La ville en crise et l’observation confinée

Au moment où nous avons commencé cet atelier d’écriture et d’observation de la ville, les rassemblements dans l’espace public étaient encore permis. Comme nous sommes un petit groupe d’étudiant-e-s, nous avons cru que les séances d’observation collective, prévues initialement dans le quartier La Défense, seraient possibles. Avec les annonces du 28 octobre 2020 – et le début du deuxième confinement – échapper à la pandémie devient impossible : au-delà de l’obligation de respecter les gestes barrières (distanciation et porte du masque), nous avons été contraints par les règles sur les déplacements (restreints à 1 km) et les regroupements (interdits dans l’espace public). L’accès à la ville devient difficile pour les citadins, mais également pour les élève-e-s qui commençaient leurs enquêtes.

Dans un premier temps, certains collègues m’ont conseillé d’utiliser des images des caméras de vidéosurveillance qui transmettent en direct des images des espaces de la ville 24h/24h. Les étudiants ont aussi évoqué cette possibilité en cours. Cependant, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions pas analyser ces images sans nous interroger sur le contexte de rupture, de risque, et d’instabilité dans lequel elles sont produites. Suite à l’urgence de trouver une autre thématique, nous avons décidé d’assumer les contraintes actuelles et de nous intéresser finalement à la notion de « ville en crise », tout en vivant nous-même la crise sanitaire. Nous ne cherchons pas ici l’exhaustivité-représentativité de la période que nous vivons. Loin de là, ces comptes rendus sont ce qu’ils sont : des textes produits dans le cadre d’un atelier par des étudiant-e-s de première année de master en information-communication.

Notre travail s’inscrit dans une double approche. Tout d’abord, le (de)confinement et les mesures mises en place par le gouvernement sont l’objet d’analyse de certains textes : l’autorisation de se déplacer dans le rayon d’un kilomètre, l’usage des espaces verts, places, stations balnéaires, transports publics ou encore des problèmes d’ordre socio-économique… Deuxièmement, les règles du confinement vont modifier-impacter fortement la façon d’enquêter. Comment construire sa méthodologie tout respectant la légalité ? Certaines adaptations dans la façon de travailler sont mises en place pour essayer de contourner les limites. Contraints aux informations disponibles « au bas de leur porte », certains étudiant-e-s décident d’utiliser leur heure de déplacement quotidienne pour enquêter. D’autres, font appel aux cercles familial et amical pour continuer leur enquête, dans l’espoir justement d’aller plus loin dans la démarche d’observation.

Baser son enquête sur des règles et des conditions si volatiles a eu pour effet de créer une instabilité. L’annonce du président Emmanuel Macron du 24 novembre a été particulièrement attendue par certains d’entre nous, car c’était la suite de l’enquête même qui pouvait être en jeu. Les étudiant-e-s ont fait preuve de leur capacité d’adaptation. Nous pouvons lire cela dans les comptes rendus qui suivent : les effets de l’élargissement du périmètre d’un à 20 kilomètres et l’augmentation du nombre d’heures de sortie autorisée. Il faut s’ajouter les observations commencées dans une ville pour finir dans une autre, quand les étudiant-e-s sont revenu-e-s à Paris.

Pendant la période du deuxième confinement (du 29 octobre au 15 décembre), les séances de l’atelier d’une durée de deux heures ont été assurées via Zoom, une fois par semaine. Nous avons réservé 4 heures de notre atelier pour discuter les sujets choisis, la construction de la méthodologie d’observation et les limites, surprises et difficultés rencontrées sur le terrain. Comment créer une méthodologie, un protocole, un schéma à suivre ? Les observations et les entretiens-rencontres avec des acteurs du terrain ont été finalement les méthodologies les plus utilisées par les étudiant-e-s. Ceci est justifié par le fait que d’un point de vue théorique, nous nous appuyons dès le début de l’année sur une double cadrage. Tout d’abord, nous nous intéressons au fonctionnement de la ville, à partir des éléments de l’espace urbain, en se focalisant sur les typologies et les catégories de Kevin Lynch (1971). Ensuite, nous nous basons sur la perception que les citadins ont de la ville (Antoine Bailly, 1977) à partir d’une approche plus symbolique des interactions humaines, des vécus et des valeurs socioculturelles des usagers de la ville (William Foote White, 1943).

Nous avons ouvert ce carnet Hypothèses au début du semestre dans la logique de donner aux étuditant-e-s la possibilité de travailler collectivement un objet numérique-éditorial qui sert à valoriser leur travail d’enquête. En partant de leurs compétences en communication, trois formats ont été proposés pour les publications qui suivent : la photographie, le texte et la mise en page. C’est la raison pour laquelle certains comptes rendus ont plus de photos et moins de texte et vice-versa. Aussi, cela explique la possibilité de télécharger certains textes au format PDF. Les étudiant-e-s avaient aussi le choix de l’idiome et les textes en langue étrangère ont été fortement encouragés.

Photo : Koshu Kunii/Unsplash

Promotion 2020/2021 : la ville dans la hess

Nous remarquons une porosité entre ce qui relève des notes de journal de terrain et ce qui pourrait s’inscrire dans la catégorie du journal intime. Les étudiant-e-s ont fait part de la difficulté de trouver un sujet sans partir de soi, de ses expériences personnelles et de son lieu de résidence. Ainsi, c’est en partant de sa porte que Rémi Le Guillon s’intéresse en quoi la règle du « un kilomètre » pourrait influencer la dynamique de son quartier au 11e arrondissement de Paris et comment les différents citadins cherchent la « normalité » dans leurs déplacements dans cet espace. Adèle Jonas part aussi de sa proximité du bois de Vincennes pour interroger la même règle à partir des usages des espaces vertes. Elle observe un rond-point au centre du bois et interroge les passants sur le respect des mesures sanitaires.

De l’autre côté, pour certains, il n’y a rien qui se passe depuis leur fenêtre. Une étudiante nous dit : « Il n’y a rien que se passe à côté de chez-moi, si je dois respecter 1 km ». Confiné-e-s, certains n’arrivent pas à identifier les interactions, qui restent très limitées sur les zones résidentielles, dans les petites villes, et à la campagne. Le compte rendu de Romane Margerit est particulièrement intéressant puisqu’elle interroge l’utilisation du « un kilomètre » dans différents types d’urbanités pour montrer que nous n’avons pas le même kilomètre à la ronde.

Puisqu’on parle d’inégalités, deux étudiantes se sont penchées sur les impacts socio-économiques du confinement et leur conséquence pour les villes. Ainsi, Oréanne Fagnon situe son analyse sur la commune de Saint-Denis, tout en s’intéressant à la précarité et à la crise de la faim que pouvaient subir des citoyens du fait du confinement. Ensuite, Elnura Kenenbaeva enquête sur la construction des garderies à Levallois-Perret, des espaces créés pour assurer la sécurité des parents-employés qui travaillent sur place pendant la crise du coronavirus.

Certains étudiant-e-s ont quitté Paris pendant le confinement et sont retourné-e-s chez leurs parents. Contraints par ce déplacement, ils sont amené-e-s à enquêter sur la ville où ils ont grandi ou le lieu de résidence (secondaire ou primaire) de leur famille. Marc Côme, par exemple, a produit un compte rendu sur l’impact des mesures en place dans l’usage de la station balnéaire par des habitants de Royan. Il parle de réaménagement et des ruptures habitude et du quotidien, en comparant la période estivale aux deux confinements. Ou encore Louise Bothé qui explore la liaison entre ville et périphérie en crise, en enquêtant sur les transports publics à partir de la station de métro La Poterie à Rennes. Elle compare la fréquentation en temps de crise et en temps « normal ».

Les étudiant-e-s ont été souvent intéressé-e-s par ce que le confinement produit de nouveau, ils voulaient identifier ce qui serait perçu par les habitants comme inédit. Or, parler de nouveauté dans l’appropriation de la ville et les usages des espaces par les citoyens, implique de questionner ce qui est entendu par « normal ». Le deuxième critère plus difficile à identifier, car les données d’observations sur ces espaces pendant la période avant-confinement sont rares. Pour parler du service click&collect, Jean-Camille Bouteillon écrit sur la dynamique urbaine de l’île Saint-Louis à partir de la perception de ses commerçants. Irchaf Bouhmama a enquêté sur les nouveaux usages de la place Lucien Bouchard à Charleville-Mézières et sur comment le confinement réduit la convivialité de ses espaces conçus principalement pour le passage, le loisir et la rencontre.

Toujours dans cette logique, trois étudiant-e-s ont produit des comptes rendus sur les (nouveaux) usages des parcs et espaces verts. En partant d’une découverte personnelle, Laure Boursier a fait des observations de l’étang du Moulin à vent à Guyancourt pour dégager les différents usages de cet espace pendant le confinement et les frontières (invisibles) qui séparent ses utilisateurs. Pareillement, Séréna Jupille se penche sur les usages (et les usagers) du parc des Buttes Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris. Auriane Jaillet utilise la technique des dessins-entretiens pour comprendre le sens donné à la place Montgomery à Neuilly-Plaisance. Elle part de cet espace devenu uniquement lieu de passage, avec des bancs qui restent vides.

Abordant les déplacements en Île-de-France, Babacar Ndiaye a observé la fréquentation de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour étudier les effets du confinement en termes d’agencement des espaces dans une station du RER D. Alice Farrando explore l’usage des transports commun pendant la pandémie : elle observe l’utilisation des vélos et des trottinettes à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près. Linçia Landrezeau s’intéresse à la pérennisation d’espaces créés suite au premier confinement, en observant ce que l’aménagement des pistes cyclables de la rue du Rivoli engendre dans le quartier et même dans sa globalité sur la ville de Paris.

Pour nous aider à l’élargir ce que nous entendons par « ville en crise », quatre étudiant-e-s ont choisi des sujets qui n’ont pas un rapport direct avec la période de confinement. Caroline Dossous s’est rendue à Conflans-Sainte Honorine un mois après l’attentat du professeur Samuel Paty pour identifier les lieux de mémoires et le désir de retour à la « normalité » des habitants du Val d’Oise. Mathieu Mogès écrit sur le passé culturel et mémoriel de Compiègne : en enquêtant sur l’aménagement du camp de Royallieu, qui a servi de campement pendant la Deuxième Guerre mondiale, il cherche à comprendre comment un lieu marqué par l’horreur de la guerre est rendu « attractif » d’un point de vue urbanistique. La ville en guère fait aussi l’objet du compte rendu d’Angélique Minassian qui parle de la reconstruction de Stepanakert. Elle aborde cette thématique à partir de la crise humanitaire provoquée par le conflit géopolitique entre l’Arménie et l’Azerbaïjan, qui a fait plonger la région du Haut-Karabakh. Enfin, nous avons le travail d’Agali Almoctar Moussa sur comment les fréquentes inondations dans la ville de Niamey (capitale du Niger) freinent le développement (ou le déploiement) de l’accès au numérique et à ce qu’on entend par Smart City.

