Ballades automnales au Père Lachaise

Un matin d’automne où le froid s’invite au Père Lachaise, où les courageux visiteurs se munissent de leur plan, où les employés s’investissent dans leurs tâches : j’ai eu un déclic. J’allais les suivre. J’ai commencé avec un jeune photographe croisé au détour d’une ligne de désir, entre les sépultures. Quelques mètres derrière lui, j’avançais à tâtons, me préparant à dévier sur un nouveau chemin à tout moment. J’ai tenté une mise en abyme en sortant mon appareil photo à mon tour, avant qu’il ne disparaisse entre les tombes.

L’observation flottante s’est alors rapidement imposée comme méthode pour étudier ce que j’avais en tête. Étudier le renouveau du cimetière au prisme d’une conscience écologique et l’évolution de la végétation dans la nécropole. En effet, depuis 2011 grâce au plan biodiversité et la politique de diminution des produits phytosanitaires mené par la ville de Paris, le Père-Lachaise a arrêté l’utilisation des pesticides. Une dizaine d’années et un confinement plus tard, il paraissait intéressant d’observer comment cet espace vert s’est transformé et quel impact cela a pu avoir sur ce lieu et ses visiteurs. 

Ainsi on peut se demander si à la suite d’un réveil de conscience écologique en France, le regard sur la végétation a évolué, si des changements de comportement sont observables au cimetière du Père Lachaise ? Mais surtout, grâce à la méthode flottante, se demander comment les visiteurs semblent interagir avec la nature et la végétation ? 

Point de vue de l’observateur – Crédit photo : Gloria Gallego

Comment être flottant ? 

Si observer n’est pas aussi simple qu’on ne le pense, être flottant l’est encore moins. La difficulté majeure et reconnue de l’observation flottante mais également d’une pluralité de méthode en sciences sociales repose dans la nécessité de laisser de côté ses préjugés. Le sociologue devrait adopter une posture méthodologique presque neutre pour mieux observer et comprendre, le chercheur doit s’essayer à perdre, à oublier son système de valeurs. Une exigence méthodologie développée par Max Weber avec la neutralité axiologique. Appliqué à notre cas, la neutralité axiologique serait un critère nécessaire dans l’observation flottante au cimetière. 

Puisque la subjectivité joue un rôle dans chaque choix, chaque décision que l’on prend. Décider de suivre tel visiteur ou tel autre témoigne nécessairement d’un système de valeurs. Choisir d’observer un employé du cimetière, ou un couple de touristes c’est témoin de subjectivité. 

À chaque décision, à chaque pas, je sentais ma subjectivité me guider. Puisqu’il n’est pas simple de s’en débarrasser, pourquoi ne pas, l’embrasser ? 

Le filtre naturel de ma subjectivité m’a joué des tours puisque j’ai préféré suivre des visiteurs seuls. Par facilité ou par mimétisme étant moi-même une chercheuse seule dans ce cimetière. Le visiteur seul à souvent l’air déterminé, il sait où il va. La plupart du temps j’ai observé des personnes se rendant sur une sépulture précise, surement celle pour laquelle ils se sont déplacés : ceux-ci marchaient d’un pas dynamique, presque pressé. C’est à croire qu’ils se dépêchaient pour ne pas rater leur métro. Pourtant la nécropole est un lieu de recueillement, de « mort », où la vie devrait prendre son temps. Pourtant les visiteurs ne semblent pas toujours prendre leur temps. Ils passent à côté de belles épitaphes, d’une nature singulière mais surtout de la poésie qui émane du lieu. Bien sûr ce n’est pas toujours le cas, j’ai pu observer un homme d’un certain âge, venu apprécier le calme qu’offre ce lieu. Je l’ai vu chercher ce calme, il déambulait doucement, regardant parfois ses pieds, souvent les tombes, il cherchait un banc où méditer. Lorsqu’il l’eut trouvé, j’ai su que cette personne venait plutôt apprécier cette paix et cette sincérité qui définissent le Père Lachaise. Il est resté assis un long moment, alors j’ai décidé d’aller flotter autre part.

Être flottant nécessite donc d’être discret, d’être dans l’ombre. De se faire dicter des mouvements par autrui. On ne connaît pas ses intentions pourtant on le suit, et on tente de les deviner. Parfois par leur langage corporel, leur façon de déambuler dans le cimetière donnait des indices sur la raison de leur venue. Mais cette technique est floue, elle vous emmène là où vous ne seriez pas allé, vous dicte une manière d’y aller, et une temporalité. Et durant ce laps de temps, il faut se laisser flotter avec discrétion et confiance. Je m’éloignais beaucoup de la personne que je suivais, les allées étant souvent vides le mardi à 9h. Je ne pense pas avoir été découverte. Pourtant j’ai flotté. 

En cela réside encore une difficulté de l’observation flottante, comment la découper dans le temps ? Quand peut-on définir le début d’une observation et comment choisir quand s’arrêter ? Lorsqu’il n’y a plus rien à observer ? Lorsque la personne semble avoir atteint son but, la raison pour laquelle cet individu s’est rendu un mardi matin au Père Lachaise ? Les limites et frontières de cette observation ont été difficiles à délimiter. Je savais ce que je cherchais, pourtant je n’ai pas souvent trouvé de réponse. J’ai aimé décrypter des messages dans les actions observées portant dans d’autres, je trouvais mon travail presque inutile. J’avais l’impression que les informations que je recueillais, n’allaient pas me servir, ne répondrait à ma question, et témoignait d’une éthique questionnable envers les personnes endeuillées, venues pleurer leurs proches. 

