Le Père-Lachaise : Une lutte contre la nature et le temps pour conserver nos mémoires

« Dans une société qui s’est largement individualisée, l’uniformité des grands cimetières urbains risque de distendre ce lien entre vivants et morts. D’autant que l’esthétique des monuments proposés semble de moins en moins correspondre à la recherche de sobriété des nouvelles générations. De plus, le manque de place pour les urnes funéraires ou les lacunes de l’entretien des cimetières contribuent à dévaloriser l’image des lieux de sépulture. » (Lehuédé, F. & Loisel, J-P. , 2003)1. 

Comment réviser la problématique de la conservation de la mémoire du cimetière du Père-Lachaise, sans penser aux travaux de maintenance ? Comment penser aux travaux de maintenance sans penser aux professionnels d’entretien ? Aujourd’hui, le cimetière du Père-Lachaise s’inscrit dans l’histoire du développement de Paris. C’est pourquoi, nous pouvons trouver à la fois des tombes datant du XIXe siècle et d’autres sépultures où l’écriture s’est effacée. En effet, il a été créé en 1804, puis voit le jour suite à un problème d’urgence sanitaire. Avant la Révolution, il y avait plus de deux cents cimetières charnier et de fosse commune à Paris. Ainsi, le cimetière des innocents était le plus grand de Paris à cette époque. Ce dernier, datant du haut Moyen Âge (vers 500) a accumulé au cours de l’histoire, près de 2 millions de cadavres. Un nombre exorbitant et il était nécessaire de trouver une solution urgente. En décembre 1780, il a été décidé par Nicolas Frochot2 de fermer ce cimetière et de créer en dehors de Paris, Le Père-Lachaise qui à l’époque prenait le nom de « Cimetière de l’Est »3. Il s’avère que ce terrain appartenait à un révérend au nom du Père-Lachaise qui était le confesseur de Louis XIV. Il souhaitait créer un lieu de repos pour les moines de la communauté Jésuite. Seulement, ce jardin fut abandonné par faute d’entretien. (Cartographie ci-dessous : Elle expose la position géographique du cimetière dans le cercle vert fluo, mais aussi la taille de ce dernier en avril 1842 qui était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui.)

Position géographique et taille du Père-Lachaise en Avril 1842.
De plus, nous pouvons remarquer que le cimetière a été situé dans « la petite banlieue » en jaune qui n’était pas encore urbanisé. Le cimetière est situé en dehors de l’enceinte de 1859 dénommé « le mur des Fermiers généraux » en blanc entre le jaune et le rouge foncé.

Ensuite, au moment de l’ouverture du Père-Lachaise, un problème est survenu. La population ne souhaitait pas se faire enterrer à cause de l’absence d’église dans le cimetière, mais aussi parce que ce dernier était trop éloigné de la ville. Dès lors, Nicolas Frochot a décidé d’introduire les tombes de Molière et de Jean de La Fontaine pour donner l’envie à la population d’y être enterrée. 

Par conséquent, nous comprenons mieux pourquoi nous pouvons y découvrir des tombes cassées. En effet, pendant mon observation, j’ai trouvé des tombeaux détruits à cause des années, voire des siècles passés sans aucun entretien. On peut y apercevoir des arbres, des buissons mais aussi des plantes qui apparaissent et ravage de façon naturelle les sépultures. 

 Mais alors comment explique-t-on le fait que personne ne porte une attention à l’entretien des tombes en péril ? Pourquoi un individu ne nettoie pas bénévolement une tombe ? Que faut-il faire si une sépulture risque de s’effondrer, mais aussi d’endommager une autre qui est proche d’elle ? C’est à cause d’un principe juridique, « la tombe est considérée comme une propriété privée », dès lors, c’est à la famille, c’est-à-dire au concessionnaire, que repose l’entretien de ça ou de ses sépultures. Ensuite, concernant la compétence du maire, il est en charge des travaux publics4. C’est-à-dire tout ce qui concerne l’entretien des chemins ou autre lieu du cimetière hormis les tombes. Enfin, si l’entretien de la concession n’est pas fait et rend le tombeau en mauvais état, la mairie de la commune peut lancer une démarche administrative. Ainsi, il en découle une demande de reprise du monument funéraire, seulement si les conditions sont réunies5. 

Suite à ça, il était important de comprendre la problématique suivante à savoir : 

Comment, au cours du temps, les hommes font-ils pour lutter contre la nature, dans le but de conserver la mémoire au sein du cimetière du Père-Lachaise ? 

Tout d’abord, avant d’apporter une réflexion sur cette problématique, il est nécessaire d’exposer le sujet ainsi que son cadrage temporel. Cette recherche a été réalisée dans le but de rédiger un article sur le site du cours « observation de la ville ». Nous avions trois séances d’observation et une séance en cours pour nous aider au développement de cette étude. De plus, nous étions libres pour revenir sur le terrain en dehors des heures de cours. 

En conséquence, mon souhait est de mettre en lumière à la fois la place de la nature au sein de ce lieu, puis de rendre compte, l’importance du rôle que peuvent avoir les hommes. Ensuite, je veux montrer que le cimetière est un lieu de mémoire, mais aussi familiale et collectif. En effet, j’ai aperçu des couples et touristes qui se promenaient dans les allées centrales composées de paver d’époque où la nature reprend parfois ses droits. Tout cet ensemble, rejoint notre problématique : les hommes, la lutte contre la nature, la conservation de la mémoire et la maintenance (qui peut se faire à travers l’usage de l’écriture). 

I – Comment suis-je parvenu à trouver ce sujet ? 

Au commencement de ma recherche, mon intention se portait sur les sépultures de musiciens célèbres. Dès lors, mon désir était de comparer ces derniers aux autres tombeaux connus (acteurs, scientifiques, écrivains, etc.). L’objectif était de vérifier si la popularité d’un individu pouvait avoir des effets sur l’entretien de son tombeau. Ainsi, la prise de photographies et de vidéos s’avérait indispensable pour réaliser des comparaisons et des analyses.

 Suite à ça, un élément se manifestait sur tous les clichés. L’omniprésence de la nature au sein de ce cimetière. Comment expliquer que certaines tombes soient ravagées par la nature ?    À travers cette découverte, j’ai immédiatement saisi cette notion de « temps » et qu’à travers ces avancées, se trouvait une histoire au sein du Père-Lachaise. Dès lors, il fut primordial de mener une investigation pour relater la situation actuelle de cet environnement. Après seulement deux visites en solitaire, mes premières impressions montrent une admiration pour la grandeur de cette nécropole et la puissance de la nature.

