Ballades automnales au Père Lachaise

Un matin d’automne où le froid s’invite au Père Lachaise, où les courageux visiteurs se munissent de leur plan, où les employés s’investissent dans leurs tâches : j’ai eu un déclic. J’allais les suivre. J’ai commencé avec un jeune photographe croisé au détour d’une ligne de désir, entre les sépultures. Quelques mètres derrière lui, j’avançais à tâtons, me préparant à dévier sur un nouveau chemin à tout moment. J’ai tenté une mise en abyme en sortant mon appareil photo à mon tour, avant qu’il ne disparaisse entre les tombes.

L’observation flottante s’est alors rapidement imposée comme méthode pour étudier ce que j’avais en tête. Étudier le renouveau du cimetière au prisme d’une conscience écologique et l’évolution de la végétation dans la nécropole. En effet, depuis 2011 grâce au plan biodiversité et la politique de diminution des produits phytosanitaires mené par la ville de Paris, le Père-Lachaise a arrêté l’utilisation des pesticides. Une dizaine d’années et un confinement plus tard, il paraissait intéressant d’observer comment cet espace vert s’est transformé et quel impact cela a pu avoir sur ce lieu et ses visiteurs. 

Ainsi on peut se demander si à la suite d’un réveil de conscience écologique en France, le regard sur la végétation a évolué, si des changements de comportement sont observables au cimetière du Père Lachaise ? Mais surtout, grâce à la méthode flottante, se demander comment les visiteurs semblent interagir avec la nature et la végétation ? 

Point de vue de l’observateur – Crédit photo : Gloria Gallego

Comment être flottant ? 

Si observer n’est pas aussi simple qu’on ne le pense, être flottant l’est encore moins. La difficulté majeure et reconnue de l’observation flottante mais également d’une pluralité de méthode en sciences sociales repose dans la nécessité de laisser de côté ses préjugés. Le sociologue devrait adopter une posture méthodologique presque neutre pour mieux observer et comprendre, le chercheur doit s’essayer à perdre, à oublier son système de valeurs. Une exigence méthodologie développée par Max Weber avec la neutralité axiologique. Appliqué à notre cas, la neutralité axiologique serait un critère nécessaire dans l’observation flottante au cimetière. 

Puisque la subjectivité joue un rôle dans chaque choix, chaque décision que l’on prend. Décider de suivre tel visiteur ou tel autre témoigne nécessairement d’un système de valeurs. Choisir d’observer un employé du cimetière, ou un couple de touristes c’est témoin de subjectivité. 

À chaque décision, à chaque pas, je sentais ma subjectivité me guider. Puisqu’il n’est pas simple de s’en débarrasser, pourquoi ne pas, l’embrasser ? 

Le filtre naturel de ma subjectivité m’a joué des tours puisque j’ai préféré suivre des visiteurs seuls. Par facilité ou par mimétisme étant moi-même une chercheuse seule dans ce cimetière. Le visiteur seul à souvent l’air déterminé, il sait où il va. La plupart du temps j’ai observé des personnes se rendant sur une sépulture précise, surement celle pour laquelle ils se sont déplacés : ceux-ci marchaient d’un pas dynamique, presque pressé. C’est à croire qu’ils se dépêchaient pour ne pas rater leur métro. Pourtant la nécropole est un lieu de recueillement, de « mort », où la vie devrait prendre son temps. Pourtant les visiteurs ne semblent pas toujours prendre leur temps. Ils passent à côté de belles épitaphes, d’une nature singulière mais surtout de la poésie qui émane du lieu. Bien sûr ce n’est pas toujours le cas, j’ai pu observer un homme d’un certain âge, venu apprécier le calme qu’offre ce lieu. Je l’ai vu chercher ce calme, il déambulait doucement, regardant parfois ses pieds, souvent les tombes, il cherchait un banc où méditer. Lorsqu’il l’eut trouvé, j’ai su que cette personne venait plutôt apprécier cette paix et cette sincérité qui définissent le Père Lachaise. Il est resté assis un long moment, alors j’ai décidé d’aller flotter autre part.

Être flottant nécessite donc d’être discret, d’être dans l’ombre. De se faire dicter des mouvements par autrui. On ne connaît pas ses intentions pourtant on le suit, et on tente de les deviner. Parfois par leur langage corporel, leur façon de déambuler dans le cimetière donnait des indices sur la raison de leur venue. Mais cette technique est floue, elle vous emmène là où vous ne seriez pas allé, vous dicte une manière d’y aller, et une temporalité. Et durant ce laps de temps, il faut se laisser flotter avec discrétion et confiance. Je m’éloignais beaucoup de la personne que je suivais, les allées étant souvent vides le mardi à 9h. Je ne pense pas avoir été découverte. Pourtant j’ai flotté. 

En cela réside encore une difficulté de l’observation flottante, comment la découper dans le temps ? Quand peut-on définir le début d’une observation et comment choisir quand s’arrêter ? Lorsqu’il n’y a plus rien à observer ? Lorsque la personne semble avoir atteint son but, la raison pour laquelle cet individu s’est rendu un mardi matin au Père Lachaise ? Les limites et frontières de cette observation ont été difficiles à délimiter. Je savais ce que je cherchais, pourtant je n’ai pas souvent trouvé de réponse. J’ai aimé décrypter des messages dans les actions observées portant dans d’autres, je trouvais mon travail presque inutile. J’avais l’impression que les informations que je recueillais, n’allaient pas me servir, ne répondrait à ma question, et témoignait d’une éthique questionnable envers les personnes endeuillées, venues pleurer leurs proches. 

Pour reprendre l’exemple du veille homme assis sur un banc, je ne savais pas si je devais l’observer au rythme qu’il m’offrait ou si cette longue méditation marquait la fin de sa quête, ainsi la fin de la mienne. C’est ici qu’un petit manuel de l’observateur flottant m’aurait servi. Cependant, je pense que j’ai agi par instinct et que lorsque je ne recevais aucune réponse à ma question de départ, quel rapport entretiennent les visiteurs à la nature dans ce cimetière, et bien cela constituait une réponse quand même, d’une certaine façon. Cette subtilité a aiguisé mon esprit de sociologue débutante, j’essayais de voir dans les gestes, les actions ; des réponses à mes questions. Même lorsque aucun geste ne faisait croire à un rapport particulier donné à la nature, à la végétation : j’ai dû en créer un. 

Les limites la méthode 

Tout comme la méthode de l’entretien individuel à ses limites et aurait nécessairement orienté mon travail et mes hypothèses. La méthode de l’observation flottante a aussi des limites, j’ai pu en expérimenter quelque-unes. Premièrement c’est une méthode qui prend du temps, là où un entretien peut donner de multiples réponses précises en quelques minutes. L’observation demande plus de temps, plus de patiente pour arriver à comprendre et déduire. J’ai notamment suivi une jeune femme qui avait l’air de chercher une sépulture précise, elle marchait vite et pendant un long moment. Jusqu’à perdre sa trace entre les chemins. Au final, je ne saurais jamais qui elle est venue voir. Ces situations aussi frustrantes soit elles, sont quand même intéressantes à vivre. Chaque interaction que ce soit en entretien ou en observation ne peut pas être du matériel exploitable. 

Une deuxième limite à la méthode réside dans les limites du lieu et de la temporalité. En effet, le rendez-vous était régulier, le mardi matin entre neuf heures et onze heures. Il est clair que cette une observation limitée car de courte durée, mais également définit par l’affluence du lieu. Le cimetière du Père Lachaise n’est pas le même un mardi à neuf du matin qu’un samedi à seize heures. L’affluence n’est pas la même, le public non plus et la raison de leur venue encore moins. Il serait peut-être intéressant de réaliser une étude similaire lors de fortes affluences pour mettre en perspective les résultats obtenus. 

La nature est partout 

Si la méthode a pris une part importante dans mon expérience, je n’en ai pas pour autant oublié la raison qui m’a amené à suivre ces personnes. J’avais pour but de comprendre le rapport qu’entretiennent les visiteurs du cimetière à la nature, à la végétation. Mon point de départ était de réfléchir à la transformation soudaine du cimetière en « cimetière parc ». En effet, au regard de l’histoire du lieu il était intéressant d’observer les transformations que peut apporter l’arrivée d’une végétation sauvage. Mis en service depuis 1804, la dernière décennie n’est qu’un détail dans l’histoire de la nécropole qui pourtant constitue un vrai basculement dans sa définition. La loi Labbé de 2017 qui interdit l’usage de « produits phytosanitaires chimiques par les collectivités pour l’entretien des espaces verts et la voirie », le basculement des méthodes d’entretien des tombes, de la faune et de la flore a marqué ces dernières années par des modifications tangibles. 

Végétation au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Le conservateur du cimetière Benoît Gallot admet avoir reçu des plaintes suite à la végétalisation récente du cimetière. Certaines familles avaient l’impression que les sépultures étaient sales, que l’entretien des mauvaises herbes avait été oublié et que certaines zones paraissaient être à l’abandon. Malgré tout, le dialogue aurait permis d’apaiser ces remarques et faire comprendre aux familles l’importance de cette politique paysagère, et sanitaire. 

Lors de mes visites, j’ai été amené à découvrir l’arrière du cimetière où une zone est dédiée à la végétation sauvage. Des panneaux s’y trouvent, et expliquent l’importance de ce lieu. Pourtant personne ne semble s’y attarder, alors que j’ai vu des nombreuses personnes s’attarder sur les plantations, sur les fleurs disposées minutieusement par les employés du cimetière. Les couleurs vives, la propreté et l’emplacement de ces fleurs éveillent l’attention des visiteurs. Ils s’assoient sur les bancs environnants, pendant quelques minutes, pour apprécier ces jolies fleurs. Alors qu’à l’arrière du cimetière, aucun banc n’est là pour accueillir les visiteurs parisiens en quête de flore spontanée. Personne ne semble s’attarder non plus en face des ruches à l’arrière du cimetière. C’est pourtant plus qu’étonnant de trouver des ruches dans un lieu tel qu’un cimetière. 

