La place des graffitis dans l’espace public : une valeur des œuvres remise en cause

Le texte dont nous allons traiter dans cet article est un texte de Jérôme Denis et David Pontille qui à été posté le 17 octobre 2022 et qui se nomme « L’effacement des graffitis à Paris: un agencement de maintenance urbaine ». Ce texte qui aborde la place de l’image des graffitis dans la ville, met en évidence le concept de maintenance dans la ville. Pour en comprendre d’avantages, nous allons voir dans cet article la valeur que les graffitis ont pour la ville et ceux qui y vivent.

Les graffitis dans la ville notamment dans la ville de Paris semble être un sujet posant problème et réveillant certains désaccords quant à l’entretien de la ville. Le texte de Jérôme Denis et David Pontille met en évidence la politique d’effacement des graffitis mise en place dans la ville de Paris au tournant des années 2000 par l’ancien maire Jean TIBERI. Ce programme nommé « Opération Murs Propres » à été créé selon la municipalité pour garantir l’exigence de la propreté visuelle. Pour justifier cette décision, la municipalité se lance dans une sorte de devoir vis-à-vis de la maintenance de la ville. Cependant pour certains, ce programme visant à effacer les graffitis est en réalité un geste politique pour s’assurer du contrôle de l’espace urbain. Les sociologues Jérôme Denis et Davis Pointille se sont notamment intéressés au processus d’effacement des graffitis mis en vigueur à Paris, comme une sorte de « mise en ordre esthétique » de la ville et un « agencement de maintenance » visant à façonner la ville selon la vision qu’ont les pouvoirs publics.

Pour beaucoup les graffitis sont considérés comme un acte dangereux qui dégrade la ville et ses architectures. C’est pourquoi la ville met en place de plus en plus de moyens pour assurer cette maintenance. En effet, des caméras, des systèmes de géolocalisation, ou encore des patrouilles de police régulières ont été mises en place pour lutter contre les graffitis. La police ainsi que les autres agents de sécurité sont donc des acteurs importants dans cette politique contre les graffitis se présentant comme les gardiens du respect de l’ordre.

Selon la municipalité de Paris, ces actions sont nécessaires pour veiller à la bonne tenue de la ville, et pour rétablir la « propreté urbaine » vis-à-vis d’actions qu’ils considèrent comme sales et tachantes.

Cependant, l’effacement des graffitis dans la ville met en évidence des divergences notamment quant à l’existence d’une différence de regard entre les réalisations. En effet il existe un lien entre le mur, c’est-à-dire le support que le graffiteur à choisi, et son œuvre, car celle-ci est comme une extension de la réalité qui à été observée. De plus, une fragilité de la ville est mise en avant car à force d’effacer des graffitis qui ont été réalisés sur les mêmes murs, la municipalité en vient à dégrader les matériaux et donc l’architecture de la ville.

De plus, il existe selon moi un lien entre l’auteur de l’œuvre et la vision qu’ont les autres de celle-ci. C’est le cas par exemple lorsque nous pensons à l’artiste britannique Banksy. Il est vrai que ses réalisations ne seront jamais effacées car elles sont considérées comme du « street art » et comme de réelles œuvres de l’espace public. Le « street art » se présentant comme étant en corrélation avec les politiques culturelles de la ville, ces œuvres sont considérées comme rares et sacrées, c’est pourquoi elles sont conservées et admirées.. La personne qui se cache derrière le graffitis joue donc un rôle important car la société et les pouvoirs publics ont créé une différence entre artistes à part entière et graffiteur.

En prenant des mesures telles que judiciaires à l’encontre des graffiteurs, les pouvoirs public s’attaquent d’une manière au maintien de la mémoire que représente les graffitis. En effet, en les effaçant ils détruisent l’imaginaire de la société qui s’alimente des graffitis.

Pour conclure, les actions mises en place par les pouvoirs publics pour veiller à la propreté de l’espace urbain à travers l’effacement des graffitis, est une manière de façonner la ville à leur image. L’effacement des graffitis est en réalité une politique qui fragilise la ville, la société, et qui porte atteinte à la mémoire de celle-ci. De plus, il existe une frontière confuse qui mène à une différence de regard entre un artiste à part entière et un graffiteur. Cette différence de regard met en évidence des inégalités qui rendent légitime certaines œuvres par rapport à d’autres.