Cette méthode d’observation participante par ethnographie, est principalement qualitative et inductive. Elle m’est nécessaire pour montrer l’influence entre les interactivités humaines et le cimetière. Nous pourrons l’illustrer, dans le développement à travers plusieurs exemples afin d’exposer la fragilité de ce lieu. Enfin, la consultation d’articles scientifiques, mais aussi d’archives numériques me permet de confirmer et de soutenir mes propos. 

II – Conserver et transmettre la mémoire

 « Nous ne nous contentons pas de ne pas profaner les tombes de nos ancêtres. Un devoir de mémoire à leur endroit implique des gestes particuliers, l’accomplissement d’un rituel qui leur est spécifiquement destiné. Nous portons des fleurs sur leurs tombes, nous allumons un cierge en leur mémoire, nous prononçons des prières le jour de l’anniversaire de leur mort. Ces gestes marquent le lien spécifique — et exclusif — qui nous unit à nos ancêtres. » (Kattan, E. (2002)6. 

Au cours de cette investigation, j’ai pu découvrir un nombre important de tombeaux commémoratif. En effet, le Père-Lachaise à un devoir de mémoire. C’est pourquoi, il possède un monument pour chaque camp de concentration.

 Lorsque nous faisons une comparaison avec les autres édifices du cimetière, nous pouvons constater qu’ils sont extrêmement bien conservés par rapport aux autres tombes. Nous pouvons y remarquer que les fleurs permettent à la fois de maintenir le lien entre  ces défunts et les vivants, mais aussi pour conserver la mémoire. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé la phrase inscrite sur la première photo mise en grande page en partie II : 

« On brisa leurs corps jamais leurs esprits.»  

Mais alors comment expliquer que ces monuments soient mieux conservés ? Tout d’abord, pour ne pas oublier ce que l’humanité a subi durant ces deux guerres mondiales. Ensuite, créer un symbole pour ne plus jamais reproduire les mêmes erreurs du passé, mais aussi et surtout, pour conserver à jamais en nos mémoires les actes qui ont été commis. Enfin, c’est une question d’image pour l’État. Il serait inacceptable que l’Etat ne commémore plus ses défunts étant mort pour la France. C’est pourquoi, ces monuments sont entretenus régulièrement par le personnel du cimetière. Il est question de devoir de mémoire. Concernant les autres tombes, le cimetière propose aux familles, un service de nettoyage de tombe. Ainsi, nous remarquons que sans les hommes et donc les vivants, il n’y a plus d’entretiens. Si l’on prend l’exemple d’une tombe qui date du XIXe siècle et que les descendants de la lignée familiale s’arrêtent au XXe siècle, il est normal de retrouver la tombe dévastée par la nature au XXIe siècle.  

« Tous les hommes sont mortels » (De Beauvoir. S, 1946) peu importe qui nous sommes. La mort fait partie de la vie et de la nature7. Ce que nous pensons posséder n’est qu’illusion. Même notre tombeau peut être voué à disparaître. De telles sortes, que c’est une analogie de nos cimetières fragile et qu’ils risquent de s’effacer. 

III – La disparition du cimetière, un danger pour la conservation des mémoires

« De la mort, germe la vie.» Jan Zizka (1419-1436)8

Le Père-Lachaise réunit deux siècles d’histoire. C’est-à-dire qu’on ne se promène pas véritablement au pays de la mort, mais au pays du souvenir. Chaque tombe, a son style et nous expose une histoire différente. Si l’on parcourt ce lieu, on y rencontre des écrivains, des mélomanes, des personnalités politiques, des peintres, etc. Nous ne sommes donc pas forcément tristes. Avant l’observation, je pensais que ce lieu serait un cimetière comme un autre. Or, j’ai pu découvrir qu’il y avait des touristes, des couples en train de se promener et l’omniprésence de la nature. À tel point, que certains touristes nomment ce lieu comme un « parc funéraire ». Pourtant, aujourd’hui, il n’est pas courant d’aller se promener dans un cimetière. Ainsi, comment expliquer ce rejet de la part de la population française ? 

En réalité, la société actuelle ne pense tout simplement pas à se promener dans un cimetière. Puisqu’en effet, au XIXe siècle, il était tout à fait naturel d’aller se promener dans un tel lieu9. D’ailleurs dans « La Comédie Humaine » de Balzac, l’écrivain introduira environ plus de 2000 personnages dans son oeuvre. Comment faisait-il à son époque pour trouver autant de personnes ? Il se promenait dans le cimetière du Père-Lachaise avec un carnet et il notait les noms des sépultures10. Ainsi, on peut trouver la tombe de Restignac (personnage dans de nombreuses oeuvres de Balzac, notamment dans « Le Père Goriot ») au Père-Lachaise11. 

Nous découvrons qu’à cette époque, il existait déjà une interaction entre les hommes et les tombes. La transmission et la sauvegarde de la mémoire se sont majoritairement faites par l’écriture. Néanmoins, faut-il encore, réussir à entretenir les tombeaux pour savoir de qui s’agit-il. 

À posteriori, André CHABOT est un photographe spécialiste des cimetières et de l’art funéraire. C’est un grand voyageur puisqu’il a réussi à rassembler plus de 250 000 photographies de monuments funéraires à travers le monde. Lorsque nous observons sa célèbre tombe, on peut y remarquer un aspect unique par rapport aux autres tombeaux. En effet, on peut y apercevoir un QR code sur la droite du monument. C’est la seule et unique tombe du cimetière du Père-Lachaise qui possède un QR code. Ce dernier, situé sur la droite de son monument, permet d’aller sur son site qui raconte l’histoire de cette chapelle « À la mémoire des nécropolitaine ». Cette phrase, gravée en haut de la façade de sa chapelle, représente le nom d’une association qu’il a fondé avec sa femme.  

 L’objectif est de sauvegarder par l’image, les monuments funéraires, afin que l’on sache que les cimetières meurent aussi. Puis, dans ces archives, il y a un grand nombre de monuments qui n’existent plus. Ainsi, grâce à cette innovation, nous pouvons « lire » et en découvrir davantage sur sa sépulture ainsi que sa personne. 

Il en est de même avec la sépulture de Balzac. Il s’avère que si un jour, la nature recouvrirait davantage la tombe de cet écrivain, il serait toujours possible de comprendre qui était Balzac grâce à la sculpture du livre où repose une plume sur le dessus. Dès lors, nous pourrions automatiquement penser que ce défunt avait une influence dans la littérature. 

Il existe encore d’autres tombes où nous pouvons y réaliser une lecture comme le cas de Géricault avec son célèbre tableau « Le Radeau de la Méduse » qui est une pièce centrale de la tombe. À cela, s’ajoutent un pinceau et une palette de couleurs en haut de l’édifice. Ainsi, si la nature reprend totalement le dessus, nous pourrons toujours comprendre qu’il s’agit d’un artiste qui a eu une influence dans l’art et la peinture. Donc la forme des sépultures peut aussi jouer un rôle dans la conservation de la mémoire. En effet, même en cas d’absence d’entretien, il sera toujours possible d’avoir une vague idée de qui il s’agit. 

