Minecraft : Un monde virtuel à part

Le 18 novembre 2011, le monde découvre un jeu hors du commun. Minecraft est décrit comme un monde d’aventure dans un style “bac à sable”. Le style “bac à sable” décrit un monde ouvert dans lequel les possibilités sont infinies. Le jeu fait son apparition de manière un peu souterraine d’abord sous le seul mode créatif dans lequel les joueurs appréhendent les codes du jeu. Ce n’est qu’en 2011 que le jeu vidéo sort officiellement alors que plusieurs millions d’utilisateurs sont déjà actifs. Le jeu est un énorme succès et se met à jour avec le temps, mais surtout, avec l’immense communauté qui s’est construite autour du jeu et que l’on décryptera plus tard. Avant de rentrer dans le cœur de l’exploration de ce monde virtuel, il me semble primordial de poser les bases de ce jeu vidéo.

En 2014, Minecraft est racheté par le géant Microsoft et ce mouvement va entrainer de grandes critiques de la part de la communauté Minecraft. Les critiques tournent autour de la mort de l’indépendance de ce jeu vidéo devenu principalement populaire pour ces raisons. Heureusement, Microsoft semble avoir trouver la solution pour garder l’essence du jeu qui consiste à offrir un monde infini aux joueurs. Cette volonté de liberté et de créativité provient du créateur du jeu : Markus Persson (Notch). Ce développeur Suédois fan de Lego et d’informatique commence le codage de jeux vidéo à l’âge de huit ans. C’est donc tout naturellement que Notch transforme cette passion en activité professionnelle. Comme je l’ai mentionné juste avant, Notch est un fan de Lego. C’est en jouant à ce jeu de construction et en découvrant le jeu Infiniminer (qui pourrait être considéré comme un ancêtre de Minecraft et dont la fuite des codes sources va permettre à Notch de savoir créer un jeu similaire) que le développeur va se concentrer sur la création d’un monde fait de blocs.

Depuis sa création, Minecraft n’a cessé de se mettre à jour. Au départ un jeu créatif sans réel but, le jeu a ensuite créer un système de survie avec la création de monstres* puis la création d’une fin du jeu**. Toutes ces mises à jour ont fait le succès de ce jeu vidéo tout comme la communauté extrêmement active de joueurs qui, en partageant des vidéos sur YouTube ou plus simplement en jouant, ont aussi fait rentrer ce jeu vidéo parmi les plus vendues de tout les temps.

Afin d’explorer ce monde sans limite, une approche personnelle ne pourrait suffire. Il faudrait une vie entière pour apprendre soi-même toutes les possibilités que le jeu nous offre. C’est pourquoi j’ai décidé d’explorer ce monde d’une manière très solitaire tout en intégrant des connaissances à l’aide de plusieurs outils. Nous nous pencherons donc sur plusieurs aspects qui ont fait de ce jeu vidéo un mastodonte. Comment un jeu graphiquement très banal dans une époque où les jeux vidéo ne cessent d’être de plus en plus réalistes a réussi à plaire à une grande partie de la population ? Nous verrons aussi que Minecraft a le pouvoir de créer une puissante communauté qui participe majoritairement à la communication et à la mise en valeur de ce jeu (plus d’1 billions de vues sur YouTube). Enfin, nous parlerons de l’expérience Minecraft qui, contrairement à la majorité des jeux vidéo, peut se vivre de plusieurs manières avec une forme rare d’hybridité de l’expérience.

Exploration du jeu

A la première ouverture du jeu Minecraft, le joueur découvre un monde naturel qui pourrait nous faire penser à une plaine ou un sous-bois tout à fait banal et sans identité précise. Ce paysage peut être vu dans la vraie vie dans nos pays occidentaux. Il s’agit en réalité d’un biome. Les biomes se sont diversifiés avec le temps avec, aujourd’hui, l’existence d’une dizaine de paysages. D’un désert saharien à une foret tropical brésilienne, le joueur peut évoluer dans des environnements totalement différents en passant de l’un à l’autre en explorant le monde de Minecraft qui représente à peu près huit fois la taille de notre planète (60 millions de blocs sur 60 millions de blocs). En arrivant dans ce monde, aucunes indications ne sont données. Cela laisse le joueur libre de ses mouvements et de ses pratiques. Très rapidement, un joueur est amené à réaliser la première action qui ouvrira le champ des possibles de ce jeu vidéo. En cliquant sur un tronc d’arbre ou même sur le sol, le joueur apprend que les blocs*** sont maitrisables. En maintenant un clique gauche sur un bloc, le joueur s’aperçoit qu’il peut détruire un bloc du monde dans lequel il est apparu. Ce bloc, une fois détruit, est récupérable par le joueur. Ça y est ! le principe même de Minecraft (Mine = Miner en anglais) est compris par un joueur qui vient de récolter un des 300 types de blocs existant dans la dernière version du jeu. Ces blocs peuvent être solides ou non mais plus important encore, ils ne sont pas tous directement disposés dans le monde de base dans lequel on apparait. C’est à ce moment là que le deuxième principe de base du jeu est appréhendé. En effet, le joueur va comprendre en ouvrant son inventaire pour retrouver les blocs qu’il a récolté que ces blocs peuvent être utilisés pour réaliser du “crafting” (fabrication en français). Ce principe permet à un joueur qui aura récolté du bois en détruisant les arbres de fabriquer des planches de bois puis des bâtons de bois puis une pioche, une épée ou même une hache. Ces outils permettent aux joueurs de détruire de manière plus rapide et de pouvoir s’attaquer à des blocs plus résistants comme la pierre. Ensuite, ce principe de naturalité des blocs se poursuit. Une pioche en bois ne pourra détruire du minerai de fer, une épée en bois fera moins de dégâts qu’une épée en diamant, etc… Ce processus de minage et de crafting est un principe fondamental du jeu qui semble ouvrir à une infinité de possibilités du fait de la large gamme de blocs, d’outils allié à l’immensité du monde dans lequel un joueur est projeté. C’est comme cela que des communautés de joueurs parviennent même à construire des édifices majestueux, des reproductions de villes, de monuments et même dans un certain cas, de notre planète entière à l’échelle humaine.

cf : AutoDesk – Minecraft Architecture: What Architects Can Learn From a Video Game

Cela donne des idées plus folles les unes que les autres aux différents joueurs qui veulent exprimer leur créativité à travers ce jeu sans limite. Maintenant que le joueur semble comprendre les bases techniques du jeu, ajoutons à sa connaissance ce que l’on pourrait appeler l’électricité de Minecraft :
la redstone. Ce “fluide” récolté dans un minerai situé dans les cavernes du monde peut être utilisé afin de réaliser des circuits électriques allant de la simple ouverture de porte automatique à la calculette géante ou même à la création du jeu Minecraft au sein même d’un monde Minecraft.

cf : Koreus – Jouer à Minecraft dans Minecraft

Si ces exploits ont pu être réalisés, c’est en grande partie grâce à la communauté du jeu qui représente sans nul doute la communauté la plus active et la plus pédagogique du monde du jeu vidéo. Pour vérifier cela, une petite exploration optionnelle est nécessaire au sein d’une plateforme qui a connu son succès en même temps que Minecraft : YouTube.

YouTube : un outil indispensable à l’infinité de Minecraft

cf : YouTube – MegacraftProd – [Tuto Construction] – Ep01 – Part 01 – “Comment bien Construire sur Minecraft ?”

