Les Sims FreePlay : Une “projection humoristique sans but précis” ?

Les mondes virtuels, de nouvelles inventions de l’espèce humaine qui peuvent faire peur à certains et en fasciner d’autres. Ces mondes sont très divers, et peu d’entre nous ne seraient réellement capables de comprendre et de pouvoir en donner une définition claire. Afin que vous ne continuez mon développement sans réellement le comprendre, j’ai donc demandé à google de nous en donner une définition claire et simple : “un monde créé artificiellement par un logiciel informatique et pouvant héberger une communauté d’utilisateurs présents sous forme d’avatars ayant la capacité de s’y déplacer et d’y interagir”.

J’ai ainsi choisi de revenir à mes bases en redécouvrant le monde virtuel que je connaissais le mieux, Les Sims. Créé en 2000, le jeu représente ce que l’on pourrait appeler une “satire” de nôtre société de consommation actuelle. Bien que je ne m’étais jamais vraiment posé la question durant mon enfance, j’ai, ces dernières semaines, pu développer mon esprit critique sur ce que nous propose ce drôle de monde. 

Avant tout, je tiens à vous préciser que les Sims est disponible sur plusieurs espaces numériques, j’y jouais à l’aide d’une DS pendant mon enfance mais j’ai décidé aujourd’hui de suivre le jeu Sims Freeplay sur mon téléphone portable. Les Sims FreePlay, sortie en décembre 2011, est un simulateur de vie. D’après wikipédia “L’univers des Sims est une projection humoristique et décalée de la société de consommation où il n’existe pas d’objectif précis”. Chaque utilisateur créer un ou plusieurs avatars et les fait vivre à la manière de vie dite “occidentale”. Ces utilisateurs ont pour objectif d’aider leurs avatars à mener des actions de la vie quotidienne, notamment leurs besoins principaux comme manger, dormir, se divertir, se laver, aller aux toilettes ou parler avec d’autres Sims. Afin de répondre au mieux à ces besoins, le monde utilise sa propre monnaie le Simflouz, plus l’utilisateur possède de Simflouz mieux il pourra aider ses avatars à vivre convenablement. Pour ma part j’ai créé 7 sims (7 étant la limite d’avatars que le jeu nous autorise à créer) tous représentant des personnes de mon entourage proches.

L’univers des Sims étant très large, et n’ayant ni le temps ni la réelle volonté de vous en faire une thèse, il m’a fallu chercher un angle précis. Celui qui m’a sauté aux yeux est celui de la liberté de l’utilisateur de vivre sa propre expérience au sein du jeu. Il m’a semblé très difficile de pouvoir y construire ma vie et celle de mes avatars comme je l’entendais véritablement, j’ai souvent eu cette sensation d’être influencée d’une manière ou d’une autre par le cadre du jeu. J’ai donc choisi de vous présenter une liste non exhaustive des éléments importants du monde des Sims et ainsi de me questionner sur la liberté de l’utilisateur à créer son monde. 

Le choix de l’avatar

Le premier point qui m’a marqué est la création de nos avatars. Comme dans de nombreux jeux et/ou mondes virtuels, il nous faut, pour commencer à jouer, créer un ou plusieurs personnages. Ces derniers peuvent aussi bien nous ressembler, ou ressembler à nos proches, qu’être le fruit de nôtre imagination. On leur donne également un prénom (et un nom de famille dans les Sims).

L’idée de pouvoir être libre de créer le personnage que l’on souhaite me semble, sur le papier, très intéressante malgré cela j’avoue avoir rencontré quelques limites.

Dans une société comme la nôtre où l’on tente de plus en plus d’ouvrir les esprits sur les identités de genres, le monde des Sims m’a semblé quant à lui très fermé. En effet, on ne peut choisir que l’identité de genre masculine ou féminine. Les personnes souhaitant jouer aux Sims et créer leurs avatars à leur images ou à celles de leur entourages, qui ne se reconnaîtrait dans aucun des ces deux genres (comme par exemple les personnes non-binaires) ne peuvent malheureusement pas être 100% eux-même, le jeu leur impose de choisir un genre qui n’est pas forcément celui dans lequel ils se sentent appartenir. 

Le deuxième aspect très marquant lors de la création de nos avatars est le physique de nos avatars. Je me suis tout de suite sentie restreinte pour créer l’avatar qui me ressemblait le plus ou ceux de mes proches. Si toutes les couleurs de peaux sont proposées par le jeu, d’autres particularités physiques restent quant elles assez sommaire.

Dans mes souvenirs, le jeu sur DS proposait aux utilisateurs de multiples variantes pour les particularités physiques (le nez, la bouche, la mâchoire, les oreilles, les yeux). Aujourd’hui, dans le jeu Sims FreePlay, l’apparence du visage par exemple n’est disponible que grâce à ce que l’on pourrait appeler des “groupes”. En clair, on ne peut pas distinguer la bouche du nez ou le menton des oreilles ; on choisit un “ensemble” de particularités physiques proposés par l’application. Admettons que la bouche que l’on souhaite n’est pas proposée, il nous faut choisir une autre forme de visage. Pour que le visage de nôtre avatar nous ressemble le plus, il nous faut dans certains cas renoncer à certaines de nos caractéristiques physiques. Ce qui, pour moi, fausse considérablement la liberté de l’utilisateur à créer comme il le souhaite ses propres avatars. Cela me fait penser à une harmonisation des avatars, in finé tout le monde se ressemble.