Néanmoins, il existe aussi des tombes où l’on voit nettement le souhait de laisser une part de naturel sur la tombe pour la maîtriser et la contrôler. 

En ce qui concerne les tombes n’ayant pas de forme particulière, il sera très complexe de savoir qui était le défunt. C’est pourquoi, il existe d’autres formes de funérailles. Ce sont les urnes au crématorium et au columbarium. 

On peut voir qu’il y a beaucoup plus de défunts au mètre carré par rapport aux tombes vues précédemment. De plus, si l’on compare l’état des tombes à ceux des urnes, nous pouvons apercevoir que les plaques sont presque intactes. L’entretien est moindre par rapport à une tombe. Ainsi, le risque d’avoir des noms effacés au cours du temps est nettement diminué. De plus, le prix de deux mètres carrés dans un cimetière à Paris équivaut environ à 15 000 €. C’est le prix pour y être enterré à perpétuité. En conséquence, pour certaines personnes, les urnes offrent une possibilité de réduire les coûts de maintenance et d’emplacement. 

Si l’on approfondit la réflexion, nous pouvons dire que les tombes peuvent être considérées comme des empreintes temporelles ineffaçables et éternelles. Où uniquement la nature pourrait y reprendre ses droits. Créant ainsi, des sépultures inconnues qui pourraient représenter le « squelette » structurant la forme du cimetière au sein de la ville de Paris. En outre, j’ai découvert que ces tombes « fantômes »12 pouvaient former des zones de « no man’s land »13 . C’est-à-dire des zones désertes où nous ne pouvons plus du tout savoir qui est enterré à cet endroit. Elles peuvent former des groupes de tombes anonymes, formant ainsi ces zones désertes où la nature a repris son cours. Mais alors comment pallier cette situation pour réussir à conserver nos mémoires ? En effet, c’est une question capitale puisque les tombeaux symbolisent la mort des défunts, mais aussi l’invisibilité du monde des morts. Ainsi, comment les reconnaître si notre seul moyen d’identification reste la sépulture ? 

IV – Un projet interactif pour lutter contre la nature et l’oublie de nos ancêtres

“Un cimetière, c’est un témoin du passé. Il ne faut pas avoir de coeur pour entrer dans un cimetière et se dire “bah, ce n’est qu’un paquet d’os tout ça”. On regarde les noms : il me semble que chacun a son histoire. Des gens ont pleuré, des gens se souviennent.”  (Bouchard, S. , 2005).

Comme nous l’avions vu précédemment, le cimetière est majoritairement visité par des touristes du monde entier, mais aussi par des français14. L’objectif du projet est de rendre nos cimetières plus interactifs grâce à notre ère numérique15. Ce sont des bornes ou bien des QR code qui permettront de donner l’identité, mais aussi des informations sur la vie du défunt. Cela permettrait d’éviter que des sépultures ne disparaissent et encore plus pour les urnes qui sont souvent recueillies auprès des familles qui les libèrent dans la nature. En effet, le fait qu’un certain nombre de personnes disparaissent, montre aussi un phénomène où c’est une part de notre société qui s’efface, avec sa richesse et ses informations. Le cimetière du Père-Lachaise représente une sorte de miroir brisé de notre société puisqu’ils reflètent à la fois de la solitude, mais aussi de l’individualisme à cause du manque d’entretien de certains tombeaux. Ainsi, les sépultures qui présentent des sculptures, exposent le côté artistique, mais aussi une certaine condition humaine que le défunt avait. Enfin, si ce projet voit le jour au cimetière du Père-Lachaise, nous pourrons imaginer le fait que les tombes deviendront des livres et les cimetières des bibliothèques. 

V – Conclusion 

Tout au long de cette recherche, nous avons tenté de démontrer que : sans les hommes, sans entretiens des sépultures, ou plus exactement sans la maintenance effectuée par les vivants, la mémoire ne pourrait être conservée à perpétuité. En effet, la nature retrouvera toujours ses droits et reprendra éternellement le dessus dès que nous lui en offrirons l’opportunité. C’est pourquoi, depuis des siècles nous nous efforçons à dominer la nature. Aujourd’hui, le projet qui a été cité précédemment s’avère être une solution. Seulement, comment parviendrons-nous à entretenir continuellement ces objets ? Si l’on souhaite conserver la mémoire de ses ancêtres, il nous est nécessaire d’accroître le travail de maintenance. En effet, sans cela, nous nous condamnons à oublier éternellement nos ancêtres. Encore faut-il que la famille et les propriétaires de ces sépultures le veuillent ? En cas contraire, nous n’aurons d’autre choix que de laisser le tombeau aux mains de la nature. Ainsi, non seulement, nous sommes tous destinés à mourir un jour, mais c’est également le cas pour nos cimetières. Ils épouseront la nature et feront partie d’un nouvel environnement que la nature aura créé. 

Enfin, plusieurs questions demeurent sans réponse. Tout d’abord, comment pouvons-nous éviter l’émergence de zones désertes « no man’s land » au sein du cimetière ? Ces espaces, sont comme des trous, voire des tumeurs au sein du cimetière. En effet, une tombe qui voit sa structure au bord de l’effondrement, pourrait potentiellement toucher une sépulture voisine et l’endommager. Comment pouvons-nous rétablir ces zones qui peuvent représenter à la fois une menace pour le cimetière, mais aussi une espérance de vie pour la nature (animaux, végétation, etc.) ? Ce paradoxe est assez complexe à résoudre. Nous avons le désir de laisser libre cours à la nature pour la beauté du paysage et la biodiversité. Puis, en même temps, une certaine volonté de mettre un cadre et des limites pour éviter que la nature ne puisse pas dominer totalement le cimetière. C’est pourquoi, nous pouvons apercevoir des agents de maintenance et de travaux publics qui permettent de maintenir les allées du cimetière, afin d’accueillir au mieux les visiteurs. Ainsi, nous avons plusieurs pistes à découvrir (Quelles sont les raisons d’abandonner l’entretien d’une sépulture ? À l’avenir, y aura-t-il des avancées au niveau juridique pour entretenir une tombe qui ne nous appartient pas ? Quels sont les prochains projets du cimetière du Père-Lachaise concernant la conservation des mémoires ? Etc.)  pour l’avenir, mais il importe de réfléchir à la fragilité du cimetière du Père-Lachaise. 

//////////// Notes de bas de pages /////////////

 1- « Le cimetière remplit-il encore sa fonction ? » – Franck Lehuédé et Jean-Pierre Loisel – Consommation et modes de vie n° 169 – octobre 2003. 

