Quand la banalité urbaine protège nos données

Avant de nous intéresser en profondeur à ces piliers de l’ère numérique, nous n’aurions jamais eu l’idée de les étudier. Mais de quoi parlons-nous ? Les data centers, objets à la fois fascinants et mystérieux, gages de la sécurité de nos données, au cœur de nos nouvelles vies virtuelles, ces bâtiments protéiformes et presque secrets constituent l’objet central de notre étude.

Structures matérielles protégeant l’immatériel, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Pour ce compte-rendu, nous nous intéressons à deux dimensions caractéristiques : la sécurité et l’invisibilité. Pour ce faire, nous choisissons de nous intéresser à une entreprise phare spécialisée dans les data centers, située dans plusieurs bâtiments à Aubervilliers. Nous choisissons un site majeur de l’entreprise, endossant parfaitement ces deux caractéristiques. Nommés également « espaces de colocation neutres » par Clément Marquet dans sa thèse, cette appellation démontre bien la complexité de ces infrastructures, à la fois à la grande fonctionnalité mais aussi subtilement discrètes. Aussi invisibles qu’inaccessibles, aussi discrets qu’austères, et aussi sécurisés qu’aseptisés, les data centers questionnent. Ainsi, notre problématique sera la suivante : Comment les data centers allient-t-ils habilement invisibilité et sécurité, en s’implantant dans la ville d’Aubervilliers ?  

En effet, ces deux caractéristiques sont le fruit de nombreuses interrogations. Comment un bâtiment si caché peut-il être aussi protégé ? Et à l’inverse, comment sécuriser un lieu lorsque celui-ci passe inaperçu ? Invisibilité et sécurité sont-ils complémentaires ? Indissociables ? Toutes ces problématiques constituent des objets d’études abordés par de nombreux chercheurs et notamment les architectes. En tant que créateurs de structures, la controverse des data centers nourrit leurs interrogations. L’architecte Soline Nivet propose d’ailleurs une étude de ces milieux construits dans son ouvrage où elle les associe à de grands « Bernard l’Hermites », comme cachés sous leur coquille (Architectures et espaces des économies numériques, 2019). En effet, ces nouveaux bâtiments, qui n’existaient pas avant, offrent une nouvelle façon d’envisager la fonctionnalité de nos espaces. Ces structures, l’architecte les nomme pertinemment de nouvelles « espèces d’espaces ». Une vision originale qui nous a amené à nous pencher en partie sur l’aspect visuel de ces lieux, combiné bien évidemment à une dimension fondamentale : la sécurité.

C’est pourquoi, tels des détectives du numérique, nous nous prenons au jeu. Nous endossons, Mathilde Chantreuil et Brian Akloo, nos casquettes d’observateurs afin d’esquisser le plus fidèlement possible, les phénomènes controversés mais riches que constituent ces puissants gardiens du numérique.

9h17 : Arrivée sur les lieux et visite du data center 

Mardi matin, 9 heures et des poussières, un froid de canard au thermomètre, une belle lumière d’hiver. Le froid sec nous prend puissamment au cou et nous réveille. Nous sortons juste de la ligne 12 du métro à l’arrêt Front Populaire. La ville est calme, vide et désertée par les habitants partis travailler à Paris. Notre observation commence vers 9h20, nous entrons dans un site, puis deux, accompagnés par nos collègues de master. Certains data centers sont plus bruyants que d’autres, certains sont sales et à la façade presque délabrée. Le premier que nous observons jouxte des poubelles, des déchets, tels une grande décharge amassée devant ce bâtiment secret. Pas étonnant que cela surprenne, car au premier abord, rien ne nous donnerait envie de rentrer. Après une première observation en petit groupe de classe, très peu concluante, nous décidons de nous éclipser tous les deux, afin d’augmenter nos chances de recueillir les ressentis des passants. On ne va pas se mentir, un binôme effraie moins que tout un groupe d’étudiants, même souriants. À la recherche de témoignages vrais, spontanés, mis surtout sur le vif, nous embarquons pour la deuxième partie de notre observation.

C’est après quelques errances dans la ville vide d’Aubervilliers, que nous nous imprégnons d’une atmosphère particulière, à la fois industrielle et étrange. Au croisement de l’avenue des Chemins de fer industriels et de l’avenue Victor Hugo, se dresse le bâtiment 260. Siège de l’entreprise, cet imposant bâtiment nous séduit de par son allure et son apparence si lisse. Au cœur d’une zone industrielle, où seules quelques boutiques font face au data-center, nous sommes seuls. Devant nous, un portail blanc avec un grand feu rouge. Nous prenons notre courage à deux mains et sonnons. Un petite porte s’ouvre et nous pénétrons à l’intérieur de l’accueil de l’entreprise.

Une femme nous accueille, derrière une vitre blindée. Elle est souriante, rassurante et ne paraît absolument pas sceptique quant à notre venue dans ce lieu inhabituel. Avec elle, ancienne étudiante en communication, nous échangeons quelques mots sur l’objet de notre observation. Nous lui demandons si nous pouvons entrer pour visiter. Malheureusement, c’est presque impossible. « Vous pourriez rédiger une lettre à l’intention du directeur du site, pour éventuellement visiter, mais je ne vous promets rien » nous dit-elle. Les visites, hors professionnelles, sont très rares, mais nous ne perdons rien à tenter. Nous nous attelons donc à rédiger notre lettre, consciencieusement. Après plus de deux semaines, cette dernière restera sans réponse. Nous saluons la femme de l’accueil après avoir obtenu une photographie de son précieux badge survolant son polo gris au nom de la société. Nous nous éclipsons ensuite par la même porte blindée par laquelle nous sommes rentrés. Le feu vert s’allume, puis s’éteint. Le verrou se ferme, les caméras nous surveillent probablement, mais notre mission est terminée, ou presque. Nous sommes déjà ravis d’avoir pu rentrer dans cet immense laboratoire à la façade tout sauf chaleureuse.

Cette expérience, malgré un accueil agréable au sein du data-center, nous montre à quel point la sécurité doit être irréprochable. À l’intérieur, des portiques dignes d’un hall d’aéroport, et une propreté à l’image d’un cabinet dentaire. La dimension ultra procédurière nous impressionne, mais nous sortons du bâtiment et continuons notre observation car après tout, une lettre sans réponse est aussi une réponse…

Photographie de l’angle de la rue face au data center
Zoom sur le feu rouge du portail du data center d’Aubervilliers

10h29 : Entretiens avec les commerçants et micro-trottoirs 

Bâtiments matériels protégeant l’immatériel, structures physiques conservant le non physique, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Dans l’ouvrage « Data centers, derrière la façade » (Diguet C., Lopez F., 2018), les deux chercheuses qualifient ces bâtiments comme les « infrastructures stratégiques de nos vies numériques ». Relativement contradictoire car si ces objets jouent une place fondamentale dans nos quotidiens, ils ne paraissent pas jouer un rôle aussi important au sein de nos espaces urbains. Presque camouflés par leur banalité, ils passent inaperçus, ou presque. À la différence d’une jolie façade sur laquelle on se retournerait en marchant, les data centers sont totalement à l’opposé. Ce côté invisible est d’ailleurs souligné par Stephen Graham (Impact spatial et énergétique des data centers, 2015) qui désigne la « furtivité » comme caractéristique majeure de ces lieux. De plus,  l’invisibilité est aussi une des caractéristiques phares qu’on retrouve dans la littérature en Infrastructures studies, et notamment dans les travaux de Brian Larkin (The Politics and Poetics of infrastructures, 2013).

Il est quasiment 10h30 et notre observation nous permet déjà d’appréhender plus concrètement ces gardiens du numérique. L’ambiance est assez froide et déserte, mais nous prenons notre courage à deux mains, et tentons de pénétrer les boutiques faisant face à ce bâtiment de marbre. 3 magasins, quasiment similaires, longent un grand trottoir en béton, un peu surélevé. Nous poussons la lourde porte vitrée et entrons dans la première boutique, où les grands mannequins en plastique dégagent une ambiance un peu austère. Pour ne pas surprendre les gens, nous décidons de jouer sur l’innocence et la curiosité. Nous restons évasifs dans notre approche, sans aborder le sujet des data centers et nous nous présentons comme des étudiants faisant une étude du quartier.

Les premières commerçantes, méfiantes, nous répondent très furtivement : « je ne sais pas » ou bien « je ne me suis jamais posé la question ». Nous tentons d’accueillir chaque mot des vendeuses avec le sourire, surpris par leur méconnaissance. Nous entrons dans une autre boutique, remplie de robes de mariés, à la décoration festive, un peu insolite. Les réponses sont les mêmes mais cette fois, le terme de « bureaux » apparait : « je crois que ce sont des bureaux, on voit pas mal de gens passer » nous dit-elle. Nous décidons de la questionner quant à l’aspect visuel du bâtiment. « Ce n’est pas très beau non, c’est sûr, mais bon je ne fais pas tellement attention, ça fait tellement longtemps qu’il est là » nous dit-elle. En d’autre termes, un lieu inesthétique, mais passable, qui ne fait pas tâche avec le paysage. Ainsi, la mission d’invisibilité du data center est réussie et le bâtiment n’attire pas plus que cela le regard des habitants. Une observation ressort tout de même : une absence de curiosité et d’intérêt de la part des passants. À Aubervilliers, personne ne souhaite réellement savoir ce qui se cache derrière ce grand Bernard-l’Hermite de béton. Et lorsque le terme « centre de données » est évoqué, l’enthousiasme n’est pas tellement grandissant.