Chaque joueur qui découvre Minecraft ne peut s’empêcher d’ouvrir la plateforme YouTube. Les raisons peuvent être très différentes. Tout d’abord, les joueurs arrivent dans un monde sans notice, sans but précis et sans les connaissances que ce jeu cache volontairement. Les connaissances sont cachées pour être découverte. C’est pourquoi la communauté Minecraft s’est très rapidement exporté sur la plateforme de vidéos YouTube. Pour documenter les découvertes, les bons plans et les tactiques utiles à l’épanouissement créatif sur le jeu. Il existe désormais une quantité incalculables de “Tutos” qui apprennent aux joueurs les pratiques à avoir pour parvenir à la construction d’une maison et de son esthétique mais encore au principe fondamentale de la redstone afin de réaliser des fermes pour récolter des blocs de manière plus efficaces et rapide. Ces tutoriels sont vus des milliards de fois sur la plateforme qui a annoncé en 2021 le dépassement du billion de vus sur les vidéos traitant de Minecraft. Le jeu vidéo est donc un puit sans fond au sein de la plateforme vidéo et lorsque l’on réalise le teste, on s’aperçoit que nous pourrions passer une vie à visiter le catalogue de vidéos sur ce jeu vidéo. Plus sociologiquement, on peut aussi s’apercevoir que les créateurs de contenus sont de tout âge et de tout sexe. Les style de contenus sont divers et offrent aux spectateurs une gamme extrêmement large de contenu. Au-delà de la capacité tutoriel de ces contenus, certains youtubeurs préfèrent aussi raconter leurs aventures sur le jeu que ce soit en multijoueur ou en solitaire. Ces vidéos sont aussi énormément visionnées car elles permettent de découvrir des serveurs ouverts au public et des modes que les joueurs peuvent reproduire dans leurs pratiques. La plateforme YouTube a donc permis de créer une communauté solide qui ne s’arrête jamais de grandir et de proposer des innovations au jeu. La communauté ayant le droit de générer des serveurs de A à Z en codant exactement ce qu’ils veulent, cela offre au jeu une immense palette de mondes virtuels plus ou moins accessibles. J’ai eu l’occasion de me plonger dans cinq serveurs multijoueur différents afin de comprendre la mécanique sociale de ces mondes.

Une expérience Hybride

Pour comprendre comment les joueurs Minecraft sociabilisent au sein des mondes virtuels qui leurs sont offerts, j’ai décidé de me plonger pendant plusieurs heures dans des serveurs français reconnus. Malheureusement, avant d’allumer le jeu, j’espérais retrouver les serveurs de mon enfance sur lesquels je me baladais avec mes amis. Sur les serveurs que j’ai pu visiter, le mécanisme des anciens serveurs semblent être le même à quelques innovations prêtes.

A mon arrivé sur le serveur PixWorld, un des serveurs dans le mode survie le plus connu, le principe d’apparition dans un monde est le même excepté que ce monde est préconçu par les joueurs qui ont crées le serveur. On peut donc observer de grands édifices qui remplacent les vastes forets du monde de base. Dans mon inventaire, un équipement de base est à ma disposition pour extraire des ressources de ce monde. Une fois ces ressources récoltées, des villageois (PNJ****) marchandent mes ressourcent contre des éléments qui pourraient m’être utile pour construire une maison ou pouvoir me défendre. C’est d’ailleurs dans ces conditions que je réalise ma première rencontre avec un autre joueur. Par le biais d’une flèche dans le dos, l’autre joueur m’attaque pour récupérer mes ressources. C’est le principe de ce serveur qui consiste à devenir puissant en récoltant les ressources de n’importe quel moyen possible. Les relations sociales au sein de ce serveur restent donc assez limitées même si elles existent par les alliances que certains joueurs se promettent afin de gravir les échelons plus sereinement. Cette exploration de serveur m’a permis de comprendre une première chose : l’expérience du joueur Minecraft est entre ses propres mains. Le joueur décide s’il veut ou nos avoir des contacts sociaux avec les autres joueurs. Ce choix est renforcé par la capacité pour un joueur de jouer ou non avec d’autres joueurs grâce aux deux types de jeux proposés (Solo ou Multijoueur). C’est en cela que, selon moi, l’expérience du monde virtuel de Minecraft est hybride. Le joueur peut passer d’une expérience collective avec les serveurs multijoueur et avec la puissance de la communauté Minecraft (en visionnant un tutoriel sur YouTube par exemple) à une expérience solitaire en jouant seul sur un monde “solo”. L’hybridité de l’expérience sur Minecraft se rapproche des relations sociales d’autres mondes virtuels comme Second Life dans lequel le contact social était avant tout le résultat d’un choix du joueur. Pour prendre un exemple, je pourrais parler de mon expérience personnelle sur le jeu Minecraft alors que j’avais à peine dix ans. Mes débuts sur ce jeu sont dû aux recommandations de mes amis qui jouaient absolument tous à ce jeu. Je n’ai jamais vu dans ce jeu l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes même si, parmi mes amis, certains faisaient des rencontres. Cela prouve une fois de plus que les contacts sont faits en fonction des envies des joueurs. De plus, le grand pouvoir de Minecraft réside dans sa communauté surpuissante et extrêmement pédagogique qui permet à tous les nouveaux joueurs de très vite s’intégrer aux normes du jeu.

Chaque année, les fans de jeux vidéo découvrent les nouvelles innovations avec joies et curiosité. Cependant, le jeu Minecraft reste au cœur de leurs activités car il est entré dans la légende du jeu vidéo. Grace à son modèle unique, Minecraft arrive toujours à séduire les joueurs du monde entier. Véritable monde virtuel, Minecraft séduit pour son immense liberté de création et sa capacité à ne jamais se terminer. Véritable lieu de vie de millions de joueurs, Minecraft ressemble en tout point à un monde virtuel parfait pour tous les joueurs avides de liberté et de créations. L’idée du développeur suédois Notch de réaliser un jeu ouvert à tous est donc une réussite mais doit maintenant négocier un virage important dans le domaine de la technologie. Minecraft pourra-t-il s’adapter à la création des métavers qui ressembleront sans nul doute au monde sans fin que Minecraft était à peu près le seul à promettre aux joueurs ?

Gaspard Colins

* Les monstres sont appelés “mobs” dans le jeu
**La fin du jeu est un combat face à un dragon
***Aussi appelés voxels
****Personnages non joueur

Sources :

Presse-Citron – Minecraft bat un nouveau record : 3 chiffres sur un succès fou
Fnac – Les vidéos sur Minecraft dépassent le billion de vues
Wikipédia – Minecraft
YouTube – Gaspard G – L’histoire de Minecraft
YouTube – EGO – Lettre d’amour à Minecraft
Minecraft WIKI

Guild Wars 2 : une odyssée architecturale dans le monde du jeu vidéo

Avez-vous déjà eu l’occasion de vous aventurer dans une ville inconnue, que ce soit en marchant ou en bus, depuis le sommet d’une tour, ou d’une manière tout à fait différente, et encore, de changer de médium d’exploration en un claquement de doigt? Probablement non, ou sinon de manière très restreinte. Cette fois-ci, préparez-vous à explorer l’architecture d’un monde virtuel en vous plongeant directement dans l’univers captivant du jeu. J’ai opté pour une expérience ludique unique : celle de Guild Wars 2

Le jeu

Guild Wars 2 (GW2), le MMORPG acclamé de l’éditeur ArenaNet, a captivé des millions de joueurs à travers le monde depuis sa sortie en 2012. Jouer à Guild Wars 2 offre indéniablement l’une des expériences les plus captivantes et agréables au sein de l’univers des MMORPG. Le gameplay? Tout simplement exceptionnel, paré d’une brillance éclatante dans sa narration immersive ! Presque chaque aspect de ce jeu exhale une merveille, une expérience où le PvE (Player vs Environment) pourrait certainement bénéficier de quelques améliorations, mais ArenaNet semble déjà œuvrer continuellement en ce sens en offrant constamment des nouveautés.

Visuellement, Guild Wars 2 est d’une grande splendeur, mais accrochez-vous, car pour en savourer toute sa splendeur, votre machine devra être à la hauteur! Effectivement, l’architecture est si travaillée et si remplie de détails qu’il faut un ordinateur dotée d’une excellente capacité de traitement graphique pour bénéficier d’une meilleure expérience. Chaque recoin de cet univers est une œuvre d’art à couper le souffle, et nous incitent parfois à délibérément nous perdre pour contempler des paysages qui défient l’imagination. Les personnages prennent vie avec une grâce fluide, les effets visuels atteignent des sommets impressionnants, et les cut-scenes sont un régal auditif. Ce jeu est probablement l’un des meilleurs MMORPG qui existe aujourd’hui, préparez-donc votre meilleur ordinateur pour admirer ce jeu enchanté. En revanche, je vous invite à me suivre dans mon aventure:

Prologue

L’architecture de Guild Wars 2 ne se limite pas à des lignes de code et à des structures virtuelles. Elle n’est pas non plus linéaire. Elle est l’âme même de l’expérience de jeu, guidant les joueurs à travers un monde dynamique et captivant. L’art graphique et la conception ingénieuse sont surprenants. Nous pouvons réellement dire que GW2 repousse les limites de l’architecture de jeu, ce qui crée une œuvre interactive qui continue à évoluer et à inspirer les joueurs du monde entier. 

