Les lignes de désir ou l’art de dompter l’espace urbain

Introduction générale :

Dans ce cimetière, le plus grand de Paris, conçu tel un lieu de promenade hors du temps, se déplacer parait vraisemblablement simple, surtout si l’on se contente de suivre les allées principales impeccablement pavées et les divisions rectilignes ombragées de part et d’autre d’un jardin anglais. Mais quelle curiosité pourrions-nous combler en laissant une balade être menée uniquement par l’aménagement mis en œuvre par des architectes et des paysagistes. N’est-il pas plus plaisant de se perdre, d’aller à l’encontre du tracé originel et de se promener où bon nous semble, là où nous le souhaitons, là où nous le désirons ?

En arrivant à l’entrée du cimetière, notamment par la porte principale, un plan général est mis en évidence afin d’aider les visiteurs à se guider dans ces 43 hectares et plus de 75 393 tombes. Il est également fréquent de voir des plans tenus dans les mains des visiteurs pour leur permettre de s’orienter dans le Père Lachaise. Et tandis que les touristes s’enfoncent dans les allées principales de la nécropole parisienne, suivant à la lettre les indications et les recommandations, les habitués eux, circulent avec aisance, à la recherche d’une sépulture ou d’un monument mortuaire qu’ils souhaitent visiter. Il est donc rare de croiser un endeuillé emprunter une des allées principales, ce dernier saura pertinemment quel chemin est le plus apte à le mener le plus rapidement possible vers la tombe qu’il souhaite rejoindre. Ainsi, la voie principale n’est pas toujours la plus efficace, un passant souhaitant se rendre rapidement à une destination, préférera prendre un chemin parfois sinueux mais plus rapide pour rejoindre la destination désirée. Par ailleurs, au fur et à mesure que ce chemin sera emprunté, la végétation finira par dépérir au profit d’un véritable tracé. On appelle ces chemins, les lignes de désir.

Ligne de désir, quartier de Belem à Lisbonne 2015 – crédit Metro Centric.

Les lignes de désir ? Ce terme ne vous dit peut-être rien, pourtant, vous êtes très certainement responsables de la formation de plusieurs centaines de ces chemins, que vous empruntez quotidiennement. Il nous arrive à tous de ne pas prendre la voie tracée, évidente, préconisée, simplement car il s’avère qu’elle ne sera pas précisément la plus rapide ou la plus agréable.  Parfois même, nous allons la contrer en empruntant un chemin tout autre qui n’est parfois ni pavé, ni bien tracé, ni même signalisé ; ces chemins correspondent aux lignes de désir. La société de développement Angus ”une entreprise d’économie sociale qui régénère le territoire”, définit ces lignes comme “ces chemins qu’empruntent spontanément les piétons ou les cyclistes pour se déplacer d’un point A à un point B par souci d’efficacité ou d’agrément, sans se limiter au chemin « officiel » établi par les autorités”.

Aménagé à l’image d’un jardin à l’anglaise par Alexandre-Théodore Brongniart, architecte mandaté par la mairie de Paris en 1813, le cimetière du Père Lachaise tend à cette époque à devenir ”un lieu à la fois fonctionnel et propice à la promenade et au recueillement”.  Deux siècles plus tard, le cimetière est devenu un véritable lieu de promenade pour les riverains et les milliers de touristes qui viennent découvrir cet endroit calme et fleuri; lieu de verdure encré dans une des 40 villes les plus polluées au monde et la ville la plus polluée de France.

Que penserait Brogniart de ces chemins confidentiels, créés par l’accumulation et la répétition des milliers de pas qui les ont tracés, serait-il exaspéré, fasciné, confus ?  Et vous lecteurs, pensez-vous que nous devrions respecter le tracé originel ou au contraire nous en écarter ? Le promeneur peut-il s’approprier et maîtriser l’espace public en restant ainsi libre d’emprunter les chemins qu’il désire ?

Je vous propose d’enfiler vos plus belles chaussures de randonnées et de parcourir à mes cotés ces ”lignes de désir”, qui peuplent le cimetière et interrogent sur les questions d’aménagement et de maintenance d’un lieu public.

Les lignes de désir dans la culture populaire :

Sur Reddit, un site web communautaire de discussions et d’actualités sociales, les internautes s’amusent à publier des photographies de ces lignes de désir, appelées “desire-paths” en anglais ; le nom de la discussion générale s’intitule ”On The Beaten Trail” traduit littéralement ”sur les sentiers battus”. Des centaines de commentaires sont présents sous les photographies de ces forums, l’un d’entre eux se dégage pourtant : ”Pourquoi l’ordre public continue-t-il à empêcher les passants d’emprunter la voie qu’ils jugent comme la plus efficace ?”. Le sujet constitue donc une controverse et le dialogue entre promeneurs, paysagistes et architectes devient donc plus complexe. D’un côté l’on prône l’efficacité et la rapidité et de l’autre on insiste sur le caractère peu esthétique de ces lignes qui viennent semer un trouble visuel dans l’espace public. 

L’aménagement du cimetière aurait-il dû prendre en compte le fait que certaines tombes sont difficile d’accès et que les visiteurs souhaitant se recueillir sur ces dernières soient contraints d’emprunter des chemins sinueux pour s’y rendre ? N’aurait-il pas été préférable d’attendre que les visiteurs créent eux même leurs chemins avant même de paver les allées principales ?

L’élaboration des chemins et des routes sur le campus de l’université d’Ohio vient prouver qu’une avancée peut être faite quand il s’agit d’aménager le terrain afin de faciliter les déplacements. En effet, les autorités en charge de valider les voies ont préféré attendre que les étudiants aient empruntés les chemins qu’ils leurs semblaient être les plus fluides et évidents pour circuler au sein du campus pour ensuite tracer et paver définitivement les voies. Un dialogue peut donc être établit entre administration, paysagistes et piétons et favoriserait ainsi la circulation pour autrui dans l’espace public. 

Photographies du Campus de l’université d’Ohio State Avant et Après le passage des étudiants – crédit : anonyme.

L’aménagement d’un cimetière comme le Père Lachaise n’a pas été pensé dans le but de prioriser des déplacements ”rapides” et ”efficaces” en son sein. Quant aux habitués, lignes de désir, allées principales, rien n’est important, si ce n’est de rejoindre la destination voulue, ce qui peut parfois surprendre les visiteurs non-initiés, surpris de voir des promeneurs les dépasser pour rejoindre d’un pas sûr et déterminé un chemin parfois étroit et boueux pour ensuite se fondre dans la végétation du cimetière; ne faire qu’un avec ce lieu à la fois mystérieux, funèbre et majestueux. Cette façon étrange et surprenante dont le visiteur occasionnel ou pas, s’approprie un lieu, un territoire, pour le rendre sien.

Sur les traces de pas des habitués :

Lors de mes multiples visites, je tenais à pousser l’immersion à son paroxysme; je me suis donc imposé quelques contraintes. La première était d’effectuer les visites seul et de décliner les échanges et les interactions avec mes camarades, ma pensée pourrait alors se canaliser uniquement sur la vie du cimetière. La seconde consistait en la non-utilisation des voies et avenues principales afin de prioriser les chemins sinueux, secondaires, soit les lignes de désir ; participant ainsi une nouvelle fois par cette immersion totale à rendre concret mon travail de recherche.

Ligne de désir, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

En déambulant dans le cimetière, je me retrouvais à m’imprégner pleinement du fonctionnement et du mode de déplacement de ses habitués. J’avançais comme pressé de retrouver quelqu’un, comme pressé de me recueillir auprès d’un proche partit trop tôt ; un peu inquiet, mais soucieux de lui narrer des histoires que je lui aurais conter de son vivant. Au fil des feuilles mortes qui recouvrent les étroites allées que je piétinais, je me retrouvais à croiser des passants, plus rapide et plus déterminés que je ne l’étais moi-même. Tout en esquissant un sourire, ou en échangeant un regard, je me demandais, qui arrivera le plus rapidement ? Le métro, le bus et les voitures pourtant bien loin, je me retrouvais à me remémorer ce stéréotype sur les parisiens, dont le rythme de vie ne rime qu’avec stress et angoisse. Je compris le désarroi des visiteurs, surpris de voir des passants ne prêter la moindre attention à ce décor automnale qui habille si bien les feuilles des arbres du cimetière. 