Nous sortons des boutiques et commençons un micro-trottoir en interpellant les livreurs et autres commerçants dehors. Ils déchargent des camions de cartons de vêtements et autres marchandises. Certains fument des cigarettes, adossés à des parcelles bétonnées. Une lueur du soleil d’hiver nous éclaire, l’ambiance est calme. Le data center, au sein de ce tableau industriel aux couleurs ternes, se fond dans le paysage. Presque invisible, d’une banalité évidente, il s’harmonise avec les dizaines de façades grises du secteur. Nous en déduisons que le bâtiment que nous observons passe réellement inaperçu. Notre ressenti sera vite corroboré par notre prochain interlocuteur, un commerçant habitué, de passage dans le quartier. “D’après vous, qu’est ce que ce bâtiment en face de nous là ?” Nous lui demandons, en pointant le data center du doigt. « Ça ? Pour moi c’est un dépôt, un entrepôt ou quoique ce soit. Si vous ne m’en aviez pas parlé, je n’aurais même pas fait attention. Je ne regarde pas ça. Car même pour les numéros 254, 255, c’est la même chose, c’est gris en ferraille. » nous répond-il. Plutôt démonstratif du caractère invisible du data center, le témoignage souligne l’extrême discrétion de la structure au sein de la zone industrielle. Comme il nous le fait savoir, “exactement la même chose que les autres”. Ainsi, le data center se fond entièrement dans le décor et les couleurs des bâtiments qui l’entourent. La banalité évidente et la discrétion est donc pertinemment pointée du doigt par le livreur.

C’est d’ailleurs le fil conducteur de la réflexion de Stephen Graham, pour qui ces bâtiments sont « impossibles à identifier, si ce n’est pour une poignée d’enthousiastes des infrastructures.» (Graham, 2015, p. 35). Ce constat participe à l’opacité qui règne autour des data centers. Mais, pour ces structures, c’est aussi un gage de qualité et de sécurité auprès de leurs clients, ce qui nous fait faire le lien avec l’aspect sécuritaire fondamental. Au cœur d’une zone industrielle à la limite de la désuétude, le data center s’implante dans un paysage relativement vide, uniquement ponctué par les aller-retours des camions de livraison. C’est ce que souligne Clément Marquet dans son travail Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Le chercheur évoque que ces immenses infrastructures se situent souvent “dans les campagnes, profitant d’hectares de terrains peu chers.”

Vue depuis la vitrine du magasin en face du data center

11h02 : Échange avec les ouvriers du data center 

Après ces échanges en face du data center, nous décidons de contourner celui-ci afin d’interroger des ouvriers qui travaillent du côté  de l’avenue des chemins de fer industriels. En gardant la même approche, nous abordons deux ouvriers en uniforme, en plein travail sur un îlot de terre jouxtant le grand bâtiment. Du béton sortent plein de fils, comme des pâles, ou des conduits d’aération. Nous supposons qu’ils sont électriciens. Mais pour qui travaillent-ils  ?

Timides, nous osons nous approcher. Un homme d’une quarantaine d’années  tenant des papiers à la main, s’approche de nous. Plutôt avenant et souriant, il accepte de nous répondre. Il se présente comme le chef des travaux, mais quels travaux ? Nous commençons premièrement par l’interroger sur le bâtiment sans en aborder la fonction. De suite, il paraît surpris, voire méfiant. L’homme commence par nous dire qu’il ne sait pas ce qu’est le bâtiment, qu’il n’en sait rien. Plutôt étonnant pour quelqu’un qui y travaille… Surpris par sa réponse, nous décidons de creuser un peu en révélant cette fois-ci le réel sujet de notre étude : les data centers. Soudainement, l’ouvrier, auparavant sceptique, se détend. En quelques secondes seulement la discussion prend une nouvelle tournure, cette fois délivrée de toute appréhension de sa part. L’échange se poursuit de façon fluide. L’homme est chargé de projet pour la climatisation de data centers. Nous comprenons donc que bien qu’il savait ce qu’était le bâtiment, il a refusé de nous le dire au début de notre échange. Le nom “data center” comme gardé secret par l’ouvrier souligne le caractère mystérieux, presque inquiétant du lieu. Comme quoi, même face à deux étudiants innocents, la fonction du lieu ne doit pas être divulguée. Devoir de confidentialité ou conscience professionnelle ? Nous n’en savons trop rien, mais même courte, cette attitude nous en dit long sur l’univers tant secret de ces gardiens du numérique.

L’échange se poursuit, l’homme se détend de plus en plus, esquisse parfois des sourires, amusé par notre étude insolite. Portés par la richesse de son témoignage, nous nous laissons plonger dans le récit de sa carrière, au sein de plusieurs data centers de la région parisienne. Cet homme est notre interlocuteur parfait : il a expérimenté de fond en comble les moindres recoins de ces bâtiments. Nous nous laissons absorbés par ses propos, révélateurs d’une extrême sécurité : « Le data center pour lequel j’ai travaillé à Saint-Denis, je ne me souviens plus du nom, mais c’est un très gros data center. Le plus gros que j’ai vraiment vu, ça m’a vraiment marqué. C’est impressionnant, c’est très propre, on croirait un laboratoire ». Il concède que comparé à Saint-Denis, celui d’Aubervilliers est bien plus petit. À croire que certains data centers sont comparables à des usines géantes. L’ouvrier poursuit en nous expliquant les procédures draconiennes auxquelles il est confronté dans son travail : « On avait un cahier des charges et il fallait que j’explique le mode opératoire, et quand je disais, il faut faire un trou ici, il fallait que ça soit là. […] si je dis ah merde, on avait prévu de faire un trou là et finalement il faut le faire ici, il faut refaire une procédure, envoyer aux USA, les USA doivent valider, et le chantier d’arrêtait ». Extrêmement marqué par les règles très strictes des data centers, l’homme compare le bâtiment à un immense laboratoire ou un hôpital.

Ainsi, des procédures d’entrée et de sortie au déroulement des travaux, chaque travailleur doit suivre à la lettre des directives strictes. Clément Marquet l’exposait d’ailleurs dans son article, en parlant des portes avec authentification d’empreinte, et des portiques de sécurité à franchir (Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, 2019). La description de notre interlocuteur nous rappelle aussi l’incendie du data center d’OVH. Depuis cet incident, des dispositions ont été actées pour que lors des appels d’offres, des informations sur la norme certifications APSAD concernant le mode de construction et de fonctionnement du bâtiment soient être communiquées. Ainsi, des procédures indiscutables combinées à une grande discrétion illustrent bien la nécessité de conserver les data centers dans un univers clos. Ainsi, invisibilité et sécurité iraient de paire, dans un paysage industriel où la dernière des volontés serait d’attirer la curiosité, ou pire encore… les regards.

Cliché de la façade droite du data center

11h58 : Fin de la visite, notes et réflexions 

Nous rentrons à la station de métro, il est presque midi et après avoir passé toute la matinée debout dans le froid, la faim nous creuse l’estomac. Heureux d’avoir recueilli autant d’échanges si pertinents, les témoignages de nos différents interlocuteurs ont corroboré notre hypothèse de départ : Ainsi, les deux caractéristiques majeures des data centers seraient étroitement liées. À la fois invisibles et sécurisés, inaccessibles et aseptisés, les data-center où ces “bernard-l’hermites” du web réussissent leur mission en s’implantant directement dans le paysage d’Aubervilliers. Comme fondus dans un tableau gris, industriel, presque terne, ces infrastructures stratégiques de nos vies virtuelles réussissent avec brio leur mission : celle de protéger nos données.

Nous ne cachons pas qu’il était très délicat d’aborder un sujet aussi inhabituel et inconnu pour nous que les data centers. En effet, difficile de saisir la complexité et le caractère mystérieux de ces bâtiments si inconnus de tous, sans s’y confronter réellement. Sans nos témoignages, photographies, micro-trottoirs et une observation sur la durée, nous n’aurions jamais pu saisir ce qui fait l’unicité et les contradictions de ces nouveaux objets de l’ère numérique. La première observation à Paris n’a pas été concluante et nous étions plutôt perplexes quant à la productivité de cette méthode. Mais lors de la seconde observation (celle recensée dans ce présent compte-rendu), la richesse de nos entretiens et la grandeur des lieux nous ont d’autant plus stimulés à approfondir notre étude. En presque 3 heures d’observation de terrain active, nous sommes revenus les mains gelées, les carnets plein de gribouillages, le téléphones plein de clichés et surtout l’esprit nourri par des questionnements divers et variés. C’est en nous confrontant à la réalité de ces objets qui ont un rôle fondamental dans nos vies de citoyens connectés, que nous nous sommes laissés guider par un sujet d’étude aux infinies possibilités.