Il en va de même pour les coupes de cheveux. Toutes les coupes sont classées en deux catégories, les hommes et les femmes, ce qui rejoint le point que je vous expliquais plus tôt. Certaines coupes proposées sont très spécifiques (comme les coupes de cheveux dites “punk” dans le langage courant) mais bien qu’elles soient nombreuses elles ne représentent pas pour moi la variété de coupes de cheveux que nous pourrions rencontrer dans la vie du quotidien.

Afin de ne pas m’étaler sur toutes ces particularités physiques qui me dérangent, j’aimerais terminer en vous parlant de la corpulence possible de nos personnages. Il n’y en a pas ; ou plutôt il n’y en a qu’une. Pour toutes les personnes qui ne correspondent pas aux exigences physiques de ce monde, le jeu ne leur propose pas d’alternative. On ne nous propose pas des corpulences différentes (mince, plus en chair, musclée). Il en va de même pour les personnes ayant un handicap physique, le jeu ne propose à aucun moment de pouvoir être totalement comme nous pourrions être physiquement. 

En clair, le point des avatars est le premier aspect à m’avoir interloqué quant à la liberté du joueur. L’utilisateur ne peut pas réellement commencer son jeu et son évolution à l’intérieur de ce monde numérique en étant complètement lui-même. À moins de rentrer dans les cases physiques de nôtre réalité quotidienne, chaque utilisateur ressemblera davantage aux volontés physiques du jeu qu’à sa propre apparence ou sa seule volonté. Les avatars ne sont en sommes pas si différents les uns des autres.

La rencontre de LA ville

Une fois notre avatar créé, le jeu nous plonge immédiatement dans nôtre ville. Connaissant plusieurs personnes adeptes du jeu les Sims FreePlay, j’ai pu me rendre compte que ma ville était totalement identique aux leurs. Les maisons qui m’étaient proposées étaient également les mêmes que celles de mes amis. Cela ne semble rien mais c’est un point qui en terme de “liberté” me paraît important à soulever. L’utilisateur se retrouve alors embarqué dans un monde identique à celui de tous les autres joueurs. 

Les maisons, déjà meublées, sont toutes identiques, et pour les aménager comme nous le souhaiterions, nous devons avoir suffisamment d’argent. Je n’ai pu, une fois de plus, ressentir une réelle liberté de jeu et d’action ; contrairement au jeu SimCity où l’utilisateur construit la ville qu’il veut, mais dans ce cas là il n’y aucune histoire où intéractions entre les avatars/utilisateurs, chaque joueur peut simplement revendre des matériaux où visiter la ville voisine pour s’en inspirer. Je tiens tout de même à préciser qu’il existe plusieurs types de maisons, mais elles sont toutes proposées déjà meublées et sont proposées de manière identique à tous les utilisateurs du jeu.

Aperçu de la carte de la ville Sims FreePlay

En m’aventurant sur internet, certains parlent de “quartiers”, nous serions donc projetés dans nôtre propre quartier en lien avec tous les autres utilisateurs, formant ainsi une seule et même ville. Cela n’enlève rien pour autant à mon précédent propos car, dans ce cas là, tous les quartiers se ressemblent.

Créer ses propres histoires ?

Cela m’amène à vous parler de la “trame” du jeu. Pour que votre ville et vos avatars puissent se développer le plus rapidement possible et de la meilleure des façon il vous faut être assidue. C’est ainsi que le jeu nous pousse à développer des relations entre nos avatars, qu’on le veuille ou non (une petite notification revient régulièrement pour demander dans un premier temps à nos sims de devenir amis et au fil du jeu pour certains de se draguer, devenir amoureux, voir construire une famille). C’est d’ailleurs une des grosses campagnes publicitaires de l’application ; on constate que les sims sont mis en scène de sorte à donner envie aux futurs, et actuels, utilisateurs de faire naître de nouvelles histoire et ainsi de nouveaux sims.

Si vous souhaitez réellement avancer vous devez d’une manière ou d’une autre suivre les instructions, même si vous ne souhaitiez pas au départ créer un quelconque rapprochement amoureux entre vos avatars. La liberté de choisir les relations des personnages n’est pas impossible mais l’avancée se fera plus difficilement et de perpétuelles notifications viendront vous le rappeler. Sur l’App Store, un guide pratique nous a proposé de pouvoir comprendre le jeu, il nous explique que nous pouvons choisir de développer nos passions, notre métier ou nos relations amoureuses. D’après lui nous serions libre de faire ce qui nous importe le plus ; hors j’ai eu du mal à concevoir une réelle avancée sans ne suivre qu’une seule option, et en écoutant seulement mes propres volontés.

Propositions d’actions sociales pour les avatars des Sims FreePlay

Si nous le souhaitons nous pouvons également visiter d’autres villes, celles d’utilisateurs connectés à travers le monde. Ce qui peut créer de nouvelles affinités à nos avatars et découvrir de nouveaux espaces. Mais, j’ai décidé dès le départ d’observer le jeu seule et me focalisant sur ma propre ville.

Pour ce qui est de la catégorie des métiers, une fois de plus j’ai eu cette sensation de me sentir restreinte. Au début du jeu, il nous faut construire une caserne de pompiers pour y faire travailler nos premiers Sims. À la suite du jeu, la possibilité pour ces Sims de travailler autre part se développe avec une galerie d’art, un centre scientifique ou encore une agence immobilière. Mais pour se faire, l’utilisateur doit gagner un maximum d’argent et évoluer en fonction des missions données par le jeu. Les nouveaux niveaux permettent de débloquer de nouvelles entreprises et l’argent récolté de pouvoir construire ces dernières.

Progression dans les Sims FreePlay

Le monde des Sims étant très proche du nôtre, il nous faut forcément occuper nos avatars et ainsi leur faire découvrir des passions. 