Ces lignes de désir, sont plus que de simples chemins, elles témoignent d’un lien privilégié particulier entre les morts et les vivants et permettent la transmission de la mémoire. En empruntant de façon systématique un tout autre chemin que celui prédéfini afin de se rendre d’un point A à un point B, nous participons également à l’établissement d’une trace non linéaire, d’un souvenir, d’un lien matériel et mémoriel entre un proche et nous-même. Ces lignes de désir, non recommandées, libérées de toute contrainte établit permettent au promeneur de dompter l’espace public à son échelle.

Dompter l’espace urbain ? :

Et comment fonctionne concrètement l’implantation d’un cimetière dans l’environnement urbain ? Le cimetière soit un ”Terrain généralement bénit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts.” Doit, d’un point urbain, être aménager de façon à devenir un espace dédié au  recueillement, où le calme doit régner en maître des lieux ; pour permettre aux morts de reposer en paix. Par ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Paris nous pouvons retrouver ceci, ”La Ville de Paris rappelle qu’un cimetière est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, où des funérailles sont organisées chaque jour.”

Ce site nous propose également une page dédié au Père Lachaise et amène à ce poser  plusieurs questions. Qui est libre de décider comment il doit s’aménager ?

Et bien un cimetière est gérer à la fois par le conseil municipal et par la mairie et selon l’Article 18 (art. L. 2213-9-1 nouveau du code général des collectivités territoriales) : 

– ”La gestion du cimetière, c’est-à-dire ce qui a trait à sa création, à son entretien, à son aménagement, à son agrandissement, à sa suppression, relève des attributions du conseil municipal.” 

Enfin au sujet de la mairie, 

– “Le maire exerce quant à lui la police des cimetières. Il est chargé d’y assurer l’hygiène, la salubrité, la décence, le bon ordre, la sécurité et la tranquillité ainsi que d’en garantir la neutralité.” De plus le maire veille “à la largeur des allées, à la circulation des véhicules”. Les lignes de désirs seraient un fléau pour l’espace urbain ?

”Les routes pavées nous montrent où nous sommes destinés à aller tandis que les lignes de désir se créent quand nous mettons un pied hors de la route et laissons nos coeurs décidés du chemin que nous allons emprunter “ – David Farrier

Il est rare de trouver des autorités tolérantes à la mise en place de ces lignes de désir, il n’est pas anodin de voir les administrations dédiées à l’aménagement du territoire mettre en œuvre et en actions des plans afin de contrer l’utilisation de ces lignes dans l’espace public. Ces moyens de contournement peuvent paraitre risibles tant ils participent justement à la création d’autres voies alternatives empruntées par les piétons qui trouvent et inventent sans cesse de nouvelles façons d’accéder à des lieux. 

Ligne de désir barrée, Parc français – crédit : Inconnu

Dans une série de documentaires, déclinés au travers de plusieurs formats audiovisuels ; la Société de Développement Angus basée à Montréal au Canada, questionne sur l’évolution d’une ville par et pour l’être humain. En envisageant l’espace urbain autour du piéton, du promeneur et non plus dimensionner la cité et son accessibilité à la priorité des véhicules automobiles. La ville par et pour les piétons ? C’est une ambition intéressante à souligner et qui doit constituer un véritable axe de développement dans le futur de l’aménagement de l’espace public.

Dans le cimetière du Père Lachaise, se rendre d’un point A à un point B doit être simple et ne doit pas constituer un périple laborieux, une gêne, une entrave de mouvements pour le promeneur. Néanmoins, en visitant le cimetière, vous ne pourrez pas passer à côté des véhicules utilisés pour transporter le matériel destiné à la maintenance du terrain, des jardins, des tombes et des monuments funéraires. Il est fréquent de voir des visiteurs surpris de devoir se déplacer des allées afin de laisser place à ces véhicules, qui ne semblent pas être les biens venus dans ce lieu figé et hors temps. 

Affiche de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

Les allées pavées construites au XIXème siècle introduisent la ville dans ce lieu clôt comme pour rassurer le visiteur mais également pour édicter des règles, des règles de déplacement à respecter, des normes de comportements adopter, les petits escaliers permettent alors au promeneur de s’échapper vers des chemins divergents.

Il apparait donc que le Père Lachaise en tant que territoire complexe et lieu unitaire à part entière ne peut être traité dans sa globalité de la même façon qu’un parc ou le campus d’université. Ce lieu chargé d’histoire, aménagé sur une colline, ouvert sur plusieurs portes, véritable microcosme aux centaines de tombes historiques est et demeure un vestige de plusieurs époques, une passerelle entre la vie et la mort, un témoignage historique, culturel et artistique de l’évolution de la vie à Paris.

Je vous laisse avec cet enregistrement sonore à caractère immersif, accompagné d’une composition originale.

Par Clyde Costuas-Timsit

Se déplacer au sein du cimetière du Père Lachaise, les différents points de repère des visiteurs

C’est un immense parc de 43 hectares, un musée à ciel ouvert et lieu inépuisable de promenades, le cimetière du Père-Lachaise est fréquenté par plus de 3 millions de visiteurs chaque année. Il n’est pas un lieu de promenade comme un autre.Le long des ruelles vertes, vous pourrez voir, en tant que visiteurs, les tombes d’hommes et de femmes qui ont marqué l’histoire de France et du monde. Hommes politiques, écrivains, acteurs, chanteurs, scientifiques, célébrités… Des milliers de personnalités de tous âges sont enterrées dans le cimetière du Père Lachaise.

Mon premier ressenti arrivé au cimetière fut de voir l’immensité de ce parc, je me suis même posé la question mais comment je vais faire pour m’y retrouver à travers toutes ces tombes et ces chemins ? 

Mais j’ai remarqué qu’il y avait pas mal de signalétiques qui permettent aux visiteurs de se guider à l’intérieur du cimetière. Comment font-ils pour se guider ? Quels sont les éléments essentiels à cette visite immense.
La visite vous tente et il vous reste du temps ? Voici quelques repères pour le visiter sans perdre son chemin !

L’impact de l’aspect visuel sur les visiteurs

L’entrée principale du Père Lachaise (point de départ) est une porte imposante qui s’ouvre sur une magnifique route qui mène à un impressionnant monument aux morts jusqu’au bout de la route complexe. Au moment de cette expérience, la plupart des tombes étaient décorées avec des ornements de caractère spéciaux, tels que des couronnes avec des rubans portant des noms et d’autres textes, qui n’étaient pas disponibles dans la visite virtuelle du cimetière. À mi-chemin du parcours complexe, la chapelle est un imposant monument blanc devant une place fleurie avec des sièges.

L’approche du cimetière est développée dans une analyse stratégiquement sensible par la lecture des signes, symboles et textes disséminés dans l’espace urbain. Dès mon arrivée à l’intérieur du cimetière j’ai pu apercevoir des gens prendre des photos sur un panneau où il y avait un grand plan du cimetière. Le plan permet de voir les différentes divisions du cimetière ainsi que les emplacements des tombes et leur numéro. Ce plan nous pouvons le retrouver à chacune des portes d’entrée du cimetière.    

Plan du cimetière Crédit: Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Visiteurs à l’entrée Crédit: Aissata-Laure Diop novembre 2022

       

 

 

 

 

 

 

 

J’ai pu demander à un visiteur anglais qui se nomme Marc ce qu’il pensait du plan qui m’a dit “ Je trouve que le plan est assez dur à comprendre car il y a beaucoup d’informations dessus mais je pense m’y retrouver quand même”.Il est important d’utiliser la signalisation comme point de référence et de se souvenir des instructions textuelles.

