La reprise de la Bastille : l’embourgeoisement du Faubourg St-Antoine

Une rue après la rue de Paris… Voici le quartier qui attire l’attention par son histoire, les établissements et plusieurs activités matin au soirs.

L’article dessus évoque la curiosité de plonger le regard mais aussi désir vivre en plein source au plein cœur de quartier de Paris qui est Bastille et tout ce qu’il entoure.

Voici quelques extraits d’image, commentaire sur la description de riche mode de vie que l’on observe au plein de cœur de Paris. Ses nombreux immeubles construites dans les années de 1900, avant et ces modifications à aujourd’hui représentent un élément de décor de la ville. Chaque immeuble est décorés et ont son histoire, certaines restent invisible par la peinture blanc faites qui restent inchangeable contrairement ceux qui ont ornés par des motifs qui attirent l’attention des touristes nombreuses fois vus seulement en image ou dans les décoration générationnelle de leur amour pour la culture française.

“Voici le peuple: il prend la Bastille, il déplace toute l’ombre en marchant; voici la populace: Elle attend au passage Aristide, Jésus, Zénon, Bruno, Colomb, Jeanne, et crache dessus.” (Victor Hugo) 

Tous les habitants connaissent assez bien l’histoire de Bastille, surtout extrait de 1789 qui a frappé le monde et remué des nouvelle vague pour une autre construction de l’histoire de pays. Même les parisiens du quartier arrivent de plonger dans leur routines en oubliant ces histoires et la beauté de la ville, ses symbolismes et l’intensité de sa richesses. Parfois il est nécessaire de s’arrêter pour contempler les yeux pour s’attarder sur ces endroits…

Souvenez de vrai nom de Bastille, car on appelait la Bastille St Antoine, puisque St Antoine étais d’ailleurs le nom du quartier comme la rue du Faubourg St Antoine et la rue actuellement nommé par St Antoine.

Les passages…

De premier vue en plongeant dans les rues de ce quartier on pense voir les rues banales, sans sens de beauté du romantisme, beauté et de la présence, mais irons plus loin.

En commençant par la cour du Bel-Air, on perçoit les livres, les objets de cafés qui ont son charme et beauté uniques plein de décoration végétale, avec ces la cour artisanale, mais certaines cours sont fermées malheureusement par les portes et sa code. Mais entre les cours et passages, on retrouve les pavés, verdure qui évoque la paix loin de l’agitation de bruits de la ville, en évoquant coté village et exotisme de la vie à l’ancien sans oublier le mixe de sa néo-bourgeoisie qui est présente dans chaque coins et inspirent inconsciente nostalgie de passé.

Les ateliers libérés par les artisanats, on remarquera par les endroits où l’activité changent au fur à mesure. Tout dépend, ce que l’on cherche à connaitre, plus de touche de l’art, plus de sens de richesse. De plus, les prix sont relativement basse de loyer en dépit de sa position avantageuse de quartier.

La transformation de quartier

“Une vision singulièrement belle, ici la nuit: au pied de la colonne de la Bastille, le passage des rames de la ligne 1 dans un surface du sol – miracle fugitif d’un métro à la fois souterrain et aérien, et glissant même sur les eaux.” (Eloge de Paris (2019) Mael Renouard)

Exemple de la cour Damoye offre un exemple de rénovation mise ne place, avec ses logements, immeubles renouvelées, ateliers et commerces etc. Remarquons les détailles de l’aspect villageois de ces cours, proportionnés par ses avantages de la modernité. La construction de l’architecture représente une village situé au plein ville. L’aspect moderne et typique de quartier donnent un goût de réaliser les promenades sociologiques sans oublier le temps et l’époque que nous vivons.

