À tel point, que certains touristes nomment ce lieu comme un « parc funéraire ». Pourtant, aujourd’hui, il n’est pas courant d’aller se promener dans un cimetière. Ainsi, comment expliquer ce rejet de la part de la population française ? 

En réalité, la société actuelle ne pense tout simplement pas à se promener dans un cimetière. Puisqu’en effet, au XIXe siècle, il était tout à fait naturel d’aller se promener dans un tel lieu9. D’ailleurs dans « La Comédie Humaine » de Balzac, l’écrivain introduira environ plus de 2000 personnages dans son oeuvre. Comment faisait-il à son époque pour trouver autant de personnes ? Il se promenait dans le cimetière du Père-Lachaise avec un carnet et il notait les noms des sépultures10. Ainsi, on peut trouver la tombe de Restignac (personnage dans de nombreuses oeuvres de Balzac, notamment dans « Le Père Goriot ») au Père-Lachaise11. 

Nous découvrons qu’à cette époque, il existait déjà une interaction entre les hommes et les tombes. La transmission et la sauvegarde de la mémoire se sont majoritairement faites par l’écriture. Néanmoins, faut-il encore, réussir à entretenir les tombeaux pour savoir de qui s’agit-il. 

À posteriori, André CHABOT est un photographe spécialiste des cimetières et de l’art funéraire. C’est un grand voyageur puisqu’il a réussi à rassembler plus de 250 000 photographies de monuments funéraires à travers le monde. Lorsque nous observons sa célèbre tombe, on peut y remarquer un aspect unique par rapport aux autres tombeaux. En effet, on peut y apercevoir un QR code sur la droite du monument. C’est la seule et unique tombe du cimetière du Père-Lachaise qui possède un QR code. Ce dernier, situé sur la droite de son monument, permet d’aller sur son site qui raconte l’histoire de cette chapelle « À la mémoire des nécropolitaine ». Cette phrase, gravée en haut de la façade de sa chapelle, représente le nom d’une association qu’il a fondé avec sa femme.  

 L’objectif est de sauvegarder par l’image, les monuments funéraires, afin que l’on sache que les cimetières meurent aussi. Puis, dans ces archives, il y a un grand nombre de monuments qui n’existent plus. Ainsi, grâce à cette innovation, nous pouvons « lire » et en découvrir davantage sur sa sépulture ainsi que sa personne. 

Il en est de même avec la sépulture de Balzac. Il s’avère que si un jour, la nature recouvrirait davantage la tombe de cet écrivain, il serait toujours possible de comprendre qui était Balzac grâce à la sculpture du livre où repose une plume sur le dessus. Dès lors, nous pourrions automatiquement penser que ce défunt avait une influence dans la littérature. 

Il existe encore d’autres tombes où nous pouvons y réaliser une lecture comme le cas de Géricault avec son célèbre tableau « Le Radeau de la Méduse » qui est une pièce centrale de la tombe. À cela, s’ajoutent un pinceau et une palette de couleurs en haut de l’édifice. Ainsi, si la nature reprend totalement le dessus, nous pourrons toujours comprendre qu’il s’agit d’un artiste qui a eu une influence dans l’art et la peinture. Donc la forme des sépultures peut aussi jouer un rôle dans la conservation de la mémoire. En effet, même en cas d’absence d’entretien, il sera toujours possible d’avoir une vague idée de qui il s’agit. 

Néanmoins, il existe aussi des tombes où l’on voit nettement le souhait de laisser une part de naturel sur la tombe pour la maîtriser et la contrôler. 

En ce qui concerne les tombes n’ayant pas de forme particulière, il sera très complexe de savoir qui était le défunt. C’est pourquoi, il existe d’autres formes de funérailles. Ce sont les urnes au crématorium et au columbarium. 

On peut voir qu’il y a beaucoup plus de défunts au mètre carré par rapport aux tombes vues précédemment. De plus, si l’on compare l’état des tombes à ceux des urnes, nous pouvons apercevoir que les plaques sont presque intactes. L’entretien est moindre par rapport à une tombe. Ainsi, le risque d’avoir des noms effacés au cours du temps est nettement diminué. De plus, le prix de deux mètres carrés dans un cimetière à Paris équivaut environ à 15 000 €. C’est le prix pour y être enterré à perpétuité. En conséquence, pour certaines personnes, les urnes offrent une possibilité de réduire les coûts de maintenance et d’emplacement. 

Si l’on approfondit la réflexion, nous pouvons dire que les tombes peuvent être considérées comme des empreintes temporelles ineffaçables et éternelles. Où uniquement la nature pourrait y reprendre ses droits. Créant ainsi, des sépultures inconnues qui pourraient représenter le « squelette » structurant la forme du cimetière au sein de la ville de Paris. En outre, j’ai découvert que ces tombes « fantômes »12 pouvaient former des zones de « no man’s land »13 . C’est-à-dire des zones désertes où nous ne pouvons plus du tout savoir qui est enterré à cet endroit. Elles peuvent former des groupes de tombes anonymes, formant ainsi ces zones désertes où la nature a repris son cours. Mais alors comment pallier cette situation pour réussir à conserver nos mémoires ? En effet, c’est une question capitale puisque les tombeaux symbolisent la mort des défunts, mais aussi l’invisibilité du monde des morts. Ainsi, comment les reconnaître si notre seul moyen d’identification reste la sépulture ? 

IV – Un projet interactif pour lutter contre la nature et l’oublie de nos ancêtres

“Un cimetière, c’est un témoin du passé. Il ne faut pas avoir de coeur pour entrer dans un cimetière et se dire “bah, ce n’est qu’un paquet d’os tout ça”. On regarde les noms : il me semble que chacun a son histoire. Des gens ont pleuré, des gens se souviennent.”  (Bouchard, S. , 2005).

Comme nous l’avions vu précédemment, le cimetière est majoritairement visité par des touristes du monde entier, mais aussi par des français14. L’objectif du projet est de rendre nos cimetières plus interactifs grâce à notre ère numérique15. Ce sont des bornes ou bien des QR code qui permettront de donner l’identité, mais aussi des informations sur la vie du défunt. Cela permettrait d’éviter que des sépultures ne disparaissent et encore plus pour les urnes qui sont souvent recueillies auprès des familles qui les libèrent dans la nature. En effet, le fait qu’un certain nombre de personnes disparaissent, montre aussi un phénomène où c’est une part de notre société qui s’efface, avec sa richesse et ses informations. Le cimetière du Père-Lachaise représente une sorte de miroir brisé de notre société puisqu’ils reflètent à la fois de la solitude, mais aussi de l’individualisme à cause du manque d’entretien de certains tombeaux. Ainsi, les sépultures qui présentent des sculptures, exposent le côté artistique, mais aussi une certaine condition humaine que le défunt avait. Enfin, si ce projet voit le jour au cimetière du Père-Lachaise, nous pourrons imaginer le fait que les tombes deviendront des livres et les cimetières des bibliothèques. 

V – Conclusion 

Tout au long de cette recherche, nous avons tenté de démontrer que : sans les hommes, sans entretiens des sépultures, ou plus exactement sans la maintenance effectuée par les vivants, la mémoire ne pourrait être conservée à perpétuité. En effet, la nature retrouvera toujours ses droits et reprendra éternellement le dessus dès que nous lui en offrirons l’opportunité. C’est pourquoi, depuis des siècles nous nous efforçons à dominer la nature. Aujourd’hui, le projet qui a été cité précédemment s’avère être une solution. Seulement, comment parviendrons-nous à entretenir continuellement ces objets ? Si l’on souhaite conserver la mémoire de ses ancêtres, il nous est nécessaire d’accroître le travail de maintenance. En effet, sans cela, nous nous condamnons à oublier éternellement nos ancêtres. Encore faut-il que la famille et les propriétaires de ces sépultures le veuillent ? En cas contraire, nous n’aurons d’autre choix que de laisser le tombeau aux mains de la nature. Ainsi, non seulement, nous sommes tous destinés à mourir un jour, mais c’est également le cas pour nos cimetières. Ils épouseront la nature et feront partie d’un nouvel environnement que la nature aura créé. 

Enfin, plusieurs questions demeurent sans réponse. Tout d’abord, comment pouvons-nous éviter l’émergence de zones désertes « no man’s land » au sein du cimetière ? Ces espaces, sont comme des trous, voire des tumeurs au sein du cimetière. En effet, une tombe qui voit sa structure au bord de l’effondrement, pourrait potentiellement toucher une sépulture voisine et l’endommager. Comment pouvons-nous rétablir ces zones qui peuvent représenter à la fois une menace pour le cimetière, mais aussi une espérance de vie pour la nature (animaux, végétation, etc.) ? Ce paradoxe est assez complexe à résoudre. Nous avons le désir de laisser libre cours à la nature pour la beauté du paysage et la biodiversité. Puis, en même temps, une certaine volonté de mettre un cadre et des limites pour éviter que la nature ne puisse pas dominer totalement le cimetière. C’est pourquoi, nous pouvons apercevoir des agents de maintenance et de travaux publics qui permettent de maintenir les allées du cimetière, afin d’accueillir au mieux les visiteurs. Ainsi, nous avons plusieurs pistes à découvrir (Quelles sont les raisons d’abandonner l’entretien d’une sépulture ? À l’avenir, y aura-t-il des avancées au niveau juridique pour entretenir une tombe qui ne nous appartient pas ? Quels sont les prochains projets du cimetière du Père-Lachaise concernant la conservation des mémoires ? Etc.)  pour l’avenir, mais il importe de réfléchir à la fragilité du cimetière du Père-Lachaise. 

//////////// Notes de bas de pages /////////////

 1- « Le cimetière remplit-il encore sa fonction ? » – Franck Lehuédé et Jean-Pierre Loisel – Consommation et modes de vie n° 169 – octobre 2003. 

2 –  Premier préfet de la Seine. C’est un haut fonctionnaire français, conseiller d’État. 

 3 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616. 

4 – https://www.ladepeche.fr/2021/08/31/entretien-des-cimetieres-on-vous-explique-qui-est-responsable-9760951.php

5 – https://www.challenges.fr/patrimoine/entretien-d-une-tombe-qui-en-est-responsable_788265

6 – KATTAN, E. (2002). 1. Devoir de mémoire et souvenir des morts. Dans : , E. KATTAN, Penser le devoir de mémoire (pp. 17-31). Paris cedex 14: Presses Universitaires de France. 

7 – Ricot, J. (2003). 6. La mort, aspects philosophiques. Dans : , J. Ricot, Philosophie et fin de vie (pp. 85-104). Rennes: Presses de l’EHESP. 

8 – Chef de guerre des Hussites,  à Prague au Royaume de Bohême en Tchéquie. (Qui plus tard, deviendra la République Tchèque). 

9 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616 (pp.608). 

10 – Pommier Jean. Comment Balzac a nommé ses personnages. In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1953, n°3-5. pp. 223-234.

11 – https://www.museosphere.paris.fr/oeuvres/rastignac-au-cimetiere-du-pere-lachaise-dans-le-pere-goriot. 

12 – C’est-à-dire sans nom, qui est inconnus à cause de l’écriture qui s’est effacée. 

13 – C’est comme s’il n’y avait jamais eu de personnes à cet endroit. Nous pourrions aussi qualifier la zone de « no name’s land ».  C’est-à-dire dépourvu d’habitat humain.  

14 – https://eurolatio.org/2021/11/01/qui-sont-les-visiteurs-du-cimetiere-du-pere-lachaise/ 

15 – https://www.azimut.net/fr/actualites/toute-l-actu/les-cimetieres-a-l-heure-du-numerique . 

 

L’avis des morts subsiste

Dans le master Médias, Communication et Villes numériques auquel j’appartiens, un sujet d’étude atypique nous a été confié : le cimetière du Père Lachaise, comme lieu de mémoire et de maintenance. Depuis cette annonce, j’ai réalisé que parmi les enterrements auxquels j’avais assistés dans ma famille, aucun ne s’était terminé au cimetière. Dans ma famille, on se fait incinérer. Alors moi je n’y ai jamais vraiment réfléchi, à me faire enterrer.

Face à la mort, j’ai toujours dissocié le corps et l’âme. Une fois la personne décédée, l’âme s’envole et le corps est disséminé à un endroit qui était cher à la personne en question. Nul besoin de conserver le corps comme « souvenir », le plus précieux étant dans l’esprit. Je ne suis pas à l’aise à l’idée d’être enfermée dans un cercueil, enfouit sous terre. Il en va de même pour mes proches, les savoir cloitrés dans une boite m’attriste, même si je conserve l’idée que l’âme s’en est échappée. J’aime autant qu’on puisse être libre, de corps comme d’esprit.

Les visites au cimetière du Père Lachaise ont été des plus surprenantes pour moi. J’ai saisi une certaine matérialisation de la mort qui, à mon sens, était plus spirituelle que palpable. D’où peut donc venir cette volonté, voire même ce besoin, de garder ses morts auprès de soi, sur terre ? Pourquoi marquer leur passage dans cette vie à travers une sépulture ?

C’est avec ces idées mais sans jugement que je me suis rendue à trois reprises au cimetière du Père Lachaise. Je souhaitais être la plus neutre possible pour ressentir ce qu’il y a de tangible et d’intangible dans ce lieu si mystique. La vie et la mort s’y entremêlent, l’une et l’autre cherchant à se rattraper sans cesse. J’ai capturé l’atmosphère du cimetière, les bruits, le calme, les familles qui se recueillent, les passants qui visitent, les fleurs fanées et les feuilles tombées des arbres …

Pour étudier le cimetière sous toutes ses coutures, j’ai pris soin d’emprunter des chemins différents à chaque visite. Je partais toujours de la porte du Repos pour arriver porte Gambetta. De forme circulaire, j’ai découpé le cimetière en trois parties. La première fois, j’ai choisi d’axer mon observation vers la gauche, la seconde je suis allée voir la partie centrale et la troisième fois, j’ai filé vers la droite. J’ai choisi d’être seule pour effectuer ces visites car c’était pour moi le meilleur moyen de m’imprégner au maximum du lieu. Pour la même raison, je n’ai pas mis mes écouteurs.

En débutant mon observation par la porte du Repos, j’ai rapidement été frappée par l’alignement des sépultures autour de la voie pavée. Ce n’est pas pour rien que ce genre d’endroit se nomme « nécropole » me suis-je dit. Du grec ancien « nekropolis » cela signifie « cité des morts ». En effet, il s’agit d’une petite ville dans la grande ville qu’est Paris. Tout peut s’y assimiler : des sépultures en guise de maisons aux voies pavées en passant par les panneaux nommant les allées. J’étais stupéfaite. Il y avait même des panneaux pour limiter la vitesse des véhicules circulant à 20 km/h !

Une allée du cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

Une fois ce constat fait, la seconde chose qui m’a marquée n’est autre que la diversité des sépultures : pas une n’est identique à l’autre. Ce désir de différenciation animera ma curiosité et sera élémentaire dans mon analyse.

J’ai progressivement ressenti, en lisant les noms sur les tombes, en calculant l’âge auquel les personnes étaient décédées et en lisant les épitaphes, une certaine mélancolie. Je ne les connaissais pas et pourtant je me trouvais à les regretter. L’émotion que devaient ressentir leurs proches à la vue de ce lieu m’envahissait. Je songeais aussi aux être chers à qui j’ai dû dire adieu ces dernières années. Ce recueillement m’est alors paru très différent des moments où je pense à eux, dans mon quotidien.