Soliguide, une cartographie des lieux solidaires

Avec un site internet, une application, des bornes numériques et des cartes imprimées, Soliguide est sur tous les fronts pour faire parvenir l’information aux personnes en situation de rue. D’autant plus en période de pandémie et de confinement, leur recensement des structures ouvertes est essentiel. 

Le mythe des personnes précaires et à la rue complètement déconnectées, sans téléphone ni accès à internet, persiste. Bien loin de la réalité, puisqu’une étude de 2018 montre que 91 % des personnes sans-abri possèdent un téléphone mobile, 71 % un smartphone. L’association Solinum en a fait son cheval de bataille, faisant de « l’innovation un levier d’impact dans l’action sociale. »

L’association, implantée dans neuf territoires en Île-de-France, Gironde et dans l’est de la France, est à l’origine du projet Soliguide lancé en 2017. Le site internet cartographie des services, associations et lieux pour les personnes en difficulté, couvrant des thèmes allant de l’alimentation, l’hygiène et la santé, à l’hébergement et la formation. Soucieux de rendre leur guide accessible, le site est disponible en quatre langues (français, anglais, espagnol et arabe) et depuis mars 2020, une application gratuite est également disponible.

Afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes dans le besoin, y compris celles et ceux éloigné-e-s du numérique, l’association a créé des bornes numériques implantées dans la ville. À l’image de celles que nous trouvons dans les centres commerciaux ou les gares, ces bornes permettent l’accès au Soliguide aux personnes sans smartphone. 

Expérimentée depuis 2018 à Bordeaux, d’abord sur le parvis de la Gare Saint-Jean, la première borne est maintenant située au « CAIO (le centre d’accueil, d’information et d’orientation) à Bordeaux, un lieu de repère pour toutes les personnes en situation de rue ou en situation d’immigration ». La seconde, inaugurée récemment, se trouve au « Pain de l’amitié, une épicerie sociale » de la ville. Leur installation à l’intérieur des structures rend l’accès à ces bornes tributaire des horaires d’ouverture des établissements. 

Les retours sur l’utilisation de ces bornes, de la part des institutions ou des personnes bénéficiaires, sont positifs et le dispositif a vocation à s’étendre. En 2021, des bornes devraient apparaître en Île-de-France. « On va se servir de bornes qui existent déjà, par exemple à la CAF ou dans d’autres organisations qui proposent déjà des bornes dans leur structure, pour greffer une page du Soliguide. » explique Juliette Lautrain, chargée de développement des projets en Gironde. 

La borne Soliguide est équipée de casiers à code pour permettre de recharger son téléphone en déjeunant ou en faisant ses courses à l’épicerie. Déjà très appréciée par nos bénéficiaires. @ Le Pain de l’Amitié / Facebook

Le premier confinement puis le second ont grandement aggravé la situation des personnes précaires et à la rue, forçant de nombreuses structures à fermer leurs portes. Soliguide a donc joué un rôle  essentiel d’accompagnement et d’information, mettant à jour 95 % de sa base de données et répertoriant les services de première nécessité ouverts dans chaque département où Solinum est présent. Lors du premier confinement, le nombre d’utilisateurs du site a triplé. 

Juliette Lautrain explique que depuis le printemps, en partenariat avec d’autres acteurs, l’association a également créé « des cartes qui sont distribuées directement dans la rue par les maraudeurs. Ces cartes recensent des services de première nécessité qui sont en accueil inconditionnel uniquement, on y met la santé, l’alimentation et l’hygiène. Ce sont des cartes qui sont distribuées aux personnes qui sont vraiment éloignées du numérique et qui ne peuvent pas se rendre eux-mêmes sur Soliguide et faire des recherches sur les structures. »

Le dispositif a vocation à s’étendre à de nouveaux territoires, en espérant que la crise sanitaire n’entrave pas le développement des projets, l’association aura peut-être bientôt une antenne à Lille ou à Nice. 

Les promenades au bois de Vincennes, ou l’art de transgresser la limite du 1 km

Avec la crise sanitaire, le besoin d’espaces verts des personnes habitants en milieu urbain s’est accru. La limite des 1 km a séparé la population en deux catégories, ceux ayant un point de nature proche, et ceux ne pouvant se permettre qu’une balade entre les voitures et les immeubles. Parmi ces derniers, on retrouve souvent une certaine frustration car l’espace vert est proche, mais à plus d’1 km. A Vincennes, Saint-Mandé, ou encore Charenton, certains habitants ont accès au grand bois de Vincennes. Une sorte dediscrimination territoriale s’effectue dans le sens où seuls les habitants des quartiers en lisière du bois (qui représentent les logements les plus chers) peuvent s’y aventurer et profiter de la nature. Pour d’autres, la limite de déplacement imposée ne permet que d’errer à l’orée du bois, ce qui peut provoquer un sentiment d’injustice. 

De par son étendue, et compte tenu des mesures sanitaires, des zones du bois de Vincennes devraient logiquement être vides. Pourtant en se baladant dans le bois, on remarque que ce n’est pas le cas, et que beaucoup de personnes s’y promènent.

Après quelques simulations du 1 km sur Mappy, une zone du bois m’est apparue intéressante car centrale, attractive et facile d’accès. Comme on le remarque sur le plan, c’est un grand cercle (de terre et de gazon) central où se rejoignent 6 allées, dont la grande menant au château de Vincennes. Du côté de Saint-Maurice, le bois donne sur l’avenue de Gravelle et simultanément sur un hôpital et un petit ensemble de rues d’habitation. D’après le tracé des 1km, seuls certains habitants de Saint-Maurice ont accès au cercle : ceux sur l’avenue de Gravelle et ceux habitant dans quelques rues en dessous.


Sur la carte
ci-dessus, les cercles de 1 km correspondent aux adresses suivantes :

Cercle bleu : 39 rue des vignerons, 94300, Vincennes 
Cercle Magenta : 56 rue Jeanne D’arc, 94160, Saint-Mandé
Cercle Vert : 13 rue Edmond Nocard, 94410, Saint-Maurice
Cercle Jaune : 45 avenue de la Belle Gabrielle, 94130, Nogent-sur Marne


Sur la carte ci-contre, on peut observer le cercle de l’étude ainsi que les différentes allées qui s’y rejoignent.

Pour analyser le cercle, 5 observations d’environ 30 minutes chacunes ont été effectuées pendant le confinement, durant lesquelles j’ai souhaité compter les passants en me plaçant au centre du cercle (ont été comptées toutes les personnes dans le cercle et dans les allées à proximité du cercle, arrivant ou repartant) :

Jour Samedi Dimanche Mardi Mercredi Jeudi
Heure et nombre de personnes 15h23 : 68 
15h40 : 88
14h47 : 78 16h20 : 17 16h05 : 32 12h50 : 26
Tableau indiquant les jours d’observation, l’heure de comptage suivi du nombre de personnes présents aux abords du cercle.

La première chose que l’on peut remarquer est que c’est une zone du bois très passante, de par sa position centrale, sa facilité d’accès quelque soit l’endroit d’où l’on vient. Le samedi, il était intéressant d’effectuer deux comptages car il y avait beaucoup de passage ! Dans les activités ou usages ayant lieu dans de ce cercle, voici les celles que j’ai pu noter : se balader, promener son/ses chiens, sortir en famille et/ou avec enfants, faire du sport, et s’installer sur un des rondins de bois ou dans l’herbe de la grande allée menant au château. Le samedi de l’observation, il y avait beaucoup de monde (comme le montrent les chiffres) et toutes les activités citées au-dessus étaient observables. C’était une belle journée d’automne et ce grand cercle sans arbre permet aux personnes venues marcher dans le bois de prendre un bain de soleil, au lieu de rester à l’ombre des feuillages.

Photo prise par Adèle Jonas le samedi, en direction de la grande allée menant au château. Bien qu’il fasse frais, des personnes se sont installées dans l’herbe pendant que d’autres font du vélo.
Photo prise par Adèle Jonas le dimanche depuis le centre du cercle. Le temps était nuageux mais il y avait toujours autant de monde, bien que moins de stagnation dans le cercle : il faisait froid, il n’y avait pas de soleil, et il valait mieux bouger pour se réchauffer. La vraie question est, y a-t-il plus de corbeaux ou de personnes sur cette photo ?

J’ai eu envie de revenir en semaine afin de poursuivre mon étude à l’heure de la sortie des écoles pour voir s’il y avait plus d’enfants (qui n’étaient pas très présents durant le weekend). Ce n’était pas le cas : il y avait toujours du passage autour du cercle, des adultes, des chiens, mais finalement très peu d’enfants. La raison qui me paraît la plus logique est que le cercle est finalement assez éloigné des villes alentours et que faire marcher plus d’un kilomètre de jeunes enfants peut être compliqué. Le samedi, j’avais pourtant discuté avec un groupe de parents accompagnés de leurs enfants, ils étaient tous à vélo : la solution pour emmener ses enfants à plus d’1 km !

Lors des quelques entretiens effectués, deux questions ont été posées : 

Savez-vous si vous êtes à plus d’1 km de chez vous ou non ? 

Est-ce que vous faites attention à ne pas dépasser cette limite ou est-ce que vous vous en moquez ?

En fait si on est là, on est forcément un peu plus loin que 1km”, a répondu l’un des pères du groupe de parents. Certaines personnes ont hésité sur la première question, ne sachant pas exactement à quelle distance ils se trouvaient de chez eux, mais de façon unanime, aucun d’eux ne voulait se cantonner à cette limite. Avec ces deux questions assez simples (qui suivaient une rapide présentation du projet pour contextualiser), certaines personnes interrogées se sont senties rapidement à l’aise pour discuter de cette limite des 1 km. “1 km c’est discriminant pour ceux qui n’ont pas d’espaces verts chez eux : ils {le gouvernement} réfléchissent à modifier cette limite, notamment pour ceux qui habitent à la campagne”, me dit l’une des deux femmes du groupe avec qui je discute. Nous en arrivons à l’idée que plus que discriminante, la limite est aussi déshumanisante car elle nous cantonne à un espace imposé et circonscrit. Dans le bois de Vincennes, cette limite nous paraît d’autant plus absurde : elle nous force à rester groupés en bordure de bois au lieu de nous répartir dans ce grand espace vert. 

Photo prise par Adèle Jonas le mercredi au début de la grande allée. Photo intitulée“Pensez vous réellement être à moins d’1 km de votre domicile ?”