On aime bien…

 “Les amoureux de la Bastille”, 1957, Willy Ronis

“A la Bastille. On aime bien Nini-Peau-d’chien: elle est si bonne et si gentille! On aime bien Nini-Peau-d’chien, A la Bastille.” (Dans la rue (1889-1895) de Aristide Louis Armand Bruand) 

Voici, l’observation de quartier nous amène faire notre remarque sur la population surtout, c’est elle qui vivifie la ville, ses habitants de leur beauté rappelant l’art de différentes couleurs qui illustre le cœur de Paris avec sa diversité. Le style un peu sophistiqué, classique rappelant côté bourgeois, à la fois on constate son coté “rebelle”, exemple dans la manière  de porter les tenus assez attirants, fascinants, certains de leur styles décontractés et multicolore, cela illustre la transformation et cohabitations de diverses populations.

Enfin, restons ici un temps pour mémoriser chaque instant de la vie de ce quartier qui n’arrêtera jamais ses activités malgré tout, car les touristes vont de plus en plus peupler la ville en admirant la beauté de mixage de la ville.

La nouvelle prise de la Bastille, un embourgeoisement progressif

Pour l’étude et le commentaire de ce texte des sociologues français Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, nous avons décidé de procéder d’une façon différente d’un commentaire de texte classique. En effet, après une première lecture de ce texte, nous avons décidé de prendre le point de vu d’une personne que l’on dépose dans ce quartier à qui on apporte des éléments historique, culturel ainsi que des anecdotes pour observer l’environnement urbain d’un œil critique. Cela est notamment rendu possible car le texte est organisé qui ressemble à un circuit car les auteurs partent de la station de métro Bastille pour y revenir à la conclusion. Cela permet justement cette mise en situation fictive, où nous pouvons nous plonger dans les rues et ainsi observer la ville, ses caractéristiques, ses changements grâce au récit historique et bien sûr l’embourgeoisement du faubourg même si il y a la volonté de conserver un petit peu les traces du passé de cet endroit.

Pour faire un état des lieux du sujet du texte, nous retrouvons à de nombreuses reprises l’idée de gentrification et bien évidemment d’embourgeoisement du quartier de la Bastille et du faubourg Saint-Antoine. Pourquoi cela ? La question historique se pose ici amplement, ce qui apparaît comme normal au vu de l’importance symbolique que représente la Bastille dans l’histoire de France. Longtemps symbole du pouvoir avant la Révolution, le quartier de la Bastille est devenu un lieu ouvrier et artisanal après cette dernière. C’est de ce point que partent les sociologues et auteur de ce texte. Il y a l’idée d’un certain cycle derrière le récit que nous retrouvons sur l’organisation du texte mais également dans son contenu. En effet, comme évoqué dans l’introduction, le texte commence et se finit à la station de métro Bastille et ici il est question de l’embourgeoisement du quartier de la Bastille, comme une sorte de retour en arrière, dans un contexte différent néanmoins, où la bourgeoisie remplace le symbole du pouvoir, en transformant ce quartier populaire.

L’embourgeoisement du faubourg Saint-Antoine soulève plusieurs questions à travers ce texte et de nombreux enjeux apparaissent. Le premier relève de l’ordre politique. En effet, comme le montre l’exemple de l’inauguration de l’Opéra Bastille, il y a une volonté d’implanter des bâtiments culturels et transformer le quartier, ce qui s’inscrit dans l’intention de redéfinir l’Est parisien sous la gouvernance de François Mitterrand.

Maintenant que nous avons fait un état des lieux du sujet et une rapide présentation du quartier, nous pouvons nous plonger dans les rues au fil du récit pour observer ce quartier avec un regard critique.

Renouveler le quartier en conservant, faire du neuf avec de l’ancien

Alors que cette présentation commence au passage du Cheval-Blanc, nous remarquons directement un thème qui revient régulièrement au fil du texte. L’architecture et la disposition des bâtiments sont restés identique malgré la transformation du quartier. En effet, nous retrouvons régulièrement la vision d’un quartier divisé en plusieurs cours, qui témoignent de son passé artisanal. Il s’agit donc d’une “reconstruction” de la ville sur l’ancien, c’est-à-dire qu’à travers l’embourgeoisement et la transformation qu’il a été nécessaire pour en arriver au résultat voulu, le passé artisanal est toujours présent. Nous retrouvons également cette idée à travers les passages entre les rues qui restent un témoin du passé. Ces cours et passages, qui rythment le récit, représentent ici les exemples majoritaire de l’embourgeoisement ou plutôt de la gentrification comme répété à quelques reprises dans le texte. 

