L’avis des morts subsiste

Dans le master Médias, Communication et Villes numériques auquel j’appartiens, un sujet d’étude atypique nous a été confié : le cimetière du Père Lachaise, comme lieu de mémoire et de maintenance. Depuis cette annonce, j’ai réalisé que parmi les enterrements auxquels j’avais assistés dans ma famille, aucun ne s’était terminé au cimetière. Dans ma famille, on se fait incinérer. Alors moi je n’y ai jamais vraiment réfléchi, à me faire enterrer.

Face à la mort, j’ai toujours dissocié le corps et l’âme. Une fois la personne décédée, l’âme s’envole et le corps est disséminé à un endroit qui était cher à la personne en question. Nul besoin de conserver le corps comme « souvenir », le plus précieux étant dans l’esprit. Je ne suis pas à l’aise à l’idée d’être enfermée dans un cercueil, enfouit sous terre. Il en va de même pour mes proches, les savoir cloitrés dans une boite m’attriste, même si je conserve l’idée que l’âme s’en est échappée. J’aime autant qu’on puisse être libre, de corps comme d’esprit.

Les visites au cimetière du Père Lachaise ont été des plus surprenantes pour moi. J’ai saisi une certaine matérialisation de la mort qui, à mon sens, était plus spirituelle que palpable. D’où peut donc venir cette volonté, voire même ce besoin, de garder ses morts auprès de soi, sur terre ? Pourquoi marquer leur passage dans cette vie à travers une sépulture ?

C’est avec ces idées mais sans jugement que je me suis rendue à trois reprises au cimetière du Père Lachaise. Je souhaitais être la plus neutre possible pour ressentir ce qu’il y a de tangible et d’intangible dans ce lieu si mystique. La vie et la mort s’y entremêlent, l’une et l’autre cherchant à se rattraper sans cesse. J’ai capturé l’atmosphère du cimetière, les bruits, le calme, les familles qui se recueillent, les passants qui visitent, les fleurs fanées et les feuilles tombées des arbres …

Pour étudier le cimetière sous toutes ses coutures, j’ai pris soin d’emprunter des chemins différents à chaque visite. Je partais toujours de la porte du Repos pour arriver porte Gambetta. De forme circulaire, j’ai découpé le cimetière en trois parties. La première fois, j’ai choisi d’axer mon observation vers la gauche, la seconde je suis allée voir la partie centrale et la troisième fois, j’ai filé vers la droite. J’ai choisi d’être seule pour effectuer ces visites car c’était pour moi le meilleur moyen de m’imprégner au maximum du lieu. Pour la même raison, je n’ai pas mis mes écouteurs.

En débutant mon observation par la porte du Repos, j’ai rapidement été frappée par l’alignement des sépultures autour de la voie pavée. Ce n’est pas pour rien que ce genre d’endroit se nomme « nécropole » me suis-je dit. Du grec ancien « nekropolis » cela signifie « cité des morts ». En effet, il s’agit d’une petite ville dans la grande ville qu’est Paris. Tout peut s’y assimiler : des sépultures en guise de maisons aux voies pavées en passant par les panneaux nommant les allées. J’étais stupéfaite. Il y avait même des panneaux pour limiter la vitesse des véhicules circulant à 20 km/h !

Une allée du cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

Une fois ce constat fait, la seconde chose qui m’a marquée n’est autre que la diversité des sépultures : pas une n’est identique à l’autre. Ce désir de différenciation animera ma curiosité et sera élémentaire dans mon analyse.

J’ai progressivement ressenti, en lisant les noms sur les tombes, en calculant l’âge auquel les personnes étaient décédées et en lisant les épitaphes, une certaine mélancolie. Je ne les connaissais pas et pourtant je me trouvais à les regretter. L’émotion que devaient ressentir leurs proches à la vue de ce lieu m’envahissait. Je songeais aussi aux être chers à qui j’ai dû dire adieu ces dernières années. Ce recueillement m’est alors paru très différent des moments où je pense à eux, dans mon quotidien.

Le cimetière comme lieu de mémoire

Chaque tombe représente un individu symbolise encore sa “présence” dans ce monde. J’ai compris que pour les proches des défunts, leur rendre visite dans cette enceinte pouvait prendre la forme d’un rendez-vous. C’est l’occasion de parler à la personne mais aussi de prendre soin d’elle. La sépulture matérialise une personne et la rendrait presque encore en vie. C’est l’ultime endroit où elle repose. Ce terme de repos est d’ailleurs utilisé comme pour dire qu’elle dort, qu’elle est parmi nous malgré l’absence ressentie. Dans ce lieu qu’est le cimetière, les proches peuvent trouver un certain isolement, leur permettant de s’apaiser. Ils peuvent aussi se sentir au plus proche de l’être qu’ils ont perdu, pour échanger avec lui. La sérénité du lieu y est propice. Dans ce cadre où se côtoient pierre et nature, on semble éloigné de tout ce qui se rapporte à la technologie, au bruit, à la foule. Tous ces éléments trop “modernes” sont laissés hors du cimetière.

Les tombes, consacrées à l’éternité, sont plus ou moins sauvages. Le cimetière du Père Lachaise est rempli d’arbres séculaires dont les racines vont parfois jusqu’à soulever les sépultures qu’elles croisent sur leur chemin.

Certaines n’ont pas un siècle mais portent déjà l’usure du temps, d’autres bien plus anciennes perdurent et sont soigneusement conservées. Le contraste en est frappant. J’ai remarqué que de nombreuses sépultures étaient entretenues comme on entretient sa maison, son intérieur. Par endroit, un grand soin est apporté à ce qui entoure la tombe. Comme pour rendre ce lieu plus “chaleureux”, de la décoration est même parfois exposée. Elle est sans doute définie par les goûts de l’individu décédé, ou bien est-ce celui de ses proches ? J’ai même découvert un post-it sur une sépulture, comme une note laissée à quelqu’un qu’on va rapidement revoir.

Post-it dans une sépulture – crédit : Juliette SIMON

La manière dont les proches traitent ce lieu de recueillement est représentative du soin qu’ils porteraient à l’individu. Au détour d’observations de pierres tombales et de lectures d’épitaphes, j’ai donc cerné la quête de personnalisation de cet endroit. La personne décédée a pu faire part de ses dernières volontés à ses proches concernant le choix du cercueil, de la sépulture. Cela peut aussi être eux qui ont pris ces décisions pour lui rendre hommage. Les tombes, par leur apparence, expriment toutes un caractère particulier lié au défunt à qui elles correspondent. C’est le lieu ultime.