Pancarte informative sur la flore spontanée au cimetière du Père-Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Une petite révolution 

Après des décennies de gestion stricte, d’utilisation de produits phytosanitaires, de végétation mise à mal. Le cimetière se réveille enfin, entrainant une faune et une flore grandissante. Mis en service depuis 1804, le cimetière avait été pensé par l’architecte néoclassique Brongniart, comme un jardin à l’anglaise. La végétation devait par définition être l’élément principal du cimetière, accompagnant et décorant les sépultures. Mais progressivement dans une quête de profit, les sépultures ont commencé à empiéter sur la végétation. Le cimetière devait répondre à une demande grandissante, de plus en plus de personne voulaient être enterrées au Père Lachaise. C’est au total 5 agrandissements qui vont voir le jour jusqu’à atteindre les 43 hectares. Comme l’affirme Benoît Gallot dans La vie secrète d’un cimetière, ces agrandissements ont été pensé pour laisser le moins de place possible à la végétation. 

Pourtant cette dernière décennie a opéré de réels changements dans l’organisation et la maintenance du lieu. Les arbres et la végétation ont commencé à reprendre leur droit, puisque « plus de 4000 de plus de 80 essences différentes se déploient au sein du cimetière, soit un arbre pour 17 tombes ». La faune et la flore deviennent des éléments à part entières dans le cimetière, pourtant chassé pendant des décennies. L’acceptation des animaux sauvages a notamment été difficile, pourtant le conservateur du cimetière leur fait l’éloge dans son dernier livre paru en 2022. Certains arbres rares sont munis d’une petite plaquette expliquant leur histoire, leurs caractéristiques permettant aux visiteurs d’en savoir plus sur la végétation de la nécropole durant leurs visites.

Pancarte de l’Arbre à gomme – Crédit photo : Gloria Gallego

C’est une petite révolution qui est en train de s’opérer au Père Lachaise, une révolution qui permet de repenser le lieu et qui semble pouvoir marquer l’avenir de la nécropole. En effet, on commence à penser des cimetières nouveaux, on parle alors de cimetière-parc ou de cimetière naturel. Cathy Biass-Morin, directrice des Espaces verts de la ville de Versailles, et pionnière en matière de transition des espaces verts et publics met en avant cette notion de cimetière-parc depuis déjà quelques années à Versailles. La ville de Niort propose également une alternative à la nécropole habituelle en créant un cimetière naturel, son but étant de réduire son empreinte écologique et de sensibiliser les visiteurs à la nature. Le conservateur du cimetière parisien l’a également bien compris et commence à parler du lieu comme un cimetière-parc, où les animaux sauvages et la végétation ne sont plus chassés comme avant. 

Lors d’une de mes visites, j’ai croisé une jeune femme venue déposer délicatement un petit bol de nourriture (probablement destiné aux nombreux chats ou au fameux chien domiciliant dans la nécropole). Je n’ai pas pu la suivre, mais je l’ai observé de loin. C’était un geste agréable à voir, être témoin de ce genre de scène dans un cimetière est plutôt étonnant puisque la plupart des visiteurs se déplacent pour rendre hommage aux morts, ici cette personne est venue prendre soin des vivants. C’est dans ce sens qu’il est important de chérir la faune et la flore du lieu comme le prône Benoît Gallot, penser un équilibre entre la vie et la mort, entre les vivants et ceux qui se reposent. 

Comment observer cette nature ? 

Grâce à l’observation flottante, les visiteurs ont été mes guides. Je me suis souvent retrouvée aux mêmes endroits, empruntant les mêmes chemins, aux mêmes intersections. Je suis même persuadée que cette technique m’a écarté de certaines zones. Il me paraissait plus stratégique d’agir ainsi, en trois visites j’aurais le temps de quadriller une bonne partie du cimetière. Ainsi j’ai décidé de ne jamais me servir d’une carte ou d’un plan. Naturellement, j’avais envie de découvrir toutes ces tombes originales, connues, pittoresques, mais je n’y ai pas succombé. Je les ai parfois croisé, mais d’autres resteront un mystère. Ainsi, lors de mes déambulations j’ai observé plusieurs visiteurs assis sur les bancs du cimetière : ceci à attirer mon attention. Une action plutôt banale au premier abord, mais que j’ai essayé de comprendre plus tard. 

Ces bancs revêtent une signification particulière, ils sont là pour que les visiteurs puissent admirer le lieu, admirer les sépultures pourtant il suffit qu’ils se retournent pour admirer la nature, la végétation, les grands arbres. Lors de ma dernière visite je me suis amusée à les compter, en deux heures j’ai croisé une vingtaine de banc et seulement deux personnes qui en profitaient. Ces deux personnes n’étaient pas en train d’observer les sépultures, mais donnaient leur temps à la nature. J’ai trouvé cela très beau. 

Au final, il est difficile de conclure un travail d’observation flottante puisque les réponses ne sont que des interprétations. Il aurait été intéressant de poursuivre ce travail, par des entretiens en recueillant des témoignages qui auraient surement permis une réponse plus précise que les hypothèses que propose mon travail. Comme des visites supplémentaires auraient peut-être étayé ma réflexion. La nature au Père Lachaise semble devenir alliée des sépultures, les recouvrant parfois, et les ornant souvent. La nécropole est pleine de vie, de ses traces et de ses bruits dénotant totalement avec l’esthétique souvent prêtée aux cimetières. Les visiteurs semblent remarquer et apprécier le lieu dans son ambivalence. C’est cette dichotomie précise qui rend le cimetière riche d’une esthétique inédite. 

Une pellicule argentique sur un banc du cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Gloria Gallego

Citadin, touriste, flâneur au cimetière du Père Lachaise. Pratiques de micro-mobilité dans un espace public

Il est facile de se perdre dans un nouvel endroit. Surtout lorsqu’il s’agit d’une première visite dans une ville inconnue, dans un quartier particulier ou même dans un lieu emblématique. Vous pouvez être un touriste chevronné ou un citadin qui vit dans la même ville depuis de nombreuses années. Il y a seulement 10-15 ans, seuls les cartes et atlas en papier étaient utiles. Aujourd’hui, les géants du numérique comme Google facilitent grandement le déplacement dans une ville grâce aux services de cartographie électronique.

Lors d’une visite au cimetière du Père Lachaise, je me suis demandée dans quelle mesure les cartes numériques sont aujourd’hui demandées réclamées par les visiteurs de cet immense parc urbain de 43 hectares situé au cœur de Paris. Avant de trouver une réponse à la question principale, j’ai analysé les stratégies que des personnes d’âges différents choisissent pour naviguer dans le cimetière, en fonction du but de leur visite. En fin de compte, la stratégie de déplacement choisie affecte-t-elle les moyens que les gens utilisent pour naviguer dans l’espace public ?

Le cimetière compte plus de 75 000 tombes.

Ce texte s’intéresse aux tentatives d’analyse des pratiques de micro-mobilité dans l’espace public. La recherche a consisté en dix mini-entretiens avec des visiteurs du cimetière. Parmi les autres méthodes de collecte d’informations, citons l’observation des visiteurs du Père Lachaise, l’analyse de ses mes propres expériences de visite du cimetière lors de trois sorties en octobre et novembre 2022, ainsi qu’un entretien avec Pavel Grabalov, chercheur à la Faculté d’urbanisme et de la société de l’Université Norvégienne des sciences de la vie.

Le Père Lachaise : une ville dans la ville

Plus de deux millions de personnes visitent le cimetière du Père Lachaise chaque année. Pour les Parisiens, le cimetière a longtemps été un parc de la ville, un lieu de promenades tranquilles et réfléchies. Son terrain est une ville dans la ville. Elle comporte des rues et des carrefours, des caveaux où reposent les défunts — dont l’architecture rappelle celle des maisons des vivants. Les rues sont dotées de panneaux de signalisation, un système d’orientation visuelle familier aux citoyens modernes.

Le cimetière du Père Lachaise est le plus grand cimetière parisien avec son propre système de signalisation.

L’expert Pavel Grabalov souligne que les cimetières sont avant tout créés pour l’enterrement et la commémoration : dans sa thèse (Grabalov, 2022), il appelle cela la fonction primaire, toutes les autres fonctions étant secondaires et devant être en harmonie avec la primaire. Il s’ensuit que les cimetières doivent être pratiques pour le déplacement des membres de la famille et des proches de ceux qui y sont enterrés, et qu’ils doivent être conçus en tenant compte des principes de la conception universelle, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Selon le chercheur, l’environnement des cimetières européens est aménagé de manière très différente : les cimetières en Russie (si l’on considère que la Russie fait géographiquement partie de l’Europe) sont presque impossibles à déplacer, et en Norvège, la communauté professionnelle qualifie parfois les cimetières de trop ennuyeux, car le réseau d’allées y est très simplement aménagé.

Les résultats de mon observation des visiteurs du cimetière du Père Lachaise et l’avis de l’expert concordent dans le sens où les visiteurs qui viennent au cimetière pour des fonctions secondaires ont des besoins différents. Certains peuvent, par exemple, « souhaiter » se perdre dans le cimetière afin de ressentir son atmosphère particulière. Il est également important de savoir comment les cimetières interagissent avec le milieu urbain environnant : où le cimetière est situé (au centre ou à la périphérie), combien d’entrées il y a, quels sont les espaces qui entourent les cimetières, où se trouvent les arrêts de transport public, quelle est la facilité pour les visiteurs d’atteindre le cimetière et de pénétrer sur le territoire.

En outre, à la suite de l’observation, j’ai identifié trois types de visiteurs de  Citadin (subdivisé en deux sous-types : Simple Passant, Proche), Touriste, Flâneur. Cette typologie a été le point de départ de la description de quatre stratégies de micro-mobilité des visiteurs de cimetières.  