GW2 présente également un monde vaste et diversifié, divisé en différentes zones, chacune avec son propre style artistique, son histoire et ses défis. L’architecture qui sous-tend cette structuration garantit une transition fluide entre les régions, tout en maintenant la cohérence globale de l’univers. Cette approche architecturale donne vie à Tyria en tant que monde organique et réaliste, invitant les joueurs à explorer des terres variées et à découvrir des cultures uniques.  Comme sur notre planète, chaque région est dotée de cultures différentes et d’architectures distinctes. Cela se traduit par une variété d’environnements, allant de villes majestueuses à des étendues sauvages, et même à des cités flottantes ou nichées au cœur de volcans. La créativité émerge donc comme un élément fondamental, ce qui offre aux joueurs une expérience visuelle captivante. De surcroît, l’utilisation de la technologie moderne permet la création de paysages dynamiques et évolutifs, s’adaptant aux événements narratifs tels que les festivals ou d’autres « events », ajoutant ainsi une couche supplémentaire d’immersion. 

Le début et le déroulement de mon exploration: 

Le commencement du jeu, semblable à d’autres expériences RPG, débute par la création de votre personnage. Cependant, dans Guild Wars 2, l’outil de création se distingue par son unicité: vous ne vous limitez pas à choisir la couleur des cheveux ou d’ajouter de l’éclat dans les yeux de votre personnage, vous façonnez sa personnalité avec la possibilité de définir sa personnalité, son passé et ses valeurs morales. Tous ces éléments ont un impact concret sur le déroulement de son histoire, tout comme les décisions que vous prenez pendant le jeu. 

Personnellement, j’ai créé un Charr, une créature ou « race » qui n’existe pas sur notre terre. En un éclair, j’ai esquissé sa personnalité et tracé son passé, amorçant ainsi la quête principale de mon exercice : l’exploration des méandres de l’architecture virtuelle de Guild Wars 2. Pour ce faire, je m’immerge dans la peau d’un personnage et explore plusieurs villes « hometown » de différentes races dans le jeu.

L’une des facettes les plus avant-gardistes de Guild Wars 2 réside dans son monde dynamique, où les événements surgissent de manière spontanée, vous noterez dans mes extraits d’exploration que des « events » sont en cours, exerçant une influence palpable sur l’histoire et l’environnement des joueurs. Dans le premier extrait vidéo que je vous partage, observez ces joueurs interagissant et endossant des rôles cruciaux au sein d’événements déployés dans une cité animée (la ville natale des Charrs, avec des joueurs en tant que « volontaires » en ligne, à 01:53). Prenez également le temps d’observer les diverses façons dont j’explore chaque recoin de cet endroit. À la base de cette architecture immersive, se dessine un système complexe de déclencheurs et de réponses, offrant ainsi une expérience de jeu tout sauf linéaire. Ce concept engendre un univers persistant, où les actions des joueurs forgent de manière authentique le cours du récit, illustrant une prouesse architecturale qui transcende les conventions fixes dans ce genre de récit. Les « events » marquent une socialisation même dans l’exploration, sans compter toutes les options que j’ai pour parcourir une ville: en courant, sautant, marchant, volant, et encore en interagissant avec les autres joueurs.

Pour moi, la dimension sociale du jeu, où les joueurs interagissent les uns avec les autres, ajoute une autre couche à l’étude. Les espaces communs, tels que les places centrales des villes, sont conçus pour encourager les interactions entre les avatars des joueurs. C’est un élément-clé dans l’exploration des lieux en ligne, car j’ai pu constater les endroits importants pour rejoindre les groupes et socialiser. Il est clair que les architectures de ces lieux favorisent la sociabilité, créant ainsi des points de rassemblement naturels pour les joueurs cherchant à former des groupes ou à participer à des événements communautaires.

Dans un contexte plus large, la manière dont l’architecture virtuelle de Guild Wars 2 évolue au fil du temps mérite également d’être soulignée. Les mises à jour régulières et les événements spéciaux transforment les paysages virtuels, créant une dynamique narrative et une expérience de jeu constamment renouvelée pour les joueurs. Je trouve cela très intéressant, car parallèlement, nous traversons également certaines parties de la ville dans la vie réelle en socialisant ou en rejoignant des groupes. Cette partie de l’exploration en ligne de l’architecture me semble similaire à certains espaces publics dans nos villes IRL, qui deviennent également des repères. Il est donc important de le noter dans mon exploration en ligne.

(La Casbah, Alger, Algerie: source D. R)

Véridiquement, l’immersion dans le jeu se révèle instantanée et fluide, catapultant les joueurs dans le monde viscéral des Charr. Les nuances jaunâtres dominent, créant une atmosphère distincte caractérisée par des escaliers labyrinthiques, des salons à ciel ouvert et des édifices aux lignes carrées. La forme de la ville, les ruelles, les escaliers et des passages me rappellent personnellement le quartier de La Casbah à Alger, en Algérie. Les ruelles étroites offrent parfois peu d’espace pour la libre circulation, accentuant la sensation d’être englobé dans un environnement densément construit, presque comme dans la vraie vie. Cependant! La beauté d’explorer un monde virtuel réside dans la magie qui offre la possibilité de s’élever au-dessus de ce dédale urbain grâce à la fonction de vol, offrant une perspective aérienne qui évoque la liberté d’un oiseau en plein vol. J’ai le droit d’être sur un dragon, à ma guise, n’est-ce pas une fonction formidable? Cette expérience procure une vision panoramique du paysage, évoquant presque l’effervescence d’un vol instantané, comme si l’on se retrouvait à bord d’un avion d’un simple claquement de doigts.

Dans le même ordre d’idée, l’exploration dans ce monde virtuel révèle des parallèles enchanteurs, où les possibilités semblent infinies. À tout moment, on peut être à bord d’un bateau, chevaucher une monture, ou même survoler les cieux sur le dos d’un dragon ou d’autres créatures mystiques. Des formules magiques permettent de se déplacer instantanément d’un endroit à un autre, offrant des options d’exploration inédites et un contraste frappant avec les limitations de la vie réelle. L’idée de s’envoler à tout moment ou de passer à travers un portail (sur l’image au dessus, vous pouvez remarquer plusieurs portails en question) pour se retrouver au bord de la mer crée une nostalgie plaisante pour une liberté d’exploration sans entraves, un privilège qui demeure hors de portée dans la réalité quotidienne.

Dans ce deuxième extrait, une expérience (bonus) dans mon exploration: je me trouve au cœur d’une immense cité où se mêlent harmonieusement des temples majestueux et des édifices urbains contemporains. L’image qui se dessine évoque presque une fusion entre les temples de Kyoto, l’effervescence urbaine de New York et les canaux pittoresques de Venise. Pour ajouter une touche particulière à cette exploration, je me trouve actuellement à bord d’un bateau qui me permet de parcourir la ville sous un nouvel angle captivant !
 

Mot pour la fin

Guild Wars 2 se positionne comme un exemple captivant d’architecture virtuelle dans le monde des MMORPG. Cette analyse approfondie, guidée par une méthodologie centrée sur l’architecture, l’expérience des joueurs et les défis de conception, offre un aperçu éclairant de la complexité et de l’ingéniosité nécessaires pour créer des mondes virtuels qui captivent et enchantent les joueurs. La dimension sociale et l’évolution dynamique du monde virtuel ajoutent des couches supplémentaires à cette expérience, soulignant l’importance continue de l’innovation dans le domaine du jeu en ligne massivement multijoueur. 