La signalétique est un frère primordial pour se déplacer et retrouver son chemin, il y a toutes sortes d’affiches et de symboles qui permettent cela.Les  visiteurs les utilisent comme indicateurs  et non pas en fonction du sens délivré par les indications textuelles, mais en fonction de leur emplacement : ils sont utilisés comme repères en dépit de leur signification pressentie.

L’agencement des dispositifs matériels et de son entretien permet de circuler et de se guider à travers sans contrainte. 

Le paysage ne peut être réduit à la réalité matérielle, mais peut être abordé à travers l’analyse des systèmes d’interprétation et des présentations symboliques, permettant une compréhension simultanée des capacités culturelles et visuelles, des inscriptions symboliques. 

Une approche communicationnelle pour comprendre la relation entre les outils traditionnels et modernes de cartographie de l’espace nécessite de considérer la sémiotique et la communication. Les deux sont nécessaires pour analyser comment les gens associent l’espace aux représentations mentales.Les gens utilisent l’espace pour retrouver leur chemin. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Les nombreux repères pour mémoriser son chemin 

Pour se situer dans un espace urbain c’est la construction de signification dans son environnement culturel, historique et la « géographie culturelle ». 

L’agencement des dispositifs matériels et de son entretien permet de circuler et de se guider à travers sans contrainte. 

Le paysage ne peut être réduit à la réalité matérielle, mais peut être abordé à travers l’analyse des systèmes d’interprétation et des présentations symboliques, permettant une compréhension simultanée des capacités culturelles et visuelles, des inscriptions symboliques. 

Il existe plusieurs repères qui permettent aux visiteurs de mémoriser leur chemin. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

1- les repères naturels tels que les fleurs, les arbres,  les buissons et toutes les autres végétations du cimetière sont nombreux au sein du cimetière.

2- les voies disposent de marquages ​​au sol qui leur permet de définir un réseau de parcours possibles entre différents lieux et déconstruire une représentation mentale de l’espace (Peruch 2002).
La représentation du réseau routier permet de structurer la représentation mentale.Les panneaux qui indiquent la vitesse à ne pas dépasser car avant que ce soit un cimetière c’est  aussi une route donc le Code de la route est obligatoire on peut y voir des panneaux de limitation de vitesse ou de limitation de poids pour les camions. Les panneaux qui indiquent les noms des allées aident également à se repérer au sein du cimetière. 

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Quand j’ai vu des voitures rouler au sein d’un cimetière cela m’a surprise car c’est un lieu calme mais j’ai posé des questions aux personnes qui y travaillent qui m’ont expliqué qu’il fallait “avoir une autorisation” pour y accéder en voiture. Entre les allées de pavées et les édifices.

3-les édifices: Les différents édifices permettant de se retrouver à travers le cimetière car ils sont de différentes tailles, couleurs et une architecture spécifique à chacune. La manière dont certaines sont mieux entretenues que d’autres m’a surprise car certains édifices sont sales et remplis de toiles d’araignées et d’autres propres bien polis. Cela est un repère essentiel aux visiteurs surtout lorsqu’ils viennent voir un tombeau en particulier. 

Édifice Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

4-les écritures : les annotations  sur les tombeaux permettent de savoir à qui appartient la tombe grâce aux dates et noms écrits dessus.  Il y a des écritures de toutes polices et couleurs ce qui donne un repère facile à l’œil.C’est grâce à la maintenance que certaines écritures sont tenues malgré leur ancienneté.  

Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022
Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

 

L’espace peut également être compris comme un dispositif d’information spatiale multimodale. Parallèlement à la sémiotique et aux approches du sens en sémiotique, la cognition spatiale humaine est abordée dans le cadre de collaborations entre géographes, psychologues ou chercheurs en neurosciences cognitives. On peut mettre en place des enquêtes et des expérimentations pour s’interroger sur la nature des informations environnementales que les individus (piétons ou cyclistes) choisissent pour localiser et organiser au mieux leurs déplacements, et s’interroger sur la manière dont ces repères spatiaux sont stockés en mémoire. et utilisé.Dans ce contexte, le type d’informations disponibles au cours du processus d’apprentissage et la nature des repères sont interrogés (Peruch 2002) : le type d’informations disponibles au cours du processus d’apprentissage et la nature des repères utilisés jouent un rôle crucial dans le processus d’apprentissage spatial.

Le numérique un nouveau support d’information pour se guider à travers le cimetière  

Les dispositifs de capture d’informations numériques, tels que les environnements 3D, les localisations et la réalité augmentée, peuvent être considérés comme des superpositions aux méthodes traditionnelles d’obtention d’informations spatiales. Les dispositifs de saisie numérique de l’information comprennent la consultation d’un plan sur papier et des visites guidées.Ces nouvelles technologies aident les sujets à visualiser leurs représentations mentales de l’espace en ajoutant de nouvelles informations à leur perception.

La carte numérique sur le site internet du cimetière mais il y a aussi une autre manière de se repérer qui est numérique grâce au QR CODE mis en place par le cimetière qui permet une visite et d’avoir le plan de manière virtuelle.

C’est  en passant dans  les allées du cimetière du Père Lachaise, que j’ai vu une chapelle sépulcrale qui a attiré mon attention. Aucun nom n’est gravé sur le tombeau, ni sur une plaque, ni dans la pierre. En lieu et place de ce nom qu’on cherche mais ne trouve pas, trois mots : “La mémoire nécropolitaine”.
Sur la façade extérieure… un QR code!L’homme qui l’a réalisé est André Chabot.

C’est vraiment un endroit insolite pour un cimetière. Cet appareil photo est le symbole de l’œuvre d’André Chabot, le photographe à l’origine de ce projet pour le moins déconcertant. Né en 1941, cet artiste français a dédié l’intégralité de son œuvre à l’exploration de la mort et de ses édifices.     Depuis le début de sa carrière, il s’attache à capturer un maximum de tombes, épitaphes, mausolées, cénotaphes, etc.                                         Aujourd’hui, son fonds possède plus de 200 000 clichés, tous en noir et blanc. Grâce à ce QR CODE nous pouvons trouver des clichés des tombes mais aussi ou ils sont situés à travers le cimetière une idée bien innovante. 

 

La mémoire nécropolitaine Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

En condition « visite virtuelle », les expressions négatives et de manque dominent dans le vocabulaire des visiteurs: « pas de souvenir sinon tombes et chapelles», « Si je ne connaissais pas préalablement le lieu, je n’aurais pas eu assez de points de repères », « Le système a trop tendance à zapper des passages importants », « Je n’avais pas mémorisé suffisamment de repères, et surtout des repères “sans le contexte”!. Les visiteurs qui utilisent le support numérique manifestent beaucoup de difficultés à effectuer le transfert entre virtuel et réel ; l’un d’eux rend compte de cette difficulté et de l’incompatibilité des informations prises dans le virtuel par un tableau « réel » et «virtuel ». 

Les visites guidées 

Les visites guidées peuvent être un moyen pour pouvoir visiter le cimetière mais à quel prix et comment ?   

En faisant mes recherches sur internet j’ai pu trouver une visite guidée par “Paris énigmes” au prix de 8.99€ par groupe (1 à 6 personnes) sur un même téléphone.

C’est à l’entrée du Père Lachaise : 16 Rue du Repos, 75020 Paris et qui dure environ 1h15. 

Une expérience insolite pour tous les publics : des passionnés d’histoire aux férus d’énigmes en passant par tous les visiteurs curieux et les amateurs de nouvelles expériences.

Paris énigmes permet de jouer seul ou en équipe, à tout âge, en famille ou entre amis.