Le cimetière comme lieu de mémoire

Chaque tombe représente un individu symbolise encore sa “présence” dans ce monde. J’ai compris que pour les proches des défunts, leur rendre visite dans cette enceinte pouvait prendre la forme d’un rendez-vous. C’est l’occasion de parler à la personne mais aussi de prendre soin d’elle. La sépulture matérialise une personne et la rendrait presque encore en vie. C’est l’ultime endroit où elle repose. Ce terme de repos est d’ailleurs utilisé comme pour dire qu’elle dort, qu’elle est parmi nous malgré l’absence ressentie. Dans ce lieu qu’est le cimetière, les proches peuvent trouver un certain isolement, leur permettant de s’apaiser. Ils peuvent aussi se sentir au plus proche de l’être qu’ils ont perdu, pour échanger avec lui. La sérénité du lieu y est propice. Dans ce cadre où se côtoient pierre et nature, on semble éloigné de tout ce qui se rapporte à la technologie, au bruit, à la foule. Tous ces éléments trop “modernes” sont laissés hors du cimetière.

Les tombes, consacrées à l’éternité, sont plus ou moins sauvages. Le cimetière du Père Lachaise est rempli d’arbres séculaires dont les racines vont parfois jusqu’à soulever les sépultures qu’elles croisent sur leur chemin.

Certaines n’ont pas un siècle mais portent déjà l’usure du temps, d’autres bien plus anciennes perdurent et sont soigneusement conservées. Le contraste en est frappant. J’ai remarqué que de nombreuses sépultures étaient entretenues comme on entretient sa maison, son intérieur. Par endroit, un grand soin est apporté à ce qui entoure la tombe. Comme pour rendre ce lieu plus “chaleureux”, de la décoration est même parfois exposée. Elle est sans doute définie par les goûts de l’individu décédé, ou bien est-ce celui de ses proches ? J’ai même découvert un post-it sur une sépulture, comme une note laissée à quelqu’un qu’on va rapidement revoir.

Post-it dans une sépulture – crédit : Juliette SIMON

La manière dont les proches traitent ce lieu de recueillement est représentative du soin qu’ils porteraient à l’individu. Au détour d’observations de pierres tombales et de lectures d’épitaphes, j’ai donc cerné la quête de personnalisation de cet endroit. La personne décédée a pu faire part de ses dernières volontés à ses proches concernant le choix du cercueil, de la sépulture. Cela peut aussi être eux qui ont pris ces décisions pour lui rendre hommage. Les tombes, par leur apparence, expriment toutes un caractère particulier lié au défunt à qui elles correspondent. C’est le lieu ultime.

La société d’outre-tombe

La pluralité des monuments funéraires fait donc échos à la diversité des êtres humains qui passent sur terre. Ils ont chacun leurs singularités, qu’il s’agisse de la forme, du matériau ou des mots choisis pour qualifier le défunt. L’association de ces éléments permet une personnalisation optimale.

Ce dernier lieu « d’habitation » d’une certaine façon, est le reflet de la société dans laquelle nous vivons : notre condition sociale nous suit jusqu’à la fin. En effet, la forme de la sépulture est influencée par l’origine sociale du défunt. En se promenant, il est facile de discerner les plus riches des moins aisés car, oui, les obsèques et le monument funéraire sont un coût indéniable pour la famille.

Pour les plus fortunés, on retrouvera des monuments clos, de taille moyenne. Cela m’a fait penser à de petits « temples ». Prenant la forme d’une habitation on peut y voir inscrit au-dessus de la porte le nom de la famille qui y repose. Certains sont plus ou moins ornés, avec des statues aux abords de l’entrée, des colonnes gravées ou encore des vitraux. Ces bâtiments ne sont pas récents, ils datent pour la plupart du XVIIIe ou du XIXe siècles. J’aurais aimé savoir si encore aujourd’hui ces sépultures sont visitées ou si elles sont seulement entretenues par les agents de maintenance du cimetière. En voici 2 qui m’ont interpellée.

Sépulture de la famille Menier – crédit : Juliette SIMON

J’ai admiré cet édifice pour le travail de ses bas-reliefs. Situé à une intersection du cimetière, il est d’autant plus mis en avant. Après quelques recherches, j’ai compris que l’illustre défunt n’était autre qu’un député du XIXe siècle, Emile-Justin Menier, fils du célèbre fondateur de la chocolaterie Menier. Le portrait du défunt a été sculpté dans la pierre, au-dessus de la porte. Ce bâtiment a tout d’une petite maison et semble très entretenu.

Sépulture des familles Tencé Sourdeval et Bodereau

Celui-ci m’a semblé plus proportionné. J’ai apprécié sa double porte aux grilles ajourées. Le nom des deux familles figurent au-dessus, sans fioritures. Les colonnes encadrant la porte amène nos yeux à se poser à leur sommet. Des visages y sont représentées. Un bas-relief entoure la partie supérieure du bâtiment avec de légers motifs floraux. Un blason est gravé au sommet mais je n’ai pas retrouvé l’histoire de ces familles.

Ce genre de monument funéraire n’est plus construit aujourd’hui, ceux-ci témoignent donc de la volonté de rendre hommage aux personnalités importantes, qui ont marqué leur époque. Cela ne date pas d’hier et se retrouve aujourd’hui encore, malgré des sépultures moins imposantes.

Une autre forme de sépultures, beaucoup plus répandue est celle des chapelles. Elles sont également assez anciennes mais se maintiennent en très bon état. J’ai toutefois été étonnée d’observer que de nombreuses étaient laissées à l’abandon. Elles marquent l’appartenance religieuse des familles catholiques avec une croix souvent au sommet. Fermées par une porte, j’ai réussi à en distinguer l’intérieur. Elle se composent toujours de la même façon : un autel est accessible sur le mur du fond avec un rebord pour s’agenouiller et prier. J’ai retenu ces deux ci-contre, plus discrètes que les monuments précédents, il s’agit tout de même de lieux clos accessibles uniquement à la famille.

Chapelle de la famille Léonce Brault – crédit : Juliette SIMON

 

 

Chapelle de la famille Guillon – crédit : Juliette SIMON

Pour le reste, il s’agit de sépultures plus simples : une pierre tombale avec une stèle, qui en est la partie verticale. Majoritairement plus récentes, on peut discerner le statut social du défunt car les codes des pierre tombales sont plus faciles à décrypter.

Le matériau utilisé est déjà un élément de comparaison certain. Il en existe trois types : le plus commun est le granit ; celui symbole de noblesse est le marbre ; enfin, le moins exploité devient la pierre calcaire.

J’ai effectivement constaté que le granit était ce qu’il y avait de plus répandu. On peut en choisir sa couleur, sa structure ou son grain. C’est également la pierre qui s’entretient le mieux car elle résiste à la chaleur, à la saleté, aux rayures mais aussi aux intempéries et à l’humidité, à l’inverse du marbre et de la pierre calcaire qui ont une forte porosité.

Montre-moi ta tombe, je te dirai qui tu es …

Une fois ces différences soulevées, je me suis arrêtée sur de plus petits détails. J’ai en quelque sorte cherché à connaître les défunts, « invisibles » et pourtant à quelques mètres de moi. Avec leur monument funéraire, il m’était possible de découvrir plus que leurs simples nom, dates de naissance et de décès. J’ai ainsi relevé plusieurs catégories d’individus.

Il y a d’abord ceux qui sont morts lors d’un évènement historique ou dans le cadre d’une opération extérieure dans l’armée française. Ce passage de leur vie est toujours notifié sur la stèle, visible de tous. Il parait important pour les proches d’inscrire cette information. Mais à qui sert-elle ? Est-elle nécessaire pour s’en rappeler ? Est-ce pour les visiteurs du cimetière ? Je comprends le besoin d’honorer la mémoire, cependant l’hommage en lui-même n’en sera pas plus fort ; il est là symboliquement. La peur de l’oubli semble régir notre rapport à la mort. C’est selon moi, ce qui justifierait le fait de tout écrire, pour se souvenir et se recueillir.

Sépulture de Pascal Georges Desvaux – crédit : Juliette SIMON

D’autres ne sont pas morts à cause d’une guerre mais ont été persécutés et déportés, à cause de leur religion. Ils ont ressenti le besoin de l’inscrire sur leur stèle car cet évènement traumatique qu’est la Shoah a marqué leur vie. Je trouve cette inscription intrigante car ils souhaitent donc conserver auprès d’eux ce douloureux souvenir, même après la mort.

Sépulture de Gitle Barszczewski et d’Hervé Jacubowiez – crédit : Juliette SIMON

Dans un registre plus doux, beaucoup de pierres tombales ont été réalisées pour sceller un lien entre deux personnes. Souvent des couples, la relation qui les a unis dans la vie semble perdurer pour l’éternité. J’ai été marquée par cette tombe, sur laquelle deux sculptures représentant un homme et une femme sont assis. Ils semblent discuter, paisiblement.

Sculpture sur une sépulture au cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

D’autres personnes ont vu leur vie rythmée par une passion. Beaucoup d’artistes présents au cimetière du Père Lachaise ont cette précision faite sur leur pierre tombale. Qu’ils soient écrivain, musicien ou peintre, un signe ou des mots viennent inscrire leur activité dans la pierre.

La personnalité du défunt peut également s’exprimer à travers les plantes et les fleurs que ses proches choisissent de déposer sur sa tombe. Ces deux sépultures m’ont marquée car j’ai trouvé qu’elles étaient dignes d’un jardin, à elles seules elles embellissaient la pierre tombale. Il y a quelque chose de très personnel sur ces deux sépultures ; j’avais comme l’impression d’entrer dans le jardin privé des proches et du défunt, lieu où ils se retrouveraient pour communiquer. Ces plantes doivent demander un certain entretien ; c’est attendrissant de voir se développer la vie, au fil des saisons, dans cet univers d’apparence régi par la mort.

Sépulture de la famille Mendes Simao et Vieira Monteiro – crédit : Juliette SIMON

 

Sépulture fleurie d’une famille asiatique – crédit : Juliette SIMON

Enfin, des objets anodins m’ont étonnée, ils étaient placés sur les tombes comme on place des porte-bonheurs sur une étagère. Le champ d’interprétation est vaste et j’ai préféré ne pas m’y prêter, pour préserver l’intimité des défunts.

Sépulture de la famille Maily- crédit : Juliette SIMON

J’ai également découvert dans le cimetière que de nombreuses personnes avaient préparé leur sépulture avant de mourrir. Pourquoi tant de prévisions face à la mort ? J’ai cherché des réponses et ce qui est le plus revenu, c’est l’aspect pratique. Cela évite aux proches en deuil de s’afférer avec les dernières volontés du défunt. Ce dernier est aussi sûr d’avoir une sépulture à son goût et à son image. Pour certains, cette préparation a quelque chose de rassurant. C’est une étape de plus vers la fin mais le début d’une nouveauté, d’un renouvellement. J’ai progressivement compris l’appréhension qui réside dans l’idée de mort : la peur d’être oublié.

La nécessité d’un au-delà à proximité

Après ces quelques semaines de réflexions, je pense la mort d’une façon différente. La « pensée humaine » est faite de sorte à ce que l’on se souvienne de notre vécu. Ce vécu intègre d’autres personnes, notamment celles qui nous sont chères. C’est donc par cette logique que j’ai compris que la mémoire ne pouvait pas tout résoudre. La douleur d’une absence ne peut être palliée par un souvenir agréable. Il en faut plus. Les photos, les objets, certaines paroles répétées et transmises sont autant d’éléments qui apaisent et nous rapprochent d’un proche, justement. Cependant, quand une personne meurt, nous ne pouvons pas nous empêcher de la situer. Elle n’est plus « là ». On emploie un vocabulaire du registre du voyage qui évoque l’ailleurs, le départ et la durée indéterminée qu’on prendra à la retrouver. Cette « disparition » nécessite donc un lieu symbolique où le défunt pourrait rester. Cet endroit prend diverses formes selon les sociétés et les croyances mais il existe pour tous. Chez nous, c’est donc le cimetière tel que celui du Père Lachaise qui fait office d’un « ailleurs ». La symbolique de ce lieu permet de nourrir un imaginaire collectif et par celui-ci, notre rapport à la mort.

Désormais, j’appréhende le cimetière d’un oeil neuf. J’ai même ressenti le besoin d’aller sur la tombe de mes arrière-grands-parents que je n’ai jamais connus. J’étais émue là où, auparavant, je ne pensais rien ressentir. L’utilité du cimetière comme lieu de médiation m’est alors apparue comme évidente.

Tout n’est, finalement, qu’une question de perception et d’expérience.

Juliette SIMON

Père-Lachaise : un esthétisme tout en contraste

Bien plus qu’un lieu mythique de la capitale, le cimetière du Père-Lachaise est un vestige du patrimoine français. Longtemps laissé à l’abandon dans les années 1760, il fut réquisitionné par le Préfet de Paris de l’époque pour en faire le « cimetière de l’Est » ; Napoléon Bonaparte déclara que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion ». C’est en 1804 que le cimetière inaugura sa première inhumation, celle d’une enfant de 5 ans à peine. Durant les décennies qui ont suivi les premières inhumations, le cimetière a connu plusieurs agrandissements majeurs afin d’y accueillir plus de tombes. Aujourd’hui le Père Lachaise compte près de 70 000 sépultures et il est indéniablement l’un des monuments de Paris les plus visités avec trois millions de visiteurs chaque année. Entre fascination et modernité, ce lieu attire les convoitises du monde entier de par sa beauté et sa grandeur qui font de lui un lieu emblématique. 

Allée du Père-Lachaise – Crédit photo : Naomie Maufroy

Un premier constat

Décidées d’entreprendre un travail sur ce majestueux cimetière, les sujets sur lesquels nous voulions nous pencher furent nombreux. Fascinées par ce lieu si grand et historique, nous voulions étudier l’apparence de celui-ci ; ses cultures, sa nature ou encore ses chemins si particuliers. Lors de nos observations sur le site, nous nous sommes baladées dans les allées afin d’en capter les détails les plus infimes qui en font sa richesse et qui semblent pourtant passer inaperçu aux yeux des visiteurs. Nos observations au cimetière ont donné lieu à plusieurs réflexions intéressantes nourries par divers éléments, comme les fleurs et la nature, la maintenance et la mémoire, ou encore le temps et l’oubli. Afin d’obtenir une observation pertinente et claire, nous devions définir et délimiter notre champ de travail. Suite à de nombreuses discussions, nous en avons conclu que dans les possibilités de sujets, le parallèle entre les différentes esthétiques des sépultures revenait fréquemment. En effet, certaines tombes semblent être tombées dans l’oubli, tandis qu’à seulement  quelques mètres certaines bénéficient d’un travail de maintenance minutieux : si proches mais pourtant si différentes. Cette thématique et ce champ de travail permettent d’aborder différentes observations. 