Pour reprendre l’exemple du veille homme assis sur un banc, je ne savais pas si je devais l’observer au rythme qu’il m’offrait ou si cette longue méditation marquait la fin de sa quête, ainsi la fin de la mienne. C’est ici qu’un petit manuel de l’observateur flottant m’aurait servi. Cependant, je pense que j’ai agi par instinct et que lorsque je ne recevais aucune réponse à ma question de départ, quel rapport entretiennent les visiteurs à la nature dans ce cimetière, et bien cela constituait une réponse quand même, d’une certaine façon. Cette subtilité a aiguisé mon esprit de sociologue débutante, j’essayais de voir dans les gestes, les actions ; des réponses à mes questions. Même lorsque aucun geste ne faisait croire à un rapport particulier donné à la nature, à la végétation : j’ai dû en créer un. 

Les limites la méthode 

Tout comme la méthode de l’entretien individuel à ses limites et aurait nécessairement orienté mon travail et mes hypothèses. La méthode de l’observation flottante a aussi des limites, j’ai pu en expérimenter quelque-unes. Premièrement c’est une méthode qui prend du temps, là où un entretien peut donner de multiples réponses précises en quelques minutes. L’observation demande plus de temps, plus de patiente pour arriver à comprendre et déduire. J’ai notamment suivi une jeune femme qui avait l’air de chercher une sépulture précise, elle marchait vite et pendant un long moment. Jusqu’à perdre sa trace entre les chemins. Au final, je ne saurais jamais qui elle est venue voir. Ces situations aussi frustrantes soit elles, sont quand même intéressantes à vivre. Chaque interaction que ce soit en entretien ou en observation ne peut pas être du matériel exploitable. 

Une deuxième limite à la méthode réside dans les limites du lieu et de la temporalité. En effet, le rendez-vous était régulier, le mardi matin entre neuf heures et onze heures. Il est clair que cette une observation limitée car de courte durée, mais également définit par l’affluence du lieu. Le cimetière du Père Lachaise n’est pas le même un mardi à neuf du matin qu’un samedi à seize heures. L’affluence n’est pas la même, le public non plus et la raison de leur venue encore moins. Il serait peut-être intéressant de réaliser une étude similaire lors de fortes affluences pour mettre en perspective les résultats obtenus. 

La nature est partout 

Si la méthode a pris une part importante dans mon expérience, je n’en ai pas pour autant oublié la raison qui m’a amené à suivre ces personnes. J’avais pour but de comprendre le rapport qu’entretiennent les visiteurs du cimetière à la nature, à la végétation. Mon point de départ était de réfléchir à la transformation soudaine du cimetière en « cimetière parc ». En effet, au regard de l’histoire du lieu il était intéressant d’observer les transformations que peut apporter l’arrivée d’une végétation sauvage. Mis en service depuis 1804, la dernière décennie n’est qu’un détail dans l’histoire de la nécropole qui pourtant constitue un vrai basculement dans sa définition. La loi Labbé de 2017 qui interdit l’usage de « produits phytosanitaires chimiques par les collectivités pour l’entretien des espaces verts et la voirie », le basculement des méthodes d’entretien des tombes, de la faune et de la flore a marqué ces dernières années par des modifications tangibles. 

Végétation au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Le conservateur du cimetière Benoît Gallot admet avoir reçu des plaintes suite à la végétalisation récente du cimetière. Certaines familles avaient l’impression que les sépultures étaient sales, que l’entretien des mauvaises herbes avait été oublié et que certaines zones paraissaient être à l’abandon. Malgré tout, le dialogue aurait permis d’apaiser ces remarques et faire comprendre aux familles l’importance de cette politique paysagère, et sanitaire. 

Lors de mes visites, j’ai été amené à découvrir l’arrière du cimetière où une zone est dédiée à la végétation sauvage. Des panneaux s’y trouvent, et expliquent l’importance de ce lieu. Pourtant personne ne semble s’y attarder, alors que j’ai vu des nombreuses personnes s’attarder sur les plantations, sur les fleurs disposées minutieusement par les employés du cimetière. Les couleurs vives, la propreté et l’emplacement de ces fleurs éveillent l’attention des visiteurs. Ils s’assoient sur les bancs environnants, pendant quelques minutes, pour apprécier ces jolies fleurs. Alors qu’à l’arrière du cimetière, aucun banc n’est là pour accueillir les visiteurs parisiens en quête de flore spontanée. Personne ne semble s’attarder non plus en face des ruches à l’arrière du cimetière. C’est pourtant plus qu’étonnant de trouver des ruches dans un lieu tel qu’un cimetière. 

Pancarte informative sur la flore spontanée au cimetière du Père-Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Une petite révolution 

Après des décennies de gestion stricte, d’utilisation de produits phytosanitaires, de végétation mise à mal. Le cimetière se réveille enfin, entrainant une faune et une flore grandissante. Mis en service depuis 1804, le cimetière avait été pensé par l’architecte néoclassique Brongniart, comme un jardin à l’anglaise. La végétation devait par définition être l’élément principal du cimetière, accompagnant et décorant les sépultures. Mais progressivement dans une quête de profit, les sépultures ont commencé à empiéter sur la végétation. Le cimetière devait répondre à une demande grandissante, de plus en plus de personne voulaient être enterrées au Père Lachaise. C’est au total 5 agrandissements qui vont voir le jour jusqu’à atteindre les 43 hectares. Comme l’affirme Benoît Gallot dans La vie secrète d’un cimetière, ces agrandissements ont été pensé pour laisser le moins de place possible à la végétation. 