2 –  Premier préfet de la Seine. C’est un haut fonctionnaire français, conseiller d’État. 

 3 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616. 

4 – https://www.ladepeche.fr/2021/08/31/entretien-des-cimetieres-on-vous-explique-qui-est-responsable-9760951.php

5 – https://www.challenges.fr/patrimoine/entretien-d-une-tombe-qui-en-est-responsable_788265

6 – KATTAN, E. (2002). 1. Devoir de mémoire et souvenir des morts. Dans : , E. KATTAN, Penser le devoir de mémoire (pp. 17-31). Paris cedex 14: Presses Universitaires de France. 

7 – Ricot, J. (2003). 6. La mort, aspects philosophiques. Dans : , J. Ricot, Philosophie et fin de vie (pp. 85-104). Rennes: Presses de l’EHESP. 

8 – Chef de guerre des Hussites,  à Prague au Royaume de Bohême en Tchéquie. (Qui plus tard, deviendra la République Tchèque). 

9 – Lassère Madeleine. Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44 N°4, Octobre-décembre 1997. pp. 601-616 (pp.608). 

10 – Pommier Jean. Comment Balzac a nommé ses personnages. In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1953, n°3-5. pp. 223-234.

11 – https://www.museosphere.paris.fr/oeuvres/rastignac-au-cimetiere-du-pere-lachaise-dans-le-pere-goriot. 

12 – C’est-à-dire sans nom, qui est inconnus à cause de l’écriture qui s’est effacée. 

13 – C’est comme s’il n’y avait jamais eu de personnes à cet endroit. Nous pourrions aussi qualifier la zone de « no name’s land ».  C’est-à-dire dépourvu d’habitat humain.  

14 – https://eurolatio.org/2021/11/01/qui-sont-les-visiteurs-du-cimetiere-du-pere-lachaise/ 

15 – https://www.azimut.net/fr/actualites/toute-l-actu/les-cimetieres-a-l-heure-du-numerique . 

 

Père-Lachaise : un esthétisme tout en contraste

Bien plus qu’un lieu mythique de la capitale, le cimetière du Père-Lachaise est un vestige du patrimoine français. Longtemps laissé à l’abandon dans les années 1760, il fut réquisitionné par le Préfet de Paris de l’époque pour en faire le « cimetière de l’Est » ; Napoléon Bonaparte déclara que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion ». C’est en 1804 que le cimetière inaugura sa première inhumation, celle d’une enfant de 5 ans à peine. Durant les décennies qui ont suivi les premières inhumations, le cimetière a connu plusieurs agrandissements majeurs afin d’y accueillir plus de tombes. Aujourd’hui le Père Lachaise compte près de 70 000 sépultures et il est indéniablement l’un des monuments de Paris les plus visités avec trois millions de visiteurs chaque année. Entre fascination et modernité, ce lieu attire les convoitises du monde entier de par sa beauté et sa grandeur qui font de lui un lieu emblématique. 

Allée du Père-Lachaise – Crédit photo : Naomie Maufroy

Un premier constat

Décidées d’entreprendre un travail sur ce majestueux cimetière, les sujets sur lesquels nous voulions nous pencher furent nombreux. Fascinées par ce lieu si grand et historique, nous voulions étudier l’apparence de celui-ci ; ses cultures, sa nature ou encore ses chemins si particuliers. Lors de nos observations sur le site, nous nous sommes baladées dans les allées afin d’en capter les détails les plus infimes qui en font sa richesse et qui semblent pourtant passer inaperçu aux yeux des visiteurs. Nos observations au cimetière ont donné lieu à plusieurs réflexions intéressantes nourries par divers éléments, comme les fleurs et la nature, la maintenance et la mémoire, ou encore le temps et l’oubli. Afin d’obtenir une observation pertinente et claire, nous devions définir et délimiter notre champ de travail. Suite à de nombreuses discussions, nous en avons conclu que dans les possibilités de sujets, le parallèle entre les différentes esthétiques des sépultures revenait fréquemment. En effet, certaines tombes semblent être tombées dans l’oubli, tandis qu’à seulement  quelques mètres certaines bénéficient d’un travail de maintenance minutieux : si proches mais pourtant si différentes. Cette thématique et ce champ de travail permettent d’aborder différentes observations. 

L’esthétique d’un lieu est importante, cette dernière détermine notre première impression. Si la beauté reste subjective, il en existe une commune à tous, celle qui nous touche et qui nous transcende par ses milliers de sens. Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, le cimetière du Père Lachaise fait partie de ses beautés là, de par son histoire et son envergure. Des milliers de défunts reposent ici emportant avec eux leurs secrets et leurs histoires en passant par les soldats morts au combat ou ceux décimés par le régime autoritaire de l’Allemagne nazie des années 1940, sans oublier les anciens résidents du 20ème arrondissement parisiens ou les grands écrivains français. Abordant des centaines de tombeaux, le cimetière possède une large pluralité de modernité et d’ancienneté. Il est vrai qu’une sépulture ne peut s’estimer en termes de valeur mais celle-ci peut s’exprimer dans ce cimetière autour de fleurs, gravures, photos ou autres objets signifiants. Il est intéressant de comprendre comment cette matérialité est mise au service de la mémoire. 

Nos observations et nos clichés ont été des outils capitaux dans ce travail, nos analyses reposant sur celles-ci. Munies de nos appareils photos, nous tenions à capturer tous les détails que nous trouvions particuliers. Le but de ces clichés était de montrer la beauté de ce lieu mais pas uniquement, il fallait que nous puissions ressentir et déduire à travers celles-ci les nombreux paradoxes qui se posent entre les différentes tombes. Parmi ceux-là nous pourrions citer l’oubli et la mémoire, la nature et la maintenance ou encore l’ancien et le moderne. Tant de parallèles qui nous ont permis d’enrichir nos observations. Tout ce travail a été guidé par la notion de maintenance au service de la mémoire. Nous avons tenté de capturer cette richesse, ces singularités et ces étonnants paradoxes à travers une observation directe.

La modernité au service de l’ancien

Sur cette photographie récemment prise nous pouvons observer différentes sépultures mais le point qui retient notre attention est bien la tombe présente au premier plan, celle qui semble être la plus récente et de ce fait la plus moderne. La première sépulture est faite de granite, une matière résistante à tout type de temps, elle ne comporte que deux dalles épaisses grises et brillantes de largeur équivalente. Posée sur celles-ci nous pouvons trouver un bouquet de fleurs fraîchement déposé accompagné d’autres gerbes de fleurs disposées au pied de la tombe. Erigée sur le dessus de la pierre, cette statue attire immédiatement notre regard ; une femme ou un enfant replié sur lui-même, l’âme de cette oeuvre semble triste et maussade. Cette pierre tombale reflète la nouveauté et l’âme du moderne. Nous devinons facilement que la personne honorée a disparu depuis quelques années seulement. La modernité évidente de cette tombe est traduite par son aspect sobre et épuré. Son manque d’excentricité peut rapidement lui conférer une certaine froideur, il n’y a que très peu d’éléments et pourtant nous pouvons en dégager une histoire.  