L’esthétique d’un lieu est importante, cette dernière détermine notre première impression. Si la beauté reste subjective, il en existe une commune à tous, celle qui nous touche et qui nous transcende par ses milliers de sens. Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, le cimetière du Père Lachaise fait partie de ses beautés là, de par son histoire et son envergure. Des milliers de défunts reposent ici emportant avec eux leurs secrets et leurs histoires en passant par les soldats morts au combat ou ceux décimés par le régime autoritaire de l’Allemagne nazie des années 1940, sans oublier les anciens résidents du 20ème arrondissement parisiens ou les grands écrivains français. Abordant des centaines de tombeaux, le cimetière possède une large pluralité de modernité et d’ancienneté. Il est vrai qu’une sépulture ne peut s’estimer en termes de valeur mais celle-ci peut s’exprimer dans ce cimetière autour de fleurs, gravures, photos ou autres objets signifiants. Il est intéressant de comprendre comment cette matérialité est mise au service de la mémoire. 

Nos observations et nos clichés ont été des outils capitaux dans ce travail, nos analyses reposant sur celles-ci. Munies de nos appareils photos, nous tenions à capturer tous les détails que nous trouvions particuliers. Le but de ces clichés était de montrer la beauté de ce lieu mais pas uniquement, il fallait que nous puissions ressentir et déduire à travers celles-ci les nombreux paradoxes qui se posent entre les différentes tombes. Parmi ceux-là nous pourrions citer l’oubli et la mémoire, la nature et la maintenance ou encore l’ancien et le moderne. Tant de parallèles qui nous ont permis d’enrichir nos observations. Tout ce travail a été guidé par la notion de maintenance au service de la mémoire. Nous avons tenté de capturer cette richesse, ces singularités et ces étonnants paradoxes à travers une observation directe.

La modernité au service de l’ancien

Sur cette photographie récemment prise nous pouvons observer différentes sépultures mais le point qui retient notre attention est bien la tombe présente au premier plan, celle qui semble être la plus récente et de ce fait la plus moderne. La première sépulture est faite de granite, une matière résistante à tout type de temps, elle ne comporte que deux dalles épaisses grises et brillantes de largeur équivalente. Posée sur celles-ci nous pouvons trouver un bouquet de fleurs fraîchement déposé accompagné d’autres gerbes de fleurs disposées au pied de la tombe. Erigée sur le dessus de la pierre, cette statue attire immédiatement notre regard ; une femme ou un enfant replié sur lui-même, l’âme de cette oeuvre semble triste et maussade. Cette pierre tombale reflète la nouveauté et l’âme du moderne. Nous devinons facilement que la personne honorée a disparu depuis quelques années seulement. La modernité évidente de cette tombe est traduite par son aspect sobre et épuré. Son manque d’excentricité peut rapidement lui conférer une certaine froideur, il n’y a que très peu d’éléments et pourtant nous pouvons en dégager une histoire.  

En arrière-plan, nous pouvons apercevoir une pierre tombale en pierre brute, celle-ci est grise foncée quasiment noir. Cette fois, la sépulture ne possède non pas deux dalles de la même largeur mais une grande et une plus petite ce qui permet à l’eau de s’évacuer en cas de grande pluie. Contrairement à la première tombe, nous  pouvons observer un état vétuste avec cette mousse verte qui la recouvre entièrement et ces feuilles tombées en nombre. L’aspect général est plus ancien, la matière n’est pas lisse et il n’y a ni statue ni fleurs mais plutôt une nature sauvage qui a repris ses droits. Cette tombe est surplombée d’une grande stèle verticale avec les noms de plusieurs défunts, cela peut s’apparenter à une tombe familiale, a contrario de la première tombe qui n’en honorait qu’un seul. Cet aspect ancien est reconnaissable dès la première observation à travers la matière et la stèle qui rajoute de la hauteur à la pierre. Auparavant cette pratique était courante et répandue, désormais cet élément est rarement utilisé pour accompagner du granite. 

Le temps n’a de cesse de changer nos paysages et nos objets, il peut aussi les modifier à tout jamais. La modernité des pierres tombales du cimetière se voit au premier regard. Il est intéressant d’énoncer les différences entre deux siècles ; un parallèle significatif et attrayant. Ce paradoxe signifie que l’ancien se fait remplacer petit à petit par la nouveauté des années qui passent, même les sépultures connaissent un changement de design. L’art funéraire s’adapte à son époque afin de répondre à une demande de personnalisation pour faire vivre le souvenir. Ce rôle ostentatoire de la pierre, partie visible de la tombe, déteint sur l’ensemble de l’image du cimetière.

Les ruines du cimetière, des destructions qui font partie de son histoire

Tombe détruite au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Maufroy Naomie

Depuis plusieurs siècles le cimetière du Père Lachaise ne cesse d’ajouter de nouvelles sépultures à ces rangs, certaines restent tandis que d’autres disparaissent. Certaines tombes y sont érigées depuis plus d’un siècle, elles perpétuent  l’histoire de ce lieu. En y faisant le tour à de nombreuses reprises, nous avons pu remarquer que la majorité des sépultures étaient entières, malgré la marque d’un temps passé et oublié. Mais aux coins de bon nombre d’allées nous avons découvert des ruines et des amas de pierres. Certaines tombes sont entièrement détruites, parfois à un tel point que seul un acte volontaire peut en être à l’origine. 

Historiquement, la pierre tombale a un rôle de protection de la sépulture. Ces dernières étaient fabriquées de préférence en pierre, un élément qui représente une certaine immuabilité. Aujourd’hui le granite est favorisé pour sa plus grande résistance. Plus solides et plus résistants, les tombeaux affrontent les années pour s’inscrire dans le patrimoine du cimetière au même titre que ceux des siècles derniers. Sur cette photographie, nous pouvons décrire la pierre comme cassée et profondément fragilisée, nul ne sait la raison mais la tombe semble bien détériorée. L’esprit de ce cliché est un témoin fort des ruines présentes au Père Lachaise, des tombes sont détruites et laissées pour mortes comme si elles l’étaient vraiment elles aussi. Des fleurs fanées sont présentes, posées sur la pierre froide et grisâtre de ce défunt ; une végétation fanée sur une pierre morte. Chaque histoire mérite d’être racontée et les souvenirs entretenus mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes ces sépultures. Certaines peuvent encore être admirées pendant que d’autres sont détruites par malveillance ou par obligation. Nous pourrions dire que cela fait partie de l’âme du cimetière, il a du vécu et tout ne peut encore tenir sur pied comme au premier jour. Le Père Lachaise est un lieu de mémoire pourtant certaines tombes ne peuvent perdurer, la pierre ne semble pas assez résistante pour les préserver ; un joli parallèle qui ne peut constituer l’âme même du lieu parisien.

Le temps qui passe…

« Le temps passe. Et chaque fois qu’il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s’efface. » – Jules Romains (célèbre écrivain et philosophe français enterré au cimetière du Père Lachaise)

Sépultures du Père-Lachaise à Paris – Crédit photo : Gallet Salomé

Comme expliqué précédemment, lors de nos visites au cimetière, nous nous sommes retrouvées face à de nombreux contrastes…Suite à ces deux précédentes observations de nouvelles questions se sont précisées, notamment celle du temps qui passe inévitablement et qui parfois laissent des traces. 

Cette photographie prise lors de notre seconde observation, en témoigne. Au milieu d’anciennes tombes et caveaux est érigée une sépulture d’un beige lumineux. Elle semble presque éclairée au milieu de ce gris venu ternir les sépultures d’un autre temps. La pierre tombale et ses ornements sont intactes et parfaitement lisibles. L’ornement de la pierre tombale fait vivre la mémoire du défunt. Cette fonction de “mise en vie ” de la mémoire du défunt, induit que les proches choisissent avec soins les éléments de la sépulture et s’appliquent à les maintenir.  Hors, le temps et le manque d’entretien semblent avoir effacé la moindre inscription en mémoire des défunts situés aux extrémités. Mais ce n’est pas le seul contraste qu’offre cette photographie. Lors de nos observations nous avons été surprises par la présence de la nature, mais surtout nous avons été frappées par ces différentes formes. 

Cette photographie nous en offre un bon exemple. La nature présente sur la sépulture au centre est une nature contrôlée et travaillée. Ornée de fleurs, elle donne l’impression d’une tombe entretenue par les proches du défunt soucieux d’honorer sa mémoire et cette vie passée.  Embellir une tombe en la fleurissant permet de rendre hommage aux défunts. Les fleurs symbolisent une présence vivante et naturelle  qui veille auprès des personnes décédées. Fleurir la tombe d’un proche, c’est également une façon de marquer son passage. A l’inverse, les tombes aux extrémités semblent être tombées dans l’oubli, laissant la nature reprendre le dessus. 

Mais alors, si le temps passe, le souvenir reste-t-il vraiment

…et la nature gagne 

Il n’est de souvenir douloureux que des morts. Or ceux-ci se détruisent vite, et il ne reste plus autour de leurs tombes mêmes que la beauté que la beauté de la nature, le silence, la pureté de l’air.” – Marcel Proust (écrivain français enterré au Père Lachaise)

Pierre tombale encastrée – Crédit photo : Gallet Salomé

Le temps visible de cette manière nous invite à nous redéfinir face à la nature… Au fil des heures passées à observer ce lieu chargé d’histoire, ces allées jonchaient de sépultures nous rappelant inévitablement le cours de l’histoire. La nature finit par reprendre ses droits.  Nous ne pouvons pas nier que la nature est omniprésente au sein du cimetière, parfois au service de la mémoire, d’autres fois au service de l’oubli. Ce phénomène est accentué par l’interdiction des pesticides dans l’enceinte du cimetière, mise en place en 2011 qui mène l’entretien à se faire à la main. A travers cette photographie nous observons que l’arbre, par sa force, a émergé de sous la terre et ce malgré les constructions humaines. Cette tombe s’est entièrement encastrée dans l’arbre, au point d’en faire partie prenante. Il est désormais impossible de connaître le nom ou l’histoire de la personne qui y repose. Cette photographie est un parfait révélateur d’une nature bien plus puissante que l’Homme. Nous nous battons sans cesse contre cette dernière, jusqu’à ériger des monuments en mémoire à nos défunts. Parfois nous prenons le dessus, le temps d’un instant seulement, car à la fin, c’est elle qui gagne. Et ce, qu’importe nos efforts et notre volonté, la nature et le temps reprendront possession du lieu au point d’en effacer les souvenirs pourtant gravés dans la pierre.

La maintenance, un devoir de mémoire

Les tombes, sépultures et caveaux du Père Lachaise sont généralement décorés avec soin, souvent par les plus grands sculpteurs. La partie, la plus ancienne du cimetière est classée comme « site remarquable » au titre de la loi du 2 mai 1930 sur les Monuments naturels et les sites. Douze monuments ont été classés «Monuments Historiques » au titre de la loi du 31 décembre 1913. Toutes ces sculptures, ces pierres et ces vitraux sont érigés en l’honneur et en mémoire du défunt. Pourtant, et ce malgré la qualité des matériaux utilisés, la nature et le temps sont de véritables ennemis. C’est pourquoi, un travail inlassable de maintenance doit se répéter au fil des mois et des années…

L’entretien dans un cimetière – Crédit photo : Gallet Salomé

Suite à nos observations, de nombreuses interrogations sont apparues. Pourquoi rencontrons-nous de tels contrastes ? Qui est responsable de l’entretien de ces tombes ? Le cimetière possède-t-il une équipe de maintenance ? Au-delà de la destruction de certaines tombes, l’envahissement de certaines sépulture par la nature, un autre détail nous a frappé. En effet, nous avons été très étonnées de croiser des cadavres de bouteilles d’alcools sur les tombes, de tomber sur des signes de dégradations volontaires et autres. Pourtant nous croisions assez régulièrement des agents de la Ville de Paris dans les allées. Pourquoi personne ne prend l’initiative de nettoyer ces profanations ? 

En parlant de cette réflexion, certains de nos camarades nous ont raconté leur rencontre avec un homme un matin de novembre. Cet homme avait fait le trajet du sud de la France pour réparer le caveau familial. Il semblait dévasté et en colère, de devoir s’occuper seul de cette charge. D’autant plus, qu’à sa grande surprise il a découvert le caveau profané, envahi de bouteilles de bière vide et de sachets de chips. Il ne comprenait pas pourquoi aucun membre du cimetière n’avait dénié nettoyer et apporter leur reconnaissance à ce lieu de recueillement. 

Tombe entachée par des bouteilles d’alcool – Crédit photo : Maufroy Naomie

Nous nous sommes renseignées sur ce travail d’entretien, de réparation et de rénovation au sein du cimetière. Nous avons appris qu’à l’exception de ceux appartenant à la Ville de Paris, les monuments funéraires sont des propriétés privées. Ce travail revient donc à la charge des familles des défunts. Prendre cette initiative reviendrait à s’introduire dans une propriété privée. Si nous comprenons désormais mieux ce paradoxe, au vu du lieu chargé de sens que représente le cimetière, un travail d’entretien régulier devrait être effectué par le cimetière afin de maintenir un respect des sépultures et des familles. 

Mais au-delà de cet aspect de nettoyage et d’entretien superficiel, nos observations et nos réflexions nous ont amené à comprendre toute l’importance du travail de maintenance dans le respect de la mémoire. Certains proches sont en capacité de se charger de ce travail. Pour ces personnes, le travail de mémoire est facilité par une proximité physique avec le lieu d’inhumation du corps. Tandis que pour d’autres, l’éloignement géographique de la capitale ou parfois l’extinction de la descendance directe rendent impossible l’entretien des sépultures. Pour effectuer ce travail essentiel au respect du souvenir d’une vie passée, certains de ces proches font appel à des entreprises privées ou des pompes funèbres. Ces derniers deviennent alors les mémoires vivantes du Père-Lachaise…

En bref..

Habité par d’illustres personnages français, recueils de nombreuses familles et orné par de véritables bijoux architecturaux, Le père Lachaise est un cimetière qui en dit long sur notre histoire et le passage des époques. Ce lieu est un véritable morceau de patrimoine qu’il faut sans cesse entretenir. 

Historiquement la sépulture constituait un élément fondamental que les familles pouvaient s’approprier et visiter régulièrement grâce à sa proximité. Elle répondait à un besoin de mémoire et jouait un rôle important dans l’affirmation du statut social de la famille. Les cimetières en disent beaucoup sur notre culture et sur notre vision du monde. Cette perception du rôle du cimetière a évolué. D’autant plus qu’une grande partie des monuments prestigieux des anciens siècles ont fini par tomber inévitablement  dans l’oubli, parfois jusqu’à être détruit ou racheté. 

Au travers des allées du cimetière, nous avons pris conscience que la mémoire est une notion fragile qui demande une attention particulière. Nos observations nous amènent à nous interroger sur la notion actuelle du travail de mémoire et de notre rapport à nos défunts et leur souvenir. Traditionnellement, le cimetière était le dispositif central du travail de mémoire. Dans l’imaginaire, la visite au cimetière et l’entretien du souvenir sont trop souvent liés. Même si pour certaines personnes le cimetière reste le lieu de “ repos ” de leur défunt, un ancrage dans la terre, qui leur permet de se rassurer, cette attache tend à évoluer. Cette évolution s’illustre à travers les allées du cimetière. Entretenir le souvenir c’est avant tout se remémorer la personne défunte. Il s’agit donc dans la plupart des cas, d’une démarche naturelle, quotidienne, qui peut passer par une pensée ou une sensation, ce sont alors des sentiments “ intérieurs ”.  

