L’avatar dans le monde virtuel : un dédoublement d’identité ?

N’avons-nous tous pas déjà rêvé de changer pour un jour de peau ? de rôle ? d’identité ? Si le cinéma exploite largement cette thématique, à l’instar des films Freaky Friday, Dans la peau de ma mère (2003) ou encore Toi, c’est moi (2006), la thèse de Jean-François Lucas De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : le cas des villes dans Second Life,« Le régime de l’immersion narrative » (2013) propose un nouveau regard sur ce « dédoublement d’identité » choisi par l’utilisateur à travers la figure de l’avatar dans les mondes virtuels, et plus particulièrement dans celui de Second Life.

Expérimenter un autre soi

Entrer dans un monde virtuel, c’est laisser derrière soi son nom et son visage propres, intégrer la sphère de l’anonymat et incarner une autre entité, l’avatar, offerte à l’utilisateur comme une possibilité de se construire une nouvelle identité, un « double numérique » (Lucas, 2013, p.191). Ce double peut être appréhendé comme une page vierge voire une seconde vie, sur laquelle le joueur projette ses aspirations et ses désirs. En effet, le joueur se place comme le créateur tout puissant de sa vie numérique. Non seulement il détient le pouvoir de jouer de son apparence en tout lieu et à toute heure, mais il a aussi le contrôle sur sa personnalité, en exhibant les « personnalités latentes ou contrariées dans la vie réelle » (Lucas, 2013, p.193). Ainsi, comme le souligne William J. Mitchell dans City of Bits, le monde virtuel et l’avatar permettent de découvrir ce que cela fait d’être un parfait inconnu dans un monde des possibles et d’expérimenter un autre soi.

Une confusion entre le réel et le virtuel ?

Le principe d’immersion narrative induit par le monde virtuel et l’avatar semble tel que les utilisateurs développent de nouvelles formes de sociabilité ainsi qu’un sentiment fort d’attachement aux personnages.  Cette « immersion identificatrice » (Lucas, 2013, p.204) semble être alors à l’origine de l’entrecroisement entre le monde virtuel et réel. En effet, comme l’on considère que le joueur habite psychiquement l’avatar de telle sorte que le soi spirituel devient un soi spirituel propre à ce dernier, il est évident que les actions commises dans le virtuel imprègnent le réel. A ce titre, l’épisode « Striking Vipers » de la saison cinq de Black Mirror illustre ce propos : les avatars virtuels, Roxette et Lance, des personnages de Danny et Karl entretiennent des relations sexuelles sur un jeu de réalité virtuelle qui leur permet de ressentir ce que leurs personnages ressentent. Ces interactions viennent perturber leurs vies réelles en remettant en question la nature de la relation des deux amis, leur sexualité, et par conséquent le mariage de Danny.  Pour autant, lorsque les deux hommes cherchent à faire l’état de leurs sentiments dans la vraie vie en s’embrassant, ceux-ci ne ressentent rien. Ainsi, il semble que le virtuel agit en retour sur le réel. Ici, les propos de Gilles Deleuze dans Différence et Répétition (1968) éclairent le mouvement qui lie la réalité et la virtualité : « Le virtuel possède une pleine réalité, en tant que virtuel. Du virtuel, il faut dire exactement ce que Proust disait des états de résonnance : ‘réels sans être actuels, idéaux sans être abstraits ; et symboliques sans être fictifs’. »

Le retour à la réalité

Finalement, si les mondes virtuels et plus particulièrement les avatars offrent à l’utilisateur la possibilité de se réinventer en se créant une identité nouvelle et virtuelle, tantôt à l’image de l’individu tantôt opposée, l’avatar ne demeure qu’une « coquille vide » (Lucas, 2013, p.202) c’est-à-dire un habitacle psychique sur lequel l’individu se projette. Il se dessine alors une limite à la virtualité, qui impose nécessairement au joueur un retour à la réalité.

Roxane Jaillette


Cet article a été rédigé dans le cadre de l’exercice collectif de lecture des chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la thèse de doctorat en sociologie de Jean-François Lucas, intitulée « De l’immersion à l’habiter dans les mondes virtuels : Le cas des villes dans Second Life », soutenue en 2013 à l’Université Rennes 2.

L’influence du graffiti dans nos sociétés

La méthodologie adoptée dans le cadre de la production de cet article est principalement qualitative et inductive. Cette recherche s’appuie sur une méthode d’observation participante par ethnographie. Les auteurs sont à la rencontre des travailleurs et observent leurs comportements, ainsi que les effets du travail de maintenance sur l’espace urbain. C’est pourquoi, ils vont suivre deux interventions différentes : la première est dans un réservoir d’eau et l’autre sur l’effacement de graffitis.

Concernant le rapport avec notre exercice d’observation du cimetière Père Lachaise, ce texte nous permet de voir l’importance des « travailleurs invisibles» qui permettent de maintenir l’espace urbain en « bon état ». Il faut que l’esthétique soit « propre » (comme nous le verrons plus tard dans cet article) puisque l’espace public est fragile et encore plus dans un cimetière.