En arrière-plan, nous pouvons apercevoir une pierre tombale en pierre brute, celle-ci est grise foncée quasiment noir. Cette fois, la sépulture ne possède non pas deux dalles de la même largeur mais une grande et une plus petite ce qui permet à l’eau de s’évacuer en cas de grande pluie. Contrairement à la première tombe, nous  pouvons observer un état vétuste avec cette mousse verte qui la recouvre entièrement et ces feuilles tombées en nombre. L’aspect général est plus ancien, la matière n’est pas lisse et il n’y a ni statue ni fleurs mais plutôt une nature sauvage qui a repris ses droits. Cette tombe est surplombée d’une grande stèle verticale avec les noms de plusieurs défunts, cela peut s’apparenter à une tombe familiale, a contrario de la première tombe qui n’en honorait qu’un seul. Cet aspect ancien est reconnaissable dès la première observation à travers la matière et la stèle qui rajoute de la hauteur à la pierre. Auparavant cette pratique était courante et répandue, désormais cet élément est rarement utilisé pour accompagner du granite. 

Le temps n’a de cesse de changer nos paysages et nos objets, il peut aussi les modifier à tout jamais. La modernité des pierres tombales du cimetière se voit au premier regard. Il est intéressant d’énoncer les différences entre deux siècles ; un parallèle significatif et attrayant. Ce paradoxe signifie que l’ancien se fait remplacer petit à petit par la nouveauté des années qui passent, même les sépultures connaissent un changement de design. L’art funéraire s’adapte à son époque afin de répondre à une demande de personnalisation pour faire vivre le souvenir. Ce rôle ostentatoire de la pierre, partie visible de la tombe, déteint sur l’ensemble de l’image du cimetière.

Les ruines du cimetière, des destructions qui font partie de son histoire

Tombe détruite au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Maufroy Naomie

Depuis plusieurs siècles le cimetière du Père Lachaise ne cesse d’ajouter de nouvelles sépultures à ces rangs, certaines restent tandis que d’autres disparaissent. Certaines tombes y sont érigées depuis plus d’un siècle, elles perpétuent  l’histoire de ce lieu. En y faisant le tour à de nombreuses reprises, nous avons pu remarquer que la majorité des sépultures étaient entières, malgré la marque d’un temps passé et oublié. Mais aux coins de bon nombre d’allées nous avons découvert des ruines et des amas de pierres. Certaines tombes sont entièrement détruites, parfois à un tel point que seul un acte volontaire peut en être à l’origine. 

Historiquement, la pierre tombale a un rôle de protection de la sépulture. Ces dernières étaient fabriquées de préférence en pierre, un élément qui représente une certaine immuabilité. Aujourd’hui le granite est favorisé pour sa plus grande résistance. Plus solides et plus résistants, les tombeaux affrontent les années pour s’inscrire dans le patrimoine du cimetière au même titre que ceux des siècles derniers. Sur cette photographie, nous pouvons décrire la pierre comme cassée et profondément fragilisée, nul ne sait la raison mais la tombe semble bien détériorée. L’esprit de ce cliché est un témoin fort des ruines présentes au Père Lachaise, des tombes sont détruites et laissées pour mortes comme si elles l’étaient vraiment elles aussi. Des fleurs fanées sont présentes, posées sur la pierre froide et grisâtre de ce défunt ; une végétation fanée sur une pierre morte. Chaque histoire mérite d’être racontée et les souvenirs entretenus mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes ces sépultures. Certaines peuvent encore être admirées pendant que d’autres sont détruites par malveillance ou par obligation. Nous pourrions dire que cela fait partie de l’âme du cimetière, il a du vécu et tout ne peut encore tenir sur pied comme au premier jour. Le Père Lachaise est un lieu de mémoire pourtant certaines tombes ne peuvent perdurer, la pierre ne semble pas assez résistante pour les préserver ; un joli parallèle qui ne peut constituer l’âme même du lieu parisien.

Le temps qui passe…

« Le temps passe. Et chaque fois qu’il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s’efface. » – Jules Romains (célèbre écrivain et philosophe français enterré au cimetière du Père Lachaise)

Sépultures du Père-Lachaise à Paris – Crédit photo : Gallet Salomé

Comme expliqué précédemment, lors de nos visites au cimetière, nous nous sommes retrouvées face à de nombreux contrastes…Suite à ces deux précédentes observations de nouvelles questions se sont précisées, notamment celle du temps qui passe inévitablement et qui parfois laissent des traces. 

Cette photographie prise lors de notre seconde observation, en témoigne. Au milieu d’anciennes tombes et caveaux est érigée une sépulture d’un beige lumineux. Elle semble presque éclairée au milieu de ce gris venu ternir les sépultures d’un autre temps. La pierre tombale et ses ornements sont intactes et parfaitement lisibles. L’ornement de la pierre tombale fait vivre la mémoire du défunt. Cette fonction de “mise en vie ” de la mémoire du défunt, induit que les proches choisissent avec soins les éléments de la sépulture et s’appliquent à les maintenir.  Hors, le temps et le manque d’entretien semblent avoir effacé la moindre inscription en mémoire des défunts situés aux extrémités. Mais ce n’est pas le seul contraste qu’offre cette photographie. Lors de nos observations nous avons été surprises par la présence de la nature, mais surtout nous avons été frappées par ces différentes formes. 

Cette photographie nous en offre un bon exemple. La nature présente sur la sépulture au centre est une nature contrôlée et travaillée. Ornée de fleurs, elle donne l’impression d’une tombe entretenue par les proches du défunt soucieux d’honorer sa mémoire et cette vie passée.  Embellir une tombe en la fleurissant permet de rendre hommage aux défunts. Les fleurs symbolisent une présence vivante et naturelle  qui veille auprès des personnes décédées. Fleurir la tombe d’un proche, c’est également une façon de marquer son passage. A l’inverse, les tombes aux extrémités semblent être tombées dans l’oubli, laissant la nature reprendre le dessus. 

