Quand la banalité urbaine protège nos données

Avant de nous intéresser en profondeur à ces piliers de l’ère numérique, nous n’aurions jamais eu l’idée de les étudier. Mais de quoi parlons-nous ? Les data centers, objets à la fois fascinants et mystérieux, gages de la sécurité de nos données, au cœur de nos nouvelles vies virtuelles, ces bâtiments protéiformes et presque secrets constituent l’objet central de notre étude.

Structures matérielles protégeant l’immatériel, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Pour ce compte-rendu, nous nous intéressons à deux dimensions caractéristiques : la sécurité et l’invisibilité. Pour ce faire, nous choisissons de nous intéresser à une entreprise phare spécialisée dans les data centers, située dans plusieurs bâtiments à Aubervilliers. Nous choisissons un site majeur de l’entreprise, endossant parfaitement ces deux caractéristiques. Nommés également « espaces de colocation neutres » par Clément Marquet dans sa thèse, cette appellation démontre bien la complexité de ces infrastructures, à la fois à la grande fonctionnalité mais aussi subtilement discrètes. Aussi invisibles qu’inaccessibles, aussi discrets qu’austères, et aussi sécurisés qu’aseptisés, les data centers questionnent. Ainsi, notre problématique sera la suivante : Comment les data centers allient-t-ils habilement invisibilité et sécurité, en s’implantant dans la ville d’Aubervilliers ?  

En effet, ces deux caractéristiques sont le fruit de nombreuses interrogations. Comment un bâtiment si caché peut-il être aussi protégé ? Et à l’inverse, comment sécuriser un lieu lorsque celui-ci passe inaperçu ? Invisibilité et sécurité sont-ils complémentaires ? Indissociables ? Toutes ces problématiques constituent des objets d’études abordés par de nombreux chercheurs et notamment les architectes. En tant que créateurs de structures, la controverse des data centers nourrit leurs interrogations. L’architecte Soline Nivet propose d’ailleurs une étude de ces milieux construits dans son ouvrage où elle les associe à de grands « Bernard l’Hermites », comme cachés sous leur coquille (Architectures et espaces des économies numériques, 2019). En effet, ces nouveaux bâtiments, qui n’existaient pas avant, offrent une nouvelle façon d’envisager la fonctionnalité de nos espaces. Ces structures, l’architecte les nomme pertinemment de nouvelles « espèces d’espaces ». Une vision originale qui nous a amené à nous pencher en partie sur l’aspect visuel de ces lieux, combiné bien évidemment à une dimension fondamentale : la sécurité.

C’est pourquoi, tels des détectives du numérique, nous nous prenons au jeu. Nous endossons, Mathilde Chantreuil et Brian Akloo, nos casquettes d’observateurs afin d’esquisser le plus fidèlement possible, les phénomènes controversés mais riches que constituent ces puissants gardiens du numérique.

9h17 : Arrivée sur les lieux et visite du data center 

Mardi matin, 9 heures et des poussières, un froid de canard au thermomètre, une belle lumière d’hiver. Le froid sec nous prend puissamment au cou et nous réveille. Nous sortons juste de la ligne 12 du métro à l’arrêt Front Populaire. La ville est calme, vide et désertée par les habitants partis travailler à Paris. Notre observation commence vers 9h20, nous entrons dans un site, puis deux, accompagnés par nos collègues de master. Certains data centers sont plus bruyants que d’autres, certains sont sales et à la façade presque délabrée. Le premier que nous observons jouxte des poubelles, des déchets, tels une grande décharge amassée devant ce bâtiment secret. Pas étonnant que cela surprenne, car au premier abord, rien ne nous donnerait envie de rentrer. Après une première observation en petit groupe de classe, très peu concluante, nous décidons de nous éclipser tous les deux, afin d’augmenter nos chances de recueillir les ressentis des passants. On ne va pas se mentir, un binôme effraie moins que tout un groupe d’étudiants, même souriants. À la recherche de témoignages vrais, spontanés, mis surtout sur le vif, nous embarquons pour la deuxième partie de notre observation.

C’est après quelques errances dans la ville vide d’Aubervilliers, que nous nous imprégnons d’une atmosphère particulière, à la fois industrielle et étrange. Au croisement de l’avenue des Chemins de fer industriels et de l’avenue Victor Hugo, se dresse le bâtiment 260. Siège de l’entreprise, cet imposant bâtiment nous séduit de par son allure et son apparence si lisse. Au cœur d’une zone industrielle, où seules quelques boutiques font face au data-center, nous sommes seuls. Devant nous, un portail blanc avec un grand feu rouge. Nous prenons notre courage à deux mains et sonnons. Un petite porte s’ouvre et nous pénétrons à l’intérieur de l’accueil de l’entreprise.

Une femme nous accueille, derrière une vitre blindée. Elle est souriante, rassurante et ne paraît absolument pas sceptique quant à notre venue dans ce lieu inhabituel. Avec elle, ancienne étudiante en communication, nous échangeons quelques mots sur l’objet de notre observation. Nous lui demandons si nous pouvons entrer pour visiter. Malheureusement, c’est presque impossible. « Vous pourriez rédiger une lettre à l’intention du directeur du site, pour éventuellement visiter, mais je ne vous promets rien » nous dit-elle. Les visites, hors professionnelles, sont très rares, mais nous ne perdons rien à tenter. Nous nous attelons donc à rédiger notre lettre, consciencieusement. Après plus de deux semaines, cette dernière restera sans réponse. Nous saluons la femme de l’accueil après avoir obtenu une photographie de son précieux badge survolant son polo gris au nom de la société. Nous nous éclipsons ensuite par la même porte blindée par laquelle nous sommes rentrés. Le feu vert s’allume, puis s’éteint. Le verrou se ferme, les caméras nous surveillent probablement, mais notre mission est terminée, ou presque. Nous sommes déjà ravis d’avoir pu rentrer dans cet immense laboratoire à la façade tout sauf chaleureuse.

Cette expérience, malgré un accueil agréable au sein du data-center, nous montre à quel point la sécurité doit être irréprochable. À l’intérieur, des portiques dignes d’un hall d’aéroport, et une propreté à l’image d’un cabinet dentaire. La dimension ultra procédurière nous impressionne, mais nous sortons du bâtiment et continuons notre observation car après tout, une lettre sans réponse est aussi une réponse…

Photographie de l’angle de la rue face au data center
Zoom sur le feu rouge du portail du data center d’Aubervilliers

10h29 : Entretiens avec les commerçants et micro-trottoirs 

Bâtiments matériels protégeant l’immatériel, structures physiques conservant le non physique, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Dans l’ouvrage « Data centers, derrière la façade » (Diguet C., Lopez F., 2018), les deux chercheuses qualifient ces bâtiments comme les « infrastructures stratégiques de nos vies numériques ». Relativement contradictoire car si ces objets jouent une place fondamentale dans nos quotidiens, ils ne paraissent pas jouer un rôle aussi important au sein de nos espaces urbains. Presque camouflés par leur banalité, ils passent inaperçus, ou presque. À la différence d’une jolie façade sur laquelle on se retournerait en marchant, les data centers sont totalement à l’opposé. Ce côté invisible est d’ailleurs souligné par Stephen Graham (Impact spatial et énergétique des data centers, 2015) qui désigne la « furtivité » comme caractéristique majeure de ces lieux. De plus,  l’invisibilité est aussi une des caractéristiques phares qu’on retrouve dans la littérature en Infrastructures studies, et notamment dans les travaux de Brian Larkin (The Politics and Poetics of infrastructures, 2013).

Il est quasiment 10h30 et notre observation nous permet déjà d’appréhender plus concrètement ces gardiens du numérique. L’ambiance est assez froide et déserte, mais nous prenons notre courage à deux mains, et tentons de pénétrer les boutiques faisant face à ce bâtiment de marbre. 3 magasins, quasiment similaires, longent un grand trottoir en béton, un peu surélevé. Nous poussons la lourde porte vitrée et entrons dans la première boutique, où les grands mannequins en plastique dégagent une ambiance un peu austère. Pour ne pas surprendre les gens, nous décidons de jouer sur l’innocence et la curiosité. Nous restons évasifs dans notre approche, sans aborder le sujet des data centers et nous nous présentons comme des étudiants faisant une étude du quartier.

Les premières commerçantes, méfiantes, nous répondent très furtivement : « je ne sais pas » ou bien « je ne me suis jamais posé la question ». Nous tentons d’accueillir chaque mot des vendeuses avec le sourire, surpris par leur méconnaissance. Nous entrons dans une autre boutique, remplie de robes de mariés, à la décoration festive, un peu insolite. Les réponses sont les mêmes mais cette fois, le terme de « bureaux » apparait : « je crois que ce sont des bureaux, on voit pas mal de gens passer » nous dit-elle. Nous décidons de la questionner quant à l’aspect visuel du bâtiment. « Ce n’est pas très beau non, c’est sûr, mais bon je ne fais pas tellement attention, ça fait tellement longtemps qu’il est là » nous dit-elle. En d’autre termes, un lieu inesthétique, mais passable, qui ne fait pas tâche avec le paysage. Ainsi, la mission d’invisibilité du data center est réussie et le bâtiment n’attire pas plus que cela le regard des habitants. Une observation ressort tout de même : une absence de curiosité et d’intérêt de la part des passants. À Aubervilliers, personne ne souhaite réellement savoir ce qui se cache derrière ce grand Bernard-l’Hermite de béton. Et lorsque le terme « centre de données » est évoqué, l’enthousiasme n’est pas tellement grandissant.