Crédit : @Engin_Akyurt

DRAMÉ Maryam


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

Implantation des data centers en Seine-Saint-Denis : la création de nouveaux emplois ?

Dans le cadre de ce cours d’Outils d’observation de la ville, nous avons passé un semestre à étudier les data centers et la façon dont les citoyens interagissent avec ces structures. De plus en plus nombreuses en raison de notre production toujours plus grande de données informatiques, elles sont inconnues de la plupart d’entre nous, et ont pourtant le pouvoir de façonner les territoires où elles se trouvent. Un façonnage non seulement visuel et spatial, mais aussi économique et social, comme le montre l’enquête que nous présentons aujourd’hui.

Cette enquête a commencé avec la lecture de la thèse « Binaire béton.: Quand les infrastructures numériques aménagent la ville* » de Clément Marquet, dans laquelle un certain nombre d’acteurs politiques de Plaine Commune justifiait l’implantation des datas centers dans cette zone comme un vecteur de création d’emploi et de formation pour la Seine-Saint-Denis. Cette région étant l’une des plus touchées par la problématique du chômage en France, nous avons décidé de nous concentrer sur ce thème durant notre enquête de terrain, afin de déterminer si ces structures pouvaient effectivement offrir emplois et formations aux habitant.e.s de Seine-Saint-Denis.

© Unsplash // Luis Quintero

Pour réaliser cette enquête, nous avons, en plus de nos lectures scientifiques (notamment le chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet) et de la consultation d’articles en ligne, réalisé une observation sur le terrain et un entretien téléphonique. 

Notre observation de terrain a été réalisée dans l’un des data centers de l’entreprise Equinix à Aubervilliers, le lundi 29 novembre 2021. Nous y avons rencontré un technicien, un manager, et une agente d’accueil travaillant sur place. Ayant été absentes ou n’ayant pu recueillir d’informations assez précises lors des visites organisées sur le temps scolaire, nous avons effectué cette visite en dehors des horaires de cours et seulement à deux. Nous faisons l’hypothèse que cela a en partie participé à notre facilité à obtenir des réponses à nos questions, en plus de notre statut d’étudiantes. 

En effet, les trois interlocuteurs que nous avons rencontrés se sont tous montrés tout à fait disposés à nous répondre. Cela a pu nous surprendre, puisque de part la grande opacité des activités des data centers, nous nous attendions à plus de réticence, l’une de nous ayant eu des difficultés à trouver des interlocuteurs disposés à lui parler lors de sa première observation à Paris. Cela pose également la question d’une plus forte réticente à l’interaction dans la ville de Paris, que nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’étudier dans cette enquête.

Par souci d’efficacité, nous avions décidé de centrer nos questions sur les problématiques d’emploi et de formation, et ainsi d’interroger les personnes que nous rencontrerions sur leur formation antérieure, leur emploi actuel, et les perspectives de carrière possibles au sein des data centers. Nous avons cependant été surprises de remarquer que sur trois personnes interrogées, deux d’entre elles ont directement abordé la question de la sécurité des data centers ainsi que des clients de l’entreprise, tout en insistant sur l’aspect confidentiel de ces données, qu’ils ne pouvaient donc pas vraiment nous communiquer. 

C’est à la suite de cette première observation de terrain que nous avons pu confirmer l’existence, déjà évoquée par Clément Marquet dans sa thèse, d’une formation à l’IUT de Villetaneuse créée spécialement pour travailler en tant que technicien de centre de données. Le B.U.T Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII), créé en 2013 à l’initiative de Fabienne Floret, propose en effet une spécialisation au terme d’un cursus plus général vers les métiers des data centers, et selon le manage d’Equinix rencontré, c’est dans cette formation que sont formés la plupart des stagiaires de l’entreprise.

Nous avons donc pris contact avec les responsables de cette formation et avons pu obtenir un entretien avec Abdel Senoussaoui, industriel dans le domaine des services informatiques aux data centers et professeur au sein de ce D.U.T depuis sa création en 2013. Par manque de temps pour nous rendre à l’IUT de Villetaneuse, nous avons dû réaliser cet entretien par téléphone. Malgré une incapacité à visiter les locaux de la formation, la bonne volonté et la clarté du discours de M. Senoussaoui nous a permis d’obtenir des réponses précises à nos questions. 

