La ville en crise et l’observation confinée

Au moment où nous avons commencé cet atelier d’écriture et d’observation de la ville, les rassemblements dans l’espace public étaient encore permis. Comme nous sommes un petit groupe d’étudiant-e-s, nous avons cru que les séances d’observation collective, prévues initialement dans le quartier La Défense, seraient possibles. Avec les annonces du 28 octobre 2020 – et le début du deuxième confinement – échapper à la pandémie devient impossible : au-delà de l’obligation de respecter les gestes barrières (distanciation et porte du masque), nous avons été contraints par les règles sur les déplacements (restreints à 1 km) et les regroupements (interdits dans l’espace public). L’accès à la ville devient difficile pour les citadins, mais également pour les élève-e-s qui commençaient leurs enquêtes.

Dans un premier temps, certains collègues m’ont conseillé d’utiliser des images des caméras de vidéosurveillance qui transmettent en direct des images des espaces de la ville 24h/24h. Les étudiants ont aussi évoqué cette possibilité en cours. Cependant, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions pas analyser ces images sans nous interroger sur le contexte de rupture, de risque, et d’instabilité dans lequel elles sont produites. Suite à l’urgence de trouver une autre thématique, nous avons décidé d’assumer les contraintes actuelles et de nous intéresser finalement à la notion de « ville en crise », tout en vivant nous-même la crise sanitaire. Nous ne cherchons pas ici l’exhaustivité-représentativité de la période que nous vivons. Loin de là, ces comptes rendus sont ce qu’ils sont : des textes produits dans le cadre d’un atelier par des étudiant-e-s de première année de master en information-communication.

Notre travail s’inscrit dans une double approche. Tout d’abord, le (de)confinement et les mesures mises en place par le gouvernement sont l’objet d’analyse de certains textes : l’autorisation de se déplacer dans le rayon d’un kilomètre, l’usage des espaces verts, places, stations balnéaires, transports publics ou encore des problèmes d’ordre socio-économique… Deuxièmement, les règles du confinement vont modifier-impacter fortement la façon d’enquêter. Comment construire sa méthodologie tout respectant la légalité ? Certaines adaptations dans la façon de travailler sont mises en place pour essayer de contourner les limites. Contraints aux informations disponibles « au bas de leur porte », certains étudiant-e-s décident d’utiliser leur heure de déplacement quotidienne pour enquêter. D’autres, font appel aux cercles familial et amical pour continuer leur enquête, dans l’espoir justement d’aller plus loin dans la démarche d’observation.

Baser son enquête sur des règles et des conditions si volatiles a eu pour effet de créer une instabilité. L’annonce du président Emmanuel Macron du 24 novembre a été particulièrement attendue par certains d’entre nous, car c’était la suite de l’enquête même qui pouvait être en jeu. Les étudiant-e-s ont fait preuve de leur capacité d’adaptation. Nous pouvons lire cela dans les comptes rendus qui suivent : les effets de l’élargissement du périmètre d’un à 20 kilomètres et l’augmentation du nombre d’heures de sortie autorisée. Il faut s’ajouter les observations commencées dans une ville pour finir dans une autre, quand les étudiant-e-s sont revenu-e-s à Paris.

Pendant la période du deuxième confinement (du 29 octobre au 15 décembre), les séances de l’atelier d’une durée de deux heures ont été assurées via Zoom, une fois par semaine. Nous avons réservé 4 heures de notre atelier pour discuter les sujets choisis, la construction de la méthodologie d’observation et les limites, surprises et difficultés rencontrées sur le terrain. Comment créer une méthodologie, un protocole, un schéma à suivre ? Les observations et les entretiens-rencontres avec des acteurs du terrain ont été finalement les méthodologies les plus utilisées par les étudiant-e-s. Ceci est justifié par le fait que d’un point de vue théorique, nous nous appuyons dès le début de l’année sur une double cadrage. Tout d’abord, nous nous intéressons au fonctionnement de la ville, à partir des éléments de l’espace urbain, en se focalisant sur les typologies et les catégories de Kevin Lynch (1971). Ensuite, nous nous basons sur la perception que les citadins ont de la ville (Antoine Bailly, 1977) à partir d’une approche plus symbolique des interactions humaines, des vécus et des valeurs socioculturelles des usagers de la ville (William Foote White, 1943).