Stratégie № 1 : Préservation des ressources

La planification de l’itinéraire est nécessaire pour les personnes qui disposent d’un temps limité et qui savent clairement où commence et où finit leur voyage (le type Citadin). Comme l’a montré mon observation, cette stratégie est le plus souvent choisie par les Parisiens qui traversent le cimetière en tant que zone où se trouve une partie du trajet entre le domicile et le travail.

Soledad, de 49 ans décrit son expérience : « Je me rends à mon travail. D’habitude je fais ça deux fois par semaine, parce que j’habite à Gambetta et c’est juste court chemin. C’est plus beau, tranquille. J’habite là depuis longtemps. Donc, je le traverse pour aller au travail, mais je le visite aussi à d’autres moments. Je connais à peu près comment il est ».

Cependant, parmi les habitants, j’ai également rencontré ceux qui se promenaient par une fraîche matinée d’automne sur le chemin du bureau, non pas pour gagner du temps, mais pour profiter de la sérénité, de la tranquillité et de la beauté du lieu, combinant ainsi la stratégie n°1 avec la stratégie n°4 de la micro-mobilité (le sous-type Simple Passant).

« Aujourd’hui je le [ le cimetière ] traverse simplement, mais je le connais par coeur. J’habitais à Paris avant. Donc, ça peut être un lieu de visite juste comme ça, de se balader. Ici quand j’habitais à Paris, oui, je visitais le cimetière presque chaque jour. Ah non, pas tous les jours, mais à chaque occasion. C’est un lieu de silence et de calme dans Paris. Je connais bien la ville. Les chemins ici ? Moi, oui, j’en connais quelques-uns pour aller à certaines tombes. Il y a des points repérés. Et l’orientation… Je sais quelle rue est à droite, à gauche, au nord, au sud. Le crématorium, certaines tombes », — dit une ancienne Parisienne de 68 ans. 

Stratégie № 2 : Fréquentation rituelle

Parmi les visiteurs que j’ai interrogés, il y avait aussi des proches de personnes enterrées dans le cimetière. Au cours de l’entretien, l’un de mes interlocuteurs a regardé nerveusement sa montre, invoquant un manque de temps. « Je viens de voir la sépulture de mon épouse. Je viens tous les jours, donc, je le sais exactement où je vais. Et donc, je n’utilise aucun panneau de direction », — dit brièvement un Parisien de 56 ans.

Un autre citadin de 72 ans explique le but de sa visite : « Je vais faire les tombes de famille. Bien, avant d’y arriver je me mets en prière. Je pense à mes ancêtres. Eh bien, je vais voir en général quand même le bureau. Vous remarquerez qu’ici, les tombes sont des sépultures familiales. C’est la chaîne des générations ».

Ceux qui se précipitent vers les cérémonies rituelles ont été rencontrés. Ce dernier par exemple, a refusé de participer au mini-entretien, invoquant la triste occasion de sa visite au cimetière. Pour ce groupe de visiteurs, la nécessité de choisir le chemin le plus court est évidente et compréhensible (sous-type Proche).

Stratégie № 3 : Tourisme

Évidemment, un itinéraire pensé à l’avance permet non seulement d’économiser des ressources, mais aussi d’inclure les sites les plus intéressants à visiter sur le chemin du point A au point B. Les touristes, quant à eux, font rarement un plan détaillé, n’ayant généralement qu’une ébauche mentale avec un ou deux points focaux dans le mouvement prévu.

Les gens interrogés décrivent ainsi leur stratégie :

« C’est ma première visite afin de voir les sépultures de certaines personnalités, par exemple, Édith Piaf, Chopin et certains autres. En fait, mon frère jumeau est venu ici cet été. Puis, il me dit que c’est il m’a dit que ça valait vraiment le coup de se promener, de se balader dans le cimetière et ça fait longtemps que je connais aussi le nom, la réputation du cimetière », — Alain de 63 ans, Montréal.

« C’est bon de voir Jim Morrison. Il est génial. Avant de venir au cimetière, je viens de télécharger l’application « Rick Steves. Audio Europe ». C’est ma deuxième visite, car j’aime vraiment Jim Morrison », — Leslie-Anne de 35 ans, Édimbourg.

Malheureusement, en raison du peu de temps disponible pour visiter le cimetière, je n’ai pas eu le temps je n’ai pu analyser les stratégies et les itinéraires des guides et des groupes de touristes organisés. L’observation et l’enquête ont été réalisées auprès de touristes individuels et de ceux se déplaçant en couple, non accompagnés d’un guide professionnel.

Stratégie № 4 : Improvisation

Dans le même temps, il convient de mentionner l’observation flottante comme une pratique socioculturelle d’exploration intuitive de l’espace, où l’utilisation de cartes et de repères visuels sous quelque forme que ce soit n’est pas du tout nécessaire. En analysant la promenade, divers chercheurs ont identifié quatre caractéristiques qui lui sont propres. L’une d’entre elles concerne les technologies qui permettent le mouvement, en régulant son style et sa vitesse dans ses différentes variations. Ces technologies comprennent : «…chaussures, vêtements, lieux de repos, trottoirs et sentiers, autres circulations, lieux de promenade, règles et règlements concernant la circulation et l’accès à celle-ci, panneaux indicateurs, etc.» (Urry John, « Les systèmes de la mobilité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, no. 1, 2005, pp. 23-35).

En observant les visiteurs du cimetière du Père Lachaise cet automne et en discutant avec certains d’entre eux, j’ai découvert que l’observation flottante comme mode d’improvisation est une pratique de la micro-mobilité, caractéristique à la fois du touriste oisif et du citadin qui connaît depuis longtemps le lieu, mais qui n’a pas d’itinéraire préétabli pour le traverser.

« Je ne sais pas comment m’orienter sur le cimetière. J’en ai aucune idée. Ce que je vais faire, c’est que je vais m’informer. À des gens que je vais rencontrer, mais j’y vais aussi au hasard. Ben, je vais improviser », — raconte Alain de 63 ans, Montréal.

Des services cartographiques pour aider le citadin, le touriste et le flâneur

Revenons à la question principale de la recherche. Les cartes électroniques sont-elles demandées pour la planification des itinéraires dans le cimetière du Père-Lachaise ? Les stratégies de déplacement influencent-elles le choix du mode de navigation dans l’espace public ?

Carte numérique vs carte classique. Laquelle choisir ?

Aujourd’hui, chacun d’entre nous possède un smartphone sur lequel il peut télécharger diverses applications cartographiques. Avant de visiter le cimetière, j’ai légèrement laissé de côté la carte papier, me réjouissant de la possibilité de tracer des itinéraires vers les lieux d’intérêt en utilisant le service bien connu de Google Maps. Les cartes de la société américaine permettent non seulement de tracer un itinéraire, mais aussi d’obtenir une description textuelle et photographique détaillée de l’endroit que je veux visiter et de lire les commentaires des visiteurs, qui évaluent l’endroit sur une échelle de cinq points. C’est une façon moderne de capturer la mémoire d’une génération, une numérisation et une cristallisation de l’opinion publique dans cette période particulière de l’histoire.

En prenant de l’avance, je dirai que le service a été décevant : dans certains cas, il a échoué. Je n’ai pas pris le raccourci vers la tombe de Coco Chanel. Ainsi, seules deux personnes interrogées sur dix ont utilisé la navigation GPS et les cartes électroniques du cimetière pour se déplacer dans le parc.

Sur le site de la mairie de Paris, sept types de plans peuvent être téléchargés au format PDF dans la section consacrée au cimetière. Les plans thématiques contiennent des informations sur des personnes notables dans les domaines du théâtre, du journalisme, de la musique et de la philosophie. Il existe une carte consacrée aux tombes de femmes françaises influentes. Un itinéraire historique des événements de 1871 est disponible pour consultation et téléchargement. Malgré la richesse et l’étendue des informations fournies par ces cartes, aucune des personnes que j’ai interrogées n’avait utilisé les cartes PDF pré-téléchargées. J’ose croire que le fait de devoir se rendre sur le site de la mairie de Paris, de trouver la bonne rubrique et de télécharger l’une des sept versions de la carte (une action apparemment simple qui ne nécessite que trois clics) est une tâche trop lourde pour l’internaute ordinaire.

L’affichage et les cartes classiques sont-ils toujours populaires ?

Cependant, malgré la popularité des services en ligne modernes et le fait que chaque visiteur dispose d’un smartphone, les cartes en papier ainsi que les affiches contenant des informations sur l’emplacement des principaux sites spatiaux sont également très prisées par les visiteurs du cimetière.

Le matin du 29 novembre, entre 09h00 et 10h00, j’ai vu les gens se concentrer près de la carte à l’entrée principale du cimetière. Les visiteurs échangeaient des conseils sur la manière de choisir le meilleur itinéraire pour se déplacer dans le cimetière, dessinant dans l’air les trajectoires. Près de l’affichage à l’entrée du cimetière, on pouvait voir 5 à 7 personnes à la fois. L’une de mes interviewées d’âge mûr m’a dit que les jeunes de nos jours se cachent derrière l’écran de leur téléphone portable, ratant ainsi la communication en direct qui est le moyen le plus efficace d’obtenir des informations précieuses.

Les visiteurs à 09.20, 28.11.2022
Les visiteurs à 09.40, 29.11.2022
Les visiteurs à 09.45, 29.11.2022

Quels autres facteurs influencent les pratiques de la micro-mobilité ?

Outre les objectifs, la motivation à visiter le cimetière, les éléments physiques du système d’espace public influencent également le choix de la stratégie de déplacement des visiteurs. La commodité de l’entrée dans le cimetière, le système d’allées, la disponibilité d’informations complètes (signalisation, panneaux indicateurs, présence du personnel du cimetière), l’emplacement des bancs et même l’éclairage sont importants. 