En embarquant dans cette aventure virtuelle, j’espère vous avoir offert un regard approfondi sur l’architecture de Guild Wars 2 et suscité votre curiosité pour ce monde enchanteur. Que votre propre exploration dans l’univers numérique soit aussi riche en découvertes et en émerveillements que celle que j’ai vécue dans le monde dynamique de Guild Wars 2. Préparez-vous à explorer sans fins toutes les formes d’architectures rappelant à la fois des endroits de notre planète et la science fiction.

Quelques scènes de mon exploration architecturale: 


Cent Scènes de Jiangnan :Un monde virtuel vous guide dans une exploration immersive de la culture traditionnelle du Jiangnan en Chine

Image  1 captures d’écran dans le jeu

Avec le rapide développement de l’économie chinoise, les jeux vidéo sont progressivement acceptés par des groupes d’âge divers, devenant ainsi une activité populaire importante et reflétant leur potentiel économique considérable et leur influence culturelle. En tant que monde virtuel, les jeux vidéo sont une façon de communication, directement influencé par le développement des technologies de communication. Le développement des technologies de communication a non seulement façonné la forme du monde virtuel, mais aussi l’environnement dans lequel il existe et la culture qui y prévaut. Cet article prendra l’exemple du jeu vidéo Cent Scènes de Jiangnanpour explorer comment le monde virtuel guide les joueurs dans une expérience immersive de la culture traditionnelle du Jiangnan en Chine.

Où se trouve la région du Jiangnan ?

Elle est située dans le sud de la Chine et fait principalement référence à la zone au sud du fleuve Yangtsé. Cette région englobe de nombreuses provinces chinoises telles que Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Shanghai, Jiangxi, etc. Le Jiangnan est réputé pour ses magnifiques paysages de canaux, sa riche tradition culturelle et son économie développée. Cette région a exercé une influence profonde sur l’histoire et la culture de la Chine.

         Image  2 Les paysages classique du Jiangnan

C’est quoi ce jeu ?

Cent Scènes de Jiangnan est un jeu de simulation de gestion de style ancien chinois. Le jeu se déroule dans la région du Jiangnan pendant la dynastie Ming en Chine. À cette époque, le Jiangnan était souvent attaqué, mais il attendait son développement. Dans ce jeu, les joueurs deviennent un urbaniste contribuant au développement du Jiangnan. On peut construire des bâtiments, planifier une ville et gérer les finances pour contribuer à la prospérité de la région.

Image  3 Illustration du processus de construction du jardin oriental de Suzhou

Comment ce jeu parvient-il à offrir une expérience immersive de la culture traditionnelle chinoise aux joueurs ?

La conception artistique qui ne suit pas aveuglément les tendances permet aux joueurs de s’immerger dans les paysages virtuels de Jiangnan.

Ce jeu est particulièrement apprécié pour sa qualité graphique. Selon les statistiques de TapTap (une plateforme d’application de communauté de jeux en Chine), ce jeu a atteint plus de 5 millions de téléchargements au cours de son premier mois de mise en ligne, se hissant rapidement en tête des classements de téléchargements de jeux mobiles. La popularité exceptionnelle de ce jeu à l’époque était largement attribuée à sa réalisation artistique.

Dès qu’on ouvre l’interface du jeu, on peut ressentir les efforts déployés par l’équipe artistique de Cent Scènes de Jiangnan. Ils n’ont pas mélangé d’éléments populaires dans le style “chinois”, ne suivant pas la tendance générale, mais ont plutôt cherché à recréer l’esthétique des anciennes peintures avec un style artistique moderne. En maintenant une base de style “chinois”, ils ont adapté les graphismes du jeu pour offrir aux joueurs la possibilité de rencontrer un “Jiangnan” virtuel aussi réaliste que le monde réel.

Pendant la production de Cent Scènes de Jiangnan, l’équipe artistique a étudié de nombreuses œuvres picturales anciennes ainsi que celles de maîtres artistiques contemporains. Ils se sont largement inspirés d’œuvres d’art anciennes telles que Along the River During the Qingming Festival (Qingming Shanghe Tu) et Prosperous Suzhou etc. De nombreux éléments du jeu, tels que les personnages, les compositions, les architectures, les vêtements, etc., trouvent leurs prototypes correspondants dans ces peintures classiques.

Dans le jeu, les images telles que les maisons, les étals d’antiquités, les stands de petit-déjeuner, les ateliers de couture, sont inspirées de la peinture Along the River During the Qingming Festival de Qiu Ying. Les images de chaumières, de ponts en bois, de pavillons musicaux, de stands de viande, etc., sont tirées de Dule Yuantu(独乐园图) de Qiu Ying de la dynastie Ming. Les scènes de scierie, de boutique de soie, de stand d’épicerie, et les figures des marchands sont similaires à celles de la peinture de l’époque Ming, Huolangtu (货郎图).

On va énumérer les exemples où l’équipe artistique a référencé des œuvres picturales anciennes chinoises. La partie gauche des images est une capture d’écran de Cent Scènes de Jiangnan, tandis que la partie droite correspond à la peinture ancienne utilisée comme référence.

    • Le chariot provient de l’œuvre de Qiu Ying intitulée La Princesse Ming partant pour la frontière.

Image  4 Le chariot

    • La boutique d’herbes médicinales provient de la célèbre peinture Along the River During the Qingming Festival

Image  5 La boutique d’herbes médicinales

    • Les affiches promotionnelles s’inspirent également des peintures de la dynastie Ming, maintenant une cohérence visuelle. Les personnages et la composition de l’affiche à gauche ont été conçus en s’inspirant de l’œuvre Wenyuantu文苑图 créée par Zhou Wenju de la période des Cinq Dynasties.

Image  6 Wenyuantu créée par Zhou Wenju de la période des Cinq Dynasties.

    • Non seulement cela, mais de nombreux personnages du jeu sont des figures historiques de l’ancienne Chine. Par exemple, Du Fu, Huang Zhaojun, Zhu Yingtai, Tang Bohu, et bien d’autres. Leurs exploits et réputations sont très intéressants ; si vous êtes intéressé, vous pouvez faire des recherches en ligne pour en savoir plus, car cet article ne va pas approfondir ces détails. Le personnage du jeu représenté dans l’image ci-dessous s’appelle Qin Liangyu, et les vêtements du personnage sont basés sur des artefacts du Musée des Trois Gorges de Chongqing, provenant de la garde-robe impériale offerte par l’empereur Chongzhen. Il reconstitue largement les caractéristiques des vêtements de femme han de la fin de la dynastie Ming au début de la dynastie Qing.

Image  7 Le personnage du jeu Qin Liangyu et sa tenue vestimentaire.

En respectant l’histoire, l’art et la culture, la création de ce jeu expose la culture et le mode de vie humaniste de Jiangnan. Il apporte non seulement une touche de sérénité du passé à la vie moderne agitée, mais injecte également une nouvelle vitalité au développement artistique de Jiangnan.

L’intégration de l’histoire réelle permet aux joueurs de mieux s’identifier et de ressentir une immersion plus profonde

Cent Scènes de Jiangnan intègre le gameplay du jeu avec des récits historiques réels, permettant aux joueurs de développer une compréhension profonde de l’histoire tout en construisant leur propre ville. Cela ajoute non seulement de l’attrait au jeu et améliore l’expérience des joueurs, mais contribue également de manière plus efficace à la diffusion de la culture chinoise.

Pour construire la ville, les joueurs doivent gagner de l’argent. Ils peuvent se rendre à la “station-relais” pour accomplir des missions, où chaque mission équivaut à une aventure. Chaque aventure raconte une histoire historique unique. Les joueurs doivent plonger profondément dans ces histoires pour accomplir les missions avec succès.

Par exemple, le gameplay “Débloquer la rivière de l’Ouest” dans le jeu est inspiré d’un événement historique réel. Dans l’histoire, débloquer le lac de l’Ouest nécessitait des efforts considérables. Yang Mengying, une figure historique de la dynastie Ming, a contribué de manière significative à cette tâche. En son honneur, la digue qu’il a construite a été appelée “Digue de Yang”. Dans le jeu, les joueurs, guidés par ce personnage, peuvent débloquer le lac de l’Ouest et recréer la beauté du lac de l’Ouest.

Image  8 Yang Mengying, qui guide les joueurs pour débloquer le lac de l’Ouest. 