Nous avons ouvert ce carnet Hypothèses au début du semestre dans la logique de donner aux étuditant-e-s la possibilité de travailler collectivement un objet numérique-éditorial qui sert à valoriser leur travail d’enquête. En partant de leurs compétences en communication, trois formats ont été proposés pour les publications qui suivent : la photographie, le texte et la mise en page. C’est la raison pour laquelle certains comptes rendus ont plus de photos et moins de texte et vice-versa. Aussi, cela explique la possibilité de télécharger certains textes au format PDF. Les étudiant-e-s avaient aussi le choix de l’idiome et les textes en langue étrangère ont été fortement encouragés.

Photo : Koshu Kunii/Unsplash

Promotion 2020/2021 : la ville dans la hess

Nous remarquons une porosité entre ce qui relève des notes de journal de terrain et ce qui pourrait s’inscrire dans la catégorie du journal intime. Les étudiant-e-s ont fait part de la difficulté de trouver un sujet sans partir de soi, de ses expériences personnelles et de son lieu de résidence. Ainsi, c’est en partant de sa porte que Rémi Le Guillon s’intéresse en quoi la règle du « un kilomètre » pourrait influencer la dynamique de son quartier au 11e arrondissement de Paris et comment les différents citadins cherchent la « normalité » dans leurs déplacements dans cet espace. Adèle Jonas part aussi de sa proximité du bois de Vincennes pour interroger la même règle à partir des usages des espaces vertes. Elle observe un rond-point au centre du bois et interroge les passants sur le respect des mesures sanitaires.

De l’autre côté, pour certains, il n’y a rien qui se passe depuis leur fenêtre. Une étudiante nous dit : « Il n’y a rien que se passe à côté de chez-moi, si je dois respecter 1 km ». Confiné-e-s, certains n’arrivent pas à identifier les interactions, qui restent très limitées sur les zones résidentielles, dans les petites villes, et à la campagne. Le compte rendu de Romane Margerit est particulièrement intéressant puisqu’elle interroge l’utilisation du « un kilomètre » dans différents types d’urbanités pour montrer que nous n’avons pas le même kilomètre à la ronde.

Puisqu’on parle d’inégalités, deux étudiantes se sont penchées sur les impacts socio-économiques du confinement et leur conséquence pour les villes. Ainsi, Oréanne Fagnon situe son analyse sur la commune de Saint-Denis, tout en s’intéressant à la précarité et à la crise de la faim que pouvaient subir des citoyens du fait du confinement. Ensuite, Elnura Kenenbaeva enquête sur la construction des garderies à Levallois-Perret, des espaces créés pour assurer la sécurité des parents-employés qui travaillent sur place pendant la crise du coronavirus.

Certains étudiant-e-s ont quitté Paris pendant le confinement et sont retourné-e-s chez leurs parents. Contraints par ce déplacement, ils sont amené-e-s à enquêter sur la ville où ils ont grandi ou le lieu de résidence (secondaire ou primaire) de leur famille. Marc Côme, par exemple, a produit un compte rendu sur l’impact des mesures en place dans l’usage de la station balnéaire par des habitants de Royan. Il parle de réaménagement et des ruptures habitude et du quotidien, en comparant la période estivale aux deux confinements. Ou encore Louise Bothé qui explore la liaison entre ville et périphérie en crise, en enquêtant sur les transports publics à partir de la station de métro La Poterie à Rennes. Elle compare la fréquentation en temps de crise et en temps « normal ».

Les étudiant-e-s ont été souvent intéressé-e-s par ce que le confinement produit de nouveau, ils voulaient identifier ce qui serait perçu par les habitants comme inédit. Or, parler de nouveauté dans l’appropriation de la ville et les usages des espaces par les citoyens, implique de questionner ce qui est entendu par « normal ». Le deuxième critère plus difficile à identifier, car les données d’observations sur ces espaces pendant la période avant-confinement sont rares. Pour parler du service click&collect, Jean-Camille Bouteillon écrit sur la dynamique urbaine de l’île Saint-Louis à partir de la perception de ses commerçants. Irchaf Bouhmama a enquêté sur les nouveaux usages de la place Lucien Bouchard à Charleville-Mézières et sur comment le confinement réduit la convivialité de ses espaces conçus principalement pour le passage, le loisir et la rencontre.

Toujours dans cette logique, trois étudiant-e-s ont produit des comptes rendus sur les (nouveaux) usages des parcs et espaces verts. En partant d’une découverte personnelle, Laure Boursier a fait des observations de l’étang du Moulin à vent à Guyancourt pour dégager les différents usages de cet espace pendant le confinement et les frontières (invisibles) qui séparent ses utilisateurs. Pareillement, Séréna Jupille se penche sur les usages (et les usagers) du parc des Buttes Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris. Auriane Jaillet utilise la technique des dessins-entretiens pour comprendre le sens donné à la place Montgomery à Neuilly-Plaisance. Elle part de cet espace devenu uniquement lieu de passage, avec des bancs qui restent vides.