La comparaison avec le premier confinement a été très souvent utilisée. En mars dernier le printemps arrivait, le besoin de verdure et de nature grandissait chez de nombreux citadins et la fermeture des parcs et jardins lors du déconfinement a engendré un transfert massif des parisiens vers le bois de Vincennes, que j’avais pu observer à l’époque. “Là, on voit encore quelques voitures se garer en lisière de bois, sûrement des parisiens en manque de nature”. Actuellement le froid et la rapide tombée de la nuit donne lieu à des activités différentes de celles du printemps. Le premier samedi d’observation me paraît assez représentatif de cet espace lorsqu’il fait beau, des gens assis sur l’herbe, des familles à vélo, des jeunes gens jouant au badminton (photo ci-dessous)…

Photo prise par Adèle Jonas le samedi. On remarquera les trois jeunes gens ayant installé un filet de badminton pour s’amuser, mais aussi les nombreuses personnes à vélo en arrière-plan.

A l’inverse, le mauvais temps et le froid amènent une augmentation des balades : Les gens traversent, se retrouvent, mais très peu s’arrêtent autour de ce cercle. “D’habitude c’est du sport, des picnic, des filets…. Dans les grandes allées. On ne voit pas un flux aussi fréquent, avec des gens qui se baladent et font du vélo… c’est beaucoup moins habituel !” me dit un passant. Dans ce contexte sanitaire difficile, la marche devient un besoin primaire, et la limite des 1 km devient une règle presque caduque pour certaines personnes. Les chiffres actuels des amendes pour non respect du confinement et des limites de déplacement sont difficiles à trouver, ou moins médiatisés qu’en mars dernier ou un million d’amendes a été donné entre mars et avril. Selon les personnes interrogées, la police ne contrôle pas en général, et veille surtout au respect de l’ordre dans le bois : regroupement, fête clandestine, port du masque… Ce dernier est difficilement respecté en pleine nature ou plus de la moitié des personnes croisées laisse dépasser son nez ou sa bouche pour sentir l’air frais de l’automne.

Avec les nouvelles mesures, augmentant les déplacements à 20 km pendant 3h, cette étude a pris fin, mais cela a prouvé que cette limite posait des problèmes et nécessitait une réexamination. Le gouvernement a-t-il compris que le besoin de verdure était un besoin devenu primaire et primordial ? Qu’il aidait au bien être psychique et physique de la population ? Que cela créait une discrimination entre les personnes proches des espaces verts et celles plus éloignées ? Étant donné l’indifférence des personnes interrogées sur le fait d’être à plus d’1 km de leur domicile, le nombre de personnes se rendant sur le cercle n’a pas évolué (à première vue). Néanmoins, le début du printemps devrait apporter un pic d’occupation du bois de Vincennes !

Adèle Jonas

Place Lucien Bauchart, une convivialité perdue ?

La place Lucien Bauchart fait l’entrée et est conçue comme étant le centre du quartier de la Ronde Couture de la ville de Charleville-Mézières. Aménagée récemment en 2015 par les architectes et urbanistes Daquin Ferrière & Associés, la place est composée de matériaux dits « nobles » (pavés de grés, acier corten) et de mobiliers tels que des bancs et fauteuils en béton blancs. Selon les architectes la place est un « nouveau lieu de convivialité pour les habitants du quartier » de la Ronde Couture.

En effet, depuis l’aménagement de la place, j’ai été témoin d’une redynamisation des relations sociales dans le quartier. Un quartier habité majoritairement par des personnes issues de l’immigration. La place est devenue un lieu de rencontre pour tous les publics et toutes les origines culturelles. Les personnes âgées et les plus jeunes, animent la place en faisant d’elle le coeur même du quartier.

« Lieu de convivialité pour les habitants du quartier »

Architectes Daquin-Ferrière & Associés

Cependant, la crise de la Covid-19 en début d’année 2020 nous a forcé à se confiner et de ce fait, à couper tout lien social. Les personnes âgées ont d’ailleurs été les premières victimes de cette restriction, la COVID les touchant majoritairement. Alors la crise de la Covid a-t-elle détérioré l’image accueillante et conviviale de la place Lucien Bauchart ?

Les évolutions urbaines de la place Lucien Bauchart post Covid

Cartographie de l’environnement de la place Lucien Bauchart. Carte : Ichraf Bouhmama

1. Description de la place

Comme dit plus haut, la place Lucien Bauchart se devait d’être un lieu convivial et chaleureux. Au centre d’une multitude de petits commerces, de logements, près d’une école ainsi que d’une bibliothèque et d’un centre d’activités parascolaires, la place Lucien Bauchart réunit tous les âges. Sur la place, des bancs et des fauteuils qui exacerbent le côté « cosy » et des plantations d’arbres qui ajoutent une touche de vert nature dans un cadre très moderne.

2. Les modification de l’espace urbain post- Covid

a. Piste cyclable

Lors de la crise de la Covid, de nombreuses villes ont décidé d’aménager l’espace urbain afin de lutter contre la propagation du virus.

“S’il y a peut-être un point positif (sauf pour les automobilistes) à retenir de la crise du coronavirus, c’est bien celui d’un boom des aménagements cyclables. » Stein van Oosteren, porte parole du collectif Vélo Ile-de-France

À Charleville-Mézières, de nombreuses pistes cyclables ont éclos à peu partout dans la ville permettant en autre d’éviter les transports en commun et/ou de faire respecter les distanciations sociales notamment.

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé sur la place Lucien Bauchart. Avant la crise de la Covid, la place n’avait pas de piste cyclable. Et pourtant, on peut maintenant voir (en vert sur la carte) qu’une piste cyclable traverse la place en longeant la route. On remarquera que la piste cyclable ne continue pas son chemin sur le côté de la route et bifurque afin de traverser la place Lucien Bauchart. Cela pourrait s’expliquer par le fait que la route empruntée plus haut par la piste cyclable devient de plus en plus exiguë au fur et à mesure qu’elle arrive au niveau de la place. La seule alternative pour éviter des possible problèmes de traffic dû à l’étroitesse de la route est de faire passer la piste cyclable sur la place Lucien Bauchart.

b. La signalétique

Il va de soi que les villes ont dû aménager leur territoire de sorte à informer via de nouveaux panneaux et/ou signes des comportements à adopter suite à la pandémie de la Covid-19.

Sur le sol de la place, beaucoup de marquage au sol indiquant « masque obligatoire » avec le symbole du masque. Qui l’a inscrite ici ? Pourquoi et de quelle manière, cela reste à investiguer (cf, Petite sociologie de la Signalétique). Mais la typographie qui n’a pas l’air manuscrite, me laisse à penser que le marquage a été effectué avec une bombe de peinture et un support. Je remarque également qu’il y a certes beaucoup de marquages sur le sol mais étrangement pas de panneaux. (Nous verrons un peu plus tard que le seul panneau a été détérioré).

c. Commerces fermés

Dû aux allocutions du Président de la République et les décisions du gouvernement certains commerces ont du se retrouver forcer à cesser leur activité, causant notamment des difficultés financières ou la faillite de beaucoup de commerçants.

Sur la place Lucien Bauchart, le bar Le Morgan était sans doute un des acteurs de l’animosité de la place. À ma connaissance, le bar, jadis pré-CoronaVirus, accueillait souvent beaucoup de monde, pour boire un verre ou un café. La présence du bar serait donc à mon sens un acteur social de la place où les gens pourraient se rencontrer au bar et continuer leurs conciliabules sur la place, boisson à la main.

Cependant, je remarque un peu pus tard une signalisation dont je n’aurais pas soupçonné l’existence, contrant mon hypothèse du dessus. Une signalisation qui peut s’expliquer par la volonté d’éviter un possible vandalisme de la place fraichement rénovée dans un quartier classé « Zone Urbaine Prioritaire ». (Source : Système d’information géographique de la politique de la ville)

Photo : Ichraf Bouhmama

J’ai eu la chance d’intercepter un des propriétaires du bar le dernier jour de mon investigation sur la place. J’ai alors sauté sur l’occasion pour lui poser une question sur sa situation : « Pouvez-vous me donner une idée du bar avant et après l’apparition du CoronaVirus ? »

« Avant le Corona, vous connaissez, on avait la terrasse, le bar avait beaucoup de fréquentation, on y venait prendre un verre, regarder les matches et discuter » (…) « J’ai beaucoup souffert économiquement » (…) « Les gens ont peur alors ils venaient moins (pendant le déconfinement) ».

Par « les gens », je me suis vite souvenue que le bar était souvent fréquenté par des personnes ayant physiquement plus de la quarantaine, et en majorité des hommes.

Selon les chiffres et statistiques de la Covid par Santé Publique France, 53% des cas étaient des hommes et la tranche des 44-64 ans constituaient à eux seuls 14% des hospitalisations et 31% en réanimation. La moyenne d’âge des cas contacts est de 46 ans.

Nous pourrions alors émettre l’hypothèse selon laquelle les habitués du bar, même en période de déconfinement, préféraient éviter d’aller au bar par peur du virus.

Propriétaire du bar, fermant son commerce. Photo : Ichraf Bouhmama

Les évolutions de la dynamique sociale de la place Lucien Bauchart pendant la crise de la Covid

1. Contact humain

Sur 12 jours d’enquête assise sur la place, je n’ai compté seulement six personnes qui se sont également assises sur un banc ou un fauteuil. Quatre d’entre elles avaient l’air d’avoir entre 40 et 60 ans. Deux étaient des enfants, qui se sont brièvement assis.
Sur un total de six personnes, seulement deux ont accepté d’échanger. Deux personnes d’un âge plutôt mûr, ayant plus de la quarantaine.

Retranscription des entretiens :

Moi : Que faites-vous assis sur cette place ?
Témoin 1 : Je viens de la pharmacie, j’ai eu le COVID et je m’essouffle vite depuis. Alors je m’assois un peu le temps de retrouver mon souffle.

Moi : Vous veniez souvent vous asseoir ici avant le Corona ?
Témoin 1 : Oh oui, j’habite à Mohon mais il m’arrivait de venir ici pour discuter avec les copains.

(NB : Mohon quartier juxtaposé à la Ronde Couture).

Moi : Et vous, vous aviez l’habitude de venir ici ?
Témoin 2 : Oh oui moi j’habite rue Ferroul (Ronde Couture) je venais beaucoup ici parler un peu.

Moi : Sans indiscrétion, vous êtes de quelle origine ?
Témoin 2 : Je suis turc.

Moi : Pourquoi vous ne vous asseyez pas ?
Témoin 2 : Le banc il est froid, et puis faut respecter les distances de sécurité. Et vous avez entendu le Monsieur il a eu le Covid. (rires).