Ainsi, cet aspect sécuritaire du data-center pourrait être abordé du point de vue de la sécurité du personnel, travaillant dans ces bâtiments. En effet, si des données sensibles venaient à être dévoilées, elles pourraient attirer la convoitise de certains. De même, afin d’étayer les angles d’attaque quant aux data centers, il serait pertinent de s’intéresser à l’aspect nationaliste des états, qui ont un contrôle sur les données des géants du web. De ce fait, les états pourraient obliger les GAFAM à utiliser des data centers basés uniquement dans le pays où ils opèrent. Cette réflexion interroge notamment les enjeux de souveraineté d’un pays et de protection des citoyens. Comme quoi, nous pensons que les data centers constituent indiscutablement des objets d’études extrêmement riches, sources de beaux questionnements et futurs travaux scientifiques. Alors, invisibles pour les citoyens mais présents dans le paysage urbain, méconnus de tous mais utiles à tous, les data centers sont en réalité des mines précieuses sans lesquelles notre vie virtuelle et certains de nos souverains n’existeraient plus. S’intéresser à eux, c’est regarder la ville différemment, car si aujourd’hui le tissu urbain et les bâtiments nous abritent nous, êtres humains, certains abritent nos données. Et sans nous en rendre compte, nous cohabitons en réalité sans cesse avec le cloud. 

Finalement, l’ère grandissante du numérique nous prouve que la fonction de la ville dépasse de loin les frontières de la simple vie physique. Désormais, il est peut-être temps de regarder différemment le paysage urbain et d’imaginer que derrière ces façades bétonnées et ces portes blindées ne se cachent pas toujours des vies humaines, mais des vies… virtuelles.

Par Mathilde Chantreuil et Brian Akloo 

Pénétrer dans un data center, un véritable parcours du combattant !

En plein centre-ville, dans les petites rues derrière les grandes avenues, incognitos entre deux immeubles se cachent de gigantesques centres de données. De tailles et de formes variables, ils sont là, aux vues et aux sus de tous et pourtant, personne ne connaît leur existence. Peu de personnes connaissent la fonction exacte des data centers et leur invisibilité physique se traduit également par une idée floue quant à leur activité réelle. Il s’agit en réalité d’infrastructures hébergeants des serveurs qui permettent la collecte, le stockage, l’analyse et le traitement des données.

Lors de ma première observation rue Poissonnière dans le deuxième arrondissement de Paris, alors que je me trouvais pour la première fois devant un centre de données dissimulé en plein centre-ville, j’ai été frappée par la discrétion de ces bâtiments qui n’affichent sur leur façade, ni signe distinctif, ni donnée d’identification visible, ni même de moyen de joindre les employés qui se trouvent à l’intérieur. Ils ne sont tout bonnement pas identifiables de l’extérieur.

Photographie personnelle

Les quelques passants que j’observe me regardent à leur tour, étrangement, se demandant ce que je peux bien attendre devant ce grand bâtiment. Ils ne prêtent pas attention à ce qui se passe derrière cette double porte et ne semblent même pas chercher à le savoir. Lorsque j’identifie un vieil homme armé de son sac de courses comme un riverain et que je l’interpelle afin de le questionner, il m’avoue être pressé et ne savoir absolument pas ce dont je parle. Il a bien déjà remarqué que de gros camions stationnent très souvent devant cet immeuble en particulier mais la façade si sobre ne lui a pas donné envie d’en savoir plus. De même dans la rue des Jeûneurs qui est lui est perpendiculaire, la porte est somme toute banale, l’architecture à peu de choses près similaire et seul un facteur chargé d’un énorme colis me met la puce à l’oreille.

Photographie personnelle

Pourtant, la plupart des fenêtres à hauteur de regard sont opaques à la manière des vitres teintées des voitures gouvernementales. Comment ces procédés habituellement susceptibles de susciter l’intérêt et la curiosité des riverains les laissent-ils tout simplement de marbre ?

Photographie personnelle

Seul un passant s’arrête pour fumer une cigarette, profitant de l’architecture du lieu qui permet de s’abriter du vent et de la pluie. J’en déduis que depuis son installation, ce data center a réussi à totalement s’intégrer dans le paysage urbain du quartier. Dans une visée renouvelée d’observation participante, je demande à l’homme à la cigarette ce qu’il pense qui se cache derrière ce bâtiment, il m’évoque alors comme une évidence un lieu de co-working pour une start-up, dont l’implantation est monnaie courante dans le quartier. En retournant rue de Jeûneurs, je réalise qu’en effet, les locaux des data centers abritent également des start-ups qui sont tout bonnement les seules dont la présence est signalée. Cela me fait immédiatement penser aux « sociétés-écrans » que je croise dans les romans d’espionnage que je dévore en été.

Où l’on me fait comprendre que je ne suis pas vraiment la bienvenue…

Ma réflexion se dirige immédiatement vers la question de savoir pourquoi. Dans quel but mettre autant de soin à masquer la présence de ces centres de données ? Alors que je réussis enfin à pénétrer dans les locaux, je comprends que cette invisibilité est nécessaire et fait partie d’un processus d’hyper-sécurisation de ces structures. En effet, on m’explique d’emblée et de manière très claire que malgré toutes mes bonnes intentions, je ne peux pas rentrer comme cela dans l’infrastructure et encore moins accéder aux serveurs et aux données hébergées.

Après avoir discuté avec le responsable de la sécurité du data center situé rue des Jeûneurs, j’apprends qu’une structure similaire à la sienne se trouve à quelques stations de là mais celle-ci serait bien plus grosse et bien plus active. Il s’agit en fait d’un des data centers les plus importants de France : d’un véritable noeud concentrant une très large partie du trafic de données. L’homme me donne un numéro à contacter et un nom à donner comme une sorte de sésame. Après m’être renseignée, je réalise que pour convenir d’un rendez-vous comme il me l’a conseillé, je vais véritablement devoir montrer patte blanche afin d’obtenir l’aval de la structure. Prévoyant ma ligne de conduite et mettant en place un cahier des charges précis, je compose le numéro mais après m’être présentée, avoir introduit mes intentions et ma méthode de travail, j’entends l’homme hésiter et il me laisse patienter. À l’autre bout du fil, je l’entends chuchoter des propos pour moi inaudibles à son collègue avant que ce dernier reprenne le combiné, me coupe la parole et mette fin à la conversation de manière abrupte en me souhaitant une bonne journée et en me conseillant de réaliser une demande par mail.

Je me rends sur le portail numérique du data center dès la fin de l’appel et prends le temps de rédiger un mail très formel, précisant mes ressources et motivations afin de solliciter une rencontre. À l’instar de deux autres personnes de mon parcours, mon mail est resté sans réponse jusqu’à ce jour.

Je décide alors de me concentrer sur de plus petites structures, où les employés semblent plus ouverts à la discussion et moins sur leurs gardes. En effet, si j’ai appris au cours de mon investigation que l’ensemble du site de chaque data center est supervisé par une équipe qui tourne 24h/24h pour surveiller les différentes salles et les équipements de vidéosurveillance, mon interlocuteur au deuxième data center ne m’avait même pas vue monter les étages jusqu’à la salle où il se trouvait. En me rendant dans un data center situé entre mon lieu d’étude et mon domicile, j’ai réussi à discuter entre deux portes avec un responsable du bâtiment. Si ma demande de prise de rendez-vous pour un entretien n’a pas abouti, entre cet échange impromptu et les données récoltées auprès des employés que j’ai pu croiser, j’ai réussi à en apprendre bien plus que ce que j’espérais sur la sécurité des data centers.

 

Une sécurité intransigeante et qui se veut inviolable 

En regroupant mes notes prises « à la va-vite », j’ai très vite compris que la sécurité de ces bâtiments se concentre autour de quatre pôles majeurs.

Ils doivent se prémunir contre les intrusions malveillantes en installant des alarmes qui s’activent dès qu’une anomalie est détectée. En effet, les intrusions, les dégradations des serveurs et les vols de données sensibles peuvent avoir des répercussions catastrophiques car ils peuvent engendrer des pertes de données importantes ou le partage d’informations confidentielles. Un agent de sécurité m’avait d’ailleurs confié avec amusement que dans certaines infrastructures, le poids des visiteurs est pesé à l’entrée et à la sortie de certaines salles pour être sûr que rien n’a été dérobé.

Photographie personnelle

Dans un deuxième temps, le contrôle visuel des data centers au moyen de systèmes de sécurité électroniques tels que la vidéosurveillance et la télésurveillance est essentiel. Il s’agit bien sûr de dissuader les actes de malveillance mais pas seulement : les équipes de sécurité sont souvent en contact direct avec les forces de l’ordre en cas de nécessité. Les images sont bien évidemment retransmises en direct aux équipes de sécurité et peuvent parfois être historicisées pendant plusieurs mois grâce à la mise à disposition d’une grande capacité de stockage.

Photographie personnelle

Il est également primordial de surveiller l’ensemble du site et de sa périphérie souvent grâce à l’installation de capteurs multi-technologiques comme des caméras thermiques capables de détecter une source de chaleur dans l’obscurité ou des détecteurs de mouvements placés dans des zones stratégiques. En effet, en pénétrant dans les centres de données les plus gros que j’ai eu l’occasion de visiter, j’avais eu l’étrange impression d’être observée. Pourtant, il ne s’agissait pas que d’une impression et les équipes de supervision qui assurent la surveillance des lieux ont également accès à de nombreux interphones et visiophones.