Abordant les déplacements en Île-de-France, Babacar Ndiaye a observé la fréquentation de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour étudier les effets du confinement en termes d’agencement des espaces dans une station du RER D. Alice Farrando explore l’usage des transports commun pendant la pandémie : elle observe l’utilisation des vélos et des trottinettes à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près. Linçia Landrezeau s’intéresse à la pérennisation d’espaces créés suite au premier confinement, en observant ce que l’aménagement des pistes cyclables de la rue du Rivoli engendre dans le quartier et même dans sa globalité sur la ville de Paris.

Pour nous aider à l’élargir ce que nous entendons par « ville en crise », quatre étudiant-e-s ont choisi des sujets qui n’ont pas un rapport direct avec la période de confinement. Caroline Dossous s’est rendue à Conflans-Sainte Honorine un mois après l’attentat du professeur Samuel Paty pour identifier les lieux de mémoires et le désir de retour à la « normalité » des habitants du Val d’Oise. Mathieu Mogès écrit sur le passé culturel et mémoriel de Compiègne : en enquêtant sur l’aménagement du camp de Royallieu, qui a servi de campement pendant la Deuxième Guerre mondiale, il cherche à comprendre comment un lieu marqué par l’horreur de la guerre est rendu « attractif » d’un point de vue urbanistique. La ville en guère fait aussi l’objet du compte rendu d’Angélique Minassian qui parle de la reconstruction de Stepanakert. Elle aborde cette thématique à partir de la crise humanitaire provoquée par le conflit géopolitique entre l’Arménie et l’Azerbaïjan, qui a fait plonger la région du Haut-Karabakh. Enfin, nous avons le travail d’Agali Almoctar Moussa sur comment les fréquentes inondations dans la ville de Niamey (capitale du Niger) freinent le développement (ou le déploiement) de l’accès au numérique et à ce qu’on entend par Smart City.

La ville de Conflans-Sainte-Honorine un mois après le drame

Quand la tragédie frappa Conflans-Sainte-Honorine

Le vendredi 16 octobre 2020 est survenu un drame ; un professeur d’histoire Samuel Paty, âgé de 47 ans, a été sauvagement décapité à Conflans-Sainte-Honorine, à la sortie du collège du Bois-d’Aulne. Cet homme présenté dans différents journaux comme étant « le martyr de la République », un « héros » et « le visage de la République » a été tué à la suite d’un cours sur la liberté d’expression et d’un  débat à propos de  la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. L’assaillant présumé est abattu par la police quelque temps après dans la ville voisine d’Eragny. Cet horrible évènement a bouleversé les Français, encore traumatisés par la suite d’attentats s’étant produit ces  dernières années, notamment depuis 2015. À l’initial, mon projet d’étude se portait sur l’impact psychologique de ce drame dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine. Comment les habitants ont-ils fait face à un évènement d’une telle ampleur et à l’invasion des médias dans leur ville ? Une commune paisible et tranquille bouleversée à jamais par ce qu’il s’est passé. Il s’agissait notamment de s’intéresser à la question de la mémoire de Samuel Paty. Comment celle-ci perdurait dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine et les alentours. Cependant, cette problématique avait une limite que je n’avais pas anticipée ; le temps qui s’écoule. En effet, en étudiant les espaces de mémoires je me suis aperçue que ceux-ci pouvaient être éphémères. Comment pouvons nous expliquer cette éphémérité ? L’objet de mon étude est donc la ville de Conflans-Sainte-Honorine un mois après le drame. 