De même, dans le jeu, la ville de Suzhou abrite sept constructions spéciales en forme de renard en pierre. Historiquement, dans la vieille ville de Suzhou, le poète Bai Juyi a contribué à l’excavation des canaux, et à la construction de la rue Shantang le long de ce canal. Cette rue s’étend de la porte Chang à la colline Hu, sur une longueur totale de sept kilomètres, avec une sculpture de renard en pierre tous les kilomètre, soit un total de sept. On l’appelle “Montagne aux Sept Renards”.

Image  9 Les sept statues de renards

Organiser des événements hors ligne caractéristiques dans la ville permet aux joueurs de vivre les charmes du jeu dans la réalité

Le succès de “Jiangnan Baijingtu” ne se limite pas seulement à l’esthétique visuelle, il est également étroitement lié à la stratégie de gestion du jeu. En tant que jeu intégrant une dimension culturelle, la société Yedao organise régulièrement des événements hors ligne spécifiques à chaque ville, intégrant la culture immatérielle locale et les sites caractéristiques. En participant à ces événements en personne, les joueurs peuvent vivre une rencontre immersive avec la culture unique de leur propre ville, créant ainsi une expérience de jeu dans le monde réel. Cela permet aux joueurs de se sentir vraiment immergés dans le jeu, suscitant une résonance plus profonde parmi la communauté de joueurs et renforçant leur engagement dans l’expérience du jeu.

Par exemple, dans la version de la ville de Yuyuan à Shanghai, Yedao Games a créé un marché immersif estival de Jiangnan en plein air, où les joueurs peuvent participer à des activités hors ligne. Les joueurs participants peuvent récupérer des lettres laissées par les personnages du jeu sur la place, débloquant ainsi une série de missions narratives. Ils peuvent se divertir en visitant des magasins et se divertir tout en faisant du shopping. Ce marché reproduit fidèlement les scènes du jeu en ligne et intègre des interactions hors ligne pour fusionner avec l’intrigue du jeu, offrant ainsi une expérience unique de jeu en direct et interactive.

Image  10 Le décor du marché hors ligne.

Dans la région de Huangshan, dans la province d’Anhui, l’équipe d’exploitation a lancé des activités hors ligne mettant en vedette les lanternes de poisson de la ville de She. Des artisans de la préservation du patrimoine immatériel ont été invités à fabriquer ces lanternes de poisson, et l’événement a été entièrement documenté. Par la suite, la diffusion et la promotion ont été effectuées sur les canaux médiatiques officiels pour sensibiliser davantage les jeunes générations à la fabrication des lanternes de poisson et à la signification culturelle qu’elles portent.

Image  11 La scène de la parade des lanternes de poisson

Des événements similaires ont également eu lieu au site du temple de la Grande Reconnaissance à Nankin, au musée de Wu Zhong à Suzhou, et bien d’autres endroits. Ces activités hors ligne interconnectées permettent à Cent Scènes de Jiangnan de créer et de transmettre autour de la culture traditionnelle dans plusieurs dimensions et divers environnements. Ainsi, les joueurs du jeu passent du monde virtuel à la réalité, se promenant dans les villes et vivant de manière immersive les scènes du jeu. Cela approfondit également la compréhension des joueurs de la culture traditionnelle de Jiangnan.

La musique de fond qui capture l’essence de la culture de Jiangnan renforce l’immersion des joueurs dans la culture locale

Afin de représenter les magnifiques paysages de Jiangnan, Cent Scènes de Jiangnan a choisi une musique au style global reflétant l’ambiance de la région. L’association de la musique traditionnelle de Jiangnan avec des éléments de musique folklorique confère à l’ensemble une caractéristique légère, élégante, délicate, douce et claire.

Chaque ville dans le jeu possède une musique de fond exclusive (vous pouvez écouter la musique de fond de différentes villes en cliquant sur ce lien https://www.bilibili.com/video/BV11p4y1v7q3?p=4). En cliquant sur différents types de bâtiments ou en sélectionnant diverses activités, des musiques de fond correspondantes sont déclenchées. Par exemple, en cliquant sur un théâtre, vous pouvez choisir d’écouter la piste “Comme un tableau de Jiangnan”. En cliquant sur un enclos, vous pouvez entendre des sons de tambours et de claquettes.

En plus de cela, Cent Scènes de Jiangnan a harmonieusement intégré les aspects tels que les instruments, le son, la mélodie et le rythme. Pour le choix des instruments, les instruments de musique traditionnels de Jiangnan, tels que la flûte, le xiao, le pipa, l’erhu, sont prédominants. En termes de son, la musique de fond de Tianfu est pleine et mélodieuse, avec des tons doux, révélant partout la délicatesse et la grâce de la musique traditionnelle de Jiangnan. En termes de mélodie, la musique de fond de la ville de Hangzhou alterne entre tension et détente, exprimant une vitalité dynamique et florissante propre à Jiangnan. En termes de rythme, la musique de fond de la ville de Suzhou a un rythme stable, une pulsation uniforme, des changements de vitesse minimes, transmettant une ambiance décontractée caractéristique de la culture de Suzhou.

Les instruments judicieusement choisis, le son délicat et élégant, la mélodie alternant entre densité et clarté, le rythme apaisé et régulier, toutes ces caractéristiques de la musique de Jiangnan sont appliquées dans Cent Scènes de Jiangnan, offrant ainsi aux joueurs un environnement de jeu de qualité qui les plonge véritablement dans l’atmosphère tranquille et paisible du Jiangnan sous la pluie légère.

Cela reste toujours un jeu qui n’est pas parfait.

Bien que ce jeu ait poussé l’intégration de la culture chinoise à l’extrême, il présente un problème majeur : une jouabilité limitée. Les mécanismes principaux des jeux de gestion sur mobile sont souvent similaires, centrés autour de la génération de revenus, de l’accomplissement de tâches, de l’amélioration et de l’expansion de la ville. Bien que “Jiangnan Baijingtu” attire les joueurs grâce à ses activités thématiques uniques, son gameplay n’apporte pas d’innovation significative. Au début du jeu, la construction et l’amélioration de la ville suscitent l’enthousiasme des joueurs, avec une grande possibilité de développement. Cependant, une fois arrivé à la fin du jeu, lorsque les joueurs ont atteint le niveau maximum, le développement de nouvelles villes n’a plus autant d’attrait pour les joueurs expérimentés, car le schéma de développement reste essentiellement le même. Chaque nouvelle carte devient répétitive en termes de mécanismes de jeu et de contenu, ce qui ne suffit pas à maintenir l’enthousiasme des joueurs. Par conséquent, une fois que la plupart des contenus et des missions du jeu ont été accomplis, la fraîcheur du jeu diminue progressivement, ce qui peut conduire à une perte d’intérêt.

Intégrer l’art dans le monde virtuel et favoriser davantage sa transmission et son développement représente une voie puissante pour la préservation et l’évolution de l’art de Jiangnan. Le jeu mobile “Jiangnan Baijingtu”, en fusionnant le jeu avec l’art de Jiangnan, renforce la compréhension du grand public de la culture de Jiangnan et ouvre de nouvelles perspectives d’application pour la préservation et le développement de l’art de Jiangnan. Les jeux électroniques ne sont pas seulement un moyen de divertissement, mais aussi un vecteur crucial pour transmettre l’art, la culture et l’esprit à la société. Pour que l’art de Jiangnan maintienne sa vitalité et prospère dans la nouvelle ère, contribuant ainsi à la préservation et à l’essor de la culture traditionnelle chinoise, il est nécessaire de continuellement rechercher de nouvelles opportunités, et la création dans le monde virtuel pourrait bien être la voie future pour cela.

Youyou Li


Source 

魏世建,臧祝菲. 新时代美育途径探索——以移动端游戏《江南百景图》为案例[C]//教育部基础教育课程改革研究中心.2021年课堂教学教育改革专题研讨会论文集.[出版者不详],2021:3.DOI:10.26914/c.cnkihy.2021.009086.