Pendant toute la durée de l’enquête Il n’y a eu aucun enfant ou petite famille prenant leur goûter sur la place, comme j’avais eu l’habitude de voir.

A mon avis, la saison actuelle à laquelle le soleil se couche dès 17h et dont les températures frôlent les minimales doit favoriser l’évitement de la place. Pour s’assurer que le Covid ait eu un impact sur la fréquentation de la place, il serait nécessaire d’enquêter pendant une saison plus chaude.

2. Et les pigeons ?

En ce qui concerne les pigeons, je n’en ai vu aucun en 12 jours d’investigation. J’ai comparé avec la Place Ducale (au centre de la ville) pour m’assurer que les pigeons étaient réellement présents et évitaient la place, ou s’ils n’étaient pas de sortie dû peut être au froid. Et également sur la Place Ducale, il y avait une disparition totale des pigeons.

Il faut savoir que selon Olivier Paikine, (chargé d’études à la Ligue pour la protection des oiseaux) les pigeons « s’habituent au rythme des gens qui marchent dans la rue. Leur comportement est le fruit d’un mimétisme vis-à-vis de leurs congénères. Lorsqu’un pigeon voit d’autres pigeons par terre, il suit le mouvement” ». Il ajoute que « les pigeons sont des oiseaux qui naissent en ville, au contact des humains. Ils naissent avec des habitudes de nourrissage liées à ville ».

Emmanuelle Goix, directrice générale déléguée aux musée et aux jardins botaniques et zoologiques du Muséum d’histoire naturelle avance que les pigeons « ont la particularité de “s’être parfaitement adapté aux hommes, dont il dépend tant pour sa nourriture que pour son habitat »

« Le degré de sociabilité varie également en fonction des espèces et des saisons », Vincent Bilem pour les inrockuptibles.

Après quelques recherches sur les pigeons, il s’avère que ceux-ci sont en période de repos en hiver. De plus, par chance, Google Street View m’a permis de constater qu’en sortie du premier confinement, les pigeons venaient toujours sur la place picorer des miettes de pain qu’un homme masqué leur aurait jeté.

Festin post confinement des pigeons, Google Street View

3. Place Lucien Bauchart, jour de marché

Le marché est l’activité par excellence qui favorise le contact humain. Entre commerçants, entre habitants, c’est un lieu surtout de rencontre et d’échange, l’état brut du contact humain et du lien social. (cf Les Marchés physiques et l’organisation des marchés)
J’ai visité la place un seul dimanche, jour de marché. Et il va s’en dire que les distances de sécurité n’ont pas été respectées. Je n’ai également remarqué aucune signalétique mise en place par les commerçants concernant la situation de pandémie dans laquelle nous sommes. Une ambiance conviviale mélangeant toutes les cultures.

Conclusion 

La période choisie pour l’enquête n’a, je pense, pas été la bonne. En temps de grand froid, il apparait normal que la place ne soit pas occupée et que l’image conviviale qu’elle renvoit soit entâchée. L’enquête devrait être continuée en saisons chaudes pendant lesquelles les populations sont plus tentées de fréquenter une place. Cependant, malgré les températures et la Covid, le marché est le seul évènement qui dynamise et crée le contact social sur la place Lucien Bauchart, faisant d’elle une place qui arbore tant bien que mal son image de place chaleureuse créatrice du lien social.

People’s use of public transports when under a lockdown

La Poterie, city’s entrance

For these observations of the city in crisis, I chose “La Poterie“ in Rennes. 

This is a subway station, the begging of the (for now) only subway line of the city. There’re numerous bus stops, a parking lot, and a drop-off area. It’s close to the ring road and can be considered as the entrance of the city for the south urban area. The bus lines are either going to the city center or the outskirts of Rennes. It seems important to highlight that this place is under construction. The drop-off area has recently been extended, and the parking lot will double its capacity. Around the area, there is a skatepark, football fields, a park, and a high school.  

Actual parking lot and the new one under construction, Monday 16th November 2020 © Louise Bothé

I’ve been living in this neighborhood until I was 18 so I saw the evolution of the area and have a bias on observing it. To me, it represents access to the city center (with the subway) and is a place to meet people or hang around as a teenager. Through this observation, I wanted to see how the place is used during the lockdown. I remember the place with a crowd come and go, lots of cars and buses. I expected to see fewer vehicles, but considering the second lockdown was more flexible I didn’t imagine the place to be empty. I wanted to see if, as I recall, it’s a place where people stay and wait. Moreover, with the sports complex and the park near the station, I would’ve imagined that some pedestrians would go through La Poterie during their 1 hour of daily exercise. 

I chose my moments of observation according to the rush hours and the frequentation of the subway. Therefore, I observed the city on a Friday, Saturday, Sunday evening between  6 pm and 6:30 pm. After these three observations, I decided I would also observe on a Monday morning, between 8:20 am and 8:50 am, according to the same criteria. I expected to see more people, because of the close high school and workers. 

For all four observations, I stayed in the same place, to be able to compare the different moments. This spot enabled me to see the bus stops, one access to the subway station, and the drop-off area. 

Subway frequentation, Screenshot 2020-11-09 at 10.43.44

 

Subway frequentation, Screenshot 2020-11-13 at 18.51.02

How does the city live?  

When I arrived for my first observation, it was right before 6 pm on a Friday. I saw a huge group of high school students coming to take the bus. It gave an impression of a crowd. Within less than 15 minutes, almost all the students were gone. They took buses that were going to the urban area. These buses arrived empty and weren’t full despite the groups of students. 

Once the students were gone, I didn’t see many people. I stayed at the same place for 30 minutes and saw less than 10 people with a suitcase, 2 bikes, 2 strollers, and 2 joggers. Everyone was either waiting for a bus or a car at the drop-off area, the only exception was a group of two, who was there the entire time of my observation. It felt like they were wandering. In the beginning, around 6 pm, about 50 people would get out of the subway each time but as time went it was less and less people. On the other side, I did see some people get in the subway, but it was nothing based upon the frequentation which was supposed to be at its maximum.  

View of the bus-stops from the footbridge, Friday 13th November 2020, 6:40 pm © Louise Bothé

The day after, on Saturday evening, I observed between 5:50 pm and 6:30 pm. It was raining and dark. Because on Friday I mainly saw students and people who seemed to come back from work, I didn’t expect to see many people. When I arrived, I only saw 2 cars at the drop-off area, 10 people waiting for a bus, and 3 young pedestrians who seemed to wander (they were not wearing a mask). 

View of the drop-off area and the parking lot from the footbridge, Saturday 14th November 2020, 6:30 pm © Louise Bothé

During my observation, I saw 4 joggers and 5 walkers. Each time, it was less than 5 people getting out of the subway. Within 30 minutes, less than 30 persons entered the subway station. The buses were almost empty and 4 cars dropped-off someone. 

I saw a beer can on the floor under a bus stop, which made me think that during the night or the day, some people stayed here and drank. It’s an attitude completely different than what I have observed so far. At the same time, two men drinking a beer were standing next to the elevator and were going to the station. I saw more people with a stroller (2), mostly women, and more children (5) than on Friday. 

The last observation I planned was on Sunday evening. I observed at the same time as the previous days. They were more cars in the drop-off area, 7 cars were parked when I arrived and I saw almost 30 cars stop by. Some people had luggage. As of Saturday, 20 people got out of the subway and very few got in. I only saw 3 buses and they were fewer trains as it was Sunday. 

On the other hand, I witnessed 3 skaters passing-by, 8 joggers, and a lot of walkers. They were couples, families, or walking their dog. For the first time, I noticed a disabled person in a wheelchair. The atmosphere was different than the other days, I felt like more people were taking a walk whereas the other day they were mainly here to take the bus or the subway. 

View of the bus-stops, Sunday 15th November 2020, 6 pm © Louise Bothé

I felt a bit frustrated in my observation because I was expecting to see more people, so I decided I would do one last observation on the next Monday morning, between 8:20 am and 8:50 am. I directly noticed the newspaper rack close to the elevator and a man giving out newspapers. Unlike the other days, children were going to school, in addition to the students and adults. The other days, the buses were arriving empty and many people were getting in to go to the urban area of Rennes. On Monday morning, the buses were pretty crowded and people were waiting for buses going to the city center. From 8:45 am the stream of people had passed and the man took the newspaper ranks and left. 

People go up to the subway station, Monday 16th November 2020, 9:25 am © Louise Bothé

Everyone wore their mask well, even when they were just a few people and a physical distancing.

Schoolchild taking a bus to the city center, Monday 16th November 2020, 9:30 am © Louise Bothé

Weight of restrictions 

This area is only used as a transit zone, from one means of transport to another. In some cases, people can wait for a while, but they never will be there to stay. I hypothesize that there were more people on Friday because it was a working day. On the weekend, fewer people are working, there’re no students and most shops are closed. In a way, people had no reason to be there, especially because there’s a park if people want to take a walk. It was also a bit late in the afternoon, it was dark and raining, we can assume that if people walked by it was earlier during the daytime. My theory was confirmed on Monday. There were a lot of people and students taking buses or the subway, but once the rush hour was over, there were very few people. 

The atmosphere was completely different than what I remembered. In my memories, on Friday and Sunday evenings, it was also chaos with buses and cars trying to enter the area, traffic jams, and people trying to regulate the traffic. Because of the drop-off, many students were carsharing on Friday and Sunday evenings. During the lockdown, it was impossible to carshare and ride without a certificate. 

Concerning the layout, the new parking lot is under construction and the drop-off area has double its capacity. That it’s because in “normal“ times it’s full. During the time of my observation, the parking lot was never full, it might be because many people were working from home. Another explanation could be that people were trying to avoid public transport and drove directly to their office. To go to the city center it’s usually an articulated bus but I did not see any during my observation. The transport network probably adapted to the attendance. 

The only changes related to the pandemic are new signage and hydroalcoholic gel dispensers at the entrances of the subway station. These dispensers are not on the street level, but at the entrance of the station. There is no dispenser at the bus stop nor near the elevator to reach the station. I would think that the hydroalcoholic gel dispenser can be useful everywhere, for everyone, and so be placed somewhere accessible.   

Examples of new signage related to COVID-19 crisis © Louise Bothé

Conclusion 

Although I only saw one entrance and exit (they’s another one I couldn’t see from my spot), the lockdown had an impact on the frequentation of transports which was reduced in general and almost nothing during the weekend. Even if we consider there were the same amount of people getting in and out on the other side I couldn’t see, it would still not be a lot of travelers. As mentioned, the area is mostly a transit zone for people using the transport network and when the transports are not needed (or the use is restricted) then the number of passer-by drops. It could have been interesting to observe the same area when shops reopened and the limit was extended to 3 hours and 20km. I imagine that, with Christmas coming, people would start shopping and I would see more people on Saturday for example. 

