Citadin, touriste, flâneur au cimetière du Père Lachaise. Pratiques de micro-mobilité dans un espace public

Il est facile de se perdre dans un nouvel endroit. Surtout lorsqu’il s’agit d’une première visite dans une ville inconnue, dans un quartier particulier ou même dans un lieu emblématique. Vous pouvez être un touriste chevronné ou un citadin qui vit dans la même ville depuis de nombreuses années. Il y a seulement 10-15 ans, seuls les cartes et atlas en papier étaient utiles. Aujourd’hui, les géants du numérique comme Google facilitent grandement le déplacement dans une ville grâce aux services de cartographie électronique.

Lors d’une visite au cimetière du Père Lachaise, je me suis demandée dans quelle mesure les cartes numériques sont aujourd’hui demandées réclamées par les visiteurs de cet immense parc urbain de 43 hectares situé au cœur de Paris. Avant de trouver une réponse à la question principale, j’ai analysé les stratégies que des personnes d’âges différents choisissent pour naviguer dans le cimetière, en fonction du but de leur visite. En fin de compte, la stratégie de déplacement choisie affecte-t-elle les moyens que les gens utilisent pour naviguer dans l’espace public ?

Le cimetière compte plus de 75 000 tombes.

Ce texte s’intéresse aux tentatives d’analyse des pratiques de micro-mobilité dans l’espace public. La recherche a consisté en dix mini-entretiens avec des visiteurs du cimetière. Parmi les autres méthodes de collecte d’informations, citons l’observation des visiteurs du Père Lachaise, l’analyse de ses mes propres expériences de visite du cimetière lors de trois sorties en octobre et novembre 2022, ainsi qu’un entretien avec Pavel Grabalov, chercheur à la Faculté d’urbanisme et de la société de l’Université Norvégienne des sciences de la vie.

Le Père Lachaise : une ville dans la ville

Plus de deux millions de personnes visitent le cimetière du Père Lachaise chaque année. Pour les Parisiens, le cimetière a longtemps été un parc de la ville, un lieu de promenades tranquilles et réfléchies. Son terrain est une ville dans la ville. Elle comporte des rues et des carrefours, des caveaux où reposent les défunts — dont l’architecture rappelle celle des maisons des vivants. Les rues sont dotées de panneaux de signalisation, un système d’orientation visuelle familier aux citoyens modernes.

Le cimetière du Père Lachaise est le plus grand cimetière parisien avec son propre système de signalisation.

L’expert Pavel Grabalov souligne que les cimetières sont avant tout créés pour l’enterrement et la commémoration : dans sa thèse (Grabalov, 2022), il appelle cela la fonction primaire, toutes les autres fonctions étant secondaires et devant être en harmonie avec la primaire. Il s’ensuit que les cimetières doivent être pratiques pour le déplacement des membres de la famille et des proches de ceux qui y sont enterrés, et qu’ils doivent être conçus en tenant compte des principes de la conception universelle, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Selon le chercheur, l’environnement des cimetières européens est aménagé de manière très différente : les cimetières en Russie (si l’on considère que la Russie fait géographiquement partie de l’Europe) sont presque impossibles à déplacer, et en Norvège, la communauté professionnelle qualifie parfois les cimetières de trop ennuyeux, car le réseau d’allées y est très simplement aménagé.

Les résultats de mon observation des visiteurs du cimetière du Père Lachaise et l’avis de l’expert concordent dans le sens où les visiteurs qui viennent au cimetière pour des fonctions secondaires ont des besoins différents. Certains peuvent, par exemple, « souhaiter » se perdre dans le cimetière afin de ressentir son atmosphère particulière. Il est également important de savoir comment les cimetières interagissent avec le milieu urbain environnant : où le cimetière est situé (au centre ou à la périphérie), combien d’entrées il y a, quels sont les espaces qui entourent les cimetières, où se trouvent les arrêts de transport public, quelle est la facilité pour les visiteurs d’atteindre le cimetière et de pénétrer sur le territoire.

En outre, à la suite de l’observation, j’ai identifié trois types de visiteurs de  Citadin (subdivisé en deux sous-types : Simple Passant, Proche), Touriste, Flâneur. Cette typologie a été le point de départ de la description de quatre stratégies de micro-mobilité des visiteurs de cimetières.  