刘华玲,曹亚珂,赵晨宇等. “游”中“戏”玩,文旅融合背景下景点评论情感分析——以豫园+江南百景图联名为例[C]//中国管理现代化研究会,复旦管理学奖励基金会.第十八届(2023)中国管理学年会暨“一带一路”十周年研讨会论文集.[出版者不详],2023:7.DOI:10.26914/c.cnkihy.2023.029370.

张雯玉.国风手机游戏《江南百景图》传统文化传播的互动叙事研究[J].新媒体研究,2022,8(14):114-118.DOI:10.16604/j.cnki.issn2096-0360.2022.14.014.

竺頔,李育菁.浅谈数字时代下江南艺术在手机游戏中的运用——以《江南百景图》为例[J].美与时代(上),2022(02):102-104.DOI:10.16129/j.cnki.mysds.2022.02.030.

MovieStarPlanet, un outil de la société de consommation

J’ai choisi d’observer le monde virtuel MovieStarPlanet durant près de deux mois. Je ne suis pas étrangère à ce jeu car j’ai joué étant petite et je rejoue depuis quelques mois de manière régulière. Le fait de connaître le monde me permet une approche non neutre, plus poussée du jeu, et une analyse plus précise. L’observation de ce métavers permet une approche aidant à comprendre comment la ville et les déplacements des citadins sont transposés dans le monde virtuel. L’angle d’attaque est le fait que le jeu participe à la société de consommation. Il y a une utilisation individuelle, et une utilisation plus collective. Ensuite, il sera possible de comparer le monde virtuel au monde réel, car il s’en inspire, et le monde virtuel aux réseaux sociaux numériques, avec l’aspect social et sociable notamment. On se concentrera également sur les limites et menaces d’un tel espace numérique, notamment à cause du fait que n’importe qui y ait accès et puisse être totalement anonyme.

Présentation du monde virtuel

Movie Star Planet est un monde virtuel conçut pour les 8-13 ans initialement, qui offre la possibilité de devenir une célébrité grâce à notre activité sur le jeu. Il est disponible sur ordinateur et téléphone. Chaque joueur est une star de cinéma virtuelle personnalisée, qui peut développer son style vestimentaire, décorer sa maison, adopter des animaux appelés “petpet” et interagir dans les salles de tchat. Plus on a d’amis, plus ils peuvent réagir à notre activité, comme par exemple aimer un de nos looks. Cela nous apporte des fames, ou points de célébrité, et fait augmenter notre niveau. Lors de l’inscription il faut choisir entre un avatar de garçon ou de fille, et il faut se créer une première tenue avec un choix limité d’articles gratuits pour le moment. La couleur de peau et la coupe de cheveux sont également personnalisables. C’est très simple d’utilisation et accessible.

Il y a une mise en avant de la créativité dans ce métavers, avec notamment la possibilité de créer des courts métrages avec des Movie Stars qu’on a en amis. Il est aussi possible de créer des vêtements, des tenues complètes que les autres utilisateurs peuvent acheter, et des artbooks pour organiser des vide-dressing ou des concours. J’ai pu voir que certains utilisateurs se servent de ces artbooks pour dénoncer des utilisateurs qui arnaquent en d’autres en leur promettant un objet rare en échange d’un autre sans jamais le donner. Les Movie Stars peuvent être des filles ou des garçons, mais il y a une majorité de filles. MovieStarPlanet est sorti en 2009. Son heure de gloire est passée mais il revient à la mode depuis quelques mois. Le but du jeu est uniquement de gagner de l’argent et de le dépenser en vêtements et pour ses animaux domestiques. Cela ne donne pas du tout une image réaliste du monde réel et ne prépare pas bien les enfants qui peuvent jouer à la vie qui les attend. Surtout qu’il n’y a pas de limite d’âge lors de l’inscription. Pourtant, il n’est pas adapté aux enfants car il reproduit le système capitaliste de la société de consommation. Cela n’éduque pas les plus jeunes de la bonne manière et ne les prépare pas à ce qui les attend plus tard durant la vie d’adulte. Ils développent un besoin de consommation permanent, qu’ils ne pourront pas forcément satisfaire dans la vie car ce n’est pas aussi simple que dans le jeu. Cet aspect participant à la société de consommation est critiquable, de par l’âge moyen des utilisateurs, et surtout à cause du prix demandé, comparé à d’autres mondes virtuels comme les Sims.

Deux types d’utilisation 

L’activité de chaque utilisateur peut être sociable ainsi que sociable. Le dictionnaire Larousse définit la notion de social comme ce qui est relatif à la vie des hommes en société. Cela concerne les relations et rapports entre les membres d’une société mais de manière plutôt indirecte, tandis que le mot “sociable” fait référence aux rapports et interactions directes entre individus du monde. Ce mot signifie savoir vivre en société, être avenant, et agréable. Les deux termes sont étroitement liés. Social fait ainsi référence à un aspect plus individuel de la pratique virtuelle, contrairement à la notion de sociable qui paraît dès lors collective. Précisons qu’une pratique individuelle ne veut pas dire qu’elle n’a pas d’impact sur le monde virtuel. Cela est intéressant à préciser car ça permet de comprendre l’utilité de chaque utilisation. Pour ce qui est de l’utilisation collective, il y a certains aspects qui sont semblables aux réseaux sociaux. Par exemple, il est possible de publier un statut personnel autant de fois qu’on le veut par jour, pour demander de l’aide ou dire simplement ce que l’on pense. On peut en publier de manière illimitée. Il est possible de voir les statuts de tout le monde, du moment qu’ils sont récents, dans l’onglet MSP Buzz. De plus, il y a le fait d’ajouter des amis, et de pouvoir communiquer avec eux en messages privés, qui se rapproche des réseaux sociaux. Le nombre d’amis est limité en fonction de son niveau. Par exemple, au niveau 19, nous pouvons avoir 2 730 amis maximum. Je précise que MovieStarPlanet n’est pas un jeu où il est nécessaire d’être actif. On n’a pas à se nourrir ou à dormir et il nous est impossible de mourir. Si nous nous connectons, nous pouvons augmenter de niveau mais si non, nous ne perdons rien. Une autre similitude est la possibilité de poster des photos, de soi ou autre, que tous les utilisateurs peuvent liker et commenter. J’ai remarqué que beaucoup de commentaires supposent le caractère faux des photos, qu’ils pensent ne pas être la personne derrière le compte. L’anonymat étant complet, il est facilement possible de mentir sur son identité.

Capture d’écran par Alice Lerévérend

Nos amis nous rapportent des points de célébrité également en nous faisant des autographes ou des salutations distinguées. Les autographes rapportent un nombre différent de points de fame selon le niveau de la personne, mais sont gratuits à faire. Les salutations ne peuvent être faites que si les deux utilisateurs sont actifs en même temps, c’est payant en diamants donc seuls les VIP peuvent en faire car seuls eux ont des diamants. Cela rapporte 500 points de renommée, en plus de 500 Starcoins.

Pour ce qui est de l’utilisation individuelle, il est possible de jouer à des jeux de culture générale, de déguisements selon un thème. Mais encore, il y a le jeu “cartes folles” où il faut déposer une des cartes en fonction de ce qui irait le mieux avec l’énoncé. Par exemple, pour “le plus joli”, il est possible de mettre la carte “couché de soleil” si on l’a.  Ils se déroulent avec d’autres joueurs mais l’entraide est rare et les interactions également. La plupart des fois, si quelqu’un parle c’est pour essayer de tricher en demandant qu’on vote pour lui pour qu’il gagne la partie. Si nous nous sommes liés d’amitié avec un utilisateur, nous pouvons l’inviter dans une partie pour jouer ensemble, ou même l’inviter dans une salle de tchat pour rencontrer de nouvelles personnes ensemble. Il n’est pas rare de jouer uniquement pour se rendre dans des salles de tchat en “attendant qu’il se passe quelque chose”, comme l’avait dit Jean-François Lucas dans De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life, concernant un autre monde virtuel, où les utilisateurs allaient là où la concentration d’avatars était la plus forte dans le but d’assister à un mouvement social. S’ il ne se passe rien, les utilisateurs quittent la salle pour en essayer une autre, ou quittent le jeu et reviennent plus tard. Il y a plus d’utilisateurs le soir que la journée.