The urban landscape also changed with new signs and rules concerning the health protocol. As it is related to the pandemic there are just stickers on the floor and the panes. I assume it is not meant to be durable. However, the gel dispensers could be kept. We would have to observe it in months to see how it evolves. 

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

Royan : La gestion de l’espace public dans un contexte de pandémie au sein d’une station balnéaire en période estivale

Au cœur d’une année 2020 bien mouvementée, les villes ont dû se réinventer, se transformer, s’adapter à cause de la crise du Covid-19. C’est cette idée de ville en crise qui apparaît sur toutes les bouches alors qu’il est bientôt l’heure de faire le bilan sur une des années les plus difficiles de ce début de siècle. Au centre des attentions depuis le déconfinement de mars dernier, la gestion estivale du virus a été le sujet de nombreux débats et un enjeu majeur, notamment dans les stations balnéaires. 

Le front de mer de Royan (Photo : Marc Côme)

Située sur la façade Atlantique entre La Rochelle et Bordeaux, la station balnéaire de Royan accueille chaque année des milliers de vacanciers venus de toute l’Europe. Classée parmi les stations balnéaires les plus importantes en France, la ville a dû faire face à de nombreuses contraintes, notamment sur son front de mer, qui depuis le début de l’été, n’est plus le même à cause des mesures mises en place par la municipalité pour faire face au virus. D’autres endroits de la ville ont bien évidemment eu le droit également à des transformations mais nous allons nous intéresser à l’espace du front de mer car c’est le lieu qui symbolise le mieux cette idée de la transformation de la ville à cause de la crise du Covid-19.

Nous avons donc décidé de nous intéresser à ces mesures qui ont grandement contribué à une “transformation de la ville” que ce soit en période estivale mais également à “l’héritage” que cela a pu laisser depuis l’été et aux mesures toujours en vigueur. Ayant personnellement travaillé à proximité du front de mer cet été, nous allons nous baser sur des observations réalisées à cette période et d’une enquête de terrain commencé depuis le début du second confinement. Nous aurons l’occasion de retrouver des témoignages de personnes ayant vécu ces périodes particulières pour avoir une idée précise de l’impact de ces mesures suite aux transformations dans la ville. Nous allons donc chercher à savoir si ces transformations ont changé le quotidien ou ont eu un impact chez les personnes qui ont fréquenté le front de mer mais également si ces mesures ont changé l’aspect de la ville.

Une station balnéaire sous haute-tension face à l’arrivée de l’été

Dès le début du mois de juin, la ville entame sa transformation estivale annuelle avec cette année une question supplémentaire : Comment gérer l’afflux important de vacanciers tout en respectant les gestes barrières ? Directement la ville de Royan va mettre en place des mesures importantes. Mise en place d’un sens de circulation sous les arcades du front de mer, indicateur de distanciation sociale à l’entrée des commerces et restaurants, limitation du nombre de personnes dans les boutiques mais encore fermeture de certains espaces de la ville font partie de ces mesures mises en place par la municipalité. Nous avons pu observer que les habitudes de la population estivale ont changé. Les voitures sur le front de mer ont laissé la place aux piétons. L’espace habituellement rempli de voitures était désormais un lieu où les personnes pouvaient se balader. C’était une nouvelle ville. Ayant passé de nombreuses années à Royan, nous n’avons pas reconnu notre ville complètement. Dès les premiers jours où ces mesures ont été appliquées, les personnes habitués à ce lieu avaient quelques difficultés à assimiler et mettre en pratique ces nouvelles habitudes. La police était sur place pour orienter les usagers de cet espace public afin que chacun puisse appliquer toute ces mesures. Néanmoins aucun problème n’a été observé, tout s’est déroulé dans le calme et l’envie de bien faire.

Une personne ayant passé ses vacances à Royan cet été et voulant garder l’anonymat témoigne “Cet été a été très particulier pour moi et ma famille. Nous venons à Royan depuis près de 15 ans et c’est la première année où nous ne faisons pas les mêmes choses. Nous avions l’habitude d’aller au restaurant par exemple mais nous avons voulu éviter ces endroits par peur du virus et par peur de le ramener chez nous. Le front de mer c’était particulier, presque comme si ce n’était plus le même. Il était plus difficile de circuler dans la ville avec la fermeture d’un bout de route.

Suite à la situation des derniers mois, notamment avec le confinement, il était primordial de sauver l’économie locale, principalement car la majorité du chiffre d’affaires de commerçants locaux se réalise en période estivale. Des mesures ont donc été prises pour que des commerces et restaurants bénéficient de plus d’espaces. Il a donc été décidé de fermer une partie du front de mer pour laisser les restaurants agrandir leur terrasse et aux piétons de se déplacer en respectant les gestes barrières. 

Fermeture d’une partie du front de mer, agrandissement des terrasses et port du masque conseillé

C’est une transformation majeure de la ville, une première dans son histoire. Ici cette cartographie permet d’apporter un éclaircissement des propos. La zone en bleu représente ici le port du masque qui est fortement conseillé seulement, le trait rouge correspond à la partie de la route fermée et les points verts nous montrent les restaurants qui ont agrandi leur terrasse sur la route et les places de stationnement. L’espace du front de mer est donc complètement transformé et tourné vers une gestion du virus qui a pour but de faire fonctionner l’économie locale malgré tout. Nous avons pu observer que l’espace est “plus vivant” que d’habitude, il y a plus de personnes à pied et en vélo. L’espace des commerces étant situé sous les arcades derrière les restaurants, il est impossible en temps normal de voir les personnes qui se promènent ou qui font les magasins. Avec ces mesures, nous avons pu observer que les personnes utilisaient pleinement l’espace supplémentaire sur l’habituelle route, délaissant légèrement le passage habituel sous les arcades.

Un après-été à enjeu

Après le départ des derniers estivants au début du mois d’octobre, la municipalité a décidé de rouvrir l’ensemble du front de mer à la circulation. Néanmoins des mesures différentes ont vu le jour. Le port du masque est devenu obligatoire sur de nombreux endroits de la ville. Les personnes ont donc moins fréquenté cet espace, désormais la voiture a repris sa place, contraignant les piétons à investir de nouveau les trottoirs et les arcades pour les commerces et restaurants, les déplacements ne sont plus les mêmes car le sens de circulation n’est plus de vigueur. C’est en quelque sorte un retour à la vie d’avant, que ce soit dans le comportement des personnes ou le respect des consignes sanitaires, le port du masque obligatoire en plus, un retour à la situation que connaissait Royan avant l’arrivée de l’été et ses mesures. Malgré ce retour apparent à la vie d’avant-été, le front de mer reste perturbé par le passage du Covid-19 qui a pris un peu d’ampleur dans la région depuis la mi-octobre. Mise en place de centre de tests pour la population, commerces qui ont fermé à la suite des mesures annoncées par le gouvernement, le front de mer est une nouvelle fois transformé.

Port du masque obligatoire sur le front de mer et ses abords

Sur cette cartographie, nous pouvons observer le développement des zones où le port du masque est obligatoire. Fini la fermeture d’une partie du front de mer, de l’extension des terrasses, la politique de la gestion de l’espace public a changé. Alors que les personnes peuvent désormais sortir un peu plus, le front de mer reste très calme, les personnes sur place respectent le port du masque. 

Pendant le confinement, l’espace du front de mer était inoccupé, seuls les déplacements vers les commerces alimentaires ont animé le lieu. Moins fréquenté l’hiver même quand la situation sanitaire était normale, le front de mer a subi une baisse de fréquentation inhabituelle depuis l’annonce du confinement. 

Malgré tout ça un paradoxe subsiste. En toute transparence, après avoir vu que presque plus personnes ne fréquentaient le front de mer nous avons pensé que cela resterait ainsi jusqu’à l’annonce d’un futur déconfinement. A l’arrivée d’un week-end où le beau temps était au rendez-vous, nous avons été surpris de voir que beaucoup plus de personnes utilisaient la sortie d’une heure autorisée par jour pour se promener en bord de mer en empruntant le front de mer. Cette affluence inhabituelle pour cette période de l’année nous fait penser que les personnes avaient besoin de sortir dans un cadre agréable pour s’échapper le temps d’une heure d’un confinement qui peut-être pesant pour certains.

L’espace du front de mer est donc un lieu stratégique dans l’organisation et l’animation de la ville. La fermeture d’une partie a causé plus de bouchons et des ralentissement dans le trafic sur les autres routes de la ville tout au long de l’été et a nécessité à la population de s’adapter. “Pour aller travailler j’ai dû partir 10 minutes plus tôt et emprunter une route différente que d’habitude. Je pense que c’était une bonne chose mais pour les personnes travaillant à proximité c’était un peu moins pratique. Le retour à la normale était vraiment appréciable, cela fait du bien de retrouver ses habitudes.” témoigne une personne travaillant sur le port de Royan. Une ville en crise qui a donc dû se transformer pour s’adapter, des habitants et vacanciers qui ont dû changer leurs façons de faire, Royan s’est réinventer à travers des mesures et une organisation particulière. 

Port du masque obligatoire sur le front de mer (Photo : Marc Côme)

Dès le début de l’enquête, nous avions des certitudes, des réponses que nous pensions être les bonnes. Malgré cela, à quelques reprises nous avons été surpris par le comportement des usagers de l’espace publique, ce qui nous a semblé intéressants car nous avions en face de nous une autre vérité, celle du terrain. Nous avons travaillé de façon à être au cœur de la question posée, être nous même acteur de “l’événement”. Ayant été très souvent sur le front de mer ces derniers mois, nous avions une réponse que nous pensions être commune à la plupart des personnes. Cette réponse était que nos habitudes avaient légèrement changé notamment sur la question de la circulation et du déplacement à travers l’espace visé par cette enquête mais après avoir étudié la question et après avoir été au contact d’autres personnes ayant vécu ces transformations, nous pouvons affirmer que chacun à une réponse différente. Certains retiendront les difficultés ou une modification des déplacements, certains une modification des habitudes et d’autres nous ont répondu que c’était “semblable à une coquille d’œuf vide où on reconnait la ville seulement par sa forme et ses bâtiments mais que l’esprit de Royan avait changé.” selon le témoignage de Jacques, un habitant royannais de longue date.

D’un point de vue personnel, nous en déduisons que certaines libertés ne sont plus présentes à cause de ces mesures sanitaires, nous ne pouvons plus vraiment faire ce que nous voulons et le fait de réfléchir à comment allier plus de liberté et respect des mesures sanitaires peut être intéressant pour un autre travail.