Ce terme de gentrification peut être perçu comme le terme central de ce texte, il est utilisé à chaque fois où les auteurs évoquent l’opposition et la transition entre le traditionnel, incarné par le passé artisanal et le côté tendance et branché de ce renouveau du quartier.

Ce renouvellement du quartier s’inscrit dans la volonté de conserver également certaines traces du passé. En se baladant dans les rues au gré du récit, nous retrouvons quelques unes de ces traces comme la présence d’un artisan doreur dans la cour de Janvier ou encore d’artisans et d’architectes dans la cour de Février, qui rappelle que “l’emblème du quartier est le meuble”. En poursuivant nous arrivons dans le passage du Chantier qui représente aujourd’hui le monde artisanal et notamment du passé du monde traditionnel des ébénistes avec la copie de meubles, des restaurations de pièces anciennes et autres professions qui exerçaient avant en nombre dans cet endroit. Enfin, dernier exemple de conservation du passé, nous sommes arrivés dans la cour Bedel où l’impression d’être plongé au cœur du XIXe siècle nous envahit. Tout y est, un ensemble industriel avec sa haute cheminée, la disposition des bâtiments ou encore les chaudières à vapeur. Nous terminons notre balade fictive dans le quartier de la Bastille par la cour Damoye où l’idée de faire du neuf avec du vieux est parfaitement illustrée, notamment avec le passage de la présentation publicitaire de la rénovation du quartier où le promoteur nous parle “d’un village dans la ville” tout en rappelant que l’endroit reste un endroit moderne et “gentrifié”. Comme nous l’avons vu, la cour Damoye représente à la perfection cette transformation d’une cour artisanale parisienne, remplacé par un lieu de vie moderne où les galeries d’arts ont remplacé les lieux d’artisanats, d’autrefois.

Transformation des lieux de divertissement, un changement générationnel

Une transformation qui a donc conservé les aspects du passé et qui a su les réinventer pour apporter une utilité nouvelles à ces anciens lieux artisanaux. En effet, de nombreux lieux dédiées à l’industrie du bois ou encore la fabrication des outils et machines de travails comme au rue de Lappe, sont devenus des lieux de fêtes et très fréquentés la nuit, ils sont parfois sélectif et montre le côté branché de ces endroits. Nous y retrouvons toujours les bals musettes, emblème festif des années ouvrières du quartier où de grands noms sont venus divertir la population comme Yvette Horner par exemple mais ce sont désormais des boîtes de nuits ou des lieux nocturnes fréquentés par des personnes aisés à cause de l’inflation des prix des consommations. 

Ces transformations des lieux de fêtes posent aujourd’hui un autre débat, différentes des questions soulevées par le texte, celui de l’accessibilité à tous à ces plaisirs. En effet, malgré la conservation de certains lieux populaires comme les bals musettes, la transformation du quartier n’est pas seulement esthétique, c’est un changement social qui s’est opéré dans le quartier. 

Nous pouvons donc faire plusieurs observations du quartier de la Bastille et du faubourg Saint-Antoine. Le premier concerne la transformation urbaine, la réinvention de lieux industriels pour en faire des lieux d’habitations et de vie plus “bourgeois” mais également, ce qui est notre deuxième point, une transformation sociale, inévitablement liée à cette gentrification des lieux, où le passé artisanal est en train de laisser place à l’embourgeoisement du quartier. 

Pour conclure de la même façon que le texte, nous finissons notre excursion au sein du quartier de la Bastille à la station de métro qui porte son nom. En effet, on peut y voir une volonté de mettre en avant la modernité et le développement de cet endroit, incarné par la mobilité, ce qui peut faire lien avec la notion de territoire connecté et ici d’un territoire connecté sur le plan des transports.