Mais alors, si le temps passe, le souvenir reste-t-il vraiment

…et la nature gagne 

Il n’est de souvenir douloureux que des morts. Or ceux-ci se détruisent vite, et il ne reste plus autour de leurs tombes mêmes que la beauté que la beauté de la nature, le silence, la pureté de l’air.” – Marcel Proust (écrivain français enterré au Père Lachaise)

Pierre tombale encastrée – Crédit photo : Gallet Salomé

Le temps visible de cette manière nous invite à nous redéfinir face à la nature… Au fil des heures passées à observer ce lieu chargé d’histoire, ces allées jonchaient de sépultures nous rappelant inévitablement le cours de l’histoire. La nature finit par reprendre ses droits.  Nous ne pouvons pas nier que la nature est omniprésente au sein du cimetière, parfois au service de la mémoire, d’autres fois au service de l’oubli. Ce phénomène est accentué par l’interdiction des pesticides dans l’enceinte du cimetière, mise en place en 2011 qui mène l’entretien à se faire à la main. A travers cette photographie nous observons que l’arbre, par sa force, a émergé de sous la terre et ce malgré les constructions humaines. Cette tombe s’est entièrement encastrée dans l’arbre, au point d’en faire partie prenante. Il est désormais impossible de connaître le nom ou l’histoire de la personne qui y repose. Cette photographie est un parfait révélateur d’une nature bien plus puissante que l’Homme. Nous nous battons sans cesse contre cette dernière, jusqu’à ériger des monuments en mémoire à nos défunts. Parfois nous prenons le dessus, le temps d’un instant seulement, car à la fin, c’est elle qui gagne. Et ce, qu’importe nos efforts et notre volonté, la nature et le temps reprendront possession du lieu au point d’en effacer les souvenirs pourtant gravés dans la pierre.

La maintenance, un devoir de mémoire

Les tombes, sépultures et caveaux du Père Lachaise sont généralement décorés avec soin, souvent par les plus grands sculpteurs. La partie, la plus ancienne du cimetière est classée comme « site remarquable » au titre de la loi du 2 mai 1930 sur les Monuments naturels et les sites. Douze monuments ont été classés «Monuments Historiques » au titre de la loi du 31 décembre 1913. Toutes ces sculptures, ces pierres et ces vitraux sont érigés en l’honneur et en mémoire du défunt. Pourtant, et ce malgré la qualité des matériaux utilisés, la nature et le temps sont de véritables ennemis. C’est pourquoi, un travail inlassable de maintenance doit se répéter au fil des mois et des années…

L’entretien dans un cimetière – Crédit photo : Gallet Salomé

Suite à nos observations, de nombreuses interrogations sont apparues. Pourquoi rencontrons-nous de tels contrastes ? Qui est responsable de l’entretien de ces tombes ? Le cimetière possède-t-il une équipe de maintenance ? Au-delà de la destruction de certaines tombes, l’envahissement de certaines sépulture par la nature, un autre détail nous a frappé. En effet, nous avons été très étonnées de croiser des cadavres de bouteilles d’alcools sur les tombes, de tomber sur des signes de dégradations volontaires et autres. Pourtant nous croisions assez régulièrement des agents de la Ville de Paris dans les allées. Pourquoi personne ne prend l’initiative de nettoyer ces profanations ? 

En parlant de cette réflexion, certains de nos camarades nous ont raconté leur rencontre avec un homme un matin de novembre. Cet homme avait fait le trajet du sud de la France pour réparer le caveau familial. Il semblait dévasté et en colère, de devoir s’occuper seul de cette charge. D’autant plus, qu’à sa grande surprise il a découvert le caveau profané, envahi de bouteilles de bière vide et de sachets de chips. Il ne comprenait pas pourquoi aucun membre du cimetière n’avait dénié nettoyer et apporter leur reconnaissance à ce lieu de recueillement. 

Tombe entachée par des bouteilles d’alcool – Crédit photo : Maufroy Naomie

Nous nous sommes renseignées sur ce travail d’entretien, de réparation et de rénovation au sein du cimetière. Nous avons appris qu’à l’exception de ceux appartenant à la Ville de Paris, les monuments funéraires sont des propriétés privées. Ce travail revient donc à la charge des familles des défunts. Prendre cette initiative reviendrait à s’introduire dans une propriété privée. Si nous comprenons désormais mieux ce paradoxe, au vu du lieu chargé de sens que représente le cimetière, un travail d’entretien régulier devrait être effectué par le cimetière afin de maintenir un respect des sépultures et des familles. 

Mais au-delà de cet aspect de nettoyage et d’entretien superficiel, nos observations et nos réflexions nous ont amené à comprendre toute l’importance du travail de maintenance dans le respect de la mémoire. Certains proches sont en capacité de se charger de ce travail. Pour ces personnes, le travail de mémoire est facilité par une proximité physique avec le lieu d’inhumation du corps. Tandis que pour d’autres, l’éloignement géographique de la capitale ou parfois l’extinction de la descendance directe rendent impossible l’entretien des sépultures. Pour effectuer ce travail essentiel au respect du souvenir d’une vie passée, certains de ces proches font appel à des entreprises privées ou des pompes funèbres. Ces derniers deviennent alors les mémoires vivantes du Père-Lachaise…

En bref..

Habité par d’illustres personnages français, recueils de nombreuses familles et orné par de véritables bijoux architecturaux, Le père Lachaise est un cimetière qui en dit long sur notre histoire et le passage des époques. Ce lieu est un véritable morceau de patrimoine qu’il faut sans cesse entretenir. 

Historiquement la sépulture constituait un élément fondamental que les familles pouvaient s’approprier et visiter régulièrement grâce à sa proximité. Elle répondait à un besoin de mémoire et jouait un rôle important dans l’affirmation du statut social de la famille. Les cimetières en disent beaucoup sur notre culture et sur notre vision du monde. Cette perception du rôle du cimetière a évolué. D’autant plus qu’une grande partie des monuments prestigieux des anciens siècles ont fini par tomber inévitablement  dans l’oubli, parfois jusqu’à être détruit ou racheté. 

Au travers des allées du cimetière, nous avons pris conscience que la mémoire est une notion fragile qui demande une attention particulière. Nos observations nous amènent à nous interroger sur la notion actuelle du travail de mémoire et de notre rapport à nos défunts et leur souvenir. Traditionnellement, le cimetière était le dispositif central du travail de mémoire. Dans l’imaginaire, la visite au cimetière et l’entretien du souvenir sont trop souvent liés. Même si pour certaines personnes le cimetière reste le lieu de “ repos ” de leur défunt, un ancrage dans la terre, qui leur permet de se rassurer, cette attache tend à évoluer. Cette évolution s’illustre à travers les allées du cimetière. Entretenir le souvenir c’est avant tout se remémorer la personne défunte. Il s’agit donc dans la plupart des cas, d’une démarche naturelle, quotidienne, qui peut passer par une pensée ou une sensation, ce sont alors des sentiments “ intérieurs ”.  

Le souvenir est important mais il est difficile de continuer à le maintenir à moins d’avoir marqué à tout jamais les esprits. Peut-on laisser une trace de notre passage dans un cimetière constitué de plus de 70 000 tombes ? Nul ne le sait mais pourrait-on penser à de nouveaux lieux de recueillement plus modestes et surtout plus intimistes ? 