Durant cette visite au Père Lachaise, vous allez résoudre des énigmes reposant sur l’observation des tombes. 

Une fois résolues, vous allez découvrir des anecdotes, des histoires insolites sur les tombes du Père-Lachaise.

Au programme : la tombe de Chopin séparée de son cœur, le déménagement de la tombe de Jean de la Fontaine, le rituel sur la tombe d’Oscar Wilde, la malédiction de la tombe Demidoff, etc. 

Attention si vous êtes dans un cimetière, merci de respecter les lieux pendant cette visite guidée sur mobile.

Vous pouvez aussi rencontrer des personnes fans du cimetière qui peuvent vous proposer des visites au prix de 30 euros est ce une arnaque ou un bon prix,  à vous de voir ! Mais cela est interdit par le cimetière car lors de ma visite au cimetière un drôle de panneau m’a intrigué ! Il y avait écrit  “ n’acceptez pas les sollicitations des “guides” qui vous abordent dans les cimetières”. 

Panneau contre les guides Crédit:Aissata-Laure Diop Novembre 2022

Les observateurs qui utilisent les visites guidées utilisent plus de panneaux ou de tombes pour se souvenir de leur parcours, c’est-à-dire les éléments textuels qu’ils peuvent toucher, les observateurs qui utilisent les plans utilisent des représentations mentales géométriques, et enfin, dans les visites virtuelles, les observateurs se souviennent des tombes, etc. le contexte.Au fil du temps, les relations entre les repères se sont affinées et les pratiques spatiales ont conduit à passer de représentations linéaires à des représentations surfaciques [Peruch 2002]. Les prochaines étapes de cette recherche pourraient consister à observer comment les espaces de mémoire se construisent progressivement dans les récits des participants.

Se déplacer enfin dans le cimetière du Père Lachaise est-ce une chose simple ou compliquée ?

Je trouve que le cimetière Père Lachaise est un lieu à visiter car c’est un lieu unique, qui regorge de monuments célèbres. Le cimetière du Père-Lachaise propose une immersion dans la culture française ! Il permet de faire de belles balades le long des promenades, jalonnées de stèles où reposent les grands hommes.

Son accessibilité facile due  à sa gratuité et toutes ses signalétiques présentes tout le long des allées du cimetière permettent une visite simple, guidée et de découvrir plein de choses sur les tombes.

La lisibilité de l’endroit dû à la maintenance et la mémoire favorise la compréhension et de la prise d’informations de chaque visiteur.  Les repères que les visiteurs ont utilisés pour retrouver leur chemin déterminent la facilité pour eux à retrouver leur chemin.

Un conseil restez toujours munis de votre téléphone ou d’une carte lors de votre visite !

Aissata-Laure Diop

 

Graffitis et politique de maintenance : l’art d’effacer

En  novembre 2018 Jérôme Denis et David Pontille produisent une enquête sociologique ayant pour titre: L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine.

Le texte rappelle un constat simple : il existe un long et riche travail de recherche et de documentation sur les graffitis au regard de nombreuses disciplines des sciences sociales telles que « la sémiologie, de l’anthropologie visuelle, de la sociologie ou de la science politique ». Mais avec ces ressources si richessur la question du graffitis, comment se fait-il qu’il n’existe que très peu de ressources sur la conséquence et l’avenir souvent destinés aux graffitis à savoir leur effacement? En effet, il existe plusieurs problématiques qui s’articulent autour de l’effacement des graffitis. Alors, en France , déjà sous la troisième république il existait déjà ce qu’on appelait une « police de l’écriture » nous dit le texte.  

Pour penser cette réalité urbaine d’effacement, l’exemple de graffitis très marquants à la symbolique forte semble tout approprié. J’en veux pour exemple la fresque à Stains, commune du département de Seine-Saint-Denis en Ile-de-France représentant Adama Traoré . Cette fresque est le fruit du travail du « collectif Art ». Cette dernière a été peinte sur un mur mis à disposition par la mairie de Stains et inaugurée le 18 juin 2020 par le comité « La vérité pour Adama » . Ce comité a pour membre fondateur le plus connu Assa Traoré, la sœur d’Adama mort suite à son interpellation dans la commune de Beaumont-sur-Oise en juillet 2016. C’est d’ailleurs à travers la voix de sa sœur et de son collectif cités plus haut que cette affaire sera médiatisée. 

Rassemblement devant la fresque à Stains ce lundi 22 juin à l’appel du comité La vérité pour Adama. • © F3PIDF

Sur la fresque, Adama se tient à gauche et George Floyd à droite. Pour rappel George Floyd est un afro-américain mort suite à son interpellation par la police le 25 mai 2020 à Minneapolis aux Etats-unis. La nouvelle de sa mort retentit dans le monde entier, entraînant plusieurs mobilisations internationales et de nombreux débats télévisés sur cette affaire. La couverture médiatique est totale, et les problématiques de racisme structurel et violences policières seront questionnées dans la sphère politique américaine et plus généralement occidental. L’impulsion et la ferveur du mouvement Black Lives Matter (né en 2013 aux Etats-unis) revigoré par ce drame aura d’ailleurs écho en France et intensifiera le débat autour de l’affaire Adama.

Mais c’est en Septembre 2020 que la fresque sera effacée suite à la mise en demeure de la municipalité de Stains par le préfet de Seine-Saint-Denis datant du 3 juillet 2020. La plainte provient du syndicat de police Alliance pour qui le terme « policières » pose problème. Cette remise en cause systémique du corps policier sonne comme une injure mais l’est elle vraiment? Si l’on reprend les travaux de Jérôme Denis et David Pontille, la question de matérialité serait liée au langage. En effet, à travers ces termes les auteurs désignent la réalité matérielle, c’est-à-dire les infrastructures comme réalité palpable qui forme le paysage urbain. Après cela, ils la mêlent à la notion de langage beaucoup plus abstraite. Par ailleurs, cet aspect de la ville relatif au langage fait davantage appel au ressenti et ne désigne pas de langage précis. Il reste pourtant symbolique et même constitutif d’une vie politique dans la cité. 

La maintenance légitime face aux écritures indisciplinées

La remise en cause de l’existence de violence policière pourrait-il être admis au sein de l’espace urbain ? Apparemment le rendu judiciaire pense que non, nous pouvons alors questionner la ville et sa vocation et tradition au débat depuis l’antiquité avec l’idée d’agora . En effet, cette fresque n’a pas seulement pour but d’honorer une mémoire; mais elle porte en elle une interrogation : Comment gère-t-on les violences policières ? 

La fresque d’Adama Traoré à Stains a été totalement effacée. (©Alliance 93)

Selon les dires de la sœur Assa Traore cette fresque sera avec son collectif prête à revenir « tous les jours pour défendre cette fresque s’il le faut ». De par ces propos, Assa Traore dévoile la temporalité dans laquelle s’inscrit la fresque : elle n’est pas de nature friable. C’est ici la thématique de la mémoire de son frère qui est en jeu mais aussi d’une lutte avec le système légitime. Le maintien de cette fresque serait ainsi illégal et illégitime du point de vue la loi. Mais ce langage militant et engagé du collectif s’inscrirait dans une nouvelle maintenance cette fois-ci mémorielle ; s’opposant à la maintenance sous le regard de l’ordre incarné par la police et l’État. L’espace de l’œuvre ne serait alors pas proprement défini car même effacée ce graffiti serait prêt à refaire surface ailleurs sous une autre forme. 

Une résurgence de mémoire se ferait alors pour organiser l’espace urbain comme un terrain de langage politique qui viendrait interroger l’appareil officiel et légitime qu’est l’État français. Cette critique systémique considérée comme indésirable et portant préjudice à l’image de la ville de Stains et même à la France et sa police évoque alors la théorie de la « fenêtre cassée » utilisée par Jérôme Denis et David Pontille. 