De la révolution à l’Opéra, la gentrification du faubourg Saint-Antoine

L’ouvrage Quinze promenades sociologiques a été écrit par le couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot et publié en 2009. Le chapitre 7, nommé “La (re)prise de la Bastille : l’embourgeoisement du faubourg Saint-Antoine”, que nous allons aborder dans cet article, est une balade “au coeur du Paris révolutionnaire”. Les auteurs nous y apportent des informations historiques sur ce quartier et nous expliquent tout au long du parcours les différentes mutations qui ont eu lieu et qui ont embourgeoisé le quartier. Après la lecture, j’ai pris quelques jours pour y réfléchir avant de refaire le parcours avec ma mère. Elle ne connaissait pas l’ouvrage mais avait par contre une expérience du quartier qui m’a permis d’avoir une autre approche durant cette promenade.

Pour commencer, j’évoquerai deux notions m’ont frappé dans le texte et conclurai sur l’ambiance des cours du faubourg Saint-Antoine.

Photo prise sur la place de la Bastille. On y observe l’Opéra Bastille qui a participé à la gentrification du quartier.

La première m’a frappé par sa logique, mais aussi car je n’y avais jamais réfléchi. Dès les premières lignes : “Selon la valeur accordée au passé ouvrier ou au présent d’un quartier à la mode, on parlera de faubourg Saint-Antoine ou de Bastille”, ou comment un quartier change de nom selon le sens et le cachet qu’on souhaite lui donner. J’ai pensé de suite à mon quartier de Ménilmontant, dont le surnom Menil’much rappelle un quartier populaire où se jouait encore l’accordéon. Le haut de la butte de Ménilmontant s’est elle aussi embourgeoisé et certains de ses habitants préfèrent se dirent appartenir au quartier de Gambetta (place avec plus de cachet) qu’à Ménilmontant. Le changement de nom du quartier pour Bastille vient de la création de l’Opéra qui fut installé dans une volonté assumée d’embourgeoiser le quartier en y installant un grand lieu culturel… mais pas n’importe lequel ! L’opéra est un art très peu populaire : Les deux types de spectacles que l’on retrouve dans ce lieu sont les opéras et les ballets, soit deux arts du spectacle qui ont été historiquement réservés à une élite intellectuelle et bourgeoise. On est ici loin de la comédie théâtrale et de ses vaudevilles compréhensibles, loin de l’aspect ludique de certains musées, et loin d’avoir un tarif accessible à tous. L’opéra est cher, et une personne non habituée ne comprend souvent pas les paroles chantées (d’autant plus si elles sont en latin). C’est en reprenant le mot révolutionnaire de la Bastille que l’Opéra a réussi à changer dans les mémoires le nom du quartier passant du faubourg Saint-Antoine, à Bastille, d’un quartier pauvre et populaire à un quartier à la mode. On notera l’amusant jeu de mots en titre du chapitre : la (re)prise de la Bastille, qui explique parfaitement cette notion de changement de nom. 

La deuxième est le fait de vouloir “s’encanailler”. Tous les quartiers populaires n’ont pas cette capacité d’attirer les bourgeois en manque de sensation forte à venir s’y divertir ou y habiter. Il faut une histoire, une âme, une ambiance rebelle et culturelle, pour aider à la gentrification. Il était logique qu’après avoir mentionné les rébellions et mouvements qui ont eu lieu sur la place de la Bastille, le terme “s’encanailler” allât trouver sa place dans le chapitre (en évoquant le duc et la duchesse de Windsor venus s’encanailler rue de Lappe). Bien que le quartier devienne de plus en plus bourgeois, les cours et les immeubles nous rappellent le passé artistique, artisanale, et rebelle du faubourg Saint-Antoine, qui ont aidé à cette gentrification, dans le sens où cette ambiance a attiré les bourgeois.

Photo prise à l’entrée du passage du chantier, donnant sur le faubourg Saint-Antoine. En s’engouffrant dans le passage, j’ai entendu les jeunes gens ricaner en se demandant quelle ambiance il y avait autrefois.