Une représentation limitée de la ville

La ville est représentée sur une image fixe présente dans le menu principal du jeu. Il y a la mer, des immeubles, et des magasins. Les salles de tchat proposent la possibilité de « visiter » la ville. Il en existe sept, dont une réservée aux utilisateurs VIP. Il y a un parc pour promener les petpet, un centre commercial, un skate park, une plage et un café. Encore une fois chaque salle contient une image fixe, et leur but est surtout de rencontrer d’autres utilisateurs et de parler. Le plus important dans une ville est son chez soi, et dans le monde virtuel, nous avons une maison, avec une chambre, un salon, un jardin et une cuisine. Il est possible de décorer son antre, et les autres movie stars peuvent visiter et liker notre maison.

Capture d’écran par Alice Lerévérend

La ville n’est pas représentée en détails et les déplacements sont limités, comparé à d’autres mondes virtuels comme Les Sims. Lors de la période d’Halloween, le décor a été adapté, avec des citrouilles, et les collections de vêtements également, avec des déguisements. A l’heure actuelle, la période de Noël arrivant à grands pas, le décor est rempli de neige et il y a un calendrier de l’avent avec un cadeau par jour, comme l’image ci-jointe le montre. Pour les utilisateurs VIP, certains jours comprennent des cadeaux en plus, ce qui leur donne une fois de plus un avantage et les pousse à dépenser du “vrai argent”. Les collections de vêtements sont adaptées elles aussi aux fêtes de fin d’année avec des vêtements rouges et blancs. Ces périodes poussent à créer des looks spéciaux, et ainsi amènent à jouer plus qu’à l’accoutumée.

Capture d’écran par Alice Lerévérend

Des aspects problématiques : un produit de la société de consommation

Le jeu incite à l’activité, et est un produit du modèle économique de la société de consommation. En effet, malgré que l’accès soit gratuit, le mode gratuit fait avancer et évoluer beaucoup plus lentement que le mode VIP. Le mode VIP connaît des promotions très régulièrement pour inciter à payer en euros également. Dans la boutique, il y a certains vêtements que seuls les membres VIP peuvent acheter, et lorsqu’on est VIP, on nous offre deux diamants et 100 Starcoins par jour alors qu’on ne touche que les gains de la roue de la fortune en mode gratuit. Tout incite à payer, et ça va de 2,49€, pour 3 000 star coins et 15 diamants, à 79,99€ pour 1 an d’abonnement VIP ainsi qu’une tenue complète et un petpet offert. De plus, lors des visites de salles de tchat, les membres VIP se font beaucoup demander en amis alors que les membres non VIP sont plus ignorés. Une utilisatrice du nom de > cry baby < nous dit : « Limite ça ne sert à rien de jouer si on n’est pas VIP », et c’est l’avis de beaucoup de joueurs. Parfois les offres changent comme il est possible de le voir sur la capture d’écran, où le pack 1 an est à 41,99 euros. Cela est explicable par le contexte des fêtes de fin d’année.

Capture d’écran par Alice Lerévérend

L’âge moyen des utilisateurs est désormais plus élevé qu’auparavant. Lors de mes passages dans les salles de tchat, il est récurrent que quelqu’un demande l’âge des utilisateurs présents, et c’est souvent autour de 18 ans. Cela s’explique par le fait qu’il n’y a pas de publicité autour du jeu et que du coup, les plus jeunes connaissent de moins en moins son existence. Pourtant, il y a toujours des plus jeunes, qui sont au collège notamment. Le fonctionnement du monde virtuel leur apprend ainsi à gagner de l’argent pour leur dépenser rapidement. Même s’il est virtuel, cela met une certaine pression sur les épaules des joueurs qui se retrouvent à l’écart s’ils n’arrivent pas à suivre les tendances. Il est possible de gagner de l’argent en caressant les animaux des autres joueurs, en allant chez eux, et en finissant les missions quotidiennes. Par exemple, une des missions est d’aller liker et commenter cinq films créés par des amis. Il existe l’onglet “shopping de folie”, qui consiste à payer cinq diamants pour avoir une réduction de 50% sur tous les vêtements de la boutique pendant une heure. Cela pousse à dépenser encore plus et n’apprend pas aux plus jeunes le fait d’économiser ou le fait de dépenser intelligemment. En effet, la qualité ou les matières des vêtements et accessoires ne sont pas précisés, contrairement aux magasins ou sites d’achats en ligne. Cela apprend à dépenser sans réfléchir, pour essayer de rentrer dans la norme et se faire des amis. Ayant joué petite, je pense que ce mode de consommation virtuelle a joué inconsciemment un rôle sur mon mode de consommation réelle. J’étais très frustrée de ne pas pouvoir acheter autant de vêtements que je le voulais. C’est pour cela qu’il est important que les parents sachent que leur enfant joue à ce type de jeux pour pouvoir les éduquer et bien réagir à leurs demandes parfois irréalistes car basées sur le mode de consommation d’un monde virtuel.

De plus, les avatars ont un corps “parfait”, pas du tout inclusif. Il n’est pas possible de trouver un avatar féminin avec un peu de ventre ou des poils. Le corps des garçons a des abdominaux et sont très fins. La seule chose interchangeable est la couleur de peau. Cela donne une image faussée du corps humain et peut créer des complexes et incompréhensions pour les enfants jouant au jeu. Cette représentation des humains basée uniquement sur le physique et l’apparence est malsaine et nocive, qu’elle soit consciente ou non. Ainsi, tous les vêtements de la boutique vont parfaitement à l’avatar contrairement au shopping dans la vie, où il faut essayer avant d’acheter et où certaines morphologies sont plus adaptées à certaines formes de vêtements. Certains utilisateurs se rendent dans les salles de tchat uniquement pour qu’on leur dise qu’ils sont bien habillés. Ils recherchent une forme de validation chez les autres.

Conclusion

En conclusion, cette observation me permet d’affirmer que MovieStarPlanet est un monde virtuel qui pousse à la consommation de produits pas forcément nécessaires. Je dirai même qu’il pousse à une consommation immédiate. Ceci par le fait qu’il y a de nouvelles collections chaque semaine et qu’il faut réussir à suivre, la norme étant de faire un look par collection minimum. Les utilisateurs n’ont pas d’autre but qu’avoir de l’argent virtuel pour le dépenser en affaires, pour créer des looks. Ainsi, tout est basé sur l’apparence, ce qui est problématique pour les plus jeunes qui ne peuvent pas avoir le recul nécessaire pour interpréter la consommation comme un divertissement différent entre le monde virtuel et la réalité.

Pour aller plus loin, il serait intéressant de développer le fait que MovieStarPlanet comprend une partie sombre qu’il faut énoncer et dénoncer. Ce monde virtuel donne une image très déformée de la vie adulte, et même si les mondes virtuels peuvent paraître innocents il faut s’en méfier. On fait toujours attention dans les rues d’une grande ville, il faut faire de même dans les paysages virtuels. Le jeu étant ciblé pour les 8-13 ans, énormément d’hommes adultes se font passer pour des jeunes et incitent à échanger des photos dénudées de manière très régulière, que ce soit dans les salles de chat ou en message privé, si on les accepte sans se douter de leur intention. En effet, il faut être ami avec un utilisateur pour avoir une conversation privée. Cependant, dans les salles de tchat, il est possible d’avoir des conversations, voire des débats. Il faut souligner que les gros mots sont censurés et remplacés par des “#”. Cela n’empêche pas les avatars de trouver des variantes pour se taquiner en toute tranquillité. Il est devenu commun de repérer un individu malsain et d’essayer de le chasser de la salle.