Pourtant cette dernière décennie a opéré de réels changements dans l’organisation et la maintenance du lieu. Les arbres et la végétation ont commencé à reprendre leur droit, puisque « plus de 4000 de plus de 80 essences différentes se déploient au sein du cimetière, soit un arbre pour 17 tombes ». La faune et la flore deviennent des éléments à part entières dans le cimetière, pourtant chassé pendant des décennies. L’acceptation des animaux sauvages a notamment été difficile, pourtant le conservateur du cimetière leur fait l’éloge dans son dernier livre paru en 2022. Certains arbres rares sont munis d’une petite plaquette expliquant leur histoire, leurs caractéristiques permettant aux visiteurs d’en savoir plus sur la végétation de la nécropole durant leurs visites.

Pancarte de l’Arbre à gomme – Crédit photo : Gloria Gallego

C’est une petite révolution qui est en train de s’opérer au Père Lachaise, une révolution qui permet de repenser le lieu et qui semble pouvoir marquer l’avenir de la nécropole. En effet, on commence à penser des cimetières nouveaux, on parle alors de cimetière-parc ou de cimetière naturel. Cathy Biass-Morin, directrice des Espaces verts de la ville de Versailles, et pionnière en matière de transition des espaces verts et publics met en avant cette notion de cimetière-parc depuis déjà quelques années à Versailles. La ville de Niort propose également une alternative à la nécropole habituelle en créant un cimetière naturel, son but étant de réduire son empreinte écologique et de sensibiliser les visiteurs à la nature. Le conservateur du cimetière parisien l’a également bien compris et commence à parler du lieu comme un cimetière-parc, où les animaux sauvages et la végétation ne sont plus chassés comme avant. 

Lors d’une de mes visites, j’ai croisé une jeune femme venue déposer délicatement un petit bol de nourriture (probablement destiné aux nombreux chats ou au fameux chien domiciliant dans la nécropole). Je n’ai pas pu la suivre, mais je l’ai observé de loin. C’était un geste agréable à voir, être témoin de ce genre de scène dans un cimetière est plutôt étonnant puisque la plupart des visiteurs se déplacent pour rendre hommage aux morts, ici cette personne est venue prendre soin des vivants. C’est dans ce sens qu’il est important de chérir la faune et la flore du lieu comme le prône Benoît Gallot, penser un équilibre entre la vie et la mort, entre les vivants et ceux qui se reposent. 

Comment observer cette nature ? 

Grâce à l’observation flottante, les visiteurs ont été mes guides. Je me suis souvent retrouvée aux mêmes endroits, empruntant les mêmes chemins, aux mêmes intersections. Je suis même persuadée que cette technique m’a écarté de certaines zones. Il me paraissait plus stratégique d’agir ainsi, en trois visites j’aurais le temps de quadriller une bonne partie du cimetière. Ainsi j’ai décidé de ne jamais me servir d’une carte ou d’un plan. Naturellement, j’avais envie de découvrir toutes ces tombes originales, connues, pittoresques, mais je n’y ai pas succombé. Je les ai parfois croisé, mais d’autres resteront un mystère. Ainsi, lors de mes déambulations j’ai observé plusieurs visiteurs assis sur les bancs du cimetière : ceci à attirer mon attention. Une action plutôt banale au premier abord, mais que j’ai essayé de comprendre plus tard. 

Ces bancs revêtent une signification particulière, ils sont là pour que les visiteurs puissent admirer le lieu, admirer les sépultures pourtant il suffit qu’ils se retournent pour admirer la nature, la végétation, les grands arbres. Lors de ma dernière visite je me suis amusée à les compter, en deux heures j’ai croisé une vingtaine de banc et seulement deux personnes qui en profitaient. Ces deux personnes n’étaient pas en train d’observer les sépultures, mais donnaient leur temps à la nature. J’ai trouvé cela très beau. 

Au final, il est difficile de conclure un travail d’observation flottante puisque les réponses ne sont que des interprétations. Il aurait été intéressant de poursuivre ce travail, par des entretiens en recueillant des témoignages qui auraient surement permis une réponse plus précise que les hypothèses que propose mon travail. Comme des visites supplémentaires auraient peut-être étayé ma réflexion. La nature au Père Lachaise semble devenir alliée des sépultures, les recouvrant parfois, et les ornant souvent. La nécropole est pleine de vie, de ses traces et de ses bruits dénotant totalement avec l’esthétique souvent prêtée aux cimetières. Les visiteurs semblent remarquer et apprécier le lieu dans son ambivalence. C’est cette dichotomie précise qui rend le cimetière riche d’une esthétique inédite. 

Une pellicule argentique sur un banc du cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

“L’Observation flottante”, une méthode à l’épreuve du temps ?

L’article de Colette Pétonnet intitulé “l’Observation flottante” tiré de son ouvrage L’Homme, présente des points intéressants et à la fois complexes qui demandent une explication plus poussée que celle qu’en propose le texte. En effet, s’intéresser aux mécanismes de la ville en ayant pour point de départ le cimetière parisien du Père Lachaise et ses visiteurs comme objet d’étude donne matière à réflexion. 

Tombs along a footpath at the cemetery of Père Lachaise, Paris, France

Tout d’abord, nous pourrions nous demander pourquoi le choix d’un tel lieu ? Le cimetière est un lieu sombre et lugubre. Or ici, il apparaît comme un lieu plein de vie, bondé de monde et dont les allées sont parsemées de fleurs. Si bien que la description que nous propose l’auteure semble nous rappeler le “locus amoenus” maintes fois décrit par les poètes antiques ou encore baroques où ceux-ci évoquaient la fuite du temps et la perte du paradis humain imposant ainsi la finitude de l’homme et des choses comme inéluctable. Finalement, le cimetière abhorre un air de parc ou de jardin, un peu à l’image du jardin de Forez de l’Astrée d’Honoré d’Urfé (début XVIIème siècle) ou encore de l’Arcadie d’Ovide dans ses Métamorphoses (Rome antique).