Nous sortons des boutiques et commençons un micro-trottoir en interpellant les livreurs et autres commerçants dehors. Ils déchargent des camions de cartons de vêtements et autres marchandises. Certains fument des cigarettes, adossés à des parcelles bétonnées. Une lueur du soleil d’hiver nous éclaire, l’ambiance est calme. Le data center, au sein de ce tableau industriel aux couleurs ternes, se fond dans le paysage. Presque invisible, d’une banalité évidente, il s’harmonise avec les dizaines de façades grises du secteur. Nous en déduisons que le bâtiment que nous observons passe réellement inaperçu. Notre ressenti sera vite corroboré par notre prochain interlocuteur, un commerçant habitué, de passage dans le quartier. “D’après vous, qu’est ce que ce bâtiment en face de nous là ?” Nous lui demandons, en pointant le data center du doigt. « Ça ? Pour moi c’est un dépôt, un entrepôt ou quoique ce soit. Si vous ne m’en aviez pas parlé, je n’aurais même pas fait attention. Je ne regarde pas ça. Car même pour les numéros 254, 255, c’est la même chose, c’est gris en ferraille. » nous répond-il. Plutôt démonstratif du caractère invisible du data center, le témoignage souligne l’extrême discrétion de la structure au sein de la zone industrielle. Comme il nous le fait savoir, “exactement la même chose que les autres”. Ainsi, le data center se fond entièrement dans le décor et les couleurs des bâtiments qui l’entourent. La banalité évidente et la discrétion est donc pertinemment pointée du doigt par le livreur.

C’est d’ailleurs le fil conducteur de la réflexion de Stephen Graham, pour qui ces bâtiments sont « impossibles à identifier, si ce n’est pour une poignée d’enthousiastes des infrastructures.» (Graham, 2015, p. 35). Ce constat participe à l’opacité qui règne autour des data centers. Mais, pour ces structures, c’est aussi un gage de qualité et de sécurité auprès de leurs clients, ce qui nous fait faire le lien avec l’aspect sécuritaire fondamental. Au cœur d’une zone industrielle à la limite de la désuétude, le data center s’implante dans un paysage relativement vide, uniquement ponctué par les aller-retours des camions de livraison. C’est ce que souligne Clément Marquet dans son travail Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Le chercheur évoque que ces immenses infrastructures se situent souvent “dans les campagnes, profitant d’hectares de terrains peu chers.”

Vue depuis la vitrine du magasin en face du data center

11h02 : Échange avec les ouvriers du data center 

Après ces échanges en face du data center, nous décidons de contourner celui-ci afin d’interroger des ouvriers qui travaillent du côté  de l’avenue des chemins de fer industriels. En gardant la même approche, nous abordons deux ouvriers en uniforme, en plein travail sur un îlot de terre jouxtant le grand bâtiment. Du béton sortent plein de fils, comme des pâles, ou des conduits d’aération. Nous supposons qu’ils sont électriciens. Mais pour qui travaillent-ils  ?

Timides, nous osons nous approcher. Un homme d’une quarantaine d’années  tenant des papiers à la main, s’approche de nous. Plutôt avenant et souriant, il accepte de nous répondre. Il se présente comme le chef des travaux, mais quels travaux ? Nous commençons premièrement par l’interroger sur le bâtiment sans en aborder la fonction. De suite, il paraît surpris, voire méfiant. L’homme commence par nous dire qu’il ne sait pas ce qu’est le bâtiment, qu’il n’en sait rien. Plutôt étonnant pour quelqu’un qui y travaille… Surpris par sa réponse, nous décidons de creuser un peu en révélant cette fois-ci le réel sujet de notre étude : les data centers. Soudainement, l’ouvrier, auparavant sceptique, se détend. En quelques secondes seulement la discussion prend une nouvelle tournure, cette fois délivrée de toute appréhension de sa part. L’échange se poursuit de façon fluide. L’homme est chargé de projet pour la climatisation de data centers. Nous comprenons donc que bien qu’il savait ce qu’était le bâtiment, il a refusé de nous le dire au début de notre échange. Le nom “data center” comme gardé secret par l’ouvrier souligne le caractère mystérieux, presque inquiétant du lieu. Comme quoi, même face à deux étudiants innocents, la fonction du lieu ne doit pas être divulguée. Devoir de confidentialité ou conscience professionnelle ? Nous n’en savons trop rien, mais même courte, cette attitude nous en dit long sur l’univers tant secret de ces gardiens du numérique.

L’échange se poursuit, l’homme se détend de plus en plus, esquisse parfois des sourires, amusé par notre étude insolite. Portés par la richesse de son témoignage, nous nous laissons plonger dans le récit de sa carrière, au sein de plusieurs data centers de la région parisienne. Cet homme est notre interlocuteur parfait : il a expérimenté de fond en comble les moindres recoins de ces bâtiments. Nous nous laissons absorbés par ses propos, révélateurs d’une extrême sécurité : « Le data center pour lequel j’ai travaillé à Saint-Denis, je ne me souviens plus du nom, mais c’est un très gros data center. Le plus gros que j’ai vraiment vu, ça m’a vraiment marqué. C’est impressionnant, c’est très propre, on croirait un laboratoire ». Il concède que comparé à Saint-Denis, celui d’Aubervilliers est bien plus petit. À croire que certains data centers sont comparables à des usines géantes. L’ouvrier poursuit en nous expliquant les procédures draconiennes auxquelles il est confronté dans son travail : « On avait un cahier des charges et il fallait que j’explique le mode opératoire, et quand je disais, il faut faire un trou ici, il fallait que ça soit là. […] si je dis ah merde, on avait prévu de faire un trou là et finalement il faut le faire ici, il faut refaire une procédure, envoyer aux USA, les USA doivent valider, et le chantier d’arrêtait ». Extrêmement marqué par les règles très strictes des data centers, l’homme compare le bâtiment à un immense laboratoire ou un hôpital.

Ainsi, des procédures d’entrée et de sortie au déroulement des travaux, chaque travailleur doit suivre à la lettre des directives strictes. Clément Marquet l’exposait d’ailleurs dans son article, en parlant des portes avec authentification d’empreinte, et des portiques de sécurité à franchir (Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, 2019). La description de notre interlocuteur nous rappelle aussi l’incendie du data center d’OVH. Depuis cet incident, des dispositions ont été actées pour que lors des appels d’offres, des informations sur la norme certifications APSAD concernant le mode de construction et de fonctionnement du bâtiment soient être communiquées. Ainsi, des procédures indiscutables combinées à une grande discrétion illustrent bien la nécessité de conserver les data centers dans un univers clos. Ainsi, invisibilité et sécurité iraient de paire, dans un paysage industriel où la dernière des volontés serait d’attirer la curiosité, ou pire encore… les regards.

Cliché de la façade droite du data center

11h58 : Fin de la visite, notes et réflexions 

Nous rentrons à la station de métro, il est presque midi et après avoir passé toute la matinée debout dans le froid, la faim nous creuse l’estomac. Heureux d’avoir recueilli autant d’échanges si pertinents, les témoignages de nos différents interlocuteurs ont corroboré notre hypothèse de départ : Ainsi, les deux caractéristiques majeures des data centers seraient étroitement liées. À la fois invisibles et sécurisés, inaccessibles et aseptisés, les data-center où ces “bernard-l’hermites” du web réussissent leur mission en s’implantant directement dans le paysage d’Aubervilliers. Comme fondus dans un tableau gris, industriel, presque terne, ces infrastructures stratégiques de nos vies virtuelles réussissent avec brio leur mission : celle de protéger nos données.

Nous ne cachons pas qu’il était très délicat d’aborder un sujet aussi inhabituel et inconnu pour nous que les data centers. En effet, difficile de saisir la complexité et le caractère mystérieux de ces bâtiments si inconnus de tous, sans s’y confronter réellement. Sans nos témoignages, photographies, micro-trottoirs et une observation sur la durée, nous n’aurions jamais pu saisir ce qui fait l’unicité et les contradictions de ces nouveaux objets de l’ère numérique. La première observation à Paris n’a pas été concluante et nous étions plutôt perplexes quant à la productivité de cette méthode. Mais lors de la seconde observation (celle recensée dans ce présent compte-rendu), la richesse de nos entretiens et la grandeur des lieux nous ont d’autant plus stimulés à approfondir notre étude. En presque 3 heures d’observation de terrain active, nous sommes revenus les mains gelées, les carnets plein de gribouillages, le téléphones plein de clichés et surtout l’esprit nourri par des questionnements divers et variés. C’est en nous confrontant à la réalité de ces objets qui ont un rôle fondamental dans nos vies de citoyens connectés, que nous nous sommes laissés guider par un sujet d’étude aux infinies possibilités.

Ainsi, cet aspect sécuritaire du data-center pourrait être abordé du point de vue de la sécurité du personnel, travaillant dans ces bâtiments. En effet, si des données sensibles venaient à être dévoilées, elles pourraient attirer la convoitise de certains. De même, afin d’étayer les angles d’attaque quant aux data centers, il serait pertinent de s’intéresser à l’aspect nationaliste des états, qui ont un contrôle sur les données des géants du web. De ce fait, les états pourraient obliger les GAFAM à utiliser des data centers basés uniquement dans le pays où ils opèrent. Cette réflexion interroge notamment les enjeux de souveraineté d’un pays et de protection des citoyens. Comme quoi, nous pensons que les data centers constituent indiscutablement des objets d’études extrêmement riches, sources de beaux questionnements et futurs travaux scientifiques. Alors, invisibles pour les citoyens mais présents dans le paysage urbain, méconnus de tous mais utiles à tous, les data centers sont en réalité des mines précieuses sans lesquelles notre vie virtuelle et certains de nos souverains n’existeraient plus. S’intéresser à eux, c’est regarder la ville différemment, car si aujourd’hui le tissu urbain et les bâtiments nous abritent nous, êtres humains, certains abritent nos données. Et sans nous en rendre compte, nous cohabitons en réalité sans cesse avec le cloud. 

Finalement, l’ère grandissante du numérique nous prouve que la fonction de la ville dépasse de loin les frontières de la simple vie physique. Désormais, il est peut-être temps de regarder différemment le paysage urbain et d’imaginer que derrière ces façades bétonnées et ces portes blindées ne se cachent pas toujours des vies humaines, mais des vies… virtuelles.

Par Mathilde Chantreuil et Brian Akloo 

Pénétrer dans un data center, un véritable parcours du combattant !

En plein centre-ville, dans les petites rues derrière les grandes avenues, incognitos entre deux immeubles se cachent de gigantesques centres de données. De tailles et de formes variables, ils sont là, aux vues et aux sus de tous et pourtant, personne ne connaît leur existence. Peu de personnes connaissent la fonction exacte des data centers et leur invisibilité physique se traduit également par une idée floue quant à leur activité réelle. Il s’agit en réalité d’infrastructures hébergeants des serveurs qui permettent la collecte, le stockage, l’analyse et le traitement des données.