À ce stade de notre enquête, nous avons donc pu faire évoluer notre point de vue, d’un scepticisme important face à un discours politique qui mérite d’être interrogé, vers un intérêt réel pour une formation qui nous paraît dynamique, innovante et tournée vers l’avenir. La thèse de Clément Marquet ayant été publiée trop tôt pour avoir de véritables retours sur le marché de l’emploi et de la formation liés aux data centers en Seine-Saint-Denis, nous espérons que ces conclusions pourront éclairer davantage sur les perspectives qu’ouvrent les centres de données pour le territoire et sa population.

De l’hypothèse de data centers peu créateurs d’emploi…

À la lecture du chapitre 5 de la thèse de Clément Marquet, nous nous sommes d’abord montrées sceptiques. Comme évoqué précédemment, plusieurs acteurs politiques de Plaine Commune justifiaient le choix d’autoriser et même d’encourager l’implantation de data centers dans cette zone avec divers arguments. Ils choisissaient notamment de voir cette implantation comme une façon de dynamiser le marché de l’emploi local, en amenant à la création de nouveaux postes et de formation sur le territoire. 

Cette justification politique mérite que l’on s’attarde sur elle, car elle est particulièrement forte dans un département comme la Seine-Saint-Denis, qui a le taux de pauvreté le plus élevé de l’Hexagone. Selon une étude publiée par l’INSEE en février 2020, le taux de chômage y dépasse les 10% depuis 20 ans, et la proportion d’habitants vivant en dessous du seuil de pauvreté est « deux fois supérieure à la moyenne nationale ». Par ailleurs, en 2015, 28 % des jeunes de 18 à 24 ans étaient sans emploi, ni formation. 70 % des emplois hautement qualifiés sur le territoire sont occupés par des non-résidents, point également évoqué par Clément Marquet, qui précise que les sièges sociaux d’entreprises comme SFR, la SNCF ou Veolia, implantés à Plaine Commune, emploient principalement la population locale, peu qualifiée, pour des postes de sécurité, de ménage ou de restauration, et que les autres salariés viennent majoritairement de Paris. 

© Unsplash // Taylor Vick

Dans ce contexte, que l’on puisse considérer l’implantation de nombreux data centers à Plaine Commune comme un véritable vecteur de création d’emplois nous a paru être davantage une stratégie politique, ayant pour but de légitimer une implantation servant surtout des intérêts économiques. Pourtant, la confrontation de cette hypothèse plutôt cynique avec la réalité du terrain nous a permis de réaliser notre erreur. En effet, il apparaît que l’industrie des data centers, très dynamique et en constante expansion, offre véritablement des perspectives de formation et d’emploi à la population locale de Seine-Saint-Denis. 

« Si on avait les ressources économiques, on pourrait placer 100 élèves en stage. »

Abdel Senoussaoui constate en effet qu’à l’issue de leur premier stage, 75% de la vingtaine d’élèves du parcours Data centers se voient proposer un CDI. Ce taux d’embauche élevé peut s’expliquer par la spécificité du parcours Data centers proposée par l’IUT de Villetaneuse, qui donne aux étudiants des compétences dans les domaines électriques, informatiques et climatiques. Auparavant, les data centers recrutaient des techniciens formés dans l’un de ces domaines seulement, alors que la gestion des data centers nécessite les trois. D’où une forte demande des entreprises pour des élèves sortant de cette formation.  

Toujours selon M. Senoussaoui, il lui serait possible de placer une centaine d’élèves en stage vu la demande des entreprises, mais l’université n’a de ressources financières que pour accueillir une vingtaine d’entre eux. Il nous explique aussi que ses étudiants, une fois embauchés, sont régulièrement démarchés par la concurrence, parfois seulement six mois après le début de leur premier poste. Ce fort taux d’embauche nous est par ailleurs confirmé lors de notre visite dans l’un des data centers d’Equinix, où l’un des managers nous informe que la plupart de leurs stagiaires viennent de l’IUT de Villetaneuse, et que beaucoup d’entre eux se voient proposer un CDD ou un CDI à la suite de leur stage. 