Enfin, le pôle le plus important m’a immédiatement semblé être le contrôle des flux entrants et sortants à proprement parler. À l’extérieur, rue Poissonnière par exemple, si le bâtiment possède un parking, je vois un conducteur devoir décliner son identité et être obligé de patienter quelques minutes dans son véhicule avant de voir son accès autorisé. Les équipes de sécurité filtrent ainsi les flux de personnes et véhicules depuis les entrées extérieures du site même. Des ouvertures par codes sont également disposées à chaque entrée et je m’aperçois en observant un employé que les badges sont personnalisés avec la photo et le nom des personnes à qui ils sont attribués. On m’expliquera qu’il s’agit de limiter les droits d’entrée à certaines personnes seulement tout en se gardant le droit de le refuser à d’autres pour certaines zones en particulier et de pouvoir tracer les déplacements de chaque visiteur ou employé en temps réel. En effet, l’architecture des data centers est segmentée et l’accès à des zones considérées dangereuses ou sensibles peut être réservé à quelques prestataires, collaborateurs ou techniciens seulement. De même, si chaque entrée et sortie sont soigneusement enregistrées, les dispositifs technologiques proposent parfois jusqu’à la reconnaissance faciale ou la saisie des empreintes digitales.

 

Un travail de déconstruction éclairant grâce à l’intervention de Clément Marquet

Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 2021, notre entretien de groupe avec Clément Marquet m’a permis de nuancer mes observations. En effet, il évoque un discours « très marketing » de la sécurité en nous confiant qu’un technicien lui avait évoqué en riant, le contraste entre l’entrée réservée aux clients qui est très sécurisée et celle des services livraisons qui l’est beaucoup moins. Il parle d’une réelle démonstration et même d’une théâtralisation dans la présentation des dispositifs de sécurité présentés comme « infaillibles ».

« Au cours de la visite, la sécurité est incarnée par une multitude de dispositifs technologiques auxquels le visiteur-client potentiel doit se confronter au cours de ses déplacements, ou qui lui sont montrés par son guide lorsqu’ils échappent à son attention ».

(Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, Guillaume Carmino et Clément Marquet)

Pour lui, cette mise en scène paraît parfois tant démesurée, qu’il parle d’infrastructures dignes de « films de science-fiction ». La démystification que ses visites lui permettent passe par des confidences et des sourires entendus qui échappent à certains employés. Un gestionnaire lui avait notamment confié ne pas être préparé à contrecarrer une attaque terroriste armée : « Si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menaces ». Si l’on nous pousse à laisser nos sacs et nos affaires n’importe où puisqu’ils sont en sécurité partout dans l’enceinte du bâtiment ou qu’on active les alarmes pour nous prouver qu’elles sont opérationnelles, Clément Marquet pointe du doigt l’écart intéressant entre les règles drastiques concernant la sécurité de ces bâtiments et la « réalisation effective » de ces tâches. Cette démonstration qui m’a été faite au même titre qu’aux clients potentiels serait donc inévitable que ce soit par habitude ou « parce qu’on ne sait jamais ». Pourtant, dans la réalité des faits, la sécurité vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre hébergés et concurrents. Serait-ce donc cette peur de la concurrence qui m’aurait valu un tel accueil dans chacun des centres de données que j’ai cherché à solliciter ? En effet, avant chaque entretien avec chacun des employés, le même discours de réassurance quant à l’hyper-sécurisation des lieux revenait sempiternellement, comme appris par coeur et sans que je puisse réellement réorienter ma demande ou reformuler ma question.

De même, tous les employés sans la moindre exception, très souvent sur la défensive, me faisaient sans cesse comprendre qu’en tant que simple visiteuse, il y avait des salles où je ne pourrais jamais pénétrer. En effet, si les zones autorisées sont définies selon des typologies de personnes, notamment le membres du personnel ainsi que les clients et les fournisseurs, je n’étais ni l’un ni l’autre et les visiteurs sont cantonnés à certaines salles. Clément Marquet me l’a d’ailleurs confirmé. En binôme avec l’historien Guillaume Carmino lors de ses recherches, il n’a pu visiter que cinq data centers « parfois en profitant de quiproquos (les responsables commerciaux (les) envisageant comme de potentiels clients), parfois (se) glissant dans les visites pédagogiques organisées pour les étudiants ». Ils n’ont par ailleurs réussi à visiter que deux centres de données en qualité de chercheurs et ceux-ci étaient des data centers universitaires « c’est-à-dire non gérés par des opérateurs privés, mais par des institutions de recherche ou des universités ». Il précise également avoir grandement bénéficié de son « affiliation à Télécom ParisTech » pour l’obtention de ses entretiens. Suite à cet échange et après relecture de ses articles, mes ressources m’ont alors parue bien maigres pour réussir à pénétrer un secteur aussi fermé.

 

Une remise en question a posteriori pour assembler les dernières pièces du puzzle 

En repensant à mes visites, je me rendis progressivement compte que les employés ne m’avaient finalement montré que ce qu’ils étaient autorisés à me montrer et ne m’avaient dit que ce qu’ils étaient autorisés à me partager comme type d’information. Une fois la porte de l’infrastructure franchie et même après avoir réussi à monter dans les étages, j’avais chaque fois l’impression de pénétrer dans un lieu entretenant un certain mystère et si mes interlocuteurs étaient censés travailler au bon fonctionnement des data centers, ils semblaient en même temps devoir me faire barrage. Des sortes de non-dits pesaient sur nos échanges comme s’ils avaient des informations à ne pas dévoiler et j’avais ressenti de la réserve et un grand manque de spontanéité. Clément Marquet nous avait en effet signalé lors de sa visite que chacun des employés est soumis à des contrats de confidentialité forts. Dès lors, mon enquête qui visait à trouver des indices quant aux raisons de la mise en place d’une sécurité « quasi militaire » les mettait en alerte, en cela qu’ils n’ont pas du tout l’habitude de gérer la presse et qu’ils ne sont absolument pas formés comme pourraient l’être les employés des centrales nucléaires par exemple.

Photographie personnelle

De même, en ce qui concerne le partage des locaux avec des start-ups, j’ai appris en en discutant avec une connaissance anciennement employée d’un data center que c’est ce que l’on appelle des « centres de données de collocation ». Comme dans les cas des deux premiers data centers que j’avais eu l’occasion de visiter, ils sont souvent installés dans d’anciens immeubles et appartements situés en centre-ville, au-dessus de commerces à qui ils louent des espaces et qui servent de « couverture » à leur activité en quelque sorte. En effet, un détail m’avait particulièrement interrogée lors de ma première séance d’observation. Empruntant un ascenseur pour me rendre dans les locaux d’un centre de données, je m’étais aperçue que deux étages n’étaient tout simplement pas indiqués. Les deux étages manquants étaient bien évidemment ceux du data center dans lequel je me rendais et c’est seulement parce que j’étais accompagnée d’un employé de la structure que j’avais alors pu pénétrer dans ce qui m’avait semblé être le hall d’entrée du centre.

 

Ainsi, malgré les quelques 150 data centers en région parisienne, persiste une impression que ce que nous plaçons dans le cloud depuis nos équipements informatiques et électroniques, n’est pas vraiment stocké quelques part. Lorsque nous utilisons notre plateforme de messagerie en ligne ou des applications comme WhatsApp ou Facebook, nous ne nous intéressons pas à la manière dont le cloud fonctionne jusqu‘à ce que nous soyons confrontés à son existence. Cette confrontation évitée à tout prix par l’invisibilisation des data centers dans l’espace urbain expliquerait alors la grande méfiance de la sécurité envers les quelques visiteurs dont je faisais partie. Pourtant, lorsque cette confrontation avec la réalité de leur présence intervient, la découverte n’est souvent que plus brutale. En effet, lorsqu’en novembre 2017, les infrastructures d’OVH à Strasbourg et à Roubaix ont été victimes d’incidents critiques et d’incendies, une grosse entreprise de Saclay a perdu tous ses mails, une partie de ses données de recherche et son site internet a très largement été endommagé. Cet évènement a fait les gros titres et la « Une » de plusieurs journaux pendant quelques semaines et le maintien d’un silence autour des data centers a été brisé faisant débuter une prise de conscience générale quant à leur existence. À ce moment précis également, la mythologie de l’efficacité et de la sécurité de ces bâtiments est questionnée et lorsque Clément Marquet nous évoque la suite de ses recherches à venir, il ne peut s’empêcher de se questionner sur une potentielle nécessité de restructuration. Il nous évoque la ville de Marseille où la stratégie appliquée par les centres de données commence à changer. Un processus de reconstruction architecturale permet peu à peu aux data centers marseillais de s’imposer dans l’espace public en y signalant leur présence. Malgré plusieurs procès en cours, les nouveaux data centers qui font leur apparition dans la ville possèdent une présence marquée au coeur de celle-ci et exploitent peu à peu une dimension philanthropique de leur activité. L’importance de communiquer sur les data centers et d’éduquer les différents acteurs et la population à leur existence grandit et il s’agit aujourd’hui de leur construire une image dynamique et positive. Pourtant, si les data centers deviennent repérables alors même qu’ils passaient inaperçus dans notre quotidien jusqu’alors dans la façon même dont ils étaient conçus, la question de la sécurité sera proportionnellement chamboulée. Rendu visible par les problèmes qu’il cause, le data center va-t-il devenir un acteur qui ne sera plus caché ? D’ici quelques années, la question de savoir comment pénétrer dans un centre de données, n’aura sûrement plus rien à voir avec les problématiques que j’ai pu rencontrer durant ces mois d’automne 2021. Pour Clément Marquet, il est maintenant temps de se demander si cette hypervisibilité en cours d’acquisition dans plusieurs régions de France n’est pas, elle aussi, une nouvelle forme d’invisibilisation.