La société d’outre-tombe

La pluralité des monuments funéraires fait donc échos à la diversité des êtres humains qui passent sur terre. Ils ont chacun leurs singularités, qu’il s’agisse de la forme, du matériau ou des mots choisis pour qualifier le défunt. L’association de ces éléments permet une personnalisation optimale.

Ce dernier lieu « d’habitation » d’une certaine façon, est le reflet de la société dans laquelle nous vivons : notre condition sociale nous suit jusqu’à la fin. En effet, la forme de la sépulture est influencée par l’origine sociale du défunt. En se promenant, il est facile de discerner les plus riches des moins aisés car, oui, les obsèques et le monument funéraire sont un coût indéniable pour la famille.

Pour les plus fortunés, on retrouvera des monuments clos, de taille moyenne. Cela m’a fait penser à de petits « temples ». Prenant la forme d’une habitation on peut y voir inscrit au-dessus de la porte le nom de la famille qui y repose. Certains sont plus ou moins ornés, avec des statues aux abords de l’entrée, des colonnes gravées ou encore des vitraux. Ces bâtiments ne sont pas récents, ils datent pour la plupart du XVIIIe ou du XIXe siècles. J’aurais aimé savoir si encore aujourd’hui ces sépultures sont visitées ou si elles sont seulement entretenues par les agents de maintenance du cimetière. En voici 2 qui m’ont interpellée.

Sépulture de la famille Menier – crédit : Juliette SIMON

J’ai admiré cet édifice pour le travail de ses bas-reliefs. Situé à une intersection du cimetière, il est d’autant plus mis en avant. Après quelques recherches, j’ai compris que l’illustre défunt n’était autre qu’un député du XIXe siècle, Emile-Justin Menier, fils du célèbre fondateur de la chocolaterie Menier. Le portrait du défunt a été sculpté dans la pierre, au-dessus de la porte. Ce bâtiment a tout d’une petite maison et semble très entretenu.

Sépulture des familles Tencé Sourdeval et Bodereau

Celui-ci m’a semblé plus proportionné. J’ai apprécié sa double porte aux grilles ajourées. Le nom des deux familles figurent au-dessus, sans fioritures. Les colonnes encadrant la porte amène nos yeux à se poser à leur sommet. Des visages y sont représentées. Un bas-relief entoure la partie supérieure du bâtiment avec de légers motifs floraux. Un blason est gravé au sommet mais je n’ai pas retrouvé l’histoire de ces familles.

Ce genre de monument funéraire n’est plus construit aujourd’hui, ceux-ci témoignent donc de la volonté de rendre hommage aux personnalités importantes, qui ont marqué leur époque. Cela ne date pas d’hier et se retrouve aujourd’hui encore, malgré des sépultures moins imposantes.

Une autre forme de sépultures, beaucoup plus répandue est celle des chapelles. Elles sont également assez anciennes mais se maintiennent en très bon état. J’ai toutefois été étonnée d’observer que de nombreuses étaient laissées à l’abandon. Elles marquent l’appartenance religieuse des familles catholiques avec une croix souvent au sommet. Fermées par une porte, j’ai réussi à en distinguer l’intérieur. Elle se composent toujours de la même façon : un autel est accessible sur le mur du fond avec un rebord pour s’agenouiller et prier. J’ai retenu ces deux ci-contre, plus discrètes que les monuments précédents, il s’agit tout de même de lieux clos accessibles uniquement à la famille.

Chapelle de la famille Léonce Brault – crédit : Juliette SIMON

 

 

Chapelle de la famille Guillon – crédit : Juliette SIMON

Pour le reste, il s’agit de sépultures plus simples : une pierre tombale avec une stèle, qui en est la partie verticale. Majoritairement plus récentes, on peut discerner le statut social du défunt car les codes des pierre tombales sont plus faciles à décrypter.

Le matériau utilisé est déjà un élément de comparaison certain. Il en existe trois types : le plus commun est le granit ; celui symbole de noblesse est le marbre ; enfin, le moins exploité devient la pierre calcaire.

J’ai effectivement constaté que le granit était ce qu’il y avait de plus répandu. On peut en choisir sa couleur, sa structure ou son grain. C’est également la pierre qui s’entretient le mieux car elle résiste à la chaleur, à la saleté, aux rayures mais aussi aux intempéries et à l’humidité, à l’inverse du marbre et de la pierre calcaire qui ont une forte porosité.

Montre-moi ta tombe, je te dirai qui tu es …

Une fois ces différences soulevées, je me suis arrêtée sur de plus petits détails. J’ai en quelque sorte cherché à connaître les défunts, « invisibles » et pourtant à quelques mètres de moi. Avec leur monument funéraire, il m’était possible de découvrir plus que leurs simples nom, dates de naissance et de décès. J’ai ainsi relevé plusieurs catégories d’individus.

Il y a d’abord ceux qui sont morts lors d’un évènement historique ou dans le cadre d’une opération extérieure dans l’armée française. Ce passage de leur vie est toujours notifié sur la stèle, visible de tous. Il parait important pour les proches d’inscrire cette information. Mais à qui sert-elle ? Est-elle nécessaire pour s’en rappeler ? Est-ce pour les visiteurs du cimetière ? Je comprends le besoin d’honorer la mémoire, cependant l’hommage en lui-même n’en sera pas plus fort ; il est là symboliquement. La peur de l’oubli semble régir notre rapport à la mort. C’est selon moi, ce qui justifierait le fait de tout écrire, pour se souvenir et se recueillir.

Sépulture de Pascal Georges Desvaux – crédit : Juliette SIMON

D’autres ne sont pas morts à cause d’une guerre mais ont été persécutés et déportés, à cause de leur religion. Ils ont ressenti le besoin de l’inscrire sur leur stèle car cet évènement traumatique qu’est la Shoah a marqué leur vie. Je trouve cette inscription intrigante car ils souhaitent donc conserver auprès d’eux ce douloureux souvenir, même après la mort.

Sépulture de Gitle Barszczewski et d’Hervé Jacubowiez – crédit : Juliette SIMON

Dans un registre plus doux, beaucoup de pierres tombales ont été réalisées pour sceller un lien entre deux personnes. Souvent des couples, la relation qui les a unis dans la vie semble perdurer pour l’éternité. J’ai été marquée par cette tombe, sur laquelle deux sculptures représentant un homme et une femme sont assis. Ils semblent discuter, paisiblement.