Pour notre exercice, nous pouvons mettre en lumière les techniciens du cimetière Père Lachaise qui contribuent à conserver et à entretenir la mémoire de nos ancêtres et du lieu, par un travail de maintenance. Le travail de ces individus demeure important et « transparent »1. Nous pourrions ajouter à cela, les travaux de P.-Y. Gomez (économiste) qui montre que le travail est devenu « invisible ». C’est-à-dire qu’il n’y aurait pas uniquement ces individus qui seraient « invisibles », mais l’ensemble des corps de métier à cause des progrès technologiques (télé-travail, Internet, etc). Tous contribuent au fonctionnement de la société2.

Dès lors, leur existence peut majoritairement se traduire par les résultats de leurs efforts au travail. L’article nous apprend aussi que ces personnes sont méprisées et généralement composées de femmes, qui participent à la maintenance. Ce travail de maintenance permet d’éviter d’avoir des pannes ou divers problèmes dans l’espace urbain. « La maintenance est une affaire quotidienne ».

En conséquence, ce travail peut prendre un rôle, voir un aspect politique comme nous le verrons dans la suite de cet article. Cette nécessité de maintenance permet de sauvegarder la mémoire dans un cimetière et de ne pas oublier le passé. Elle consiste à conserver la mémoire, mais aussi à entretenir d’autres matériaux tels que : la voie publique, la restauration de châteaux faisant partie du patrimoine français, la restauration de lieu saint, etc.

Ensuite, nous prendrons l’exemple de l’effacement des graffitis pour le comparer à mon observation de la ville. Nous essaierons de comprendre :

Pourquoi est-il interdit de faire des graffitis en France, sur le territoire français ? Comment sont-ils contrôlés ? Quel est l’intérêt d’avoir recours à de tels agissements ? Comment la ville s’organise t’elle pour rendre l’espace public «propre » ? Quelle est la place de la maintenance dans la ville et pourquoi ? Les graffitis, ont-ils une importance dans notre société ? Nous répondrons à ces questions dans la suite de l’article.

Brève présentation de l’arrivée des graffitis en France à Paris

Depuis le début des années 80 à Paris, le gouvernement municipal des graffitis est poussé par un seul objectif. Ce but est d’harmoniser l’esthétique urbaine et que les pouvoirs publics contrôlent l’aspect des espaces qu’ils gouvernent. Pour ce faire, ils vont développer différents problèmes publics qui vont s’incarner dans différents secteurs d’action publique et qui vont amener à mettre en oeuvre différents dispositifs. Le premier est celui de l’effacement des graffitis, qui a été mis en oeuvre à Paris à partir de 1999 de manière systématique sur tout le territoire parisien3.

Cela permet de développer une « esthétique du propre »4, c’est-à-dire que l’on créer l’image d’un espace parisien propre. C’est un idéal typique, presque utopique où le fait consiste à créer un espace modèle situé dans un quartier plutôt aisé ; dans lequel il n’y a aucune souillure, pas même un graffiti. Cette notion du propre est assez difficile pour les acteurs de la propreté et donc ceux de maintenance. Il en est de même pour l’étendre sur tout le territoire parisien. Dès lors, les graffitis vont être contrôlés autrement. On va tolérer dans différents espaces, à certains moments, des graffitis ou bien encore plusieurs auteurs de graffitis. C’est pourquoi, parfois, la ville va promouvoir des artistes par une commande d’art public ou par des fresques temporaire. En conséquence, on pourra parler de «Street art » dans certains quartiers de Paris. Ainsi, c’est une partie de l’esthétique populairedes graffitis qui est valorisée, et donc mise en scène dans les quartiers populaires de Paris pour produire une esthétique propre à ces quartiers et toujours maîtrisée par les pouvoirs publics. Enfin, on perçoit l’émergence d’un but commun et central, qui est de contrôler, et même de maîtriser l’esthétique des espaces publics qui soutient la mise en administration des graffitis à Paris depuis le début des années 80.

Mais alors, qu’est-ce qui peut motiver les citoyens à vouloir tagger les murs des villes ? Comment les citoyens sont-ils amenés à faire cet acte de vandalisme ? Comment la ville s’organise t’elle face aux graffitis ? Comment pouvons-nous illustrer le rôle primordial de la maintenance de l’effacement des graffitis dans une ville ? Pour y répondre, nous prendrons l’exemple de plusieurs pays comme la Tunisie, l’Italie et la France.

Tout d’abord, entre le 4 et le 14 janvier 2011, la fin du régime autoritaire du président de la République Ben Ali se caractérise par une révolution en Tunisie. Ce soulèvement du peuple, se manifeste dans les rues et sur les réseaux sociaux. C’est un pays où la censure est omniprésente. Les plateformes comme YouTube et Dailymotion sont interdites, ainsi que la prise de photographie qui est mise sous un contrôle permanent.