 

Alysée Delaruelle

Le mythe des data centers : l’urbanisme au service de “l’invisibilisation matérielle”

« Entrepôts informatiques de stockage lointains implantés au pôle nord ».

C’est la vision des data centers qui nous est donnée par un commerçant qui, paradoxalement, partage sa rue avec l’un de ces «entrepôts lointains». 

Les data centers ou centre de données sont des infrastructures accueillant serveurs, baies de stockage, ordinateurs et équipements informatiques. Ces installations permettent de stocker et protéger les données des clients. Dans l’imaginaire collectif[1], les data centers seraient « d’immenses infrastructures » implantées en dehors de la ville, dans des territoires nordiques et peu peuplés. Le fait que nos interrogés partagent leur lieu de travail voire leur lieu de résidence avec des data centers sans pour autant en avoir connaissance, nous a amené à nous interroger sur leur implantation urbaine discrète voire invisible. 

Afin d’étudier ce phénomène, nous étudierons, dans un premier temps, les stratégies d’invisibilisation des data centers en matière d’urbanisme. Puis, dans un second temps, nous analyserons la réception de cette implantation discrète chez le public familier au quartier. Pour nous saisir de la question de l’invisibilisation des data centers, nous avons réalisé une enquête ethnographique composée d’un ensemble d’observations, d’entretiens, de photographies, d’enregistrements vidéo et audio, permettant de documenter les différentes stratégies d’invisibilisation. Nos investigations se sont concentrées sur les data centers mais également sur les rues où s’implantent ces derniers, à savoir les commerces voisins et les bâtiments voisins. Il était essentiel pour nous d’interroger les acteurs qui côtoient -sans forcément en avoir conscience pour autant- les datas centers, à savoir les riverains et les commerçants voisins. Nous avons mené une dizaine d’entretiens cherchant à mesurer les dynamiques des lieux d’implantation des data centers, l’existence discrète de ces derniers, leurs signalétiques et les différents rapports personnels de chaque interviewé avec les data centers

 En amont de notre première observation des data centers nous avons délibérément choisi de ne pas préparer notre observation, en nous intéressant à un aspect en particulier par exemple. Ce choix s’est, d’une certaine façon, imposé à nous, dans le sens où nous n’avions jamais vu, ni visité de data centerC’est avec cet œil nouveau, dénué de tout préjugé ou de toute anticipation sur ce que nous allions observer, que le sujet d’invisibilisation s’est naturellement révélé, sur le terrain. Nous avons choisi de réaliser nos observations en binôme pour plusieurs raisons qui présentaient, selon nous, des avantages. Tout d’abord, observer en binôme c’est pouvoir compléter et solidifier les observations de chacun. De plus, les data centers étant des lieux « ultra-sécurisés », l’observation à deux permet une certaine discrétion, en évitant d’alerter la vigilance des agents de sécurité, des employés, des riverains ou encore des passants.

Lors de nos entretiens, la démarche en binôme s’est révélée être utile en termes de dynamisme lors des échanges tout en permettant de garder un climat de confiance entre l’interviewé et nous.  

Notre position d’étudiantes nous a également permis d’obtenir des informations de la part des personnes interrogées et de légitimer notre présence, nos observations et nos interrogations face à ces derniers. 

Stratégies d’invisibilisation urbaines 

Des infrastructures caméléons 

Lorsque sont évoqués les datas centers, il est difficile d’en dessiner un portrait commun, clair et partagé : « Infrastructures lointaines », « grands entrepôts », « usines polluantes situées pôle nord », etc. 

Lors de nos entretiens effectués auprès des parties civiles, n’ayant pas de lien direct avec les data centers, il en ressort une réaction univoque et des réponses diverses : Les data centers sont difficilement descriptibles.  Dans sa thèse Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, Clément Marquet énonce les hypothèses expliquant ce flou qui plane autour de la question des data centersCe dernier peut être expliqué socialement par le phénomène désintéressement collectif quant aux infrastructures informatiques et leurs implantations, mais également administrativement et politiquement, où d’autres enjeux territoriaux majeurs ont pu ombrager la présence des data centersCependant lors de nos observations, l’explication à cette absence de consensus dans l’imaginaire collectif s’est rapidement révélée être un phénomène que Clément Marquet défini comme « l’invisibilité matérielle ».

9 novembre 2021, 9h25

 Le premier data center que nous avons visité est situé au rue Poissonnière, soit à 2 minutes de marche de la Station Bonne Nouvelle située sur le grand Boulevard Poissonnière, une artère principale de la capitale. Lorsque nous sommes sorties de la station, nous nous retrouvons au cœur de Paris devant l’un des plus anciens cinémas de Paris, le Grand Rex. Après avoir reçu un brief de notre chargé de TD, M. Da Silva, nous marchons en direction de notre première destination : le data center NEOCENTER. Arrivées sur place, il nous est difficile de discerner et de localiser avec certitude le centre de données. Le bâtiment accueillant ce dernier est enfoncé dans une rue étroite typique du centre de Paris. Il s’agit d’un immeuble moderne, par ses grandes baies vitrées et rebords de fenêtre en acier, mais à la fois respectueux de l’architecture haussmannienne par sa couleur beige, ses lignes principales de façade et sa hauteur qui forme un ensemble architectural en continuum avec les autres bâtiments de la rue. Concernant la hauteur, nous avons remarqué une volonté de « trompe l’œil » dans l’édification de l’immeuble (qui, nous le rappelons, est assez récent) et les stratégies d’occupation de l’espace de l’immeuble. En effet, dans une logique d’immersion dans le paysage urbain parisien, l’immeuble qui accueille le centre de données Neocenter Paris doit garder une hauteur n’excédant pas 6 étages. Nous nous sommes rendu compte qu’en réalité l’immeuble en compte 8. Néanmoins, les deux étages construits en retrait s’ajoutant au-dessus du bâtiment et la création d’un rez-de-jardin servent à détourner la règle haussmannienne sans pour autant la déroger. 

Nous démarrons du premier site pour nous rendre au data center Telehouse Paris Jeuneurs à pied. Nous nous enfonçons dans les rues du 2ème arrondissement où l’agitation des boulevards se fait moins ressentir, ou plutôt entendre. En observant la façade et le bâtiment, nous retrouvons un bâtiment à l’architecture haussmannienne ne dénaturant pas l’esthétique de la rue. Les façades possédant des caractéristiques bien précises, jouent avec les codes architecturaux extérieurs pour se « banaliser » et se rendre invisible aux yeux des passants et riverains. Dans le centre de Paris, la révolution numérique et la modernité, caractérisées par les data centers, s’intègrent dans le territoire de manière discrète en empruntant des codes architecturaux anciens. L’architecture des bâtiments accueillant les centres de données s’insèrent harmonieusement dans les milieux urbains en respectant le patrimoine architectural environnant. 
A Aubervilliers, banlieue du nord-est parisien, les infrastructures accueillant les datas centers s’accordent également avec le milieu architectural contemporain environnant. Le quartier Front populaire traduit de la mutation urbaine de l’EPT Plaine Commune mêlant lieux d’habitations et culturels, établissements universitaires, entrepôts, studios, etc. 
Les datas centers s’ajoutent à cette diversité en s’implantant autour de ces pôles d’activités. Même si les datas centers d’Aubervilliers ne déclarent pas explicitement leurs activités, leur présence s’affirme davantage dans l’espace public. Le premier data centers visités indique clairement le groupe spécialisé dans les réseaux de télécommunications internet, GTT, lorsque dans le centre de Paris, leur présence était insoupçonnée. 

Lors de notre rencontre avec Clément Marquet, ce dernier nous fait remarquer une évolution de la mono architecture vers une liberté croissante de création architecturale. M. Marquer prend en exemple le centre de données Interxion par2 d’Aubervilliers et sa stratégie d’affirmation : L’hypervisibilité de la structure dans un paysage semi-industriel la rend paradoxalement invisible. L’architecture apparente et évidente peut se traduire comme une stratégie de la part des datas centers afin de faire reconnaître leur importance aux élus locaux dans un territoire qualifié de « Capitale Française des data centers ». 

Implantation dans le centre-ville : Contrat de colocation dans le bail professionnel

 Retour au premier datacenter NEO CENTER. 

 A première vue, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un espace strictement réservé aux bureaux de différentes sociétés. Le flux de personnes entrant et sortant du bâtiment est assez régulier et sont, en apparence, des employés de ces groupes d’entreprises. Les premiers étages sont occupés par les bureaux des compagnies affichées à côté de la porte d’entrée, donnant ainsi sur la rue. Les passants aperçoivent les bureaux implantés et imaginent que l’ensemble de l’immeuble est consacré à ces espaces de travail. 

Aucun signe du groupe NEOCENTER n’est à relever. 