Au départ, l’analyse de l’auteure semble se pencher sur les imperfections ou incomplétudes de l’ethnologie urbaine bien qu’elle en pose également les bases. En effet, si le premier mouvement se veut méthodologique, le second mouvement du texte, quant à lui met en exergue un nouveau concept : “l’observation flottante”. Ce nouveau concept inventé par l’auteure, qui nous le rappelons est l’une des pionnière en matière d’ethnographie urbaine, se présente comme un paradoxe. Comment une observation peut-elle être laissée en suspension et se laisser nourrir d’éléments extérieurs sans le consentement de l’homme ou encore sans qu’il fasse appel à ses connaissances passées et/ou à son vécu ? De prime abord, nous avons l’impression de nous retrouver face à une impasse, devant une question de nature insoluble dont la réponse ne pourrait-être trouvée qu’en la plaçant sous un angle philosophique. 

C’est tout le travail de base ethnologique qui est remis en question. Comment rendre compte de la temporalité de la ville dans un cimetière ? Comment rendre compte de l’urbanité du cimetière ? Il semblerait ici que C. Pétonnet ait préféré choisir le cimetière parisien en raison de sa notoriété. Mais, pourquoi dans ce cas formuler que le “phénomène urbain” n’a de sens que lorsque l’on s’intéresse à “l’inconnu”, aux “endroits” peu ou pas empruntés et/ou visités.

Photo du tombeau de Georges Rodenbach au cimetière Père Lachaise

La démarche paraît donc en elle-même contradictoire. Pourtant, on voit qu’il y a une déconstruction d’un mythe. Là, où l’on penserait que le cimetière ne pourrait être que sujet aux lamentations, à contrario celui-ci devient le lieu de communication (un lieu d’échange) ainsi qu’un lieu communicatif (un lieu d’exposition). Le passage entier étudié se présente tel un récit littéraire avec ses références historiques, architecturales, sa disposition graphique et le point de vue de la narratrice et de ses interlocuteurs. Ce qui en fait littéralement un journal de bord et rappelle, en même temps la vocation du chercheur. L’Homme apparait donc comme une œuvre fondamental.

Toutefois, il reste qu’on regrette le fait que cela soit purement descriptif. Il aurait été judicieux également de prendre des photos pour permettre de visualiser la chose autrement que par des métaphores textuelles. De plus, il semblerait que la démarche reste inachevée en témoigne l’aporie de “l’épilogue” :

“elle fait découvrir en quelques jours, un usage insoupçonnée du cimetière parisien, et l’existence de véritables professionnels du souvenir. Mais ceux-ci ne livrent leur secret qu’au hasard des rencontres”, Colette Pétonnet, L’homme

 

A travers l’idée de “hasard”, on retrouve la notion de temps. Dans ce cadre, les rencontres paraissent aléatoires. Or, le fait d’aller à la rencontre des gens n’a rien de hasardeux. Au contraire, c’est une entreprise qui émane d’un choix propre et personnel de l’individu ou du chercheur.

Ce que nous pouvons retenir ici, c’est le rapport à l’oralité qu’entretiennent les individus dans les espaces publics. Qu’est-ce ce qui s’y dit ? Qu’en apprend t-on ? C’est peut-être cela qui fait que ces espaces ne meurent pas et que les hommes continuent à interagir entres eux. Tout ce travail finalement de démythification, de décodification de l’espace urbain nous amène dans une moindre mesure à repenser le cimetière à l’épreuve du temps. En effet, le travail historique et de mémoire concret des hommes du passé s’est traduit par des politiques d’aménagements du territoire. 

Du cimetière Père Lachaise au quartier d’affaires de la Défense : comparaison de deux puissants symboles français.

Photo de reconstitution des quartiers de la Défense

A l’instar du quartier d’affaires de la Défense, lui aussi situé au cœur de la capitale française, on remarque que tous deux, le cimetière comme le célèbre quartier d’affaires parisien sont liés par l’idée de grandeur. L’un témoigne de la grandeur de personnages illustres français (le cimetière) et l’autre symbolise le pouvoir financier et urbain français (les gratte-ciels) que l’on retrouve dans la hauteur des bâtiments.

En résumé, ces lieux publics posent la question de l’aménagement du territoire et comment sur une place dite commune et célèbre des individus tentent de raconter les lieux à leur manière et de se l’approprier. La question de la temporalité devient donc centrale. Quel devenir pour ses édifices, pour nos monuments ? Comme les morts dans leur tombe, les édifices du célèbre quartier d’affaires français restent muets puisqu’ils sont inanimés. On comprend donc que la ville se raconte au travers des passants qui font et refont la ville au gré de leurs mouvements, activités et attitudes. La ville n’est donc animée que s’il y a des hommes pour la décrire et la définir d’eux-mêmes pour eux-mêmes.

Photo de la Grande Arche de la Défense

L’observation flottante ou l’école peripateticienne de la sociologie [1]

Nous nous proposons ici de faire une lecture critique d’une partie de l’article de Colette Pétonnet, ethnologue et anthropologue française, intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien.