Le souvenir est important mais il est difficile de continuer à le maintenir à moins d’avoir marqué à tout jamais les esprits. Peut-on laisser une trace de notre passage dans un cimetière constitué de plus de 70 000 tombes ? Nul ne le sait mais pourrait-on penser à de nouveaux lieux de recueillement plus modestes et surtout plus intimistes ? 

Le temps est l’allié profond de la nature pourtant il s’apparente comme notre ennemi  premier ; il gagne au point de nous faire fatalement tomber dans l’oubli, alors à quoi bon lui résister en essayant de perpétuer un modeste souvenir ? 

Par Salomé Gallet & Naomie Maufroy













Citadin, touriste, flâneur au cimetière du Père Lachaise. Pratiques de micro-mobilité dans un espace public

Il est facile de se perdre dans un nouvel endroit. Surtout lorsqu’il s’agit d’une première visite dans une ville inconnue, dans un quartier particulier ou même dans un lieu emblématique. Vous pouvez être un touriste chevronné ou un citadin qui vit dans la même ville depuis de nombreuses années. Il y a seulement 10-15 ans, seuls les cartes et atlas en papier étaient utiles. Aujourd’hui, les géants du numérique comme Google facilitent grandement le déplacement dans une ville grâce aux services de cartographie électronique.

Lors d’une visite au cimetière du Père Lachaise, je me suis demandée dans quelle mesure les cartes numériques sont aujourd’hui demandées réclamées par les visiteurs de cet immense parc urbain de 43 hectares situé au cœur de Paris. Avant de trouver une réponse à la question principale, j’ai analysé les stratégies que des personnes d’âges différents choisissent pour naviguer dans le cimetière, en fonction du but de leur visite. En fin de compte, la stratégie de déplacement choisie affecte-t-elle les moyens que les gens utilisent pour naviguer dans l’espace public ?

Le cimetière compte plus de 75 000 tombes.

Ce texte s’intéresse aux tentatives d’analyse des pratiques de micro-mobilité dans l’espace public. La recherche a consisté en dix mini-entretiens avec des visiteurs du cimetière. Parmi les autres méthodes de collecte d’informations, citons l’observation des visiteurs du Père Lachaise, l’analyse de ses mes propres expériences de visite du cimetière lors de trois sorties en octobre et novembre 2022, ainsi qu’un entretien avec Pavel Grabalov, chercheur à la Faculté d’urbanisme et de la société de l’Université Norvégienne des sciences de la vie.

Le Père Lachaise : une ville dans la ville

Plus de deux millions de personnes visitent le cimetière du Père Lachaise chaque année. Pour les Parisiens, le cimetière a longtemps été un parc de la ville, un lieu de promenades tranquilles et réfléchies. Son terrain est une ville dans la ville. Elle comporte des rues et des carrefours, des caveaux où reposent les défunts — dont l’architecture rappelle celle des maisons des vivants. Les rues sont dotées de panneaux de signalisation, un système d’orientation visuelle familier aux citoyens modernes.

Le cimetière du Père Lachaise est le plus grand cimetière parisien avec son propre système de signalisation.

L’expert Pavel Grabalov souligne que les cimetières sont avant tout créés pour l’enterrement et la commémoration : dans sa thèse (Grabalov, 2022), il appelle cela la fonction primaire, toutes les autres fonctions étant secondaires et devant être en harmonie avec la primaire. Il s’ensuit que les cimetières doivent être pratiques pour le déplacement des membres de la famille et des proches de ceux qui y sont enterrés, et qu’ils doivent être conçus en tenant compte des principes de la conception universelle, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Selon le chercheur, l’environnement des cimetières européens est aménagé de manière très différente : les cimetières en Russie (si l’on considère que la Russie fait géographiquement partie de l’Europe) sont presque impossibles à déplacer, et en Norvège, la communauté professionnelle qualifie parfois les cimetières de trop ennuyeux, car le réseau d’allées y est très simplement aménagé.

Les résultats de mon observation des visiteurs du cimetière du Père Lachaise et l’avis de l’expert concordent dans le sens où les visiteurs qui viennent au cimetière pour des fonctions secondaires ont des besoins différents. Certains peuvent, par exemple, « souhaiter » se perdre dans le cimetière afin de ressentir son atmosphère particulière. Il est également important de savoir comment les cimetières interagissent avec le milieu urbain environnant : où le cimetière est situé (au centre ou à la périphérie), combien d’entrées il y a, quels sont les espaces qui entourent les cimetières, où se trouvent les arrêts de transport public, quelle est la facilité pour les visiteurs d’atteindre le cimetière et de pénétrer sur le territoire.

En outre, à la suite de l’observation, j’ai identifié trois types de visiteurs de  Citadin (subdivisé en deux sous-types : Simple Passant, Proche), Touriste, Flâneur. Cette typologie a été le point de départ de la description de quatre stratégies de micro-mobilité des visiteurs de cimetières.  

Stratégie № 1 : Préservation des ressources

La planification de l’itinéraire est nécessaire pour les personnes qui disposent d’un temps limité et qui savent clairement où commence et où finit leur voyage (le type Citadin). Comme l’a montré mon observation, cette stratégie est le plus souvent choisie par les Parisiens qui traversent le cimetière en tant que zone où se trouve une partie du trajet entre le domicile et le travail.

Soledad, de 49 ans décrit son expérience : « Je me rends à mon travail. D’habitude je fais ça deux fois par semaine, parce que j’habite à Gambetta et c’est juste court chemin. C’est plus beau, tranquille. J’habite là depuis longtemps. Donc, je le traverse pour aller au travail, mais je le visite aussi à d’autres moments. Je connais à peu près comment il est ».

Cependant, parmi les habitants, j’ai également rencontré ceux qui se promenaient par une fraîche matinée d’automne sur le chemin du bureau, non pas pour gagner du temps, mais pour profiter de la sérénité, de la tranquillité et de la beauté du lieu, combinant ainsi la stratégie n°1 avec la stratégie n°4 de la micro-mobilité (le sous-type Simple Passant).

« Aujourd’hui je le [ le cimetière ] traverse simplement, mais je le connais par coeur. J’habitais à Paris avant. Donc, ça peut être un lieu de visite juste comme ça, de se balader. Ici quand j’habitais à Paris, oui, je visitais le cimetière presque chaque jour. Ah non, pas tous les jours, mais à chaque occasion. C’est un lieu de silence et de calme dans Paris. Je connais bien la ville. Les chemins ici ? Moi, oui, j’en connais quelques-uns pour aller à certaines tombes. Il y a des points repérés. Et l’orientation… Je sais quelle rue est à droite, à gauche, au nord, au sud. Le crématorium, certaines tombes », — dit une ancienne Parisienne de 68 ans. 

Stratégie № 2 : Fréquentation rituelle

Parmi les visiteurs que j’ai interrogés, il y avait aussi des proches de personnes enterrées dans le cimetière. Au cours de l’entretien, l’un de mes interlocuteurs a regardé nerveusement sa montre, invoquant un manque de temps. « Je viens de voir la sépulture de mon épouse. Je viens tous les jours, donc, je le sais exactement où je vais. Et donc, je n’utilise aucun panneau de direction », — dit brièvement un Parisien de 56 ans.

Un autre citadin de 72 ans explique le but de sa visite : « Je vais faire les tombes de famille. Bien, avant d’y arriver je me mets en prière. Je pense à mes ancêtres. Eh bien, je vais voir en général quand même le bureau. Vous remarquerez qu’ici, les tombes sont des sépultures familiales. C’est la chaîne des générations ».

Ceux qui se précipitent vers les cérémonies rituelles ont été rencontrés. Ce dernier par exemple, a refusé de participer au mini-entretien, invoquant la triste occasion de sa visite au cimetière. Pour ce groupe de visiteurs, la nécessité de choisir le chemin le plus court est évidente et compréhensible (sous-type Proche).

Stratégie № 3 : Tourisme

Évidemment, un itinéraire pensé à l’avance permet non seulement d’économiser des ressources, mais aussi d’inclure les sites les plus intéressants à visiter sur le chemin du point A au point B. Les touristes, quant à eux, font rarement un plan détaillé, n’ayant généralement qu’une ébauche mentale avec un ou deux points focaux dans le mouvement prévu.

Les gens interrogés décrivent ainsi leur stratégie :

« C’est ma première visite afin de voir les sépultures de certaines personnalités, par exemple, Édith Piaf, Chopin et certains autres. En fait, mon frère jumeau est venu ici cet été. Puis, il me dit que c’est il m’a dit que ça valait vraiment le coup de se promener, de se balader dans le cimetière et ça fait longtemps que je connais aussi le nom, la réputation du cimetière », — Alain de 63 ans, Montréal.

« C’est bon de voir Jim Morrison. Il est génial. Avant de venir au cimetière, je viens de télécharger l’application « Rick Steves. Audio Europe ». C’est ma deuxième visite, car j’aime vraiment Jim Morrison », — Leslie-Anne de 35 ans, Édimbourg.

Malheureusement, en raison du peu de temps disponible pour visiter le cimetière, je n’ai pas eu le temps je n’ai pu analyser les stratégies et les itinéraires des guides et des groupes de touristes organisés. L’observation et l’enquête ont été réalisées auprès de touristes individuels et de ceux se déplaçant en couple, non accompagnés d’un guide professionnel.

Stratégie № 4 : Improvisation

Dans le même temps, il convient de mentionner l’observation flottante comme une pratique socioculturelle d’exploration intuitive de l’espace, où l’utilisation de cartes et de repères visuels sous quelque forme que ce soit n’est pas du tout nécessaire. En analysant la promenade, divers chercheurs ont identifié quatre caractéristiques qui lui sont propres. L’une d’entre elles concerne les technologies qui permettent le mouvement, en régulant son style et sa vitesse dans ses différentes variations. Ces technologies comprennent : «…chaussures, vêtements, lieux de repos, trottoirs et sentiers, autres circulations, lieux de promenade, règles et règlements concernant la circulation et l’accès à celle-ci, panneaux indicateurs, etc.» (Urry John, « Les systèmes de la mobilité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, no. 1, 2005, pp. 23-35).

En observant les visiteurs du cimetière du Père Lachaise cet automne et en discutant avec certains d’entre eux, j’ai découvert que l’observation flottante comme mode d’improvisation est une pratique de la micro-mobilité, caractéristique à la fois du touriste oisif et du citadin qui connaît depuis longtemps le lieu, mais qui n’a pas d’itinéraire préétabli pour le traverser.

« Je ne sais pas comment m’orienter sur le cimetière. J’en ai aucune idée. Ce que je vais faire, c’est que je vais m’informer. À des gens que je vais rencontrer, mais j’y vais aussi au hasard. Ben, je vais improviser », — raconte Alain de 63 ans, Montréal.

Des services cartographiques pour aider le citadin, le touriste et le flâneur

Revenons à la question principale de la recherche. Les cartes électroniques sont-elles demandées pour la planification des itinéraires dans le cimetière du Père-Lachaise ? Les stratégies de déplacement influencent-elles le choix du mode de navigation dans l’espace public ?

Carte numérique vs carte classique. Laquelle choisir ?

Aujourd’hui, chacun d’entre nous possède un smartphone sur lequel il peut télécharger diverses applications cartographiques. Avant de visiter le cimetière, j’ai légèrement laissé de côté la carte papier, me réjouissant de la possibilité de tracer des itinéraires vers les lieux d’intérêt en utilisant le service bien connu de Google Maps. Les cartes de la société américaine permettent non seulement de tracer un itinéraire, mais aussi d’obtenir une description textuelle et photographique détaillée de l’endroit que je veux visiter et de lire les commentaires des visiteurs, qui évaluent l’endroit sur une échelle de cinq points. C’est une façon moderne de capturer la mémoire d’une génération, une numérisation et une cristallisation de l’opinion publique dans cette période particulière de l’histoire.

En prenant de l’avance, je dirai que le service a été décevant : dans certains cas, il a échoué. Je n’ai pas pris le raccourci vers la tombe de Coco Chanel. Ainsi, seules deux personnes interrogées sur dix ont utilisé la navigation GPS et les cartes électroniques du cimetière pour se déplacer dans le parc.

Sur le site de la mairie de Paris, sept types de plans peuvent être téléchargés au format PDF dans la section consacrée au cimetière. Les plans thématiques contiennent des informations sur des personnes notables dans les domaines du théâtre, du journalisme, de la musique et de la philosophie. Il existe une carte consacrée aux tombes de femmes françaises influentes. Un itinéraire historique des événements de 1871 est disponible pour consultation et téléchargement. Malgré la richesse et l’étendue des informations fournies par ces cartes, aucune des personnes que j’ai interrogées n’avait utilisé les cartes PDF pré-téléchargées. J’ose croire que le fait de devoir se rendre sur le site de la mairie de Paris, de trouver la bonne rubrique et de télécharger l’une des sept versions de la carte (une action apparemment simple qui ne nécessite que trois clics) est une tâche trop lourde pour l’internaute ordinaire.

L’affichage et les cartes classiques sont-ils toujours populaires ?

Cependant, malgré la popularité des services en ligne modernes et le fait que chaque visiteur dispose d’un smartphone, les cartes en papier ainsi que les affiches contenant des informations sur l’emplacement des principaux sites spatiaux sont également très prisées par les visiteurs du cimetière.

Le matin du 29 novembre, entre 09h00 et 10h00, j’ai vu les gens se concentrer près de la carte à l’entrée principale du cimetière. Les visiteurs échangeaient des conseils sur la manière de choisir le meilleur itinéraire pour se déplacer dans le cimetière, dessinant dans l’air les trajectoires. Près de l’affichage à l’entrée du cimetière, on pouvait voir 5 à 7 personnes à la fois. L’une de mes interviewées d’âge mûr m’a dit que les jeunes de nos jours se cachent derrière l’écran de leur téléphone portable, ratant ainsi la communication en direct qui est le moyen le plus efficace d’obtenir des informations précieuses.

Les visiteurs à 09.20, 28.11.2022

Les visiteurs à 09.40, 29.11.2022

Les visiteurs à 09.45, 29.11.2022

Quels autres facteurs influencent les pratiques de la micro-mobilité ?

Outre les objectifs, la motivation à visiter le cimetière, les éléments physiques du système d’espace public influencent également le choix de la stratégie de déplacement des visiteurs. La commodité de l’entrée dans le cimetière, le système d’allées, la disponibilité d’informations complètes (signalisation, panneaux indicateurs, présence du personnel du cimetière), l’emplacement des bancs et même l’éclairage sont importants. 

« Cette recette sera différente pour chaque cimetière. Chaque pays, voire chaque ville, a ses propres exigences en matière d’aménagement de l’espace. À Oslo, Copenhague et Moscou, ces exigences sont énoncées en termes plutôt généraux, l’accent étant mis sur le fait que la conception du cimetière doit être réalisée de manière propre. Les solutions spécifiques sont généralement laissées aux urbanistes eux-mêmes pour concevoir un cimetière particulier et déterminer ce qui est approprié dans ce cas, ce qui me semble être la bonne chose à faire. Mais tout dépend de la compétence de l’architecte. Là encore, le contraste est énorme entre la Russie, où les projets de cimetières sont anonymes et ne contiennent aucune créativité, et la Norvège, où depuis plus de 80 ans, à l’Université Norvégienne des sciences de la vie, il existe un cours sur la planification des cimetières destiné aux architectes », — conclut Pavel Grabalov.