Aujourd’hui les canailles sont remplacées par des riverains à vélos qui envahissent les rues : on n’appréhende plus de se rendre dans le quartier de Bastille. De cette façon je ne peux qu’avoir une divergence avec la façon dont est décrite la rue de lappe. Elle fut et reste un lieu emblématique de la nuit parisienne de par ses bals musettes puis ses clubs ou bars dansants, mais elle est ce qu’on appelle communément une rue de la soif (= c’est-à-dire une rue où le seul objectif est de pouvoir boire un whiski-coca sur de la musique commercial, dans chacun des bars de la rue, entouré de personnes qui souhaite la même chose). La rue a perdu, à mon sens, cette notion d’encanaillement car il n’y a plus rien de rebelle, de coquin, ou de sympathique. De même que le quartier du faubourg Saint-Antoine a perdu son nom pour Bastille, la rue de lappe est devenue une rue de la soif. Pourrait-on parler de l’ubérisation d’une rue ou d’un type de rue ? Quand on sait qu’il existe un véritable tourisme des rues de la soif, peut-on dire qu’on les teste toutes de la même façon qu’on testerait les Macdos de chaque pays qu’on visite ? Pourtant comme elle est au centre d’un quartier en pleine gentrification la rue de lappe se trouve entre deux univers : coupe-gorge la nuit, petite rue pavée (voire familiale, cf photo ci-dessous) le jour.

Photo prise à l’angle de la rue de lappe. Deux femmes discutent à l’entrée d’une crêperie récente et branchée avec à côté d’elle une poussette parisienne à la mode. Cette photo prouve que la rue de lappe se situe entre une vie nocturne très active, et une vie de quartier bourgeois (ou bobo = bourgeois bohème) qui tente de se pérenniser.

Pour terminer, ce texte donne une sensation hors du temps que je n’ai pas vécu lors de la marche : les auteurs nous décrivent le passé du quartier ainsi que sa gentrification de par les éléments qu’ils observent : les pavés, la végétation, les panneaux d’anciennes enseignes de meubles ainsi que les sociétés de marketing qui ont pris leur place. Si bien qu’on ne sait plus dans quelle époque nous sommes. Notre marche m’a permis de mieux comprendre cette scission du quartier et d’observer un embourgeoisement encore plus poussé que ce que j’avais lu (le texte ayant été écrit il y a 11 ans). On retrouve assez peu de mention du faubourg Saint-Antoine actuel dans le chapitre, l’étude étant plus ancrée sur certaines de ses façades art-déco et ses nombreuses cours. Il était amusant (ou triste) d’observer ces incroyables architectures, entouré de magasins tels que le Palais des thés, Micromania, ou encore Etam. Ma mère s’est attristée de la disparition du magasin Roméo, enseigne historique de mobilier, qui a laissé sa place à une banque. “Regarde, positive-t-elle, il y a encore quelques boutiques de meubles ! Bien qu’elles soient très récentes…”. La tradition perdure difficilement mais les boutiques évoluent, on retrouve de grands canapés modernes devant des baies vitrées sur le Faubourg Saint Antoine qui remplacent aujourd’hui les fauteuils en bois cachés dans les ateliers des cours.

Photo prise rue du faubourg Saint-Antoine. On y voit l’ancienne devanture du magasin de mobilier Romeo, ainsi que la banque qui l’a remplacé.
Photo prise passage du chantier. On peut y observer les panneaux et devantures d’anciennes enseignes de meubles.

La (re)prise de la Bastille, une valorisation d’un quartier

Monique Pinçon-Charlot et son époux Michel Pinçon sont deux sociologues Français, anciens directeurs de recherche au sein du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), la plus grande partie de leur œuvre commune s’articule autour de l’analyse de la haute bourgeoisie et de l’élite sociale Française.

Nous nous pencherons aujourd’hui sur le Chapitre VII : la (re) prise de la Bastille : l’embourgeoisement du faubourg Saint-Antoine issu de leur ouvrage Paris, quinze promenades sociologiques.

Le titre de ce chapitre est assez intéressant et fait écho aux faits historiques qui s’y sont déroulés.

Nous apprenons que l’Est Parisien, s’est embourgeoisé à travers le temps. 