« Le turnover n’est pas plus élevé qu’ailleurs. Certains collaborateurs sont dans l’entreprise depuis dix ans. »

Au-delà de ces perspectives d’embauche en fin de diplôme, les possibilités d’évolution au sein de l’industrie des data centers apparaissent réelles. Le fort turnover évoqué dans la thèse de Clément Marquet semble être à relativiser : tous nos interlocuteurs, bien que reconnaissant le caractère particulier d’un emploi fonctionnant aux 3:8 avec des horaires parfois décalés, estiment que le turnover n’est pas plus important que dans d’autres domaines professionnels. 

Le manager rencontré à Equinix nous indique que certaines personnes sont dans l’entreprise depuis dix ans, et que les perspectives d’évolution dans la hiérarchie sont réelles, avec des possibilités de passer de technicien à manager, puis à haut-responsable. Le technicien présent sur place explique s’y plaire et ne pas envisager de partir, après avoir été embauché il y a six ans. Du côté de la formation et du bilan qu’on peut faire de la première promotion, entrée à l’université en 2013, M. Senoussaoui nous informe en riant que certains élèves sont à présent des collègues. On note même des perspectives d’évolution à l’international, avec un ancien élève aujourd’hui responsable opérationnel d’un data center à Dubaï, et un autre à New York. 

© Pixels // Brett Sayles

Dans l’ensemble, nous notons qu’il s’agit d’une industrie dynamique, en pleine expansion. La demande pour des techniciens qualifiés est forte, et les étudiants de la formation de Villetaneuse paraissent pour l’instant satisfaits à tous les niveaux. Selon M. Senoussaoui, ils rentrent de stage épanouis, en ayant gagné en maturité grâce à une vraie immersion dans le monde du travail et l’occasion de prendre des responsabilités. Les perspectives réelles d’emploi, ainsi qu’une rémunération conséquente pouvant aller jusqu’à environ 2500 € pour un premier poste (auxquels s’ajoutent éventuellement primes et avantages), confortent d’autant plus les étudiants dans cette voie. Avec un effectif provenant majoritairement de Seine-Saint-Denis, et quelques élèves de Paris et des Hauts-de-Seine, nous pouvons en conclure que cette formation, et par extension la demande liée à l’implantation des data centers à Plaine Commune, peut apparaître comme un véritable vecteur d’emploi pour la région. 

… À la découverte d’une formation tournée vers l’avenir

Nous avons aussi découvert lors de cette recherche une formation certes jeune, puisqu’elle a ouvert en 2013, mais d’une grande modernité. Notre société étant désormais vouée à se développer avec et par le numérique, il y a un fort enjeu pour les universités à adapter leurs formations à ces changements rapides. Et avec une production toujours plus massive de données, l’industrie des data centers se place comme un acteur important de cette évolution. 

« La révolution numérique est en route. 60% des métiers de demain n’existent pas encore. »

Pour M. Senoussaoui, avec une révolution numérique en route et 60% des métiers de demain qui n’existent pas encore, il y a un vrai enjeu pour les universités à participer à la création des métiers à naître. Avec l’expansion constante de l’industrie des data centers, le travail de technicien au sein de ces structures apparaît comme un de ces emplois du futur. Même constat chez Equinix, dont l’un des managers estime que c’est « une industrie qui a de l’avenir »

Cette année, la faculté accueille sa première promotion de « Brevet Universitaire Technologique » (B.U.T), voué à remplacer petit à petit le couple D.U.T/Licence professionnelle proposé comme le seul parcours spécialisant jusqu’à l’année dernière. En parcourant le site de la faculté, nous pouvons lire que la formation a pour vocation de « développer des connaissances et des compétences techniques spécialisées en informatique »

© Unsplash // Alex Kotliarskyi

De plus, M. Senoussaoui nous explique lors notre entretien qu’à partir de l’année prochaine, les étudiants auront la possibilité de faire une alternance, dès leur deuxième année de B.U.T, au lieu du schéma actuel qui ne proposait qu’un stage de spécialisation en fin de deuxième année. En effet, il est nettement plus intéressant pour les entreprises d’avoir des étudiants sur un temps plus long afin de les former correctement et de les suivre durant tout leur apprentissage. Cette formation en alternance permettra ainsi d’augmenter les effectifs de manière substantielle. Comme déjà évoqué plus haut, le dynamisme du marché fait que les candidats sont convoités par les entreprises et les démarchages sont fréquents, afin de débaucher les techniciens des data centers concurrents.