Sculpture sur une sépulture au cimetière du Père Lachaise – crédit : Juliette SIMON

D’autres personnes ont vu leur vie rythmée par une passion. Beaucoup d’artistes présents au cimetière du Père Lachaise ont cette précision faite sur leur pierre tombale. Qu’ils soient écrivain, musicien ou peintre, un signe ou des mots viennent inscrire leur activité dans la pierre.

La personnalité du défunt peut également s’exprimer à travers les plantes et les fleurs que ses proches choisissent de déposer sur sa tombe. Ces deux sépultures m’ont marquée car j’ai trouvé qu’elles étaient dignes d’un jardin, à elles seules elles embellissaient la pierre tombale. Il y a quelque chose de très personnel sur ces deux sépultures ; j’avais comme l’impression d’entrer dans le jardin privé des proches et du défunt, lieu où ils se retrouveraient pour communiquer. Ces plantes doivent demander un certain entretien ; c’est attendrissant de voir se développer la vie, au fil des saisons, dans cet univers d’apparence régi par la mort.

Sépulture de la famille Mendes Simao et Vieira Monteiro – crédit : Juliette SIMON

 

Sépulture fleurie d’une famille asiatique – crédit : Juliette SIMON

Enfin, des objets anodins m’ont étonnée, ils étaient placés sur les tombes comme on place des porte-bonheurs sur une étagère. Le champ d’interprétation est vaste et j’ai préféré ne pas m’y prêter, pour préserver l’intimité des défunts.

Sépulture de la famille Maily- crédit : Juliette SIMON

J’ai également découvert dans le cimetière que de nombreuses personnes avaient préparé leur sépulture avant de mourrir. Pourquoi tant de prévisions face à la mort ? J’ai cherché des réponses et ce qui est le plus revenu, c’est l’aspect pratique. Cela évite aux proches en deuil de s’afférer avec les dernières volontés du défunt. Ce dernier est aussi sûr d’avoir une sépulture à son goût et à son image. Pour certains, cette préparation a quelque chose de rassurant. C’est une étape de plus vers la fin mais le début d’une nouveauté, d’un renouvellement. J’ai progressivement compris l’appréhension qui réside dans l’idée de mort : la peur d’être oublié.

La nécessité d’un au-delà à proximité

Après ces quelques semaines de réflexions, je pense la mort d’une façon différente. La « pensée humaine » est faite de sorte à ce que l’on se souvienne de notre vécu. Ce vécu intègre d’autres personnes, notamment celles qui nous sont chères. C’est donc par cette logique que j’ai compris que la mémoire ne pouvait pas tout résoudre. La douleur d’une absence ne peut être palliée par un souvenir agréable. Il en faut plus. Les photos, les objets, certaines paroles répétées et transmises sont autant d’éléments qui apaisent et nous rapprochent d’un proche, justement. Cependant, quand une personne meurt, nous ne pouvons pas nous empêcher de la situer. Elle n’est plus « là ». On emploie un vocabulaire du registre du voyage qui évoque l’ailleurs, le départ et la durée indéterminée qu’on prendra à la retrouver. Cette « disparition » nécessite donc un lieu symbolique où le défunt pourrait rester. Cet endroit prend diverses formes selon les sociétés et les croyances mais il existe pour tous. Chez nous, c’est donc le cimetière tel que celui du Père Lachaise qui fait office d’un « ailleurs ». La symbolique de ce lieu permet de nourrir un imaginaire collectif et par celui-ci, notre rapport à la mort.

Désormais, j’appréhende le cimetière d’un oeil neuf. J’ai même ressenti le besoin d’aller sur la tombe de mes arrière-grands-parents que je n’ai jamais connus. J’étais émue là où, auparavant, je ne pensais rien ressentir. L’utilité du cimetière comme lieu de médiation m’est alors apparue comme évidente.

Tout n’est, finalement, qu’une question de perception et d’expérience.

Juliette SIMON

Père-Lachaise : un esthétisme tout en contraste

Bien plus qu’un lieu mythique de la capitale, le cimetière du Père-Lachaise est un vestige du patrimoine français. Longtemps laissé à l’abandon dans les années 1760, il fut réquisitionné par le Préfet de Paris de l’époque pour en faire le « cimetière de l’Est » ; Napoléon Bonaparte déclara que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion ». C’est en 1804 que le cimetière inaugura sa première inhumation, celle d’une enfant de 5 ans à peine. Durant les décennies qui ont suivi les premières inhumations, le cimetière a connu plusieurs agrandissements majeurs afin d’y accueillir plus de tombes. Aujourd’hui le Père Lachaise compte près de 70 000 sépultures et il est indéniablement l’un des monuments de Paris les plus visités avec trois millions de visiteurs chaque année. Entre fascination et modernité, ce lieu attire les convoitises du monde entier de par sa beauté et sa grandeur qui font de lui un lieu emblématique. 

Allée du Père-Lachaise – Crédit photo : Naomie Maufroy

Un premier constat

Décidées d’entreprendre un travail sur ce majestueux cimetière, les sujets sur lesquels nous voulions nous pencher furent nombreux. Fascinées par ce lieu si grand et historique, nous voulions étudier l’apparence de celui-ci ; ses cultures, sa nature ou encore ses chemins si particuliers. Lors de nos observations sur le site, nous nous sommes baladées dans les allées afin d’en capter les détails les plus infimes qui en font sa richesse et qui semblent pourtant passer inaperçu aux yeux des visiteurs. Nos observations au cimetière ont donné lieu à plusieurs réflexions intéressantes nourries par divers éléments, comme les fleurs et la nature, la maintenance et la mémoire, ou encore le temps et l’oubli. Afin d’obtenir une observation pertinente et claire, nous devions définir et délimiter notre champ de travail. Suite à de nombreuses discussions, nous en avons conclu que dans les possibilités de sujets, le parallèle entre les différentes esthétiques des sépultures revenait fréquemment. En effet, certaines tombes semblent être tombées dans l’oubli, tandis qu’à seulement  quelques mètres certaines bénéficient d’un travail de maintenance minutieux : si proches mais pourtant si différentes. Cette thématique et ce champ de travail permettent d’aborder différentes observations. 