« Cette recette sera différente pour chaque cimetière. Chaque pays, voire chaque ville, a ses propres exigences en matière d’aménagement de l’espace. À Oslo, Copenhague et Moscou, ces exigences sont énoncées en termes plutôt généraux, l’accent étant mis sur le fait que la conception du cimetière doit être réalisée de manière propre. Les solutions spécifiques sont généralement laissées aux urbanistes eux-mêmes pour concevoir un cimetière particulier et déterminer ce qui est approprié dans ce cas, ce qui me semble être la bonne chose à faire. Mais tout dépend de la compétence de l’architecte. Là encore, le contraste est énorme entre la Russie, où les projets de cimetières sont anonymes et ne contiennent aucune créativité, et la Norvège, où depuis plus de 80 ans, à l’Université Norvégienne des sciences de la vie, il existe un cours sur la planification des cimetières destiné aux architectes », — conclut Pavel Grabalov.

Le Père Lachaise dispose d’un système très élaboré d’organisation de l’espace public. Le système de communication visuelle avec les visiteurs, la présence de bancs, de panneaux de signalisation et de services numériques pour le tracé des itinéraires, ainsi que la longue histoire du site et la réputation des personnes qui y sont enterrées, sont autant de facteurs externes qui permettent au cimetière de rester l’un des plus célèbres au monde.

Résumé

Dans mon enquête, j’ai tenté d’analyser les pratiques de micro-mobilité des visiteurs du cimetière du Père Lachaise, en tenant compte de l’objectif de la visite et du choix de l’orientation dans l’espace public. Avant de visiter le cimetière, je supposais qu’il n’y avait que deux types de visiteurs : les Touristes et les Proches. Le contexte culturel et social m’a révélé la présence de deux autres types : les Flâneurs  et les Citadins, qui se déplacent dans le cimetière à la fois afin d’avoir le plaisir esthétique et pour des raisons pragmatiques, comme gagner du temps sur le chemin du travail.

Parmi les visiteurs interrogés, les services de cartographie électronique semblent être peu demandés. Dans la plupart des cas, les visiteurs ne préparent pas leur visite, n’établissent pratiquement jamais d’itinéraires détaillés (ou ne connaissent que celui qui mène aux tombes des proches qui sont enterrés) et se fient à la perception intuitive de leur environnement.

Il est évident que d’autres facteurs tels que la saison de visite du cimetière, les conditions météorologiques, les déplacements des visiteurs en groupes et individuellement, le sexe, l’âge, la profession du visiteur et peut-être même des détails tels que le choix des vêtements et des chaussures pour la visite du cimetière méritent d’être pris en compte lors de la poursuite de l’étude.

À long terme, les résultats d’une telle analyse pourraient être utiles à la direction du cimetière ainsi qu’à la mairie de Paris, notamment pour améliorer le système de communication en ligne et hors ligne avec le grand public.

Vivre autour d’une nécropole. Une observation au cimetière du Père-Lachaise

Les lieux de sépulture ont une relation particulière à l’espace. Initialement à l’écart des lieux de vie, la demeure des morts se retrouve souvent ostracisée, à l’abri des regards, dans un lieu généralement peu accueillant. L’expansion urbaine a néanmoins bouleversé la relation de la cité avec ses nécropoles. Dans les grandes villes, les cimetières font rapidement face à des limites en termes d’espace. L’accroissement des villes a entouré les cimetières, les empêchant de s’agrandir. Des habitants se sont retrouvés nez à nez avec des sépultures, devant leurs fenêtres. Les interactions du monde des vivants avec le cimetière se sont donc multipliées alors même qu’il a toujours été question de garder les nécropoles éloignées. 

Certains riverains ayant une vue plongeante sur un cimetière sont confrontés quotidiennement à l’atmosphère macabre qui règne dans les nécropoles. Les sols de ces derniers sont bien souvent recouverts de surfaces minérales froides pour en limiter l’entretien et des arbres symboliques de la mort y sont plantés. Tout est fait pour rappeler la mort, même les fleurs déposées, vouées à mourir. Outre ce paysage funèbre, les cimetières ont connu des mutations au grès des évolutions sociales et du temps subissant extensions ou rétrécissements, aménagements paysagers, évolution des pratiques culturelles, nouveaux courants architecturaux. Tous ces changements, donnent à voir aux riverains un spectacle lugubre chargé d’histoire, lui rappelant à chaque fois sa condition de mortel.

D’abord baptisé le cimetière de l’Est en 1804, le cimetière du Père-Lachaise ne fait pas exception à ce portrait. Il possède néanmoins quelques spécificités qui le rendent unique. Avec ses 44 hectares, c’est le plus grand cimetière intra-muros de Paris et l’un des plus célèbres au monde accueillant chaque année deux millions de visiteurs. Alors qu’il a été créé sur un des flancs de la colline de Charonne, les architectes ont fait preuve d’une adaptation topographique improbable. Le cimetière détient une position symbolique dans la ville ; les morts, en hauteur, regardent les vivants.

Un cimetière verdoyant offrant aux riverains d’innombrables scènes de vie

C’est donc avec plusieurs aprioris sur les interactions entre riverains et cimetière que j’aborde mon observation flottante au Père-Lachaise un matin d’octobre. Peu habitué des cimetières, je pars avec une forte appréhension, comme persuadé que cette visite va me démoraliser. Alors que je m’approche de la Porte du Repos, une question persiste : quelle relation peuvent bien entretenir les riverains avec cette immense nécropole et en particulier ceux ayant une vue directe sur les tombes.

J’entreprends alors de faire le tour d’enceinte depuis l’intérieur du cimetière afin d’observer la proportion d’individus confrontés à la vue du cimetière. Dès mes premiers pas, je constate vite que le cimetière est entouré d’un mur de briques d’au moins deux mètres en moyenne. Seuls les deux premiers étages des immeubles qui entourent le cimetière sont épargnés du sinistre paysage offert par le cimetière.

Une dizaine de minutes après mon départ depuis la Porte du Repos, j’atteins l’extrémité ouest du cimetière. Je fais face à un premier bloc d’immeuble séparé par le mur d’enceinte. Celui-ci est en partie paré de plantes grimpantes comme du lierre ou des vignes rendant la séparation entre monde des morts et monde des vivants moins abrupte de l’intérieur. La végétalisation des murs semble néanmoins sporadique et désordonnée, comme si les agents d’entretien laissaient la nature reprendre ses droits. Ce camouflage interne se retrouve un peu plus loin, sur la face nord-ouest, dans la zone du jardin des souvenirs. Mais déjà, j’ai le sentiment que la visibilité de ces stèles par les riverains est limité. D’imposants arbres plantés à la base du mur empêchent de distinguer clairement les tombes et caveaux.

Monument aux Morts dans la zone du jardin des souvenirs en partie camouflé par les arbres – Crédit : Eliot Meyer

En poursuivant mon chemin le long de la limite nord-est, je constate que des pics, barbelés et grillages ont été installés au-dessus des murs. C’est notamment le cas pour les pans de murs qui jouxtent les rues ou les entrées. Ils donnent un sentiment d’être dans une zone interdite, voire dans une prison. J’ai ainsi observé d’importants grillages au niveau du Lycée professionnel Charles de Gaulle ainsi qu’à la porte de la Réunion. Comme pour se protéger de toute intrusion, ces murs renforcés sont la preuve qu’ils ont été érigés pour préserver le monde des morts.

Mur renforcé de barbelés à côté du Lycée professionnel Charles de Gaulle – Crédit : Eliot Meyer

Sur le chemin du retour, je prends la mesure de la végétation qui prospère ici et notamment les nombreux arbres qui ont élu domicile dans cette nécropole. Néanmoins, les érables et les marronniers n’occultent pas tout et donnent à voir une diversité de scènes qui n’ont parfois aucun lien avec la mort. Depuis le cimetière, je peux voir des fenêtres qui donnent sur une multitude de tombes allant du caveau familial aux tombes individuelles les plus farfelues. J’imagine alors que le regard du riverain se pose sur un caveau délabré, une tombe fleurie à l’approche de la Toussaint ou encore le rubalise des chantiers pour sécuriser une tombe qui s’effondre. La végétation verdoyante détonne. Elle est en contraste avec les couleurs grisâtres des sépultures. En effet, les innombrables arbres sont accompagnés par des buissons à leur base, des fleurs ou des hautes herbes. L’arrivée de l’hiver offre néanmoins un spectacle moins coloré avec des arbres qui perdent leurs feuilles – améliorant de fait la visibilité – et des fleurs qui fanent. De retour à la Porte du repos, je croise une myriade de voiturettes d’agents d’entretien. Alors éloigné des chemins fréquentés depuis le début de ma visite, je croise également un groupe de touristes. Devant toute cette animation, je tourne la tête vers l’immeuble qui fait face à l’entrée et distingue une dame qui ouvre sa fenêtre pour fumer une cigarette, scrutant elle aussi la scène.

Caveaux situés à côté de la porte du repos. Derrière cette photo, il faut s’imaginer qu’il y a toute une agitation – Crédit : Eliot Meyer

Après une première visite le long des murs frontaliers du cimetière qui a bousculé mes aprioris, je décide de m’aventurer au cœur de la nécropole pour poursuivre ma réflexion sur la visibilité du cimetière par les vivants. Cette fois-ci, je décide de ne pas me fixer un trajet prédéfini pour me laisser surprendre par la fugacité des scènes de vie du cimetière confirmant ainsi certaines de mes premières observations. Un premier constat émerge rapidement ; plus on s’enfonce au centre du cimetière plus la végétation semble camoufler les caveaux.

Au détour d’un arbre, j’aperçois un immeuble au loin et commence à m’intéresser à la question de la distance. Les riverains les plus proches qui surplombent le mur ont la possibilité de distinguer les tombes mais, qu’en est-il des habitants des immeubles plus éloignés ? Ces lointains voisins semblent avoir une vue plus globale du cimetière sans pour autant être suffisamment proches pour distinguer certains détails comme les tombes. J’en déduis que la différence de distance ne confronte pas les individus à la même interprétation du cimetière. Le riverain qui habite au troisième étage d’un immeuble mitoyen peut quasiment lire l’épitaphe de la tombe qui se situe en dessous de sa fenêtre alors que celui qui habite dans un immeuble en surplomb, à plusieurs kilomètres du cimetière, ne verra qu’un ensemble verdâtre et distinguera peut-être quelques-uns des caveaux les plus imposants.