Annexe

Lien vers la cartographie : https://framacarte.org/fr/map/mesures-sanitaires-contre-le-covid-19_88202#16/45.6240/-1.0247

Place Montgomery : espace vécu

Le confinement a rendu illégal tout déplacement à plus d’un kilomètre de notre lieu de résidence. Etre forcée de limiter mes sorties à un périmètre défini m’a amenée à m’intéresser à un espace que je me suis mise à fréquenter quotidiennement lors de mes promenades : la place Montgomery, située à Neuilly-Plaisance (93).

Carte établie par la commune de Neuilly-Plaisance. En rouge, la place Montgomery.

La place Montgomery est un nœud urbain. Située en bordure de la Marne, elle est organisée selon trois niveaux de hauteur différents. Elle dessert à la fois la gare RER aménagée sur le viaduc, le passage piétonnier aménagé sous le viaduc pour franchir la Marne, la Route Nationale 34, et les pistes cyclables et chemins piétonniers sur les berges.

J’ai constaté que même en temps de confinement, la place demeurait très passante. Passante seulement, car à vrai dire, les quelques bancs restaient le plus souvent vacants, et je n’ai jamais aperçu de joueurs sur les deux terrains de pétanque installés au centre de la place.

Le contraste entre cette place si peu animée et les rives de la Marne si fréquentées m’a interpellée. Or, selon le Plan Local d’Urbanisme de la commune, la place est un espace vert, donc par définition un espace d’agrément se voulant attractif. On pourrait supposer qu’il soit à ce titre apprécié par les badauds.

Je me suis donc demandée comment cette place était perçue, et si cette perception, ainsi que les usages en découlant, était rendus différents par le confinement.

 

Pour chercher à répondre à ces questions, j’ai fait le choix de réaliser des entretiens avec différents usagers de cette place. Les six personnes avec lesquelles je me suis entretenue étaient soit des connaissances, soit des inconnus avec lesquels j’ai pu prendre contact grâce à l’application « Nextdoor », un réseau social de voisinage.

En m’inspirant de la notion d’espace vécu, théorisée par Armand Frémont dans les années 1970, période durant laquelle se développe aussi le recours à la carte mentale comme outil de recherche[1], j’ai demandé aux personnes rencontrées de dessiner la place durant l’entretien. Les entretiens étaient de format libre, et leur durée a pu varier en fonction du temps que la personne interrogée avait à me consacrer.

Le recours au dessin m’a paru intéressant dans la mesure où c’est un médium qui laisse transparaître la subjectivité de son auteur de manière plus évidente que ne le ferait une photographie[2]. De plus, le dessin ne nécessite que peu de matériel. Connaissant bien le territoire dans lequel s’inscrit la place Montgomery (pour aller vite : la Seine-Saint-Denis), je savais combien le rapport à l’image photographiée y est compliqué, voire douloureux. Il m’a semblé contre-productif d’utiliser un médium qui aurait pu attirer l’attention sur la personne que j’interrogeais ainsi que sur moi-même.

En comparant les différents dessins, on observe la présence récurrente de certains éléments structurants. Le pont du RER occupe souvent une bonne partie de l’image, et il est souvent dessiné au centre de la feuille. On comprend qu’il domine le paysage. Parmi les autres points de repère, on retrouve la Marne, les bancs, les végétaux, les deux terrains de pétanque. Les éléments de décoration présents sur la place (c’est-à-dire deux sculptures, l’une figurant un pêcheur, l’autre un aigle) n’apparaissent pas sur les dessins, ou bien y sont apparus après que je les ai mentionnés oralement. Ils sont donc considérés comme accessoires et non caractéristiques.

Les limites de la place diffèrent selon les dessins. Certains ont même fait le choix de de se concentrer sur un niveau en particulier. C’est le cas de Catherine C., qui a dessiné la partie la plus basse, celle qui jouxte la Marne. Certaines représentations diffèrent fortement, notamment celles de Thomas J. et Catherine C., qui ont une vision très différente de la végétalisation de la place.

 

Ayant pris des notes pendant les entretiens, je me suis rendue compte que beaucoup d’éléments évoqués oralement n’apparaissaient pas sur les dessins. Il me semble qu’il y a différentes raisons à cela. Premièrement, un manque d’aisance peut empêcher la personne interrogée de dessiner comme elle le voudrait. Le fait que la place comporte trois niveaux de hauteur différents rend d’ailleurs sa représentation assez ardue. D’autre part, les langues se sont déliées petit à petit, alors que le dessin était parfois déjà terminé.

Il a donc fallu que je trouve un moyen de retranscrire ce qui m’avait été communiqué par la parole. J’ai utilisé des nuages de mots pour donner une forme visuelle à ce qui m’avait été dit, tout en m’accordant le droit de déterminer les mots les plus importants à partir de mes notes. Le nuage de mots m’a permis de continuer à travailler dans le champ visuel sans tomber dans une illustration trop littérale ou une interprétation trop subjective.

Lorsque l’on compare les nuages de mots, on se rend compte de l’usage quasi systématique de termes péjoratifs pour décrire la place. Elle est considérée comme un lieu de transit peu accueillant et peu agréable, principalement à cause de la présence écrasante du viaduc du RER. Seuls Thomas J. et Catherine C. évoquent respectivement un lieu de convivialité et un lieu d’agrément. Nombreux sont les participants à l’enquête qui évoquent des aménagements à faire pour rendre la place plus agréable. Son aménagement actuel est globalement perçu comme un échec.

L’insécurité apparaît également comme un thème clé. Il est intéressant de constater que c’est un sujet abordé par toutes les participantes à l’enquête, mais totalement absent des entretiens réalisés avec les participants masculins. Ceux-ci se sentent peut-être moins observés ou moins menacés par les groupes d’hommes souvent présents sur la place. Ou peut-être préfèrent-ils ne pas aborder la question, par pudeur et par fierté. Dans tous les cas, la question de l’influence du genre sur la perception et l’usage des espaces publics se pose. Dans le champ universitaire des études de genre, on assiste d’ailleurs à l’essaimage de travaux remettant en cause l’idée d’une géographie universelle et non-genrée [3].

La fréquence de fréquentation de la place par les individus interrogés a changé pendant le confinement pour la plupart d’entre eux. Certains la fréquentent plus, car ils ont plus de temps et ressentent le besoin de faire du sport ou de se promener. D’autres la fréquentent moins car c’est leur activité professionnelle qui les obligeait à la visiter. Pour ceux qui habitent à proximité immédiate, la fréquence de fréquentation demeure inchangée.

 

Le plus souvent, il était difficile pour les personnes interrogées de se limiter à leur expérience de la place durant ce deuxième confinement. Habitant toutes le quartier depuis plusieurs années, c’est un espace qu’elles connaissent bien et qu’elles n’abordaient pas avec un regard vierge. Il est possible qu’elles aient également eu la volonté de plonger dans leurs souvenirs afin de se détacher de la situation actuelle, pouvant être vécue comme anxiogène.

J’en ai appris plus sur leur perception de la place en tant qu’espace que sur la façon dont le confinement a pu influer sur cette perception. Peut-être que le confinement n’a finalement pas une grande incidence sur nos habitudes et la façon dont nous abordons ce qui nous est déjà familier.

Par ailleurs, j’ai pu observer en fréquentant la place plus souvent que d’ordinaire qu’il y a quelques personnes qui y stationnent véritablement, que ce soit pour manger leur déjeuner, passer du temps avec leur amoureux-se, boire de l’alcool, ou encore vendre des produits illicites. Il aurait été intéressant d’interroger ces personnes, et mon enquête en aurait sans nul doute été enrichie. Je ne l’ai pas fait par manque de temps.

 

Arrivée au terme de cette enquête, l’hypothèse que je peux formuler est la suivante : les règles qui nous sont imposées dans le cadre du confinement ne suffisent peut-être pas à altérer de manière significative les usages et les perceptions que nous avons de notre quartier.

Ceux-ci me semblent dépendre trop fortement de notre identité et de notre vécu. Dans le cadre du confinement, la rupture avec le quotidien « ordinaire » ne me semble ni assez longue, ni assez profonde pour pouvoir réellement bouleverser notre comportement et notre usage des espaces urbains. Surtout lorsque l’on considère ceux-ci comme induits par des processus de socialisation qui contribuent à forger notre rapport à la ville.

Extrait du clip de la chanson « Love d’un voyou » : Aya Nakamura et Fababy assis sur un banc de la place Montgomery, face à la Marne.
 

[1] A ce sujet, on peut par exemple lire l’article « Espace vécu, perceptions, cartes mentales : l’émergence d’un intérêt pour les représentations symboliques dans la géographie française (1966-1985) », écrit par Matthieu Pichon

[2] Et c’est par conséquent ce qui en fait un moyen d’enquête peu utilisé par les chercheurs eux-mêmes… Sur la question de la hiérarchisation des mediums utilisés lors d’enquêtes anthropologiques (mais aussi sans doute dans tous les domaines de la recherche scientifique), il est éclairant de lire l’article « Photography and Drawing in Anthropology », par Martin Soukup

[3] On peut citer entre autres les travaux de Marianne Blidon ou ceux de Sylvette Denèfle, mais bien d’autres chercheurs travaillent sur ces sujets. Guy Di Méo a notamment mené une enquête à Bordeaux touchant à ces questions, enquête retracée son article « Les femmes et la ville. Pour une géographie sociale du genre »

Auriane Jaillet

L’étang du Moulin à Vent : différents chemins pour le découvrir

Depuis la crise du Coronavirus j’ai découvert un nouveau lieu à quelques pas de chez moi : l’étang du moulin à vent. C’est une création artificielle de la ville de Guyancourt. L’étang du moulin à vent relie le quartier de l’Europe et celui de la Grande Ile. Je me balade chaque jour sur un chemin (figure 1) qui contourne l’étang. Je trouve que ce parc permet d’oublier la ville. Pourtant le parc en lui-même n’est pas très fréquenté surtout durant ce confinement commencé le 28 octobre 2020. Je n’ai jamais réalisé que dans le jardin, il y a un second chemin en périphérie du parc.

Figure 1 : L’itinéraire 1, celui que j’ai l’habitude de parcourir.
Figure 2 : L’itinéraire 2, le chemin le plus utilisé.

Je me représentais cet espace en dehors du parc. Il est plus large, très proche des commerces et de la route (figure 2). Par ailleurs, ce chemin surplombe le parc.