Cependant, en observant les fenêtres des derniers étages, nous remarquons que les fenêtres donnent sur des portes, contrairement aux 4 premiers étages. Ce fut le détail qui nous a laissé penser que les équipements informatiques de data center pouvaient s’y trouver derrière. De même que le premier, le deuxième site de data center (Telehouse Paris Jeûneurs) que nous avons visité s’insère dans un quartier propice à l’implantation de bureaux. Passée la porte principale, nous nous retrouvons face à des bureaux de la Maif Start up Club, puis une cour donnant sur un bâtiment collé au principal accueillant des locaux de firmes internationales sur plusieurs étages. Identiquement à Neocenter, nous notons l’usage de l’acier dans les rebords de fenêtre et le choix de grandes baies vitrées, pourtant cachées par des pare-soleil en aluminium. Nous avons demandé à trois personnes travaillant pour les groupes implantés à cette adresse, une indication quant à l’entrée du data center : aucun d’entre eux ne savaient ce qu’était un data center ni de leur possible présence dans le bâtiment. Aucune indication nous laisse penser qu’il y aurait un data center à proximité. Nous décidons tout de même d’entrer et de nous rendre au dernier étage. Nous sonnons et nous sommes accueillis par un technicien Telehouse. La salle d’accueil est verrouillée, il faut donc sonner pour avertir le technicien de notre présence et de notre volonté d’entrer. Devant nous, des clients récupèrent leur badge d’accès à leurs baies de stockage qu’ils ont loué. Par la suite, nous entrons dans le bâtiment adjacent, qui accueille les bureaux d’une entreprise de design, pour nous rendre compte par nous-même de la présence sonore des data centers. Arrivées dans la cour, nous notons un bruit continu clairement distinct que nous n’avions pas décelé dans le bâtiment Telehouse Paris Jeuneurs. L’offre de bouche-oreilles à l’accueil du data center témoigne de la pollution sonore des data centers, pourtant les employés interrogés ne semblent pas relever de bruits quotidiens dérangeants. L’implantation des data centers dans des espaces de coworking serait-elle donc une stratégie d’invisibilisation pour dissimuler leur présence ? Recourir à la colocation par bail professionnel n’est-ce pas également le gage d’une cohabitation sereine en journée lorsque l’activité de la ville couvre le bruit émis par les data centers

Les dynamiques des rues au service des data centers 

L’observation ne s’est pas arrêtée aux centres de données en eux même mais s’est également portée sur les quartiers et rues où s’implantent les opérateurs. S’agissant du premier data center visité, à savoir Neocenter, la rue nous est décrite par deux riveraines comme une rue vivante avec beaucoup de circulation et par conséquent très bruyante. On peut se demander s’il y a une volonté de la part des data centers de s’implanter dans ces milieux très sonores. De plus, les riveraines décrivent une certaine mixité/brassage, tant au niveau de l’âge que de l’ethnicité des résidants. Le quartier a connu de « nombreuses vagues d’immigration » et les commerces changent mais on y ressent toujours un sentiment d’entraide et de sécurité. Le bruit émis par ce data center, si tant est qu’il soit perceptible hors de la structure, s’impose donc naturellement aux nouveaux riverains et commerçants, en faisant partie des caractéristiques qui définissent la rue. En conclusion, la rue Poissonnière est une rue dynamique, solidaire et sûre. 

Comme nous l’avons mentionné plus haut, Paris, mais plus précisément ce quartier, est particulièrement sonore. Un commerçant décrit une « rue piétonne hybride ». Il explique ce terme par, dans un premier temps, la présence du Grand Rex qui fait vivre la rue et amène de nombreux piétons mais également, dans un second temps, par le ralentissement de la circulation lié à un barrage érigé au bout de la rue.                                                                                    A Aubervilliers, les dynamiques sont différentes mais suivent le même schéma : l’hyperactivité du territoire de la Plaine Commune est bénéfique à une implantation discrète des datas centers. 

Clément Marquet s’intéresse à la perception troublée des data centers en raison du dynamisme d’un paysage urbain en constant aménagement : “Mais la discrétion des installations ne tient cependant pas uniquement aux propriétés esthétiques des bâtiments. Si les constructions sont passées inaperçues, c’est aussi à cause de l’agitation que produisaient les transformations du territoire, générant la présence permanente de chantiers de construction au cours des vingt dernières années”

Réception du public : entre méconnaissance, accessibilité et sécurité 

Nous avons expliqué et analysé précédemment les stratégies d’invisibilité urbaines des data centers. Dans le chapitre « Le cloud est en Seine-Saint-Denis » du recueil Controverses : Mode d’emploi[3], Clémence Seurat explique que « ces fermes de données sont rendues invisibles : le matériel informatique nécessaire au stockage des informations numériques qui circulent sur le réseau mondial se cache derrière les façades aveugles de hangars, entre les murs d’immeubles ordinaires […] » Nous nous demanderons dans cette partie si cette stratégie d’invisibilité est efficace sur le public qui vit ou travaille à proximité d’un data center. En effet, pour mieux comprendre si les data centers sont discrets, il faut étudier les personnes qui participent au dynamisme de la rue où se trouve le data center. Pour se faire, nous avons décidé d’interroger des individus qui participent à la dynamique du quartier de ces data centers. Dans un premier temps, nous étudierons comment la méconnaissance sur les data centers permet de participer à leur discrétion. Ensuite, nous verrons comment l’inaccessibilité aux data centers crée de l’invisibilité. Dans un dernier temps, nous essaierons de comprendre les raisons de cette invisibilité.

L’invisibilité commence par la non connaissance des data centers

Nous avons interrogé deux types de public sur la définition même du data center. Ainsi, nous avons interrogé des passantes de la rue Poissonnière où se trouve le data center NEOCENTER Paris. Préalablement, nous leur avons demandé si elles étaient résidentes à proximité du data center évoqué précédemment pour être persuadé d’avoir trouvé la cible que nous recherchions. En effet, nous voulions être sûres qu’elles soient habitantes du secteur pour pouvoir poser nos questions. Bingo ! Elles y sont résidentes depuis plusieurs années, à quelques rues du data center. Elles connaissent très bien le quartier et nous ont parlé longuement des dynamiques du quartier. Après quelques échanges, nous leur avons finalement demandé si elles savaient ce qu’est l’infrastructure où se trouve NEOCENTER. Elles nous affirment qu’elles ne savent pas puis après mûre réflexion une des deux nous affirme que ce sont des entreprises. Nous leur expliquons qu’en plus des entreprises, un data center se trouve dans ce bâtiment. Stupéfaites par ce terme qu’elles ne connaissent pas, elles nous demandent la définition d’un data center. Ainsi, l’invisibilisation se produit visuellement mais aussi dans la tête des individus : ne pas savoir ce qu’est un data center permet de l‘invisibiliser.

Nous avons également interrogé l’un des cuisiniers du restaurant ROLLS rue des Jeûneurs, il se trouve en face du data center Telehouse Paris. Entre la réalisation de deux rouleaux de printemps, nous lui demandons s’il a connaissance de la signification d’un data center. Il nous répond que ce sont des centres de données qui seraient « loin, au pôle nord ». Cette méconnaissance de la localisation des data centers entraîne une invisibilisation de ces structures. Ainsi, il est inimaginable pour le public des quartiers où se trouve le data center que ce type de structure existe ou se situe à proximité de l’endroit où il travaille, où il réside.

Plus que de l’invisibilité : de l’inaccessibilité

Comme évoqué précédemment, nous nous sommes rendus au data center NEOCENTER Paris. Hésitantes devant le bâtiment, nous ne savions pas si ce data center en était réellement un ou non. En regardant l’affiche de l’adresse correspondante au data center NEOCENTER, nous n’avons pas trouvé le nom du data center indiqué. 

Nous avions pourtant remarqué le nom de diverses entreprises, mais pas celui recherché. Le seul indice que nous avons remarqué est le mot « databank ». Ainsi, après quelques recherches sur internet, nous apprenons que les entreprises ZAYO et ZCOLO indiquées à l’entrée sont des data centers. Nous étions maintenant sûres qu’un data center était présent dans cette infrastructure. Nous avons hésité un petit moment à interroger quelqu’un, sûrement à cause d’une certaine timidité mais aussi à cause d’une appréhension des data centers. En effet, en les étudiant avant d’aller les visiter, nous avions compris l’enjeu de surprotection des data centers.

Nous avons donc eu quelques hésitations avant de questionner une femme qui travaille dans le bâtiment où se trouve le data center NEOCENTER Paris. Elle travaille pour l’entreprise Tiktok, qui elle est affichée clairement à l’entrée de la structure. Lorsque nous lui demandons si elle connaît les data centers, elle n’arrive pas à nous répondre. Ainsi, nous comprenons qu’elle ne sait pas ce qui se trouve à quelques étages au-dessus d’elle, dans le même bâtiment. La salariée de Tiktok n’a pas accès aux étages du dessus. Ainsi, la stratégie d’invisibilisation des data centers ne s’effectue pas seulement d’un point de vue esthétique. Elle s’effectue également en interne. L’architecture des data centers est en effet discrète, mais nous comprenons également que l’invisibilité des data centers s’effectue également grâce à l’impossibilité d’accéder aux data centers. Ils ne sont pas seulement invisibles, ils sont également inaccessibles. Et cette inaccessibilité participe à la discrétion du data center.

Quelles seraient les raisons de cette stratégie d’invisibilité ?