Lors de ma première observation rue Poissonnière dans le deuxième arrondissement de Paris, alors que je me trouvais pour la première fois devant un centre de données dissimulé en plein centre-ville, j’ai été frappée par la discrétion de ces bâtiments qui n’affichent sur leur façade, ni signe distinctif, ni donnée d’identification visible, ni même de moyen de joindre les employés qui se trouvent à l’intérieur. Ils ne sont tout bonnement pas identifiables de l’extérieur.

Photographie personnelle

Les quelques passants que j’observe me regardent à leur tour, étrangement, se demandant ce que je peux bien attendre devant ce grand bâtiment. Ils ne prêtent pas attention à ce qui se passe derrière cette double porte et ne semblent même pas chercher à le savoir. Lorsque j’identifie un vieil homme armé de son sac de courses comme un riverain et que je l’interpelle afin de le questionner, il m’avoue être pressé et ne savoir absolument pas ce dont je parle. Il a bien déjà remarqué que de gros camions stationnent très souvent devant cet immeuble en particulier mais la façade si sobre ne lui a pas donné envie d’en savoir plus. De même dans la rue des Jeûneurs qui est lui est perpendiculaire, la porte est somme toute banale, l’architecture à peu de choses près similaire et seul un facteur chargé d’un énorme colis me met la puce à l’oreille.

Photographie personnelle

Pourtant, la plupart des fenêtres à hauteur de regard sont opaques à la manière des vitres teintées des voitures gouvernementales. Comment ces procédés habituellement susceptibles de susciter l’intérêt et la curiosité des riverains les laissent-ils tout simplement de marbre ?

Photographie personnelle

Seul un passant s’arrête pour fumer une cigarette, profitant de l’architecture du lieu qui permet de s’abriter du vent et de la pluie. J’en déduis que depuis son installation, ce data center a réussi à totalement s’intégrer dans le paysage urbain du quartier. Dans une visée renouvelée d’observation participante, je demande à l’homme à la cigarette ce qu’il pense qui se cache derrière ce bâtiment, il m’évoque alors comme une évidence un lieu de co-working pour une start-up, dont l’implantation est monnaie courante dans le quartier. En retournant rue de Jeûneurs, je réalise qu’en effet, les locaux des data centers abritent également des start-ups qui sont tout bonnement les seules dont la présence est signalée. Cela me fait immédiatement penser aux « sociétés-écrans » que je croise dans les romans d’espionnage que je dévore en été.

Où l’on me fait comprendre que je ne suis pas vraiment la bienvenue…

Ma réflexion se dirige immédiatement vers la question de savoir pourquoi. Dans quel but mettre autant de soin à masquer la présence de ces centres de données ? Alors que je réussis enfin à pénétrer dans les locaux, je comprends que cette invisibilité est nécessaire et fait partie d’un processus d’hyper-sécurisation de ces structures. En effet, on m’explique d’emblée et de manière très claire que malgré toutes mes bonnes intentions, je ne peux pas rentrer comme cela dans l’infrastructure et encore moins accéder aux serveurs et aux données hébergées.

Après avoir discuté avec le responsable de la sécurité du data center situé rue des Jeûneurs, j’apprends qu’une structure similaire à la sienne se trouve à quelques stations de là mais celle-ci serait bien plus grosse et bien plus active. Il s’agit en fait d’un des data centers les plus importants de France : d’un véritable noeud concentrant une très large partie du trafic de données. L’homme me donne un numéro à contacter et un nom à donner comme une sorte de sésame. Après m’être renseignée, je réalise que pour convenir d’un rendez-vous comme il me l’a conseillé, je vais véritablement devoir montrer patte blanche afin d’obtenir l’aval de la structure. Prévoyant ma ligne de conduite et mettant en place un cahier des charges précis, je compose le numéro mais après m’être présentée, avoir introduit mes intentions et ma méthode de travail, j’entends l’homme hésiter et il me laisse patienter. À l’autre bout du fil, je l’entends chuchoter des propos pour moi inaudibles à son collègue avant que ce dernier reprenne le combiné, me coupe la parole et mette fin à la conversation de manière abrupte en me souhaitant une bonne journée et en me conseillant de réaliser une demande par mail.

Je me rends sur le portail numérique du data center dès la fin de l’appel et prends le temps de rédiger un mail très formel, précisant mes ressources et motivations afin de solliciter une rencontre. À l’instar de deux autres personnes de mon parcours, mon mail est resté sans réponse jusqu’à ce jour.

Je décide alors de me concentrer sur de plus petites structures, où les employés semblent plus ouverts à la discussion et moins sur leurs gardes. En effet, si j’ai appris au cours de mon investigation que l’ensemble du site de chaque data center est supervisé par une équipe qui tourne 24h/24h pour surveiller les différentes salles et les équipements de vidéosurveillance, mon interlocuteur au deuxième data center ne m’avait même pas vue monter les étages jusqu’à la salle où il se trouvait. En me rendant dans un data center situé entre mon lieu d’étude et mon domicile, j’ai réussi à discuter entre deux portes avec un responsable du bâtiment. Si ma demande de prise de rendez-vous pour un entretien n’a pas abouti, entre cet échange impromptu et les données récoltées auprès des employés que j’ai pu croiser, j’ai réussi à en apprendre bien plus que ce que j’espérais sur la sécurité des data centers.

 

Une sécurité intransigeante et qui se veut inviolable 

En regroupant mes notes prises « à la va-vite », j’ai très vite compris que la sécurité de ces bâtiments se concentre autour de quatre pôles majeurs.

Ils doivent se prémunir contre les intrusions malveillantes en installant des alarmes qui s’activent dès qu’une anomalie est détectée. En effet, les intrusions, les dégradations des serveurs et les vols de données sensibles peuvent avoir des répercussions catastrophiques car ils peuvent engendrer des pertes de données importantes ou le partage d’informations confidentielles. Un agent de sécurité m’avait d’ailleurs confié avec amusement que dans certaines infrastructures, le poids des visiteurs est pesé à l’entrée et à la sortie de certaines salles pour être sûr que rien n’a été dérobé.

Photographie personnelle

Dans un deuxième temps, le contrôle visuel des data centers au moyen de systèmes de sécurité électroniques tels que la vidéosurveillance et la télésurveillance est essentiel. Il s’agit bien sûr de dissuader les actes de malveillance mais pas seulement : les équipes de sécurité sont souvent en contact direct avec les forces de l’ordre en cas de nécessité. Les images sont bien évidemment retransmises en direct aux équipes de sécurité et peuvent parfois être historicisées pendant plusieurs mois grâce à la mise à disposition d’une grande capacité de stockage.

Photographie personnelle

Il est également primordial de surveiller l’ensemble du site et de sa périphérie souvent grâce à l’installation de capteurs multi-technologiques comme des caméras thermiques capables de détecter une source de chaleur dans l’obscurité ou des détecteurs de mouvements placés dans des zones stratégiques. En effet, en pénétrant dans les centres de données les plus gros que j’ai eu l’occasion de visiter, j’avais eu l’étrange impression d’être observée. Pourtant, il ne s’agissait pas que d’une impression et les équipes de supervision qui assurent la surveillance des lieux ont également accès à de nombreux interphones et visiophones.

Enfin, le pôle le plus important m’a immédiatement semblé être le contrôle des flux entrants et sortants à proprement parler. À l’extérieur, rue Poissonnière par exemple, si le bâtiment possède un parking, je vois un conducteur devoir décliner son identité et être obligé de patienter quelques minutes dans son véhicule avant de voir son accès autorisé. Les équipes de sécurité filtrent ainsi les flux de personnes et véhicules depuis les entrées extérieures du site même. Des ouvertures par codes sont également disposées à chaque entrée et je m’aperçois en observant un employé que les badges sont personnalisés avec la photo et le nom des personnes à qui ils sont attribués. On m’expliquera qu’il s’agit de limiter les droits d’entrée à certaines personnes seulement tout en se gardant le droit de le refuser à d’autres pour certaines zones en particulier et de pouvoir tracer les déplacements de chaque visiteur ou employé en temps réel. En effet, l’architecture des data centers est segmentée et l’accès à des zones considérées dangereuses ou sensibles peut être réservé à quelques prestataires, collaborateurs ou techniciens seulement. De même, si chaque entrée et sortie sont soigneusement enregistrées, les dispositifs technologiques proposent parfois jusqu’à la reconnaissance faciale ou la saisie des empreintes digitales.

 

Un travail de déconstruction éclairant grâce à l’intervention de Clément Marquet

Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 2021, notre entretien de groupe avec Clément Marquet m’a permis de nuancer mes observations. En effet, il évoque un discours « très marketing » de la sécurité en nous confiant qu’un technicien lui avait évoqué en riant, le contraste entre l’entrée réservée aux clients qui est très sécurisée et celle des services livraisons qui l’est beaucoup moins. Il parle d’une réelle démonstration et même d’une théâtralisation dans la présentation des dispositifs de sécurité présentés comme « infaillibles ».

« Au cours de la visite, la sécurité est incarnée par une multitude de dispositifs technologiques auxquels le visiteur-client potentiel doit se confronter au cours de ses déplacements, ou qui lui sont montrés par son guide lorsqu’ils échappent à son attention ».

(Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, Guillaume Carmino et Clément Marquet)

Pour lui, cette mise en scène paraît parfois tant démesurée, qu’il parle d’infrastructures dignes de « films de science-fiction ». La démystification que ses visites lui permettent passe par des confidences et des sourires entendus qui échappent à certains employés. Un gestionnaire lui avait notamment confié ne pas être préparé à contrecarrer une attaque terroriste armée : « Si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menaces ». Si l’on nous pousse à laisser nos sacs et nos affaires n’importe où puisqu’ils sont en sécurité partout dans l’enceinte du bâtiment ou qu’on active les alarmes pour nous prouver qu’elles sont opérationnelles, Clément Marquet pointe du doigt l’écart intéressant entre les règles drastiques concernant la sécurité de ces bâtiments et la « réalisation effective » de ces tâches. Cette démonstration qui m’a été faite au même titre qu’aux clients potentiels serait donc inévitable que ce soit par habitude ou « parce qu’on ne sait jamais ». Pourtant, dans la réalité des faits, la sécurité vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre hébergés et concurrents. Serait-ce donc cette peur de la concurrence qui m’aurait valu un tel accueil dans chacun des centres de données que j’ai cherché à solliciter ? En effet, avant chaque entretien avec chacun des employés, le même discours de réassurance quant à l’hyper-sécurisation des lieux revenait sempiternellement, comme appris par coeur et sans que je puisse réellement réorienter ma demande ou reformuler ma question.