Le Père Lachaise dispose d’un système très élaboré d’organisation de l’espace public. Le système de communication visuelle avec les visiteurs, la présence de bancs, de panneaux de signalisation et de services numériques pour le tracé des itinéraires, ainsi que la longue histoire du site et la réputation des personnes qui y sont enterrées, sont autant de facteurs externes qui permettent au cimetière de rester l’un des plus célèbres au monde.

Résumé

Dans mon enquête, j’ai tenté d’analyser les pratiques de micro-mobilité des visiteurs du cimetière du Père Lachaise, en tenant compte de l’objectif de la visite et du choix de l’orientation dans l’espace public. Avant de visiter le cimetière, je supposais qu’il n’y avait que deux types de visiteurs : les Touristes et les Proches. Le contexte culturel et social m’a révélé la présence de deux autres types : les Flâneurs  et les Citadins, qui se déplacent dans le cimetière à la fois afin d’avoir le plaisir esthétique et pour des raisons pragmatiques, comme gagner du temps sur le chemin du travail.

Parmi les visiteurs interrogés, les services de cartographie électronique semblent être peu demandés. Dans la plupart des cas, les visiteurs ne préparent pas leur visite, n’établissent pratiquement jamais d’itinéraires détaillés (ou ne connaissent que celui qui mène aux tombes des proches qui sont enterrés) et se fient à la perception intuitive de leur environnement.

Il est évident que d’autres facteurs tels que la saison de visite du cimetière, les conditions météorologiques, les déplacements des visiteurs en groupes et individuellement, le sexe, l’âge, la profession du visiteur et peut-être même des détails tels que le choix des vêtements et des chaussures pour la visite du cimetière méritent d’être pris en compte lors de la poursuite de l’étude.

À long terme, les résultats d’une telle analyse pourraient être utiles à la direction du cimetière ainsi qu’à la mairie de Paris, notamment pour améliorer le système de communication en ligne et hors ligne avec le grand public.

Vivre autour d’une nécropole. Une observation au cimetière du Père-Lachaise

Les lieux de sépulture ont une relation particulière à l’espace. Initialement à l’écart des lieux de vie, la demeure des morts se retrouve souvent ostracisée, à l’abri des regards, dans un lieu généralement peu accueillant. L’expansion urbaine a néanmoins bouleversé la relation de la cité avec ses nécropoles. Dans les grandes villes, les cimetières font rapidement face à des limites en termes d’espace. L’accroissement des villes a entouré les cimetières, les empêchant de s’agrandir. Des habitants se sont retrouvés nez à nez avec des sépultures, devant leurs fenêtres. Les interactions du monde des vivants avec le cimetière se sont donc multipliées alors même qu’il a toujours été question de garder les nécropoles éloignées. 

Certains riverains ayant une vue plongeante sur un cimetière sont confrontés quotidiennement à l’atmosphère macabre qui règne dans les nécropoles. Les sols de ces derniers sont bien souvent recouverts de surfaces minérales froides pour en limiter l’entretien et des arbres symboliques de la mort y sont plantés. Tout est fait pour rappeler la mort, même les fleurs déposées, vouées à mourir. Outre ce paysage funèbre, les cimetières ont connu des mutations au grès des évolutions sociales et du temps subissant extensions ou rétrécissements, aménagements paysagers, évolution des pratiques culturelles, nouveaux courants architecturaux. Tous ces changements, donnent à voir aux riverains un spectacle lugubre chargé d’histoire, lui rappelant à chaque fois sa condition de mortel.

D’abord baptisé le cimetière de l’Est en 1804, le cimetière du Père-Lachaise ne fait pas exception à ce portrait. Il possède néanmoins quelques spécificités qui le rendent unique. Avec ses 44 hectares, c’est le plus grand cimetière intra-muros de Paris et l’un des plus célèbres au monde accueillant chaque année deux millions de visiteurs. Alors qu’il a été créé sur un des flancs de la colline de Charonne, les architectes ont fait preuve d’une adaptation topographique improbable. Le cimetière détient une position symbolique dans la ville ; les morts, en hauteur, regardent les vivants.

Un cimetière verdoyant offrant aux riverains d’innombrables scènes de vie

C’est donc avec plusieurs aprioris sur les interactions entre riverains et cimetière que j’aborde mon observation flottante au Père-Lachaise un matin d’octobre. Peu habitué des cimetières, je pars avec une forte appréhension, comme persuadé que cette visite va me démoraliser. Alors que je m’approche de la Porte du Repos, une question persiste : quelle relation peuvent bien entretenir les riverains avec cette immense nécropole et en particulier ceux ayant une vue directe sur les tombes.

J’entreprends alors de faire le tour d’enceinte depuis l’intérieur du cimetière afin d’observer la proportion d’individus confrontés à la vue du cimetière. Dès mes premiers pas, je constate vite que le cimetière est entouré d’un mur de briques d’au moins deux mètres en moyenne. Seuls les deux premiers étages des immeubles qui entourent le cimetière sont épargnés du sinistre paysage offert par le cimetière.

Une dizaine de minutes après mon départ depuis la Porte du Repos, j’atteins l’extrémité ouest du cimetière. Je fais face à un premier bloc d’immeuble séparé par le mur d’enceinte. Celui-ci est en partie paré de plantes grimpantes comme du lierre ou des vignes rendant la séparation entre monde des morts et monde des vivants moins abrupte de l’intérieur. La végétalisation des murs semble néanmoins sporadique et désordonnée, comme si les agents d’entretien laissaient la nature reprendre ses droits. Ce camouflage interne se retrouve un peu plus loin, sur la face nord-ouest, dans la zone du jardin des souvenirs. Mais déjà, j’ai le sentiment que la visibilité de ces stèles par les riverains est limité. D’imposants arbres plantés à la base du mur empêchent de distinguer clairement les tombes et caveaux.

Monument aux Morts dans la zone du jardin des souvenirs en partie camouflé par les arbres – Crédit : Eliot Meyer

En poursuivant mon chemin le long de la limite nord-est, je constate que des pics, barbelés et grillages ont été installés au-dessus des murs. C’est notamment le cas pour les pans de murs qui jouxtent les rues ou les entrées. Ils donnent un sentiment d’être dans une zone interdite, voire dans une prison. J’ai ainsi observé d’importants grillages au niveau du Lycée professionnel Charles de Gaulle ainsi qu’à la porte de la Réunion. Comme pour se protéger de toute intrusion, ces murs renforcés sont la preuve qu’ils ont été érigés pour préserver le monde des morts.

Mur renforcé de barbelés à côté du Lycée professionnel Charles de Gaulle – Crédit : Eliot Meyer

Sur le chemin du retour, je prends la mesure de la végétation qui prospère ici et notamment les nombreux arbres qui ont élu domicile dans cette nécropole. Néanmoins, les érables et les marronniers n’occultent pas tout et donnent à voir une diversité de scènes qui n’ont parfois aucun lien avec la mort. Depuis le cimetière, je peux voir des fenêtres qui donnent sur une multitude de tombes allant du caveau familial aux tombes individuelles les plus farfelues. J’imagine alors que le regard du riverain se pose sur un caveau délabré, une tombe fleurie à l’approche de la Toussaint ou encore le rubalise des chantiers pour sécuriser une tombe qui s’effondre. La végétation verdoyante détonne. Elle est en contraste avec les couleurs grisâtres des sépultures. En effet, les innombrables arbres sont accompagnés par des buissons à leur base, des fleurs ou des hautes herbes. L’arrivée de l’hiver offre néanmoins un spectacle moins coloré avec des arbres qui perdent leurs feuilles – améliorant de fait la visibilité – et des fleurs qui fanent. De retour à la Porte du repos, je croise une myriade de voiturettes d’agents d’entretien. Alors éloigné des chemins fréquentés depuis le début de ma visite, je croise également un groupe de touristes. Devant toute cette animation, je tourne la tête vers l’immeuble qui fait face à l’entrée et distingue une dame qui ouvre sa fenêtre pour fumer une cigarette, scrutant elle aussi la scène.

Caveaux situés à côté de la porte du repos. Derrière cette photo, il faut s’imaginer qu’il y a toute une agitation – Crédit : Eliot Meyer

Après une première visite le long des murs frontaliers du cimetière qui a bousculé mes aprioris, je décide de m’aventurer au cœur de la nécropole pour poursuivre ma réflexion sur la visibilité du cimetière par les vivants. Cette fois-ci, je décide de ne pas me fixer un trajet prédéfini pour me laisser surprendre par la fugacité des scènes de vie du cimetière confirmant ainsi certaines de mes premières observations. Un premier constat émerge rapidement ; plus on s’enfonce au centre du cimetière plus la végétation semble camoufler les caveaux.

Au détour d’un arbre, j’aperçois un immeuble au loin et commence à m’intéresser à la question de la distance. Les riverains les plus proches qui surplombent le mur ont la possibilité de distinguer les tombes mais, qu’en est-il des habitants des immeubles plus éloignés ? Ces lointains voisins semblent avoir une vue plus globale du cimetière sans pour autant être suffisamment proches pour distinguer certains détails comme les tombes. J’en déduis que la différence de distance ne confronte pas les individus à la même interprétation du cimetière. Le riverain qui habite au troisième étage d’un immeuble mitoyen peut quasiment lire l’épitaphe de la tombe qui se situe en dessous de sa fenêtre alors que celui qui habite dans un immeuble en surplomb, à plusieurs kilomètres du cimetière, ne verra qu’un ensemble verdâtre et distinguera peut-être quelques-uns des caveaux les plus imposants.

Au loin, on peut distinguer un immeuble parmi les nombreux feuillages – Crédit : Eliot Meyer

La seconde visite m’a permis de m’arrêter sur des détails internes du cimetière, mais elle m’a surtout convaincu que la densité d’arbres et de végétation permettaient de dissimuler le cimetière aux riverains les plus proches comme à ceux qui sont plus éloignés. A ce moment-là, je décide de changer de paradigme. Il faut sortir de l’enceinte du cimetière pour approfondir mon analyse et adopter un point de vue externe, du côté des vivants.

Un habile jeu de cache-cache entre le monde des vivants et celui des morts dans les alentours du cimetière

Pour la troisième visite, je choisis de faire à nouveau le tour du cimetière. J’essaye alors de suivre l’enceinte extérieure, et ce, dans le sens inverse de celui effectué lors de la première visite. Je débute mon parcours dans la Rue du Repos. Sur le chemin, je constate rapidement que les environs n’offrent pas de rue accolée directement au cimetière mais, plutôt des habitations et des lotissements fermés aux publics. Bloqué, je ne peux donc pas voir directement le cimetière. De surcroît, je vois sur mon plan que la moitié du cimetière n’est pas bordé par une rue, mais par des logements ou des parcs. Comment accéder aux maisons qui bordent le cimetière ? Je me résolus assez vite que voir directement le cimetière de l’extérieur ne sera pas facile mais, je choisis de m’attacher aux signes qui se rapportent aux cimetières.

Bureaux dans le quartier non loin de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Juste avant d’arriver sur le boulevard de Charonne, je vois un homme ouvrir la porte d’une grande cours intérieure qui donne à voir sur les arbres du cimetière. Il me tient la porte et par chance, je réussis à m’immiscer. Je saute sur l’occasion pour lui demander s’il habite dans un logement qui a une vue sur le cimetière. Interloqué, il affirme travailler ici et ne plus faire attention au cimetière qu’il voit depuis la fenêtre de son bureau. Il voit finalement plus les grands arbres qui font face à l’immeuble que les tombes logées à leurs pieds. De retour sur le boulevard de Charonne, j’arrive à nouveau à distinguer les arbres du cimetière entre deux immeubles.

Cour intérieure qui donne sur les arbres et le mur du cimetière – Crédit : Eliot Meyer

Je bifurque ensuite sur le Boulevard de Bagnolet qui est ponctué par de petites voies escarpées dans lesquelles je m’engouffre. Je passe d’abord par la Cité Aubry. Cette voie pavée accueille des logements, ateliers, et même un chapelier. Au détour de cette Cité, je m’engage dans la Villa Riberolle et aperçois enfin les arbres du cimetière au bout d’une impasse qui semble bien animée pour un mardi matin. En effet, plusieurs bars et restaurants ont élu domicile dans ce petit recoin et s’y déroulait ce matin-là tout un ballet de livreurs. Je continue mon chemin et passe devant le lycée Charles de Gaulle qui jouxte le cimetière.

Au fond de la villa Riberolle, on distingue la végétation du Père-Lachaise – Crédit : Eliot Meyer

Un peu plus loin, la rue de la réunion donne sur la porte la Réunion, mais aussi et surtout sur le jardin Pierre-Emmanuel. Ce jardin, situé à deux pas du Mur des fédérés, semble avoir préservé une nature sauvage via des techniques de jardinage biologique ventées sur la pancarte de l’entrée. Ce vaste espace vert s’harmonise avec les vallonnements de la colline de la nécropole, située en contre-haut. Sur le mur qui sépare le parc du cimetière, vignes et lianes s’entrelacent. Je ressors dans la rue Lesseps qui accueille une École Élémentaire, elle aussi se situe à deux pas du mur des Fédérés.

Le jardin Pierre-Emmanuel accolé au mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

Après être passé devant la Villa Godin, je bifurque rue des Pyrénées. Un immeuble abandonné intrigue mon regard. Ce « Love Hotel » tagué détonne avec le cimetière tout proche. Juste à côté, je m’aventure dans le square Henri-Karcher. Ce jardin est accroché aux flancs du cimetière. Il offre un réel bol d’air pour se ressourcer à l’écart de l’agitation urbaine. Un chemin escarpé mène au haut de la colline de Ménilmontant. Au milieu des enrochements surgissent de nombreux arbustes ainsi que plusieurs prairies. Le square comporte également à son sommet un enclos de ruches accolées au mur d’enceinte de la nécropole. Alors que l’on ne peut distinguer visuellement la présence du cimetière tout proche, ces ruches apparaissent comme une volonté de lutter contre la fatalité de la vie. En voie de disparition en milieu urbain, les abeilles profitent ici d’un habitat artificiel qui participe au bon équilibre de l’écosystème qui les entourent. En sortant, je suis surpris par le mur extérieur du square. Il constitue une réelle fresque comprenant ce que je crois être des poèmes sur la fugacité de la vie.

Les abeilles du square Henri-Karcher, voisines du cimetière

Un peu plus loin, je monte sur le pont de la rue Charles Renouvier pour rejoindre la rue de Rondeaux. Cette rue longe le mur du cimetière sur plus de 500 mètres et passe devant la porte Gambetta. Les hauts murs d’enceinte sont surplombés par les arbres plantés à l’intérieur du cimetière et n’offrent guère une vue sur le cimetière aux passants. Les riverains quant à eux, semblent bénéficier des hauts arbres pour cacher leur vue. Au fur et à mesure que progresse dans la rue, je me rends de plus en plus compte que les riverains ont un balcon qui donne sur le cimetière et d’autres ont une terrasse aménagée pour accueillir plus de monde. Cela me pousse à croire que le cimetière n’est pas un problème pour eux.