L’esthétique d’un lieu est importante, cette dernière détermine notre première impression. Si la beauté reste subjective, il en existe une commune à tous, celle qui nous touche et qui nous transcende par ses milliers de sens. Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, le cimetière du Père Lachaise fait partie de ses beautés là, de par son histoire et son envergure. Des milliers de défunts reposent ici emportant avec eux leurs secrets et leurs histoires en passant par les soldats morts au combat ou ceux décimés par le régime autoritaire de l’Allemagne nazie des années 1940, sans oublier les anciens résidents du 20ème arrondissement parisiens ou les grands écrivains français. Abordant des centaines de tombeaux, le cimetière possède une large pluralité de modernité et d’ancienneté. Il est vrai qu’une sépulture ne peut s’estimer en termes de valeur mais celle-ci peut s’exprimer dans ce cimetière autour de fleurs, gravures, photos ou autres objets signifiants. Il est intéressant de comprendre comment cette matérialité est mise au service de la mémoire. 

Nos observations et nos clichés ont été des outils capitaux dans ce travail, nos analyses reposant sur celles-ci. Munies de nos appareils photos, nous tenions à capturer tous les détails que nous trouvions particuliers. Le but de ces clichés était de montrer la beauté de ce lieu mais pas uniquement, il fallait que nous puissions ressentir et déduire à travers celles-ci les nombreux paradoxes qui se posent entre les différentes tombes. Parmi ceux-là nous pourrions citer l’oubli et la mémoire, la nature et la maintenance ou encore l’ancien et le moderne. Tant de parallèles qui nous ont permis d’enrichir nos observations. Tout ce travail a été guidé par la notion de maintenance au service de la mémoire. Nous avons tenté de capturer cette richesse, ces singularités et ces étonnants paradoxes à travers une observation directe.

La modernité au service de l’ancien

Sur cette photographie récemment prise nous pouvons observer différentes sépultures mais le point qui retient notre attention est bien la tombe présente au premier plan, celle qui semble être la plus récente et de ce fait la plus moderne. La première sépulture est faite de granite, une matière résistante à tout type de temps, elle ne comporte que deux dalles épaisses grises et brillantes de largeur équivalente. Posée sur celles-ci nous pouvons trouver un bouquet de fleurs fraîchement déposé accompagné d’autres gerbes de fleurs disposées au pied de la tombe. Erigée sur le dessus de la pierre, cette statue attire immédiatement notre regard ; une femme ou un enfant replié sur lui-même, l’âme de cette oeuvre semble triste et maussade. Cette pierre tombale reflète la nouveauté et l’âme du moderne. Nous devinons facilement que la personne honorée a disparu depuis quelques années seulement. La modernité évidente de cette tombe est traduite par son aspect sobre et épuré. Son manque d’excentricité peut rapidement lui conférer une certaine froideur, il n’y a que très peu d’éléments et pourtant nous pouvons en dégager une histoire.  

En arrière-plan, nous pouvons apercevoir une pierre tombale en pierre brute, celle-ci est grise foncée quasiment noir. Cette fois, la sépulture ne possède non pas deux dalles de la même largeur mais une grande et une plus petite ce qui permet à l’eau de s’évacuer en cas de grande pluie. Contrairement à la première tombe, nous  pouvons observer un état vétuste avec cette mousse verte qui la recouvre entièrement et ces feuilles tombées en nombre. L’aspect général est plus ancien, la matière n’est pas lisse et il n’y a ni statue ni fleurs mais plutôt une nature sauvage qui a repris ses droits. Cette tombe est surplombée d’une grande stèle verticale avec les noms de plusieurs défunts, cela peut s’apparenter à une tombe familiale, a contrario de la première tombe qui n’en honorait qu’un seul. Cet aspect ancien est reconnaissable dès la première observation à travers la matière et la stèle qui rajoute de la hauteur à la pierre. Auparavant cette pratique était courante et répandue, désormais cet élément est rarement utilisé pour accompagner du granite. 

Le temps n’a de cesse de changer nos paysages et nos objets, il peut aussi les modifier à tout jamais. La modernité des pierres tombales du cimetière se voit au premier regard. Il est intéressant d’énoncer les différences entre deux siècles ; un parallèle significatif et attrayant. Ce paradoxe signifie que l’ancien se fait remplacer petit à petit par la nouveauté des années qui passent, même les sépultures connaissent un changement de design. L’art funéraire s’adapte à son époque afin de répondre à une demande de personnalisation pour faire vivre le souvenir. Ce rôle ostentatoire de la pierre, partie visible de la tombe, déteint sur l’ensemble de l’image du cimetière.

Les ruines du cimetière, des destructions qui font partie de son histoire

Tombe détruite au cimetière du Père Lachaise – Crédit photo : Maufroy Naomie

Depuis plusieurs siècles le cimetière du Père Lachaise ne cesse d’ajouter de nouvelles sépultures à ces rangs, certaines restent tandis que d’autres disparaissent. Certaines tombes y sont érigées depuis plus d’un siècle, elles perpétuent  l’histoire de ce lieu. En y faisant le tour à de nombreuses reprises, nous avons pu remarquer que la majorité des sépultures étaient entières, malgré la marque d’un temps passé et oublié. Mais aux coins de bon nombre d’allées nous avons découvert des ruines et des amas de pierres. Certaines tombes sont entièrement détruites, parfois à un tel point que seul un acte volontaire peut en être à l’origine. 

Historiquement, la pierre tombale a un rôle de protection de la sépulture. Ces dernières étaient fabriquées de préférence en pierre, un élément qui représente une certaine immuabilité. Aujourd’hui le granite est favorisé pour sa plus grande résistance. Plus solides et plus résistants, les tombeaux affrontent les années pour s’inscrire dans le patrimoine du cimetière au même titre que ceux des siècles derniers. Sur cette photographie, nous pouvons décrire la pierre comme cassée et profondément fragilisée, nul ne sait la raison mais la tombe semble bien détériorée. L’esprit de ce cliché est un témoin fort des ruines présentes au Père Lachaise, des tombes sont détruites et laissées pour mortes comme si elles l’étaient vraiment elles aussi. Des fleurs fanées sont présentes, posées sur la pierre froide et grisâtre de ce défunt ; une végétation fanée sur une pierre morte. Chaque histoire mérite d’être racontée et les souvenirs entretenus mais ce n’est malheureusement pas le cas de toutes ces sépultures. Certaines peuvent encore être admirées pendant que d’autres sont détruites par malveillance ou par obligation. Nous pourrions dire que cela fait partie de l’âme du cimetière, il a du vécu et tout ne peut encore tenir sur pied comme au premier jour. Le Père Lachaise est un lieu de mémoire pourtant certaines tombes ne peuvent perdurer, la pierre ne semble pas assez résistante pour les préserver ; un joli parallèle qui ne peut constituer l’âme même du lieu parisien.