C’est pourquoi, les Tunisiens ont utilisé un moyen de communication évident et élémentaire qui est l’écriture sur les murs. Très rapidement, les murs de Tunis se sont couverts de graffitis.

Dès lors, un tag a émergé : « Murs blancs peuple muet ! ».       

       

Un fait que nous pouvons comparer aux travaux de « Susan Leigh Star pour les « voix réduites au silence » (…) (Star, 1991) » qui ont été cité dans le texte. Lorsque tous les moyens de communication sont verrouillés, ou bien qu’ils n’en existent pas, il est nécessaire de trouver d’autres supports, et n’importe lequel : sol, mur en béton, façade, panneaux, etc. Dès lors, on se retrouve dans une situation que les hommes ont connue pendant des siècles : sans télévision, sans journaux, sans téléphone, sans ordinateur. À Tunis, les raisons de la contestation étaient politiques. Le pouvoir en place était critiqué et le peuple exigeait des élections démocratique via des messages et des graffitis anti-gouvernementaux. Par conséquent, Magdi El Shafee (un romancier graphique égyptien) présentait le « graff » comme le « Ministère de la propagande révolutionnaire ».

Le 10 avril et 24 avril 2022 ont eu lieu les élections présidentielles en France. Ainsi, des affiches et des slogans ont décoré nos villes. Comme à chaque élection présidentielle, cela suscite des réactions chez les citoyens qui utilisent aussi les murs. Il y a donc une sorte de « guerre des affiches » (photo ci-dessous).

En revanche, l’utilisation de graffiti comme moyen de rébellion ou de promotion du pouvoir d’élite, remonte à très longtemps. Le terme graffiti, se définit comme « une inscription ou dessin, de caractère souvent satirique ou caricatural, tracé dans l’Antiquité sur des objets ou des monuments »5. On peut donc oublier les ruelles de New York, le métro Berlinois, ou le quartier de Belleville à Paris, car le graffiti remonte jusqu’à l’Antiquité. Oui, l’Antiquité !

Ainsi, nous pouvons parler de Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C, où chaque année, des campagnes électorales pour élire des magistrats ont lieu. D’ailleurs, toute la ville se mobilisait pour cet événement.

Mais alors, que pouvons-nous trouver à Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C ?

Des affiches et des fresques6. Environ 11 000 affiches/fresques7, un chiffre qu’il faudrait revoir puisque certaines d’entre-elles ne concernaient que les campagnes électorales. Ces affiches étaient en réalité des inscriptions peintes sur les bâtiments en lettre colorées. Tous les ans, ils recommençaient et c’est pourquoi nous pouvons y voir des superpositions. Ces affiches qu’on appelle plutôt des « dipinti »8 (on peut aussi dire « dipinti italiani »), servaient à soutenir la candidature d’un représentant comme à notre époque. Les messages véhiculés se composent de différentes façons : provocation, glorification, promotion, critique, dénonciation, etc. Donc, il y avait déjà la présence de graffitis dans leur société9.

Que faut-il pour être candidat à l’époque, au 1er siècle avant notre ère ?

De la richesse et de la notoriété. Ils ne sont élus que pour leurs qualités morales ou leur honnêteté. Les murs de Pompéi sont recouverts des qualités de celui qui se présente. Donc, l’élection à la romaine se fait sur un nom et non pas un programme. Au final, tout est affaire de confiance contrairement à aujourd’hui. Par conséquent, bien avant les Tunisiens, les Romains avaient fait de la rue, un lieu stratégique pour se faire entendre. Tout simplement parce que c’est un lieu où tous les habitants vont s’y rencontrer.

De la même façon que les murs de Pompéi, on servit d’outils de propagande politique ou de simple support de communication des habitants. Aujourd’hui, les murs de nos villes modernes se couvrent de messages avec toujours cette dichotomie entre information officiel et critique de « l’information » sous la forme de tags.

Les dirigeants romains laissaient les murs des édifices publics à la disposition des habitants, car la propagande devait être diffusée. En l’absence de radio, de Twitter, ou autre support numérique, vous l’aurez compris, c’est toute la ville qu’on laissait libre comme support à l’expression. Donc le graffiti permet aussi de sauvegarder la mémoire. Les chercheurs ont pu en découvrir davantage sur ces civilisations grâce aux graffitis qui conservent leurs « mémoires », leur existence. Le graffiti est un moyen de marquer l’instant présent, une période, une époque et donc une forme de civilisation, permettant ainsi de conserver leur « mémoire ».

En revanche, à notre époque, écrire sur les murs est une pratique contrôlée qui peut être délictuelle (acte de vandalisme)10. Cela constitue, un acte de révolte, même infime, face aux affiches de propagande des pouvoirs actuels. C’est pourquoi la ville a un rôle important dans la maintenance de ses espaces publics. Il est nécessaire de les entretenir afin d’éviter la potentielle émergence d’un désordre ou d’un chaos.