Stratégie № 1 : Préservation des ressources

La planification de l’itinéraire est nécessaire pour les personnes qui disposent d’un temps limité et qui savent clairement où commence et où finit leur voyage (le type Citadin). Comme l’a montré mon observation, cette stratégie est le plus souvent choisie par les Parisiens qui traversent le cimetière en tant que zone où se trouve une partie du trajet entre le domicile et le travail.

Soledad, de 49 ans décrit son expérience : « Je me rends à mon travail. D’habitude je fais ça deux fois par semaine, parce que j’habite à Gambetta et c’est juste court chemin. C’est plus beau, tranquille. J’habite là depuis longtemps. Donc, je le traverse pour aller au travail, mais je le visite aussi à d’autres moments. Je connais à peu près comment il est ».

Cependant, parmi les habitants, j’ai également rencontré ceux qui se promenaient par une fraîche matinée d’automne sur le chemin du bureau, non pas pour gagner du temps, mais pour profiter de la sérénité, de la tranquillité et de la beauté du lieu, combinant ainsi la stratégie n°1 avec la stratégie n°4 de la micro-mobilité (le sous-type Simple Passant).

« Aujourd’hui je le [ le cimetière ] traverse simplement, mais je le connais par coeur. J’habitais à Paris avant. Donc, ça peut être un lieu de visite juste comme ça, de se balader. Ici quand j’habitais à Paris, oui, je visitais le cimetière presque chaque jour. Ah non, pas tous les jours, mais à chaque occasion. C’est un lieu de silence et de calme dans Paris. Je connais bien la ville. Les chemins ici ? Moi, oui, j’en connais quelques-uns pour aller à certaines tombes. Il y a des points repérés. Et l’orientation… Je sais quelle rue est à droite, à gauche, au nord, au sud. Le crématorium, certaines tombes », — dit une ancienne Parisienne de 68 ans. 

Stratégie № 2 : Fréquentation rituelle

Parmi les visiteurs que j’ai interrogés, il y avait aussi des proches de personnes enterrées dans le cimetière. Au cours de l’entretien, l’un de mes interlocuteurs a regardé nerveusement sa montre, invoquant un manque de temps. « Je viens de voir la sépulture de mon épouse. Je viens tous les jours, donc, je le sais exactement où je vais. Et donc, je n’utilise aucun panneau de direction », — dit brièvement un Parisien de 56 ans.

Un autre citadin de 72 ans explique le but de sa visite : « Je vais faire les tombes de famille. Bien, avant d’y arriver je me mets en prière. Je pense à mes ancêtres. Eh bien, je vais voir en général quand même le bureau. Vous remarquerez qu’ici, les tombes sont des sépultures familiales. C’est la chaîne des générations ».

Ceux qui se précipitent vers les cérémonies rituelles ont été rencontrés. Ce dernier par exemple, a refusé de participer au mini-entretien, invoquant la triste occasion de sa visite au cimetière. Pour ce groupe de visiteurs, la nécessité de choisir le chemin le plus court est évidente et compréhensible (sous-type Proche).

Stratégie № 3 : Tourisme

Évidemment, un itinéraire pensé à l’avance permet non seulement d’économiser des ressources, mais aussi d’inclure les sites les plus intéressants à visiter sur le chemin du point A au point B. Les touristes, quant à eux, font rarement un plan détaillé, n’ayant généralement qu’une ébauche mentale avec un ou deux points focaux dans le mouvement prévu.

Les gens interrogés décrivent ainsi leur stratégie :

« C’est ma première visite afin de voir les sépultures de certaines personnalités, par exemple, Édith Piaf, Chopin et certains autres. En fait, mon frère jumeau est venu ici cet été. Puis, il me dit que c’est il m’a dit que ça valait vraiment le coup de se promener, de se balader dans le cimetière et ça fait longtemps que je connais aussi le nom, la réputation du cimetière », — Alain de 63 ans, Montréal.

« C’est bon de voir Jim Morrison. Il est génial. Avant de venir au cimetière, je viens de télécharger l’application « Rick Steves. Audio Europe ». C’est ma deuxième visite, car j’aime vraiment Jim Morrison », — Leslie-Anne de 35 ans, Édimbourg.