Le temps qui passe…

« Le temps passe. Et chaque fois qu’il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s’efface. » – Jules Romains (célèbre écrivain et philosophe français enterré au cimetière du Père Lachaise)

Sépultures du Père-Lachaise à Paris – Crédit photo : Gallet Salomé

Comme expliqué précédemment, lors de nos visites au cimetière, nous nous sommes retrouvées face à de nombreux contrastes…Suite à ces deux précédentes observations de nouvelles questions se sont précisées, notamment celle du temps qui passe inévitablement et qui parfois laissent des traces. 

Cette photographie prise lors de notre seconde observation, en témoigne. Au milieu d’anciennes tombes et caveaux est érigée une sépulture d’un beige lumineux. Elle semble presque éclairée au milieu de ce gris venu ternir les sépultures d’un autre temps. La pierre tombale et ses ornements sont intactes et parfaitement lisibles. L’ornement de la pierre tombale fait vivre la mémoire du défunt. Cette fonction de “mise en vie ” de la mémoire du défunt, induit que les proches choisissent avec soins les éléments de la sépulture et s’appliquent à les maintenir.  Hors, le temps et le manque d’entretien semblent avoir effacé la moindre inscription en mémoire des défunts situés aux extrémités. Mais ce n’est pas le seul contraste qu’offre cette photographie. Lors de nos observations nous avons été surprises par la présence de la nature, mais surtout nous avons été frappées par ces différentes formes. 

Cette photographie nous en offre un bon exemple. La nature présente sur la sépulture au centre est une nature contrôlée et travaillée. Ornée de fleurs, elle donne l’impression d’une tombe entretenue par les proches du défunt soucieux d’honorer sa mémoire et cette vie passée.  Embellir une tombe en la fleurissant permet de rendre hommage aux défunts. Les fleurs symbolisent une présence vivante et naturelle  qui veille auprès des personnes décédées. Fleurir la tombe d’un proche, c’est également une façon de marquer son passage. A l’inverse, les tombes aux extrémités semblent être tombées dans l’oubli, laissant la nature reprendre le dessus. 

Mais alors, si le temps passe, le souvenir reste-t-il vraiment

…et la nature gagne 

Il n’est de souvenir douloureux que des morts. Or ceux-ci se détruisent vite, et il ne reste plus autour de leurs tombes mêmes que la beauté que la beauté de la nature, le silence, la pureté de l’air.” – Marcel Proust (écrivain français enterré au Père Lachaise)

Pierre tombale encastrée – Crédit photo : Gallet Salomé

Le temps visible de cette manière nous invite à nous redéfinir face à la nature… Au fil des heures passées à observer ce lieu chargé d’histoire, ces allées jonchaient de sépultures nous rappelant inévitablement le cours de l’histoire. La nature finit par reprendre ses droits.  Nous ne pouvons pas nier que la nature est omniprésente au sein du cimetière, parfois au service de la mémoire, d’autres fois au service de l’oubli. Ce phénomène est accentué par l’interdiction des pesticides dans l’enceinte du cimetière, mise en place en 2011 qui mène l’entretien à se faire à la main. A travers cette photographie nous observons que l’arbre, par sa force, a émergé de sous la terre et ce malgré les constructions humaines. Cette tombe s’est entièrement encastrée dans l’arbre, au point d’en faire partie prenante. Il est désormais impossible de connaître le nom ou l’histoire de la personne qui y repose. Cette photographie est un parfait révélateur d’une nature bien plus puissante que l’Homme. Nous nous battons sans cesse contre cette dernière, jusqu’à ériger des monuments en mémoire à nos défunts. Parfois nous prenons le dessus, le temps d’un instant seulement, car à la fin, c’est elle qui gagne. Et ce, qu’importe nos efforts et notre volonté, la nature et le temps reprendront possession du lieu au point d’en effacer les souvenirs pourtant gravés dans la pierre.

La maintenance, un devoir de mémoire

Les tombes, sépultures et caveaux du Père Lachaise sont généralement décorés avec soin, souvent par les plus grands sculpteurs. La partie, la plus ancienne du cimetière est classée comme « site remarquable » au titre de la loi du 2 mai 1930 sur les Monuments naturels et les sites. Douze monuments ont été classés «Monuments Historiques » au titre de la loi du 31 décembre 1913. Toutes ces sculptures, ces pierres et ces vitraux sont érigés en l’honneur et en mémoire du défunt. Pourtant, et ce malgré la qualité des matériaux utilisés, la nature et le temps sont de véritables ennemis. C’est pourquoi, un travail inlassable de maintenance doit se répéter au fil des mois et des années…

L’entretien dans un cimetière – Crédit photo : Gallet Salomé

Suite à nos observations, de nombreuses interrogations sont apparues. Pourquoi rencontrons-nous de tels contrastes ? Qui est responsable de l’entretien de ces tombes ? Le cimetière possède-t-il une équipe de maintenance ? Au-delà de la destruction de certaines tombes, l’envahissement de certaines sépulture par la nature, un autre détail nous a frappé. En effet, nous avons été très étonnées de croiser des cadavres de bouteilles d’alcools sur les tombes, de tomber sur des signes de dégradations volontaires et autres. Pourtant nous croisions assez régulièrement des agents de la Ville de Paris dans les allées. Pourquoi personne ne prend l’initiative de nettoyer ces profanations ? 

En parlant de cette réflexion, certains de nos camarades nous ont raconté leur rencontre avec un homme un matin de novembre. Cet homme avait fait le trajet du sud de la France pour réparer le caveau familial. Il semblait dévasté et en colère, de devoir s’occuper seul de cette charge. D’autant plus, qu’à sa grande surprise il a découvert le caveau profané, envahi de bouteilles de bière vide et de sachets de chips. Il ne comprenait pas pourquoi aucun membre du cimetière n’avait dénié nettoyer et apporter leur reconnaissance à ce lieu de recueillement. 

Tombe entachée par des bouteilles d’alcool – Crédit photo : Maufroy Naomie

Nous nous sommes renseignées sur ce travail d’entretien, de réparation et de rénovation au sein du cimetière. Nous avons appris qu’à l’exception de ceux appartenant à la Ville de Paris, les monuments funéraires sont des propriétés privées. Ce travail revient donc à la charge des familles des défunts. Prendre cette initiative reviendrait à s’introduire dans une propriété privée. Si nous comprenons désormais mieux ce paradoxe, au vu du lieu chargé de sens que représente le cimetière, un travail d’entretien régulier devrait être effectué par le cimetière afin de maintenir un respect des sépultures et des familles. 