La première passion qui est proposée dans le jeu est celle de la cuisine ; l’un de vos avatars devra devenir un vrai passionné de cuisine afin de vous rapporter de l’argent supplémentaire et des missions obtenues pour avancer dans le jeu. L’utilisateur ne peut pas décider de lui-même quelles pourraient être les réelles passions de ses avatars. Admettons que nous souhaitions reproduire à l’identique les goûts et les couleurs de nos proches, nous serions très vite obligés de suivre d’une manière ou d’une autre ce que nous propose le jeu.

Par ailleurs, je trouve que le jeu propose de nombreuses activités différentes pouvant permettre à chacun de nos avatars de se créer des passions et des univers différents de ceux des autres. Ainsi, nous pouvons faire lire régulièrement nos sims (passant d’un roman de gare à une encyclopédie), les faire danser, regarder la télévision, jouer aux jeux vidéos, ou cuisiner. Pour autant, à moins de se balader dans les villes des autres utilisateurs, et donc profiter de leurs propres lieux, il nous faut gagner suffisamment d’argent et monter de plus en plus de niveaux dans le jeu pour parvenir à construire un lieu dédié aux distractions. 

Faire la cuisine dans les Sims FreePlay

Le premier lieu proposé par le jeu est une boîte de nuit. Cela me semble très étrange de développer la culture en commençant par une boîte de nuit, il m’aurait paru plus cohérent de faire construire un cinéma ou un musée. Je pense par ailleurs aux enfants ou jeunes adolescents qui pourraient se mettre à construire une ville dans ce monde, qu’elle est donc l’image qu’il en ressort ? Je dois dire que c’est un sujet qui me questionne car il m’aurait semblé plus ouvert à toutes les tranches d’âge d’ouvrir un lieu différent. Le monde étant très proche de nôtre quotidien, cela pourrait, à mon sens, agir sur les priorités des utilisateurs, jeunes et moins jeunes.

Un monde où rien n’arrive par hasard

Comme j’ai pu le développer par l’ensemble de mes précédents exemples, l’utilisateur n’est capable d’évoluer pleinement au sein du jeu qu’avec l’aide de Simflouz (l’argent du monde), récolté à l’aide notamment de missions effectuées qui lui permettent également d’augmenter de niveau dans le jeu et ainsi accéder à de nouvelles fonctionnalités. Le monde met également à disposition des moyens pour faire gagner des SimFlouz bien plus vite. Par exemple, une plante (“la plante à Simflouz”) qui permet, toutes les 4h, à un avatar qui la possède de gagner de l’argent. 

Souvent, personne ne lit les petites phrases proposées par une application qui explique clairement le jeu, les gens trouvent cela trop long. Mais, aujourd’hui j’ai décidé de le faire pour vous et je vous ai trouvé un exemple parfait pour comprendre l’importance de faire ce que le jeu nous propose : La valeur de la ville. Tout d’abord, de nombreuses fois par jours l’utilisateur récolte plusieurs dizaines de Simflouzs au sein même de sa ville sans ne faire aucune mission. Mais pour cela, il faut que sa ville lui rapporte, il lui faut donc d’après La valeur de la ville : “construire des maisons, des bâtiments et acheter des objets dans la boutique de décoration” par exemple.

En clair, tout est lié et l’ensemble des avancées du jeu dépend de l’argent que vous gagnez ou non. Si vous souhaitez que votre ville prospère, vous devez développer les moyens de vos ambitions et ne pas laisser vos sims se débrouiller tout seuls. L’utilisateur doit être présent régulièrement pour construire, rencontrer, s’occuper et développer ses propres avatars.

Actions à réaliser dans les Sims FreePlay
Exemple de récompenses proposées dans les Sims FreePlay

Après avoir pu mettre en évidence avec vous certains aspects de ce monde, se voulant très proche de nôtre quotidien occidental, j’avoue avoir un avis assez négatif sur la liberté du joueur. 

En effet, en traversant le jeu pendant plusieurs semaines, j’ai eu cette très forte impression d’être influencée, de ne pas pouvoir librement développer mes avatars, d’être restreinte par le jeu lui-même. Pour un monde où l’objectif n’est pas précisé, l’utilisateur devrait pouvoir être 100% libre de développer sa ville, ses avatars, ses maisons et ses institutions sans que rien ne lui soit cadré, ou tout du moins pas autant. 

De plus, le terme “FreePlay” sous-entend à la fois que le jeu est gratuit mais également que nous pouvons jouer librement (FreePlay = “jeu libre”). Cela signifierait, à mon sens, une sorte de liberté totale d’action et d’évolution au sein du monde comme le souhaiterait l’utilisateur.

À travers ce rapport, bien que très critique, je ne souhaitais pas influencer votre jugement sur ce monde mais simplement mettre en évidence une réalité qui m’a frappée dès le début de mon arrivée sur l’application. Cela m’amène à me questionner sur la liberté d’être et d’évolution au sein des autres mondes virtuels, suivent-ils tous une trame ? Influencent-ils tous, par un cadre de jeu, les utilisateurs ? Les utilisateurs peuvent-ils, alors, être 100% eux-mêmes ou ce qu’ils désirent être ? 

Ainsi, y-a-t’il une réelle volonté “d’humour” ou pouvons nous parler d’influence sur les joueurs à se conditionner aux règles du monde, finalement très proches de leurs propres vies ?