Cette maison avec baie vitrée rue Rondeaux offre un panorama privilégié sur le cimetière, mais surtout ses arbres – Crédit : Eliot Meyer

Au bout de la Rue de Rondeaux, je tourne dans le square Samuel de Champlain qui sépare le cimetière de l’avenue Gambetta. Pourtant, il est quasiment impossible de distinguer le mur d’enceinte de la nécropole qui est camouflé par des plantes grimpantes et les arbres situés à l’intérieur du cimetière tout comme ceux plantés dans le square. Je porte mon regard de l’autre côté pour m’assurer que les immeubles de l’avenue Gambetta en contre bas n’ont pas de visibilité sur les caveaux. Alors que les arbres commencent à perdre leur feuillage, seuls les riverains habitants aux derniers étages de certains immeubles peuvent apercevoir le haut des sépultures les plus imposantes.

La faible visibilité des immeubles de l’avenue Gambetta sur le cimetière grâce aux arbres du square Samuel de Champlain – Crédit : Eliot Meyer

Avant de quitter le square, je remarque qu’un petit mur a été érigé devant le mur d’enceinte du cimetière.  Elevé à la mémoire de toutes les victimes des révolutions, il commémore les victimes des répressions de toutes les insurrections populaires, et en particulier de la Commune de Paris. C’est comme si le cimetière s’invitait dans un lieu de vie avoisinant, poussant à rappeler au passant qu’il est à deux pas d’une nécropole.

Le mur en mémoire de toutes les victimes des révolutions du square Samuel de Champlain devant le mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

A la sortie, je passe devant la porte des amandiers pour redescendre le boulevard Ménilmontant. Je suis surpris par le monument aux morts de la grande guerre consacré à Paris à ses enfants. Sur plus de 280 mètres le nom des plus de 90 000 Parisiens morts au combat et des 8 000 disparus est inscrit sur des plaques directement apposées sur le mur d’enceinte du cimetière. Comme pour la rue de Rondeaux, aucun caveau n’est visible grâce au mur. Ainsi, ce monument aux morts semble revêtir une dimension symbolique en venant une nouvelle fois s’inviter dans le monde des vivants alors que la possibilité de commémorer ces morts est déjà possible à quelques encablures dans le cimetière. Puis, je me retourne une nouvelle fois du côté des riverains. Entre deux immeubles de taille moyenne, je constate un terrain quasiment vide. C’est l’ancien terrain de sport de Ménilmontant. Théâtre d’une âpre bataille pour être remplacé par des immeubles d’habitation, il a été renommé Terres d’écologie populaire de Ménilmontant par les militants. Auto-géré par les riverains, ce lieu de vie alliant nature, écologie et sport, contraste avec le cimetière et le monument aux morts qui lui font face.

Le monument aux morts de la Grande Guerre consacré à Paris et à ses enfants sur le boulevard Ménilmontant – Crédit : Eliot Meyer

Alors que passe devant la porte principale avant de rejoindre la rue du Repos, je constate une grande concentration de commerces qui fait face au mur d’enceinte ; pompes funèbres, fleuristes, services funéraires ou encore des bars. D’habitude plus rares sur mon chemin, ce constat me pousse à avoir une réflexion sur ces lieux de vie essentiels. Certains d’entre eux reprennent le champ lexical du cimetière afin d’attirer les clients ou de marquer leur attachement au cimetière. D’autres plus pernicieux, ou juste opportunistes, installent leur magasin de marbrerie ou de fleurs en face des entrées du cimetière. Comme si le monde des vivants voulait tirer parti de celui des morts. Au-delà de ces commerces, hôtels, bureaux, écoles, bar et restaurants ont élu leur domicile dans les rues qui jouxtent le cimetière. Cette diversité témoigne de toute la vivacité qui existe dans les quartiers avoisinant le cimetière.

Les commerces du boulevard Ménilmontant, tous proches de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Pour cette dernière visite autour du cimetière du Père-Lachaise, j’avais entrepris de faire le tour externe du cimetière pour avoir le point de vue des vivants sur les morts. Je n’ai finalement eu que très peu de visibilité directe sur le cimetière notamment à cause de la végétation présente en dehors et dans la nécropole ainsi que son mur d’enceinte. Il existe pourtant bien des traces disséminées dans les rues animées qui bordent le cimetière.

Conclusion

A l’issue de ces trois observations, je me suis rendu compte de certaines limites. J’aurais souhaité que mon cheminant à l’extérieur du cimetière soit complété par des points de vue directs sur le cimetière, chez des riverains. J’aurais également recueilli plus de témoignages pour compléter mes hypothèses.

Néanmoins, mes visites m’ont permis de voir que le monde des vivants s’invitait dans celui des morts en offrant un spectacle vivant qui contraste avec le climat sinistre qui règne habituellement dans un cimetière. Même s’ils font parfois face aux tombeaux et donc face à leur destin de mortel, le ballet incessant des ouvriers de maintenances, des visiteurs ou des familles de défunts constituent un décalage important. La nécropole est même une bouffée d’oxygène pour les riverains qui peuvent bénéficier d’un espace vert très calme pour fuir l’agitation de la ville.

C’est d’ailleurs grâce à cette végétation que tous les riverains n’ont pas une vue dégagée sur le cimetière. Et même en hiver lorsque les arbres perdent leur robe verte, leur grand nombre cache la vue aux riverains. Le mur constitue également un élément de camouflage important, mais aussi de protection contre d’éventuelles profanations ou squatteurs. Il joue surtout le rôle symbolique de frontière entre le monde des morts et celui des vivants. Dans ce cimetière boisé, c’est un habile jeu de cache-cache qui est disputé entre l’intimité du monde des vivants et la pudeur du monde des morts.

Alors que j’ai tenté d’étudier la question de la visibilité du cimetière, mon observation s’est recentrée sur les liens entre le monde des vivants et celui des morts. En effet, si le cimetière n’est pas directement visible de l’extérieur, plusieurs signes rappellent sa présence. Là encore la végétation foisonnante du cimetière est perceptible à plusieurs endroits laissant presque croire qu’il s’agirait plutôt d’un parc. Les pompes funèbres, bouchers, panneaux de signalisation ou encore monuments aux morts sont quant à eux autant d’indices symboliques de la présence toute proche du cimetière, comme une incursion du monde des morts dans celui des vivants.

Eliot MEYER

La maintenance des mémoires : le métier de graveur

Un cimetière n’est pas le lieu rêvé pour une sortie universitaire. Pourtant, cette année, notre enseignant nous à donner le défi de partir à la découverte de ce lieu qui n’est autre que le cimetière Père-Lachaise afin que nous nous rendions compte de toute la manutention que cet endroit mobilise. Il est vrai que je n’étais pas inspirée par cette idée, j’ai donc décidé de me laisser guider à travers les rencontres et les choses que je pourrais voir.

 

 

Le bruit d’un outil. Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

C’est ainsi que lors de ma première sortie, à peine arrivée dans ce lieu si peu bruyant qu’un bruit m’interpelle, je me suis laissée transportée par ce son jusqu’à faire la rencontre d’un graveur en plein travail. Sans tarder, je lui demande s’il est possible d’observer son travail sans le déranger et il me répond d’un ton ironique “oui, vous pouvez, je fais un peu de bruit, mais bon, je dérange personne”. La pression de ce lieu s’est envolée, et je me suis tout de suite sentie à l’aise d’engager une conversation avec lui pour en savoir un peu plus. Je n’aurais jamais cru pouvoir m’intéresser à ce lieu au point d’en écrire un article, mais l’échange que j’ai eu avec cet homme m’a amené à me poser la question suivante : comment le travail d’un homme peut-il impacter sur la maintenance des mémoires ?

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Écrire pour ne jamais oublier, écrire parce qu’ils ont existé. Voilà ce que représente la maintenance des mémoires, une simple gravure inscrite sur une pierre tombale permet de reconstituer l’identité, c’est-à-dire le nom et prénom, l’âge, la date de naissance ainsi que de départ d’un individu. La gravure sur une sépulture peut être déclinée en dessin, symboles ou textes. Elle facilite notamment la recherche d’une tombe dans un cimetière, mais elle permet également de graver quelques mots qui ne craignent pas la rouille. Voilà ce que représente le métier d’un graveur, incluant art et agilité pour un message d’éternité.

C’est pourquoi, je souhaiterais aborder la question du métier de graveur funéraire en deux axes : d’une part, je présenterais le parcours pour devenir un graveur, puis je parlerais de l’avenir incertain de ce métier et de la montée d’autres formes de maintenance. D’un point de vue méthodologique, je me suis principalement appuyé sur trois entretiens que j’ai eus avec des graveurs rencontrés au cimetière Père-Lachaise, leurs témoignages seront retranscrits. J’utiliserais également des photographies et des interviews externes afin d’illustrer mes propos.

“Il ne faut pas avoir la main qui tremble”

Comme je l’ai énoncé précédemment, la gravure d’une pierre tombale permet de reconnaître le défunt dans un cimetière. Elle offre la possibilité de graver des mots doux, des poèmes ou des dessins de la part des proches. À ce titre, il s’agit d’une pratique importante, on sollicite un graveur de pierre pour effectuer cette tâche. 

Concernant le parcours professionnel, un graveur de pierre se présente comme un spécialiste des motifs et inscriptions sur la pierre. Fortement sollicité pour le traitement des plaques mortuaires dans le cadre des pompes funèbres, il réalise des inscriptions et des motifs décoratifs sur tout type de roches. Il peut également proposer ses services dans le domaine de la décoration. 

Pour devenir graveur de pierre, différentes formations peuvent s’offrir aux candidats. Avant de pouvoir devenir professionnel en gravure de pierre, les candidats doivent présenter des diplômes adéquates comme un BAC pro artisanat, options arts de la pierre, BP métiers de la pierre, CAP graveur de pierre, CQP graveur et/ou décorateur sur pierre et matériaux associés et MC graveur de pierre. 

Dans le cas de Martin, il explique son parcours ainsi : “c’est une formation de graveur qui se fait sur 3 ans. Après, il faut connaître tout ce qui est typographie et bien maîtriser le dessin : le dessin, c’est la base de notre métier. Bien connaître les pierres : ça peut être du calcaire, du granite. Une multitude de pierre différente”

Il est possible de devenir graveur en suivant un autre parcours, comme Hugues qui nous dit :

“J’ai fait une formation non diplômante, j’ai été voir un graveur sur pierre et je lui ai demandé de m’apprendre le métier”.

Il ajoute ceci :

c’est un métier qui demande de la rigueur et de la patience. Est-il difficile ? pas vraiment. Certe, on est quelques fois debout ou agenouillé pendant 2 ou 3 heures mais c’est comme tous les métiers ou certains reste toute la journée assis […] c’est 3 heures de travail en général, mais ça dépend des types de pierre, il y a des pierres ou plus ou moins spongieuses. Il y a trois grands types de pierres : les pierres calcaires, les marbres et les granites”

Concernant le statut de l’indépendance du métier, Guillaume répond ainsi :

“Je suis artisan et je travaille en étroite corrélation avec des marbriers, ce sont les cimetières qui nous mettent en relation avec les familles pour répondre à leurs besoins. Je travaille sur toute l’île de France, dès qu’il y a du travail, on m’appelle et je me déplace sur le lieu. […] Moi, j’ai fait une école du tailleur de pierre puis une école de gravure, j’ai passé du temps avant d’arriver à travailler et à faire mon boulot”

Ainsi, nous voyons qu’il n’y a pas qu’un parcours type pour devenir graveur sur pierre. Il est possible de suivre un autre parcours comme des formations courtes pour s’initier ou se perfectionner à la gravure de pierre auprès d’un professionnel. 

Ces trois graveurs se rejoignent pour affirmer que c’est un métier qui demande de la rigueur, de la patience et de l’agilité. Il faut donc bien connaître son métier et éviter de faire des erreurs.

Lorsque l’indispensable devient invisible…

J’étais découragée à l’idée de savoir que j’allais arpenter le cimetière sans rencontrer un graveur. La date butoir s’approchait, mais mon article était loin d’être terminé, avec un seul témoignage, je savais que je n’avais pas traité le sujet comme je le souhaitais. 

Motivée par mon enseignant qui m’encourageait à aller faire un tour, je me suis laissé emporter par les bruits de travaux en espérant trouver mon bonheur. Très vite, je fais la rencontre de deux travailleurs brésiliens avec qui je sympathise, et quelques secondes après, en tournant ma tête au loin, je tombe sur un premier graveur. Hasard ou jour de chance ? Je ne sais pas, mais j’étais tellement ravie que cela me fût égal.

La notion de métier invisible trouve sa résonance lors de la période de Covid-19, les infirmiers, les caissiers, les livreurs, les éboueurs, tous ces métiers déconsidérés qui sont soumis aux risques de contracter le Covid-19. Nous l’avons pourtant vu, sans eux, le pays serait paralysé et les sociétés à l’arrêt. Les caractéristiques d’un métier invisible sont un métier peu connu aux yeux de la société, peu valorisé. Pourtant, ces travailleurs de l’ombre sont indispensables. 

Tout au long de cet article, cela me tenait à cœur de faire émerger ce consensus, les graveurs font partie de ces métiers de maintenance. Qui, sans leur présence, nos cimetières seraient à l’arrêt. Mais en ont-ils conscience de cela ?

La réaction de Hugues m’a marqué. Après avoir sillonné le cimetière pendant 1 h 30, Hugues est le troisième et dernier graveur que je rencontre. J’ai engagé la discussion en lui demandant s’il souhaitait contribuer à la rédaction de mon article. Sa réaction a été plus que surprenante, choqué de ma demande, il était plutôt ravi de voir que quelqu’un s’intéresse à son métier. 

Crédit : Instagram de Hugues Moncelet , 8 février

Arrivée à la fin de mon entretien, je reviens sur sa réaction en la liant à la question du métier invisible, et je tente de le comprendre, il me dit ceci :

“Métier invisible ? Oui, justement, parce qu’on est dans des cimetières et aussi parce qu’il n’y a pas une culture de la lettre. Dans les pays anglo-saxons, il y a une vraie culture de la lettre, de la calligraphie que beaucoup pratiquent. Ils ont aussi toutes les déclinaisons de la lettre, dont la gravure sur bois et sur pierre. Ceci est pareil pour l’Allemagne, les États-Unis, l’Angleterre et la Hollande. Les gens connaissent ce métier et il est très respecté. […] Les gravures en France apparaissent à la fin du XVIII début XIX avec les cimetières, il y en avait très peu avant. Il y en a des vieilles, mais c’est très mal fait. Pour pouvoir graver, il faut savoir lire et écrire : mais ça ce n’est pas donné à tout le monde avant le XIX siècle et certainement pas aux ouvriers.”

On comprend donc qu’en France, le métier de graveur est méconnu par une partie de la population, et ce, depuis des siècles. Guillaume ajoute que :

“Malheureusement, ce n’est pas un métier connu, lorsque moi, je dis que je suis un graveur sur pierre, en général tout le monde est surpris. À la question de si mon métier est invisible ? Je dirais que oui, tous les métiers entrant dans le service et la maintenance le sont.”

La montée d’autres formes de maintenance des mémoires

La période de la Toussaint est synonyme de préparation pour que les familles puissent se recueillir en mémoire de leur défunt.