« L’observation flottante » est une méthode d’analyse de terrain que l’on peut qualifier d’empirique et qui consiste en une déambulation attentive au moindre détail, changeant toute expérience sensible en information sur le lieu étudié. L’idée derrière le terme « flottante » est de présenter le chercheur comme voguant au gré de ses observations et de ses échanges avec des passants, en ayant une ouverture d’esprit totale à tout type d’apport informatif, par opposition à une recherche organisée qui se voudrait focalisée sur un aspect spécifique d’un lieu et qui régirait la recherche en entraînant le sujet de tel ou tel côté pour dénicher l’objet souhaité. C’est le flot ininterrompu d’apport en informations qui devrait, selon Colette Pétonnet, laisser émerger les « règles sous-jacente » qui régissent le lieu. Consciente des limites de cette méthode, l’auteure l’évoque comme une solution provisoire nécessaire face aux lacunes de l’ethnologie urbaine et choisit le cimetière du Père-Lachaise comme un lieu test servant à mettre à l’épreuve « l’observation flottante ».   

Le processus…

L’étude de terrain est divisée en cinq temps, dont le premier correspond plutôt à une prise de contact avec le lieu, puis quatre autres visites les 3, 8, 16, 30 mars 1982. Le cimetière est d’abord assez minutieusement décrit, un peu à la façon des naturalistes, de sorte que des images s’imposent à l’esprit. On ne peut d’ailleurs qu’évoquer l’aspect littéraire de la description qui rompt avec la partie de présentation, plus ésotérique et jargonneuse. Il est également intéressant de noter que l’auteure emploie la troisième personne et parle du « chercheur » comme s’il était un personnage de fiction, de même, elle utilise les temps du récit : l’imparfait et le passé simple, ce qui donne à son texte des caractéristiques de roman.

En plus des détails physiques de la description du lieu, le chercheur analyse également les individus et leurs actions avec minutie et fait en sorte d’échanger avec eux pour obtenir le maximum d’informations. On peut lire des retranscriptions de bribes de conversation, et en déduire l’âge ou le milieu social des individus à leur façons de parler. L’auteure insiste notamment sur l’aspect culturelle du lieu en montrant comme chaque tombe renferme la mémoire d’un homme et d’une époque, celle d’un vécu : « Le Père-Lachaise est une encyclopédie ». Cependant, rares sont les quelques habitués au courant de toutes les anecdotes et les multitudes d’histoires qui habitent les allées ; mais c’est à leur contact que le passant peut s’instruire : il est question du vieillard sur le banc ou du « petit père » qui connaissent le cimetière comme leur poche, ou des deux dames qui prennent soin des chats errants et qui se repèrent grâce à leur parfaite connaissance des tombes sans prêter attention aux noms des petits chemins qui quadrillent cet espace. Au cours des échanges, on constate que le chercheur ne met pas les personnes qu’il rencontre au courant de sa démarche, il n’est qu’un individu parmi les autres promeneurs du cimetière. Ce détail, s’il peut sembler anodin, renforce en réalité le « flottant » de la recherche : le chercheur épouse les flux et se laisse porter par les dynamiques du lieu.

…a ses limites

Cette méthode de « l’observation flottante » semble très enrichissante car immersive : le cimetière étant un lieu public, donc dans lequel évoluent, outre certains personnages habitués comme « le petit père », des individus différents chaque jour ; aucune barrière ne se dresse entre le chercheur et les passants avec qui il peut y avoir des échanges. On ne rencontre pas l’embuche de l’intégration nécessaire à William Foote Whyte qu’il décrit dans Street corner society.  Ainsi, cette méthode permet une récolte d’informations assez rapide : en l’espace de cinq visites, l’auteure peut donner le la de cet espace dans la cadre temporel correspondant. Cependant, nous pouvons nous risquer à dire que, dans une recherche des « règles sous-jacentes » régissant un espace, il faudrait sans doute multiplier les visites afin d’élargir l’expérience du lieu à un lapse de temps suffisamment long pour qu’il soit représentatif d’un quotidien.

La connaissance empirique ne peut établir de règle générale sur des observations isolées. En effet, David Hume, éminent penseur de l’empirisme moderne, nous invite à ne pas confondre les énoncés indubitables tels que les règles mathématiques qui se trouvent être vérifiés « dans tous les mondes possibles » avec ce qu’il nomme les « associations de faits », connaissances émanant de l’expérience et qui peuvent se voir invalidées au moindre contre-exemple. Prenons le Soleil : on fonde en savoir que le soleil se lèvera demain car l’expérience de l’habitude quotidienne a tacitement enraciné le phénomène comme une règle dans notre esprit. Or rien ne semble a priori contrarier la possibilité qu’un astéroïde vienne un beau jour chambouler les rouages astronomiques de la rotation de la terre. Donc le levé du soleil n’est pas déterminé et ne saurait en aucun être entendu comme un phénomène nécessaire. Cette théorie illustre assez bien ce que nous pourrions opposer à cette application précise de « l’observation flottante ». Les dynamiques décrites par l’auteure sont essentiellement issues des échanges et des rencontres avec des personnes âgées et donc, probablement décédées aujourd’hui. Une nouvelle génération a-t-elle repris le flambeau du vieil homme du banc ou des dames aux chats ? Rien n’est moins sûr, ce qui peut nous laisser penser que les dynamiques se sont éteintes elles aussi. Pour avoir fréquenté ce cimetière, je me permettrais d’affirmer qu’il n’est pas si simple de rencontrer des individus assez renseignés, passionnés ou dévoués pour vous prendre par la main et vous faire découvrir les merveilles cachées du Père-Lachaise.

Compte tenu de la limite majeur constituée par cette méthode, à savoir, qu’elle requiert de nombreuses visites d’un lieu pour pouvoir en tirer des conclusions assez certaines. Il semble nécessaire de l’appliquer en multipliant les expériences de terrain afin de rendre l’analyse du lieu la plus fine possible. D’un autre côté, elle pourrait être efficace dans un lieu comme La Défense, très régulièrement rythmé par les horaires de travail comme on peut le soupçonner pour un quartier d’affaire. De même, il est animé par la présence d’infrastructures de divertissement : cinéma, centres commerciaux… ce qui pourrait laisser une marge de manœuvre d’échange avec les passants. L’école péripatéticienne de la sociologie est donc toujours en marche pour fournir encore quelques preuves de son efficacité.