Une enquête semée d’embûches

J’ai longtemps hésité à changer de sujet d’étude, notamment en raison de mes faibles ressources :  trois enregistrements audios, deux durant à peine deux minutes , une observation partielle de la ville et quelques photos. Je ne connaissais personne habitant dans  la ville de Conflans-Sainte-Honorine, ni dans la ville d’Eragny. Il s’avère qu’une amie  avait des contacts dans ces alentours et voilà comment ceci a commencé. C’est en procédant à mon premier entretien (téléphonique),  que j’ai commencé à avoir des doutes quant à l’angle que j’allais choisir pour cette étude. Je me suis entretenue ave une lycéenne de 16 ans résidant à Conflans-Sainte-Honorine ancienne élève du collège du Bois-d’Aulne. L’appel a duré au total 29 minutes. Elle commence par me retracer cette journée, au départ ce n’était que des rumeurs, des bruits de couloirs mais  très vite elles laissent place à des certitudes, l’horreur s’était produit, un homme décapita de sang-froid un professeur dans une ville du Val-d’Oise. Elle m’explique qu’à cet instant, le choc l’emportait sur la tristesse. Certains adolescents, par exemple, étaient beaucoup moins touchés que les adultes, notamment les professeurs. Sur snapchat et Twitter, des réseaux sociaux très sollicités par les jeunes, des images d’une rare violence circulent, il s’agit du corps du professeur. Les médias prennent d’assaut la ville. Beaucoup d’évènements inhabituels pour des habitants habitués au calme et à la tranquillité. Elle me raconte le temps de commémoration (très médiatisé) qui a eu lieu devant le collège au lendemain de l’attentat. Une foule de personnes étaient présentes ce jour-là, le choc, l’incompréhension et la tristesse se mélangeaient. Je lui demande si cet espace de mémoire est toujours présent mais elle est ne peut me répondre, elle ne sait pas. L’entretien terminé, je décide de partir enquêter dès le lendemain dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine, soucieuse de ne plus trouver ces espaces de mémoire. 

Arrivée à Conflans-Sainte-Honorine je suis surprise de ne voir aucun éléments mentionnant le tragique évènement, pas de panneau ni d’installation urbaine… Il n’y avait aucun espace de mémoire à la gare, ni devant la mairie et ni devant le collège… Les panneaux  rendant hommage à Samuel Paty n’étaient plus également. Tout était parti. Un constat assez perturbant voire dérangeant. J’avais le sentiment que la mémoire de Samuel Paty s’était complètement évaporée de l’espace urbain. Il faut l’avouer, la ville était très loin de l’image que je m’étais faite. J’avais imaginé un endroit froid encore marqué par l’horreur et l’émotion. Il n’en était rien. À la place j’ai trouvé une commune vivante, ensoleillé (il faisait particulièrement beau ce jour-là), les habitants se promenaient, les commerces étaient ouverts et il y’avait pas mal de circulation. En fait, j’avais, devant moi, l’archétype d’une ville des plus normales. 

Le collège du Bois d’Aulne un mois après l’attentat

En sortant de la gare, je vis, devant un café, des hommes discutant et fumant ensemble, je ne sais pas ce qui m’a poussée à aller les voir mais je l’ai fait. J’essayais de les interpeller mais la plupart n’étaient pas très réceptifs, sauf un, curieux je suppose, qui a bien voulu répondre à mes questions. Je lui ai demandé comment il avait ressenti le drame qui s’était produit et quelle était l’ambiance générale de la ville après l’attentat.

« J’étais choqué, vous savez l’islam ne demande pas ça aux gens, le prophète n’accepterait pas cet acte » , cet homme jugeait intéressant de mentionner son appartenance religieuse. Dans une visée didactique, il me décrivait la religion de paix et d’amour qu’est l’islam. Et à propos de la mémoire de Samuel Paty ? Dans son discours, il était clair que la mémoire de Samuel Paty s’était dissipée. Oui, l’acte était horrible, inqualifiable, mais cet acte s’était passé le mois dernier, pour lui il fallait passer à autre chose. 

Même chose pour cette vieille  dame rencontrée à l’arrêt de bus, selon elle, il ne sert à rien de ressasser ce malheureux évènement, il faut passer à autre chose et vivre. Finalement, continuer de vivre ne serait-ce pas la meilleure façon de lui rendre hommage ?  Je lui demande son ressenti vis à vis de l’atmosphère de la ville après ce drame et si la mémoire de Samuel Paty perdurait encore à Conflans-Sainte-Honorine. Elle me répond qu’elle n’était pas confrontée à la mémoire du professeur. Elle articule que ses enfants ne sont plus au collège et qu’ainsi elle n’a pu prendre conscience des conséquences de ce drame, du moins de l’émotion suscité par celui-ci. Suffirait-il d’être un élève ayant côtoyé le professeur pour être touché par cet évènement tragique ? Ce n’est pas certain et mon premier entretien prouve que non. Certes, beaucoup d’élèves ont été bouleversé par ce qu’il s’est passé le mois plus tôt, certains ont éprouvé de la tristesse mais beaucoup ont surtout été choqués, les images du corps de Samuel Paty circulant  sur les réseaux sociaux en sont la preuve. Donc non, il ne suffit pas d’être un élève pour ressentir de la tristesse. N’importe quelle personne aurait pu se sentir concernée par ce drame ce qui explique notamment l’ouverture d’un dispositif national d’écoute et de soutien psychologique pour tous les français à la suite de cet attentat. Que nous disent ces trois témoignages à propos de la mémoire de Samuel Paty ? Pour moi ces entretiens reflètent parfaitement ce que j’ai pu apercevoir à Conflans-Sainte-Honorine, la volonté de passer à autre chose. Une ville où règne l’absence d’espaces de mémoire. Ces installations ont existé, mais ont été de courte durée. C’est le même cas de figure pour ces trois personnes interrogées , ils n’oublieront jamais ce drame et ils nieront jamais la brutalité de cet acte et le souvenir de Samuel Paty perdurera dans leur mémoire. Cependant, il est important pour eux d’avancer et de s’affranchir de ce climat de peur et d’incertitude. Il s’agissait, ici, d’étudier la mémoire individuelle et sociale.