Nous pouvons nous demander à présent l’utilité de rendre ces infrastructures invisibles. Nous avons interrogé un commerçant se trouvant en face du premier data center que nous avons visité, celui rue des Poissonniers appelé NEOCENTER. Après une discussion avec un employé du Kafe Buki, il nous renvoie au propriétaire des lieux pour la suite de l’interview. Après quelques échanges, nous demandons au propriétaire s’il a la connaissance de la présence d’un data center en face de son commerce. Il n’en a pas l’information mais il ne paraît pas si étonné : « Je me concentre surtout sur mon commerce et la circulation routière de cette rue qui me procure quelques soucis ». Nous lui demandons s’il détient une idée de la raison de cette discrétion des data centers. Après réflexion, il imagine que la seule raison qui pourrait justifier cette stratégie d’invisibilité est la sécurité renforcée. « Peut-être que des écolos un peu malveillants viendraient cramer tout le système » nous dit-il amusé. Il continue en disant que ce serait une démarche inutile de tout détruire pour des revendications écologiques. Selon lui, il vaudrait mieux pirater le système à distance si on souhaite effectuer une action avec plus d’impact. Pour ce commerçant, l’invisibilité est une protection face aux éventuelles attaques. Cette discrétion serait donc la résultante d’une surprotection des data centers.

Nous avons décidé d’interroger un professionnel pour mieux comprendre la raison de l’invisibilité des data centers. Nous nous sommes rendus à la Pleine Commune, au data center Equinix. Nous sommes arrivées devant un bâtiment très moderne. Nous avons sonné et sur une improvisation totale nous avons décidé de dire que nous étions de l’administration. Nous ne savions pas si cela était une bonne idée mais nous avons réussi à entrer. Une personne de l’accueil nous a dit d’attendre pour que l’on puisse communiquer avec un technicien. Nous avons pu interviewer un des techniciens d’exploitation présent sur site. Avant d’être employé dans ce data center, il a obtenu un bts informatique de gestion et suite à de l’intérim, a atterri au data center d’Equinix et y est salarié depuis six ans. Ce dernier nous explique que pour comprendre l’invisibilité des data centers, il faut comprendre ce qu’est une donnée, notamment l’importance de celle-ci. Il nous affirme que les données sont très importantes puisqu’elles peuvent concerner des informations sur la santé, des données bancaires ou encore des données privées de réseaux sociaux. Il nous rappelle que beaucoup de nos informations sont dématérialisées. Ainsi, selon ce technicien d’exploitation, l’invisibilité des data centers est due à une surprotection des données. 

Conclusion

Aujourd’hui, si les questions du cloud et du stockage des données numériques se répandent de plus en plus et se matérialisent aux yeux du grand public, de nouveaux enjeux émergent en parallèle de cette popularité croissante. A travers cette observation, nous avons pu constater que l’invisibilité des data centers est plurielle, en se manifestant notamment par des stratégies urbaines et architecturales. Néanmoins, la création de data centers éco responsables, moins énergivores, est au cœur des préoccupations lorsque nous savons que les technologies digitales sollicitent une part continuellement croissante de la consommation électrique mondiale. L’éclosion de ces nouveaux data centers vont-ils toujours recourir à des stratégies d’invisibilisation ou, au contraire, s’affirmer pour redorer leur image. 

Dans un article du Nouvel Observateur, Sébastien Billard et Rémi Noyon posent un nouveau paradoxe entre matérialité et immatérialité qui résonne avec notre hypothèse des data centers comme trompe-l’œil : “On nous parle de cloud comme si nos données numériques flottaient dans les airs. Mais cette immatérialité supposée est un leurre (…). Le numérique permet la « dématérialisation » d’un certain nombre d’usages. C’est un trompe-l’œil ? Toute l’histoire de la « dématérialisation » est celle du remplacement d’une matière par une autre, voire par plusieurs autres. Dématérialiser, c’est matérialiser autrement.”. 

 

Kajjiou Maeva & Selahdja Lydia

 

[1] En nous basant sur la majeure partie des réponses recueillies lors de nos entretiens.  
[2] Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Page 230,  Université Paris-Saclay, 2019, 403 p.
[3]Clémence Seurat et Thomas Tari (2021) « Le cloud est en Seine-Saint-Denis », dans
Controverses : Mode d’emploi, Presses de Sciences Po.                               
[4] 
Billard, S., Noyon, R., 2021, « Le numérique, un désastre écologique », L’Obs, 28 octobre 2021. 

 

Le Cloud, une étymologie trop légère et optimiste face à la réalité des datacenters ?

Dans cet article, je souhaite dépeindre une expérience personnelle en rapport avec l’étude de Guillaume Carnino et Clément Marquet intitulée « Les datacenters enfoncent le Cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet »*. Cette dernière décrit les différents enjeux  qui se matérialisent autour des datacenters, et retrace la visite d’un de ces bâtiment aux aspects mystérieux et aux informations gardées très secrètes.

Le Cloud, un « petit nuage qui flotte » …?  

Il y a de cela trois mois, alors que je voyageais en Corée du Sud, je me fis voler mon téléphone. Par soucis de dépendance, et parce qu’aujourd’hui cela nous paraît être un geste logique, je m’en racheta immédiatement un autre. Il me paru alors tout à fait naturel de simplement me connecter à mon compte iCloud, et d’ainsi récupérer l’entièreté de mes données. Sur le coup, je me souviens m’être alors dis « c’est fou, c’est comme si personne ne m’avait pris mon téléphone ». Et pour cause, j’avais racheté exactement le même modèle (iPhone XR, noir, 128go), et mon ancien fond d’écran ainsi que toutes mes applications s’étaient téléchargées automatiquement dans la même configuration que mon ancien appareil. Finalement, la seule différence entre avant et après ce vol résidait dans le solde de mon compte bancaire. A peine avais-je ce nouveau téléphone en main, que j’oubliais déjà l’incident. 

Un peu plus tôt dans l’année, alors que ma mère me demandait de lui expliquer ce qu’était que le « Cloud », je me souviens lui avoir expliqué que c’était comme un petit « nuage » qui flottait au dessus de sa tête, et qui transportait toutes ses données personnelles, lui permettant d’y avoir accès 24h/24, et 7j/7 avec facilité. 

Les datacenters,  ces sous-sols cachés d’Internet 

Mais c’est depuis ma prise de connaissance de l’article de Guillaume et Clément quelques jours auparavant que je réalise à quel point j’avais « idéalisé » cette définition du Cloud, ainsi que la facilité avec laquelle j’avais traité le vol de mon téléphone. 

Non, nos données personnelles ne flottent pas au dessus de nos tête, mais sont belles et bien stockées dans un bâtiment, de briques et de mortier, quelque part dans le monde. Elles consomment de l’énergie, polluent, font du bruit, émettent de la chaleur, et ne sont donc pas gratuites aux yeux du monde. Et tout comme cette étudiante mentionnée page 61 dans l’essai de nos deux auteurs, je ne puis m’empêcher de me sentir coupable lorsque j’utilise mon ordinateur ou mon téléphone, depuis lors que j’ai découvert toute cette controverse qui entoure les datacenters. De nombreuses questions me taraudent également désormais, et parmi elles : finalement, où sont stockées mes données?

Eulalie FAUCHER

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Un enquête épineuse, entre « Boîte Noire » et « Boîte de Pandore »

L’article de Guillaume Carmino et Clément Marquet* est centré autour de la parole rapportée qui faire office de témoignage. Cette approche sera efficiente puisque les informations glanées au détour d’une visite et les confidences officieuses échangées constitueront les données les plus essentielles.

Une politique du silence

Si la cohabitation matérielle avec nos espaces urbains constitue une dimension rassurante, les bâtiments sont très difficiles d’accès et la sécurité quasi militaire. Pour écrire cet article, nos chercheurs ont du passer par tous les expédients possible et parfois même par la ruse.

Ces bâtiments qui occupent 18.000 m2 en Europe passent complètement inaperçus. Cette invisibilité se traduit dans les esprits par une ignorance que certains élus locaux contribuent à entretenir. Cependant, on remarque que ces datacenters constituent une manne financière non négligeable. Leurs visibilité se résumerait-elle alors à une question de rentabilité économique?

Lorsque les habitants se questionnent, une seule réponse leur est donnée selon une forme de chantage qui infantilise la population : « C’est soit le datacenter, soit votre smartphone ».

Une affaire de « gros sous »

Des enquêtes sont lancées mais les datacenters ferment leurs portes et deviennent tabous. Pourtant, certaines de ces entreprises constituent de véritables fortunes et si la pollution qu’elles engendrent est alarmante, on en parle peu. De même, l’appât du gain y fait surface et nous sommes loin du désintéressement prôné.

Les visites sont organisées autour d’une mise en scène de la sécurité des infrastructures et une multitude de dispositifs technologiques sont mis en avant. En réalité, on circonscrit les risques et si on les rassure sur la destination des rebuts, on leur admet bien vite ne pas réellement savoir ce qu’ils deviennent.

De même, si l’on insiste sur le contrôle à l’accès, il vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre concurrents.

Ainsi, le mythe d’une machinerie auto-régulée s’heurte à la réalité d’une action humaine indispensable et les transformations du travail réduisent les techniciens à des tâches répétitives et de plus en plus dénuées de sens.

Tandis que les datacenters purifient l’image du numérique contemporain en annihilant tout ce qui pourrait ternir leur image, notre dépendance grandissante aux nouveaux outils numériques propulsent ceux qui sont aujourd’hui nos bourreaux, à la tête de nos politiques d’aménagement.

Alysée DELARUELLE

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Data centers : des “ogres énergétiques” ?