« Nous faisons vraiment en sorte de valoriser la technologie au féminin. »

Par ailleurs, si la formation de l’IUT de Villetaneuse est composée en majorité d’étudiants masculins, M. Senoussaoui nous explique que de réelles initiatives sont menées par la formation pour attirer des candidates féminines. « Une grande partie de la formation est masculine, mais on a aussi des filles. On met beaucoup l’accent dessus, sur le fait de changer les mentalités dans ce domaine-là, de dire que la technologie n’est pas réservée uniquement aux hommes. », nous dit-il. 

Il nous apprend que l’université a développé un programme sur le sujet avec Microsoft, pour « valoriser la technologie au féminin ». En approfondissant nos recherches sur ce projet, nous trouvons des programmes mis en place bien avant les études supérieures avec, dès le collège, une formation « wi-filles » proposée aux jeunes filles de Seine-Saint-Denis afin de les sensibiliser aux métiers du numérique. Le but étant de pallier à la discrimination subie par les femmes dans le numérique et sur le marché de l’emploi. Ce programme de soixante heures, actuellement sous la tutelle de réseaux comme Girls in tech et Duchess, a été créé en 2014 en Seine-Saint-Denis et il s’étend depuis 2018 au niveau national. 

© Unsplash // ThisIsEngineering RAEng

En nous rendant sur le site de la fondation FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), qui s’occupe actuellement de la formation, nous avons pu écouter et lire des retours très positifs de la part des jeunes filles qui l’ont intégrée : cela leur donne la chance de découvrir un nouveau secteur d’activité, de se tourner vers de nouveaux horizons, et leur apporte un enrichissement personnel. Ce type de programmes confirme que la révolution numérique actuelle peut bel et bien trouver une résonance sur le marché de la formation et de l’emploi en Seine-Saint-Denis. 

Les initiatives de l’IUT de Villetaneuse dans ce sens semblent fonctionner, puisque M. Senoussaoui nous apprend par ailleurs que deux anciennes élèves de la formation sont aujourd’hui managers de data centers chez Microsoft. 

« Nous allons monter un data center à l’IUT, pour mettre les étudiants en situation réelle. »

À l’heure où la nécessité de stocker des données est de plus en plus importante, nous avons donc bien compris que la demande pour des techniciens capables d’entretenir ces data centers et de contrôler leurs énergies et réseaux est forte. Le bon fonctionnement des data centers, et donc du stockage de nos données, repose en effet entièrement sur les épaules de ces techniciens, dont les missions sont complexes et variées.

C’est pourquoi, afin de donner à ses étudiants plus de compétences techniques, l’IUT de Villetaneuse a également pour projet d’installer son propre mini data center « à vocation pédagogique » au sein de l’établissement. Mieux former les élèves avant qu’ils partent en stage ou en alternance en les mettant en situation réelle, avoir une « vitrine pédagogique » pouvant permettre à l’université de trouver de nouveaux partenaires industriels… Pour M. Senoussaoui, très impliqué dans ce projet, les avantages sont multiples. En parallèle, la volonté de faire venir à l’IUT plus d’intervenants industriels pour former et rendre compte du terrain, mais aussi des demandes des entreprises, reste très importante. 

Si cette enquête demande à être relativisée, par d’autres études sur des data centers d’entreprises concurrentes et par une analyse globale du nombre de personnes employées par les data centers en Seine-Saint-Denis et de leur formation antérieure, nous pensons pouvoir dire à l’issue de cette recherche que cette industrie peut véritablement être créatrice d’emploi pour la région. La formation de l’IUT de Villetaneuse, qui pourrait selon M. Senoussaoui  être reproduite dans d’autres universités locales en raison de son succès, nous paraît tout à fait moderne, en cohérence avec son temps, forte d’une compréhension aiguë des enjeux actuels de l’industrie, et plus globalement de notre société. Notre entretien au data center d’Equinix, qui nous a confirmé que cette formation fournissait bel et bien des employés aux entreprises, renforce cette hypothèse d’un véritable impact social positif des data centers dans la région. 

Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

 

Jeanne MORVAN et Lorraine BOUTET

 

 

Plaine commune : lieu de prédilection des Data Centers ?