De même, tous les employés sans la moindre exception, très souvent sur la défensive, me faisaient sans cesse comprendre qu’en tant que simple visiteuse, il y avait des salles où je ne pourrais jamais pénétrer. En effet, si les zones autorisées sont définies selon des typologies de personnes, notamment le membres du personnel ainsi que les clients et les fournisseurs, je n’étais ni l’un ni l’autre et les visiteurs sont cantonnés à certaines salles. Clément Marquet me l’a d’ailleurs confirmé. En binôme avec l’historien Guillaume Carmino lors de ses recherches, il n’a pu visiter que cinq data centers « parfois en profitant de quiproquos (les responsables commerciaux (les) envisageant comme de potentiels clients), parfois (se) glissant dans les visites pédagogiques organisées pour les étudiants ». Ils n’ont par ailleurs réussi à visiter que deux centres de données en qualité de chercheurs et ceux-ci étaient des data centers universitaires « c’est-à-dire non gérés par des opérateurs privés, mais par des institutions de recherche ou des universités ». Il précise également avoir grandement bénéficié de son « affiliation à Télécom ParisTech » pour l’obtention de ses entretiens. Suite à cet échange et après relecture de ses articles, mes ressources m’ont alors parue bien maigres pour réussir à pénétrer un secteur aussi fermé.

 

Une remise en question a posteriori pour assembler les dernières pièces du puzzle 

En repensant à mes visites, je me rendis progressivement compte que les employés ne m’avaient finalement montré que ce qu’ils étaient autorisés à me montrer et ne m’avaient dit que ce qu’ils étaient autorisés à me partager comme type d’information. Une fois la porte de l’infrastructure franchie et même après avoir réussi à monter dans les étages, j’avais chaque fois l’impression de pénétrer dans un lieu entretenant un certain mystère et si mes interlocuteurs étaient censés travailler au bon fonctionnement des data centers, ils semblaient en même temps devoir me faire barrage. Des sortes de non-dits pesaient sur nos échanges comme s’ils avaient des informations à ne pas dévoiler et j’avais ressenti de la réserve et un grand manque de spontanéité. Clément Marquet nous avait en effet signalé lors de sa visite que chacun des employés est soumis à des contrats de confidentialité forts. Dès lors, mon enquête qui visait à trouver des indices quant aux raisons de la mise en place d’une sécurité « quasi militaire » les mettait en alerte, en cela qu’ils n’ont pas du tout l’habitude de gérer la presse et qu’ils ne sont absolument pas formés comme pourraient l’être les employés des centrales nucléaires par exemple.

Photographie personnelle

De même, en ce qui concerne le partage des locaux avec des start-ups, j’ai appris en en discutant avec une connaissance anciennement employée d’un data center que c’est ce que l’on appelle des « centres de données de collocation ». Comme dans les cas des deux premiers data centers que j’avais eu l’occasion de visiter, ils sont souvent installés dans d’anciens immeubles et appartements situés en centre-ville, au-dessus de commerces à qui ils louent des espaces et qui servent de « couverture » à leur activité en quelque sorte. En effet, un détail m’avait particulièrement interrogée lors de ma première séance d’observation. Empruntant un ascenseur pour me rendre dans les locaux d’un centre de données, je m’étais aperçue que deux étages n’étaient tout simplement pas indiqués. Les deux étages manquants étaient bien évidemment ceux du data center dans lequel je me rendais et c’est seulement parce que j’étais accompagnée d’un employé de la structure que j’avais alors pu pénétrer dans ce qui m’avait semblé être le hall d’entrée du centre.

 

Ainsi, malgré les quelques 150 data centers en région parisienne, persiste une impression que ce que nous plaçons dans le cloud depuis nos équipements informatiques et électroniques, n’est pas vraiment stocké quelques part. Lorsque nous utilisons notre plateforme de messagerie en ligne ou des applications comme WhatsApp ou Facebook, nous ne nous intéressons pas à la manière dont le cloud fonctionne jusqu‘à ce que nous soyons confrontés à son existence. Cette confrontation évitée à tout prix par l’invisibilisation des data centers dans l’espace urbain expliquerait alors la grande méfiance de la sécurité envers les quelques visiteurs dont je faisais partie. Pourtant, lorsque cette confrontation avec la réalité de leur présence intervient, la découverte n’est souvent que plus brutale. En effet, lorsqu’en novembre 2017, les infrastructures d’OVH à Strasbourg et à Roubaix ont été victimes d’incidents critiques et d’incendies, une grosse entreprise de Saclay a perdu tous ses mails, une partie de ses données de recherche et son site internet a très largement été endommagé. Cet évènement a fait les gros titres et la « Une » de plusieurs journaux pendant quelques semaines et le maintien d’un silence autour des data centers a été brisé faisant débuter une prise de conscience générale quant à leur existence. À ce moment précis également, la mythologie de l’efficacité et de la sécurité de ces bâtiments est questionnée et lorsque Clément Marquet nous évoque la suite de ses recherches à venir, il ne peut s’empêcher de se questionner sur une potentielle nécessité de restructuration. Il nous évoque la ville de Marseille où la stratégie appliquée par les centres de données commence à changer. Un processus de reconstruction architecturale permet peu à peu aux data centers marseillais de s’imposer dans l’espace public en y signalant leur présence. Malgré plusieurs procès en cours, les nouveaux data centers qui font leur apparition dans la ville possèdent une présence marquée au coeur de celle-ci et exploitent peu à peu une dimension philanthropique de leur activité. L’importance de communiquer sur les data centers et d’éduquer les différents acteurs et la population à leur existence grandit et il s’agit aujourd’hui de leur construire une image dynamique et positive. Pourtant, si les data centers deviennent repérables alors même qu’ils passaient inaperçus dans notre quotidien jusqu’alors dans la façon même dont ils étaient conçus, la question de la sécurité sera proportionnellement chamboulée. Rendu visible par les problèmes qu’il cause, le data center va-t-il devenir un acteur qui ne sera plus caché ? D’ici quelques années, la question de savoir comment pénétrer dans un centre de données, n’aura sûrement plus rien à voir avec les problématiques que j’ai pu rencontrer durant ces mois d’automne 2021. Pour Clément Marquet, il est maintenant temps de se demander si cette hypervisibilité en cours d’acquisition dans plusieurs régions de France n’est pas, elle aussi, une nouvelle forme d’invisibilisation.

 

Alysée Delaruelle

Paris intra-muros ou Aubervilliers : une approche territoriale contrastée des data centers

Tout d’abord, présentons-nous : nous nous appelons Eulalie Faucher et Alix Caudart et nous sommes deux étudiantes du master Médias, Communication et Villes numériques de l’Institut Français de Presse, rattaché à l’université Paris 2 Panthéon-Assas. A travers notre cours intitulé “Atelier d’écriture : outils d’observation de la ville” assuré par Monsieur Jaércio Da Silva, nous avons étudié les data centers, aussi appelés centres de données, c’est-à-dire les infrastructures composées d’un réseau d’ordinateurs et d’espaces de stockage pour conserver les données. Ces infrastructures sont notamment utilisées par les entreprises pour organiser, traiter, stocker et entreposer de grandes quantités de données. Ainsi, ce cours nous a permis de mieux comprendre les enjeux politiques, économiques, sociaux et environnementaux des data centers, en particulier grâce à la lecture de la thèse de Clément Marquet, intitulée Binaire béton : Quand les infrastructures aménagent la ville, ainsi que de son article “Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet”, co-écrit avec Guillaume Carnino. 

A la suite de ces lectures, nous avons réalisé deux sorties pour observer les data centers, le but étant de produire un compte-rendu de nos observations afin d’analyser à notre tour les data centers sous un angle précis. Pour la première sortie, nous sommes allées dans le quartier du Sentier dans le deuxième arrondissement de Paris. Lors de cette première visite, nous ne savions pas quoi observer concrètement. Nous avons suivi les autres étudiants et réalisé une observation collective des data centers du quartier. Ainsi, nous avons abouti à des réflexions communes, dans le sens où nous avons remarqué la même chose que les autres étudiants, à savoir les différents paradoxes que soulèvent les data centers : entre visibilité et invisibilité,  sécurité et fragilité, bruit et silence. A l’issue de cette sortie, nous ne savions pas encore quelle approche adopter et nos observations ne nous semblaient pas assez précises et étayées pour produire un compte-rendu. 

Par conséquent, nous avons décidé de nous démarquer lors de notre deuxième sortie d’observation des data centers à Aubervilliers. C’est pourquoi nous avons réalisé notre observation que toutes les deux, dans l’idée de ne pas être influencées par nos camarades de classe. Une évidence s’est alors imposée à nous : en réalisant nos observations ensemble, nous avons décidé de produire un compte-rendu à deux puisque nous allions partager nos observations et adopter la même démarche. Toutefois, même si nous rédigeons ce rapport à la première personne du pluriel, nous n’hésiterons pas à dissocier nos analyses si besoin. Ainsi, selon nous, ce n’est pas parce que nous avons réalisé nos observations ensemble et que nous écrivons notre compte-rendu ensemble que nos interprétations ne peuvent pas différer sur certains points, et nous ne manquerons pas de le noter si tel est le cas. 