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Comme on peut le voir sur cette photographie, la vie du cimetière est rythmée par ce moment traditionnel puisqu’un accueil spécifique est mis en place : livraison de bouquets, gravure de pierre tombale, achat d’une plaque funéraire, rénovation d’un monument funéraire ou construction d’une pierre tombale. Certaines opérations peuvent prendre un certain temps et il est souvent recommandé de s’y prendre assez tôt pour que tout soit prêt le jour J.

En cette période de l’année, les graveurs funéraires ont une charge de travail plus conséquente que le reste de l’année. Mais qu’en est-il de l’activité durant les périodes creuses ?

Dans une Interview tenue par le journal France Info, nous retrouvons Claude Houliez qui est un graveur sur pierre depuis maintenant 12 ans, il s’exprime sur le décroissement de son métier depuis ces dernières années : “des demandes de remise en état pure – sans qu’il n’y ait de décès – c’est de plus en plus rare”. Il ajoute : “c’est un métier qui je pense au fil du temps va [..] je ne vais pas dire disparaître, il en faudra toujours. Mais il y a de moins en moins de travail.”

Dans la suite de ses propos, Claude explique que la rareté du travail est due à la hausse de crémation. J’aimerais rebondir sur ces propos en commençant par situer dans le temps ma rencontre avec Martin. En effet, notre première sortie s’est déroulée le mardi 25 octobre, soit une semaine avant la Toussaint. Je suis retournée le 8, 16 et 25 novembre, j’ai pu voir la différence : les lieux étaient vides. Je n’ai pas croisé un seul graveur, les tombes étaient déjà décorées de fleurs et la vie du cimetière avait repris son rythme par la maintenance des jardins. Guillaume répond à la question ainsi : “Pourquoi est-ce aussi compliqué de tomber sur des graveurs ? Au Père-Lachaise, le cimetière est grand donc c’est compliqué. En période de Toussaint, on laisse la place aux familles pour se recueillir.”

Il est évident que désormais, le gros de l’activité de ces travailleurs est à la Toussaint. Parallèlement, le choix de plus en plus de personnes pour la crémation accentue cette rareté de travaux. En menant des recherches sur le sujet, les raisons de l’incinération, préférée à l’inhumation, sont expliquées par diverses raisons : la question de la religion et de la non-croyance, une question de liberté, ou des raisons sanitaires. En effet, la pandémie de covid-19 à modifier les conditions d’inhumation et la prise en charge des défunts positifs au coronavirus : restrictions, allongement du délai de crémation, soin du corps. Toutes ces règles ont participé à la modification profonde de ces cérémonies.

Il est vrai que je m’appuie sur la période du covid-19 pour expliquer cette hausse, mais Hugues affirme : “l’incinération ? Ça fait un moment que ça commence à revenir.”

La hausse de la crémation peut être expliquée par le fait que les nouvelles générations sont de moins en moins pratiquantes et n’ont pas été éduquées aux rites religieux. Il y a donc d’un point de vue culturel, un changement des mentalités, les familles ont moins la possibilité de se réunir ce qui complique l’entretien des tombes, les cimetières sont souvent associés aux souvenirs du jour de l’enterrement et donc à la tristesse. Si autrefois la religion réglait majoritairement le processus de deuil, les cheminements se révéleraient aujourd’hui plus individuels, permettant à chacun d’honorer la mémoire du défunt selon des formes commémoratives, intimement personnelles.

D’un point de vue économique, la crémation coûte moins cher que l’inhumation. Selon Hugues, “certaines familles n’ont pas les moyens de payer une plaque”. Ma visite au crématorium du Père-Lachaise n’a fait que révéler cette réalité, comme on peut le voir sur cette photographie, ou les familles écrivent au crayon en mémoire à leurs défunts :

Crédit : Daphney Paul, 29 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

 

Un métier en voie de disparition ? des avis divergents

Invisibilité de ces travailleurs ? Concurrence des autres formes de maintenance de mémoire ? On peut facilement s’interroger sur l’avenir de ce métier…

Dans un article de l’Écho républicain, Hélène Jesus Garcia pleure la perte de son ami et estime que le métier de graveur est menacé, elle dit : “les conditions d’exercice d’un métier rare, difficile, méconnu et qui s’éteint […] Un métier bouffé par le sablage et les grands groupes qui font pression pour diminuer les coûts […] La gravure à la main est de plus en plus remplacée par la gravure à la machine. Les graveurs doivent alors s’aligner sous la pression de leurs clients.”

Crédit : Daphney Paul, 8 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Ce témoignage m’a donc poussé à m’interroger sur la question du remplacement des outils par la machine ? Est-elle une solution adéquate qui faciliterait le travail ou se placerait-elle comme un obstacle ? Guillaume développe sa réflexion sur la question ainsi :

“Le sablage ça fait 25 ans que ça existe, il y a une petite part de travail qui est faite par le sablage, il a pris un peu de place car c’était nouveau. Mais maintenant on revient en arrière. Par exemple au Père-Lachaise, le sableur ne viendra jamais, car le monument est classé et certaine pierre ne peut être travailler qu’à la main”

Sur la question du métier en voie de disparition, il dit : 

“Métier en voie de disparition ? Non, je ne pense pas, au Père-Lachaise je pourrais y travailler encore toute une vie. Parce que c’est un monument prestigieux et les tombes sont en pierre donc ça requiert un savoir-faire artisanal. […] Mais il est vrai qu’aujourd’hui il y a une montée des machines qui entre en rivalité avec notre métier. De nos jours, il est très simple de graver, on n’a même pas besoin d’étude. Il faut simplement une machine de sablage : les familles impriment leurs textes, la machine découpe instinctivement, on colle puis on sable. Donc c’est à la portée de n’importe qui.”

Crédit : Daphney Paul, 29 novembre 2022 au Cimetière Père-Lachaise

Nous voyons que la question n’est pas si simple à répondre, et malgré ce duel entre l’homme et la machine qui tend à prendre sa place, la mobilisation de la connaissance, des gestes et des techniques ne saurait être remplacée par la machine. Hugues insiste sur le fait que “Pour faire le sablage, il faut être rigoureux. Ce n’est pas tout le monde qui peut le faire”. Guillaume lui, précise : “Alors par contre, il y a des graveurs qui se mettent au sablage aussi ça arrive. Mais si vous voulez, on ne pourra jamais remplacer la gravure mains par le sablage.”

En guise de conclusion, nous voyons que le métier de graveur implique des postures pénibles comme restées agenouillées pendant 3 heures. Les conditions de travail sont difficiles puisqu’ils sont souvent exposés aux conditions métrologiques externes, chacun tente d’adopter des stratégies pour facilité leurs mauvaises postures. En montrant la photo de Martin à Hugues, il réplique “ah, c’est cool et ingénieux d’utiliser une planche, on a moins mal. Moi, j’utilise un tapis de chien, je n’y avais pas pensé”. Nous voyons également que chaque parcours est unique que ça soit au niveau de la méthode de travail, les avis très divergents sur l’avenir du métier, ou encore sur la formation qu’ils ont fait pour pouvoir exercer leur métier. Nous notons tout de même qu’ils se rejoignent tous sur l’invisibilité de leur métier.

Je vous invite tous à aller discuter avec ces travailleurs de l’ombre qui marque une vie à tout jamais, ils ont tellement à dire, à apprendre et à apporter. Ça a été merveilleux pour moi de mettre ces portraits en lumière et j’espère que cela t’encouragera à toi qui lis cet article, à aller visiter le Père-Lachaise et à échanger avec eux.

Les gravures, une méthode d’honorer perpétuellement la mémoire de la personne / famille enterrée ?

Depuis des siècles, le graveur sur pierre immortalise et honore la mémoire du défunt. Un métier, ou un art, aujourd’hui en voie de disparition. Un événement controversé avec moins de marbriers, tandis que les décès ne s’accumulent. Mais alors, la gravure perpétuelle-t-elle vraiment la mémoire du défunt ? Pour mes recherches, nous nous baserons sur mon observation d’environ plus de dix heures au cimetière du Père Lachaise ainsi que de témoignages d’un marbrier professionnel et de résidents locaux des lieux.

Un des éléments clef du bien-être des familles des défunts et de la nécropole en général, les graveurs sur pierre, aussi appelés marbriers professionnels. Ces personnes qui agissent dans l’ombre pour marquer indéfiniment l’emplacement d’une personne ou d’une famille. En Île-de-France, ils sont entre 20 et 25 graveurs et agissent toute la journée à la demande du client. Pour cette recherche, mon observation s’est faite individuellement, afin de me concentrer un maximum sur les différentes vues et perspectives de la nécropole.

Plus qu’un métier, c’est un art

Afin d’aspirer à devenir graveur, il faut dans un premier temps passer par une formation de tailleur de pierre pour ensuite se spécialiser en gravure sur pierre. Certains pré-requis peuvent faciliter la tâche tels que la maîtrise du dessin, les connaissances sur la typographie ainsi que les différents type de pierre. Afin d’accéder au Père Lachaise en tant que graveur, une certaine expérience est demandée. On dit que « Au cimetière du Père Lachaise, on ne peut y travailler qu’au bout de 10 ans d’expérience du métier dans les cimetières de banlieues qui ne sont pas nécessairement très techniques », selon les dires d’un graveur au Père Lachaise n’ayant pas souhaité révéler son identité. Ils sont actuellement 10 graveurs sur pierre à arpenter les divisions chaque jour pour donner un nom et une histoire à la sépulture des défunts. Actuellement, des célébrités sont enterrées au cimetière Père Lachaise tels que des chanteurs, acteurs ou encore des personnes de la haute aristocratie tels que des hommes politiques donc aucune erreur n’est possible. Des maladresses sont évidemment possibles, cela arrive, donc des techniques peuvent être utilisées comme la pâte de colmatage faisant office de trompe-l’œil. Une école de formation est par exemple située à Amiens, mais malheureusement, la dureté du métier en décourage plus d’un. En effet, il y a aujourd’hui un manque de personnel important dans la gravure sur pierre, notamment du fait des conditions de travail. Les graveurs sont toujours dehors, peu importe le temps météorologique ou les conditions externes. Des rendez-vous chez les kinésithérapeutes sont également nécessaires pour certaines douleurs en bas du dos. Les graveurs sont très souvent obligés de pratiquer leur métier dans de mauvaises postures. Les passants, les visiteurs, les familles des défunts ne s’imaginent généralement pas le travail et les enjeux que représente ce métier.

Un travail de maintenance en plusieurs étapes

Avant toute chose, le graveur est informé par sa compagnie du travail à effectuer. Que ce soit la forme ou la dimension, la couleur du granit, les éléments de décor jusqu’au message personnel, rien ne doit être laissé au hasard. Le graveur sur pierre peut également faire des propositions, grâce à son expérience, pour éviter tout regret de la part de la famille. Ensuite, des traits de graphite sont tracés pour guider l’outil avec lequel le graveur marque les tombes. Il y a un premier travail de dessin de lettre, puis de gravure directement sur la pierre et enfin la finition, c’est-à-dire, à 80 pour cent du temps, de la feuille d’or y est déposé au pinceau (22 carats). Selon le graveur du Père Lachaise, il est possible de faire deux à trois tombes en une journée en fonction du nombre de lettres ainsi que la complexité de la typographie souhaitée.

Travail du graveur en cours – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Travail du graveur fraîchement terminé – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Des sépultures asiatiques au Père Lachaise

Penser qu’il n’y a que des tombeaux français dans un cimetière français semblerait couler de source pour certains. Pourtant, de nombreuses tombes chinoises sont présentes sur les lieux. Elles respectent la tradition et la culture funéraire chinoise. En effet, les stèles dans les cimetières chinois incluent des phrases gravées racontant la vie de la personne décédée ainsi que l’amour des vivants pour le défunt. Ces tombes honorent également une certaine allure par leurs deux piliers où sont gravées des lettres toutes peintes en feuilles d’or.

Gravures dorée respectant la culture asiatique – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une police d’écriture plus commune que les autres

Par son faible coût, la police d’écriture antique est la plus utilisée et la plus commune dans une nécropole. Certains cimetières imposent, dans leur règlement, une police d’écriture afin d’obtenir une homogénéité des pierres tombales. Ce n’est pas le cas au cimetière Père Lachaise. Les familles ont donc le libre-arbitre de choisir la typographie voulue parmi la gravure anglaise, onciale, gothique ou la traditionnelle typographie : l’antique.

Différentes décorations / motifs sur les sépultures

De façon générale, le procédé de gravure sert à indiquer les informations personnelles d’un défunt telles que son nom, prénoms, date de naissance et de décès. Mais la gravure ne s’arrête pas qu’à ces simples informations. En effet, des poèmes, des mots d’amour, des versets, etc. peuvent être ajoutés. Cependant, en général, l’élément le plus ajouté est le motif. De nombreux dessins peuvent être accompagnés sur les différentes sépultures. Des symboles religieux tels qu’une étoile de David pour les Juifs, une croix pour les catholiques ou protestants, etc. Mais des symboles aussi militaires ou non-religieux ayant une signification pour le défunt ou sa famille peuvent également être inscrits tels qu’une poignée de main, une simple étoile, un papillon, etc.

Croix juive ainsi que chrétienne – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Papillon – Crédit : Waïan Serano – au cimetière Père-Lachaise
Poignée de main – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une fois les inscriptions gravées dans la pierre, il y a un dernier travail, comme vu précédemment, de finition avec le remplissage des lettres avec de la peinture. Les feuilles d’or étant le plus communément utilisées, c’est aussi le matériel le plus onéreux. Toutefois, ce remplissage permet une durabilité et une visibilité plus importante sur tout type de pierre tombale. Parmi les autres remplissages possibles, le choix peut se porter sur de la peinture noire, brune, argentée, blanche… Et cette sélection s’effectue en fonction de la teinte de la pierre tombale sur laquelle la gravure sera faite.

Il existe des possibilités infinies d’influencer, plus ou moins consciemment, la façon dont les passants perçoivent la tombe lors de leur promenade. Les inscriptions en « taille-douce » inciteront à la méditation, à la prière, tandis que les inscriptions en relief ou ornements attireront l’attention et sembleront conduire les visiteurs vers les morts.

Des sépultures à tendance abandonnée

Aujourd’hui, énormément de sépultures paraissent à l’abandon dans le cimetière Père Lachaise suite à des déménagements ou la disparition d’un ou des descendants. C’est assez paradoxal comme situation, car finalement même dans les cimetières, le temps n’est pas figé.

Sépulture fractionnée et illisible – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, les lettres gravées sont pratiquement illisibles, ce qui empêche les promeneurs d’en connaître l’identité de la personne enterrée. Ce qui finalement remet en cause l’objectif de la gravure, qui est d’honorer la mémoire du défunt présent. Malheureusement, ces gravures ne sont pas éternelles et dépendent de nombreux facteurs, dont le procédé utilisé pour graver, la matière du support, l’emplacement de la gravure, ainsi que l’orientation de la tombe. Afin de rénover ces lettres devenues illisibles, il faut généralement effectuer un simple rechampissage. C’est-à-dire enlever les restes de peinture pour remettre une couche sur la gravure. Atteint un certain stade, la rénovation de la gravure ou de la stèle est nécessaire, mais coûtera plus cher à l’entretien. En général, le rechampissage est réalisé à l’occasion de la Toussaint.