[1] Du grec ancien peripatein « se promener » ou « peripatetikos » : « qui aime se promener ».  Ecole fondée en -335 par Aristote, qui enseignait en marchant.

L’observation flottante, ou l’art de la rencontre

Dans son article « L’observation flottante — L’exemple d’un cimetière parisien », paru en 1982, l’ethnologue et anthropologue Colette Pétonnet expose les principes de ce qu’elle nomme « l’observation flottante » : une approche expérimentale du travail de terrain du chercheur-ethnologue.

Selon Colette Pétonnet, le chercheur en ethnologie urbaine se trouve en effet face à une difficulté, celle de voir la ville, définie par sa pluralité et sa diversité, s’incarner dans les travaux de l’ethnologue précisément en tant qu’espace des brassages hasardeux et des rencontres furtives. La ville est donc comprise comme un espace en perpétuelle évolution. Des inconnus s’y croisent et parfois s’y rencontrent, tous les jours, à l’infini. Pour l’auteure, c’est principalement dans les lieux publics que ces échanges informels entre anonymes sont les plus tangibles, les plus « nus », selon ses propres termes, soit presque dépourvus de tout contexte. Nul n’est tenu d’engager la conversation avec son voisin de banc, au parc, ou de réconforter celui ou celle qui pleure dans les transports en commun. Ici, les codes qui régissent nos interactions sociales n’ont plus d’effet. « La ville, c’est la liberté », nous rappelle la chercheuse.

C’est là que l’observation flottante entre en jeu. Car ces rencontres, puisqu’elles sont le fruit du hasard, ne sont ni planifiées, ni planifiables. Il revient donc au chercheur qui se donne pour mission de les étudier de se rendre dans un lieu public… et d’attendre ! Le hasard est roi, le protocole, inexistant, ou presque. Le seul prérequis est d’oublier ce que l’on sait, ou ce que l’on croit savoir, en « se [gardant] de l’influence de penseurs contemporains ». En faisant table rase de ses connaissances comme de ses préjugés, le chercheur se placerait donc dans une position d’observateur attentif capable de déceler les logiques sous-jacentes aux phénomènes qui prennent devant lui la forme de simples échanges entre anonymes. Mais est-il vraiment possible de porter un regard neutre sur ce qui nous entoure ?

Pour mettre à l’épreuve son outil méthodologique, l’ethnologue a porté son choix sur le cimetière du Père Lachaise, un peu par hasard semble-t-il. Durant le mois de mars 1982, elle s’y rendra plusieurs fois. Elle écoute les conversations des visiteurs et visiteuses, se laisse guider à travers les allées du cimetière par un habitué du lieu, qui en est devenu le gardien non-officiel. Elle fait aussi la rencontre des femmes qui se donnent pour mission de nourrir les chats qui habitent le lieu, et de bien d’autres anonymes encore, qui se servent des stèles funéraires pour s’instruire sur le destin des grands personnages.

Le récit de cette expérience constitue le cœur de son article, dans lequel les personnes rencontrées ne sont pas nommées. Leur apparence physique n’est pas décrite non plus, bien qu’elle constitue un marqueur social bien visible pour le chercheur. Le vêtement est également affaire de goût et de choix — en tout cas le plus souvent — pour celui qui le porte. Colette Pétonnet refuse de se livrer à ce type d’interprétation. Par contre, elle n’hésite pas à formuler des hypothèses sur l’origine socio-professionnelle des passants rencontrés en se basant sur certaines de leurs paroles. Ces hypothèses ne ressemblent d’ailleurs pas à de simples conclusions logiques ; on sent filtrer une certaine tendresse à travers les mots : « Et il est sûrement, lui, un vieil ouvrier parisien. ».

On ne connaît pas l’âge des passants rencontrés. Ils sont tous adultes, certains sont vraisemblablement plutôt âgés, mais il est difficile de savoir avec certitude s’ils appartiennent tous à une même tranche d’âge. Colette Pétonnet avait une cinquantaine d’années lorsqu’elle a mené cette enquête. Pourquoi paraît-elle avoir principalement sympathisé avec des personnes ayant à peu près son âge ou étant un peu plus vieux ? Sans doute était-ce plus naturel d’échanger avec eux qu’avec les « jeunes gens qui lisent » ou les « femmes enceintes qui tricotent », qu’elle ne mentionne que de manière très évasive.

L’observation flottante n’a pas de prétention à l’exhaustivité, et l’auteure ne prétend pas que les individus qu’elle évoque constituent un échantillon représentatif des visiteurs du cimetière. Toutefois, force est de constater que cette façon de procéder conduit à entrer en contact avec certains individus plutôt que d’autres, peut-être en fonction de l’identité des chercheurs eux-mêmes. Colette Pétonnet dialogue indifféremment avec des hommes et des femmes, mais on peut imaginer que le genre de l’investigateur puisse avoir une influence sur les personnes rencontrées, de même que son pays d’origine, son orientation sexuelle présumée, ou encore ses capacités physiques (dans le cas où le chercheur se déplacerait en fauteuil roulant, par exemple). Il est intéressant de remarquer que Colette Pétonnet ne paraît pas avoir un regard critique sur la manière dont son identité personnelle influe sur son expérience au cimetière.