Alice Lombardot

L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

La place des graffitis dans l’espace public : une valeur des œuvres remise en cause

Le texte dont nous allons traiter dans cet article est un texte de Jérôme Denis et David Pontille qui à été posté le 17 octobre 2022 et qui se nomme « L’effacement des graffitis à Paris: un agencement de maintenance urbaine ». Ce texte qui aborde la place de l’image des graffitis dans la ville, met en évidence le concept de maintenance dans la ville. Pour en comprendre d’avantages, nous allons voir dans cet article la valeur que les graffitis ont pour la ville et ceux qui y vivent.

Les graffitis dans la ville notamment dans la ville de Paris semble être un sujet posant problème et réveillant certains désaccords quant à l’entretien de la ville. Le texte de Jérôme Denis et David Pontille met en évidence la politique d’effacement des graffitis mise en place dans la ville de Paris au tournant des années 2000 par l’ancien maire Jean TIBERI. Ce programme nommé « Opération Murs Propres » à été créé selon la municipalité pour garantir l’exigence de la propreté visuelle. Pour justifier cette décision, la municipalité se lance dans une sorte de devoir vis-à-vis de la maintenance de la ville. Cependant pour certains, ce programme visant à effacer les graffitis est en réalité un geste politique pour s’assurer du contrôle de l’espace urbain. Les sociologues Jérôme Denis et Davis Pointille se sont notamment intéressés au processus d’effacement des graffitis mis en vigueur à Paris, comme une sorte de « mise en ordre esthétique » de la ville et un « agencement de maintenance » visant à façonner la ville selon la vision qu’ont les pouvoirs publics.

Pour beaucoup les graffitis sont considérés comme un acte dangereux qui dégrade la ville et ses architectures. C’est pourquoi la ville met en place de plus en plus de moyens pour assurer cette maintenance. En effet, des caméras, des systèmes de géolocalisation, ou encore des patrouilles de police régulières ont été mises en place pour lutter contre les graffitis. La police ainsi que les autres agents de sécurité sont donc des acteurs importants dans cette politique contre les graffitis se présentant comme les gardiens du respect de l’ordre.

Selon la municipalité de Paris, ces actions sont nécessaires pour veiller à la bonne tenue de la ville, et pour rétablir la « propreté urbaine » vis-à-vis d’actions qu’ils considèrent comme sales et tachantes.

Cependant, l’effacement des graffitis dans la ville met en évidence des divergences notamment quant à l’existence d’une différence de regard entre les réalisations. En effet il existe un lien entre le mur, c’est-à-dire le support que le graffiteur à choisi, et son œuvre, car celle-ci est comme une extension de la réalité qui à été observée. De plus, une fragilité de la ville est mise en avant car à force d’effacer des graffitis qui ont été réalisés sur les mêmes murs, la municipalité en vient à dégrader les matériaux et donc l’architecture de la ville.

De plus, il existe selon moi un lien entre l’auteur de l’œuvre et la vision qu’ont les autres de celle-ci. C’est le cas par exemple lorsque nous pensons à l’artiste britannique Banksy. Il est vrai que ses réalisations ne seront jamais effacées car elles sont considérées comme du « street art » et comme de réelles œuvres de l’espace public. Le « street art » se présentant comme étant en corrélation avec les politiques culturelles de la ville, ces œuvres sont considérées comme rares et sacrées, c’est pourquoi elles sont conservées et admirées.. La personne qui se cache derrière le graffitis joue donc un rôle important car la société et les pouvoirs publics ont créé une différence entre artistes à part entière et graffiteur.

En prenant des mesures telles que judiciaires à l’encontre des graffiteurs, les pouvoirs public s’attaquent d’une manière au maintien de la mémoire que représente les graffitis. En effet, en les effaçant ils détruisent l’imaginaire de la société qui s’alimente des graffitis.

Pour conclure, les actions mises en place par les pouvoirs publics pour veiller à la propreté de l’espace urbain à travers l’effacement des graffitis, est une manière de façonner la ville à leur image. L’effacement des graffitis est en réalité une politique qui fragilise la ville, la société, et qui porte atteinte à la mémoire de celle-ci. De plus, il existe une frontière confuse qui mène à une différence de regard entre un artiste à part entière et un graffiteur. Cette différence de regard met en évidence des inégalités qui rendent légitime certaines œuvres par rapport à d’autres.

Crédit : @Engin_Akyurt

DRAMÉ Maryam


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

L’observation flottante ou l’école peripateticienne de la sociologie [1]

Nous nous proposons ici de faire une lecture critique d’une partie de l’article de Colette Pétonnet, ethnologue et anthropologue française, intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien.

« L’observation flottante » est une méthode d’analyse de terrain que l’on peut qualifier d’empirique et qui consiste en une déambulation attentive au moindre détail, changeant toute expérience sensible en information sur le lieu étudié. L’idée derrière le terme « flottante » est de présenter le chercheur comme voguant au gré de ses observations et de ses échanges avec des passants, en ayant une ouverture d’esprit totale à tout type d’apport informatif, par opposition à une recherche organisée qui se voudrait focalisée sur un aspect spécifique d’un lieu et qui régirait la recherche en entraînant le sujet de tel ou tel côté pour dénicher l’objet souhaité. C’est le flot ininterrompu d’apport en informations qui devrait, selon Colette Pétonnet, laisser émerger les « règles sous-jacente » qui régissent le lieu. Consciente des limites de cette méthode, l’auteure l’évoque comme une solution provisoire nécessaire face aux lacunes de l’ethnologie urbaine et choisit le cimetière du Père-Lachaise comme un lieu test servant à mettre à l’épreuve « l’observation flottante ».   