En effet, cette théorie est développée en 1982 par James Q. Wilson, professeur à Harvard et George L. Kelling ancien directeur de l’équipe d’évaluation de la fondation de la police.

Celle-ci pose l’ordre public dans l’idée de visibilité et d’invisibilité. Certains phénomènes visibles dans l’espace public perturbent la communauté parce qu’ils fonctionnent comme des « signes de défaillance officielle » comme les vitres cassées par exemple. Mais est-il pertinent de voir en cette fresque un signe de manque d’autorité publique ? Ne s’agit-il pas seulement d’une fresque commémorative délivrant un message politique fort sur une surface encadrée ? Difficile de répondre mais la décision d’effacement s’inscrit dans longue tradition de maintien de l’ordre public visant à traiter des symptômes d’insécurité qui pourraient être contagieux. Cette maintenance essentiellement basée sur l’ordre s’assimilent à de la vigilance sécuritaire comme soulignait les auteurs. Survient alors une tension très forte entre ces écritures indisciplinées semant le désordre face à d’autres qui sont permises car plus dociles et inoffensives.

La mémoire oubliée

Au-delà de la dimension politique assez pugnace car inscrite dans un contexte violent, c’est avant tout une œuvre qui honore la mémoire. Le choix de les représenter de manière réaliste, à travers les photos souvenirs par lesquels le public les a connus témoignent de cette volonté de commémoration. C’est de fait un ensemble de signes et d’inscriptions funéraires mis au yeux de tous en plein ville, un hommage et même une évocation poétique qui lient deux mémoires auxquels le triste sort commun évoque une douleur partagée bien que séparée dans l’espace et le temps. La construction d’un récit vient alors de ces écritures que l’on trouve en ville. 

Si un monument au mort d’un personnage historique reconnu est maintenu avec le plus grand soin , pourquoi cette fresque ne le serait-elle pas ? Pourquoi la considérer comme une « nuisance visuelle » ? Pour s’interroger le concept de relevé par les auteurs…. Semble pertinent. Il est à noter que c’est la construction d’une mémoire commune qui se joue ici. Si la réalité des violences policières et des victimes qu’elles engendrent est nié par l’effacement.  Peut-on toujours parler de maintenance du territoire urbain? N’y a t-il pas altération? C’est par le prisme de la mémoire que se constitue le récit d’une nation. Peut-être que cette réalité là ne rentrerait pas dedans et donc pas considéré par l’ordre urbain à subsister dans le temps. L’imaginaire collectif français se joue alors ici.

En outre, le choix de recouvrir complètement la fresque, alors que seulement une seule composante posait problème pourrait laisser penser que c’est le concept même de cette œuvre qui perturbait l’ordre urbain. Après tout, il aurait très bien pu exister une forme de diplomatie matérielle avec la négociation entre les agents d’entretiens et les différents partis à propos de l’objet entretenu. Notons par ailleurs, que le 4 et 5 juillet 2020 la fresque à été vandalisée et puis aussitôt restaurée. Il y a donc eu une forme de maintenance par les artistes de cet objet urbain. Cette maintenance et plus particulièrement restauration d’ailleurs comme dans l’enquête de Jérôme Denis et David Pontille témoigne du respect des corps pour le matériel urbain à travers la continuité de l’œuvre et le respect des matériaux. L’un des artistes souligne d’ailleurs une volonté pacifique en disant  préférer une fresque qui invite au débat. 

J’aime alors à penser que deux mémoires et narratifs différents apparaissent ici : la mémoire d’une victime policière avec la fresque ; et à travers l’effacement de cette dernière nous trouvons le souvenir d’une affaire marquante et clivante pour l’état français , qui ne s’inscrit pas dans le narratif urbain officiel pour l’instant.


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Les graffitis, entre désordre et embellissement de la ville

Jérôme Denis et David Pontille présentent les différents aspects du processus d’effacement des graffitis à Paris dans leur article intitulé L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine, publié en 2018. Ils abordent les multiples enjeux que ce processus de maintenance soulève. Dans un premier temps, celui-ci est étroitement lié à l’image de la ville. 

Les graffitis et l’image de la ville 

Si on en vient à vouloir effacer ces manifestations graphiques c’est parce qu’elles donnent une mauvaise image de la ville. D’une part, ce sont des signes de désordre. On a tendance à se sentir moins en sécurité dans un quartier où les murs en béton ont été recouverts de tags qui expriment des slogans, des noms ou encore des insultes. La pratique du tag est interdite et relève du vandalisme. Dès lors, dans l’imaginaire collectif, une ville où les graffitis non autorisés prolifèrent est une ville où leurs auteurs, qui sont donc des criminels, s’introduisent dans des endroits où ils ne sont pas censés être pour taguer les murs, et cela sans que l’autorité publique n’intervienne. On imagine les criminels en question capables de bien plus que seulement dessiner sur les murs, ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez les habitants. Les graffitis sont ainsi des signes de défaillance officielle.  

Graffiti sur le métro parisien

D’autre part, la présence des graffitis participe à l’image de la ville dans le sens où ils posent la question de la propreté urbaine. En plus d’être associés à la criminalité, les graffitis sont associés à la saleté. Ce sont des graphismes singuliers aux couleurs et aux formes disparates qui ne montrent aucune linéarité avec le paysage urbain et sont souvent très visibles. Tout comme on ne veut pas trouver de déchets sur le trottoir quand on marche dans la rue, on ne veut pas tourner la tête au détour d’une ruelle et se retrouver nez à nez avec un graffiti exprimant un message politique enflammé. Pour faire face à ces nuisances visibles et à l’initiative du maire Jean Tiberi, une politique d’effacement des graffitis est lancée dans les années 2000. C’est un travail de maintenance urbaine colossal qui possède son lot de contraintes, comme par exemple le matériel de traitement choisi spécifiquement en fonction de chaque mur et chaque graffiti. 

Un travail d’invisibilisation 

Cette maintenance est nécessaire et elle doit être menée de manière continue au fur et à mesure du temps, selon Pontille et Denis, afin de garder la ville dans son état d’origine – autant que cela est possible bien sûr. Pour cela, l’organisation s’est faite progressivement, et notamment par l’aménagement de métiers spécifiques comme celui d’agent effaceur. Ce dernier vient s’ajouter à la liste des personnes qui sont responsables de la maintenance des espaces et des bâtiments dans la ville. Ce sont les éboueurs, les agents d’entretien ou encore les jardiniers, toutes ces personnes dont les actions sont invisibilisées mais qui sont indispensables au bon fonctionnement d’une ville. En effet, les auteurs présentent la maintenance urbaine comme un travail d’invisibilisation. Invisibilisation des graffitis, tout d’abord, puisque tout le processus vise à les rendre invisibles en les effaçant. Mais on remarque également une invisibilisation du travail d’effacement en lui-même. Le graffiti est signalé, appréhendé puis confié à un agent effaceur qui va se charger de le faire disparaître. Tout cela se déroule dans la discrétion sans que les habitants s’aperçoivent forcément du passage de l’agent, et rapidement, si bien que certains n’ont pas le temps de remarquer le graffiti en question. 

Graffitis autorisés

Enfin, face au nombre important de graffitis sur le territoire parisien considéré pour la maintenance urbaine, des critères ont été définis afin de savoir quels sont ceux à effacer, et quels sont ceux qui sont acceptés. Ces derniers sont d’ailleurs recensés afin de faciliter le travail des agents. 