J’ai décidé de l’emprunter pour observer le parc sous un nouvel angle. Et ce qui m’a surprise c’est que ce chemin est bien plus fréquenté que l’autre. Néanmoins on entend les voitures de l’Avenue de l’Europe rouler à plus de la limitation autorisée. Les habitants sont de tout âge et on ne peut distinguer leurs origines sociales. C’est ainsi que je me suis posée la question : pourquoi les habitants de Guyancourt favorisent-ils le même itinéraire d’un parc dans un contexte de contraintes sanitaires ?

Je décide d’utiliser toujours la même méthodologie : des observations directes non participantes durant 40 minutes pendant sept jours. Au niveau de la temporalité, je choisis de mener des observations variables, mais fréquentes. Ce choix se justifie par la volonté d’identifier les variations selon les moments de la journée et de la semaine. Je prendrais en premier l’itinéraire 1 (figure 1) puis l’itinéraire 2 (figure 2). Je noterais le nombre de personnes et leurs activités qui changent peut-être en fonction du chemin. J’ai des idées préconçues sur les différents itinéraires c’est pourquoi je vais essayer de lâcher prise (Whyte, 1943). Mon objectif est de me fondre dans le milieu pour comprendre les dynamiques de ce jardin et de varier mes points de vues pour formuler des hypothèses.

Avant de faire part de mes observations, je peux identifier de nombreuses limites. L’échantillon qui compose mon enquête n’est que de soixante-dix personnes. Je n’ai pas pu analyser les délits commis dans ce parc. Mais il y avait de nombreux déchets près des bancs ou au bord de l’eau. Enfin en raison du contexte du coronavirus je n’ai ni approché, ni interrogé les différents usagers. Je n’ai pas pu comparer les changements d’avant et d’après crise.

Au préalable, j’ai recherché l’étang du moulin à vent sur Google et les réseaux sociaux car je pensais que le lieu était idéal pour partager des photos. Mais très peu d’informations sont disponibles. Les sites de pêche répertorient le parc. Je trouvais difficile de partir étudier un terrain dont je n’ai aucune information seulement ce dont je suis capable de voir.

Lors de ma première observation le 20 novembre, je remarque que les chemins se rejoignent pour longer un espace pour les enfants, puis un street workout et une école. L’espace street workout est souvent le lieu le plus fréquenté du parc : dans 50m² une dizaine de personnes se retrouvent pour faire du sport mais très souvent discuter, être au téléphone ou aider. Il n’y a pas de port de masque dans les espaces verts. C’est donc la “normalité”. Mais pour les riverains, est-ce un moyen de faire une parenthèse ou un moment d’introspection (Barthe, 1998) par rapport à cette pandémie et le reste de la ville ?

Le 21 novembre, sur l’itinéraire 1 je n’ai croisé que deux personnes. On est proche de l’eau et des animaux où l’on rencontre une dizaine d’espèces d’oiseaux différentes. Le chemin a l’air d’être au cœur d’une forêt, silencieux, boueux, entouré d’arbres et parfois de ronces peut-être pour protéger la faune. J’ai pensé que la météo influence sa fréquentation, c’est pourquoi pour mes prochaines observations j’ai décidé de l’observer.

Quant à l’itinéraire 2, il est très bruyant en raison de ce qui l’entoure. En effet à la gauche du chemin on observe (dans l’ordre) : des habitations, puis l’Avenue de l’Europe très empruntée avec de l’autre côté un stade, une station à essence enfin un McDonald’s. Par la suite nous longeons une station d’épuration ce qui implique de mauvaises odeurs. L’itinéraire 2 ressemble à un trottoir éloigné de la route. J’ai pourtant croisé ce matin-là en 30 minutes plus d’une vingtaine de personnes promeneurs et joggeurs.

Le 23 novembre à 16 heures le temps était nuageux et humide. J’avais oublié d’enlever mon masque. Je ne comprenais pas mais chaque passant me dévisageait. Porter le masque autour de l’étang est un comportement inhabituel. Dans l’itinéraire 1, j’ai croisé une dizaine de promeneurs et cinq chiens. Pourtant le sol était glissant. Une personne âgée était assise sur un banc et des personnes debout lui parlaient. J’ai remarqué que l’itinéraire 1 était le seul à avoir des bancs.

Dans l’itinéraire 2 j’ai croisé dix promeneurs avec leurs chiens et vélos. La station essence ajoute des nuisances sonores avec le bruit du lavage des voitures. Les deux itinéraires sont séparés par une pelouse vide que j’identifie comme une frontière. Cependant, un chien de l’itinéraire 2 et un chien de l’itinéraire 1 sont venus se rejoindre sur la pelouse brisant une frontière invisible forçant leurs maîtres à se saluer et à discuter de loin. La pelouse était aussi utilisée par deux adolescentes pour faire du sport.

Le 29 novembre le temps était très nuageux avec un vent frais et humide. Sur l’itinéraire 1 à 15 heures, j’ai pu croiser une dizaine de personnes. On rencontre toujours des animaux qui se promènent près du chemin. Sur l’itinéraire 2, il y a beaucoup plus de monde et de bruits. J’ai aussi remarqué beaucoup de poubelles alors que l’on en trouve peu sur l’itinéraire 1.

Mes trois dernières observations furent identiques : en fin d’après-midi avec un temps gris et humide. Sur l’itinéraire 1 je croisais une dizaine de promeneurs et certains se rendaient d’un chemin à l’autre en passant par la frontière que j’ai imaginée. Finalement, le temps était nuageux et humide durant toutes mes observations, ce qui ne m’a pas permis de constater si la météo peut avoir une influence ou non sur la fréquentation de l’étang. L’itinéraire 2 était suivi par plus de monde. Autour de l’étang on trouve de nombreux panneaux pour la pêche mais aussi des interdictions de nourrir les animaux ou des rappels pour respecter l’environnement. Je n’ai rencontré que deux pêcheurs durant ces sept jours.

Au terme de cette étude, j’ai voulu comprendre la géographie sociale de l’étang. J’ai pu observer un échantillon de personnes et leurs rapports à un espace qu’est le parc urbain. Ils ont le choix entre un itinéraire (figure 1) proche de la nature, étroit, salissant et d’un autre bien plus large entouré d’infrastructures (figure 2). Les mêmes usages individuels se répètent peu importe le lieu du parc : se promener seul ou avec son chien, courir ou faire du vélo. Ma première hypothèse est que le second circuit est le plus emprunté en raison de sa largeur et de sa vue sur l’ensemble du lac. Ma seconde hypothèse est que l’itinéraire 2 est considéré comme un axe pour rejoindre la ville. Tandis que l’itinéraire 1 est un lieu de détente avec des bancs. L’étang laisse voir tout ce qui s’y passe, des usages qui vont donner au parc sa véritable identité, aux dérives comme le passage entre chaque circuit par la pelouse. Je pense que l’itinéraire 2 est le plus utilisé car les visiteurs se dirigent immédiatement vers les autres usagers, dans une démarche grégaire (Long et Tonini, 2012). Ces hypothèses peuvent mener à une future enquête concernant l’appréciation du parc par ses riverains.

Par Laure Boursier

Bibliographie:

  • Barthe Deloizy Francine. «Parcs et jardins : Étude de pratiques spatiales urbaines.» In: L’information géographique, 1998. volume 62, n°3. pp. 130-132. URL : https://www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1998_num_62_3_2591
  • Guth Suzie, « Street Corner Society : une étape dans l’étude de la structuration des groupes », Sociétés contemporaines, 1997/1 (n° 25), pp. 105-126. URL : https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-1997-1-page-105.htm
  • Long Nathalie et Tonini Brice. «Les espaces verts urbains : étude exploratoire des pratiques et du ressenti des usagers», Vertigo, Septembre 2012, volume 12 n°2. p.61. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/12931
  • Whyte Foote William, «Street Corner Society, la structure sociale d’un quartier italo-américain». La Découverte Poche, 2007, p. 406.

Webographie :

  • «Promenons-nous dans la ville», Site de la ville de Guyancourt. [en ligne]. consulté le 01/12/2020. URL : https://www.ville-guyancourt.fr/vivre-a-guyancourt/environnement-et-cadre-de-vie/promenons-nous-dans-la-ville/

Le PDF de cette étude.

Le “kilomètre à la ronde” en temps de confinement : y sommes-nous tous égaux ?

Sur nos attestations de déplacement des deux confinements que nous avons jusqu’à présent vécu figurait la mention suivante : “Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidiennement et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile (…)”. Tous les citoyens sont alors égaux (égalitaires) face à cette mesure. Toutefois, est-ce équitable ? J’ai personnellement ressenti une différence “d’espace” entre les deux endroits où j’ai été confinée en mars et en novembre, alors que ces espaces étaient censés couvrir une superficie similaire. Ce qui m’a amené à me demander ceci : avons-nous tous le “même kilomètre” autour de chez nous ?

Les artères commerçantes se sont à nouveau retrouvées dépeuplées au mois de novembre. Photographie prise à Leeds (Royaume-Uni) en avril 2020. Crédits : Gary Butterfield

Cette crise sanitaire et sociale nous amène à penser notre urbanité, car cette dernière se répercute sur notre liberté de circulation et sur les lieux dits essentiels. La ville est alors en crise, et l’Etat prend des mesures pour les citoyens qui y vivent, pour les commerçants, pour les personnes qui viennent y travailler. Tous les citoyens ont besoin de s’aérer et dès lors cela nécessite d’utiliser l’espace public alors restreint – tant par la fermeture des commerces que par l’impossibilité d’accéder à des lieux de loisirs où nous avions l’habitude de nous ressourcer. Dès lors, comment avons-nous utilisé ce kilomètre autour de notre domicile pendant ces confinements ? Des changements peuvent-ils être observés par rapport à la période hors-confinement ?

AVERTISSEMENT : Les lecteur-ices doivent être averti-es que cette enquête n’a aucune vocation à énoncer une vérité pure et absolue. Il ne s’agit ici que d’une observation basée sur un nombre limité d’expériences. Chaque ressenti du confinement et expérience du terrain alloué sont évidemment différents selon le public et les lieux occupés. Cette étude se veut donc non-exhaustive.