Le processus…

L’étude de terrain est divisée en cinq temps, dont le premier correspond plutôt à une prise de contact avec le lieu, puis quatre autres visites les 3, 8, 16, 30 mars 1982. Le cimetière est d’abord assez minutieusement décrit, un peu à la façon des naturalistes, de sorte que des images s’imposent à l’esprit. On ne peut d’ailleurs qu’évoquer l’aspect littéraire de la description qui rompt avec la partie de présentation, plus ésotérique et jargonneuse. Il est également intéressant de noter que l’auteure emploie la troisième personne et parle du « chercheur » comme s’il était un personnage de fiction, de même, elle utilise les temps du récit : l’imparfait et le passé simple, ce qui donne à son texte des caractéristiques de roman.

En plus des détails physiques de la description du lieu, le chercheur analyse également les individus et leurs actions avec minutie et fait en sorte d’échanger avec eux pour obtenir le maximum d’informations. On peut lire des retranscriptions de bribes de conversation, et en déduire l’âge ou le milieu social des individus à leur façons de parler. L’auteure insiste notamment sur l’aspect culturelle du lieu en montrant comme chaque tombe renferme la mémoire d’un homme et d’une époque, celle d’un vécu : « Le Père-Lachaise est une encyclopédie ». Cependant, rares sont les quelques habitués au courant de toutes les anecdotes et les multitudes d’histoires qui habitent les allées ; mais c’est à leur contact que le passant peut s’instruire : il est question du vieillard sur le banc ou du « petit père » qui connaissent le cimetière comme leur poche, ou des deux dames qui prennent soin des chats errants et qui se repèrent grâce à leur parfaite connaissance des tombes sans prêter attention aux noms des petits chemins qui quadrillent cet espace. Au cours des échanges, on constate que le chercheur ne met pas les personnes qu’il rencontre au courant de sa démarche, il n’est qu’un individu parmi les autres promeneurs du cimetière. Ce détail, s’il peut sembler anodin, renforce en réalité le « flottant » de la recherche : le chercheur épouse les flux et se laisse porter par les dynamiques du lieu.

…a ses limites

Cette méthode de « l’observation flottante » semble très enrichissante car immersive : le cimetière étant un lieu public, donc dans lequel évoluent, outre certains personnages habitués comme « le petit père », des individus différents chaque jour ; aucune barrière ne se dresse entre le chercheur et les passants avec qui il peut y avoir des échanges. On ne rencontre pas l’embuche de l’intégration nécessaire à William Foote Whyte qu’il décrit dans Street corner society.  Ainsi, cette méthode permet une récolte d’informations assez rapide : en l’espace de cinq visites, l’auteure peut donner le la de cet espace dans la cadre temporel correspondant. Cependant, nous pouvons nous risquer à dire que, dans une recherche des « règles sous-jacentes » régissant un espace, il faudrait sans doute multiplier les visites afin d’élargir l’expérience du lieu à un lapse de temps suffisamment long pour qu’il soit représentatif d’un quotidien.

La connaissance empirique ne peut établir de règle générale sur des observations isolées. En effet, David Hume, éminent penseur de l’empirisme moderne, nous invite à ne pas confondre les énoncés indubitables tels que les règles mathématiques qui se trouvent être vérifiés « dans tous les mondes possibles » avec ce qu’il nomme les « associations de faits », connaissances émanant de l’expérience et qui peuvent se voir invalidées au moindre contre-exemple. Prenons le Soleil : on fonde en savoir que le soleil se lèvera demain car l’expérience de l’habitude quotidienne a tacitement enraciné le phénomène comme une règle dans notre esprit. Or rien ne semble a priori contrarier la possibilité qu’un astéroïde vienne un beau jour chambouler les rouages astronomiques de la rotation de la terre. Donc le levé du soleil n’est pas déterminé et ne saurait en aucun être entendu comme un phénomène nécessaire. Cette théorie illustre assez bien ce que nous pourrions opposer à cette application précise de « l’observation flottante ». Les dynamiques décrites par l’auteure sont essentiellement issues des échanges et des rencontres avec des personnes âgées et donc, probablement décédées aujourd’hui. Une nouvelle génération a-t-elle repris le flambeau du vieil homme du banc ou des dames aux chats ? Rien n’est moins sûr, ce qui peut nous laisser penser que les dynamiques se sont éteintes elles aussi. Pour avoir fréquenté ce cimetière, je me permettrais d’affirmer qu’il n’est pas si simple de rencontrer des individus assez renseignés, passionnés ou dévoués pour vous prendre par la main et vous faire découvrir les merveilles cachées du Père-Lachaise.

Compte tenu de la limite majeur constituée par cette méthode, à savoir, qu’elle requiert de nombreuses visites d’un lieu pour pouvoir en tirer des conclusions assez certaines. Il semble nécessaire de l’appliquer en multipliant les expériences de terrain afin de rendre l’analyse du lieu la plus fine possible. D’un autre côté, elle pourrait être efficace dans un lieu comme La Défense, très régulièrement rythmé par les horaires de travail comme on peut le soupçonner pour un quartier d’affaire. De même, il est animé par la présence d’infrastructures de divertissement : cinéma, centres commerciaux… ce qui pourrait laisser une marge de manœuvre d’échange avec les passants. L’école péripatéticienne de la sociologie est donc toujours en marche pour fournir encore quelques preuves de son efficacité.


[1] Du grec ancien peripatein « se promener » ou « peripatetikos » : « qui aime se promener ».  Ecole fondée en -335 par Aristote, qui enseignait en marchant.

Sociologie : quand l’observateur est l’objet d’observations plurielles

Lecture de l’oeuvre de Nicolas JOUNIN, “Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers“, publié en 2014 aux éditions La Découverte.