Après avoir rappelé le cas de la Tunisie, et celui d’une époque antérieure comme celle de Pompéi, on constate que les murs ont toujours été un moyen d’expression privilégié. En effet, on peut encore le constater avec des attentats terroristes en France où beaucoup de personnes ont spontanément exprimé leurs sentiments à l’aide de craies sur les façades et les trottoirs. Si on en croit le premier slogan que j’ai pu mentionner précédemment « murs blancs peuple muet ! ». Cela voudrait dire que nous sommes muets la plupart du temps et qu’il ne faut pas avoir peur de s’exprimer.

Enfin, il me semble en fait que nos graffitis ont été en partie dématérialisés à cause de l’arrivé d’Internet et du numérique. Bien évidemment, certains graffeurs continuent d’orner les murs de nos villes. En revanche, pour ce qui est de la majorité des gens, il faut dire qu’on écrit plus automatiquement sur un mur en rentrant de soirée comme le faisait Lucius, il y a bientôt 2000 ans, mais on poste plutôt un petit commentaire sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, story Instagram, etc.). D’ailleurs, ce n’est pas anodin que l’on nomme encore cela des murs.

Ouverture 

Avec l’arrivé de la numérisation, certains artistes n’iront plus tagger dans les villes, mais chez eux, ou bien encore, en ligne. D’autre préférerons toujours produire leurs graffs dans la réalité et non dans le virtuel. De plus, l’émergence de l’IA (intelligence artificielle) permet de générer des images à partir d’un texte (Dall-E-2). Cette technologie pourrait faire disparaître l’art produit par l’homme et donc de potentiellement diminuer les graffitis dans les villes. En effet, il ne suffira plus que de parler à l’IA pour générer une « oeuvre ». Néanmoins, je pense que beaucoup préféreront rester dans le traditionnel où c’est un homme qui produira l’oeuvre. Enfin, si cette technologie se perfectionne, elle pourrait au contraire éveiller la colère de ces individus et donc de provoquer un soulèvement de colère qui fera apparaître une multitude de graffs dans les villes pour protester contre cette technologie.

Sources  :
1 Mauz, I. & Granjou, C. (2011). Rendre visibles les « travailleurs invisibles »: Vers de nouveaux collectifs de travail en écologie. Terrains & travaux, 18, 121-139. https://doi.org/10.3917/ tt.018.0121
2 Pierre-Yves Gomez : Le travail invisible. – Titre de l’ouvrage : « Enquête sur une disparition ». Processus de disparition du travail.
3 https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01922560 pp10.
4 VASLIN Julie (2017), Esthétique propre. La mise en administration des graffitis à Paris de 1977 à 2017, Thèse de nouveau régime, Université Lyon 2.
5 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/graffiti/37763
6 https://www.grandpalais.fr/fr/article/fresques-et-graffitis-au-temps-de-pompei 7 https://www.drip-in.com/fr/art-urbain/graffiti/
8 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01597317/document
9 https://www.nationalgeographic.fr/video/histoire/on-a-retrouve-des-graffitis-a-pompei-datant- de-lantiquite
10 https://graffitivre.tumblr.com


Denis J., Pontille D. (2020), « Maintenance et attention à la fragilité », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 20 septembre 2022.

Paris et ses datacenters : machines modernes au cœur de la ville millénaire

La première fois que l’idée de mon compte-rendu a commencé à prendre forme c’était le 15 octobre, jour du séminaire en cours. Avant de commencer à étudier les data centers, j’avais une idée vague de ce qu’ils étaient : de grandes structures perdues dans les périphéries des villes, à l’abri des regards et des dangers, déguisées en entrepôts. Et bien qu’en étudiant les centres de données de la Plaine Commune cette idée ait été confirmée, j’ai été frappé par le nombre de data centers situés en plein coeur de Paris (11 à Paris intra-muros selon france-datacenter.fr).

Passionné par cette ville depuis mon adolescence au Mexique, j’ai appris avec le temps que Paris était bien singulière par rapport aux autres villes du monde : sa densité et son architecture ancienne lui donnaient bien sûr sa célébrité et sa skyline légendaire, mais elles lui fermaient aussi les portes de la modernité et des grandes structures qui demandent, bien entendu, de l’espace.

Le jour du séminaire, en discutant entre camarades, j’ai commencé à penser à ma propre vie dans cette ville ; il y a tellement de moments où, en regardant autour de moi, en flânant dans des rues tracées il y a mille ans, la société numérique dans laquelle on vit semblerait être invisible. Bien sûr, les gens sont sur leurs portables, les écrans nous entourent de plus en plus, mais par l’architecture et les l’urbanisme de la ville il semblerait difficile de dire que tout un monde de données vit derrière.