Au loin, on peut distinguer un immeuble parmi les nombreux feuillages – Crédit : Eliot Meyer

La seconde visite m’a permis de m’arrêter sur des détails internes du cimetière, mais elle m’a surtout convaincu que la densité d’arbres et de végétation permettaient de dissimuler le cimetière aux riverains les plus proches comme à ceux qui sont plus éloignés. A ce moment-là, je décide de changer de paradigme. Il faut sortir de l’enceinte du cimetière pour approfondir mon analyse et adopter un point de vue externe, du côté des vivants.

Un habile jeu de cache-cache entre le monde des vivants et celui des morts dans les alentours du cimetière

Pour la troisième visite, je choisis de faire à nouveau le tour du cimetière. J’essaye alors de suivre l’enceinte extérieure, et ce, dans le sens inverse de celui effectué lors de la première visite. Je débute mon parcours dans la Rue du Repos. Sur le chemin, je constate rapidement que les environs n’offrent pas de rue accolée directement au cimetière mais, plutôt des habitations et des lotissements fermés aux publics. Bloqué, je ne peux donc pas voir directement le cimetière. De surcroît, je vois sur mon plan que la moitié du cimetière n’est pas bordé par une rue, mais par des logements ou des parcs. Comment accéder aux maisons qui bordent le cimetière ? Je me résolus assez vite que voir directement le cimetière de l’extérieur ne sera pas facile mais, je choisis de m’attacher aux signes qui se rapportent aux cimetières.

Bureaux dans le quartier non loin de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Juste avant d’arriver sur le boulevard de Charonne, je vois un homme ouvrir la porte d’une grande cours intérieure qui donne à voir sur les arbres du cimetière. Il me tient la porte et par chance, je réussis à m’immiscer. Je saute sur l’occasion pour lui demander s’il habite dans un logement qui a une vue sur le cimetière. Interloqué, il affirme travailler ici et ne plus faire attention au cimetière qu’il voit depuis la fenêtre de son bureau. Il voit finalement plus les grands arbres qui font face à l’immeuble que les tombes logées à leurs pieds. De retour sur le boulevard de Charonne, j’arrive à nouveau à distinguer les arbres du cimetière entre deux immeubles.

Cour intérieure qui donne sur les arbres et le mur du cimetière – Crédit : Eliot Meyer

Je bifurque ensuite sur le Boulevard de Bagnolet qui est ponctué par de petites voies escarpées dans lesquelles je m’engouffre. Je passe d’abord par la Cité Aubry. Cette voie pavée accueille des logements, ateliers, et même un chapelier. Au détour de cette Cité, je m’engage dans la Villa Riberolle et aperçois enfin les arbres du cimetière au bout d’une impasse qui semble bien animée pour un mardi matin. En effet, plusieurs bars et restaurants ont élu domicile dans ce petit recoin et s’y déroulait ce matin-là tout un ballet de livreurs. Je continue mon chemin et passe devant le lycée Charles de Gaulle qui jouxte le cimetière.

Au fond de la villa Riberolle, on distingue la végétation du Père-Lachaise – Crédit : Eliot Meyer

Un peu plus loin, la rue de la réunion donne sur la porte la Réunion, mais aussi et surtout sur le jardin Pierre-Emmanuel. Ce jardin, situé à deux pas du Mur des fédérés, semble avoir préservé une nature sauvage via des techniques de jardinage biologique ventées sur la pancarte de l’entrée. Ce vaste espace vert s’harmonise avec les vallonnements de la colline de la nécropole, située en contre-haut. Sur le mur qui sépare le parc du cimetière, vignes et lianes s’entrelacent. Je ressors dans la rue Lesseps qui accueille une École Élémentaire, elle aussi se situe à deux pas du mur des Fédérés.

Le jardin Pierre-Emmanuel accolé au mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

Après être passé devant la Villa Godin, je bifurque rue des Pyrénées. Un immeuble abandonné intrigue mon regard. Ce « Love Hotel » tagué détonne avec le cimetière tout proche. Juste à côté, je m’aventure dans le square Henri-Karcher. Ce jardin est accroché aux flancs du cimetière. Il offre un réel bol d’air pour se ressourcer à l’écart de l’agitation urbaine. Un chemin escarpé mène au haut de la colline de Ménilmontant. Au milieu des enrochements surgissent de nombreux arbustes ainsi que plusieurs prairies. Le square comporte également à son sommet un enclos de ruches accolées au mur d’enceinte de la nécropole. Alors que l’on ne peut distinguer visuellement la présence du cimetière tout proche, ces ruches apparaissent comme une volonté de lutter contre la fatalité de la vie. En voie de disparition en milieu urbain, les abeilles profitent ici d’un habitat artificiel qui participe au bon équilibre de l’écosystème qui les entourent. En sortant, je suis surpris par le mur extérieur du square. Il constitue une réelle fresque comprenant ce que je crois être des poèmes sur la fugacité de la vie.

Les abeilles du square Henri-Karcher, voisines du cimetière

Un peu plus loin, je monte sur le pont de la rue Charles Renouvier pour rejoindre la rue de Rondeaux. Cette rue longe le mur du cimetière sur plus de 500 mètres et passe devant la porte Gambetta. Les hauts murs d’enceinte sont surplombés par les arbres plantés à l’intérieur du cimetière et n’offrent guère une vue sur le cimetière aux passants. Les riverains quant à eux, semblent bénéficier des hauts arbres pour cacher leur vue. Au fur et à mesure que progresse dans la rue, je me rends de plus en plus compte que les riverains ont un balcon qui donne sur le cimetière et d’autres ont une terrasse aménagée pour accueillir plus de monde. Cela me pousse à croire que le cimetière n’est pas un problème pour eux.

Cette maison avec baie vitrée rue Rondeaux offre un panorama privilégié sur le cimetière, mais surtout ses arbres – Crédit : Eliot Meyer

Au bout de la Rue de Rondeaux, je tourne dans le square Samuel de Champlain qui sépare le cimetière de l’avenue Gambetta. Pourtant, il est quasiment impossible de distinguer le mur d’enceinte de la nécropole qui est camouflé par des plantes grimpantes et les arbres situés à l’intérieur du cimetière tout comme ceux plantés dans le square. Je porte mon regard de l’autre côté pour m’assurer que les immeubles de l’avenue Gambetta en contre bas n’ont pas de visibilité sur les caveaux. Alors que les arbres commencent à perdre leur feuillage, seuls les riverains habitants aux derniers étages de certains immeubles peuvent apercevoir le haut des sépultures les plus imposantes.

La faible visibilité des immeubles de l’avenue Gambetta sur le cimetière grâce aux arbres du square Samuel de Champlain – Crédit : Eliot Meyer

Avant de quitter le square, je remarque qu’un petit mur a été érigé devant le mur d’enceinte du cimetière.  Elevé à la mémoire de toutes les victimes des révolutions, il commémore les victimes des répressions de toutes les insurrections populaires, et en particulier de la Commune de Paris. C’est comme si le cimetière s’invitait dans un lieu de vie avoisinant, poussant à rappeler au passant qu’il est à deux pas d’une nécropole.

Le mur en mémoire de toutes les victimes des révolutions du square Samuel de Champlain devant le mur d’enceinte – Crédit : Eliot Meyer

A la sortie, je passe devant la porte des amandiers pour redescendre le boulevard Ménilmontant. Je suis surpris par le monument aux morts de la grande guerre consacré à Paris à ses enfants. Sur plus de 280 mètres le nom des plus de 90 000 Parisiens morts au combat et des 8 000 disparus est inscrit sur des plaques directement apposées sur le mur d’enceinte du cimetière. Comme pour la rue de Rondeaux, aucun caveau n’est visible grâce au mur. Ainsi, ce monument aux morts semble revêtir une dimension symbolique en venant une nouvelle fois s’inviter dans le monde des vivants alors que la possibilité de commémorer ces morts est déjà possible à quelques encablures dans le cimetière. Puis, je me retourne une nouvelle fois du côté des riverains. Entre deux immeubles de taille moyenne, je constate un terrain quasiment vide. C’est l’ancien terrain de sport de Ménilmontant. Théâtre d’une âpre bataille pour être remplacé par des immeubles d’habitation, il a été renommé Terres d’écologie populaire de Ménilmontant par les militants. Auto-géré par les riverains, ce lieu de vie alliant nature, écologie et sport, contraste avec le cimetière et le monument aux morts qui lui font face.

Le monument aux morts de la Grande Guerre consacré à Paris et à ses enfants sur le boulevard Ménilmontant – Crédit : Eliot Meyer

Alors que passe devant la porte principale avant de rejoindre la rue du Repos, je constate une grande concentration de commerces qui fait face au mur d’enceinte ; pompes funèbres, fleuristes, services funéraires ou encore des bars. D’habitude plus rares sur mon chemin, ce constat me pousse à avoir une réflexion sur ces lieux de vie essentiels. Certains d’entre eux reprennent le champ lexical du cimetière afin d’attirer les clients ou de marquer leur attachement au cimetière. D’autres plus pernicieux, ou juste opportunistes, installent leur magasin de marbrerie ou de fleurs en face des entrées du cimetière. Comme si le monde des vivants voulait tirer parti de celui des morts. Au-delà de ces commerces, hôtels, bureaux, écoles, bar et restaurants ont élu leur domicile dans les rues qui jouxtent le cimetière. Cette diversité témoigne de toute la vivacité qui existe dans les quartiers avoisinant le cimetière.

Les commerces du boulevard Ménilmontant, tous proches de la porte du Repos – Crédit : Eliot Meyer

Pour cette dernière visite autour du cimetière du Père-Lachaise, j’avais entrepris de faire le tour externe du cimetière pour avoir le point de vue des vivants sur les morts. Je n’ai finalement eu que très peu de visibilité directe sur le cimetière notamment à cause de la végétation présente en dehors et dans la nécropole ainsi que son mur d’enceinte. Il existe pourtant bien des traces disséminées dans les rues animées qui bordent le cimetière.