Nicolas Jounin, auteur de plusieurs études sociologiques auprès de travailleurs précaires1 et maître de conférence à l’Université Paris 8, nous plonge au coeur d’une activité menée avec ses étudiants dans le coeur du 8ème arrondissement de Paris, quartier très aisé de la capitale (Champs Elysées, Madeleine etc.). Ces derniers, non-accoutumés aux pratiques de la bourgeoisie inhérentes au quartier, observent des scènes de vie très diverses, passant par l’observation des « nounous » dans un parc, des clients de boutiques de luxe ou encore de la clientèle de cafés huppés. Certaines missions ont quant à elles été plus techniques. 

Ce chapitre concentre les recherches de ces sociologues en herbe, autour de 5 parties distinctes en fonction des différents types de publics et de lieux évoqués plus tôt :

    • Une enquête participante où les observateurs n’ont pas eu de mal à se camoufler (“nounous” dans un parc et sortie des écoles) ;
    • Une enquête participante compliquée en raison du contexte, du statut des observés et du comportement suspect des observateurs (observation de policiers en fonction en face de l’ambassade d’Algérie lors d’une manifestation/cérémonie d’hommage aux Algériens noyés par la police dans les années 1960) ; 
    • Le choix de l’observation à découvert (boutiques de luxe) ; 
    • Enquêtes participantes biaisée par une exclusion en raison des codes des observateurs (cafés) ; 
    • Enquêtes participantes biaisée par l’inclusion (café Le Village)

On constate dans un premier temps une volonté de la part des étudiants de rester masqués, de ne pas se présenter comme “sociologues”. L’enquête participante – comme l’enquête à découvert – présente des avantages et des inconvénients. Cacher son identité permet de mieux se fondre dans la masse et de recueillir des réactions naturelles de la part des personnes observées, cependant ce type d’observation peut éveiller les soupçons des personnes responsables des lieux. L’observation à découvert en revanche permet de recevoir une autorisation, une légitimité de la part des personnes au courant, voire des personnes observées si ces dernières sont différentes, mais peut aliéner leurs réactions. Les étudiants semblent avoir choisi le premier type d’observation en raison du décalage entre les milieux sociaux – où du moins c’est ainsi qu’il pourrait être interprété – car rares sont ceux qui ont osé demander une permission pour observer les clientèles ou usagers vus comme bourgeois, peut-être par un sentiment d’illégitimité éprouvé vis-à-vis des détenteurs d’autorités dans ces lieux. Peut-être également par manque de temps et par peur d’essuyer de trop nombreux refus – ils ne disposaient que de 2 demi-journées pour effectuer leur recherches.

Toutefois, le titre de la partie étudiée – « L’observateur observé » – ainsi que le fond-même du texte nous font réaliser deux autres éléments :

D’une part, la difficulté de passer incognito

Jeunes, racisés, n’ayant pas les codes gestuels et verbaux de la bourgeoisie parisienne, parfois tout cela à la fois… ces jeunes sociologues se retrouvent face à une barrière qu’ils ne peuvent que rarement surpasser : leur profil ne se mélange guère avec ceux des habitués du 8ème arrondissement de Paris. Et quand bien même on les vêtirait d’un élégant blazer de créateur, d’une simple tenue accessoirisée de riches diamants ou d’un voile2, il reste à changer leur comportement, leur vocabulaire et tout un tas d’autres détails.

Au début de l’extrait étudié, deux étudiantes tentent d’observer des policiers en fonction lors d’une manifestation devant l’ambassade d’Algérie – où ils sont chargés de maintenir la sécurité. Or cette manifestation n’a rien de banal : on y commémore les meurtres par noyades perpétrés par des policiers (justement) à l’égard d’Algériens au siècle dernier. La population s’y étant réuni est tout d’abord hostile à la présence de ceux qui ont tué leurs compatriotes, et peut de ce fait à tout moment commettre des débordements envers les forces de l’ordre (que ce soit insultes, jet de projectiles, etc.). Les policiers doivent surveiller le moindre comportement suspect. Et il se trouve que nos deux étudiantes les gênent : elles sont statiques, notent tout ce qu’il se passe, regardent longuement les forces de l’ordre et sont d’origine maghrébine – tout comme les autres manifestants. Ils vont à plusieurs reprises leur demander de se déplacer. Elles changent simplement de trottoir à chaque fois, ce qui ne fait qu’envenimer les tensions. Après tout, elles ne peuvent pas trop s’éloigner et prendre le risque de ne plus voir ce qu’il se passe.

Une autre scène a particulièrement retenu mon attention dans ce chapitre : J. et R. observent la clientèle d’un café huppé. Leurs voisines de table – intriguées par ce qu’ils écrivent dans leurs carnets – engagent la conversation, et vont s’adonner à un don d’elles-même quasi exagéré, leur faisant goûter les pâtisseries qu’elles ont commandé. Les deux femmes – qui se sont certainement senties trop observées par nos deux sociologues – ont voulu faire bonne impression, voire apprivoiser ces individus qu’elles n’ont pas l’habitude de côtoyer, ce qui a malheureusement biaisé l’enquête.

Jounin s’attèle toutefois à rappeler qu’être un fantôme dans le cadre d’observation serait tout bonnement impossible, y compris si notre style vestimentaire et nos manières collaient aux habitus du ou des publics observés. Même si nous sommes en adéquation parfaite avec nos sujets, tout un tas d’éléments non-verbaux peuvent nous trahir : tics, position statique prolongée, regard etc. Notre comportement sera aliéné par la position que nous occupons vis-à-vis des autres – qui forment une masse à part de nous, au sein d’une sorte de terrain de jeu. Nous ne pourrons jamais nous comporter de manière naturelle avec ceux que nous voulons voir se comporter de manière naturelle avec nous.