Toutefois, il est intéressant de remarquer que l’on retrouve sous la même appellation graffitis à la fois les graphismes non autorisés, parfois au caractère injurieux, parfois seulement dessinés dans l’illégalité sur un mur appartenant à l’espace public, et à la fois les graphismes autorisés dont la présence a été négociée avec le propriétaire du bâtiment où ils sont apposés. A partir du moment où ils sont autorisés, ces derniers sont alors classés dans la catégorie de street art. Mais cette classification n’est-elle pas arbitraire ? Selon quels critères détermine-t-on quels graffitis sont autorisés et quels sont ceux qui doivent être retirés ? A l’origine, tous les graffeurs ont la même volonté : s’exprimer librement, revendiquer une opinion ou dénoncer une idée, et cela hors des supports traditionnels et de manière anonyme. C’est aussi une manière pour les graffeurs de s’approprier l’espace dans lequel ils vivent. Ainsi, même les graffitis autorisés sont porteurs d’un message car aucune œuvre d’art n’est neutre et objective. On peut imaginer que c’est le caractère explicite, offensant, ou “politiquement incorrect” du message qui est condamné. Mais est-ce que tous les graffitis effacés entrent nécessairement dans une de ces catégories ? 

La Petite Fille au ballon par Banksy

On pense alors à Banksy, par exemple, qui fait des œuvres intéressantes esthétiquement et avec un message politique ou social fort. Pourtant ce qu’il fait est toujours considéré comme illégal et controversé parce que ce n’est pas autorisé : il n’y a pas un accord préalable entre l’artiste et le propriétaire des lieux où il tague. De plus, dans certaines villes, on demande à des artistes de recouvrir les murs dans une volonté d’embellir les rues et espaces publics. À Brétigny sur Orge (91), par exemple, dans le cadre de projets organisés par la commune, des fresques murales ont été réalisées sur le mur d’une ruelle mal éclairée, afin de rendre l’atmosphère plus agréable pour les habitants qui l’empruntent. Finalement, ce qui sépare les graffitis qui relèvent du street art de ceux à effacer, c’est cette autorisation accordée par la ville. 

Fresque murale à Brétigny

A l’image du processus d’effacement des graffitis, ces projets d’embellissement des villes participent aussi à la maintenance urbaine. Avec des fresques murales colorées, ils contribuent à l’atmosphère graphique des espaces urbains et redonnent vie aux coins les moins accueillants de la ville. 

Johanna Apostolidis


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Les graffitis, une forme d’art ou de dégradation de la ville ?

Les sociologues Jérôme Denis et David Pontille s’intéressent au processus d’effacement des graffitis dans la capitale comme un « ordre esthétique » et un « dispositif d’entretien » dans une enquête intitulée « L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine » paru en novembre 2018. 

Une mise en ordre esthétique 

Cela met en évidence le caractère matériel et linguistique de la ville et révèle une partie de sa structure organisationnelle. L’opération de nettoyage du système rend invisibles les graffitis considérés comme dangereux. L’enquête montre que restituer la forme tangible de l’espace urbain partagé nécessite de passer par l’invisibilité d’un autre. Il y a une opposition entre les graffeurs et les agents d’entretien.La propreté est primordiale car les graffitis représentent la brutalité et la violence. L’initiative de « programme opération mur propres » pour éviter la dégradation des murs et la vulnérabilité des lieux. Donc il a été mis en place pour repeindre les murs par Jean Tibéri maire de Paris .Cela relève d’une gestion politique et contrôle de la ville de Paris contrairement à certaines villes urbaines. 

Le street art une forme de graffitis dans les milieux urbains 

À l’inverse de la ville de Paris les graffitis sont une forme d’art urbain. La ville de Choisy-Le-roi a décidé de poursuivre vers le sud ce musée à ciel ouvert en créant un sentier de street art. À la différence d’autres villes, ils ont choisi de travailler ce sujet de manière participative avec les habitants qui décideront avec les artistes ce qu’il y aura sur les murs de la ville.Il y a un portrait de Nelson Mandela sur les murs de l’école maternelle Nelson Mandela de Choisy-Le-Roi pour la mémoire du président sud-africain.      

 Le street art est si répandu dans cette ville que ses habitants ont pris l’habitude de participer à la prise de décision, mais aussi à la réalisation, la bombe de peinture sur les mains !Cette initiative est intégrée au sentier street art, ce cheminement balisé par des fresques qui relie sur 15 km plusieurs villes du Val de marne (Arcueil , Ivry etc…). L’enjeu de la ville est double :  embellir pour valoriser la ville et favoriser l’appropriation de l’espace public par les Choisyennes et les Choisyens en les associant à la réalisation de ce sentier.     

Crédit : @Choisy-Le-Roi.fr                                           

Toutefois , utiliser  une bombe de peinture, ou tout simplement peindre une œuvre sur un mur n’est pas si simple que ça, c’est du travail qui reflète une idée ou un symbole.Pour le graffeur ce n’est pas simplement une forme de vulgarité mais de l’art gravé sur un mur. 

Aissata-Laure Diop 


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

L’influence du graffiti dans nos sociétés

La méthodologie adoptée dans le cadre de la production de cet article est principalement qualitative et inductive. Cette recherche s’appuie sur une méthode d’observation participante par ethnographie. Les auteurs sont à la rencontre des travailleurs et observent leurs comportements, ainsi que les effets du travail de maintenance sur l’espace urbain. C’est pourquoi, ils vont suivre deux interventions différentes : la première est dans un réservoir d’eau et l’autre sur l’effacement de graffitis.

Concernant le rapport avec notre exercice d’observation du cimetière Père Lachaise, ce texte nous permet de voir l’importance des « travailleurs invisibles» qui permettent de maintenir l’espace urbain en « bon état ». Il faut que l’esthétique soit « propre » (comme nous le verrons plus tard dans cet article) puisque l’espace public est fragile et encore plus dans un cimetière.

Pour notre exercice, nous pouvons mettre en lumière les techniciens du cimetière Père Lachaise qui contribuent à conserver et à entretenir la mémoire de nos ancêtres et du lieu, par un travail de maintenance. Le travail de ces individus demeure important et « transparent »1. Nous pourrions ajouter à cela, les travaux de P.-Y. Gomez (économiste) qui montre que le travail est devenu « invisible ». C’est-à-dire qu’il n’y aurait pas uniquement ces individus qui seraient « invisibles », mais l’ensemble des corps de métier à cause des progrès technologiques (télé-travail, Internet, etc). Tous contribuent au fonctionnement de la société2.

Dès lors, leur existence peut majoritairement se traduire par les résultats de leurs efforts au travail. L’article nous apprend aussi que ces personnes sont méprisées et généralement composées de femmes, qui participent à la maintenance. Ce travail de maintenance permet d’éviter d’avoir des pannes ou divers problèmes dans l’espace urbain. « La maintenance est une affaire quotidienne ».

En conséquence, ce travail peut prendre un rôle, voir un aspect politique comme nous le verrons dans la suite de cet article. Cette nécessité de maintenance permet de sauvegarder la mémoire dans un cimetière et de ne pas oublier le passé. Elle consiste à conserver la mémoire, mais aussi à entretenir d’autres matériaux tels que : la voie publique, la restauration de châteaux faisant partie du patrimoine français, la restauration de lieu saint, etc.

Ensuite, nous prendrons l’exemple de l’effacement des graffitis pour le comparer à mon observation de la ville. Nous essaierons de comprendre :

Pourquoi est-il interdit de faire des graffitis en France, sur le territoire français ? Comment sont-ils contrôlés ? Quel est l’intérêt d’avoir recours à de tels agissements ? Comment la ville s’organise t’elle pour rendre l’espace public «propre » ? Quelle est la place de la maintenance dans la ville et pourquoi ? Les graffitis, ont-ils une importance dans notre société ? Nous répondrons à ces questions dans la suite de l’article.

Brève présentation de l’arrivée des graffitis en France à Paris

Depuis le début des années 80 à Paris, le gouvernement municipal des graffitis est poussé par un seul objectif. Ce but est d’harmoniser l’esthétique urbaine et que les pouvoirs publics contrôlent l’aspect des espaces qu’ils gouvernent. Pour ce faire, ils vont développer différents problèmes publics qui vont s’incarner dans différents secteurs d’action publique et qui vont amener à mettre en oeuvre différents dispositifs. Le premier est celui de l’effacement des graffitis, qui a été mis en oeuvre à Paris à partir de 1999 de manière systématique sur tout le territoire parisien3.