En admettant que je puisse remonter le cours du temps jusqu’au mois de mars 1982 pour me rendre au cimetière du Père Lachaise, mes observations seraient-elles les mêmes que celles de la chercheuse ? Je suis tentée de penser que non. Peut-être me serais-je plutôt liée avec « les jeunes gens qui lisent ». Mais surtout, il me semble que j’aurais beau m’efforcer d’observer mon environnement avec la plus grande objectivité possible, ma façon de regarder porterait toujours la trace de mon vécu. Le regard est aussi le fruit d’une éducation, il se forge au fil des années ; il faut apprendre à regarder, ce n’est pas une compétence innée.

Il n’y a peut-être pas de hasard dans le regard. Celui de Colette Pétonnet me parait empreint d’une certaine sollicitude, qui transparait jusque dans la forme de son texte. Il se rapproche par moments d’un texte littéraire, certaines phrases ayant une dimension poétique, comme par exemple : « Le temps, ici, a un étrange parfum. ». Cela le distingue de la littérature scientifique traditionnelle, ce dont l’auteure est consciente puisqu’elle-même se demande en conclusion de l’article : « Mais y a-t-il dans la communauté scientifique un lieu pour raconter ? ».

L’observation flottante me semble en effet porteuse d’une certaine ambition artistique. La volonté de tenter de décrire différemment un lieu bien connu et très fréquenté est d’ailleurs celle de Georges Pérec, notamment, lorsqu’il écrit sa « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». En octobre 1975, soit quelques années seulement avant la parution de l’article de Colette Pétonnet, il s’installe dans un café de la place Saint-Sulpice trois jours durant et s’attache à noter tout ce qu’il voit, les numéros des bus qui passent devant lui, l’apparence des passants, ce qu’il boit et ce qu’il mange… etc.

Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, texte de 1975 (éd. Christian Bourgois)

La figure du « flâneur », à laquelle la chercheuse fait cette fois explicitement référence dans son article, est commune au poète Baudelaire et au philosophe Benjamin. Il est amusant de noter en passant que lorsque Baudelaire visitait les Salons, il comptait sur sa mémoire pour faire la sélection des œuvres les plus marquantes, celles qu’il encenserait par la suite ses critiques. Dans une certaine mesure, Colette Pétonnet suit une démarche similaire à la sienne puisqu’elle ne prend apparemment pas de notes sur place mais se contente de retranscrire ses impressions, ses rencontres, et des fragments de paroles échangées, une fois sa visite terminée. Elle semble d’une part vouloir revendiquer le sérieux de sa démarche en refusant d’utiliser la première personne du singulier, comme pour insister sur sa présence dans le cimetière en tant que chercheuse, et d’autre part, se différencier des autres chercheurs en plaçant la rencontre spontanée au cœur de sa démarche.

Reste que cette façon de faire n’est peut-être pas à la portée de tout le monde. Colette Pétonnet semble avoir le contact facile, et je ne sais pas si j’aurai autant de facilité qu’elle à engager une discussion spontanée avec les personnes que nous croiseront lors de notre travail d’observation à La Défense. Toutefois, l’observation flottante est peut-être un outil méthodologique suffisamment ouvert pour qu’il puisse être adaptable à chaque aspirant-observateur. Par exemple, se rendre dans un lieu avec un carnet et un crayon, et commencer à dessiner ce que l’on voit peut également permettre d’affiner sa perception, de comprendre la dynamique du lieu en l’observant dans la durée, et pourquoi pas d’attirer l’attention de passants curieux… qui s’arrêtent près de nous et parfois engagent eux-mêmes la conversation.

Peut-être que ce qu’il convient de retenir de cet article, c’est la nécessité d’aborder un lieu sans attentes particulières, en se laissant entraîner par ce que l’on y découvre, sans juger immédiatement de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas. Bien sûr, une telle approche semble difficile à tenir dans la durée, et la chercheuse elle-même rencontre quelques difficultés à se départir de l’envie de revoir certaines des personnes rencontrées. Ce que l’on apprend en lisant ce texte, c’est qu’en gardant l’esprit ouvert, ce sont les pistes de recherches qui viennent à nous d’elles-mêmes.

Auriane Jaillet

Une communauté au sein d’un cimetière parisien

Colette Pétonnet, chercheuse française, pionnière de l’anthropologie urbaine française s’est penchée sur l’étude de l’ethnologie urbaine. Et plus particulièrement d’un espace urbain avec “L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien” publiée en 1982. Pensé comme une ville avec une signalétique, le cimetière du Père Lachaise se compose de rotondes avec des allées principales et chemins donnant la possibilité de circuler en voiture. Pourtant l’auteur comprend de ses rencontres un repérage différent en zones délimitées grâce aux tombes. Lors de ma visite ce fut pour ma part le contraire, j’ai utilisé les avenues et chemins sinon je me perdais. Le cimetière est aussi un espace publique, dépourvu d’obligations qui appartient à chacun. Par conséquent, les dynamiques qui le caractérisent le rapprochent davantage d’un jardin public où cohabitent les chats et les visiteurs. 

Figure 1 : Une tombe que j’ai pris le temps d’admirer.

A l’aide de l’ethnologie urbaine, sous-domaine de l’anthropologie culturelle, Pétonnet étudie les caractéristiques de différentes personnes et un nouveau thème : l’anonymat urbain. Elle prône l’utilisation de l’observation flottante consistant à rester en toute circonstance disponible, à ne pas se focaliser sur un objet précis pour explorer toutes les potentialités. Mais il faut se laisser guider sans à-priori par l’information jusqu’à ce que le chercheur y trouve des ressemblances, des convergences qui permettront d’arriver à des conclusions et à établir des règles sous-jacentes. Elle applique cette méthodologie dans le cimetière, un lieu de rencontre, se laisse porter selon les interactions observées et reste invisible sans jamais révéler l’objet de sa visite.