D’autre part, l’intérêt d’observer l’observateur en sociologie

Dans sa manière de nous conter les (més)aventures de ses étudiants, on sent que Jounin les “observe” lui aussi. Et pour cause : il réalise une analyse critique des comptes-rendus les plus marquants, comme s’il observait a posteriori les jeunes observateurs. Après tout, la sociologie est une science étudiant les Hommes et leurs interactions au sein de la société. Pourquoi ne pas observer les observateurs observant ? D’autant plus que ces derniers sont en rupture quasi-totale avec le milieu qu’ils doivent analyser. Comment faire de la sociologie dans un milieu dont nous n’avons pas les us et coutumes ? Peut-on écrire une recherche non-biaisée quand nous menons une enquête sociologique participante alors que nous ne pouvons pas nous morfondre dans la masse des observés ? Ce sont tout autant de questions qui peuvent enrichir la littérature scientifique en sociologie, mais permettent également de dresser des consignes et conseils pour les autres sociologues en herbes. Que faire ? Qu’éviter ?

Bien que ces conseils et réflexions soient très utiles, il nous reste à les mettre en pratique. La théorie est toujours plus simple que la réalité. Début novembre, nous aurons à notre tour une immersion sociologique au quartier de la Défense (Hauts-de-Seine), l’occasion pour nous de mettre en oeuvre nos talents d’apprentis-sociologues.

Romane Margerit


1 Voir notamment “Chantier interdit au public: enquête parmi les travailleurs du bâtiment” paru aux éditions La Découverte, 2008

2 Le port du voile dans le 8ème arrondissement fait preuve d’une grande ambivalence, expérimentée par plusieurs étudiantes de Jounin : il est interprété tantôt comme le symbole d’une riche clientèle venue des pays du Golfe qu’il faut traiter avec un grand respect, tantôt comme un symbole de radicalisation qui peut mettre mal à l’aise les Parisiens (notamment à la suite des différents attentats)

L’observation flottante, ou l’art de la rencontre

Dans son article « L’observation flottante — L’exemple d’un cimetière parisien », paru en 1982, l’ethnologue et anthropologue Colette Pétonnet expose les principes de ce qu’elle nomme « l’observation flottante » : une approche expérimentale du travail de terrain du chercheur-ethnologue.

Selon Colette Pétonnet, le chercheur en ethnologie urbaine se trouve en effet face à une difficulté, celle de voir la ville, définie par sa pluralité et sa diversité, s’incarner dans les travaux de l’ethnologue précisément en tant qu’espace des brassages hasardeux et des rencontres furtives. La ville est donc comprise comme un espace en perpétuelle évolution. Des inconnus s’y croisent et parfois s’y rencontrent, tous les jours, à l’infini. Pour l’auteure, c’est principalement dans les lieux publics que ces échanges informels entre anonymes sont les plus tangibles, les plus « nus », selon ses propres termes, soit presque dépourvus de tout contexte. Nul n’est tenu d’engager la conversation avec son voisin de banc, au parc, ou de réconforter celui ou celle qui pleure dans les transports en commun. Ici, les codes qui régissent nos interactions sociales n’ont plus d’effet. « La ville, c’est la liberté », nous rappelle la chercheuse.

C’est là que l’observation flottante entre en jeu. Car ces rencontres, puisqu’elles sont le fruit du hasard, ne sont ni planifiées, ni planifiables. Il revient donc au chercheur qui se donne pour mission de les étudier de se rendre dans un lieu public… et d’attendre ! Le hasard est roi, le protocole, inexistant, ou presque. Le seul prérequis est d’oublier ce que l’on sait, ou ce que l’on croit savoir, en « se [gardant] de l’influence de penseurs contemporains ». En faisant table rase de ses connaissances comme de ses préjugés, le chercheur se placerait donc dans une position d’observateur attentif capable de déceler les logiques sous-jacentes aux phénomènes qui prennent devant lui la forme de simples échanges entre anonymes. Mais est-il vraiment possible de porter un regard neutre sur ce qui nous entoure ?

Pour mettre à l’épreuve son outil méthodologique, l’ethnologue a porté son choix sur le cimetière du Père Lachaise, un peu par hasard semble-t-il. Durant le mois de mars 1982, elle s’y rendra plusieurs fois. Elle écoute les conversations des visiteurs et visiteuses, se laisse guider à travers les allées du cimetière par un habitué du lieu, qui en est devenu le gardien non-officiel. Elle fait aussi la rencontre des femmes qui se donnent pour mission de nourrir les chats qui habitent le lieu, et de bien d’autres anonymes encore, qui se servent des stèles funéraires pour s’instruire sur le destin des grands personnages.

Le récit de cette expérience constitue le cœur de son article, dans lequel les personnes rencontrées ne sont pas nommées. Leur apparence physique n’est pas décrite non plus, bien qu’elle constitue un marqueur social bien visible pour le chercheur. Le vêtement est également affaire de goût et de choix — en tout cas le plus souvent — pour celui qui le porte. Colette Pétonnet refuse de se livrer à ce type d’interprétation. Par contre, elle n’hésite pas à formuler des hypothèses sur l’origine socio-professionnelle des passants rencontrés en se basant sur certaines de leurs paroles. Ces hypothèses ne ressemblent d’ailleurs pas à de simples conclusions logiques ; on sent filtrer une certaine tendresse à travers les mots : « Et il est sûrement, lui, un vieil ouvrier parisien. ».