 

En apprenant donc qu’à Paris il y avait plusieurs data centers, je me suis dit que mes observations auraient lieu dans la ville pour tenter de comprendre non seulement les différentes manières dont ces structures se rendent visibles dans le dense paysage parisien, mais aussi pour analyser le rôle qu’ils jouent dans leurs quartiers d’implantation. Ce qui suit, c’est la narration précise des mes observations du 9 novembre et du 9 décembre 2021 dans le 2e, 8e et 17e arrondissements de Paris. 

 

Paris 2ème : le quartier du Sentier, toute une vie numérique

Le 9 novembre, en groupe, notre classe fit la première visite sur place des data centers parisiens. Dans le quartier du Sentier, à 9h30 du matin, la rue était très animée. Ce jour-là, le sujet de mon compte-rendu n’étant pas très défini, je ne savais pas ce que je voulais observer exactement. Je me laissai donc guider par le groupe, en espérant être supris. 

En quittant le métro Bonne Nouvelle et les grands boulevards, on entra dans les rues sinueuses et étroites du 2ème arrondissement de Paris. Après une dizaine de minutes de marche, on arriva au 38 rue des Jeûneurs où, selon le site france-datacenter.fr, se trouvait un data center. La rue était à l’abri de l’agitation des grands boulevards, et il n’y avait qu’une poignée de passants. L’une de nos camarades, en s’arrêtant, nous dit qu’on y était. Nous nous retrouvions devant un immeuble bien parisien, avec sa pierre de taille, même auteur que les autres, mais ce qui m’a surpris c’étaient ses grandes fenêtres et des portes grandes ouvertes. 

À ce moment-là, je me suis demandé si l’adresse qui était indiquée était la correcte. Pourquoi les portes d’un lieu qui se voudrait sécurisé (selon nos connaissances en cours) seraient ouvertes de cette manière ? Nous sommes donc entrés dans une cour d’immeuble vide, à l’exception d’une ou deux personnes qui faisaient le ménage à l’intérieur du bâtiment. 

Dans la cour, les différents étages du bâtiment étaient marqués, comme sur la façade, par de grandes fenêtres. À l’apparence, rien ne semblait indiquer qu’il y avait un centre de données à l’intérieur de ce bâtiment. En interrogeant la femme de ménage à l’intérieur de l’immeuble, elle nous dit qu’elle ne savait pas de quoi on parlait. 

En regardant les différents étages indiqués sur l’ascenseur, même chose : à part des noms de bureaux et un Starbucks, pas de data center.

On prit les escaliers et ce n’est qu’en arrivant au troisième étage qu’on trouva enfin ce qu’on cherchait : Telehouse. Les fenêtres de l’immeuble, comme le montre la photo ci-dessous, nous montrèrent l’évident. Là où il y avait un data center, impossible de regarder à travers.

 

Image de la cour intérieure de l’immeuble 38 rue des Jeûneurs, prise depuis le 3ème étage

 

Je fus surpris par un paradoxe auquel je ne m’y attendais pas. Je pensais que les data centers à Paris auraient la porte fermée, mais celui-ci nous accueillit d’une manière inattendue. Non seulement nous réussîmes à entrer dans l’immeuble, mais le technicien du data center nous accorda aussi quelques minutes d’entretien, où il nous parla de son rôle là-dedans et de la relative ancienneté du lieu (premier centre Telehouse à Paris ouvert en 1996).

L’invisibilité de ce data center fut donc pensée de manière subtile, en se plaçant en hauteur (3e et 4e étages) et en déguisant ses fenêtres (voir la photo ci-dessus). 

Je me suis donc demandé, en sortant du lieu, après 45 minutes d’observation, quel rôle pouvait jouer un data center dans ce quartier si dense de Paris. Je pense que tout simplement que la proximité serait son facteur d’attractivité principal, chose que le site web de Telehouse France confirme plus ou moins, en se vantant de ses « localisations stratégiques ». 

 

Paris 8ème : rue du Faubourg Saint-Honoré, des données qui frôlent le pouvoir

Mes deux dernières observations eurent lieu un mois plus tard, le jeudi 9 décembre. Au moment de voir la carte des data centers à Paris, celui qui m’avait interpellé le plus c’était celui du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré. Comment un data canter pouvait-il exister à deux pas du palais présidentiel, de l’Élysée ? 

Le 9 décembre, je me levai donc avec plein de doutes : pourrai-je observer quelque chose ? L’accès à l’immeuble sera-t-il possible ? Quels clients pourraient bénéficier d’un tel emplacement ? J’avais aussi légèrement peur de faire des observations dans ce quartier de la Madeleine, synonyme de pouvoir. 

Dans la ligne 1 du métro, station Concorde, il n’y avait pas beaucoup de gens à 13h de l’après-midi. En sortant, je vis surtout des touristes aux regards curieux qui ne cessaient de s’arrêter devant les monuments. Je voulus d’abord faire un tour du quartier pour comprendre son écosystème, ses commerces et raisons d’être. Je pris donc la rue de Rivoli, puis à gauche, rue de Castiglione, pour monter vers la place Vendôme. Sans surprise, j’observai les grands hôtels et boutiques de luxe qui s’enchaînaient. 