 

Alice Lerévérend

La construction et résorption d’une double identité, l’Énigme de l’Alter Ego et les Profondeurs Freudiennes au travers des Jeux Vidéo et des mondes virtuels

Au XXIe siècle, l’un des phénomènes les plus marquants, c’est la facilité des individus à se détacher de leur identité première, celle attribuée au départ par des données phénotypes, et sociales; au profit d’une identité choisie, voulue et interchangeable à tout moment. Les joueurs ou « gamers »1, sont parvenus depuis longtemps à trouver un moyen de s’évader de la réalité, ou bien à transformer la réalité, notamment en s’octroyant des caractéristiques qu’ils ne possèdent pas dans le monde réel, du moins qu’ils ne possédaient pas avant l’avènement des jeux video. Cependant, ce qui est fascinant, c’est de quelles façons les mondes virtuels2 peuvent contribuer à la construction d’une double identité et à l’exploration d’un alter ego, de l’origine latine qui désigne à proprement parler « un autre moi » , celui que je ne suis pas mais que je voudrais être, ou alors une autre partie de moi-même. Les jeux vidéo offrent ainsi un espace où les joueurs peuvent incarner des avatars3, prendre des décisions, morales ou non (si nous pensons au célèbre jeu video GTA) , et entrer dans des mondes hors du communs, ou inaccessibles par le corps physique, soulevant des questions sur l’inconscient et la multiplicité de l’identité, avec un certain dédoublement inévitable du joueur. 

La quête de soi à travers les pixels et l’inconscient

En effet, les jeux video, et la construction d’un avatar, c’est d’abord un moyen de s’extirper hors de soi-même, de devenir un autre afin de découvrir qui l’on est, autrement comment observer sa propre intériorité ? se posent alors des questions philosophiques et métaphysiques4 essentielles, telles que, qui est le plus à même de me connaitre ? moi-même ou bien l’autre qui a accès à ce que je ne peux percevoir depuis mon propre regard ? 

Dès lors, apparait le rôle joué par Les jeux vidéo et les mondes virtuels. En effet, ils offrent un terrain fertile pour l’exploration de l’alter ego. En créant des avatars, les joueurs peuvent incarner des personnages radicalement opposés à eux-mêmes dans la vie réelle, devenir un « alter » de la même façon que le fait un acteur, mais avec plus de facilités. Cette dualité permet aux joueurs d’accéder et de sonder les profondeurs de leur psyché5 et ainsi d’explorer des aspects de leur personnalité qu’ils n’exprimeraient peut-être jamais autrement, ou alors qui leur sont totalement inconscient. Si nous regardons ce phénomène d’un aspect Freudien, cette exploration et découverte de soi-même ou alors de celui que l’on voudrais être,  peut être perçu comme une manifestation de l’inconscient et de désirs refoulés. Il semble s’agir d’abord d’un moyen de reprendre le contrôle sur quelque chose qui n’a pas pu être controlé à l’origine. Car nous naissons avec des critères pré-définis, qui nous caractérisent, que ce soit des critères biologique tel que la couleur de peau, des yeux, ou des cheveux, mais également des critères sociaux, telle que notre classe sociale, notre héritage culturel. Autant de choses qui échappent au départ à un contrôle. Attention, il ne s’agit pas là de déterminismes, puisque ces critères peuvent être altérés de diverses façons possible et ne sont pas définitifs. Pour autant, il peut y avoir un aspect presque déshumanisant de ces faits, qui est que notre propre identité nous échappe au départ, ce n’est que par la suite que nous avons la possibilité de la modifier à notre gré, dans une certaine limite. Ainsi les jeux video et les mondes virtuels, ne semblent là encore n’être qu’une autre démonstration de la perfectibilité humaine, comme l’établissait déjà le philosophe Jean-Jacques Rousseau6, l’Homme est la seule espèce capable de se modifier, de changer sa nature. Les jeux video, nous paraissent ainsi n’être qu’un autre outil, permettant à l’homme d’exercer une forme de contrôle sur quelque chose qui lui échappait au départ, et il n’est pas anodin de noter que le premier membre nous permettant cela soit la main, car n’était-ce justement pas ce qui expliquait la perfectibilité humaine selon certains philosophes tel que Aristote ? Le fait que l’homme possède la main, son premier outil en venant sur terre. 

In fine, cela soulève la question de savoir si l’alter ego créé dans les mondes virtuels, est authentique ou s’il s’agit d’une simple manifestation de l’inconscient, de ce que nous aurions voulu être ? Ou de ce que nous pensons être déjà ? 

Ces expériences vécues dans les mondes virtuels, sont-ils authentiques ? Ou bien uniquement une manifestation de notre subconscient ? Et de la même façon notre identité numérique est-elle réelle ? Authentique ? 

lorsque nous éteignons notre écran, continuons nous à être notre avatar ? Ou bien cesse-t-il d’exister ? 

Des conséquences de la double identité, de l’alter ego et de l’inconscient 

La construction d’une double identité et l’exploration de l’alter ego à travers les jeux vidéo ont des répercussions bien au-delà de l’écran. Certains joueurs notent une augmentation de la confiance en soi lorsqu’ils incarnent des personnages forts et compétents, lorsque j’ai questionnée des joueurs, j’ai reçu deux types de réponses, la première, c’est que certains aiment créer leur avatars à leur images, car cela permet une « identification » plus simple, il y a donc un coté rassurant derrière l’avatar. Mais aussi que cela permet une meilleure « projection », même ce type de réponse démontre un désir de s’ancrer davantage dans une réalité virtuelle, fictive, d’en faire pleinement parti. Puis le second type de réponse plus répandue, m’indiquaient déjà d’une part qu’en se créant un avatar, le but premier était d’échapper à une réalité peu attrayante, mais d’autre part de pouvoir exercer un contrôle sur ce qui ne peut forcément l’être dans le monde réel, ils choisissent qui ils veulent être; ce qui peut être interprété comme la satisfaction de désirs refoulés, ou bien simplement le souhait de se distraire, ce n’est donc pas en toute innocence que les fabricants Mattel ont choisi pour slogans à leur Barbie « tu peux être tout ce que tu veux » car ce phénomène de recherche de soi, d’un alter égo, semble se manifester dès le plus jeune âge.  

Les jeux video constituent donc une distraction, ce mot semble certes anodin, mais en regardant son étymologie latine, il désigne un « éloignement » « désunion » une forme d’extirpation hors de soi-même, un éloignement loin de soi-même et de sa réalité. Par ailleurs d’autres joueurs relèvent des défis lorsqu’ils tentent de réconcilier leurs identités en ligne et hors ligne, révélant ainsi les tensions entre le conscient et l’inconscient, comme s’il existait une forme de dichotomie entre le moi réel et physique, et le moi numérique, qui n’est pas palpable. 

Les mondes virtuels, en tant que laboratoires pour l’exploration de soi, nous rappellent ainsi la richesse de l’expérience humaine et la manière dont l’inconscient peut se manifester de manière inattendue. Le monde des jeux vidéo ne se limite pas qu’à un simple divertissement, comme nous l’avons précédemment évoqué, mais constitue un terrain d’exploration psychanalytique sur les questions de l’identité, de l’authenticité et de l’inconscient. Il nous invite à explorer les profondeurs de la psyché humaine et à réfléchir sur la façon dont les jeux vidéo peuvent éclairer notre compréhension ou incompréhension, de nous-mêmes.

Ruthza PIERRE

(1)  en anglais, désigne un joueur de jeux video

(2) Monde artificiel créé par ordinateur, représenté en deux ou trois dimensions, dans lequel on peut évoluer de façon interactive par l’intermédiaire d’avatars.

(3) Dans la religion hindouiste, Chacune des incarnations du dieu Vishnou. au sens figuré Métamorphose, transformation. donc un personnage incarné, un rôle joué par les joueurs. 

(4) Recherche rationnelle ayant pour objet la connaissance de l’être (esprit, nature, Dieu, matière…), des causes de l’univers et des principes premiers de la connaissance.

(5) La psyché désigne l’ensemble des phénomènes psychiques. Synonyme de l’activité mentale, elle englobe toutes les manifestations conscientes et inconscientes d’un individu.

(6) la perfectibilité humaine, dans son discours sur l’origine des inégalités parmi les hommes, prononcé en 1755 à  Genève, il définit la perfectibilité comme un trait inhérent à la nature humaine, qui permet à l’homme de pouvoir developper les capacités qui  lui sont nécessaires dans une situation donnée, et c’est cette caractéristique  qui le distingue des autres animaux, et il va jusqu’à établir que cette perfectibilité est incontestable puisque nous en avons les traces dans les divers progrès de l’homme, qui ne sont que le résultat de sa capacité à s’adapter en toutes circonstances avec ce que la nature lui donne. 

 


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search