Une fois à Aubervilliers, nous avons eu l’idée d’enregistrer les différents sons que nous entendions autour des data centers afin d’avoir une approche originale de ceux-ci. En réunissant l’ensemble de nos observations écrites et audiovisuelles des deux sorties, nous avons tout d’abord décidé d’adopter une démarche sonore des data centers. En effet, la plupart de nos observations était axée autour de ce que nous entendions, que cela soit à l’intérieur comme à l’extérieur des data centers. Mais en commençant à rédiger notre compte-rendu, nous nous sommes aperçues que cette démarche n’était pas la plus pertinente au regard de nos observations. Ce qui revenait le plus dans celles-ci était une différence marquante entre les data centers situés dans Paris intra muros et ceux situés à Aubervilliers, en termes d’environnement (ce qu’il y a autour des data centers) et de sécurité. Nous avons donc finalement opté pour une mise en évidence des comparaisons et différences des data centers selon leur localisation. Celle-ci s’appuiera sur nos observations de quatre data centers, deux dans Paris, deux à Aubervilliers. Néanmoins, nous souhaitons quand même appuyer notre compte-rendu sur les enregistrements sonores et les images que nous avons réalisés au cours des deux sorties car ils concordent avec notre démarche. Il s’agira donc d’une approche multimédia des data centers. Notre objectif est de répondre à la question suivante : comment les data centers s’inscrivent-ils dans leur espace et comment ce dernier est-il utilisé pour protéger l’existence du data center ?

Pour réaliser le compte-rendu, nous avons dû vérifier s’il était possible de poster nos enregistrements sur le blog en termes de questions de sécurité et de confidentialité. Nous avons pu poser la question à Clément Marquet, lors de son intervention au sein de notre cours. Ce dernier nous a précisé qu’il fallait masquer les noms qui pourraient être cités dans les enregistrements. Il a également ajouté que nous ne devions pas mentionner le nom et la localisation précise des data centers que nous avions observés. Nous allons donc rester évasives à ce sujet en dénommant les data centers que nous avons observés par des chiffres.

Par ailleurs, nous avons choisi de rédiger notre compte-rendu en trois langues : une partie en anglais écrite par Eulalie, une partie en espagnol écrite par Alix, le reste étant écrit en français par nous deux. Ce choix s’explique par le fait qu’Alix réalise son second semestre de master 1 à Madrid et trouve utile de commencer dès maintenant à s’entraîner en espagnol. Eulalie, elle, aimerait travailler à l’étranger plus tard et souhaite continuer à pratiquer l’anglais pour conserver le niveau qu’elle a acquis après sa double licence Finances – Anglais.

Notre compte-rendu prendra donc la forme suivante : la première partie sera axée autour des data centers de Paris intra muros et sera rédigée en espagnol par Alix. La deuxième interrogera les data centers d’Aubervilliers et sera écrite en anglais par Eulalie. Cette répartition s’explique par le fait qu’Alix est allée interroger toute seule deux passants au cours de la visite dans Paris et qu’Eulalie est plus à l’aise avec la retranscription et le bipage des enregistrements réalisés à Aubervilliers. Enfin, nous rédigerons une conclusion commune de nos observations en français afin de répondre à notre problématique. 

Para empezar, voy a analizar los centros de datos que se encuentran en el centro de París, alrededor del barrio Sentier. ¿Cómo se integran al urbanismo parisino? Con Eulalie, hemos notado que los centros de datos se adaptan al entorno en el que se implantan de manera que no fue fácil encontrarlos. Así, lo que más nos llamó la atención del primer centro de datos que visitamos (que vamos a llamar “el DC 1” por first data center) es lo bien escondido que estaba : parecía más un edificio que un centro de datos, que sea el estilo de arquitectura o la altura del edificio. En efecto, cuando llegamos, la puerta del patio estaba abierta y vimos un inmueble moderno.

Vistas del patio del DC 1

Está claro de que podríamos vivir en este edificio. Nos preguntamos: ¿estamos en el buen lugar? ¿Eso es un centro de datos? Nos dio la impresión de que estábamos en el lugar equivocado y que el centro de datos estaba en otro sitio. No había ninguna indicación de que hubiera un centro de datos aquí. Por eso, es realmente imposible adivinar que hay un centro de datos cuando pasas por delante, a menos que lo conozcas. Los dos transeúntes que preguntó frente al centro de datos me lo confirmaron : no tenían conocimiento de la presencia de ese centro de datos allí. El primero salió de un edificio de la calle donde se sitúa el centro de datos para sacar a pasear a su perro. Parecía tener unos treinta años, llevaba barba e iba vestido al estilo “bobo parisino” (pantalones elegantes, abrigo, zapatillas de moda). Me confirmó que sabía lo que era un centro de datos, pero me aseguró que no sabía que hubiera uno en su calle. El segundo transeúnte fue una mujer que estaba recogiendo su bicicleta a pocos metros del centro de datos. Parecía tener cuarenta años. Me dijo que no sabía que había un centro de datos en esta calle. Añadió que había trabajado en el barrio hace unos años, cuando “no había start-ups”. Revela que tiene poca idea de lo que es un centro de datos. En esta calle residencial, el DC 1 ha adoptado la apariencia de un edificio de viviendas para integrarse mejor en su entorno. Además, no está en primer plano: está bien escondido ya que se llega a él tras cruzar un patio. 

El segundo centro de datos que visitamos en el barrio Sentier (el DC 2) era un poco diferente del primero. Cuando llegamos enfrente de él, vimos empleados tomando café y fumando un cigarrillo. Nos preguntamos de nuevo si estamos en el lugar correcto ya que parecía más una sede de una empresa que un centro de datos. El edificio tenía una fachada atípica : los muros eran típicos de la arquitectura parisina (con los mascarones y los arcos del círculo de Haussmann) y se hacían eco del estilo del barrio, pero las ventanas eran modernas, con doble acristalamiento. Sin embargo, no llama la atención porque al lado del edificio, hay un café restaurante con el mismo tipo de arquitectura (mezcla de antiguo y de moderna).

Fachada del DC 1
Ejemplo de edificios frente al centro de datos : mismo tipo de arquitectura

No tuvimos tiempo de tomar una foto del edificio porque aprovechamos de un empleado que estaba entrando en el inmueble para entrar también. En este caso, está claro que el DC 2 responde a un doble reto: desaparecer en el entorno y responder a los problemas de seguridad y ruido (utilizando el doble acristalamiento).

 

Aunque se sabe que un centro de datos está en este edificio, todavía tenemos que ser capaces de encontrar el nivel en el que estaba: veremos ahora que esto no fue fácil. En efecto, cuando nos acercamos del DC 1, tras cruzar el patio, vimos a una limpiadora en la planta baja del edificio. Le preguntamos si podíamos entrar en el edificio y ella aceptó. Sin ella no habríamos podido entrar ya que la puerta estaba cerrada. Pero no sabía que había un centro de datos en el inmueble (se le preguntó) así que podemos interrogarnos si nos hubiera abierto si lo supo. En la entrada, un cartel sólo indicaba la presencia de un Starbuck en la segunda planta, y un club Maif Start Up en la primera.

No indicación sobre el piso del DC 1

Afortunadamente, estábamos determinados a encontrar el DC 1, decidimos seguir adelante subiendo los pisos uno a uno. Finalmente llegamos a la tercera planta, donde un cartel indicaba el nombre de la empresa propietaria del centro de datos con la especificación de subir a la cuarta planta “antes de cualquier acceso a la tercera”.

El nombre de la empresa ha sido eliminado por razones de confidencialidad

Era la primera vez que estábamos seguras de haber llegado al lugar correcto. Sin la limpiadora, nuestra audacia y determinación, está claro que nunca habríamos podido encontrar el DC 1.

Asimismo, el DC 2 también era difícil de encontrar. Como he dicho antes, pudimos entrar en el edificio gracias a un empleado que entró después de fumar. En la recepción, un hombre estaba presente en una especie de esclusa, para controlar quién entraba y vigilar las cámaras de vigilancia dentro y fuera del edificio. Pero no quisimos ir a decirle por qué estábamos allí (por miedo a tener que salir del inmueble) y seguimos al empleado para que nos abriera otra puerta, que conducía a unas escaleras y a un ascensor. Como ya teníamos experiencia del DC 1, decidimos subir directamente a la última planta del edificio. Cabe señalar que el inmueble tenía una puerta por planta, todas ellas fuertemente vigiladas por una cámara y un timbre. En el último piso, nadie respondió cuando llamamos al timbre, así que bajamos un piso. Finalmente, tras hablar con un hombre por el interfono, vino y nos abrió la puerta y nos dijo que el DC 2 no estaba en ese piso, sino más abajo. Trabajaba en una empresa de videojuegos y nos precisaba que no utiliza un centro de datos para su empresa. Después, fuimos al piso que nos indicó, tocamos el timbre, un hombre respondió, confirmó la presencia del DC 2 en esta planta y aceptó hablar con nosotras en persona. Como el DC 1, nuestro valor y nuestra obstinación nos permiten encontrar el DC 2. Pero las personas que trabajan en el edificio que alberga los centros de datos también son cruciales para dar información. Por último, cabe señalar que algunas señales sobre la puerta nos permitieron estar seguras de que estábamos frente a la puerta de entrada de los DC 1 y 2 : indican videovigilancia 24 horas por razones de seguridad y prohibición de hacer fotos.

Señales sobre la puerta del DC 1

Señales sobre la puerta del DC 1
Señal sobre la puerta del DC 2

Estas señales pretenden ser disuasorias, pero paradójicamente nos han permitido estar seguras de la ubicación exacta de los centros de datos en su inmueble.

 

Ahora que habíamos llegado frente al centro de datos, teníamos que entrar. Cuando llamamos al DC 1, el hombre nos abrió la puerta tras presentarnos. Así, pudimos entrar pero en realidad, aterrizamos en la recepción del DC. El hombre aceptó responder a nuestras preguntas sobre el DC. Sin embargo, ha habido ocasiones en las que se ha negado a responder a preguntas que pudieran comprometer la seguridad del DC o la privacidad de sus clientes. Asimismo, se negó a permitirnos visitar el tercer piso, donde estaba la sala que contenía los centros de datos, porque no tuvimos la autorización, pero nos animó a ir a la página web de la empresa para solicitar una visita a otro centro de datos más grande de la misma empresa situado a pocas manzanas de distancia. Era interesante porque cuando acababa de decir esto, un hombre llegó y preguntó si podía ir al tercer piso para realizar manipulaciones para el DC de su empresa. Presentó su documento de identidad y el hombre de la recepción lo comprobó en su ordenador.