Le texte scientifique « Chapitre 5. Les data centers à Plaine commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » écrit par Clément Marquet, doctorant de l’université Paris Saclay, est un extrait de sa thèse Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville, publiée en 2019*

L’extrait étudié (p. 212-248) va s’intéresser à l’implantation des data centers avec comme enjeu l’analyse de leur incorporation dans l’environnement urbain.  

C’est plus particulièrement au prisme de leur insertion à Plaine commune que l’auteur s’interroge sur l’histoire de leur enracinement géographique, leur perceptibilité par les différents acteurs urbains et leurs répercussions sur différents secteurs (économique, technique, académique, financier, commercial, etc.). 

Pour étudier ce phénomène, l’auteur rend compte des résultats d’un ensemble d’entretiens, passés auprès d’acteurs ayant eu un lien plus ou moins direct avec les data centers à Plaine Commune, et mobilise la presse nationale, économique et sociale. 

C. Marquet organise son raisonnement en deux temps, s’intéressant dans un premier temps à la perception troublée des data centers en raison du dynamisme de ce paysage urbain en constant aménagement (1). Puis dans un second temps, en se concentrant sur la Plaine commune comme terre d’accueil stratégique et considérée comme propice aux data centers (2). 

En hébergeant les opérateurs de data centers, Plaine commune accompagne la révolution numérique, rayonne au niveau international et manifeste de sa position de « Capitale Française des data centers », attirant investisseurs et entreprises. 

Néanmoins, l’auteur souligne que la relation entre les parties prenantes publiques (grand public, acteurs politiques et administratifs, les instances dirigeantes, etc.) ainsi que civiques (citoyens, associations, syndicats) et les data centers reste ambiguë au profit des parties prenantes privées (entreprises ou plus généralement le marché/les industries). 

Enfin, le manque d’entretiens avec des habitants de l’EPT Plaine commune est regrettable dans le sens où ces personnes auraient pu confirmer ou infirmer de cette implantation discrète des data centers et leur rôle sécuritaire. 

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Datacenter : quand l’invisible devient visible

La thèse de Clément Marquet intitulée « Quand les infrastructures numériques aménagent la ville » se penche sur les centres de données aussi appelés data centers*. Elle questionne, entre autres, l’acceptation par la population de toutes ces nouvelles infrastructures qui viennent transformer leurs paysages urbains. Plusieurs mobilisations de riverains ont vu le jour contre l’implantation massive de ces centres de données à la Plaine Commune, aussi appelée par le journal Les Échos :  « le nouvel eldorado des data centers ».

Depuis le début des années 2000, ces infrastructures font l’objet de nombreuses inquiétudes de la part des habitants de la Courneuve et d’Aubervilliers. Il y a une peur de voir apparaître davantage de data centers dans les communes de Seine Saint-Denis, mais nous constatons aussi une politique environnementale contradictoire, entre la volonté d’une transition écologique et l’accueil de ces infrastructures polluantes. Jugées « technophobes » ou « anti-progrès » par des élus locaux, certaines riveraines sont allées jusqu’à saisir la justice pour tenter d’annuler l’autorisation d’exploitation d’un centre de données, situé à côté de leurs domiciles. Elles mettent en avant l’impact sur leurs vies quotidiennes : nuisances sonore et problèmes écologiques (émissions de gaz à effet de serre). En entamant ces procédures judiciaires, elles rendent alors visibles les problématiques liées aux data centers dans les médias, jusqu’ici très peu abordées. Afin de dénoncer ces infrastructures, les habitantes ont mis en place les “Toxic Tour Detox“, des marches permettant de visiter les lieux polluants des communes de Seine Saint-Denis, dont font partie les centres de données.

Au delà des problématiques sonores et écologiques, j’ai souhaité m’informer à titre personnel de l’impact de ces data centers sur la santé des populations vivant à leurs abords. Cependant, aucun article ni aucune étude à ce sujet ne ressortent de mes recherches. Depuis longtemps, nous sommes éclairés sur la cancérogénicité des ondes de nos appareils électroniques, mais qu’en est-il des centres de données ? Sont-ils sans danger pour la santé des habitants des communes où ils sont implantés ? Tant de questions qui n’ont pour l’instant pas de réponses, si ce n’est que l’absence puisse en être une…

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search