Mais au-delà de cet aspect de nettoyage et d’entretien superficiel, nos observations et nos réflexions nous ont amené à comprendre toute l’importance du travail de maintenance dans le respect de la mémoire. Certains proches sont en capacité de se charger de ce travail. Pour ces personnes, le travail de mémoire est facilité par une proximité physique avec le lieu d’inhumation du corps. Tandis que pour d’autres, l’éloignement géographique de la capitale ou parfois l’extinction de la descendance directe rendent impossible l’entretien des sépultures. Pour effectuer ce travail essentiel au respect du souvenir d’une vie passée, certains de ces proches font appel à des entreprises privées ou des pompes funèbres. Ces derniers deviennent alors les mémoires vivantes du Père-Lachaise…

En bref..

Habité par d’illustres personnages français, recueils de nombreuses familles et orné par de véritables bijoux architecturaux, Le père Lachaise est un cimetière qui en dit long sur notre histoire et le passage des époques. Ce lieu est un véritable morceau de patrimoine qu’il faut sans cesse entretenir. 

Historiquement la sépulture constituait un élément fondamental que les familles pouvaient s’approprier et visiter régulièrement grâce à sa proximité. Elle répondait à un besoin de mémoire et jouait un rôle important dans l’affirmation du statut social de la famille. Les cimetières en disent beaucoup sur notre culture et sur notre vision du monde. Cette perception du rôle du cimetière a évolué. D’autant plus qu’une grande partie des monuments prestigieux des anciens siècles ont fini par tomber inévitablement  dans l’oubli, parfois jusqu’à être détruit ou racheté. 

Au travers des allées du cimetière, nous avons pris conscience que la mémoire est une notion fragile qui demande une attention particulière. Nos observations nous amènent à nous interroger sur la notion actuelle du travail de mémoire et de notre rapport à nos défunts et leur souvenir. Traditionnellement, le cimetière était le dispositif central du travail de mémoire. Dans l’imaginaire, la visite au cimetière et l’entretien du souvenir sont trop souvent liés. Même si pour certaines personnes le cimetière reste le lieu de “ repos ” de leur défunt, un ancrage dans la terre, qui leur permet de se rassurer, cette attache tend à évoluer. Cette évolution s’illustre à travers les allées du cimetière. Entretenir le souvenir c’est avant tout se remémorer la personne défunte. Il s’agit donc dans la plupart des cas, d’une démarche naturelle, quotidienne, qui peut passer par une pensée ou une sensation, ce sont alors des sentiments “ intérieurs ”.  

Le souvenir est important mais il est difficile de continuer à le maintenir à moins d’avoir marqué à tout jamais les esprits. Peut-on laisser une trace de notre passage dans un cimetière constitué de plus de 70 000 tombes ? Nul ne le sait mais pourrait-on penser à de nouveaux lieux de recueillement plus modestes et surtout plus intimistes ? 

Le temps est l’allié profond de la nature pourtant il s’apparente comme notre ennemi  premier ; il gagne au point de nous faire fatalement tomber dans l’oubli, alors à quoi bon lui résister en essayant de perpétuer un modeste souvenir ? 

Par Salomé Gallet & Naomie Maufroy













Les gravures, une méthode d’honorer perpétuellement la mémoire de la personne / famille enterrée ?

Depuis des siècles, le graveur sur pierre immortalise et honore la mémoire du défunt. Un métier, ou un art, aujourd’hui en voie de disparition. Un événement controversé avec moins de marbriers, tandis que les décès ne s’accumulent. Mais alors, la gravure perpétuelle-t-elle vraiment la mémoire du défunt ? Pour mes recherches, nous nous baserons sur mon observation d’environ plus de dix heures au cimetière du Père Lachaise ainsi que de témoignages d’un marbrier professionnel et de résidents locaux des lieux.

Un des éléments clef du bien-être des familles des défunts et de la nécropole en général, les graveurs sur pierre, aussi appelés marbriers professionnels. Ces personnes qui agissent dans l’ombre pour marquer indéfiniment l’emplacement d’une personne ou d’une famille. En Île-de-France, ils sont entre 20 et 25 graveurs et agissent toute la journée à la demande du client. Pour cette recherche, mon observation s’est faite individuellement, afin de me concentrer un maximum sur les différentes vues et perspectives de la nécropole.

Plus qu’un métier, c’est un art

Afin d’aspirer à devenir graveur, il faut dans un premier temps passer par une formation de tailleur de pierre pour ensuite se spécialiser en gravure sur pierre. Certains pré-requis peuvent faciliter la tâche tels que la maîtrise du dessin, les connaissances sur la typographie ainsi que les différents type de pierre. Afin d’accéder au Père Lachaise en tant que graveur, une certaine expérience est demandée. On dit que « Au cimetière du Père Lachaise, on ne peut y travailler qu’au bout de 10 ans d’expérience du métier dans les cimetières de banlieues qui ne sont pas nécessairement très techniques », selon les dires d’un graveur au Père Lachaise n’ayant pas souhaité révéler son identité. Ils sont actuellement 10 graveurs sur pierre à arpenter les divisions chaque jour pour donner un nom et une histoire à la sépulture des défunts. Actuellement, des célébrités sont enterrées au cimetière Père Lachaise tels que des chanteurs, acteurs ou encore des personnes de la haute aristocratie tels que des hommes politiques donc aucune erreur n’est possible. Des maladresses sont évidemment possibles, cela arrive, donc des techniques peuvent être utilisées comme la pâte de colmatage faisant office de trompe-l’œil. Une école de formation est par exemple située à Amiens, mais malheureusement, la dureté du métier en décourage plus d’un. En effet, il y a aujourd’hui un manque de personnel important dans la gravure sur pierre, notamment du fait des conditions de travail. Les graveurs sont toujours dehors, peu importe le temps météorologique ou les conditions externes. Des rendez-vous chez les kinésithérapeutes sont également nécessaires pour certaines douleurs en bas du dos. Les graveurs sont très souvent obligés de pratiquer leur métier dans de mauvaises postures. Les passants, les visiteurs, les familles des défunts ne s’imaginent généralement pas le travail et les enjeux que représente ce métier.