Cela permet de développer une « esthétique du propre »4, c’est-à-dire que l’on créer l’image d’un espace parisien propre. C’est un idéal typique, presque utopique où le fait consiste à créer un espace modèle situé dans un quartier plutôt aisé ; dans lequel il n’y a aucune souillure, pas même un graffiti. Cette notion du propre est assez difficile pour les acteurs de la propreté et donc ceux de maintenance. Il en est de même pour l’étendre sur tout le territoire parisien. Dès lors, les graffitis vont être contrôlés autrement. On va tolérer dans différents espaces, à certains moments, des graffitis ou bien encore plusieurs auteurs de graffitis. C’est pourquoi, parfois, la ville va promouvoir des artistes par une commande d’art public ou par des fresques temporaire. En conséquence, on pourra parler de «Street art » dans certains quartiers de Paris. Ainsi, c’est une partie de l’esthétique populairedes graffitis qui est valorisée, et donc mise en scène dans les quartiers populaires de Paris pour produire une esthétique propre à ces quartiers et toujours maîtrisée par les pouvoirs publics. Enfin, on perçoit l’émergence d’un but commun et central, qui est de contrôler, et même de maîtriser l’esthétique des espaces publics qui soutient la mise en administration des graffitis à Paris depuis le début des années 80.

Mais alors, qu’est-ce qui peut motiver les citoyens à vouloir tagger les murs des villes ? Comment les citoyens sont-ils amenés à faire cet acte de vandalisme ? Comment la ville s’organise t’elle face aux graffitis ? Comment pouvons-nous illustrer le rôle primordial de la maintenance de l’effacement des graffitis dans une ville ? Pour y répondre, nous prendrons l’exemple de plusieurs pays comme la Tunisie, l’Italie et la France.

Tout d’abord, entre le 4 et le 14 janvier 2011, la fin du régime autoritaire du président de la République Ben Ali se caractérise par une révolution en Tunisie. Ce soulèvement du peuple, se manifeste dans les rues et sur les réseaux sociaux. C’est un pays où la censure est omniprésente. Les plateformes comme YouTube et Dailymotion sont interdites, ainsi que la prise de photographie qui est mise sous un contrôle permanent.

C’est pourquoi, les Tunisiens ont utilisé un moyen de communication évident et élémentaire qui est l’écriture sur les murs. Très rapidement, les murs de Tunis se sont couverts de graffitis.

Dès lors, un tag a émergé : « Murs blancs peuple muet ! ».       

       

Un fait que nous pouvons comparer aux travaux de « Susan Leigh Star pour les « voix réduites au silence » (…) (Star, 1991) » qui ont été cité dans le texte. Lorsque tous les moyens de communication sont verrouillés, ou bien qu’ils n’en existent pas, il est nécessaire de trouver d’autres supports, et n’importe lequel : sol, mur en béton, façade, panneaux, etc. Dès lors, on se retrouve dans une situation que les hommes ont connue pendant des siècles : sans télévision, sans journaux, sans téléphone, sans ordinateur. À Tunis, les raisons de la contestation étaient politiques. Le pouvoir en place était critiqué et le peuple exigeait des élections démocratique via des messages et des graffitis anti-gouvernementaux. Par conséquent, Magdi El Shafee (un romancier graphique égyptien) présentait le « graff » comme le « Ministère de la propagande révolutionnaire ».

Le 10 avril et 24 avril 2022 ont eu lieu les élections présidentielles en France. Ainsi, des affiches et des slogans ont décoré nos villes. Comme à chaque élection présidentielle, cela suscite des réactions chez les citoyens qui utilisent aussi les murs. Il y a donc une sorte de « guerre des affiches » (photo ci-dessous).

En revanche, l’utilisation de graffiti comme moyen de rébellion ou de promotion du pouvoir d’élite, remonte à très longtemps. Le terme graffiti, se définit comme « une inscription ou dessin, de caractère souvent satirique ou caricatural, tracé dans l’Antiquité sur des objets ou des monuments »5. On peut donc oublier les ruelles de New York, le métro Berlinois, ou le quartier de Belleville à Paris, car le graffiti remonte jusqu’à l’Antiquité. Oui, l’Antiquité !

Ainsi, nous pouvons parler de Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C, où chaque année, des campagnes électorales pour élire des magistrats ont lieu. D’ailleurs, toute la ville se mobilisait pour cet événement.

Mais alors, que pouvons-nous trouver à Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C ?

Des affiches et des fresques6. Environ 11 000 affiches/fresques7, un chiffre qu’il faudrait revoir puisque certaines d’entre-elles ne concernaient que les campagnes électorales. Ces affiches étaient en réalité des inscriptions peintes sur les bâtiments en lettre colorées. Tous les ans, ils recommençaient et c’est pourquoi nous pouvons y voir des superpositions. Ces affiches qu’on appelle plutôt des « dipinti »8 (on peut aussi dire « dipinti italiani »), servaient à soutenir la candidature d’un représentant comme à notre époque. Les messages véhiculés se composent de différentes façons : provocation, glorification, promotion, critique, dénonciation, etc. Donc, il y avait déjà la présence de graffitis dans leur société9.

Que faut-il pour être candidat à l’époque, au 1er siècle avant notre ère ?

De la richesse et de la notoriété. Ils ne sont élus que pour leurs qualités morales ou leur honnêteté. Les murs de Pompéi sont recouverts des qualités de celui qui se présente. Donc, l’élection à la romaine se fait sur un nom et non pas un programme. Au final, tout est affaire de confiance contrairement à aujourd’hui. Par conséquent, bien avant les Tunisiens, les Romains avaient fait de la rue, un lieu stratégique pour se faire entendre. Tout simplement parce que c’est un lieu où tous les habitants vont s’y rencontrer.

De la même façon que les murs de Pompéi, on servit d’outils de propagande politique ou de simple support de communication des habitants. Aujourd’hui, les murs de nos villes modernes se couvrent de messages avec toujours cette dichotomie entre information officiel et critique de « l’information » sous la forme de tags.

Les dirigeants romains laissaient les murs des édifices publics à la disposition des habitants, car la propagande devait être diffusée. En l’absence de radio, de Twitter, ou autre support numérique, vous l’aurez compris, c’est toute la ville qu’on laissait libre comme support à l’expression. Donc le graffiti permet aussi de sauvegarder la mémoire. Les chercheurs ont pu en découvrir davantage sur ces civilisations grâce aux graffitis qui conservent leurs « mémoires », leur existence. Le graffiti est un moyen de marquer l’instant présent, une période, une époque et donc une forme de civilisation, permettant ainsi de conserver leur « mémoire ».

En revanche, à notre époque, écrire sur les murs est une pratique contrôlée qui peut être délictuelle (acte de vandalisme)10. Cela constitue, un acte de révolte, même infime, face aux affiches de propagande des pouvoirs actuels. C’est pourquoi la ville a un rôle important dans la maintenance de ses espaces publics. Il est nécessaire de les entretenir afin d’éviter la potentielle émergence d’un désordre ou d’un chaos.

Après avoir rappelé le cas de la Tunisie, et celui d’une époque antérieure comme celle de Pompéi, on constate que les murs ont toujours été un moyen d’expression privilégié. En effet, on peut encore le constater avec des attentats terroristes en France où beaucoup de personnes ont spontanément exprimé leurs sentiments à l’aide de craies sur les façades et les trottoirs. Si on en croit le premier slogan que j’ai pu mentionner précédemment « murs blancs peuple muet ! ». Cela voudrait dire que nous sommes muets la plupart du temps et qu’il ne faut pas avoir peur de s’exprimer.