Le temps est l’allié profond de la nature pourtant il s’apparente comme notre ennemi  premier ; il gagne au point de nous faire fatalement tomber dans l’oubli, alors à quoi bon lui résister en essayant de perpétuer un modeste souvenir ? 

Par Salomé Gallet & Naomie Maufroy













Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possède un passé historique d’envergure.

Situation géographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la côte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derrière ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pêche à faible population. Le territoire urbain était alors restreint et la vie économique se développait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos Remédios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la découverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brésilien à proximité de Paraty) fait de Paraty une plateforme économique stratégique. Il existait un “chemin de l’or” (en brésilien Caminho de Ouro) où toute la marchandise était ramenée dans le centre-ville afin d’être vendue.  Pendant près de deux siècles, le petit port de pêche a pris des allures de port de commerce où des cargaisons entières partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siècle, l’esclavage est à son apogée au Brésil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes étaient rapatriés sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes à sucre. Les esclaves étaient alors achetés par échange de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes à sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spécialités de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvrières.

Lorsque nous flânons dans les rues, il est aisé de deviner l’atmosphère qui régnait à l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le même style, les rues sont pavées de pierres sans doutes placées par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activité s’est développée autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux étaient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espérant piller des richesses. Ce manque de sécurité et l’accroissement de la violence ont obligé les autorités à fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a été totalement délaissée par les colons et s’est tournée uniquement vers la production de cachaça et de café.

 

Le tourisme à Paraty

Après une forte activité à l’époque coloniale, la ville de Paraty a été délaissé pendant quelques années jusqu’à ce qu’elle soit (re)découverte dans les années 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le développement de deux routes majeures ont grandement participé à augmenter l’activité touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et à Rio (1973) a fortement accru le tourisme à Paraty. Cette deuxième route longe tout le littoral et peut aussi être empruntée depuis Sao Paulo. Paraty a pu profité de cette situation géographique pour recevoir des touristes relativement aisés étant donné que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du Brésil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant à Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activité à Paraty pendant plusieurs années, la ville est particulièrement bien préservée et permet un saut dans le passé. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestières alentours sont d’ailleurs entrés au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavés, ses grandes maisons blanches aux portes et fenêtres longues et colorées, sa végétation, les touts petits bateaux bariolés du port : le cadre parfait pour faire de très belles photos, ce qui est d’autant plus apprécié par les touristes au temps des réseaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs très rapidement, Paraty est apprécié pour ses excursions alentour. Seule une plage est présente dans le centre-ville, mais les habitués privilégieront des zones un peu plus éloignées et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade à 35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons opté durant ce voyage : un tour en bateau avec différentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-même est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a été expliqué sur place et que l’on trouve à Paraty une cachaça particulière, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un écrivain brésilien qui a écrit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes très jolies, les rues de Paraty présentent malgré tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inégal des ruelles avec ses pavés de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’appréciation totale de la visite du centre historique. La difficulté de marcher sur les pavés de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beauté des édifices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. Néanmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue à un acte écologique considérable. Le système de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liées à la marée montante ou aux averses l’eau puisse être nettoyée avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty présente de nombreux ateliers, café artisanal, galerie d’art, créateurs de bijoux et vêtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particulièrement marqué. La découverte des îles de Paraty par bateau est certainement l’expérience la plus belle que nous ayons vécu. Accessible à tous, de nombreux bateaux colorés proposent des services de visites touristiques dans ces eaux océaniques. Des escales sur plusieurs îles, une navigation autour de forêts   sauvages, la découverte d’une flore tropicale : prendre une journée pour faire du bateau a été la meilleure façon d’apprécier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

Néanmoins, l’expérience est sûrement peu écologique dans l’utilisation de bateaux à moteurs sur des îles aussi belles et très touristiques. En pleine saison d’été, et avec un tourisme de masse, la saveur de la découverte doit être bien moins forte. La végétation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurosité sont pour autant les choses qui nous ont le plus marqués dans cette ville si apaisante face à la densité des grandes villes du Brésil. Une expérience que nous recommandons !

co-écrit par Adèle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par Danièle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

L’étang du Moulin à Vent : différents chemins pour le découvrir

Depuis la crise du Coronavirus j’ai découvert un nouveau lieu à quelques pas de chez moi : l’étang du moulin à vent. C’est une création artificielle de la ville de Guyancourt. L’étang du moulin à vent relie le quartier de l’Europe et celui de la Grande Ile. Je me balade chaque jour sur un chemin (figure 1) qui contourne l’étang. Je trouve que ce parc permet d’oublier la ville. Pourtant le parc en lui-même n’est pas très fréquenté surtout durant ce confinement commencé le 28 octobre 2020. Je n’ai jamais réalisé que dans le jardin, il y a un second chemin en périphérie du parc.

Figure 1 : L’itinéraire 1, celui que j’ai l’habitude de parcourir.
Figure 2 : L’itinéraire 2, le chemin le plus utilisé.

Je me représentais cet espace en dehors du parc. Il est plus large, très proche des commerces et de la route (figure 2). Par ailleurs, ce chemin surplombe le parc.

J’ai décidé de l’emprunter pour observer le parc sous un nouvel angle. Et ce qui m’a surprise c’est que ce chemin est bien plus fréquenté que l’autre. Néanmoins on entend les voitures de l’Avenue de l’Europe rouler à plus de la limitation autorisée. Les habitants sont de tout âge et on ne peut distinguer leurs origines sociales. C’est ainsi que je me suis posée la question : pourquoi les habitants de Guyancourt favorisent-ils le même itinéraire d’un parc dans un contexte de contraintes sanitaires ?

Je décide d’utiliser toujours la même méthodologie : des observations directes non participantes durant 40 minutes pendant sept jours. Au niveau de la temporalité, je choisis de mener des observations variables, mais fréquentes. Ce choix se justifie par la volonté d’identifier les variations selon les moments de la journée et de la semaine. Je prendrais en premier l’itinéraire 1 (figure 1) puis l’itinéraire 2 (figure 2). Je noterais le nombre de personnes et leurs activités qui changent peut-être en fonction du chemin. J’ai des idées préconçues sur les différents itinéraires c’est pourquoi je vais essayer de lâcher prise (Whyte, 1943). Mon objectif est de me fondre dans le milieu pour comprendre les dynamiques de ce jardin et de varier mes points de vues pour formuler des hypothèses.

Avant de faire part de mes observations, je peux identifier de nombreuses limites. L’échantillon qui compose mon enquête n’est que de soixante-dix personnes. Je n’ai pas pu analyser les délits commis dans ce parc. Mais il y avait de nombreux déchets près des bancs ou au bord de l’eau. Enfin en raison du contexte du coronavirus je n’ai ni approché, ni interrogé les différents usagers. Je n’ai pas pu comparer les changements d’avant et d’après crise.