En arrivant place Vendôme je fis le tour de joailleries, du Ministère de la Justice, puis notai les différentes entreprises situées aux quatre coins de la place royale.

Photo de la liste des entreprises et organismes logés à l’Hôtel d’Evreux, 19 place Vendôme (75008)

Ci-dessus, je prends en photo les noms des entreprises et bureaux installés dans l’un des somptueux hôtels particuliers de la place.

En comprenant que de nombreuses grandes marques de luxe (Valentino, Dior, Schiaparelli, etc.) et de bureaux d’avocats s’étaient installés dans le quartier, je me dis que le data center rue du Faubourg Saint-Honoré leur serait utile grâce à sa localisation toute proche. 

Je pris ensuite le tracé médiéval de la rue Saint-Honoré, au nord de la place, pour marcher vers l’ouest, en direction du data center. La rue sinueuse me présenta des centaines de boutiques de luxe et de joaillerie qui s’enchaînaient l’une après l’autre, leur renom devenant majeur le plus je m’avançais. Par moments, des portes se trouvaient ouvertes pour présenter une liste d’entreprises et de bureaux dans leurs bâtiments respectifs, comme photographié ci-dessous :

Photo prise de l’interphone d’un immeuble situé rue Saint-Honoré (75008). À noter : les bureaux de Dior, Valentino, et plusieurs bureaux d’avocats.

Je continuai, émerveillé par la beauté de la rue et par le nombre impressionnant de passants, touristes bien habillés et véhicules, puis traversai la rue Royale pour arriver enfin rue du Faubourg Saint-Honoré. 

Continuation de la rue où je me trouvais, je ne fus pas surpris par ce qu’elle me proposait : boutiques de luxe, grandes marques de mode. Je notai cependant un nombre moindre de gens sur la rue, comme si j’entrais véritablement dans le faubourg d’une ville. Il y avait encore beaucoup de boutiques, certes, mais elles devenaient de plus en plus exclusives (Hermès, Roger Vivier, Cartier, Saint-Laurent, etc…) et leurs portes étaient gardées. 

Après une pause déjeuner rue de Surène, juste à côté, j’allai enfin vers le data center, à deux pas. Je vis l’ambassade d’Ouzbékistan en descendant la rue d’Aguesseau, puis arrivai rue du Faubourg Saint-Honoré devant la résidence de l’ambassadeur américain : j’étais certainement à côté du pouvoir. 

En regardant à droite, il n’y avait plus de véhicules : je vis l’Élysée. Je marchai vers le numéro 68, et décidai d’y entrer. Comme le data center rue des Jeûneurs, les portes automatiques s’ouvrirent. À ma surprise, et contrairement au premier data center, celui-ci (Claranet) était indiqué, aux côtés des autres noms logés à l’adresse, dès l’entrée du bâtiment (voir photo ci-dessous).

Je m’avançai le long d’un couloir moderne, immaculé, et arrivai à l’accueil. Devant moi, un immense jardin intérieur était entouré d’immeubles. J’expliquai à une jeune femme qui j’étais, pourquoi je venais, et lui demandai si elle connaissait l’existence du data center dans l’immeuble. Elle me dit que non, qu’elle ne savait pas car elle avait récemment commencé à travailler à cette adresse. En me dit ensuite que si je souhaitais entrer il fallait que je prenne rendez-vous. 

J’aurais bien aimé lui poser plus de questions, l’interroger sur d’éventuelles nuisances sonores (en sachant que c’est l’une des particularités des data centers), mais dans le stress du moment je sortis dans la rue et restai devant l’immeuble. 

Après une recherche rapide sur le site de Claranet, je vis, comme pour le premier data center, l’idée de « Cloud de proximité ». J’appris aussi que Claranet avait des partenariats avec des géants du stockage, comme Google Cloud, Amazon Web Services et Microsoft.

 

Ma conclusion de ce centre de données, si proche du pouvoir, de grandes entreprises et de milliers de bureaux, fut qu’il avait été installé rue du Faubourg Saint-Honoré pour des questions (comme le premier) de proximité. En ayant des liens avec les géants du stockage, ce ne serait pas surprenant d’apprendre que les grandes entreprises parisiennes et marques de luxe du quartier, profitant d’une grande couverture médiatique, chercheraient à stocker leurs données au coeur de la ville. Bien que je sois resté avec l’envie d’entrer dans l’immeuble et de tenter d’observer plus d’indices visuelles de son existence, je reste intrigué par la présence du nom à l’entrée du lieu et par l’ignorance de l’accueil, comme si j’avais eu devant moi un grand paradoxe du visible et de l’invisible, du dit et de l’inconnu. 

Photo prise de la rue du Faubourg Saint-Honoré le 9 décembre 2021 à 14h25
Entrée de l’immeuble moderne du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré

 

Paris 17ème : le data center (presque) invisible de la rue de la Condamine

Ma dernière visite eut lieu le même jour, quelques heures plus tard, dans le quartier des Batignolles du 17ème arrondissement. 