Malheureusement, en raison du peu de temps disponible pour visiter le cimetière, je n’ai pas eu le temps je n’ai pu analyser les stratégies et les itinéraires des guides et des groupes de touristes organisés. L’observation et l’enquête ont été réalisées auprès de touristes individuels et de ceux se déplaçant en couple, non accompagnés d’un guide professionnel.

Stratégie № 4 : Improvisation

Dans le même temps, il convient de mentionner l’observation flottante comme une pratique socioculturelle d’exploration intuitive de l’espace, où l’utilisation de cartes et de repères visuels sous quelque forme que ce soit n’est pas du tout nécessaire. En analysant la promenade, divers chercheurs ont identifié quatre caractéristiques qui lui sont propres. L’une d’entre elles concerne les technologies qui permettent le mouvement, en régulant son style et sa vitesse dans ses différentes variations. Ces technologies comprennent : «…chaussures, vêtements, lieux de repos, trottoirs et sentiers, autres circulations, lieux de promenade, règles et règlements concernant la circulation et l’accès à celle-ci, panneaux indicateurs, etc.» (Urry John, « Les systèmes de la mobilité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, no. 1, 2005, pp. 23-35).

En observant les visiteurs du cimetière du Père Lachaise cet automne et en discutant avec certains d’entre eux, j’ai découvert que l’observation flottante comme mode d’improvisation est une pratique de la micro-mobilité, caractéristique à la fois du touriste oisif et du citadin qui connaît depuis longtemps le lieu, mais qui n’a pas d’itinéraire préétabli pour le traverser.

« Je ne sais pas comment m’orienter sur le cimetière. J’en ai aucune idée. Ce que je vais faire, c’est que je vais m’informer. À des gens que je vais rencontrer, mais j’y vais aussi au hasard. Ben, je vais improviser », — raconte Alain de 63 ans, Montréal.

Des services cartographiques pour aider le citadin, le touriste et le flâneur

Revenons à la question principale de la recherche. Les cartes électroniques sont-elles demandées pour la planification des itinéraires dans le cimetière du Père-Lachaise ? Les stratégies de déplacement influencent-elles le choix du mode de navigation dans l’espace public ?

Carte numérique vs carte classique. Laquelle choisir ?

Aujourd’hui, chacun d’entre nous possède un smartphone sur lequel il peut télécharger diverses applications cartographiques. Avant de visiter le cimetière, j’ai légèrement laissé de côté la carte papier, me réjouissant de la possibilité de tracer des itinéraires vers les lieux d’intérêt en utilisant le service bien connu de Google Maps. Les cartes de la société américaine permettent non seulement de tracer un itinéraire, mais aussi d’obtenir une description textuelle et photographique détaillée de l’endroit que je veux visiter et de lire les commentaires des visiteurs, qui évaluent l’endroit sur une échelle de cinq points. C’est une façon moderne de capturer la mémoire d’une génération, une numérisation et une cristallisation de l’opinion publique dans cette période particulière de l’histoire.

En prenant de l’avance, je dirai que le service a été décevant : dans certains cas, il a échoué. Je n’ai pas pris le raccourci vers la tombe de Coco Chanel. Ainsi, seules deux personnes interrogées sur dix ont utilisé la navigation GPS et les cartes électroniques du cimetière pour se déplacer dans le parc.

Sur le site de la mairie de Paris, sept types de plans peuvent être téléchargés au format PDF dans la section consacrée au cimetière. Les plans thématiques contiennent des informations sur des personnes notables dans les domaines du théâtre, du journalisme, de la musique et de la philosophie. Il existe une carte consacrée aux tombes de femmes françaises influentes. Un itinéraire historique des événements de 1871 est disponible pour consultation et téléchargement. Malgré la richesse et l’étendue des informations fournies par ces cartes, aucune des personnes que j’ai interrogées n’avait utilisé les cartes PDF pré-téléchargées. J’ose croire que le fait de devoir se rendre sur le site de la mairie de Paris, de trouver la bonne rubrique et de télécharger l’une des sept versions de la carte (une action apparemment simple qui ne nécessite que trois clics) est une tâche trop lourde pour l’internaute ordinaire.