Aquí un hombre está presentando su identidad para ir al centro de datos afiliado a su empresa

Por consiguiente, vimos que el acceso a las salas está muy regulado y casi imposible sin autorización. No pudimos ir más allá de la recepción. Fue peor con el DC 2 : no entramos, quedamos frente a la puerta del DC. En efecto, el hombre que aceptó hablar con nosotras en persona vino sobre el rellano y luego cerró la puerta del DC detrás de él. El gesto fue explícito: no se nos permitió ir más allá del descansillo. Igualmente al primer DC, nos dio el correo electrónico del responsable del DC para que pudiéramos pedirle una visita. Añadió que “hay que preparar la visita al DC”, por lo que no se puede visitar ahora. Me hizo pensar en lo que dijo Clément Marquet cuando vino a reunirse con nosotros el 30 de noviembre: notó una “teatralización de la seguridad” durante sus visitas, es decir que tuvo la impresión de que el técnico que daba la vuelta al DC estaba aparentando para mostrar a los visitantes la infalibilidad del sistema de seguridad (como: no hice esta acción entonces una alarma se dispara…). Al decir que hay que preparar una visita en el DC, implica que todo tiene que ser perfecto como si fuera una performance. 

Para concluir esta parte, podemos decir que esos dos centros de datos situados en Paris intra muros funcionan sobre el mismo modelo : se adaptan al entorno en el que se implantan para no llamar la atención. Además, se disimulan en el inmueble para que no se encuentren y finalmente, impiden y regulan los accesos para limitar los riesgos y aumentar la seguridad. Ahora, se puede preguntar si es el caso de otros centros de datos fuera de Paris. Por eso, Eulalie va a analizar nuestras observaciones de dos DC situados en Aubervilliers.

 

Now that we have studied the characteristics of two parisian data centers, let’s move a little bit up north on the suburbs, in Aubervilliers, a city conducive to the development of these buildings. In this part, let DC3 be the first data center we visited in Aubervilliers, and DC4 the second.

We will see that just as their parisian similars, they use three main ways in order to stay as invisible and discreet as possible, and to thus keep people out. The first one is an architectural means.

Indeed, the neighborhood of Aubervilliers we visited in order to find the DC3 and 4 can easily be described, as we noticed that all the buildings were designed the same. What better way of hiding an enormous data center, if not by designing it similarly than the surrounding buildings? The principal colors used to paint the different constructions were all the same: grey, dark blue, old browns… We could also notice the presence of huge fences in the form of grids surrounding the nearby buildings, just like those of the data centers. We crossed a passerby (who appeared to be in the 24-30 age group) and asked him if he knew what the data centers were, and if there were any here. The latter had absolutely no idea of what it was, and quickly asked us to help him find his way. He was obviously not from here.

We took the above pictures in the neighborhood of Aubervilliers, to show the similarity of all the buildings

The location of these data centers is ideal on another point: the neighborhood seemed pretty deserted. We crossed almost no people wandering, and even if we must consider the fact that our observation took place on a Tuesday at 10am, which is not a rush hour, we can definitely notice a huge difference with the density of people we crossed in Paris in front of the DC 1 and 2, even though our observations there took place in the same time slot. 

While walking from the DC1 to the DC2, another element struck us: the noises we heard in the streets were really different from those from Paris. The district seemed to be under construction everywhere, one could notably hear loud noises of workers and tools. We could also hear numerous school noises. According to us these elements could perfectly be part of the distraction and hiding-noises policies which are often set up around the data centers. Thus, an audio extract of sounds we can hear on the street shows us this. 

 

The second means which is used by data centers in order to keep people out, is to use physical barriers. Thus, if one must penetrate inside a data center, he will have to be invited to it.

We managed to enter inside DC4 without further difficulties. Indeed, once we arrived there, we found that there were many people circulating from in to out, as well as around it. We just had to catch the door before it closed to penetrate the enclosure. But this doesn’t mean that there is no surveillance, no security. Indeed, we just penetrated the part between the grid and the building, but we weren’t inside yet. There was already a big queue of people waiting inside of the building when we arrived. We found out there was thus a big difference between the Paris intra-muros and the Aubervilliers data centers: during our observations there were way more people at the Aubervilliers’ one. Once again, we must however specify that as we did our observations only one time, on Tuesday 16th of November around 10 am, this can’t be generalized. Maybe there were especially a lot of people just when we arrived, but it didn’t seem so according to us, as they seemed used to that situation. A man was sitting in a van, and another one was standing between the fence and the building, both waiting for their colleagues, and they seemed used to it. 

People were waiting to talk to the female host in charge of the security, who was at a counter behind a glass. In the line we could see a man with a big computer in his backpack, and a keyboard in his hands, which according to what we heard was coming for an intervention, for the first time. 

When our turn came, we mentioned that we were 2 students in communication and that we wanted to eventually visit or ask a few questions, and without further consideration the receptionist sent us to the other building. We will see with the DC3 that we didn’t have this welcome everywhere. We must specify that to go out of the enclosure of these buildings, the grid must be opened by a security agent. The need of a badge or the company of an authorized person is a must-have element to penetrate the data centers, whether in Paris or Aubervilliers. 

But in some cases, even with that you can’t penetrate them. It was the case of the DC3, which we didn’t manage to observe closer than… from the outside of the grid. In terms of physical barriers, this data center was the perfect example: we couldn’t use an exterior authorized person to enter it due to the architecture of the door: as we can see on the following picture, the passageway is allowed only for one person at the time: one must ring or present its pass, and then the grid turns just enough for him/her to pass. It is not worth thinking about climbing above the grid as there are some peaks above, and no possibility to put your feet somewhere to lift your body: these are just naked bars, which look slippery. And in addition to that they measure more than 2 meters in height. The same grill surrounded all the buildings.

Picture of the true human barrier that represent this grid in the DC3 of Aubervilliers

As we got near the entrance, we saw two men within the fence and by the building, who we tried to coax in order to get them help us getting into. As we asked them if we could enter, they answered something that we found very interesting: “it depends on who is asking”. We presented ourselves, and the men told us it wouldn’t be possible for us to get nearer. We can definitely say this data center was the most hostile we tried to get inside. In front of the impossibility of digging on this side, we however did not deflate ourselves, and went to observe what was happening at the entrance for cars/trucks and deliveries.

Picture of the cars and trucks’ entry we observed

There again, we caught some very interesting elements that we recorded: there were a lot of entries, and we decided to stay around 20 minutes to observe it. Here follows an analysis and interpretation of the five audios we recorded.

Retranscription of the audios: The retranscription is in french because it’s the language which is spoken in the audios. Each retranscription is followed by an interpretation. 

AUDIO 1: 2 men on a blue truck

Voix d’un homme : “oui bonjour on est du Saisi on vient chercher du matériel s’il vous plaît”

Voix de l’interphone : *inaudible*

Voix de l’homme : *inaudible*

*bruit de déverrouillage de la grille*

The first thing these audios made us think about was that we were at a jail entry. Between the noise of the unlocking of the grid and the fact that people must state their name, the reason they came here for and also the seriousness they all carried in their voices while speaking, associated with the tension we could detect when we were there made us feel like that at least.

AUDIO 2 : lonely man, with a grey car 

Voix d’homme : “oui bonjour Madame, [prénom et nom de l’homme] du Saisi s’il vous plaît”

Voix de femme interphone : “je n’ai pas entendu”

Voix d’homme : [prénom et nom de l’homme] du Saisi

*bruit de déverrouillage de la grille*

This audio gave us an indication of a company which visibly is in a partnership with this data center. Indeed, we hear a man coming from the same company as in the first audio. The data centers probably have big clients renting their services.

 

AUDIO 3 : 2 women on a black car 

Voix de femme : “oui bonjour, nous avons rendez-vous avec monsieur [nom de l’homme]”

Voix de femme interphone : “[…]je vais vous ouvrir la barrière et du coup vous avez[…]” (explications d’où se diriger)

Voix de femme : “ok donc on va voir le panneau jaune [nom de l’homme avec qui elles ont rendez-vous] euh d’accord, merci […] merci, au revoir”

Voix de femme interphone : “au revoir”

For what concerns the women we heard on the third audio, it seemed to us that they could be some clients. We do not eliminate the possibility of being wrong of course, but the fact that one must indicate them the way, as well as the manner with which they pronounced the name of the person they came to meet made us think that at least. It’s just like when you arrive at the bank and that you have an appointment with your consultant.

 

AUDIO 4 : lonely woman on a red car

*bip interphone*

Voix de femme interphone : “oui bonjour”

Voix de femme : “oui bonjour la police nationale j’ai rendez-vous”

*réponse interphone inaudible*

Voix de femme : “merci beaucoup”

*bruit de déverrouillage de la grille*

This fourth audio was the one which made us the most curious about: when we saw this little red car arrive with a woman inside, we never doubted it could be the national police: there was absolutely no signs of it: no uniforms, no badge. It’s like she came as an undercover agent. As she didn’t want to be seen or recognized. But still she had to mention it in order to enter the building.

All this little carousel made us guess that there were some identity controls inside, but this wonder was to unfortunately stay a wonder as we couldn’t penetrate further in the enclosure as mentioned before.

 

AUDIO 5: lonely man

“oui bonjour, je suis là pour une intervention de *inaudible*

*bruit de déverrouillage de la grille*

 

The fifth audio confirms what could be, according to us, a great vulnerability about data centers: in case of problem, they need a technician’s intervention, and the quickest possible. We crossed technicians coming for an intervention in DC3 and 4. We could however question the fact that with such high security implemented, a necessary quick intervention could be compromised.  

This audio part led us to think that for this DC4, the entry for cars and trucks seemed maybe less regulated than the entry by foot: perhaps we could have tried to ring and present ourselves but by lying. Indeed, the police officer didn’t show any proof of being from that official institution. On the other hand, as we said, we guess some ID controls follow once inside the building, so we would have found ourselves stuck at a moment or another.  

 

Last but not least, we’ve observed that a third way of keeping people out of data centers was by using deterrence.

Just as we got nearer from the data centers in Aubervilliers, we could observe a similar phenomenon as in Paris which was: the demultiplication of warning and preventing signs. The heavy door of the DC3 was full of such signs: “this establishment is under video surveillance for reasons of safety of goods and persons.” The grid of the DC4 was covered with similar signs: “this site is under CCTV 24h/24”. It is clear that, with these elements and the ones we found in Paris, we can conclude that no data center is left with no video surveillance. We guess there must sometimes also be an observation room of the cameras, but probably on the bigger data centers. 