Je pris le métro à Pyramides, avenue de l’Opéra, puis arrivai à Pont Cardinet vers 15h. Après quelques minutes de marche, je compris que je n’étais plus dans même quartier ; il n’y avait plus de boutiques de luxe ni de ministères, mais un nombre impressionnant de commerces, services, cafés, restaurants… Les Batignolles sont un quartier différent, et à 15h ce jeudi il était très animé. Son architecture, comme partout dans Paris, est assez dense. Mais celle du quartier est un peu plus basse, vestige du village qu’il était il y a quelques siècles. 

Après avoir pris la rue Boursault, je montai par la rue de la Condamine, où se trouve le data center. Je remarquai que dans la rue il n’y avait pas trop de passants, mais qu’elle était un lieu de passage de véhicules, assez bruyante. 

Photo prise de la rue de la Condamine (75017) le 9 décembre à 15h23

En arrivant devant l’immeuble je fus impressionné par son aspect vétuste. Tout semblait indiquer que l’immeuble était abandonné : porte principale condamnée (voir photo ci-dessous), fenêtres du rez-de-chaussé opaques… Bref, j’allai sur le trottoir d’en face pour regarder les fenêtres des autres étages, mais l’immeuble semblait complètement vide. 

Porte couverte/condamnée du data center de la rue de la Condamine
Sonnette du data center rue de la Condamine, avec sa caméra de surveillance et le nom du centre de données

J’approchai donc une porte de garage, à gauche de l’immeuble, et trouvai une toute petite sonnette accompagnée d’une caméra de surveillance avec « Global SP » marqué juste au-dessus. En vérifiant sur le site des data centers, je confirmai qu’il s’appelait ainsi. 

Je sonnai et la porte s’ouvrit quelques secondes après. J’étais dans une grande réception, aux plafonds hauts et à l’aspect aussi vétuste, mais avec un acceuil à ma gauche et plusieurs d’affiches informatives. J’approchai d’une dame blonde, dans la trentaine, et lui expliquai que j’étais étudiant et que je voulais juste avoir quelques informations concernant le data center. 

Avant de lui demander quoi que ce soit, elle me dit qu’elle ne pouvait pas me répondre, et que si j’avais besoin d’informations je devais tout simplement aller sur le site web. Plus précisément, elle me dit qu’elle n’avait « aucune information à ce sujet ». En face de l’immeuble, une jeune dame rangeait des outils dans un atelier do it yourself. En lui demandant si elle savait qu’un data center se trouvait juste en face, elle répondit affirmativement, puis me dit qu’elle discutait souvent avec les techniciens et femmes de ménage du centre. Après lui avoir demandé si elles percevait des nuisances sonores, elle me dit que ça faisait une quinzaine d’années qu’elle était là et n’entendait rien, puis m’indiqua le haut de l’immeuble avec son doigt, en disant que je devrais surtout interroger les voisins. 

Je vis là-haut le seul indice clair de l’existence du centre : des jalousies baissées au dernier étage, comme si les machines étaient installés en haut de l’immeuble, à l’image du premier data center observé. 

Jalousies baissées au dernier étage de l’immeuble rue de la Condamine

Je n’eus plus de réponses, mais restai devant cet immeuble du 19ème siècle, vieux, à l’esprit abandonnée. Je pensai à la façon dont ce data center, à différence des autres, s’était approprié tout un immeuble, tout une structure dans un quartier résidentiel. En cherchant sur le site web, j’appris la même chose que pour les deux autres : le data center proposait, avant tout, la proximité. 

 

Pour conclure, les trois observations faites le 9 novembre et le 9 décembre m’ont montré des visages différents de la manière dont les data centers s’intègrent dans le paysage parisien. 

Dans la dense capitale mondiale qu’est Paris, il est intéressant de comprendre les manières dont ces nouvelles machines, miroirs de la société numérique dans laquelle on vit, prennent place, s’installent, se montrent ou se cachent. Je postule que les data centers parisiens sont installés dans au coeur de la ville pour des raisons de proximité avec les nombreuses entreprises ou organismes présents, mais il est certain qu’il y a plein d’autres raisons à explorer.  

J’aurais bien aimé comprendre, lors de mes recherches, qui étaient exactement les clients de ces centres de données parisiens. Cela m’aurait donnée une vision plus claire des choses, et du choix de leur emplacement. J’aurais aussi aimé passer plus de temps dans leurs quartiers respectifs, observer les entrées et sorties des gens dans les immeubles, et acquérir une vision globale de l’écosystème dans lequel ces machines s’insèrent. 

Je resterai, grâce à cet exercice, plus attentif aux choses qui m’entourent, et aux signes clairs des transformations numériques et sociales qui révolutionnent notre monde. Pour l’instant, il reste encore beaucoup de mystère, mais n’a-t-on pas le pouvoir de déchiffrer nos villes ? 