Au préalable, j’ai recherché l’étang du moulin à vent sur Google et les réseaux sociaux car je pensais que le lieu était idéal pour partager des photos. Mais très peu d’informations sont disponibles. Les sites de pêche répertorient le parc. Je trouvais difficile de partir étudier un terrain dont je n’ai aucune information seulement ce dont je suis capable de voir.

Lors de ma première observation le 20 novembre, je remarque que les chemins se rejoignent pour longer un espace pour les enfants, puis un street workout et une école. L’espace street workout est souvent le lieu le plus fréquenté du parc : dans 50m² une dizaine de personnes se retrouvent pour faire du sport mais très souvent discuter, être au téléphone ou aider. Il n’y a pas de port de masque dans les espaces verts. C’est donc la “normalité”. Mais pour les riverains, est-ce un moyen de faire une parenthèse ou un moment d’introspection (Barthe, 1998) par rapport à cette pandémie et le reste de la ville ?

Le 21 novembre, sur l’itinéraire 1 je n’ai croisé que deux personnes. On est proche de l’eau et des animaux où l’on rencontre une dizaine d’espèces d’oiseaux différentes. Le chemin a l’air d’être au cœur d’une forêt, silencieux, boueux, entouré d’arbres et parfois de ronces peut-être pour protéger la faune. J’ai pensé que la météo influence sa fréquentation, c’est pourquoi pour mes prochaines observations j’ai décidé de l’observer.

Quant à l’itinéraire 2, il est très bruyant en raison de ce qui l’entoure. En effet à la gauche du chemin on observe (dans l’ordre) : des habitations, puis l’Avenue de l’Europe très empruntée avec de l’autre côté un stade, une station à essence enfin un McDonald’s. Par la suite nous longeons une station d’épuration ce qui implique de mauvaises odeurs. L’itinéraire 2 ressemble à un trottoir éloigné de la route. J’ai pourtant croisé ce matin-là en 30 minutes plus d’une vingtaine de personnes promeneurs et joggeurs.

Le 23 novembre à 16 heures le temps était nuageux et humide. J’avais oublié d’enlever mon masque. Je ne comprenais pas mais chaque passant me dévisageait. Porter le masque autour de l’étang est un comportement inhabituel. Dans l’itinéraire 1, j’ai croisé une dizaine de promeneurs et cinq chiens. Pourtant le sol était glissant. Une personne âgée était assise sur un banc et des personnes debout lui parlaient. J’ai remarqué que l’itinéraire 1 était le seul à avoir des bancs.

Dans l’itinéraire 2 j’ai croisé dix promeneurs avec leurs chiens et vélos. La station essence ajoute des nuisances sonores avec le bruit du lavage des voitures. Les deux itinéraires sont séparés par une pelouse vide que j’identifie comme une frontière. Cependant, un chien de l’itinéraire 2 et un chien de l’itinéraire 1 sont venus se rejoindre sur la pelouse brisant une frontière invisible forçant leurs maîtres à se saluer et à discuter de loin. La pelouse était aussi utilisée par deux adolescentes pour faire du sport.

Le 29 novembre le temps était très nuageux avec un vent frais et humide. Sur l’itinéraire 1 à 15 heures, j’ai pu croiser une dizaine de personnes. On rencontre toujours des animaux qui se promènent près du chemin. Sur l’itinéraire 2, il y a beaucoup plus de monde et de bruits. J’ai aussi remarqué beaucoup de poubelles alors que l’on en trouve peu sur l’itinéraire 1.

Mes trois dernières observations furent identiques : en fin d’après-midi avec un temps gris et humide. Sur l’itinéraire 1 je croisais une dizaine de promeneurs et certains se rendaient d’un chemin à l’autre en passant par la frontière que j’ai imaginée. Finalement, le temps était nuageux et humide durant toutes mes observations, ce qui ne m’a pas permis de constater si la météo peut avoir une influence ou non sur la fréquentation de l’étang. L’itinéraire 2 était suivi par plus de monde. Autour de l’étang on trouve de nombreux panneaux pour la pêche mais aussi des interdictions de nourrir les animaux ou des rappels pour respecter l’environnement. Je n’ai rencontré que deux pêcheurs durant ces sept jours.

Au terme de cette étude, j’ai voulu comprendre la géographie sociale de l’étang. J’ai pu observer un échantillon de personnes et leurs rapports à un espace qu’est le parc urbain. Ils ont le choix entre un itinéraire (figure 1) proche de la nature, étroit, salissant et d’un autre bien plus large entouré d’infrastructures (figure 2). Les mêmes usages individuels se répètent peu importe le lieu du parc : se promener seul ou avec son chien, courir ou faire du vélo. Ma première hypothèse est que le second circuit est le plus emprunté en raison de sa largeur et de sa vue sur l’ensemble du lac. Ma seconde hypothèse est que l’itinéraire 2 est considéré comme un axe pour rejoindre la ville. Tandis que l’itinéraire 1 est un lieu de détente avec des bancs. L’étang laisse voir tout ce qui s’y passe, des usages qui vont donner au parc sa véritable identité, aux dérives comme le passage entre chaque circuit par la pelouse. Je pense que l’itinéraire 2 est le plus utilisé car les visiteurs se dirigent immédiatement vers les autres usagers, dans une démarche grégaire (Long et Tonini, 2012). Ces hypothèses peuvent mener à une future enquête concernant l’appréciation du parc par ses riverains.

Par Laure Boursier

Bibliographie:

  • Barthe Deloizy Francine. «Parcs et jardins : Étude de pratiques spatiales urbaines.» In: L’information géographique, 1998. volume 62, n°3. pp. 130-132. URL : https://www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1998_num_62_3_2591
  • Guth Suzie, « Street Corner Society : une étape dans l’étude de la structuration des groupes », Sociétés contemporaines, 1997/1 (n° 25), pp. 105-126. URL : https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-1997-1-page-105.htm
  • Long Nathalie et Tonini Brice. «Les espaces verts urbains : étude exploratoire des pratiques et du ressenti des usagers», Vertigo, Septembre 2012, volume 12 n°2. p.61. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/12931
  • Whyte Foote William, «Street Corner Society, la structure sociale d’un quartier italo-américain». La Découverte Poche, 2007, p. 406.

Webographie :

  • «Promenons-nous dans la ville», Site de la ville de Guyancourt. [en ligne]. consulté le 01/12/2020. URL : https://www.ville-guyancourt.fr/vivre-a-guyancourt/environnement-et-cadre-de-vie/promenons-nous-dans-la-ville/

Le PDF de cette étude.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search