L’absence des espaces de mémoire

Concernant les espaces de mémoire , que pouvons-nous en dire ? Comment expliquer l’absence totale de ces lieux de commémoration le jour de mon enquête sociologique ? 

Le première raison serait la date de mon observation. En effet, je me suis rendue à Conflans-Sainte-Honorine le 28 novembre 2020, soit un mois et douze jours après le drame. Effectivement, beaucoup de temps s’est écoulé entre ces deux dates. Nous pouvons penser que la ville, par souci d’aménagement ait décidé de retirer ces espaces de mémoire. Mais serait-ce la seule raison ? Dans cette commune, rien ne  mentionne  la mémoire de Samuel Paty, pas un seul graffiti, pas une affiche, pas un panneau, bien sûr, toujours d’après ce que je vois. Ces espaces ont existé mais il a fallu un mois et douze jours pour qu’ils disparaissent.

Un panneau d’affichage dans une rue de la ville

L’opposition des mémoires

Je ne peux m’empêcher de comparer ces espaces de mémoire avec ceux du Bataclan. Un mois et douze jours après les attentats du 13 novembre 2015, nul doute que les objets de commémoration, fleurs, dessins, bougies ou autres étaient encore présents sur les lieux. Alors comment expliquer ceci ? Bien sûr le but n’est pas de mettre en concurrence les mémoires, loin de là, mais plutôt d’essayer de comprendre pour quelles rasions, la durée de des espaces en l’honneur  de Samuel Paty est plus courte que ceux du Bataclan. 

Nous pouvons pointer le différent impact de ces deux attentats. Le 13 Novembre 2015 a bouleversé à jamais la vie des  Français. Toute le pays était en deuil pendant un long moment et ces espaces étaient, indispensables se souvenir de toutes les victimes et garantir une guérison émotionnelle. Encore aujourd’hui, le spectre des attentats du 13 novembre 2015 est toujours présent dans les mémoires des français.

La ville de Conflans-Sainte-Honorine, elle, n’oublie pas mais elle est habitée par le désir de passer à autre chose. Une normalité tant espérée, même si, au fond, tous les habitants savent que plus rien ne sera jamais comme avant. En outre, ce retour à la normale s’avère compliqué compte tenu du contexte actuel et du confinement exigé.

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

Virus, attaques, explosion. La ville “dans la hess” au centre de nos productions

Le paysage urbain et les usages de certains espaces de la cité sont fortement impactés par des incidents, que cela soit par une crise sanitaire, un attentat terroriste ou une catastrophe naturelle. Ces événements engendrent une rupture du quotidien, de ce qui est entendu comme “normal” dans la vie des habitants.  Pour l’année 2020-2021, des multiples exemples de ville en crise seront au cœur de nos créations pour cet atelier d’écriture. 

En enquêtant sur la perception des citadins en période de risque, d’incertitude et d’instabilité, les textes qui vont suivre s’organiseront en trois axes transversaux : territoire, interactions et changements.

Le premier s’intéresse à ce que la crise produit dans la ville. Ce qui est mis en place sur le territoire pour faire face “au problème”, spécialement en termes de signalétique, mobilier urbain et aménagement des espaces. 

Ensuite, nous nous interrogeons sur ce qui fait ville en période de crise. Les interactions des citoyens (règles, contrôle et subversion) pour s’organiser, survivre et surmonter collectivement des épisodes dramatiques. 

Finalement, ces modifications sont souvent profondes et nous proposons une analyse sur comment penser la ville d’après-crise et la pérennisation des changements du paysage urbain.

HOPE (photo : ViMedia/Pexels)

*dans la hess : c’est une expression de l’argot pour désigner le fait “d’être dans la galère” 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search