 

Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

“Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux du métro”, de Jérôme Denis et David Pontille

Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux du métro est un livre écrit à quatre mains, par Jérôme Denis, enseignant chercheur au Centre de sociologie de l’innovation et David Pontille, chercheur au CNRS.

Signalétique à la Gare du Nord

Les auteurs amorcent le sujet de leur étude, qu’est la signalétique, en établissant ses grandes généralités. Cela va permettre de donner une base commune aux lecteurs. Aussi, cela pourrait permettre au lecteur de demain de comprendre pourquoi cet écrit pourrait ne plus être en totale concordance avec son présent.

En commençant par évoquer ce qui a fait naître cette signalétique omniprésente dans notre quotidien (l’hypermobilité), et en établissant une vérité : celle que notre monde est en constant changement, les auteurs commencent par justifier leur choix quant à leur axe d’étude qui concerne (principalement) la maintenance de la signalétique dans le métro.

Alors qu’ils auraient pu choisir une approche sémiologique de la signalétique ou interroger les usages qui en sont faits, les auteurs ont décidé d’adopter, comme énoncé dans le titre, le point de vue des « coulisses » afin d’observer le travail quotidien autour de la signalétique. Cette démarche permet alors au lecteur d’atteindre un discours auquel il n’a pas forcément accès et s’inscrit dans une volonté d’approfondir un sujet qui n’a que peu d’objet d’étude.

Ici, les auteurs nous décrivent de façon brève mais claire la manière dont ils ont abordé le terrain.

Il y a eu des entretiens entre les chercheurs et le personnel de la RATP afin de déterminer la place de la signalétique ainsi que celle du service en charge sa maintenance et les activités auxquelles il est confronté. D’autres entretiens ont eu lieu avec le MTA (Metropolitan Transportation Authority) afin d’émettre un contre-exemple.

Tout au long de leur recherche, les auteurs ont fait une collecte de documents, qu’ils soient encore d’actualités ou classés dans les archives, afin d’étudier le sujet dans son ensemble. Enfin, Denis et Pontille ont été directement sur le terrain en accompagnant quotidiennement le personnel de la maintenance.

Pour conclure leur recherche, les auteurs ont décidé d’entreprendre une enquête plus expérimentale : aller d’un point A à un point B par le métro, en se laissant guider par la signalétique présente.

Les généralités données sont indispensables pour que les lecteurs partent avec une base commune. Toutefois, lorsque les auteurs évoquent les évolutions de cette signalétique, on ne sait pas ce qu’il change vraiment et pourquoi ces transformations, s’il y en a vraiment, sont faites. Est-ce que l’évolution est si profonde que cela ou s’agit-il seulement d’une maintenance « classique » des panneaux ?

Nous pouvons nous demander ce que devient cette signalétique à l’ère du numérique ?  Sachant que l’arrivée de nouvelles technologies, telles que la 5G se fait à grands pas et que l’utilisation de la réalité augmentée sera de plus en plus fréquente, quelle place gardera alors la signalétique dans le métro – ou plus généralement, dans notre quotidien ?

En adoptant une approche visuelle, cette étude aborde la signalétique uniquement en fonction des personnes valides. Cela nous amène à nous questionner sur la mobilité des personnes mal voyantes dans tous ces couloirs de métro. En effet, ces dernières pourraient facilement se retrouver en difficulté lors d’un trajet qu’elles ne connaissent pas. Quels dispositifs sont alors mis en place pour rendre cette signalétique accessible à ces personnes ?

Dans cette enquête, les chercheurs ont décidé d’adopter le point de vue des agents de maintenance de la signalétique (de la RATP). Toutefois, ce point de vue peut être assez restrictif car il ne met en lumière seulement les agents travaillant dans la maintenance de cette signalétique. Cela pourrait être vu sous un autre angle : celui des usagers. Ainsi, nous pouvons nous demander quelles utilisations font les voyageurs de la signalétique présente dans ce labyrinthe parisien ?

Aussi, on ne s’intéresse donc pas directement à la signalétique mais plutôt à ce qui permet son bon fonctionnement. De ce fait, on pourrait étudier la conception de tout ce dispositif. Est-ce un service à part de la RATP ? Ce texte n’arrive pas à nous montrer cet aspect qui semble être indispensable à étudier lorsque l’on s’intéresse à ce sujet.

Le cas concret sur lequel les auteurs se basent pourrait mener à une réflexion sur la mise en place de la signalétique dans la gestion des flux en se posant une question : est-ce qu’il y a une réflexion concernant la mise en place de la signalétique dans des espaces accueillant un grand nombre d’usagers sur un laps de temps restreint ? Nous pourrions prendre l’exemple de La Défense où il serait alors intéressant d’étudier l’impact qu’à la signalétique sur la gestion des flux. Aux heures de pointe, une signalétique adéquate permettrait ainsi de guider de grandes foules de manière fluide afin de limiter des engorgements au niveaux des entrées et des sorties.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search