L’affichage et les cartes classiques sont-ils toujours populaires ?

Cependant, malgré la popularité des services en ligne modernes et le fait que chaque visiteur dispose d’un smartphone, les cartes en papier ainsi que les affiches contenant des informations sur l’emplacement des principaux sites spatiaux sont également très prisées par les visiteurs du cimetière.

Le matin du 29 novembre, entre 09h00 et 10h00, j’ai vu les gens se concentrer près de la carte à l’entrée principale du cimetière. Les visiteurs échangeaient des conseils sur la manière de choisir le meilleur itinéraire pour se déplacer dans le cimetière, dessinant dans l’air les trajectoires. Près de l’affichage à l’entrée du cimetière, on pouvait voir 5 à 7 personnes à la fois. L’une de mes interviewées d’âge mûr m’a dit que les jeunes de nos jours se cachent derrière l’écran de leur téléphone portable, ratant ainsi la communication en direct qui est le moyen le plus efficace d’obtenir des informations précieuses.

Les visiteurs à 09.20, 28.11.2022
Les visiteurs à 09.40, 29.11.2022
Les visiteurs à 09.45, 29.11.2022

Quels autres facteurs influencent les pratiques de la micro-mobilité ?

Outre les objectifs, la motivation à visiter le cimetière, les éléments physiques du système d’espace public influencent également le choix de la stratégie de déplacement des visiteurs. La commodité de l’entrée dans le cimetière, le système d’allées, la disponibilité d’informations complètes (signalisation, panneaux indicateurs, présence du personnel du cimetière), l’emplacement des bancs et même l’éclairage sont importants. 

« Cette recette sera différente pour chaque cimetière. Chaque pays, voire chaque ville, a ses propres exigences en matière d’aménagement de l’espace. À Oslo, Copenhague et Moscou, ces exigences sont énoncées en termes plutôt généraux, l’accent étant mis sur le fait que la conception du cimetière doit être réalisée de manière propre. Les solutions spécifiques sont généralement laissées aux urbanistes eux-mêmes pour concevoir un cimetière particulier et déterminer ce qui est approprié dans ce cas, ce qui me semble être la bonne chose à faire. Mais tout dépend de la compétence de l’architecte. Là encore, le contraste est énorme entre la Russie, où les projets de cimetières sont anonymes et ne contiennent aucune créativité, et la Norvège, où depuis plus de 80 ans, à l’Université Norvégienne des sciences de la vie, il existe un cours sur la planification des cimetières destiné aux architectes », — conclut Pavel Grabalov.

Le Père Lachaise dispose d’un système très élaboré d’organisation de l’espace public. Le système de communication visuelle avec les visiteurs, la présence de bancs, de panneaux de signalisation et de services numériques pour le tracé des itinéraires, ainsi que la longue histoire du site et la réputation des personnes qui y sont enterrées, sont autant de facteurs externes qui permettent au cimetière de rester l’un des plus célèbres au monde.

Résumé

Dans mon enquête, j’ai tenté d’analyser les pratiques de micro-mobilité des visiteurs du cimetière du Père Lachaise, en tenant compte de l’objectif de la visite et du choix de l’orientation dans l’espace public. Avant de visiter le cimetière, je supposais qu’il n’y avait que deux types de visiteurs : les Touristes et les Proches. Le contexte culturel et social m’a révélé la présence de deux autres types : les Flâneurs  et les Citadins, qui se déplacent dans le cimetière à la fois afin d’avoir le plaisir esthétique et pour des raisons pragmatiques, comme gagner du temps sur le chemin du travail.

Parmi les visiteurs interrogés, les services de cartographie électronique semblent être peu demandés. Dans la plupart des cas, les visiteurs ne préparent pas leur visite, n’établissent pratiquement jamais d’itinéraires détaillés (ou ne connaissent que celui qui mène aux tombes des proches qui sont enterrés) et se fient à la perception intuitive de leur environnement.

Il est évident que d’autres facteurs tels que la saison de visite du cimetière, les conditions météorologiques, les déplacements des visiteurs en groupes et individuellement, le sexe, l’âge, la profession du visiteur et peut-être même des détails tels que le choix des vêtements et des chaussures pour la visite du cimetière méritent d’être pris en compte lors de la poursuite de l’étude.