Conclusion

A l’issue de ces trois observations, je me suis rendu compte de certaines limites. J’aurais souhaité que mon cheminant à l’extérieur du cimetière soit complété par des points de vue directs sur le cimetière, chez des riverains. J’aurais également recueilli plus de témoignages pour compléter mes hypothèses.

Néanmoins, mes visites m’ont permis de voir que le monde des vivants s’invitait dans celui des morts en offrant un spectacle vivant qui contraste avec le climat sinistre qui règne habituellement dans un cimetière. Même s’ils font parfois face aux tombeaux et donc face à leur destin de mortel, le ballet incessant des ouvriers de maintenances, des visiteurs ou des familles de défunts constituent un décalage important. La nécropole est même une bouffée d’oxygène pour les riverains qui peuvent bénéficier d’un espace vert très calme pour fuir l’agitation de la ville.

C’est d’ailleurs grâce à cette végétation que tous les riverains n’ont pas une vue dégagée sur le cimetière. Et même en hiver lorsque les arbres perdent leur robe verte, leur grand nombre cache la vue aux riverains. Le mur constitue également un élément de camouflage important, mais aussi de protection contre d’éventuelles profanations ou squatteurs. Il joue surtout le rôle symbolique de frontière entre le monde des morts et celui des vivants. Dans ce cimetière boisé, c’est un habile jeu de cache-cache qui est disputé entre l’intimité du monde des vivants et la pudeur du monde des morts.

Alors que j’ai tenté d’étudier la question de la visibilité du cimetière, mon observation s’est recentrée sur les liens entre le monde des vivants et celui des morts. En effet, si le cimetière n’est pas directement visible de l’extérieur, plusieurs signes rappellent sa présence. Là encore la végétation foisonnante du cimetière est perceptible à plusieurs endroits laissant presque croire qu’il s’agirait plutôt d’un parc. Les pompes funèbres, bouchers, panneaux de signalisation ou encore monuments aux morts sont quant à eux autant d’indices symboliques de la présence toute proche du cimetière, comme une incursion du monde des morts dans celui des vivants.

Eliot MEYER

Compte rendu d’étude de terrain sur Paris dans la crise sanitaire : les environs de ma porte rue du Faubourg Saint Antoine

Première phase d’étude : le confinement, facteur de dynamisation de la vie de quartier ?

Le contexte de l’épidémie du Covid 19 imposait à certaines villes de France d’instaurer un confinement, c’est-à-dire, des règlementations vigoureuses visant à réduire au maximum les sorties et les contacts entre les individus afin de limiter la circulation du virus.

J’ai donc été étonné de constater une affluence dans les rues qui excédait ce à quoi je me serais attendu, et ce à des heures différentes du jour. Je loge rue du Faubourg Saint Antoine dans le 11ème arrondissement de Paris, quartier dans lequel règne une certaine intensité urbaine. Ne constatant pas de différence majeure entre la rue en période de crise et hors période de crise, je me suis donc permis d’émettre une question : « se pourrait-il que le confinement, en réduisant (théoriquement) la zone de libre circulation des citoyens, concentre leurs activités dans leur quartier et le dynamise ? ». On peut définir le quartier comme une portion urbaine ayant des caractéristiques propres. Dans mon cas, il s’agit de la parcelle de la rue du Faubourg saint Antoine allant de cinq cents mètres de part et d’autre de la porte d’entrée de mon immeuble. On dénombre cinquante-quatre commerces ouverts pour 39 fermés. La possibilité des activités est donc réduite de moitié.

Restaurants et commerces alimentaires ouverts Espaces spécialisés commerçants ou non (ouverts) Total des structures ouvertes Restaurants et commerces alimentaires fermés Espaces spécialisés commerçants ou non (fermés)  Total des structures fermées Nombre de structures total Pourcentage de structures ouvertes
50 4 54 5 34 39 94 58,51%

Afin de quantifier l’intensité des commerces, j’ai comparé l’affluence observé physiquement à plusieurs horaires de la journée avec celle indiqué par Google Maps, en tenant compte de leur méthode de calcul qui ne permet pas de connaître le nombre moyen de personnes mais « la fréquentation à chaque heure par rapport à l’heure où il y a le plus de monde pendant la semaine ». Les statistiques sont établies par rapport aux derniers mois, ce qui nous permet d’estimer que les informations indiquées seront principalement fondées sur une période de non-confinement, puisque que celui-ci commençait le Vendredi 30 Octobre. Mais ce système a pour but d’informer les usagers et pas d’alimenter des statistiques, de plus l’analyse de terrain a plutôt révélé une fréquentation inférieure à ce que semblait indiquer Google Maps. J’ai donc entrepris d’interroger les patrons ou gérants. Je n’ai pas pu rencontrer celui du supermarché et n’ai pas obtenu d’information sur la fréquentation de son établissement. Je me suis également entretenu avec les patrons de dix restaurants, dans neuf cas sur dix, ils ont observé une baisse de fréquentation de leur établissement et une hausse des ventes à emporter, le dernier cas était un traiteur/restaurant et n’a donc pas observé de véritable baisse de régime puisque la pérennité de son commerce dépendant essentiellement des ventes à emporter. 

Avec l’activité commerciale divisée par deux et une certaine baisse de régime des établissements culinaires on n’observait pas d’intensification par concentration des activités. L’impression initiale d’intensité urbaine étant certainement due à une attente d’inactivité trompée par le mouvement des personnes dans la rue. Je réorientai donc ma réflexion vers une autre thématique.

Seconde phase d’étude : en quête d’un vécu « normal »

À la suite de cette première partie de mon étude de terrain, j’ai constaté que mon hypothèse sur la redynamisation du quartier en période de crise n’était pas vérifiée. Au contraire, outre la baisse d’activité des commerces, mon vécu du quartier ne révélait donc pas une hausse de l’intensité urbaine mais au moins une certaine normalité qui ne me semblait pas exister dans tous les quartiers de Paris en cette période. J’ai donc décidé de formuler une nouvelle hypothèse : « Se pourrait-il que, pendant le confinement, les habitants de mon quartier soient dans une recherche de normalité ? ». Autrement dit, se pourraient-il qu’ils recherchent par leurs activités, leurs actes et leur organisation, un vécu le plus identique possible à celui qu’ils connaissaient hors des conditions de la crise sanitaire ?

Pour vérifier cette hypothèse, je décidai de mettre en place une méthode qui me permettrait d’échanger avec des passants, tout en sachant bien que le respect de la distanciation sociale pourrait être un frein à ma démarche. J’optai donc pour la méthode de l’« observation flottante ». Exposer par Colette Pétonnet dans son article intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. Ce système d’analyse consiste, dans un espace donné, en une déambulation du chercheur dont tous les sens doivent être en éveil. Chaque élément perçu devient donc une potentielle information et c’est au gré de ses observations et des échanges occasionnels que le chercheur évolue dans son espace, d’où l’idée de « flottant ». Cette méthode est strictement empirique, elle permet de laisser émerger les « règles sous-jacentes » qui régissent un lieu. Normalement, on ne formule pas d’hypothèse ou de supposition préalable à sa pratique, mais, dans mon cas, je décidai de détourner cette démarche pour l’adapter à ma recherche et palier son manque de précision.

Outre le ressenti du lieu qu’allait me permettre cette déambulation, il me fallait un maximum d’échanges avec des passants pour pouvoir chiffrer mon étude et obtenir les résultats les plus rigoureux possible. Je devais donc les provoquer plutôt qu’attendre qu’ils se produisent, d’autant que, dans le contexte de la crise, une conversation dans la rue avec une personne inconnue avait peu de chance d’arriver sans un coup pouce. D’un autre côté je voulais à tout prix éviter des entrevues du type « micro-trottoir », d’abord car leur caractère « officiel » aurait été aux antipodes de l’observation flottante, et ensuite car mes questions allaient toucher au respect des restrictions du confinement et auraient potentiellement incité mes interlocuteurs à ne pas être parfaitement transparents.

Le premier jour suivant le début de cette seconde phase d’étude, je tentai donc tout simplement d’engager la conversation avec des personnes que je croisais dans la rue. Il ne me fallut pas plus de cette journée d’échecs pour me rendre compte que j’avais été un peu trop optimiste. Je devais trouver une alternative m’assurant au moins un minimum d’échanges. Après réflexion, il m’a semblé qu’aborder les fumeurs statiques étaient une option réalisable : elle me permettait de ne pas interrompre la marche d’un passant et surtout de pouvoir pratiquer une bien célèbre astuce de prise de contact, j’ai nommé le « Excusez-moi, puis-je vous emprunter du feu ? ».

Entre le 26 novembre et le 11 décembre j’ai effectué cinquante-sept tentatives de prise de contact dont vingt-cinq ont donné lieu à des échanges, sur ces vingt-cinq, dix comportent des réponses à mes deux questions. Je ne peux d’ailleurs en aucun cas affirmer la véracité des dires de mes interlocuteurs quoi que dans l’ensemble, l’aspect spontané des conversations leur donnaient un air de franchise. A Partir du 28 Novembre, j’ai dû interroger à propos du confinement précédant l’allègement qui conférait une liberté beaucoup plus grande aux citoyens dans la crise.

 Pour introduire mes questions dans les conversations sans qu’elles ne semblent préparées, il m’a fallu les adapter aux différentes situations. La première avait pour but de connaître le ressenti des personnes quant à leur vécu des restrictions et de savoir ce qu’elles avaient pu faire pour palier leur manque de liberté. La seconde, un peu plus insidieuse, avait pour objectif de savoir si elles avaient pu enfreindre les règles. En effet, enfreindre une règle de confinement suppose la recherche d’une activité qui était possible hors confinement, ce qui peut donc être considéré comme une recherche de normalité.