The signs are often made of very bright colours, which more easily attract the observers’ looks, and make sure to make the link with their brain: “don’t do this”. “Don’t enter without authorization”. “Don’t forget everything you do is filmed and registered”. “I would be you, I would therefore wisely return home”. It’s all in the deterrence. But the paradox of that is surely that by attracting people’s looks and by preventing them from doing something, it also points the finger at a place that first and foremost tries to remain discreet and to blend into its environment like a chameleon…

Sign warning of CCTV surveillance, using a bright yellow

Ainsi, nos observations nous ont amenées à conclure qu’il existe trois façons de décourager les gens d’entrer dans les data centers. 

Une première stratégie consiste à les cacher pour ne pas interpeller l’attention des habitants/des gens. Cette solution ne peut pas être mise en place par tous les data centers. En effet, nous avons vu que les plus gros data centers d’Aubervilliers par exemple sont difficiles voire impossibles à cacher… L’emplacement reste néanmoins un élément important pour cacher au moins les bruits si cela ne peut être fait pour le bâtiment lui-même. Pour ceux qui sont situés dans Paris intra-muros, la dissimulation reste cependant une des solutions les plus utilisées, du fait de leur petite taille.

Ensuite, si jamais les gens sont au courant de la présence d’un data center à tel emplacement, une deuxième stratégie de dissuasion est mise en place. Celle-ci repose sur le fait d’empêcher physiquement les gens d’entrer dans le data center à l’aide de barrières concrètes : il y aura toujours une porte très sécurisée pour nous empêcher d’entrer.  Parfois, il y en a plusieurs, notamment à Aubervilliers: entre grillages extérieurs qui mènent au parking, puis portes d’entrées qui mènent à l’accueil qui se présente sou forme de sas, et enfin porte qui mène plus loin dans le data center, et notamment qui donne accès à la salle des machines où sont entreposées les millions de données qu’ils cherchent tant à protéger. Le parcours est parsemé d’obstacles. Selon nous, il est plus facile d’atteindre l’accueil pour les data centers de Paris intra muros: il semble en effet ne pas y avoir autant de protections qu’à Aubervilliers, surement parce que l’immeuble n’héberge pas seulement un data center (il y a aussi des sièges d’entreprises), et donc limiter l’entrée se fait plus compliqué. Nous pensons que c’est aussi une manière de ne pas attirer l’attention (paraître moins sécurisé à l’entrée pour se fondre dans la masse des autres immeubles environnants). Aubervillier est entouré d’autres bâtiments avec des grilles extérieures, comme nous avons pu voir sur les photos, ce qui n’est pas le cas de Paris. Mais les portes d’entrée des data centers (une fois qu’on est à l’étage où se trouve le data center) restent néanmoins (de ce que l’on a observé) des portes blindées, impossibles à casser.

Enfin, pour ceux qui connaîtraient l’emplacement précis des data centers et voudraient franchir leur porte d’entrée, un dernier moyen est mis en œuvre: tenter de les décourager et de les effrayer. C’est le rôle des nombreux panneaux que nous avons vus à chaque fois que nous nous sommes approchées d’un data center. Ils se déclinent en différents messages mais sont présents dans tous les data centers, que ce soit à Aubervilliers ou à Paris intra-muros. Ils préviennent de la présence d’une vidéosurveillance 24h/24, du fait qu’il faut être autorisé à entrer dans ce bureau, et qu’autrement il faut rester dehors… 

En définitive, bien que nous ayons parfois pu avoir l’impression qu’il était plus facile de rentrer dans un certain data center plutôt qu’un autre, nous devons pointer le fait que cela ne restera finalement qu’une impression. En effet, ce n’est pas parce que nous n’avons pas été bloquées au portail que nous avons pu pénétrer plus loin que dans le hall d’entrée…

 

Les data centers, une sécurité paradoxale

Dans le cadre du cours « observation de ville », nous sommes allés, mes camarades et moi, observer les data centers de la région parisienne. Un data center, autrement appelé centre de données, est « une infrastructure qui accueille de nombreux ordinateurs ». Son rôle principal est « de stocker les données du système d’information d’une entreprise ». (Source de la définition : www.ovhcloud.com).

L’objectif de cette observation était de comprendre comment ces data centers sont insérés dans la ville, comment ils fonctionnent, mais aussi comment ils sont perçus par les habitants. Quand je me suis rendue sur les lieux de rencontres prévues à cet effet, je n’avais pas de problématique précise en tête. J’y allais sans savoir réellement ce que je cherchais. Je me suis dit que le mieux était d’observer tout ce qui était observable, de prendre des notes sur ce que je voyais, ce que j’entendais, ce que je ressentais et sur ce que l’on me disait. Accompagnée par mes camarades, j’ai réalisé ma première observation de data centers dans le quartier Bonne-Nouvelle et Charonne le 9 novembre 2021 pendant environ deux heures. J’ai effectué une deuxième observation dans le quartier d’Aubervilliers le 16 novembre 2021. Là encore, j’ai pris environ deux heures pour observer l’insertion des datacenters dans la ville. Très vite, le dispositif sécuritaire mis en place dans les data centers m’a questionné. A la fois il me semblait que ces centres disposaient d’un système de haute surveillance, mais en même temps, il nous était, à mes camarades et moi-même, particulièrement facile d’y entrer. De là m’est venue cette problématique de l’existence d’une sécurité dite « paradoxale » au sein des data centers.

I. Un haut dispositif sécuritaire… 

Le mardi 9 novembre, quand je suis arrivée face à mon premier data center, carnet en main, j’ai immédiatement remarqué une caméra extérieure à l’entrée du porche. Avec mes camarades, nous étions dans la rue et déjà, nous étions repérés. La façade de l’immeuble ne présente pas de signes distinctifs, si ce n’est une caméra noire dans le coin de l’entrée. Les baies vitrées sont teintées, de sorte qu’on ne puisse pas distinguer ce qu’il se passe à l’intérieur de cet immeuble. Un grand portail électrique ferme l’accès à la cour du bâtiment. Cependant, ce portail était grand ouvert. Il est muni d’un digicode. Lorsque l’on franchit le grand portail noir et opaque, une sorte de laser émet un léger bruit, comme s’il nous comptait. J’ai entendu ce bruit et j’ai immédiatement regardé dans sa direction. C’était un boîtier blanc, qui semblait tracer une ligne invisible qui permet, une fois franchie, de détecter la présence d’un individu. Une fois cette étape passée, j’ai observé quelques instants tout autour de moi. De nombreuses caméras me fixaient. Elles étaient toutes situées à des endroits stratégiques, de sorte que lorsqu’un individu pénètre dans la cour de l’immeuble, il ne peut pas se cacher des caméras.

Caméra de surveillance de data center parisien.
Cour intérieure de data center. Les vitres sont teintées.

Cette cour desserre un immeuble où plusieurs entreprises ont établi leurs locaux. Avec mes camarades, nous sommes entrés dans le bâtiment grâce à la femme de ménage. Ce qui m’a surpris, c’est qu’elle ne savait pas si ce bâtiment possédait un data center. Elle nous a rétorqué à mes camarades et moi-même qu’elle venait uniquement pour faire le ménage dans le hall et la cage d’escaliers.

Autre indice marquant de cette sécurité hautement installée, c’est qu’à l’entrée de cet immeuble se trouvait un interphone. Il était possible d’appeler les entreprises avant de monter à l’étage indiqué à côté du nom de chacune d’entre elles. Cependant, il n’y avait aucune présence d’un nom de centre de données sur cet interphone. On y trouvait seulement une assurance et une marque de café. De plus, le troisième et quatrième étages n’étaient pas mentionnés. Or lorsque je regardais depuis la cour de l’immeuble, je distinguais bien quatre étages dans ce bâtiment. Poussés par la curiosité, avec quelques amis, nous avons pris les escaliers. J’ai observé le même phénomène dans l’ascenseur. Aucun bouton ne signalait la présence du data center dont il était question dans ce bâtiment. J’ai trouvé cela intriguant. Quelques temps plus tard, en y réfléchissant dans le métro, je me suis dit que cela devait être un dispositif sécuritaire. Les data centers sont des entreprises discrètes, qui savent se rendre invisibles pour assurer leur sécurité. J’ai retrouvé le phénomène des baies vitrées teintées que j’avais observé sur la façade de l’immeuble dans la rue.

Depuis la cage d’escaliers, à chaque fois que j’arrivais à un étage, je pouvais distinguer l’intérieur depuis les fenêtres. Ainsi, pour l’entreprise de café et l’assurance, je voyais les gens travailler sur leurs ordinateurs. Mais lorsque je suis arrivée au troisième étage, les vitres étaient teintées. Même phénomène pour le quatrième étage. Il était impossible de distinguer l’intérieur. Ce détail nous a mené, mes camarades et moi-même, sur la piste du data center. Lorsque j’ai poussé la porte du troisième étage, je me suis retrouvée dans une sorte de petit hall. Une porte blindée me faisait face. Sur celle-ci, j’ai immédiatement vu de nombreuses instructions comme « avant tout accès au 3ème étage merci de passer au 4ème étage ». Pour pénétrer à l’étage 3, il fallait disposer d’un badge. Sans cela, il est impossible d’entrer. Une pancarte précisant la présence de caméras 24h/24 était placardée sur la porte. Mes camarades et moi-même sommes allés au quatrième étage, comme indiqué sur la porte. Une fois de plus, nous nous sommes retrouvés devant une porte blindée, contenant de nombreuses instructions, un digicode mais aussi une sonnette. Nous avons donc sonné pour voir ce qu’il se passerait. Une lumière rouge sous « attendez » s’est éteinte pour laisser place à une lumière verte sous l’écriteau « passez ». La porte s’est ouverte et nous nous sommes retrouvés face à un technicien. Celui-ci nous a accueilli derrière un comptoir vitré. J’ai pris quelques instants pour observer tout autour de moi. Une fois de plus, de nombreuses caméras étaient présentes. Tout au long de cette observation, à partir du moment où je suis rentrée dans la cour de l’immeuble, j’étais observée par des caméras qui sont allumées 24h/24. Une porte menant aux salles de stockage se trouvait à ma droite, mais il y avait un écriteau m’interdisant l’accès. Derrière le comptoir vitré, le technicien nous demande d’expliquer notre présence. Je prends alors la parole et j’explique notre démarche d’observation. J’ai immédiatement précisé que nous étions étudiants. Le technicien ne semblait pas dérangé par cette présence, au contraire, il a volontiers répondu à nos questions. Il m’a précisé que c’était lui qui nous avait ouvert. Pour ouvrir la porte, il appuie sur un bouton qui permet de désactiver le verrouillage de la porte. Il possède un écran où il observe les allers et venues des individus, ce que filment les caméras. A gauche de l’accueil, Lucile et moi observons un détecteur d’empreintes. Le technicien nous explique alors que cette machine permet de donner ou non l’accès à certaines salles.