Des passants, résidant près du cimetière du Père Lachaise, ont été interrogés par moi-même pour avoir leur ressenti sur ces gravures quasiment indéchiffrables. L’avis semble unanime : « La mémoire du défunt disparaît peu à peu avec le temps » et attristent ces personnes qui ont pour habitude, certaines depuis plusieurs années, de se promener dans les allées du cimetière. 

Avec un petit peu de recul, et le podcast réalisé chez France Culture avec Benoît Gallot, conservateur du cimetière Père Lachaise, certaines sépultures peuvent sembler abandonnées alors que, comme les désirs de M. Gallot, les défunts souhaitaient donner un espace libre pour la faune et la flore. Mais selon moi, la gravure ne fait pas partie de cet écosystème et doit être renouvelée, dès lors que celle-ci commence à ne plus être lisible, même si le reste semble délaissé pour donner un libre espace à la nature.

Des gravures non désirées

En me promenant pour observer ce qu’il y avait autour de moi, j’ai malheureusement fait la rencontre de dégradations, de profanations de tombes.

Gravures faites par des délinquants – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, des caractères sont inscrits sur la façade de ce tombeau. Des inscriptions non voulues, une profanation directement écrite sur la mémoire de ce défunt. On peut apercevoir des lettres formant certainement un prénom entouré d’un cœur. Ces types de gravures ne sont absolument pas propices à l’endroit où elles sont taillées.

Cimetières américains, des techniques de gravures industrielles ?

Il existe aujourd’hui plusieurs méthodes pour réaliser une gravure sur une sépulture. La plus ancienne, datant de l’époque égyptienne, est celle pratiquée au cimetière Père Lachaise, la gravure manuelle. Elle consiste à réaliser la gravure directement à la main. Le graveur utilise un burin sur lequel va s’entrechoquer un brunissoir afin de creuser directement dans la pierre. Malgré les évolutions, des outils et des matériaux, la technique reste la même. 

Outils du marbrier professionnel – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Malheureusement, cette pratique artisanale se perd de plus en plus, faisant une grande peine aux graveurs manuels. En effet, de nouvelles techniques ont émergé suite à la révolution industrielle au milieu du XIXe siècle. Voit alors le jour pour la gravure par sablage, couramment utilisé dans les nécropoles des Etats-Unis selon les dires de notre graveur local. Cette méthode consiste à poser un pochoir sur le granit ou la pierre tombale, puis à projeter du sable très fin, creusant alors les zones dessinées du pochoir afin de faire apparaître les inscriptions et/ou motifs. Une autre technique de gravure, appelée gravure mécanique, est effectuée à l’aide d’une machine disposant d’un laser ou d’une fraiseuse diamantée. Il suffit simplement de rentrer les informations voulues dans la machine et elle se charge de le graver directement sur le support comme une plaque de granit ou de plexiglas ensuite rapportée sur la pierre tombale. Cette technique enlève toute forme d’humanité dans la gravure.

Mes difficultés et solutions apportées

Je pense que la plus grande difficulté dans ce type de compte-rendu est de n’avoir aucun témoignage d’un point de vue extérieur, aucun intervenant du monde de la nécropole. Que ce soit les résidents autour du cimetière du Père Lachaise ou même les professionnels internes ou externes au cimetière, il est important d’avoir de la valeur ajoutée dans ce travail. C’est pourquoi ma plus grande crainte était de ne pas trouver de marbrier professionnel. Heureusement, après de longues marches à travers les avenues et les divisions, j’ai enfin pu rencontrer l’un d’eux. La deuxième difficulté que j’ai surmontée est le manque d’informations concernant les gravures sur certaines sépultures. En effet, la mémoire du défunt inscrite sur cette pierre correspond à la dernière trace de son passage sur cette Terre, j’ai presque envie de dire sur sa personnalité, mais une écriture ne parle pas. Il y a donc un travail d’interprétation. Là encore, une fois l’interview avec le marbrier professionnel terminée, mes deux camarades de classe ont continué leur chemin et j’ai pu passer un moment seul à seul avec lui. C’est là qu’il m’a apporté les solutions à mes questions. Le défunt peut décider, avant sa mort bien entendu, de faire graver sur son tombeau une phrase, une expression, un chant particulier qu’il aime, un motif ou dessin qui le représente. C’est à ça qu’on peut interpréter la vie d’une personne malheureusement éteinte.

Nous pouvons par exemple prendre la sépulture de l’organiste Jean Guillou qui nous dit : 

« Ici le temps est vertical. Dans l’étincelle dernière du soleil. Dans l’attente étirée de l’aube…». L’interprétation est plausible lorsqu’on comprend la métaphore qu’a voulu nous donner monsieur Guillou. 

La troisième et dernière difficulté que j’ai pu rencontrer fût la suivante : comment savoir quoi faire comme sépulture pour notre proche malheureusement parti ? Je me suis alors baladé en dehors du cimetière Père Lachaise, pour aller à la rencontre directe d’un service funéraire, afin de m’informer des méthodes pour configurer un monument funéraire. Celle-ci se fait en cinq étapes, peu importe que ce soit une inhumation ou une crémation : le monument (Parana, Gavrinis, Parnay…), le granit (Tarn, Crépuscule, Ambre…), une semelle afin de soutenir le monument (non-obligatoire), la gravure (style romain, gothique, antique…) et enfin les motifs disponibles selon le service funéraire choisi (rose, papillon, emblème israélite, croix simple…). Le client est assez libre de ses choix, selon son budget bien sûr, et peut avoir des conseils directement auprès de ces professionnels.

La plus grosse limite que j’ai pu apercevoir s’arrête là où celles des morts commencent. Cette relation entre ce qu’expriment un défunt actuellement par ces gravures et ce qu’il dégageait de son vivant peut être complètement différente. On ne peut pas, pour moi, représenter ce qu’était la personne, mais nous pouvons l’honorer, du moins jusqu’à ce que les proches ne s’en occupent plus…

Les plus anciennes sépultures encore lisibles

La plus ancienne tombe existante est actuellement située dans la 60ème division, celle de Reine Févez. Déplacé de quelques mètres de son emplacement d’origine, il jouxtait le tombeau d’Adélaïde Paillard de Villeneuve. En tant que plus anciens contemporains décédés du XIIe siècle, Héloïse et Abélard étaient apparemment les plus anciens défunts du cimetière. Ils s’y installent en 1817 pour rehausser la réputation du Père-Lachaise. On cite aussi Molière et La Fontaine, dont les restes (supposés) sont arrivés en même temps.

Intersection de la division 59 et 60 – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Pierre tombale de Reine Févez, la plus ancienne du cimetière Père Lachaise – Crédit : Waïan Serano

La pierre tombale de Reine Févez, sur la photo ci-dessus, date de 1804 puis transformée en perpétuité le 15 janvier 1824. (Source : perelachaisehistoire.fr). Nous pouvons constater à la vue de l’image (et également sur place) que la gravure inscrite à cette période est encore plutôt bien lisible. Je n’ai malheureusement pas pu avoir plus d’informations, je ne saurai donc pas pourquoi l’écriture est encore profonde et propre mis à part supposer un entretien encore d’actualité. D’un point de vue hypothétique, étant donné qu’une gravure sur une pierre a une durée estimée dans les environs de 20 ans, je pense que la pierre doit forcément subir un rechampissage, comme cité précédemment dans la partie « Des sépultures à tendance abandonnée ». Mais alors, n’y a-t-il pas un procédé plus perpétuel afin d’honorer la mémoire de nos morts qu’une simple écriture comme aux temps de la mésopotamie en Égypte ancienne ? Les progrès techniques de l’écriture mèneront-elles à la mort de l’artiste comme le supposaient déjà certains théoriciens des années 1950 lors de la naissance des industries culturelles où selon eux, les méthodes industrielles mèneraient à la mort de l’œuvre d’art.

Petite ethnographie des inscriptions funéraires

Une approche ethnographique des écrits dans leur moindre subtilité

Les écrits prennent une place prépondérante dans les sociétés modernes. L’écrit se manifeste dans des formes évidentes telles que les livres ou dans les articles, mais aussi dans des formes plus subtiles, moins saisissables, auxquelles nous ne portons peut-être pas attention. Dans cet article, nous explorons l’exemple des inscriptions funéraires au fil des temps pour défendre l’existence d’une norme d’écriture qui est socialement normée dans la manière de construire nos espaces de mémoire et de culte.

Dans leur étude des pratiques écrites, Denis et Pontille (2013) ont voulu changer de paradigme et proposer un regard pragmatique sur les écrits dans leur forme les plus banales, relevant de « l’infra-ordinaire ». Ainsi, ils proposent des ficelles pour étudier ces écritures dans toute leur richesse et invitent les observateurs à les saisir dans les gestes du quotidien, au-delà du regard académique, afin d’enrichir progressivement la compréhension des pratiques scripturales. Ils proposent d’exercer un regard quotidien sur les inscriptions qui nous entourent à travers trois thématiques  : l’hétérogénéité matérielle (1), la dimension spatiale (2) et les gestes et postures corporelles (3).

Il est tout d’abord possible d’analyser les écrits via leur hétérogénéité matérielle. Cela signifie que les assemblages matériels de l’écrit comme l’encre ou le type de papier, ont une signification particulière qui influent sur la performativité des écrits. Ces artefacts changent au fil du temps, certain dépérissent et ne sont donc pas figés dans le temps. L’enjeu est alors de maintenir et de préserver les différentes versions pour continuer de les comparer et observer leur évolution.

Une seconde clé de lecture peut être le rapport de l’écrit avec l’espace par sa capacité de circulation, sa disposition dans l’espace et sa relation à sa localisation. En prenant en compte la dimension spatiale de l’écrit, il est possible de trouver des particularités initialement insaisissables sur l’analyse figée d’un écrit. C’est une posture qui se concentre sur les différentes versions d’un écrit et pousse l’analyse vers les formes d’apparition des nouvelles versions dans le temps.

Enfin, la troisième posture vise à analyser les formes d’engagement avec et dans l’écrit. Elle se penche sur les gestes et postures corporelles mais aussi les attitudes. C’est dans l’analyse des gestes fugaces de la vie quotidienne, qu’il est possible d’explorer la variété des formes d’attachement des personnes aux écrits notamment dans le rythme des activités scripturales et les moments clés qui les constituent.

Ecrits et rites funéraires

L’apparition des pratiques funéraires peut s’observer dès la préhistoire avec des formes de sépultures accompagnés de peintures rupestres. Mais ce n’est qu’avec l’apparition de l’écriture environ 3300 avant J.-C que certains rites funéraires commencent à laisser les premières traces scripturales avec des systèmes de signes. C’est d’ailleurs cette invention qui marquera la fin de la préhistoire alors même que des villes apparaissent suivie d’inventions en cascades qui révolutionnent les modes de vies et une société qui possède déjà de nombreux symboles et signes dans la pratique du commerce, dans la culture mais aussi dans les rites et croyances religieuses.

Les formes scripturales qui accompagnent les défunts sont diverses. L’approche conventionnelle nous pousserait à regarder vers les registres qui comptabilisent les décès et dont la découverte du plus ancien date de 1303 en France. Les différents récits, livres, manuels ou encyclopédies qui sont parvenus dans les mains des archéologues sont également une source scripturale importante pour la compréhension des rites funéraires tant ils donnent des précisions sur la vie intime du défunt.

Néanmoins, une approche alternative peut permettre d’aller observer directement les rites funéraires qui comportent des traces écrites ou même des systèmes de signes encore méconnus. Les tombes, chambres funéraires, mausolées, cimetières, et autres nécropoles regorgent d’objets scripturaux qui en disent un peu plus sur la vie du défunt et qui permettent parfois même de contester les écrits relatant son histoire. Ces inscriptions sur des objets dans les lieux de sépulture sont d’une richesse considérable tant il existe une pluralité de pratiques religieuses et donc de rites funéraires incluant des objets scripturaux qui varient au travers des civilisations.

Les inscriptions funéraires dans la diversité des sépultures

La question de la mort est une question centrale depuis le début de l’humanité. Pour l’aider à surmonter se lourd fardeau qui pèse sur lui, l’humain a institué une multitude de rites funéraires comprenant très rapidement des écrits. Les rites funéraires modernes sont la somme d’une partie de la culture religieuse des civilisations qui se succèdent chacune d’entre elles s’inspirant des symboles et pratiques des autres.

L’exemple des inscriptions funéraires égyptiennes est particulièrement riche. Des petites figurines de personnages momifiés comprenaient des hiéroglyphes qui indiquaient les attributions des serviteurs dans l’«Au-delà». Placés dans la tombe, ces nombreux serviteurs accompagnaient le défunt pour les travaux dans le Monde des Morts. Plus tard, ces statuettes seront couvertes d’inscriptions faisant référence au chapitre du livre sacré. Outre les nombreux hiéroglyphes présents dans certaines pyramides, les pierres qui ont permis de la construire portaient également des inscriptions, marquant la trace des bâtisseurs. Les sarcophages attestent quant à eux d’une apparition précoce des écrits dans les rites funéraires. Ces inscriptions étaient destinées à préserver le mort, lors de son voyage vers l’au-delà, de la faim, de la soif et de tous dangers.

L’épitaphe de la Grèce antique est un autre exemple de pratiques scripturales dans les rites funéraires. Cet oraison funèbre est d’abord un discours prononcé lors des funérailles publiques mais il est aussi présent sur le lieux de sépulture. Cette inscription funéraire qui rappele le souvenir de la personne morte est placée sur une pierre. L’épitaphe de Seikilos est le plus ancien exemple découvert d’une composition musicale complète avec sa notation accompagnée d’un texte. Cet objet scriptural faisait partie d’une des colonnes de la tombe d’un certain « Euter » mais a finalement passé entre les mains de différents collectionneurs d’archéologie comme la preuve qu’elle a traversé les époques et marqué différentes civilisations, notamment le catholicisme.

Les inscriptions funéraires chrétiennes du Moyen Âge en Europe tirent donc leur inspiration dans la culture gréco-romaine. Mais une coutume chrétienne va s’instituer en Europe, celle de se faire inhumer à l’ombre de la croix. Ce privilège sera accordé aux grands du Royaume, les rois et les reines puis les riches chrétiens purent obtenir cette faveur très recherchée en faisant des dons importants à l’Église. Certains purent bénéficier de tombeaux au sein même de cathédrales, mourant en martyrs et bénéficiant d’éloges funèbres de toute beauté tandis que les moins chanceux finirent dans des fosses communes ou des catacombes. Mais peu à peu, les cimetières se sont ouverts aux fidèles de la paroisse de l’église la plus proche, favorisant l’émergence de pratiques scripturales nouvelles.

Les lieux de sépultures personnels, familiaux ou collectifs évolueront très largement à travers le temps qui aura permis une profusion d’objets scripturaux dans les rites mortuaires. L’art funéraire des tombeaux si riche dans l’Antiquité disparaîtra presque complètement dans le Haut Moyen Âge pour retrouver à partir du XIIe siècle une partie de sa splendeur. Mais déjà de nouvelles pratiques funéraires apparaissent accompagnée de nouvelles inscription funéraires.


Denis J., Pontille D. (2013), « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit », dans Datchary C. (ed.), 2013, Le sens du détail : petit précis méthodologique en sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau Éditions, p. 17-30

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search