« Avez-vous souffert des conditions du confinement ? »

7 personnes ont déclaré avoir été gênées, ou avoir souffert des conditions du confinement.

2 personnes ont déclaré avoir continué de travailler et donc ne pas avoir véritablement souffert d’un manque de liberté de mouvement.

1 personne a déclaré ne pas avoir vu ses habitudes changées.

« Si oui, comment avez-vous tenter d’y remédier »  

4 personnes ont déclaré avoir multiplié les balades pour pouvoir prendre l’air.

1 personne a révélé avoir changé ses habitudes en arrêtant de faire des courses pour la semaine afin de pouvoir en faire chaque jour et augmenter le nombre de ses sorties.

1 personne a déclaré avoir commencé de nouvelles activités à faire chez soi.

1 personne a déclaré avoir continué à sortir et à côtoyer des amis et de la famille presque normalement sans jamais avoir été contrôlée.

« Avez-vous pu voir du monde ? »

4 Personnes ont déclaré s’être rendues chez des proches ou avoir reçu des proches de manière occasionnelle.

2 Personnes ont déclaré avoir vu des proches à l’extérieur.

2 Personnes ont déclaré n’avoir fréquenté personne d’autre que ceux avec qui elles vivaient travaillaient.

1 personne a déclaré avoir occasionnellement reçu des proches

1 Personne a déclaré s’être rendue, ou avoir reçu des proches de manière régulière.

L’observation de ces résultats tente à montrer qu’une majorité de personnes a souffert des conditions du confinement et qu’elle a chercher à s’adapter en exploitant les possibilités à sa disposition pour pouvoir sortir ou s’occuper le mieux possible. Il faut dire d’une part, que l’interprétation de ces chiffres repose sur une confiance de la transparence des interlocuteurs et d’autre part, que dix échanges ne suffisent certainement pas à établir un caractère général à cette recherche de normalité. Ce qui nous montre la limite de ma démarche dans cette situation. Mais selon cet échantillon, on peut conclure qu’une majorité a été dans un processus de normalisation de son vécu du confinement. Cependant, outre ces dix échanges « complets », les « incomplets » m’ont permis de me rendre compte de certaines choses, bien que je ne puisse pas étayer mes dire par des chiffres. C’est d’ailleurs grâce à la liberté que permet « l’observation flottante » que ces éléments me sont apparus. J’ai par exemple eu l’occasion d’échanger avec une personne qui se déplaçait beaucoup dans tout Paris pour voir des proches ou se rendre à des soirées en exploitants les limites du système des attestations dérogatoires en ligne. A l’inverse d’une version papier, il est possible de régler l’horaire de sortie sur la version numérique, ce qui lui permettait d’allonger à volonté la durée de ses déplacements. Ou encore, d’utiliser une attestation pour « déplacement familial impérieux » pour excéder la limite du kilomètre et d’en changer pour une balade d’une heure une fois arrivée dans le quartier souhaité. Il lui était donc possible de manipuler à volonté ses motifs et durées de sortie et ainsi de jouir d’une liberté quasi-totale. Il faut tout de même ajouter que, selon ses dire, il n’avait jamais été contrôlé et ne semblait pas ressentir de pression particulière vis-à-vis de l’amende possible ou simplement d’une potentielle contamination.

Pour conclure, je dirais que dans l’ensemble, mes échanges m’ont confirmé qu’une majorité de personnes avait souffert de l’enfermement et de la rupture des contacts sociaux. En considérant les modifications volontaires du mode de vie dans des perspectives de sortie ou de rencontre, en adéquation ou non avec les restrictions imposées, il est clair que cette majorité a travaillé à se sentir échapper au maximum à l’enfermement que représente le confinement. Bien sûr, quelque soient les activités ou les stratagèmes mis en œuvre pour y arriver, il semble impossible d’avoir retrouvé un vécu « normal », mais rares sont les personnes interrogées qui n’ont pas chercher à prendre l’air le plus possible. Un exemple flagrant d’adaptation aux règles dans une recherche de « normalité » qui est ressorti dans mes échanges « incomplets » est « l’apéro zoom » qui semble parfaitement illustrer ce désir d’activité et de recherche de contacts sociaux s’incarnant dans une forme nouvelle d’une célébration de l’« être ensemble ».

L’observation flottante ou l’école peripateticienne de la sociologie [1]

Nous nous proposons ici de faire une lecture critique d’une partie de l’article de Colette Pétonnet, ethnologue et anthropologue française, intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien.

« L’observation flottante » est une méthode d’analyse de terrain que l’on peut qualifier d’empirique et qui consiste en une déambulation attentive au moindre détail, changeant toute expérience sensible en information sur le lieu étudié. L’idée derrière le terme « flottante » est de présenter le chercheur comme voguant au gré de ses observations et de ses échanges avec des passants, en ayant une ouverture d’esprit totale à tout type d’apport informatif, par opposition à une recherche organisée qui se voudrait focalisée sur un aspect spécifique d’un lieu et qui régirait la recherche en entraînant le sujet de tel ou tel côté pour dénicher l’objet souhaité. C’est le flot ininterrompu d’apport en informations qui devrait, selon Colette Pétonnet, laisser émerger les « règles sous-jacente » qui régissent le lieu. Consciente des limites de cette méthode, l’auteure l’évoque comme une solution provisoire nécessaire face aux lacunes de l’ethnologie urbaine et choisit le cimetière du Père-Lachaise comme un lieu test servant à mettre à l’épreuve « l’observation flottante ».   

Le processus…

L’étude de terrain est divisée en cinq temps, dont le premier correspond plutôt à une prise de contact avec le lieu, puis quatre autres visites les 3, 8, 16, 30 mars 1982. Le cimetière est d’abord assez minutieusement décrit, un peu à la façon des naturalistes, de sorte que des images s’imposent à l’esprit. On ne peut d’ailleurs qu’évoquer l’aspect littéraire de la description qui rompt avec la partie de présentation, plus ésotérique et jargonneuse. Il est également intéressant de noter que l’auteure emploie la troisième personne et parle du « chercheur » comme s’il était un personnage de fiction, de même, elle utilise les temps du récit : l’imparfait et le passé simple, ce qui donne à son texte des caractéristiques de roman.

En plus des détails physiques de la description du lieu, le chercheur analyse également les individus et leurs actions avec minutie et fait en sorte d’échanger avec eux pour obtenir le maximum d’informations. On peut lire des retranscriptions de bribes de conversation, et en déduire l’âge ou le milieu social des individus à leur façons de parler. L’auteure insiste notamment sur l’aspect culturelle du lieu en montrant comme chaque tombe renferme la mémoire d’un homme et d’une époque, celle d’un vécu : « Le Père-Lachaise est une encyclopédie ». Cependant, rares sont les quelques habitués au courant de toutes les anecdotes et les multitudes d’histoires qui habitent les allées ; mais c’est à leur contact que le passant peut s’instruire : il est question du vieillard sur le banc ou du « petit père » qui connaissent le cimetière comme leur poche, ou des deux dames qui prennent soin des chats errants et qui se repèrent grâce à leur parfaite connaissance des tombes sans prêter attention aux noms des petits chemins qui quadrillent cet espace. Au cours des échanges, on constate que le chercheur ne met pas les personnes qu’il rencontre au courant de sa démarche, il n’est qu’un individu parmi les autres promeneurs du cimetière. Ce détail, s’il peut sembler anodin, renforce en réalité le « flottant » de la recherche : le chercheur épouse les flux et se laisse porter par les dynamiques du lieu.

…a ses limites

Cette méthode de « l’observation flottante » semble très enrichissante car immersive : le cimetière étant un lieu public, donc dans lequel évoluent, outre certains personnages habitués comme « le petit père », des individus différents chaque jour ; aucune barrière ne se dresse entre le chercheur et les passants avec qui il peut y avoir des échanges. On ne rencontre pas l’embuche de l’intégration nécessaire à William Foote Whyte qu’il décrit dans Street corner society.  Ainsi, cette méthode permet une récolte d’informations assez rapide : en l’espace de cinq visites, l’auteure peut donner le la de cet espace dans la cadre temporel correspondant. Cependant, nous pouvons nous risquer à dire que, dans une recherche des « règles sous-jacentes » régissant un espace, il faudrait sans doute multiplier les visites afin d’élargir l’expérience du lieu à un lapse de temps suffisamment long pour qu’il soit représentatif d’un quotidien.

La connaissance empirique ne peut établir de règle générale sur des observations isolées. En effet, David Hume, éminent penseur de l’empirisme moderne, nous invite à ne pas confondre les énoncés indubitables tels que les règles mathématiques qui se trouvent être vérifiés « dans tous les mondes possibles » avec ce qu’il nomme les « associations de faits », connaissances émanant de l’expérience et qui peuvent se voir invalidées au moindre contre-exemple. Prenons le Soleil : on fonde en savoir que le soleil se lèvera demain car l’expérience de l’habitude quotidienne a tacitement enraciné le phénomène comme une règle dans notre esprit. Or rien ne semble a priori contrarier la possibilité qu’un astéroïde vienne un beau jour chambouler les rouages astronomiques de la rotation de la terre. Donc le levé du soleil n’est pas déterminé et ne saurait en aucun être entendu comme un phénomène nécessaire. Cette théorie illustre assez bien ce que nous pourrions opposer à cette application précise de « l’observation flottante ». Les dynamiques décrites par l’auteure sont essentiellement issues des échanges et des rencontres avec des personnes âgées et donc, probablement décédées aujourd’hui. Une nouvelle génération a-t-elle repris le flambeau du vieil homme du banc ou des dames aux chats ? Rien n’est moins sûr, ce qui peut nous laisser penser que les dynamiques se sont éteintes elles aussi. Pour avoir fréquenté ce cimetière, je me permettrais d’affirmer qu’il n’est pas si simple de rencontrer des individus assez renseignés, passionnés ou dévoués pour vous prendre par la main et vous faire découvrir les merveilles cachées du Père-Lachaise.