Nous commenterons le chapitre 7 « Requalifier les data centers » de la thèse Binaire Béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, écrit par Clément Marquet*. Ce texte traite des tentatives de résolutions de divers problèmes que posent les data centers. Nous nous pencherons sur la question environnementale qu’ils posent. En effet, ils sont considérés comme des « ogres énergétiques ». Les data centers vont donc essayer de nier ces accusations en affirmant qu’ils sont en réalité des alliés de la cause écologique et de la transition énergétique.

Dans ce texte, nous remarquons que les opérateurs des data centers réagissent face aux polémiques dans lesquelles ils sont impliqués : certains s’opposent aux demandes de construction de réseaux de chaleur qui apparaissent comme complexes et couteux, d’autres résistent à leur nouvelle qualification industrielle qui entraine des hausses de taxes et plusieurs n’acceptent pas leur image de sur-consommateurs énergétiques.

Clément Marquet reprend la définition de « chaleur fatale » du site du CEREMA : « une production de chaleur dérivée d’un site de production, qui n’en constitue pas l’objet premier, et qui, de ce fait, n’est pas nécessairement récupérée ». La chaleur fatale entre dans les sujets contemporains d’optimisation énergétique de la ville. C’est d’ailleurs sur cet enjeu que mise Cécile Prévieu, la directrice générale adjointe du groupe ENGIE. Le 13 octobre 2021, elle tweete sur la réduction d’empreinte carbone des entreprises grâce à ENGIE : « En récupérant la chaleur fatale d’une usine, en fournissant de l’#EnergieRenouvelable à une autre […] @ENGIEgroup accompagne les industriels pour réduire leur empreinte carbone […] ».

Ainsi, nous remarquons que les réseaux sociaux sont devenus un nouveau moyen pour se détacher d’une image péjorative. C’est pour cette raison que les data centers utilisent les réseaux sociaux pour essayer de montrer qu’ils sont des « alliés de la transition énergétique » et un « levier de réduction des émissions de CO2 ». Clément Marquet cite les propos de Marc Jacob, le rédacteur en chef de Global Security Magazine  : « Aujourd’hui, les data centers sont perçus comme un bâtiment polluant, il faut donc remédier à cette image. […] Une web TV va être créée et les réseaux sociaux seront utilisés […] pour valoriser la filière. ». Ainsi, les data centers usent d’une stratégie de communication numérique pour redorer leur image.

Maëva KAJJIOU

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

L’impact environnemental du cloud gaming

Clément Marquet et Guillaume Carnino dans leur article sur Les datacenters enfoncent le cloud* précisent que le développement des jeux implique des temps de réponse très courts et une proximité forte des lieux de stockage des données. L’usage des data centers évolue continuellement, ce qui permet à différents secteurs d’innover et de proposer de nouveaux services. Ainsi, les acteurs du jeu vidéo ont profité de cette amélioration pour réinventer le cloud gaming. Ce dernier permet de jouer en streaming à des jeux qu’on ne possède pas physiquement sur tous types de supports (smartphone, tablette et ordinateur) avec simplement une connexion haut débit à Internet.

Le concept existe depuis 2010 avec OnLine qui était le premier à lancer sa plateforme. Malheureusement, les progrès technologiques n’étaient pas suffisamment performants pour gérer une telle quantité de données. Cela causait des problèmes de latence, ou le jeu n’était pas stable, donc elle affectait l’expérience utilisateur. En France, plusieurs acteurs se partagent le marché, par exemple, Stadia de Google, qui propose un catalogue de jeux pouvant être joué sur une télévision, smartphone ou pc portable. Xbox propose aussi un service similaire à celui de Google. 

Néanmoins, le cloud gaming pose des questions sur son impact environnemental. L’utilisation croissante du stockage des data centers et de la puissance de calcul de ces derniers pourrait accentuer les problèmes environnementaux existants. Une étude a été publiée par l’International Conference on ICT qui illustre trois scénarios de l’effet du cloud gaming sur l’environnement. Dans le scénario hybride, avec 30 % de joueurs en plus, cela augmenterait de 29,9 % les émissions de gaz à effet de serre. Si le concept s’impose chez les joueurs, cela provoquerait une explosion du taux à 112 %. Leur analyse se focalise uniquement sur les appareils mobiles permettant de jouer en 720p ou 1080p. Les chercheurs précisent qu’ils ont basé leur analyse sur des résolutions d’écran plus conservatrice, car une définition plus haute aurait des conséquences pérennes. 

Selon Statista, le chiffre d’affaires du cloud gaming en 2018 était de 66 millions de dollars. D’après le rapport du SELL sur le bilan du jeu vidéo en 2020, 36 millions de français ont joué, et une augmentation du jeu en ligne a été constatée (incluant le cloud gaming).

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Data centers : un numérique durable ?

«Pas de French Tech sans data centers » : Voilà que les plus grands acteurs des data centers nous promettent un numérique durable

Dans le chapitre 7 de sa thèse, Quand les infrastructures numériques aménagent la ville*, Clément Marquet liste trois configurations à plusieurs échelles, dans lesquelles s’introduisent deux formes de normalisations de data centers dans l’espace urbain, et plus particulièrement sur le territoire de la Plaine Commune. Clément Marquet soulève les enjeux environnementaux dans ces types de normalisation.

Comment parvenir à converger les data centers en des infrastructures durables ? Quelles sont les limites qui s’opposent à cette « convergence infrastructurelle » ?

Le concept effraie, pourtant il est assez simple : raccorder les data centers aux réseaux de chaleur urbains. En outre, l’énergie consommée par un data center étant à 40% utilisée par la climatisation, pourquoi ne pas récupérer la chaleur produite par ces climatiseurs ! Cette solution rend sensible une mesure d’intégration des infrastructures au territoire par une approche écologique de l’aménagement urbain.

Représentant 2 % des émissions de gaz à effet de serre totales, les data centers sont un facteur important pour le réchauffement climatique…D’après Clément Marquet, de nombreux projets ont démontré que le raccordement des data centers aux réseaux de chaleur était possible. La commune de Val d’Europe l’a démontré avec excellence puisque 600 000 mètres carrés de bâtiments vont être chauffés par un entrepôt de données informatiques implanté à proximité. Alors pourquoi cette convergence durable est épineuse pour les data centers de la Plaine Commune ?

En observant la réponse du PDG France d’Interxion : « la mission première d’un data center n’est pas de chauffer madame Michu mais d’assurer une continuité de service aux entreprises » : la convergence durable semble impossible. Par conséquent, l’abondante quantité d’énergie consommée par ces infrastructures est rejetée dans l’air sans être valorisée. En outre, la question n’est pas de savoir comment Madame Michu va se chauffer, mais celle de l’avenir environnemental de ces infrastructures informatiques. On observe un manque de concertation sur ce sujet entre les différents acteurs dont les opérateurs de data centers, les opérateurs des réseaux de chaleur, ou encore les collectivités, de consommer de la chaleur. Les clivages liés à la concurrence, au coût ou encore aux risques, comme celui de la panne électrique, empêchent l’aménagement durable de l’espace urbain. L’idée est d’appréhender la gestion, à l’avenir, de ces infrastructures si gourmandes en énergie. Les data centers pourront-ils répondre à un avenir durable ? 

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Les data centers, entrepôts d’un temps paradoxal

À Paris, une matinée d’automne, les feuilles sèches secouées par milliers réveillent le quartier. Lorsque les lampadaires s’éteignent au moment du lever et que dans la rue passe à peine une personne et puis une autre, il serait difficile de croire que derrière les belles façades et les pavés millénaires, des machines contenant des données du monde entier circulent à une vitesse inimaginable. 

Clément Marquet, dans le septième chapitre de sa thèse Binaire béton : quand les infrastructures aménagent la ville (Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019)*, nous parle d’une certaine urgence temporelle et économique à laquelle les data centers d’aujourd’hui sont soumis. Depuis que notre monde tourne autour du numérique, ces machines et leurs acteurs, follement indispensables, se multiplient, bougent et se réinventent donc incessamment. 

Les différents aspects de ces machines, comme le miroir de nous-mêmes, font preuve du nouveau rapport au temps et à l’espace qui s’est installé dans nos vies progressivement depuis quelques années. Aujourd’hui, dans les villages cachés des hautes montagnes mexicaines comme dans les vieilles métropoles européennes, nous envoyons, recevons et conservons des données numériques à tout moment. Nous sommes connectés. 

Photo d’une rue de Paris une matinée d’automne

Mais que nous soyons entourés d’une riche végétation immaculée ou de grands immeubles d’il y a trois siècles, qu’en est-il vraiment de tout cet autre univers, de ce nuage que nous peinons à voir ? Les data centers s’inscrivent alors dans le monde d’aujourd’hui comme les vaisseaux de ces modes de vies paradoxaux, de nos dialogues à la fois charnels et digitaux, de notre vie toute proche comme internationale. Nous sommes ici, là-bas, un peu partout, et ce à tout moment. Difficiles à qualifier, les data centers se cachent derrière des façades discrètes et portent le mystère, comme si nous voulions nous-mêmes ignorer dans nos espaces l’existence d’identités numériques de toutes sortes. 

Cependant, le cours du monde ne semblant pas vouloir s’arrêter, le moment viendra peut-être où l’invisible devra se dévoiler. Et dans les rues de la Plaine Commune, un soir d’automne, les gens se promenant le long de grands murs lisses, lorsque les lampadaires s’allument sous le vol des oiseaux, entendent-ils déjà les chants d’un autre monde, les voix de nos présents ?

Jean-Paul Collet

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search