On ne connaît pas l’âge des passants rencontrés. Ils sont tous adultes, certains sont vraisemblablement plutôt âgés, mais il est difficile de savoir avec certitude s’ils appartiennent tous à une même tranche d’âge. Colette Pétonnet avait une cinquantaine d’années lorsqu’elle a mené cette enquête. Pourquoi paraît-elle avoir principalement sympathisé avec des personnes ayant à peu près son âge ou étant un peu plus vieux ? Sans doute était-ce plus naturel d’échanger avec eux qu’avec les « jeunes gens qui lisent » ou les « femmes enceintes qui tricotent », qu’elle ne mentionne que de manière très évasive.

L’observation flottante n’a pas de prétention à l’exhaustivité, et l’auteure ne prétend pas que les individus qu’elle évoque constituent un échantillon représentatif des visiteurs du cimetière. Toutefois, force est de constater que cette façon de procéder conduit à entrer en contact avec certains individus plutôt que d’autres, peut-être en fonction de l’identité des chercheurs eux-mêmes. Colette Pétonnet dialogue indifféremment avec des hommes et des femmes, mais on peut imaginer que le genre de l’investigateur puisse avoir une influence sur les personnes rencontrées, de même que son pays d’origine, son orientation sexuelle présumée, ou encore ses capacités physiques (dans le cas où le chercheur se déplacerait en fauteuil roulant, par exemple). Il est intéressant de remarquer que Colette Pétonnet ne paraît pas avoir un regard critique sur la manière dont son identité personnelle influe sur son expérience au cimetière.

En admettant que je puisse remonter le cours du temps jusqu’au mois de mars 1982 pour me rendre au cimetière du Père Lachaise, mes observations seraient-elles les mêmes que celles de la chercheuse ? Je suis tentée de penser que non. Peut-être me serais-je plutôt liée avec « les jeunes gens qui lisent ». Mais surtout, il me semble que j’aurais beau m’efforcer d’observer mon environnement avec la plus grande objectivité possible, ma façon de regarder porterait toujours la trace de mon vécu. Le regard est aussi le fruit d’une éducation, il se forge au fil des années ; il faut apprendre à regarder, ce n’est pas une compétence innée.

Il n’y a peut-être pas de hasard dans le regard. Celui de Colette Pétonnet me parait empreint d’une certaine sollicitude, qui transparait jusque dans la forme de son texte. Il se rapproche par moments d’un texte littéraire, certaines phrases ayant une dimension poétique, comme par exemple : « Le temps, ici, a un étrange parfum. ». Cela le distingue de la littérature scientifique traditionnelle, ce dont l’auteure est consciente puisqu’elle-même se demande en conclusion de l’article : « Mais y a-t-il dans la communauté scientifique un lieu pour raconter ? ».

L’observation flottante me semble en effet porteuse d’une certaine ambition artistique. La volonté de tenter de décrire différemment un lieu bien connu et très fréquenté est d’ailleurs celle de Georges Pérec, notamment, lorsqu’il écrit sa « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». En octobre 1975, soit quelques années seulement avant la parution de l’article de Colette Pétonnet, il s’installe dans un café de la place Saint-Sulpice trois jours durant et s’attache à noter tout ce qu’il voit, les numéros des bus qui passent devant lui, l’apparence des passants, ce qu’il boit et ce qu’il mange… etc.

Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, texte de 1975 (éd. Christian Bourgois)

La figure du « flâneur », à laquelle la chercheuse fait cette fois explicitement référence dans son article, est commune au poète Baudelaire et au philosophe Benjamin. Il est amusant de noter en passant que lorsque Baudelaire visitait les Salons, il comptait sur sa mémoire pour faire la sélection des œuvres les plus marquantes, celles qu’il encenserait par la suite ses critiques. Dans une certaine mesure, Colette Pétonnet suit une démarche similaire à la sienne puisqu’elle ne prend apparemment pas de notes sur place mais se contente de retranscrire ses impressions, ses rencontres, et des fragments de paroles échangées, une fois sa visite terminée. Elle semble d’une part vouloir revendiquer le sérieux de sa démarche en refusant d’utiliser la première personne du singulier, comme pour insister sur sa présence dans le cimetière en tant que chercheuse, et d’autre part, se différencier des autres chercheurs en plaçant la rencontre spontanée au cœur de sa démarche.

Reste que cette façon de faire n’est peut-être pas à la portée de tout le monde. Colette Pétonnet semble avoir le contact facile, et je ne sais pas si j’aurai autant de facilité qu’elle à engager une discussion spontanée avec les personnes que nous croiseront lors de notre travail d’observation à La Défense. Toutefois, l’observation flottante est peut-être un outil méthodologique suffisamment ouvert pour qu’il puisse être adaptable à chaque aspirant-observateur. Par exemple, se rendre dans un lieu avec un carnet et un crayon, et commencer à dessiner ce que l’on voit peut également permettre d’affiner sa perception, de comprendre la dynamique du lieu en l’observant dans la durée, et pourquoi pas d’attirer l’attention de passants curieux… qui s’arrêtent près de nous et parfois engagent eux-mêmes la conversation.

Peut-être que ce qu’il convient de retenir de cet article, c’est la nécessité d’aborder un lieu sans attentes particulières, en se laissant entraîner par ce que l’on y découvre, sans juger immédiatement de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas. Bien sûr, une telle approche semble difficile à tenir dans la durée, et la chercheuse elle-même rencontre quelques difficultés à se départir de l’envie de revoir certaines des personnes rencontrées. Ce que l’on apprend en lisant ce texte, c’est qu’en gardant l’esprit ouvert, ce sont les pistes de recherches qui viennent à nous d’elles-mêmes.

Auriane Jaillet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search