À long terme, les résultats d’une telle analyse pourraient être utiles à la direction du cimetière ainsi qu’à la mairie de Paris, notamment pour améliorer le système de communication en ligne et hors ligne avec le grand public.

Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possède un passé historique d’envergure.

Situation géographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la côte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derrière ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pêche à faible population. Le territoire urbain était alors restreint et la vie économique se développait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos Remédios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la découverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brésilien à proximité de Paraty) fait de Paraty une plateforme économique stratégique. Il existait un “chemin de l’or” (en brésilien Caminho de Ouro) où toute la marchandise était ramenée dans le centre-ville afin d’être vendue.  Pendant près de deux siècles, le petit port de pêche a pris des allures de port de commerce où des cargaisons entières partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siècle, l’esclavage est à son apogée au Brésil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes étaient rapatriés sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes à sucre. Les esclaves étaient alors achetés par échange de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes à sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spécialités de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvrières.

Lorsque nous flânons dans les rues, il est aisé de deviner l’atmosphère qui régnait à l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le même style, les rues sont pavées de pierres sans doutes placées par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activité s’est développée autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux étaient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espérant piller des richesses. Ce manque de sécurité et l’accroissement de la violence ont obligé les autorités à fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a été totalement délaissée par les colons et s’est tournée uniquement vers la production de cachaça et de café.

 

Le tourisme à Paraty

Après une forte activité à l’époque coloniale, la ville de Paraty a été délaissé pendant quelques années jusqu’à ce qu’elle soit (re)découverte dans les années 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le développement de deux routes majeures ont grandement participé à augmenter l’activité touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et à Rio (1973) a fortement accru le tourisme à Paraty. Cette deuxième route longe tout le littoral et peut aussi être empruntée depuis Sao Paulo. Paraty a pu profité de cette situation géographique pour recevoir des touristes relativement aisés étant donné que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du Brésil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant à Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activité à Paraty pendant plusieurs années, la ville est particulièrement bien préservée et permet un saut dans le passé. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestières alentours sont d’ailleurs entrés au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavés, ses grandes maisons blanches aux portes et fenêtres longues et colorées, sa végétation, les touts petits bateaux bariolés du port : le cadre parfait pour faire de très belles photos, ce qui est d’autant plus apprécié par les touristes au temps des réseaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs très rapidement, Paraty est apprécié pour ses excursions alentour. Seule une plage est présente dans le centre-ville, mais les habitués privilégieront des zones un peu plus éloignées et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade à 35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons opté durant ce voyage : un tour en bateau avec différentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-même est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a été expliqué sur place et que l’on trouve à Paraty une cachaça particulière, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un écrivain brésilien qui a écrit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes très jolies, les rues de Paraty présentent malgré tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inégal des ruelles avec ses pavés de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’appréciation totale de la visite du centre historique. La difficulté de marcher sur les pavés de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beauté des édifices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. Néanmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue à un acte écologique considérable. Le système de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liées à la marée montante ou aux averses l’eau puisse être nettoyée avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian
Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty présente de nombreux ateliers, café artisanal, galerie d’art, créateurs de bijoux et vêtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particulièrement marqué. La découverte des îles de Paraty par bateau est certainement l’expérience la plus belle que nous ayons vécu. Accessible à tous, de nombreux bateaux colorés proposent des services de visites touristiques dans ces eaux océaniques. Des escales sur plusieurs îles, une navigation autour de forêts   sauvages, la découverte d’une flore tropicale : prendre une journée pour faire du bateau a été la meilleure façon d’apprécier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

Néanmoins, l’expérience est sûrement peu écologique dans l’utilisation de bateaux à moteurs sur des îles aussi belles et très touristiques. En pleine saison d’été, et avec un tourisme de masse, la saveur de la découverte doit être bien moins forte. La végétation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurosité sont pour autant les choses qui nous ont le plus marqués dans cette ville si apaisante face à la densité des grandes villes du Brésil. Une expérience que nous recommandons !

co-écrit par Adèle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par Danièle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