Berceau de l’artisanat, le faubourg, autrefois placé sous la garde de l’Abbaye Saint-Antoine, abritait en majorité des ébénistes et des menuisiers, aujourd’hui presque disparus, les petits commerces témoins de l’histoire de ce quartier, ont été remplacés par de grandes enseignes. 

En visitant ce quartier, plusieurs aspects m’ont interpellé, le premier est que je n’ai pas perçu aux premiers abords, contrairement à Michel et Monique Pinçon, le côté bourgeois du faubourg St-Antoine. Peut-être que ma définition diffère de la leur, mais pour moi, le côté populaire est toujours présent : grands magasins, peu de petits commerçants, quartier sur fréquenté et quelques fois sale. 

L’architecture témoigne du passé que le faubourg Saint-Antoine a connu, nous retrouvons quelques immeubles haussmanniens, mais le reste des habitations montre qu’à l’époque, ce dernier ne devait pas être un quartier bourgeois puisque les façades ne sont pas raffinées. Comme nous l’indiquent le couple de sociologues, ce quartier abrite des cours et des passages où se trouvaient les artisans de l’époque, aujourd’hui, se trouvent à la place, des designers, des architectes d’intérieur et des fournisseurs d’ameublements, certes le côté artisanal n’est plus présent, mais nous restons dans l’optique d’aménagement intérieur : les cours et les passages permettent de fuir la pollution auditive et de se retrouver dans des endroits calmes le temps d’un instant et nous pouvons ressentir en les empruntant, le passif historique du quartier. 
Comme il est indiqué dans le livre, les cours ne sont pas de la même taille et n’ont pas la même utilité, nous pouvons simplement notifier qu’elles ont toutes été « gentrifiées ». 

Concernant l’Opéra Bastille, inauguré en 1989 sous F. Mitterrand, le couple Pinçon, dit dans son livre : « Avec un label culturel de prestige, il s’agissait de redonner ses lettres de noblesse à un quartier marqué du sceau populaire, synonyme de la contestation politique et d’un cadre bâti dégradé ». En effet, dès lors qu’un haut lieu de la culture s’érige dans un espace, ce dernier prends une autre forme. J’approuve les affirmations des sociologues : Ils nous montrent bien que le quartier s’est en quelques sortes embourgeoisé, car ces structures sont davantage fréquentées par cette classe sociale « l’inauguration fut marquée du sceau de la ségrégation…». Ils nous montrent bien que le quartier s’est en quelques sortes embourgeoisé, car ces structures sont davantage fréquentées par cette classe sociale « l’inauguration fut marquée du sceau de la ségrégation…seuls des invités triés sur le volet ont pu y pénétrer », cela prouve une partie de l’embourgeoisement du quartier. 

Nous apprenons à travers cet ouvrage, que le faubourg St-Antoine est devenu un quartier à la mode et noctambule où le soir, une population jeune et actuelle se retrouve pour faire la fête dans les bars du quartier et en particulier dans le Barrio Latino, magnifique institution, en fin de compte cette partie de Paris est passée d’humaine à banalisée. 

Le texte de Michel et Monique Pinçon peut porter à confusion, il est plus raisonnable de dire que ce quartier subit une gentrification plus qu’un embourgeoisement. Néanmoins, après avoir lu ce chapitre, nous apprenons énormément de chose sur Paris et ses règlements de l’époque. 

Nous pouvons rajouter que le type de personne qui fréquente ce quartier, sont en majorité des jeunes travailleurs, plutôt artistes et « bobos », de plus, les personnes semblent venir dans ce faubourg pour un but précis (shopping par ex) les terrasses de café sont remplies et quasiment toutes les personnes sont accompagnées d’un sac provenant d’une grande enseigne. 

Il est dommage que dans ce chapitre, le couple Pinçon ne prête pas plus d’attention à la population qui investit ce quartier. 

Nous pouvons néanmoins, s’inspirer de leur travail pour notre observation du quartier d’affaires de La Defense. La notion de gentrification* s’adapte parfaitement à ce cas de figure. 


* Gentrification : Tendance à l’embourgeoisement d’un quartier populaire. (Larousse)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search