Enfin, il me semble en fait que nos graffitis ont été en partie dématérialisés à cause de l’arrivé d’Internet et du numérique. Bien évidemment, certains graffeurs continuent d’orner les murs de nos villes. En revanche, pour ce qui est de la majorité des gens, il faut dire qu’on écrit plus automatiquement sur un mur en rentrant de soirée comme le faisait Lucius, il y a bientôt 2000 ans, mais on poste plutôt un petit commentaire sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, story Instagram, etc.). D’ailleurs, ce n’est pas anodin que l’on nomme encore cela des murs.

Ouverture 

Avec l’arrivé de la numérisation, certains artistes n’iront plus tagger dans les villes, mais chez eux, ou bien encore, en ligne. D’autre préférerons toujours produire leurs graffs dans la réalité et non dans le virtuel. De plus, l’émergence de l’IA (intelligence artificielle) permet de générer des images à partir d’un texte (Dall-E-2). Cette technologie pourrait faire disparaître l’art produit par l’homme et donc de potentiellement diminuer les graffitis dans les villes. En effet, il ne suffira plus que de parler à l’IA pour générer une « oeuvre ». Néanmoins, je pense que beaucoup préféreront rester dans le traditionnel où c’est un homme qui produira l’oeuvre. Enfin, si cette technologie se perfectionne, elle pourrait au contraire éveiller la colère de ces individus et donc de provoquer un soulèvement de colère qui fera apparaître une multitude de graffs dans les villes pour protester contre cette technologie.

Sources  :
1 Mauz, I. & Granjou, C. (2011). Rendre visibles les « travailleurs invisibles »: Vers de nouveaux collectifs de travail en écologie. Terrains & travaux, 18, 121-139. https://doi.org/10.3917/ tt.018.0121
2 Pierre-Yves Gomez : Le travail invisible. – Titre de l’ouvrage : « Enquête sur une disparition ». Processus de disparition du travail.
3 https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01922560 pp10.
4 VASLIN Julie (2017), Esthétique propre. La mise en administration des graffitis à Paris de 1977 à 2017, Thèse de nouveau régime, Université Lyon 2.
5 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/graffiti/37763
6 https://www.grandpalais.fr/fr/article/fresques-et-graffitis-au-temps-de-pompei 7 https://www.drip-in.com/fr/art-urbain/graffiti/
8 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01597317/document
9 https://www.nationalgeographic.fr/video/histoire/on-a-retrouve-des-graffitis-a-pompei-datant- de-lantiquite
10 https://graffitivre.tumblr.com


Denis J., Pontille D. (2020), « Maintenance et attention à la fragilité », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 20 septembre 2022.

Lutte contre le graffiti à Paris, une activité d’entretien quotidien dans l’espace urbain ?

Afin d’aborder le sujet de la lutte contre le graffiti, Jérôme Denis et David Pontille, dans l’article « L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine » paru en novembre 2018, observent et arborent les rues de Paris pour en connaître sa face cachée. Qui sont ces hommes de l’ombre maintenant l’ordre ainsi que la prospérité dans l’espace public et comment procèdent-ils pour ne laisser aucune trace de leur passage ?

Apercevoir des graffitis dans les rues de Paris et sa périphérie n’a rien d’anodin. Cette pratique remonte à la fin des années 1960 aux Etats-Unis. Malgré son effet artistique puis culturel, le graffiti s’est installé comme problème public en créant un sentiment d’insécurité chez les citadins. S’étant ensuite répandu à l’international, une lutte officielle fût créée en France pendant la Troisième République, avec ce que Phillipe Artières a appelé « Une police de l’écriture ».

Les premiers échecs de l’effacement

Les graffitis se sont vite retrouvés dans la catégorie des « nuisances visuelles ». Avec les propos injurieux et le sentiment d’insécurité qu’ils apportent dans les espaces publics, la municipalité a dû rapidement mettre en œuvre des techniques d’effacements afin de protéger la ville. S’inspirant de la politique « tolérance zéro » instaurée à New York en 1994, cette pratique consiste à être intransigeante face à quelconques infractions sur la voie publique. Malgré tous les moyens fournis, cette politique n’eut pas grand succès. En effet, les graffitis ont tout de même continué à se multiplier en masse.

Une ouverture vers le maintien de l’ordre public :
La théorie de « la vitre cassée »

James Q. Wilson, politologue, ainsi que George L. Kelling, criminologue, travaillaient tous deux à l’Université de Harvard. Leur initiative en termes d’instauration du maintien de l’ordre commença par changer les méthodes policières pour notre cas présent.

La théorie de la vitre cassée est une analogie, selon laquelle une légère détérioration de l’espace public engendrerait inexorablement une détérioration plus générale de l’encadrement et un accroissement d’un certain sentiment d’impunité de la part des citoyens.

Le problème étant la multiplication redondante des graffitis dans les espaces publics, plutôt que de se concentrer sur des problèmes plus importants, il faudrait plutôt maintenir un ordre quotidien au plus proche de la population. En effet, plus les choses paraissent en ordre, moins les infractions se multiplient.

Que ressentez-vous lorsque vous voyez un immeuble avec une vitre cassée ou un graffiti sur un immeuble ? Cela, ne vous procure-t-il pas un sentiment d’abandon de cet immeuble ? Un sentiment d’insécurité face à cette architecture délabrée ? C’est pour ces raisons qu’une lutte contre ces impressions est impérative afin de réagir rapidement.

Pour empêcher la propagation de ces récidives, quoi de mieux que de réagir directement, de façon quotidienne ? C’est ce que nous ont démontré James Q. Wilson et George L. Kelling. Le maintien de l’ordre s’effectue face à des infractions a priori sans gravité.

Dans un autre contexte, prenons l’exemple d’une nécropole. Afin de maintenir un certain ordre de propreté et d’entretien, des éléments qui peuvent sembler mineurs sont finalement extrêmement importants pour une conservation quotidienne. Ainsi, un démoussage d’une pierre tombale non faite, des mauvaises herbes errantes ou encore une végétalisation non développée sont autant de causes du ressenti de délaissement. Cet entretien quotidien entre dans la théorie de la vitre cassée.

Comment Paris s’organise pour lutter contre les graffiteurs :
L’opération « murs propres »

Face à l’abondance des graffitis dans les espaces urbains, Paris rompt l’exclusivité des services de propreté de la ville sur les activités d’effacement et fait appel à des prestataires extérieurs. Ces prestataires sont régulièrement contrôlés et sous contrat. L’objectif premier était d’effacer 240 000 m² de graffitis, soit 90 %, sous douze mois. Il était ensuite condition d’éliminer tout nouveau graffiti détecté durant les cinq années suivantes.

Les prestataires d’effacements de graffitis sont ensuite contrôlés une fois par mois, pour voir si le quota de murs propres est bien atteint, selon un parcours aléatoire dans la zone désignée de chaque prestataire.

Les inscriptions sur les murs sont mesurées en m², considérées individuellement selon leurs aspects puis effacées avec le matériel adéquat.

C’est alors que la notion de « double invisibilité » entre en jeu. La première étant l’effacement du graffiti, et la seconde étant la seconde vie de la surface nettoyée par les prestataires. Un travail propre et réussi est un travail non seulement effectué, mais également sans trace d’après-passage.

Nous sommes sur une invisibilité constante autant pour les agents de maintien que pour les graffiteurs qui ne se montrent jamais. Cette réflexion m’a poussé à me demander : « Le travail effectué par la maintenance renforce-t-il vraiment le sentiment d’appartenance de la ville ? ». Le street art et l’art graphique peuvent apporter un embellissement de la ville de Paris, créant ainsi un « musée à ciel ouvert ». Ce qui m’amène à me demander si certaines zones dessinées ne mériteraient-elles pas d’être laissées exposées, de laisser passer un message à la population urbaine.

Crédit : Waian Serano

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search