Au coeur du Triangle d’or : enquête, orgueil et préjugés

L’auteur de Voyages de classes est un sociologue reconnu, anciennement professeur de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Nicolas Jounin a publié plusieurs travaux semblables à Voyages de classes. Il y’a chantier interdit au public, il s’agit de l’immersion de l’auteur dans le monde du chantier en France. Il écrit également On bosse ici, on reste ici ! , ce livre raconte la lutte acharnée des travailleurs en situation irrégulière qui revendiquent tout simplement leur droit de rester sur le territoire français. Si, dans ces ouvrages, le profil des individus représentent les oubliés de la société, dans Voyages de classes, le sociologue s’intéresse à d’autres acteurs. Les corps observés ne sont pas des sans-papiers, des ouvriers ou des laissés-pour-compte. En fait, c’est tout le contraire. Les individus observés se promènent dans le Parc Monceau, achètent des sacs Hermès sur l’avenue Montaigne et boivent un café au Plaza Athénée. Le dessein de Nicolas Jounin est clair, il rend visible la flagrante opposition entre l’observateur et l’être observé, et ce, du début à la fin du texte. Dès les premières lignes, il n’est pas difficile pour le lecteur de comprendre qu’il assistera à une enquête. Les élèves de l’Université de Saint-Denis ont une « consigne » à respecter, ils doivent choisir un « lieu d’observation », sont priés de ne pas éveiller la curiosité des passants et « camoufler ». Tout ceci constitue les éléments d’une enquête. L’analyse des étudiants se compose en trois temps. L’observation, ils décrivent ce qu’ils voient, genre, ethnie, aspect physique, tranche d’âge . Ensuite, vient l’analyse, ils essaient de déterminer les intentions et le statut social des individus observés. Enfin, une fois l’analyse aboutie, les étudiants déduisent, raisonnent et tirent des conclusions sociologiques.

Quand l’observateur devient l’observé

Parfois, pour le bien de l’enquête, les jeunes se mélangent aux êtres observés afin de mieux les étudier, les comprendre, du moins ils essaient. Cette expérience peut s’avérer compliquée pour certains. En effet, beaucoup doivent s’aliéner et abandonner les codes de leur statut social pour adopter ceux des corps examinés. Mais voilà où réside la principale limite de cette enquête. L’observateur devient l’être observé. Les individus du 8ème arrondissement s’interrogent sur ce groupe de personnes qui ont l’air de venir d’un autre monde. Les policiers les traquent, les interrogent et se méfient. Ce schéma se répète  dans  plusieurs endroits, dans un magasin de luxe ou alors dans un café. Les étudiants sont reluqués, parfois dévisagés par la classe supérieur. Comment expliquer une telle méfiance, un tel mépris de la part de ces individus ? Se sentent-ils en danger ?  Envahis ? Alors que les observateurs devraient être en position de force, la balance s’inverse et ils  deviennent « les victimes » de leur propre expérience. Cette inversion rappelle tout simplement le grand fossé qui  sépare les observés et les observateurs et la volonté des riches  de garantir leur supériorité.

Une autre limite ?

Nicolas Jounin considère qu’il est impossible que les étudiants se travestissent en riches du 8ème arrondissement. Cette tâche peut sembler difficile mais pas impossible. Dans la société actuelle, le paraitre fait plus que jamais parti de notre vie, aujourd’hui, qui ne fait pas semblant, ne ment pas, ne triche pas ? Pour certains,  il est facile de sembler riche et heureux. Seulement, les étudiants n’étaient juste pas aptes à jouer cette comédie. Il ne suffit pas de mettre des vêtements de luxe et avoir l’attitude pour être riche, il faut le croire…

“Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux du métro”, de Jérôme Denis et David Pontille

Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux du métro est un livre écrit à quatre mains, par Jérôme Denis, enseignant chercheur au Centre de sociologie de l’innovation et David Pontille, chercheur au CNRS.

Signalétique à la Gare du Nord

Les auteurs amorcent le sujet de leur étude, qu’est la signalétique, en établissant ses grandes généralités. Cela va permettre de donner une base commune aux lecteurs. Aussi, cela pourrait permettre au lecteur de demain de comprendre pourquoi cet écrit pourrait ne plus être en totale concordance avec son présent.