Figure 2 : La tombe de Jim Morrison, célèbre chanteur de The Doors, protégée par une barrière des touristes.

Ces contacts éphémères lui permettent de découvrir des personnes âgées, véritables habituées des lieux. Ce sont des habitants voire des natifs de Paris. En allant au cimetière du Père Lachaise, j’ai été amenée à observer des personnes de différentes catégories restant à bonne distance, peut-être aussi en raison du contexte actuel. C’est ainsi que pour notre future visite dans le quartier de la Défense je pense utiliser la même méthodologie mais j’appréhende de revivre cette situation. De sorte que j’imagine un espace où la rencontre est difficile car chaque personne est pressée, n’observe et ne s’attache pas au lieu. Pétonnet a rencontré des retraités quant à moi j’ai surtout observé des touristes. C’est pourquoi j’aurais aimé que l’auteur ne se focalise pas sur un type de personne et qu’elle recherche les potentialités des visites de touristes en 1982. 

Figure 3 : La tombe de Frédéric Chopin.

Le cimetière du Père Lachaise est présenté par Pétonnet comme une encyclopédie. Le lieu est plus étudié que les rites. On y découvre des personnages dont on peut mesurer la notoriété et lire la vie “comme dans un magazine”. Mais qu’est-ce qu’on y apprend ? D’abord les relations familiales comme les disputes et l’amour d’un couple à la position des caveaux. Ensuite la guerre est abordée par les tombes et les monuments de morts au combat ou les commandants enterrés. On s’initie à la poésie avec des vers de Baudelaire, à la connaissance des institutions et à l’orthographe d’un autre siècle. Enfin on se forge son jugement esthétique qu’on utilise pour développer son imaginaire. Par exemple Les visiteurs supposent les goûts des morts et leur position sociale à la couleur et à la qualité des fleurs. On fantasme en imaginant le personnage à l’image de sa tombe digne d’une œuvre d’art. On imagine les morts dans leur vivant ce qui m’a donné envie de visiter le cimetière de ma ville pour en apprendre davantage sur celle-ci. Les visiteurs voyagent et on admire aux travers de leurs regards les texte gravés grâce à un homme insistant devant la mesure du travail  “fait à la main”.

Figure 4 : Une tombe japonaise avec le nom de la famille en Kanji.

De plus, j’ai aperçu un QR code sur une œuvre au format de caveau faisant la promotion d’une association culturelle créant des bases de données sur le patrimoine. Plus besoin de qui que ce soit pour découvrir l’histoire du lieu, le site du cimetière aussi répertorie chaque tombe par ordre alphabétique avec la biographie de chacun. Tout le travail émouvant qu’a pu effectuer un visiteur, le “petit père” décrit par Pétonnet du Père Lachaise, est désormais à portée de main en quelques clics. On pourrait les considérer comme les gardiens de la mémoire collective et du cimetière qui partagent leur savoir, des “tuyaux” comme ils le disent. Ils s’approprient le passé en le contant au présent. Un vieux monsieur, comme par respect pour le mort ou pour qu’il écoute son histoire, attend d’être devant la tombe de celui-ci pour partager la biographie du défunt. Comme un rituel, une tradition orale, on écoute les anciens. Par conséquent pour raconter cette expérience, le chercheur est dans la mesure de s’interroger si l’écrit aura la même portée que l’oral. On se demande aussi quelle est la valeur d’une rencontre imprévue dans l’apprentissage de l’histoire. Ce n’est pas le même effet que de payer 12 euros pour une visite guidée de 3 heures. Nous ne sommes plus dans le même partage que seul à seul dans l’anonymat urbain. L’anonymat, un mot teinté de négativité, et pourtant qui permet la beauté de simples rencontres. On ne saura jamais les prénoms des personnes que le chercheur a rencontré pour entendre un pan de leurs histoires. Comme la danseuse dont une maladie musculaire l’a terrassée. En bref, le chercheur ne s’intéresse pas à l’évolution de cette communauté de retraités et ne capte que l’instant présent avec cette méthodologie employée. C’est un travail qui me paraît inachevé. 

En visitant le cimetière on est aussi mis face à son rapport à la mort. Pétonnet rencontre les morts à travers des personnes âgées qui finalement ont plus de liens avec ceux-ci que ce soit par leur âge ou par leurs parents contemporains des époques évoquées. On ne peut s’empêcher de penser que ces personnes ne sont sans doute plus de ce monde. Avant de partir elles nous donnent l’impression qu’en allant observer une tombe on rend visite à quelqu’un. Comme le dit un visiteur en parlant de Modigliani “je vais vous le montrer” et ainsi il redonne vie au mort. Si on s’intéresse et qu’on cherche à apprendre du lieu on attrape rapidement “le virus”. Les chats seuls habitants vivants du cimetière sont empoisonnés ou étouffés par la communauté. Pour conclure la frontière entre le vivant et l’au-delà paraît floue et les personnes rencontrées prennent le rôle à la fois de passeurs.

– laureboursier

Webographie

Pétonnet, C. L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. Homme 1982, 22 – 4, 37–47. https://doi.org/10.3406/hom.1982.368323.

Sansot, Pierre. « Anonymat et espace urbain ». Les Annales de la Recherche Urbaine 7, no 1 (1980): 62‑76. https://doi.org/10.3406/aru.1980.993.

Cimetière du Père-Lachaise. « Librairie du Père-Lachaise ». Consulté le 08 octobre 2020. https://pere-lachaise.com/librairie-pere-lachaise/.

Moussaoui, Abderramane. « Observer en anthropologie : immersion et distance ». Contraste N° 36, no 1 (2012): 29‑46.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search