Le technicien nous explique également qu’il effectue aussi un rôle d’agent de sécurité sur ce site. Etant petit, ce data center ne nécessite pas une grande équipe de maintenance et de sécurité, c’est pour cette raison qu’il effectue ce double rôle de sécurité et de maintenance.

A 10h07, un client du centre de données a franchi la porte de sécurité. Il s’est présenté à l’accueil en montrant sa carte d’identité et en expliquant la raison de sa présence sur le site. Le technicien lui a alors donné un badge permettant d’accéder au troisième étage. Ce dispositif sécuritaire permet de vérifier l’identité des individus avant même qu’ils pénètrent dans les salles.

Ayant assez d’informations sur ce site et ne pouvant effectuer de visite des salles de stockage, j’ai décidé avec Lucile d’aller observer d’autres data centers dans le quartier de Charonne.

Arrivées sur les lieux, nous avons été confrontées à une autre réalité. De même que pour le premier data center, l’invisibilité du data center assure en partie sa sécurité. On a l’impression que c’est un bâtiment comme un autre, avec cependant la particularité d’avoir des vitres teintées ou des volets fermés. Lucile et moi sommes parvenues à entrer dans l’accueil. Celle-ci était construite de la même manière que le data center du quartier Bonne-Nouvelle. Une grande vitre assure les vigiles dans un espace de sécurité, de nombreuses caméras sont présentes et on retrouve le détecteur d’empreintes. Mais à peine arrivées, les agents de la sécurité, au nombre de trois, nous ont dévisagées. Mon amie a pris en photo une caméra de surveillance, dans le but d’illustrer son article. Mais immédiatement, les vigiles se sont montrés agressifs en lui demandant les raisons de cette photo et en l’obligeant à la supprimer. Les agents de sécurité nous ont demandé ce qu’on venait faire dans ce data center et d’où on venait. Ils étaient particulièrement méfiants à notre égard. D’ailleurs, ils n’ont pas réellement voulu répondre à mes questions, ou lorsqu’ils y répondaient, ils donnaient très peu de détails. J’ai observé de nombreux écriteaux précisant que ce centre était placé sous haute surveillance.

Digicode et interphone de data center parisien.

Cette première observation m’a fait réaliser que les centres de données étaient placés sous haute surveillance. J’ai d’ailleurs observé des situations similaires le 16 novembre dans le quartier d’Aubervilliers.

Là encore, j’ai trouvé que les bâtiments se protégeaient grâce à leur invisibilité. Ils se fondaient dans le décor, de telle sorte qu’on pouvait penser à de simples entrepôts.

Le premier data center que j’ai visité à Aubervilliers était un entrepôt blanc, entouré d’une grille métallique. Un digicode était présent sur la façade pour permettre l’accès à la cour du data center. Une fois dans l’accueil, mes camarades et moi-même nous sommes retrouvés face à un agent de sécurité. Derrière son comptoir, il nous a immédiatement interdit de prendre des photos. D’ailleurs, lorsqu’on sortait notre téléphone, il s’énervait. Il m’a expliqué que le site était « ultra-surveillé » par de nombreuses caméras tournant 24h/24.

Le deuxième data center que j’ai cherché à visiter se situait dans une zone d’entrepôts, essentiellement des grossistes. Entouré de grille, de barbelés, de caméras et nécessitant des codes d’accès, il m’a été impossible de pénétrer dans l’accueil de ce data center ou même de discuter avec un employé. Je n’ai pas trouvé l’entrée de ce bâtiment, ce qui peut également être une mesure de sécurité supplémentaire. De plus, des panneaux indiquant un danger d’électrocution en cas d’escalade de la grille m’a mis sur la piste d’une sécurité infranchissable.

Les deux derniers data centers que j’ai visité dans cette matinée du 16 novembre ont présenté les mêmes caractéristiques que celui que je viens d’expliquer. En effet, il y avait là encore la présence de nombreuses caméras de surveillance.

Des portails métalliques nécessitant une autorisation d’accès soit par un digicode soit par interphone permettaient d’assurer une première barrière face à une quelconque menace. D’ailleurs, dans le troisième data center, après avoir demandé à un technicien comment rentrer dans l’enceinte du bâtiment, celui-ci m’a répondu qu’il était impossible d’y pénétrer sans autorisation. Il a d’ailleurs ajouté cette phrase : « c’est pire que la Nasa », sous entendant que l’accès au site est ultra sécurisé.

Panneau sur le dispositif sécuritaire.

Le dernier data center que j’ai observé possédait des vitres teintées, mais en fonction d’où je me plaçais par rapport au soleil, je pouvais distinguer l’intérieur. J’ai alors remarqué qu’en plus des vitres teintées, il y avait à l’intérieur des stores fermés, empêchant toute visibilité de ce qu’il pouvait y avoir dans ce bâtiment.

Mes différentes observations m’ont permises de découvrir un haut dispositif sécuritaire au sein des data centers.

II. … Qui néanmoins, connaît ses limites 

Cependant, malgré cette haute surveillance des data centers, il m’a semblé, dès ma première observation, qu’il existait des failles dans ce système de sécurité. Cette réflexion m’est venue le 9 novembre, lorsque j’attendais le métro de la ligne 9 pour me rendre à Charonne. Dans ce transit entre les deux data centers, j’étais étonnée par la facilité que nous avions eu, mes camarades et moi-même, pour entrer dans le premier data center. Le grand portail noir était en effet grand ouvert, la femme de ménage nous a laissé rentrer dans l’immeuble sans nous demander qui nous étions et pourquoi nous venions. Le technicien qui nous a reçu à l’accueil du data center a avoué qu’il nous avait ouvert sans se poser la question de notre identité. Quand on lui a demandé s’il nous avait vu à travers les nombreuses caméras du site, il a avoué qu’il aurait pu nous voir, mais que cela lui avait échappé. Autrement dit, il n’avait pas regardé le retour des caméras. De plus, quand le client est entré, le technicien ne nous a pas demandé de sortir. Nous pouvions entendre leur conversation censée être plutôt confidentielle. Cela m’a semblé être une première limite du dispositif sécuritaire. En effet, malgré les outils de surveillance installés, si l’employé n’est pas vigilant, on peut dire qu’il résulte de ce manquement une fragilité du système de sécurité.

Cela m’a fait écho au texte de Clément Marquet et de Guillaume Carnino, les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Dans le passage intitulé « sécurité infaillible », les auteurs reviennent sur les nombreux dispositifs sécuritaires auxquels on doit se plier si l’on souhaite effectuer une visite de data center. Seulement, un peu plus loin dans l’extrait, une discussion avec un gestionnaire révèle une fragilité dans ce système de contrôle. Ce dernier explique que « si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menace ». En transitant de Bonne-Nouvelle à Charonne, sur le quai du métro, j’ai dit à Lucile que si nous avions eu une bombe, nous aurions pu détruire le data center. Les centres données sont rarement préparés à des attaques dites physiques. En effet, lorsqu’on parle d’attaques de data center, on pense plus à une cyberattaque. Cela dit, si nous attaquons physiquement un data center, des milliers de données seront détruites, induisant de nombreuses pannes voire des suppressions de sites. L’impact est donc tout aussi important que celui d’une cyberattaque. Voilà pourquoi il me semble important de relever cette fragilité au sein des data centers.

Cette fragilité s’est également fait sentir dans le premier data center du quartier d’Aubervilliers. Une fois encore, je suis rentrée très facilement dans ce bâtiment. La grille métallique munie d’un digicode n’était en réalité pas fermée. Il nous a suffit de la pousser pour entrer dans la cour. L’agent d’accueil qui nous a reçu était seul face au groupe d’étudiants que nous étions. De plus, une porte derrière lui était ouverte et nous laissait entrevoir des ordinateurs.

Néanmoins, je ne peux m’empêcher de croire que notre erreur a été celle de se présenter en groupe. Nous étions tous avec un carnet en main. Nous ressemblions fortement à un groupe d’étudiants. Je pense que les techniciens qui nous ont accueillis ont pris en compte cette information, c’est pourquoi ils ont baissé leur vigilance lorsque nous sommes entrés. D’ailleurs, dans le data center du quartier de Charonne, nous y sommes allées seulement à deux, et cette fois-ci les agents de sécurité étaient très méfiants, voire agressifs avec nous.

En conclusion, malgré les dispositifs sécuritaires, je pense que les outils techniques ne peuvent complètement se substituer à l’homme. Mes observations me laissent penser que les data centers sont fortement sécurisés, cependant, si un agent d’accueil manque de vigilance et laisse entrer dans le bâtiment des personnes malintentionnées, un incident pourrait vite arriver. Les data centers ne sont pas uniquement les cibles d’une cyberattaque, ils peuvent également connaître des incidents techniques comme un départ de feu ou encore une attaque physique, générant des problèmes tout aussi graves qu’une cyberattaque. C’est pourquoi la sécurité mise en place est assez paradoxale face aux différents types de menace.

Cassilde Le Huédé.

III. Sources : 

Carnino Guillaume, Marquet Clément, « Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, 2018/1 (N° 3), p. 19-62. DOI : 10.3917/zil.003.0019. URL : https://www.cairn.info/revue-zilsel-2018-1-page-19.htm

Définition d’un data center : ovhcloud.com.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search