En commençant par évoquer ce qui a fait naître cette signalétique omniprésente dans notre quotidien (l’hypermobilité), et en établissant une vérité : celle que notre monde est en constant changement, les auteurs commencent par justifier leur choix quant à leur axe d’étude qui concerne (principalement) la maintenance de la signalétique dans le métro.

Alors qu’ils auraient pu choisir une approche sémiologique de la signalétique ou interroger les usages qui en sont faits, les auteurs ont décidé d’adopter, comme énoncé dans le titre, le point de vue des « coulisses » afin d’observer le travail quotidien autour de la signalétique. Cette démarche permet alors au lecteur d’atteindre un discours auquel il n’a pas forcément accès et s’inscrit dans une volonté d’approfondir un sujet qui n’a que peu d’objet d’étude.

Ici, les auteurs nous décrivent de façon brève mais claire la manière dont ils ont abordé le terrain.

Il y a eu des entretiens entre les chercheurs et le personnel de la RATP afin de déterminer la place de la signalétique ainsi que celle du service en charge sa maintenance et les activités auxquelles il est confronté. D’autres entretiens ont eu lieu avec le MTA (Metropolitan Transportation Authority) afin d’émettre un contre-exemple.

Tout au long de leur recherche, les auteurs ont fait une collecte de documents, qu’ils soient encore d’actualités ou classés dans les archives, afin d’étudier le sujet dans son ensemble. Enfin, Denis et Pontille ont été directement sur le terrain en accompagnant quotidiennement le personnel de la maintenance.

Pour conclure leur recherche, les auteurs ont décidé d’entreprendre une enquête plus expérimentale : aller d’un point A à un point B par le métro, en se laissant guider par la signalétique présente.

Les généralités données sont indispensables pour que les lecteurs partent avec une base commune. Toutefois, lorsque les auteurs évoquent les évolutions de cette signalétique, on ne sait pas ce qu’il change vraiment et pourquoi ces transformations, s’il y en a vraiment, sont faites. Est-ce que l’évolution est si profonde que cela ou s’agit-il seulement d’une maintenance « classique » des panneaux ?

Nous pouvons nous demander ce que devient cette signalétique à l’ère du numérique ?  Sachant que l’arrivée de nouvelles technologies, telles que la 5G se fait à grands pas et que l’utilisation de la réalité augmentée sera de plus en plus fréquente, quelle place gardera alors la signalétique dans le métro – ou plus généralement, dans notre quotidien ?

En adoptant une approche visuelle, cette étude aborde la signalétique uniquement en fonction des personnes valides. Cela nous amène à nous questionner sur la mobilité des personnes mal voyantes dans tous ces couloirs de métro. En effet, ces dernières pourraient facilement se retrouver en difficulté lors d’un trajet qu’elles ne connaissent pas. Quels dispositifs sont alors mis en place pour rendre cette signalétique accessible à ces personnes ?

Dans cette enquête, les chercheurs ont décidé d’adopter le point de vue des agents de maintenance de la signalétique (de la RATP). Toutefois, ce point de vue peut être assez restrictif car il ne met en lumière seulement les agents travaillant dans la maintenance de cette signalétique. Cela pourrait être vu sous un autre angle : celui des usagers. Ainsi, nous pouvons nous demander quelles utilisations font les voyageurs de la signalétique présente dans ce labyrinthe parisien ?

Aussi, on ne s’intéresse donc pas directement à la signalétique mais plutôt à ce qui permet son bon fonctionnement. De ce fait, on pourrait étudier la conception de tout ce dispositif. Est-ce un service à part de la RATP ? Ce texte n’arrive pas à nous montrer cet aspect qui semble être indispensable à étudier lorsque l’on s’intéresse à ce sujet.

Le cas concret sur lequel les auteurs se basent pourrait mener à une réflexion sur la mise en place de la signalétique dans la gestion des flux en se posant une question : est-ce qu’il y a une réflexion concernant la mise en place de la signalétique dans des espaces accueillant un grand nombre d’usagers sur un laps de temps restreint ? Nous pourrions prendre l’exemple de La Défense où il serait alors intéressant d’étudier l’impact qu’à la signalétique sur la gestion des flux. Aux heures de pointe, une signalétique adéquate permettrait ainsi de guider de grandes foules de manière fluide afin de limiter des engorgements au niveaux des entrées et des sorties.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search