Un travail de maintenance en plusieurs étapes

Avant toute chose, le graveur est informé par sa compagnie du travail à effectuer. Que ce soit la forme ou la dimension, la couleur du granit, les éléments de décor jusqu’au message personnel, rien ne doit être laissé au hasard. Le graveur sur pierre peut également faire des propositions, grâce à son expérience, pour éviter tout regret de la part de la famille. Ensuite, des traits de graphite sont tracés pour guider l’outil avec lequel le graveur marque les tombes. Il y a un premier travail de dessin de lettre, puis de gravure directement sur la pierre et enfin la finition, c’est-à-dire, à 80 pour cent du temps, de la feuille d’or y est déposé au pinceau (22 carats). Selon le graveur du Père Lachaise, il est possible de faire deux à trois tombes en une journée en fonction du nombre de lettres ainsi que la complexité de la typographie souhaitée.

Travail du graveur en cours – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Travail du graveur fraîchement terminé – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Des sépultures asiatiques au Père Lachaise

Penser qu’il n’y a que des tombeaux français dans un cimetière français semblerait couler de source pour certains. Pourtant, de nombreuses tombes chinoises sont présentes sur les lieux. Elles respectent la tradition et la culture funéraire chinoise. En effet, les stèles dans les cimetières chinois incluent des phrases gravées racontant la vie de la personne décédée ainsi que l’amour des vivants pour le défunt. Ces tombes honorent également une certaine allure par leurs deux piliers où sont gravées des lettres toutes peintes en feuilles d’or.

Gravures dorée respectant la culture asiatique – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une police d’écriture plus commune que les autres

Par son faible coût, la police d’écriture antique est la plus utilisée et la plus commune dans une nécropole. Certains cimetières imposent, dans leur règlement, une police d’écriture afin d’obtenir une homogénéité des pierres tombales. Ce n’est pas le cas au cimetière Père Lachaise. Les familles ont donc le libre-arbitre de choisir la typographie voulue parmi la gravure anglaise, onciale, gothique ou la traditionnelle typographie : l’antique.

Différentes décorations / motifs sur les sépultures

De façon générale, le procédé de gravure sert à indiquer les informations personnelles d’un défunt telles que son nom, prénoms, date de naissance et de décès. Mais la gravure ne s’arrête pas qu’à ces simples informations. En effet, des poèmes, des mots d’amour, des versets, etc. peuvent être ajoutés. Cependant, en général, l’élément le plus ajouté est le motif. De nombreux dessins peuvent être accompagnés sur les différentes sépultures. Des symboles religieux tels qu’une étoile de David pour les Juifs, une croix pour les catholiques ou protestants, etc. Mais des symboles aussi militaires ou non-religieux ayant une signification pour le défunt ou sa famille peuvent également être inscrits tels qu’une poignée de main, une simple étoile, un papillon, etc.

Croix juive ainsi que chrétienne – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Papillon – Crédit : Waïan Serano – au cimetière Père-Lachaise
Poignée de main – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Une fois les inscriptions gravées dans la pierre, il y a un dernier travail, comme vu précédemment, de finition avec le remplissage des lettres avec de la peinture. Les feuilles d’or étant le plus communément utilisées, c’est aussi le matériel le plus onéreux. Toutefois, ce remplissage permet une durabilité et une visibilité plus importante sur tout type de pierre tombale. Parmi les autres remplissages possibles, le choix peut se porter sur de la peinture noire, brune, argentée, blanche… Et cette sélection s’effectue en fonction de la teinte de la pierre tombale sur laquelle la gravure sera faite.

Il existe des possibilités infinies d’influencer, plus ou moins consciemment, la façon dont les passants perçoivent la tombe lors de leur promenade. Les inscriptions en « taille-douce » inciteront à la méditation, à la prière, tandis que les inscriptions en relief ou ornements attireront l’attention et sembleront conduire les visiteurs vers les morts.

Des sépultures à tendance abandonnée

Aujourd’hui, énormément de sépultures paraissent à l’abandon dans le cimetière Père Lachaise suite à des déménagements ou la disparition d’un ou des descendants. C’est assez paradoxal comme situation, car finalement même dans les cimetières, le temps n’est pas figé.

Sépulture fractionnée et illisible – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, les lettres gravées sont pratiquement illisibles, ce qui empêche les promeneurs d’en connaître l’identité de la personne enterrée. Ce qui finalement remet en cause l’objectif de la gravure, qui est d’honorer la mémoire du défunt présent. Malheureusement, ces gravures ne sont pas éternelles et dépendent de nombreux facteurs, dont le procédé utilisé pour graver, la matière du support, l’emplacement de la gravure, ainsi que l’orientation de la tombe. Afin de rénover ces lettres devenues illisibles, il faut généralement effectuer un simple rechampissage. C’est-à-dire enlever les restes de peinture pour remettre une couche sur la gravure. Atteint un certain stade, la rénovation de la gravure ou de la stèle est nécessaire, mais coûtera plus cher à l’entretien. En général, le rechampissage est réalisé à l’occasion de la Toussaint.

Des passants, résidant près du cimetière du Père Lachaise, ont été interrogés par moi-même pour avoir leur ressenti sur ces gravures quasiment indéchiffrables. L’avis semble unanime : « La mémoire du défunt disparaît peu à peu avec le temps » et attristent ces personnes qui ont pour habitude, certaines depuis plusieurs années, de se promener dans les allées du cimetière. 

Avec un petit peu de recul, et le podcast réalisé chez France Culture avec Benoît Gallot, conservateur du cimetière Père Lachaise, certaines sépultures peuvent sembler abandonnées alors que, comme les désirs de M. Gallot, les défunts souhaitaient donner un espace libre pour la faune et la flore. Mais selon moi, la gravure ne fait pas partie de cet écosystème et doit être renouvelée, dès lors que celle-ci commence à ne plus être lisible, même si le reste semble délaissé pour donner un libre espace à la nature.

Des gravures non désirées

En me promenant pour observer ce qu’il y avait autour de moi, j’ai malheureusement fait la rencontre de dégradations, de profanations de tombes.

Gravures faites par des délinquants – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, des caractères sont inscrits sur la façade de ce tombeau. Des inscriptions non voulues, une profanation directement écrite sur la mémoire de ce défunt. On peut apercevoir des lettres formant certainement un prénom entouré d’un cœur. Ces types de gravures ne sont absolument pas propices à l’endroit où elles sont taillées.

Cimetières américains, des techniques de gravures industrielles ?