Compte tenu de la limite majeur constituée par cette méthode, à savoir, qu’elle requiert de nombreuses visites d’un lieu pour pouvoir en tirer des conclusions assez certaines. Il semble nécessaire de l’appliquer en multipliant les expériences de terrain afin de rendre l’analyse du lieu la plus fine possible. D’un autre côté, elle pourrait être efficace dans un lieu comme La Défense, très régulièrement rythmé par les horaires de travail comme on peut le soupçonner pour un quartier d’affaire. De même, il est animé par la présence d’infrastructures de divertissement : cinéma, centres commerciaux… ce qui pourrait laisser une marge de manœuvre d’échange avec les passants. L’école péripatéticienne de la sociologie est donc toujours en marche pour fournir encore quelques preuves de son efficacité.


[1] Du grec ancien peripatein « se promener » ou « peripatetikos » : « qui aime se promener ».  Ecole fondée en -335 par Aristote, qui enseignait en marchant.

L’observation flottante, ou l’art de la rencontre

Dans son article « L’observation flottante — L’exemple d’un cimetière parisien », paru en 1982, l’ethnologue et anthropologue Colette Pétonnet expose les principes de ce qu’elle nomme « l’observation flottante » : une approche expérimentale du travail de terrain du chercheur-ethnologue.

Selon Colette Pétonnet, le chercheur en ethnologie urbaine se trouve en effet face à une difficulté, celle de voir la ville, définie par sa pluralité et sa diversité, s’incarner dans les travaux de l’ethnologue précisément en tant qu’espace des brassages hasardeux et des rencontres furtives. La ville est donc comprise comme un espace en perpétuelle évolution. Des inconnus s’y croisent et parfois s’y rencontrent, tous les jours, à l’infini. Pour l’auteure, c’est principalement dans les lieux publics que ces échanges informels entre anonymes sont les plus tangibles, les plus « nus », selon ses propres termes, soit presque dépourvus de tout contexte. Nul n’est tenu d’engager la conversation avec son voisin de banc, au parc, ou de réconforter celui ou celle qui pleure dans les transports en commun. Ici, les codes qui régissent nos interactions sociales n’ont plus d’effet. « La ville, c’est la liberté », nous rappelle la chercheuse.

C’est là que l’observation flottante entre en jeu. Car ces rencontres, puisqu’elles sont le fruit du hasard, ne sont ni planifiées, ni planifiables. Il revient donc au chercheur qui se donne pour mission de les étudier de se rendre dans un lieu public… et d’attendre ! Le hasard est roi, le protocole, inexistant, ou presque. Le seul prérequis est d’oublier ce que l’on sait, ou ce que l’on croit savoir, en « se [gardant] de l’influence de penseurs contemporains ». En faisant table rase de ses connaissances comme de ses préjugés, le chercheur se placerait donc dans une position d’observateur attentif capable de déceler les logiques sous-jacentes aux phénomènes qui prennent devant lui la forme de simples échanges entre anonymes. Mais est-il vraiment possible de porter un regard neutre sur ce qui nous entoure ?

Pour mettre à l’épreuve son outil méthodologique, l’ethnologue a porté son choix sur le cimetière du Père Lachaise, un peu par hasard semble-t-il. Durant le mois de mars 1982, elle s’y rendra plusieurs fois. Elle écoute les conversations des visiteurs et visiteuses, se laisse guider à travers les allées du cimetière par un habitué du lieu, qui en est devenu le gardien non-officiel. Elle fait aussi la rencontre des femmes qui se donnent pour mission de nourrir les chats qui habitent le lieu, et de bien d’autres anonymes encore, qui se servent des stèles funéraires pour s’instruire sur le destin des grands personnages.

Le récit de cette expérience constitue le cœur de son article, dans lequel les personnes rencontrées ne sont pas nommées. Leur apparence physique n’est pas décrite non plus, bien qu’elle constitue un marqueur social bien visible pour le chercheur. Le vêtement est également affaire de goût et de choix — en tout cas le plus souvent — pour celui qui le porte. Colette Pétonnet refuse de se livrer à ce type d’interprétation. Par contre, elle n’hésite pas à formuler des hypothèses sur l’origine socio-professionnelle des passants rencontrés en se basant sur certaines de leurs paroles. Ces hypothèses ne ressemblent d’ailleurs pas à de simples conclusions logiques ; on sent filtrer une certaine tendresse à travers les mots : « Et il est sûrement, lui, un vieil ouvrier parisien. ».

On ne connaît pas l’âge des passants rencontrés. Ils sont tous adultes, certains sont vraisemblablement plutôt âgés, mais il est difficile de savoir avec certitude s’ils appartiennent tous à une même tranche d’âge. Colette Pétonnet avait une cinquantaine d’années lorsqu’elle a mené cette enquête. Pourquoi paraît-elle avoir principalement sympathisé avec des personnes ayant à peu près son âge ou étant un peu plus vieux ? Sans doute était-ce plus naturel d’échanger avec eux qu’avec les « jeunes gens qui lisent » ou les « femmes enceintes qui tricotent », qu’elle ne mentionne que de manière très évasive.

L’observation flottante n’a pas de prétention à l’exhaustivité, et l’auteure ne prétend pas que les individus qu’elle évoque constituent un échantillon représentatif des visiteurs du cimetière. Toutefois, force est de constater que cette façon de procéder conduit à entrer en contact avec certains individus plutôt que d’autres, peut-être en fonction de l’identité des chercheurs eux-mêmes. Colette Pétonnet dialogue indifféremment avec des hommes et des femmes, mais on peut imaginer que le genre de l’investigateur puisse avoir une influence sur les personnes rencontrées, de même que son pays d’origine, son orientation sexuelle présumée, ou encore ses capacités physiques (dans le cas où le chercheur se déplacerait en fauteuil roulant, par exemple). Il est intéressant de remarquer que Colette Pétonnet ne paraît pas avoir un regard critique sur la manière dont son identité personnelle influe sur son expérience au cimetière.

En admettant que je puisse remonter le cours du temps jusqu’au mois de mars 1982 pour me rendre au cimetière du Père Lachaise, mes observations seraient-elles les mêmes que celles de la chercheuse ? Je suis tentée de penser que non. Peut-être me serais-je plutôt liée avec « les jeunes gens qui lisent ». Mais surtout, il me semble que j’aurais beau m’efforcer d’observer mon environnement avec la plus grande objectivité possible, ma façon de regarder porterait toujours la trace de mon vécu. Le regard est aussi le fruit d’une éducation, il se forge au fil des années ; il faut apprendre à regarder, ce n’est pas une compétence innée.

Il n’y a peut-être pas de hasard dans le regard. Celui de Colette Pétonnet me parait empreint d’une certaine sollicitude, qui transparait jusque dans la forme de son texte. Il se rapproche par moments d’un texte littéraire, certaines phrases ayant une dimension poétique, comme par exemple : « Le temps, ici, a un étrange parfum. ». Cela le distingue de la littérature scientifique traditionnelle, ce dont l’auteure est consciente puisqu’elle-même se demande en conclusion de l’article : « Mais y a-t-il dans la communauté scientifique un lieu pour raconter ? ».

L’observation flottante me semble en effet porteuse d’une certaine ambition artistique. La volonté de tenter de décrire différemment un lieu bien connu et très fréquenté est d’ailleurs celle de Georges Pérec, notamment, lorsqu’il écrit sa « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». En octobre 1975, soit quelques années seulement avant la parution de l’article de Colette Pétonnet, il s’installe dans un café de la place Saint-Sulpice trois jours durant et s’attache à noter tout ce qu’il voit, les numéros des bus qui passent devant lui, l’apparence des passants, ce qu’il boit et ce qu’il mange… etc.

Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, texte de 1975 (éd. Christian Bourgois)

La figure du « flâneur », à laquelle la chercheuse fait cette fois explicitement référence dans son article, est commune au poète Baudelaire et au philosophe Benjamin. Il est amusant de noter en passant que lorsque Baudelaire visitait les Salons, il comptait sur sa mémoire pour faire la sélection des œuvres les plus marquantes, celles qu’il encenserait par la suite ses critiques. Dans une certaine mesure, Colette Pétonnet suit une démarche similaire à la sienne puisqu’elle ne prend apparemment pas de notes sur place mais se contente de retranscrire ses impressions, ses rencontres, et des fragments de paroles échangées, une fois sa visite terminée. Elle semble d’une part vouloir revendiquer le sérieux de sa démarche en refusant d’utiliser la première personne du singulier, comme pour insister sur sa présence dans le cimetière en tant que chercheuse, et d’autre part, se différencier des autres chercheurs en plaçant la rencontre spontanée au cœur de sa démarche.

Reste que cette façon de faire n’est peut-être pas à la portée de tout le monde. Colette Pétonnet semble avoir le contact facile, et je ne sais pas si j’aurai autant de facilité qu’elle à engager une discussion spontanée avec les personnes que nous croiseront lors de notre travail d’observation à La Défense. Toutefois, l’observation flottante est peut-être un outil méthodologique suffisamment ouvert pour qu’il puisse être adaptable à chaque aspirant-observateur. Par exemple, se rendre dans un lieu avec un carnet et un crayon, et commencer à dessiner ce que l’on voit peut également permettre d’affiner sa perception, de comprendre la dynamique du lieu en l’observant dans la durée, et pourquoi pas d’attirer l’attention de passants curieux… qui s’arrêtent près de nous et parfois engagent eux-mêmes la conversation.

Peut-être que ce qu’il convient de retenir de cet article, c’est la nécessité d’aborder un lieu sans attentes particulières, en se laissant entraîner par ce que l’on y découvre, sans juger immédiatement de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas. Bien sûr, une telle approche semble difficile à tenir dans la durée, et la chercheuse elle-même rencontre quelques difficultés à se départir de l’envie de revoir certaines des personnes rencontrées. Ce que l’on apprend en lisant ce texte, c’est qu’en gardant l’esprit ouvert, ce sont les pistes de recherches qui viennent à nous d’elles-mêmes.

Auriane Jaillet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search