Méthodologie et choix du corpus 

A l’aide du site ESRI France1 – qui proposait lors des confinements une option pour visualiser le rayon d’un kilomètre autour de chez soi autorisé pour les activités de loisir, quatre cartes ont été matérialisées. Les individus et le virus se concentrant essentiellement dans les zones urbaines, les lieux choisis se concentrent autour de quatre types d’urbanités différentes : un lieu à la frontière de la capitale (Levallois-Perret), le centre-ville d’une grande ville de Région (Lyon), une ville populaire en banlieue de Lyon (Oullins), un quartier résidentiel en banlieue d’une ville de taille moyenne (Saint-Jean*2)

Deux de ces cartes représentent les lieux où trois amis3 résidaient lors du deuxième confinement : Victoria* et Charles* à Levallois-Perret, Marcellin* à Lyon. Les deux autres cartes sont mes lieux de confinement personnels (Oullins pour le 1er confinement, Saint-Jean pour le 2ème). Afin de dégager une utilisation différente de l’espace par chacun, je leur ai demandé de faire figurer sur leur carte cinq types d’événements (que j’ai également retranscrit sur les miennes) : les axes habituels hors confinement (noir), les lieux découverts pendant le confinement (vert), les lieux difficilement accessibles voire inaccessibles pendant le confinement (violet), les lieux où ils aiment aller (jaune), et les lieux où ils n’aiment pas aller (rouge). Toutes les couleurs ne figureront pas nécessairement sur toutes les cartes.

A partir des informations récoltées, nous essaierons de dégager des hypothèses concernant l’utilisation de l’espace lors des confinements. IMPORTANT : Le rayon d’1km à la ronde a été revu à la hausse et est passé à 20km à partir du 28 novembre. L’enquête se basera sur l’expérience antérieure à cette date.


Si la dimension du confinement est la même pour tous, le « terrain » est d’une infinie variété, selon la localisation, le type de logement, l’appartenance à une classe d’âge, à une classe sociale, etc.

Denis Lamarre, climatologue à l’Université de Bourgogne4

De prime abord, il n’échappera à aucun-e lecteur-ice averti-e que le rayon d’un kilomètre paraît bien différent sur les cartes. En effet, la distinction entre un kilomètre brut – “à la ronde”, symbolisé par les pointillés bleus – et un kilomètre expérimentable – accentué par un trait bleu – semble plus que nécessaire dès lors que ce dernier comprend une surface nettement moins conséquente que le kilomètre brut que l’on peut théoriquement parcourir, comme sur la carte d’Oullins – la plus équivoque de ce point de vue, où plus de la moitié du rayon est coupé à cause de l’absence de pont pour traverser le Rhône. Au contraire, à Levallois-Perret, la frontière entre ces deux notions est quasi-inexistante.

En plus de ces deux notions, nous pouvons en ajouter une troisième : le kilomètre appréciable – qui prend en compte le ressenti individuel de chaque lieu dans un rayon d’un kilomètre. Je découvre alors avec un peu de surprise que je suis la seule à avoir eu plus d’1 lieu préféré sur une carte (Oullins), où un parking-relais – vidé de ses voitures, où je faisais du roller avec mes voisins – ainsi que les bords de la rivière adjacente constituaient la raison de la plupart de mes sorties en dehors des courses.

En dehors de ce qui peut être notifié sur les cartes – et je n’y avais pas pensé avant de réaliser mes entretiens – chaque logement est singulier, mais à un rôle à jouer sur l’utilisation de l’espace en dehors de celui-ci : un appartement plus grand ou plus équipé (jardin, électroménager) pourrait pousser à moins chercher d’activités à l’extérieur. L’appartement à Oullins disposait d’un parking-cour intérieur (entre l’immeuble et l’autoroute) où nous nous retrouvions souvent avec nos voisins et colocataires pour faire du sport (football et roller), il était aussi très équipé en électroménager de cuisine – pratique lorsque l’on veut essayer de nouvelles recettes. Au contraire, le studio de Marcellin à Lyon en est presque entièrement dépourvu (seuls un micro-onde et deux plaques chauffantes). Sa seule fenêtre donne sur une voie ferrée très empruntée – y compris de nuit. Victoria et Charles ont quant à eux un balcon donnant sur une cour intérieure plutôt calme, une télévision, une XBox, et ils avaient acheté des jeux de société en prévision du second confinement. A Saint-Jean, je dispose d’un jardin au sein d’un kilomètre quasi-exclusivement constitué de lotissements et je suis assez éloignée des grands axes et lieux d’intérêt (parc, rives, centre ville, commerces). Par conséquent, la forêt – seul lieu de verdure en dehors des jardins et habituellement mon lieu de balade privilégié – se transformait en une artère sur-fréquentée dès que le soleil perçait les nuages et réchauffait la peau.

Accentués en noir sur la carte, on retrouve les axes habituels de nos sujets. Il m’a semblé pertinent d’ajouter les axes découverts pendant cette période (en vert) afin de voir – ou non – un changement. Il semblerait à première vue en regardant ces cartes que le fait d’imposer un périmètre d’exploration n’encourage pas tant que ça à l’explorer – lorsque celui-ci n’est pas entièrement connu à l’origine (Saint-Jean). Loin de là, il semblerait même qu’une routine se soit maintenue et que les sujets se soient contentés d’aller dans les lieux qui leurs plaisaient le plus (jaune).

D’ordinaire, les Levalloisiens avaient eux plutôt l’habitude d’aller se balader le soir aux abords de l’Arc de Triomphe – alors hors de leur portée. Ils sortaient aussi beaucoup avec les autres étudiants de leurs promotions respectives afin de les connaître – étant donné qu’ils n’ont encore jamais eu cours en présentiel depuis la rentrée. Pour se faire, ils allaient le plus souvent dans le quartier du Sentier (2ème arrondissement), réputé pour ses bars et restaurants. Depuis début novembre au contraire, Victoria et Charles sortent beaucoup moins, et surtout beaucoup moins loin qu’en dehors du confinement. Plutôt perfectionnistes et leurs examens approchaient à grands pas, le temps venait à leur manquer. Ils n’ont découvert qu’un nouvel endroit autour de chez eux : la boulangerie Kayser, à deux pas de chez eux, où ils achetaient la plupart de leurs repas, n’ayant plus le temps de cuisiner ou de sortir. Seul Marcellin a pris le temps de découvrir les alentours du parc Blandan et de faire un tour au cimetière tout proche.

Chacun connaît plus ou moins les usages de l’espace autour de chez soi par ses voisins/riverains et a ses a priori sur chaque aire, y compris négatifs (rouge), qui rebutent à aller explorer les environs de ces endroits. Dès lors, il semblerait que nous ayons tous les quatre préféré nous cantonner à notre zone de (ré)confort. Toutefois, il arrive un moment où la routine est trop ancrée. Certains d’entre nous sont devenus frustrés par cette barrière invisible et ont décidé de retourner – voire dans un élan de philonéisme, explorer les alentours, au-delà de la limite autorisée.

Le périmètre étant restreint et devenant rapidement répétitif comme nous avons pu le voir précédemment, une solution pour réellement se changer les idées conduit à enfreindre la règle du kilomètre à la ronde et à s’échapper de cette zone de laquelle nous sommes “prisonniers”. Prenons l’exemple d’Oullins. La balade aux bords du Rhône n’étant pas possible, nous pouvions marcher aux bords de l’Yzeron, les deux cours d’eau se rejoignant au niveau de mon appartement. Hélas, l’espace était sale (bouteilles cassées, odeurs etc.) aux abords de chez nous. Toutefois, au-delà de la Grand Rue (à 800m du domicile), les berges étaient mieux entretenues. En journée, beaucoup de monde s’y promenait, et les forces de l’ordre rôdaient souvent non loin. Avec mes colocataires, nous y allions plutôt après 17h, pour éviter les mouvements de foule, mais aussi parce que la police ne surveillait plus la zone.

Lors de mon entrevue avec Marcellin, j’ai pu faire le même constat. A Lyon, il avait l’habitude avant le confinement de faire son footing au Parc de Parilly (4 km de chez lui, près de son lieu de travail) et y est allé plusieurs fois, sans jamais s’être fait contrôler. Le parc est bien plus grand et surtout plus naturel que le Parc Blandan – qu’il juge “trop aménagé et surpeuplé en permanence”. Ayant toujours habité dans des grandes villes et étant sujet à la pression (stress, travail, pollution), il voit l’absence d’urbanisation comme un remède. Marcellin m’a également avoué avoir utilisé plusieurs fois le motif “achats de première nécessité” (qui n’impose aucune restriction géographique) pour aller faire ses courses beaucoup plus loin que son domicile et en profiter pour se balader au Nord de Lyon, en toute “légalité”.

Conclusion

Après étude de ces quatre cartes et des appréciations portées par chacun, nous pouvons confirmer que personne n’a le “même kilomètre” autour de chez soi, car ce kilomètre englobe une multitude d’altérités : la qualité du logement, la qualité de vie dans le quartier ainsi que le niveau d’équipements urbains de ce dernier (parcs etc.).

Ce que l’on peut également noter, c’est que le kilomètre alloué n’est clairement jamais entièrement exploré : les participants n’ont jamais quadrillé toute la zone pendant ces confinements, parfois même en dehors non plus, et au contraire, certains ont préféré s’en défaire afin de retrouver des habitudes, où de trouver une herbe plus verte ailleurs.

Toutefois, il semblerait juste de nuancer les différences de trajets entre le confinement et les périodes hors-confinement : l’envie de découvrir le territoire autour de chez soi dépendrait dès lors d’un nombre encore plus large de facteurs : ai-je le temps de sortir (Victoria et Charles à Levallois) ? ai-je des a priori ou de mauvaises expériences dans mon quartier (Oullins) ? sais-je s’il y a quelque chose à voir là-bas ? sais-je comment y accéder ? fait-il bon dehors ? y aura-t-il du monde ? etc.

Romane Margerit


1 ESRI France (https://covid.esrifrance.fr/perimetre-1-km/)

2 Le lieu étant relativement petit, les axes facilement reconnaissables sur une carte et ma famille y résidant, le nom de la ville a été modifié et les noms des axes effacés. De même, la ville la plus proche ne sera pas mentionnée. Si nous devions la décrire : avec son agglomération (dont Saint-Jean*), elle comporte 75 000 habitants et la plus grande ville à proximité (150 000 habitants intramuros) se situe à 80km.

3 Victoria et Charles sont tous deux étudiant-es et vivent ensemble dans un appartement de 30m2. Leur université a fait le choix de n’organiser que des cours à distance dès septembre. Marcellin est ingénieur et a télé-travaillé pendant les deux confinements. Il habite dans un studio de 17m2. Ils ont tous une vingtaine d’années, occupent leur logement depuis août 2020 et appartiennent à une classe moyenne-basse à supérieure. Je les connais depuis plusieurs années et ils font tous les trois partie de mes proches. Pour préserver leur anonymat, leurs prénoms ont été modifiés.

4 LAMARRE Denis, “Assignation à résidence dans une ville de province au printemps 2020”, Armand Colin, L’information géographique, n°84, 2020. Pour aller plus loin, le numéro entier est consacré à la crise sanitaire, et on retrouve majoritairement des articles en lien avec cet espace vécu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search