Il existe aujourd’hui plusieurs méthodes pour réaliser une gravure sur une sépulture. La plus ancienne, datant de l’époque égyptienne, est celle pratiquée au cimetière Père Lachaise, la gravure manuelle. Elle consiste à réaliser la gravure directement à la main. Le graveur utilise un burin sur lequel va s’entrechoquer un brunissoir afin de creuser directement dans la pierre. Malgré les évolutions, des outils et des matériaux, la technique reste la même. 

Outils du marbrier professionnel – Crédit : Waïan Serano- cimetière Père-Lachaise

Malheureusement, cette pratique artisanale se perd de plus en plus, faisant une grande peine aux graveurs manuels. En effet, de nouvelles techniques ont émergé suite à la révolution industrielle au milieu du XIXe siècle. Voit alors le jour pour la gravure par sablage, couramment utilisé dans les nécropoles des Etats-Unis selon les dires de notre graveur local. Cette méthode consiste à poser un pochoir sur le granit ou la pierre tombale, puis à projeter du sable très fin, creusant alors les zones dessinées du pochoir afin de faire apparaître les inscriptions et/ou motifs. Une autre technique de gravure, appelée gravure mécanique, est effectuée à l’aide d’une machine disposant d’un laser ou d’une fraiseuse diamantée. Il suffit simplement de rentrer les informations voulues dans la machine et elle se charge de le graver directement sur le support comme une plaque de granit ou de plexiglas ensuite rapportée sur la pierre tombale. Cette technique enlève toute forme d’humanité dans la gravure.

Mes difficultés et solutions apportées

Je pense que la plus grande difficulté dans ce type de compte-rendu est de n’avoir aucun témoignage d’un point de vue extérieur, aucun intervenant du monde de la nécropole. Que ce soit les résidents autour du cimetière du Père Lachaise ou même les professionnels internes ou externes au cimetière, il est important d’avoir de la valeur ajoutée dans ce travail. C’est pourquoi ma plus grande crainte était de ne pas trouver de marbrier professionnel. Heureusement, après de longues marches à travers les avenues et les divisions, j’ai enfin pu rencontrer l’un d’eux. La deuxième difficulté que j’ai surmontée est le manque d’informations concernant les gravures sur certaines sépultures. En effet, la mémoire du défunt inscrite sur cette pierre correspond à la dernière trace de son passage sur cette Terre, j’ai presque envie de dire sur sa personnalité, mais une écriture ne parle pas. Il y a donc un travail d’interprétation. Là encore, une fois l’interview avec le marbrier professionnel terminée, mes deux camarades de classe ont continué leur chemin et j’ai pu passer un moment seul à seul avec lui. C’est là qu’il m’a apporté les solutions à mes questions. Le défunt peut décider, avant sa mort bien entendu, de faire graver sur son tombeau une phrase, une expression, un chant particulier qu’il aime, un motif ou dessin qui le représente. C’est à ça qu’on peut interpréter la vie d’une personne malheureusement éteinte.

Nous pouvons par exemple prendre la sépulture de l’organiste Jean Guillou qui nous dit : 

« Ici le temps est vertical. Dans l’étincelle dernière du soleil. Dans l’attente étirée de l’aube…». L’interprétation est plausible lorsqu’on comprend la métaphore qu’a voulu nous donner monsieur Guillou. 

La troisième et dernière difficulté que j’ai pu rencontrer fût la suivante : comment savoir quoi faire comme sépulture pour notre proche malheureusement parti ? Je me suis alors baladé en dehors du cimetière Père Lachaise, pour aller à la rencontre directe d’un service funéraire, afin de m’informer des méthodes pour configurer un monument funéraire. Celle-ci se fait en cinq étapes, peu importe que ce soit une inhumation ou une crémation : le monument (Parana, Gavrinis, Parnay…), le granit (Tarn, Crépuscule, Ambre…), une semelle afin de soutenir le monument (non-obligatoire), la gravure (style romain, gothique, antique…) et enfin les motifs disponibles selon le service funéraire choisi (rose, papillon, emblème israélite, croix simple…). Le client est assez libre de ses choix, selon son budget bien sûr, et peut avoir des conseils directement auprès de ces professionnels.

La plus grosse limite que j’ai pu apercevoir s’arrête là où celles des morts commencent. Cette relation entre ce qu’expriment un défunt actuellement par ces gravures et ce qu’il dégageait de son vivant peut être complètement différente. On ne peut pas, pour moi, représenter ce qu’était la personne, mais nous pouvons l’honorer, du moins jusqu’à ce que les proches ne s’en occupent plus…

Les plus anciennes sépultures encore lisibles

La plus ancienne tombe existante est actuellement située dans la 60ème division, celle de Reine Févez. Déplacé de quelques mètres de son emplacement d’origine, il jouxtait le tombeau d’Adélaïde Paillard de Villeneuve. En tant que plus anciens contemporains décédés du XIIe siècle, Héloïse et Abélard étaient apparemment les plus anciens défunts du cimetière. Ils s’y installent en 1817 pour rehausser la réputation du Père-Lachaise. On cite aussi Molière et La Fontaine, dont les restes (supposés) sont arrivés en même temps.

Intersection de la division 59 et 60 – Crédit : Waïan Serano – cimetière Père-Lachaise
Pierre tombale de Reine Févez, la plus ancienne du cimetière Père Lachaise – Crédit : Waïan Serano

La pierre tombale de Reine Févez, sur la photo ci-dessus, date de 1804 puis transformée en perpétuité le 15 janvier 1824. (Source : perelachaisehistoire.fr). Nous pouvons constater à la vue de l’image (et également sur place) que la gravure inscrite à cette période est encore plutôt bien lisible. Je n’ai malheureusement pas pu avoir plus d’informations, je ne saurai donc pas pourquoi l’écriture est encore profonde et propre mis à part supposer un entretien encore d’actualité. D’un point de vue hypothétique, étant donné qu’une gravure sur une pierre a une durée estimée dans les environs de 20 ans, je pense que la pierre doit forcément subir un rechampissage, comme cité précédemment dans la partie « Des sépultures à tendance abandonnée ». Mais alors, n’y a-t-il pas un procédé plus perpétuel afin d’honorer la mémoire de nos morts qu’une simple écriture comme aux temps de la mésopotamie en Égypte ancienne ? Les progrès techniques de l’écriture mèneront-elles à la mort de l’artiste comme le supposaient déjà certains théoriciens des années 1950 lors de la naissance des industries culturelles où selon eux, les méthodes industrielles mèneraient à la mort de l’œuvre d’art.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search